Vous êtes sur la page 1sur 97

Décisions d’investissement et de

financement
axe 1: L’étude décisions
d’investissement
Porte sur :

généralités

Les paramètres d’un projet

Les critères de sélection en avenir certain

Les critères de sélection en avenir incertain
Définition de l’ investissement


En comptabilité: un investissement est une immobilisation

En économie : un investissement est un bien durable et fixe

En finance : un investissement est une dépense qui génère des
flux futurs ( une machine, un brevet, une formation ,
une compagne publicitaire ou une var BFR)
La typologie des investissements

-
Classement par nature: I corporels, I incorporels, I financiers
-
Classification par secteur: I agricole , I industriel , I tertiaire
-
Classification par fonction: I de production, I commercial, I en RH
-
Classement par objectif: I de renouvellement, I d’expansion
I de modernisation, I d’innovation
- Classement en fonction de la stratégie: I défensifs I offensifs,
I d’intégration, de diversification, de spécialisation
L'étude des décisions de financement
Caractéristiques des décisions
d’investissement

Décisions stratégique

Décision risquée

Décision sous contrainte financière

Décision qui affecte l’équilibre financier

Décision qui implique tout les services
Processus d’investissement


La phase de la perception

La phase de formulation

La phase d’évaluation de la rentabilité

La phase de sélection
Les paramètres de l’investissement


La dépense d’investissement (dépense initiale)

Les flux nets de trésorerie ( cash-flows)

La durée de vie du projet

La valeur résiduelle du projet
Les composantes de la dépense
initiale
La dépense d’investissement comprend:
-
Le prix d’acquisition des actifs corporels ou incorporels hors TVA
-
les frais accessoires d’achat et d’installation hors TVA
-
les frais de formation de personnel
- les frais de démolition de bâtiment ou de démontage de l’ancien mat
-
Les effets induits sur les autres projets et leurs incidences fiscales
-
La valeur vénale des actifs déjà existant: cout d’opportunité
-
Les variations du BFR (proportionnel à l’accroissement de l’activité)
La dépense initiale est un cash-flow négatif
application
Le montant de l investissement en actifs corporels est retenu pour le montant
hors: 600000/1,2=500000
Les dépenses occasionnées par la mise en place de l’investissement: 20000dhs
HT
Le cout d’opportunité correspond à l’utilisation d’actifs appartenant à l’entreprise:
la valeur de la pièce est de 15000dhs
L’accroissement du BFR: l’accroissement des stocks +l’accroissement des créances
– l’accroissement des dettes fournisseurs:
20000+18000-7000=31000
Le produit net de cession d’une ancienne machine: Prix de cession – impôt sur la
cession;
La durée de vie


Il y a trois durées de vie:
- La durée de vie technologique
- la durée de vie comptable
- la durée de vie économique
Les cash-flows

Un flux de trésorerie est un flux réel net d’impôt,

il correspond à la différence entre encaissement réel et décaissement réel.
FNT ou CFN = Encaissement réel- décaissement réel
ou = recettes encaissées – dépenses décaissées

Il doit être calculé de manière différentielle: estimation du nouveau projet sur les
liquidités de l’Ese
CF = CF après l’investissement – CF avant l’investissement

Il doit être net d’impôt: CF net = CF brut – impôt

Il doit tenir compte de l’accroissement du BFR qui diminue les recettes
escomptées, la var du BFR est récupérée à la fin du projet

L’investissement peut conduire à une baisse des dépenses sans donner lieu à des
recettes additionnelles , la baisse des dépenses est retenue comme CF
Les modalités de calculs:
-
A partir des CPC prévisionnels: FNT = Résultat net prévisionnel + dotations – VAR
La variation du besoin en fonds de
roulement

Pour passer des flux encaissables aux flux réellement encaissées, il
faut tenir compte du décalage de paiement, c’est-à-dire la variation du
BFR

La var du BFR permet d’évaluer l’accroissement du besoin du cycle
d’exploitation née de l’investissement

Le calcul du BFR se fait de deux manière: normatif ou selon la
méthode des experts
la méthode normative: BFRE/CAHT x CA prévisionnel
la méthode des experts: emplois d’exploitation exprimés en jour CA –
ressources d’exploitations exprimés en jour du CA = BFRE en jour du CA
x CA prévisionnel
Les éléments à prendre en
considération

