Vous êtes sur la page 1sur 55

FORMATION DES CADRES TECHNIQUES

MARS 2016

Module 1
Cadre réglementaire et incitatif
de la maîtrise de l’Energie en
TUNISIE
Présenté par :

Sihem Baccouche
Formateur & Expert auditeur en Énergie
1
Agence Nationale pour la Maîtrise de l'Énergie "ANME"

Création : L’ANME a été créée en 1985.


Statut : C'est un établissement public à caractère non administratif placé sous la tutelle du Ministère
de l’Industrie et de l’énergie et des Mines
Mission : Mise en œuvre la politique de l’État dans le domaine de la ME et ce par l'étude, la
promotion de l'utilisation rationnelle de l'énergie, des énergies renouvelables et de la substitution de
l'énergie.

Domaines d'intervention

L’élaboration et l‘exécution des programmes nationaux de ME


La réalisation d'études prospectives et stratégiques et celles
portant sur l'atténuation des émissions de GES
La gestion d'un Fonds National de ME (un mécanisme incitatif
unifié pour soutenir les actions de ME)
La proposition du cadre juridique et réglementaire
L'octroi des incitations fiscales et financières
La préparation et l‘exécution d'actions de sensibilisation,
d'information, d'éducation et de formation
Le soutien à la R&D et démonstration technique
Le soutien au développement et au rayonnement de l'industrie de
la ME et encouragement de l'investissement dans ce secteur
2
Situation énergétique Tunisienne (2014)

Ressources & demande

Déficit continu
depuis 2000
3,7 Mtep en 2014

Ratio d’autonomie

Déficit de 40 % en
2014

3
Contexte énergétique
Les bâtiments: 3ème secteur consommateur d’énergie finale, actuellement.

Ss. Agriculture
& Pêche
7%

S. Bâtiment S. Industrie
(Résidentiel 36%
& Tertiaire)
27%

S. Transport
30%

Source : ANME
4
Contexte énergétique du secteur du bâtiment
2ème secteur consommateur d’énergie finale à l’horizon 2020
et 1er secteur à l’horizon 2030

Source : ANME
5
Contexte énergétique du secteur du bâtiment
Une consommation énergétique importante des branches d’activités liées
au bâtiment, dans les secteurs de l‘industrie et du transport

61 % de la consommation d’énergie finale du


secteur de l’industrie (Branches IMCCV)

16 % de la consommation d’énergie finale du


secteur du transport (Branche transport des
marchandises utilisées dans le bâtiment)

Source :6ANME
Contexte énergétique du secteur du bâtiment
Une augmentation continue de la puissance électrique maximale appelée,
due principalement à la climatisation

2011-2012

Augmentation
de 10 %
(300 MW)

Source : STEG

7
Contexte énergétique du secteur du bâtiment
Une part importante de la subvention de l’Etat à l’énergie

Agriculture : 7%

Tertiaire : 13%
13
Industrie : 28%

Bâtiment ~ 40 %
Résidentiel : 26%
26 Transport : 26%

8
Source : ANME, 2012.
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur tertiaire : Parc des bâtiments.

Le parc total des bâtiments tertiaires représente une superficie d’environ 29 Millions de m2,
répartie, par branche d’activité, comme suit :
Commerce
Santé : 5% (Hors Petit
Commerce) :
Hotellerie : 1%
21% Usage de
bureaux : 43%

Enseignement
Enseignement de base &
Source : ANME , 2006.
supérieur : secondaire :
11% 19%
9
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur tertiaire : Poids énergétique des différentes branches d’activités

Enseignement de Commerce (Hors Commerce


base & Petit Commerce) Enseignement (Hors Petit
Enseignement
Enseignement secondaire : 2% : 3% de base & Commerce) :
supérieur : 4%
supérieur : 4% secondaire : 2% 2%
Santé : 7% Santé; 8%

Usage de
Usage de Hôtellerie : 52% bureaux : 24%
bureaux : 31% Hôtellerie : 60%

Energie primaire Energie finale

10
Source : ANME , 2006.
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur tertiaire : Poids énergétique des différentes branches d’activités

Enseignement Commerce Enseignement


Enseignement de base & (Hors Petit Usage de bureaux supérieur : 4%
supérieur : 4% secondaire: 3% Commerce) : 6%
: 4% Santé : 10%
Santé : 7%

Hôtellerie : 44%

Usage de
Hôtellerie : 80%
bureaux : 38%

Energie Electrique Energie Thermique


(GN et Autres Combustibles(*))
(*) GPL principalement.

