Vous êtes sur la page 1sur 34

Cours de

Génie
Electrique

Volume II

CIRCUITS NUMMERIQUES ET ANALOGIQUES EN PREMIERE

COLLECTION D’EXERCICES NON CORRIGES

Par

Jean-Paul NGOUNE

DIPET I (Electrotechnics), DIPET II (Electrotechnics)


M.sc. (Electrical Engineering)
Teacher in the Electrical Department, GTHS KUMBO, Cameroon.

1
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
REVISION GENERALE D’ELECTRONIQUE : 1ière SERIE

Classe de première F3

Première partie : Electronique numérique

Exercice 1 : (extrait du probatoire F3 2005, exercice 6)


On veut réaliser un système effectuant l’addition de deux nombres binaires
A et B de un bit chacun et générant en sa sortie le résultat So et la retenue Co.
1- Compléter ci-dessous la table de vérité du système.
A B So Co
0 0
0 1
1 0
1 1

2- Ecrire les équations logiques des sorties S0 et Co.


3- Tracer le logigramme représentant le circuit interne de cet additionneur.

Exercice 2 :
1- Rappeler la table de vérité d’un additionneur complet (AC).
2- La figure suivante représente un montage constitué de deux demi
additionneurs (DA)

A DA DA S
B

Porte
C R
ou

Construire la table de vérité correspondant à un tel montage. Comment appelle-


t-on un tel montage

2
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Exercice 3 :
Transformez le circuit additionneur complet (AC) de la figure suivante en un
circuit n’ayant que des portes NAND.

a b c

1
3
2

2
3
S
1
3
2

1 1
3 2 9
R
2 8

1
3
2

Exercice 4 :
Un additionneur complet est un circuit logique combinatoire à trois entrées que
sont l’entrée du bit du cumulande (A), l’entrée du bit du cumulateur (B), l’entrée du bit
de report (Cin), et à deux sorties que sont la sortie du bit de somme (S), la sortie du
bit de report (Cs). Il effectue la somme des trois bits présents à ses entrées en
renvoie les résultats adéquats aux deux sorties.
1- Etablir la table de vérité de l’additionneur complet.
2- Ecrire l’expression de la sortie (S) puis simplifier si possible cette expression
en utilisant le diagramme de Karnaugh.
3- Ecrire l’expression de la sortie (Cs) puis simplifier si possible cette sortie en
utilisant le diagramme de Karnaugh.
4- Dessiner le logigramme de l’additionneur complet.

3
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Exercice 5 :
1- Définir : système numérique, système analogique
2- Quels sont les avantages et les inconvénients des systèmes numériques par
rapport aux systèmes analogiques
3- Dites si les systèmes suivants fonctionnent avec les grandeurs numériques ou
des grandeurs analogiques :
- Une calculatrice de poche ;
- L’altimètre d’un avion ;
- Le thermomètre à mercure.
4- Citez les familles de circuits intégrés que vous connaissez et donnez les
caractéristiques de chacune d’elles.
5- Définir circuit logique combinatoire, donnez-en un exemple.

Exercice 6 :
1- Convertissez les nombres binaires suivants en leur équivalent décimal :
a) 1001,1001
b) 10011011001,10110
2-Indiquez quel est le nombre maximal que l’on peut atteindre en comptant avec 10
bits.
3- Dites combien de bits il faut pour compter jusqu’à 511.

Exercice 7 :
Le circuit logique de la figure suivante génère une sortie MEM qui sert à
rendre actives les puces mémoires d’un certain micro-ordinateur. Trouver les
conditions d’entrée qui génèrent le signal MEM.

LE 1 2 1
3
2
MEM

1
MORTE-A 3 1
2 3
MORTE-B 2

1 2
VIVE

4
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Exercice 8 :
Pour chacun des montages suivants ;
- Ecrivez l’expression booléenne de la sortie x
- Trouvez la valeur de x pour toutes les conditions d’entrée possibles et
dressez- en la liste dans une table de vérité.

a
1
3
2

b 1
2 9
8 x
c

1
2 9
b 8

c
1 1
2
8
9 2
8
9
x

1
2 9

d 8

Exercice 9 :
Pour chacune des expressions suivantes, construisez le circuit logique
correspondant en recourant à des portes OU, des portes ET et des inverseurs.
a) x  AB (C  D)

b) z  ( A  B  C D E )  BC D

c) y  M  N  PQ

5
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Exercice 10 : Concevez un circuit logique dont la sortie est au niveau HAUT
seulement quand au moins deux des trois entrées a, b et c sont au niveau BAS.

Exercice 11 :
Concevez un circuit logique qui a deux signaux entrée A1 et Ao et une
entrée de commande S et dont le fonctionnement respecte les exigences exprimées
sur la figure suivante. Ce circuit est appelé un multiplexeur.