L’incidence de La fiscalité:

a prendre en considération l’impôt sur cession d’actifs au début et à
la fin du projet, l’ impôts sur le résultat pour l’estimation définitive du
CF, l’économie d’impôt sur les charges, en relation avec les dotations,
les déficits reportables

L’impact de l’inflation:

la difficulté de la prévision des taux d’inflation sur les recettes et les
dépenses conduit à adopter un taux unique pour les deux

Il est possible de raisonner en terme constant ou en terme courant
application


Calcul du ETE = EBE – var BFR

EBE = produits d’exploitation (encaissables)- charges d’exploitation(décaissables)
EBE = 300000-250000=50000

La var du BFR: (25000-18000)+(5000-3000)+(16000-13000)-(6000-7000)=13000

ETE = 50000-13000 soit 37000
La valeur résiduelle


La valeur des éléments corporels et incorporels constituant la valeur
du projet la fin de sa durée de vie augmenté au BFR

VR= recettes nettes probables des cessions d’éléments d’actifs+ BFR
récupéré
APPLICATION/ IMPACT DE L’IMPOT
années EBE AMORT EBE-AMORT T(EBE-AMORT) CFn = EBE- T(EBE- AMORT)

1 300 200 100 40 260

2 300 200 100 40 260

3 600 200 400 160 440

4 600 200 400 160 440

5 600 200 400 160 440


SUITE DE L’APPLICATION
ANNEES CF BRUTS AMORT EBE brut impôt CASH FLOWS NETS
1 300 400 -100 -40 340
2 300 240 60 24 276
3 600 144 456 182,4 417,6
4 600 108 492 196,8 403,2
5 600 108 492 196,8 403,2
APPLICATION/ CALCUL DIFFERENTIEL
DU CF

Calcul de la DI: prix d’acquisition 1000+VAR BFR

PC 420 VNA300 PV120 IS sur cession40,8 prix net de cession 379,2

DI = 1000+120-379,2=740,8
CF différentiel:
Situation Situation après CF différentiel
antérieure invest
Chiffre d’affaires 80000*6=480000 120000*6=720000 240000
Cout variable 80000*3=240000 120000*1,8=216000 -24000
Cout fixe 100000 100000 0
EBE 140000 404000 2640000
suite de l’application
années CF bruts EBE AMORT EBE- AMORT IMPÖT CF NETS

1 264 100 164 55,76 208,24

2 264 100 164 55,76 208,24

3 264 100 164 55,76 208,24

4 264 200 64 21,76 242,24

5 264 200 64 21,76 242,24


SUITE DE L’ÄPPLICATION


Calcul de la valeur résiduelle

1- récupération de la valeur résiduelle à la fin de la dernière année:120

2- prix de cession net e la machine: pv-impôt: 10-34% =6,6

Valeur résiduelle: 120+6,6 = 126,6 s’ajoute au dernier cash-flow

Les cash-flows des cinq années sont:
années 0 1 2 3 4 5
CF nets -740,8 208,24 208,24 208,24 242,24 368,84
Application: variation annuelle du

BFR
Le capital investi: prix d’acquisition + accroissement du BFR:
soit12M+(8%*13)=13,04
années 1 2 3 4 5 6
CA 13 14,3 15,73 17,30 19,03 20,94
MC: 0,3*CA 3,9 4,29 4,72 5,19 5,71 6,28
CHARGES D’exploitation 0,8 0,856 0,916 0,98 1,05 1,12
EBE 3,1 3,434 3,8 4,21 4,66 5,16
EBE-AMO (2) 1,1 1,434 1,8 2,21 2,66 3,16
EBE-T(EBE-A) 2,66 2,86 2,00 3,326 3,596 3,896
BFE 0,08 CA 1,144 1,258 1,384 1,523 1,675
VAR BFE 0,104 0,114 0,126 0,139 0,152
CF NETS 2,556 2,746 2,956 3,188 3,445 3,896/5,571
Application : montant du
désinvestissement/CF

Désinvestissement: CF positif

Prix de Cession net de la machine: 560000-104000 (impôt sur PV)
+récupération BFR 300000= 486000

Cash-flows bruts perdus: CF négatifs

CA- charges variables – perte flux du produit B

Soit: 300000-120000-15000=195000

Il reste trois annuités d’amortissement de 100000

La durée de vie résiduelle est de quatre ans
Suite de l’application
années EBE amort EBE-amort Impôt: T(EBE-AMORT) CF nets
1,2 et3 195 100 95 38 156
4 195 0 195 78 117
Évaluation de la rentabilité
économique

