Vous êtes sur la page 1sur 12

Dynamique

 du  point  matériel  


en  référentiel  galiléen  
 

Exercice  1  :  Mesure  du  champ  de  pesanteur  

Un   ressort   de   constante   de   raideur   ! > 0,   de   longueur   à   vide  !!  


et  de  masse  !!  négligeable  est  suspendu  verticalement  par  son  
extrémité   A.   A   l’autre   extrémité   B   du   ressort,   on   attache   une  
masse   quasi-­‐ponctuelle   !.   Le   ressort   s’allonge   alors   de   la  
quantité   !" = ℎ,   pour   parvenir   à   une   longueur   totale   dans   la  
nouvelle  position  d’équilibre  !" = !.  
On   choisit   pour   référentiel   d’étude   le   référentiel   terrestre  (ℛ! ),  
que  nous  supposerons  galiléen,  et  nous  utiliserons  comme  repère  
d’espace  le  système  des  coordonnées  cartésiennes.  
 
1) Etude  statique  
a)  Exprimer  le  champ  de  pesanteur  terrestre  g  en  fonction  des  données  du  problème.  
b)  Application  numérique  :  pour  ! = 200  g,  on  mesure  ℎ = 59,5  mm.  Déterminer  g.  

2) Etude  dynamique  
A  partir  de  la  position  d’équilibre  O  précédente,  on  écarte  la  masse  m  d’une  quantité  !!  et  on  la  
lâche  sans  vitesse  initiale  au  temps  ! = 0.  
a)   Ecrire   l’équation   du   mouvement   de   la   masse   m.   Montrer   que   l’on   obtient   des   oscillations,   de  
pulsation  !!  que  l’on  déterminera  en  fonctions  des  paramètres  du  problème.  
b)  Exprimer  g  en  fonction  de  ℎ  et  !! .  
c)   Application   numérique  :   pour   ! = 200   g,   on   compte   113   oscillations   par   minute.  
Déterminer  g  et  commenter  le  résultat.  

Données  numériques  :  ! = 33  N.m-­‐1,  !! = 0,35  m  et  !! = 105  g.  

Correction  :  
1) Etude  statique  :  
a)  Système  :  masse  m  
Référentiel  :  référentiel  terrestre  supposé  galiléen  
Bilan  des  forces  exercées  sur  la  masse  m  :  
-­‐  poids  :  ! = !! = !"!!  
-­‐  force  de  rappel  du  ressort  :  ! = −! ! − !! !! = −!ℎ!!  
Dans  le  référentiel  galiléen  d’étude,  la  masse  m  est  à  l’équilibre,  donc  possède  une  accélération  
nulle.  Par  application  du  principe  fondamental  de  la  dynamique,  on  peut  donc  écrire  :  
!! = ! + ! = !     ⇔    !" − !ℎ = 0  
!ℎ
 ! =    
!
b)  A.N.  :  ! = 9,82  !. ! !!  

2) Etude  dynamique  :  
a)   On   note   !(t)   la   position   de   la   masse   m   par   rapport   à   sa   position   d’équilibre.   La   longueur   du  
ressort  à  un  instant  t  est  alors  donnée  par  :  ! ! = ! + !(!).  
Bilan  des  forces  exercées  sur  la  masse  m  :  
-­‐  poids  :  ! = !! = !"!!  
-­‐  force  de  rappel  du  ressort  :  ! = −! ! − !! !!  
On  applique  le  principe  fondamental  de  la  dynamique  à  la  masse  m  dans  le  référentiel  galiléen  
d’étude  :  
!! = ! + !     ⇔    !! = !" − ! ! − !!  
!! = !" − ! ! + ! − !!  
!! + !" = !" − !ℎ = 0  
!
!+ ! = 0  
!

!
 ! + !!! ! = 0    !"#$    !! =    
!

