Vous êtes sur la page 1sur 34

Rapport

de stage

Spécification des exigences niveau intégré et smart des interfaces et tableaux de


bord pour le pilotage des opérations du transport du phosphate tenant compte
des besoins actuels de la mine.
Dédicace

A ma très chère et adorable mère


A celle qui a sacrifié sa vie pour moi et pour sa famille, j’espère qu’elle trouvera dans ce modeste

travail tout mon amour et toute ma reconnaissance et ma gratitude.

A mon cher père


A celui qui m’a soutenu tout au long de mes études, je t’offre le travail que tu as tant attendu.

A mes frères et ma sœur


Rachid et ma chère Sanae

A toute ma famille

A toute l’équipe administratif de l’UPM

A tous mes amis


Je vous remercie d’avoir été auprès de moi et je vous offre ce modeste travail.

ARAHHAL Mohammed Amine


Remerciements

Au terme de ce travail, je remercier mon parrain de stage,


l’engineur d’exploitation Benguerir, M. Abdellah BOURKOKO, pour ses
encouragements,2sa2patience,2son2aide,2et2pour2la2motivation2qu’il2
nous2a2apporté.
Je m’adresse, aussi mes sincères considérations à tout personnes qui m’a
aidé de près ou de loin pour réussir mon stage, et nous
exprimons2notre2reconnaissance2pour2leurs2grands2efforts2durant2
la2période2de2stage.
Nos remerciements vont également à M.BIJJA Ismail pour sa
participation2active et le temps qu’il a consacré à notre aide malgré sa
charge2de2travail.
A la même occasion, nous tenons à remercier M.ELKASIMI,
pour2ses2conseils2et2son2soutiens2durant2la2période2du2stage.
Nous éprouvons aussi un profond respect à M.ELAZIZI Hakim pour
leurs qualités humaines et leurs efforts qu’il a déployé pour que notre
travail2atteigne2ses2fins.
Nous2souhaitons,2aussi,2adresser2à2tout2le2personnel2de2la2société qui
a contribué de près ou de loin à l’élaboration de ce projet:
l’expression de notre gratitude.
Avant-propos

Le stage de fin d’études est le plus solide lien qui peut exister entre les
études théoriques et leurs applications dans la pratique ou dans
lelmarché2de.travail.
Dans cet esprit vient mon stage au sein de l’OCP, qui a duré deux
mois2et2qui était une occasion pour mieux se familiariser avec le monde
industriel et une bonne opportunité pour appliquer ce qu’on acquis à
l’université.
Pour cette occasion on m’a proposé comme sujet de stage de faire une
étude sur la communication entre les différents service ou plateformes de
l’OCP qui consiste à optimiser cet communication.
Le présent rapport va présenter une aperçue générale sur le groupe OCP ainsi
que le lieu du stage, puis on va présenter l’étude qui a été fait sur l’optimisation
de la communication au sien de cet grande entreprise marocaine.
Introduction

Le couronnement de chaque étude universitaire ou technique se fait toujours par


le2biais2d’un projet ou stage de fin d’études. Cela constitue une période
importante2dans2le2cursus2de2chaque étudiant et un moyen efficace pour son
intégration2dans2le2milieu2professionnel.2Dans2le cadre de mon projet de fin d’études à
l’université privée de MARRAKECH, j’ai été
accueillie du 20/05/2019 au 19/07/2019, au sein de l’Office Chérifien des Phosphates,
installée à Benguerir au sein de l’entité maintenance de la direction
de2production2de2Benguérir.
Le Maroc, pays ayant une longue tradition minière, produit en quantités
appréciables2une2large gamme de substances minérales : phosphates, plomb,
zinc,cuivre,cobalt,manganèse,fluorine,barytine….Le secteur minier et para-minier
qui2assure2plus2de235.0002emplois,réalise2un chiffre d'affaire de l'ordre de 18 milliards
de dirhams et participe à hauteur de 6% dans le PIB.
Les exportations minières représentent près de 20% en valeur et 80% en
volume2des2exportations2nationales, éléments, qui nous ont poussés à effectuer
notre2projet2de2fin2d’étude2chez2un2leader2mondial du secteur minier, l’Office
Chérifien2des2Phosphates,connu2actuellement2sous2la2dénomination de « OCP SA».
A travers ce rapport nous présentons notre travail sous forme de quatre
parties2principales.
➢ La2première2partie2de2ce2projet2consiste2à2prisenté2ll’ocp2BG d’une manière
générale.
➢ En2deuxième2partie2,2nous2allons2faire2une description de lieu de stage.
➢ En2troiséme2partie nous allons vous amener le projet sur le quelle
nous2avons2travaillé2et2c’était2mon2PFE.
➢ La dernière partie sera un résumé total du rapport.

