Vous êtes sur la page 1sur 67

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE POUR

L’OBTENTION DU DIPLÔME DE MASTER


D’INGENIERIE EN GENIE CIVIL

THEME:

ETUDE D’UNE SECTION DE TROIS (03) KILOMETRES DE


PISTE
TE EN TERRE A L’INTERIEUR DE L’AEROPORT
INTERNATIONAL DE OUAGADOUGOU

MAITRE DE MEMOIRE: NOM DE L’ETUDIANT


L :
Mr Patrice. J. C. BAMBARA KABORE R. Aristide. B
Master Ing. Ponts et Chaussées

Année Académique 2008-2009

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master d’Ingénierie


REMERCIEMENTS

Si le premier mérite d’un travail c’est d’exister, le principal mérite revient cependant à tous ceux
qui, de loin ou de près, ont contribué à sa réalisation.

En effet, cette étude n’aurait pu aboutir sans le concours de plusieurs personnes morales et
physiques ; qu’il nous soit permis ici de leur exprimer toute notre gratitude.

Nous tenons avant toute chose à remercier Mr Patrice. J. BAMBARA, Ingénieur Ponts et
Chaussées de nous avoir accueilli dans son bureau d’études et de nous avoir permis de travailler
à ses côtés en toute convivialité.

Nous remercions Mr Ismaïla GUEYE, maître de mémoire pour les conseils et le suivi dont nous
avons été l’objet durant notre stage.

Merci à Mr Zacharie OUEDRAOGO, Ingénieur Hydrologue et Hydraulicien pour l’encadrement


dont nous avons été l’objet dans ce présent projet.

Merci aussi à l’équipe topographique pour leur disponibilité et l’attention qu’ils ont eu à notre
égard tout le long des études du projet.

Un grand merci à tout le personnel du bureau d’études pour leur soutien multiforme durant tout
notre séjour au sein du bureau.

Nous sommes redevables à toutes ces personnes qui n’ont ménagé aucun effort pour répondre à
nos multiples besoins et préoccupations.

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 2
DEDICACE

Je dédie mon mémoire de fin d’étude à mon père et à ma

mère pour l’effort, le soutien et surtout pour le sacrifice qu’ils

ont consenti à mon égard pour que je bénéficie de ses études à

l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de

l’Environnement (2iE) ;

Cette dédicace va aussi à mes frères et à mes sœurs qui

m’ont aidé dans mes études.

A tous ceux qui m’ont soutenu d’une manière ou d’une autre,

sachez que vous n’êtes pas en reste, ce mémoire vous est aussi

dédié.

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 3
Sommaire
REMERCIEMENTS ..................................................................................................................... 2
DEDICACE.................................................................................................................................... 3
RESUME ........................................................................................................................................ 6
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS............................................................................ 8
LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................. 8
LISTE DES FIGURES.................................................................................................................. 9
PHOTOS ........................................................................................................................................ 9
MOTS CLES.................................................................................................................................. 9
I. INTRODUCTION ................................................................................................................ 10
II. L’AVANT PROJET SOMMAIRE (APS) ....................................................................... 14
1. ETABLISSEMENT DU SCHEMA ITINERAIRE (RECONNAISSANCE DU SITE)14
2. ETUDE TECHNIQUE PRELIMINAIRE ....................................................................... 15
2.1 Etudes Topographiques ............................................................................................ 15
2.2 Etudes Hydrologiques et Hydrauliques ................................................................... 16
2.3 Etudes Géotechniques .............................................................................................. 16
3. ESTIMATION DU COUT DU PROJET............................................................................. 17
III. L’AVANT PROJET DETAILLEE (APD) ...................................................................... 19
1. ETUDE TECHNIQUE DETAILLEE .............................................................................. 19
1.1 Etudes topographiques ............................................................................................ 19
1.2 Etudes Geotechniques .............................................................................................. 20
1.2.1 Consistance de l’étude ............................................................................................... 20
1.2.1.a Sols de plate-forme ............................................................................................. 20
1.2.1.b Matériaux pour remblais et corps de chaussée .................................................. 20
1.2.1.c Matériaux pour béton hydraulique ..................................................................... 20
1.2.2 Résultats des analyses ............................................................................................... 20
1.2.2.a Sols de plate-forme ............................................................................................. 20
1.2.2.b Matériaux pour corps de chaussée .................................................................... 21
1.2.3 Mode de terrassement et recommandations .............................................................. 22
1.2.3.a Mode de terrassement ......................................................................................... 22
1.2.3.b Recommandations .............................................................................................. 22
1.3 Etudes hydrologiques et hydrauliques .................................................................... 23
1.3.1 Pluviométries ............................................................................................................. 23
1.3.1.a Pluviométrie annuelle ........................................................................................ 23
1.3.1.b Pluviométrie mensuelle...................................................................................... 24
1.3.1.c Pluviométrie journalière maximale ................................................................... 24
1.3.1.d Intensités de pluies ponctuelles (5 mn à 24 h) ................................................... 25
1.3.2 Hydrologie : méthodologie de calcul des débits d'eaux pluviales........................... 25
1.3.2.1. Méthode de calcul des débits d’eaux pluviales .................................................. 25
1.3.2.1.a Choix de la fréquence des débits de projet ...................................................... 25
1.3.2.1.b Présentation de la méthode superficielle de Caquot ........................................ 26
1.3.2.1. Définition et principe de détermination des paramètres hydrologiques ............. 26
1.3.2.2.a Identification des exutoires de ruissellement .................................................... 26
Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 4
1.3.2.2.b Tracé des limites des bassins versants............................................................. 27
1.3.2.2.c Superficie des bassins versants (ha)................................................................ 27
1.3.2.2.d Longueur du plus long cheminement hydraulique L (hm)........................... 27
1.3.2.2.e Pente générale I ............................................................................................... 27
1.3.2.2.f Coefficient de ruissellement C......................................................................... 27
1.3.3 Résultats d'études hydrologiques .............................................................................. 28
1.3.4 Dimensionnement hydraulique des ouvrages ............................................................ 28
1.3.4.1 Dimensionnement des dalots ............................................................................. 28
1.3.4.2 Ouvrages d’assainissement longitudinal ........................................................... 29
1.3.4.3 Résultats de dimensionnement hydraulique ................................................... 29
1.3.5 Typologie et structure des ouvrages .......................................................................... 31
1.3.5.1 les dalots ............................................................................................................ 31
1.3.5.2 Les Radiers ........................................................................................................ 31
1.3.5.3 Les caniveaux et les fossés ................................................................................ 31
1.3.5.3.a Les caniveaux ................................................................................................... 31
1.3.5.4.b Les fossés .......................................................................................................... 32
1.3.5.5 les dallettes ........................................................................................................ 32
1.3.6 Etat récapitulatif des résultats ................................................................................... 32
2. CONCEPTION TECHNIQUE DU PROJET ...................................................................... 33
2.1 Présentation du logiciel ............................................................................................ 33
2.2 Les caractéristiques géométriques ............................................................................ 33
2.2 Principe de la conception .......................................................................................... 35
2.2.1 Le tracé en plan ......................................................................................................... 35
2.2.2 Le profil en long ........................................................................................................ 36
2.2.3 Le profil en travers ................................................................................................. 37
2.2.4 Choix de la polygonale .............................................................................................. 37
2.2.5 Dispositions pour le tracé en plan ............................................................................. 37
2.2.6 Choix des rayons ....................................................................................................... 38
2.2.7 Raccordement circulaire ............................................................................................ 38
3. DEVIS ESTIMATIF DES TRAVAUX ............................................................................... 39
IV. DIFFICULTES RENCONTREES ET SUGGESTIONS .............................................. 40
V. CONCLUSION .................................................................................................................. 41
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................... 42
ANNEXES .................................................................................................................................... 43

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 5
RESUME

Ce mémoire s’inscrit dans le cadre de mes études de fin de cycle Master d’Ingénierie. Les études
menées dans ce présent mémoire visent à nous familiariser aux vrais contextes d’un projet de
route avec toutes les réalités qu’il peut comporter.

Le thème de notre mémoire porte sur l’étude d’exécution de 12 000 mètres de piste en terre et
des ouvrages de franchissement à l’intérieur de l’aéroport international de Ouagadougou.

En accord avec le bureau d’études et le 2iE, il a été choisi d’étudier en détail les trois (03)
premiers kilomètres de cette piste. Ce choix des trois (03) kilomètres a été préconisé car il
englobe toutes les réalités qui existent sur les douze (12) kilomètres. En plus tenant compte tenu
du caractère de la route, certains endroits de la piste présentent des situations très singulières qui
ne répondent pas aux normes de la conception routière.

Ce stage a permis de travailler en bureau d’étude et de participer aux opérations courantes des
activités du bureau.

Le but est de proposer un dimensionnement tenant compte des objectifs et de l’ensemble des
impératifs liés à la piste et enfin d’estimer le coût du projet.

Deux étapes ont été franchies avant d’arriver à son estimation :


- l’avant projet sommaire (APS) ;
- l’avant projet détaillé (APD).

Afin de mener à bien le projet, un large travail a été réalisé sur la quête des données
(pluviométrie, cartographie) ainsi que leur traitement. Il a été fait recoure aux études techniques
(topographiques, géotechniques, hydrologies et hydrauliques) pour poser les bases du projet.

Le logiciel « piste 5 » a été utilisé pour la conception de la piste. Ce logiciel donne une fois la
conception finie les vues en plan, les profils en long, les profils en travers et le volume des
matériaux de terrassements.

Le support de base utilisé par piste est un fichier AUTOCAD enregistré sous le format dxf et
comportant les semis de points, les sommets de la polygonale et les différentes côtes des
ouvrages existants

Le traitement de ces données sur piste donne en volume:


- Purge : 2514,5 m³;
- Décapage : 2800,2 m³ ;
- Déblai : 516,5 m³ ;
- Remblai : 7756,8 m³ ;
- Couche de roulement : 5885,8 m³ ;

L’avant métré des ouvrages envisagés nous a permis d’estimer la quantité des éléments
d’assainissement et d’évacuation des eaux pluviales à réaliser.

A partir des résultats obtenus (cubatures) et connaissant les prix unitaires appliqués qui sont une
moyenne des prix actuels utilisés par les entreprises de la place, le projet s’élève à un montant
total de cent dix sept millions neuf cent cinquante neuf mille trois cent francs FCA (117 959 300
FCFA), soit trente neuf millions trois cent dix neuf mille sept cent soixante sept FCFA(39 319
767 FCFA) francs le kilomètre de piste.
Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 6
Une analyse comparative montre que ce coût est élevé par rapport à des pistes de ce genre. Ceci
s’explique par la simple raison que le niveau d’aménagement est différent comparé à celui de la
rase campagne (coût en vigueur au Burkina pour les mêmes géométries et matériaux), les sites
d’emprunts sont éloignés faisant intervenir des prix valus. L’épaisseur de la couche de roulement
est de trente (30) cm au lieu de quinze (15) cm. Ce choix n’a pas fait l’objet d’un
dimensionnement mais tient compte de la détérioration en cas de manque d’entretien.

Les difficultés qu’il y’a eu au cours du projet sont souvent dues à la démarche administrative qui
prend du temps, à l’accès au sein de l’aéroport qui est une zone protégée (trop de contrôles), aux
résultats du laboratoire qui nous parviennent tard.