A1
Multiplexeur
S Z Z
0 Ao Ao

1 A1

Exercice 12 :
Etudier le fonctionnement logique des montages suivants. Que pouvez-vous
en conclure.

a
S
b

5V

6
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
REVISION GENERALE D’ELECTRONIQUE : 1ière SERIE

Classe de première F3
Deuxième partie : Electronique analogique
I- La diode à jonction :

Exercice 1 : Technologie
1- Définir les termes suivants : dopage, semi-conducteur, semi-conducteur
extrinsèque, semi-conducteur intrinsèque, jonction PN.
2- Quels sont les éléments chimiques les plus utilisés comme semi-conducteur
dans la fabrication des diodes ?
3- Citez quelques éléments utilisés comme impuretés dans la fabrication des
diodes ; dites à chaque fois s’elles sont donneuses ou accepteuses
d’électrons.
4- Donner le modèle électrique équivalent de la diode à jonction en utilisant un
interrupteur, un résistor et une fém. E. Peut on dire que la diode est une
source de tension ?
5- Citez quelques applications de la diode à jonction.
6- Citez les critères de choix d’une diode à jonction.
7- Pour chacune des diodes suivantes, donner la particularité et le domaine
d’application : diode ZENER, diode SCHOTTKY, diode à commutation rapide.
8- Faites l’esquisse de la caractéristique statique d’une diode à jonction en
faisant ressortir la tension seuil Vo, la tension d’avalanche et le courant de
saturation.
9- Expliquez comment on détermine la résistance dynamique et la tension seuil
d’une diode à jonction.
10- Que signifie DEL ? Quelle est la différence entre une DEL et une diode de
redressement.

Exercice 2 : Etude d’une diode à jonction


Une série de mesures effectuées sur une diode de référence 1N4009
permet d’obtenir le tableau de valeurs suivant pour la tension V AK aux bornes de la
diode, et le courant IAK qui la traverse.

7
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
VAK (V) 0,5 0,55 0,6 0,65 0,7 0,75 0,8 0,85 0,9
IAK (mA) 0 0,2 1 4,3 10,8 19 29 40 51

1- Tracer avec soin la caractéristique directe de la diode


2- La diode est utilisée dans le circuit de la figure ci-dessous avec E= 1,5V et
R=50Ω.
2-1 Donner l’équation de droite de charge.
2-2 Tracer la droite de charge.
3- Déterminer le point de repos
4- Déterminer la puissance consommée par la diode.

E
D

Exercice 3 :
Soit le circuit représenté par la figure suivante. Supposer que la tension de
source est de 9 V et la résistance de source de 1K Ω. Calculer le courant qui circule
dans la diode sachant que sa tension seuil est de 0,7V.

Rs

Vs
D

8
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Exercice 4 :
Soit le montage suivant. Calculer R2 pour que le courant dans diode soit de
0,25 mA. R1 = 30 K Ω, R3 = 5 K Ω
+12V

R1
R3

R2

II- Analyse des circuits linéaires en alternatif :


Exercice 5 :
Le circuit de la figure ci-dessous est alimenté sous une tension u (t )  220 2 cos t
Les impédances des éléments du circuit sont : R1 = 1 Ω ; L1W = 1 Ω ; L2W = 3 Ω ;
R2 = 3 Ω ; 1/CW = 3 Ω.

R1 L1

C
U(t) L2

R2

1- Ecrire l’impédance complexe de chacune des branches du circuit.


2- Exprimer l’impédance complexe de l’ensemble des branches du circuit sous la
forme Z = R + JX. Expliciter les valeurs de R et de X.
3- Quelle est l’expression complexe de l’intensité du courant fourni par
l’alimentation ?
4- Calculer les puissances active et réactive consommées par le circuit ; en
déduire son facteur de puissance.

9
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
5- Le facteur de puissance de ce circuit est-il admissible ? Quelle est la valeur du
condensateur à mettre en parallèle avec l’installation pour ramener son facteur
de puissance à l’unité ?
6- Calculer la valeur complexe de la tension U1 aux bornes de l’ensemble {R1, L1}
7- Quelle est l’expression complexe du courant traversant le condensateur C.
8- Quelle est l’expression complexe du courant traversant l’inductance L2.
9- Pourquoi compense-t-on les réseaux à courant alternatif ? La puissance
réactive est-elle toujours nocive dans le réseau ?

Exercice 6 :
Le montage de la figure ci-dessous est alimenté par une tension sinusoïdale
de valeur efficace U = 220 V et de fréquence f= 50Hz. On se propose de déterminer
de déterminer l’intensité instantanée i(t) . La puissance active du montage est P =
110W ; Sa puissance réactive est Q = 78 VAR.
1- Déterminer la puissance apparente S de ce montage.
2- Déterminer le facteur de puissance de ce montage et en déduire le
déphasage de i(t) par rapport à u(t).
3- Sachant que i(t) est en retard sur u(t), déterminer alors i(t).

u(t) C L R

Exercice 7 :
Soit le montage de la figure suivante.
R2
Xc
R3
I=5A R1
A B
XL2

XL1

10
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
R1 = R2 = R3 =1kΩ ; XC = 500Ω ; XL1=XL2 = 1kΩ
1- Calculer l’impédance totale ZT.
2- Calculer la tension V2 aux bornes de XL2.
3- Calculer le courant IL2.
4- Calculer le facteur de puissance.
5- Utiliser la méthode de Boucherot pour retrouver le même facteur de
puissance.
6- Déterminer la valeur de la batterie de condensateur qu’il faut mettre en
parallèle aux bornes du circuit pour ramener le facteur de puissance à 1.
Exercice 8 :
Soit le montage de la figure suivante ; on donne : E  2000 ; R1 = 10Ω ;
R2 = 3Ω ; XL1 = 4Ω ; R3 = 8Ω ; XL2 = 3Ω ; XC = 9Ω.