Partie I
Présentation de l’entreprise

Cette partie est une présentation de la


société d’accueil. Nous allons donner une
brève présentation du groupe OCP, et nous
présentons, par la suite, le site de
Benguérir.
I. Présentation du groupe OCP

1. Introduction

Le Groupe OCP (abréviation d’Office Chérifien des Phosphates) est spécialisé


dans l’extraction, la valorisation et la commercialisation de phosphate et des produits
dérivés. Chaque année, plus de 30 millions de tonnes de minerais sont extraites du
sous-sol marocain qui recèle les trois-quarts des réserves mondiales.

Premier exportateur mondial de phosphate sous toutes ses formes, le Groupe


OCP écoule 95 % de sa production en dehors des frontières nationales. Opérateur
international, il rayonne sur les cinq continents de la planète où il réalise un chiffre
d’affaires annuel de 2,92 milliards de dollars à l'export (2007). (En 2008 : CA : 60,14
milliards de DH).

Moteur de l’économie nationale, le Groupe OCP joue pleinement son rôle


d’entreprise citoyenne. Cette volonté se traduit par la promotion de nombreuses
initiatives, notamment en faveur du développement régional et de la création
d’entreprises.

Dans un contexte de concurrence accrue, le Groupe OCP poursuit la politique de


consolidation de ses positions traditionnelles et développe de nouveaux débouchés
avec une exigence sans cesse réaffirmée : améliorer la qualité de ses produits tout en
maintenant un niveau élevé en matière de sécurité et de protection de
l’environnement.
2. Historique du groupe

1920 : Création, le 7 août, de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) : Début de l’exploitation en

souterrain du phosphate dans la région de Oued Zem sur le gisement des Oulad Abdoun, le 1er

mars. Descente du premier train de phosphate de Khouribga vers le port de Casablanca, le 30

juin. Premier départ des phosphates du Maroc, du port de Casablanca, le 23 juillet.

1931: Début de l’extraction en souterrain à Youssoufia (ex-louis Gentil).

1932: Ouverture du centre minier de Youssoufia. Premières expéditions du phosphate de Youssoufia

vers le port de Casablanca.

1936: Premier train de phosphate de Youssoufia vers le port de Safi.

1942: Création d une unité de calcination à «Louis Gentil».

1951: Démarrage de l’extraction en découverte à Sidi-Daoui (Khouribga). Début du développement des

installations de séchage et de calcination à Khouribga.

1954: Démarrage des premières installations de séchage à Youssoufia.

1959: Création de la Société Marocaine d’Études Spécialisées et Industrielles (Smesi), en mai. 1961:

Mise en service de la première laverie à Khouribga.

1962: Introduction de la mécanisation de souterrain à Youssoufia, le 19 septembre.

1965: Création de la société Maroc Chimie. Début de la valorisation avec le démarrage des installations

de l’usine de Maroc Chimie, à Safi. Extension de l’extraction à ciel ouvert à la mine de Merah El

Aharch (Khouribga).

1967: Introduction de la mécanisation du souterrain à Khouribga.

1969 : Entrée en exploitation de la première «Recette» de phosphate noir à Youssoufia.

1973: Création de la Société de Transports Régionaux (Sotreg) en juillet, de Maroc Phosphore en août

et de Marphocéan en octobre.