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 7
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

PST2 : Programme Sectoriel de Transport et du Tourisme ;

DAAN : Délégation aux Activités Aéronautiques Nationales ;

DGACM : Direction Générale de l’Aviation Civile et de la Météorologie ;

PSSTAAOC : Projet de Sécurité et de Sûreté du Transport Aérien en Afrique de l’Ouest ;

BM : Banque Mondiale ;

IDA : Association Internationale du Développement ;

PIP : Programme d’Investissement Prioritaire;

TDR : Termes De Références

LNBTP : Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics ;

OACI : Organisation de l’Aviation Civile Internationale ;

CBR : Californian Bearning Ratio;

PK : Point kilométrique;

Wl : Limite de liquidité;

Wp : Limite de plasticité;

OPM : Optimum Proctor Modifié;

MT : Ministère des transports ;

LNBTP : Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics ;

ASECNA : Agence de Sécurité de la Navigation Aérienne ;

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU N°1:Récapitulatif du devis estimatif (phase APS) page 17


TABLEAU N°2:Résultats de l’analyse des matériaux de sols supports page 21
TABLEAU N°3:Récapitulatif des résultats de l’analyse des matériaux d’emprunts page 21
TABLEAU N°4:Récapitulatif des volumes des différents sites d’emprunt page 22
TABLEAU N°5:Pluies caractéristiques page 24
TABLEAU N°6:Répartition pluviométrique mensuelle page 24
TABLEAU N°7:Hauteur de pluie-durée-hauteur page 25
TABLEAU N°8:Résultats hydrologiques page 28
TABLEAU N°9:Résultats des études hydrologiques page 30
TABLEAU N°10:Récapitulatif des ouvrages page 32
Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 8
TABLEAU N°11:Caractéristiques de la piste en fonction de la vitesse de référence page 34
TABLEAU N°12:Métré des ouvrages page 40
TABLEAU N°13:Récapitulatif du devis estimatif page 40
TABLEAU N°14:Devis estimatif du projet page 65

LISTE DES FIGURES


FIGURE N°1 : Carte climatique du BURKINA-FASO page 12
FIGURE N°2 : Vue en plan de la nouvelle piste page 13
FIGURE N°3 : Tracé en plan page 35
FIGURE N°4 : Profil en long page 36
FIGURE N°5 : Profil en travers page 37

PHOTOS

Photo d’un radier page 30

MOTS CLES

Piste, terrassement, dalot, hydrologie, hydraulique, topographique, géotechnique,

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 9
I. INTRODUCTION

La route est un moyen de communication. Elle permet la liaison d’un point à un autre. Sa
réalisation nécessite avant tout des études aux cours de laquelle le projet prend petit à petit une
forme.

Le projet dont nous avons en charge l’étude se trouve au BURKINA-FASO. Ce pays est situé au
cœur de l’Afrique de l’ouest et sa capitale Ouagadougou est située géographiquement entre le
12°22’ de latitude Nord et le 1°31’ de longitude Ouest.

Le BURKINA-FASO est logé dans la bande de la zone sahélienne et possède un climat tropical
du type soudanien (voir figure n°2 ci-dessous) caractérisé par deux saisons : une saison sèche et
une saison des pluies dite encore « hivernage ». La saison sèche est caractérisée par les vents
secs encore appelé harmanttan qui soufflent du Nord-est au Sud-ouest et va du mois d’Octobre
au mois de Mars. Le mois d’Avril est caractérisé par la présence des vents humides qui vont du
mois de Mai-Juin au mois de Septembre. Le mois d’Août est marqué par les grandes pluies
(maximum). La ville de Ouagadougou est dans une zone de climat du type soudano-sahélien. La
pluviométrie moyenne annuelle sur la ville de Ouagadougou est de sept cent cinquante (750) mm
de pluie.

Le relief de la ville de Ouagadougou est caractérisée par une pénéplaine peu élevée (300 à 400
mètres d’altitude) par rapport au niveau zéro de la mer.

Géologiquement la ville de Ouagadougou a une structure cristalline stable de magmatites et de


granite indifférenciés d’âge antébirrimienne. La structure superficielle est caractérisée par son
sol sablo-argilo mince (moins de 60 cm de profondeur) recouvrant une couche latéritique.

L’hydrographie de Ouagadougou est drainée par celle du Massili (une branche du Nakambé) et
ses nombreuses ramifications. Les eaux drainées sur la zone du projet se jettent dans les trois
(03) collecteurs différents qui sont : le canal central, canal de Zogona et celui de la patte d’oie.
Le réseau hydrographique est peu marqué dans la zone de projet car ayant subi au cours des
années des modifications dues à l’urbanisation.

La végétation de la zone soudanienne qui couvre le plateau central y comprit la zone du projet
(Ouagadougou) est le secteur de la grande savane à faciès multiples, parsemée de reliques1 de
forêts claires, sillonnée de galeries forestières et façonnée surtout par les feux de brousse et
d'intenses activités agricoles et pastorales. Hormis le domaine classé de l'Etat et les "bois sacrés"
(lieux de culte…), les formations végétales naturelles de ce secteur sont menacées à la fois par
les activités anthropiques2 et les aléas climatiques. La végétation structurelle d’origine situe la
ville dans un domaine de savane arbustive claire, remplacée avec l’urbanisation par des espèces
plantées dans les propriétés et aux abords des rues (Nimiers, caïlcédras, manguiers…)

« Le développement d’un pays passe par le développement de ses infrastructures ». C’est dans
cette optique que le BURKINA-FASO dans ses plans d’organisation, de planification et
d’amélioration des conditions de vie, en juin 2000, a adopté une stratégie décennale (2000-2010)
de développer le secteur du transport. A l’issue des différents entretiens qui ont eu lieu, il est
sorti d’un programme d’investissement prioritaire (PIP2) dont la mise en œuvre initialement

1
Reliques : restes précieux.
2
Anthropique : qui résulte de l’action humaine

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 10
planifiée pour la période 2000-2004 a été étendue en 2008 au regard de la lenteur enregistrée
dans la mobilisation des ressources.

Le BURKINA-FASO a donc bénéficié à cet effet de l’appui de la Banque Mondiale pour la mise
en œuvre du projet de sécurité et de la sûreté du transport aérien en Afrique de l’ouest et du
centre (PSSTAAOC). Le bénéficiaire du présent projet est le sous secteur du transport aérien à
travers la direction Générale de l’Aviation Civile et de la Météorologie du ministère des
transports.

Le projet d’étude de notre mémoire de fin d’année se conforme aux objectifs de l’école qui veut
que l’étudiant soit autonome et rigoureux dans son travail tant sur l’organisation que sur la
méthodologie. Le présent projet vise à la mise de notre aéroport en conformité avec
l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (O.A.C.I) la certification de la plate-forme
aéroportuaire de Ouagadougou aux normes internationales, de résoudre les problèmes sur le plan
d’assainissement et de sécuriser l’aéroport vis-à-vis de l’extérieur.

La route existante est une piste sommaire tracée par endroit au bulldozer. Ces pistes permettaient
aux agents de la tour de contrôle d’avoir accès à leurs installations pour les entretiens courants.

La nouvelle piste commence au PK 0+000 tout juste à la fin du parking des avions et prend fin
au PK 3+000 , voir figure n°1 : vue en plan; Elle est classée en piste améliorée de type B avec
une vitesse de référence de 60 km/h, ces caractéristiques sont les suivantes :
- largeur plate-forme : 12 m ;
- largeur chaussée : 06 m ;
- épaisseur couche de roulement : 30 cm ;
- pente de talus 2/3 en remblai ;
- pente du profil en travers 3% ;
- déclivité maximum du profil en long 5% ;

Notre stage s’est déroulé dans le bureau d’étude nommé Routes et ponts-ingénieurs conseils
spécialisé dans les études, le suivi et le contrôle de tous les travaux routiers et d’ouvrage d’art.
Notre travail portant sur un volet de leur spécialisation à savoir la section route a été l’occasion
pour nous de participer avec tous les acteurs du projet aux différentes études. Le but du projet est
d’estimer le coût global des travaux en fonction des besoins du maître d’ouvrage.

L’élaboration du dossier d’étude d’exécution demande donc de la réflexion et de l’organisation.


Les rencontres avec les différents acteurs (géotechnicien, hydrologue et le topographe) nous ont
permis d’échanger sur les méthodes et les outils nécessaires pour la réalisation du projet.
A la fin de l’étude nous devrons être à mesure d’estimer le coût total du projet à partir des
travaux consignés dans les termes de référence (TDR).

La construction de la piste (chemin de ronde) permettra :


- une intervention rapide en cas de situation d’urgence ;
- d’assurer la sécurité dans l’enceinte de l’aéroport par la gendarmerie ;
- l’intervention des sapeurs pompiers en cas d’incendie d’avion lors de l’atterrissage ou
du décollage.
- d’atteindre les capteurs et les antennes de la tour de contrôle pour leur l’entretien ;

L’étudiant à la fin de l’étude doit pouvoir mener tout seul un tel projet qui consiste à:
- collecter les données ;
- mener une inspection visuelle sur le site et effectuer un relevé du chemin itinéraire ;

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 11
- effectuer des études topographiques, géotechniques, hydrauliques et hydrologiques ;
- concevoir le projet ;
- estimer le coût du projet.

L’étude donc de ce projet de piste sera structurée en deux grands points


points qui sont :
• un avant projet sommaire (APS) :
-Etablissement
Etablissement des schémas itinéraires ;
-Etude
Etude technique préliminaire ;
-Evaluation
Evaluation quantitative et estimative des travaux.
• un avant projet détaillé (APD).
-Etude
Etude technique détaillée ;
-Conception
Conception technique du projet ;
-Devis
Devis estimatif des travaux.

Figure N°1 : CARTE CLIMATIQUE DU BURKINA-FASO


BURKINA

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil


Génie option
n Infrastructures Page 12
Figure N°2 : Vue en plan de la nouvelle piste

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 13
II. L’AVANT PROJET SOMMAIRE (APS)

Le thème du mémoire est l’étude d’une section de trois (03) kilomètres de piste en terre à
l’intérieur de l’aéroport international de Ouagadougou.

L’avant projet sommaire de l’étude se subdivise en trois points qui sont :

Etablissement des schémas itinéraires;


Etude technique préliminaire ;
Evaluation quantitative et estimative des travaux;

Pour le projet le maître d’ouvrage qui est la Direction Générale de l’Aviation Civil et de la
Météorologie (D.G.A.C.M) nous a exprimé ses besoins qui sont regroupés dans les termes de
références (TDR).

1. ETABLISSEMENT DU SCHEMA ITINERAIRE (RECONNAISSANCE DU SITE)

Dans l’aéroport la piste existe sur certain tronçon. Par endroit elle n’existe pas et il faut une
ouverture de voix pour permettre que la nouvelle piste (chemin de ronde) parcoure toute la cour.
Le schéma itinéraire est l’action par laquelle l’ingénieur routier et l’équipe topographique font le
parcoure de la nouvelle piste en projection à pied et relèvent tout ce qui peut leur paraître utile
lors de la conception de la piste. Les moindres détails sur le parcoure sont d’une importance
capitale pour le projeteur au moment du traitement des données.
Lors des visites de terrain à l’intérieur de l’aéroport, nous avons établi un schéma itinéraire à
partir de la polygonale, qui a comporté deux parties qui sont :
- L’état actuel de la piste ;
- les propositions d’aménagement ;

L’état actuel de la piste


L’état existant de la piste est établi par l’équipe topographique sous la direction du chef de
mission après une inspection visuelle du chemin de ronde voir annexe n°1 pour le schéma
itinéraire.
A cette étape l’on procède à un recensement de l’état de la piste existante telle qu’elle est. Il a
consisté principalement à :
- un découpage de la longueur de notre tronçon de piste en hectomètre (hm) ;
- l’axe en plan de la piste (les alignements droits, les rampes, les pentes et les courbes) ;
- un profil en long sommaire de la piste avec les pentes croissantes, décroissantes et les
paliers.
- la position de la piste par rapport au terrain naturel (TN);
- la nature des sols de surface rencontrés le long de la piste ;
- la largeur de la plate-forme et ses variations le long de la piste ;
- la nature, les dimensions et le positionnement des ouvrages de franchissements et de
drainage existant ;

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 14
Les propositions d’aménagement

Cette étape est dirigée et coordonnée par le chef de mission du projet qui est un Ingénieur
routier. Son choix sur les propositions d’aménagement sera guidé par le constat effectué sur le
terrain en vue d’apprécier les réalités des travaux à exécuter. Il sera fonction des résultats et des
recommandations faites par l’Ingénieur hydrologue-hydraulicien et des résultats géotechniques
pendant les études préliminaires.

Les propositions d’aménagement sont les suivantes :

- le débroussaillage de l’emprise de la piste sur une largeur de douze (12) mètres ;


- le décapage des sols de surface constitués de terre végétale sur des épaisseurs indiquées
par la reconnaissance géotechnique ;
- la purge des matériaux impropres ;
- la réalisation de déblais ;
- la mise en œuvre de remblais ;
-l’exécution d’une couche de roulement (couche de chaussée) en matériaux sélectionnés ;
- la démolition d’ouvrages existants (fondation de maisons) ;
-l’exécution des ouvrages de franchissement (dalots), des ouvrages de drainage latéraux
(fossés, caniveaux) et de travaux d’entretien d’ouvrages existants et différents
exutoires conformément aux indications de l’ingénieur hydrologue/hydraulicien.
- la mise en place d’une signalisation verticale et des dispositifs de sécurité ;

2. ETUDE TECHNIQUE PRELIMINAIRE

2.1 Etudes Topographiques

Le type d’appareil utilisé pour les levés est un Théodolite de marque T1600 et de nom Leica.
Les levés topographiques effectués dans l’enceinte de l’aéroport sont constitués :
- d’une polygonale effectuée le long de la clôture avec une matérialisation des sommets
de la polygonale en X, Y et Z ;
- d’un semis de point en travers tous les quarante (40) mètres ;
- de sept (7) points de levés par profil en travers ;
- des levés de côtes des différents ouvrages existants.

