Vous êtes sur la page 1sur 12

LES VITRAUX CONTEMPORAINS

de la cathédrale St Etienne
de Cahors
Photographies J-F.Peiré
C’est en juin 2013 qu’ont été installés les nouveaux vitraux de la nef de la
cathédrale St Etienne de Cahors. Œuvres contemporaines de Gérard Collin-
Thiébaut en collaboration avec le maître-verrier Pierre-Alain Parot. IIs ont pour
sujet les quatre évangélistes : Marc et Matthieu sur le côté nord, Luc et Jean sur
le côté sud. Un des principes de cette création est que le présent est constitué
des couches successives transmises par les siècles passés ; il en va de même
pour l’art et pour la foi. C’est pourquoi l’artiste a choisi de composer ses vitraux
en superposant dans l’épaisseur du verre des images d’époques différentes,
tableaux anciens ou plus récents, photos ou images de film (visibles également
à l’extérieur de la cathédrale).

Prenons l’exemple du vitrail du bon Samaritain (Saint Luc : baie n° 108). Les trois
éléments qui nous sont donnés sont :
-un tableau italien du XVI° siècle de Jacopo Bassano où le bon Samaritain (à la
gauche du vitrail) porte sur la victime un regard de compassion.
-un tableau du XIX° siècle d’Aimé Morot où le bon Samaritain agit, porte sur ses
épaules le malheur, la misère de son prochain complètement dépouillé.
-une photo de la place Chapou (située devant la cathédrale de Cahors) visible
en haut du vitrail qui nous rappelle que l’amour du prochain n’a pas cessé pour
nous, d’être d’actualité.
La superposition des images rend le résultat complexe, mais tellement plus
riche ! A cela s’ajoutent l’harmonie des couleurs et surtout la lumière magnifiée
par la transparence du verre. Par l’intermédiaire de notre regard attentif, voici
que la lumière se fait aussi en nous, lumière qui fait reculer les ténèbres de
notre indifférence ou de notre égoïsme, lumière des siècles de foi transmise par
l’Eglise, lumière de l’Evangile qui illumine toute vie. !
Baie 113 : Le publicain Matthieu

Un portrait de St Matthieu par


Rembrandt figure aussi dans
l’épaisseur de ce vitrail

Baie 113 : Le publicain Matthieu

Un portrait de St Matthieu par


Rembrandt figure aussi dans
l’épaisseur de ce vitrail
Cet arbre généalogique de Jésus appelé « arbre
de Jessé « (père du roi David) représente
l’incarnation de Jésus dans l’histoire du peuple
d’Israël. Il part, en bas, du sacrifice d’Abraham, père
des croyants.
Son tronc
s’élance droit
au centre.

On y distingue,
plus haut,
le Christ en croix
devenu

Arbre de Jéssé (Portugal) ARBRE DE VIE !


VITRAUX 110
Cathédrale Saint Etienne
de Gérard Collin-Thiébaut de CAHORS

108 112

TRIPTYQUE SAINT LUC


Photographies J-F.Peiré

Baie 112 : les pèlerins d’Emmaüs

Après sa résurrection, le Christ apparaît à ses disciples en diverses


occasions. Dans l’évangile selon St Luc, Jésus apparaît au cours d’un repas
à Emmaüs aux deux disciples Luc et Cléophas, qui le reconnaissent à la
fraction du pain.
Quand ils furent près du village où ils se
rendaient, il fit semblant d’aller plus loin.
Mais ils le pressèrent en disant : »Reste
avec nous, car le soir tombe et le jour déjà
touche à son terme ».Il entra donc pour
rester avec eux. Et il advint, comme il était
à table avec eux, qu’il prit le pain, dit la
bénédiction, puis le rompit et le leur donna.
Leurs yeux s’ouvrirent et ils le
reconnurent...mais il avait disparu de
devant eux. Et ils se dirent l’un à l’autre :
« Notre cœur n’était-il pas tout brûlant au-
dedans de nous , quand il nous parlait en
chemin, quand il nous expliquait les
Ecritures ? ».Luc 24, 28-32