R3 XL2

R1 R2
E Xc

XL1

1- Calculer le courant total I, en calculant au préalable l’admittance totale Y T.


2- Ecrire l’admittance de chaque branche du circuit.
3- En déduire le courant dans chaque branche du circuit.
4- Vérifier que le courant total I est égal à la somme des courants dans chaque
branche.
5- Calculer l’impédance totale du circuit.
6- En déduire le facteur de puissance du circuit, est-il capacitif ou inductif ?
7- Déterminer la valeur du condensateur qu’il faut mettre en parallèle avec le
circuit pour ramener le facteur de puissance à 1
8- Déterminer les puissances active, réactive et apparente du circuit en utilisant
le théorème de Boucherot. Vérifier alors la valeur du facteur de puissance.

11
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Exercice 9 :
Recherche sur Internet :
- Technique de compensation des réseaux à courant alternatif.
- Le redressement monophasé non commandé.

12
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
REVISION GENERALE D’ELECTRONIQUE : 2ième SERIE

Exercice 1 :

La figure 1 illustre le schéma d’un circuit d’alarme d’une automobile qui


détecte diverses situations non souhaitables. Les trois interrupteurs servent à
désigner l’état de la porte du conducteur, de l’allumage et des phares
respectivement. Concevez le circuit logique ayant ces trois interrupteurs comme
entrées, qui déclenche l’alarme quand l’une des situations que voici se produit.
- Les phares sont allumés et l’allumage est coupé.
- La porte est ouverte et le contact d’allumage est mis.

Porte
Ouvert 1
Fermé 0
Circuit
Allumage Alarme
logique
ON 1
OFF 0

Phares
ON 1
OFF 0 Figure 1 :

Exercice 2 :

1- Montrez qu’il est possible de construire une porte NAND à deux entrées en
utilisant des portes NI à deux entrées.
2- Montrez qu’il est possible de construire une porte NI à deux entrées en
utilisant des porte NAND à deux entrées.
Remarque : Porte NI = Porte NOR

Exercice 3 :
X1X0 représente un nombre binaire à deux bits qui peut prendre l’une des
quatre valeurs 00, 01, 10, 11 par exemple quand X1=1 et que X 0=0, cela correspond
au nombre 10…De la même manière Y1Y0 figure aussi un nombre binaire à deux
bits.

13
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Concevez un circuit logique tel que sa sortie prend la valeur 1 quand les
deux nombres X1X0 et Y1Y0 des entrées de ce circuit sont égaux.

Exercice 4 :
Construisez le circuit d’équation X = AB(C+D) à l’aide des portes NAND à
deux entrées uniquement.

Exercice 5 :
Quelle est la différence entre un système numérique et un système analogique.

Exercice 6 :
Une photocopieuse est commandée par quatre interrupteurs A, B, C et D.
Les interrupteurs sont ouverts au repos. Les interrupteurs A et B ne doivent pas se
fermer simultanément, autrement dit, la photocopieuse ne fonctionne pas. Concevez
un circuit qui fournit en sortie de la photocopieuse un niveau haut chaque fois qu’au
mois deux interrupteurs sont fermés en même temps.
Etapes de la conception :
- Table de vérité,
- Equation logique de la sortie et simplification,
- Logigramme.
Exercice 7 :
La figure 2 nous montre l’intersection entre une route principale et une route
secondaire. Des capteurs de voitures ont été placés le long des voies C et D (route
principale) et des voies A et B (route secondaire). Les sorties des capteurs sont à 0
quand il n’y a pas de voiture et à 1 quand il y en a. Le feu de circulation se trouvant à
cette intersection est commandé par les règles de décision suivantes :
1- Le feu E-O est vert quand il y a des voitures dans les deux voix C et D.
2- Le feu E-O est aussi vert quand il y a des voitures dans Cou D et quand il
y en a dans A ou dans B mais pas dans les deux.
3- Le feu N-S est vert quand il y a des voitures dans les voies A et B et qu’il y
en a dans C ou dans D mais pas dans les deux.
4- Le feu N-S est aussi vert quand il y a des voitures dans A ou B et qu’il n’y
a pas de voitures dans C et D.
5- Le feu E-O est vert quand il n’y pas de voiture du tout.

