Vous êtes sur la page 1sur 78

Cégep Ahuntsic

SOLUTIONNAIRE
des exercices suggérés
du livre Harris Benson, Mécanique
pour le cours 203-NYA-05.

Giuseppe Calabrese
Martin Charest
Pierre Jodoin
Jean Mongeon
2

Raynald Pepin
Dernière révision: décembre 2003 Dominique Simon
3

La physique, c'est un peu du gâteau!

J'aime la physique un peu, beaucoup, passionnément, à la folie... pas du tout! Souvent,


s'arrachant les cheveux sur un problème de physique, on a envie d'opter pour la
dernière possibilité et de tout sacrer là pour un bout de temps. Parfois, ça fait du bien...
mais tout de même, il serait préférable de s'éviter ces déchirements. Pour cela, il faut
développer une méthode de résolution de problèmes.

Résoudre un problème de physique, c'est comme faire un gâteau (au chocolat, j'adore).
Si on commence à faire le gâteau sans lire la recette, sans s'assurer qu'on a tous les
ingrédients et tous les ustensiles, sans vérifier qu'on est bien préparé à faire toutes les
opérations nécessaires, on risque fort de rester l'estomac vide... ou barbouillé. Ou
encore, on peut très bien faire toutes les opérations nécessaires à la confection du
gâteau, mais pas dans le bon ordre... et le gâteau sera aussi raté.

En général, l'expérience personnelle, ou les conseils d'autres personnes, nous font


adopter certaines méthodes culinaires éprouvées. Tentons de faire de même en
physique.

La première chose à faire est évidemment de comprendre la recette... ou le problème.


Évidemment, ceci n'est possible que si on a quelques notions de cuisine ou, en
physique, si on a suffisamment étudié la théorie. Sinon, on n'arrive pas à faire le lien
entre les différentes données du problème, ou entre l'énoncé et des quantités physiques
présentant un sens pour nous, ou encore la réalité et sa représentation abstraite. Bref,
sans étude préalable, le problème semble souvent incompréhensible, ou trop difficile.

Il est important de tenter de se représenter dès le début ce qui se passe. Dans votre
livre de recettes, vous avez une photo du gâteau. Pour le problème de physique, faites-
vous donc un schéma de la situation! Indiquez-y le maximum d'information: les objets
concernés, les caractéristiques de leur mouvement, leurs masses, les forces auxquelles
ils sont soumis, etc. Relisez la question et inscrivez bien toutes les données sans en
oublier.
4

Utilisez une notation appropriée, avec des symboles "parlants", en spécifiant si né-
cessaire, avec des indices, les objets ou les instants en cause (exemple : v1 , p1... ).
Parfois, il n'est pas facile d'exprimer une donnée verbale en langage algébrique, ce qui
est pourtant essentiel en physique: vous apprendrez avec l'expérience. Par exemple,
un problème demande la hauteur maximale atteinte par une balle lancée en l'air. En
physique, il faut traduire: "à cet instant, la vitesse verticale est nulle" et trouver la
hauteur qui correspond à cette situation.

Ensuite, indiquez quelles sont les inconnues. Pourquoi? Rassemblez donc les
ingrédients de votre gâteau, et demandez à quelqu'un d'autre de continuer, sans lui dire
qu'il s'agit de faire un gâteau! La personne va être très embêtée. Il est très important
que la question soit claire, autrement il est difficile de déterminer quoi faire. En
indiquant quelles sont vos inconnues, vous précisez vos objectifs (c'est très important,
ça, dans la vie).

Enfin, vous devez identifier si certaines conditions s'appliquent au problème en cause.


Par exemple, l'accélération est-elle constante? Le frottement statique est-il maximum?
Y a-t-il une force extérieure résultante?

Voici le travail de débroussaillage terminé. Après les ingrédients, il faut rassembler les
ustensiles et les appareils nécessaires. En physique, ça veut dire identifier les
éléments de théorie et les équations nécessaires: équations du mouvement
uniformément accéléré, seconde loi de Newton, loi de conservation de l'énergie, etc.

Maintenant, il reste à définir une stratégie pour résoudre le problème. Comment


mélanger tous les ingrédients sans faire de grumeaux? Parfois, c'est facile. On a déjà
rencontré un problème semblable, ou légèrement différent. Quand le problème est
simple, le cheminement à suivre pour parvenir à la solution peut être évident dès le
départ (par exemple, il n'y a qu'une seule inconnue et une seule équation à utiliser).

Dans d'autres cas, le gâteau est plus élaboré, on ne sait pas trop où on s'en va au
départ. On déduit alors le plus de choses possible de nos données initiales, jusqu'à ce
que la voie à suivre s'impose d'elle-même. Par exemple, il arrive souvent qu'on ait à
déterminer une inconnue intermédiaire avant d'être en mesure de calculer l'inconnue
demandée. D'autre part, il existe quelquefois plus d'une voie pour parvenir à la solution:
essayez celle qui vous semble la plus évidente.
5

Le cheminement étant à peu près élaboré, il reste à cuire le gâteau, compléter les
calculs, trouver l'inconnue cherchée, prouver l'expression demandée... Assurez-vous de
ne rien oublier, inscrivez toutes vos unités (1 tasse de poudre à pâte, c'est très différent
d'une cuillerée à thé!) et vérifiez chaque étape après l'avoir complétée.

Le gâteau est prêt? Il reste encore à le goûter. Pouvez-vous vérifier ou analyser votre
résultat, revoir votre raisonnement? Votre résultat semble-t-il logique? (la vitesse de
l'auto atteint-elle 2,34 x 106 km/h?) Les unités, les signes sont-ils corrects? (la masse du
bloc vaut-elle –30,0 kg2?)

Le gâteau est terminé. En continuant à travailler ainsi avec méthode, vous deviendrez
une ou un scientifique compétent (ça devrait être votre objectif). Ça sent bon, vous
salivez... bonne dégustation! C'est ici que la physique enfonce la gastronomie: le
problème de physique, lui, qui nous fait souvent suer, ne fait pas engraisser!
R.P.
6

ATTENTION

Un solutionnaire, c'est comme la cigarette: le danger pour votre santé (intellectuelle)


croît avec l'usage. Vous devez n'avoir recours au solutionnaire qu'après vous être
escrimé durant un bout de temps sur un problème, pas dès le départ. Idéalement, le
solutionnaire est là pour que vous puissiez comparer votre solution à une autre solution
et pour vous apprendre à bien repérer les principales étapes de résolution d'un
problème.
Essayez de n'utiliser le solutionnaire que pour certains problèmes d'un chapitre; faites-
vous une liste avant de commencer. Si vous vous rendez compte que vous utilisez le
solutionnaire pour presque tous les exercices, il est possible que vous n'ayiez pas
suffisamment étudié certains points importants ou mis l'accent sur la méthode à suivre.
Il serait bon que vous refassiez quelques exercices une fois le chapitre terminé, sans le
solutionnaire cette fois.
7

Chapitre 1

Q.1.5 Puisque l'étalon de longueur est la distance entre deux traits gravés sur la
règle, la largeur même de ces traits limite la précision de cet étalon et des
reproductions que l'on pourrait en tirer. De plus, ce type d'étalon nécessite des
conditions très strictes d'entreposage ( température et pression) sinon la
longueur change. Finalement, l'oxydation altérera les traits et la reproduction en
souffrira.

E.1.1 La méthode que nous utilisons est d'exprimer les unités initiales en fonction des
unités à obtenir : ici, les milles en pieds ou en mètres et les heures en
secondes. Il suffit par la suite de remplacer les unités initiales par leurs
équivalents dans les unités finales.
a) Nous avons les équivalences suivantes:
1mille = 5280pi
1heure = 60min = 60 × 60s = 3600s

D'où
mi 5280pi
v = 55 = 55 × = 80,7 pi s
h 3600s
v = 80, 7 pi s

b) Par définition, nous avons que 1 po = 2,54 cm.

D'où
1po = 2,54cm = 0, 0254m
1pi = 12 po = 12 × 0,0254m = 0,03048m
1mi = 5280pi = 5280 × 0,03048m
1mi = 1609, 3m ≈ 1610m

Enfin
mi 1610m
v = 55 = 55 × = 24,6 m / s
h 3600s
v = 24, 6 m / s

E.1.5 a) La distance parcourue par la lumière en une année est égale à la vitesse de
la lumière exprimée en m/s multipliée par le nombre de secondes en une année.
Une année = 365,25 × 24 × 3600 s = 3,16 × 107 s
8 7 15
Une année − lumière = 3 × 10 m s × 3,16 × 10 s = 9, 48 × 10 m
De plus
1000 m = 1 km et 1 m = 10-3 km
8

Donc une année-lumière sera égale à :


15 −3 12
Une année − lumière = 9,48 × 10 × 10 km = 9,48 × 10 km

b)
1UA
1UA = 1,5 × 1011m ⇒ 1m =
1,5 × 1011 Il est préférable de ne
pas trop arrondir les
1h
1h = 3600s ⇒ 1s = résultats des calculs
3600 intermédiaires dans la
1UA solution d'un problème:
D ' où v = 3 × 108m
= 3 × 108 1,5 × 1011 lors de la réponse finale,
s 1h nous arrondissons au
3600
3600UA bon nombre de chiffres
Donc v = 3 × 10 8 × = 7, 20 UA h significatifs.
1,5 × 1011h

E.1.12
a ) 6,5 × 10−9 s b ) 12,8 × 10 −6 m c ) 2 × 1010W
−4 −12
d ) 3 × 10 A e ) 1,5 × 10 A

E.1.34 L3T-2M-1

E.1.37 b) Représentons ce vecteur ( 1,80 m, 230° ).

D'après l'orientation du vecteur,


y nous concluons que les deux
composantes seront négatives.
x = -1,80 cos 50° = -1,16 m
50° x y = -1,80 sin 50° = -1,38 m
Les coordonnées rectangulaires
de ce vecteur seront :
( -1,16 m, -1,38 m )

d) Représentons ce vecteur ( 2,60 m, 320° ).

D'après l'orientation de ce vecteur,


y la composante en x sera positive et
celle en y sera négative.
x = 2,60 cos 40° = 1,99 m
40° x y = -2,60 sin 40° = -1,67 m
Les coordonnées rectangulaires de
ce vecteur seront :
( 1,99 m, -1,67 m )
9

E.1.38 a) (5,00m , 53,1°)


b) Soit le vecteur ( -2 m, 3 m ).
La grandeur (module) de ce vecteur s'obtient en appliquant la relation de
Pythagore :
2
r = x + y = (−2 m ) + (3 m) = 3,61 m
2 2 2

En représentant les composantes par rapport à l'origine, nous obtenons :

Pour obtenir l'angle θ, nous


utilisons la fonction tangente.
3 y 3
r y tan θ = = = 1,5 ⇒ θ = 56, 3°
x 2
Mais, nous devons exprimer l'angle
-2 θ par rapport à l'axe des x positifs.
x D'où
θ' = 180° - 56,3° = 124°
Les coordonnées polaires sont :
( 3,61 m, 124° )

c) (2,92m , 329°)

d) Soit le vecteur ( -2 m, -1 m ). La grandeur sera :

2 2
r = (−2 m ) + (−1 m ) = 2, 24 m

Donc,
y 1
tan θ = = 0, 5 ⇒ θ = 26,6°
2
−2 Mais, l'angle par rapport à x sera :
θ x θ' = 180° + 26,6° = 207° ou
−1 θ' = 26,6° - 180° = -153°
( 2,24 m, 207° ou -153° )
10

Chapitre 2
r r r r
Q.2.3 Oui il est possible d'avoir A + B = A − B à la condition que les deux vecteurs
soient perpendiculaires.
En effet, dans ce cas, nous aurons

r
A r
r r r -B
B A - B

r r
A + B r
A
r r r r
Nous remarquons que les grandeurs des vecteurs A + B et A − B sont égales
mais que leurs orientations diffèrent.

