Vous êtes sur la page 1sur 14

Les différents types des

banques

Plan :
Introduction
Partie 1 : structure et organisation du secteur bancaire marocain
Section1 : Bank al-Maghreb
Section2 : les établissements bancaires

Partie 2 : les différents types des banques


Section1 : classement par secteur d’activité
Section2 : classement par types d’actionnariat

Conclusion
Introduction
Le système bancaire présent dans tous les pays des caractéristiques spécifiques
d’environnement qui influent directement sur ces activités ;
La banque tel qu’elle est définit par la loi bancaire est un établissement de
crédit toute personne morale qui effectue à titre professionnel l’une des
opérations suivantes :
- la réception de fonds du public ;
- la distribution de crédit ;
- la mise à la disposition de la clientèle de tous les moyens de paiements
ou de leurs gestions1.
En plus de ces opérations, les banques procèdent d’effectuer des activités
connexes à leurs activités tel que :
- les opérations de change ;
- les opérations sur or, métaux précieux et pièces de monnaie ;
- délivrer un conseil en matière de gestion de patrimoine et assurer le
placement, la souscription, l'achat, la gestion, la garde et la vente
de valeurs mobilières et de produits financiers ou immobiliers ;
- gérer des monnaies électroniques et à proposer tous les services
destinés à faciliter la création et le développement des entreprises.

La problématique qui mérite d’être posé est la suivante : qu’elle est la


structure de système bancaire marocain ainsi que leur composant ?

Pour répondre à cette problématique notre réflexion à ce sujet s’articule


autour de deux chapitres le premier qui s’intitule a structure et
organisation du secteur bancaire marocain

1
La loi bancaire n° 103-12 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés
Partie 1 : structure et organisation du secteur bancaire
marocain
La nouvelle configuration du secteur bancaire Marocain est le produit d’une
évolution progressive, continue et ininterrompue.
En effet, générés par la globalisation, les phénomènes de concentration et
de rapprochement qui opèrent aujourd’hui impactent fortement
l’organisation des banques et du paysage financier national.

On distingue deux composants principaux du secteur bancaire marocain :

section1 : Bank al-Maghrib


Dénommée “banque du Maroc” jusqu’au 1987, Bank Al- Maghrib a été créée
par Dahir du 30 juin 1959 par substitution à l’ancienne Banque d’Etat.
Appelée également “Institut d’Emission”, “banque centrale” ou “banque des
banques”, Bank Al-Maghrib assure un rôle réunissant, en fait, des activités
multiples qui expliquent les différentes appellations dont elle fait l’objet .
Les missions fondamentales de Bank al-Maghreb :

Selon la loi bancaire conférée à Bank Al-Maghrib un ensemble de missions


dont principalement:
– Exercer le privilège d’émission.
– Veiller à la stabilité de la monnaie et de sa convertibilité.
– Développer le marché monétaire en relation avec la stabilité de la monnaie
et assurer sa régulation.
– Gérer les réserves publiques de change et mettre en œuvre la politique de
change conformément aux orientations du ministère de finance.
– S’assurer du bon fonctionnement du système bancaire.
– Assurer le rôle du banquier et d’agent financier du trésor.
– Etablir les statistiques sur la monnaie et le crédit.
Organisation de Bank al-Maghrib

Son organisation est composée de cinq organes : ayant double fonctions

- fonction d’administration
- fonction de contrôle

 Le gouverneur : chargé de la direction de la BAM, à ce titre, il la représente à


l’égard de l’état, établissement de crédits, les institutions financiers et les tiers.

 Le conseil : chargé d’administration de la BAM, son rôle c’est de déterminer les


objectifs quantitatifs de la politique monétaire.

 Le comité de direction : assure la direction des affaires journalières de la BAM.

 Le commissaire du gouverneur : réalisé un audit annuel des comptes de la BAM.

 Le commissaire aux comptes : sa principale mission est le contrôle des comptes


annuels qui comprennent, de façon indissociable le bilan, le compte de résultat et
l’annexe.
Section 2 : les établissements bancaires :

1- Les conditions d’accès à la profession bancaire


On distingue deux conditions qui doivent avoir respecté :

 les conditions juridiques :


Les établissements de crédits ne peuvent être constitués que sous la forme
de société anonyme à capital fixe, à l’exception des organismes que la loi a
dotés d’un statut particulier.
En outre, la dénomination sociale doit être approuvée par le comité des
établissements de crédit.
Elle ne doit pas porter tort aux intérêts d’un établissement déjà existant, ni
risque d’induire le public en erreur par appellation trop générale et
insuffisamment distinctive.

