Vous êtes sur la page 1sur 12

Problèmes d'exécution

des pieux forés

J.-P. BRU
Ingénieur
Laboratoire régional de Bordeaux

Présentation
F. BAGUELIN
Chef de la section des fondations
M. RAY
Chef de la section des bétons hydrauliques
Laboratoire central

l— ES laboratoires des Ponts et Chaussées poursuivent depuis plusieurs années des


recherches sur les pieux. Le groupe spécialisé de coordination 05 « Fondations d'ouvra-
ges » se consacre à l'étude de l'ensemble du problème et plus particulièrement à la réper-
cussion de la qualité d'exécution sur la capacité portante des pieux, tandis que le groupe
spécialisé de coordination 31 « Bétons et liants hydrauliques » s'est surtout préoccupé de
l'exécution des bétonnages des pieux.

L'article de M. Bru est un article de synthèse qui fait le point de la technique d'exécution
des pieux forés tels qu'ils sont exécutés aujourd'hui. Il précède la parution d'une recom-
mandation SETRA-LCPC, intégrée au Guide général de chantier d'ouvrage d'art sur le
même sujet.

Les maîtres d'œuvre, les laboratoires et les entrepreneurs pourront lire cet article avec
intérêt : l'analyse des causes des différents incidents de bétonnage rencontrés ces der-
nières années sur les chantiers ainsi que les quelques remèdes proposés pourront cer-
tainement éveiller l'attention et améliorer la qualité d'exécution des pieux forés.

Nous espérons que cet article en appellera d'autres, qui feront part d'expériences concrè-
tes et pourront illustrer les techniques de contrôle et d'auscultation décrites ici.

Bull. Liaison Labo. P. et C h . - 77 - mai-juin 1975 - Réf. 1511


Depuis 1970 les Laboratoires des Ponts et Chaussées LES PIEUX FORES DANS LA CLASSIFICATION
s'intéressent aux problèmes liés à l'exécution des pieux
forés. E n effet, plusieurs incidents d'origines diverses
Le tableau I, extrait de l'ouvrage récent de H . Cambe-
rencontrés sur des chantiers ont montré dès lors que,
fort [3] situe les pieux forés dans l a catégorie des
d'une part, l a bonne exécution, donc l a force portante,
pieux moulés. Cette classification est conforme à celle
était tributaire d'un nombre assez important de para-
d'autres auteurs [1, 2, 4 et 5]. I l convient cependant
mètres et que, d'autre part, u n défaut reconnu pose
d'ajouter que les pieux moulés à tube battu se diffé-
un véritable dilemme au maître d'oeuvre et au mécani-
rencient très nettement des pieux forés par le fait
cien des sols.
que :
L e suivi de nombreux chantiers décidé par le groupe
spécialisé de coordination « Fondations d'ouvrages », et Les pieux moulés à tube battu sont fermés à la base
grâce à l a collaboration de maîtres d'oeuvre et d'entre- soit par un bouchon de béton (Express, Franki) soit
prises, a permis d'effectuer des constatations q u i ont par u n sabot métallique ou en fonte (Simplex, V i b r o ,
été consignées dans u n rapport fin 1972. Très documen- etc.). Les terrains traversés sont donc latéralement
té, notamment en photographies, ce rapport ne pouvait refoulés. Selon les procédés, le tube est remonté pendant
être publié intégralement dans le Bulletin, aussi a-t-il ou après le bétonnage, ou bien laissé en place. Dans
été décidé d'en extraire u n article tout en permettant ce dernier cas, i l s'agit de pieux moulés à tube battu
au lecteur intéressé de pouvoir en obtenir un non récupéré ou perdu.
exemplaire (1).

Notre but n'est nullement d'incriminer les pieux forés : Les pieux forés consistent à effectuer u n véritable
les chantiers que nous avons suivis montrent qu'ils forage avec u n procédé quelconque. Les terrains tra-
constituent un mode de fondation à l a fois très souple versés sont extraits au fur et à mesure de l a perforation
et très sûr mais, comme tout système, i l convient d'en et le bétonnage s'effectue notamment en pointe en
bien connaître le processus pour savoir d'où peuvent contact direct avec le sol.
provenir les incidents éventuels. O n conçoit dès lors que l a force portante d'un pieu
L e souci de cet article est de pouvoir montrer les foré dépende non seulement de la qualité d'exécution
principales causes de malfaçons, leurs conséquences du forage, mais également de l a qualité de mise en
et les remèdes que l'on peut pratiquer, d'indiquer, en œuvre d u béton.
l'état actuel de nos connaissances, les moyens dont on
Avant d'aborder les problèmes d'exécution, i l convient
dispose pour effectuer des contrôles sérieux tant en
d'effectuer un bref rappel sur les modes de perforation
cours d'exécution qu'après réalisation des pieux forés
qui conduisent aux divers procédés de pieux forés.
et de souligner l'insuffisance, voire le danger du respect
de certaines prescriptions qui figurent dans le fascicule
68 d u Cahier des prescriptions communes ou le
Document technique unifié, documents qu'il faudrait
RAPPEL SUR LES DIVERS TYPES DE PIEUX FORES
selon nous revoir pour ce qui concerne les pieux forés
[1 et 21.
Les types de pieux forés dépendent soit des outils
utilisés, soit des machines employées, parfois du mode
(1) Adresser la demande du rapport de J . - P . B r u et Y . Brun : de mise en œuvre du tube de travail o u du moyen de
Exécution de divers pieux forés (janv. 1973), au Laboratoire des tenue des parois du forage, exceptionnellement de l a
Ponts et Chaussées de Bordeaux, 472, avenue du Maréchal-de-
Lattre-de-Tassigny, B P 57, 33019 Bordeaux C E D E X . forme du pieu.

TABLEAU I

Situation des pieux forés dans la classification générale des pieux

Battus — préfabriqués (diam. < 0,6 m)

— à tube battu (diam. < 0,6 m)

— havage d'un tubage provisoire (diam. < 1,5 m)


(percussion - vibration)
PIEUX
Moulés — tarière (diam. < 1,50 m) ou benne (section rectangulaire)
Forés

— circulation de boue directe (diam. < 1 m)


inverse (section quelconque : circulaire, rectangulaire, carrée,
en H, en croix, etc.)

— langage

PUITS — puits creusés à la main


(dénomination des
batteurs de pieux) — pieux forés de gros diamètre (dlam. > 1 m)

118
Mode de forage associé aux outils ou aux machines On soulignera l'importance de la station de fabrication
et de régénération de la boue bentonitique, de même
Pieux forés par percussion au trépan que celle des contrôles, en cours de forage, de la vis-
cosité de la boue et de sa teneur en sable.
Les matériaux situés à l'intérieur d'un tube de travail
sont extraits soit à la soupape (curette), soit à l'aide
de benne ou de trépan-benne. O n trouve les simples Forme : pieux barrettes
chèvres ou tripodes en bois ou métalliques associées
L e matériel utilisé est la benne du type K e l l y ou benne
à des treuils de battage (diamètre foré < 60 cm). Pour
guidée et la benne pendue à câble, matériel que l'on
des diamètres supérieurs, des machines spéciales sont
retrouve pour l'exécution des parois moulées.
conçues pour forer et extraire éventuellement le tube
de travail par traction ou louvoiement (séries des Migáis L e lecteur trouvera également dans les documents cités
M B 5 , M B 6 , M B 7 C , M B 1 0 C ; machines Benoto 5, 6, en référence [6, 7 et 8] tous les renseignements complé-
E D F 55, super E D F , E D F 1580, E D F 1960 ; soit encore mentaires sur la technologie des pieux forés.
Foncex 4 et 5 détubeuses).