La  solution  de  cette  équation  différentielle  est  purement  sinusoïdale,  de  la  forme  :  
! ! = ! cos !! ! + !  
où  !  !"  !  sont  des  constantes  déterminées  à  partir  des  conditions  initiales  :  
! ! = 0 = ! cos ! = !!    !"  ! ! = 0 = −!! !! sin ! = 0  
⇔  ! = 0    !"  ! = !!  
!"#$    ! ! = !! cos !! !  
b)  Sachant  que  :  
!ℎ !
!=    !"    !!! =  
! !
! = ℎ!!!  
c)  A.N.  :  ! = 8,33  !. ! !!  
Ce   résultat   est   très   éloigné   de   la   valeur   exacte   de   g.   Ceci   peut   s’expliquer   par   la   trop   grande  
simplicité  du  modèle  qui  néglige  (entre  autres)  totalement  la  masse  du  ressort.  

Exercice  2  :  Lancement  d’une  balle  avec  ou  sans  force  de  frottements  
On  considère  une  balle  de  masse  m,  assimilée  à  un  point  matériel  M,  lancée  dans  le  vide.  On  choisit  
pour   référentiel   le   référentiel   terrestre  (ℛ! ),   que   nous   supposerons   galiléen,   et   nous   utiliserons  
comme   repère   d’espace   le   système   des   coordonnées   cartésiennes,   d’axe   (Oz)   donnée   par   la   verticale  
locale.  
Le  champ  de  pesanteur,  supposé  uniforme  dans  le  référentiel  d’étude  (ℛ! ),  est  noté  ! = −!!! .  
A  l’instant  ! = 0,  la  balle  est  lancée  du  point  O  (choisi  comme  origine  du  repère  d’espace)  avec  une  
vitesse  initiale  !! .  Le  vecteur  !!  est  situé  dans  le  plan  (!"#)  et  fait  un  angle  !  avec  l’horizontale   !" .  
1) Etude  sans  force  de  frottements  
On  suppose  pour  l’instant  que  la  balle  est  uniquement  soumise  à  son  poids  P.  
a)   Calculer,   en   fonction   de   !! , !  et  !,   le   temps   !  nécessaire   pour   que   la   balle   atteigne   sa   plus  
haute  altitude  et  les  coordonnées  du  point  S  ainsi  atteint.  
b)   Application   numérique  :   calculer   le   temps   !  et   les   coordonnées   du   point   S   dans   les   trois   cas  
suivants  :  
!! = 30°, !! = 60°    et    !! = 90°    
2) Etude  avec  force  de  frottements  
On  suppose  désormais  que  la  balle  est  soumise  à  son  poids  P  ainsi  qu’à  une  force  de  frottement  fluide  
exercée  par  l’air,  de  la  forme  ! = −!!  
a)  Exprimer  les  composantes  !!  et  !!  de  la  vitesse  de  la  balle  à  l’instant  t.  Montrer  que  le  vecteur  
vitesse  tend  vers  une  vitesse  limite  que  l’on  précisera.  
b)  Déterminer  les  coordonnées  !  et  !  de  la  balle  à  l’instant  t.  
c)  Quelle  est  l’expression  du  temps  !!  correspondant  à  l’altitude  maximale  !!  atteinte  ?  
d)  Représenter  l’allure  de  la  trajectoire  de  la  balle.  
e)  Calculer  !!  et  !!  pour  !! = 30°  et  comparer  les  résultats  au  cas  précédent.  Commenter.  

Données  numériques  :  ! = 1  kg,  ! = 10  m.s-­‐2,  !! = 100  m.s-­‐1  et  ! = 0,1  N.s.m-­‐1.  

Correction  :  
1) Etude  sans  force  de  frottements  :  
a)  Système  :  masse  m  
Référentiel  :  référentiel  terrestre  supposé  galiléen  
Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  poids  ! = !! = −!"!!  
On   applique   le   principe   fondamental   de   la   dynamique   à   M   dans   le   référentiel   d’étude   ℛ!  
galiléen  :  
!!(!)/ ℛ = !  
!(!)/ ℛ = !!! + !!!
!(!)/ ℛ = !    avec          
! = −!!!                                                
On  projette  cette  équation  sur  les  axes  (!")  et  (!")  :  
! = 0      
   
! = −!
On  intègre  ensuite  ces  équations  une  première  fois  par  rapport  au  temps,  en  tenant  compte  des  
conditions  initiales  :  
!(!) − ! 0 = 0             ! 0 = !! cos !
       !"#$            
!(!) − ! 0 = −!" ! 0 = !! sin !
!(!) = !! cos !                          
⇒      
!(!) = −!" + !! sin !
 