Une photo de l’Abbé Pierre, icône de la


charité fraternelle d’aujourd’hui, figure Les pèlerins d’Emmaüs
Le chemin d’Emmaüs L.Orsi (vers 1565) également dans l’épaisseur de ce vitrail J.Restout (1702)
Baie 108 : La parabole du bon Samaritain
La parabole du bon Samaritain est la réponse que Jésus
donne à la question « qui est mon prochain ? ». Jésus
achève son récit en disant : « tu aimeras ton prochain
comme toi même » Luc 10, 25-37

Cette parabole parle d’un homme


qui suite à une agression reste à
demi-mort au bord du chemin. Un
prêtre passe par là : « il le vit et
passa outre ». Puis un lévite, qui fit
de même.« Mais un Samaritain, qui
était en voyage, arriva près de lui, le
vit et fut pris de pitié . Il s’approcha,
banda ses plaies...puis le chargea
sur sa propre monture, le mena à
l’hôtellerie et prit soin de lui. Le
Des maisons de la place
lendemain, il tira deux deniers et les
Chapou, face à la cathédrale
donna à l’hôtelier, en disant : »
de Cahors, nous rappellent
Prends soin de lui, et ce que tu
Le bon Samaritain Le bon Samaritain
auras dépensé en plus, je te le aujourd’hui cette invitation
de J.Bassano (XVI°) d’Aimé Morot (XIX°) rembourserai, moi, à mon retour. »

Baie 110 : Parabole du fils prodigue

Cette parabole du Père et des deux fils est uniquement relatée dans l’Evangile de Luc
(Luc 15,11-32).Elle vise une découverte de la figure du Père. A travers l’amour de ce
père pour chacun de ses deux fils : découverte de la singularité et de l’ampleur de la
miséricorde et de l ‘amour du Dieu-Père pour tous les hommes malgré leur ingratitude.

Une image
du film « Un
conte de
Noël » (2008)
d’ Arnaud
Desplechin
figure
également dans
l’épaisseur
du vitrail.
Le retour du Fils Prodigue B.Murillo 1670 Le retour du Fils Prodigue Rembrandt 1669
109

111 107

Photographies J-F.Peiré

Baie 107 : la transfiguration et la voix du Père


Le moment de la Transfiguration se déroule sur une montagne où Jésus, entouré de ses disciples
Pierre, Jacques et Jean, se métamorphose . L’aspect de son visage change et ses vêtements
deviennent d’une blancheur éclatante. Elie et Moïse apparaissent également aux disciples, qui les
voient parler avec Jésus. La voix du Père marque la fin de la Transfiguration :
»Celui-ci est mon Fils bien aimé; écoutez-le « .

Comme ils descendaient de la


montagne, il leur ordonna de ne
raconter à personne ce qu’ils
avaient vu, si ce n’est quand le
Fils de l’homme serait
ressuscité d’entre les morts. Ils
gardèrent la recommandation,
tout en se demandant entre eux
ce que signifiait « ressusciter
d’entre les morts ». Marc 9, 2-10

Les images de deux icônes russe et


crétoise du prophète Elie, figurent
La résurrection du Christ également dans l’épaisseur de ce Moïse et les Tables de la loi
Raphaël (vers 1501) vitrail. Ph. De Champaigne (vers 1650)
Baie 111 : Le baptême de Jésus et les tentations
Et il advint qu’en ces jours là Jésus vint de Nazareth de Galilée, et il fut baptisé dans le Jourdain par Jean. Et
aussitôt, remontant de l’eau, il vit les cieux se déchirer et l’Esprit comme une colombe descendre vers lui, et une
voix vint des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur ».
Et aussitôt, l’Esprit le pousse au désert. Et il était dans le désert durant 40 jours, tenté par Satan. Et il était avec
les bêtes sauvages et les anges le servaient. Marc 1, 9-12

St Jean Baptiste dans le désert Le baptême du Christ (1475) La Tentation du Christ


Goya (1808) A. del Verrochio et L. de Vinci A. Scheffer (1859)

Baie 109 : La parabole du semeur et la tempête apaisée


L a tempête apaisée est un épisode de la vie de Jésus lors duquel il est embarqué avec ses disciples sur
le lac de Tibériade. Epuisé de fatigue, Jésus dormait tandis qu’une bourrasque s ‘élève brusquement .
Réveillé par ses disciples affolés, Jésus calme d’un mot la tempête et réprimande les disciples pour leur
crainte : »Pourquoi avez-vous peur ? ». Cet épisode peut être interprété comme un appel à la foi, et
incarne également la paix que le Christ est venu apporter à L’Humanité.