Pieux forés par rotation


PROBLEMES D'EXECUTION
Les outils sont les suivants : tarières pleines, buckets ou
carottiers simples montés sur des machines spéciales
telles que Caldwell, Trevisiani, B S P , Williams, M a s c h i - Quel que soit le type de pieu foré, son exécution
nen, etc., elles-mêmes fixées sur des grues à chenilles comprend toujours les phases suivantes (fig. 1) : le
ou camions tous terrains selon le type de machine ; forage, la mise en place des cages d'armatures et éven-
tarières creuses adaptées sur des machines particulières tuellement de gaine ou de chemise, le bétonnage au
comme dans le cas du pieu Tecvis - Solétanche (dia- tube plongeur.
mètre < 70 cm).

Les diamètres de forage dépassent aisément un mètre Forage


et les profondeurs atteintes sont de l'ordre de 40 m
Il comprend la traversée des terrains sus-jacents au
en moyenne.
substratum, suivie presque toujours d'un ancrage de
plusieurs diamètres dans celui-ci.
Pieux forés par langage
Les problèmes sont ceux relatifs à l a traversée des
E n pied de tubage se trouve une tête spéciale compor-
terrains, à l'ancrage dans le substratum et au curage
tant plusieurs buses et une couronne à dents stellitées.
du fond du trou.
L'opération de forage s'effectue par translations verti-
cales alternatives de la colonne, associée au lançage de
l'eau ou de la boue bentonitique sous des pressions Traversée des terrains
pouvant atteindre 20 à 30 bars. L e diamètre du pieu
est actuellement limité à 70 cm. L a nature des couches, leur épaisseur, la présence d'une
nappe phréatique sont des éléments importants qui
doivent retenir l'attention du maître d'oeuvre et de
Mode de mise en œuvre du tube de travail ou moyen l'entreprise.
de tenue des terres
A i n s i , dans l'exemple de la figure 1 :
Le tube de travail peut être vibrofoncé ou battu avant — L e remblai, s'il est pulvérulent, nécessitera au fur
toute extraction des déblais et à mesure de sa traversée une tenue des parois du
forage, par exemple par u n tube de travail. S ' i l comporte
Les vibrofonceurs P T C , Schenck, D B Rolba, B S P des débris de toutes sortes (décharges publiques) ou
M u l l e r , Tomen V i b r o , constituent une gamme impor- de gros blocs (enrochements de digue, etc.), i l pourra
tante de matériels, de même que les moutons de battage s'avérer nécessaire non seulement de tuber mais d'uti-
Delmag, Pajot, Nilens, Kobe, Menck, H e r a , etc. liser u n outil particulier tel que le trépan pour traverser
L e forage consiste à extraire à l'intérieur du tube de le remblai. D e telles questions doivent être constamment
travail les terrains traversés et i l est généralement néces- présentes à l'esprit du maître d'œuvre car, en fin de
saire de poursuivre l'ancrage du pieu dans le substratum compte, i l faut deviner les problèmes qui risquent de
à l'aide de trépan. se poser avec tel matériel ou tel procédé et arriver à
ne retenir que celui qui en pose le moins.
— L a traversée de l a couche de vase ne posera pas
La tenue des terres est assurée par la boue bentonitique
de problème, si ce n'est celui de sa tenue dans la mesure
L o r s q u ' i l y a peu ou pas de circulation de boue on où elle est fluante : sera-t-il nécessaire de tuber pour
retrouve les pieux forés décrits précédemment. éviter des éboulements ? et, si elle est collante, sera-t-il
possible d'extraire le tube de travail ? Y a-t-il risque
— en circulation directe on a les pieux par lançage, de frottement ' négatif ? auquel cas faut-il gainer et
par exemple, quel type de gaine adopter ? Y aura-t-il des sur-
— en circulation inverse les machines Salzgitter ou C I S consommations de béton ?
(Solétanche) utilisées pour des forages de grands dia- — L a couche de sable surmontant le substratum, bien
mètres se retrouvent également lorsqu'on a à réaliser que peu importante, est pulvérulente et si elle n'est
des pieux de forme quelconque (barrette, H , en pas tubée elle perturbera l'ancrage dans le substratum
croix, etc.). par son éboulement continuel.

119
i

Forage Bétonnage

Substratum rocheux

Début d u f o r a g e Début Réalisation Après f i n Bétonnage au Exécution d u P i e u terminé


de l'ancrage de l'ancrage du forage tube plongeur t u b e d e travail

Fonçage du tube Le tube de Fermeture non correcte Fermeture correcte


de travail et travail est du tube - * arrivée du tube de travail
extraction foncé au de sable Nota La figure reproduit en fait les phases d'exécution
refus Elimination totale
des terrains des déblais d'un pieu foré à l'abri d'un tube de travail.
traversés
Cage d'armature
mise en place
Fig. 1 - Principe d'exécution des pieux forés (phases d'exécution d'un pieu foré à l'abri d'un tube de travail).