1974: Lancement des travaux pour la réalisation du centre minier de Benguérir, en mai. L OCP prend le

contrôle de la Société Marocaine des Fertilisants (Fertima), créée en Naissance de l’Institut de

Promotion Socio-Éducative (IPSE), en août.


1975: Création du Groupe OCP (décision de création en juillet 1974 et mise en place en janvier 1975).

Intégration des industries chimiques aux structures internes de l OCP, en janvier Création du

Centre d’Études et de Recherches des Phosphates Minéraux (Cerphos), en octobre. 1976: En mai,

transfert au Maroc du siège social de la société Phosboucraâ, dont l OCP détient 65 % du capital.

Démarrage de Maroc Phosphore I et Maroc Chimie II, en novembre.

1978: Création de l’Union Industrielle de Montage (UIM) en janvier. Démarrage de la première unité de

calcination à Youssoufia.

1979: Transfert des bureaux de la Direction Générale au nouveau siège à Casablanca.

1981 : Démarrage de Maroc Phosphore II. L OCP entre dans le capital de la société Prayon (Belgique).

1982: Début des travaux de construction du complexe chimique Maroc Phosphore III IV, à Jorf Lasfar

(mars). Démarrage du complexe de séchage d’Oued Zem.

1986: Démarrage des différentes lignes d acide sulfurique et d’acide phosphorique de Maroc Phosphore

III IV.

1987: Démarrage des lignes d’engrais de Maroc Phosphore III-IV (octobre-décembre).

1988: Chargement du premier navire de DAP de Jorf Lasfar (janvier).

1994: Démarrage du projet minier de Sidi Chennane.

1996: Création de la société Euro-Maroc Phosphore (Emaphos). Lancement des travaux de construction

de l’usine d’acide phosphorique purifié d Emaphos, à Jorf Lasfar (janvier février). Regroupement

des activités des deux sociétés Maroc Chimie et Maroc Phosphore au sein de Maroc Phosphore

(janvier). Introduction de Fertima à la Bourse des valeurs de Casablanca (30 % du capital) dans le

cadre du projet de privatisation de la société (octobre). Signature de la convention en matière

d’environnement avec le département ministériel chargé de l’Environnement. Création de l’Institut

OCP en décembre.

1997: En mars, accord d’association entre le Groupe OCP et le Groupe indien Birla pour la réalisation, en

joint-venture, d’une unité de production d’acide phosphorique à Jorf Lasfar de tonnes de P 2 O 5

par an. Dans le cadre de cet accord, la société Indo-Maroc Phosphore (Imacid) est créée par l OCP

et la société Chambal Fertilizers and Chemicals, Ltd du Groupe Birla (novembre). Accord de

coopération «OCP Grande Paroisse» pour l’utilisation de l’usine de Rouen (travaux à façon).

Adhésion au protocole «Responsable Care».


1998: Démarrage de la production d’acide phosphorique purifié (Emaphos, Jorf Lasfar), le 31 janvier. Le

Groupe OCP obtient le Prix national de la Qualité.

1999: Démarrage de la production d’acide phosphorique de l’usine d Imacid à Jorf Lasfar, le 1er

novembre.

2000: Mise en marche de l'usine de flottation à Khouribga.

2002: Prise de participation dans la société PPL (Inde) dans le cadre d’une joint-venture avec le Groupe

Birla.

2005: Démarrage de l'usine de Lavage/Flottation à Youssoufia.

2006: Projet nouvelle ligne DAP t/an à Jorf Lasfar.

2008: La Société Anonyme OCP SA est née le 22 janvier : Démarrage de Pakistan Maroc phosphore à Jorf

Lasfar (PMP).

2009: Démarrage de Bunge Maroc phosphore à Jorf Lasfar (BMP).