Comparaison entre rentabilité, rendement, productivité et
profitabilité

Rentabilité se mesure en rapprochant un résultat à des moyens mis en
œuvre pour l’obtenir

Le rendement mesure le potentiel de production d’un capital, il
s’exprime en unités physiques

La productivité mesure l’amélioration de la production

La profitabilité c’est l’aptitude de l’entreprise ou d’un projet de
générer des profits
Les différentes méthodes
d’évaluation

Délai de récupération

VAN

Indice de rentabilité

TIR
Le délai de récupération(PAY BACK

Le PERIOD)
PBP est le temps t nécessaire pour récupérer le capital investi
t tel que
DI: 70000 CF1 = 15000 CF2= 20000 Cf 3 = 27500 CF4 = 30000 CF5= 30000
périodes CF CF cumulés
1 15000 15000 t est entre la 3ème et la 4ème
année
2 20000 35000 ou t = 3+12*70000-62500/92500-62500
3 27500 62500 = 3 ans et 4 mois
4 30000 92500
5 30000 122500
Mode d’utilisation du PBP et ses
limites

Les Eses adoptant le PBP choisissent le projet qui présente le délai le
plus court ou bien le projet qui respecte une norme de récupération
prédéfinie

Le PEP est un critère de liquidité et non de rentabilité

Le PEP désavantage les projets qui démarrent lentement

Le PEP ignore les CF postérieurs au délai calculé

Le PEP n’actualise les CF
L’amélioration du PBP:

l’introduction de l’actualisation
L’actualisation est le procédé mathématique qui permet d’exprimer la
préférence du présent

Le PEP actualisé est le temps t nécessaire pour récupérer la DI

Le taux d’actualisation : c’est le cout du capital ou le cout d’opportunité ou un
taux de rentabilité envisagé

Période CFN Fact d’actualisation CF actualisés et cumulés

0 70000

1 15000 0,909 109080

2 20000 0,826 208200

3 27500 0,751 298320
La valeur actuelle nette (VAN)


La VAN est un critère qui consiste à comparer la DI aux CF actualisés:
VAN = - I +Σ CF ( 1+t) ou VNA = Ʃ CF (1+t)

Une VAN positive signifie que les liquidités dégagées sont supérieures
à la dépense initiale
remarque: Si les CF sont constants la VAN = ΣCF ( 1-(1+t))/t - I

exemple:

Période CF coefficients d’actualisation CF actualisés

0 -70000 -70000

1 15000 0,86857 13044
L’interprétation de la VAN


Le projet est acceptée si sa VAN est positive

Entre deux projets , il faut choisir celui qui présente la VAN la plus
élevée

Une VAN positive signifie: une récupération des capitaux investis, une
création de richesse et une rentabilité du projet qui correspond au
taux d’actualisation;

Limite
La comparaison entre projets de montants différents est faussée
L’indice de profitabilité ( return on
investment)

Définition:
IR ou IP mesure l’efficacité du capital investi en rapprochant les
CF actualisés au montant de l’investissement

Calcul:
IR = ΣCF (1+t)/ I
= (VAN + I )/ I ou VAN/I +1

Interprétation:

le projet avec un IR>1 doit être retenu et dans le cas de présence de
plusieurs projets , il faut retenir celui qui présente l’IR le plus élevé

Le taux interne de rentabilité (internal rate of
return)
Définition:
C’est le taux d’actualisation pour lequel la somme des valeurs
actuelles des CF d’un projet est égale à son coût ou encore le taux pour
lequel la VAN est nulle
Calcul:
TIR/ VAN =0 ou TIR / -Σ CF ( 1+TIR)- I = 0
Interprétation:
Le projet est accepté lorsque le TIR est supérieur au taux
d’actualisation utilisé
Le calcul du TIR :
Exemples

Exemple 1:

I =1532000 CF= 457000 n=5 t=15%

TIR / VAN =0 -1532000 +457000*(1-(1+TIR)/TIR = 0

-1532000/457000 = 3,352

Table financière n°4 : TIR = 15%

Exemple 2:

I = 70000 CF:15000;20000;27500;30000;30000

Itérations successives avec le taux de 20% et le taux de 19%

VAN 1= -1173 VAN 2= 758

Par interpolation TIR= 19,4%
Les limites du TIR


Les difficultés de calcul

La nécessité d’une norme pour pouvoir l’utiliser

L’existence pour un projet de TIR multiples

Le conflit avec la VAN

Inadapté à des comparaisons de projets ayant des durées ou des
montants différents (cas également de la VAN)
Application 7:

Délai de récupération simple: I = 1000 t = 8%
Années 1 2 3 4 5
CF 200 250 300 350 400
ΣCF 200 450 750 1100 1500
d= 3 + 1000-750/1100-750
d=3,71 la DI est récupérée après 3 ans et 8 mois
Délai de récupération actualisé
Années 1 2 3 4 5
Fac d’actual 0,9259 0,8573 0,7938 0,7350 0,6806
Cfa 185,18 214,33 238,14 257,25 272,23
Les difficultés d’application des
critères

Les difficultés de prévisions de la durée de vie et des cash-flows

La prise en comte du temps: le choix du taux d’actualisation

La prise en considération du risque

La prise en considération de l’inflation

Les problèmes d’interprétation: le conflit de critères

les alternatives incomplètes ( projets concurrents avec durées de vie
différentes ou DI différentes ou les deux)

Problème de rationnement du budget

Les projets subventionnés
Les difficultés de prévisions

Porte sur :

La durée de vie: le choix d’une dv affecte la sélection et le classement
des projets

Les cash-flows: la nécessité de disposer de l’information qui émanent
des services commerciaux et techniques
La prise en compte du temps


L’utilisation des taux d’actualisation différents à des projets
concurrents peut conduire à des classements différents

Le choix du taux est un acte stratégique

Les entreprises utilisent soit: le cout de capital, le taux de rentabilité
espéré ou le taux d’opportunité
La prise en compte de l’inflation

-
Le taux d’inflation est incertain
-
Les éléments du projet ne subissent pas de la même manière l’inflation
-
Les taux d’inflation peuvent changer d’une année à une autre
Solution de compromis:
-
Raisonnement en terme courant: prise en considération du taux d’inflation α
au niveau des CF ( CF * (1+α ))et au niveau du taux d’actualisation t : (1 + t)
(1+α)
-
Raisonnement en terme constant: actualisation des CF sans tenir compte de
l’inflation
application

I = 150000 n=3 PV pf = 12 PA mp = 8 main d’œuvre: 30dhs/h
période 1 période 2 période 3
Ventes (unités) 12000 15000 18000
Matières (kg) 4000 5000 6000
MO (heures ) 1800 2250 2700

Prévisions des taux période 1 période 2 période 3


Prix du produit 15% 14% 14%
Prix des matières 12 12 12
Taux de salaires 12 13 14
Première solution:
PERIODE 1
intégration
PERIODE 2
de
PERIODE 3
l’inflation
Q PU INF Q INF MI Q PU INF
MONTANT
INFLATE

Ventes 12000 12 1,15 165 600 15000 1,14 235980 180001,14 322821 1
Cout des m p 4000 8 1,14 38480 15001 1,12 51072 6000 1,12 68641
Cout de m o 1800 30 1,12 60480 15002 1,13 85428 2700 1,14 116866
R avant impôt 68640 99480 137314
Amort 50000 50000 50000
R imposable 18640 49480 87314
IMPOT 9320 24740 43657
R après impôt 9320 24740 43657
Amort 50000 50000 50000
CF après impôt 59320 74740 93657

1,1*1,12= 23,2%
VAN = -150000+59320/
(1,232)1 +74740*(1,232)2
+93657*(1,232)3 =
-2524,03
Sans l’inflation
PU Q MONTANT Q MONTANT Q MONTANT

VENTES 1212000 144000 15000 180000 18000 216000


COUT DES MATIERES 8 4000 32000 5000 40000 18001 48000
COUT DE MAIN ŒUVRE 30 1800 54000 2250 67500 18002 81000
R AVANT IMPOT 58000 72500 87000

VAN = -150000+ 58000/


(1,1 )1 72500/(1,1)2
+87000/(1,1)3 – 9320/
(1,232)1 - 27740/
(1,232)2 – 43657/
(1,232)3 = 21178
Les problèmes d’interprétation: les
alternatives incomplètes