Ancrage dans le substratum dans le cas de pieu foré à sec (lampe électrique ou
glace). A ce titre, i l convient de balayer certaines idées
Les questions que l ' o n doit se poser sont tout aussi préconçues fortement ancrées et qui sont à l'origine de
importantes : nombreux déboires, car i l faut avoir u n bon contact
— L a traversée du rocher sur plusieurs diamètres béton - substratum et s'assurer qu'il ne reste pas en fond
pourra-t-elle être réalisée avec les outils ayant servi à du pieu une partie de sol remanié par l'outil de forage,
la traversée des terrains sus-jacents ? tarière par exemple.
— L e trépanage d u substratum ne provoquera-t-il pas — L'élimination des déblais est dite totale lorsqu'on
des éboulements des parois du forage et quels moyens ne remonte plus rien à la soupape, au trépan-benne ou
l'entreprise prévoit-elle pour y remédier ? encore lorsque la boue régénérée montre qu'il y a moins
— L a fermeture du tube de travail dans le substratum de 2 % de sable. E n fait, i l faut voir s'il ne reste pas
doit être correcte de façon à éviter que le sable sus- en suspension des fines sableuses ou argileuses qui ne
jacent ne s'éboule continuellement dans le fond du manqueront pas de se décanter lors de l a mise en place
forage, car i l faudra bétonner avec un fond de forage des armatures, donc avant le bétonnage. N o u s revien-
propre. drons sur ce point dans le chapitre sur les contrôles
— Dans le cas particulier de pieux inclinés sur sub- de chantier.
stratum horizontal ou de pieux droits ancrés dans u n
substratum à pendage favorable ou défavorable la fer- L'amorçage du tube plongeur se chargera, par effet de
meture d u tube de travail pourra-t-elle être réalisée ? chasse, de nettoyer le fond du pieu et le premier béton
remontera avec les résidus laissés après curage.
Curage du fond du trou O n objectera que cet effet de chasse, s'il est réel pour
des pieux de diamètre < 60 c m est très limité pour
A v a n t le bétonnage, le fond du forage doit être exempt
des diamètres supérieurs car i l plaque latéralement les
de dépôt de sable, aussi doit-on en effectuer le curage
sédiments, sous forme de tronc de cône, comme l'ont
conformément aux prescriptions de l'article 38 (38.1.1)
montré des carottages effectués au contact béton - sol
du fascicule 68 [2].
(fig. 2 et 3). D e plus, au v u des photographies relevées
C'est l ' u n des problèmes essentiels dans la technique sur un chantier dès 1969 (fig. 4 et 5) et que l'on aurait
des pieux forés et il est regrettable que cette opération pu prendre depuis sur d'autres chantiers, comment ne
soit encore escamotée par certains chefs de chantier. pas admettre que ce problème de curage existe ?

Ce nettoyage, effectué malheureusement généralement A notre avis certains types de pieux forés permettent
sous l'eau, ne peut pas être contrôlé aisément comme mieux que d'autres de réussir cette opération de curage,

120
Tube 0 = 10 c m .
Armatures.
i

>= 20

15 cm

0 = 60 cm

Fig. 2 - Influence du diamètre du pieu sur l'efficacité de l'effet


de chasse. Un autre paramètre semble être également la forme
du fond de pieu en pointe.

Fig. 4 - Exemple de mauvais contact béton-rocher en pointe.


Après l'élimination des sédiments situés en pointe sur plus
de 50 cm, la caméra de télévision a montré que le pieu était
- suspendu ». On remarque à l'arrière-plan la gaine métallique
devant laquelle apparaît le vide situé sous le pieu.

Fig. 3 - Exemple de contact en sifflet montrant que le fond du


forage n'était pas horizontal.

encore que l'outil idéal (émulseur) employant le procédé


de « l'air lift » puisse être utilisé sur tous les chantiers
de pieux forés, car i l constitue également u n moyen
rapide d'extraction des déblais puisqu'il est employé
pour vider les matériaux enfermés dans les batardeaux.

Les procédés de formation sous boue bentonitique,


compte tenu de la nécessité de dessabler, utilisent des Fig. 5 - Même exemple sur un autre carottage effectué au bord
de la cage d'armatures à la limite de la gaine métallique. On
pompes immergées et, à ce titre, peuvent aisément remarque l'absence de béton, le rocher sous la gaine et au
nettoyer le fond du forage en profitant du tube plon- premier plan les armatures.
geur, même après la mise en place des cages d'armatures.

pas connu avec précision et de toute façon supérieur


Mise en place des armatures et des gaines à celui demandé, la cage d'armature est centrée le plus
souvent comme on le peut, même avec des cales.
Les incidents classiques lors de la mise en place des
aciers sont les éboulements et un manque de centrage L a cage d'armature reposant sur le fond du pieu a
des cages. le plus souvent, dans le cas des pieux de grande lon-
gueur, tendance à flamber même avant bétonnage, c'est
Lors du bétonnage ou en cours d'extraction du tube pourquoi i l faut essayer de la suspendre en tête, ce qui
de travail, i l peut se produire, en outre, soit une n'est pas toujours possible pour les divers pieux forés,
descente des cages soit une remontée pouvant atteindre notamment lorsqu'on n'a pas de tubage de travail.
parfois plusieurs mètres.
Incidents en cours de bétonnage ou lors de Y extraction
Incidents lors de la descente des cages (éboulement, du tube de travail : nous en parlons au chapitre suivant
mauvais centrage) : la présence d'un tube de travail traitant du bétonnage.
facilite énormément la descente des cages et leur
centrage peut être réalisé au moyen de cales en acier,
de rouleaux en béton, ou encore de roulettes en matière Bétonnage
plastique.
Sur un certain nombre de points, le béton des pieux
E n revanche, dans le cas de pieux forés sans tubage de forés diffère du béton de superstructure. Il sera traité
travail, seuls les pieux forés sous boue bentonitique rapidement des qualités requises (pour une plus ample
permettent, grâce à la station de boue, de nettoyer information se référer au rapport de recherche cité qui
correctement le fond du forage de façon à éliminer contient la majorité des éléments complémentaires,
les terrains éboulés, cela même en présence de la cage extraits des études conduites par le groupe spécialisé
d'armature. P a r contre, le diamètre réel d u pieu n'étant de coordination des bétons et liants hydrauliques).

121
Béton pour pieux forés Incidents dus au bétonnage
Ses qualités spécifiques sont, dans l'ordre logique : la Les incidents majeurs que l'on rencontre sur les chan-
maniabilité, l a compacité, la non-ségrégabilité et enfin tiers sont difficiles à classer par ordre d'importance,
la résistance. car ils se produisent à des degrés divers et pas toujours
U n béton doit d'abord être fluide ou encore plastique sur les premiers pieux.
pour permettre sa mise en place à l'aide du tube plon- Ils se rapportent soit à la cage d'armatures, soit au
geur (20 à 30 c m de diamètre). Ensuite i l doit être béton et se situent soit en pointe, soit dans le fût, soit
compact, car de ce fait i l ne sera pas délavable et en tête :
pourra résister aux actions éventuelles de courants d'eau,
toujours nocives, principalement avant l a prise. A u — Les cages d'armatures peuvent être soulevées, d'une
cours du bétonnage, notamment du remplissage du part, lors du bétonnage sous l'effet de la poussée du
tube plongeur, le béton doit rester homogène afin d'évi- béton, notamment lorsque, par souci d'éviter un désa-
morçage de la colonne, le tube plongeur est maintenu
ter toute ségrégation, celle-ci favorisant dès lors le
dans le fond du pieu, d'autre part, lors de l'extraction
délavage. Enfin, la performance mécanique (résistance
du tube de travail. C e dernier cas est souvent rencontré
à la compression simple) est i c i un paramètre secondaire
lorsqu'il y a une gaine et que le jeu prévu entre le tube
parce que, d'une part, elle est étroitement liée aux
de travail et la gaine est de l'ordre de 5 cm, car le
qualités précédemment définies et, d'autre part, les
béton passe entre le tube et la gaine et dès lors i l peut
valeurs d u taux de travail en compression, généralement
y avoir prise. O n peut du reste se demander, dans ces
de 50 bars, sont loin des valeurs exigées pour les bétons conditions, quel rôle joue la gaine.
de superstructure.
— Les descentes d'armatures par flambage sont encore
Les points relatifs au béton de pieu foré se trouvent assez nombreuses et peuvent atteindre plusieurs mètres.
tant dans les granulats (forme, propreté, granularité), Il est dès lors très difficile de connaître la qualité du
le type de ciment, son dosage (350 à 400 kg/m ), l'eau
3
pieu.
et les adjuvants, que dans la granularité du béton. A ce
titre, l'étude de formulation du béton, spéciale à chaque — Dans le même ordre d'idées on peut encore citer :
chantier, doit être faite dans cette optique de béton • la présence de béton délavé en pointe ;
de pieux forés, c'est-à-dire qu'outre une granularité
continue d u type Bolomey, elle doit définir la mania- • la surconsommation de béton qu'il est très délicat
bilité pour les dosages retenus. d'estimer avant le chantier et qui parfois s'avère impor-
tante (20 à 40 %) ; i l est difficile également de savoir
Beaucoup d'incidents sont dus au fait que l'on utilise où elle se produit et quelle est l a forme finale du
des bétons trop secs ou trop humides en ne considérant pieu ;
que la seule résistance, ou l a seule maniabilité. Les
quatre qualités fondamentales du béton sont en fait • la présence en tête du pieu d'un béton pollué à cause
étroitement liées, ce qui n'est pas toujours bien perçu d'une insuffisance d'élimination du magma béton - sol ;
par les chefs de chantier et les surveillants de l ' A d m i - • l'influence de la confection de pieux voisins à des
tration. pieux déjà exécutés où interviennent non seulement la
nature des terrains et celle du substratum, mais égale-
Il y aurait encore beaucoup à dire sur l a fabrication ment les dimensions des pieux et leur entraxe.
du béton (centrale de chantier, béton prêt à l'emploi,
béton pompé, etc.) et sur les moyens de transport, tels
que les toupies que d'aucuns considèrent à tort comme
de bons malaxeurs.
CONTROLES EN COURS DE CHANTIER