3. Fiche d’identité

Date de création de l’OCP : 1920

Date de création du Groupe OCP : 1975

Date de création d’OCP SA : 2007

Réserves de phosphate : 20 milliards de tonnes sur un total mondial de 50 milliards

Production : phosphate et dérivés phosphatés (acide phosphorique, engrais)

Sites de production :
Phosphate : Khouribga, Benguérir, Youssoufia, Boucraâ-Laâyoune

Dérivés : Safi, Jorf Lasfar

Ports d’embarquement : Casablanca, Jorf Lasfar, Safi, Laâyoune

Effectifs : 19.874 dont 856 ingénieurs et équivalents


chiffre clés de 2019

Le chiffre d’affaires s’est élevé à 55 906 millions MAD (5,95 milliards USD), en hausse par
rapport à 48 503 millions MAD de 2017 (5,00 milliards USD).Sites chimiques

4. Sites miniers :

Depuis 1965, le Groupe OCP s’est doté de complexes chimiques spécialisés dans la production
d’acide phosphorique et d’engrais. Ces derniers se trouvent sur deux sites géographiques distincts :
Safi et Jorf Lasfar.

La moitié de la production environ est concentrée puis exportée comme produit semi-fini (acide
phosphorique marchand) tandis que l’autre moitié est transformée localement en engrais solides. La
majeure partie de ces engrais est exportée, la faible partie vendue aux agriculteurs locaux est
amplement suffisante.

Actuellement, la plupart des unités d’acide phosphorique du Groupe OCP subissent un


“revamping” qui a permis d’augmenter sensiblement leur capacité de production.

▪ Safi
Premier site chimique du Groupe OCP, le complexe de Safi a démarré en 1965 pour valoriser
les phosphates de Gantour (région englobant les sites de Benguérir et de Youssoufia). Il se compose
de trois unités : Maroc Chimie, Maroc Phosphore I et Maroc Phosphore II. L’unité peut produire
chaque année 400 000 tonnes d’acide phosphorique et trois types d’engrais : 500 000 tonnes de TSP
(Triple Super Phosphate), 30 000 tonnes d’ASP (Ammonium Sulfate Phosphate) et 250 000 tonnes
de NPK (Azote Phosphate Potassium). Maroc Phosphore I et Maroc Phosphore II ont, quant à eux,
une capacité annuelle de production de 1,1 million de tonnes d’acide phosphorique (630 000 tonnes
pour la première unité et 470 000 pour la seconde) et 400 000 tonnes d’engrais MAP (Mono
Ammonium Phosphate).

▪ Jorf Lasfar
Situé sur le littoral atlantique (Figure 3), à 20 km au sud-ouest d’El Jadida, le complexe industriel de Jorf Lasfar
a démarré sa production en 1986. Cette nouvelle unité a permis au Groupe OCP de doubler sa capacité de
valorisation des phosphates.

Figure 3. Localisation géographique du site de Jorf Lasfar.

