Vous êtes sur la page 1sur 51

Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

FA047851 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 12668-2


Octobre 2001

Indice de classement : A 09-320-2

ICS : 19.100

Essais non destructifs


Caractérisation et vérification
de l'appareillage de contrôle par ultrasons
Partie 2 : Traducteurs

E : Non-destructive testing — Characterization and verification


of ultrasonic examination equipment — Part 2: Probes
D : Zerstörungsfreie Prüfung — Charakterisierung und Verifizierung
der Ultraschall Prüfausrüstung — Teil 2: Prüfköpfe
© AFNOR 2001 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 septembre 2001 pour prendre effet
le 20 octobre 2001.
Remplace les normes expérimentales A 09-322, de mai 1985 et A 09-323, de
mai 1987.
Remplace la norme homologuée NF A 09-330, d’octobre 1986.
Remplace en partie le fascicule de documentation A 09-325, de septembre 1987.

Correspondance La Norme européenne EN 12668-2:2001 a le statut d’une norme française.

Analyse Le présent document décrit les spécifications techniques à fournir par le constructeur
des traducteurs utilisés en contrôle ultrasonore. Il concerne les catégories de traduc-
teurs avec fréquences centrales dans la bande de fréquences 0,5 MHz à 15MHz :
traducteurs par contact, simples ou à émetteurs et récepteurs séparés et les traduc-
teurs par immersion.
Les essais périodiques des traducteurs ne sont pas inclus dans cette norme mais
dans la NF EN 12668-3.

Descripteurs Thésaurus International Technique : essai non destructif, essai par ultrasons,
matériel d’essai, traducteur ultrasonore, définition, vérification, exigence, essai,
essai de fonctionnement, aptitude à l’emploi, acceptabilité.

Modifications Par rapport aux documents remplacés, la rédaction de ce document est entièrement
revue. Il est à noter que ce document ne distingue pas les faisceaux focalisés de
ceux non focalisés comme c’était le cas dans la NF A 09-330.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, avenue Francis de Pressensé — 93571 Saint-Denis La Plaine Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.fr

© AFNOR 2001 AFNOR 2001 1er tirage 2001-10-F


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

END — Moyens acoustiques AFNOR A09F

Membres de la commission de normalisation


Président : M WALASZEK
Secrétariat : MME VEROLLET — AFNOR

M BRAMAT CNS
M CHERFAOUI CETIM
M DEGARDIN DARPMI
M FALLOUEY SETVAL
M GALLET INTERCONTROLE
M KOZLOWSKI FEDERATION FRANCAISE DE L ACIER
M LE BRUN EDF R&D
M LE GRANDAIS GAZ DE FRANCE — CEOS
MME LOBGEOIS EDF POLE INDUSTRIE — GDL
M PRAGASSAM SNCF
M SERMADIRAS EDF POLE INDUSTRIE — GDL
M TCHILIAN FRAMATOME ANP
M THERON EDF POLE INDUSTRIE SQR
M VIONNET SNCF
M WALASZEK CETIM

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 1330-4 : NF EN 1330-4 (indice de classement : A 09-020-4)
EN 12223 : NF EN 12223 (indice de classement : A09-311)
EN 12668-1 : NF EN 12668-1 (indice de classement : A 09-320-1)
EN 12668-3 : NF EN 12668-3 (indice de classement : A 09-320-3)
EN 27963 : NF EN 27963 (indice de classement : A 89-611)
EN ISO 9001 : NF EN ISO 9001 (indice de classement : X 50-131)
EN ISO 9002 : NF EN ISO 9002 (indice de classement : X 50-132)
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

NORME EUROPÉENNE EN 12668-2


EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Mai 2001

ICS : 19.100

Version française

Essais non destructifs —


Caractérisation et vérification de l'appareillage de contrôle par ultrasons —
Partie 2 : Traducteurs

Zerstörungsfreie Prüfung — Charakterisierung Non-destructive testing —


und Verifizierung der Ultraschall Prüfausrüstung — Characterization and verification
Teil 2: Prüfköpfe of ultrasonic examination equipment —
Part 2: Probes

La présente norme européenne a été adoptée par le CEN le 16 avril 2001.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Secrétariat Central ou auprès des membres du CEN.

La présente norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version faite
dans une autre langue par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale, et
notifiée au Secrétariat Central, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-
Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 2001 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 12668-2:2001 F
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 2
EN 12668-2:2001

Sommaire
Page

Avant-propos ...................................................................................................................................................... 3

1 Domaine d’application ...................................................................................................................... 4

2 Références normatives .................................................................................................................... 4

3 Définitions, symboles et abréviations ............................................................................................ 5

4 Prescriptions générales de conformité .......................................................................................... 6

5 Spécifications techniques du constructeur concernant les traducteurs .................................... 6

6 Appareillage .................................................................................................................................... 10
6.1 Appareils électroniques ..................................................................................................................... 10
6.2 Blocs d'essai et autre équipement .................................................................................................... 10

7 Exigences de performance des traducteurs ................................................................................ 13


7.1 Aspects physiques ............................................................................................................................ 13
7.2 Forme des impulsions H.F. ............................................................................................................... 13
7.3 Spectre d'impulsion et bande passante ............................................................................................ 13
7.4 Sensibilité relative en réflexion .......................................................................................................... 14
7.5 Courbe distance-amplitude ............................................................................................................... 14
7.6 Impédance électrique ou capacitance statique ................................................................................. 15
7.7 Paramètres des faisceaux pour les traducteurs en immersion ......................................................... 16
7.8 Paramètres du faisceau — Pour les traducteurs, par contact, droits et simples ............................... 19
7.9 Paramètres du faisceau pour les traducteurs par contact, à faisceau angulaire,
à ondes transversales et à simple transducteur ................................................................................ 22
7.10 Paramètres pour les traducteurs émetteurs-récepteur par contact et droits ..................................... 25
7.11 Paramètres des faisceaux pour les traducteurs d’angles
par contact à émetteur récepteur séparés, à ondes transversales ................................................... 27

Annexe A (normative) Calcul de la longueur du champ proche des traducteurs non focalisés ............... 44
A.1 Traducteurs droits ............................................................................................................................. 44
A.2 Traducteurs d’angle .......................................................................................................................... 45

Annexe B (informative) Bloc d'étalonnage pour traducteurs d'angle .......................................................... 47


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 3
EN 12668-2:2001

Avant-propos

La présente norme européenne a été préparée par le CEN/TC 138 «Essais non destructifs», dont le secrétariat
est assuré par AFNOR.
La présente norme est composée des parties suivantes :

EN 12668-1, Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l’appareillage de contrôle par ultrasons —
Partie 1 : Appareils.

EN 12668-2, Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l’appareillage de contrôle par ultrasons —
Partie 2 : Traducteurs.

EN 12668-3, Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l’appareillage de contrôle par ultrasons —
Partie 3 : Equipement complet.
L’annexe A est normative. L’annexe B est informative.
Le présent document doit être mis en application au niveau national, soit par publication d'un texte identique, soit
par entérinement, au plus tard en novembre 2001 et les normes nationales en contradiction devront être retirées
au plus tard en novembre 2001.
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre le présent document en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne,
Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République
Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 4
EN 12668-2:2001

1 Domaine d’application
La présente norme européenne concerne les traducteurs utilisés pour le contrôle non destructif par ultrasons
des catégories suivantes avec fréquences centrales dans la bande 0,5 — 15 MHz, avec et sans moyens de
focalisation.
a) traducteurs par contact, simples ou émetteurs — récepteur séparés, générant des ondes de compression ou
de cisaillement ;
b) traducteurs en immersion.
Lorsque des valeurs ultrasoniques dépendant des matériaux sont spécifiées dans cette norme, elles sont basées
sur des aciers ayant une vitesse de propagation de l’onde ultrasonique de (5 920 ± 50) m/s pour les longueurs
d’ondes longitudinales et de (3 255 ± 30) m/s pour les longueurs d’ondes transversales.
Les essais périodiques des traducteurs ne sont pas inclus dans cette partie de la norme. Les essais systématiques
de vérification des traducteurs par application des méthodes sur site sont décrits dans l’EN 12668-3.
Si des paramètres, complémentaire à ceux spécifiés dans l’EN 12668-3 doivent être vérifiés au cours de la vie du
traducteur conformément à un accord conclu entre les parties contractantes, il convient de choisir les méthodes
de vérification correspondantes de ces paramètres complémentaires parmi celles données dans la présente
norme.

2 Références normatives
Cette norme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. Ces
références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées
ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces
publications ne s'appliquent à cette norme que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les
références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique.

EN 1330-4, Essais non destructifs — Terminologie — Partie 4 : Termes utilisés pour contrôle par ultrasons.

EN 12223, Essais non destructifs — Contrôle par ultrasons — Spécifications relatives au bloc d'étalonnage.

EN 12668-1, Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l'appareillage de contrôle par ultrasons —
Partie 1 : Appareils.

EN 12668-3, Essais non destructifs — Caractérisation et vérification de l'appareillage — Partie 3 : Équipement


complet.

EN 27963, Soudures en acier — Bloc d’étalonnage n° 2 pour l’examen par ultrasons des soudures.

EN ISO 9001, Système qualité — Modèle pour l'assurance de la qualité en conception, développement,
production, installation et prestations associées.

EN ISO 9002, Système qualité — Modèle pour l'assurance de la qualité en production, installation et prestations
associées.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 5
EN 12668-2:2001

3 Définitions, symboles et abréviations


Pour les besoins de la présente norme, les définitions données dans l'EN 1330-4, ainsi que les suivantes,
s'appliquent.

3.1
zone morte
profondeur de la zone immédiatement au-dessous de la surface de couplage de la pièce, dans laquelle il n'est pas
possible de détecter un réflecteur donné

3.2
distance focale
distance du champ proche
point de l'axe acoustique où la pression acoustique est à son maximum

3.3
plan horizontal d’un faisceau acoustique
plan perpendiculaire au plan vertical incluant le faisceau acoustique dans le cas des traducteurs d'angle

3.4
fréquence de travail, fo ; (fréquence centrale)
dans le spectre de fréquence d'un écho, les fréquences de coupure supérieure et inférieure sont déterminées à
– 6 dB par rapport à l'amplitude maximale. La fréquence centrale est calculée avec ces fréquences supérieure
et inférieure, fu et fl :

fo = fu × fl

3.5
amplitude de crête à crête, h
écart maximal entre les cycles positif et négatif les plus grands de l'impulsion (voir Figure 1)

3.6
fiche de caractéristiques du traducteur
fiche indiquant les performances d'un traducteur et accompagnant chaque traducteur. La fiche de caractéristiques
ne doit pas nécessairement être un certificat d'essai des performances individuelles du traducteur

3.7
durée d'une impulsion
intervalle de temps pendant lequel l'amplitude d'impulsion non redressée dépasse 10 % de son amplitude maxi,
comme indiqué Figure 1

3.8
côté de référence
côté droit d'un traducteur d'angle vu dans le sens du faisceau, à moins d'indication contraire du constructeur

3.9
bande passante relative, ∆frel
rapport de la différence des fréquences de coupure supérieure et inférieure, fu et fl, et de la fréquence centrale, fo
en pourcentage
∆ f rel = [ ( f u – f l ) ⁄ f o ] × 100 %
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 6
EN 12668-2:2001

