Vous êtes sur la page 1sur 3

Dr.

SOUALMI Module de PHYSIOLOGIE Année Universitaire : 2018-2019

Filtration Glomérulaire
I. Introduction :
La filtration glomérulaire représente la première étape de la formation de l’urine : une fraction du plasma
circulant dans les capillaires glomérulaires est filtrée à travers le filtre glomérulaire et forme l’urine primitive qui
s’écoulera dans les tubules.
L’urine primitive est un ultrafiltrat. Celui-ci est défini par trois critères :
- Un ultrafiltrat se forme sous l’effet d’un gradient de pression entre deux compartiments.
- Il ne contient pas de protéines.
- Il contient des solutés à une concentration identique à celle du plasma.
II. Mécanisme de la filtration glomérulaire :
1. Structure du filtre glomérulaire : Il est composé de trois éléments :
o Une couche de cellules endothéliales percée de pores.
o La membrane basale des capillaires sanguins.
o Les cellules épithéliales appelées podocytes constituants le feuillet interne de la capsule de Bowman.
Ces dernières présentent des prolongements cytoplasmiques appelés pédicelles s’appuyant sur la membrane
basale des capillaires.
Le filtre glomérulaire se comporte comme une membrane semi-perméable laissant passer les molécules de petite
taille (glucose, électrolytes) et empêchant le passage des grosses molécules telles que les protéines dont le poids
moléculaire PM est élevé (toute substance dont le PM est supérieur à 68000 daltons ne peut être filtrée).
D’autre part, le filtre glomérulaire constitue une barrière électrostatique chargée négativement s’opposant au
passage des molécules anioniques telles que l’albumine.
Ceci constitue donc un autre facteur expliquant l’imperméabilité du filtre glomérulaire aux protéines en plus de
leur grosse taille.

Structure du filtre glomérulaire Structure de la paroi du capillaire glomérulaire


2. Facteurs déterminants la filtration glomérulaire :
La filtration glomérulaire est un processus mécanique passif ne consommant pas d’énergie.
A- Le débit de filtration glomérulaire (DFG) : est défini par :
• Pf : pression efficace de filtration (mmHg).
• Kf : coefficient d’ultrafiltration du filtre glomérulaire (ml/mn/mmHg).
a. Le coefficient d’ultrafiltration Kf : Il dépend de la surface du filtre glomérulaire(S) et de la perméabilité
hydraulique du filtre glomérulaire (K). 𝐊𝐟 = 𝐒 × 𝐊.
b. La pression efficace de filtration Pf : c’est la résultante de plusieurs forces opposées de part et d’autre du
capillaire glomérulaire. Les pressions mises en jeu sont :

1
α- Du côté capillaire : 2 forces sont présentes :
 La pression hydrostatique du capillaire glomérulaire : Pcg : elle favorise la filtration.
- Sa valeur est d’environ : 50 mm Hg.
 La pression oncotique plasmatique : Po : Elle tend à retenir l’eau dans les capillaires.
- Elle est liée à la présence des protéines plasmatiques. Sa valeur et de : 25 mm Hg.

β- Du côté urinaire : une seule pression est en jeu :


 La pression hydrostatique dans la capsule de Bowman : Pcb : Elle s’oppose à la filtration.
- Sa valeur est de : 10 mm Hg.

- Donc : 𝐏𝐟 = 𝐏𝐜𝐠 – (𝐏𝐨 + 𝐏𝐜𝐛)


- Ainsi la valeur de la pression efficace de filtration (Pf) est d’environ : 𝐏𝐟 = 𝟓𝟎 − (𝟐𝟓 + 𝟏𝟎) = 𝟏𝟓 𝐦𝐦 𝐇𝐠
La pression hydrostatique dans le capillaire glomérulaire Pcg représente l’élément dynamique de la filtration
glomérulaire. Elle dépend de la pression artérielle PA et la filtration glomérulaire s’arrête lorsque PA chute au-
dessous de 60 mm Hg.
D’autre part, le long du capillaire glomérulaire, la valeur de Pcg diminue (perte de charge) et celle de Po
augmente par concentration de protéines de sorte que le débit de filtration glomérulaire est maximal à l’entrée
des capillaires puis diminue progressivement jusqu’à la sortie.

Facteurs déterminants de la filtration glomérulaire et forces mises en jeu

III. Mesure de la filtration glomérulaire : Le débit de filtration glomérulaire DFG :


Le débit de filtration glomérulaire DFG peut être déterminé par la méthode des clairances.
1. Définition de la clairance :
La clairance d’une substance : représente le volume virtuel de plasma qui est totalement épuré de cette
substance par unité de temps (minute).
 La substance utilisée pour la mesure du débit de filtration glomérulaire (DFG) doit être :
- Eliminée dans les urines uniquement par un processus de filtration et ne subir ni sécrétion, ni réabsorption.
- Elle doit être atoxique et non métabolisée par le rein.
 Deux substances répondent à ces critères et sont donc utilisées pour la mesure du DFG :
- L’une est d’origine endogène : la créatinine. C’est un produit du métabolisme de la créatine (protéine musculaire).
- L’autre est d’origine exogène : c’est l’inuline.
La substance étant éliminée uniquement par filtration, dans ce cas, on peut écrire :
La quantité de substance filtrée = La quantité de substance éliminée dans les urines.
D’où : 𝐃𝐅𝐆 × 𝐏𝐬 = 𝐔𝐬 × 𝐕°
o Ps : Concentration plasmatique de la substance en mg/ml (inuline ou créatinine).
o Us : Concentration urinaire de la substance en mg/ml (inuline ou créatinine).
o V° : Débit urinaire (ml/mn).
𝐔 × 𝐕°
D’où : 𝐃𝐅𝐆 (𝐦𝐥⁄𝐦𝐧) = 𝐜𝐫𝐞𝐚𝐭𝐢𝐧𝐢𝐧𝐞
𝐏𝐜𝐫𝐞𝐚𝐭𝐢𝐧𝐢𝐧𝐞
= 𝐂°𝐜𝐫𝐞𝐚𝐭𝐢𝐧𝐢𝐧𝐞
 C° créatinine : Clairance de la créatinine (en ml/mn)
 P créatinine : Concentration plasmatique de la créatinine (mg/ml).
 U créatinine : Concentration urinaire en créatinine (en mg/ml).