11
Source : ANME , 2006.
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur tertiaire : Structure de la consommation d’Energie

Réfrigération :
Réfrigération :
2%
3%
Forces motrices Forces motrices
: 5% : 4%
Autres : 13% Climatisation & Autres :12%
Eq. Bureatiques
Cuisson : 6% Ventilation : Chauffage : 24%
: 5%
22%

Cuisson : 8%
Eq. Bureatiques Eclairage :18%
: 7% ECS : 17%
Eclairage : 12%
ECS : 11% Climatisation &
Chauffage : Ventilation :
15% 16%

Energie primaire Energie finale

12
Source : ANME , 2006.
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur tertiaire : Structure de la consommation d’Energie Finale

Autres : 6%

Réfrigération : 3%
Cuisson : 4% Autres : 14%
Climatisation & Cuisson : 15%
Ventilation : 28%
Forces motrices :
7% Chauffage : 45%

Eq. Bureatiques :
10% ECS : 34%
Eclairage : 23%
Chauffage & ECS :
11%

Energie Thermique
Energie Electrique (GN et Autres Combustibles(*))
(*) GPL principalement.

13
Source : ANME , 2006.
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur résidentiel : Evolution du parc des logements

 Une augmentation de presque 120 % en 25 ans (1984-2009).

14
Source : INS, 2009.
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur résidentiel : Evolution de la consommation d’EF, par ménage

 Une augmentation de plus de 30 % en 20 ans (1990-2009).

15
Source : STEG.
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur résidentiel : Structure de la consommation d’Energie Finale

Source : STEG (6ème Enquête Résidentielle –2009)

16
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur résidentiel : Structure de la consommation d’Energie Electrique

Source : STEG (6ème Enquête Résidentielle –2009)

17
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur résidentiel : Evolution du parc des réfrigérateurs

Le parc des réfrigérateurs a été multiplié par 5, en 25 ans (1984-2009).

(Milliers de réfrigérateurs)

2 500 2 364
1 982
2 000
X (~5)
(~
1 541
1 500
1 072
1 000 889
473
500

0
1984 1989 1994 1999 2004 2009

Source : STEG.

18
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur résidentiel : Evolution du nombre des points d’éclairage principaux

Le nombre des points d’éclairage principaux a été multiplié par 3, en 25 ans (1984-2009).

(Milliers de points d’éclairage principaux)

18 000 17 118
16 000 14 717
X (~3)
(~
14 000
11 947
12 000
10 007
10 000 8 240
8 000
6 000 5 300

4 000
2 000
0
1984 1989 1994 1999 2004 2009

Source : STEG.
19
Caractéristiques du secteur du bâtiment
Secteur résidentiel : Evolution du parc des climatiseurs individuels

Le parc des climatiseurs individuels a été multiplié par 55, en 25 ans (1984-2009).

(Milliers de climatiseurs)

500
437
400
X (~55)
300
203
200

100 59
18 32
8
0
1984 1989 1994 1999 2004 2009

Source : STEG.
20
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
Le concept

URE
Mesures Mesures
Mesures URE
Passives d’URE Actives d’URE
"Usagers"
"Enveloppe" "Equipements"

21
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
Les programmes

Bâtiments existants Bâtiments neufs

Audits Energétiques et Règlementation thermique des


Contrats-Programmes dans le bâtiments neufs.
secteur tertiaire
Audit Energétique sur Plan et
Certification énergétique des Contrats-Programmes dans les
équipements électroménagers secteurs résidentiel et tertiaire

Promotion des LBC Programme "PROMO-ISOL"

Promotion de la cogénération Label "Eco-Bat" des bâtiments


dans le secteur tertiaire basses consommations

Promotion de la climatisation
au Gaz Naturel dans le secteur
tertiaire

Programme "PROMO-FRIGO"

22
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
L’Audit Energétique & Contrats-
Contrats-Programmes dans le secteur tertiaire

Cadre réglementaire :

a) Textes : i) Article 5 de la loi n° 2004-72 relative à la maîtrise de l’énergie ii) Décrets : n°2144 & n°2269.

b) Seuil d’assujettissement : 500 tep (AE obligatoire) / (Volontaire au dessous).

c) Experts-auditeurs en énergie : Ingénieurs agréés.


