Vous êtes sur la page 1sur 14

COMBINER SÉCURITÉ ET RENTABILITÉ

L’OPPBTP a mis en évidence que


pour 1€ investi en sécurité
2,34€ son économisés*.

Le principal poste d’économie réside dans la productivité améliorée de


manière indirecte par l’amélioration de la sécurité. Ainsi, en définissant les
méthodes de travail et les modes opératoires les plus adaptés aux
conditions particulières de votre chantier vous optimisez à la fois la
rentabilité directe et indirecte du chantier tout en améliorant la sécurité.

La conclusion qu’investir dans la sécurité améliore la rentabilité d’une


opération est totalement contre-intuitive mais a pourtant été vérifiée par de
nombreuses études.
Ce nouveau paradigme est la clé de voute de l’action sécuritaire moderne
dans le BTP visant à combiner sécurité et rentabilité.

*Source : OPPBTP Une approche économique de la prévention, 2016


S’impliquer dans la prévention le plus en amont possible n’a que des
conséquences positives pour l’entreprise en termes de :

1. fidélisation de ses salariés,


2. amélioration de l’image qualité de
l’entreprise,
3. gain de productivité,
4. diminution des dépenses visant à
réparer les dommages subis par les
victimes d’accidents et de maladies
professionnelles, manque à gagner lié
à l’absentéisme d’un salarié (suite à un
accident du travail ou une maladie
professionnelle).

Source : Entreprises artisanales du bâtiment Comment prévenir les risques professionnels ?


La Loi définit clairement les actions qu’un entrepreneur doit mettre en place :

Source : Entreprises artisanales du bâtiment Comment prévenir les risques professionnels ?


L’employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de
tous ses salariés, y compris des salariés temporaires (intérimaires, stagiaires,
CDD).
Il est de sa responsabilité de donner les consignes de sécurité et de s’assurer de
leur bonne mise en œuvre. À ce titre, il est civilement responsable des
dommages commis ou subis par ses salariés pendant l’exécution de leur travail.
En cas d’accident du travail ou de maladie professionnelle (AT/MP), la Sécurité
sociale est l’unique assureur du risque. En contrepartie, l’employeur verse une
cotisation obligatoire à la Sécurité sociale qui couvre ce risque. Le principe de la
réparation automatique et forfaitaire des AT/MP exclut tout recours contre
l’employeur.
Toutefois, en cas de faute inexcusable de l’employeur, le salarié victime peut
obtenir une réparation supplémentaire devant le tribunal des affaires de Sécurité
sociale (TASS). Les conséquences pécuniaires de la faute inexcusable sont
assumées par l’employeur. Il a la possibilité de contracter une assurance
spécifique. L’employeur peut également voir sa responsabilité pénale engagée
pour tous les manquements liés aux règles relatives à la santé et à la sécurité au
travail.

Source : Entreprises artisanales du bâtiment Comment prévenir les risques professionnels ?


Au niveau de l’entreprise, les résultats de l’évaluation des risques sont
transposés par écrit dans le Document unique d’évaluation des risques
professionnels (couramment appelé « DU ») qui contient :
1. L’identification des dangers, c’est-à-dire la capacité d’un équipement, d’une
substance ou d’une méthode de travail de causer un dommage.
2. L’analyse des risques, c’est-à-dire l’étude des conditions d’exposition des
travailleurs à ces dangers.
3. La hiérarchisation des risques, c’est-à-dire :
a) un classement des risques à partir de l’estimation de leur importance en termes
b) de gravité, probabilité d’occurrence, nombre de personnes exposées, des propositions de
mesures de prévention appropriées.

L’élaboration du DU est une obligation réglementaire qui sert à définir les


actions de prévention prioritaires qui seront mises en œuvre. Il doit être actualisé
chaque année ou en cas de modifications des conditions de travail.

Source : Entreprises artisanales du bâtiment Comment prévenir les risques professionnels ?


L’évaluation des risques présentée dans le DU doit être complétée par une
évaluation des risques spécifique à chaque chantier. Ce deuxième niveau
d’évaluation se concrétise :
• soit dans un plan de prévention,
• soit dans un PPSPS (plan particulier de sécurité et de protection de la santé).
Lorsque l’opération est soumise à une coordination SPS, le maître d’ouvrage (ou
l’entreprise principale) mentionne aux entreprises titulaires ou sous-traitantes
que le chantier est soumis à l’obligation de plan général de coordination (PGC) en
matière de sécurité et de protection de la santé.
L’entreprise prépare alors, avant le début des travaux, un PPSPS qui définit les
mesures de prévention destinées à prévenir les risques découlant des travaux et
le processus de travail.

La préparation de chantier est donc la clé de voute de la prévention des risques.

Source : Entreprises artisanales du bâtiment Comment prévenir les risques professionnels ?


Rappelons que l’intérêt économique de l’entreprise est directement lié à
l’amélioration combinée de la sécurité et de la rentabilité.
Cet objectif ambitieux et contre-intuitif pour nombre de professionnels nécessite
de changer de vision sur la sécurité :

La vision de l’entrepreneur a succès :

 Préparer un chantier n’est ni un luxe ni une option,


 Se former et se consacrer pleinement à la
préparation de ses chantier améliore directement
la rentabilité et la sécurité.
Une préparation de chantier efficace permet de :

1. Augmenter la rentabilité des travaux en définissant une organisation de


chantier rationnelle et optimale,
2. Eviter 2 accidents sur 3 en choisissant des modes constructifs adaptés et
en concevant des modes opératoires complets,
3. Accroitre la productivité des équipes grâce à une planification pertinente et
une bonne gestion des ressources,
4. Réduire les temps de production en concevant des rotations et des cycles
de réalisation optimisés.
5. Améliorer la performance des futurs chantiers en capitalisant les
expériences.
Grâce à notre expérience en méthodes dans les domaines de la préparation des
chantiers de bâtiment de de génie-civil, nous transmettons notre savoir-faire aux
entrepreneurs et salariés du BTP.
200 personnes meurent encore chaque année en France sur les chantiers.
Notre engagement doit impérativement être d’améliorer la sécurité des
chantiers de construction.
Chacun d’entre nous peut et doit agir à son niveau pour mener des actions
cohérentes et coordonnées vers ce but commun.
Nous ferons non seulement ainsi le bénéfice de vies sauvées, mais également
le bénéfice financier lié à une meilleure rentabilité des chantiers.

Pour atteindre cet objectif nous avons préparé une formation complète
spécialement dédiée à l’apprentissage de la préparation de chantier.