Q.2.13 a) Par la définition du produit scalaire, nous pouvons écrire les égalités
suivantes
r r: r r
A • B = AB cos θ et A • C = AC cos φ
r r r r
Si A •B = A • C
Alors AB cos θ = AC cos φ
B cos θ = C cos φ
B|| = C||
r r
Nous ne pouvons pas avancer de comparaisons entre B r et C sauf que leurs
composantes (ou projections) dans la direction de A sont égales. Par
conséquent, les angles θ et φ appartiennent au même r quadrant ou aux deux
quadrants limitrophes de part et d'autre du vecteur A .
r r r r
b) Par la définition du produit vectoriel,
r r si r × B = A × C , nous pouvons d'abord
A r r
conclure
r r que les trois vecteurs A , B et C sont coplanaires, autrement A ×B
r A × C rne seraient pas dans la même direction. r Deuxièmement, les vecteurs
et
B et C doivent être situés du même côté de A , dans le plan contenant les
trois vecteurs (i.e. les deux dans le sens horaire ou les deux dans le sens
antihoraire), autrement leurs sens seraient opposés.
Enfin, ren égalant
r r les
r grandeurs:
A ×B = A ×C
on trouve:
AB sin θ = AC sin φ
B sin θ = C sin φ
11

B⊥ = C⊥ r r r
ce qui veut dire que les composantes de B et C perpendiculaires à A sont
égales.
Voici donc une paire des situations possibles:

r
r
r r B
B C C⊥
C Β⊥ Β⊥
C⊥ φ φ
θ ou θ
r r
A A
r r
Q.2.16 En sachant que A • B = AB cos θ
r r
a) Si A • B = AB cos θ = AB ⇒ cos θ = 1 ⇒ θ = 0°
Donc
r
A
r
B
r r
b) Si A • B = AB cos θ = − AB ⇒ cos θ = −1 ⇒ θ = 180°
Donc
r
A
r
B
r r
c) Si A • B = AB cos θ = 0 ⇒ cos θ = 0 ⇒ θ = 90°
Donc

r
A

r
B
12

r r AB 1
d) Si A • B = AB cos θ = ⇒ cos θ = ⇒ θ = 60°
2 2
Donc

r
A

r
60° B
r r − AB 1
e) Si A • B = AB cos θ = ⇒ cos θ = − ⇒ θ = 120°
2 2
Donc

r
A

120° r
B

E.2.19 Ce déplacement représente la droite qui relie la dernière balise et le point de


départ. Puisqu'avec ce dernier déplacement, les bateaux reviennent à leur
point de départ, la somme de tous les différents déplacements (vecteurs) égale
zéro. r r r r r r r r
Donc, A + B + C + D = 0 ⇒ D = − A + B + C ( )
r r r
Nous exprimerons chacun des vecteurs A , B etr C àr l'aide des composantes
sur les axes donnés et des vecteurs unitaires i et j . Nous additionnerons
ces trois vecteurs et nous le multiplierons par -1.
a)
y N Pour les rcomposantes
r r des
vecteurs A , B et C , nous
aurons :
r A x = A sin 45°= 1,414
B
30° 120° A y = A cos 45° = 1,414
15°
Bx = B cos15° = 1,449
r r
A C By = B sin15° = 0,388
45° 15° Cx = − C sin15° = −0, 388
θ r Cy = − C cos15° = −1, 449
D Ces composantes sont en km.
x
13

Écrivons les vecteurs à l'aide des vecteurs unitaires.


r r r r r r
A = (1,414 i + 1, 414 j ) km , B = (1, 449i + 0,388 j ) km
r r r
et C = (−0,388 i − 1,449 j ) km
D'où r r r r r
A + B + C = [ (1, 414 + 1,449 − 0, 388)i + (1, 414 + 0, 388 − 1,449 ) j ] km
r r r r r
et A + B + C = (2,48 i + 0,353 j ) km
Donc r r r r r r
D = −( A + B + C ) = (−2, 48i − 0,353 j ) km

b) Le module de ce vecteur sera :


D = D 2x + D2y = (−2,48 km)2 + (−0, 353 km)2 = 2, 50 km
|Dy | 0,353 km
Et tan θ = = ⇒ θ = 8, 03°
|Dx | 2, 48 km

Cet angle correspond à l'angle entre l'axe des x négatifs et le vecteur


déplacement. r Par rapport à l'axe des x positifs, nous écrirons θ = 188° ou θ = -
172°. Donc, D = (2,50 km, −172° ).
r r
E.2.39 Par définition du produit scalaire, nous savons que: A • B = AB cos θ
En effectuant le produit scalaire des vecteurs exprrimés ravec les vecteurs
unitaires et enrcalculant
r le module des deux vecteurs A et B , nous obtenons θ
A •B
car cos θ =
AB
Procédons
r r r r r r
( ) ( )( )
A • B = i − 2 j • 2i + 3 j = 2 − 6 = −4

A = 12 + 22 = 5 et B = 22 + 32 = 13
−4
cos θ = ⇒ θ = 120°
5 13

E.2.47 Trouvons l'angle entre ces deux vecteurs en procédant de larmême façon qu'à
l'exercice 2.39
r et nous trouverons la composante du vecteur A dans la direction
du vecteur B en faisant A cos θ .
14

r r θ. r
Calculons r r r r
(
A •B = i − 2j +k ) m • (−3i + 4k ) m = (−3 + 4) m2 = 1 m2

A = 12 + 22 + 12 = 6 m et B = 32 + 42 = 25 = 5 m
1
cos θ = ⇒ θ = 85, 3°
5 6
A cos θ = 6 cos 85,3° = 0, 200 m
r θ, nous avons:
Ou, encore plus rapidement sans trouver rl'angle
r r A •B
A • B = AB cos θ ⇒ A cos θ =
B
r r 2
A • B = 1 m et B = 5 m
1 m2
A cos θ = = 0,200 m
5 m
r r r
E.2.48 6 i − 17 j − 7k
r r
E.2.53 D'après
r la figure
r 2.33,
r nous pouvons écrire les vecteurs A et B ainsi
A = A x i + A y j et A x = 4 cos 45° m = 2,83 m
Ay = 4 sin45° m = 2,83 m
r r r
B = B y j + B zk et By = 3 sin30° m = 1,50 m
Bz = 3 cos 30° m = 2,60 m
Effectuons le produit vectoriel demandé. Nous pouvons préalablement voir que
le résultat qui doit être perpendiculaire aux deux autres vecteurs sera dirigé vers
la gauche de la figure. Les composantes de ce vecteur devraient être
respectivement
r r positives
r enr x et z, etr négative
r en
r y. r r r
(A x i + A y j ) × (By j + Bz k ) = A xBy i × j + A xBz i × k + A yBy j × j
r r
+ A yB z j × k
r r r r r r
Mais i × i = j × j = k × k = 0
r r r r r r r r r
i × j = k i × k = − j et j × k = i
r r r r r r r
Donc (A x i + A y j ) × (By j + Bz k ) = A xBy k + A xBz (− j ) + A yB z i
r r r r r
Et A × B = (2, 83 × 2,60 i − 2,83 × 2,60 j + 2,83 × 1,50 k ) m2
r r r r r
A × B = (7,36 i − 7,36 j + 4, 25k ) m2
Le vecteur obtenu correspond aux caractéristiques prévues.
15

Chapitre 3

Q.3.11 La résistance de l'air produit toujours un effet de ralentissement dans le sens


contraire de la vitesse de l'objet. Supposons que l'objet ait une vitesse initiale
v0. La résistance de l'air et la force d'attraction de la terre agiront dans le même
sens et l'objet atteindra une certaine hauteur (moindre que sans résistance de
l'air). Au sommet, la vitesse instantanée de cet objet est nulle et la vitesse
moyenne lors de la montée, en considérant l'accélération constante, est v0/2.
Cependant, lors de la descente, la résistance de l'air et la force d'attraction de la
terre agissent en sens contraire et la vitesse instantanée de l'objet au retour est
moindre qu'au départ. La vitesse moyenne qui est égale à vf/2 lors de la
retombée est plus petite que la vitesse moyenne v0/2 lors de la montée puisque
v0 > vf. Puisque l'objet parcourt la même distance en montant et en
descendant, le temps de descente est plus long.

Q.3.12 Nous choisissons l'orientation positive de l'axe vertical vers le haut. Lors de la
montée de la balle, la vitesse est positive et diminue progressivement jusqu'à
zéro ce qui élimine les graphes a) et b). Lors de la descente la vitesse de la
balle augmente et est négative (vers le bas) ce qui élimine c) et confirme la
justesse du graphe d). Une autre façon d'analyser cette situation est de réaliser
que l'accélération de la balle est la même durant toute la trajectoire ce qui
implique la même pente dans le graphe v vs t. Seul, le graphe d) possède cette
caractéristique.

Q.3.15 La distance entre les deux billes augmente avec le temps. Supposons un
intervalle de temps Δt entre la chute des deux billes, un axe vertical positif vers
le bas, l'origine au sommet de la tour, des vitesses initiales nulles et une
accélération a égale à g. Déterminons la position occupée par chacune des
billes en fonction du temps t.
Pour la première bille, nous avons
x 1 = x 0 + v 0t + 1 gt 2 mais x 0 et v 0 sont nuls
2
x 1 = 12 gt
2

Pour la deuxième bille, nous avons


x 2 = x 0 + v 0 (t − Δ t ) + 1 g (t − Δ t )2 mais x 0 et v o sont nuls
2
x 2 = 12 g (t − Δt )
2

La distance entre ces deux billes est


D = x1 − x 2 = 12 gt 2 − 12 g (t − Δt )2

[ ] 2
[ ( )]
D = 12 g t 2 − (t − Δt ) = 12 g t 2 − t 2 − 2tΔt + Δt 2

( ) ( )
D = 12 g t 2 − t 2 + 2tΔt − Δt 2 = 12 g 2tΔt − Δt 2
t est plus grand que Δt et, par conséquent, la distance entre les deux billes
16

dépend directement du temps t : donc, cette distance augmente.

Méthode de résolution des problèmes de cinématique


1° Bien identifier le nombre d'objets en présence (s'il y en a plusieurs, il faut
souvent analyser la rencontre entre ces objets)
2° Choisir le système de référence et l'indiquer sur un schéma
3° Identifier les sections du mouvement pour lesquelles l'accélération est constante
(si l'accélération n'est pas constante, on ne peut pas appliquer les équations du
M.R.U.A.)
4° Identifier les moments importants
5° Rassembler dans un petit tableau toutes les variables connues et inconnues
6° Choisir la ou les équations utiles et résoudre.