Après le travail de terrain, ces données ont été numérisées en fichier AutoCad avec les
renseignements suivants :
- les semis de points dans le profil en travers ;
- les ouvrages et tous les éléments existants sur le parcours de la nouvelle piste à
construire.
(Voir annexe n°2 : données topographiques et annexe n°3 : plan de l’aéroport avec les semis).

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 15
2.2 Etudes Hydrologiques et Hydrauliques

L’année climatique est composée d’une saison pluvieuse de quatre (4) mois, s’étalant
principalement de juin à septembre, et d’une saison sèche de huit (8) mois couvrant la période
d’octobre à mai. Deux saisons bien marquées dont l’alternance est caractérisée par
l’enregistrement de pluies isolées précoces (mai) ou tardives (octobre).
La saison sèche est déterminée par l’installation d’un vent sec: l’harmattan ; tandis que la saison
pluvieuse est dominée par la mousson, vent humide.

Les visites nous ont permis de faire un diagnostic général de l’état actuel de la zone de projet.
A l’issue de l’inspection de notre tronçon de piste à savoir les trois (03) kilomètres, on a
recensé :
- un caniveau en béton armé au PK 16 d’une longueur de trois cent (300) m ;
- un radier au PK 2072 ;

La question que nous nous sommes posée est de savoir si ces ouvrages existants fonctionnent
toujours et dans le cas échéant comment les rendre fonctionnels.
Après une analyse nous avons constaté que le caniveau fonctionne correctement, mais le radier
lui ne fonctionne plus et doit être démoli et remplacé par un dalot.

Sur plan cadastral de l’aéroport à l’échelle 1/25000, l’hydrologue a identifié la configuration


actuelle des ruissellements, ce qui lui a permis de définir les unités de drainage, d’estimer
approximativement les débits aux exutoires et d’arrêter son choix sur les paramètres
hydrodynamiques et hydrologiques.
L’hydrologue en se basant sur ses expériences et sur la pluviométrie moyenne de la ville a
proposé un certain nombre d’ouvrages aux PK suivants :
- au PK 16 : dalot;
- au PK 642 : dalot;
- au PK 1753 : dalot;
- au PK 2072 : dalot.
Cette estimation est souvent appelée esquisse, car elle donne des dimensions approximatives
sans calcul.

Quant au caniveau existant, un simple nettoyage (curage) résout le problème d’évacuation des
eaux pluviales. Pour assainir tout le long de la piste il est préconiser de construire des fossés
longitudinaux.
Cette étape de l’étude donne un aperçu des diverses solutions qui pourraient être envisagées
pour assurer un bon assainissement de la zone du projet.
(Voir annexe n°4 : plans des différents bassins versants, et annexe n°5 : résultats hydrologiques).

2.3 Etudes Géotechniques

La géotechnique dans un projet de piste a un intérêt capital, car c’est en fonction de la nature du
sol en place que l’on donne les caractéristiques des matériaux à utiliser.
Le but de cet aperçu est de fournir au projeteur, les conclusions et recommandations du
géotechnicien suite à la réalisation de l’étude préliminaire.

Afin de pouvoir déterminer si le sol support est convenable pour porter les différentes couches à
mettre en œuvre, la méthodologie proposée était d’effectuer un sondage manuel tous les cinq
cent (500) mètres en alternant les points de sondage à gauche, au milieu et à droite de la piste et à
une profondeur de un (1) mètre. La description des coupes de sondage ainsi que les analyses au
Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 16
laboratoire nous ont permises de statuer sur la qualité des sols supports. Dans la pratique, vu le
délai court de la première phase le géotechnicien a procédé à l’exécution de la moitié des
sondages sur le terrain. Tenant compte de son expérience et de l’homogénéité apparente du sol
à la suite de l’inspection visuelle il a effectué les sondages manuels tous les mille (1.000). Les
échantillons issus du prélèvement sont amenés au laboratoire pour des essais.

En se basant sur les résultats des sondages, l’ingénieur routier a déterminé les épaisseurs de
décapage de la terre végétale, les épaisseurs des remblais et celle de la couche de roulement à
mettre en œuvre, afin d’avoir une piste en remblai et hors d’eau.
L’ingénieur routier dans le souci de mettre la piste hors d’eau et du manque d’entretien de celle-
ci a proposé de mettre en place une couche de roulement de trente (30) cm d’épaisseur.

Toutes ces propositions seront revues à la lumière des résultats des essais en laboratoire qui
seront disponibles en phase d’avant projet détaillé (APD).
(Voir annexe n° 6 : coupes géotechniques des sondages).

3. ESTIMATION DU COUT DU PROJET

Après l’établissement du schéma itinéraire du chemin de ronde, nous avons pu estimer la


quantité des travaux à exécuter en fonction des tronçons découpés en hectomètre que l’on a
schématisé.

L’estimation des travaux s’est faite :


• Pour les ouvrages sur la base des quantitatifs que nous avons eu à partir des dimensions
des ouvrages à construire comme les dalots et les caniveaux. Ces derniers étant faits sur
la base d’une estimation faite par l’hydrologue.
• Pour les terrassements nous avons estimé en fonction des dimensions (épaisseur,
longueur et largeur), les superficies de terrain à décaper, le volume de remblais à amener
après décaissement des sols impropres à la piste et le volume de couche de roulement à
mettre en place.

Le coût global du projet se base sur les quantités totales des matériaux à mettre en place (remblai
et couche de roulement) et du volume de bétons à couler pour les ouvrages (dalots et caniveaux).
Les prix unitaires appliqués sont une moyenne de prix actuels utilisés par les entreprises de la
place. Le Tableau N° 1 : Récapitulatif du devis estimatif (APS) ci-dessous et annexe n°7 : devis
estimatif.

Tableau N° 1 : Récapitulatif du devis estimatif (APS)

DESIGNATION MONTANT

Terrassement 80 484 500

Ouvrages 32 459 550

Signalisation 2 520 000

TOTAL 115 464 050

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 17
CONCLUSION

Cette première phase nous a permis de comprendre en quoi consiste un avant projet sommaire
(APS) et comment s’y prendre pour y arriver.

L’estimation des ouvrages hydrauliques (sections) à partir des données pluviométriques et


cartographiques nous donne le coût total des ouvrages à construire.

A partir des résultats géotechniques, nous avons estimé également les quantités de matériaux
(remblais et couche de roulement) à mettre en œuvre.

Connaissant les différentes quantités et les différents prix par unité de chaque élément nous
sommes arrivés à faire une estimation du coût global du projet à partir des études techniques.
Le projet se chiffre sommairement à un montant de cent quinze millions sept cent quatre vingt un
mille six cent cinquante de francs CFA (115 781 650 FCFA).

Tous les points vus de manière sommaire dans cette étape de l’étude du projet seront analysés
plus en détail dans la seconde partie qui va suivre (la partie APD).

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 18
III. L’AVANT PROJET DETAILLEE (APD)

L’avant projet détaillé est la seconde phase de notre étude. Il est établi après le choix de la
solution définitive et il est estimé sur la base d’un avant métré. Il est étroitement lié à la phase
précédente. Toutes les étapes déjà vues vont être réétudiées point par point mais cette fois-ci
avec beaucoup plus de précision. Tous les calculs qui ont été fait sur la base de supposition ou
d’estimation vont être adoptés avec tous les paramètres et les coefficients bien définis.

L’Avant Projet Détaillé comprend la définition de toutes les dimensions :


-en terrassement, les épaisseurs des différentes couches et les largeurs de plate-forme et
chaussée sont arrêtées.
-en ouvrage, les dimensions des ouvertures et de leurs différentes épaisseurs sont bien
définies.

1. ETUDE TECHNIQUE DETAILLEE

Elle regroupe les études déjà effectuées (topographiques, géotechniques, hydrologiques et


hydrauliques) mais donnera pour chaque cas qui va suivre toutes les précisions nécessaires avec
les justifications possibles des choix adoptés.

1.1 ETUDES TOPOGRAPHIQUES

L’étude topographie détaillée, consiste dans cette seconde phase en plus de ce qui a été fait dans
la phase précédente à savoir :

- les levés de la polygonale effectués le long de la clôture avec une matérialisation des
sommets ;
- les levés de semis de point du profil en travers à chaque quarante (40) mètres avec sept
(7) points de levés par profil;
- levé des côtes des différents ouvrages existants sur le parcoure de notre nouvelle piste ;
-rattachement de la polygonale au géodésique.

La seconde phase consiste à compléter les levés par:

- la matérialisation des bornes de déport qui sont implantées à vingt (20) et à quarante
(40) mètres des sommets de la polygonale ; Ces bornes sont bétonnées pour éviter la perte de ses
points de repère qui serviront à implanter la piste lors de sa réalisation.
- le levé des côtes des ouvrages hors du site du projet notamment la côte des exutoires et
des caniveaux existants hors de l’aéroport. Les caniveaux extérieurs nous serviront d’exutoire
pour l’évacuation des eaux pluviales.

Après le travail de terrain, ces données sont numérisées sur le fichier Autocad avec les
renseignements suivants :

- une polyligne matérialisant l’axe de la polygonale et ses sommets ;


- les semis de points dans le profil en travers ;
- les ouvrages et tous les éléments existants sur le parcours de la piste à construire ;
- les côtes de la limite du mur de l’aéroport ;
- les bornes de déport des sommets ;
- les bornes topographiques de référence ;
Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 19
Les sommets de la polygonale avec gisement, les coordonnées des sommets et des déports.
Tous ses renseignements sur le fichier Autocad serviront comme base de travail pour la
conception de la piste sont montrés en annexe n°8 : Coordonnées de la polygonale et en annexe
n°9 : Coordonnées des bornes de déport.

1.2 ETUDES GEOTECHNIQUES

1.2.1 Consistance de l’étude

L’étude géotechnique a consisté en:


- la reconnaissance des sols de plate-forme ;
- la prospection de site de matériaux pour le remblai et du corps de chaussée ;
- la prospection de site de matériaux (granulats) pour le béton hydraulique ;

1.2.1.a Sols de plate-forme

La reconnaissance de sols de plate-forme a été réalisée selon le programme suivant :

- l’exécution de sondages manuels environ tous les kilomètres avec relevé de coupes
géotechniques et prélèvements d’échantillons remaniés pour essais en laboratoire ;
- réalisation d’essai d’identification et géo-mécanique sur échantillon caractéristique de
sol de plate-forme.

1.2.1.b Matériaux pour remblais et corps de chaussée

Des sites de graveleux latéritique naturel ont été prospectés pour la recherche de matériaux de
viabilité pour corps de chaussée.

1.2.1.c Matériaux pour béton hydraulique

La prospection de sites de granulats pour bétons hydrauliques s’est avérée infructueuse dans un
rayon de 25 km. La solution proposée est que l’entreprise qui sera bénéficiaire du marché
négocie avec les entreprises ayant déjà des carrières de concassage pour bénéficier de leur
granulat.

1.2.2 Résultats des analyses

1.2.2.a Sols de plate-forme

Au total trois (03) sondages ont été faits sur notre tronçon de piste. Le premier sondage est fait à
cinq cent (500) mètres de l’origine et les autres points sont faits tous les un (01) kilomètre.

La nature des différents sols rencontrés se présente comme suit :

- cuirasse friable (A-2-4 ; A-2-6) de classe de portance S5 ;


- argile latéritique (A-7-6 ; A-2-7) de classe de portance S4 ;
- argile limoneuse (A-2-7) de classe de portance S2 ;

La synthèse des essais réalisés sur les matériaux prélevés dans les différents sondages fait
ressortir les caractéristiques géotechniques suivantes :

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 20
Tableau N°2 : Récapitulatif des résultats de l’analyse des matériaux de sols supports

Analyse granulométrique Limites Portance


Proctor modifié
passants % d'Atterberg CBR
0.08 5 10 wopm 95 %
2 mm Wl Ip γopm
mm mm mm % OPM
Valeur
8.5 27.0 44.0 71.0 28 14 9.4 1.73 9
minimale
Valeur
62.5 92.0 97.5 99.5 58 32 17.0 2.03 48
maximale
Ecart type
13.9 20.3 18.2 10.3 11.7 7.6 3.1 0.1 12.4
estimé
Coefficient
de
50.1 39.8 27.8 12.1 32.9 39.7 29.4 6.9 52.1
variation
%

(Voir annexe N°10 : Pour les détails des résultats de reconnaissance et des essais sur échantillons
remaniés de sol de plate-forme).