3.10
angle de bigle des traducteurs droits, d
écart entre l'axe du faisceau et une perpendiculaire à la surface de couplage au point d'émission (voir Figure 2)

Pour les traducteurs d’angle


angle entre les côtés du boîtier du traducteur et l'axe de faisceau mesuré, projeté sur le plan de la face avant du
traducteur (voir Figure 3)

3.11
transducteur
élément du traducteur qui transforme les oscillations électriques en oscillations mécaniques et vice versa, dans la
plupart des cas, élément piézo-électrique

3.12
plan vertical d’un faisceau sonore
plan dans lequel se trouve l'axe du faisceau sonore dans le sabot du traducteur et l'axe du faisceau sonore dans
l'élément contrôlé, dans le cas de traducteurs d'angle

4 Prescriptions générales de conformité


Un traducteur est conforme à la présente norme s'il remplit les conditions suivantes :
a) le traducteur doit répondre aux prescriptions techniques de la présente norme ;
b) le traducteur porte un numéro de série unique donnant sa fréquence de travail, la taille du transducteur, l'angle,
le mode d'onde, ou un numéro de référence permanent à partir duquel on peut retrouver ces informations ;
c) il existe une fiche de caractéristiques pour le type et la série correspondant au traducteur qui donne les perfor-
mances suivant l'article 5 de la présente norme.
La qualité des traducteurs doit être assurée de l'une des façons suivantes :
a) lorsque des traducteurs identiques sont fabriqués en grand nombre dans le cadre d'un système de gestion de
la qualité (exemple : EN ISO 9001 et EN ISO 9002), les mesures sont effectuées sur un certain nombre de
traducteurs choisis statistiquement ; le constructeur fournit une fiche de caractéristiques pré-imprimée compre-
nant les valeurs des paramètres spécifiés avec les tolérances ;
b) en délivrant un document intitulé «déclaration de conformité» indiquant les résultats des mesurages effectués
sur un traducteur particulier. Cela est indiqué lorsque chaque type de traducteur est fabriqué en faible quantité,
ou dans le cas de traducteurs destinés à des applications particulières.

5 Spécifications techniques du constructeur concernant les traducteurs


Le Tableau 1 donne la liste des informations devant être reportées par le constructeur dans la fiche de caracté-
ristiques des traducteurs relevant de la présente norme (I Information, M Mesure, C calcul). La fiche de caracté-
ristiques doit aussi contenir des informations portant sur l’instrument utilisé pour les tests, sur ses réglages, sur
les conditions de couplage, etc.
Le constructeur doit aussi indiquer la plage de températures d'utilisation normale du traducteur et toutes les
conditions particulières de stockage ou de protection en cours de transport.
Le fournisseur et le client peuvent si nécessaire, se mettre d’accord au préalable pour exclure certaines informa-
tions ou en inclure d’autres ne figurant pas dans le Tableau 1.
Pour les traducteurs destinés à être utilisés aux températures élevées, le constructeur doit indiquer la température
d'utilisation maximale en fonction du temps d'utilisation, et l'effet de la température sur la sensibilité et sur l'angle
du faisceau.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE
Tableau 1 — Liste des informations à donner dans la fiche de caractéristiques

Catégorie de traducteur

Contact immersion

Faisceau droit Faisceau incliné droit

Informations
de cisaille-
à donner de compression de compression de cisaillement de compression
ment

simple double simple simple double simple double simple

non non non non non non non non


focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé
focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé

Nom du constructeur I I I I I I I I I I I I I I I

Type du traducteur I I I I I I I I I I I I I I I

Masse et dimension I I I I I I I I I I I I I I I
du traducteur

Type de connecteurs I I I I I I I I I I I I I I I

Commutateurs interchangeables I I I I I I . .
(traducteurs doubles)

Matériau du transducteur I I I I I I I I I I I I I I I

Forme et taille du transducteur I I I I I I I I I I I I I I I

Matériau du sabot ou du relais I I I I I I I I I I I I . .

Matériau de la plaque d’usure I . . . .

Limite d’usure de la face avant I I I I I I I I I I I I . .

EN 12668-2:2001
I = information M = mesure C = calcul

(à suivre)

Page 7
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE
EN 12668-2:2001
Page 8
Tableau 1 — Liste des informations à donner dans la fiche de caractéristiques (suite)

Catégorie de traducteur

Contact immersion

Faisceau droit Faisceau incliné droit

Informations
de cisaille-
à donner de compression de compression de cisaillement de compression
ment

simple double simple simple double simple double simple

non non non non non non non non


focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé
focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé

Diaphonie M M M M M M

Forme de l’impulsion M M M M M M M M M M M M M M M
(temps et fréquence)

Fréquence centrale, M M M M M M M M M M M M M M M
bande passante

Sensibilité en mode écho M M M M M M M M M M M M M M M

Courbe amplitude/distance M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C M,C

Impédance, capacité statique M M M M M M M M M M M M M M M

I = information M = mesure C = calcul

(à suivre)
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE
(fin)
Tableau 1 — Liste des informations à donner dans la fiche de caractéristiques (suite)

Catégorie de traducteur

Contact immersion

Faisceau droit Faisceau incliné droit

Informations
de cisaille-
à donner de compression de compression de cisaillement de compression
ment

simple double simple simple double simple double simple

non non non non non non non non


focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé
focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé focalisé

Point d’émergence M M M M M M M M

Angle du faisceau M M M M M M M M

Angle de divergence M M M M M

Décalage d’axe du faisceau M M M M M M M M M M M M M

Angle de bigle M M M M M M M M M M M M M

Distance focale, champ proche M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C M.C

Largeur tache focale M M M M M M M M M M M M M M M

Longueur tache focale M M M M M M M M M M M M M M M

Aspect physique M M M M M M M M M M M M M M M

EN 12668-2:2001
I = information M = mesure C = calcul

Page 9
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 10
EN 12668-2:2001

6 Appareillage

6.1 Appareils électroniques


Le type de l’appareil de contrôle par ultrasons (ou générateur d'impulsions/récepteur de laboratoire) utilisé pour
les essais spécifiés à l'article 7 doit être celui mentionné sur la fiche de caractéristiques du traducteur et doit être
conforme à l’EN 12668-1 si celle-ci est applicable. Lorsque plusieurs types d’appareils de contrôle par ultrasons
sont désignés, les essais doivent être répétés avec chacun des types d’appareils supplémentaires.
Les essais doivent être effectués avec les câbles et dispositifs d'adaptation électriques du traducteur, spécifiés
sur la fiche de caractéristiques de ce dernier pour utilisation avec le type concerné d’appareil de contrôle par
ultrasons.
NOTE Des câbles de traducteur de longueur supérieure à 2 m peuvent avoir un effet significatif sur les performances de
celui-ci.

Outre l’appareil de contrôle par ultrasons ou le générateur d'impulsions/récepteur de laboratoire, les équipements
indispensables pour évaluer les traducteurs, conformément à la présente norme, sont les suivants :
a) un oscilloscope avec bande passante minimale de 100 MHz ;
b) un analyseur de spectre de fréquences avec une bande passante minimale de 100 MHz, ou oscilloscope/
convertisseur analogique/numérique capable d'effectuer des transformées de Fourier rapides (FFT) ;
c) un analyseur d'impédance.
Les équipements supplémentaires suivants sont optionnels :
— Pour les traducteurs par contact seulement :
a) un traducteur électromagnéto/acoustique (EMA) et un récepteur ;
b) un traceur (table traçante) pour tracer les diagrammes de directivité.
— Pour les traducteurs en immersion seulement.
a) un récepteur hydrophone dont le diamètre actif est inférieur à deux fois la longueur d'onde ultrasonore
centrale du traducteur subissant le test, mais pas inférieur à 0,5 mm. La bande passante de l'amplificateur
doit être supérieure à la bande passante du traducteur subissant le test.

6.2 Blocs d'essai et autre équipement


Les blocs d'essai suivants doivent être utilisés pour effectuer la gamme d'essais spécifiée pour les traducteurs par
contact seulement :
a) des demi-cylindres de différents rayons, R, compris dans une gamme de 12 mm à 200 mm, avec un facteur
de taille R 2 sont recommandés. La qualité de l'acier est celle définie dans EN 27963. L'épaisseur des blocs
doit être égale ou supérieure au rayon, sans toutefois dépasser l’épaisseur maximale 100 mm ;
b) des blocs en acier à faces parallèles et réflecteurs cylindriques de 3 mm comme indiqué à la Figure 4 a). Les
dimensions des blocs doivent être conformes aux exigences suivantes :
- la longueur, l, la hauteur, h et la largeur, w, doivent être telles que les côtés du bloc n’interfèrent pas avec
le faisceau ultrasonique ;
- les profondeurs des trous, d1, d2, …, doivent être telles qu’au moins trois trous se trouvent en dehors du
champ proche ;
- la distance entre les trous, s, doit être telle que le profil d’amplitude au travers des trous présente une chute
d’amplitude d’au moins 26 dB entre 2 trous adjacents ;
- la qualité de l’acier est celle définie dans l’EN 27963.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 11
EN 12668-2:2001

c) des blocs en acier à faces inclinées et présentant une encoche comme indiqué en Figure 4 b) et des blocs en
acier avec des trous hémisphériques conformes aux Figures 4 c) et 4 d). La qualité de l'acier est celle définie
dans l’EN 27963. Ces blocs servent à mesurer la divergence de faisceau, respectivement dans les plans ver-
tical et horizontal ;
d) l'annexe A présente au choix un autre bloc en acier destiné à mesurer le point d'émergence, l'angle du faisceau
et la divergence du faisceau des traducteurs d'angle ;
e) un réglet ;
f) des jauges d'épaisseur commençant à 0,05 mm.
NOTE Il n'est pas nécessaire d'avoir tous les blocs s'il ne faut vérifier que certains types de traducteurs, par exemple les
blocs permettant de mesurer le point d'émergence et l'angle du faisceau ne sont pas nécessaires s'il ne faut mesurer que
des traducteurs droits.

Pour contrôler des traducteurs en immersion, les réflecteurs et appareils supplémentaires suivants doivent être
utilisés :
a) une bille d’acier ou un barreau à extrémité hémisphérique à surface réflectrice lisse. Le Tableau 2 donne le
diamètre de la bille ou du barreau à utiliser pour chaque bande de fréquences.