14
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
En utilisant les tensions de sortie des capteurs A, B, C, et D comme entrées,
concevez un circuit logique qui commande le feu de circulation. Ce circuit a deux
sorties, soit E-O et N-S, qui prennent la valeur HAUTE quand le feu doit être vert.
Simplifiez le plus possible ce circuit.

N
A C
O E
D B
S

Exercice 8 :

1- Définir décodeur, transcodeur, multiplexeur, démultiplexeur.


2- Dessinez le symbole d’un multiplexeur en faisant ressortir toutes les entrées et
toutes les sorties.
3- Concevoir un décodeur 3 vers 8
4- Concevoir un multiplexeur à 4 entrées d’information.
5- Citez quelques applications pratiques des multiplexeurs.
6- Donnez deux avantages à réaliser des fonctions logiques à l’aide d’un
multiplexeur.

15
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
DUREE :
EVALUATION DE CIRCUITS ELECTRIQUES
3H

Exercice 0 : Technologie

1- Définir les termes suivants : bit, signal numérique, signal analogique, semi-
conducteur, semi-conducteur intrinsèque, semi-conducteur extrinsèque,
dopage d’un semi-conducteur.
2- Citez deux éléments chimiques utilisés comme semi-conducteur et deux
autres éléments chimiques utilisés comme impuretés dans le dopage en
précisant si celles-ci sont donneuses ou accepteuses d’électrons.
3- Quels sont les atouts des systèmes numériques par rapport aux systèmes
analogiques ?
4- Quand dit-on qu’un système logique est combinatoire ? Donnez-en un
exemple.
5- Citez cinq critères de choix de la diode à jonction.
6- Quand dit-on qu’il y a résonance dans un circuit ?
7- Définir compensation. Donnez trois raisons pour lesquelles il est important de
compenser un réseau à courant alternatif.
8- La puissance réactive est-elle inutile dans une installation électrique ? Sinon à
quoi sert-elle alors ?

A- PARTIE NUMERIQUE :

Exercice 1 :
Monsieur MOUKOURI dispose sur son automobile de quatre commandes
indépendantes :
- Cv pour les veilleuses ;
- Cc pour les deux phares de croisement ;
- Cr pour les deux phares de route ;
- Ca pour les deux phares antibrouillard.
(Pour toutes ces commandes, on a : valeur 1 au travail ; valeur 0 au repos.)
On note l’état des lumières V pour les veilleuses, C pour les feux de
croisement, R pour les feux de route, A pour les feux antibrouillard (valeur 1 à

16
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
l’allumage, 0 à l’extinction). Les veilleuses n’étant pas comptées comme des phares,
il est précisé que :
- Quatre phares ne peuvent pas être allumés simultanément ;
- Les feux de croisement ont priorité sur les feux de route et sur les
antibrouillards ;
- Les antibrouillards ont priorité sur les feux de route ;
- Les veilleuses peuvent être allumées seules mais l’allumage des feux de
croisement ou des feux de route ou des antibrouillards entraîne
obligatoirement l’allumage des veilleuses.
Concevoir le circuit illustrant le fonctionnement de ce système en suivant les
étapes suivantes :
- Table de vérité ;
- Simplification des équations des sorties par utilisation des diagrammes de
KARNAUGH ;
- Réalisation du logigramme avec des portes logiques de votre choix.

Exercice 2 :
Une association est constituée de quatre membres dont un président. Face à
un problème épineux, ils décident de voter à bulletin secret. Etant donné leur
nombre, il est décidé que le président (A) aura seul droit à un vote de poids double.
Les autres membres (B, C, et D) intervenant pour une voix chacun.
L’un des membres étant électronicien leur propose alors une petite machine
à voter comportant en entrée quatre petits boîtiers à bouton-poussoirs OUI (1) et
NON (0) que les intéressés mettront sur leurs genoux, et en sortie une lampe qui
devra s’allumer si la majorité de OUI est obtenue.
Concevez une telle machine à voter en établissant auparavant le tableau de
KARNAUGH.

B- PARTIE ANALOGIQUE :

Exercice 1 :
Une série de mesures sur une diode de référence 1N4009 permet d’obtenir
le tableau de valeurs suivant pour la tension VAK aux bornes de la diode, et le
courant IAK qui la traverse.

17
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
VAK(V) 0.5 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9
IAK(ma) 0 0.2 1 4.3 10.8 19 29 40 51

VD
E
D

1- Tracer avec soin la caractéristique statique de la diode (IAK = f(VAK)). Echelle


proposée :
- Pour VAK : 0.1 V 1 Cm ;
- Pour IAK : 10 mA 1Cm.
2- On donne E = 1,5 V et R = 50Ω. Tracer la droite de charge et déterminer
graphiquement le point de repos (V0, I0).
3- Déterminer graphiquement la résistance dynamique Rd, et la tension seuil V0
de la diode D.
4- Quel est alors le schéma électrique équivalent de la diode.
5- Calculer le courant traversant la diode (on remplacera la diode par son modèle
équivalent).
6- Calculer la puissance électrique dissipée par la diode.