L a technique des pieux forés est rendue complexe par


Bétonnage proprement dit l'existence de nombreux procédés qui ne cessent de
L e bétonnage dans tous les cas, c'est notre conviction, se développer, et i l faut bien connaître les avantages
doit être effectué au tube plongeur en prenant parti- et les inconvénients, pour ne pas dire les limites de
culièrement soin que : ces procédés, car dans ce domaine comme dans celui de
la mécanique des sols l'appareil universel n'existe pas.
— le tube plongeur touche le fond du forage et ne
repose pas sur l a cage d'armature ou sur le panier ; Les contrôles sont fondamentaux car eux seuls per-
— le premier remplissage du tube soit correct avec mettent de faire progresser l a technique en contribuant
mise en place préalable d'un bouchon de mortier bien à la découverte des causes, à l'étude des remèdes et à
exécuté ou d'un bouchon en polystyrène ; la mise au point de telle ou telle amélioration. Ils sont
— l'amorçage, qui consiste à provoquer brutalement la à la base de l'établissement de recommandations telles
descente d u béton tout en assurant son alimentation que celles qui figurent dans des documents à caractère
en continu, soit effectif ; i l se produit u n effet de chasse évolutif [8 et 9] et ne sont nullement considérés comme
plus ou moins réel selon la dimension du pieu. Cet malvenus de la part des maîtres d'oeuvre comme de
amorçage nécessite un premier mouvement de va-et- celle des entreprises, conscients des problèmes.
vient imposé au tube plongeur et dont l'amplitude ne
doit pas dépasser 30 cm, sinon le premier béton sera Il faut savoir, en particulier, que tout nouveau chantier
délavé et plaqué latéralement en fond de pieu ; est différent des précédents, car le terrain est ce qu'il
est, le matériel et les hommes devant s'y adapter. C'est
— en cours de bétonnage, le niveau du tube plongeur pourquoi à notre avis les contrôles d'exécution sur les
soit constamment d'au moins 1,50 m dans le béton, premiers pieux sont particulièrement importants et les
afin d'éviter le désamorçage de l a colonne. A ce titre, incidents qui s'y produisent, lorsqu'ils sont bien étudiés
la règle définie tant dans le Document technique unifié grâce à ces contrôles, sont dès lors pratiquement évités
que dans le Fascicule 68, et qui donne 50 c m , est par la suite.
dangereuse compte tenu des va-et-vient imposés au tube
plongeur pour assurer la descente du béton et qui dépas- Pour l'Administration, ces contrôles doivent porter au
sent largement 50 c m . préalable sur la réception d u matériel et des outils,

122
sans omettre le cas particulier des pieux forés sous D e tels contrôles permettent de définir s'il n'y a pas
boue bentonitique (station de boue). de désordres dans les pieux, mais en l'état actuel de nos
connaissances, i l est beaucoup plus difficile de déter-
Dans ce domaine i l y a encore beaucoup à faire, comme miner sans ambiguïté, après ces essais, si les désordres
dans celui des contrôles en cours de forage de descente nécessitent ou non le remplacement de la fondation.
des cages d'armature et de bétonnage.
Les points essentiels sont bien plus le nettoyage correct Essai statique de chargement
du fond du forage et u n bon bétonnage que les respects
de l'inclinaison, de la verticalité, contrôles qui du reste Cet essai est réalisé généralement au stade du projet
sont presque impossibles. car i l permet de s'assurer de l'intégrité du pieu et de la
bonne liaison en pointe entre le pieu et le sol. I l est
Il convient de réfléchir à ce que ces contrôles doivent irréaliste et dispendieux d'utiliser cette méthode en
être : pratiques, positifs et ne pas aboutir, lorsqu'il y a cours de travaux sauf après réparations en cas, par
des incidents, à laisser seule l'entreprise devant un exemple, d'injection en pointe après u n mauvais contact
véritable dilemme. Les documents officiels devraient sol-pieu, l'essai n'étant alors qu'une vérification.
être revus dans ce sens.

