Vous êtes sur la page 1sur 12

Chapitre B1

Leçon B1

Objectifs : -Identifier un moteur à courant continu


-Déterminer les grandeurs électriques et mécaniques d’un moteur à courant continu pour une
charge donnée et Commander un moteur à courant continu par un hacheur série

I. Mise en situation :
Activité de découverte : Système Parc à grumes :
Identifier les moteurs qui existent dans le système Parc à grumes

Nombre de moteurs Type

II. PRESENTATION :
1- INTRODUCTION :
Une machine à courant continu est une machine électrique : convertisseur électromagnétique
permettant la conversion bidirectionnelle d’énergie entre une installation électrique parcouru par un
courant continu et un dispositif mécanique.
 En fonctionnement moteur l’énergie électrique est transformée en énergie mécanique.
 En fonctionnement générateur l’énergie mécanique est transformée en énergie électrique. La
génératrice à courant continu est aussi appelée dynamo
Les moteurs à courant continu sont utilisés dans 3 domaines principaux :
Faible puissance : de l'ordre de 10 W : Lève-vitre, essuie-glace, …
Moyenne puissance: de l'ordre de 100 kW : Engins de levage: treuils, grues,
Forte puissance : de l'ordre de 100 MW: Traction électrique : T.G.V, …

2-CONSTITUTION :
La machine à courant continu comporte deux parties principales :
Le stator, appelé encore ……………………….., est la partie ……………………………... ;
Le rotor, appelé aussi ……………………………, est la partie…………………………….
Un ensemble collecteur – balais

- L’inducteur :
L’inducteur crée un champ magnétique à travers le rotor. Pour créer ce champ l’inducteur
peut-être constitué soit :
 D’un aimant permanent où le flux est toujours constant, la machine est dite à aimant
permanent
 Ou des bobines disposées sur le stator, la machine est dite à électro-aimant
- L’induit :
L’induit est constitué d’un cylindre d’acier doux, à sa périphérie sont placés des conducteurs
logés dans des encoches et reliés aux lames du collecteur sur lequel viennent frotter deux
balais
L’induit ou rotor porte des conducteurs parcourus par un courant continu (alimentation du
moteur), ses spires sont soumises à des forces dites de Laplace, entraînent la rotation du
rotor
-Collecteur :
 Le collecteur est un ensemble de lames de cuivre, isolées latéralement les unes des
autres, et disposées suivant un cylindre en bout de rotor. Ces lames sont réunies aux
conducteurs de l’induit.
 Le collecteur est le constituant critique des machines à courant continu, son usure
consécutive du frottement des balais nécessite un démontage et un ré-usinage périodiques.

Cours GE 4ST MCC Page 1/12


- Balais :
Les balais, portés par le stator, frottent sur les lames du collecteur. Ces contacts
glissants entre lames et balais permettent d’établir une liaison électrique entre l’induit, qui
tourne, et la plaque à borne de la machine pour alimenter l’induit.
3- Symboles
 Cas d’un moteur à rotor bobiné (électroaimant) Cas d’un moteur à aimant permanent

Induit
Induit
Inducteur (aimant permanent)

Inducteur (bobine)

4- Plaque signalétique :
La plaque signalétique représente la carte d’identité de la machine. Elle comporte les grandeurs
nominales assurant son fonctionnement normal
Soit l’exemple suivant :

PuN = 36.3Kw
nN = 1150 tr/min
UN = 440v
IN = 95.5A
uexN = 360v
iexN = 3A

III. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT :


1- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT EN MOTEUR :
Le moteur à courant continu est une application de la loi de …………………………à savoir : tout
conducteur parcouru par un courant continu et placé dans un champ magnétique sera soumis à
une force électromagnétique dont la direction et le sens sont donnés par la règle des trois
doigts la main droite.
Deux conducteurs de l’induit diamétralement opposés, sont parcourus par des courants de même
intensité mais de sens contraires, ils sont soumis à deux forces formant un couple de forces.

N x S

2- PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT EN GENERATRICE :


La Génératrice à courant continu est une application de la loi de …………………………à savoir
Tout conducteur en mouvement et placé dans un champ magnétique est le siège d’une ƒ.e.m.
induite (E) qui s’oppose à la cause qui lui a donné naissance et dont le sens est donné par la
règle des trois doigts de la main gauche .

