Vous êtes sur la page 1sur 4

Annales.

Economies, sociétés,
civilisations

Nicole Loraux, Les expériences de Tirésias, le féminin et l'homme


grec
Madame Annie-France Laurens

Citer ce document / Cite this document :

Laurens Annie-France. Nicole Loraux, Les expériences de Tirésias, le féminin et l'homme grec. In: Annales. Economies,
sociétés, civilisations. 45ᵉ année, N. 4, 1990. pp. 880-882;

https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1990_num_45_4_278876_t1_0880_0000_002

Fichier pdf généré le 12/04/2018


COMPTES RENDUS

interroge sur la Grèce qui semble si Metroon et le Bouleutérion Nicole


proche travers les figures terribles de Loraux propose une interprétation de la loi
Demeter Clytemnestre Hécube Malgré la écrite et gardée dans le temple de la Mère
licence elle est donnée de associa comme trace tracé inscription empreinte
tion libre qui amène aussi Rome des andres De même que suivant la Dike
chez Coriolan Nicole Loraux questionne le corps de la femme est censé être le récep
écart manifeste entre Shakespeare et les tacle de la semence mâle qui reproduit
Grecs Ainsi naît la question novatrice qui identique un fils image du père de
va donner son impulsion ouvrage même le temple de la Déesse accueille pro
aurait-il Athènes aussi mais autrement tège le typos la marque de la loi de la cité
dans le deuil des mères un enjeu pour la Ainsi expliquerait ce paradoxe de la place
politique telle que la vie en cité la primordiale du temple de la déesse la plus
définit sauvage au ur de espace politique
Le livre propose des pistes Il suggère que Athènes comme un corps de mère en
la législation tendant limiter le luxe des attente de écriture du père
funérailles vise moins déjouer les voies de On aura deviné la présence de Freud en
la propagande aristocratique limiter filigrane tout au long un livre dont un
les risques dus invasion du pathos dans des intérêts est précisément de ne plus tant
une cité perturbée par la lamentation des regarder la Grèce travers les codes de la
mères Car si le deuil est consubstantiel au psychanalyse que de relire Freud partir
destin de la femme voir les pages magnifi un hellénisme autrement interrogé
ques sur Hécube) il exprime dans des autrement compris
excès qui en eux-mêmes menacent équi
Annie-France LAURENS
libre du politique sans il faille songer
une crainte chez les hommes une prise du
pouvoir par les femmes cette occasion
comme certaines interprétations Anti-
gone en révoltée ont pu le laisser croire
Aux origines de la littérature grecque Nicole LORAUX Les expériences de Tiré-
retentit la colère Achille qui ouvre sias le féminin et homme grec Paris
Iliade Nicole Loraux reconnaît la mani Gallimard 1989 397
festation de la ménis fondatrice des
déesses dont elle suit la dérive de la colère Nicole Loraux rassemblé 13 articles
la sécession Demeter) au meurtre rédigés entre 1977 et 1985 qui relèvent tous
des enfants mâles de époux chez les un même axe de recherche discerner la
femmes mortelles Ces mères meurtrières place du féminin dans le monde grec Elle
Clytemnestre Médée Procné et les ne rédige pas un essai sur la place ou le rôle
autres atteignent la cité en ses forces vives de la femme grecque Elle piège la féminité
et en même temps justifient leur exclusion est-à-dire une des composantes de
de la citoyenneté Ainsi toute mère qui humain elle va révéler au centre
pleure la mort un enfant est-elle en fait même de homme grec de Vaner
pour les Grecs objet un soup on de homme le plus viril le citoyen hoplite
culpabilité sous le deuil et les larmes le héros révèlent un jour ou autre cette
féminines il pas innocence car une part de féminité ils ont incorporée La
femme est toujours cause de ses propres féminité est dans les larmes Achille dans
larmes la demeure de son deuil dans enfouisse
Alors pourquoi installer la Mère des ment de son corps brisé par le chagrin
Dieux en son temple sur Agora sous voiles et péplos Mais elle est aussi
Athènes si près du lieu du pouvoir poli dans la terrible souffrance du corps mâle
tique que souvent se confondent le dont la peau est tranchée pénétrée par le