1.2.2.b Matériaux pour corps de chaussée

Pour la recherche des matériaux pour le corps de chaussée nous avons effectués des
prospections sur quatre (04) sites d’emprunts dans les localités de Kienfangué et de Kundé à une
distance comprise entre 19 et 24 km environ à partir du rond point de la patte d’oie.
Le tableau suivant donne les résultats des essais effectués sur les matériaux prélevés dans les
dites localités.

Tableau N°3 : Récapitulatif des résultats de l’analyse des matériaux d’emprunts.

Analyse granulométrique Limites


Proctor modifié Portance CBR
passants % d'Atterberg
ρdOP
0.08 2 5 10 wOPM 95 % 98 %
Wl Ip M
mm mm mm mm % OPM OPM
t/m3
Valeur
8.0 25.0 42.5 64.5 23 10 8.1 1.96 18 27
minimale
Valeur
21.0 40.5 78.0 96.0 38 20 10.4 2.17 59 75
maximale
Ecart type
5.12 5.98 13.93 11.59 4.86 3.31 0.79 0.07 12.47 16.27
estimé
Coefficient
de
33.18 19.22 24.29 13.92 14.99 20.14 8.55 3.28 33.83 30.53
variation
%

(Voir annexe N°11 : Pour les détails des analyses des matériaux provenant des emprunts).

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 21
Les distances mortes et les volumes des différents emprunts figurent dans le tableau N°4

Tableau N°4 : Récapitulatif des volumes des différents sites d’emprunts.

Distance Epaisseurs Volume


N° Superficie
morte Découverte Exploitable exploitable
Emprunt m²
(km) (cm) (cm) (m3)
1 14 40 000 10.0 10.0 9 375
2 bis 15 40 000 5.0 25.0 9 375
3 19 45 000 10.0 25.0 12 150
VOLUME TOTAL EXPLOITABLE 30 900

(Annexe N°12 : Plan de situation des zones d’emprunts).

1.2.3 Mode de terrassement et recommandations

1.2.3.a Mode de terrassement

La méthode de terrassement suivante sera mise en œuvre :


- respect strict du décapage des sols de découverte ;
- purge et substitution des sols de la classe S2 (portance CBR comprise entre 5-10 à 95%
OPM) par 50 cm (minimum) de matériau de couche de forme (CBR>15 à 95% OPM).
- Mise en place de 50 cm d’épaisseur de matériaux de classe S3 à S4 sur le sol de plate-
forme dans les zones d’affleurement de la cuirasse friable pour éviter les effets de plaque.

1.2.3.b Recommandations

Les caractéristiques géotechniques des sols rencontrés tout le long du projet indiquent que la
plate-forme est de bonne qualité dans son ensemble. Cependant il ressort qu’il existe une (01)
zone où le matériau a une classe de portance S2 (CBR comprise entre 5-10 à 95% OPM). Ce sol
de mauvaise qualité sera substitué par au moins 30 cm de matériaux de classe S3 ou S4
(CBR>15 à 95% OPM).

Les quatre (04) emprunts de matériaux de viabilité sont regroupés en deux (02) familles :

- un (01) emprunt dont la portance CBR à 95% OPM est de 18 peut être utilisé comme
matériaux de remblais.
- deux (02) emprunts ont des indices CBR à 95% OPM supérieurs ou égales à 50 avec des
CBR à 98% OPM inférieur à 80. Ces emprunts peuvent servir pour l’exécution de la
couche de roulement.
- pour l’exploitation des différents emprunts, une attention doit être portée sur le respect
des épaisseurs exploitables.

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 22
1.3 ETUDES HYDROLOGIQUES ET HYDRAULIQUES

Mettre la chaussée hors d’eau a toujours été le souci premier de l’ingénieur sur tous projets
routiers.

Ce point concerne le volet assainissement de la piste et il précise les paramètres et les formules
adoptées pour le dimensionnement des ouvrages. Les supports de base pour le dimensionnement
sont les données hydrologiques et pluviométriques.

L’hydrographie de Ouagadougou est drainée par le réseau hydrographique du massili, qui se jette
à une soixantaine de kilomètres de la ville dans le Nakambé. A un niveau plus spécifique, les
eaux drainées sur la zone ici concernée se jettent dans trois collecteurs différents, à savoir le
canal central, le canal de Zogona et celui de la patte d’oie ; c’est dire donc que du point de vue
hydrographique, l’espace de l’aéroport se situe sur une crête.

1.3.1 Pluviométries

1.3.1.a Pluviométrie annuelle

La quantité d’eau qui tombe dans les bassins sous forme de pluie s’écoule et se transforme en
débit. C’est ce débit qui arrive à chaque exutoire, que l’on utilise pour calculer la section
d’ouverture des ouvrages pour l’évacuation. La pluviométrie inter-annuelle de l’échantillon de
relevé des 30 dernières années est de 700,7 mm.

Les valeurs extrêmes observées sont 545,1 mm en 2008 et 900,7 mm en 1991.


Le traitement statistique de l’échantillon donne les pluies caractéristiques suivantes :

Mémoire de fin d’étude pour l’obtention du diplôme de Master Génie-Civil option Infrastructures Page 23
Tableau N°5 : pluies caractéristiques
Année Sèche Humide
Médiane 757,3 mm 757,3 mm
Quinquennale 645,3 mm 869,4 mm
Décennale 586,6 mm 928,1 mm
Cinquantennale 469,5 mm 1045,2 mm
Centennale 446,5 mm 1068,2 mm

1.3.1.b Pluviométrie mensuelle

Le tableau N°6 suivant donne les valeurs des pluies moyennes mensuelles sur une période de 30
années réellement observées entre 1979 et 2008. Il apparaît que la période pluvieuse s’installe en
moyenne de Juin à Septembre avec 83 % de la pluviométrie annuelle, mais que l’essentiel des
précipitations a lieu en Juillet et Août, soit 53 % du total annuel avec le mois d’Août comme
mois le plus pluvieux dans l’année (209,1 mm représentant 30 % du total annuel).

Tableau N° 6 : Répartition pluviométrique mensuelle


Station Météo

inter-annuelle
Pluviométrie
Période de
référence

moyenne
Pluviométrie moyenne mensuelle (mm)

J F M A M J J A S O N D
Ouaga 1979
Aéropor - 0,0 0,1 5,6 23,8 61,8 83,5 165,4 209,1 120,6 29,2 1,5 0,1 700,7
t 2008
Source : service de la météorologie nationale du Burkina

1.3.1.c Pluviométrie journalière maximale

Il s’agit en générale d’averses 3 convectives de nature orageuse, d’assez courte durée et


favorisant les ruissellements. L’échantillon de relevé montre une grande variabilité de ces pluies
maximales dites journalières d’une année à l’autre. Les valeurs extrêmes sont 37,1 mm en 1982
et 116,7 mm en 2007.

L’ajustement de cet échantillon de 30 valeurs à la loi de Gumbel permet de ressortir les


hauteurs caractéristiques aux années types suivantes :

3
Averse : pluie subite et abondante.
[Tapez un texte]
Année médiane : 61,8 mm
Année Quinquennale humide : 78,5 mm
Année décennale humide : 89,6 mm
Année Cinquantennale humide : 114,1 mm
Année Centennale humide : 124,4 mm

1.3.1.d Intensités de pluies ponctuelles (5 mn à 24 h)

Le facteur climatique pris en compte dans les méthodes de calcul des débits en milieu urbanisé
comme le cas présent est la pluie ponctuelle au poste météorologique de référence pour l’étude, à
savoir celle de Ouagadougou aéroport.

Les pluies ponctuelles de moins de 24 heures se caractérisent par des intensités très fortes suivant
la fréquence et la durée de l’averse : intensité maximale observée 185 mm/h en 10 mn.

Les intensités sont déterminées à l’aide des paramètres de Montana (a et b), pour la zone
(Ouagadougou) en fonction de la fréquence.

Tableau N° 7 : Hauteur de pluie – durée – fréquence

Durée inférieure à 1 heure Durée supérieure à 2 heures


Fréquence a b a b
1/1 an 5,6 0,5 31 0,9
1/10 ans 9,4 0,5 39 0,9

L’intensité moyenne de l’averse dont la durée correspond au temps de concentration du bassin tc


est déterminée à partir de la traduction analytique de Montana entre les deux paramètres :

i = a tc-b

où a et b sont des coefficients numériques dits de Montana ci-dessus présentés, dépendant de la


fréquence de l’averse et de la localité.

1.3.2 Hydrologie : méthodologie de calcul des débits d'eaux pluviales

1.3.2.1. Méthode de calcul des débits d’eaux pluviales

1.3.2.1.a Choix de la fréquence des débits de projet

Le choix de la fréquence des débits contre lesquels on veut protéger les infrastructures à
réaliser se pose sur le plan économique. Le coût de construction et d'entretien du réseau est à
comparer avec le risque économique que représente un débordement du réseau.

En général, les réseaux secondaire, tertiaire et quaternaire sont dimensionnés pour des périodes
de retour moindres (1 an, 2 ans, 5 ans) tandis que le réseau primaire est dimensionné pour des
périodes de retour plus importantes (10 ans ou plus).

Cependant, pour le présent projet les ouvrages vont être dimensionnés avec des débits de
durée de retour de dix (10).
La méthode utilisée pour le calcul des débits à évacuer est la méthode superficielle de CAQUOT,
adaptée au contexte de la ville de Ouagadougou.

1.3.2.1.b Présentation de la méthode superficielle de Caquot

Elle dérive de la méthode rationnelle et s’applique aux bassins de superficie ne dépassant pas
200 hectares, de pente moyenne comprise entre 0,002 et 0,05 m/m.
Sa formule générale est la suivante :

Q (F) = k x Cm x In x Ap

Où Q (F) représente le débit maximal à l'exutoire de fréquence F, (en m3/s)

C : le coefficient de ruissellement ;

I : la pente moyenne du bassin (en m/m) ;

A : la superficie du bassin versant en ha ;

k, m, n, p : des coefficients et exposants dépendant des unités choisies et des coefficients de

Montana.

La formule suivante sera utilisée pour le calcul des débits. Elle dérive des travaux des
chercheurs tels que Lemoine et Michel (EIER - CIEH) pour son adaptation au contexte
africain.

L’expression est la suivante:


b 3b/8 (0,95-0,2b)
Q(F) = 9x 1,1 x a(F) x C x I x A x (L/(2xA0,5))-0,6b

avec Q(F) le débit maximal à l'exutoire de fréquence F, (en m3/s)

a et b : les cœfficients de Montana.

Pour la crue de fréquence décennale, la relation s’exprime sous la forme :

Q10 = 0,996 x C x I 0,1875 x A0,85 x M


Avec M = (L/(2xA0,5))-0,3

Q10 : débit maximal à l'exutoire de fréquence décennale en m3/s ;


C : coefficient de ruissellement ;
I : pente moyenne du bassin (en m/m) ;
A : superficie du bassin versant en ha ;
L : longueur du plus long cheminement hydraulique (en hm).
(Le tableau N°4 : Les résultats de la crue de projet pour chaque exutoire identifié).

1.3.2.1. Définition et principe de détermination des paramètres hydrologiques

1.3.2.2.a Identification des exutoires de ruissellement


Elle est faite directement sur le terrain, à l'occasion de visites détaillées. Au cours de ces
visites, avec l'aide du plan cadastrale d'échelle 1/25.000, on a analysé et répertorié la
configuration actuelle des ruissellements ; ce qui a permis de définir les unités de drainage
(bassins versants ou sous-bassins versants), et d’identifier les exutoires respectifs, en vue d'une
évaluation de leurs paramètres hydrodynamiques et hydrologiques.

