Vous êtes sur la page 1sur 11

GENERALITES

Un plan d’installation de chantier (P.I.C.) est généralement établi à partir


d’un plan masse et définit les matériels « fixes » nécessaires à la réalisation des
ouvrages et les cantonnements pour accueillir le personnel du chantier.

Il sert aussi à obtenir:

les autorisations d’installations de grues, de survol des grues sur les


terrains ou les bâtiments voisins, de travaux sur la voie publique, de
déviation de voie, etc., émanant des services techniques des mairies ou
des préfectures de police,
les autorisations d’installer le chantier suivant les règles d’hygiène et de
sécurité des services de l’inspection du travail.
ROLE DE L’INSTALLATION DE CHANTIER

1. ORGANISER LE DÉROULEMENT DU CHANTIER

à étudier lors de la préparation au bureau des méthodes,


prévoir les différentes phases de réalisation en déplaçant le moins
possibles les hommes, les matériels, les matériaux (y compris lors du
repliement du chantier),
faciliter la cohabitation et le dialogue entre les différents corps d’états,
utiliser au mieux possible l’espace disponible notamment en chantier
urbain

2. ORDONNER LE CHANTIER

• gain de temps : diminue les temps unitaires (T.U.),


• évite les pertes (matériaux) et double emplois (matériels),
• améliore la sécurité : humaine + matériel (clôture + gardiennage +
alarme),
• améliore la qualité (réussir du premier coup au moindre coût),
• « vitrine » pour la maîtrise d’œuvre et les entreprises

3. POSITIONNER LES ÉLÉMENTS

• humains : rendez-vous, accident,


• matériels : livraison, déplacements,
• réseaux : fuites, pannes, raccordements
LES BARRAGES EN REMBLAI OU MATERIAUX MEUBLES

Il s'agit des barrages en terre ou enrochement, ils sont particulièrement adaptés aux
sites peu encaissés présentant des qualités de terrain médiocre. Ils sont
particulièrement employés pour les barrages de faible hauteur, bien qu'on trouve des
ouvrages exceptionnels de plus de 100 m de haut. La proportion de barrages (de plus
de 15 m) réalisés en terre ou en enrochement est d'environ 70%.

CONCEPTION :
La stabilité propre du barrage est assurée par le poids du massif de terre. En général,
ces barrages présentent des répartitions de charge qui les rendent compatibles avec
les supports médiocres. Par ailleurs, leur souplesse permet une adaptation aux
déformations et tassements des supports. Par contre, les volumes à mettre en oeuvre
deviennent rapidement très importants.

On doit donc envisager les problèmes de tassement du sol support, et d'infiltration


dans le sol de fondation.

Les tassements du sol support sont d'autant plus nuisibles qu'ils se produisent
tardivement (après la réalisation), et de manière différentielle (les tassements sont
plus importants au centre). Ces tassements peuvent provoquer des fissurations
importantes de l'ouvrage. Elles peuvent être traitées par les méthodes usuelles de
consolidation, ou en adaptant la vitesse de construction au temps de dissipation des
tassements.

Les infiltrations dans le sol de fondation peuvent provoquer des fuites importantes
mais aussi des dégradations par entraînement des matériaux (phénomène de
renard). Le plus souvent, on dispose un écran d'étanchéité (injections, palplanches,
paroi moulée,...) en zone amont ou dans le prolongement de la zone d'étanchéité
(barrage en enrochement ou à noyau). En arrière de cet écran, on place une zone de
drainage permettant d'évacuer les surpressions et les infiltrations éventuelles.

Le problème essentiel est donc leur étanchéité et leur stabilité interne.


INCIDENCE DE L'EAU SUR LA STABILITÉ :
Lorsque le barrage est plein, les écoulements à l'intérieur du barrage se font de
l'amont vers l'aval selon des lignes sensiblement horizontales qui tendent à entraîner
le talus aval. On doit donc réduire les pentes ou insérer un drain en pied de barrage
pour faire chuter les lignes d'écoulement.