 Les conditions financières :

Tout établissement de crédit doit justifier à son bilan d’un capital minimum
effectivement libéré ou lorsqu’il s’agit d’un établissement public, d’une
dotation minimum totalement versée dont le montant est fixé pour la
catégorie ou la sous-catégorie dont elle relève par la circulation du
gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du comité des établissements de
crédit.

Par ailleurs, l’entreprise bancaire doit pouvoir réaliser ses objectifs de


développement dans des conditions compatibles avec le bon
fonctionnement de la profession et qui assurent à la clientèle une sécurité
suffisante. Aussi, l’adéquation de son programme d’activité avec les moyens
techniques et financiers mis en œuvre sont un critère important
d’appréciation.
Dans tous les cas la banque doit être en mesure de participer activement au
développement économique et social du pays sur le plan national.
2-structure organisationnelle de la banque :
Les banques sont toutes dotées d’une organisation qui leur est propre, selon la
structure de chaque banque mais convergent néanmoins vers un souci
identique de modernisation et perfectionnement de leurs services.

La contexture des grands établissements a tendance à se rapprocher d’une


organisation modèle que l’on peut présenter à titre d’exemple l’organigramme
de BCP suivant :

2
L’economiste.com
Partie II: Les différents types des banques
On peut répartir les types des banques en deux classements:

 Classement par secteur d’activité.

 Classement selon leur type d’actionnariat.

Section1 : Classement par secteur d’activité


Nous distinguons six types de banques :

 La banque d’affaires : Est une banque qui a un rôle d’intermédiaire dans


les opérations financières : introduction en bourse, augmentation de
capital, placement d’emprunt, opération de fusion-acquisition…. Elle ne
prête quasiment pas. Elle a donc des besoins en capitaux propres plus
réduits que les banques commerciales. Par contre, il peut lui arriver de
prendre des participations minoritaires ou majoritaires dans des affaires
industrielles ou commerciales afin de les aider à se développer et de
réaliser à terme une plus value en recédant cette participation.

 La banque de financement et d’investissement (Investment banking) :


Apporte des services sophistiqués à des grandes entreprises dans une
logique d’un sur mesure partiel ou total. Elle offre entre autres des
services liés à l’accès aux marchés actions / obligataire/taux (émission,
transaction, couverture..), au conseil en fusions et acquisitions, à l’accès
aux financements bancaires plus ou moins complexes…

 La banque de détail : S’adresse aux particuliers et aux PME. Elle a une


fonction d’intermédiation entre les agents à excédent de Financement
dont elle collecte les Ressources et les agents à besoin de Financement à
qui elle prête ces Ressources.

 Banque privée : Banque qui se spécialise dans la gestion de fortune ou


de patrimoine de clients fortunés à qui des produits et des services
spécifiques sont proposés : déclaration d’impôt, accès à des hedge funds
ou fonds de private equity, etc … Selon les banques, le minimum d’actifs
financiers liquides détenus permettant d’obtenir des services de banque
privée sont compris entre 2 500 000 Dh et 10 000 000 Dh.
 Banque transfrontalière : Pour permettre la centralisation directe des
comptes de ses filiales étrangères, une Entreprise multinationale a
généralement recours à un groupe bancaire international, nommé
banque transfrontière (overlay en anglais) qui réalise la centralisation
internationale des Flux de trésorerie que des banques locales ont
collecté à l’échelle de chaque pays. Le passage de la frontière, pour les
devises qui sont localement transférables, est assuré au sein de la
banque transfrontière ce qui permet d’éviter un grand nombre de
difficultés d’ordre réglementaire.

 Banque universelle : Les banques universelles ou globales (Barclays, BNP


Paribas, Citigroup…) sont des grands Conglomérats financiers regroupant
les différents métiers des banques de détail, des banques de
Financement et d’investissement et des banques de gestion d’actifs.
Section 2 : Classement selon leur type d’actionnariat
Nous distinguons trois types de banques :

 LA BANQUE COMMERCIALE : Elle collecte les ressources principalement


par biais de la tenue des comptes et prête aux entreprises.

 LA BANQUE MUTUALISTE : Elle est contrôlée par ses sociétaires qui


détiennent des parts et qui sont souvent leurs clients, elle vient de
l'esprit coopératif initie notamment par le milieu agricole.

 UNE BANQUE PEUT ETRE UNE PROPRIETE D'ETAT : Lors-ce que le capital
social est une propriété d'état.

1) LA BANQUE COMMERCIALE :

On trouve deux types de banque :

 Banques Conventionnelles

 Banques Participatives

a) Banque Conventionnelle :

En finance conventionnelle, les décisions sont prises pour optimiser le


principe de risque-rentabilité, plus connues sous le terme de
« performance ».

