Vous êtes sur la page 1sur 2

Le directeur des ressources humaines de la société « DEPORTES- S.A.

» met à votre disposition les


documents suivants et vous demande de l’assister à mettre en œuvre les dispositions du Droit social :
Document n° 1 : contrat de travail de M. Jawad HAMRI

Entre les soussignés :


Raison sociale : DEPORTES –SA Nom prénom :
Brd al ward, lot 13, BERCHID Jawad HAMRI
Nom prénom : Omar RAJI
Employeur d’une part salarié d’autre part
Article 1 : Nature du contrat
Le présent contrat est conclu pour une durée déterminée de trois mois à compter du 1er Mars jusqu’au 30 mai 2018
Article 2 : Objet du contrat
Le présent contrat a pour objet de remplacer temporairement l’assistante comptable Mme Laila SAKHI en congé de
maternité. La durée prendra fin au plus tard à la fin de la durée de l’absence de la salariée sus mentionnée.
Article 3 : Fonctions
Le salarié exercera, sous la supervision du directeur du service « comptable et financier », la fonction d’assistant
comptable. Il s’engage de s’acquitter avec fidélité des tâches qui lui seront confiées. Le lieu de l’emploi est le siège
de la société sus indiqué.
Article 4 : Période d’essai
Il est prévu une période d’essai d’une durée de 20 jours pendant laquelle le contrat pourra être résilié à tout moment
par l’une ou l’autres des parties sans préavis ni indemnités.

Article 5 : Rémunération
En contrepartie de l’accomplissement des tâches relevant de sa fonction, Mr Jawad HAMRI percevra un salaire
de base mensuel de 5 200 DH correspondant à la catégorie « employé » de la convention collective de
travail du secteur d’activité.

Article 6 : Rupture
Sauf accord des parties, ce contrat à durée déterminée ne peut être rompu avant son terme, en dehors de la période
d’essai, qu’en cas de faute grave ou de force majeure.
Fait en deux exemplaires BERCHID le 27 Février 2018
Lu et Approuvé Lu et Approuvé
M. Omar RAJI le salarié : Jawad HAMRI
Directeur des ressources humaines

Document n° 2 : licenciement de M. Ali RAMI


M. Ali RAMI, salarié de la société depuis juillet 2014 en vertu d’un contrat prévoyant un délai de préavis
de deux moi, a reçu par courrier recommandé avec accusé de réception, la notification de son licenciement,
adressée le 20 mai 2018 par M. Omar RAJI, directeur des ressources humaines de la société.
Le motif avancé par le directeur, pour justifier la décision de licenciement du salarié est le suivant : M. Ali RAMI,
s’occupe souvent, tout au long des quatre derniers mois, par l’usage de l’internet de la société sans relation avec
tâches relevant de sa fonction dans la société.

Malgré les deux blâmes, qui lui ont été successivement adressée pendant le mois d’avril 2018, M. Ali RAMI
continue à ne pas respecter les dispositions du règlement intérieur de la société. « Faute lourde qui appuie
ma décision de licenciement du salarié » précise le directeur des ressources humaines.
Le salarié M. Ali RAMI proteste la décision de licenciement qui qualifie d’illégale. Il intente une décision
judiciaire contre la société.
Document n° 3 : Extraits de la loi n° 65-99 formant le code de travail

Article 14 :
La période d’essai en ce qui concerne les contrats à durée déterminée ne peut dépasser :
- Une journée au titre de chaque semaine de travail dans la limite de deux semaines lorsqu’il s’agit de
contrats d’une durée inférieure à six mois.
- Un mois lorsqu’il s’agit de contrats d’une durée supérieure à six mois.
Des périodes d’essai inférieures à celles mentionnées ci-dessus peuvent être prévues par le contrat de
travail, la convention collective ou le règlement intérieur.

Article 16 :
Le contrat de travail à durée déterminée peut être conclu dans les cas où la relation de travail ne pourrait
avoir une durée indéterminée.
Le contrat de travail à durée déterminée ne peut être conclu que dans les cas suivants :
- le remplacement d’un salarié par un autre dans le cas de suspension du contrat de travail de ce dernier,
sauf si la suspension résulte d’un état de grève.
- L’accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise
- Si le travail à un caractère saisonnier…

Article 37 :
L’employeur peut prendre l’une des sanctions disciplinaires à l’encontre du salarié pour faute non grave :
1° L’avertissement
2° Le blâme
3° un deuxième blâme ou la mise à pied pour une durée n’excédant pas huit jours ;
4° Un troisième blâme ou le transfert à un autre service ou, le cas échéant, à un autre établissement, le lieu
de résidence du salarié étant pris en considération.

Article 38 :
L’employeur applique les sanctions disciplinaires graduellement. Lorsque les sanctions disciplinaires sont
épuisées dans l’année, l’employeur peut procéder au licenciement du salarié. Dans ce cas, le licenciement
est considéré comme justifié.

Article 61 :
En cas de faute grave, le salarié peut être licencié sans préavis ni indemnités ni reversement de dommages
et intérêts.
Travail à faire :
a- Justifier que le contrat de travail de M. Jawad HAMRI comporte le consentement des parties
1 b- Rappeler trois autres conditions de fonds de validité d’un contrat.
c- Relever trois clauses obligatoires du contrat de travail de M. Jawad HAMRI
2 Juger si le contrat de travail conclu entre la société et le salarié M. Jawad HAMRI est légal.
3 Vérifier si la clause relative à la durée de la période d’essai dans le contrat de M. Jawad HAMRI
est conforme à la législation du travail en vigueur.
4 Préciser le type de contrat de travail conclu avec le salarié M. Ali RAMI. Justifier.
5 Analyser au regard des dispositions des articles 37 et 38 du code de travail la décision du
licenciement de M. Ali RAMI.
6 Enumérer quatre droits de M. Ali RAMI suite à son licenciement.