Lorsque le barrage subit une vidange rapide, le gradient hydraulique s'inverse. Les
pressions interstitielles ne peuvent pas s'évacuer rapidement dans un matériau peu
perméable. On a alors un risque d'instabilité du talus amont qui peut être stabilisé
par une recharge perméable (enrochement).

Les quantités disponibles de matériaux présentant les qualités nécessaires à la


réalisation du barrage homogène sont souvent faibles, ce type d'ouvrage est donc le
plus souvent réservé aux ouvrages de faible importance.

INSTALLATION DU CHANTIER :
1. Pistes de chantier :

Pistes et routes d'accès, y compris les accès pour le montage du matériel hydro
électromécanique. Ainsi, les principaux accès de chantier à aménager par l’entreprise
pour accéder aux différentes zones du barrage à partir de la route définitive, sont
comme suit :
Accès aux zones des travaux de fouilles, remblais et des ouvrages du barrage.
Accès aux entonnements amont et aval des galeries souterraines
Accès reliant les deux sites du barrage principal et la digue de col.
Accès aux zones d’emprunts à l’amont pour les matériaux des remblais des
digues des barrages et les matériaux pour béton.
Accès aux bureaux et laboratoire,
Accès aux cantonnements et zones de stockage des matériaux,
Accès aux zones d’installations de bétonnage, atelier et divers.
Accès à la décharge.
2. Alimentation en eau, électricité de l'ensemble des installations
et du chantier :
L’évaluation des besoins est établie sur la base de l’effectif du personnel des divers
intervenants sur chantier :

Pendant la durée de construction du barrage, l’eau industrielle est utilisée


principalement pour subvenir aux besoins des postes suivants :
Station de traitement des matériaux de ballastières à proximité du site barrage,
Centrale à béton conventionnel,
Arrosage des pistes,
Cure des bétons,
Préparation matériaux de remblais dans les zones d’emprunt,
Humidification des remblais en cours de mise en oeuvre
Laboratoire du chantier et atelier,
Aire de lavage des engins,
Forages et injections,

L’entreprise se chargera de l’alimentation du chantier en énergie électrique B.T et M.T


reliée au réseau de l’ONE et par l’utilisation de groupes électrogènes permettant de
fournir l’énergie nécessaire au bon fonctionnement du chantier tout corps d'état.

Les installations de chantier seront dotées de transformateurs type Armex fixe ou


posé sur poteaux et par des groupes électrogènes aux besoins.

3. Enrochements :
Les blocs du parement aval seront soigneusement rangés de manière à obtenir un
aspect satisfaisant du point de vue du Maître d'Ouvrage.

Les enrochements du parement aval du barrage devront être mis en place au fur et à
mesure de la montée du corps du barrage. Le décalage par rapport au reste des
remblais ne devra pas dépasser l'épaisseur d'une couche, vers le haut ou vers le bas.

4. Lavage :
La totalité des granulats est prévue lavée. L’installation de lavage des différentes
classes d’agrégats avec des débits suffisants doit être obligatoirement intégrée à la
station de traitement des matériaux. Des précautions particulières au niveau de la
décantation des eaux de lavage doivent être prises pour éviter tout risque de pollution.
5. Aires de stockage :
Les granulats de catégories différentes ou de classes granulaires distinctes sont
stockés par lots séparés de manière à ne pas pouvoir se mélanger.

Les silos, appareils de fabrication et de transport, ainsi que les aires de stockage des
sables sont obligatoirement protégés des intempéries. L'accord pour la mise en place
des premiers bétons ne pourra pas être donné si l'aire de stockage des sables n'est pas
convenablement protégée.

L’Entrepreneur devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter la


contamination des granulats par la circulation d‟engins. A cet effet, il assurera un
arrosage permanent aux alentours des aires de stockage ou peut recourir à un
autre procédé préalablement agréé par le Maître d’ouvrage.

Toutes précautions sont prises pour éviter la ségrégation des granulats au cours
du stockage ou de la reprise et pour empêcher que les boues qui peuvent s'accumuler
sur les aires de stockage et les fonds de silos soient entraînées dans les bétons ; ces
aires de stockage et fonds de silos sont périodiquement lavés .

