Vous êtes sur la page 1sur 7

TEST : FK8 POÉSIE 2018/2019

1. Qu’est-ce que c’est la Belle Époque


 Contexte historique, social, politique
 Les 20 dernières années du 19ème siècle plus 40 années jusqu’à l’éclatement de la Première
Guerre mondiale.
 La période marqué par la naissance du monde moderne et de l’art moderne. Lié au progrès
technique, l’électricité, le transport (le train, l’automobile, le premier vol). La vitesse. Le
phonographe. Le cinéma moderne – les Lumières. L’usine. L’industrie.
 La société dominée par la prospérité, le conformisme bourgeois, l’éclatement des valeurs
bourgeoises.
 Entre deux guerres franco-allemandes.
 La richesse de la France s’accroit.
 La société optimiste brisée par la Première Guerre Mondiale.
 L’économie française : La France pays prospère, l’or s’accumule, une somme d’argent
considérable mais l’investissions faible. Économie protectionniste – l’État intervient souvent
dans le marché. Une barrière entre la stabilité et innovation.
 La situation démographique reflète ce dynamisme économique. La population augmente mais
non pas grâce à la hausse du taux de natalité mais d’immigration.
 La politique : La troisième République. Stable, solide, fixé mais deux crises majeurs l’affaire
Dreyfus et la séparation de l’église et de l’état en 1905.
 Les syndicats, le socialisme
 Apollinaire
2. Expliquez le titre Alcools 6.3.
 Titre d’Alcools : était eau-de-vie, comme une boisson + matière première qui donne la vie ;
životvornost, životna voda ; il décide d’abandonner ce titre qui selon lui ne convient plus dans
cette nouvel état de choses, l’organisation et structure du recueil ; il préfère Alcools ;
changement final ; Ce titre renvoie d’abord à l’alcool trop fort qui est le véritable symbole de la
vie, qui brule et qui fait souffrir le poète comme il le souligne à la fin du poème Zone ; C’est une
dimension négative d’alcool = faire souffrir, bruler ; Mais, l’alcool possède une valeur positive
aussi : l’alcool renvoie à la chimie par laquelle l’eau se change en alcool et permet de soigner les
douleurs et les blessures de l’homme ; = dimension positive ; Une vertu consolatrice ; mais,
l’alcool est également, dans la culture mythologique grecque, ce qui est lié symboliquement à la
figure de Dionysos qui permet de purifier et de donner d’assez d’énergie créatrice : cette
dimension d’alcool est donnée dans le poème Brasier ; Pluriel ? capitale pour Apollinaire :
influence directe des cubistes : cela permet l’éclatement des points de vue sur le monde qui
évoque l’esthétique cubiste dont Apollinaire était défenseur ; // succès immédiat du recueil ;
 C’est que la poésie d’Alcool ne veut plus être un discours d’autorité, un témoignage exemplaire.
C’est un sort de fête qui célèbre le mouvement perpétuel de fin et de régénération. Poésie
titubante, poésie ivre, c’est évidemment une ivresse magique dans laquelle le vertige, cet espèce
de folie, devient célébration joyeuse. Pensez à Soir de Paris, Brasier. « D’autres jours ont pleuré
avant de mourir dans des tavernes, où d’ardents bouquets rouaient, aux yeux d’une mulâtresse
qui inventait la poésie, et les roses de l’électricité s’ouvrent encore, dans le jardin de ma mémoire
».
 Le figure du poète – un ivrogne et figure du poète – témoin de la diversité du monde, et l’inspiré
qui fait comparer le monde.
 D’une manière frappante, un grand nombre des poèmes d’Alcool sont des poèmes festives, Les
Fiançailles, Le mariage, Cortège, Vendémiaire. Une danse à la fois érotique et sacrale.
 Où se jouent la mort et la résurrection, la régénération (La Chanson du Mal-aimé). C’est ce temps
qu’inaugure Le Brasier, ce temps jeté au feu, feu d’avenir, masqué par flambe traversant les
cieux. C’est une célébration inspirée, Merlin et la vieille femme, elle balaye mimant le rythme
d’une existence, une danse où il y a la mort, la vie, la peine et le désir.
 Apollinaire a dit qu’il est du signe de l’automne, c’est d’où nous sommes partis, il est le poète de
la fin, mais en même temps il est aussi du signe du printemps, de l’aubépine en fleur au mois
d’avril. Voyez Merlin et la vieille femme. Ce qui explique que cette opposition passé-avenir et
aussi l’opposition entre triste et gai, douloureux et fantaisiste, émigrant et isolé et porte-parole
ivre qui devient une sorte de libre improvisateur sur le charivari du monde et qui est le témoin de
l’humanité tout entier et diversité folle du monde.
 Apollinaire dépasse la perspective autobiographique et douloureuse de l’élégie pour retrouver
une des formes les plus anciennes de la poésie et aussi la plus nouvelle désormais, celle de la
célébration, de l’activité heureuse, de sacralisation de l’instant.
3. Définissez le titre Capitale de la douleur
 Le titre devait à l’origine être L’art d’être malheureux *comme le titre d’un Lamartine ou d’un
Vigny
 Plus poétique, plusieurs sens
 le titre enrichit l’idée de la souffrance qui est le fil conducteur et la source première de ce
recueil
 capitale : la ville principale / typographie - la lettre majuscule
(la dimension superlative donnée à la douleur)
 la souffrance traverse l’œuvre entière
 la localisation de la douleur qui est née à Paris, capitale des années 20
 le chagrin intime et personnel mais aussi collectif
Gala : plus grand amour ; l’amour = source de toutes les joies possibles ; mais, l’amour peut-être aussi la source
de souffrance, de solitude, car l’objet aimé se dérobe souvent ; le désir se heurte au retrait ou à l’absence de
l’aimé ; le poète condamné à la solitude, et c’est la solitude qui le redoute le plus au monde ; solitude symbolisé
par les images de la nuit, de la chute ;
Titre : Éluard écrit plutôt sous les signe des tourments que du bonheur d’amour ; Même si tout le recueil est
traversé par cette douleur, on peut dire que vers la fin il y a cette trace d’espoir, le retour du poète à lui-même,
au monde des vivants, le retour de Gala à lui, la célébration de la poésie et de la femme aimée ;
Capitale de la douleur : recueil de recueil ; il y réunit 4 grands ensembles de poèmes ;
Dessine la topographie d’un monde bouleversé ; une sorte de journal sentimentale, retrace les états d’âme du
poète dont la vie intime est source de souffrance = l’intrusion d’un tiers dans sa relation avec Gala, ce qui a
donné une tonalité élégiaque à la plupart des poèmes ; les catastrophes de son époque ont pour lui aussi un
influence douloureux, l’impact de la Ière guerre mondiale + l’absence de Dieu qui prive l’homme de toute espoir
et de toute rédemption