Cours GE 4ST MCC Page 2/12


Pour une machine bipolaire la ƒ.é.m. aux bornes de l’induit a pour expression :
E : f.é.m. en (V)
E= ………..  : flux inducteur sous un pôle s’exprime en
weber (Wb).
n : fréquence de rotation s’exprime en (tr/s).
N : nombre de conducteurs actifs de l’induit

N S

3- REVERSIBILITE :
Le circuit inducteur étant alimenté, la machine à courant continu :
 Fonctionne en génératrice (dynamo) si on fait ………..….….l'induit par un procédé
d'entraînement. Elle transforme alors l'énergie ……….…….…en énergie ……….………
 Fonctionne en moteur si on …………….. l'induit par une source de courant continu. Elle
transforme alors l'énergie électrique en énergie mécanique.
Ce double rôle confère à la machine à courant continu le caractère de réversibilité
4- MODELISATION :

Générateur Moteur

5-INVERSION DU SENS DU RATATION:


Pour inverser le sens de rotation d’un moteur à courant continu :
 à électro-aimant, on inverse soit le sens du courant dans ………………….. ou dans ……………….
 à aimant permanant, on inverse seulement le sens du courant dans …………………………
6-Schéma équivalent de l’induit :
 En rotation, l’induit se comporte comme un récepteur actif ayant le schéma équivalent suivant :

Loi d’ohm aux bornes de U(V) : tension de l’induit


Ra() : résistance de l’induit
l’induit : U = ………..………
I(A) : courant de l’induit
E'(V) : f.c.é.m

Cours GE 4ST MCC Page 3/12


 Problème de démarrage :
Au démarrage : n = …..  E’ = …..  U = ……..  Le courant de démarrage direct Idd = ….…
Pour U=120V et Ra=2, Idd = ………………… Cette valeur du courant peut détériorer Le bobinage de
l’induit par échauffement excessif. Afin de limiter ce courant de démarrage plusieurs procédés de démarrage
peuvent être utilisés :
 Utilisation d’un Rhéostat de démarrage (Rh) :
- Avec rhéostat de démarrage : U = …………….…….
Id - Au démarrage : n = ….  E’ = ….  U = ……………...
- AN : U=120V, Ra = 2 et Rh = 58 :
Id = …….…..….
= …………....

 Alimentation sous tension réduite :


Il est également possible de faire démarrer progressivement le moteur sous une tension réduite jusqu’à
atteindre le régime de fonctionnement nominal.
 Remarque :
A tension U constante, on a E’ = ……………….
En régime nominal, on peut écrire RaI << U  E’  U  nN Ф = U  n = U/(N Ф)

Alors, d’après cette relation, la vitesse n et le flux Ф


sont.…………………......……proportionnels, c à d pour
une faible valeur de Ф la vitesse n devient très importante ce qui
risque ……..………………....le moteur.
Alors il ne faut jamais couper l’alimentation de l’inducteur lorsque l’induit est alimenté.

IV. BILAN DES PUISSANCES ET RENDEMENT :


1- Fonctionnement en charge :
Le moteur fonctionne en charge, c'est-à-dire son arbre entraîne une charge résistante qui s’oppose au
mouvement du rotor. Alimenté par la tension d’induit U le moteur absorbe un courant de charge I. Son bilan
énergétique est représenté par la figure ci contre :
PJI =………… PC =
…………

PaI = ……………. PaT = ……………. Péu = …………….


Pu = ………...

Péx = ………..
Pai = ………..

Puissance absorbée par le moteur :


Pa=……………………………………………………………………………………………( en ……………)
Pertes joules rotoriques ( dans l’induit ):
pjr =……………………………………………………..………….(………..)
Pertes joules statoriques (dans l’inducteur) ou pertes par excitation:

Cours GE 4ST MCC Page 4/12


pjs = …………………………………………………………………..(……….)
Pertes constantes ou collectives (pertes fers+pertes mécaniques) :
pc = pf+pm ( ………)
Ces pertes sont indépendantes du courant I donc de la charge entraînée. Elle sont les mêmes à
vide qu’en charge. Ces pertes sont déterminées au cours d’un essai à vide du moteur (le moteur est
découplé de sa charge).
Puissance électromagnétique (puissance électrique utile) :
Peu = …………..…….= ……………………………………………………………… (……….)
Puissance utile (puissance mécanique):
Pu = ……………….. = ……………………………………….……………………… (………)
Rendement : η = ………………………………………… le rendement peut être exprimé en % .

