Vous êtes sur la page 1sur 7

UNIVERSITE HASSAN 1er

ENCG SETTAT

COMPTABILITE APPROFONDIE

NIVEAU / 3ème année


GECOFI

Professeur : M. MAKHROUTE
MAKHROUTE Mohamed ENCG Settat

Application :
A la clôture des exercices au 31/12/N l’état des titres détenus par l’entreprise ABC se présente
comme suit :

Nature du titre Quantité Prix d’achat au Cours au 31/12/N


30/03/N
TP
Action A 300 180 160

TVP
Action X 200 200 170
Action Y 100 120 110

L’entreprise a cédé en Février de l’exercice N+1 mais aucune écriture n’a été constatée.

70 actions A au PU 250 dh, réglé par CB n° Z15


50 actions X au PU 210 dh, 50% réglé par CB n° T14, le reste dans 30 jrs ;
30 actions Y au PU 100 dh, 20% réglé par CB n° T20, le reste dans 30 jrs ;

TAF : Analyser et comptabiliser les opérations relatives aux titres en N et N+1

Exercice 1 :

Au 15/05/N : Achat de 200 actions de la société ABC à 100 dh l’action


Au 20/08/N : Achat de 300 actions de la société ABC à 110 dh l’action
Au 31/12/N : Cours des actions de la société ABC est à 102 dh l’action

TAF : Passer les écritures nécessaires.

Exercice 2 :

Au 15/05/N : Achat de 40000 actions TP de la société ABC à 200 dh l’action par virement
bancaire, services bancaires 1000 dh HT ;
Au 20/08/N : Achat de 20000 actions TP de la société ABC à 300 dh l’action par virement
bancaire, services bancaires 2000 dh HT ;
Au 31/12/N : Cours des actions de la société ABC est à 280 dh l’action
Au 03/05/N+1 : Vente de 50000 actions TP de la société ABC à 270 dh l’action par virement
bancaire, services bancaires 2500 dh HT ;
Au 31/12/N+1 : Cours des actions de la société ABC est à 250 dh l’action

TAF : Passer les écritures nécessaires.

1
MAKHROUTE Mohamed ENCG Settat

L’évaluation des créances :

Application 1 :

La situation du compte client de l’entreprise ABC est la suivante au 31/12/2015

Clients Créances TTC Observations

A 4 800,00 La perte probable est de 30%

B 10 800,00 on espère récupérer 60% de la créance

C 7 800,00 Totalement insolvable

TAF : Passer les écritures nécessaires au journal de l’entreprise ABC au 31/12/2015, TVA
20%.

Application 2 :

Etat des créances douteuses au 31/12/2015 avant inventaire :

Clients douteux Provisions 2014


Règlements en 2015 Observations
Noms Créances TTC % Montants

A 9 840,00 40 ? Néant Porter la provision à 60%

Porter la provision à 45%


B 14 400,00 25 3 000,00 9 000,00 du solde

C 7 800,00 30 1 950,00 5 400,00 Pour solde

Par ailleurs, il y a lieu de considérer, au 3/12/2015 certaines créances comme douteuses :

D : débiteur de 11 460 TTC, est déclaré en faillite. On pense recouvrer 70% de cette créance

E : Débiteur de 13 200TTC est insolvable

TAF :

Passer les écritures nécessaires au journal de l’entreprise ABC au 31/12/2015, sachant que les
règlements de 2015 étaient déjà comptabilisés.

2
MAKHROUTE Mohamed ENCG Settat

I- Les opérations libellées en devise étrangère :


Comme l’exige la loi comptable 9-88, les opérations comptables normales des entreprises
doivent être enregistrées en monnaie nationale.

Cependant, quand il s’agit de créances et dettes libellés en monnaie étrangère, la loi


comptable impose une autre procédure compte tenu des fluctuations de ces monnaies et de
leur impact sur le résultat de l’entreprise.

Il faut distinguer plusieurs cas de figure selon que l’opération est effectuée au comptant, à
crédit avec le règlement avant la date de clôture de l’exercice ou après la date de clôture

1- 1er cas : Achat et vente au comptant

Dans ce cas les créances et les dettes libellées en monnaie étrangère doivent être converties en
monnaie nationale qui est le dirham, sur la base du cours du jour de l’opération (date de la
facture, l’accord des parties ou l’avance), souvent la date de débit ou crédit du compte
bancaire.

Dans ce cas, on n’utilise pas de compte de différences de change.

2- 2ème cas : Achat et vente à crédit durant l’exercice


Dans ce cas, l’entreprise effectue une opération libellés en devises à crédit mais dont le
dénouement a lieu avant la fin de l’exercice.

L’enregistrement comptable à la naissance de l’opération est fait de la même manière que


dans le 1er cas en convertissant les devises en monnaie locale. Le règlement est traité
différemment.

Variation en plus ou moins entre la date de naissance de la dette ou créance et la date de


règlement.

Le comptable doit solder la créance ou la dette enregistrée initialement par l’intermédiaire de


la banque (au débit ou au crédit) selon le cas et passer la différence de change = cours initial –
cours du règlement.

Soit :

 En gain de change n°733


 En perte de change n°633

En cas de vente à un client étranger :

 il y a gain de change lorsque le cours d’une monnaie augmente au règlement par


rapport au cours enregistré lors de la naissance de la créance, l’entreprise va recevoir
plus ce qu’elle avait comptabilisé.
 Par contre, il y a perte lorsque le cours diminue lors du paiement.