Le minerai de phosphate est extrait du sous-sol marocain qui possède les trois-quarts des réserves mondiales.
On peut citer comme sites d’extraction et de traitement:
▪ Khouribga
Khouribga constitue la plus importante zone de production de phosphate du Groupe OCP dont les réserves sont
estimées à plus de 35 milliards de m³. La capacité de production s’élève à 19 millions de tonnes par an.
Après son extraction, le phosphate épierré est stocké avant d’être repris pour alimenter les usines de traitement.
En fonction de sa teneur en BPL (Bon Phosphate of Lime), le minerai est classé en quatre catégories : HT (haute
teneur), MT (moyenne teneur), BT (basse teneur), TBT (très basse teneur).
Les phosphates HT et MT sont considérés comme des produits marchands sans enrichissement. Par contre, les
phosphates BT et TBT doivent subir un enrichissement avant leur utilisation dans la fabrication des qualités
marchandes.
▪ Youssoufia
Les réserves sont de l’ordre de 10,2 milliards de m³. Le gisement de phosphate de Youssoufia est constitué de
deux types de minerais. Un phosphate “clair” contenant peu de matières organiques, dont l’exploitation a
commencé en 1931 et mis en valeur à la fin des années 60, et le phosphate “noir” qui es triche en matières
organiques.
À Youssoufia, l’exploitation se fait en souterrain à l’aide de techniques modernes. Le potentiel d’extraction
avoisine les 1,2 million de tonnes de phosphate par an. Le site dispose par ailleurs de deux stations de chargement
de trains dont la capacité totale approche les 20 millions de tonnes par an. Le phosphate traité est ainsi transporté
par rail jusqu’à Safi pour alimenter les usines de fabrication d’engrais et d’acide phosphorique. Une partie de la
production destinée à l’exportation est expédiée via les ports de Safi, Jorf Lasfar et Casablanca. Depuis 1998, le
Groupe OCP exploite également la mine de Bouchane, située à 40 km du site de Youssoufia. L’extraction du
phosphate en découvert est réalisée au moyen de bulldozers. La production est ensuite traitée entièrement à
Youssoufia.
▪ Boucraâ-Laâyoune
Les gisements de phosphate d’Oued Eddahab sont situés dans les provinces du Sud, à 50 km au sud-est de la
ville de Laâyoune et à 1 200 km de Casablanca. Leurs réserves sont estimées à 1,13 milliard de m³.
Seul le gisement de Boucraâ est actuellement en exploitation compte tenu de ses réserves et de sa teneur; La
capacité de production est de l’ordre de 2,4 millions de tonnes par an. L’exploitation se fait à ciel ouvert. Une fois
criblé, le phosphate est transporté de Boucraâ jusqu’aux usines de traitement situées à Laâyoune-Plage; Sur place,
le phosphate est lavé par l’eau de mer, rincé par l’eau douce (provenant d’une usine de dessalement) et est ensuite
séché. Cette opération est destinée essentiellement à améliorer la teneur en BPL du produit et abaisser le taux
d’humidité. Le phosphate est ensuite acheminé jusqu’aux quais de chargement des navires, avant d’être exporté.
▪ Benguérir
Il S’agissant du site d’accueil, le site d’extraction de Benguérir sera décrit dans le paragraphe suivant.
Partie II

Présentation de lieu de stage

Cette partie est une présentation du


lieu de stage au site de Benguérir.
II. Présentation du site OCP de Benguérir

Figure 2 : présentation du site Benguérir


1. Bref historique

À 17 km à l’est de la ville de Benguérir et à 77 km de Youssoufia, la mine à ciel ouvert de


Benguérir est implantée dans la partie orientale du gisement de Gantour. Depuis 1965, le site fait
l’objet d’une série d’études géologiques de reconnaissance et de valorisation. Son plan de
développement a été conçu de façon à permettre une évolution progressive de la capacité de
production. L’étape actuelle vise à faire passer le potentiel d’extraction de 3,10 à 4,5 millions de
tonnes par an à l’horizon 2018.

Après extraction, le phosphate est acheminé par camions et par trains jusqu’aux industries
chimiques de Safi ou à l’usine de traitement de Youssoufia. Une partie de la production destinée à
l’exportation est expédiée via les ports minéraliers de Jorf Lasfar et Casablanca.

Les estimations des réserves de la mine de Benguerir s’élèvent à 1,744 milliards de mètres cubes.
Avec la cadence actuelle de production, ces réserves vont assurer une exploitation d’au moins 3
siècles.

Le phosphate extrait de la mine de Benguerir est entièrement valorisé dans les installations des
industries chimiques de Safi et aux usines de calcination de Youssoufia par voie ferroviaire.

Figure 2 : réserves marocaines des phosphates


2. Principaux services fonctionnels

Service méthode et planning (DEG/BG/P)

Il a pour mission essentielle l’élaboration des méthodes et planning pour l’extraction du


phosphate ainsi que celle des projets d’exploitation et d’épuisement.
Il s’occupe aussi des études (Géologie, plans, redressement des machines), il s’occupe de la
sécurité, de l’hygiène et de la gestion des laboratoires (analyse des teneurs).

Service contrôle de gestion (DEG/BG/C)

En liaison avec le service exploitation, le service contrôle de gestion contrôle toutes les
opérations
ayant impact sur la production, notamment les dépenses au niveau du prix de revient, analyse
des coûts et la gestion financière.