Tableau 2 — Diamètres de bille acier (barreau) pour différentes fréquences

Fréquence centrale de traducteur Diamètre d de la bille ou du barreau


en MHz en mm

3 < f ≤ 15 d≤3

0,5 ≤ f ≤ 3 3<d≤5

b) une cible réflectrice plane et de grande dimension. La dimension latérale de la cible doit être au moins dix fois
supérieure au diamètre du faisceau du traducteur en essai à l'extrémité de la tache focale, suivant le paragra-
phe 7.7.2.2.
L'épaisseur est au moins égale à cinq fois la longueur d'onde du traducteur en essai, calculée avec la vitesse
des ultrasons dans le matériau de la cible.
c) une cuve à immersion équipée d'un pont manuel ou automatique assurant le balayage et présentant cinq axes
de liberté :
- trois axes linéaires X, Y, Z ;
- deux axes angulaires Θ et Ψ.
d) des moyens automatiques d'enregistrement : si l'amplitude des signaux ultrasonores est enregistrée automa-
tiquement, la responsabilité d'une précision suffisante du système incombe au constructeur. Il doit veiller, par-
ticulièrement, aux effets de la bande passante du système, de la résolution spatiale, du traitement des données
et de leur mémorisation sur la précision des résultats.
Dans toute cette norme, c'est le système de coordonnées montré en Figures 12 et 13 qui est utilisé.
Il convient que le mécanisme de balayage utilisé avec la cuve à immersion soit capable de maintenir l'alignement
entre la cible et le traducteur dans les directions X et Y, à ± 0,1 mm, pour une distance de 100 mm sur l'axe Z.
La température de l'eau dans la cuve d'immersion doit être maintenue à (20 ± 2) °C pendant la caractérisation des
traducteurs immersion décrite en 7.7.
On doit prendre garde à l'influence sur l'atténuation ultrasonore dans l'eau qui, à haute fréquence provoque une
chute de la fréquence de l'écho quand on utilise des traducteurs large bande. Le Tableau 3 montre la relation entre
la chute de fréquence et le trajet dans l’eau.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE
EN 12668-2:2001
Page 12
Tableau 3 — Glissement de fréquence exprimé en pourcentage de la fréquence centrale f0
en fonction de la longueur totale du trajet acoustique dans l’eau pour des bandes passantes relatives (B.P.) de 50 % et 100 %

Longueur totale du trajet acoustique dans l’eau


f0 B.P.
en mm

MHz % 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 150 200 250 300 350 400

5 50 0 0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 2 2 2 3 3

100 0 1 1 1 2 2 2 3 3 3 5 6 7 9 10 11

10 50 0 1 1 1 2 2 2 3 3 3 5 6 7 9 10 11

100 1 3 4 5 6 7 8 9 10 11 16 21 24 28 31 34

15 50 1 1 2 3 4 4 5 6 6 7 10 13 15 18 20 23

100 3 6 8 10 13 15 17 19 21 23 30 37 42 47 50 54

20 50 1 3 4 5 6 7 8 9 10 11 16 21 24 28 31 34

100 5 10 13 17 21 24 27 29 32 34 44 51 56 61 64 67

25 50 2 4 6 7 9 11 12 14 15 17 23 29 34 38 41 45

100 7 14 20 24 29 33 36 39 42 45 55 62 67 70 74 76

30 50 3 6 8 10 13 15 17 19 21 23 30 37 42 47 50 54

100 10 19 26 32 37 41 45 48 51 54 64 70 74 78 80 82
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 13
EN 12668-2:2001

7 Exigences de performance des traducteurs

7.1 Aspects physiques


7.1.1 Méthode
Effectuer le contrôle visuel d'aspect du traducteur afin de s'assurer que l'identification et l'assemblage sont
corrects et qu'aucune détérioration physique ne puisse influencer sa fiabilité présente ou future. Dans le cas des
traducteurs par contact, mesurer particulièrement la planéité de la surface de contact à l'aide d'un réglet et de
jauges d'épaisseur.

7.1.2 Critère d'acceptation


Dans le cas de traducteurs plans, les défauts de planéité ne doivent pas dépasser 0,05 mm sur toute la face plane
du traducteur.

7.2 Forme des impulsions H.F.


7.2.1 Méthode
L'amplitude et la durée de l'impulsion d'écho sont déterminées sur un montage de mesure tel que celui de la
Figure 5 (traducteur-contact) ou de la Figure 13 (traducteur en immersion).
a) pour les traducteurs par contact avec transducteur simple, on utilise l'écho provenant d'un demi-cylindre dont
le rayon est supérieur à 1,5 fois la longueur de champ proche du traducteur ou dans la zone focale pour les
traducteurs focalisés ;
b) pour les traducteurs à émetteur et récepteur séparés, on utilise un demi-cylindre dont le rayon est le plus
proche du foyer du traducteur ;
c) pour les traducteurs en immersion, on utilise un grand réflecteur plat à la distance focale pour les traducteurs
focalisés ou à plus d’une longueur de champ proche pour les traducteurs plans.
Le réglage du générateur d'impulsions doit être enregistré, et l'amplitude de crête-à-crête de l'impulsion de l'émet-
teur doit être mesurée. Il est recommandé de tracer la forme d'impulsion de l'émetteur et il est préférable que ce
tracé soit inclus dans les résultats de cet essai.

7.2.2 Critère d'acceptation


La durée d'impulsion doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 10 %.

7.3 Spectre d’impulsion et bande passante

7.3.1 Méthode
Utiliser les mêmes blocs et le même montage que ceux de 7.2. Placer l'écho du réflecteur dans une porte électro-
nique et déterminer le spectre de fréquence avec un analyseur de spectre ou à transformation de Fourier rapide.
Les échos parasites du sabot du palpeur, du boîtier, du bloc d'atténuation, etc. ne sont pas à analyser avec l'écho
de la pièce de référence. La porte doit valoir, au moins, deux fois la durée de l'impulsion et être centrée par rapport
au maximum de l'impulsion.
Il faut mesurer les fréquences inférieures et supérieures pour une chute de l'écho d'amplitude de – 6 dB. Dans le
cas de la technique par immersion, les valeurs mesurées doivent être corrigées selon le Tableau 3.
La fréquence centrale fo est calculée à partir de ces fréquences supérieures et inférieures, fu et fl :

fo = f u ⋅ fl ... (1)
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 14
EN 12668-2:2001

La bande passante est :


∆ f = f u – fl ... (2)

et la bande passante relative est calculée, en pourcentage, comme suit :


∆ f rel = ( ∆ f ⁄ f o ) × 100 ... (3)

7.3.2 Critères d'acceptation


La fréquence centrale doit être la fréquence mentionnée sur la fiche de caractéristiques à ± 10 %.
La bande passante – 6 dB doit être la largeur de la bande passante nominale à ± 15 %. Si le spectre entre fl et fu
a plus d'un maximum, la différence d'amplitude entre les minima et les maxima adjacents ne doit pas dépasser
3 dB.
Pour les traducteurs à large bande ayant une bande passante relative supérieure à 100 %, la fréquence inférieure
ne doit pas être supérieure à fl + 10 % et la fréquence supérieure ne doit pas être inférieure à fu – 10 %.

7.4 Sensibilité relative en réflexion


7.4.1 Méthode
Régler l’appareil de contrôle par ultrasons en mode émission et réception séparées. La sensibilité de réflexion
d'écho définie est :

S rel = 20 log10  V e ⁄ V a ... (4)


 
où Ve est la tension de crête-à-crête de l'écho d'un réflecteur spécifié, de préférence plat, avant amplification et Va
est la tension de crête-à-crête appliquée au traducteur, telle que mesurée en 7.2.
Les comparaisons de sensibilité des traducteurs, faites avec différents types d’appareils ultrasonores, peuvent
varier, car la réponse des traducteurs est influencée par les conditions de raccordement et par les impédances du
générateur d'impulsions, le palpeur, le câble et le récepteur. Par conséquent, ces paramètres doivent être spéci-
fiés sur la fiche technique.

7.4.2 Critère d'acceptation


La sensibilité relative de réflexion doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 3 dB.

7.5 Courbe distance-amplitude


7.5.1 Méthode
L'amplitude des impulsions ultrasonores varie avec la distance du traducteur. Par conséquent, pour évaluer les
échos des réflecteurs de tous les types de traducteurs, les courbes distance-amplitude, établies en utilisant les
réflecteurs décrits dans le Tableau 4, sont nécessaires.

Tableau 4 — Réflecteurs à utiliser pour tracer les courbes amplitude-distance

Contact Immersion

Réflecteurs en forme de disque trous à fond plat barreau à fond plat

Réflecteur cylindrique trou percé latéralement barreau cylindrique

Réflecteurs sphériques trous à fond hémisphérique barreau à bout hémisphérique ou bille


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 15
EN 12668-2:2001

Les réflecteurs en forme de disque, les trous réflecteurs cylindriques, et les trous à fond hémisphérique servent
de réflecteurs équivalents lors de l'utilisation de traducteurs par contact. Avec les traducteurs en immersion on
utilise, en général, une petite bille en acier pour mesurer la courbe distance-amplitude (voir 7.7.2). Pour les tra-
ducteurs avec émetteur et récepteur séparés, la barrière acoustique doit être perpendiculaire aux trous percés
latéralement.
En plaçant une série de réflecteurs de taille constante à différentes distances du traducteur, tracer les amplitudes
d'écho reçues en fonction de la distance. Il faut, au moins, huit points de mesure sur chaque courbe. Les distances
utilisées doivent couvrir la zone focale des traducteurs focalisés ou la zone comprenant la longueur du champ
proche des traducteurs non focalisés.
Les distances et amplitudes sont déterminées sur l'écran étalonné de l’appareil de contrôle par ultrasons men-
tionné sur la fiche technique.
Pour générer une courbe de bruit à chaque position de l'écho d'un réflecteur maximalisé, la différence entre le
bruit et l'écho réfléchi est déterminée en augmentant le gain jusqu'à ce que le bruit atteigne la hauteur précédente
de l'écho réflecteur.
S'il n'est pas possible d'augmenter le gain d'une telle valeur, il est possible d'évaluer la différence.
Si, par exemple, l'écho réflecteur était à 40 % de la hauteur totale de l'écran, le bruit à :
• 20 % signifie une différence additionnelle de 6 dB ;
• 10 % signifie une différence additionnelle de 12 dB ;
• 5% signifie une différence additionnelle de 18 dB
par rapport à la différence indiquée par l'atténuateur.
La mesure de la courbe de bruit est effectuée après retrait du réflecteur et nettoyage du couplant à la surface du
traducteur (il ne doit plus y avoir de couplant).
Pour chaque traducteur, au moins un diagramme donnant la courbe distance-amplitude doit être joint à la fiche
technique du constructeur. Ce diagramme doit aussi comprendre une courbe distance-bruit.
La Figure 6 a) présente un exemple des différentes courbes distance-amplitude pour les réflecteurs en forme de
disque, calculées pour des réflecteurs en forme de disque en acier (diagramme de réflectivité : diagramme dis-
tance-gain-dimension). La Figure 6 b) présente un exemple de courbe distance-amplitude mesurée pour un réflec-
teur cylindrique de diamètre 3 mm.

7.5.2 Critère d'acceptation


Dans la zone focale, la différence en dB de l'écho d'un réflecteur spécifié, par exemple un réflecteur cylindrique
de 3 mm par rapport au niveau de bruit ne doit pas être inférieure de plus de 3 dB à la spécification du constructeur.