Cadre incitatif :
a) Prime à l’audit : 70%, plafonnée à 30 000 Dinars.
Dinars
b) Prime aux investissements matériels : 20%,, plafonnée de 100 000 à 250 000 DT selon la
consommation de l’établissement en énergie primaire.
primaire
c) Prime aux investissements immatériels : 70%, plafonnée à 70 000 DT.
Réalisations (jusqu’à fin 2012)
a) Audits réalisés : 230
b) Contrats-programmes conclus : 212
c) Investissement : 26 MTND
d) Economie d’Energie (212 CP) : 42 ktep/an
23
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
La certification énergétique des équipements électroménagers

Cadre règlementaire :

a) Textes : i) Article 8 de la loi relative à la maîtrise de l’énergie (n°


(n 2004-72
& 2009-7) ii) Décret d’application n°2004-2145.

b) Appareils ciblés : i) Réfrigérateurs (arrêté du 10 septembre 2004) ii)


Climatiseurs individuels (arrêté du 21 avril 2009)) iii) Lampes et appareils
d’éclairage (promulgation en cours) iv) Eau chaude, Lave et sèche
linge, Lave-vaisselle, Fours, Fers à repasser, Appareils audiovisuels
(promulgations futures).

Réalisations :
• Réfrigérateur : Interdiction progressive de la commercialisation des appareils de classe de
performance énergétique entre 4 et 8 (2006 : 8 et 7, 2007 : 6 et 5, 2009 : 4).
• Climatiseur : Interdiction progressive de la commercialisation des appareils de classe de
performance énergétique entre 4 et 8 (2010 : 8,, 7 et 6, 2011 : 5, 2012 : 4).
24
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
La promotion des LBC

 Elimination progressive des lampes à incandescence de 25 à 100 W :


 100 W et plus : en 2011 ;
 60 et 75 W : en 2014 ;
 25 à 40 W : en 2015.
 Instauration progressive d’une taxe à la consommation sur la vente des
lampes à incandescence en vue d’alimenter le FNME :
 10 % : à partir de novembre 2007 ;
 30 % : à partir d’octobre 2008.

 Distribution gratuite, par la STEG, de 1


million de LBC pour les ménages : 2011-
2013.

25
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
La promotion de la climatisation au Gaz Naturel dans le secteur tertiaire

 Réalisation de 2 installations de démonstration de puissance frigorifique totale


installée égale à 1 050 kWf dans des bâtiments du secteur tertiaire (clinique et
bâtiment d’industrie pharmacetique).
 Monitoring de ces installations de démonstration : Haute efficacité énergétique et
haute rentabilité économique enregistrées (EE = 63 tep/an).

 Organisation, en 2013-2014, d’actions de


renforcement de capacité (formations) au
profit des principaux acteurs concernés :
Membres des différentes commissions
techniques de bâtiments, ingénieurs conseils
fluides, etc.
26
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
La promotion de la cogénération

Cadre incitatif :
Prime à l’investissement : 20%, plafonnée à 500 000 DT.

Réalisations : 1 projet de puissance 4 MW (AEROPORT INTERNATIONAL ENFIDHA, 2011).

Potentiel à exploiter : 70 MW.

27
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
Le programme "PROMO-
"PROMO-FRIGO"

Objectifs du programme :

• Remplacement de 600.000 anciens réfrigérateurs de plus de 10 ans d’âge


par des réfrigérateurs de classes de performance énergétique 1 et 2.
• Diffusion de 400.000 nouveaux réfrigérateurs de classe de performance
énergétique 1.