En particulier, les aires de stockage seront organisées de manière à ne pas utiliser pour
la fabrication des mortiers et bétons la partie basse des stocks qui sont pollués
par la migration des fines.

6. Transport et stockage ciment :


Le liant devra être livré à une température inférieure à celle à laquelle le phénomène de
fausse prise est à craindre (inférieure à 60 degré C en général).

Tout le liant employé doit être frais, mais avoir été fabriqué depuis plus de 15 jours et
être refroidi au moins à 45 degré C. Une température comprise entre 45 et 60 degré C
pourra toutefois être acceptée à condition que cela reste compatible avec la
température exigée pour le béton à la sortie du malaxeur incorporé à la centrale à
béton, d'une part, et qu'il n'y ait pas de phénomène de fausse prise, d'autre part.

Il sera livré à intervalles réguliers en quantités suffisantes pour exclure tout risque
d'arrêt ou de ralentissement des travaux par manque de liant.

La capacité totale de stockage des liants hydrauliques devra suffire à alimenter le


chantier au rythme maximum des travaux pendant au moins 10 jours ouvrables, le
démarrage des travaux de bétonnage ne pourra avoir lieu qu'après constitution de ce
stock. Chaque livraison sera utilisée dans son ordre d'arrivée sur le Chantier, sauf
rejet par le contrôle.
Chaque qualité de liant sera stockée séparément et correctement repérée: lieu
d'origine, type, finesse de mouture, numéro de livraison et date de fabrication seront
soigneusement notés.

Le liant vieilli ou rendu inutilisable par humidification, par l'air ou toute autre raison
sera mis au rebut au frais de l'Entrepreneur.

Si le liant est livré en sacs, ceux-ci seront stockés sous des abris secs, bien ventilés, à
l'abri des intempéries, de capacité et de surface suffisantes pour un stockage et une
manutention aisés. Les planchers seront au moins à 50 cm environ au-dessus du sol.
Pendant le transport par camions ou autres véhicules, les sacs seront recouverts d'une
bâche étanche.

Le ciment en vrac sera transporté à l'abri des agents atmosphériques et sera stocké en
silos étanches. Plusieurs silos, selon les besoins, seront installés afin de permettre le
refroidissement du ciment dans le cas où il arriverait encore chaud sur le chantier. Ils
seront équipés de sondes thermométriques.

Les silos en cours de remplissage ne devront pas être utilisés pour l'alimentation
du malaxeur.

7. Réfrigération du béton frais :


Les dispositions de réfrigération ont pour but de garantir une température du béton, à
la sortie du malaxeur incorporé à la centrale à béton et mesurée dans la masse, au plus
égale à la valeur spécifiée de 25°C. Il sera strictement interdit d’utiliser un béton ne
respectant pas ce critère.

La conception et le dimensionnement de l'installation ont pour bases les valeurs


moyennes et les variations possibles pendant le chantier de :

La température et l'hygrométrie ambiante


La température naturelle des granulats en ballastière ou de la roche en carrière
La teneur en eau et la température des granulats au moment de leur emploi
La température naturelle de l'eau qui sera utilisée dans les installations de
chantier
La température du ciment au moment de son emploi

Les moyens susceptibles d'être mis en oeuvre sont :

La réfrigération de l'eau de gâchage à 1°C,


Le refroidissement des granulats autres que le sable par arrosage avec de l'eau
(éventuellement rafraîchie),
L’incorporation d'une partie de l'eau de gâchage au béton sous forme de
paillettes de glace.
Le refroidissement des granulats par injection d’air frais à 1°C dans les trémies
de stockage.

