Vous êtes sur la page 1sur 11

SCHEMA DES ETAPES D’UNE OPERATION DE COMMERCE INTERNATIONAL

Pays A Pays B
Vendeur Acheteur
Étape I
Étape de préparation / les Négociations
Il s'agit de :
Echange de correspondances et présentation des conditions
(Devis - catalogues - notices – tarifs – conditions de vente.)

Étape II
Les négociations sont clôturées
1°) l’offre par la rencontre des points de 2°) - l’acceptation (la
vue des deux parties. Ce sont les commande)
consentements et donc les
engagements de l'une et de
l'autre partie qui sont concrétisés
par l'offre et par l'acceptation.
Étape II Bis
En principe, le vendeur doit livrer la marchandise et l’acheteur doit l’accepter et
régler le prix.
Seulement, en vue de permettre à l’acheteur de préparer bien avant l’expédition
des colis :
le dossier financier (banque)
le dossier administratif (autorisations)
le dossier de dédouanement (douane),
le vendeur envoie à l’acheteur, une facture pro-forma tenant lieu de facture
définitive

3°)- Expédition et 4°) Réception,


Facturation Étape III Dédouanement et
Règlement
Étape IV
L'après contrat pourrait connaître des situations litigieuses. Le règlement des
conflits éventuels se fera conformément aux clauses convenues : Tribunal ou Etude
d'arbitrage.

1/
14
LA CHAINE DES INTERVENANTS DANS UNE OPERATION DE COMMERCE
INTERNATIONAL.

Pays A Pays B

Vendeur ⇒ Marchandises
⇐ Règlement Acheteur
Emballeur Représentant
Commissionnaire de Transporteur national
transport Transporteur international
Transporteur national Magasinier
Magasinier Manutentionnaire
Assureur --------------------- Voyage - Assureur
Manutentionnaire
Chargeur
Transporteur
international
Administrations : Administrations :
Commerce Banque Commerce Banque Santé
Santé Agriculture Agriculture

Douane Douane

En matière de formalités douanières (à l’importation ou à l’exportation) il convient de distinguer


deux séries d’obligations :

celles qui ont pour but d’imposer aux marchandises un passage par un bureau de douane.
Il s’agit des formalités qui ont pour finalité de conduire (de drainer) les marchandises à un
bureau de douane et de les placer dans des magasins gérés par des particuliers (OMMP
ou Transitaires) sous la surveillance des services douaniers. Ces formalités incombent aux
transporteurs ou aux entrepositaires.

et celles qui contraignent l’usager (l’importateur ou l'exportateur) à accorder (à assigner)


aux marchandises un régime douanier définitif. Il s’agit de fournir aux services des
douanes tous les éléments nécessaires à l’application des mesures douanières.

Le dépôt aux services douaniers d'une déclaration constitue la formalité incontournable pour
dédouaner une marchandise.

2/
14
ETAPES DU DEDOUANEMENT

I II
Arrivée du moyen de transport Dédouanent et
enlèvement des marchandises
• Déclaration faite par le • Préparation de la • Paiement des frais
transporteur (sommaire) déclaration en détail par de stationnement
l’importateur
• Déchargement • Son dépôt au • Retrait des colis par
bureau des douanes le déclarant
(TTN - SINDA)
• Prise en charge par l’entrepositaire • Examen des • Contrôle à la sortie
déclarations et par les services des
vérification des douanes
marchandises
• Préparation, par l’importateur, des • Prise de décision • Fin de l’enlèvement
divers documents concernant le
dédouanement
• Remise de la
decision
• Paiement des droits
et taxes et Quittance
• Bon à enlever

Une marchandise en mouvement est celle qui passe de chez le fournisseur à son client à travers
divers services : Transporteur national, magasinier, manutentionnaire, transporteur
international.

Il est intéressant de noter que dans une opération de commerce international interviennent à la
fois et / ou consécutivement plusieurs intermédiaires.