2-Fonctionnement à vide :
Le moteur est découplé de toute charge. Il fonctionne sous sa tension nominale U, l’induit absorbe
un faible courant I0 appelé courant à vide et tourne à la vitesse maximale n0 appelée vitesse à
vide. Le bilan énergétique est représenté par la figure ci contre :
Puissance utile : Elle est ………………………
Pu0 = ………………………………………..
Puissances perdues par effets joules (pertes dans le cuivre):
 Dans le circuit inducteur :
Pjs = ……………………………………
 Dans le circuit induit :
Pjr0 = …………………………………..
Puissance absorbée par l’induit :
Pai0 = …………………………………….
Puissance électrique utile à vide :
Peu0 =
…………………………………………………..…………………………………………………………..
Pertes constantes :
Pc=……………………………………………….……………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………

Calcul approximatif des pertes constantes :


…………………………………………………………........ ……………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………
3- Couples (Unité : N.m)
 Couple électromagnétique ou couple électrique utile ou couple moteur:
Tem = Teu = T = …………………………………………………………………………………
Avec Ω est la vitesse angulaire du moteur : Ω = 2πn Ω en rd/s et n en tr/s.
 Couple des pertes constantes :
Tp = ………………………………………………………………………………………
 Couple utile ou couple mécanique:
Tu = …………………………….. ………………………………………………

Cours GE 4ST MCC Page 5/12


V. CARACTERISTIQUES D’UN MOTEUR A EXCITATION INDEPENDANTE :
Pour prévoir le fonctionnement en charge d’un moteur à courant continu, il faut nécessairement
connaître son comportement pour des charges différentes. Il est donc utile de tracer une
description comportementale de la machine appelée caractéristiques. à l’aide de montage
suivant :
I

U
M Charge variable

iex
uex

 Faire varier la charge, à U=cste, iex=cste et remplir le tableau suivant :

Pu(W) 0 250 370


I(A) 0.48 1.4 1.7
n(tr/min) 1000 950 900
Tu(N.m)

Déduire la valeur du couple moteur T pour différentes valeur de I sachant que


T = ……………………………………………………
1-Caractéristique électromécanique de vitesse : n = f(I) à U=Cte et iex=Cte
-Tracer la courbe de n = f(I) n (tr/mn)

-Conclure : La vitesse de rotation


en charge…………………lorsque le
courant absorbé par le
moteur………………………

I(A)

-Etude théorique : Exprimer n en fonction de I


……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………

Cours GE 4ST MCC Page 6/12


2-Caractéristique électromécanique de couple : T = f(I) à U=Cte et iex=Cte
-Tracer la courbe de T =f(I) T (Nm)

-Conclure : Le couple moteur


vari …………………………au
courant de l'induit

I (A)

-Etude théorique : Exprimer T en fonction de I


……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
3-Caractéristique mécanique de couple : Tu = f(n) à U=Cte et iex=Cte

-Tracer la courbe de Tu=f(n) Tu (Nm)

Conclure : Le couple utile de moteur


……………….. quand La vitesse de
rotation diminue

n(tr/mn
)
-Etude théorique : Exprimer T en fonction de n
……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
4-Point de fonctionnement : T (Nm)
Une charge oppose au moteur 60
un couple résistant Tr. Pour que
le moteur puisse entraîner cette 50
charge, il doit fournir un couple
utile TU de telle sorte que TU = Tr.
40
Déterminer le point de P
fonctionnement de ce moteur dans
le cas où le moteur entraîne une charge 30
résistive de couple Résistant
constant : Tr = 30Nm 20
P ( n = ………………., Tu= ………….. )
* la puissance utile Pu : 10
Pu =Tu *  = …………………… =…… n(tr/mn
= ………………………………………………
1190 1195 1200 1205 1210 1215 )

Cours GE 4ST MCC Page 7/12


5-CARACTERISTIQUE n = f(U): variation de la vitesse par action sur la tension d’induit
Tracer la courbe de n=f(U) i = Cte et I = Cte :
n (tr/mn)
On a n = …………………………………
de la forme n= aU – b
La vitesse est une fonction linéaire affine de pente a = ………….
D’après cette caractéristique, le moteur ne peut démarrer que lorsque U(V)
son induit est alimenté avec une tension minimale Umin = ……………

VI. VARIATION DE LA VITESSE D’UN MOTEUR A EXCITATION INDEPENDANTE :

1-Comment procéder pour varier la vitesse


Sachant que n = …………….. = ………………… or Ra I << U U
Un
on obtient n = …………. =f(n)
Pour varier la vitesse n , on doit agir soit : Φn Φ =f(n)

Sur le courant sur le flux  (sur iex ) en maintenant U


constante . n
Inconvénients : Le couple varie, risque d’emballement du moteur nn
(n tend vers l’infini) Plage de réglage par action
Sur la tension d’alimentation de l’induit U .Pour cela il faut sur U et Φ
avoir une source de tension
variable (réglable) obtenue par exemple à l’aide d’un hacheur série.

