Vous êtes sur la page 1sur 4

Prendre la confiance (le droit)

Narcisse ou le pouvoir (droit) de l’ego

Prendre la confiance malgré les apparences qui ont raison du monde, c’est être intéressé

= tyran

pour continuer à conserver ce qui ne serait plus d’actualité (« là »).

Le colosse au pied d’argile le produit à l’avenir incertain qui a pris (volé) la confiance pour se faire valoir (marcher) et/ou se moquer du monde ; avoir cette influence là.

Quel que soit l’objet

= ce qui est é-mis par une personne (en vie) ça doit prendre l’attention, de là à avoir l’affection sinon ça n’a aucun avenir.

En revanche,

en prenant la confiance les choses en cours, ont raison du monde

= cette influence là, pour que le monde, ne le réalise pas

= se sentir

comme interdit et/ou obligé pour ne pas détoner avec ce qu’ils sont censés « supporter ».

Lorsqu’une personne, s’estime en passant par le je, alors vous pouvez être sûr, qu’elle se calera (suivra) sur l’esprit

David VIEL – Le 04 12 2019

qui concentre le monde ou ce qui est la vie, sinon elle éprouvera du mal, non pour le réaliser ça mais belle et bien être sacrifié au nom d’une idée qui a besoin de prendre encore plus la confiance (abuser) pour ne pas être fini (du passé).

Raison pour laquelle, une personne inconsciemment, cherche à avoir le job

pour ensuite pouvoir compter (se reposer) dessus

= compter sur la suggestion (de le devoir

sinon risquer, d’être interdit et/ou réellement leurs vies … Puisque ça a « marché »)

pour continuer à rester « bien » ; sans l’être (… à le « valoir » dans l’histoire où la personne a, raison ; de la « valeur »). Mais du fait, d’avoir eu le diplôme la place et/ou la « confiance » alors inconsciemment, la personne s’estime en droit (elle ne voudra pas perdre, ce qu’elle s’estime être en droit ; « mourir »).

Autant lorsqu’une personne, se met en couple

= elle estime

que le plus difficile est fait (elle a eu la personne, qu’elle convoitait)

pour ne plus faire d’effort

= bouffer l’autre (puisque le lien, ce lien est créé

= le plus « dure » est fait) ;

sans que ça ressorte pour continuer à rester « en droit » (« légitime ») continuer à réellement le « valoir » (ou à l’avoir « à la fin » … Dans ce sens, cette perspective d’avenir là). Et je peux assurer que lorsque ça se passe, l’autre se fera totalement posséder (avoir) sans que ça ressorte et c’est en ça, le « meilleur ». Puisque là il est possible de sacrifier autre-s que « soi » sur l’autel d’un être,

qui se moquera du monde puisque c’est bon pour l’ego ; et lorsque ça « prend »

alors le monde est concrètement autours ou en bas

= donne raison

à ce qui abuse

sans avoir été détecté et ainsi être encore moins arrêté

pour réellement le « pouvoir » (dans ce sens là )

= se croire « brillant »,

« supérieur »

et/ou « en droit » (avoir chié le monde, tout compris et/ou être dépositaire du droit dans l’environnement

où l’être en pensé, se manifeste

= a eu raison au final

et/ou a fini par réellement posséder son entourage).

Titre + Intro

Prendre la confiance

… Et non être de confiance. Et pourtant les apparences suggéreront au contraire

= être réellement de confiance et/ou de bonne foi (la personne qu’il faille dans l’histoire dont l’être est à l’origine pour le « valoir »).

Des apparences censées avoir raison du monde (percer)

= de « soi ».

Or en s’avançant dans ce sens il sera question non d’ordre mais de « pouvoir » ; et non de foi (d’être de bonne foi ou ce que ça devra continuer à paraître).

Si les êtres autours et/ou en bas de ce qui est devenu leurs sujets (affectations ; ils s’estiment « en droit ») = le monde autours, leur échappent alors ils ne « valent » plus rien (retour au néant). Ils sont

« finis » (les choses vont se compliquer à leurs sujets) du fait d’avoir rien réalisé et cela malgré,

surtout, l’agitation dont ils étaient concrètement à l’origine (je rappelle que ces personnes étaient au

« centre ») afin de pouvoir reculer le mot fin

= « durer »

= continuer à abuser dans l’idée réellement d’être « essentiel » et en réalité totalement, « à la rue ».

Mais comme ce qu’ils é-mettaient, prenait alors il était possible de nier l’évidence pour continuer à réellement le « pouvoir » (à s’estimer en droit en l’ayant pris et non en étant ce qu’ils s’efforceront

à faire croire pour ne pas perdre la « main »).

Le nerf de la guerre, c'est ça avoir l'attention (une histoire) pour avoir l'affection au final. Pour renforcer (donner raison) ce qui a alors de l'avenir (non pour le réaliser ça MAIS belle et bien pouvoir s'illustrer dans l'histoire qui permettra à un être de pouvoir s'estimer à

mort). Et lorsque ça "prend" vous êtes concrètement "dedans" pour lui donner raison (votre vie). Vous vous sentirez interdit et/ou dans l'obligation.

C'est ça prendre le "pouvoir" = le Droit.

vie). Vous vous sentirez interdit et/ou dans l'obligation. C'est ça prendre le "pouvoir" = le Droit.