Pour notre part, nous proposons que le mécanicien Carottage


des sols soit tenu au courant dès l'ouverture du chantier Cette méthode est également onéreuse mais elle est la
et prenne ses responsabilités en même temps que le seule qui peut permettre de contrôler le bon contact
maître d'oeuvre et l'entreprise, car en fin de compte béton-sol en pointe.
il s'agit de construire et de bien construire.
Son coût peut être réduit en mettant en place au
préalable, avec l a cage d'armature, u n ou plusieurs
tubes métalliques de 102-114 m m de diamètre fermés
CONTROLES A POSTERIORI à leur base par un bouchon de plâtre et se trouvant
de 1 à 1,50 m au-dessus de la pointe du pieu.
D e tels contrôles sont nécessaires lorsque des anomalies
ont été relevées soit au cours de l'exécution de tel ou Ce tubage associé à d'autres tubes prévus pour les
tel pieu (constatations), au dégarnissage des têtes (recé- auscultations définies ci-dessous permet de réparer éco-
page) ; soit encore lorsque, compte tenu de l'importance nomiquement le pieu en pointe lorsque de mauvais
de l'ouvrage et des difficultés inhérentes au site, ils ont contacts ont été reconnus.
été prévus au Cahier de prescriptions spéciales de façon
quasi systématique. Méthodes d'auscultation non destructives
Dans ce dernier cas, on se contente le plus souvent,
dans la mesure où les résultats des contrôles effectués L e rapport de recherche, qui décrit ces méthodes et
en cours de chantier sont bons, d'ausculter quelques en donne les limites d'emploi, s'est inspiré des recher-
pieux pris au hasard au droit de chaque pile. E n revan- ches effectuées par le groupe spécialisé de coordination
« Auscultation des ouvrages d'art ».
che, si ces résultats sont douteux l'auscultation de
chaque pieu est systématique. Les documents cités en référence [10, 11 et 12] décrivent
Il est bien connu que les ouvrages sans défaut sont ces diverses méthodes. Aussi, après u n rapide rappel,
ceux pour lesquels aucune constatation n'a été faite proposons-nous une méthode tributaire de l a mise en
en cours de travaux. Pourtant, en matière de pieux place préalable de tubes d'auscultation.
forés, chaque chantier est différent soit parce que les
hommes, les conditions de travail et le matériel ne sont Auscultation dynamique
pas les mêmes, soit tout simplement parce que les
terrains à traverser ont des exigences très différentes L a méthode par écho [10], par sa rapidité d'interven-
selon leur nature, la puissance des couches, leur compa- tion et par le fait qu'elle ne nécessite pas de réservation
cité et le fait que la nappe est en charge ou non. préalable, est particulièrement adaptée pour les chantiers
dont les pieux forés ont des diamètres < 60 c m . Limitée
D e tels contrôles doivent être le suivi logique des consta- actuellement à des pieux de 15 à 20 m de profondeur,
tations effectuées en amont et ne doivent en aucun cas c'est une méthode « tout ou rien », en ce sens qu'une
être considérés comme un moyen « sournois » de juger anomalie peut très bien ne pas être un défaut. E l l e
de la qualité du travail effectué, moyen dont les consé- permet néanmoins d'éliminer l'auscultation ultérieure
quences seraient source d'ennuis pour le maître d'oeuvre plus fine des pieux pour lesquels aucune anomalie n'a
ou l'entreprise. Bien au contraire, les ingénieurs expé- été décelée.
rimentés savent que malgré toutes les précautions
prises, certains terrains posent des problèmes et i l faut Les méthodes de contrôle sonique, dites par trans-
voir dans les contrôles a posteriori une garantie supplé- parence, varient selon le type d'émetteur et selon l'enre-
mentaire conduisant à progresser encore dans la tech- gistrement obtenu. Elles nécessitent toutes la mise en
nique des pieux forés. place de tubage permettant de descendre l'émetteur et
le récepteur.
C'est pourquoi, en ce qui concerne l'Administration — L a méthode C E B T P comme la méthode L P C sont
des Ponts et Chaussées, le principe qui se dessine à des méthodes qualitatives à enregistrement en continu.
l'heure actuelle veut que chaque pieu soit au préalable
équipé de façon à permettre à moindres frais : — L a méthode L P C du Laboratoire d'Aix-en-Provence
comme celle du Laboratoire de Rouen sont qualitatives
— d'effectuer de tels contrôles, et quantitatives à enregistrement discontinu. Ces deux
— de procéder aux réparations qui s'imposent en cas dernières, antérieures aux précédentes, devraient céder
de mauvais contact béton-rocher ou de solutions de le pas à l'enregistrement en continu dont u n perfec-
continuité. tionnement est encore à attendre.

123
Toutes ces méthodes ne peuvent prétendre donner la ' n pieux < n pieux (mauvais quant au seul

Î
t

qualité du eontact en pointe du pieu, l'auscultation


contact en pointe)
s'arrêtant à 10 c m environ du fond, sauf si la perfo-
ration sous la pointe d u pieu est poursuivie, par — utilisation des réservations pour examens des
exemple au chariot de forage, ce qui augmente le défauts par caméra T V après nettoyage et élimi-
coût.
nation des fines,
Méthode par rayonnement y [12] — possibilités d'injection et de réparation à
moindre frais.
Cette méthode mise au point par le Laboratoire
d'Angers nécessite la mise en place de tubes. C o m m e n 2 pieux < n pieux (fûts et contacts mauvais)
l'ont montré les essais comparatifs effectués à l a station
expérimentale de Bordeaux, elle permet de déceler tous — forages dans l E x a m e n des
les défauts dans le fût du pieu. D e par le principe même le béton 1 défauts
de la mesure effectuée en continu, elle traduit la varia- ) fûts et
tion de densité d u béton en fonction de la profondeur. + caméra T V ( pointes
C'est donc une méthode quantitative très intéressante.
X % récupérables
Y % à refaire
Caméra miniature de télévision

C e procédé, tributaire de l a clarté de l'eau et de la L'application de cette méthode devrait permettre à


réalisation de sondage carotté, semble particulièrement l'usage de procéder à quelques modifications se rappor-
bien adapté à la visualisation de la qualité du contact tant aussi bien à la technique qu'au coût et d'en prévoir
béton-sol en pointe. Les figures 4 et 5 montrent la les modalités d'application dans les Cahiers de prescrip-
qualité de l'observation effectuée. tions spéciales.

Choix d'une méthode


L'examen rapide des diverses méthodes devant les pro- MALFAÇONS - REMEDES
blèmes d'étude de la continuité du fût du pieu et ceux
de la qualité d u contact béton-sol en pointe nous Causes principales des malfaçons
conduit à proposer une méthode globale de reconnais-
sance. Evidemment inhérentes à l'exécution des pieux forés,
les malfaçons sont malheureusement d'autant plus
E n effet, devant l'importance des problèmes écono- graves qu'elles constituent généralement des vices
miques à résoudre lorsqu'il faut réparer des pieux, par cachés difficilement décelables.
exemple par injection en pointe, i l apparaît préférable
de prévoir a priori l'équipement systématique des pieux, Elles sont la suite logique de contrôles inexistants ou
ou puits, ou des barrettes, de tubes verticaux permettant : insuffisants non effectués sur le chantier, tant de la part
du représentant du maître d'œuvre que de l'entreprise
— le carottage d u contact béton-rocher, effectuant les travaux. O n conçoit toute l'importance
— l'examen du fût d u pieu et de la pointe par les de définir dans le Cahier de prescriptions spéciales les
méthodes par transparence ou par rayonnement y, divers contrôles qu'il convient d'effectuer.
— l'examen éventuel de la pointe par caméra de télé-
vision. Ces malfaçons, nous l'avons v u , peuvent être dues aux
causes suivantes :
Il est bien évident que cela dépend surtout de l'impor- — matériel m a l adapté ou type de pieu retenu non
tance du chantier et de la réalisation de constatations valable devant la nature et l'importance des couches
en cours de travaux, mais l a méthode utilisant au mieux traversées, y compris le substratum,
ces outils devrait revenir au schéma suivant :
— mauvais nettoyage du fond de trou,
— procédés de bétonnage m a l adaptés ou modes opé-
Chantier de N pieux ratoires m a l suivis,
— emploi d'un béton non maniable ou segregable,
fûts et pointes — prise du béton entre le tube de travail et l a gaine,
1. Méthode par écho —> \ — présence de circulations latérales d'eau relativement
N pieux analysés. E l l e importantes.
peut être considérée c o m - j
Enfin, nous signalerons également qu'elles peuvent être
me une excellente mé- F A % bons
dues à des retards de travaux, lesquels conduisent par-
thode d'approche par V
fois l'entreprise à « escamoter » la suite du travail.
« tout ou rien » ; elle l B % douteux
permet de sélectionner \
les pieux bons des pieux Nature des malfaçons
douteux. /
Elles intéressent le fût, l a pointe du pieu ou encore
2. Méthodes soniques ou sa partie supérieure.
y —> B % auscultés.
E l l e permet de préciser a % bons
Malfaçons en pointe
s'il y a défaut ou non et
de ne retenir que n pieux b % mauvais (soit n pieux)
Elles se rapportent, ainsi que nous l'avons v u , à un
comprenant des défauts. mauvais contact béton-rocher, ou encore au remanie-