Les projets concurrents non comparables:
- même dépense initiale mais des durées de vie différentes
- même durées de vie mais la dépense initiale est différente
- la dépense initiale et les durées de vie sont différentes
Cas des projets avec des durées de vie
différentes

Les solutions:
-
Le choix d’une de vie commune: le plus petit multiple commun
-
l’annuité équivalente: AEQ
-
C’est le CF annuel constant actualisé au taux t à l’instant 0 et dont la
somme est égale à la VAN simple
-
La VAN = AEQ * 1-(1+t)-n /t
-
AEQ = VAN * t/1-(1+t)-n
Application:

VAN (M)= 62,66 TIR (M) = 15,78%

VAN (N) = 75,71 TIR (N) = 16,45%
L’appréciation de la rentabilité sur un horizon commun: soit 12 ans
La VAN de M : 62,66 * ( 1+(1,1)-3 +(1,1)-6 +(1,1)-9 )= 171,68
La VAN de N : 75,71*(1+(1,1)-4 +(1,1)-8 ) = 162,74

L’annuité équivalente: AEQ * 0,1/1-(1,1)-n = VAN


Pour M : AEQ = 62,66 * 0,1/1-(1,1)-3 = 25,2
Pour N : AEQ= 75,71 * 0,1/1-(1,1)-4 = 23,88
Projets avec des dimensions
différentes

L’utilisation de l’indice de profitabilité

Projet A = 1000000dhs

Projet B = 800000dhs

IP A = 1,2

IPB = 1,3

C’est le projet B qu’il faut choisir
Le conflit des critères


Conflit des critères: divergences au niveau des résultats

Conflit entre IP et la VAN

Conflit entre la VAN et le TIR
conflit entre la VAN et l’indice de
profitabilité

VAN (X) = 100000 VAN( Y ) = 75000

IP (X) = 1,1 IP (Y) = 1,3

I ( X) = 500000 I ( Y) = 325000

En l’absence de contrainte de financement , opter pour le projet qui crée le plus


de valeur à condition que l’investissement différentiel (175000) soit rentable
En présence de contrainte de financement, choisir le projet dont l’IP est le plus
élevé
conflit entre la VAN et le TIR


Projet X projet Y

I = 3000 n =5 t= 9% I = 3000 n = 5 t= 9%

CF= 1100 par an CF : 300;500;800;2200;2800

VAN = 1278,6 VAN= 1692,1

TIR = 24,32% TIR = 22,56%
Les solutions au conflit du critères


Le taux d’indifférence

Les critères globaux: VAN intégrée et TIR intégré
Le taux d’indifférence


Est le taux pour lesquelles les VAN des deux projets sont identiques

VAN (A) = VAN (B)

VAN (A) – VAN(B) =0

- IA + ΣCFA*/(1+d)n - IB + ƩCFB/ ( 1*d)n =0
d se calcul comme le TIR et il est identifié graphiquement par le point
de rencontre des courbes de la VAN
Le taux d’indifférence est comparé au taux d’actualisation
Exemple
Années% 0 1 2 3 4 5
CF (X) -3000 1100 1100 1100 1100 1100
CF (Y) -3000 300 500 800 2200 2800
X-Y 0 800 600 300 -1100 -1700
d=18,58
Le taux d’indifférence et la multiplicité
des TIR

Le taux d’indifférence permet de résoudre le problème des projets qui
présentent plusieurs TIR

I = 750 CF : 1730 ; - 900 ; 110 ; 130 ; -330 t = 8%
VAN (X) = 38,53 TIR 1 = 1,21% TIR 2 = 57,85%

I = 750 CF = 600 ; 1000 ; 900 ; 850 ; 900
VAN = 66,05 TIR = 11,62%
d= 9,21% C’est le projet x qui crée plus de valeur
critères globaux: VAN et TIR
intégrés

L’origine du conflit l’hypothèse implicite de réinvestissement des CF
dans la VAN: les CF sont supposés réinvestis au taux d’actualisation
dans le TIR: les CF sont supposés réinvestis au taux interne de rentabilité


La disparition du conflit passe par le choix d’un taux unique de
réinvestissement des CF, taux d’opportunité qui s’offre à l’entreprise,
l’hypothèse de réinvestissement devienne explicite:


VANG = -I + Σ CF ( 1+r)n-1 / (1+t)n
APPLICATION:


I = 2500 CF = 800 pendant 5 ans t = 9% r = 13%

VAN= 611,72 TIR = 18,03%

VANG = Σ CF ( 1+r) / (1+t) – I = 869,38

TIRG = 15,70%
les alternatives incomplètes


Cas des durées de vie différentes:

utilisation d’une durées de vie commune: le plus petit multiple des Dv

Utilisation de l’annuité équivalente: CF constant qui donne la VAN:

La VAN= AEQ*(1-(1+t)/t) d’où AEQ= VAN *t/1-(1+t)
Application: taux d’indifférence


VAN (A)= 1278,6 VAN(B)=1692,1

TIR(A) = 24,32% TIR (B)=22,56%

Taux d’indifférence est le taux qui égalise la VAN de A et la VAN de B

Ʃ Cfa – I = Σ CFb - I

A-B = 800/1+t + 620/1+t +300/1+t -1100/1+t -1700/1+t

T = 18,58%
Le financement spécifique: la VAN
ajustée

Dans le cas d’un financement spécifique et avantageux, on calcule la
VAN ajustée

VAN ajustée = VAN économique + VAN du financement bonifié

VAN du financement bonifié: Ʃ B ( 1+ b)n

B = sont les annuités différentielles de remboursement de la dette
après impôt (capital et intérêts) entre un financement au taux de
référence et un financement au taux bonifié

b= le taux normal de l’emprunt en l’absence de bonification
Application
années 1 2 3 4 5 6 7 8
Cap remb 250 250 250 250 250 250 250 250
Int à 8% 160 140 120 100 80 60 40 20
Int à 8% après IS 99,2 86,9 74,4 62,0 49,6 37,2 24,8 12,4
Annuités après IS 349,2 336,9 324,4 312 299,6 287,2 274,8 262,4
Int à 4% 80 70 60 50 40 30 20 10
Int à 4% après IS 49,6 43,4 37,2 31 24,8 18,6 12,4 6,2
Annuités après IS 299,6 293,4 287,2 281 274,8 268,6 262,4 256,2
Annuités 49,6 43,5 37,2 31 24,8 18,6 12,4 8,2
différentielles
application


Calcul de la VAN/

VAN= -2000 + 400* 1-(1,12)-8 /0,12 = -12,94

TIR = 11,81%

La VAN de l’annuité différentielle: Σ B (1+t)-n = 174,72

La VAN ajustée = la VAN économique + la VAN financement bonifié

-12,94+174,72 = 161,78
La contrainte du budget et le choix
d’investissement

Dans le cas de présence d’un budget limités et des projets sélectionnés,
le critères utilisé pour retenir les projets est celui de l’indice de
profitabilité même si la VAN est le critère qui exprime le plus de valeur
créée
CHOIX DE PROJET ET CONTRAINTE
BUDGETAIRE
A B C D E F G H I J
VAN 0,14 0,58 0,99 0,25 1,06 0,32 0,64 0,48 4,94 -0,06
IR 1,04 1,29 1,2 1,03 2,06 1,32 1,21 1,16 1,82 0,99
class 8 4 6 9 1 3 5 7 2 rejet
Van (10) = 9,32
Projet E I F B G C H A D
Inv 1 6 1 2 3 5 3 4 9
cumul 1 7 8 10 13 18 21 25 34
APPLICATION


VAN des 9 projets= 8,51

IP = 1+8,51/18 = 1,47
LE RISQUE

Le risque est défini comme étant la survenance d’un événement non
souhaitable entrainant des pertes pour l’entreprise.

Le risque est né de l’incertitude et il y a plusieurs sources
d’incertitude:
-
l’environnement
-
Le secteur
-
L’entreprise
-
Le projet
L’évolution de l’environnement


Économique: conjoncture

Social: salaire minimum

Fiscal: taux d’impôt

Politique: stabilité du régime

Législatif et réglementaire :normes
Les réactions du secteur


L’intensité concurrentielle

Les entrants potentiels

Les produits de substitution

Les innovations technologiques

Les clients et les fournisseurs
L’adaptation de l’entreprise


L’impact sur la structure

L’assimilation de la nouvelle technologie

Les ressources humaines nécessaires
Les caractéristiques du projet


La nature

La taille

la durée
L’ analyse du risque


Conduit à évaluer le risque et débouche sur trois stratégies:
- élaborer de nouvelles variantes moins risquées
-
Suivre certains paramètres du projet après son lancement
-
Faire un choix en intégrant le risque
Les méthodes empiriques