Exercice 2 :
On donne le montage ci-dessous pour lequel u (t )  100 2 cos t ;
ω=106 rad/s ; R = 1 K Ω ; L = 1mH ; C1= 1nF ; C2 = 2nF; f = 50 Hz.

C1 L

u(t)
R
C2

18
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
1- Ecrire l’impédance complexe de chacune des branches du circuit.
2- Exprimer l’impédance complexe de chacune des branches du circuit sous la
forme Z = R + JX. Expliciter les valeurs de R et de X.
3- Quelle est l’expression complexe de l’intensité du courant fourni par
l’alimentation ?
4- Calculer les puissances active et réactive consommées par le circuit ; en
déduire son facteur de puissance.
5- Le facteur de puissance de ce circuit est-il admissible ? Quelle est la valeur du
condensateur à mettre en parallèle avec l’installation pour ramener son facteur
de puissance à l’unité ?
6- Calculer la valeur complexe de la tension U1 aux bornes de l’ensemble {L, C2}
7- Quelle est l’expression complexe du courant traversant le condensateur C 2 ?
8- Quelle est l’expression complexe du courant traversant la résistance R ?
9- Calculer P, Q, S et cosρ par la méthode de BOUCHEROT.

« Il est dur d’échouer, mais il est pire de n’avoir jamais tenté de réussir. »
F. D. Roosevelt.

19
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
CLASSE 3ième
DE
REVISION GENERALE D’ELECTRONIQUE SERIE
PF3

Exercice 1 : Technologie
1- Déterminer la valeur de la résistance dont le code de couleur dans l’ordre est
le suivant : jaune-rouge-rouge-rouge.
2- Un condensateur porte les indications suivantes : 100V, 47μF, 80°C. Donner
la signification de chacune de ces indications.
3- Faire une étude comparative entre les circuits logiques de la famille TTL et
ceux de la famille CMOS au point de vue :
- Consommation en courant ;
- Temps de réponse ;
- Niveau de tension d’alimentation.
4- Définir les expressions suivantes : GRAFCET, bit, circuit logique séquentiel
5- Donner trois règles d’évolution d’un GRAFCET.
6- Sur un condensateur on lit 104K. déterminer la valeur de ce condensateur.
7- Qu’est ce que l’entrance d’une porte logique ?
8- Qu’est ce que la sortance d’une porte logique ?

Exercice 2 : (Extrait du probatoire 2007, exercice2)


On considère le montage de la figure ci-dessous ; on donne les expressions
complexes des éléments du montage : e1 = 220V ; e2 = j110V ; ZC = -j500Ω ;
ZL = j103 Ω Z = 103 Ω

L
C

e2
e1 Z

B Figure 1 :

1- Dessiner le schéma équivalent de Norton vu des bornes A et B du circuit de la


figure 1 en précisant les expressions complexes de ses éléments.

20
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
2- Dessiner le schéma équivalent de Thévenin vu des bornes A et B du circuit de
l figure 1 en précisant les expressions complexes de ses éléments.
3- En utilisant le schéma équivalent de Norton, établir l’expression complexe du
courant i circulant dans la charge Z, en déduire sa valeur efficace.
4- En utilisant le schéma équivalent de Thévenin, établir l’expression complexe
du courant i circulant dans la charge Z, en déduire sa valeur efficace.

Exercice 3 : (Extrait du probatoire 2006, exercice 1)


On considère le circuit électrique résonnant suivant :

L C
A R B

VAB
On donne : R = 8 Ω ; C = 530,7856nF ; VAB = 64 V ; f = 50Hz.
1- Donner l’expression complexe de l’impédance ZAB du circuit, vue des bornes
AB.
2- Calculer la valeur de L permettant d’obtenir la résonance, puis déduire la
valeur correspondante de ZAB.
3- Calculer le courant à la résonance et le coefficient de surtension Q.
NB : Prendre π = 3,14. Pour tout calcul, arrondir par excès au millième près.

Exercice 4 : (Extrait du probatoire 2006, exercice 2)


Soit le montage de la figure 2 ci-dessous.

A
On donne :
E1 = 10V ;
E2 = 14V ;
R1 R2 R3
R1 =1 Ω ;
E1 E2 R2 = 1 Ω
R3 = 5,5 Ω.
B
Figure 2 :

21
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
1- Déterminer les éléments du modèle équivalent de Thévenin vu des bornes AB
du montage.
2- Représenter le modèle de Thévenin obtenu.
3- Calculer le courant I3 dans R3 et la tension U3 aux bornes de R3.
4- Calculer les courants I1 et I2
5- En supposant que R3 est variable, déterminer la valeur de R3 qui permet
d’obtenir un transfert de puissance maximale dans cette résistance.

Exercice 5 : (Extrait de la 5ième séquence harmonisée 2006).