• Economie
Concept sur lades
et rôle duréedifférents
de vie des réfrigérateurs
intervenants ( ans)
(10 : : 175 ktep.
• ANME : Coordination générale et réalisation des actions de communication.
• ANGED : Supervision du volet recyclage des réfrigérateurs anciens et mise à disposition dans les
régions des dépôts de collecte et de stockage provisoire.
provisoire
• ANPE : Récupération et destruction du gaz réfrigérant nocif.
• Banques : Accorder un crédit commercial.
• DISTRIBUTEURS : Livraison et récupération des réfrigérateurs avec la coordination de l’entreprise de
recyclage.
• INDUSTRIEL : Accorder une réduction pour adhérer à cette action.
• ENTREPRISE DE RECYCLAGE : Récupération des réfrigérateurs anciens des dépôts de stockage
provisoire, démontage des appareils et recyclage des matières premières. 28
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
La règlementation thermique des bâtiments neufs

Cadre réglementaire :
i) Article 10 de la loi n° 2004-72 relative à la maîtrise de l’énergie ii) Arrêtés : du 23 juillet 2008 & du 17
décembre 2010 (Bâtiments à usage de bureaux et assimilés) et du 1er juin 2009 (Bâtiments à usage
résidentiel) iii) Arrêtés relatifs aux bâtiments à usage de santé et aux bâtiments à usage touristique sont
en cours de promulgation.

Echelle de Performance Thermique du bâtiment Réalisations (Janvier 2010 - Juin


2013)
Classe 1 R. optimale 25 784 permis de bâtir ont été
Classe 2 octroyés conformément à la RTB,
Classe 3 R. minimale - Public
dont :

Classe 4
• 19 287 pour des bâtiments
Résidentiels collectifs ;
Classe 5 R. minimale - Privé
• 6 497 pour des bâtiments à
Classe 6 : Assez Mauvais
usage de bureaux.
Classe 7 : Mauvais

Classe 8 : Très Mauvais

Besoins énergétiques annuels du bâtiment liés au Confort Thermique – BECth [kWh/m².an]


[kWh/m

29
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
L’Audit Energétique sur Plan et Contrats-
Contrats-Programmes dans les secteurs
résidentiel et tertiaire

Cadre réglementaire :
a) Textes : i) Article 5 de la n° loi 2004-72 relative à la maîtrise de l’énergie ii) Décrets : n°2144 &
n°2269 iii) Arrêté du Ministre de l’Industrie du 11 juin 2007.
b) Seuil d’assujettissement : 200 tep (AEP obligatoire) / (Volontaire au dessous)
c) Experts-auditeurs en énergie sur plan : Binôme (architecte + ingénieur agréés).

Cadre incitatif :
a) Prime à l’audit : 70%, plafonnée à 30 000 Dinars.
b) Prime aux investissements matériels : 20%, plafonnée à 100 000 Dinars.
c) Prime aux investissement immatériels : 70%, plafonnée à 70 000 Dinars.

30
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
Le programme "PROMO
"PROMO--ISOL"

Objectif du programme :

i) Mise en place d’un mécanisme financier pour la


promotion de l’isolation thermique des toitures
des logements (existants et neufs).

Concept du Mécanisme :

i) Prime d’incitation à l’investissement à travers le


FNME :

 Montant : 4,5 TND/m2 (logements existants) et 3 TND/m2 (nouveaux logements).

ii) Financement du reste de l’investissement par crédit bancaire :


 Montant : 10,5 TND/m2 (logements existants) et 7 TND/m2 (nouveaux logements).
 Intérêt : TMM + 1,5 (soit 5,75 %).
 Durée de remboursement : 7 ans.

31
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
Le programme "PROMO
"PROMO--ISOL"

Promotion du mécanisme : Isolation thermique des toitures de 65 000


logements (1/3 du neuf et 2/3 de l’existant) sur la période 2014-2018.

Année 2014 2015 2016 2017 2018 Total

Nombre de logements 1 000 4 000 15 000 20 000 25 000 65 000

Surface de toiture (m2) 100 000 400 000 1 500 000 2 000 000 2 500 000 6 500 000

Phase pilote : Phase de promotion :


5 000 logements 60 000 logements

Economie d’énergie attendue du programme :

Cumule de l’énergie primaire économisée sur la période du programme (2014-2018) 42 500 TEP
Cumule de l’énergie primaire économisée sur la durée de vie de la mesure (20 ans) 422 000 TEP

32
POLITIQUE D’URE DANS LE SECTEUR DU BÂTIMENT
Le LABEL "Eco-
"Eco-Bat"

Concept du Label :