Minoration des prévisions les plus incertains

L’élimination des éléments incertains

Priorités à la flexibilité

L’analyse de la réversibilité

L’analyse de la sensibilité
La minoration des prévisions les plus
incertains
- ajustement du taux d’actualisation par l’intégration d’une prime de
risque
- ajustement des cash-flows par l’application des coefficients de
minoration
-
Ajustement de la durée
-
La suppression de la valeur résiduelle
La méthode probabiliste


Consiste à Calculer une espérance de la VAN à partir des CF moyens
espérés:
E(VAN) = -I + Ʃ E(CF) / (1+t)-n
E(CF) = Ʃ CF * p

Le risque est représenté par l’écart type de la E(VAN)
Ϭ (VAN) = Ʃ Ϭ ( CF)/(1+t)2
Ϭ (CF) = Σp*( CF – E(CF))2
L’utilisation du MEDAF


Le taux d’actualisation t peut être le taux de rentabilité espérée du
projet pondéré par son risque

D’après le MEDAF:
E(Ri) = Rf + ϐ ( RM – Rf )
Rf : rentabilité son risque
RM : rentabilité du marché
ϐ : risque systémique du projet
Analyse de sensibilité


Consiste à déterminer l’origine du risque du projet en Calculant
différentes VAN avec des hypothèses pessimistes pour des paramètres
pris individuellement

Les paramètres retenus sont: le prix de vente, la taille du marché, la
part du marchè, frais fixes, cout variable unitaire, durée de vie, le cout
d’investissement
Analyse de sensibilité


Consiste à déterminer l’origine du risque du projet en Calculant
différentes VAN avec des hypothèses pessimistes pour des paramètres
pris individuellement

Les paramètres retenus sont: le prix de vente, la taille du marché, la
part du marchè, frais fixes, cout variable unitaire, durée de vie, le cout
d’investissement
Les décisions de financement

Ont pour objet :
- la mobilisation des ressources nécessaires pour le financement des
PI

- l'optimisation du cout de financement compte tenu d'une structure
financière donnée

Les sources de financement

Trois grandes source qui sont :
- les fonds propres

- l'endettement

- les quasi- fonds propres
Financement par fonds propres

D'origine interne : autofinancement - cession d'actifs



D'origine externe : l'augmentation du capital
Les avantages de l'autofinancement

La disponibilité

La gratuité

La flexibilité

L'autonomie

L'accroissement de la capacité d'endettement

L'autofinancement

L'AUT= EBE – AMORT – FF ) (1- T) + AMORT- DIV


de cette relation on déduit que l'autofinancement dépend des
performances industrielles et commerciales de l'entreprise EBE, de sa
politique de financement FF (l'emprunt est conditionné par
l'autofinancement et il permet de créer de l’autofinancement), la
politique d'amortissement AMORT(dégressive ou linaire) et de la
politique de dividende DIV( plus le taux de distribution du dividende
est élevé plus l'autofinancement est faible)
Calcul de l'autofinancement
N N+1 N+2 N+3 N+5
EBE 6000 8000 16000 32000 32000
AMORT 4000 4000 4000 4000 4000
EBE- AMORT 2000 4000 12000 28000 28000
FF 1400 1400 1400 1400 1400
EBE-AMORT-FF 600 2600 10600 26600 26600
IMPOT% 180 780 3180 7980 7980
RESULTAT NET 420 1820 7420 18620 18620
AMORT 4000 4000 4000 4000 4000
CAF 4420 5820 11420 22620 22620
DIVIDENDE 280 560 840 1120 1400
AUT = CAF-DIV 4140 5260 10580 21500 21500
L'autofinancement et la politique de dividende

La politique de dividende est source de conflit entre dirigeants et
actionnaires minoritaires : les dirigeants sont pour le maintien des
bénéfices dans l'entreprise afin d'assurer le financement des projets,
les actionnaires minoritaires sont pour la distribution de dividendes
afin d'alimenter leur consommation

Pour éviter une baisse des valeurs des actions suite à une vente des
titres par les actionnaires minoritaires surtout dans le cas des
sociétés cotées, les dirigeants adoptent souvent une politique de
distribution favorable aux actionnaires quite à financer les projets par
ressources externes