3/
14
LES INTERVENANTS

Les opérations de commerce international emploient une branche de professionnels d'une


nature très spécifique.
Il s'agit des intermédiaires qui interviennent dans la réalisation des opérations d'importation et
d'exportation.
Sachant qu'une marchandise passe entre les mains d'un bon nombre d'intermédiaires pour être
remise d'un expéditeur à un destinataire final, faut – il remarquer que ces intermédiaires sont
rangés dans des professions réglementées et constituent, sur un autre plan, une population de
professionnels spécialistes chacun dans une branche bien déterminée.

La chaîne des intervenants

Pays A Pays B
Vendeur ⇒ Marchandises
⇐ Règlement Acheteur
Emballeur Représentant
Commissionnaire ou Transport international
Transporteur national Transporteur international
Magasinier Assureur Consignataire de navire
Manutentionnaire Consignataire de cargaison
Chargeur Voyage Magasinier
Transporteur international Manutentionnaire
Assureur Assureur
Administrations : Administrations :
Commerce Commerce
Banque Banque
Santé Santé
Agriculture Agriculture
Douane Douane

Emballeur : C'est une entreprise qui fournit aux expéditeurs de marchandises un service
consistant en l'opération de placer les marchandises dans des emballages appropriés pour
faciliter la manipulation et le transport : palette, caisse en bois, renforcement de l'emballage
extérieur.

Transporteur : Il s'agit de la profession qui prend en charge l'opération de faire déplacer une
marchandise d'un lieu à un autre.
Le transport préliminaire, dit également national, est effectué de l'usine jusqu'au port ou
aéroport de départ.
Par opposition, le transport international assure l'acheminement d'une expédition d'un pays à
un autre.
Le transporteur est celui qui exploite un moyen de transport (navire, avion, camion, pipeline,
câble électrique, gazoduc, train)

4/
14
Armateur : Le propriétaire d'un navire est généralement une personne morale disposant
d'énormes moyens financiers.
Le propriétaire d'un navire peut exploiter, soi – même, le navire dans le domaine du transport. Il
a donc l'obligation d'armer le navire, c'est-à-dire l'équiper des moyens nécessaires (grues, cales,
ponts).
Il est donc propriétaire – armateur.
Cette entreprise peut s'adonner, après avoir équipé le navire, à l'exercice de la profession de
transport. Elle est donc propriétaire – armateur – transporteur. Elle peut louer tout le navire à
une autre personne pour exercer la transport maritime. C'est une location par un contrat dit :

Charte – Partie.
Les trois fonctions peuvent être distinctes l'une de l'autre et assurées par trois entreprises
différentes : le propriétaire, l'armateur et le transporteur. Les relations entre ces trois
professions sont réglées par des contrats précisant les obligations et les droits de chacune.
Le transporteur de marchandises par mer qui peut être l'armateur ou le propriétaire - armateur
ou tout simplement le transporteur est la personne par laquelle un contrat de transport est
conclu avec un expéditeur / chargeur. A ce moment, le contrat de transport est dit :
Connaissement.

Chargeur : Le chargeur est la personne par laquelle ou au nom de laquelle un contrat de


transport par mer est conclu et / ou une marchandise est remise au transporteur.

Frêteur : Le fréteur est la personne (généralement un transporteur maritime) qui met à la


disposition d'une autre personne dite affréteur tout ou partie d'un navire pour l'exploiter dans le
domaine du transport.

L'affréteur : L'affréteur peut transporter sa propre marchandise ou celle d'autres personnes.


Dans ce cas précis, l'affréteur devient et assume le rôle d'un transporteur.

Le contrat qui lie les deux parties est connu sous l'appellation suivante : Charte – partie. Le
contrat à conclure entre un expéditeur et l'affrêteur (nouveau transporteur) est dit
Connaissement.