Hautes Performances Thermique et Energétique


Basses consommations

Eco-bat "Bronze" Eco-Bat "Argent" Eco-Bat "Or"

Types de bâtiments cibles du label :


- Bâtiments résidentiels collectifs : existants et neufs ;
- Bâtiments à usage de bureaux : existants et neufs ;
- Bâtiments à usage de santé : existants et neufs ;
- Bâtiments à usage touristiques : existants et neufs.
Cibles et indicateurs du label :
Nombre d’indicateurs (15)
Cible
Résidentiel collectif Bureaux Santé Tourisme
Enveloppe du bâtiment 3 3 3 3
Equipements techniques 8 8 8 8

Gestion des ressources 4 4 4 4 33


ENERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE:
ETAT DES LIEUX

34
ENR en Tunisie, l’état des lieux (2014)
800000 m²
3 parcs CES
245 MW

14 000
6 000 Maisons non connectées
Bâtiments PV 200 écoles primaires
connectés au
réseau

130
Stations de
pompage PV
Potentiel energies renouvelables
Soleil Vent

Solaire thermique: 4 Millions m²


8 000 MW
Production d’électricité: 900 GW
36
Potentiel énorme,, spécialement au sud…
Impact de la stratégie nationale de développement des
énergies renouvelables
Mtep 30 % énergies
renouvelables en
2030

37
Le Mécanisme Prosol en Tunisie

38
Programme PROSOL
 Objectif: créer un marché durable pour
le développement du solaire thermique
en Tunisie
 Différentes composantes d’appui:
 Mécanisme de financement
 Exonération de la TVA
 Renforcement des capacités
 Plan de communication
 Une stratégie de contrôle/qualité

Résidentiel Tertiaire Industrie


2005 2009 2010

39
PROSOL Résidentiel, Mécanisme de financement

Une subvention attribuée à travers le Fond de transition énergétique


FTE (ex. FNME) :
 200 TND pour les chauffe-eau solaires dont la surface des capteurs
est comprise entre 1 m² et 3 m²
 400 TND pour les chauffe-eau solaires dont la surface des capteurs
est comprise entre 3 m² et 7 m²;

Octroi de crédit remboursable à travers la


facture de la STEG sur une durée de 5 années :
Montant des crédits: 550 TND, 1150 TND, Taux
d’intérêts : TMM+1 (6,25%) pour l’année 2007
et TMM+1,2 pour les années suivantes (2008-
2011)
40
PROSOL Résidentiel
Réalisations 2004 -2013 Evolution de l’offre (Fin 2014
2014))
90 000
m² 800008200080000  50 fournisseurs éligibles, (dont 10
80 000 7100074000
70 000
6600065000 fabricants),
60000
60 000
50 000
34000
 1150 installateurs éligibles (micro
40 000
30 000 23000 entreprises) dont 450 installateurs qualifiés
20 000
7000
“Qualisol”,
10 000
0
2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Evolution des réalisations de 7000 m² par an en 2004


à une surface mensuelle de 7000 m² à partir de 2008
pour atteindre en 2014 une surface global installé de
800 000 m²

Evolution des indicateurs spécifiques à 76 m²/1000


m
habitants en 2014, contre 25 m²/1000 habitants en 41
2007. 41
Tertiaire

42
PROSOL Tertiaire :Service et Hôtels
Cibles : Hôtels, Piscines couvertes, Bains maures ( Hammams), résidences
Collectives … avec un potentiel d’environ 500 000 m² de capteurs

Cible privilégiée : les hôtels de 3 étoiles et plus

Une subvention de 30 % de l’investissement avec un plafond 150


DT/m ² financée par le FTE

Une subvention de 70% du coût des études et du contrôle avec un plafond de


70000 DT financée par le FTE
Aides financières sur les fonds MIET
MIET--PNUE
 Une subvention de 25% de l’investissement
investissement avec un plafond de 150 DT/m²,
 Une bonification de 2 points du taux d’intérêt des crédits octroyés par les
banques,
 Une contribution de 6 DT/m² par an des frais de la maintenance sur 4 années 43
au
delà de la 1ère année de garantie. 43
PROSOL Tertiaire – Réalisations (Hôtels)