E.3.4 a) La distance parcourue par le cycliste durant la première partie vaut


d1 = v1t car c 'est un mouvement uniforme.
d1 = 12 m s × 60s = 720 m
Durant la deuxième partie, nous avons
d2 = v 2t car c 'est un mouvement uniforme.
d2 = 16 m s × 120s = 1920 m

La vitesse moyenne est égale au déplacement divisé par le temps requis.


Δx = d1 + d 2 = 720 + 1920 m = 2640 m
Δx 2640 m
v= = = 14,7 m s
trequis 180 s

b) Nous avons supposé le sens positif dans le sens du premier mouvement.


Nous avons donc

Δx = d 1 − d2 = 720 − 1920 m = −1200 m


Δx −1200 m
v = = = −6,67 m s
t requis 180 s

Ici, le signe - indique que la vitesse moyenne est orientée dans le sens contraire
du premier mouvement.

E.3.6 La vitesse moyenne s'obtient en divisant le déplacement par l'intervalle de


temps requis. Le déplacement vaut Δx = (x f − xi ) et la vitesse moyenne :
Δx (x f − x i )
v = =
Δt (t f − ti )
a) Il s'agit d'identifier sur le graphe les positions initiale et finale pour les temps
indiqués.
17

Δx (x f − x i ) (10 − 0 )m
v = = = = 5, 00 m s
Δt (t f − ti ) (2 − 0)s
b)
Δx (x f − x i ) (8 − 4)m
v = = = = 2,00 m s
Δt (t f − ti ) (3 − 1)s

E.3.12 La vitesse instantanée s'obtient en calculant la pente de la droite tangente à la


courbe x vs t au temps indiqué.
a) 5 m/s ; b) 0 ; c) -10 m/s ; d) environ -4,2 m/s ; e) 0.

E.3.20 Soit x = 5 + 7t − 2t 2 m
a)

À t = 0 s, x = 5 m x
(m)
°
10 _
À t = 1 s, x = 10 m °

À t = 2 s, x = 11 m
5 _°
À t = 3 s, x =8 m
À t = 4 s, x =1 m 0_ | | |
°
| |
1 2 3 4 5 t (s)
À t = 5 s, x = − 10 m
-5 _

-10 _ °

x f − x i 11− 10 m
b) v = = =1 ms
tf − ti 2 −1 s

c) Après avoir tracé une droite tangente à la courbe à 3 s, nous prenons les
coordonnées de deux points sur cette droite : ( 3 s, 8 m) et (4,6 s, 0 m). La
pente correspond à la vitesse instantanée. Calculons
x − xi 0−8 m
v= f = = −5 m s
tf − ti 4,6 − 3 s

d) La vitesse instantanée est, par définition, la dérivée de la position par rapport


au temps.
dx (t ) d
v (t ) = = (5 + 7t − 2t 2 ) = (7 − 4t ) m s
dt dt
À t = 3 s, v (3 s ) = [7 − 4(3)] m s = −5 m s
18

E.3.24 a) Par définition, l'accélération moyenne est


v f − v i [10 − (−10)] m s
a= = = 4, 00 m 2
tf − ti (5 − 0 ) s s

b) Nous obtenons l'accélération instantanée en calculant la pente de la


tangente à la courbe v vs t au temps indiqué. En utilisant les coordonnées des
deux points délimitant la droite entre 0 et 4 s, nous avons :
v f − v i [10 − (−10)] m s
a= = = 5,00 m 2
tf − ti (4 − 0) s s

c) Si le mouvement de la particule change de sens à un instant, cela implique


que la vitesse change de signe de part et d'autre de cet instant. C'est ce qui se
produit au temps t = 2 s.

E.3.28 Pour obtenir la vitesse moyenne entre deux instants, il faut diviser le dépla-
cement, effectué par la particule, par l'intervalle de temps requis. Mais, le
déplacement correspond à l'aire sous la courbe du graphe v vs t. Entre 1 s et 4
s, nous comptons l'équivalent de 6,75 carreaux qui valent chacun 4 m. Donc,
6, 75 × 4 m
v = = 9,00 m s
3 s

E.3.40 a) Nous connaissons les vitesses initiale (112 km/h) et finale (0 km/h) et la
distance de freinage. Nous transformerons les unités de vitesse en m/s et nous
utiliserons l'équation suivante pour calculer l'accélération.
v = v 0 + 2a (x − x 0 )
2 2

km 103 m
v 0 = 112 = 112 = 31,1m s
h 3,6 × 103 s
Et a = -7,56 m/s2
Pour calculer le temps, nous utilisons
v − v0
v = v 0 + at ⇒t =
a
0 − 31,1 m
t = s = 4,11 s
−7,56 m
s2
b) Si la voiture rétrécit de 1 m sous l'impact, c'est qu'elle s'est immobilisée sur
cette distance. En utilisant les mêmes équations, nous avons :
( )
2
0 − 31,1 m s
a= = −484 m 2
2 ×1 m s
0 − 31,1 m s
t = m = 6, 43 × 10 −2 s
−484
s2

E.3.44 a) Au début la voiture et l'arrière du train coïncident. Prenons cette position


19

comme étant notre origine. La position de la voiture par rapport à cette origine
sera :
x v = vv t
La position de l'avant du train qui se trouve initialement à un km de l'origine sera
:
x t = x 0 + vt t
Après avoir transformé les unités en m et s, nous calculerons le temps né-
cessaire pour que la voiture occupe la même position que l'avant du train.
Ensuite, la distance recherchée équivaudra à la distance parcourue par la
voiture.
km 103 m
v v = 60 = 60 = 16,7 m s
h 3,6 × 103 s
40 m
vt = s = 11,1 s
m
3,6
x v = vv t = xt = x 0 + v t t
x0
v v t = x 0 + vt t ⇒ t =
vv − v t
103 m
t = = 178,6 s
16,7 − 11,1 m s

x = 16,7 m × 178,6 s = 2980 m


s
b) Si le train et la voiture vont dans des sens opposés, nous prendrons l'origine
lorsque les deux se croisent, le sens de la vitesse de la voiture positive et les
positions seront
x v = vv t
x t = x 0 − vt t où x 0 = position de l ' arrière du train
x0 103 m
t = = = 36,0 s
vv + v t 16,7 + 11,1 m
s
x v = 16, 7 m s × 36,0 s = 601 m

E.3.50
Nous supposons une résistance de l'air nulle.
Quand l'eau atteint le sommet de la trajectoire, sa
vitesse est nulle. Prenons le sens positif vers le
haut et l'origine au sol.
+ x En utilisant les deux relations suivantes, nous
déterminons la vitesse initiale et le temps de vol.
v = v 0 + 2a (x − x 0 )
2 2
v0
0 v = v 0 + at
20

a)
v = v 0 + 2a (x − x 0 )
2 2

v 2 = v 20 + 2a(x − x 0 ) où v = 0, x 0 = 0, x = 3,2 m et a = −9,8 m


s2
v 02 = v 2 − 2a(x − x 0 )
2
v 02 = 02 − 2 × −9,8 m 2 (3,2 − 0 m ) = 62,7 m
s s2
v 0 = 7, 92 m s
b) Le temps de vol d'une goutte d'eau sera deux fois le temps nécessaire pour
atteindre le sommet.

v = v 0 + at où v = 0 et a = − g

−v 0 7,92 ms
t= = = 0, 808 s
−g 9,8 m 2
s
Le temps de vol est
t vol = 2t = 2 × 0, 808 s = 1, 62 s

E.3.58 a) ±20,2 m/s b) 1,53 s ou 4,59 s c) 1,96 s ou 4,16 s

E.3.62
Dans ce cas, il faut déterminer la vitesse à
v0 laquelle la balle touche le sol en connaissant
la hauteur de départ. Ensuite, nous calculons
la vitesse à laquelle la balle quitte le sol en
5m connaissant la nouvelle hauteur atteinte.
Enfin, en appliquant la définition de l'accélé-
v − vi
+ ration moyenne a = f ,
3,2 m Δt
nous obtenons celle-ci.
v Prenons le sens positif vers le haut et l'origine
v' 0
au sol

Pour la vitesse à l'impact, nous aurons :


v 2 = v20 + 2a(y − y0 )
où v0 = 0, v = vi , y = 0, y 0 = 5 m et a = −9,8 m
s2
2
v 2i = 02 + 2 × −9,8 m 2 × (0 − 5 m ) = 98 m
s s2
v i = ±9, 90 m s
Nous choisissons la valeur négative car la vitesse est dirigée vers le bas dans le
sens contraire de l'orientation positive : vi = –9,90 m/s.
21

Pour la vitesse à laquelle la balle quitte le sol, nous avons


v 2 = v20 + 2a(y − y0 )
où v = 0, v 0 = vf , y = 3, 2 m, y 0 = 0 et a = −9,8 m
s2
2
02 = v2f + 2 × −9,8 m 2 × (3,2 − 0)m = 62,7 m
s s2
v f = ±7, 92 m s
Nous prenons la valeur positive puisque la balle se déplace dans le sens positif
: v2 = 7,92 m/s
Connaissant la durée de l'impact, nous obtenons l'accélération moyenne ainsi:
v 2 − v1 [7, 92 − (−9, 90 )] m s
a= = = +495 m 2
Δt 0,036 s s

E.3.68
Si l'objet a une vitesse initiale v0 et s'il atteint
une hauteur h à laquelle sa vitesse est nulle,
v=0 nous pouvons écrire :
v 2 = v 20 + 2ah où v = 0 et a = −g
02 = v 02 − 2gh ⇒ v 20 = 2gh
v 02
ou bien h =
h 2g
À t = 2 s, la balle atteint la position h/2 donc
h = 0 + v0 t − 1 gt2
2 2
h/2 h = v 0 × 2 s − 1 g(2 s)2
2 2
v0
h = (2v 0 − 2 g) m
2
h = (4v 0 − 4 g) m

En remplaçant le h de la première équation dans la deuxième, nous avons


v 20 2
= (4 v0 − 4g) m ⇒ v 20 = (8gv 0 − 8g2 ) m 2
2g s
2
ou encore (v20 − 8gv0 + 8g2 ) m =0
s2
8g ± 64g2 − 32g2 m
D' où v0 =
2 s
8 g ± 32g m
Et v0 =
2 s

Nous avons deux possibilités de vitesses initiales donc deux hauteurs possibles.
22

v 01 = 66,9 m s et v 0 2 = 11, 5 m s

(66, 9 m s )
2

h1 = = 228 m
2 × 9,8 m
s2

(11, 5 m s )
2

h2 = = 6,75 m
2 × 9, 8m
s2

Le temps de vol de l'objet sera deux fois le temps requis pour atteindre le
sommet de la trajectoire pour lequel v = 0.

v = v 0 + at où v = 0 et a = − g
−v 0 v 0
t = = et tvol = 2t
−g g
66, 9m
t1 = s = 6,82 s et t
m vol 1 = 13, 6 s
9,8
s2
11,5 m
t2 = s = 1,17 s et t
m vol 2 = 2,34 s
9,8
s2

Cette deuxième solution semble bizarre puisque le temps de montée est


moindre que 2 s. Mais il faut réaliser que l'énoncé du problème ne spécifie pas
si l'objet monte ou descend à 50% de sa hauteur maximale. La première
solution décrit la situation si l'objet monte et la deuxième si l'objet descend.