On considère le circuit ci-dessous : L2
R3

R2

e(t) R1 C
L1

 
On donne : e(t )  200 2 cos 314t   v; R1 = 10Ω ;R2 = 3Ω ; XL1 = 4Ω ; XL2 =3Ω ;
 2
R3 = 8Ω ; XC = 9Ω.
1- Calculer l’admittance totale YT de ce circuit.
2- Donner la nature du circuit. Justifier.
3- Calculer le courant dans chaque branche du circuit.

Exercice 6 : (Extrait du probatoire 2003, exercice 1)


On donne les signaux suivants :
u(t) = 10Sin(200 πt – π/4) V et i(t) = 500Sin(200 πt + π/4) mA.
1- Calculer les valeurs efficaces et la fréquence de ces signaux.
2- Déterminer le déphasage entre u et i.
3- Construire dans le même diagramme de Fresnel, les signaux u et 10i avec i
en Ampères.
4- En déduire le module UT et la phase φ du signal uT = u + 10i.

22
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
5- Donner l’équivalent complexe des signaux u et 10i puis en déduire
l’expression complexe du signal uT = u + 10i (mettre sous la notation polaire).

Exercice 7 : (Extrait du probatoire 2003, exercice2)


Soit le circuit ci-dessous :
2Ω 3Ω

X
10 Ω 0,5 A
10 V
Y

En appliquant le théorème de Thévenin :


1- Déterminer la puissance qui, connectée entre X et Y dissiperait la puissance
maximale.
2- Déduire la valeur de cette puissance maximale.

Exercice 8 : (Extrait du probatoire 2007, exercice 3).


Le schéma de la figure 3 ci-dessous représente le circuit logique d’un
système numérique à 4 entrées A, B, C, D et une sortie X.

A 1
3
2

1 1
2
13
12 2
13
12
X

B 1
2 12
C 13
D

1- Déterminer l’état logique de la sortie X pour une entrée ABCD = 1011.


2- Déterminer l’expression logique de X en fonction des entrées A, B, C et D.

23
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
3- Démontrer que la table de vérité ci-après est celle de l’expression logique de
X.
A B C D X
0 0 0 0 1
0 0 0 1 0
0 0 1 0 1
0 0 1 1 1
0 1 0 0 0
0 1 0 1 0
0 1 1 0 1
0 1 1 1 1
1 0 0 0 1
1 0 0 1 0
1 0 1 0 1
1 0 1 1 1
1 1 0 0 0
1 1 0 1 0
1 1 1 0 0
1 1 1 1 0

4- Simplifier l’expression de X en utilisant le tableau de Karnaugh.


5- Représenter le schéma logique de l’expression simplifiée de X en utilisant
exclusivement les portes NAND à deux entrées.
6- Sachant que les CI 7400 comportent chacun 4 portes NAND intégrées, en
déduire le nombre minimal de CI 7400 nécessaires à la réalisation du câblage
du circuit logique de X.

Exercice 9 : (Extrait du probatoire 2006, exercice 5)


La combinaison de trois boutons poussoirs d’entrée a, b, et c permet
l’ouverture des coffres dont les sorties sont J, K et L. La table de vérité du système
est la suivante (voir page suivante).

24
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
a b c J K L
0 0 0 1 1 0
0 0 1 1 1 1
0 1 0 1 0 0
0 1 1 1 0 0
1 0 0 0 1 0
1 0 1 0 1 1
1 1 0 0 0 0
1 1 1 0 0 0

1- En observant les variations des entrées a, b et c, déterminer la logique


utilisée.
2- Nommer le code choisi pour remplir les colonnes a, b et c de la table de vérité.
3- Donner les équations simplifiées des sorties J, K et L, à l’aide du tableau de
Karnaugh.
4- Réaliser le logigramme du système en utilisant les portes NAND à deux
entrées.

Exercice 10 : (Extrait du probatoire 2003, exercice8).


En informatique, on est souvent amené à réaliser des tests de comparaison
de deux nombres binaires. Le montage de la figure ci-dessous représente un
comparateur élémentaire (voir page suivante).
On se propose de comparer les deux nombres A et B de 1 bit chacun.
1- Exprimer l’équation logique de chacune des grandeurs de sortie.
2- En déduire la table de vérité de ce comparateur.
3- Vérifier que :
- Si A>B alors S = 1 ; E = 0 ; et I = 0 ;
- Si A<B alors I = 1 ; E = 0 ; et S = 0 ;
- Si A = B alors E= 1 ; S = 0 ; et I = 0 ;

25
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
A B

2
3 S

1
3
2

1
3
2 E

1
3
2

1
3
2 I

Exercice 11 : (Extrait du probatoire 2003, exercice 9).


On donne le logigramme ci-dessous (voir page suivante) :
1- Dresser la table de vérité de S1 et S2.
2- Simplifier S1 et S2.
3- Reprendre le logigramme de S1 en utilisant seulement les portes NOR à deux
ou trois entrées.

26
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
A B C D

S2

S1

4
5 2
9

(Ne point considerer le rond a l’entrée 3 du OU exclusif à trois entrées)

« Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est. »
Jean-Paul Sartre.