4. Définissez le titre Parti pris des choses *U odbranu stvari


 ce n’est pas seulement l’homme qui peut s’exprimer à travers les paroles mais objets eux aussi
montrent cette capacité et volonté de s’exprimer
 activité poétique de Ponge consiste à donner cette parole aux choses en essayant de faire
coïncider des mots et des éléments que ces mots représentent
 il donne la parole aux objets et à 4 éléments naturels : l’eau, la terre, le feu, l’aire
 le règne de la nature, les hommes ont le rôle secondaire
 l’objet est tjrs au premier plan alors que son utilisateur est impersonnel et évoquer par les
figures du style
 le monde muet a le caractère humain : escargot
 prosopopée : figure de rhétorique par laquelle on fait parler et agir une personne que l'on
évoque (absent, défunt, animal ou chose personnifiée)
 autonomie donné aux objets : la forme pronominale de verbes : il constitue tout sauf une nature
morte : la cigarette se consume
 Ponge dote d’un capital vital des objets qui sont morts
 on introduit l’homme pour le déprécier : un être vaniteux, servile, orgueilleux
 od banalne definicije poetizovanjem do sustine postojanja
5. Définissez le titre Paroles
Un titre révélateur du recueil
En effet, Jacques Prévert constitue à travers son oeuvre un réel jeu de paroles opposant l'écrit et l'oral, comme
en témoigne l'omniprésence des jeux de mots dans la plupart des poèmes du recueil pour l'écrit et les jeux des
sons et sonorités pour l'oral.