E.3.70 h =184 m et tvol = 12,3 s.

P.3.4 Puisque la distance qui sépare les deux navires est de 10 km et que leurs
vitesses respectives sont de 4 km/h et 6 km/h, ces navires prennent une heure
avant de se rejoindre. Si l'oiseau vole à 20 km/h sans arrêt durant une heure, il
parcourt 20 km! Cependant, si nous considérons l'oiseau comme un point
mathématique, il fera une infinité d'aller et retour!

P.3.22 Prenons l'origine au sol et le sens positif vers le haut.


À t = 0 s, l'objet est en h, au temps t il est à 0,64h et à t' = t +1 s
0,64h = h − 12 gt 2 ⇒ 0,36h = 12 gt 2

0 = h − 1 g (t + 1)2 ⇒ h = 1 g (t + 1)2
2 2
En substituant la deuxième équation dans la première, nous avons
23

0,64t 2 − 0,72t − 0, 36 = 0
D ' où t = 1,5 s et h = 30,6 m
24

Chapitre 4

Q.4.6 a) Dans ce cas, la balle retombera dans la main de la fillette immobile par
rapport à l'automobile. Puisqu'aucune force horizontale ne s'exerce sur la balle
, celle-ci conserve sa vitesse horizontale initiale qui est aussi celle de
l'automobile. Puisque la main de la fillette possède la même vitesse, la balle et
la main auront franchi la même distance dans la même direction et la balle
retombera dans la main.

b) Dans ce cas la balle retombera à côté de la main de la fillette immobile par


rapport à l'automobile du côté extérieur de la courbe. Ici encore aucune force
horizontale ne s'exerçant sur la balle, celle-ci poursuivra son mouvement
uniforme en ligne droite. Mais, la voiture suit la courbe durant ce temps, ce qui
produit un mouvement de la fillette et de sa main vers l'intérieur de la courbe. La
main ne sera donc plus sous la balle lorsque celle-ci retombera.

Q.4.11 Oui le satellite est en chute libre mais le satellite possède aussi une vitesse
tangentielle à sa trajectoire. Malgré le fait qu'il tombe toujours vers la terre c'est
cette vitesse qui ramène continuellement le satellite sur sa trajectoire qui peut
être circulaire ou elliptique .

r
r Δr
E.4.2 a) Par définition, nous avons v =
Δt
D'où
r r [4 ri − rj + 3kr − 3 ri + 2 rj − rk ] m
r r2 − r1
v= =
( ) =
r r r
( i − 3 j + 4k ) m
2 s 2 s 2 s
r r r r
v = (0,5 i − 1,5 j + 2k ) m s
r r r
b) Nousr savons
r que v 2 = v1 + rat . r
D'où :
( )
r
(5 i − 2k ) m s = [ v1 + −7 i + 2 j × 5 ] m s
r r r r r
v 1 = (5 i − 2k + 35 i − 10 j ) m s
r r r r
v 1 = (40 i − 10 j − 2k ) m s
25

E.4.8 a)
Lorsque la clé touche le sol, y = 0
θ0 Or
v0 1
y = yo + vo(sinθo)t – 2 gt2
D'où
0 = 40 − v 0 sin 37° t − 12 gt où t = 2 s et g = 9,8 m s
2 2
h
40 − 12 9,8 × 4
v0 = m = 16,9 m s
2 sin37° s
y et
x = v 0 cos 37° × 2 = 27,0 m

x
b) Pour calculer cet angle, il faut obtenir les vitesses horizontale et verticale au
contact du sol. Obtenons ces valeurs
v x = 16,9 cos 37° = 13, 5 m s
v y = −16, 9 sin37° − 9,8 × 2 m s
v y = −29, 7 m s
−29,7 m s
tan θ = ⇒ |θ |= 65,6°
13, 5 m s
sous l' axe des x ⇒ θ = −65,6°

E.4.17
y

v0
45°

0,800 m
x
4,00 m

À partir des équations décrivant la position de l'objet en fonction du temps, nous


avons :
26

x = v 0 cos θ0 t et y = y 0 + v0 sin θ 0 t − 12 gt 2
En isolant t de la première équation, nous aurons :
x
t=
v0 cos θ 0
En remplaçant t dans la deuxième équation, nous obtenons :
2
⎛ x ⎞⎟
y = y 0 + tan θ 0 x − 1 g⎜
2 ⎝ v cos θ ⎠
0 0

En remplaçant dans cette équation les valeurs suivantes, y = 0,800 m, y0 = 0, x


= 4,00 m et θ0 = 45°, nous obtenons :
⎡ ⎛ 4,00 ⎞ ⎤
2
1 ⎜ ⎟
0,800 m = ⎢ 0 + 1,00 × 4,00 − × 9,80 m
⎣ 2 ⎝ v0 × 0,707 ⎠ ⎥⎦
En isolant v0, nous avons : v0 = 7,00 m/s.

E.4.31

y
200 m
12 m
v0
30°

a), b) En sachant que


x = v 0 cos θ 0 t
y = y 0 + v 0 sin θ0 t − 12 gt 2
Trouvons le temps requis pour que la pierre franchisse 200 m selon l'axe x:
x 200 m
t = = = 4,62 s
v 0 cos θ0 50 cos 30 ° m s
Calculons la hauteur qu'occupera cette pierre après ce temps
y = y 0 + v 0 sin θ0 t − 12 gt où y 0 = 0
2

2
y = 50 sin 30° ×4,62 − 4,9(4,62 ) m
y = 115, 5 − 104,6 m = 10, 9 m
La pierre passe vis-à-vis le mur 10,9 m plus haut que son point de départ.
Cependant, la question ne dit pas de quelle hauteur la pierre est partie. Comme
la question (c) demande à quel angle elle percute le mur, il faut supposer que la
27

pierre a quitté la catapulte à moins de 1,1 m du sol (ce qui ne semble pas très
réaliste!).

c) Pour calculer l'angle de percussion, nous trouvons les vitesses en x et y


v x = v0 cos θ 0 = 50 cos 30° = 43,3 m s
v y = v0 sin θ 0 − g t = 50 sin 30° −9, 8 × 4, 62 m s
v y = −20, 3 m s
Nous calculons l'angle d'impact sur le mur ainsi
vy 20, 3
tan θ = = = 0, 4588
vx 43, 3
| θ | = 25,1°
Mais vy est négatif, donc cet angle est situé sous l'axe des x.
D'où θ = -25,1°

E.4.40

Si le satellite est géostationnaire, il


35 800 km prend tout comme la terre vingt-quatre
heures pour accomplir une révolution
complète. Le rayon de la circonférence
parcourue est égal au rayon de la terre
R
plus la distance entre le satellite et la
terre.
R = 35 800 km + 6 400 km = 42 200
km

La circonférence sera
2πR = 2π × 42 200 km = 265 150 km

La vitesse du satellite sur sa trajectoire et l'accélération centripète seront


265 150 km km = 3 069 m
v= s = 3,069 s s
24 × 3600

(3 )
2
v
2 069 m s
a= = = 0,223 m s 2
R 42 200 000 m
28

E. 4.62 a)
L'accélération tangentielle at est
37° y at = 10 cos37 ° = 7, 99 m 2
s

L'accélération radiale égale


a
ar = 10 sin 37° = 6, 02 m 2
s
x
50 m

b) Puisque le module de la vitesse augmente uniformément, l'accélération


2
tangentielle reste donc constante : at = 7,99m s
La valeur trouvée de l'accélération radiale nous permet de calculer la grandeur
de la vitesse tangentielle au même endroit et au même moment.
v2 v2t
ar = t = = 6,02 m 2 ⇒ v t = 300,1 = 17,35 m s
r 50 m s

Trouvons la grandeur de la vitesse tangentielle après un tour à l'aide de


l'équation :
2 2
v = v0 + 2a(x − x0 )
où v 0 = 17,35 m s, a = 7, 99m s et (x − x0 ) = 2 πR = 314,2 m
2

Nous obtenons : v = 73,0m s

Trouvons le temps nécessaire pour effectuer cette variation de vitesse qui est
aussi le temps nécessaire pour effectuer un tour.
À l'aide de l'équation suivante :
v = v 0 + at
nous avons :
v − v0 73,0 m s − 17,35 m s
t= = = 6,96 s
a 7,99 m s2
29

P.4.10
Exprimons les composantes de
v0 la vitesse de la pierre au contact
θ
du sol en fonction de θ et H
v x = v0 cos θ
v 2y = v2oy − 2 g(y − y 0 )
mais v0 y = v 0 sin θ , y = 0
H et y0 = H
y
v y = v0 sin θ − 2g (0 − H)
2 2 2

v 2y = v20 sin2 θ + 2gH


0 La grandeur de la vitesse à
x v l'impact
v = v2x + v 2y

v0 cos θ + v0 sin θ + 2 gH
2 2 2 2
v=
v = v20 + 2gH
Ce résultat montre que la vitesse finale est indépendante de l'angle de départ et
dépend de la hauteur de la falaise et de la vitesse initiale. Nous retrouverons ce
résultat dans le cadre de la conservation d'énergie.

P.4.14 Fixons l'origine de notre système y


d'axes à l'endroit où la skieuse →
quitte la piste. vo

x
À l'endroit où la skieuse touche la
pente, sa trajectoire, qui est celle
d'un projectile, coupe la droite que
constitue la pente. 20°
L'équation de la droite est y = mx + b . Ici m = –tan20° et b = 0 .
ypente = –(tan20°) x
L'équation de la trajectoire de la skieuse est obtenue à partir des équations
donnant les positions en x et en y en fonction de t:
x = vo(cosθo)t
1
y = yo + vo(sinθo)t – 2 gt2
En isolant t dans l'équation de x et en remplaçant l'expression dans l'équation
de y, on obtient
gx2
yskieuse = yo + (tanθo)x –
2vo2cos2θo
Selon le choix de système de coordonnées, pour la skieuse yo = 0 .
Lorsque la skieuse touche le sol, yskieuse = ypente et donc
gx2
(tanθo)x – = –(tan20°) x
2vo2cos2θo
30

Ici on a θo = 10° et vo = 30 m/s. L'équation ci-dessus ne comporte donc


qu'une inconnue, x, qu'il reste à isoler:
g
x2 – (tan20° + tanθo) x = 0
2vo cos2θo
2
Nous obtenons deux solutions dont l'une est x = 0 et l'autre
2 (30 m/s)2 (cos10°)2
x = (tan20° + tan10°) = 96,2 m
9,8 m/s2
Pour cette valeur de x,
y = –(tan20°) 96,2 m = –35,0 m
La distance sur la piste sera
2 2
d = x + y = 102 m
31

Chapitre 5

Q.5.3 Si la tension sur le fil B augmente lentement, les deux fils s'étirent et la tension
dans le fil A s'ajuste à la tension dans le fil B. Le diagramme de forces sur le
bloc montre que
TA = TB + Pbloc
La tension TA étant plus grande, c'est le fil A qui cassera.
Dans le cas où la traction est soudaine, le fil B s'étire beaucoup mais l'inertie du
bloc retarde l'étirement du fil A. C'est donc B qui casse.