27
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
CLASSE 4ième
DE REVISION GENERALE D’ELECTRONIQUE
SERIE
PF3

ETUDE DE QUELQUES CIRCUITS LOGIQUES INTEGRES :

Exercice 1 : Questions de technologie


1- Définir : multiplexeur, délai de propagation d’une porte logique,TTL, CMOS,
CAN, CNA, mémoire vive, mémoire morte, RAM, ROM,PROM, EPROM,
EEPROM, VIL, VIH, VOL, VIL, bruit, immunité au bruit.
2- Faire une étude comparative des familles TTL et CMOS sur les points de vue
suivants :
- Densité d’intégration ;
- Retard de propagation ;
- Consommation énergétique ;
- Tension d’alimentation.
3- Dessinez le symbole d’un multiplexeur en faisant ressortir toutes les entrées et
toutes les sorties possibles.
4- Citez deux avantages à réaliser une fonction logique à l’aide d’un multiplexeur.
5- Quelle est la différence entre un GRAFCET de niveau 1 et un GRAFCET de
niveau 2 ?
6- A quoi sert le GRAFCET ? Donner les règles d’évolution d’un GRAFCET
7- Quelle est la différence fondamentale entre une RAM et une ROM, entre une
ROM, une PROM, une EPROM, une EEPROM ?
8- Qu’est ce qu’un démultiplexeur, un décodeur ?

Exercice 2 : Le multiplexeur.
1- Réaliser un multiplexeur à 8 entrées.
2- A l’aide de ce multiplexeur, réaliser la fonction logique suivante
Z  ABC  ABC  ABC
3- Soit le montage de la figure 1 (voir page suivante), il s’agit d’un multiplexeur à
8 entrées (74151). Identifier ses différentes entrées et donner le rôle de
chacune d’elles.
4- Donner la table de vérité de ce circuit.
5- En déduire l’équation de la sortie Y
6- A l’aide de ce multiplexeur, réaliser la fonction suivante : F  AC  AB  BC

28
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Vcc
U1
4 5
X0 Y
3
X1
2 6
X2 Y
1
X3
15
X4
14
X5
13
X6
12
X7

D 11
A
A 10
B
9
B C
C 7
E

74151

Exercice3 : Décodeur et afficheur


1- Concevoir un décodeur 1 parmi 8.
2- Concevoir un décodeur DCB-décimal.
3- On désire afficher les chiffres de 0 à 9 à l’aide d’un afficheur 7 segments.
Concevoir un décodeur DCB- 7 segments permettant de traduire les 4 bits
d’entrée DCB en leur configuration décimale à l’aide des 7 segments de LED.

Exercice 4 : Le multiplexeur à deux entrées


1- Concevoir un multiplexeur à deux entrées.
2- Le circuit de la figure suivante comprend 3 multiplexeurs à deux entrées.
Trouver la fonction réalisée par ce circuit.

I3
MUX
I2

Z
MUX

I1
MUX
I0

S1 S0

29
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
5ième
CLASSE REVISION GENERALE D’ELECTRONIQUE
DE PF3 SERIE

Exercice 1 : Redresseur simple alternance.


Soit le montage de la figure suivante :
La diode est supposée parfaite (résistance nulle en
polarisation directe, résistance infinie en polarisation inverse). La
tension d’alimentation est e(t)=Emsinωt, avec Em= 100V.
1- La charge est une résistance pure R = 250Ω.
1-1- Analyser le fonctionnement du montage.
e
ud 1-2- Tracer le graphe des tensions u(t) et ud(t).
R 1-3- Calculer la valeur efficace de la tension u(t) et le
courant moyen Ic dans la charge. En déduire la
puissance dissipée dans la charge.
1-4- Comment doit-on choisir la diode D pour la charge ?

2- La charge est un récepteur de f.c.e.m. E = 50V et de résistance interne r =50 Ω.


2-1- Faire le schéma.
2-2- Analyser le fonctionnement du montage
2-3- Tracer le graphe des tensions u(t) et ud(t).
2-4- Calculer les valeurs moyennes et efficaces de la tension et du courant aux bornes de la
charge.

Exercice 2 : Extrait du probatoire 2003, exercice3


Soit le montage de la figure ci-contre. On donne
Ve  6 2 sin t ; E1=4V ; E2=3V
R1=2 Ω et R2=5 Ω.
R1 1- Etudier le comportement des diodes et
tracer la caractéristique de Vs en fonction
D2
du temps.
Ve D1 2- En déduire la caractéristique de Vs en
E1 E2 fonction de Ve
3- Tracer la caractéristique du courant I en
fonction du temps.
NB. Le théorème de Thévenin est recommandé
pour la résolution de cet exercice
Exercice 3 : Ecrêteur bilatéral à deux diodes Zéner.
On donne le montage de la figure suivante R = 560 Ω, Rc = 2K Ω ; les diodes
sont identiques
R
En remplaçant les diodes par leurs
modèle linéarisé lorsque V0=0,6V ; rd=20
Ω ;Vz=9V et rz=8 Ω
D1 U 1- Analyser le fonctionnement de ce
Rc circuit
V
2- Tracer la caractéristique de
transfert U(v).
D2 NB. Le théorème de Thévenin est
recommandé pour la résolution de cet
exercice

30
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
CLASSE 6ième
DE REVISION GENERALE D’ELECTRONIQUE SERIE
PF3

THEME : Le transistor bipolaire à jonction.