124
ment trop important d'une zone de sol initialement bentonitique à 40 %). L e coulis était fabriqué au
compacte (sable, gravier ou argile). malaxeur lent (300 tr/mn), l'injection s'effectuant sous
une pression pratiquement nulle. L e programme prévu
L e seul remède consiste en des injections de remplissage fut réalisé et l'injection effectuée par deux cannes
ou de consolidation en pointe. descendues dans l'annulaire. L e volume moyen injecté
a été de 2,4 m . 3

Malfaçons de fût
Aperçu sur les injections en pointe
Elles se traduisent généralement soit par une disconti-
nuité partielle o u totale d u fût (discontinuité d u béton-
nage, éboulements, etc.), soit encore par l'existence Les injections en pointe des pieux peuvent être néces-
d'un béton délavé o u peu compact, o u des inclusions saires :
de boue. — soit pour remplir le vide q u i existe sous l a pointe
du fait d ' u n mauvais curage en fond de trou avant
N o u s signalerons sur ce dernier point le cas d'un
bétonnage (fig. 4 et 5) et i l s'agit alors d'une injection
chantier d'autoroute où un pieu de 1,50 m de diamètre
de remplissage,
et de 40 m de longueur s'est trouvé affecté de deux
inclusions importantes de bentonite vers 20 m de pro- — soit pour consolider par exemple le substratum sablo-
fondeur, décelées par auscultation dynamique et graveleux situé sous l a pointe du pieu mais pour lequel
reconnues par carottages. les propriétés mécaniques sont devenues faibles : i l s'agit
d'une injection de consolidation o u de compactage.
L e nettoyage des poches s'est effectué à l'eau claire
émulsionnée à l'air comprimé. Dans ces deux cas i l faut éviter soit le débouchage
L'injection s'est déroulée en u n premier stade avec 700 1 de fissures d u rocher o u le claquage d u sol, car l a
de coulis à C / E * 2 et sans pression, le second stade consommation de coulis serait évidemment trop impor-
de l'opération consistant à placer un obturateur et à tante et malvenue, sauf peut-être pour l'injecteur.
monter en pression (3 bars) pour bloquer le coulis.
250 1 de coulis à C / E = 2 ont été encore nécessaires Coulis stable ou coulis instable ?
pour combler les vides.
Remplissage de vide : certains sont favorables à l'injec-
L a pression de blocage a été limitée à 3 bars au lieu
tion au préalable de coulis instable (eau + ciment +
des 10 bars envisagés, certaines résurgences de coulis
éventuellement fines) à rapport C / E faible < 1 suivie
commençant à se manifester autour de l a semelle de
après l a prise, par une injection de fermeture de coulis
l'appui.
stable.
L e problème soulevé par les malfaçons de fût est très
délicat et d'autant plus important, c'est-à-dire grave, Cette façon de procéder est acceptable à condition
que les pieux sont de dimensions élevées. d'injecter le coulis instable sous très faible pression,
sinon l'on risque d'ouvrir des fissures dans le substratum
Dans le cas de petits pieux (diamètre < 60 cm), les et de l'injecter sans qu'il en ait besoin.
remèdes sont limités et généralement l a seule solution,
à part quelques cas particuliers, consiste à reconstruire D'autres préfèrent injecter directement un coulis stable
un o u plusieurs pieux à proximité. (eau + ciment + argile colloïdale + éventuellement
sable fin) à rapport C / E de l'ordre de 2, en limitant
volontairement une première phase d'injection à u n
Malfaçons en tête
volume donné. Il est bien évident que c'est le terrain
C'est presque essentiellement soit une tête de pieu qui commande en l a matière : selon qu'il s'agit o u non
présentant des inclusions de bentonite o u de marinage d'un rocher fracturé, le problème est quelque peu diffé-
(insuffisance de rejet d u premier béton), soit une mau- rent, car on peut difficilement dans le cas d'un rocher
vaise liaison en tête d u pieu au terrain (cas de pieux fracturé distinguer l'injection des vides de celle des
inclinés avec gaine). fractures, d'autant qu'au préalable on a effectué un
nettoyage à l'eau émulsionnée d'air comprimé.
Pour le premier cas, les remèdes reviennent à réaliser
le recépage sur une hauteur suffisante. Dans le cas de Nous reviendrons à l'exemple d u chantier relaté par
pieux inclinés o u non, l'espace plus o u moins annulaire les figures 3 et 4 en exposant le processus adopté pour
laissé entre l a gaine et le terrain peut conduire à un les injections en pointe.
déplacement horizontal : on peut soit se contenter de
faire glisser d u sable entre le terrain et l a gaine perdue,
soit injecter. L a présence de deux tubes de 50-60 m m de diamètre
et d'un tube de 102-114 m m de diamètre a grandement
A ce titre, nous signalerons que le phénomène du facilité l'opération q u i a comporté :
déplacement d'un pieu de 35 c m en tête ayant été
observé sans que le pieu ait p u se briser (changement 1. U n nettoyage efficace, à l'eau émulsionnée d'air
d'inclinaison angulaire respecté tout le long des tubes comprimé (fig. 6), des sédiments trouvés par carottage
d'auscultation restés), tous les autres pieux furent calés sous l a pointe d u pieu, suivi par u n contrôle à l a
par une injection périphérique d'un coulis de sable et caméra 0 75 m m à vision radiale puis latérale grâce
de ciment, chaque pieu étant tenu en tête jusqu'à prise à l a présence d u tube protecteur de 102-114 m m de
du coulis. diamètre. Avant nettoyage, les deux bouchons situés à
la base des tubes de 50-60 m m de diamètre avaient
L e coulis comprenait pour 50 kg de ciment C P F 325, été préalablement défoncés au chariot de forage, cha-
15 k g de sable 0/1, 30 I d'eau, plus 1,4 % de bentonite que forage étant poursuivi jusqu'à 50 c m dans le
(exprimée en pourcentage d u poids d u ciment, solution substratum.