Q.5.5 a) D'après la troisième loi, les deux véhicules subissent des forces égales en
grandeur.

b) Puisque a = F/m, la petite auto subit une accélération plus grande.

Q.5.8
Équipe A Équipe B

TAB TBA

fA fB
L'énoncé est vrai... mais la tension dans la corde n'est pas la seule force qui
s'exerce sur chaque équipe. Il y a aussi le frottement exercé par le sol. Ce
frottement est d'autant plus élevé qu'une équipe tire plus fort, car les pieds ont
alors davantage tendance à glisser sur le sol. L'équipe soumise au frottement le
plus élevé recule et gagne la joute.

Méthode à suivre pour les problèmes de dynamique


1° Identifier et isoler en pensée le corps dont on veut analyser le mouvement
2° Trouver toutes les forces agissant sur ce corps et les indiquer sur un diagramme
3° Choisir un système de référence approprié, généralement avec l'axe x positif
orienté dans la direction de l'accélération présumée du corps (ainsi ax > 0 et ay
= 0, ce qui simplifie l'analyse)
4° Écrire la ou les équations découlant de la seconde loi
∑ Fx = max ∑ Fy = may
5° Résoudre le système d'équations (par exemple, déterminer l'accélération).

E.5.1 Considérons la masse m. Elle est soumise à deux forces, la tension T3 dans la
corde verticale et son poids. Avec un axe y vertical, on a
∑ Fmy = T3 – mg = mamy = 0
Donc T3 = mg = 7 kg 9,8 m/s2 = 68,6 N
32

→ →
L'analyse des forces sur m ne T2 T1
nous apprend rien sur T1 et T2. y
Comment y arriver? Il faut 60° 40°
considérer un autre objet. Le seul x
disponible est le noeud à la →
jonction des cordes: T3

∑ Fnx = T1 cos40° – T2 cos60° = mnanx = 0


∑ Fny = T1 sin40° + T2 sin60° – T3 = mnany = 0
Puisque T3 est connue, les deux équations ci-dessus constituent un système
d'équations à deux inconnues: T1 et T2. Il reste à résoudre:
0,766 T1 – 0,500 T2 = 0
0,643 T1 + 0,866 T2 – 68,6 N = 0
On obtient T1 = 34,8 N et T2 = 53,4 N

E.5.4 11,4x103 N

E.5.10 Un enfant de masse m = 20 kg glisse sur un toboggan (glissoire). Tirons d'abord


profit des données de cinématique (axe x dirigé vers le bas de la glissoire):
Départ to = 0 xo = 0 vo = 0
Arrivée en bas t=? x=3m v = 1 m/s a=?
Avec l'équation v = vo + 2a (x–xo) , on trouve a = 0,167 m/s2
2 2
Pour déterminer la valeur de la force de →
frottement, il faut faire l'analyse des y
f
forces s'exerçant sur l'enfant. Les forces →
sont indiquées sur la figure ci-contre. N

Choisissons un axe x dirigé dans le sens 35°


x →
de l'accélération puis appliquons la P
seconde loi de Newton: 35°
∑ Fx = Psin35° – f = ma
Comme P = mg, tout est connu dans cette équation sauf f.
On obtient f = 109 N.

E.5.16 m = 1 kg F=5N θ = 37°


Le bloc est soumis à trois forces: son →
poids, la normale et la force horizontale N
37°
appliquée. →
Ici, on ne sait pas dans quelle direction va F
y 37°
se mouvoir le bloc. Choisissons donc, au x →
hasard, un axe x parallèle au plan incliné et P
dirigé vers le haut.
37°
a) ∑ Fx = Fcos37° – Psin37° = max
33

5 N cos37° – 9,8 N sin37°


ax = 1 kg = –1,90 m/s2
Puisque ax < 0, l'accélération du bloc est dirigée vers le bas du plan incliné.

b) Le bloc monte, mais en décélérant.


Départ to = 0 xo = 0 vo = 4 m/s
À2s t=2s x=? v=?
1
x = xo + vot + 2 at2 = 4,20 m
∆x = x – xo = 4,20 m

E.5.33 mf = 60 kg mp = 7 kg v = 6 m/s
a) Nous sommes en présence de deux «objets», le parachute et la femme.

N

→ →
Ffp y Pp


F pf

Pf
La femme est soumise à deux forces, son poids Pf et la force Ffp exercée par le
parachute. Sur le parachute s'exercent son poids Pp, la force Fpf exercée par la
femme et la force normale N exercée par l'air.

Nous cherchons Ffp:


∑ Ffy = Ffp – Pf = may = 0 puisque la vitesse est constante
Ffp = Pf = mfg = 60 kg 9,8 m/s2 = 588 N

b) Nous cherchons N:
∑ Fpy = N – Pp – Fpf = mpay = 0
N = Pp + Fpf
et puisque d'après la troisième loi de Newton Fpf = Ffp = 588 N ,
N = 7 kg 9,8 m/s2 + 588 N = 657 N
34

E.5.36 m1 = 5 kg m2 = 6 kg

→ → →
N1 → T N2
T y y

m 30° x
1 60° m
2

m→g
30° x
mg
1 2

De prime abord, on ne sait pas du tout de quel côté va accélérer le système. On


choisit alors le sens des axes x arbitrairement. Le signe de l'accélération
obtenue après analyse complète nous renseignera sur la direction du
mouvement: dans le sens de l'axe x choisi, si a>0, dans le sens inverse, si a<0.

Ce qui est important pour limiter les erreurs, c'est de choisir deux SC
cohérents. Ici, si on suppose que m2 va vers le bas, la cohérence implique que
m1 monte sur le plan incliné! Avec les SR indiqués sur le schéma ci-dessus, on
peut écrire a1x = a2x = a, supposant évidemment que la corde ne s'étire pas et
que les deux masses ont donc la même accélération.

Remarquez bien que le choix des SR est complètement arbitraire et ne change


rien à la réalité physique. Toutefois, si vos SR pour les deux objets ne sont pas
cohérents, vous pourriez devoir écrire que a1x = – a2x . Allez-vous y penser?

On considère la tension dans la corde constante d'un bout à l'autre de la corde


(ce n'est vrai que si la masse de la corde est négligeable).

∑ F1x = T – m1g sin30° = m1a


∑ F2x = m2g sin60° – T = m2a

Les équations en x constituent un système de 2 équations à 2 inconnues, T et


a. La solution donne
m2 sin60° – m1 sin30° 6sin60° – 5sin30° kg
a = m1 + m2 g = 11 kg 9,8 m/s2
= 2,40 m/s2
L'accélération obtenue étant positive, la direction de nos axes x indique bien le
sens de l'accélération. Enfin,
T = m2g sin60° – m2a = 6 kg (9,8sin60° – 2,40 m/s2) = 36,5 N
35

E.5.44 m = 70 kg a = 2 m/s2

∑ Fy = N – P = may y →
N
a) Papp = N = P + may = mg + may
= 70 kg (9,8 + 2 m/s2) = 826 N →
P
b) P = mg = 70 kg 9,8 m/s2 = 686 N

c) Le poids de la personne est une force gravitationnelle exercée sur la


personne par la Terre. La réaction est une force exercée sur la Terre par la
personne: en grandeur, FTp = 686 N.

P.5.4 Ce problème nécessite plusieurs étapes. Il faut d'abord déterminer l'accélération


du système. Soit m1 = 3 kg et m2 = 5 kg . On trouve
m2 – m1
a = m + m g = 2,45 m/s2
1 2

Lorsque le bloc 2 touchera le sol, le bloc 1 n'arrêtera pas instantanément. La


tension dans la corde deviendra nulle, le bloc 1 se retrouvera en chute libre et
montera d'une distance supplémentaire qui dépend de la vitesse que le système
aura acquise quand le bloc 2 touchera le sol. Déterminons donc cette vitesse v:
Début du mouvement to = 0 xo = 0 vo = 0
Contact de 2 avec le sol t=? x=4m v=?
2
v = vo + 2a(x–xo) = 2 (2,45 m/s ) (4 m) = 19,6 m2/s2
2 2
v = 4,43 m/s

Il reste à analyser la montée libre du bloc 1. Repartons le chronomètre à zéro et


utilisons un SC dirigé vers le haut (a = –9,8 m/s2):
Contact de 2 avec le sol to = 0 xo = 0 vo = 4,43 m/s
Sommet du mouvement t=? x=? v=0
–vo 2
v2 = vo2 + 2a(x–xo) donc x = 2a + xo
–(4,43 m/s)2
x = = 1,00 m
2 (–9,8 m/s2)
Par rapport au sol, la hauteur maximale atteinte est donc
(4 + 1) m = 5 m
36

Chapitre 6

Q.6.2 Dans le cas présent, c'est la force de frottement statique qui constitue la force
centripète. Quand elle atteint sa valeur maximale, elle ne peut plus augmenter
pour fournir la force centripète supérieure nécessitée par une vitesse de rotation
plus grande. La pièce ne peut plus décrire un mouvement circulaire et s'éloigne
du centre.

Q.6.5 Oui, car le frottement exercé par le sol sur la roue avant, vers l'arrière, ne
ralentit plus la moto et la normale à l'arrière est plus grande donc «f» aussi.

mg
E.6.2 Soit N la force normale s'exerçant sur une roue: N = 4 où m est la masse
de l'auto.
a) Considérons ici une traction (pour une propulsion, les forces s'exercent sur
des roues différentes mais le résultat est le même) en phase d'accélération:

→ →
N N y

x

→ f sAV
f sAR

L'accélération maximale est obtenue quand fsAV est maximum et que fsAR est
nulle, ce qui se produit si les roues arrière ont une masse négligeable.
Alors
mg
∑ Fx = 2 fsAV = max avec fsAV = µsN = µs 4
µsg 0,8 (9,8 m/s2)
ax = 2 = 2 = 3,92 m/s2
b) En décélération, les forces deviennent

→ →
N N y

→ →
f sAR f sAV

Comme les quatre roues sont freinées de la même façon, le frottement est le
même sur chacune des roues (ceci n'est pas vrai en réalité car le poids n'est
généralement pas réparti uniformément). Alors
37

mg
∑ Fx = –4 fs = max avec fs = µsN = µs 4
(fs est maximum parce qu'on cherche l'accélération maximale possible)
ax = –µsg = –0,8 (9,8 m/s2) = –7,84 m/s2

E.6.3 Soit m1 = 5 kg m2 = 3 kg
Vitesse constante donc a = 0
Effectuons d'abord les diagrammes des forces sur chaque bloc:


N1 →
→ N 2
y T y
→ m2
x m1 → T
fc1 x

fc2

m→1
m2 g
g

Puisque le système se déplace vers la gauche, les frottements sont cinétiques


et sont dirigés vers la droite. On différencie les frottements, les normales et les
poids s'exerçant sur les deux blocs par les indices 1 et 2.
Comme l'accélération est nulle, on peut orienter les systèmes de référence
n'importe comment. Toutefois, les SR illustrés sont plus commodes car la
plupart des forces en présence sont orientées selon un des deux axes. De plus,
les SR doivent être cohérents, comme c'est le cas avec les deux ci-dessus.
∑ F1x = T + fc1 – m1g sin30° = 0 ∑ F2x = fc2 – T = 0
∑ F1y = N1 – m1g cos30° = 0 ∑ F2y = N2 – m2g = 0
fc1 = µcN1 fc2 = µcN2
En combinant les trois équations pour chaque bloc, on obtient
T + µcm1g cos30° – m1g sin30° = 0
µcm2g – T = 0
Ces deux équations constituent un système de deux équations à deux
inconnues, T et µc. La solution donne
m1 sin30°
µc = m + m cos30° = 0,395
2 1
T = µcm2g = 0,395 (2 kg) 9,8 m/s2 = 7,74 N

E.6.4 a) non b) 6,91 m/s2


38

E.6.9 m = 2,5 kg µc = 0,25 µs = 0,5


Les différences entre les questions a), b) et c) résultent du fait que la direction
du frottement dépend de celle du mouvement. Commençons par les
diagrammes des forces:
Cas a) et c) →
fc Cas
b)

N y →
N

53 → 53
° fc °

mg x →
mg
53 53°
°
a) S'il est initialement au repos, l'objet est soumis à un frottement statique
dirigé vers le haut. Pour savoir si l'objet va s'ébranler, il faut comparer le
frottement maximal à la composante du poids parallèle au plan incliné.
∑ Fy = N – mg cos53° = may = 0 d'où N = mg cos 53° = 14,7 N
fsmax = µsN = 0,5 (14,7 N) = 7,37 N
mg sin53° = 2,5 kg 9,8 m/s2 sin53° = 19,6 N
Puisque mg sin53° > fsmax , le bloc va bouger et le frottement est cinétique.
Appliquons la seconde loi de Newton pour trouver l'accélération:
∑ Fx = mg sin53° – fc = mg sin53° – µcN = max
mg sin53° – µcmg cos53° = max
ax = 9,8 m/s2 (sin53° – 0,25cos53°) = 6,35 m/s2

b) Cette fois, le frottement est dirigé vers le bas de la pente. Avec le SR


indiqué, on obtient a = 9,30 m/s2: l'accélération est donc en sens inverse de la
vitesse et le bloc ralentit (on s'y serait attendu).

c) Si le bloc se déplace vers le bas de la pente, le frottement est cinétique et


est dirigé vers le haut de la pente. On se retrouve donc dans la situation déjà
analysée en a).

E.6.10 Puisque la caisse ne glisse pas sur la plate-forme, le frottement est statique. Par
inertie, la caisse tend à continuer son mouvement, donc le frottement est dirigé
vers l'arrière du camion. Si le freinage est trop brusque, le frottement statique ne
suffit pas à engendrer une décélération suffisante et les caisses vont glisser
vers l'avant.


N

fs →
vo y

→ x
mg
39

∑ Fx = – fs = ma où a = –6 m/s2
Puisqu'on demande le coefficient de frottement minimal, il faut se placer dans
la situation où le frottement statique est maximal (avec un µs non minimal, le
frottement ne prendrait pas nécessairement sa valeur maximale).
fs = fsmax = µsN = µsmg = – ma
a –6 m/s2
µs = – g = – = 0,612
9,8 m/s2

E.6.14 a) ttrac av /ttrac ar = 0,667 b) Δxtrac av /Δxtrac ar = 1

E.6.19 mA = 2 kg mB = 5 kg µs = 0,25 entre les 2 blocs


a) Le frottement est la seule force horizontale s'exerçant sur le bloc A.
Puisque le déplacement se fait à vitesse constante, l'accélération de A est nul et
le frottement aussi.

b) Considérons qu'on exerce la force extérieure F sur B vers la droite:


→ →
NAB NBs
→ y
→ →
fAB fBA F

x → →
m→
A
g N BA mB g

A est entraîné vers la droite par le frottement fAB. Si on augmente la force F, il


arrive une situation limite où le frottement statique atteint sa valeur maximale.
Avec une force F supérieure, le frottement ne suffit plus à accélérer A au même
taux que B et A glisse sur B (vers «l'arrière»).
Dans la situation limite,
∑ FAx = fAB = µsNAB = µsmAg = mAa d'où a = µsg
∑ FBx = F – fBA = mBa
En appliquant la troisième loi, on a
F = mBa + fBA = mBa + fAB = mBa + mAa = µsg (mA + mB)
= 0,25 (9,8 m/s2) (7 kg) = 17,2 N

E.6.28
Quand le seau tourne et passe au sommet v
du cercle, l'eau est soumise à deux forces
dirigées vers le bas: la gravité et la normale →
→ r = 80 cm
exercée par le fond du seau. On s'intéresse mg
N
à la situation limite où l'eau passe près de x
sortir du seau: la normale N est alors nulle.
C
Pour que l'eau reste dans le seau, il faut que la force centripète nécessaire au
mouvement sur un cercle de rayon r ne soit pas inférieure à la gravité.
Autrement, la force dirigée vers le centre est trop élevée et infléchit
40

exagérément la trajectoire. Donc, dans la situation limite,


mvmin2
∑ Fx = mg = Fcmin = r
vmin = gr = 9,8 m/s2 0,80 m = 2,80 m/s

E6.29
a) Avec un axe x dirigé vers le centre du cercle décrit,
mv2 →
∑ Fx = –N + mg = mac = r N
Pour répondre à la question, il faut traduire l'expression
«reste en contact avec la route» dans notre langage →
physique. Comment? mg
Voilà: tant que l'auto est en contact avec la route, il y a
une force normale. Puisqu'ici on demande la vitesse x
maximale possible, la question porte sur la situation
limite où l'auto est sur le point de «décoller», donc sur
une situation où la force normale devient nulle.
Dans la situation limite,
mvmax2
mg = r
vmax = gr = 9,8 m/s2 20 m = 14,0 m/s = 50,4 km/h

b) Au fond de la vallée, le passager de masse m = 75


kg est soumis à une force normale dirigée vers le haut → x
et à la gravité: N
mv2
∑ Fx = N – mg = mac = r
mv2
Papp = N = mg + r →
mg
⎡ (14,0 m/s)2⎤
= 75 kg ⎢9,8 m/s2 + 20 m ⎥⎦ = 1470 N

E.6.30 0,472
41

E.6.32 v = 400 km/h = 111 m/s r = 2000 m mp = 70 kg

→ →
N Np
θ
y

θ
x →
mg →
mpg

a) Deux forces s'exercent sur l'avion: la gravité mg et la force normale N


exercée par l'air. Nous choisissons un SR avec l'axe orienté dans le sens de
l'accélération centripète.
mv2
∑ Fx = Nsinθ = mac = r ∑ Fy = Ncosθ – mg = may = 0
v2 (111 m/s)2
tanθ = rg = = 0,629
2000 m 9,8 m/s2
θ = tan–1(0,629) = 32,2°
b) Deux forces s'exercent sur le pilote: la gravité mpg et la force normale Np
exercée par le siège. Comme le poids apparent du pilote est la force exercée
par la surface avec laquelle il est en contact (chap.5), on a
mp g 70 kg 9,8 m/s2
Papp = Np = = cos32,2° = 811 N
cosθ
ou encore
mv2 70 kg (111 m/s)2
Papp = Np = = 2000 m sin32,2° = 809 N
r sinθ
La différence entre les deux valeurs résulte des arrondissements.

E.6.46 a) 6,02x1024 kg

P.6.4 vmin = 9,59 m/s vmax = 24,5 m/s

P.6.7 m = 0,4 kg T = 1,2 s


1m T1
y
θ θ
1,6 m
θ x θ
1m
→ →
T2 mg

mv2
∑ Fx = T1 cosθ + T2 cosθ = mac = r
∑ Fy = T1 sinθ – T2 sinθ – mg = may = 0
42

Ces équations comportent 5 inconnues: T1, T2, θ, v et r. Cependant,


0,8 m
sinθ = 1 m = 0,8 donc θ = 53,1°
r = 1 m cos53,1° = 0,600 m
circonférence 2πr 2π 0,600 m
v = période = T = 1,2 s = 3,14 m/s
On se retrouve donc avec un système de 2 équations à 2 inconnues, T1 et T2.
Isolons T1 (ou T2) dans la seconde équation:
mg + T2sinθ mg
T1 = = + T2
sinθ sinθ
et remplaçons dans la première équation:
mg mv2
+ T2 cosθ + T2 cosθ = r
tanθ
mv 2 mg
r – tanθ mv2 mg
T2 = = –
2 cosθ 2r cosθ 2 sinθ
0,4 kg (3,14 m/s)2 0,4 kg 9,8 m/s2
= 2 (0,600 m) cos53,1° – 2 sin53,1° = 3,03 N
0,4 kg 9,8 m/s2
T1 = sin53,1° + 3,03 N = 7,93 N
4
0

Chapitre 7

Q.7.9 Vrai. Si on néglige la résistance de l'air, la seule force agissant sur le projectile
est la gravité. Ainsi
Wtot = Wg = K – Ko
Ko ne dépend pas de l'angle de projection. D'autre part, comme on le montre à
la section 7.1, Wg ne dépend que des positions verticales initiale et finale. Donc
K ne dépend pas de l'angle de projection et la vitesse d'atterrissage du projectile
non plus.

E.7.2 6,00 J

E.7.4 m = 10 kg s=3m F = 80 N, parallèle au plan f = 22 N


!
! ! s
N F

!
f
30

!
°

30°
mg

a) Wp = F • ∅
s = Fs cosθF = 80 N 3 m cos0° = 240 J
b) Wg = m∅g •∅s = mgs cosθg = 10 kg 9,8 m/s2 3 m cos120° = –147 J
c) W = ∅
ff •∅s = fs cosθ = 22 N 3 m cos180° = –66,0 J
f

x'
E.7.13 Le travail correspond à l'aire sous la courbe car Wx, x' = ⌠
⌡Fx(x)dx .
x
Pour dx > 0, le travail est positif si Fx > 0, négatif si Fx < 0.

a) L'objet se déplace de x=–4 m à x = 4 m donc dx > 0.