1.3.2.2.b Tracé des limites des bassins versants

Cette opération a été faite à partir de la confrontation entre :

• le plan cadastral de la ville, couvrant la zone de l’aéroport et comportant des courbes de


niveau ;

• et les résultats de la visite de terrain qui a permis d'apprécier l'état actuel des lieux,
d’identifier les axes de drainage et les limites des bassins versants.

1.3.2.2.c Superficie des bassins versants (ha)

Les limites de chaque bassin de drainage étant tracées sur le plan dont l’échelle est connue
(1/15 000), la superficie en présence est déterminée à l’aide d’un planimètre électronique.

1.3.2.2.d Longueur du plus long cheminement hydraulique L (hm)

Elle représente la distance parcourue par une goutte d'eau tombée depuis le point le plus éloigné
du bassin versant pour parvenir à l'exutoire. L'intervention de cette longueur permet de corriger
l'influence de l'allongement du bassin versant sur le débit.

1.3.2.2.e Pente générale I

Facteur conditionnel du ruissellement, la topographie de chaque bassin versant est caractérisée


soit par la dénivellation H entre crête de bassin et exutoire, soit par la pente générale I qui est le
rapport entre la dénivelée H et la longueur de plus long cheminement hydraulique L.
I = H/L (en m/m).

1.3.2.2.f Coefficient de ruissellement C

Avant que l'eau n'atteigne le réseau d'infrastructures hydrauliques (existant ou à créer), de


nombreux processus interviennent au cours de la transformation de la pluie en débit. Les
résultats de ces phénomènes complexes se traduisent globalement par deux effets dont la
réduction du volume ruisselé par rapport au volume précipité exprimé par le coefficient de
ruissellement C.

Ce coefficient caractérise la couverture de chaque bassin, il intègre la nature du sol, le couvert


végétal, et surtout du type d'urbanisation.
Il est obtenu par la pondération des coefficients des différentes surfaces élémentaires (sol nu,
espace vert, rue bitumée, rue en latérite, toiture, cours, etc.) dans les conditions suivantes, traitées
par le plan stratégique de drainage des eaux pluviales dans la ville de Ouagadougou :
- - Zone verte (T1) C1 = 0,57
- - Zone non lotie (T2) C2 = 0,77
- - Zone d’habitat dense lotie (T3) C3 = 0,74
- - Zone d’habitat lotie (T4) C4 = 0,66
- - Zone industrielle (T5) C5 = 0,63
- - Zone commerciale (T6) C6 = 0,75
- - Zones résidentielles et administratives (T7) C7 = 0,66
- - Surface imperméabilisée de grande étendue (T8) C8 = 0,95

Pour la partie concernée de l’aéroport de Ouagadougou, le coefficient de ruissellement global


pour l’ensemble des unités de drainage, obtenu par pondération des coefficients de ruissellement
élémentaires ci-dessus présentés est soit 0,70 ou 0,80.

1.3.3 Résultats d'études hydrologiques


Tableau N° 8 : Résultats hydrologiques

Référence Q Caquot
A (ha) L(hm) I(m/m) C a b
exutoire (m3/s)

1 1,2 0,008 0,70 9,4 0,5 1,04


3,20
2 13,1 0,002 0,70 9,4 0,5 3,96
31,98
3 6,2 0,005 0,70 9,4 0,5 1,49
8,10
4 3,9 0,010 0,70 9,4 0,5 1,93
8,00

1.3.4 Dimensionnement hydraulique des ouvrages

1.3.4.1 Dimensionnement des dalots

Les dalots faisant suite aux caniveaux, leur dimensionnement ou vérification se fait en
considérant qu'il s'agit d'une continuité du caniveau, donc avec la même formule mais avec un
fruit de berge nul. Une certaine revanche est cependant nécessaire pour éviter tout passage par
dessus. Le choix du coefficient de rugosité tient également compte de la nature des parois de
l'ouvrage (béton armé).

La formule s’exprime comme suit :

Q = K x S x R2/3 x i1/2

Où Q est le débit en m3/s

Ks : le coefficient de rugosité de Strickler ;

S : la section d'écoulement en m² ;

R : le rayon hydraulique en m ;

i : la pente du caniveau en m/m.


Le changement de section se fait par relèvement du tablier, et/ou par la réalisation d'une chute,
ou encore par élargissement progressif des parois latérales.
(Voir tableau N°9 : les sections d’ouverture des dalots).

1.3.4.2 Ouvrages d’assainissement longitudinal

L'assainissement longitudinal est aussi traité dans le cadre de la présente étude, et plusieurs
formes de dispositions sont proposées à certains endroits pour protéger la piste contre les eaux
extérieures :

-les caniveaux et fossés latéraux

Compte tenu de la hauteur de remblai faible, les fossés latéraux (sur les 2 côtés) sont prévus
systématiquement sur toute la longueur de la piste.

Entre les ouvrages 3 et 4, où la pente du terrain ne favorise pas l’écoulement rapide des eaux, il
est prévu des caniveaux sur le côté amont en lieu et place des fossés.

-les caniveaux et fossés exutoires

Ils sont prévus exceptionnellement en aval des ouvrages transversaux de franchissement enterrés,
aux fins d’assurer le raccordement de ceux-ci avec les ouvrages existants en aval.

1.3.4.3 Résultats de dimensionnement hydraulique

Toutes les caractéristiques hydrauliques des ouvrages de drainage et d'assainissement, ainsi


que leur disposition sur le terrain sont représentées dans le tableau ci-dessous.
Tableau N° 9: RESULTATS D'ETUDE HYDRAULIQUE

Réf Repèr Coeff Frui Nature de Dimensions Dimensions de


Qp Pente Longueur en mètre linéaire
tronçon e de t l'ouvrage théoriques projet
(m3/s
ouvrag rugosit (dalot ou b h b B h Canivea Dallett Fossé
PK (m) ) i ( %) m Dalot
e éK caniveau) (cm) (cm) (cm) (cm) (cm) u e s
1 Dalot
1 16 1,04 70 1 0 60 71 60 60 80 7 32
transversal
1 Dalot 1252,
2 642 3,96 70 1 0 80 72 80 80 70 7
transversal 4
1 Dalot
3 1 753 1,49 70 1 0 100 53 100 100 80 7 2221
transversal
3- Caniveau
1 753 1,49 60 1 0,25 100 65 100 125 50 30 5
Exutoire exutoire
de
Caniveau
C-3 1752 à 1,49 60 0,5 0,25 100 65 100 125 50 98
latéral
1851
de
Caniveau
C-4 1875 à 1,93 60 0,5 0,25 100 77 100 140 80 197
latéral
2072
1 Dalot
4 2 072 1,93 70 1 0 100 65 100 100 100 7 343
transversal
4- Caniveau
2 072 1,93 60 1 0,25 100 77 100 140 80 83
Exutoire exutoire
4-
extérie 1 Dalot
extérieu 1,93 70 1 0 100 65 100 100 80 50 1856
ur transversal
r
Totaux 408 78 5 5704

[Tapez un texte]
1.3.5 Typologie et structure des ouvrages

Il s’agit d’un ensemble d’ouvrages constitués de dalot, de radier et des dallettes conçus pour le
franchissement du réseau de drainage.

1.3.5.1 les dalots

Les dalots sont des ouvrages en béton armé de section rectangulaire (b = B) qui se situent au
niveau des franchissements de passages d’eau.

Ils sont prévus pour être réalisés en cadre de béton armé sous la chaussée, surmontés à leurs
extrémités d'un muret de hauteur égale à 50 cm au-dessus du niveau de la chaussée;

Cinq (05) nouveaux dalots sont à construire (numéros 1, 2, 3, 4, 4bis). Les sections types
correspondantes sont ; unité x base (cm) x hauteur (cm) :

1x 60 x 80 ; 1 x 80 x 70 ; 2 x 100 x 80 ; 1 x 100 x 100.


(Voir annexe N°13 : Plan de dalot).

1.3.5.2 Les Radiers

Il existe un radier sur la piste aux environs du PK 2+300 ; mais celui-ci, compte tenu de sa
disposition, ne parvient pas à assurer convenablement l’évacuation des eaux. Nous suggérons
qu’il soit démoli et remplacé par un dalot (correspond à l’ouvrage N°4 à construire).

Vue du radier

1.3.5.3 Les caniveaux et les fossés

1.3.5.3.a Les caniveaux

Ils sont prévus entre les ouvrages 3 et 4 pour améliorer le drainage de cette zone dépressive où
les pentes sont très faibles et l’écoulement naturel inexistant. Ils sont également prévus à titre
d’exutoire des dalots 3 et 4 pour assurer la transition des eaux vers des émissaires existants. Le
linéaire global de caniveaux prévus est de 408 m.

La structure retenue pour les caniveaux est celle en maçonnerie de pierres, avec un radier en
béton légèrement armé. L’épaisseur des parois est de 25 cm.

[Tapez un texte]
La section type retenue est la forme trapézoïdale, dont les caractéristiques géométriques sont
définies par trois paramètres indépendants : la largeur au plafond b, la profondeur h et
l’inclination des parois m (d’où la considération de la largeur en gueule B = b + 2xmxh).

Les types de sections ont été déterminés en fonction des débits à écouler et des contraintes
constructives. Ces types de sections, au nombre de quatre (4), de forme trapézoïdale sont :

Largeur au fond (cm) / largeur en gueule (cm) x hauteur (cm)


70/105 x 70
80/115 x 70
100/125 x 50
100/140 x 80
(Voir annexe N°14 : Plan de caniveau).

1.3.5.4.b Les fossés

Ils sont prévus pour assurer le drainage longitudinal de la piste.


Il s’agit de fossés ouverts sur le terrain naturel, de profondeur moyenne 0,50 m et des fruits de
berge 1/2 et 2/1. Nous avons au total 5702 mètres linéaires de fossés à réaliser.
(Voir annexe N°15 : Plan des fossés).

1.3.5.5 les dallettes

Afin d’assurer le franchissement du caniveau exutoire 3 une couverture en dallettes y est prévue
sur une largeur de 5 m.
L’épaisseur sera de 20 cm pour chacune de ces dallettes de portée égale à 1,25 m ;

La longueur de chaque dallette est fonction de l’ouverture supérieure du caniveau, à laquelle on


rajoute un recouvrement de 25 cm de chaque côté.
(Voir annexe N°16 : Plan des dallettes).

1.3.6 Etat récapitulatif des résultats

Tableau N°10 : Récapitulatif des ouvrages

Nature de
Caractéristiques Nombre Unité Quantité
l'ouvrage
60 x 80 1 mètre 7
80 x 70 1 mètre 7
Dalots 100 x 80 2 mètre 57
100 x 100 1 mètre 7
5 mètre 78
100/125 x 50 1 mètre 98
Caniveaux
100/140 x 80 1 mètre 197
Fossés en terre mètre 5704
Dallettes mètre 5
2. CONCEPTION TECHNIQUE DU PROJET

2.1 Présentation du logiciel

Pour la conception technique de la piste nous avons utilisé le logiciel piste qui est conçu et
paramétré pour le calcul des cubatures et pour les plans des éléments caractéristiques d’un projet
de piste (tracé en plan, profil en long et le profil en travers).
La conception des projets de piste prend les extensions suivantes : txt, dxf.
De nombreux paramètres sont pris en compte dans la conception de la piste.
Grâce au fond topographique obtenu à partir des levés topographiques nous avons enregistré le
fichier sous le format dxf qui a servi de fond de travail pour la piste.

2.2 Les caractéristiques géométriques

Un projet routier est représenté graphiquement par :


- Une vue en plan ;
- Un profil en long ;
- Un profil en travers ;
Les caractéristiques géométriques de la route définies par ces trois (03) éléments visent à réaliser
un compromis entre les conditions imposées par la nature du trafic, son importance et les
difficultés du milieu naturel (relief, nature des sols).

La vitesse de référence est prise égale à 60 km/h pour notre présent projet. Elle se définie comme
la vitesse qui permet de définir les caractéristiques et d’aménager les points singuliers4
présentant les conditions les plus sévères d’une section considérée afin d’assurer la sécurité du
véhicule isolé.
En fonction des matériaux à utiliser, du niveau d’aménagement et de sa composition structurelle
notre route est une piste améliorée de type B.

