Vous êtes sur la page 1sur 4

ETUDE STATIQUE ET DYNAMIQUE DE L’EQUINOXE

ZAC ETOILE A STRASBOURG

Société d’accueil : HN Ingénierie


PFE présenté par : VILLEPINTE Jérémy
Tuteur industriel : GANGLOFF Antoine-Xavier, Ingénieur structure
Enseignant superviseur : KOVAL Georg, Maître de conférences à l’INSA
de Strasbourg

Résumé : Abstract :

Ce Projet de Fin d’Etudes au sein du bureau This final year project took place on the
d’études HN Ingénierie porte sur l’étude de engineering office ‘‘HN Ingénierie’’ and dealt
l’Equinoxe, un immeuble en béton armé de dix with the study of the Equinoxe, a reinforced
étages se situant à Strasbourg. Cet immeuble concrete building located in Strasbourg. This
d’habitation équipé d’un parking souterrain et residential building, composed by ten floors, an
accueillant des commerces au rez-de- underground parking and commercial facilities
chaussée est en zone sismique modérée. at the ground floor is located in a moderate
C’est pourquoi celui-ci fait l’objet d’une étude seismic area, which demands a dynamical
dynamique. analysis.

Le projet a consisté à modéliser le bâtiment Elastic springs were adopted to describe the
aux éléments finis avec des appuis élastiques soil-structure interaction in a finite element
pour prendre en compte l’interaction sol model of the building. The modal analysis and
structure. Les résultats de l’analyse modale et seismic calculation provided results that were
du calcul sismique ont permis de vérifier les used to verify the extreme displacements of
déplacements maximaux et les fondations the structure and to design foundations and the
ainsi que de dimensionner les voiles de reinforced concrete walls according to French
contreventement des deux premiers étages. standards.

Mots clés : Keywords :

Béton armé, éléments finis, analyse modale Reinforced concrete, finite element, modal and
sismique, fondations, contreventement seismic analysis, foundations, wind bracing

PFE soutenu le 21 juin 2013 VILLEPINTE-Jérémy 1/4


1. Présentation du projet
1.1 Le projet
Le projet porte sur la conception de logements et locaux d’activités à Strasbourg : l’Equinoxe. Cet
immeuble, en béton armé, comporte notamment : un sous-sol avec parking, deux commerces au rez-
de-chaussée, 34 logements dont deux duplex en attique et une piscine au R+8.

L’Equinoxe est un immeuble constitué de deux parties, respectivement de type R+8 et R+2, séparées
par un joint de dilatation de 4 cm. Sa construction est prévue en parallèle de l’immeuble Nova (cf.
figure 1). Les deux étant séparés par un joint de dilatation de 6 cm.

Figure 1 : Plan de masse des projets Equinoxe et Nova

1.2 Structure
Compte tenu du nombre d’étages et des charges importantes, la portance du sol actuelle est
insuffisante. Pour y remédier, un renforcement de sol par vibroflotation est prévu. Cette technique
consiste à enfoncer dans le sol un tube qui génère des vibrations. Celles-ci augmentent la densité du
sol et améliorent ainsi sa portance. Le système de fondations est donc constitué majoritairement de
fondations superficielles mais aussi de puits busés contre l’existant (cf. figure 2).

Figure 2 : Coupe type sur le bâtiment

PFE soutenu le 21 juin 2013 VILLEPINTE-Jérémy 2/4


Le contreventement est assuré par des voiles en béton armé de 20 cm de largeur. Les principaux
éléments de contreventement sont les cages d’escalier, d’ascenseur et les refends centraux. Selon les
critères du PS 92 ‘‘Règles de construction parasismique applicables aux bâtiments’’, l’immeuble est
irrégulier tant sur le plan horizontal qu’en élévation. Des dissymétries et l’attique en retrait dans les
derniers étages en sont notamment la cause. Une transparence sismique au rez-de-chaussée
explique également l’irrégularité du bâtiment. La conception parasismique nécessite donc une analyse
modale sur modèle tridimensionnel.

2. Déroulement de l’étude
2.1 Modélisation
Afin de modéliser le bâtiment, sa structure a tout d’abord été analysée. Cette étape consiste à
représenter les sens de portée des planchers et les éléments porteurs (voiles, poutres voiles, poutres)
pour connaître la distribution des charges jusqu’aux fondations. Le bâtiment a ensuite été modélisé
aux éléments finis avec le logiciel Advance Design.
La réponse à un séisme d’une structure dépend entre autre des déformations du sol sous l’effet du
bâtiment lui-même. Pour tenir compte de cette interaction sol-structure, les fondations sont
modélisées par des appuis élastiques dont les raideurs sont calculées avec la méthode de Newmark
Rosenblueth. Les fondations ont donc été prédimensionnées aux ELS car les raideurs dépendent de
la géométrie des fondations et des caractéristiques du sol. Les incertitudes sur le module de
cisaillement, principal paramètre caractérisant le sol, étant importantes, quatre gammes de rigidité ont
été calculées pour comparer les réactions d’appuis. Le modèle avec des appuis de rigidité
intermédiaire a été retenu car il représente un compromis entre un modèle souple trop défavorable et
un modèle infiniment rigide ne traduisant par l’interaction sol-structure.