Les politiques de distribution de dividendes

la politique de dividende a un impact sur la valeur des actions cotées
c'est pourquoi les entreprises choisissent une politique qu'elles
respectent et la maintiennent pour éviter de perturber la valeur des
titres, les principales politiques sont :

Politique participative

Politique de dividende constant

Politique de dividende croissant

Politique de taux de distribution constant

( taux de distribution : div / bénéfice)

Les théories de la dividendes : relation entre la politique de distribution div et le prix de l'action P
- la thèse de Gordon : affirme la présence d'une relation entre DIV et P
P = SOMME DES DIV DISTRIBUES ANNUELLEMENT ACTUALISES AU TAUX DE RENDEMENT
- la thèse de Modigliani et Miller : dans un marché parfait , il n'y a pas de relation entre div et P
- la thèse de Peyard : d’après le comportement des titres observé sur les marchés financiers, une baisse du taux
de distribution ou du montant du dividendes entraînent une baisse de la valeur des titres
La cession d'immobilisations

Le recours à la cession d'immobilisation pour investir est réalisé dans
les cas suivants :

De renouvellement des actifs amortis

De retrait d'activités faiblement rentables

De changement d'activités


L'augmentation du capital par incorporation des
réserves : attribution d'actions gratuites
● La distribution d'actions gratuites se traduit par une dilution du capital : la capitalisation
boursière est répartie sur un grand nombre d'actions d'ou l'octroi d'un droit appelé droit
d'attribution dt
● N= 10000 N' = 5000
● Capitalisation boursière 4800000
● Valeur de l'action avant l'incorporation:4800000/10000=480
● Valeur de l'action après l'incorporation:4800000/15000=320
● Droit d'attribution dt = N'/N+N' *P = 160


Le financement par emprunts
● La typologie des emprunts :
● Emprunts bancaire à moyen et long terme
● Emprunts obligataires
● Crédit bail
La détermination du cout du capital : taux
d'actualisation

C'est le cout global de financement d'un projet appelé également
cout de capital ou cout moyen pondéré CMP

C'est la somme des différents couts des modalités de financement
utilisés pondérés chacune par sa part dans le financement
La détermination du cout de financement

Consiste à calculer :
- le cout de chaque source de financement

- le cout moyen pondéré CMP

Le CMP est la somme des couts des modes de financement pondéré
par le % de financement de chaque source
La détermination du cout de financement

Consiste à calculer :
- le cout de chaque source de financement( autofinancement,
augmentation du capital, emprunt , crédit bail...)

- la pondération de chaque modalité de financement:% dans le
financement global

K = P*K1 + D*K2 / P+K

P représente les fonds propres D les dettes K1 le cout des CP K2 le
cout des dettes
Le cout des capitaux propres pour l'entreprise

Correspond au taux de rentabilité exigé par les actionnaires :
- il est calculé par le medaf ou par la formule de Gordon-Shapiro

La formule de gordon :

k = DIV/ P ( div constant)

ou k =DIV/P +g ( g est le taux de croissance du div)

P représente le prix de l'action DIV le dividende

La formule du medaf : E(Rx) = rf+ B(E(Rm-rf)
application

Cours de l'action : 500 div : 44.5 taux de croissance du div 3%

Béta : 1.2 taux de rent du marché Rm 11% taux sans risque 6.5%

Le cout du capital d'aprés Gordon : div/P +g = 44.5/500+0.03 = 11.9%

Le cout du capital avec medaf : E(r) = rf + b(E(Rm) -rf)

= 0.065+1.2(0.11-0.065) =11.9%
Les pondérations des modalités de financement

Elles peuvent être


- comptables
- financières
Le plan d'investissement et de financement

Est un tableau en deux parties qui renferment les


prévisions des dépenses d'investissement et les
prévisions des financements.
La juxtaposition des dépenses et des ressources a
pour objectif de calculer les écarts entre les deux et de
les couvrir pour assurer l'équilibre financier
Le plan d'investissement et de financement
Les dépenses comptent : le reliquat des dépenses d'investiss
ement
des plans précédent, les dépenses d'investissement envisa
gés, les
besoins d'exploitations supplèmentaires, les frais d'établiss
ement,
les remboursements des emprunts, les dividendes, les prêts
et les
participation
Les ressources comptent :la CAF, l'EBE, les cessions d'actif
s, les
augmentations de capital et les emprunts à moyen terme

Vous aimerez peut-être aussi