Vous êtes sur la page 1sur 7

Qu’est-ce que la recherche qualitative?

Présentation
Plutôt que de rester dans un laboratoire pour y faire de l’expérimentation, ou dans
votre bureau pour y travailler sur une banque de données en mobilisant des
méthodes statistiques ou économétriques, vous avez décidé d’aller au contact des
acteurs et de construire une approche théorique à partir de ce contact. Vous allez
faire de l’observation participante, de l’ethnographie, de la recherche-action, ou
simplement mener des entretiens ouverts. En deux mots, vous allez faire de la
recherche qualitative.
Que signifie exactement ce choix d’une démarche qualitative, que recouvre-t-il et
quels en sont les enjeux ?
Dans un premier temps, il convient de revenir sur cette notion de
démarche « qualitative », en cherchant à comprendre en quoi elle s’oppose ou non à
une démarche « quantitative ».
Dans un deuxième temps, on va présenter les différents méthodes de recherches
qualitative

L’expression « recherche qualitative » paraît s’opposer directement à celle de «


recherche quantitative ». D’où vient cette dichotomie? L’opposition qualité/quantité
remonte (au moins) au système des catégories d’Aristote. La qualité est ce qui fait
qu’une chose est ce qu’elle est, et non ce que les autres sont. La quantité porte sur
le nombre de choses en question. L’opposition entre analyse quantitative et analyse
qualitative vient quant à elle de la chimie du XIXe siècle. Par différence avec
l’analyse quantitative, l’analyse qualitative se définit comme: «l’analyse qui détermine
la nature des éléments composant un corps sans tenir compte de leurs proportions.»
On est face à un corps, comme l‟air. On cherche à identifier les éléments qui le
composent. L‟analyse qualitative montre qu‟il s‟agit d’oxygène, d’azote, de quelques
gaz rares, de vapeur d’eau et de dioxyde de carbone. L‟analyse quantitative
montrera ensuite qu‟il y a en fait 78% d‟azote pour 21% d‟oxygène. Dans cette
opposition, il y a l’idée que l’analyse qualitative précède l’analyse quantitative, et
qu’elle la domine en importance: la tâche difficile et noble consiste à identifier les
éléments dont un corps est composé et, une fois cette tâche réalisée, l‟analyse
quantitative apparaît plus simple. En quoi cette opposition est-elle pertinente,
transposée à l‟analyse des phénomènes sociaux? On y retrouve cette idée que
l‟analyse qualitative précède et prépare l‟analyse quantitative (qu‟elle est
«exploratoire») en lui fournissant des phénomènes à étudier et des concepts à tester
statistiquement ou économétriquement, et l‟idée qu‟elle est en même temps plus
«noble» parce qu‟elle rentre plus profondément dans la nature des phénomènes
humains, leur qualité propre. Mais, d‟une part, on ne voit pas bien de quelle nature
seraient les éléments fondamentaux composant les corps sociaux, et le mot qualitatif
reste donc ici assez vague. D‟autre part, il n‟est pas sûr que le quantitatif ne
constitue pas un de ces «éléments». Lorsqu‟on mène une recherche dans une
organisation, peut-on ne pas tenir compte des tableaux de chiffres qu‟elle-même
produit et manie dans sa prise de décision, et le travail de recherche ne peut-il pas
consister aussi à produire des données chiffrées originales pour mieux comprendre
ce qui s‟y passe (Berry, 1983)? Pourquoi le fait d‟aller au contact des acteurs à
étudier et de leurs pratiques, les interroger, les observer, construire un changement
avec eux (toutes choses habituellement associées à la recherche qualitative),
devrait-il empêcher de manier des séries de chiffres ou de données temporelles qui
justement éclairent la qualité des phénomènes étudiés? La recherche qualitative ne
s‟oppose donc pas à la recherche quantitative. Les deux exigent des compétences
différentes de la part du chercheur, mais elles peuvent s‟enrichir mutuellement et,
notamment, le traitement de séries chiffrées peut constituer un apport substantiel à la
recherche qualitative. On ne peut donc répondre à la question de savoir ce qu‟est la
recherche qualitative par une simple opposition a priori à la recherche quantitative.
Peut-être peut-on alors chercher à préciser ce qu‟est la recherche qualitative en
s‟interrogeant sur son objectif scientifique (où l‟on retrouvera l‟opposition aux
approches quantitatives, mais sous un angle plus concret)