2-Définition :
Le hacheur (fig.1) est un convertisseur continu/continu qui permet d’alimenter une charge sous une
tension variable (US) à partir d’une tension continue fixe (Ue). Il peut être réalisé à l’aide
d’interrupteurs électroniques (fig.2) commandés à l’ouverture et à la fermeture tels que les thyristors
et les transistors

a. Symboles :
Tension Tension
Continue Ue US Continue
fixe variable
fig.2 : interrupteur commandé
fig.1 : Hacheur série
Us < Ue Hacheur abaisseur de tension.
Us > Ue Hacheur élévateur de tension.

b. Hacheur série alimentant une charge résistive :


 Montage :
H : c’est l’interrupteur commandé
V : c’est la source continue fixe
R : c’est la charge
u(t) : c’est la tension de sortie du hacheur

L'interrupteur H s'ouvre et se ferme périodiquement. Appelons T la période et f = 1/T la fréquence


de hachage. La durée pendant laquelle H est fermé est appelée tF. On définit le rapport cyclique α
par : α = tF / T  tF= α.T avec 0  α  1

Cours GE 4ST MCC Page 8/12


L’interrupteur parfait :
Un interrupteur est considéré comme parfait :
 S’il est possible de commander ou de contrôler son ouverture et sa fermeture,
 Si la durée de la commutation est très courte devant la période de fonctionnement du
convertisseur,
 S’il ne consomme aucune puissance.
 Analyse du fonctionnement du hacheur série alimentant une charge résistive :
i(A)
D’après la loi des mailles on V/R
écrit deduire l’expression de U:
…………………………….. t
u(v)
 pour t Є [ 0 , αT [ : H V
fermé, alors  uH = …., u = t
….. uH(v)
Alors i =V / R =…….. V

 pour t Є [ αT,T [: H ouvert, t


alors  i = ….. , u = ….=……
Alors uH = …….. Etat de H H fermé H ouvert H fermé H ouvert
t
0 T T T+T 2T
 Remarque :
La tension de sortie du hacheur u(t) n’est Pas continue mais elle est toujours positive.
Lorsque la période est assez faible (fréquence de 100 à 1000Hz), la charge ne voit pas
les créneaux mais la valeur moyenne de la tension.
Déduire la Valeur moyenne de la tension de sortie u(t) du hacheur :
< u > = umoy = ………………
= ……………..
= ……………..
 < u > = ……………

Et puisque 0 ≤ α ≤ 1  0 ≤ αV ≤ V  0 ≤ <u> ≤ V  Le hacheur série est un abaisseur de


tension (dévolteur)

Cours GE 4ST MCC Page 9/12


c. Etude du hacheur série alimentant un moteur à CC
 Montage : fig.3

i
- H : interrupteur commandé
- D : diode de roue libre (elle permet de protéger
Rai
uD D l’interrupteur H contre les surtensions)
- (E’, RaI) : schéma équivalent de l’induit d’un moteur
à C.C
- L : inductance de lissage (elle permet de lisser le
courant comme le montre les figures suivantes)
 1er cas : charge résistive sans bobine de lissage (L)

I I

t
0 T T T+T 2T
 2 ème cas : charge résistive avec bobine de lissage (L)

I I
Imax
Imin

t
0 T T T+T 2T

Cours GE 4ST MCC Page 10/12


 Analyse du fonctionnement du hacheur série alimentant un moteur à C.C : u(v)
* Pour t  [0 , αT] on a :
- H est passant (interrupteur fermé)  iD = ….. et iH = ….. V
- D est bloquée (interrupteur ouvert)  u(t) = ……… or UH=… d’où u(t) = ….
- le montage de la fig.3 devient : t

i(A)
Imax I
Imin

t
- D’après la loi des mailles, on peut écrire :
u = ub + uM = ……… iH(A)
Avec ub = ……… Imax
Imin
uM = ………………..
D’où : u = …… = ………………………. t
* Pour t  [αT , T] on a :
iD(A)
- H est bloqué (interrupteur ouvert)  iH = … et iD = ….
- D est passante (interrupteur fermé)  u(t) = …. Imax
- le montage de la fig.3 devient : Imin

Etat de H

H fermé H ouvert H fermé H ouvert


- D’après la loi des mailles, on peut écrire :
t
u = ub + uM = …… 0 T T T+T 2T
Avec u = …………………

COURS GE 4 ST MCC Page 11 /12


Déduire la Valeur moyenne de la tension de sortie du hacheur :
u = ………………………………
umoy = < u > = ……………………………………………………
= ……………………………………………………..
= ………………………………… avec < I > = (Imax + Imin) / 2
 umoy = ……………………………………..
 Remarque :
- Ra est souvent négligeable donc Ra < I > << E’  E’  V
 Nn  V
 n  (V/N).
- On arrive à démontrer que la vitesse n est proportionnelle au rapport cyclique 
 Exemples d’oscillateurs de commande du hacheur série :
- Exemple1 : « comparateur à base d’A.L.I »

--
Exemple 2 : « circuit intégré NE555 »

- Exemple 3 : « la sortie PWM du microcontrôleur »

COURS GE 4 ST MCC Page 12 /12