De plus, on découvre de nombreux poèmes sous forme de chanson parfois indiqué par le titre du poème lui
même comme on le voit avec « Chanson de l'oiseleur ». Ces poèmes sont donc des paroles de chanson
représentant encoreune fois l'importance de l'oral dans son oeuvre.

Un titre choisi à dessein, qui refuse le caractère immuable et figé de l’écrit, au profit de la liberté de parole(s).

Le mot renvoie en effet au langage parlé, oral, libre et inventif, par opposition au langage écrit, enseigné dans
les écoles. Dès le titre, le poète propage qu’il faut écrire comme on parle et parler comme on écrit. Il s’agit
de’abolir le clivage qui place d’un côté le langage formel et normal des riches, puissants, bourgeois, caractérisé
par la stérilité. Cette réhabilitation est réalisée par l’utilisation de la langue familière, populaire s’opposant à la
langue bourgeoise. Redonner la langue au peuple, tel est le but des poèmes de Prévert.

6. Quels procédés Apollinaire emprunte-il aux cubistes (collages, juxtaposition)


C’est Picasso qui introduit Apollinaire dans le cercle plus large de ses amis peintres, se réunissant à
Montparnasse, au Bateau Lavoir ; il y rencontre successivement des peintres ; il y rencontre Marie Laurencin ; La
jeune femme achève de faire d’Apollinaire la source d’inspiration des peintres ; Apollinaire simulait la création
picturale ; il y avait bcp de portraits d’Apollinaire de cette époque, comme une muse ;
Apollinaire était aussi critique d’art et il est auteur de nombreux textes sur la peinture de son époque qu’il a
rassemblé dans son recueil Méditations esthétiques – peintres cubistes ; Il avait bcp de conférences, il a publié
d’articles théoriques, et par ces textes il accompagne et stimule l’esthétique cubiste, initiée par Picasso / les
demoiselles d’Avignon de 1907 ; Pour Apollinaire, le cubisme est un mouvement pictural qui renouvelle l’art et
qui rompt avec les conventions réalistes de l’art académique ; Le cubisme consiste à présenter une vision
intérieure du monde, cette vision est très loin de tout réalisme objectif ; dans le cubisme, toutes les perspectives
sont éclatées, le but était de multiplier les points de vue et montrer le perpétuel mouvement des choses ; Son
amour pour le cubisme n‘était pas étrange : le cubisme représente pour lui sa passion pour la modernité ; Une
grande vibration de sa part en faveur des peintres cubistes, il publie le recueil en 1913 ; recueil des textes
théoriques et conférences ; peut-etre considéré comme un manifeste pour la modernité esthétique, manifeste
esthétique, pictural, poétique ; Tous les arts doivent se répondre pour Apollinaire ; La poésie s’inspire de la
peinture et inversement ; Il emprunte le collage et la juxtaposition aux cubistes ; // la décomposition corporelle,
les mains coupées qui parsèment plusieurs poèmes, unissent l’amour et la mort ; corps féminin fragmenté, qui
semble etre la seule que le poète sache restituer ;
Alcools : poète condamné à perpétuelle errance ; le poète ne sait plus ou aller pour trouver l’apaisement ;
Son je : batiment instable ;
Kubizam je uticao na poeziju: druženje sa slikarima, Apoliner upućuje na sličnosti: „Verodostojnost nema više značaja, sujet nema više
nikakvog značaja“ Napuštanje reda, raščlanavanje stvarnosti, tableau objet: slika koja postaje predmet, ima sopstvenu egzistenciju,
upotreba sadašnjeg vremena za preplitanje sadašnjosti i prošlosti (liči ma ukidanje perspektiva u slikarstvu), brzo smenjivanje 1. i 2.
lica kad je reč o obraćanju sebi (prikazivanje istog lica iz raznih perspektiva), jukstaponita slike koje nemaju veze (kolaži Pikasa ili
Braka).
7. Quelle est la structure du recueil Capitale de la douleur 10.4. 1.16.00
 1926 *petits recueils réunis dans un nouveau pour les sauver de l’oubli
 Il y a 3 sections + Nouveau poèmes
 Répétitions : écrit entre 1914-1921, période dadaïste d’Éluard
 la souffrance et l’angoisse à cause de l’éloignement de Gala
 Max Ernst, La Parole, Poème : poème clé
 Mourir de ne pas mourir : écrit entre 1922-1923
 la souffrance et l’angoisse à cause de l’éloignement de Gala se transforment en
désespoir
 Sans Rancune
 Les petits justes : Mourir de ne pas mourir + 5 nouveaux poèmes
 La courbe de tes yeux
 Nouveaux poèmes 1924-1926, période surréaliste d’Éluard
 Triptyque poétique : 3 phases d’une crise sentimentale : la genèse, le sommet, la
résolution/angoisse, désespoir, réconciliation avec Gala