8. Fabrication du béton :
L'installation de fabrication du béton doit permettre de doser avec précision les divers
granulats, le ciment, l'eau et les adjuvants éventuels, et d'assurer l'homogénéité
du mélange. Elle doit permettre de faire varier les proportions par des réglages rapides.
La centrale de bétonnage doit comporter des malaxeurs continus ou discontinus, et
être munie d'un wattmètre enregistreur à lecture directe, d'un système de mesure
automatique de la teneur en eau des sables, et d'un équipement qui enregistre
numériquement sur papier et sur support magnétique (disque dur, disquette, CD ou
DVD), pour chaque gâchée :
la date et l'heure,
le numéro N de la formulation (D/R/N),
le poids de chaque classe de granulats,
la teneur en eau et le poids d'eau dans les sables,
le poids d'eau ajoutée, la quantité de ciment, d'adjuvants, fillers éventuels,
le type et la quantité d'adjuvant utilisé,
le temps et l'énergie de malaxage.
La centrale à béton devra être maintenue dans des conditions de fonctionnement
satisfaisantes, et les malaxeurs qui y sont incorporés doivent être vierges de toutes
traces de béton ayant fait prise
Fabrication en usine
Les bétons fabriqués en usine et prêts à l'emploi ne peuvent être utilisés qu'après
accord écrit du Maître d’ouvrage.
Ces bétons sont soumis aux mêmes conditions de qualité et de préparation des
matériaux, de fabrication et de transport, que les bétons fabriqués sur le chantier.

9. Transport du béton :
i. Moyens de transport :
Les moyens de transport des bétons sont au cas par cas soumis à l'agrément du Maître
d’ouvrage.
Il ne doit être employé aucun procédé de transport du béton susceptible de donner
lieu à la ségrégation des éléments ou à un commencement de prise avant la mise en
œuvre ou à une altération de ses qualités par les conditions atmosphériques.
Tous les engins de transport sont soigneusement lavés après chaque arrêt normal ou
accidentel prolongé, pour éviter de mêler du béton frais à du béton ayant déjà fait
prise.
Il est interdit d'ajouter de l'eau ou l'adjuvant au béton après sa sortie du malaxeur
incorporé à la centrale à béton, quel que soit le mode de transport.

ii. Transport du mélange sec :


Lorsque l'atelier de dosage et de malaxage à sec des granulats et du liant d'une part,
l'atelier de fabrication d'autre part, sont distincts, le transport du mélange sec du
premier au second atelier doit être organisé de façon que la charge du malaxeur
incorporé à la centrale à béton corresponde à un nombre entier de charges d'éléments
secs, et que les cuves de mélange aient été complètement vidées avant l'introduction
d'une nouvelle charge.

PLANS TYPE D’INSTALLATION DE CHANTIER D’UN BARRAGE :


La base de vie est déterminée en fonction du nombre d’intervenants sur le chantier. Le
nombre d’ouvriers maximum est estimé à 350/400. Pour le dimensionnement nous
considérons une population de 300 ouvriers car le maximum étant atteint rarement.
Cette base de vie est constituée de vestiaires, sanitaires, réfectoires principalement.
On ajoutera un bureau et une salle de réunion pour permettre au bon déroulement du
chantier.

Détermination du nombre de cantonnements nécessaire pour les sanitaires,


les vestiaires et le réfectoire :
 Réglementation des surfaces minimum :

Vestiaires : 1m² par personne

Sanitaires : 1 m² par personne

Réfectoire : 1,5 m² par personne

 Taille du vestiaire :

300*1 m^2 = 300 m^2

 Salle de réunion :

Un seul local est nécessaire. Il doit pouvoir accueillir une vingtaine de personnes et
des archives.

L'Entrepreneur a, à sa charge et sous sa seule responsabilité, les études et la réalisation


des ouvrages provisoires permettant l'exécution des ouvrages suscités, tels que :

Les pré-batardeaux amont, pendant la réalisation des fouilles et du bétonnage des


pertuis ainsi que le mur guideau du chenal d’entrée de l’ouvrage de dérivation épaulant
le batardeau amont,
Le batardeau amont proprement dit.
Les pré-batardeaux aval éventuels et le batardeau aval calé au moins à la cote
précitée ainsi que le mur guideau épaulant le batardeau aval.
Les coupures étanches (parois moulées) sous les batardeaux,
Le système permettant le transit des petits débits pendant la saison sèche pour
la réalisation des fouilles et du bétonnage des pertuis de dérivation en fond de
vallée.
La déviation des thalwegs ou chenaux débouchant ou menaçant les zones des
travaux du barrage et des ouvrages annexes,