Vous êtes sur la page 1sur 68

Vibrionaceae

Dr Awa Ba Diallo
Laboratoire de Bactériologie-Virologie
CHU Aristide Le Dantec
Objectifs
• Connaître les caractères communs des espèces de
la famille des Vibrionaceae
• Connaitre les caractères bactériologiques de Vibrio
cholerae
• Décrire la physiopathologie du choléra
• Décrire les étapes du diagnostic bactériologique
• Connaitre les antibiotiques à tester sur une souche
de Vibrio cholerae
• Connaitre les modalités de la prévention du choléra
au sein d’une communauté
Plan
• Définition et Classification
– Famille des Vibrionaceae
– Vibrions d’intêret médical
• Vibrion cholerae
• Définition-historique
• Caractéres bactériologiques
• Epidémiologie
• Physiopathologie
• Pouvoir pathogène
• Diagnostic biologique
• Traitement
• Autres Vibrions
Vibrionaceae
• 3 grands groupes
– Vibrio responsable du Choléra: V. cholerae O1
– Vibrio non cholérique ( VNC)= Vibrion non
agglutinable (NAG) ou Vibrio non O1
– Vibrio halophiles
Vibrionaceae
Famille Vibrionaceae
définie par 7 caractères Communs:
– Bacilles à Gram négatif droits ou incurvés
– Mobiles grâce à un flagelle polaire ou Mixte
– Poussant en aérobiose et anaérobiose
– Non exigeants
– Fermentant les glucides
– NAR (+)
– Possédant une cytochrome-oxydase
Les Vibrio d’intérêt médical
• V. cholerae
- espèce de Vibrio comportant ~ 200
sérogroupes O mais seuls sérogroupes O1
et O139 ----> formes graves de choléra
et des pandémies

– 2 Biotypes : Cholerae et El Tor


• Autres espèces:

- Tolérant des concentrations variables de NaCl


selon les espèces (halophilie)

- V. parahaemolyticus, V. vulnificus
V. mimicus, V. fluvialis, V. alginolyticus
Intérêt
• Clinique
- Fuite d’eau+ sels = choléra
- Déshydratation sévère
• Epidémiologique
- Maladie hydrique
- Maladie des “mains sales”
- Problème de santé publique
• Pas de vaccin pour arreter une épidémie
Classification
• Famille: Vibrionaceae
• Genre: Vibrio
• Espèces : Nombreuses
• Sérogroupes: ≥ 200
• Sérotypes: 3
• Biotypes:2
• Principales espèces
- Vibrio cholerae
- Vibrio parahaemolyticus
- Vibrio alginolyticus
• Sérogroupes
oSupport sérogroupage: AgO
- O1 à O200
oSouches responsables du choléra
- O1 : Principale
- O139 : Secondaire
• Sérotypes : au nombre de 3
Ogawa- Inaba- Hikojima
Support sérotypage: protéines paroi
• Biotypes: Au nombre de 2
V. cholerae el tor
V. cholerae cholera ou (classique)
Support biotypage: nutrition

Vibrio cholerae O1 Ogawa el tor ( Sénégal)


Vibrions
Vibrions cholériques Vibrions non cholériques

• 1 espèce: V. cholerae, 2 • V. cholerae des sérogroupes


autres que O1 ou O139
sérogroupes, O1 et O139
• Autres espèces de vibrions
V. parahaemolyticus
V. vulnificus
V. alginolyticus

• Espèce d’origine marine


• Espèce d’origine marine occasionnellement adaptées à
l’homme
adaptées à l’homme

Réservoirs: homme et environnement Réservoir: environnement marin


Quizz ?
Au Moyen-Age, une terrible pandémie a ravagé la
population en Europe. Quelle était cette maladie ?
• La grippe aviaire
• La peste noire
• Le choléra
Vibrio cholerae
Vibrio cholerae
Définition
Vibrions: bacilles à Gram négatif, incurvés, aérobies-
anaérobies facultatifs, mobiles par un seul cil polaire.
Mobilité en vol de moucheron ou en banc de poisson

• Vibrio cholerae = agent responsable du choléra,


- découvert en 1854 par PACINI à Florence
- cultivé en 1883 par R. KOCH au Caire
Le cholera
Le choléra: maladie infectieuse diarrhéique

o à caractère épidémique
o d’origine bactérienne
o extrêmement contagieuse
o strictement adaptée à l’homme
Une maladie bien connue…