7.6 Impédance électrique ou capacitance statique


7.6.1 Méthode
Pour les traducteurs comportant un circuit d'adaptation électrique, par exemple bobines en parallèle ou en série
avec le transducteur, il n'y a pas d'intervalle de fréquence à phase ou impédance constante. Par conséquent, la
courbe complète impédance/phase est nécessaire pour caractériser ces traducteurs.
L'impédance du traducteur est déterminée avec un analyseur de réseau ou analyseur impédance/gain/phase
comme décrit dans l’EN 12668-1. Le traducteur doit être relié directement à l’analyseur par son propre câble fixe
ou si le câble est amovible, par un câble de longueur inférieure ou égale à 100 mm. Les traducteurs par contact
sont couplés à un bloc d'étalonnage. Les traducteurs en immersion sont utilisés en immersion.
Une courbe module d'impédance et phase est tracée en fonction de la fréquence dans un intervalle symétrique
par rapport à la fréquence centrale du traducteur.
Pour les traducteurs ne comportant pas de circuits d'adaptation électrique, la capacitance est calculée à partir de
la courbe impédance/phase mesurée par un analyseur impédance/gain/phase.
Aux fréquences inférieures à 30 % de la fréquence centrale du traducteur, la capacitance est presque constante
(capacité du traducteur – capacitance statique).
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 16
EN 12668-2:2001

7.6.2 Critères d'acceptation


Le module mesuré et la phase mesurée, ou la capacitance statique, doivent être conformes aux spécifications du
constructeur à ± 20 %.

7.7 Paramètres des faisceaux pour les traducteurs en immersion


7.7.1 Généralités
La technique de mesurage consiste à étudier le faisceau acoustique du traducteur dans l'eau, avec une cible.
Cette cible est un petit réflecteur source presque ponctuel, ou un récepteur hydrophone. Les paramètres du fais-
ceau sont déterminés en faisant balayer le réflecteur ou l'hydrophone par rapport au faisceau, en déplaçant soit
la cible, soit le traducteur.
Si la cible est un réflecteur, on utilise le mode écho. Les caractéristiques d’émission et de réception du traducteur
sont vérifiées. Si la cible est un hydrophone, on utilise le mode émission et alors seules les caractéristiques d'émis-
sion du traducteur sont vérifiées.
Le même réflecteur ou hydrophone doit être utilisé pour tous les mesurages de paramètres du faisceau liées à un
traducteur particulier.
De légères variations se produisent dans la position mesurée des réponses maximales selon que la mesure a été
faite par un hydrophone ou par des types de réflecteurs différents. Par conséquent, pour des raisons de répéta-
bilité, les appareils et les paramètres de la cible utilisée doivent être relevés avec les résultats. Les cibles sont
mentionnées en 6.1 f) et 6.2 g).
Les réglages de l’appareil de contrôle par ultrasons ou du récepteur du générateur d'impulsions (énergie d'impul-
sion, amortissement, largeur de bande, gains) doivent être identiques à ceux définis en 7.2. Cependant, si les
réglages sont modifiés en cours de mesure (le gain, par exemple), les nouvelles valeurs doivent être mentionnées
sur la feuille de résultats.
Dans les paragraphes suivants, deux méthodes sont proposées pour mesurer le faisceau. Elles ne diffèrent que
dans les méthodes utilisées pour enregistrer les mesures :
a) mesure directe des paramètres de faisceau spécifiques :
- la première technique, décrite en 7.7.2., est basée sur la lecture directe à des points spécifiques du faisceau
(voir Figures 7 à 11) ;
b) mesures obtenues avec un système de balayage automatisé :
- la deuxième technique, décrite en 7.7.3., est basée sur la collecte automatisée des données pendant le
balayage. Les résultats sont affichés sous forme d'une représentation de type C. Une copie de cette repré-
sentation doit être fournie avec les résultats d'essais. Cette copie doit comprendre une échelle des niveaux
acoustiques définis en 7.7.3.
Avant d'effectuer les mesurages de faisceau décrits dans le paragraphe suivant, l'angle de bigle doit être
compensé en réglant l'axe du faisceau perpendiculaire au plan XY comme indiqué sur les Figures 12 et 13. On
effectue cette opération en réglant les angles Θ et Ψ du support de traducteur pour optimiser l'écho provenant de
la cible plane dans le plan XY.

7.7.2 Profil du faisceau — mesures effectuées directement sur le faisceau

7.7.2.1 Généralités
Deux méthodes permettent d'enregistrer la tension de crête de l'écho ultrasonore. L'une ou l'autre doit être utilisée
pour relever la tension de crête de l'écho ultrasonore :
a) relevé manuel de l'amplitude affichée sur un oscilloscope ;
b) relevé automatique de l'amplitude sur un enregistreur, table traçante, ou équipement équivalent, synchronisé
aux mouvements du dispositif de balayage.
Dans ce dernier cas, la distance focale, la longueur focale, la largeur focale, le profil transversal et la divergence
de faisceau sont obtenus à partir de ces graphiques.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 17
EN 12668-2:2001

La Figure 12b présente le montage des appareils utilisés quand la cible est un réflecteur et la Figure 13 présente
les équipements utilisés quand la cible est un hydrophone.
La distance focale et la longueur focale sont mesurées à partir des profils axiaux ; la largeur focale et la divergence
du faisceau sont mesurées à partir des profils transversaux.

7.7.2.2 Profil axial — distance du point focal et longueur focale

7.7.2.2.1 Méthode
Placer la cible sur l'axe du traducteur et mettre en contact la cible et le traducteur. La coordonnée de la face avant
du traducteur, ou de sa lentille acoustique, est Z0, voir Figure 14.
Déplacer la cible (ou traducteur) sur l'axe Z en augmentant la distance traducteur-cible. Trouver la distance à
laquelle le signal est optimisé.
Régler les positions X et Y pour optimiser l'amplitude du signal. La coordonnée de distance est Zp et la tension
est Vp (voir Figure 15).
La distance focale est donnée par la formule suivante :
FD = Zp – Z0 ... (5)

Trouver les limites de la tache focale en augmentant et réduisant la distance entre le traducteur et le réflecteur
pour trouver les deux points où Vp est réduit de 6 dB si on utilise un réflecteur et de 3 dB, si l'on utilise un hydro-
phone. ZL1 et ZL2 sont les coordonnées de ces points sur l'axe Z.
La longueur de la tache focale est donnée par :
F L = Z L2 – Z L1 ... (6)

7.7.2.2.2 Critère d'acceptation


La distance focale et la longueur focale doivent être conformes aux spécifications du constructeur ± 15 %.

7.7.2.3 Profil transversal — largeur focale

7.7.2.3.1 Méthode
Utiliser le même montage et les mêmes réglages mécaniques qu'en 7.7.2.2. Placer la cible au point focal du tra-
ducteur suivant 7.7.2.2.
Pour mesurer la largeur focale dans la direction X, déplacer le traducteur (ou l'hydrophone) dans la direction X et
trouver les deux points, X1 et X2, auxquels l'amplitude depuis la cible est réduite de 6 dB (ou de 3 dB lorsqu'on
utilise un hydrophone).
Pour mesurer la largeur focale dans la direction Y, ramener l'axe X au point focal et répéter le mesurage mais,
cette fois, le déplacer dans la direction Y pour trouver les deux points Y1 et Y2 auxquels l'amplitude du signal
depuis la cible est réduite de 6 dB (ou de 3 dB lorsqu'on utilise un hydrophone).
Les largeurs focales sur l'axe X et l'axe Y au point focal sont données par les différences :
W X1 = X 2 – X 1
... (7)
W Y1 = Y 2 – Y 1

7.7.2.3.2 Critère d'acceptation


Les largeurs focales doivent être conforme aux spécifications du constructeur à ± 15 %.

7.7.2.4 Profil transversal — divergence du faisceau

7.7.2.4.1 Méthode
La divergence du faisceau est seulement nécessaire pour les traducteurs qui n'ont pas de moyens de focalisation
artificiels, tels que les lentilles acoustiques ou les éléments piézo-électriques courbes. La divergence du faisceau
est déduite de la mesure de largeur du faisceau, suivant 7.7.2.3, mais mesurée dans le champ éloigné.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 18
EN 12668-2:2001

Le mesurage doit être effectuée de la façon suivante :


a) mesurer d'abord les largeurs de faisceau WX1 et WY1 à la distance focale décrite en 7.7.2.3 ;
b) placer la cible (ou le traducteur) à l'extrémité de la tache focale (ZL2) mesurée en 7.7.2.2.
Enregistrer X1´, X2´ et Y1´, Y2´, les positions de la cible (ou du traducteur) sur l’axe X et sur l’axe Y auxquelles la
tension de crête diminue de 6 dB (réflecteur) ou de 3 dB (hydrophone) par rapport à la valeur maximum VL qui est
obtenue à l'axe du faisceau.
Les largeurs de faisceau à l'extrémité de la tache focale sont données par :
′ ′
W X2 = X 2 – X 1
... (8)
′ ′
W Y2 = Y 2 – Y 1

On calcule la divergence du faisceau dans les sens X et Y avec les équations suivantes :

λ x = arctan  W X2 – W X1 ⁄ 2  Z L2 ⁄ Z P
   
... (9)
λ y = arctan  W Y2 – W Y1 ⁄ 2  Z L2 ⁄ Z P
   

7.7.2.4.2 Critère d'acceptation


Les angles de divergence ne doivent pas s’écarter des valeurs spécifiées par le constructeur de plus de ± 10 %
ou ± 1°, selon la valeur la plus grande.

7.7.3 Profil du faisceau — mesures effectuées avec un système de balayage automatisé

7.7.3.1 Généralités
La tension de crête de l'écho ultrasonore est enregistrée au cours d'un balayage automatique du traducteur (ou
du réflecteur) dans différents plans. Les variations d'amplitude doivent être enregistrées en fonction de la position
dans les conditions suivantes :
a) la sensibilité, la résolution d'amplitude du traitement des données, la vitesse de déplacement et la résolution
de déplacement doivent être suffisantes pour éviter toute perte d'informations.
- Le système doit avoir une étendue de dynamique suffisante pour collecter les signaux haute amplitude
(obtenus au point focal) sans saturation et les signaux à faible amplitude avec un rapport signal/bruit de
fond suffisant ;
b) la tension de crête maximale Vp, détectée au point focal, définit le niveau 0 dB. Le codage utilisé pour les
niveaux 0 dB, – 3 dB, – 6 dB, – 12 dB doit apparaître sur une échelle sur l'enregistrement du balayage.
La vérification est fondée sur la réalisation de trois balayages :
a) un balayage dans le plan XZ ou YZ comprenant l'axe du faisceau donne la distance focale et la longueur
focale ;
b) deux balayages dans le plan transversal XY, à la distance focale et à l'extrémité de la tache focale. Ces balaya-
ges donnent la largeur focale et les largeurs de faisceau dans le sens X et Y. La divergence du faisceau est
calculée d'après les largeurs de faisceau mesurées dans le plan XY.

7.7.3.2 Profil de faisceau par moyen de balayage — distance focale et longueur focale

7.7.3.2.1 Méthode
Utiliser le même montage que celui de la Figure 12 b) lorsque la cible est un réflecteur, et la Figure 13 lorsque la
cible est un hydrophone.
La distance focale et la longueur focale sont déduites des balayages dans le plan contenant l'axe du faisceau.
Régler la position du dispositif de balayage de sorte que :
a) son plan de déplacement contienne l'axe du faisceau ;
b) le plan XZ ou YZ couvert par le balayage soit suffisamment large pour englober l'extrémité de la tache focale
et les deux points des axes transversaux (X et Y) auxquels l'amplitude est inférieure de 6 dB (réflecteur) ou de
3 dB (hydrophone) à celle de l'axe du faisceau.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 19
EN 12668-2:2001

Les mesures suivantes sont effectuées à partir des représentation de type C :


a) distance focale FD, suivant 7.7.2.2 ;
b) longueur focale FL, suivant 7.7.2.2.
Un exemple de tracé est donné Figure 15.