Consignataire de navire : Le consignataire de navire est un mandataire salarié d'un armateur non
résident.
Le consignataire de navire est l’entrepreneur qui représente, dans son pays, un transporteur
maritime (armateur) étranger. Le consignataire de navire étranger fournit aux résidents des
services normalement assurés par un transporteur (armateur) étranger non - résident :
prise en charge des marchandises à expédier à l’étranger et
livraison des marchandises arrivant de l’étranger.
Les dépenses exécutées par un consignataire de navire représentent des frais d’escale dans les
ports tunisiens pour le compte d'un navire étranger venant faire escale dans un port tunisien.
 Avitaillement,
 frais de port,
 frais de manutention,
réparations effectuées sur le navire étranger,
achat de pièces de rechange, etc …
Ces dépenses sont couvertes par les recettes encaissées pour le compte du transporteur étranger
qui peuvent être :
frêts de marchandises importées et dont le paiement incombe à l’importateur (FOB, par
exemple),
5/
14
frêts de marchandises exportées et dont le paiement incombe à l’exportateur tunisien
(CFR, par exemple),
 prix des billets de passage, etc.

Consignataire de cargaison : Le consignataire de cargaison est un mandataire salarié d'un


armateur, d'un chargeur ou d'un destinataire - non résident - bien déterminé.
Il est à faire remarquer que tout transporteur est tenu de par le contrat de transport de livrer la
marchandise au destinataire. Pour se libérer, le plus vite possible, et s'adonner à
l'accomplissement d'un nouveau voyage, il confie les marchandises à un magasinier qu'il choisit.
C'est le consignataire de cargaison.
Il est chargé d'assurer la garde et la conservation de la marchandise qui lui est remise par son
mandant.

Entrepreneur de manutention : L'entrepreneur de manutention est chargé dans l'enceinte


portuaire de toutes les opérations d'embarquement et de débarquement des marchandises y
compris les opérations de mise et de remise sous hangar ou sur terre-plein qui en sont le
préalable ou la suite nécessaire.

Transitaire : Le transitaire est la personne chargée de représenter l'importateur ou


l'exportateur d'une marchandise auprès des divers services de transport, de manutention et de
magasinage. Il accomplit pour le compte de ses mandants les opérations de groupage,
d'emballage de prise en charge et de livraison des marchandises.
Il ne peut en aucun cas accomplir les formalités inhérentes à la déclaration en détail qui reste la
spécialité et le domaine consacré au commissionnaire en douane..
Le transitaire reçoit le mandat délivré par l'importateur ou l'exportateur pour l'accomplissement
des opérations :
 de prise en charge de chez le fournisseur ou le client,
 d'emballage,
 de transport,
 de manutention,
 de magasinage,
 de livraison, etc.

Le transitaire reçoit le mandat sur un imprimé signé par le mandant (l'importateur ou


l'exportateur) qui précise les opérations dont il demande l'accomplissement. C'est le bordereau
d'instruction au transitaire.
Pour l'exercice de sa profession, le transitaire doit fournir, notamment, un magasin destiné au
stockage des marchandises en attente de la déclaration en détail (lev dédouanement
proprement dit).

6/
14
LES MOYENS DE TRANSPORT

Les formalités et les règles de conduite en douane et la manière d'introduction et de


présentation des marchandises à un bureau de douane dépendent du mode de transport
employé.

Les marchandises sont acheminées par le moyen de transport qui doit être adapté à leur nature,
présentation, emballage, volume ou valeur.

Les modes de transport les plus utilisés sont :


 Maritime,
Aérien,
 Routier ou
 Ferroviaire.
Les véhicules de transport :

Avion mixte : Avion de passager qui assure des lignes régulières et qui transporte également des
marchandises (du fret) dans les soutes.

Avion cargo : Avion destiné pour le transport, uniquement, des marchandises.

Paquebot : Un navire de commerce aménagé pour le transport du courrier et des passagers.

Bateau mixte : Il est pour transporter des passagers et des marchandises.


Bateau cargo ou de fret : Il est conçu pour transporter du fret (des marchandises)

Bateau "tramp" : C'est un navire qui cargo qui navigue sans itinéraire fixe. C'est un navire
"vagabond".
Il y a également des cargos qui sont dénommés d'après leur utilisation : navire – citerne, navire –
pétrolier, navire – vraquier, etc …

Les véhicules plateaux : c'est une cabine de conduite avec à l'arrière un plateau destiné à
recevoir les colis.

