Vous êtes sur la page 1sur 10

Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences

Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

Les transferts de chaleur


Introduction.

Définition : Un transfert de chaleur ou transfert thermique entre 2 corps est une interaction
énergétique qui résulte d’une différence de température entre les 2 corps.

On distingue habituellement 3 modes de transfert de chaleur :


1. La conduction thermique ou diffusion thermique
2. Le rayonnement thermique
3. La convection

Ces trois modes sont régis par des lois spécifiques et feront ainsi l’objet de chapitres
différents, cependant strictement parlant, seuls la conduction et le rayonnement sont des
modes fondamentaux de transmission de la chaleur ; la convection, tout en étant très
importante, ne fait que combiner la conduction avec un déplacement de fluide.

En outre il est rare qu’une situation particulière ne concerne qu’un seul mode : le plus
souvent 2 sinon 3 modes entrent en jeu. Il sera donc nécessaire de poser correctement les
problèmes pour prendre en compte ces différents mécanismes.

N’oublions pas qu’un autre mode de transfert, qui ne fera pas l’objet ici d’étude, existe : il
s’agit des changements d’état.
1-La conduction

La conduction est définie comme étant le mode de transmission de la chaleur (ou


l’échange d’énergie interne) provoquée par la différence de température entre deux régions
d’un milieu solide, liquide ou gazeux ou encore entre deux milieux en contact physique.
(gradient de température dans un milieu).

Dans la plupart des cas on étudie la conduction dans le milieux solides, puisque dans les
milieux fluides (c'est-à-dire liquide ou gazeux), il y a souvent couplage avec un
déplacement de matière et donc mécanisme de convection.

La conduction est le seul mécanisme intervenant dans le transfert de chaleur dans un solide
homogène,
La conduction s’effectue de proche en proche :
Si on chauffe l’extrémité d’un solide il y a transfert progressif.
Si on coupe le solide, on stoppe le transfert.

Exemple : Barre de métal chauffée à l’une de ces extrémités.

On comprend donc intuitivemment que la conduction a une origine microscopique. Il


s’agir d’un mécanisme de diffusion de la chaleur.
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

Le module de conduction radiale :


1-Description de l’expérience 1 :

Entre deux corps dont la température est différente se produit inévitablement un flux
calorifique, la chaleur se déplaçant du corps chaud vers le corps froid jusqu'à l’équilibre de
température. Aucun moyen ne permet d'empêcher l'échange de chaleur. Seule son intensité
peut être modifiée.

1 e 2

T�1 T�2

K1 K2

T1 T2 x

1-Mode opératoire :

-Considérons une barre cylindrique limitée par deux sections terminales (réchauffeur-
refroidisseur) dont les températures sont T1 et T9. Examinons le profile de température le
long de la barre cylindrique dans laquelle la propagation de la chaleur s’effectue dans une
direction parallèle a l’axe de cette barre ,revient a suivre la variation de température pour
plusieurs sections dont les températures sont T1,T2,T3,………….ET T9.Ces points de
mesure sont numérotés de gauche a droite et la distance d’un point de mesure au point
suivant est toujours de 10mm.
Dans cette manipulation, on procède suivante :
-monter l’élément d’essai n°1 et régler le débit d’eau de refroidisseur (un débit faible mais
constant).
-mettre l’appareil en marche et régler le puissance sur l’appareil de commande et
d’affichage pour des valeurs de 10, 20,30, et 40 watts aux essais A, B, C.
-lorsque l’état de conduction thermique est stationnaire, c’est-à-dire quand les
températures aux différents points de mesure sont stables et n’évoluent plus, relever les
indications des différents points de mesure (utilisation du bouton de sélection) et de la
puissance électrique de la source de chaleur affichée.
1- Les tableaux et les courbes avec la réponse des questions :

Test Puisance T1(C°) T2(C°) T3(C°) T4(C°) T5(C°) T6(C°) T7(C°) T8(C°) T9(C°)
N° (w)

A 10 40.9 37.4 39.2 37.1 35.2 72.5 32.8 32.6 31.7


B 20 67.6 62 63.5 59.3 57.3 91.2 52.7 52.2 49.4
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

C 30 76.3 69.4 68.7 49.6 44.8 76.8 35.1 31.8 27.3


Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

a-traçage de le profil de température pour chaque essai :

Essai n°1

T (C°) 40.9 37.4 37.1 35.2 32.8 32.6 31.7

x (mm) 0 10 30 40 60 70 80

y = -0,1059x +
39,772
R² = 0,9394 d’où R= 0.9692
Essai n°2
T (C°) 67.6 62 59.3 57.3 52.7 52.2 49.4

x (mm) 0 10 30 40 60 70 80

y = -0,2066x + 65,772
R² = 0,9684 d’où R= 0.9840
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

Essai n°3 :

T (C°) 76.3 69.4 68.7 49.6 44.8 35.1 31.8 27.3

x (mm) 0 10 20 30 40 60 70 80

y = -0,6373x +
75,071
R² = 0,9519
d’où R= 0.9756

- Détermination de la coonductivité thermique avec la relation de Fourier :