7.7.3.2.2 Critères d'acceptation


La distance focale et la longueur focale doivent être conformes aux spécifications du constructeur à ± 15 %.

7.7.3.3 Profil de faisceau par moyen de balayage — largeur focale et divergence du faisceau

7.7.3.3.1 Méthode
Le montage mécanique est identique à celui de 7.7.3.2. et décrit dans les Figure 12 b) et 13.
Le premier balayage est effectué à la distance focale. Le dispositif de balayage est réglé de la façon suivante :
a) régler l'axe Z du dispositif de sorte que la cible soit au point focal, comme cela a été déterminé en 7.7.3.2. Les
déplacements du dispositif de balayage sont dans le plan XY contenant le point focal, et perpendiculaires à
l'axe du faisceau.
b) régler la zone de balayage XY de façon à y inclure les positions auxquelles les amplitudes chutent de 20 dB
par rapport à Vp si l'on utilise un réflecteur, ou de 10 dB si l'on utilise un hydrophone.
À la distance focale, WX1 et WY1 sont les diamètres des zones mesurées dans les directions X ou Y où les ampli-
tudes affichées sont inférieures de 6 dB (réflecteur) ou de 3 dB (hydrophone) à la valeur Vp mesurée sur l'axe du
faisceau (voir un exemple Figure 16).
Le second balayage est effectué à l'extrémité de la zone focale. Le montage mécanique et le réglage du dispositif
de balayage sont identiques à ceux du balayage précédent, sauf que la cible est placée à l'extrémité de la tache
focale (ZL2), définie en 7.7.3.2.
À partir de l'image, les largeurs focales WX2 et WY2 sont mesurées par la même méthode que celle utilisée pour
déterminer WX1 et WY1 à la distance focale.
On obtient les angles de divergence dans le sens X et Y par les mêmes calculs que ceux de 7.7.2.4.

7.7.3.3.2 Critère d'acceptation


Les angles de divergence ne doivent pas s’écarter des valeurs spécifiées par le constructeur de plus de ± 10 %
ou ± 1°, selon la valeur la grande.
Les largeurs focales doivent être conformes aux spécifications du constructeur à ± 15 %.

7.8 Paramètres du faisceau — Pour les traducteurs, par contact, droits et simples
7.8.1 Généralités
Les procédures données dans ce paragraphe s’appliquent uniquement aux traducteurs à surface plane de
contact. Les traducteurs avec sabot profilé peuvent seulement être évalués sur des blocs de référence ayant la
même courbure que l’échantillon pour lequel le sabot du traducteur a été conçu.

7.8.2 Divergence du faisceau et lobes latéraux

7.8.2.1 Méthode
Il est possible d'utiliser deux méthodes différentes pour mesurer le diagramme de directivité :
a) avec des récepteurs électromagnéto-acoustiques (EMA)
Le traducteur est couplé à un demi-cylindre (voir Figure 17).
Le récepteur électromagnétique-acoustique (EMA) mesure le signal reçu lors du balayage de la surface cylin-
drique du bloc.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 20
EN 12668-2:2001

L'amplitude du signal est tracée en fonction de l'angle de balayage du récepteur EMA. Le tracé doit inclure le
lobe principal et les lobes latéraux adjacents. Les angles des positions -3 dB du lobe principal donnent les
angles de divergence (Figure 17).
Les angles de divergence doivent être mesurés dans deux plans perpendiculaires.
Pour les transducteurs rectangulaires, ces plans doivent être parallèles au côté le plus grand (a) et au côté le
plus petit (b) du transducteur.
b) avec des pièces de référence comportant des réflecteurs cylindriques
Les pièces de référence comportant des faces latérales planes parallèles percées de réflecteurs cylindriques
de 3 mm à différentes distances, comme indiqué en Figure 4 a) peuvent être utilisées pour déterminer les
angles de divergence et les lobes latéraux (ou épaulements) dans deux plans perpendiculaires.
Pour chaque réflecteur cylindrique, la position du traducteur donnant l'écho maximal pour les positions avant
et arrière donnant une chute – 6 dB et les positions des lobes latéraux sont marquées sur le tracé final.
La ligne droite passant par les repères de l'écho maximal et la perpendiculaire à la surface de la pièce donne
l'angle du faisceau. Les lignes droites ajustées avec les points de bord du faisceau donnent avec l’axe du fais-
ceau l'angle de divergence à – 6 dB.
Noter le changement d'amplitude de l'écho par rapport au déplacement du traducteur au fur et à mesure que
le faisceau balaie successivement chaque trou.
Si un lobe latéral (ou épaulement) prononcé est détecté dans le profil de l'amplitude pour un ou plusieurs trous,
l’optimiser et tracer sa position par rapport à celle du lobe principal. Enregistrer également l’amplitude du lobe
latéral (ou épaulement) en relation avec celle du lobe principal.
c) avec des blocs de référence comprenant des génératrices de trous cylindriques latéraux
Des blocs de test avec des côtés plans parallèles et comprenant des trous de diamètre 10 mm à fond hémis-
phérique situés à des distances variables, comme indiqué en Figure 4 c), peuvent être utilisés pour déterminer
les angles de divergence dans deux plans perpendiculaires. Pour chaque trou, noter sur l’enregistrement final
la position du traducteur donnant l’écho maximal et, les positions de part et d’autre de ce maximum, donnant
lieu à une chute de 6 dB.

7.8.2.2 Critère d'acceptation


Les angles de divergence ne doivent pas s’écarter des valeurs spécifiées par le constructeur de plus de ± 10 %
ou ± 0,5°, selon la valeur la plus grande. Les lobes latéraux doivent être inférieurs au lobe principal d’au moins
20 dB dans les techniques par réflexion et d’au moins 10 dB pour les techniques avec récepteurs électroma-
gnéto-acoustique.

7.8.3 Angle de bigle et décalage

7.8.3.1 Méthode
Avec des traducteurs droits, le décalage est la distance entre le centre géométrique du traducteur et le centre
acoustique mesuré du traducteur (Figure 2).
Les méthodes suivantes peuvent être utilisées :
a) avec un récepteur électromagnéto-acoustique (EMA)
Pour mesurer l'angle de bigle et le décalage, on utilise le montage de la Figure 2.
On branche d'abord le traducteur à l’appareil de contrôle par ultrasons et on commute sur mode écho. En fai-
sant tourner et en déplaçant le traducteur sur un bloc semi-cylindrique, les échos de la série échos multiples
provenant du bloc sont optimisés. Ensuite, à toutes les réflexions, le faisceau arrive perpendiculairement sur
la surface cylindrique et le centre acoustique du traducteur se trouve sur l'axe du bloc.
En restant sur cette position, lors de la deuxième opération on utilise le récepteur EMA avec le traducteur
jouant seulement le rôle d'émetteur.
En déplaçant le récepteur EMA sur la surface cylindrique, on trouve la position du signal maximal à l'endroit
où le faisceau arrive pour la première fois sur la surface cylindrique. L'angle mesuré est l'angle de bigle, d.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 21
EN 12668-2:2001

Les coordonnées Xc et Yc du centre géométrique du traducteur et les coordonnées Ym de l'axe du bloc et Xm


du récepteur EMA donnent le décalage e :

2 2
e = X – X  – Y – Y  ... (10)
 m c  m c

b) avec des pièces de référence comportant des réflecteurs cylindriques


On mesure les déplacements Xm et Ym dans les deux directions perpendiculaires. Ces mesures peuvent être
faites à partir de celle de l'axe du faisceau de 7.8.2.1 b).
Si Xc et Yc sont les coordonnées du centre géométrique du traducteur, le décalage e peut être calculé avec la
même formule que celle de 7.8.3.1 a).
Les angles de bigle dx et dy sont mesurés dans les deux directions perpendiculaires. L'angle résultant est cal-
culé de la façon suivante :

d = tan  sin d y ⁄ sin d x ... (11)

7.8.3.2 Critères d'acceptation


L'angle de bigle doit être ≤ 2°. Le décalage par rapport au point focal du traducteur doit être inférieur à 1 mm.

7.8.4 Distance focale (longueur du champ proche)

7.8.4.1 Méthode
Pour un traducteur non focalisé, la distance focale est identique à la longueur du champ proche. Pour ces traduc-
teurs, il est difficile de mesurer directement la distance focale. Il est, de ce fait, recommandé que pour ces traduc-
teurs la longueur du champ proche soit calculée avec les méthodes données en annexe B, d'après la fréquence
centrale mesurée fo et les angles de divergence mesurés γ⊥ et γ// dans les deux directions perpendiculaires.
Les traducteurs focalisés droits par contact direct doivent être mesurés sur des pièces de référence contenant des
trous à fond plat ou des réflecteurs cylindriques de diamètre constant dans la zone focale du traducteur.
Des réflecteurs de diamètre 2 mm ou 3 mm doivent être utilisés pour générer une courbe distance-amplitude
(meilleur réglage sur les points de mesure).
Un point de mesure doit être près de la crête de cette courbe, ce qui donne la distance focale dans le matériau.
Les distances focales dues aux lentilles ou traducteurs courbes sont toujours plus courtes que la longueur du
champ proche d'un traducteur plan de mêmes forme et fréquence.

7.8.4.2 Critère d'acceptation


La distance focale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.8.5 Largeur focale

7.8.5.1 Méthode
On peut déterminer la largeur focale des traducteurs focalisés droits pour contact direct à l'aide d'un récepteur
EMA ou de blocs comportant des réflecteurs cylindriques ou des trous à fond hémisphérique (comme en 7.8.2).
Les méthodes suivantes peuvent être utilisées :
a) avec des récepteurs électromagnéto-acoustiques (EMA)
Le traducteur est mis au contact d’un demi-cylindre dont le rayon est proche de la distance focale du traduc-
teur. En balayant la surface dans les deux directions perpendiculaires, on détermine les angles de la chute de
3 dB de l'amplitude du signal (voir 7.8.2.1 a)). Les largeurs focales du traducteur peuvent être calculées en
utilisant ces angles ainsi que le rayon connu du bloc.
b) avec des pièces de référence comportant des trous réflecteurs cylindriques
Comme on l'a vu en 7.8.2.1 b) pour les angles de divergence, le traducteur est déplacé dans les deux directions
perpendiculaires jusqu'à ce que l'écho provenant d'un réflecteur cylindrique, proche de la distance focale du
traducteur, chute de 6 dB. Ce décalage donne les largeurs focales du faisceau.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 22
EN 12668-2:2001

c) avec des blocs de référence comprenant des trous à fond hémisphérique


Comme indiqué en 7.8.2.1 c) pour les angles de divergence, le traducteur est déplacé dans deux directions
perpendiculaires jusqu'à ce que l'écho provenant d'un trou à fond hémisphérique, proche de la distance focale
du traducteur chute de 6 dB. Ce décalage donne les largeurs focales du faisceau.

7.8.5.2 Critère d'acceptation


La largeur focale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 10 %.