De x = –4 m à x = –2 m, Fx < 0:
1
W–4,–2 = 2 (–10 N) (2 m) = –10 J
De x = –2 m à x = 0, Fx > 0:
1
W–2, 0 = 2 (10 N) (2 m) = 10 J
De x = 0 à x = 4 m, Fx > 0:
1
W0, 2 = 10 N (2 m) + 2 (10 N) (2 m) = 30 J
Travail total effectué de x = –4 m à x = 4 m: 30 J
4
1
b) L'objet se déplace de x = 0 à x = –2 m donc dx < 0, Fx > 0.
1
W0, –2 = 2 (10 N) (–2 m) = –10 J

E.7.17 La force extérieure nécessaire pour allonger le ressort vaut


F'(x) = +kx où x est l'allongement du ressort.

a) Notons tout de suite que si on étire le ressort à partir de sa position


d'équilibre, on doit effectuer un travail positif car F'x(x) > 0, dx > 0:
0,1 m 0,1 m
1 0,1 m
W = ⌠
⌡F'(x)dx = ⌠
⌡kx dx = [2 kx2]0
0 0
1
= 2 (40 N/m) [(0,1 m)2 – 02] = 0,200 J

b) Si on comprime le ressort, x < 0 donc on varie x de –0,1 m à –0,2 m, dx <


0 et F'x(x) < 0, le travail est encore positif car la force est dans le sens du
déplacement:
–0,2 m –0,2 m
1 –0,2 m
W = ⌠F'(x)dx
⌡ = ⌠kx dx
⌡ = [2 kx2]0.1 m
–0,1 m –0,1
1
= 2 (40 N/m) [(–0,2 m)2 – (–0,1 m)2] = 0,600 J

E.7.19 k1 > k2
1 1
a) Si x1 = x2 : W1 = 2 k1x12 > W2 = 2 k2x22
k2x2
b) Si F1' = k1x1 = F2' = k2x2 : alors x1 = k1
1 1 ⎛k2x2⎞2 1 ⎛k2k1⎞ k2
W1 = 2 k1x12 = 2 k1 ⎜⎝ k1 ⎟⎠ = 2 k2x22 ⎜ k 2 ⎟ = W2 k1
⎝ 1 ⎠
Puisque k1 > k2, W1 < W2.
4
2
E.7.24 a) Soit f la force (de frottement, ou de résistance de l'eau) requise pour
arrêter le porte-avions sur une distance s = 1000 m. D'après le théorème de
l'énergie cinétique,
Wf = K – Ko
1 1
Ko = 2 mvo2 = 2 (8 x 107 kg) (15,3 m/s) 2 = 9,36 x 109 J
K = 0 (porte-avions arrêté)
Wf = f s cos180°
En regroupant, on a
9,36 x 109 J
– f s = 0 – 9,36 x 109 J et f = 1000 m = 9,36 x 106 N

E.7.35 m = 2 kg vo = 3 m/s µc = 0,2 v=0 s=?

Wtot = Wg + WN + Wf = K – Ko
1 1
mgs cos105° + Ns cos90° + fcs cos180° = 2 mv2 – 2 mvo2
1
– 2 mvo2
s = mgcos105° – µcN
Pour calculer s, il faut d'abord trouver N:
∑ Fy = N – mg cos15° = may = 0 → N = 2 kg 9,8 m/s2 cos15° = 18,9 N
1
– 2 (2 kg) (3 m/s)2
s = 2 kg 9,8 m/s2 cos105° – 0,2 (18,9 N) = 1,02 m

E.7.40 m = 0,5 kg xo = –0,2 m k = 80 N/m µc = 0,4


a) La force exercée par le ressort F(x) = –kx est dirigé vers les x positifs, tout
comme le mouvement (dx > 0): le travail est donc positif. Le bloc quitte le ressort
quand celui-ci est détendu, soit pour x = 0.
x 0
⎡x2⎤ 0
Wr = ⌠
⌡(–kx) dx = –k ⌠
⌡xdx = –k ⎣ 2 ⎦–0,2 m
xo –0,2 m

⎡ (–0,2 m)2⎤
= –80 N/m ⎣0 – 2 ⎦ = 1,6 Nm = 1,6 J

b) Wf = fcs cos180° où fc = µcN = µcmg et s = x – xo = 0,2 m


Wf = 0,4 (0,5 kg) 9,8 m/s2 (0,2 m) (–1) = –0,392 J
4
3

c) Appliquons le théorème de l'énergie cinétique au déplacement effectué


pendant que le bloc est en contact avec le ressort:
1
Wtot = Wg + WN + Wr + Wf = 0 + 0 + 1,6 – 0,392 J = K – Ko = 2 mv2
car vo = 0.
2(1,21 J)
v2 = 0,5 kg = 4,84 m2/s2 donc v = 2,20 m/s

d) Après avoir quitté le bout du ressort, le bloc se déplace en ralentissant à


cause du frottement. Pour ce déplacement, on a
vo = 2,20 m/s v=0 s' = ?
1 1
Ko + Uo + Wf = K + U donc 2 2
2 mvo + fcs'cos180° = 2 mv
On trouve s' = 0,617 m donc la distance totale parcourue par le bloc vaut
(0,200 m + 0,617m) = 0,817 m

E.7.43 ma = 2000 kg mc = 1800 kg v = 0,4 m/s P=?


Le contrepoids équilibre plus ou Poulie entraînée
moins le poids de la cabine et de par un moteur
quelques passagers. De cette Cage de
façon, le moteur qui actionne la l'ascenseur
poulie n'a pas besoin de soulever
Ascenseur
ou de retenir tout le poids de la
cabine (2000 kg dans ce
problème) mais seulement la
différence de poids entre la cabine Contrepoids
et ses passagers et le
contrepoids.
La force que le moteur doit exercer sur le câble vaut donc
F = 200 kg x 9,8 m/s2 = 1960 N.
Puisque P = Fv et que la vitesse du câble est la même que celle de
l'ascenseur,
P = 1960 N 0,4 m/s = 784 W

E.7.48 2,30 hp
E7.56 a) 403 N b) 65 hp
P.7.4 25,9 J
4
4

Chapitre 8

Q.8.5 Le travail effectué par une force conservative doit être indépendant de la
trajectoire suivie et doit être nul lorsque la trajectoire est fermée. La force de
traînée due à la résistance d'un fluide (f = - av - bv2) n'est donc pas une force
conservative puisqu'elle s'oppose toujours au mouvement et que dans ce cas,
elle produit toujours un travail négatif même sur une trajectoire fermée.

Q.8.7 Lorsque vous vous trouvez dans un ascenseur qui descend à vitesse constante,
l'énergie potentielle que vous perdez est transférée à l'ascenseur qui va la
dissiper en chaleur en freinant ou la transférer en énergie potentielle dans un
contrepoids.

E.8.3 Si on applique le principe de conservation de l'énergie, on a:


Ef -Ei = Wnc =0 car ici les forces non conservatives ne font pas de travail. On
a alors :
Ei = Ef avec Ei = Ui + Ki = Ui1 + Ki1 + Ui2 + Ki2
et Ef = Uf + Kf = Uf1 + Kf1 + Uf2 + Kf2

On choisit une énergie potentielle initiale nulle pour les deux blocs (voir figure).
De plus, l'énergie cinétique initiale de chacun des deux blocs est nulle puisqu'ils
sont au repos. On obtient alors:

Ui1 + Ki1 + Ui2 + Ki2 = Uf1 + Kf1 + Uf2 + Kf2


0 + 0 +0 + 0 = m1gh1f + 1/2 m1v1f2 - m2gh2f + 1/2m2v2f2.

Comme h1f = d sinθ1 = 0,40 sin37° et h2f = d sin θ2 = 0,40 sin 53°
et que v1f = v2f = v, on obtient:
1/ ( m + m ) v2 = (m sin θ - m sinθ ) gd
2 1 2 2 2 1 1
et
4
5

2(m 2 sin !2 " m1 sin !1 )gd


v =
m1 + m2
2( 5sin 53° "4sin37°)(9,8)(0, 40)
v = = 1,18m / s
4+5

E.8.5 Si on applique le principe de conservation de l'énergie, on a:


Ef - Ei = Wnc = 0 car ici les forces non conservatives ne font pas de travail. On
a alors:
Ef = Ei avec Ei = Ui + Ki = mghi + 1/2 mvi2
et Ef =Uf + Kf = mghf + 1/2 mvf2

a) La vitesse maximale est au point le plus bas (point final 1) où l'énergie


potentielle est nulle (choix arbitraire). Entre la position initiale et le point le plus
bas, on a :
mghi + 1/2 mvi2 = mghf1 +1/2 mv2max
avec hi = L(1 - cosθi) et hf1=0
ce qui donne: gL(1 - cosθi) +1/2 vi2 =1/2 v2max
et
v MAX = v i2 + 2gL(1! cos " i )

v MAX = 4 + 2( 9, 8)( 0,75) (1 ! cos 30° ) = 2,44m / s

b) L'angle θ est maximum lorsque le pendule est à sa hauteur maximale. À ce


point (position finale 2) l'énergie potentielle est donc maximale et la vitesse du
pendule est nulle. Entre la position initiale et le point le plus haut, on a:
4
6
mghi + 1/2 mvi2 = mghf2 + 1/2 mvf22
avec hi = L(1 - cosθi ) hf2 = L( 1- cosθmax) et vf2 = 0
ce qui donne
gL (1 - cosθi) + 1/2 vi2 = gL(1 - cosθmax)
v2 4
cos ! max = cos ! i " i = cos30° "
et 2gL 2x9,8x0, 75
! max = 53,6°

E.8.10 θ = 65,9° (Voir l'exemple 8.7 du livre, page 153, comme solution équivalente).

E.8.12 Lorsque le ressort est comprimé de x0 = 10cm par la masse de 50g, il est à sa
r
position d'équilibre. À cette position, on a : ! F = 0
ce qui donne : mg = k|x0|
mg 0, 050x9, 8
d'où : k= = = 4, 9 N / m
x0 0,10
Si on applique le principe de conservation de l'énergie mécanique, on a:
Ef- Ei=Wnc = 0 car il n'y a pas de force non conservative. On a alors:

Ei = Ef avec Ei = Ui + Ki = mghi + 1/2 kxi2 + 1/2 mvi2


et Ef = Uf + Kf = mghf + 1/2 kxf2 + 1/2 mvf2
4
7

Si on pose que l'énergie potentielle gravitationnelle est nulle à la position de


compression maximale du ressort et que l'énergie potentielle du ressort est nulle
lorsqu'il est à sa longueur naturelle (pas compressé, ni étiré), on obtient
l'équation suivante qui représente l'énergie totale initiale du système lorsque la
compression est maximale et l'énergie totale finale du système à une position
quelconque:
0 + 1/2 kxi2 +0 = mghf + 1/2 kxf2 + 1/2 mvf2

a) Lorsque le corps n'est pas attaché au ressort, il atteint sa hauteur maximale


lorsque sa vitesse est nulle et que le ressort est à sa position d'équilibre. On
peut alors écrire que:
0 + 1/2 kxi2 + 0 = mgh max + 0 + 0 = 1/2 kxi2
On a alors:
hMAX = kxi2 / (2mg) = 4,9 x 0,302/ (2 x0,050x 9,8) = 0,450 m

b) Lorsque le corps est attaché au ressort, il atteint aussi sa hauteur maximale


lorsque sa vitesse est nulle mais le ressort est alors étiré d'une longueur xf. On
peut alors écrire que:
0 + 1/2 kxi2 + 0 = mghf + 1/2 kxf2 avec hf = |xi| + xf
On a alors:
1/ kx 2 = mgh + 1/ k(h - |x | )2
2 i f 2 f i
1/ kx 2 = mgh + 1/ kh 2-kh |x | + 1/ kx 2
2 i f 2 f f i 2 i
1/ kh 2 + (mg - k|x | ) h = 0
2 f i f
1/ kh + mg - k |x | = 0
2 f i
hf = 2 ( k |xi | - mg) / k = 2(|xi | - mg /k) = 2(|xi | - | x0 |)
= 2 (0,30 - 0,10) = 0,40 m
et xf = hf - |xi | = 0,40 -0,30 = 0,100 m.