4
Point singulier : virage, point bas ou un sommet.
Les paramètres géométriques associés à cette vitesse de référence sont donnés dans le tableau ci-
dessous :

Tableau N°11 : Caractéristique de la piste en fonction de la vitesse

Vitesse de référence Vr 60 Km/h


Dévers maximal 7%

Minimal absolu (RHm) 120m


TRACE EN PLAN

Minimal normal (RHN) 240 m


Rayon en Plan
(RH)
au dévers minimal RH 450 m

non déversé RH 600 m

Déclivité maximale 7%

Minimal absolu 1600 m


PROFIL EN LONG

Rayon en angle
saillant
Minimal normal 4500 m

Minima absolu 1500 m


Rayon en angle
rentrant
Minimal normal 2200 m
2.2 Principe de la conception

2.2.1 Le tracé en plan

Il est une représentation en plan de l’axe de la route. Il est le plus souvent établis à l’échelle du
1/1000 à 1/5000 et représente de façon complète la piste et ses dépendances : axe, limite de la
plate-forme, fossés, talus, le réseau, de drainage, la signalisation et les éventuels équipements.

Il est constitué d’une succession d’alignement droit et de courbes raccordés entre eux par des
courbes de rayon choisi en fonction de la catégorie de la route. Les alignements droits ne
doivent pas dépasser les deux ou trois (2 ou 3 km). Le tracé en plan tient compte de la visibilité
dans le choix des raccordements circulaires.

En général pour tracer un alignement droit deux points suffisent et son pourcentage par rapport
à l’ensemble du tracé ne doit pas dépasser les 40 à 60% de la longueur total du projet. Le seuil
minimal de pourcentage est de 20%. On évite de manière générale les longs alignements droits
car ils sont source d’éblouissement la nuit des phares des véhicules venant en sens inverse et de
monotonie dans la conduite le jour pouvant provoquer des accidents graves de la circulation.

Le tracé de l’axe de la piste est dessiné sur un fond topographique de plan altimétrique sur lequel
figurent les coordonnées géographiques du site. Cette représentation sur le plan sera une
représentation dans un système de coordonnée X et Y.

Figure N° 3 : Tracé en plan


2.2.2 Le profil en long

Il se définit comme la projection sur un plan vertical d’un ensemble d’éléments de la route
projetée. Ces éléments sont :

- le profil en long du terrain naturel


- la ligne rouge avec les pentes, les rampes et les paliers ;
- la distance horizontale partielle entre les points ;
- la distance cumulée à partir de l’origine ;
- les alignements et les courbes ;
- les points particuliers.

Le profil en long est l’un des paramètres déterminants de tout projet routier car il permettra
d’apprécier au mieux l’allure de la route et les quantités de matériaux à mettre en place. Il permet
de définir le tracé idéal d’un projet de manière à rendre égaux les volumes de terre excavés avec
les volumes de terre remblayés. Le profil en long constitue un développement suivant son axe
sur lequel sont représentés le terrain naturel (TN) et le projet. Le graphe du profil en long
contient tous les points du terrain naturel et de l’axe du projet. Pour l’établir on choisit en général
un plan de comparaison d’altitude inférieur à l’altitude du point le plus bas du terrain naturel.

Une fois le choix du tracé arrêté, on procède à la détermination des caractéristiques du profil en
long qui conditionne l’importance des terrassements et par suite le coût de la construction. Un
profil en long du point de vue économique sera celui qui aura sa ligne rouge épouse au mieux le
terrain naturel minimisant ainsi les remblais à mettre pour circulation.

Pour notre projet les épaisseurs du corps de chaussée sont très variables en fonction du terrain
naturel (TN) et du sol de plate-forme; par endroit pour permettre que les ouvrages (dalots) soient
fonctionnels on aura des remblais allant jusqu’à cinquante (50) ou soixante (60) cm d’épaisseur.
L’épaisseur de la couche de roulement est estimée à trente (30) cm.
Notre plan de comparaison est de 308 m.

Figure N° 4 : Profil en long


2.2.3 Le profil en travers

C’est une représentation de la route dans le sens transversal. Le profil en travers est représenté en
vue de face pour une personne qui se déplacerait sur l’axe du projet de l’origine à l’extrémité du
projet.
Les profils en travers sont dessinés à l’échelle 1/100 ou au 1/200 avec une équidistance variable
suivant le relief généralement comprise entre 10 et 50 mètres.
IL permet le calcul des paramètres suivants :
- La position des points théoriques d’entrée en terre des terrassements ;
- L’assiette du projet et son emprise sur le terrain naturel ;
- Les cubatures (volumes de déblais et remblais).

Il existe trois (03) types de profil en travers :


- le profil en remblai ;
- le profil en déblai ;
- le profil mixte.

Figure N° 5 : Profil en travers

2.2.4 Choix de la polygonale

La polygonale d’une piste est tracée en fonction de plusieurs contraintes dont les plus
importantes sont :
- le point de départ du projet est imposé par les termes de référence, il s’agit entre autre
du point S1 qui se trouve tout juste à la fin du parking des avions.
- eviter au mieux les obstacles tels les installations des antennes de captages, les
maisonnettes de la tour de contrôle, les bornes de repérage des installations électriques.
- suivre la clôture de l’aéroport en gardant une distance constante de six (06) mètres avec
elle dans les alignements droits.
- passer sur les ouvrages existants qui sont en bon état et éviter ceux qui sont défectueux
ou non fonctionnel.

2.2.5 Dispositions pour le tracé en plan

- La mise aux standards normaux de rayons de courbures en fonction des valeurs


indiquées pour la vitesse de référence adoptée pour chaque section.
- L’amélioration du tracé en plan à l’approche des ouvrages à conserver et tenir compte
de ceux à construire pour une harmonie entre ces ouvrages et l’axe de la piste.
L’amélioration du tracé en plan dans le terrain nécessitant des volumes de terrassement
importants ne sont prévues que dans le cas où cela s’avère indispensable (nécessaire) compte
tenu du niveau de trafic de la piste et de la vitesse de référence.

2.2.6 Choix des rayons

Le choix des rayons pour les raccordements sont fonctions de la vitesse de référence (Vr=60
km/h)
Il tient compte des facteurs suivants :
- La visibilité qui impose une courbe minimale ;
- La force centrifuge ;

Les courbes de très petits rayons sont utilisées pour le raccordement dans les carrefours ou dans
la partie circulaire d’un virage. Ce rayon doit être unique et il faut proscrire les courbes formées
d’arcs de cercle contigus de rayons différents.

Notre projet ne tient pas rigueur des rayons imposés par les normes de sécurité pour la
conception à cause du caractère de la route et des clauses prescrites par le maitre d’ouvrage.
Notre rayon minimal pour l’axe en plan est de cinquante (50) mètres et cinq mille (5000) mètres
pour le profil en long.

2.2.7 Raccordement circulaire

Le tracé d’une voie de communication se compose d’une succession d’alignement droit et de


courbes circulaires ou progressives. Il tient compte lors de la conception des points de passages
obligés, du relief du terrain et des obstacles à éviter.
Pour l’implantation d’un alignement droit, deux points suffisent, on peut aussi mettre des points
intermédiaires entre ces deux points. Quant à l’implantation des courbes il faut plus de deux
points, il faut connaître les points de tangence, la valeur des rayons adoptée.
Un raccordement circulation simple est un arc de cercle TT’ tangent à deux alignement droits ST
et ST’.
Le point S est le sommet du raccordement, il est l’intersection des deux alignements droits. Les
alignements étant connus, le point S ainsi que l’angle G sont connus. T et T’ sont les points de
tengance.

Deux cas de figure peuvent se présenter :


- soit le rayon R de raccordement est connu : il est choisi lors du projet et dépend de la
catégorie de la route.
- soit on impose un point de passage P pour ce raccordement, le franchissement d’un
obstacle par exemple (cours d’eau, chemin de fer).

Le rayon R est calculé de sorte que le raccordement passe par P. Dans le cas le plus courant R est
connu. Les alignements ST et ST’ étant aussi connu on construit le point S d’intersection et l’on
reporte les distances horizontales calculées ST et ST’. On procède ensuite eau piquetage de
plusieurs points de l’arc.
3. DEVIS ESTIMATIF DES TRAVAUX

Le devis estimatif est fait sur la base de l’avant métré. L’avant métré est l’opération qui consiste
à travers la décomposition des éléments (superficie des décapages, remblais…, volume des
dalots et caniveaux…) en figures géométriques de calculer les surfaces et les volumes des
éléments de la piste (terrassements et ouvrages).

La conception du projet à partir du logiciel piste nous donne les quantités des matériaux de
terrassement suivants :
- les purges = 2514,5 m³ ;
- les décapages = 2800,2 m³ ;
- les déblais = 516,5 m³ ;
- les remblais = 7756,8 m³ ;
- couche de roulement = 5885,8 m³.

Le métré des ouvrages hydrauliques donne les résultats suivants :


-cinq (05) dalots : quatre (04) dalots ont sept (07) mètres chacun et un (01) dalot a cinquante (50)
mètres.

Tableau N° 12 : Métré des dalots


METRE BETON DES DALOTS
Dimensions 80X80 100 X 100

Corps du dalot 2.52 4,83

Têtes de dalot 0.884 2,062


Volume total (m3) 3.404 6,892

La signalisation est quantifiée par type de panneau :


- panneau type A1a A1b : 14 ;
- panneau type B21.1 et B21.2 ;

L’avant métré des différents éléments ci-dessus donne les quantités totales à mettre en œuvre.
A partir de ces quantités nous avons estimé le coût total du projet qui s’élève à cent dix sept
millions neuf cent cinquante neuf mille trois cent francs CFA (117 959 300 FCFA).
Le kilomètre de notre piste nous revient donc à trente neuf millions trois cent dix neuf mille sept
cent soixante sept FCFA (39 319 767 FCFA).
(Voir tableau N°13 : Devis estimatif en détail)

Tableau N°12 : Récapitulatif du devis

DESIGNATION MONTANT

Terrassement 88 626 400

Ouvrages 26 812 900

Signalisation 2 520 000

TOTAL 117 959 300


IV. DIFFICULTES RENCONTREES ET SUGGESTIONS

Un projet est un ensemble d’actions que l’on mène pour arriver à un but fixé. Dans notre étude
nous avons eu pas mal de difficultés. L’aéroport est une zone protégée et pour y avoir accès il
faut une autorisation. Avec le laissez-passer l’accès n’y était pas souvent facile à cause de la
rotation de l’équipe de la gendarmerie qui multiplie les contrôles sans relâche.

Une partie de la zone de l’aéroport était touffue d’herbe et d’arbuste empêchant une bonne
visibilité pour les levés topographiques. Les agents de l’ASECNA ont mi au moins une semaine
et plus pour brûler la zone en question. L’acquisition des données cartographiques et des
données pluviométriques a pris aussi un peu de temps dû aux procédures administratives très
lentes. Le laboratoire (LNBTP) chargé de faire les sondages de la plate-forme a mi de temps
pour les exécuter.
Ouagadougou manque d’un plan d’assainissement faisant que d’énormes difficultés se posent
quand il s’agit d’évacuer les eaux (cas des ouvrages OA3 et OA4).

La recherche des zones d’emprunts pour les matériaux de la chaussée s’est avérée difficile.
Avec la politique du gouvernement qui a facilité l’acquisition des domaines beaucoup de zones
sur les différents grands axes en allant de la RN 1 à la RN 4 sont devenues des titres fonciers.

Cette politique fait que pour l’obtention des zones d’emprunts il faut maintenant aller au environ
de 25 km pour l’avoir. Le coût élevé du carburant avec les sites d’emprunt distants de plus de
cinq (05) kilomètres de l’aéroport fait croître le prix du projet.

Alors un problème se pose pour les années à venir pour les acteurs du génie civil. IL est grand
temps pour les ingénieurs de chercher d’autres matériaux qui vont remplacer la grave latéritique
et qui serait facilement accessible.
V. CONCLUSION

Que retenons-nous de ce projet de fin d’étude ?