125
A

L'adjonction de sable (100 kg) prévue initialement fut


abandonnée puisqu'elle conduisait à une chute des
résistances annoncées ci-dessus, tout en augmentant
l'exsudation.

L a pompe d'injection était une pompe à piston.

L'injection s'est effectuée par l ' u n des tubes métalliques


de 50-60 m m de diamètre, après avoir obturé l'autre
tube dès qu'un coulis de bonne qualité est apparu
(fig. 7).

Pour les quatre premiers pieux, le volume a varié de


5 à 12 m . P a r la suite i l a été limité à 1 m environ.
3 3

Après ces travaux confortatifs et mise en tension des


câbles de précontrainte de l'ouvrage, aucun mouvement
particulier des piles et culées ne s'est produit.

Injection de consolidation dans les sables et graviers


ou sables, ou sables fins : les coulis instables ne doivent
pas convenir car le ciment se dépose tout de suite dans
les vides en donnant à l'injection u n rayon d'action très
limité, ou bien i l ne pénètre pas si le sable est fin ou
encore argileux. L'augmentation de l a pression néces-
saire à l'injection ferait plus de m a l que de bien.

Seuls les coulis stables, voire les gels de silicate de


soude, sont employés, les injections de résine ou autres
produits spéciaux étant à ce jour d'un prix de revient
très élevé et devant être réservées à des travaux confor-
tatifs très spéciaux.
Fig. 6 - Elimination des sédiments sous la pointe d'un pieu à
mauvais contact sol-béton. Là encore la pression d'injection compte beaucoup et,
afin d'éviter le claquage d u sol, i l est indispensable de
connaître les propriétés mécaniques du sol vierge.
2. Injection d'un coulis sous 10 bars de pression com-
prenant pour 50 kg de ciment C H F 325, 20 à 30 1 d'eau N o u s signalerons le cas d'un chantier expérimental de
(C/E » 2), puis 1,2 % de solution bentonitique à 40 %. pieux forés à la bentonite de 90 c m de diamètre, an-
crés de 11 m dans un sable argileux compact, pour le-
L e coulis était préparé dans un malaxeur à haute quel un essai statique de chargement a montré que le
turbulence (1 500 tr/mn). sable situé sous la pointe était fortement remanié (effort
de fluage en pointe de 12 t, soit une contrainte de 2 bars,
Les résistances à la compression simple, sur éprouvettes alors qu'au pressiomètre, la pression de fluage était de
cylindriques de 16 X 32 m m donnèrent les résultats 13 bars).
suivants :
3 j : 50 bars Après neuf mois de repos, i l a été procédé en une seule
7 j : 125 bars fois à une injection du sol en pointe de 1 m de coulis
3

28 j : 200 bars à 400 kg de C P A 325 + 10 kg de bentonite pure (soit


un rapport C / E voisin de 0,5). L a pression d'injection
a été de 10 bars.

Peut-être aurait-il été préférable d'injecter sous une


pression plus faible (de l'ordre de 5 bars par exemple,
compte tenu du remaniement du terrain) en u n temps
plus long ?

Néanmoins, un deuxième essai de chargement effectué


20 jours après l'injection a conduit à une charge de
fluage en pointe de 53 t, soit 4,5 fois plus qu'avant.

O n voit donc d'une part toute l'importance de l a qua-


lité du forage en pointe sur le comportement des pieux
et, d'autre part, l'intérêt de s'assurer du non-remanie-
ment dans certaines formations, sinon tout calcul de
force portante peut être très loin, et pour cause, de la
réalité.

Les auteurs remercient les maîtres d'œuvre de l'Admi-


Fig. 7 - Exemple d'injection de remplissage sous la pointe nistration et les entreprises qui, par leur collaboration,
d'un pieu. ont facilité cette étude.

126
Fig. 8 - Test du Curage en fond de trou (sous l'eau et sous boue
mortier immergé
pour contrôler la bentonitique)
thèse des circu-
lations d'eau en — étude de la sédimentation,
fond de pieu qui
délaveraient le — étude du curage proprement dit associé au béton-
béton. nage (effet de chasse, répartitions des couches selon le
type de terrains : rocher, sable).

Bétonnage

— formules de bétons pour pieux forés (formules, flui-


dités, résistance à l a ségrégation et au délavage, adju-
vants),
— fabrication et transport du béton,
— techniques de mise en œuvre (bétonnage au tube
plongeur, béton pompé), remplissage, amorçage, ali-
mentation en vue d'un mode opératoire,
— influence des armatures,
— présence ou non d'une gaine.

Auscultation du pieu (réservation)

— le fût,
Présence ou non de circulations d'eaux souterraines
— la pointe (problème du contact).
Lorsque des sédiments se trouvent « pinces » entre le
substratum et le béton, ou lorsqu'on trouve un béton Ces quelques points soulignent la collaboration étroite
délavé, le réflexe immédiat de l'entreprise et du maître nécessaire entre mécaniciens des sols et bétonniers
d'œuvre est de songer à des circulations d'eaux souter- aussi bien dans le domaine de la recherche en station
raines. d'essais que sur le chantier.