Jésus est représenté par la


figure du semeur qui jette le
grain dans 4 qualités de sol
(le long d’un chemin, dans
un endroit pierreux, parmi
les épines, et dans la bonne
terre) obtenant à chaque fois
des résultats différents.
Résultats pouvant être
compris comme 4 réactions
différentes au message du
Christ. (cf : Marc 4, 3-20)

Une image du film « Ordet » (La


Parole) de Dreyer , et la silhouette
d’un bébé figurent aussi dans
l’épaisseur du vitrail. Il s’agit du
Aujourd’hui la rue du coté nord bébé de l’artiste lui-même, né au
de la cathédrale de Cahors moment de la création des vitraux. Le semeur J.F.Millet (1850)

La Parole du Christ s’adresse aux hommes d’aujourd’hui


VITRAUX de Cathédrale st Etienne
Gérard Collin-Thiébaut de CAHORS

114 116

BAIES SAINT JEAN


Photographies J-F.Peiré

SAINT JEAN
Apôtre et évangéliste (+101)
Un homme avait deux fils, comme lui pêcheurs sur le lac de Tibériade. Jacques et Jean, les fils
de Zébédée, ne manquaient pas de personnalité : on les appelait « fils du tonnerre ». Grande
était leur soif spirituelle. C’est pourquoi ils s’attachèrent à l’enseignement de Jean le Baptiste :
« Celui qui vient derrière moi est plus grand que moi ». Aussi quand le Baptiste dit un matin, en
leur montrant Jésus « Voici l’agneau de Dieu », Jean suivit cet homme. Lorsque quelques jours
après, Jésus dit aux deux frères qui maillaient leurs filets : « Venez avec moi » Jacques et Jean
suivirent la Maître.
Jean était jeune. Il avait un grand amour du Christ. Il pensait que celui du Christ était plus grand
encore, alors il s’appela « le disciple que Jésus aimait ». Il fera partie du petit groupe des fidèles
entre les fidèles. Il est sur le Mont Thabor lors de la transfiguration, à la Cène à coté de Jésus et
au Calvaire le seul parmi les apôtres au pied de la croix. C’est là que Jésus lui confie Marie, sa
mère .Au matin de Pâques, il court et précède Pierre au tombeau : « il voit, il croit ».
Une tradition ancienne veut que Jean vécut ensuite à Ephèse avec Marie. Qu’il y écrivit le
quatrième évangile. Qu’un séjour à Patmos fut l’occasion d’une révélation qui devint
l’Apocalypse. Qu’enfin, lorsqu’il fut vieux, il ne sut que répéter sans cesse l’essentiel de ce que le
Christ lui avait enseigné et donné de découvrir : « Dieu est amour. Aimez-vous les uns les
autres ». Selon la tradition, St Jean aurait été amené d’Ephèse à Rome, chargé de fers, sous
l’empereur Domitien. Il fut condamné par le sénat à être jeté dans l’huile bouillante. Cette
condamnation fut exécutée devant l’actuelle Porte Latine de Rome. Il en serait sortit plus frais et
plus jeune qu’il n’y était entré.
Rosace : la guérison de l’aveugle né

La guérison de l’aveugle-né est un


miracle de Jésus à Jérusalem : Jésus
cracha à terre, fit de la boue avec sa
salive, et l’appliqua sur les yeux de
l’aveugle. Il lui dit ensuite d’aller se
laver au réservoir de Siloé et à son
retour il voyait clair. Ce chapitre de
l’Evangile de Jean est le symbole que
Jésus a apporté , par sa parole, ses
enseignements et ses actes, la Lumière
sur la Terre.