7.8.6 Longueur focale

7.8.6.1 Méthode
D'après la courbe distance-amplitude mesurée en 7.5 ou 7.8.4, on détermine les points auxquels l'amplitude chute
de 6 dB par rapport au point focal.
La différence de leurs coordonnées donne la longueur focale.

7.8.6.2 Critère d'acceptation


La longueur focale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.9 Paramètres du faisceau pour les traducteurs par contact, à faisceau angulaire, à ondes
transversales et à simple transducteur
7.9.1 Généralités
Les procédures données dans ce paragraphe s’appliquent uniquement aux traducteurs à surface de contact
plane. Les traducteurs avec sabot profilé peuvent être évalués seulement avec des blocs de référence ayant la
même courbure que l’échantillon pour lequel le sabot du traducteur a été conçu.

7.9.2 Point d'émergence

7.9.2.1 Méthode
Pour mesurer le point d'émergence, on doit utiliser un bloc d'essai avec un quadrant. Le rayon du quadrant doit
être suffisamment grand de sorte que la surface cylindrique réfléchissante soit dans le champ éloigné du traduc-
teur. Le traducteur est ajusté de sorte que l'écho provenant de la surface cylindrique soit optimisé. A cette position,
le point d'émergence correspond à l'axe gravé du quadrant.

7.9.2.2 Critère d'acceptation


Le point d'émergence doit être au point indiqué par le constructeur à ± 1 mm.
Les traducteurs d'angle dont la taille du transducteur est ≤ 15 mm et les fréquences ≤ 2 MHz génèrent un large
faisceau acoustique dont la position de l'écho maximal peut être mesurée seulement avec une tolérance
de ± 2 mm.

7.9.3 Angle de faisceau et divergence de faisceau

7.9.3.1 Méthode
Des méthodes identiques à celles utilisées pour les traducteurs droits en 7.8 peuvent servir à mesurer les angles
de divergence et les lobes latéraux des traducteurs d'angle.
a) avec des récepteurs électromagnéto-acoustiques (EMA)
Le traducteur est mis au contact d’un bloc semi-cylindrique.
L'amplitude du signal est tracée en fonction de l'angle de balayage du récepteur EMA.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 23
EN 12668-2:2001

Le tracé doit inclure le lobe principal et les lobes latéraux adjacents. Les angles des positions – 3 dB du lobe
principal donnent les angles de divergence (Figure 17).
Les angles de divergence doivent être mesurés dans deux plans perpendiculaires (vertical et horizontal). La
position du signal maximal donne l'angle de l'axe acoustique (angle du faisceau).
Les paramètres des faisceaux inclinés peuvent aussi être pris à partir d'une représentation de type C dans un
plan perpendiculaire à l'axe du faisceau. La Figure 18 montre un exemple de représentation de type C d'un
traducteur d'angle 45° déterminée avec un récepteur EMA sur un bloc d'essai ayant une surface à 45°.
b) avec des pièces de référence comportant des réflecteurs cylindriques
On peut utiliser un bloc d'essai comportant une série de réflecteurs cylindriques sur différentes profondeurs
comme indiqué Figure 4 a) pour mesurer l'angle du faisceau et les angles de divergence dans le plan vertical.
Pour chaque trou, la position du traducteur pour laquelle on obtient l'écho maximal et les positions de part et
d’autre provoquant une chute de 6 dB sont reportées sur l’enregistrement final.
Les lignes droites passant par les repères de l'écho maximal et le point d'émergence avec la perpendiculaire
à la surface de la pièce donnent l'angle du faisceau dans le plan vertical. Les lignes droites suivant les points
de bord du faisceau donnent avec l’axe du faisceau les angles de divergence à – 6 dB dans ce plan.
Noter le changement d’amplitude de l’écho par rapport au déplacement du traducteur au fur et à mesure que
le faisceau balaie successivement chaque trou. Si un lobe latéral (ou épaulement) prononcé est détecté dans
le profil de l’amplitude pour deux ou plusieurs trous, l’optimiser et tracer sa position par rapport à celle du pic
principal. Enregistrer également l’amplitude du lobe latéral (ou épaulement) en relation avec le lobe principal.
L'annexe A donne une méthode alternative de mesure des angles de faisceaux utilisant également les réflec-
teurs cylindriques.
Pour mesurer les angles de divergence dans le plan horizontal, il faut un bloc comportant une encoche selon
la Figure 4 b) (pour les traducteurs 45° et 60°). La même procédure sert à déterminer les positions de la chute
de 6 dB, mais le traducteur est déplacé latéralement.
c) avec un bloc de référence avec trous à fond hémisphérique
Pour mesurer l’angle du faisceau et les angles de divergence dans le plan horizontal et le plan vertical, on peut
utiliser un bloc de référence comprenant une série de trous de diamètre 10 mm à fond hémisphérique situés
à différentes profondeurs, comme indiqué Figure 4 d).
Pour chaque trou, on relève sur un enregistrement les positions du traducteur qui donnent l’écho maximal, ainsi
que les positions, de part et d’autre de ce maximum, donnant lieu à une chute de – 6 dB.
Les lignes droites joignant les repères d’écho maximum et le point d’émergence, donnent avec la normale à la
surface du bloc l’angle du faisceau dans le plan vertical et le plan horizontal. Les lignes droites suivant les
points de bord du faisceau donnent avec l’axe du faisceau l’angle de divergence à – 6 dB dans ces plans.

7.9.3.2 Critères d'acceptation


L'angle du faisceau doit être l'angle nominal à ± 3° pour les fréquences inférieures à 2 MHz et à ± 2° pour les fré-
quences égales ou supérieures à 2 MHz.
Les angles de divergence ne doivent pas s’écarter des valeurs spécifiées par le constructeur de plus de ± 10 %
ou de ± 0,5°, selon la valeur la plus grande.
Si on utilise la technique par réflexion, par rapport au lobe principal les lobes latéraux doivent être inférieurs de
≥ 20 dB pour les valeurs nominales 45° et 65° d’angle du faisceau et ≥ 15 dB pour les valeurs nominales supé-
rieures d’angles du faisceau.
Si on utilise la technique EMA, les valeurs ≥ 10 dB et ≥ 8 dB s’appliquent respectivement.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 24
EN 12668-2:2001

7.9.4 Angle de bigle et décalage

7.9.4.1 Méthodes
Méthodes pour mesurer l'angle de bigle et le décalage
a) avec un récepteur électromagnéto-acoustique (EMA)
Pour mesurer l'angle de bigle et le décalage d'un traducteur d'angle, on utilise le même montage qu'en 7.8.3
(Figure 3). L'angle de bigle, d, est l'angle entre le côté de référence du traducteur et l'axe du faisceau mesuré
projeté sur la surface de couplage (Figure 3).
Tout d'abord, on couple le traducteur à un bloc semi-cylindrique et on commute l’appareil de contrôle par ultra-
sons sur le mode écho. En faisant pivoter et en déplaçant le traducteur, les échos de la série d'échos multiples
provenant du bloc sont maximalisés. Ainsi pour toutes les réflexions, le faisceau arrive perpendiculairement
sur la surface cylindrique et le point d'émergence du traducteur se trouve sur l'axe du bloc.
À cette position, l'angle entre les côtés du traducteur et ceux du bloc donnent l'angle de bigle d.
Ensuite, on utilise le récepteur EMA (le traducteur joue seulement le rôle d'émetteur). En déplaçant le récepteur
EMA, on détermine la position du signal maximal à l'endroit où le faisceau arrive sur la surface cylindrique pour
la première fois.
Xm est la coordonnée de cette position du récepteur EMA et Xc est la coordonnée du point d'intersection de
l'axe du bloc et de l'axe du traducteur parallèle à sa face de référence.
Avec ces coordonnées, on peut calculer le décalage e :

e =  X m – X c cos d ... (12)


 
b) avec les pièces de référence
Avec les réflecteurs cylindriques, on ne peut mesurer que l'angle de bigle suivant 7.8.3.
Régler la position du traducteur sur la grande surface plane d'un bloc adéquat afin de maximaliser l'écho direct
provenant de l'angle droit de la pièce comme indiqué à la Figure 19. Le réflecteur du coin droit doit être dans
le champ éloigné du traducteur.
Mesurer, avec le bord droit d'un rapporteur, la direction dans laquelle est orientée la face de référence du
traducteur par rapport à la perpendiculaire à la face du coin. Cela donne l'angle de bigle.
Si l'angle de bigle dépasse 1° à la première mesure, effectuer trois mesures et prendre la valeur moyenne.

7.9.4.2 Critères d'acceptation


L'angle de bigle doit être ≤ 2°. Le décalage doit être ≤ 1 mm par rapport au point central du traducteur.

7.9.5 Distance focale (longueur du champ proche)

7.9.5.1 Méthodes
On applique ici des méthodes identiques à celles utilisées pour les traducteurs droits (voir 7.8.4). Pour les traduc-
teurs d'angle non focalisés, la longueur du champ proche est calculée avec les valeurs mesurées de la fréquence
centrale fo et les angles de divergence du faisceau γ⊥ et γ// selon les équations données en annexe A.
Avec des traducteurs d'angle focalisés par contact direct, on utilise les mêmes méthodes qu'avec les traducteurs
droits (voir 7.8.5).
On se sert d'une courbe distance-amplitude générée avec, au moins, 8 points de mesure en utilisant des petits
trous à fond plat, ou à fond hémisphérique, ou des réflecteurs cylindriques. Le point d'amplitude maximum donne
la distance focale.
Il est recommandé que les points de mesure soient dans la zone focale du traducteur, l'un d'entre eux étant proche
du pic. Ils doivent couvrir la chute de 6 dB par rapport à l'amplitude du pic.
Les distances focales dues aux lentilles ou aux traducteurs courbes sont toujours plus courtes que la longueur du
champ proche d'un traducteur plan de même forme et même fréquence.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 25
EN 12668-2:2001

7.9.5.2 Critère d'acceptation


La distance focale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.9.6 Largeur focale

7.9.6.1 Méthode
Les limites de la zone focale peuvent être mesurées de façon identique à celle des angles de divergence
(voir 7.8.2) avec un récepteur EMA ou des réflecteurs cylindriques.
Le mesurage doit être effectué dans deux directions perpendiculaires par l’une des méthodes suivantes :
a) avec des récepteurs électromagnéto-acoustiques (EMA)
Le traducteur est mis au contact d’un demi-cylindre dont le rayon est proche de la distance focale du traduc-
teur. En balayant la surface, on détermine les points où l'amplitude du signal chute de 3 dB par rapport à
l'amplitude de crête.
Avec ces angles et le rayon connu du bloc, on peut calculer la largeur du faisceau à la distance focale.
b) avec des pièces de référence comportant des réflecteurs cylindriques
Comme cela est décrit en 7.8.2.1 b), on déplace le traducteur jusqu'à ce que l'écho provenant d'un réflecteur
cylindrique situé à la distance focale chute de 6 dB. Cet écart donne les largeurs focales du faisceau dans le
sens vertical.
La largeur focale dans le plan horizontal ne peut être mesurée qu'avec les méthodes décrites en 7.10.5.1 b.
c) avec des blocs de référence avec trous à fond hémisphérique
Comme décrit dans le paragraphe 7.8.2.1 c), on déplace le traducteur de façon à faite chuter de 6 dB l’écho
d’un trou à fond hémisphérique situé à la distance focale. Le décalage mesuré donne la largeur focale du
faisceau dans la direction verticale et la direction horizontale.