8. La structure du recueil Parti pris des choses *trois cycles


 1942
 on ne connait pas l’ordre et la composition préféré de Francis Ponge c’est selon la volonté de
son éditeur Jean Poland dont est organisé le recueil
 3 cycles :
 les textes écrits entre 1926 et 1931, avant l’entrée du poète dans le monde du travail
 la thématique de l’eau et la thématique marine
 les représentants animaux et végétaux : l’escargot, la crevette, la mousse, le
galet
 1931-1936, coïncide avec l’entrée du poète dans le monde du travail
 le cycle urbain
 les trois boutiques, le restaurant
 la nuisance
 1936-1939, le retour des choses matérielles, l’inspiration matérialiste
 les murs, le papillon
 il ajoute des objets de la vie quotidienne : la bougie, la cigarette
 désordre relatif, apparente été structure analogue au cycle des saisons par l’éditeur
 pluie, coquille, galet – solidification
9. Qu’est-ce que c’est L’esprit nouveau
 3.4.
 entre l’héritage et la modernité - il veut moderniser l’héritage
 écriture neuve, inventivité langagière
 il juxtapose les réalités différentes, contradictoire et évoque le choc, la surprise, en
reliant les éléments disparates il désigne la réalité changeante et merveilleuse
 la suppression systématique de ponctuation
 les genres : pas de sonnets, mélange de vers libres et alexandrin