(description d’une maladie qui pourrait être le choléra


plus de 400 ans avant Jésus-Christ)
Historique et actualités du choléra
• 7ème pandémie actuelle
1961 : Part des Iles Célèbes (Indonésie),
1962: Dissémination en Asie
1965 : Moyen Orient , une partie de l’Europe
1970 : Afrique
1991 : Atteint l’Amérique Latine
Depuis 1991, renaissance du choléra se manifestant
par une augmentation importante du nombre de cas
dans le monde et par des épidémies
• catastrophiques en Afrique
• 8ème pandémie (?) due à V. cholerae O139

1992, apparition Inde et Bangladesh


(souche Bengal)
1994, 11 pays asiatiques touchés
1998, réapparition d’épidémies
importantes dans plusieurs pays d’Asie
Caractères bactériologiques
1. Morphologie
Etat frais: Bacille Mobile avec un cil polaire (monotriche)
Mobilité dite « Vol de moucheron » ou « banc de
poissons »

Coloration de Gram
Bacille à Gram (-) isolé, parfois groupé
par 2 ou plus,
Forme: incurvé en virgule
Asporulé
Acapsulé
2. Morphologie
Bacille à Gram négatif incurvé (en virgule)

Corps bactérien incurvé

ciliature polaire
2. Caractères culturaux

o Culture facile sur milieux nutritifs usuels,


o Bactérie AAF
o Oxydase (+)
o Résistance :
- Conditions de salinité (7% de Nacl)
- Bile, sels biliaires
- pH alcalin
2. Caractères culturaux
• Milieux sélectifs
- Gélose TCBS (Thiosulfate, Citrate, Bile,
Saccharose)
- Gélose nutritive alcaline: GNA

• Autres milieux : SS, Hektoen, EMB Milieu TCBS

• Bouillon d’enrichissement
Eau peptonée alcaline: EPA
Eau peptonée salée alcaline: EPSA
3. Caractères biochimiques

Caractères de famille

• Oxydase (+)
• Fermente le glucose
• NAR (+)
Caractères de genre
oGélatinase (+)
o Mannitol (+)
o Lactose (-)
o Gaz (-)
o Uréase (-)
o SH2 (-)
oLDC (+) ; ODC (+); ADH (-)
Caractères orientant vers Vibrio cholerae
o ONPG (+)
o Saccharose (+)
o Indole(+)
o Citrate Simmons (+)
o VP variable+/-
o Croissance sur milieu non salé
Caractères biochimiques
– Différenciation en biovars
– 2 biotypes de V. cholerae : cholerae et El Tor

Biotypes

Caractères cholerae el tor


VP (-) (+)
Hémolyse (-) (+)

Polymyxine Sensible Résistant


4. Caractères antigéniques
Antigènes de paroi
o Antigène O somatique thermostable,
lipopolysaccharidique (endotoxine).
- Nombreux sérogroupes O (>200).
- Souches responsables du choléra appartiennent au
sérogroupe O1 et O139
o Proteines = support du sérotypage
- Ogawa,
- Inaba
- Hikojima.
Pili : tiges protéiques rigides
Fixent le vibrion sur l’ entérocyte
Déterminants antigéniques de V. cholerae

Antigène A toujours commun


• Structure antigénique
– 1992 : sérogroupe O139 = "Bengal"
1) absence d’agglutination avec antisérum O1

2) agglutination avec antisérum spécifique O139

3) présence d’une capsule.


• Substances élaborées
– Enzymes extracellulaires (mucinase,
protéase, Hémolysine...)
pénétration bactéries dans revêtement
de protection des entérocytes (couche de
mucus)
adhésion bactéries à la bordure en
brosse de ces cellules
– Exotoxine protéique ++++ (entérotoxine)
• rôle essentiel dans physiopathologie
Toxine cholérique
• Constituée de 2 sous-unités
– Sous-unité A toxine
– Sous-unité B: fixe toxine sur entérocyte

• Entérotoxine
– Diarrhée
– Vomissements
Support toxine = plasmide
Epidémiologie
1. Habitat du vibrion
Réservoirs de germes: 2 niches écologiques
– Homme malade, convalescent, porteur « sain »
– Patients atteints de formes frustes ou inapparentes =
réservoir important transmission de la maladie.
– Germe retrouvé dans les selles (106-108 bactéries/ml)
et vomissements
Autres réservoirs = environnement souillé
• Eaux: égouts, eau douce ou salée, puits, rivière
fleuve, mollusques crustacées…..)
• Aliments: fruits et légumes
Epidémiologie
2. Modes de transmission
– Contamination par voie orale à partir du milieu
extérieur souillé par fèces des malades
– Vecteurs
Mains: maladies des « mains sales », Péril fécal
Eau: maladie « hydrique »
Aliments: fruits et légumes
3. Répartition géographique