Les méthodes de la recherche qualitatif

La recherche qualitative observe les interactions sociales et interprète les


perspectives individuelles. Elle explicite les motivations et étudie ce qui peut les
amener à modifier les comportements. Voici quelques exemples de techniques
utilisées pour la recherche qualitative :
– étude de documents – Analyse de comptes rendus divers (réunions, etc.) ;–
observation non participante – Observation structurée des comportements et des
conversations en milieu naturel ;– observation participante – Observation où le
chercheur joue également un rôle actif, au-delà de sa fonction d’observateur ;–
entretien approfondi – Conversation face à face visant à recueillir des informations
détaillées sur certains thèmes qui doivent être définis à l’avance, contrairement aux
questions posées ;– entretien de groupe ou focus groups – Méthode qui fait appel
aux interactions de groupe pour produire des données ;– entretien en groupe
nominal – Cette méthode permet le recueil d’information par l’expression verbale et
écrite. L’animateur centralise les expressions qui restent individuelles – entretiens
directifs ou semi-directifs. La validité des résultats est accrue par la standardisation
des questionnaires et par la triangulation. La triangulation consiste à valider ses
résultats par la recherche de leur convergence en variant les techniques de recueils
de données. Dans ce mode d’enquête, le chercheur est lui-même un instrument de
recherche. Les entretiens exigent une certaine habileté. Les enregistrements sur
bandes magnétiques permettent de mieux contrôler l’observateur et l’interprétation
des données.
Études qualitatives et quantitatives : définitions
Dans un travail de recherche, les études qualitatives et les études quantitatives représentent
des approches complémentaires. Il s’agit pour son auteur de bien distinguer la première de la
seconde.

1. Études qualitatives

Une étude qualitative a pour but de comprendre ou d’expliquer un phénomène


(comportement de groupe, un phénomène, un fait ou un sujet).

Il s’agit d’une méthode de recherche plus descriptive et qui se concentre sur des
interprétations, des expériences et leur signification.

Ce type d’étude s’appuie sur une collecte de données obtenues grâce à deux méthodes
principales :

 Observations.
 Entretiens.

Ces données, qui ne sont pas mesurables statistiquement, doivent être ensuite interprétées de
façon subjective.

Les résultats d’une étude qualitative se concentre sur des interprétations et leur signification.
Ils sont en général exprimés avec des mots.
Exemple d’étude qualitative

Pour un mémoire qui porterait sur l’efficacité du métro à Paris : l’auteur pourrait effectuer une
étude qualitative en interrogeant les utilisateurs à travers un entretien, pour ensuite interpréter
les résultats.

Les résultats seraient présentés sous cette forme :


Certains parisiens se plaignent des travaux de rénovations qui perturbent certains lignes
pendant des mois : « Malheureusement, ca fait 3 mois que la ligne 3 ne s’arrête plus à la
station Opéra. Je dois faire un détour de 30 minutes chaque jour. » (Monsieur Dupont).

2. Études quantitatives

Une étude quantitative sert à prouver ou démontrer des faits en quantifiant un


phénomène. Les résultats sont souvent exprimés sous forme de données chiffrées
(statistiques).
Cette méthode peut par exemple être menée à l’aide :

 D’un sondage (réponse à une question).


 D’un questionnaire (réponses à plusieurs questions).

Les résultats d’une étude quantitative s’expriment en données chiffrées et permettent de


calculer des moyennes, compter la fréquence d’une certaine réponse, diviser les données en
pourcentages…

Le plus souvent, on retrouve les résultats d’études quantitatives sous forme de tableaux
statistiques ou de graphiques.
Exemple d’étude quantitative

Pour un même mémoire sur le métro à Paris, un étudiant peut aussi entreprendre une étude
quantitative. Il peut faire un sondage auprès des parisiens pour analyser le taux de satisfaction
ou d’insatisfaction.

Les résultats seraient présentés sous cette forme :


D’après notre sondage, 75 % des Français sont insatisfaits. Ils ont répondu NON à la question
« Etes-vous satisfait du métro à Paris ?”.

À noter : les résultats chiffrés de satisfaction révélés par une étude quantitative peuvent être
complétés par l’analyse d’une étude qualitative qui posera des questions plus précises pour
cerner le contentement ou le mécontentement des utilisateurs du métro.