Relation de Fourier (conduction adial) :
Q = - λ A d T/ d x ou ;
A : la section perpendiculaire a l’écoulement du flux
λ : conduction thermique du métal utilisé
T : la température relative a la longueur x
X : la longueur du barreau métallique
Q : le flux de chaleur
Pour : Q=10W λ =(Q/A)/(d T/d x) =(10/0,9.10-3)/115 =96.61 w/C°.m
Pour : Q=20W λ =97.68 w/C°.m
Pour : Q=30W λ =54.42 w/C°.m
Pour : Q=40W λ= 69.85 w/C°.m
Les valeurs pratique de λ (conductivité du laiton) sont relativement proche de la valeur
théorique qui est de 80,80 w/°K .m.
Les incertitudes sont à couse de le mauvais matériel et plus au moins notre lecture
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

Description de l’appareillage :

L’appareil est constitué de deux modules d’échange de chaleur


- Module de conduction linéaire, constitué par deux barres cylindriques à sections
multiples, en laiton, alignées et isolées. Une barre est chauffée électriquement tandis
que l’autre est refroidie à l’eau. Une section intermédiaire de 30 mm peut être
insérée entre les deux barres.
Chaque barre est munie de trois points de mesure de température le long de son axe
installé à des intervalles de 10 mm.
- Module radiale constitué d’un disque isolé en laiton d’épaisseur 3mm chauffé en
son centre par une résistance électronique et refroidi sur sa périphérie ce disque est
équipé de six prises de température positionnées radialement.

Tous les instruments sont reliés à une console électrique qui permet le réglage de la
puissance de chauffe à l’aide d’un autotransformateur. Cette console est équipée d’un
wattmètre digital et d’un commutateur à neuf positions qui permet l’affichage digital des
températures mesurées.

MODE OPÉRATOIRE :
:
1) Conduction thermique le long d’une barre simple :

Procède de lecture des températures :

Sélectionner une position bas sur l’interrupteur de puissance (environ 10 W),


attendre le régime stationnaire puis procéder à la lecture des 09 températures sur
l’afficheur digital de température. Cette procédure doit être répétée pour deux
autres puissances de 15 et 20 W.
Les température lors des trois essais ne doivent pas dépasser 100°C risque de
détérioration du matériel Les résultas obtenus sont :

Test Puisance T1(C°) T2(C°) T3(C°) T4(C°) T5(C°) T6(C°) T7(C°) T8(C°) T9(C°)
N° (w)

A 10 38.5 38 37 32.8 31.4 31.0 30.2 29.3 27.9


B 20 48.7 47.5 46 39.4 36.9 36.5 35.8 34.4 32.8
C 30 58.5 57.3 55.4 47.3 44.5 44.3 43.7 41.7 33.1
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

courbes de températures le long de la barre :

2- Détermination du cœfficient de conductivité thermique k du laiton :


Pour Conduction thermique axiale :

On utilise la régression linéaire pour les tracés des courbes :

On sais que : p = - k A (dT/ dX)

(- p/KA) dX = dT

(- p/kA)  dX =  dT

Ti = (- p/kA) Xi+ b

Ti= a Xi + b et on cherche a et b selon la méthode

On trouve pour : P= 10W Ti = - 1.3983 Xi +39.892

P=15W Ti = - 2.1083 Xi +50.331

P= 20W Ti = - 2.9133 Xi +61.878

On sais que : Q = -k A (dT / dx)  p = Q = -k A (dT /dx)

 dT/dx = - P / k A
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique

On l’obtient du graphe car c’est la pente a

 a= - P / k A

 k = -P / a A

Calcul de A :
A = πd2/4 = 3.14 * (25 *10-3)2/4
A=4.906 E-4 m2

Donc à partir des droites obtenues on pourra déduire les valeurs de k selon la puissance

K (p=10w) = 145.77w/m°c

K (p=15w) =145.02 w /m°c

K (p=20w) = 140.1 w/m °c

Comparons les résultats avec les valeurs typiques du laiton contenus dans les tables :

La valeur typique sur le k du laiton sur les tables est :


k théorique =109-140 W/m°C à (23 °c)
On remarque que les valeurs du coefficient de conduction thermique expérimental sont
presque dans l’intervalle de k théorique

Conclusion :

Pour déterminer le coefficient de conductivité thermique d’un conducteur il est


nécessaire d’effectuer plusieurs expériences sur ce dernier et calculer la moyenne des k
afin de s’approcher le maximum possible de la valeur exact de k
On doit aussi éviter les erreurs de mesure.
On déduit aussi que la température influe sur le coefficient de conduction donc il faut
prendre toujours en compte la température sur laquelle on travail

On connaissant la température entre deux point a différente position, le coefficient


de transfert de chaleur et la surface d’échange de chaleur (surface perpendiculaire
au flux de chaleur). On pourra déduire la température à la source ainsi la puissance
fournis.
Université Med boudiaf de M’sila - Faculté des Sciences
Département de génie mécanique Tp :La conduction thermique