Le projet de mémoire nous a permis d’avoir un aperçu général sur un projet de piste.
Tout d’abord ce fut pour nous un moment d’intense travail pour la collecte des données et de
leur traitement. Ce fut également l’occasion pour nous de nous fixer les idées sur les réalités
pratiques qui prévalent sur le terrain de l’ingénieur. Un projet de route fait appel à plusieurs
notions et compétences qu’il faut avoir.
Au terme de notre travail, nous retenons que les compétences dans le domaine du génie civil
sont complémentaires en ce qui concerne notre projet de piste. Nous avons eu recoure à des
travaux en topographie, hydrologie, hydraulique et géotechnique pour mener à bien le présent
projet.
L’étude proprement dite a permis de chiffrer le coût du projet qui s’élève à un montant de Cent
dix sept millions neuf cent cinquante neuf mille trois cent francs CFA (117 959 300 FCFA) soit
trente neuf millions trois cent dix neuf mille sept cent soixante sept FCFAfrancs CFA (39 319
767 FCFA) le kilomètre de piste.
Les matériaux pour le corps de chaussée sont des matériaux sélectionnés ayant des
caractéristiques géotechniques recommandées par le laboratoire. La piste par endroit ne respecte
pas les conditions d’une route normale car du fait de son caractère (chemin de ronde) et de ce
que le maître d’ouvrage veut (la piste doit suivre au maximum la clôture) on a été contraint de
choisir des rayons inférieurs aux stricts minimums.
Pas mal de difficultés se sont posées dans ce projet :
- les ouvrages numéro 3 et 4 sont dans une zone de dépression avec des pentes
relativement très faibles posant un problème d’évacuation des eaux.
- la recherche des zones d’emprunt est devenue très compliqué à cause de l’urbanisation
qui prend une échelle importante de nos jours.

Un défi se pose de nos jours aux ingénieurs : « n’est-il pas grand temps de mener des
investigations pour la recherche d’autres matériaux en remplacement de la grave latéritique qui
se trouve difficilement de nos jours ? »
BIBLIOGRAPHIE

Hydraulique routière, auteur Nguyen TUU avec la participation de Bernard LEMOINE, Jacques
POUPLARD.

Cartes topographiques de la ville de Ouagadougou, aux échelles 1/25 000.

Schémas directeurs d’assainissement pluvial de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso ; rapport


final – BCEOM – Juillet 1999.

Etude d’un plan stratégique de drainage des eaux pluviales dans la ville de
OUAGADOUGOU ; rapport d’études d’avant projet détaillé – version définitive – septembre
2003.

Conception générale des systèmes d'assainissement urbain dans le contexte africain : aspect
technique BCEOM/juillet 1984

L’assainissement des eaux pluviales en milieu urbain tropical subsaharien :


Alain Morel A L’HUISSIER, Noisy-le-Grand ; 1996

Guide pratique de dimensionnement des chaussées pour les pays tropicaux ; CEBTP .

Polycopié du cours de voirie ; par Mr I. GUEYE.

Polycopié du cours de piste ; par Mr ESSONE Jean Pierre.


ANNEXES
ANNEXES

Annexe n°1 : Schéma itinéraire ;


Annexe n°2 : Données des levés topographiques ;
Annexe n°3 : Plan de l’aéroport ;
Annexe n°4 : Plans définissant les bassins versants ;
Annexe n°5 : Résultats hydrologiques ;
Annexe n°6 : Coupe géotechniques des sondages ;
Annexe n°7 : Devis estimatif (APS) ;
Annexe n°8 : Coordonnées de la polygonale ;
Annexe n°9 : Coordonnées des bornes de déports ;
Annexe n°10 : Détail des résultats de reconnaissance et des essais sur les échantillons remaniés
de sol de plate-forme ;
Annexe n°11 : Détails des analyses des matériaux provenant des emprunts ;
Annexe n°12 : Plan de situation de la zone d’emprunt.
Annexe n°13 : Plans dalots ;
Annexe n°14 : Plan caniveau ;
Annexe n°15 : Plan fossés ;
Annexe n°16 : Plan dallette ;
Annexe n°17 : Les différents profils des planches de piste
Annexe n°18 : Cubature de terrassement ;
Annexe n°19 : Devis estimatif (APD)
Annexe N°1 : Schéma itinéraire

[Tapez un texte]
Annexe n ° 2 : Données de la polygonale des levés topographiques

Longueur du tronçon : 3 000 mètres

Implantation des sommets


Distance Distance
Gisement
Point X (m) Y (m) partielle cumulée
(gr)
(m) (m)
S.1 661163.380 1365537.220
330.2122 89.242
S.2 661084.000 1365578.000 89,242
230.1616 366.769
S.3 660916.661 1365251.630 456,011
229.8827 418.010
S.4 660727.575 1364878.831 874,021
215.0547 206.176
S.5 660679.272 1364678.393 1080,197
236.9022 680.475
S.6 660306.550 1364109.074 1760,672
194.1043 127.405
S7 660318.332 1363982.215 1888,077
179.0318 86.138
S8 660346.193 1363900.707 1974,215
134.6636 126.984
S9 660454.814 1363834.931 2101,199
97.2332 164.591
S10 660619.250 1363842.082 2265,79
74.5881 65.020
S.11 660679.158 1363867.352 2330,81
61.8551 41.320
S.12 660713.280 1363890.655 2372,13
36.8084 187.365
S.13 660815.676 1364047.565 2559,495
36.8687 301.885
S.14 660980.897 1364300.224 2861,38
36.8704 301.975
S.15 661146.174 1364552.954 3163,355

[Tapez un texte]
Annexe n°3 : Plan de l’aéroport avec les semis de point
Annexe N°4 : Les différents bassins versants
Annexe n° 5 : Résultats de l’étude hydrologique

Q
Référence
A (ha) L(hm) I(m/m) C a b Caquot
exutoire
(m3/s)
1 1,2 0,008 0,70 9,4 0,5 1,04
3,20
2 13,1 0,002 0,70 9,4 0,5 3,96
31,98
3 6,2 0,005 0,70 9,4 0,5 1,49
8,10
4 3,9 0,010 0,70 9,4 0,5 1,93
8,00
[Tapez un texte]

Annexe N°6 Coupes


géotechniques des
sondages
Annexe n°7 : DEVIS ESTIMATIF (APS)

N° Prix
Nature Tâche Unité Quantités Prix Total
Prix Unitaire
INSTALLATION ET
100 DEMOBILISATION
101 Installation fft 1
102 Démobilisation fft 1
Sous Total série 100
200 TERRASSEMENTS
201 Débroussaillage de l'emprise piste m² 26 400 200 5 280 000
202 Décapage terre végétale m² 16 500 350 5 775 000
203 Purge m3 2 888 1 000 2 888 000
204 Remblais m3 6 720 5 000 33 600 000
206 Couche de roulement m3 5 400 6 000 32 400 000
208 Démolition m3 19 28 500 541 500
Sous Total série 200 80 484 500
300 O.A. ET DE DRAINAGE
301 Caniveaux maçonnés
301-2 Type 100 / 125 x 50 ml 202 20 000 4 040 000
301-3 Type 100 / 140 x 80 ml 291 23 000 6 693 000
302 Fossés longitudinaux à construire ml 5 704 1 200 6 844 800
303 Caniveaux existants à curer
303-1 Type 60 x 60 ml 300 100 30 000
305 Construction de Dalots
305-1 Dalot type 60 x 80 ml 7 95 000 665 000
305-2 Dalot type 80 x 70 ml 7 97 000 679 000
305-3 Dalot type 100 x 80 ml 57 182 000 10 374 000
305-4 Dalot Type 100 x 100 ml 14 185 000 2 590 000
305-5 Dallette en B/A m² 6,25 87 000 543 750
Sous Total série 300 32 459 550
400 SIGNALISATION
401 Panneau type A1a et A1b U 14 140 000 1 960 000
402 Panneau type B21.1 et B21.2 U 4 140 000 560 000
Sous Total série 400 2 520 000
TOTAL GENERAL 115 464 050

[Tapez un texte]
Annexe N°8 : Coordonnées de la polygonale

Implantation des sommets


Distance
Gisement Distance
Point X (m) Y (m) cumulée
(gr) (m)
(m)
S.1 661163.380 1365537.220
330.2122 89.242
S.2 661084.000 1365578.000 89,242
230.1616 366.769
S.3 660916.661 1365251.630 456,011
229.8827 418.010
S.4 660727.575 1364878.831 874,021
215.0547 206.176
S.5 660679.272 1364678.393 1080,197
236.9022 680.475
S.6 660306.550 1364109.074 1760,672
194.1043 127.405
S7 660318.332 1363982.215 1888,077
179.0318 86.138
S8 660346.193 1363900.707 1974,215
134.6636 126.984
S9 660454.814 1363834.931 2101,199
97.2332 164.591
S10 660619.250 1363842.082 2265,79
74.5881 65.020
S.11 660679.158 1363867.352 2330,81
61.8551 41.320
S.12 660713.280 1363890.655 2372,13
36.8084 187.365
S.13 660815.676 1364047.565 2559,495
36.8687 301.885
S.14 660980.897 1364300.224 2861,38
36.8704 301.975
S.15 661146.174 1364552.954 3163,355
Annexe N° 9 : Coordonnées des bornes de
déports

N X Y Z
DDS2 661102.27 1365613.56 310.50
DGS2 661093.13 1365595.77 310.68
DDS17 661479.19 1365003.50 315.03
DGS17 661459.21 1365002.52 315.06
DDS18 661634.44 1364897.26 315.40
DGS18 661645.71 1364913.78 315.39
DDS19 661773.07 1364803.36 315.70
DGS19 661790.83 1364812.57 315.44
DDS20 661835.45 1364754.88 315.77
DGS20 661827.86 1364773.37 315.65
DDS3 660934.87 1365243.32 312.50
DGS3 660953.04 1365235.03 312.59
DDS42 662939.78 1367234.33 297.76
DGS42 662920.12 1367230.56 297.95
DDS4 660746.31 1364871.69 312.51
DGS4 660764.97 1364864.58 312.81
DDS5 660692.32 1364663.14 312.93
DGS5 660705.29 1364647.96 312.93
DDS43 662689.68 1367459.12 298.08
DGS43 662700.54 1367442.32 298.11
DDS44 662555.46 1367320.00 298.95
DGS45 662545.63 1367302.63 298.88
DDS46 662317.41 1367098.32 300.92
DDG46 662302.28 1367111.43 300.84
DDS47 662050.42 1366802.85 303.18
DGS47 662064.45 1366788.56 303.05
DDS6 660345.43 1364099.74 313.11
DGS6 660326.04 1364104.40 313.10
DDS7 660336.15 1363973.14 313.52
DGS7 660353.97 1363964.05 313.44
Annexe N°10 : Résultats de reconnaissance et des essais sur les échantillons remaniés de sols support de chaussée.