7.9.6.2 Critère d'acceptation


Les largeurs focales doivent être conforme à la spécification du constructeur à ± 10 %.

7.9.7 Longueur focale

7.9.7.1 Méthode
À partir de la courbe distance-amplitude mesurée en 7.5 ou en 7.8.5., on détermine les points où l'amplitude chute
de 6 dB par rapport au point focal. La différence de leurs coordonnées donne la longueur de la zone focale
(longueur focale).

7.9.7.2 Critère d'acceptation


La longueur focale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.10 Paramètres pour les traducteurs émetteurs-récepteur par contact et droits


7.10.1 Généralités
Les procédures données dans ce paragraphe s’appliquent uniquement aux traducteurs à surface de contact
plane. Les traducteurs avec sabot profilé peuvent être évalués seulement avec des blocs de référence ayant la
même courbure que l’échantillon pour lequel le sabot du traducteur a été conçu.

7.10.2 Diaphonie

7.10.2.1 Méthode
Les mesures sont effectuées avec un appareil de contrôle par ultrasons conforme aux prescriptions de
l’EN 12668-1.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 26
EN 12668-2:2001

On commute l’appareil de contrôle par ultrasons en mode émission-réception séparées et le traducteur est
connecté aux prises de l'émetteur et du récepteur. Le traducteur est couplé à un bloc de référence dont les dimen-
sions permettent d’obtenir un écho de fond dans la tache focale du traducteur. Cet écho est ajusté à 80 % de la
hauteur d'écran et le gain est noté. L'écho provenant de la surface de couplage doit être visible sur l'écran. Le gain
est augmenté jusqu'à ce que l'amplitude atteigne 80 % de la hauteur d'écran. La différence en dB jusqu'au premier
réglage donne l'atténuation de diaphonie.
Si l’écho de couplage n’est pas visible, il est seulement possible de donner une limite inférieure de l’atténuation
de diaphonie.

7.10.2.2 Critère d'acceptation


L'atténuation de diaphonie doit être meilleure que 30 dB.

7.10.3 Distance du maximum de sensibilité (distance focale)

7.10.3.1 Méthode
Le point d’amplitude maximale de la courbe distance-amplitude (DAC) suivant 7.5 donne la distance focale.
Les hauteurs d'écho des trous à fond hémisphérique de diamètre 10 mm et des réflecteurs cylindriques de dia-
mètre 3 mm situés à des distances de la zone focale prévue, servent à établir une courbe distance-amplitude
(8 points au moins).
La barrière acoustique du traducteur doit être perpendiculaire aux réflecteurs cylindriques.

7.10.3.2 Critère d'acceptation


La position de l'écho maximal doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.10.4 Plage de sensibilité axiale (longueur focale)

7.10.4.1 Méthode
À partir de la courbe mesurée en 7.5, on peut aussi déterminer les points à – 6 dB.

7.10.4.2 Critère d'acceptation


La plage de sensibilité axiale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.10.5 Plage de sensibilité latérale (largeur focale)

7.10.5.1 Méthode
Pour déterminer la zone de sensibilité latérale, deux méthodes peuvent être utilisées :
a) avec un récepteur électromagnéto-acoustique (EMA)
Cet essai utilise le même montage que celui utilisé pour les traducteurs simples (7.9.3). On mesure
séparément le profil de faisceau de chaque traducteur et on calcule le profil combiné à partir du produit des
deux profils.
Choisir un bloc d'essai semi-cylindrique dont le rayon est proche de la distance focale du traducteur subissant
l'essai. Avec chaque traducteur, tour à tour, balayer avec le récepteur EMA toute la surface cylindrique du bloc
d'essai. Enregistrer les amplitudes des signaux des deux traducteurs pour chaque position incluse dans le pro-
fil de faisceau.
En chacun des points du faisceau, multiplier (les dB s'ajoutent) les amplitudes mesurées pour chaque traduc-
teur. Ces produits donnent le diagramme directionnel du traducteur émetteur — récepteur. Les limites 6 dB du
faisceau se situent à l'endroit où ces produits sont inférieurs de 6 dB par rapport au maximum.
Le mesurage est effectué dans deux directions perpendiculaires, parallèlement et perpendiculairement à la
barrière acoustique.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 27
EN 12668-2:2001

b) avec des blocs d'essai comportant des réflecteurs cylindriques de 3 mm de diamètre


Un bloc d'essai est utilisé comportant un réflecteur cylindrique de 3 mm de diamètre près du foyer du
traducteur.
Le traducteur est déplacé sur la surface de couplage jusqu'à ce que l'écho du réflecteur cylindrique chute
de 6 dB. Ces positions de traducteur donnent les limites à – 6 dB de la zone focale perpendiculaire à l'axe
acoustique.
Le balayage doit être effectué parallèlement et perpendiculairement à la barrière acoustique du traducteur pour
donner les deux largeurs perpendiculaires de zone focale.
c) avec un bloc de référence comprenant des trous à fond hémisphérique
Un bloc de référence, avec des trous à fond hémisphérique de 10 mm de diamètre proches de la position du
foyer du traducteur, est utilisé.
Le traducteur est déplacé sur la surface de couplage jusqu'à ce que l’écho du trou à fond hémisphérique chute
de 6 dB. Les positions correspondantes du traducteur donnent les limites à – 6 dB de la zone focale, perpen-
diculairement et parallèlement à l’axe acoustique.
Le balayage doit être effectué parallèlement et perpendiculairement à la barrière acoustique du traducteur pour
obtenir deux largeurs perpendiculaires de la zone focale.

7.10.5.2 Critères d'acceptation


La largeur de la zone focale parallèle et perpendiculaire à la barrière acoustique doit être conforme à la spécifica-
tion du constructeur à ± 20 %.

7.11 Paramètres des faisceaux pour les traducteurs d’angles par contact à émetteur récepteur
séparés, à ondes transversales
7.11.1 Généralités
Les procédures données dans cet article s’appliquent uniquement aux traducteurs à surface de contact plane. Les
traducteurs avec sabot profilé peuvent être évalués seulement sur des blocs de référence ayant la même courbure
que l’échantillon pour lequel le sabot du traducteur a été conçu.

7.11.2 Diaphonie

7.11.2.1 Méthode
On mesure la diaphonie d'un traducteur d’angle à émetteur-récepteur séparés de la même façon que pour un tra-
ducteur droit à émetteur-récepteur séparés (voir 7.10.2).

7.11.2.2 Critère d'acceptation


L'atténuation de diaphonie doit être meilleure que 30 dB.

7.11.3 Point d'émergence

7.11.3.1 Méthode
Le point d'émergence est déterminé avec un bloc d'essai, comme pour le traducteur d'angle simple (voir 7.9.2).

7.11.3.2 Critère d'acceptation


Le point d'émergence doit être à moins de ± 1 mm du point marqué par le constructeur.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 28
EN 12668-2:2001

7.11.4 Angle et profils de faisceau

7.11.4.1 Méthodes
L'angle du faisceau d'un traducteur émetteur-récepteur séparés est déterminé avec un récepteur EMA et des
réflecteurs cylindriques ou des trous hémisphériques :
a) avec un récepteur électromagnéto-acoustique (EMA)
Ce test utilise le même montage que celui utilisé pour les traducteurs simples (voir 7.9.3). Le profil de faisceau
de chaque traducteur est mesuré séparément et le profil combiné est calculé à partir du produit des deux
profils.
Avec chaque traducteur, tour à tour, balayer le récepteur EMA sur la surface cylindrique du bloc d'essai. Enre-
gistrer les amplitudes des signaux provenant des deux traducteurs pour chaque position du profil de faisceau.
À chaque point du faisceau, multiplier (les dB s'ajoutent) les amplitudes mesurées pour les deux traducteurs.
Ces produits donnent le diagramme directionnel du traducteur double.
Les angles de divergence de 6 dB du faisceau se produisent à l'endroit où ces produits sont réduits de 6 dB
par rapport au maximum. L'angle de faisceau est calculé d'après la moyenne arithmétique des angles de diver-
gence.
b) avec des réflecteurs cylindriques de 3 mm de diamètre
Le montage est le même que pour le traducteur simple (voir 7.9.3).
c) avec des trous à fond hémisphériques de 10 mm de diamètre
Le montage est le même que pour un traducteur simple (voir 7.9.3.).

7.11.4.2 Critère d'acceptation


L'angle de faisceau doit être l'angle nominal à ± 2°.

7.11.5 Maximum distance/sensibilité (distance focale)

7.11.5.1 Méthode
La distance focale est déterminée comme pour un traducteur droit à émetteur-récepteur séparés (voir 7.10.3)
avec, au moins, 8 points pour la courbe distance-amplitude.

7.11.5.2 Critère d'acceptation


La distance focale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.11.6 Plage de sensibilité axiale (longueur focale)

7.11.6.1 Méthode
La plage de sensibilité axiale est déterminée comme pour un traducteur droit émetteur-récepteur séparés (voir
7.10.4.).

7.11.6.2 Critère d'acceptation


La plage de sensibilité axiale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 20 %.

7.11.7 Plage de sensibilité latérale (largeur focale)

7.11.7.1 Méthode
La plage de sensibilité latérale est déterminée comme pour le traducteur droit émetteur-récepteur (voir 7.10.5.)
avec un récepteur EMA ou les échos provenant des réflecteurs cylindriques de 3 mm de diamètre ou des trous à
fond hémisphérique de 10 mm de diamètre.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 29
EN 12668-2:2001

7.11.7.2 Critère d'acceptation


La largeur de la zone focale doit être conforme à la spécification du constructeur à ± 10 %.