2.2 Analyse modale


L’analyse modale consiste à rechercher les modes propres, puis à les combiner pour trouver les effets
maximaux d’un séisme sur une structure. Cette méthode est particulièrement adaptée aux bâtiments
irréguliers comme l’immeuble étudié. La prise en compte d’un mode résiduel permet de mener les
calculs avec un nombre limité de modes dès lors qu’au moins 70 % de la masse modale est atteinte.
Le temps de calcul est ainsi réduit par rapport à un calcul sans mode résiduel mené jusqu’à ce que
90 % de la masse modale soit atteinte. Les modes ont été combinés avec la méthode quadratique
complète adaptée aux bâtiments irréguliers et pour tenir compte de l’amortissement de la structure.

2.3 Calcul sismique


Le calcul sismique est mené selon le PS 92. Situé en zone sismique Ib, les principales hypothèses
concernent l’accélération nominale du sol an, l’amortissement ζ de la structure et le coefficient de
comportement q. L’ouvrage présente des éléments reposant sur des poutres et une transparence
sismique. Par conséquent, les effets de la composante verticale ne peuvent être négligés. Une étude
est donc menée pour trouver la combinaison des maxima des effets des composantes du séisme la
plus défavorable.

L’action sismique est ensuite combinée avec les cas de charges permanentes et d’exploitation. Les
résultats de l’analyse modale et du calcul sismique permettent de vérifier l’hypothèse prise sur le
coefficient de comportement, les déplacements maximaux et différentiels. Les déplacements étant
importants par rapport à la largeur des joints de dilatation initialement prévus, la largeur des voiles
dans les derniers étages est modifiée pour éviter l’entrechoquement des bâtiments en cas de séisme.

2.4 Vérification des fondations superficielles


La capacité portante du sol après vibroflotation est donnée par le rapport de sol pour les différents
états limites selon le DTU 13.12 ‘‘Règles pour les fondations superficielles’’. Les fondations
superficielles ont été prédimensionnées en statique à partir de la descente de charges. Le diagramme
des contraintes n’étant pas uniforme, les contraintes sont déterminées en flexion composée en
fonction de l’excentricité du chargement. Le chargement sismique entraîne une augmentation de 14 %
de la surface des fondations.

PFE soutenu le 21 juin 2013 VILLEPINTE-Jérémy 3/4


2.5 Ferraillage des voiles de contreventement
Le ferraillage des voiles de contreventement est déterminé sous combinaisons sismiques. Les
sollicitations prises en compte sont les efforts réduits au centre de la base des voiles. Les principales
armatures sont les armatures de flexion Af, de cisaillement verticales Av ou horizontales Ah et les
armatures en attentes Aat au droit d’une reprise de bétonnage (cf. figure 3).

Figure 3 : Principales armatures d’un voile de contreventement


3 3
Les ratios d’aciers sont de 53 kg/m au sous-sol et de 39 kg/m au rez-de-chaussée. Par ailleurs, à
cause d’efforts de flexion trop importants, des épaisseurs de voiles ont dû être augmentées.

2.6 Ferraillage du plancher reprise


Les planchers hauts du R+5 reprennent les duplex de deux à trois étages. Les sections d’armatures
sont calculées selon le BAEL 91 révisé 99 à partir des sollicitations issues de la cartographie des
efforts du logiciel Advance Design. Après étude, il s’avère que le ferraillage est compatible avec
l’épaisseur de 30 cm du plancher reprise.

2.7 Prédimensionnement des poutres


Les poutres du sous-sol et du rez-de-chaussée supportent des voiles de plusieurs étages. Les poutres
ont été prédimensionnées selon le BAEL 91 révisé 99 en fonction du moment fléchissant et de l’effort
tranchant. Le prédimensionnement amène une augmentation de 17 % du volume de béton nécessaire
par rapport au volume estimé en avant-projet.

3. Conclusion
La vérification des déplacements maximaux et des fondations ainsi que le ferraillage des voiles de
contreventement ont été effectués à l’aide de l’étude statique et dynamique du bâtiment. Enfin,
l’épaisseur du plancher reprenant l’attique a été vérifiée et le volume de béton nécessaire aux poutres
du sous-sol et du rez-de-chaussée a été déterminé.

PFE soutenu le 21 juin 2013 VILLEPINTE-Jérémy 4/4

Vous aimerez peut-être aussi