Les véhicules fourgons ; ils se caractérisent des précédents par une cabine fermée destinée pour
le transport de marchandises de faible tonnage.

Les camions : la cabine et le plateau sont uniques et forment un seul ensemble.

Les véhicules articulés : il y a un tracteur (tête) et une remorque qui peut être détachée du
tracteur

Le conteneur : le conteneur est un récipient métallique destiné à contenir des marchandises


pour faciliter leur transport et leurs manipulations.
Le conteneur est un mode de transport.

7/
14
Le conteneur présente la possibilité (l'avantage) de faire transporter des marchandises sans
qu'elles soient déchargées et rechargées en cours de route suite aux besoins de contrôle, de
vérification, de changement du moyen de transport ou autres opérations.
Un conteneur (a container, en anglais) quand il est la propriété d'une entreprise non résidente,
est admis sur le territoire pour un séjour temporaire pour être réexporté, par la suite, vide ou
plein.

Tout conteneur est identifié par


Un code de quatre lettres pour désigner le propriétaire (la dernière étant toujours un "U". Exemple :
ARZU,
Un numéro de série de six chiffres plus un chiffre utilisé comme clé de contrôle. Exemple : 002045 6,
Un code alphabétique de deux lettres pour désigner le pays. Exemple : FR (France),
Un code de quatre chiffres pour désigner les dimensions,
Un conteneur de 40 pieds est un conteneur dont la longueur est égale à 12 mètres environ. (1 pied
est l'équivalent de 30 centimètres environ).

8/
14
LES TITRES DE TRANSPORT

Mode de transport Document


Maritime CHARTE – PARTIE ou Connaissement
Aérien LTA - Lettre de transport aérien
Routier CMR - Convention de transport de
Marchandises par Route
Feuille de route
Ferroviaire Lettre de voiture
Postal CP1 / CP2 / CP3

Le connaissement : C'est le contrat de transport maritime.


Il est rédigé en plusieurs exemplaires.
La copie originale vaut titre de propriété qui est remise au destinataire acheteur soit directement
par la poste ou par l'intermédiaire du transporteur même (Pli cartable) soit via une banque
lorsque le vendeur désire s'entourer de certaines garanties quant à son règlement.
Les autres exemplaires sont des non négociables. Elles sont destinées aux différents
intervenants : magasinier, douane, transporteur, expéditeur.
Le transporteur remet les colis à celui qui détient le connaissement original.

La LTA (Lettre de transport aérien) : C'est le contrat de transport aérien établi entre
l'expéditeur et le transporteur.
Pour être valable, la LTA doit être conforme au modèle prévu et fixé par la Convention
Internationale de Varsovie de 1929 sur le transport aérien.
Certaines mentions doivent obligatoirement figurer sur la LTA : Lieu et date de son émission,
points de départ et de destination, nom et adresses de l'expéditeur, du transporteur et du
destinataire, description des colis (n° - marque – poids – dimensions) et nature de la marchandise
: tissu, pièces détachées, produits chimiques, matériel médical).

La CMR (Convention Internationale sur le Transport de Marchandises par Route) : Le sigle CMR
qui désigne la convention est également utilisé pour désigner le contrat de transport
international de marchandises par la voie routière.

9/
14
LES MAGASINS ET AIRES DE DEDOUANEMENT

1° / Etablissement d'un M A D

Après leur déchargement, les marchandises ne sont pas généralement retirées tout de suite par
les propriétaires importateurs.
Les importateurs ont à instruire (préparer) le dossier du dédouanement : déclaration en détail,
documents annexes et autorisations nécessaires. Il est normal de voir les marchandises
déchargées se trouver au niveau de la frontière en situation d'attente du dédouanement.
Le transporteur d'autre part, a besoin de se décharger des colis pour se libérer, le plus vite
possible et entamer un nouveau voyage. Il cherche à améliorer le taux de rotation de son moyen
de transport.
Pour qu'il n'y ait pas de rupture dans la chaîne du contrôle et de la surveillance douanière et
donc de la responsabilité du transporteur, il a été trouvé l'astuce de confier les marchandises à
des intermédiaires qui auront la charge de stocker ces marchandises et d'attendre les formalités
de dédouanement qui ont pour objet de libérer les marchandises du contrôle des douaniers.
Quelles sont les personnes qui sont admises à exploiter des magasins de stockage des
marchandises avant dédouanement ?