On   intègre   ces   équations   une   seconde   fois   par   rapport   au   temps,   en   tenant   compte   des   conditions  
initiales  :  
! ! − ! 0 = !! cos ! !                                
! 0 =0
  !!          !"#$          
! ! − !(0) = −! + !! sin ! ! ! 0 =0
2
! ! = !! cos ! !                                
⇒     !!  
! ! = −! + !! sin ! !
2
On  reconnaît  ici  l‘équation  d’une  parabole  de  sommet  S,  atteint  au  bout  d’un  temps  !  tel  que  :  
! ! = 0   ⇔   −!" + !! sin ! = 0  
!! sin !
 ! =    
!
Les  coordonnées   !! , !!  de  S  sont  :  
cos ! sin ! !!! sin! ! sin! !
!! = !!!    !"    !! = − + !!!  
! 2! !

sin 2! !!! sin! !


 !! = !!!    !"    !! =    
2! 2!
b)  A.N.  :  
!   30°   60°   90°  
!  (!)   5,0   8,7   10  
!!  (!)   433   433   0  
!!  (!)   125   375   500  

2) Etude  avec  force  de  frottements  :  


a)  Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  :  ! = !! = −!"!!  
-­‐  force  de  frottements  :  ! = −!!  
On   applique   le   principe   fondamental   de   la   dynamique   à   M   dans   le   référentiel   d’étude   ℛ!  
galiléen  :  
!!(!)/ ℛ = ! − !!  
!! !
+ ! = !  
!" !
!! ! !
+ = !      !"#$    ! =  
!" ! !
Par  projection  de  l’équation  précédente  sur  les  axes  (!")  et   !" ,  on  obtient  :  
!!! !! !!! !!
+ = 0    !"     + = −!  
!" ! !" !
On  intègre  ces  deux  équations  différentielles  du  premier  ordre  à  coefficients  constants  :  
! !
!! (!) = !! exp −    !"    !! (!) = −!" + !! exp −      
! !
où  !!  et  !!  sont  des  constantes  d’intégration  déterminées  à  partir  des  conditions  initiales  :  
!! 0 = !! cos ! = !!    !"    !! 0 = !! sin ! = !! − !"  
! !
 !! ! = !! cos ! exp −    !"    !! ! = !! sin ! + !" exp − − !"    
! !
La  vitesse  limite  du  projectile  est  alors  :  
lim  !! = 0    !"     lim  !! = −!"  
!→! !→!

!"#$      !! = !!    
b)   Pour   déterminer   les   coordonnées   du   projectile   à   l’instant   t,   on   intègre   les   expressions  
précédentes  :  

! ! = !! ! !"    !"      ! ! = !! ! !"  

! !
! ! = −!  !! cos ! exp − + !!    !"    ! ! = −! !! sin ! + !" exp − − !"# + !!  
! !
où  !!  et  !!  sont  des  constantes  d’intégration  déterminées  à  partir  des  conditions  initiales  :  
! 0 = 0 = −!  !! cos ! + !!    !"    ! 0 = 0 = −! !! sin ! + !" + !!  
! !
 ! ! = !  !! cos ! 1 − exp −    !"    ! ! = ! !! sin ! + !" 1 − exp − − !"#    
! !
c)  L’altitude  maximale  est  atteinte  pour  un  temps  !!  tel  que  :  
!!
!! !! = 0     ⇔   !! sin ! + !" exp − = !"  
!
!! !"
exp − =  
! !! sin ! + !"
!! sin !
 !! = ! ln 1 +    
!"

d)  La  trajectoire  est  une  parabole.  


e)  A.N.  :  !! ! = 30° = 4,05  !    !"  !! ! = 30° = 95  !.  
On  atteint  un  point  moins  élevé  car  il  y  a  freinage  du  projectile  par  frottements.  

Exercice  3  :  Solide  sur  un  plan  incliné  


Un  solide  de  masse  !  est  en  équilibre  sur  un  plan  incliné,  faisant  un  angle  !  avec  l’horizontale   !" .  
Sauf  indication  contraire,  le  contact  entre  le  solide  et  le  plan  incliné  sera  supposé  sans  frottement.  
Le  champ  de  pesanteur,  supposé  uniforme  dans  le  référentiel  d’étude  (ℛ! ),  est  noté  !.  
On  choisit  pour  référentiel  d’étude  le  référentiel  terrestre  (ℛ! ),  supposé  galiléen.  