880
ANTIQUIT LA GR CE ET ROME

trait amer dont le sang coule Mortel ou elles étaient citoyennes et votaient est
dieu aucun échappe Ni Héraclès qui elle qui impose la loi de son père et aussi la
subit une telle peine après avoir souffert loi de Cronos contre les prérogatives des
en femme la limite du tolerable il vieilles déesses Erinyies Gé Themis
ne lui reste plus mourir en homme Ni Phoibé..
Ares dont la peau est traversée par le trait on ne trompe pas cependant
de Diomède guidé par Athéna Les déesses Nicole Loraux est pas la recherche des
non plus échappent pas cette souf origines une archéologie du passé La
france Hera atteinte au sein par les traits Grèce elle interroge va Homère
Héraclès Aphrodite blessée par Dio Platon elle enquête sur le théâtre et le dis
mède toujours lui et derrière lui tou cours des historiens essentiellement Héro
jours et encore Athéna Cette douleur un dote et Thucydide mais occasion des
seul mot peut exprimer celui qui dit la témoignages plus tardifs Plutarque Pau-
souffrance du corps de la femme accou sanias sont invoqués Elle révèle une
chant et souvent en mourant Souffrance Hélène de Troie absente elle-même fan
du lit qui équivaut celle du champ de tôme irréel une dure nemesis contraint
bataille quivalence officiellement séduire sans le vouloir détruire sans le
reconnue par la cité Athènes qui produit savoir Ce leurre envoyé par Zeus pour
une série de stèles funéraires représentant éprouver la race des hommes est bien une
la femme morte en couches mettre en enfant de la Nuit dans la mouvance de
parallèle avec la série des stèles représen Tromperie des Songes de Nemesis
tant la mort du guerrier Hélène ni pouvoir ni responsabilité
Athéna seule ne souffre aucune atteinte Elle est agent un destin elle révèle Il
dans son corps La déesse dite pourant est pas du propos de auteur de savoir si
au féminin est quasiment le modèle de la elle fut un jour déesse et si elle est encore
réduction au minimum de la part féminine en quelque contrée grecque au ve ou au
Elle ignore la contrainte du mariage la par ive siècle ailleurs la question ne présente
turition la blessure au combat la détresse que peu intérêt dans la mesure où les ori
morale On en vient se demander si elle gines sont trop souvent supposées et
un corps support émotions surface reconstruites de nos jours pour les besoins
écorcher A-t-elle un corps sous son péplos une argumentation et une idéologie
sous son chiton elle porte contemporaines Ainsi auteur se
tunique homme ou de femme selon ses détourne-t-elle non seulement et classique
occupations II 733-738 Reste-t-il ment trop de la question des déesses pri
encore une surface on ôté outre mordiales mais encore va-t-elle
la tunique le bouclier égide le gorgo- prendre en faute archéologie philolo
neion et peut-être parfois la cuirasse si on gique Benveniste 245)
en croit Homère Que peut avoir vu Tiré- un pôle donc Athéna et autre
sias surprenant au bain la déesse Pour Hélène De pas assez de corps trop de
quelle vision perd-il la vue avoir corps Mais dans les deux cas la féminité
entrevu impensable vacuité Même chavire dans une sorte absence irréa
Nicole Loraux oserait affirmer qui lité où ne la tirent que la souffrance les
pourtant démontre que le problème de la larmes et le tumulte un autre côté
dénégation de la féminité chez Athéna Athéna la moins féminine des déesses
passe aussi par là par ce corps qui se pré mais peut-être faudrait-il regarder aussi
sente toujours masqué voilé Car la déesse vers Hestia) oppose Héraclès le plus
assume avec une belle constance la dénéga féminin des héros grecs Affirmation évi
tion du féminin est elle qui prive les dence concernant celui qui tient tout des
femmes Athènes de leur nom de leur femmes passe de femme en femme
citoyenneté car dans un temps antérieur Omphale Hebe qui revêt le péplos des