Service du Personnel (DEG / BG/A)

Il est en liaison directe avec tous les autres services de la division, il assure la gestion du
personnel par un suivi de la carrière des agents dès leur embauche jusqu’à leur départ tout en
respectant la réglementation en vigueur prévue par le statut du personnel et le manuel de
gestion ainsi que les notes diffusées.

Service d’exploitation (DEG /BG/E)

C’est un service chargé de l’extraction du phosphate : foration, sautage, décapage,


Défruitage et transport.
3. Les étapes de production avec les moyens techniques.

• Sondeuses électriques « 45R » et diesel sur pneus « T4BH » et « SK60 »

Foration : C’est une machine sondeuse destinée pour la foration des


trous verticaux dans le sol disposés d’une façon bien déterminée, de
telle sorte que l’on puisse utiliser des charges d’explosif a fin de sauter
le terrain pour le rendre facile à décaper.

Sautage : C’est l’opération qui consiste à fragmenter les terrains durs


par l’explosif « nitrate fuel ». Cette opération a pour but de remplir les
trous forés par l’explosif en tenant compte d’un schéma de tir
approprié.

• Draglines de type : P&H, M7500 et 200B

Décapage : C’est l’enlèvement des terrains morts pour accéder aux


couches phosphatées au moyen de grande machine appelée dragline.

• Chargeuses 992C WA800-3 ou pelles 155B.

Défruitage : Consiste d’abord à procéder au gerbage du phosphate.


Les tas constitués sont chargés sur des camions.

• UNIT-RIG et HAULPAK de charge 136 T et LECTRA HAUL de charge 110 T

Transport : Consiste à transporter le phosphate vers les trémies est


assuré par les camions.
• Traitements mécaniques :

Le produit issu du chantier d’extraction subit une série de traitements (Épierrage, Stockage, Reprise)
visant à réduire la quantité de stériles et à assurer la qualité requise par un mélange adéquat des différentes
couches.

Épierrage : Le phosphate est versé dans deux trémies qui alimentent


deux cribles de maille 90*90 mm destinés à l’élimination des grosses
pierres. Ces dernières sont évacuées vers deux mises à terril après
avoir subi un re-criblage de récupération et une fragmentation dans
un concasseur.

Stockage : Il est assuré par une machine appelée Stacker

Reprise : Le phosphate stocké par la machine stockeuse est repris


par une machine appelée Roue-pelle.

Criblage : Le phosphate criblé est stocké dans un parc secondaire


appelé parc d’homogénéisation, ils sont aux nombres de quatre, de
125000 m3chacun

Chargement des trains : Cette opération consiste à charger des


wagons dans une station de chargement à double voie alimentée
par une roue pelle via une trémie de réception et une cascade de
convoyeurs. Le positionnement des wagons est commandé par
deux locotracteurs.
4. Organigramme du pôle mines.

MON STAGE

Figure : Organigramme pôle extraction Benguerir.

La Division extraction de Benguérir est organisée en deux services opérationnels (Exploitation et


Maintenance) et deux services fonctionnels (Méthodes & Planning, Contrôle de gestion).

Partie III
Mon sujet de stage .

Cette partie est une présentation de sujet de stage.


Nous allons donner une brève présentation du
sujet, et nous présentons, par la suite, tous mes
missions durant ce stage.

1. Introduction :
Il est inconcevable aujourd’hui d’imaginer un groupe ou un club fonctionner

correctement et durablement sans politique de communication. Communication externe

pour augmenter les ressources financières vitales de l’organisation, mais également

interne pour optimiser le potentiel de la structure. Mais comment structurer ces canaux

de communication interne pour que chaque acteur du club soit investi dans sa mission

dans un esprit de réussite collective, surtout lorsqu’ils sont nombreux. Dans un premier

temps il faut faire le point sur les acteurs du club, leur rôle, leur mission. Dans un

deuxième temps il faut s’attacher à tracer des routes d’échanges entre chacun pour que

les actions personnelles s’unifient et créent une réussite collective et dans ce cadre mon

stage vient pour une mission de faire une étude sur la communication entre les différents

services et plateformes existant a l’ocp exactement dans le service extraction BG.