2
 Résultat de la mesure du DFG : 𝐃𝐅𝐆 = 𝐂°𝐜𝐫𝐞𝐚𝐭𝐢𝐧𝐢𝐧𝐞 = 𝟏𝟐𝟎 𝐦𝐥/𝐦𝐧/𝟏, 𝟕𝟑 𝐦𝟐 𝐝𝐞 𝐬𝐮𝐫𝐟𝐚𝐜𝐞 𝐜𝐨𝐫𝐩𝐨𝐫𝐞𝐥𝐥𝐞.
- 1,73 m² : représente la valeur de la surface corporelle moyenne chez un adulte jeune de poids et taille
moyenne (sujet standard). La surface corporelle d’un sujet en fonction de son poids et de sa taille peut
être calculée à partir de la formule de Dubois.
 Remarque : La clairance de la créatinine (C°creatinine) est aussi appelée : clairance glomérulaire : C°g.
Ainsi chaque jour : 180 L de plasma sont filtrés par le glomérule.
IV. Le débit sanguin rénal : (DSR) :
Le débit sanguin rénal (DSR) n’est pas mesuré directement. Il est calculé à partir du débit plasmatique rénal
(DPR) lequel est mesuré par la clairance du PAH (acide Para-Amino-Hippurique).
1. Mesure du débit plasmatique rénal (DPR) :
 La méthode utilisant la clairance du PAH (acide Para-Amino-Hippurique) représente la méthode de référence.
 Elle permet la mesure du débit plasmatique rénal (DPR) à partir duquel sera déduit le DSR.
 Le PAH est une substance exogène utilisée pour la mesure du débit plasmatique rénal (DPR).
 Une fois administré dans l’organisme par perfusion, l’élimination urinaire du PAH est presque quasi totale,
celui-ci étant éliminé dans l’urine à la fois par un processus de filtration glomérulaire à laquelle s’ajoute une
sécrétion active dans le tube proximal de sorte qu’il est entièrement extrait du plasma en un seul passage à
travers le rein (à condition que la concentration plasmatique du PAH administré par perfusion veineuse soit basse
et inférieure à 40 mg/ml).
 Dans ce cas, on peut écrire :
La quantité de PAH éliminée dans les urines = La quantité de PAH apportée au rein par la circulation rénale.
𝐔𝐏𝐀𝐇 × 𝐕° = 𝐃𝐏𝐑 × 𝐏𝐏𝐀𝐇
𝐔𝐏𝐀𝐇 × 𝐕°
 Et de là, on tire le DPR : 𝐃𝐏𝐑 = ; Valeur du DPR normal : 600 ml/mn/1,73m2 de SC.
𝐏𝐏𝐀𝐇
 DPR : débit plasmatique rénal (ml/mn 1,73m2 de SC).
 PPAH : concentration plasmatique du PAH (mg/ml).
 UPAH : concentration urinaire de PAH (mg/ml).
 V° : débit urinaire (ml/mn).
2. Calcul du débit sanguin rénal (DSR) :
𝐃𝐏𝐑
Le DSR est calculé à partir du DPR selon la formule : 𝐃𝐒𝐑 = 𝟏 − 𝐇𝐭
- Valeur du DSR normal : 1200 ml/mn/1,73 m2 de SC.
V. La fraction de filtration : FF :
- Connaissant la valeur du débit de filtration glomérulaire (DFG) : 120 ml/mn/1,73 m2 de SC ;
- Et d’autre part, connaissant aussi la valeur du débit plasmatique rénal (DPR) : 600 ml/mn/1,73 m2 de SC,
𝐃𝐅𝐆 𝟏𝟐𝟎
 On définit alors la fraction de filtration : 𝐅𝐅 = = 𝟔𝟎𝟎 = 𝟐𝟎%
𝐃𝐏𝐑
- La fraction de filtration (FF) représente la fraction du flux plasmatique qui a filtré. Dans les conditions
physiologiques seuls 20 % du DPR sont filtrés.

VI. Régulation de la filtration glomérulaire (régulation du DFG) :


Le débit sanguin rénal (DSR) est autorégulé : il reste
constant pour des valeurs de la pression artérielle
comprises entre 80-200 mm Hg. Cette régulation est
active. Ceci a pour conséquence de maintenir également
constante le débit de filtration glomérulaire DFG dans le
même intervalle de pression artérielle.
Donc la régulation proprement dite porte sur le débit
sanguin rénal DSR et les variations du DFG (la filtration
glomérulaire) se font de manière passive et suivent celles
du DSR. Les variations du débit de filtration glomérulaire
sont donc secondaires à celles du DSR.