Les personnes qui peuvent exercer la profession d'exploitant de tels magasins sont, qu'elles
soient physique ou morale, l'une quelconque de celles ayant obtenu la carte professionnelle de :
 Transitaire,
 Consignataire de cargaison,
 Transporteur international ou
 Entrepreneur de manutention.
Les magasins de stockage – en attente du
dédouanement – sont dits M A D (Magasin et
Aire de Dédouanement).
Lorsqu'il s'agit d'opérations d'exportation, ces
magasins sont dits M A E (Magasin et Aire
d'Exportation).

Les MAD et les MAE sont dites abusivement Magasins Cales.

Les conditions d'établissement d'un MAD sont détaillées dans le cahier de charges, dont :

L'exploitant doit disposer


d'un magasin dans l'enceinte d'un port, d'un aérodrome ou dans une zone industrielle.
de matériels nécessaires pour la manutention, le déplacement et la conservation des
marchandises,
d'un bâtiment aménagé pour recevoir un service des douanes ainsi que les installations
nécessaires au contrôle douanier.

L'exploitant doit avoir obtenu préalablement des services des douanes une attestation portant
agrément du local destiné à abriter la fonction de magasinier.
Par ailleurs, l'exploitant d'un MAD doit présenter à la douane un engagement portant
soumission générale cautionnée.
Le MAD est placé sous la surveillance continue exercée par un agent de douane
Exploitation d'un M A D
10 /
14
Rappel

====Arrivée du moyen de transport


======== Déclaration sommaire
================ Déchargement des colis
========================== Les différents exploitants de MAD vont se présenter pour que
chacun s'occupe des colis qui lui reviennent

Le transfert des colis du lieu de déchargement jusqu'au MAD établi dans le port ou l'aéroport se
déroule sous la surveillance des agents des douanes (escorte).

Le transfert des colis du lieu de déchargement jusqu'au MAD établi hors du port ou de
l'aéroport se déroule sous le couvert d'une déclaration de douane de transit.

L'exploitant du MAD établit les déclarations en détail TE et TD.


Déclaration en détail Transit des colis, du port
TE jusqu'au MAD
Transit du conteneur (traité
Déclaration en détail comme moyen de transport
TD indépendant des colis) faisant
un déplacement :
Port – MAD - Port

Les deux déclarations TE et TD apurent la déclaration sommaire établie par le transporteur.


L'opération de transit s'effectue sous les garanties que les services des douanes jugent utiles et
nécessaires. (Garanties exigées comme pour toute opération de transit)

A l'arrivée au MAD, l'agent des douanes chargé de la surveillance du MAD procède à


l'accueil du moyen de transport (conteneur) et des colis circulant sous le régime de transit depuis
le port jusqu'au MAD
l'accomplissement du contrôle de routine : Vérification de l'Immatriculation du moyen de
transport, du N° des plombs, de l'Heure d'arrivée, etc …
déchargement des colis et leur reconnaissance ainsi que leur conformité avec ce que portent les
déclarations TD et TE,
l'imputation des deux déclarations

3° / Déclaration sommaire

L'exploitant du MAD procède au dépôt d'une déclaration sommaire pour pouvoir prendre en
charge les colis et les placer dans son MAD.

Cette déclaration sommaire est dite manifeste – magasin.

Ce manifeste – magasin est apuré :


par les différentes déclarations en détail déposées par les importateurs et
par les inscriptions sur le registre de dépôt pour les marchandises non enlevées dans les délais
règlementaires.

11 /
14

Vous aimerez peut-être aussi