De plus, une banque conventionnelle paie des intérêts à ses épargnants


tout en percevant des intérêts à son tour, sur les crédits qu’elle prête : il
s’agit des revenus de la banque !
Pour résumer, la finance conventionnelle pratique :

-Les produits dérivés financiers

-La spéculation: « correspond à l'action de prévoir les fluctuations du prix


d'un ou de plusieurs actifs, et ensuite d'effectuer un achat ou une vente,
afin de réaliser un profit ».

-Les intérêts (sur l’épargne, les crédits, les pénalités)

-Les produits dérivés qui jouent le rôle d’assurance

-Le profit à court terme

b) Banque participative :

La banque participative est un mode alternatif de financement de la


production et de la consommation, conforme aux principes de la finance
islamique.

Les contrats ne sont pas basés sur le système classique de prêt à intérêt,
mais sur la participation de la banque à l’investissement et aux risques
qu’il engendre, ou sur un mécanisme d’achat-revente de biens et
d’équipements.

Ces deux catégories d’opération, qui correspondent aux contrats de


participation et aux contrats de transaction, sont autorisées par la Charia.

Il est prévu dans le cadre de cette démarche de proposer ces produits


financiers :

 Moucharaka : contrat de participation de la banque dans un projet en


vue de réaliser un bénéfice

 Mourabaha : contrat par lequel la banque acquiert un bien mobilier ou


immobilier pour le revendre au client avec une marge bénéficiaire
convenue d’avance.
 Moudaraba : contrat entre une banque participative et un entrepreneur
qui offre ses services dans le cadre d’un projet. La responsabilité de la
gestion du projet est incombée à l’entrepreneur mais le profit réalisé est
partagé entre les deux parties.

Plus clairement, la finance islamique cherche à simplifier l’accès à


l’argent pour les musulmans et non-musulmans qui souhaitent :

- Le partage de risque
- La matérialité des échanges
- L’absence des pénalités de retard de remboursement
- Et le non-financement de transactions interdites par préceptes de la
religion musulmane.

2) Banque Mutualiste :

Les banques mutualistes sont détenues par leurs clients qui peuvent être
des personnes physiques ou morales. Egalement
appelée banque coopérative, la banque mutualiste se caractérise ainsi
par deux éléments principaux : les clients sont propriétaires de
leur banque et ils sont à la fois associés et usagers.

 Les principales caractéristiques des banques mutualistes:

Les banques mutualistes sont des sociétés qui appartiennent à leurs


clients. C’est donc une entreprise dont la propriété est collective et dans
laquelle le pouvoir est démocratique. Les clients sont généralement à la
fois associés et usagers, propriétaires et clients de leur banque.

Si vous devenez client d’une banque mutualiste vous pourrez acquérir


des parts sociales qui composent le capital de votre banque et vous
devenez associé. Détenir des parts de sa banque signifie que vous
pourrez participer aux décisions lors des assemblées générales. Vous êtes
ainsi sociétaire de votre banque.
 Les avantages des banques mutualistes:

Les banques mutualistes ont pour atout de mieux connaître les besoins
et attentes de leurs clients. Grâce à une gestion locale et décentralisée,
ces banques bénéficient en effet de la connaissance de leurs clients et de
leurs besoins.

Etre en même temps client et sociétaire de sa banque, c’est également


avoir un droit de parole et une responsabilité à assumer. Notez
également que les bénéfices ou pertes de votre banque impacteront
votre part de capital.
3) Une Banque à propriété d’état :

Appelé aussi Une banque nationalisée ou Une banque national, c’est


notamment la banque central, c’est une banque dont le capital est
contrôlé majoritairement, et le plus souvent, dans son intégralité par un
Etat. Une banque peut être nationalisée dans le cadre d'une stratégie
économique ou également lorsqu'elle rencontre des difficultés
financières.

 A quoi sert la Banque national?

C’est un organe de décision de ministre de finance notamment pour la


politique monétaire; la Banque participe à la préparation et à l'exécution
de ses décisions.

Outre la politique monétaire, la Banque nationale assume d'autres


missions, que l'on peut regrouper de la manière suivante:

 l'impression des billets et la mise en circulation des pièces et des


billets
 la récolte, la diffusion et l'analyse d'informations économiques et
financières
 la surveillance micro- et macro-prudentielle du secteur financier

 le rôle d'ambassadeur financier auprès d'institutions économiques


internationales

 les services à l'Etat

 les services au secteur financier

 les services au grand public


Conclusion

Chaque banque est spécialisée selon son activité principale, sa stratégie, et


sa clientèle. Pour répondre au exigences du marché , les banque cherche à
se diversifier pour améliorer leurs marges afin de rester en phase avec les
concurrents.

Vous aimerez peut-être aussi