Limite Proctor
SONDAGES Analyse granulométrique Porta Désignati Classe
d'Atterberg modifié
nce on de
HRB
Couch CBR à géotechn porta
wOP ρdOP
N° PK Position e <0.08 <0.04 <2 <5 <10m D Wl WP Ip 95% ique nce
M% M
cm/cm mm mm mm mm m (mm) OPM
Argile
0+50
1 Axe 20/100 29.0 36.5 55.0 72.0 89.0 20.0 58 26 32 17.0 1.73 29 A-7-6(3) latéritiqu S4
0
e
1+50 Cuirasse
2 Gauche 20/80 8.5 13.0 27.0 44.0 71.0 31.5 28 14 14 9.4 2.03 48 A-2-4(0) S5
0 friable
Argile
2+50
3 Droite 0/70 62.5 76.0 92.0 97.5 99.5 10.0 39 17 22 12.6 1.83 9 A-2-7(5) limoneus S2
0
e
Annexe N°11 : Caractéristiques géotechniques des matériaux d’emprunts
Portance
Limite Proctor
Emprunts Analyse granulométrique CBR (%
d'Atterberg modifié
OPM)
Epaiss
Epaiss Volum Utilisatio
PK Super eur de
eur e <0,08 <0,40 <2m <5 <10 D(m Wop ρdop 95 n
N° (pro ficie découv Wl Wp Ip HRB 98%
exploit exploit mm mm m mm mm m) m m %
fil) (m²) erte
able able
(cm)
21 29 40,5 78 96 20 32 16 16 A-2-6(0) 8,6 2,11 36 62
Fondation
1 19 40000 10 25 9375
42,
21 26 32 64,5 40 35 16 19 A-2-6(1) 10,4 1,96 32 48
5 Fondation
2 bis 20 40000 5 25 9375 8 14 25 62 87 25 23 13 10 A-2-4(0) 9 2,03 59 75
Fondation
11,5 17,5 30,5 55 87 25 35 17 18 A-2-6(0) 10 2,11 32 40
Fondation
3 24 45000 10 25 12150
13 19 26 43 75 40 30 15 15 A-2-6(0) 8,1 2,17 38 56
Fondation
Annexe N°12 :
Plan de
situation des
zones
d’emprunt
Annexe N°12 :
Plan de
situation des
zones
d’emprunt
Annexe N°12 :
Plan de
situation des
zones
d’emprunt
Annexe N°18 : LISTING DES CUBATURES
N° ABSCISSE DECAPAG REMBLA COUCHE DE
DEBLAI
PRO CURVILIGN PURGE E I ROULEMEN
VOLUME
F E VOLUME VOLUME T
1 0 0 25 34,2 0 17,8
2 19,768 0 48,7 47,8 5,8 35,2
3 39,086 0 24,3 23,7 7,7 17,5
4 39,182 0 15,8 14,7 5,2 11,4
5 51,749 0 34,1 34,8 17,5 24,3
6 66,172 0 33,8 17,2 34,1 25,1
7 79,63 0 27,6 11,6 34,2 20,6
8 89,069 0 39,4 17 37,4 29,2
9 112,086 0 35,2 19,5 19,9 25,8
10 117,782 0 27,5 17 11,9 20,1
11 134,424 0 46,8 29,2 9,4 34,1
12 155,715 0 52,5 64,5 1,9 37,8
13 176,378 0 50,7 39,5 6 36,5
14 196,297 0 50,3 58,2 2,8 36
15 216,335 0 52,1 95,7 2,5 36,6
16 236,915 0 54,1 127,5 3 37,5
17 257,984 0 53,8 147,1 3,4 38,3
18 279,456 0 56,4 143,9 4,4 39
19 301,304 0 52,4 135,1 5,4 43,9
20 328,191 0 51,3 76,1 4,6 43,8
21 349,921 0 55,7 93,9 3,6 39,3
22 371,813 0 53,8 71,1 2,8 38,2
23 392,402 0 55 38,8 5,9 39,7
24 415,894 0 51,6 22,3 28,1 37,8
25 434,393 0 45,1 24 14,6 32,9
26 452,484 0 48,8 22 24,4 35,7
27 474,055 0 51,5 22,6 40,3 37,8
28 494,479 0 51,5 28 25,2 37,5
29 515,703 0 54,2 36,3 6,8 39,3
30 538,101 0 53 33,2 14,5 38,5
31 558,512 0 51,7 18,1 41,3 38
32 580,341 0 51,9 31,9 17,2 37,7
33 600,354 0 48,2 18,4 34,4 36,5
34 620,896 0 50,5 15,9 53 37,7
35 642,196 0 53,2 17,2 68,2 39,3
36 664,591 0 51,7 16 55 38,3
37 684,729 0 51,3 30,1 19,2 37,7
38 706,521 0 52,5 21,3 30,7 39,4
39 728,543 0 42 14,4 28,9 39,8
40 750,718 0 47,7 14,6 37,6 37,5
41 770,2 0 47,4 14,9 37,5 36,4
42 791,187 0 49,6 24,7 24,4 37,2
43 811,53 0 44,4 5,3 79,6 33,8
44 828,798 0 24,3 2,6 54,8 18,7
45 832,26 0 27,5 2,8 63,8 21,1
46 852,294 0 24,1 1,8 52,8 18,5
47 852,871 0 27,5 2,1 62 21,1
48 875,791 0 31,6 5,8 49,8 23,8
49 879,343 0 35,1 7,4 49,6 26,3
50 905,052 0 55,3 12,5 68,9 41,4
51 925,308 0 49,6 7,7 87,5 37,5

N° ABSCISSE REMBLA COUCHE DE


DECAPAG DEBLAI
PRO CURVILIGN PURGE I ROULEMEN
E VOLUME VOLUME
F E VOLUME T

52 946,684 0 51,6 10,3 76 38,7


53 968,293 0 54,5 10 73,2 41
54 992,216 0 53,9 11 73,3 40,5
55 1013,248 0 37,5 5,8 59 28,3
56 1023,703 0 29,1 6,5 38,3 21,8
57 1037,446 0 41,7 14,5 37,9 30,9
58 1058,021 0 51,1 22 44,2 37,8
59 1079,421 0 41,4 8,7 56 30,9
60 1092,338 0 26,4 6,3 36,5 19,7
61 1101,282 0 37,5 9,3 50,6 27,9
62 1123,307 0 53,3 12,2 68,3 39,8
63 1145,512 0 40,6 7,2 54,6 38,3
64 1165,813 0 40,6 9,9 53,6 37,5
65 1187,125 0 39,9 4,6 71,8 37,6
66 1207,632 0 38,8 4,3 81,7 36,7
67 1227,895 0 41,3 8,5 77,7 37,8
68 1249,582 0 40,8 8,7 75 37,5
69 1269,559 0 40,2 4,6 92,7 36,4
70 1289,975 0 42,4 3,8 92,5 36,7
71 1310,293 0 43,6 6,3 77 36,7
72 1330,781 0 43,4 6,3 74,2 37,3
73 1351,776 0 40,7 7,5 62 37,7
74 1372,668 0 40,1 6,6 52,8 37,5
75 1393,443 0 51,6 14,4 45,1 39,5
76 1416,564 0 53 16,4 48,8 40
77 1437,9 0 47,5 15,9 50,5 36,5
78 1457,074 0 47,2 10,9 56,7 35,7
79 1477,607 0 48,3 7,7 85,9 36,5
80 1497,657 0 49,8 6,9 82,4 37,7
81 1519,473 0 50,4 11,7 76,1 38
82 1539,933 0 50,2 9,5 84,6 37,9
83 1561,575 0 52,3 10,1 84,9 39,5
84 1583,826 0 51,6 8,7 75,5 39,7
85 1605,73 0 51,4 12,1 62,9 38,9
86 1627,073 0 46 6,8 68,3 43,3
87 1653,818 0 55,8 14,4 61,1 42,9
88 1674,703 0 40,8 4,9 64,1 37,4
89 1695,354 0 34 5,5 55,4 25,7
90 1703,216 0 29,2 7,3 44,3 19,1
91 1716,605 0 46,8 11,4 71,4 30,6
92 1737,219 0 36,1 9 47,8 24,1
93 1743,424 0 33,1 7,7 43,6 22,2
94 1761,886 0 26,9 4 38,1 24,3
95 1770,44 0 26,3 6,5 31,8 17,8
96 1781,618 0 43,2 10,5 53,8 29,1
97 1802,727 132,8 0 3,2 136,1 36,7
98 1822,365 130,7 0 3,1 129,6 36,2
99 1842,945 70,8 0 1,2 76,2 25,8
100 1851,011 64,9 0 1,7 63,6 17,9
101 1862,85 68,6 0 1,8 64,5 19,1
102 1872,203 37,9 0 0,8 35,2 10,7
103 1874,689 64,8 0 1,4 60,1 18,3

ABSCISSE DEBLAI COUCHE DE
PROF PURGE DECAPAGE REMBLAI
CURVILIGNE VOLUME ROULEMENT
VOLUME VOLUME
104 1892,521 115 0 2,4 99,2 33,1
105 1911,474 63,9 0 1,5 57 18,1
106 1912,604 61,1 0 1,4 54,6 17,3
107 1930,672 115,8 0 3,2 105,9 32,7
108 1948,963 72,7 0 1,2 98,1 25,1
109 1958,603 96,6 0 2,2 120,5 25,4
110 1977,222 63 0 1,2 93,2 21,3
111 1982,297 69,5 0 1,7 88,8 18
112 1997,198 118,3 0 2,5 142,5 31,3
113 2017,047 133,2 0 3,3 179,8 34,3
114 2035,344 64,6 0 1,4 86,3 16,6
115 2035,53 66,6 0 1,5 88,9 17,1
116 2054,349 96,6 0 1,8 148,7 32,7
117 2071,903 122,1 0 2,1 199,6 40,8
118 2099,713 91,5 0 1,4 120,4 31,7
119 2107,148 70,8 0 2,1 80,3 18,7
120 2120,539 100,3 0 2,3 112,2 26,9
121 2137,075 125,5 0 4 136,6 34,3
122 2158,643 134,4 0 3,5 138,2 37,2
123 2178,386 125,2 0 3,1 130,7 34,6
124 2197,056 120,1 0 2,9 128,8 32,9
125 2214,974 108,2 0 0,8 124,4 33,5
126 2234,285 63 0 0,3 85,3 19,8
127 2236,931 63,6 0 0,4 86,4 19,9
128 2256,448 100,5 0 0,5 142,7 31,6
129 2272,019 64,9 0 0,6 82,9 20,3
130 2279,009 62,6 0 0,5 78,7 19,5
131 2293,695 147,8 0 1 220,3 46,7
132 2330,873 141,2 0 2 169,4 44
133 2342,603 144,3 0 0 229,2 45,9
134 2381,904 170 0 2,3 231,5 52,5
135 2400,986 97,3 0 0,8 109,2 30,6
136 2415,955 151,2 0 1,7 157,2 47,6
137 2453,88 173,5 0 7,1 157,6 67,6
138 2491,098 138,8 0 9,6 96,6 56
139 2516,086 0 0 120,4 0 56,5
140 2553,846 0 0 77,1 17,9 69,2
141 2592,955 0 0 61 54,6 69,5
142 2631,107 0 0 1 20,8 69,6
143 2670,255 0 0 63 2 73,5
144 2712,777 0 0 44,8 1,9 72,5
145 2750,801 0 0 136,4 0 72,3
146 2793,119 0 0 101,1 0 60,5
147 2817,972 0 47,3 30,7 11,7 60,4
148 2860,232 0 74,8 90,4 6,4 75,5
149 2901,904 0 74,5 99,2 3,5 74,6
150 2943,141 0 55,3 45,7 5 73,9
151 2983,975 0 82,7 101,8 18 79,2
152 3031,131 0 74,7 46,8 58,7 74,5
TOTAL 2514,5 2800,2 516,5 7756,8 5885,8
Tableau N°19 : Devis estimatif (APD)
N° Prix Nature Tâche Unité Quantités Prix Unitaire Prix Total
INSTALLATION ET
100 DEMOBILISATION
101-102 Installation et Démobilisation fft 1
Sous Total série 100
200 TERRASSEMENTS
201 Débroussaillage de l'emprise piste m² 26 400 200 5 280 000
202 Décapage terre végétale m3 2 800,2 1 750 4 900 350
203 Purge m3 2 514,5 1 000 2 514 500
204 Déblais m3 516,5 2 500 1 291 250
205 Remblais m3 7 756,8 5 000 38 784 000
206 Couche de roulement m3 5 885,8 6 000 35 314 800
207 Démolition m3 19 28 500 541 500
Sous Total série 200 88 626 400
300 O.A. ET DE DRAINAGE
301 Caniveaux maçonnés
301-2 Type 100 / 125 x 50 ml 130 20 000 2 600 000
301-3 Type 100 / 140 x 80 ml 281 23 000 6 463 000
302 Fossés longitudinaux à construire ml 5 704 1 200 6 844 800
303 Caniveaux existants à curer
303-1 Type 60 x 60 ml 300 100 30 000
305 Construction de Dalots
305-1 Dalot type 60 x 80 ml 7 69 850 488 950
305-2 Dalot type 80 x 70 ml 7 72 000 504 000
305-3 Dalot type 100 x 80 ml 57 130 000 7 410 000
305-4 Dalot Type 100 x 100 ml 7 132 000 924 000
305-7 Dallette en B/A m² 6,25 87 000 543 750
307 Tête d'ouvrage
307-1 Tête de dalot type 60 x 80 B.A U 1 80 000 80 000
307-2 Tête de dalot type 80 x 70 B.A U 1 88 000 88 000
307-3 Tête de dalot type 100 x 80 B.A U 1 182 000 182 000
307-4 Tête de dalot type 100 x 100 B.A U 1 185 000 185 000
Sous Total Partiel 26 661 100
307-5 Tête de dalot type 60 x 80 en B.O U 1 10 000 10 000
307-6 Tête de dalot type 100 x 80 en B.O U 3 10 600 31 800
307-7 Tête de dalot type 80 x 70 en B.O U 2 10 000 40 000
307-8 Tête de dalot type 100 x 100 en B.O U 2 35 000 70 000
Sous Total série 300 151 800
400 SIGNALISATION
401 Panneau type A1a et A1b U 14 140 000 1 960 000
402 Panneau type B21.1 et B21.2 U 4 140 000 560 000
Sous Total série 400 2 520 000
TOTAL GENERAL 117 959 300
ANNEXES DU MEMOIRE

MAITRE DE MEMOIRE : NOM DE L’ETUDIANT


Mr Patrice BAMBARA KABORE R. Aristide. B
Master Ing Ponts et Chaussées

Année Académique 2008-2009