2. Présentation des moyennes de communication existant :

Avant d’entamer le cœur du sujet nous commençons par une description des
moyennes de communication utilise a l’ocp BG .
➢ La communication verbale(oral) :

➢ La communication par les tableaux et les affiches :


➢ La communication par les panneaux ou les plaques :
➢ La communication par les moyennes de communication(WhatsApp,Skype…) :

➢ La communication par radio fréquence ou talki walki :


➢ La communication avec la flotte :

➢ La communication professionnelle(rapports) :
➢ La communication par email :

➢ La communication se forme de réunion :


3. Planning de stage avec les taches réalisé :

La premier et la Les deux premières semaines sont


deuxième semaine. juste pour la découverte des
déférents services de l’ocp BG.

-la visite terraine


-la préparation de questionnaire.
La troisième et la - le remplissage des questionnaires
quatrième semaine. par les conducteurs et les
responsables.

-La collection des questionnaires .


La 5ème et la 6ème
-l’analyse des données collecté .
semaine.

-La détections des problèmes noté


sur les questionnaires .
-la recherche des solutionnes.
La 7ème et la - la proposition des solutions trouvé
dernière semaine. au responsable de stage .
Le questionnaire utilisé :
4. Les problèmes rencontrés pendant l’étude fait pour les moyennes de
communication :

Les moyennes de comm utilisé Problèmes

Les affiches et tableaux Manque de mise ajour

Les panneaux et plaques Insuffisant

Radio fréquence ou talki walki Manque de réseaux dans les


panneaux de travail(chantier)

La flotte Manque de couverture total de


La flotte.
Réunion Absence ou retard des
personnes intéressé
Partie IV

Résume

Dans Cette partie on va


donner un Résumé général sur
tout le rapport .

Résume
Au terme de ce projet de fin d’études, une Brève rétrospective permet de dresser le bilan
du travail effectué avec ses difficultés, ses contraintes, mais aussi et surtout le supplément de
formation si riche dont j’ai eu la chance de bénéficier. A l’issue de ce stage, j’ai eu
l’opportunité pour enrichir et approfondir mes connaissances et d’en acquérir encore plus .Ces
connaissances ne sont pas uniquement technique et intellectuel, mais aussi au niveau
personnel et relationnel.

✓ Nous avons vu dans un premier cas une présentation de l’entreprise, pour nous mettre
en situation en ce qui concerne la production de phosphate avec tous ces étapes de puis
l’études jusque le stockage ou transporte du la matière.
✓ Ensuite nous avons vu en détails les moyennes de communication utilisée à l’ocp BG.
✓ Et en fin on a vu ensemble l’étude fait a l’ocp comment avait passé .

En résumé, nous pouvons confirmer que l’étude de ce projet à l’OCP au site GANTOUR
à BENGUERIR était intéressante pour notre formation. En effet, elle nous a permis
d’approfondir nos connaissances et d’appliquer des concepts technologiques dans le domaine
hydraulique.
Cette étude nous permet également une ouverture sur l’environnement et les conditions
de travail. Elle a constitué en ce sens une expérience très riche aussi bien sur le plan technique
que professionnel.

POINT DE VUE PERSONNELLE

Le stage c’est une belle expérience pour chaque un de nous par ce qu’il nous
donne une vision sur le marché de travail et ils nous facilitent aussi l’intégration
dans ces jobs-là , et pour moi j’ai bien apprécié ce stage à l’ocp care il m’a fait
apprendre plusieurs nouvelles choses comme la gestion des erreurs, temps,
équipe et ressources matérielles ou financier plus que ça comment tous sa ce
passe la communication entre les différents services dans les grandes
Entreprises comme l’ocp et comment faire réussir une étude .

Vous aimerez peut-être aussi