Exercice 1 : Questions de cours


1- Donner le nom et le symbole des deux types de transistor bipolaire à jonction.
2- Donner les quatre régimes de fonctionnement du transistor bipolaire.
3- Quand dit- on que le transistor bipolaire fonctionne en commutation ?
4- Expliquez brièvement l’ ‘effet transistor’.
5- Qu’exprime l’hyperbole de dissipation maximale sur la caractéristique statique
d’un BJT ? Quelle en est l’équation ?
6- Donner le modèle à diode des deux types de transistor bipolaire.
7- En quoi consiste la polarisation d’un transistor ?
8- Quelles sont les quatre grandeurs caractéristiques du point de repos d’ BJT.

Document : Symboles et caractéristique du transistor bipolaire à jonction.

31
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
Exercice 2 : Polarisation par pont.
Soit le montage suivant : On décide de déterminer les différents éléments du
montage de façon que pour un courant de base de
repos IB0 = 2mA et VCC = 8V, les coordonnées du point
R2 Rc IC0 de repos soient : VCE0 = 4,8V, IC0 = 200mA, VBE0 =

IB0 0,65V.
VCC 1- Calculer RC puis écrire l’équation de la droite de
IP
charge.
R1 VBE0
2- Calculer sans négliger IB0, les résistances R1 et
R2 pour que le courant IP soit de 13mA.

Exercice 3 : Probatoire 2003, exercice 5.

VBE
Ra RC

U0
0,6V

Rb VBE
IB(mA)

Le transistor de la figure ci-dessus est caractérisé par un réseau d’entrée


indiqué par une droite horizontale VBE = 0,6V, pour toute valeur de IB>0.
1- Appliquer la loi des nœuds au point B pour déterminer la relation entre V BE,
U0, Ra et Rb.
2- Retrouver cette relation par application du théorème de Thévenin.
3- Déterminer le point de repos du montage pour U0 = 10V, Ra = 200 KΩ,
RC=1KΩ, Rb = 50KΩ et β = 148,5.

Exercice 4 :
On considère le montage de l’exercice 2.
Données permanentes : VCC = 9V ; R2 = 1,8KΩ ; en outre, la caractéristique d’entrée
du transistor passe par les points A(0mA ; 0,6V) et B(1mA ; 0,8V).
1- Déterminer l’équation de cette caractéristique.

32
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
2- Etablir l’équation VBE(IB) de la droite d’attaque (Δ) ; dans cette équation, seule
R1 (variable) figurera sous forme littérale.
3- Déterminer graphiquement ou par calcul les valeurs V BE1 et IB1 obtenues
quand R1 = 0,2KΩ.
4- Calculer la valeur R’1 de R1 qui permet d’obtenir un courant IB2 = 0,5mA.
5- Calculer la valeur R’’1 de R1 pour que VBE1 = 0,8V.

Exercice 5 : Transistor bipolaire en régime de commutation. (Probatoire 2007).


Le circuit de la figure suivante représente un transistor fonctionnant en
commutation. On donne R1 = 15KΩ ;
R2=100KΩ
RC = 2,2KΩ ; E1 = 12V ; E2 = 12V
RC
VBESAT = 0,7V ; VCESAT = 0,3V.
1- Dans le cas où Ue=0V,
Us calculer VBE en supposant
R1 E1
que le courant de base est
négligeable, et en déduire
Ue
R2 l’état de fonctionnement
E2 (bloqué ou saturé) du
transistor.

2- Calculer la valeur de Us ainsi que la puissance dissipée dans Rc, dans le cas
ou Ue=0V.
3- Dans le cas où Ue = 12V et en supposant le transistor saturé, calculer les
courants circulant dans R1, R2, RC ainsi que celui circulant dans la base du
transistor. En déduire le coefficient d’amplification minimal de saturation βsat
du transistor.

33
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.
ABOUT THE AUTHOR
NGOUNE Jean-Paul is a teacher in the electrical
department at GTHS KUMBO. He is teaching this year
in the following subjects: Power electronics, Electrical
Machines, Digital Circuits, Electricity-Electronics, and
Automation.
Any suggestion or critic is welcome…

NGOUNE Jean-Paul, PLET, M.sc.(Electrical Engineering).


P.O. Box: 102 NSO, Kumbo, Cameroon.
Phone: (+237) 7506 2458.
Email : jngoune@yahoo.fr
Web site : www.scribd.com/jngoune

34
Révision générale d’électronique_Jean-Paul NGOUNE.

Vous aimerez peut-être aussi