Étude quantitative Étude qualitative


 Répond à des questions de
 Se traduit par une recherche
recherche en fonction
de faits.
d’interprétations et
 Lorsque le sujet de
d’expériences.
Concept recherche traite d’une
 À utiliser avec un sujet à la
réalité objective et
réalité interprétative et
immuable.
dynamique.

 Données provenant de
 Données provenant d’entretiens
mesures chiffrées.
et d’observations.
 Données analysées par
 Données analysées à l’aide de
comparaisons numériques et
codifications inductives ou
Méthodologie déductions statistiques.
déductives.
 Résultats représentés par
 Résultats sont représentés par
des analyses statistiques et
des descriptions verbales.
des corrélations.

 Sondage ou questionnaire  Recherche documentaire


Méthodes
 Sondage téléphonique ou en  Entretien
possibles
ligne  Groupe de discussion
Étude quantitative Étude qualitative
 Echantillon  Observation
 Recherche transversale  Analyse de discours
 Analyse de politiques publiques

 Probabilité  Complexité
 Risque  Contexte
 Prédictif  Signification
 Contrôle  Perception
 Statistiques  Compréhension
Mots-clés
 Réplication  Subjectiviste
 Objectiviste  Profondeur
 Taille  Ouvert
 Corrélations  Dynamique

Étude qualitative ou quantitative : laquelle choisir ?


Quel est le statut de votre travail de recherche ?

 Vous recherchez plusieurs vérités (à comprendre à travers l’interrogation de


plusieurs personnes).
 Vous recherchez une vérité unique (à quantifier par des données chiffrées
objectives).

À travers la réponse à cette question, il est possible de choisir entre l’étude qualitative ou
quantitative. Il vous faudra néanmoins étudier plusieurs facteurs, afin de faire les bons choix
avant de vous lancer.

1. Que cherchez-vous à démontrer ?

Quel type d’étude pourrait vous permettre d’apporter une bonne réponse à votre
problématique de départ ? Laquelle serait la plus efficace dans l’aboutissement de votre
réflexion ?
Exemple

Si vous voulez savoir comment les réfugiés ont vécu leur arrivée en France, une étude
qualitative est plus appropriée (entretiens individuels).

Si vous voulez savoir à quelle fréquence et dans quelles situations les réfugiés en France
utilisent les Restos du Cœur, une approche quantitative est préférable (questionnaires).

2. Choisissez entre généralité et détail

Souhaitez-vous faire des comparaisons standardisées (quantitatives) ou étudier un phénomène


particulier (qualitativement) ?
Exemple

Pour un mémoire sur les nouveaux comportements alimentaires, vous pouvez faire le choix de
réaliser une étude qualitative sur le veganisme (étude d’un phénomène particulier) ou de
comparer statistiquement différentes habitudes alimentaires avec une étude quantitative
(comparaisons standardisées).

3. Faites des recherches sur les publications et études existantes

Comment les autres chercheurs ont-ils traité votre sujet ? De manière qualitative ou
quantitative ?
Exemple

Analyser si d’autres étudiants et/ou chercheurs, ayant travailler sur le même sujet que vous,
ont préféré l’étude qualitative ou quantitative pour mener à bien leurs recherches.

4. Analysez les considérations pratiques

Avez-vous le temps, l’argent, la disponibilité, pour mettre en place votre étude ? Les
personnes à interroger sont-elles toutes disponibles ?
Exemple

Pour une recherche quantitative, soyez attentif à ce que la taille de votre échantillon soit
pertinente. Votre but est de pouvoir généraliser. Ce n’est pas le cas avec une étude qualitative
où votre échantillon est plus restreint.

5. Collectez des connaissances

En apprenez-vous plus sur votre sujet si vous avez une approche quantitative ou qualitative ?
En outre, quelle approche produit l’information la plus utile ?
Exemple

Une étude concernant un sujet de mémoire “tabou” peut avoir des résultats plus probants en
utilisant une collecte de données de façon anonymes (étude quantitative avec un questionnaire
en ligne).

6. Votre préférence naturelle

Ce choix personnel pour l’étude qualitative ou l’étude quantitative forge l’identité que vous
voulez donner à votre recherche.

Exemple

Un travail sur l’évolution du nombre de personnes sans-abris en France n’aura pas forcément
la même essence, si vous choisissez l’étude qualitative ou l’étude quantitative. Selon votre
choix (préférer un entretien aux chiffres d’un sondage par exemple), vous donnerez à votre
recherche toute sa singularité.

Vous aimerez peut-être aussi