Etablissement: Yadis Djerba Hôtel Etalissement:: Hôtel Djerba Beach


Etalissement

Une Surface de capteurs installée


annuelle de 3000 m² à partir de Temps de retour
2009 contre 75 m² en 2007 3-5
5 ans 44
44
INDUSTRIE

45
PROSOL Industrie
L’irradiation solaire moyenne en
Tunisie est d’environ 2000
KWh/m² /an

Un potentiel important : 3 million m2


Le potentiel réel: 400 000 m2

60 000 m2 (15
15%) 340 000 m2 (85%)
Basse Température Moyenne Température

une installation solaire thermique à basse température dans un procédé


industriel (Usine Benetton, mise en service Janvier 2015)
46
PROSOL INDUSTRIE

Le premier projet d’utilisation du solaire thermique au niveau des procédés


industriel :

1000 m2 à BENETTON, Sousse (2015)


47
Les bonnes pratiques: PROSOL ELEC, (2014
(2014))
 Une subvention de 30% de l’investissement avec un plafond de 1800 DT pour les
systèmes de 1 kWc et 1450 dinars par kWc pour les systems de puissanc > 2 kWc
salaire et 15,000 DT par batiment
 Un crédit d’une durée de 7 ans , accordé par Ettijari Bank et remboursable sur la
facture STEG (3 500 DT et 6 500 DT)
 40 Million de dinars d’enveloppe

15 MWc installés
Dans 6000 bâtiments (25 MWc à ce
jour)
Investissement global :
77 MDT
Subvention = 22 MDT 48
Marché Solaire

+200 installateurs/ fournisseurs éligibles 5 fabricants de modules photovoltaïques (encapsulation)


150 MWc

49
Le Photovoltaïque : Développements au niveau macro

50
Le marché PV très prometteur en Tunisie

51
La loi sur la production de l’électricité à partir
des énergies renouvelables et le Fonds de
Transition Energétique :

Un grand pas vers la promotion des énergies


renouvelables
52
Loi n°12-2015 du 11 mai 2015

PRODUCTION DE L’ÉLECTRICITÉ À PARTIR DES ER

EXPORTATION MARCHÉ LOCAL AUTOPRODUCTION

CONCESSION APRÈS APPEL CONCESSION APRÈS APPEL AUTORISATION DANS LA TRANSPORT ET VENTE DE
À LA CONCURRENCE À LA CONCURRENCE LIMITE D’UN SEUIL L’ÉXCEDENT

PLAN NATIONAL DE PRODUCTION DE L’ÉLECTRICITÉ À PARTIR DES ER

53
Les Régimes de la Production de l’électricité ER

Autoproduction

• Approbation par la STEG pour les installations raccordées au réseau BT


• Autorisation octroyé e par le ministre chargé de l’énergie pour les installations raccordées au
réseau MT ou HT

Autorisation pour les projets destinés à la vente ≤ P max

• Accord préalable du ministre chargé de l’énergie pour constituer la société de projet et réaliser
l’installation
• Autorisation octroyée par le ministre chargé de l’énergie pour l’exploitation et la production de
l’électricité après l’achèvement et la réalisation des tests par la STEG

Concession pour les projets destinés à la vente > Pmax

• Concession accordée par le ministre chargé de l’énergie après appel à concurrence


• Contrats soumis à l’Assemblé des Représentants du Peuple

Concession pour les projets destinés à l’export

• Concession accordée par le ministre chargé de l’énergie après appel à concurrence


• Contrats soumis à l’Assemblé des Représentants du Peuple 54
Projet de Décret d’application de la Loi n°°12-2015 du 11 mai 2015

Décret gouvernemental portant fixation des conditions et procédures de


réalisation de projets de production d’électricité à partir des énergies
renouvelables.

le projet de décret d’application de la loi n°12


12-2015, relative à la production d’électricité
par les énergies renouvelables, est soumis à consultation jusqu’au 6 décembre 2015.
Vous pouvez consulter ce projet de décret à travers le lien ci-dessous
ci : decret-gov-ar.pdf

Le présent décret fixe les conditions et les modalités de réalisation des projets
de production d'électricité à partir des énergies renouvelables à des fins
d’autoconsommation ou en vue de l’exportation
55