881
COMPTES RENDUS

dames en tournant la quenouille qui meurt écorché corps parturiani et cas ultime et
une tunique érotique qui connaît toutes pour tout dire regrettable il agit de
les démesures de la gaster le ventre dévora- femmes Aristote Pol II 1269b 32-39)
teur expression des excès de appétit des corps combattant
femmes appétit sexuel par lequel elles Mais se souvient-on que Tirésias dans
épuisent les hommes et goinfrerie du une autre histoire qui est pourtant la même
glouton divin Seul parmi les hommes il ne fut pas aveuglé avoir vu le corps
accomplit le meurtre féminin par excel Athéna mais transformé en femme pour
lence le meurtre de ses propres enfants avoir séparé serpent mâle et serpent
Sans cesse le corps Héraclès est un corps femelle Incorporation parfaite
laborieux un corps peinant pris dans le adéquation Expérience vécue pendant
pono Mais alors impose la question de quelques années au sortir de laquelle rede
savoir comment dès la fin du ve siècle il venu aner il dut avouer que dans amour
pu être pensé comme un philosophe Cela le plus grand plaisir est du côté des femmes
fut rendu possible par la transformation occasion les Grecs associeraient donc
même de image du philosophe devenu au féminité et plaisir Voilà une part des
ive siècle le paradigme de homme viril expériences de Tirésias dont il convient
courageux qui ose vivre dans son corps peut-être de se enir Faute de quoi il se
explorer le connaître pour mieux le pourrait on ne parlât que une part du
dominer pour en faire une métaphore de féminin autant plus que cette révélation
âme rendue ainsi visible Héraclès peut pour importante elle soit semble
revendiquer ce corps pleinement assumé et ne pas aller de soi puisque pour avoir
en même temps totalement investi par la faite Tirésias est nom eau puni aveu
psyché Corps glorieux au-delà aup nos glement Car le voir est fondamental dans
après exploit dans le repos un accom expérience grecque de la féminité et de
plissement cela Nicole Loraux est consciente au
Nicole Loraux parvient donc démon point peut-être de se laisser enchaîner
trer que le monde grec su penser et expri réduire Tirésias son regard négligeant
mer de multiples échanges entre le masculin momentanément je suppose son savoir
et le féminin ou plus exactement plusieurs
Annie-France LAURENS
modalités incorporation du féminin en
cela le mythe de Métis engloutie par Zeus et
suscitant le surgissement Athéna toute en
armes Fille de son Père reste fonda
teur Ainsi apparaît-il que la stricte sépa
ration entre le féminin et le masculin Josine BLOK Peter MASON eds Sexual
pas autre lieu expression que celui du asymmetry Studies in Ancient Society
politique et seulement lorsque la cité fonc Amsterdam Gieben 1987 ix-
tionne Si la guerre et pire encore stasis 298 p. 15 fig
la violence intérieure viennent ébranler la
cité alors même la polis assiste au brouil Cet ouvrage collectif pour objectif de
lage et aux échanges de rôles les femmes déplacer le débat de étude de la condition
peuvent armer repousser ennemi féminine celle des catégories du masculin
mourir en révélant tant andreia on et du féminin dans leurs diverses articula
leur accorde une sépulture collective tous tions et dans leur dissymétrie puisque la
les ossements confondus comme pour les Grèce et Rome ne constituent nullement
citoyens-soldats morts pour la cité une exception la règle de prévalence mas
La féminité exprime travers le corps culine
il soit masculin ou féminin corps Le point de départ du livre est cependant
appétant corps souffrant corps déchiré pris plus haut dans historiographie du

882