 
1) Dans  un  premier  temps,  l’équilibre  est  réalisé  en  maintenant  le  solide  par  un  fil  non  élastique  
de  masse  négligeable.  Ecrire  les  lois  de  l’équilibre  du  solide.  En  déduire  la  tension  du  fil.  
2) L’équilibre   est   désormais   réalisé   en   maintenant   le   solide   par   un   fil   élastique   de   masse  
négligeable,  de  constante  de  raideur  ! > 0  et  de  longueur  à  vide  !! .  Déterminer  la  longueur  du  
ressort  lorsqu’il  maintient  le  solide  sur  le  plan  incliné.  
3) Dans   cette   question,   le   contact   entre   le   solide   et   le   plan   incliné   se   fait   avec   une   force   de  
frottement  solide,  dont  le  coefficient  de  frottement  d’adhérence  est  noté   ! .  Le  solide  n’est  plus  
maintenu   par   un   fil.   Démontrer   que   solide   ne   peut   être   en   équilibre   que   si   l’angle   !   est  
inférieur  à  un  angle  que  l’on  déterminera.  

Correction  :  

1) Système  :  solide  M  de  masse  m  


Référentiel  :  référentiel  terrestre  supposé  galiléen  
Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :    -­‐  poids  ! = !! = −!"!!  
  -­‐  réaction  du  support  !! = !! !!  
  -­‐  tension  du  fil  ! = −!!!  
Dans   le   référentiel   galiléen   d’étude,   le   solide   est   à   l’équilibre,   donc   possède   une   accélération   nulle.  
Par  application  du  principe  fondamental  de  la  dynamique,  on  peut  donc  écrire  :  
!!(!)/ ℛ = ! = ! + !! + !  
! = −!" − sin ! !! + cos ! !! + !! !! − !!!  
On  projette  cette  équation  sur  les  axes  (!")  et  (!")  :  
−!" cos ! + !! = 0   ! = !" cos !  
    ⇔     !  
           !" sin ! − ! = 0 ! = !" sin !        

2) Système  :  solide  M  de  masse  m  


Référentiel  :  référentiel  terrestre  supposé  galiléen  
Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :    -­‐  poids  ! = !! = −!"!!  
  -­‐  réaction  du  support  !! = !! !!  
  -­‐  tension  élastique  du  fil  ! = −! ! − !! !!  
Dans   le   référentiel   galiléen   d’étude,   le   solide   est   à   l’équilibre,   donc   possède   une   accélération   nulle.  
Par  application  du  principe  fondamental  de  la  dynamique,  on  peut  donc  écrire  :  
!!(!)/ ℛ = ! = ! + +!! + !  
! = −!" − sin ! !! + cos ! !! + !! !! − ! ! − !! !!  
On  projette  cette  équation  sur  les  axes  (!")  et  (!")  :  

               −!" cos ! + !! = 0   !! = !" cos !        


      ⇔     !"  
!" sin ! − ! ! − !! = 0 ! = !! + sin !
!
3) Système  :  solide  M  de  masse  m  
Référentiel  :  référentiel  terrestre  supposé  galiléen  
Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :    -­‐  poids  ! = !! = −!"!!  
  -­‐  réaction  du  support  !! = !! !!  
  -­‐  force  de  frottement  solide  !! = −!!!  
Dans   le   référentiel   galiléen   d’étude,   le   solide   est   à   l’équilibre,   donc  possède   une   accélération   nulle.  
Par  application  du  principe  fondamental  de  la  dynamique,  on  peut  donc  écrire  :  
!!(!)/ ℛ = ! = ! + !! + !!  
! = −!" − sin ! !! + cos ! !! + !! !! − !!!  
On  projette  cette  équation  sur  les  axes  (!")  et  (!")  :  
−!" cos ! + !! = 0   ! = !" cos !        
      ⇔     !  
           !" sin ! − ! = 0 ! = !" sin !    
La  condition  d’équilibre  s’écrit  :  
! ≤ !!!     ⇔  !" sin ! ≤ !"# cos !    
!"#$   tan ! ≤ !  