3
MAKHROUTE Mohamed ENCG Settat

En cas d’achat à crédit chez un fournisseur étranger :

 si le cours de devise baisse par rapport à la date d’achat, l’entreprise va payer moins
après conversion de la devise en monnaie nationale, un gain de change qui va
augmenter les produits imposables.
 Il y a perte de change, si le cours augmente les charges vont augmenter et vont
diminuer le résultat et par conséquence réduire l’impôt.

3- 3ème cas : Achat et vente à crédit sur 2 exercices


L’achat ou la vente avec l’étranger a lieu au cours de l’exercice N alors que le règlement a
lieu dans l’exercice N+1:

 Il faut réajuster les comptes de synthèses (bilan, cpc) pour assurer le principe d’image
fidèle, il se dégage un gain latent de change ou bien perte latente de change.

En application du principe de clarté et au principe de prudence, il n’est pas opéré de


compensation entre les gains et pertes latents.

 Donc les pertes latentes qui représentent un risque de change à la date d’inventaire
doivent entrainer la constitution d’une provision pour perte de change :
 compte 1516 (si les échéances sont supérieures à un an) et 4506 (si les
échéances sont inférieures à un an),

4-Comptabilisation

Pour parvenir à la réalité des dettes et des créances libellés en devises on utilise les comptes
d’écart de conversion Actif et Passif :

D : Actif C : Passif

A.I Classe 2 F. P classe 1

27 Ecart de conversion Actif 17 Ecart de conversion Passif

2710 Diminution de créances immob 1710 Augmentation de créances immob

2720 Augmentation de dettes immob 1720 Diminution de dettes immob

A. Circulant HT classe 3 Passif circulant HT classe 4

37 Ecart de conversion actif 47 Ecart de conversion Passif

3701 Diminution de créances circ 4701 Augmentation de créances circ

3702 Augmentation de dettes circ 4702 Diminution de dettes circ

Si moins-value latente Si plus-value latente

4
MAKHROUTE Mohamed ENCG Settat

Ces réajustements de comptes (17, 27, 37 et 47) effectués à la fin de l’exercice, dans le cadre
du principe de l’image fidèle, doivent toutefois annulés en début d’exercice suivant par la
technique de la contrepassation, comme d’ailleurs la plupart des comptes de régularisation.

Les comptes débités le 31 décembre (si l’exercice coïncide avec l’année civile) sont crédités
le 1er janvier suivant pour solde afin de revenir au point de départ.

Lors du règlement on compare le cours de départ, et non pas de fin d’exercice ou du 31


décembre, avec le cours du règlement et on dégage soit : 733 Gain de change ou 633 Perte de
change.

Exercices :

Exercice 1 :

Une entreprise a réalisé en 2014 les opérations suivantes en devises :

15 octobre 2014 : Achat à crédit par facture n° 121 à un fournisseur français, M. Georges, des
marchandises pour 100 000 Euros au cours de 11,60 DH l'euro.

Le règlement est prévu pour le 15 février 2015.

20 octobre 2014 : Vente à crédit par facture n° 102 à un client allemand, M. Frank, de
marchandises pour 150.000 Dollars au cours de 7,50 DH le dollar.

Le règlement est prévu pour le 10 mars 2015

TAF :

1. Passer les écritures comptables d'achats et de ventes à la date des opérations,


2. Passer les écritures en fin d'exercice sachant que le cours des devises au 31 décembre 2014
est de : 11,80 DH pour l'euro, 8,00 DH pour le dollar,
3. Passer les écritures de régularisation à leur date.
4. Passer les écritures de règlement par la BMCI et de solde de tous comptes sachant que le
cours des devises à la date de paiement est de :
12,00 DH pour l'euro,
7,40 DH pour le dollar.

Exercice 2:

Une entreprise a réalisé en 2014 les opérations suivantes :

1er juillet 2014 : Achat à crédit par facture n°560 à un fournisseur espagnol, M. Guerrero,
d’un matériel pour 200.000 Euros au cours de 11,30 DH l'euro.

Le règlement n'est prévu que pour le 5 janvier 2015.

5
MAKHROUTE Mohamed ENCG Settat

29 juillet 2014 : Vente à crédit par facture n°135 à un client anglais, M. Richard des
machines pour 125.000 livres sterling au cours de 17,50 DH la livre.

Le règlement est prévu pour le 20 février 2015.

TAF :

1. Passer les écritures comptables à la date des opérations,


2. Passer les écritures en fin d'exercice sachant que le Cours des devises au 31 décembre 2014
est de : 11,50 dh pour l'euro,
18,00 dh pour la livre,
3. Passer les écritures de régularisation à leur date,
4. Passer les écritures de règlement par la BP et de solde de tous comptes sachant que le cours
des devises à la date de paiement est de :
12,00 DH pour l'euro,
16,50 DH pour la livre.

CAS PARTICULIERS

Couverture de change : Lorsque l’opération traitée en devises est assortie par l’entreprise d’une
opération parallèle destinée à couvrir les conséquences de la fluctuation du change (couverture de
change), la provision n’est constituée qu’à concurrence du risque non couvert.

Vous aimerez peut-être aussi