– Asie et particulièrement en Inde depuis très


longtemps.
– XIXème siècle, choléra asiatique monde
entier Six pandémies
– 7ième pandémie : Indonésie (1961),
– Sévit encore aujourd'hui ; (Vibrio cholerae O
: 1 biotype el tor, sérotype Ogawa ou
Inaba).
Répartition géographique

– Afrique : 1970-1971 (Maghreb, est et ouest


africain)
– Europe Occidentale : 1971 (Espagne et
Portugal)
– Italie : 1973
– Amérique du sud : 1991
– 1992 : émergence du sérogroupe O139
(Inde et Bengladesh puis Afrique).
Le choléra dans le monde
1991-2004 2007-2009

Pays ou régions dans le pays ayant eu des épidémies de choléra entre 1991-2004
Pays avec des cas importés durant la même période
L’épidémie de choléra au Sénégal
Dernière : 1996 21 601 cas et 272 décès
Début épidémie Oct 2004 50,2% cas à Diourbel

Source IP Dakar
Epidémiologie
Berceau du choléra= Inde
Type endémique en Asie du Sud-Est et région du
delta du Gange
Réservoir potentiel: Fleuve de Gange

Afrique:
- Type épidémique : régions sèches, mortalité
élevée
- Type endémique: régions humides
Conditions pour qu’une épidémie se
développe dans une région
- Présence de vibrions cholériques, apportés par
l’homme, ou présents dans l’environnement
aquatique

- Conditions favorables au maintien des vibrions


cholériques du fait de mauvaises conditions
d’hygiène.

Le choléra= très bon indicateur du niveau d’hygiène


d’une population.
–Choléra

mesures exceptionnelles au
niveau national ou international
tout cas diagnostiqué
mesures préventives immédiates et
une enquête épidémiologique
Physiopathologie

– Cholera ≠ infection invasive.


– Pas de bactéries dans le sang !
Physiopathologie
Phase d’infection et fixation du germe
- Ingestion
- dose infectante de Vibrio cholerae
- Arrive dans l’intestin grêle
- Production de mucinase
- Destruction du mucus intestinal
- Vibrion accède aux entérocytes
- Fixe sur eux par ses pili
Physiopathologie
Colonisation surface intestin
- Multiplication dans intestin grêle sans traverser la paroi
intestinale.
- Libération exotoxine thermolabile protéique
(entérotoxine) ~ E. coli (ETEC)

toxine cholérique = protéine oligomérique


- Sous-unité B = fixation aux récepteurs GM1 ( 5 sous-unités B
11,5 kDa)
- Sous-unité A1 = véritable toxine, pénètre dans cellule (1 sous-
unité A1 (22,5 kDa) + 1 sous-unité A2 (5,5 kDa)
Phase d’intoxication
Pénétration de la toxine
Sous unité B
– Se fixe sur l’entérocyte
– Au niveau des gangliosides monosialiques
(GM1)
• Sous-unité A pénètre dans l’entérocyte
– Active l’adénylate cyclase
– Perturbe le cycle de l’AMP-cyclique
- Hypersécrétion d'eau et de chlorures
dans la lumière intestinale et
inhibition réabsorption sodium.

D’où diarrhée + vomissements


Mécanisme d’action de la Toxine
Cholérique
Immunité
• Acidité gastrique
• Immunité acquise repose sur deux
types d'anticorps protecteurs : IgG et
IgA (opsonisants et neutralisants).
• Immunité acquise de courte durée (2 à
3 ans): réinfections possibles et
fréquentes.
Pouvoir Pathogène
Une Diarrhée aiguë aqueuse, sans fièvre,
accompagnée de vomissements :

« une diarrhée sévère suivie de vomissements qui


tue les adultes en quelques heures est presque
toujours un choléra »

Choléra= toxi-infection intestinale aiguë


strictement humaine
Perte liquidienne intense:
Diarrhée (eau de riz) et vomissements
incoercibles

Lit de cholérique
Pouvoir Pathogène
• Incubation courte : 2 – 5 jours

• Maladie: Diarrhée profuse + vomissements ---


Perte liquidienne extrêmement importante (15-
20 litres)

• Selles aqueuses, claires avec débris muqueux (


selle en eau de riz)
• Sans traitement: Syndrome de déshydratation
aigue rapidement mortel en qql heures
Pouvoir Pathogène
Forme typique :
- Diarrhée liquide, aspect eau de riz
- Vomissements incoercibles
- Sans fièvre
- Sans traitement, en qlq heures: syndrome de déshydratation
aiguë rapidement mortel dans 50-60% des cas
Formes cliniques :
- Formes bénignes : diarrhée simple, sans vomissement ni
déshydratation
- Formes frustres
- Formes inapparentes (colonisation asymptomatique de
l’intestin)
- Formes atypiques: choléra sec
Déshydratation sévère Signe du plis

Cyanose du
visage
Yeux excavés
Diagnostic biologique
• diagnostic d'urgence bactériologique =
coproculture.