Exercice  4  :  Pendule  simple  


Le  référentiel  d’étude   ℛ ,  associé  au  repère  (!, !! , !! , !! ),  est  supposé  galiléen.  
On  étudie  un  pendule,  constitué  d’un  fil  inextensible  de  longueur  !  attaché  au  point  O,  au  bout  duquel  
se  trouve  un  point  matériel  M  de  masse  ! .  On  supposera  que  le  fil  reste  tendu  en  permanence  et  que  
les  éventuels  frottements  sont  négligeables.  
On   s’intéresse   à   la   situation   d’un   pendule   simple,   pour   lequel   la   trajectoire   du   fil   dans   ℛ   est  
contenue  dans      un  plan.  
On   choisit   d’orienter   le   repère   d’espace     de   telle   façon   que   le   mouvement   du   pendule   simple   est  
contenu  dans  le  plan  (!"#),  où  l’axe  (!")  est  la  verticale  descendante.  
A  tout  instant,  la  position  du  point   M  est   entièrement   déterminée   par   la   donnée   de   l’angle   θ    que   fait  
le  pendule  avec  l’axe  (!").  
1) Ecrire  l’équation  du  mouvement  du  pendule.  
On  s’intéresse  aux  petites  oscillations  du  pendule,  (c’est-­‐à-­‐dire  qu’on  peut  considérer  que  ! , !  et  !  sont  
petits  devant  1).  
2) Montrer  que  le  mouvement  du  pendule  est  alors  purement  sinusoïdal,  de  pulsation  !!  que  l’on  
déterminera  en  fonctions  des  paramètres  du  problème.  

Correction  :  

1) On  introduit  la  base  des  coordonnées  cylindriques  dans  laquelle  !" = !!!  (cf.  figure).  

 
On  a  donc  :  
!(!)/(ℛ) = !!! + !!!! = !!!!    !"#  !  !"#  !"#  !"#$%&#%'  
!(!)/(ℛ) = !!!! − !! ! !!  
Système  :  pendule  de  masse  m  
Référentiel  :  référentiel  terrestre  supposé  galiléen  
Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :    -­‐  poids  ! = !! = !"!! = !" cos ! !! − sin ! !!  
  -­‐  tension  du  fil  ! = −!!!  
Par  application  du  principe  fondamental  de  la  dynamique,  on  peut  donc  écrire  :  
!!(!)/ ℛ = ! + !  
!"!!! − !"! ! !! = !" cos ! !! − sin ! !! − !!!  
Comme   la   norme   T   de   la   tension   du   fil   est   une   inconnue,   on   projette   l’équation   vectorielle  
précédente  sur  la  direction  perpendiculaire  à  la  tension  du  fil  pour  se  "débarrasser"  de  ce  terme  :  
!"! = −!" sin !  
!
⇔     ! + sin ! = 0  
!

2) Dans  l’approximation  des  petites  oscillations,  on  peut  écrire  :  


sin ! ≈ !  
!
!"#$     ! + !!! ! = 0    !"#$   !! =  
!
On   reconnaît   ici   une   équation   différentielle   du   second   ordre,   à   coefficients   constants   et   sans   second  
membre,  dont  la  solution  générale  est  un  mouvement  sinusoïdal  de  la  forme  :  
!(!) = ! !"# !" + !  
où  !  et  !  sont  des  constantes  d‘intégration  que  l’on  détermine  à  partir  des  conditions  initiales.  