Légende
h Amplitude de crête à crête
L Durée de l’impulsion

Figure 1 — Impulsion ultrasonore typique

Légende
1 Traducteur ultrasonore
2 Récepteur EMA
3 Écho
e Décalage
d Angle de bigle

Figure 2 — Angle de bigle et décalage d’un traducteur à faisceau droit


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 30
EN 12668-2:2001

Légende
1 Traducteur ultrasonore
2 Récepteur EMA
3 Écho
a Angle du faisceau
d Angle de bigle
e Décalage

Figure 3 — Angle de bigle et décalage d’un traducteur à faisceau incliné


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 31
EN 12668-2:2001

Figure 4a) — Bloc d’essai avec réflecteurs cylindriques de diamètre 3 mm


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 32
EN 12668-2:2001

Figure 4b) — Bloc d’essai avec entailles


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 33
EN 12668-2:2001

Figure 4c) — Bloc d’acier avec réflecteurs cylindriques et trous à fond hémisphérique
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 34
EN 12668-2:2001

Légende
1 Émetteur
2 Point de contrôle
3 Oscilloscope
4 Traducteur ultrasonore
5 Bloc de référence
Figure 5 — Dispositif de mesure des caractéristiques temporelles d’une écho
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 35
EN 12668-2:2001

Légende
A Écho de fond
B Niveau de bruit
D Distance en mm
G Gain en dB

Figure 6a) — Courbe distance-amplitude pour des réflecteurs disques-plans dans l’acier
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 36
EN 12668-2:2001

Légende
A Écho de fond
B Réflecteurs cylindriques de diamètre 3 mm
C Niveau de bruit
D Distance en mm
f Distance focale
G Gain en dB

Figure 6b) — Courbe distance-amplitude et niveau de bruit


pour un réflecteur cylindrique de diamètre 3 mm

Légende
1 Traducteur
Z Distance

Figure 7 — Points significatifs de l’axe du faisceau des traducteurs à immersion


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 37
EN 12668-2:2001

Légende
G Gain en dB
Z Distance
FD Distance focale
FL Longueur focale

Figure 8 — Profil axial d’un traducteur à immersion non focalisé

Légende
FD Distance focale
FL Longueur focale
1 Gain en dB
2 Distance en mm

Figure 9 — Profil axial d’un traducteur à immersion focalisé


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 38
EN 12668-2:2001

a) Technique par réflexion b) Technique avec un hydrophone

A Amplitude
FW Largeur focale
1 Axe X ou Y

Figure 10 — Profils transverses des traducteurs à immersion

a) Au point focal b) À l'extrémité de la zone focale

Légende
A Amplitude
1 Axe X ou Y

Figure 11 — Profils transverses dans la zone focale d’un traducteur immersion


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 39
EN 12668-2:2001

Légende
1 Retard 6 Interface de positionnement
2 Écran 7 Équipement d’enregistrement
3 Émetteur 8 Traducteur
4 Porte 9 Réflecteur plan
5 Oscilloscope
Figure 12a) — Dispositif de mesure du faisceau des traducteurs à immersion
avec réglage de l’axe du faisceau

Légende
1 Retard 6 Interface de positionnement
2 Écran 7 Équipement d’enregistrement
3 Émetteur 8 Traducteur
4 Porte 9 Réflecteur bille
5 Oscilloscope
Figure 12b) — Dispositif de mesure du faisceau des traducteurs à immersion avec réflecteur bille
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 40
EN 12668-2:2001

Légende
1 Retard 6 Interface de positionnement
2 Écran 7 Équipement d’enregistrement
3 Émetteur 8 Traducteur
4 Porte 9 Hydrophone
5 Oscilloscope

Figure 13 — Dispositif de mesure du faisceau de traducteur à immersion avec un hydrophone

Légende
1 Axe du faisceau
2 Traducteur
Z Distance

Figure 14 — Mesure avec traducteur à immersion


pour recherche du point zéro, Z0, du système de coordonnées
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 41
EN 12668-2:2001

Légende
1 Distance focale, FD
2 Longueur focale, FL

Figure 15 — Représentation de type C du faisceau acoustique, profil axial

Légende
1 Largeur focale sur l’axe X, WX
2 Largeur focale sur l’axe Y, WY

Figure 16 — Représentation de type C du faisceau acoustique, profil transversal


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 42
EN 12668-2:2001

Légende
1 Faisceau acoustique 5 Pic principal
2 Demi-cylindre 6 Traducteur ultrasonore
3 Axe A Amplitude en dB
4 Récepteur EMA

Figure 17 — Mesure de la divergence du faisceau et de l’angle de faisceau

a) Bloc de référence b) Représentation de type C

Légende
1 Récepteur électro-magnéto-acoustique (EMA)
2 Traducteur d’angle
3 Bloc de référence

Figure 18 — Mesure de paramètres de faisceau d’un faisceau acoustique incliné


à l’aide d’un récepteur EMA
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 43
EN 12668-2:2001

Légende
1 Traducteur d Angle de bigle
2 Faisceau acoustique A Coupe latérale
3 Réglet B Vue de dessus

Figure 19 — Mesure de l’angle de bigle à l’aide du coin d’un bloc d’étalonnage


Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 44
EN 12668-2:2001

Annexe A
(normative)
Calcul de la longueur du champ proche des traducteurs non focalisés

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [M]!!!

La longueur de champ proche d'un traducteur non focalisé est calculée à partir des valeurs mesurées de la
fréquence centrale fo et des angles mesurés de divergence de faisceau dans deux directions perpendiculaires (γ⊥
et γ//).

A.1 Traducteurs droits


Si γ// est l'angle de divergence dans la direction parallèle et γ⊥ l’angle de divergence dans la direction perpendicu-
laire, on calcule la longueur de champ proche d'un traducteur circulaire de la façon suivante :

N = v b ⁄  15,16f o sin [ γ ]
2
... (A.1)
 
pour les 2 angles γ⊥ et γ//
où vb est la vitesse de propagation de l'onde ultrasonore dans le bloc d'essai.
Le plus grand N0 est considéré comme étant la longueur de champ proche du traducteur circulaire.
Pour les traducteurs rectangulaires, on mesure les angles de divergence parallèlement aux côtés a et b, où a ≥ b.
Avec le résultats de la mesure de l'angle γa, parallèle au grand côté et celui de la fréquence centrale de mesure,
on calcule le côté effectif aeff du traducteur rectangulaire.

a eff =  0,442v b ⁄  f o sin [ γ a ] ... (A.2)


   
Avec le résultats de la mesure de l'angle γb, parallèle au petit côté et celui de la fréquence centrale, on calcule le
côté efficace beff.

b eff =  0,442v b ⁄  f o sin [ γ b ] ... (A.3)


   
On calcule le rapport d’aspect de la largeur à la hauteur beff/aeff. Avec ce rapport, il est possible d’extraire le facteur
k dans le diagramme de la Figure B.1.
La longueur de champ proche du traducteur rectangulaire est :

N 0 =  ka eff f 0 ⁄  4v b
2
... (A.4)
   
(vb est la vitesse de propagation de l'onde ultrasonore dans le bloc d'essai).
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 45
EN 12668-2:2001

A.2 Traducteurs d’angle


Pour les traducteurs d’angle, la longueur de champ proche doit être calculée avec un traducteur plan à surface de
contact plane en utilisant la fréquence centrale mesurée fo et les angles de divergence γ mesurés dans les deux
directions perpendiculaires (verticale et horizontale).
Si γa est l'angle mesuré dans le plan d'incidence et γh est l'angle mesuré dans le plan qui lui est perpendiculaire,
on calcule la longueur de champ proche d'un traducteur circulaire avec la vitesse connue de propagation de l'onde
ultrasonore vb dans le bloc de référence :

N 0h = v b ⁄  15,16f o sin [ γ h ]
2
... (A.5)
 

(perpendiculaire au plan d'incidence)

N 0a = v b ⁄  15,16f o sin [ γ ]
2
... (A.6)
 

avec γ = γa cos β/cos α


α est l’angle du faisceau dans la longueur du faisceau du traducteur d’angle (angle d’incidence) ;
β est l’angle du faisceau dans le matériau d’essai (angle de réflexion).
La plus grande valeur entre N0h et N0a est la longueur de champ proche du traducteur.
Pour les transducteurs rectangulaires, il faut d'abord calculer les côtés effectifs aeff et beff. Si a est le côté le plus
grand et b le plus petit, deux cas se présentent :
a) grand côté a perpendiculaire au plan d'incidence :

a eff =  0,442v b ⁄  f o sin [ γ a ] ... (A.7)


   

b eff =  0,442v b ⁄  f o sin [ γ ] ... (A.8)


   
avec γ = γh cos β/cos α
b) grand côté a dans le plan d'incidence :

a eff =  0,442v b ⁄  f o sin [ γ ] ... (A.9)


   
avec γ = γh cos β/cos α

b eff =  0,442v b ⁄  f o sin [ γ h ] ... (A.10)


   
On calcule le rapport de la largeur à la hauteur beff/aeff. Le facteur k correspond à ce rapport comme indiqué en
Figure B.1.
On calcule alors la longueur de champ proche d'un traducteur rectangulaire de la façon suivante :

 2 
N 0 =  Ks eff f 0  ⁄ ( 4v b ) ... (A.11)
 
avec seff étant le plus grand aeff et beff et vb étant la vitesse de propagation de l'onde ultrasonore dans le bloc.
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 46
EN 12668-2:2001

Légende
a Rapport d’aspect
k Facteur de correction

Figure A.1 — Facteur de correction, k, pour calculer la longueur du champ


proche des transducteurs rectangulaires
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 47
EN 12668-2:2001

Annexe B
(informative)
Bloc d'étalonnage pour traducteurs d'angle

Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!

Le bloc en acier suivant la Figure B.1 comporte un quart de cylindre et des réflecteurs cylindriques de diamètre
4 mm (trous percés sur le côté). La qualité de l'acier et le traitement thermique sont identiques à ceux du bloc
d'étalonnage EN 27963.
On peut fixer au même bloc (Figures B.1 et B.2) trois différentes réglettes en forme de L pour les intervalles angu-
laires des faisceaux :
35° à 65°
60° à 75°
70° à 85°
Tout d'abord, on choisit la réglette qui convient à l'angle de faisceau du traducteur (ex. pour un traducteur 45°, il
faut utiliser la réglette N° 3 de 35° à 65°). On fixe cette réglette en forme de L au bloc d'acier à l'endroit où les deux
boulons occupent deux de ses trois trous de 4 mm.
Le trou restant sert de réflecteur cylindrique pour déterminer l'angle de faisceau. De plus, la réglette est fixée au
bloc d'acier par un patin magnétique. Le bord de la réglette sert de règle de guidage du traducteur.
Le traducteur est ensuite couplé, au bloc au centre du quadrant. En déplaçant le traducteur, l'écho provenant du
rayon de 100 mm est maximalisé. L'axe du quadrant marque alors le point d'émergence (Figure B.3 a)).
Le traducteur est ensuite couplé, au bloc de sorte que le faisceau sonore arrive au trou de 4 mm percé sur le côté
(Figure B.3 b)). En déplaçant le traducteur, l'écho provenant du trou est maximalisé. Puis, on lit l'angle de faisceau
sur la réglette, à la position du point d'émergence du traducteur.

Légende
1 Patin magnétique
2 Deux vis à insérer dans les trous de diamètre 4 mm
3 Trous de 4 mm
Figure B.1 — Bloc d'étalonnage en acier avec échelles amovibles
pour traducteurs à contact et à faisceau incliné
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 48
EN 12668-2:2001

NOTE Pour les valeurs de a et b se référer au Tableau B.1.

Figure B.2 — Réglettes 1, 2 et 3 en Là fixer sur le bloc d’étalonnage de la Figure B.1

Tableau B.1 — Mesures des échelles gravées de la Figure B.2

Échelle 1 Échelle 2 Échelle 3

angle ° a mm d mm angle ° a mm d mm angle ° a mm d mm

64 30,8 0 54 55,1 0 34 47,2 0

66 2,9 56 4,2 36 36

68 6,4 58 9,0 38 7,5

70 10,5 60 14,2 40 11,5

72 15,4 62 20,2 42 15,8

74 21,6 64 27,0 44 20,4

76 29,4 66 34,8 46 25,3

78 39,8 68 43,9 48 30,5

80 54,3 70 54,8 50 36,2

82 76,0 72 68,1 52 42,4

84 112,0 74 84,4 54 49,1

56 56,6

58 64,8

60 74,0

62 84,4

64 96,3
Saga intranet pour : INSTITUT DE SOUDURE

Page 49
EN 12668-2:2001

a) Détermination du point d’émergence

b) Détermination de l’angle d'incidence

Figure B.3 — Détermination des paramètres de faisceau d’un traducteur à faisceau incliné