• Prélèvement peut être un simple écouvillonnage


rectal.

• Selles « eau de riz » isolement des vibrions


cholériques facile car = les seules bactéries
présentes et nombre très élevé
Diagnostic biologique
Collecte des selles
– Pot à usage unique en plastique stérile
– Écouvillons
– Spatule ou abaisse langue

Collecte de Selles fraichement émises


Dispositif de collecte et de transport
au laboratoire

Miieux de transport
Gélose Cary Blair
Diagnostic biologique
Premier cas
– Examen microscopique direct des selles (mobilité à
l'état frais et Gram) résultat présomptif.
– Mise en culture : milieux d'enrichissement et/ou des
milieux sélectifs:
• EPHA (eau peptonée hypersalée alcaline),
• GN (gélose nutritive),
• TCBS (Thiosulfate-Citrate-Bile-Saccharose).
– Colonies suspectes : anti-sérum polyvalent anti-O : 1
– Si agglutination : identification présomptive de Vibrio
cholerae sérogroupe O : 1.
Sur Gélose Nutritive Alcaline
Colonie de type S
– Rondes, lisses, régulières
– Taille moyenne
– Légèrement opaque

Sur TCBS
Colonie de type S,
couleur jaune due à a fermentation
du saccharose

EPHA Légère trouble avec voile en


surface
Diagnostic biologique
– Confirmation = indentification biochimique
espèce = Vibrio cholerae, puis biovar = V. cholerae
classique ou V. cholerae eltor ;
– Sérums monospécifiques sérovar Inaba, Ogawa
ou Hikojima

Sérogroupage
Caractères biochimiques de V. cholerae
Diagnostic biologique
• Autres cas :
– Examen microscopique direct des selles (mobilité à l'état
frais et Gram) résultat présomptif.
– Mise en culture : milieux d'enrichissement et/ou des
milieux sélectifs.
– Colonies suspectes : sérum polyvalent anti-O : 1
– Si agglutination, identification présomptive de Vibrio
cholerae sérogroupe O : 1.
– Sérums monospécifiques sérovar Inaba, Ogawa ou
Hikojima.
Diagnostic indirect
–Sans intérêt à la période aiguë mais
enquête épidémiologique
(diagnostic rétrospectif)
Mesures de prophylaxie
• Mesures d'hygiène: individuelle et collective pour
contrôler dissémination
• Vaccination:
– Vaccin classique: (bactérie tuée) protection ≈ 50-
60% sujets vaccinés pour 6 mois. N'empêche pas le
portage.
– Nouveau vaccin administrable par voie orale :
protection à 95% pour biotype classique et 65%
pour Eltor
• Vaccin oral inactivé: bactérie tuée + sous unité B (Ac-anti
O1 et Ac-anti O139)
• Vaccin vivant oral: CVD 103 HgR avec gène de la SUA
• Vaccin atténué de V. cholerae O139
• Chimioprophylaxie: antiseptiques intestinaux plutôt
que antibiotiques
Eléments de thérapeutiques
• Réhydratation et Correction acidose : essentiel du
traitement.
• Antibiothérapie
– élimination rapide des vibrions
– Tétracycline (doxycycline), ou sulfamide pendant 2
ou 3 jours.
– Guérison confirmée par négativation des
coprocultures.
Autres vibrions
Vibrions non agglutinables (NAG) ou Vibrions non
cholériques (VNC).
– Syndromes cholériformes sans gravité.

– Caractère entéropathogène : production toxine type


cholérique + entérotoxine ≈ celle de E. coli + invasion de la
muqueuse...

– Habitat = excréta malades + environnement aquatique (eaux


non salines).
Autres vibrions
Vibrions halophiles
– Habitat = environnement aquatique salin
– Particularité culturale = exigence ions Na+ pour croissance
optimale.
Infections intestinales et extra-intestinales.
Espèce particulièrement étudiée = Vibrio parahaemolyticus.
• Intoxications alimentaires
– Autres espèces = V. alginolyticus, V. vulnificus…
suppurations.