Après nettoyage correct des sédiments, on peut effec- A i n s i , i l est prévu de déboucher sur des recommanda-
tuer des mesures de vitesse au micromoulinet, mais à tions pratiques permettant non seulement de faire pro-
notre avis il est également souhaitable de contrôler s'il gresser la technique mais également de servir de base
y a ou non effectivement délavage du béton. à la rédaction de clauses particulières à inclure dans les
cahiers de prescriptions spéciales.
Nous citerons comme exemple un test intéressant qui
s'est déroulé sur un chantier où le problème se posait
de savoir si le délavage du béton noté en pointe du
pieu provenait de la mise en œuvre ou de circulations CONCLUSIONS
d'eaux souterraines, cette deuxième hypothèse étant
avancée par l'entreprise. Des petits paniers de béton
frais (fig. 8) descendus en fond du pieu par le trou du L'examen des diverses opérations relatives à l a réalisa-
carottage ont montré que le délavage était insignifiant tion de pieux forés et les constatations effectuées sur
(quelques millimètres) et que, tout au plus, i l se pro- un certain nombre de chantiers montrent la nature et
duisait de la même façon sur le panier inférieur placé l'importance des problèmes soulevés et que nous pou-
au niveau de l a pointe que sur ceux restés à l'intérieur vons résumer dans le tableau I L
du pieu. Cet essai a permis d'éliminer la thèse de cir-
culations d'eaux tout au moins importantes. Si certains problèmes liés au matériel et aux hommes
peuvent être facilement résolus (ancrage dans le rocher
de plusieurs diamètres, cage d'armatures bien centrée
par rapport au pieu, non désamorçage de la goulotte en
ORIENTATION DE LA RECHERCHE cours de bétonnage, etc.) d'autres, conditionnés par les
terrains (substratum sableux, nappe en charge, curage
du fond du trou) et la mise en œuvre du béton (for-
Il en est ainsi comme de toute technique : les pieux mule du béton appropriée, bétonnage au tube plon-
forés sont tributaires du suivi correct d'un mode opéra- geur, etc.), nécessitent encore des constatations et des
toire se rapportant en l'occurrence aux opérations de recherches. C a r i l s'agit non seulement de trouver les
forage, de mise en place des armatures et de béton- remèdes et de définir des clauses d'application, mais
nage pour lesquelles le moindre écart peut être fatal. également de chiffrer l'influence de tel ou tel para-
mètre pour le calcul des pieux forés (par exemple :
C'est pourquoi dans le domaine de la recherche i l con-
influence d'une gaine sur le frottement latéral, augmen-
vient de poursuivre les constatations sur chantier et
tation de l'effet de pointe par injection, etc.).
d'étudier en station d'essai certains points particuliers
ou paramètres permettant de mieux connaître les causes
et l'importance de leurs effets. C'est pourquoi nous insistons sur cette nécessité d'ef-
fectuer des contrôles sérieux tant en cours d'exécution
Les principaux points qui sont actuellement à l'étude qu'a posteriori, sur chantier et en station d'essai, d'au-
ou qui le seront prochainement à la station expérimen- tant qu'ils souligneront aux yeux de l'entreprise, en
tale de Bordeaux en liaison avec les groupes spéciali- connaissance de cause, toute l'importance qu'attache le
sés de coordination intéressés sont les suivants : maître d'œuvre à l a réalisation des pieux forés.

127
TABLEAU II

Schéma montrant les éléments divers intervenant dans l'exécution et la force portante des pieux forés

— Machines • Type et puissance des ma-


chines FUT POINTE
— Outils • Nature
1. Matériel
• Forme et dimensions Tenue des ter- — Remaniement
• Poids en pointe
— Remaniement — Curage du fond
des parais du forage
• Nature - Epaisseur
2. Terrains tra-
• Mode de superposition
FORAGE versés jusqu'au — Centrage des ca-
• Nappe phréatique ges
substratum
• Propriétés mécaniques
— Propreté du fond
du forage après des-
cente des cages d'ar
• Sols compacts graveleux ou cohérents matures
Tenue des parois du
• Rocher • Pendage
3. Ancrage forage
• Variations du toit ( altéré
• Nature et état •] fracturé FROTTEMENT
— Contrôles de la Ion
• Propriétés mécaniques '( sain gueur forée, de l'in- LATERAL
clinaison du forage SUR LE FUT
etc.
(forme, continuité du f û t , pré
1. Nuance d'acier - Constitution — Etablissement de sence d'une gaine... contact
des cages - Liaison entre élé- la fiche de forage du béton sol en l a t é r a l . . . )
ments - Dispositif de centrage
ARMATU- 2. Type de gaine et dimensions
RES ET (rigide - 1/2 rigide - souple) Moyens de mise en œuvre — des cages
GAINES (descente, centrage) — des gaines
3. Réservation pour auscultation
— nombre de tubes EFFET DE POINTE
— dimensions, nature
— moyen de fixation (contact béton-sol en pointe
remaniement du substratum...)

— Nature et forme, propreté des constituants


— Nature et dosage en ciment
— Eau (nature, dosage)
1. Béton — Nature et % d'adjuvant
— Etude de composition avec m a n i a b i l i t é , com-
pacité - résistance
FORCE PORTANTE

2. Fabrication et — Type de centrale de chantier - Production — Contrôles relatifs à l'homogénéité


horaire - Mode de transport de fabrication et de la mise en œuvre
transport — Béton prêt à l'emploi - Distance de transport du béton

— Surconsommation réelle
BETON-
•— Tube plongeur \ — Remplissage -
NAGE f Amorçage - Conduite — Courbe de bétonnage pour chaque
3. Mise en œu- [ du bétonnage (courbe pieu (fiche de forage - bétonnage)
vre f de bétonnage)
— Béton pompé \ — Fin du bétonnage — Relevés des incidents (surconsom-
(élimination du magma) mation, armatures, gaines...)

4. Extraction du — Mode d'extraction \ — Comportement du


louvoiement, traction V niveau du béton et de
tube de travail pure, vibrations, con- - la cage d'armatures
éventuellement tre battage \ et des gaines en cours
/ d'extraction

BIBLIOGRAPHIE

[1] F a s c i c u l e 68 d u C a h i e r des p r e s c r i p t i o n s com- [7] B E B T H E T F . , Pieux forés et moulés par vibra-


munes, Exécution des T r a v a u x de fondations tion, Expomat Actualités, 15, m a i - j u i n 1969,
d'ouvrages, Sous-titre I I , Mode d'exécution des p. 148 à 150.
T r a v a u x , A r t i c l e s 3C.37.38.
[8] S E T R A , D i v i s i o n des ouvrages d'art B , G u i d e
[2] D o c u m e n t T e c h n i q u e Unifié ( D . T . U . 13.2), T r a - de c h a n t i e r d u maître d'oeuvre ( G M O 70),
vaux de fondations profondes p o u r le bâti- p. 128-140.
ment, C h a p . I V , P i e u x forés - puits de fonda-
tions, piles colonnes, mars 19(56. [9] L P C - S E T R A , F o n d a t i o n s courantes d'ouvrages
d'art ( F o n d 72), fascicule 4 : C o n c e p t i o n et
[3] C A M B E F O R T H . , Géotechnique de l'ingénieur re- c h o i x d u type de f o n d a t i o n .
connaissance des sols, E y r o l l e s éd., 1971, p . 85
à 110. [10] VENEC Y . et M E N O U J . , Contrôle de l a c o n t i -
nuité des p i e u x p a r u n e méthode d'ausculta-
[4] D A V I D I A N Z., Pieux et fondations sur pieux, t i o n d y n a m i q u e , Bull, liaison Labo. routiers
E y r o l l e s éd., 1969, p. 33 à 63. P. et Ch., 44, mars-av. 1970, p . 103-112.
[5] P K I G N A U D M . , Fondations sur pieux - Différents [11 j P A Q U E T J . , Contrôle des p i e u x p a r carottage so-
types de pieux, Journées de r e c y c l a g e de Saint- nique, Annales ITBTP, 262, oct. 1969, Série E s -
Q u a y - P o r t r i c u x , j u i n 1971. sais et Mesures 118.
[6] F E N O U X M . , Technologie des fondations pro- [12] GABII.I.Y Y . , Contrôle des p i e u x et parois mou-
fondes, Expomat Actualités, 15, m a i - j u i n 1969, lés par mesures gammamétriques, Bull, liaison
p. 139 à 147. Labo. P. et Ch., 58, mars-av. 1972, p . 22-25.

128