Une image du film « Le corbeau » de Henri-


Georges Clouzot (1943) figure également
dans l’épaisseur de ce vitrail. La Guérison de l’aveugle né . Jean Restout .1763 détail

« Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme » Jean 1, 1-8

Baie 116 : les Noces de Cana


Le troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage
avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme,
que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira,
faites-le. » . Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois
mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les
remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent.
Lorsque le maître du repas eut goûté l’eau changée en vin, il appela le marié et lui dit : « Tout homme sert d’abord le
bon vin et, quand les gens sont ivres, le moins bon. Toi tu as gardé le bon vin jusqu’à présent ! ».Tel fut le
commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent
en lui. Jean 2, 1-11

Les Noces de Cana. B. Tisi (XVI°s) Fête aux Noces de Cana.J.de Flandres Jean l’évangéliste, Le Greco (1604)
ST MATTHIEU (nord) :
● Baie 117 l’Arbre de Jéssé : fresque ( G.Meda) du dôme de Monza (Italie 1556), synthèse de l’arbre
de Jessé (arbre généalogique du Christ) et de la Croix comme arbre de Vie + Le sacrifice d’Abraham
(A .del Sarto ,1527) + détail de l’Arbre de Jessé du sanctuaire Jesus do Monte (Portugal).
● Baie 115 Les neuf béatitudes du Royaume des Cieux : image du film « Ordet » -signifie :la Parole-
(Dreyer ,1955) + Descente de Croix (R.Van der Weyder ,1435) + Les précurseurs du Christ avec les
saints et les martyrs ( Fra Angelico ,1424).
●Baie 113 L’appel du publicain Matthieu : St Matthieu (Rembrandt) + L’inspiration de St Matthieu +
St Matthieu et l’Ange ( Caravage ).

ST MARC (nord) :
●Baie 111 Le baptême de Jésus et les tentations : image du film « Ordet » ( Dreyer ,1955)
+ La tentation du Christ (A. Scheffer ,1859) + St Jean Baptiste dans le désert ( Goya ,1808)
+ Le baptême du Christ ( A.del Verrochio, puis terminé par L. de Vinci en 1475).
●Baie 109 La parabole du semeur et la tempête apaisée : photographie de la cathédrale de Cahors
+ image du film « Ordet « ( Dreyer ,1955) + photographie d’un enfant assis + Le semeur ( Millet) +
photographie de la rue Foch (rue qui longe la cathédrale).
●Baie 107 La transfiguration et la voix du Père : La résurrection du Christ (Raphaël 1501).
+ Moïse et les Tables de la Loi ( Ph. de Champaigne 1650) + deux icônes russes et crétoises du
prophète Elie.

ST LUC (sud) :
● Baie 108 La parabole du bon Samaritain : photographie d’un immeuble de la place de la cathédrale
+ Le bon samaritain ( J.Bassano ,1570) + Le bon Samaritain ( A . Morot ,1880).
● Baie 110 Parabole du fils prodigue et épisode du bon larron : Le retour du fils prodigue (Rembrandt
1669 + Murillo 1670) + image du film : un conte e Noël (Desplechin 2008).
● Baie 112 Les pèlerins d’Emmaüs et l’attente de Marie au Cénacle : Les pèlerins d’Emmaüs
(J.Restout 1702) + Le chemin d’Emmaüs (L.Orsi vers 1565) + Photographie de l’Abbé Pierre.

ST JEAN (sud) :
● Baie 114 La samaritaine et la guérison de l’aveugle né : La guérison de l’aveugle né (J.Restout
1763) + image du film « Le corbeau (Clouzot 1943).
●Baie 116 Eucharistie, noces de Cana,signes et lavement des pieds : Les noces de Cana (B.Tisi
XVI°s.) + Fête aux noces de Cana (J.de Flandres) + Jean l’évangéliste (Le Greco 1604).
CHOEUR

Vous aimerez peut-être aussi