Exercice  5  :  Pendule  conique  


Le  référentiel  d’étude   ℛ ,  associé  au  repère  (!, !! , !! , !! ),  est  supposé  galiléen.  
On  étudie  un  pendule,  constitué  d’un  fil  inextensible  de  longueur  !  attaché  au  point  O,  au  bout  duquel  
se  trouve  un  point  matériel  M  de  masse  ! .  On  supposera  que  le  fil  reste  tendu  en  permanence  et  que  
les  éventuels  frottements  sont  négligeables.  
On  s’intéresse  à  la  situation  d’un  pendule  conique,  pour  lequel  la  trajectoire  du  fil  dans   ℛ  est  un  
cône  d’angle  au  sommet  !  constant.  
1) En   appliquant   le   principe   fondamental   de   la   dynamique,   montrer   que   la   vitesse   angulaire   !   de  
rotation  de  M  est  constante  et  l’exprimer  en  fonction  de  ! , !  et  !.  
2) Quelle  valeur  minimale  peut  prendre  !  ?  Cette  valeur  sera  notée  !!"# .  
3) Que  se  passe-­‐t-­‐il  pour  ! < !!"#  ?  
4) L’expérience   montre   que  !   augmente   lorsque   !  augmente  :   est   ce   bien   ce   que   l’on   obtient  ?  
Quelle  est  la  valeur  limite  prise  par  !  lorsque  ! → ∞  ?  
5) Exprimer  la  norme  T  de  tension  du  fil  en  fonction  de  ! , !  et  !.  
6) Sachant  que  le  fil  cède  lorsque  la  tension  du  fil  dépasse  une  valeur  limite  !!"# ,  exprimer  l’angle  
!!"#  et  la  vitesse  angulaire  !!"#  que  peut  atteindre  le  pendule  conique.  
7) Application  numérique  :  ! = 20  g,  ! = 9,8  m.s-­‐2,  ! = 50  cm  et  !!"# = 2  N.  Déterminer  !!"#  en  
tour  par  seconde.  
Correction  :  
1) Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  :  ! = !! = −!"!!  
-­‐  tension  du  fil  :  ! = −!!!  
 
On   applique   le   principe   fondamental   de   la   dynamique   à   M   dans   le  
référentiel  d’étude   ℛ  galiléen  :  
!!(!)/ ℛ = ! + !  
!!(!)/ ℛ = −!"!! + ! cos ! !! − ! sin ! !!  
Dans  le  repère  de  coordonnées  cylindriques,  on  a  :  
!" = !!! + !!!  
! = ! sin !      
!"#$      
! = −! cos !
!" = ! sin ! !! − ! cos ! !!  
!(!)/ ℛ = ! sin ! !!!  
!(!)/ ℛ = −! sin ! ! ! !! + ! sin ! !!!  
On  en  déduit  donc  :  
−!" sin ! ! ! !! + !" sin ! !!! = −!"!! + ! cos ! !! − ! sin ! !!  
−!" sin ! ! ! = −! sin !
⇒  !" sin ! ! = 0                                          
0 = −!" + ! cos !                    
!"! ! = !                                                          
⇒  ! = 0  !"#$  ! = ! !"# = !  
!" = ! cos !                                            
On  vient  ainsi  de  démontrer  que  la  vitesse   angulaire  de  rotation  de  M  est  constante,  de  valeur  donnée  
par  la  première  équation  du  système  :  
!"! ! = !  
!
!! =    !"#$    !" = ! cos !  
!"
!
 ! =    
! cos !
!  représente  une  vitesse  angulaire  de  rotation  :  c’est  donc  une  grandeur  positive  et  bornée.  Il  n’y  a  
donc  de  solution  que  si  :  
!
! ∈ 0;  
2
2) La  vitesse  angulaire  atteint  sa  valeur  minimale  lorsque  cos !  atteint  sa  valeur  maximale  :  
!
!!"# =  
!
3) Si  on  impose  au  pendule  une  vitesse  angulaire  de  rotation  ! < !!"# ,  il  n’y  a  pas  de  valeur  de  !  
qui  soit  solution  du  problème.  Le  pendule  ne  peut  donc  pas  décrire  un  cône  d’angle  !  constant  et  il  
se  dirige  vers  la  seule  position  d’équilibre  du  problème,  à  savoir  ! = 0.  
 
4) On  a  :  
!
!=  
! cos !
!"#$"    ! ↗  ⇒  ! ↗  
!
!"    ! → ∞ ⇒   cos ! → 0    !"#$  ! →  
2
 
5) On    a  vu  :  
!" = ! cos !  
!"
 ! =    
cos !
6) D’après  l’expression  précédente  :  
 ! ↗    ⇔ cos ! ↘    ⇔ ! ↗  
!"
! = !!"#   ⇔  ! = !!"# = !"##$%    
!!"#

! !!"#
!"  !!"# = =  
! cos !!"# !"

7) A.N.  :  
!!"# = 84,4°    !"    !!"# = 2,25  !"#$. ! !!  
 