Déf : L'Esprit Nouveau est un mouvement poétique contemporain de la peinture cubiste, qui doit son nom à
Guillaume Apollinaire. Il se caractérise par l'ambition d'inventer une poésie moderne, ainsi que par la dimension
lyrique de l'écriture.
La conscience de vivre dans un monde nouveau, bouleversé par les inventions scientifiques et techniques,
conduit les artistes du début du 20e siècle à vouloir rompre avec le passé.
Dans le domaine pictural, cette nouvelle vision du monde donne naissance au mouvement cubiste, représenté
par des peintres comme Picasso, Braque, Léger.
En poésie, plusieurs artistes comme Guillaume Apollinaire (1880-1918), Blaise Cendrars (1887-1961), Max Jacob
(1876-1944) ou Pierre Reverdy (1889-1960), qui fréquentent les peintres cubistes, partagent avec eux la volonté
d'être en accord avec le monde moderne.
C'est en 1917, avec la conférence sur L'Esprit Nouveau et les poètesprononcée par Apollinaire, que l'expression
« Esprit Nouveau » vient dénommer le mouvement poétique qui a commencé de se développer depuis quelques
années.
Une poésie du monde moderne :
La volonté d'être en adéquation avec le monde moderne.
Cette volonté s'exprime également par la rupture avec les formes du passé : les vers deviennent libres, c'est-à-
dire libérés des contraintes de la prosodie classique (mètres irréguliers, absence de rimes construites sur un
système d'alternance rigoureux, abandon de la strophe, de la ponctuation, etc.).
Dans cette perspective, la création la plus originale est celle des calligrammes, poèmes-dessins inventés par
Apollinaire : les mots y sont disposés de façon à représenter un objet qui est généralement en rapport avec le
sens du texte. Ces poèmes d'un genre nouveau sont publiés dans un recueil intitulé Calligrammes en 1918.
Une autre œuvre de cette époque frappe par l'utilisation nouvelle qu'elle fait du rapport entre le texte et l'image
: il s'agit de La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars, qui se présente, non pas sous la forme d'un livre, mais
sous celle d'un tableau, associant la peinture de Sonia Delaunay au texte de Cendrars.
Une poésie du « Moi »
En même temps qu'elle a l'ambition de se plier au rythme du monde moderne, la poésie de l'Esprit Nouveau doit
rester une poésie lyrique. C'est pourquoi le monde, tel qu'il est évoqué, est souvent le reflet de l'univers
intérieur du poète. Ainsi, dans cet extrait de La Prose du Transsibérien, le châle, le train express et les paysages
traversés sont à l'image de la vie du poète.
De même, la poésie d'Apollinaire accorde une large place à l'expression du Moi intime. C'est le cas tout
particulièrement des Poèmes à Lou (édition posthume en 1956), adressés à l'amante du poète en 1914-1915.
Mais cette veine lyrique existait déjà dans le recueil Alcools, avec des textes comme « La Chanson du Mal-Aimé
», dans lequel s'exprime le désespoir amoureux du poète :
Les thématiques dans le recueil Alcools d’Apollinaire
 L’amour :
 presque tous poèmes du recueil consacrés à l’amour
 les sentiments amoureux du poète trouvent leur écho dans le cœur du lecteur et
permettent l’identification au contraire des innovations formelles (ponctuation, vers
libre) qui lui restent étrangères
 littérature de la dimension érotique (Marquis de Sade) : poèmes à Lou
 l’amour malheureux qui n’est pas réciproque *le mal aimée mais à la fois la louange à la
bienne aimée
 même dans ce domaine de l’amour la modernité et la tradition se rejoignent : la plainte
amoureuse et la nouvelle représentation du couple
 il renouvelle le blason, le corps féminin. au lieu de l’œil il chante la paupière
 vision sentimentale de l’amour
 le spectacle de la félicité amoureuse, fugacité, décrit de l’extérieur sans que le poète y
participer
 la fin tragique à laquelle on ne peut pas échapper mais le poète ne perd pas l’illusion du
couple idéale, il est tjrs en quête de sa moitié
 L’automne (comme la saison préférée d’Apollinaire) :
 l’écho, le miroir, le reflet de son état intérieur et psychique, son état d’esprit
 Mon automne éternel, oh ma saison mentale (du poème Signe)
 entre l’héritage, la tradition – thème préféré de la période romantique
 et la modernité – il renouvelle la manière dont il traite ce sujet
 union entre atmosphère automnale et l’état d’esprit du poète, au point qu’ils se
confondent
 un symbolisme personnel – évoquer les amours d’Apollinaires. la couleur de ses amours
sombre peint l’automne. reflet de sa propre tristesse. masque pittoresque du saison
derrière lequel se cache le poète
 La quête de soi :
 un voyage intérieur mais pas méthodique mais une errance pareille à l’ivresse où le
poète poursuit en vain son être-même
 lorsqu’on est ivre, la raison n’a pas un grand rôle
 désorientation
 difficulté à unifier sa personne
 une terrible souffrance vécue par le poète dans tous les domaines de sa vie
 à la fois il est en quête d’un amour qui soit heureux et en quête de lui-même, d’un je
solide, stable, fixé, mais tout ce qu’il a est un je désorienté, ivre, fragmenté, ivre
 interrogation sur soi – qui suis-je? n’est pas reconnu par sa mère et son père
 le dédoublement pour combler l’absence de considération maternelle
 le dédoublement : dialogue avec lui-même : poème Cortège
 un je qui n’est pas fixé et qui n’est pas stable
 un je paradoxale, un édifice fragile
 la poésie est une solution provisoire qui ne permet pas de reconstruire sa personne
mais elle a le pouvoir de dire l’éclatement intérieur identitaire du poète
 le poète est lui-même l’objet de sa création poétique
 un désespoir profond lié à l’autodestruction