Exercice  6  :  Pendule  oscillant  

Un   point   matériel   M   de   masse   !   est   suspendu   à   un   fil  


inextensible   de   longueur   l.   L’autre   extrémité   !!   du   fil   se   déplace  
horizontalement   le   long   de   l’axe   (!")   en   effectuant   des  
oscillations  sinusoïdales  d’amplitude  X  et  de  pulsation  !  :  
!!! = ! sin !" !!  
On   considérera   le   référentiel   d’étude   ℛ  du   laboratoire,   associé  
au  repère  (!, !! , !! , !! ),  galiléen.  

 
 

A  l’instant  ! ,  on  note  !  l’inclinaison  du  fil  du  pendule  par  rapport  à  la  verticale  descendante  (!").  
Le  pendule  est  initialement  au  repos  :  
! ! = 0 = 0    et    ! ! = 0 = 0  
1) Appliquer  le  principe  fondamental  de  la  dynamique  au  point  matériel  M  dans   ℛ .  En  déduire  
une  égalité  ne  faisant  intervenir  que  ! , !, !, !, !, !  et  !.  
2) On  s’intéresse  aux  petites  oscillations  du  pendule,  (c’est-­‐à-­‐dire  qu’on  peut  considérer  !, !  et  !  
petits  devant  1).  Etablir  l’équation  différentielle  vérifiée  par  ! .  
3) En   recherchant   une   solution   particulière   sinusoïdale   du   type   ! = ! sin !" ,   exprimer   !  en  
fonction  de  ! , !, !, !  et  !.  

Correction  :  
1) Bilan  des  forces  exercées  sur  M  :  
-­‐  poids  :  ! = !! = !"!!  
-­‐  tension  du  fil  :  ! = −!!!  
On  applique  le  principe  fondamental  de  la  dynamique  à  M  dans  
le  référentiel  d’étude   ℛ  galiléen  :  
!!(!)/ ℛ = ! + !  
!!(!)/ ℛ = !"!! − !!!  

On  exprime  le  vecteur  accélération  dans  la  base  (!! , !! )  :  


!" = !!! + !! ! = ! sin !" !! + !  !!  
!(!)/ ℛ =  !" cos !" !! + !!  !!  
!(!)/ ℛ = −  !! ! sin !" !! − !! ! !! + !!!!  
!! = cos ! !! + sin ! !!  
!(!)/ ℛ = −!! ! −  !! ! sin !" sin ! !! + !! −  !! ! sin !" cos ! !!  
On  projette  alors  le  PFD  selon  !!  afin  de  faire  disparaître  la  tension  du  fil,  de  norme  inconnue  :  
! !! −  !! ! sin !" cos ! = −!" sin !  

 !! −  !! ! sin !" cos ! = −! sin !    

2) On  considère  des  petites  oscillations  du  pendule  :  


sin ! ≈ !
!, !  et  !     ⇒      
cos ! ≈ 1
On  peut  donc  réécrire  l’équation  précédente  selon  :  
!! −  !! ! sin !" = −!"  
! !! !
!+ ! =   sin !"  
! !
!! ! !
 ! + !!! ! =   sin !"    !"#$    !! =    
! !

3) L’évolution   du   mouvement   est   régie   par   une   équation   différentielle   du   second   ordre   à   coefficients  
constants  avec  second  membre.  La  solution  de  cette  équation  est  :  
Solution Solution  de  l'équation
Solution  générale =         +            
particulière sans  second  membre
Solution  sans  second  membre  :  ! + !!! ! =  0     ⇒   !!!" ! = ! cos !! ! + ! sin !! !  
Solution  particulière  :  !!" ! = ! sin !"  
 
 
La  solution  particulière  doit  être  solution  de  l’équation  différentielle  sur  ! .  On  a  donc  :  
!! ! !! !
−! ! ! sin !" + !!! ! sin !" = sin !"     ⇔  ! =  
! ! !!! − ! !
La  solution  générale  est  donc  :  
!! !
! ! = ! cos !! ! + ! sin !! ! + sin !"  
! !!! − ! !
Les  constantes  d’intégration  A  et  B  se  déduisent  des  conditions  initiales  :  
! = 0                                                                  
! 0 =0 !! !
      ⇒        
! 0 =0 !!! + ! !
=0
! !! − !

!! ! !
 ! ! = sin !" − sin !! !    
! !!! − ! ! !!