E.8.20
4
8

a) Si on fait descendre lentement le bloc jusqu'à la position d'équilibre du


système masse-ressort, on a alors équilibre des forces:
mg = kxa et xa = mg/k =0,032 (9,8) /2,8 = 0,112 m = 11,2 cm

b) Si on lâche le bloc, on doit appliquer le principe de conservation de l'énergie


mécanique entre la position initiale et la position finale:
Ui + Ki = Uf + Kf (Wnc=0 )
Si on pose que les énergies potentielles (gravitationnelle et du ressort)
sont nulles au départ:
0 + 0 = - mgxb + 1/2 kxb2
et
xb = 2mg / k = 22,4 cm (le double de la solution de a).

E.8.31

Si on applique le principe de conservation de l'énergie, on a :


Ef - Ei = Wnc
avec Ei = Ui + Ki = mghi + 1/2 mvi2
Ef = Ufr+ Kf = mghf + 1/2 mvf2
r
et W nc = fc • s = fc s cos 180°= !fc s = !µ c Ns
On a alors: mghf + 1/2 mvf2 - mghi - 1/2 mvi2 = - µ c Ns

a) hf = hi = 0, N = mg et vf = 0:
0 + 0 - 0 - /2 mvi = - µ c Ns = -µcmg s
1 2

s = vi2 / (2 µc g) = 42 / (2 x 0,6 x 9,8 ) = 1,36 m.

b) hf = h = s sin 30° , hi =0, N = mg cos 30° et vf = 0


4
9
mgs sin30° + 0 - 0 -1/2 mvi2 = -µcmg cos30° s
s = vi2 / [2g (sin30° + µc cos30°)]
= 42/ [2 x 9,8 (sin30° + 0,6 cos 30°] = 0,801 m
c) hf = h = - s sin 30° , hi =0, N = mg cos 30° et vf = 0
1 2
- mgs sin30° + 0 - 0 - /2 mvi = -µcmg cos30° s
s = vi2 / [2g (µc cos30° - sin30°)]
= 42/ [2 x 9,8 (0,6 cos30° - sin30°] = 41,6 m

E.8.32 s = 1,93m (Voir l'exercice E.8.31 comme solution équivalente).

E.8.35 L'énergie potentielle UB d'un système à une position B donnée est le travail
extérieur nécessaire pour amener le système de la position de référence A où
UA= 0 jusqu'à cette position donnée B, sans changer l'énergie cinétique du
système.
B r r B r
r x x
"C x4
U( x ) = ! Fext • ds = " ! Fc • ds = " ! Fc xd x = " ! C x d x =
3

A A 0 0
4

P.8.5 Si on applique le principe de conservation de l'énergie, on a :


Ef - Ei = WNC = 0 car ici les forces non conservatives ne font pas de travail. On
a alors:
Ei = Ef avec Ei = Ui + Ki = mghi + 1/2 mvi2
et Ef = Uf + Kf = mghf + 1/2 mvf2

En bas du cercle:
Si on pose que l'énergie potentielle est nulle en ce point:
EB = UB + KB = 0 + 1/2 mvB2

La deuxième loi de Newton nous donne également:


TB - mg = maBc = mvB2/r = mvB2/L car r = L.

En haut du cercle:
EH = UH + KH = mghH + 1/2 mvH2 = mg2L + 1/2mvH2 car hH =2L
et la deuxième loi de Newton nous donne:
mg + TH = maHc = mvH2 /L

La conservation de l'énergie nous donne:


0 + 1/2 mvB2 = mg2L + 1/2mvH2
alors vB2 - vH2 = 4gL
5
0
et en soustrayant les tensions, on obtient:
TB -TH = mg + mvB2/L - mvH2 /L + mg
=2 mg + m (vB2-vH2) / L = 2mg + 4mg = 6 mg

P 8.11
a) Si on applique le principe de conservation de l'énergie mécanique, on a:
Ef - Ei = WNC = 0 car il n'y a pas de force non conservative.
On a alors : Ei = Ef avec Ei = Ui + Ki = mghi + 1/2 mvi2
et Ef = Uf + Kf = + 1/2 mvf2

Si on pose que l'énergie potentielle de l'enfant est nulle au sol, on a:


mghi + 0 = mghf + 1/2 mvf2
mgR + 0 = mgR cosθ + 1/2 mvf2 d'où cosθ = 1 - 1/2 vf2/gR

x Si on applique la deu- xième


y
loi de Newton à l'enfant
lorsqu'il se trouve au point
final, on obtient :
!
N En x, nous avons :
mg sin θ = maT
! "
P
R En y, nous avons :
mgcosθ − Ν = mac = vf2/R
"
U=0 On a alors :
vf2/R = g cosθ - N/m
Puisque l'enfant quitte l'igloo au point final, on a N = 0 en ce point et
vf2/R = g cosθ

Finalement, on a:
cosθ = 1- 1/2cosθ → 1,5 cosθ = 1 → θ = arccos(2/3) = 48.2°
5
1

Chapitre 9

Q.9.2 Le marin peut faire avancer son bateau mais pas en projetant de l'air sur la voile
au moyen du ventilateur. S'il faisait ça, le bateau serait poussé d'un côté
lorsque le ventilateur souffle de l'air vers la voile, et dans le sens opposé lorsque
la voile reçoit le jet d'air ; donc, impossible d'avancer (à moins que l'air ne
rebondisse de façon élastique sur la voile pour repartir en sens inverse). Par
contre, si le ventilateur projette de l'air mais pas vers la voile, alors le ventilateur,
fixé au bateau, est poussé dans le sens opposé et ça avance. C'est d'ailleurs la
façon de faire avancer un avion à réaction.

E.9.4 La figure suivante illustre la situation avant et après l'explosion.


y (Nord) m = m = m = m/3
1 2 3
v1 = 20 m/s
v2 m2 v2 = 15 m/s
m 45°

u=0 ! m1 v1 x (Est)
m3
v3
AVANT APRÈS
La quantité de mouvement du système avant l'explosion est nulle. Puisque les
forces qui agissent pendant l'explosion sont des forces intérieures, la quantité
de mouvement après l'explosion
r r demeure
r nulle. Nous avons donc :
0 = m1v1+m2v 2 +m3v 3
Suivant x : 0 = m1 v1 - m2 v2 cos 45° + m3 v3x
0 = v1 - v2 cos 45° + v3x (car m1 = m2 = m3)
v3x = v2 cos 45° - v1 = 15 cos 45° - 20 = - 9,393 m/s
Suivant y : 0 = 0 + m2 v2 sin 45°+ m3v3y
0 = v2 sin 45°+ v3y
v3y = - v2 sin 45° = - 15 sin 45° = -10,61 m/s
La grandeur de la vitesse du troisième morceau est donc :
v 3 = v 3x2 + v3 y 2 = 14,2m / s
et son orientation θ par rapport à x (ou l'Est) :
v "10,61
tg! = 3y = = 1,1295
v 3x "9,393
θ = 48,5° ou - 132°
Puisque v3x < 0 et v3y < 0 :
θ = - 132°, ce qui revient à 48,5° au sud de l'Ouest.
5
2

E.9.6 34,9 m/s à 40,9° au sud de l'Est.

E.9.8 Voici la situation avant et après l'impact:


y m 1 = 0,5 kg
m2 m1 + m2
u1 v
u2 = 0
u1 = 6,0 m/s
m1 x

AVANT APRÈS
Aucune force extérieure nette n'agit sur le système. La quantité de mouvement
est donc conservée. Suivant x nous avons :
m1u1 = (m1+ m2) v (1)
Pour déterminer m2 il faudrait connaître v. L'énergie cinétique initiale est :
Ki = 1/2 m1 u12
L'énergie cinétique finale est :
Kf = 1/2 (m1 + m2) v2
Si 25% de l'énergie cinétique set perdue, ça veut dire que :
Kf = 75% Ki = 0,75 Ki
1/ (m + m ) v2 = 0,75 x 1/ m u 2
2 1 2 2 1 1
2 2
v = 0,75 m1 u1 / (m1 + m2)
Remplaçons dans (1), après avoir élevé au carré :
m1 2 u1 2 = (m1 + m2) 2 x 0,75 m1 u12 / (m1 + m2)
Simplifions et isolons m2 :
m1 = (m1 + m2) x 0,75
m1 = 0,75 m1 + 0,75 m2
0,25 m1 = 0,75 m2
m2 = 0,25 m1 / 0,75 = m1 / 3 = 500 g / 3 = 167 g
Notons que le résultat est indépendant de la valeur de u1.
5
3
E.9.13 a) Si le chasseur ne tient pas le fusil fermement contre son épaule, nous
pouvons dire que seul le fusil recule lorsque la balle est tirée. La situation
immédiatement après le tir est donc la suivante :

Nous avons : balle : m1 = 15 g = 0,015 kg


fusil : m2 = 4 kg
chasseur: m3 = 80 kg

La quantité de mouvement initiale est nulle et demeure nulle puisque aucune


force extérieure nette n'agit. Nous avons donc, suivant x :
0 = m1 v1 + m2 v2x
v2x = - m1 v1 / m2 = - 0,015 x 600 / 4 = -2,25 m/s
Le signe - indique que la vitesse est vers la gauche dans la figure.
r
b) Lorsque le fusil, ayant une vitesse v 2 , frappe le chasseur au repos, il lui
communique une partie de sa quantité de mouvement. En supposant que le
fusil ne rebondit pas sur l'épaule, nous avons alors (toujours suivant x) :
m2 v2x = (m2 + m3) vx
où vx est la vitesse suivant x de l'ensemble chasseur-fusil après l'impact.
En isolant vx nous avons:
vx = m2 v2x / (m2 + m3) = - 4 x 2,25 / (4 + 80) = - 0,107 m/s
Le moins indique encore une vitesse vers la gauche.

c) Si le chasseur tenait son fusil appuyé fermement sur son épaule, la vitesse vx
de l'ensemble chasseur-fusil serait donnée par ;
0 = m1 v1 + (m2 + m3) vx
d'où :
vx = m1 v1 / (m2 + m3)
ce qui donne le même résultat que celui trouvé en b).

E.9.24 Jacques : 0,160 m/s Jeanne : 0,198 m/s.


5
4
E.9.29 Représentons les trois situations suivantes:

Nous avons : M = 2, 5 kg m = 10 g = 0,010 kg


u = 400 m/s v = 100 m/s

a) Entre A et B il y a conservation de la quantité de mouvement car aucune


force nette extérieure n'agit (le poids de m peut être négligé). Nous avons donc,
suivant x :
mu=MV+mv
d'où :
m(u ! v) 0,010x(400 ! 100)
V= = = 1, 2m / s
M 2, 5

Entre B et C, l'énergie du bloc est conservée car il n'y a aucune force non
conservative. En supposant que l'énergie potentielle UB est nulle en B, nous
avons :
UB + KB = UC + KC
où K est l'énergie cinétique.
Donc :
0 + 1/2 M V2 = Mgh + 0
d'où :
V2 (1,2 )2
h= = = 7, 35x10!2 m = 7,35cm
2 g 2 x 9, 8

b) En traversant le bloc, la balle exerce une force qui sert à donner de l'énergie
cinétique au bloc et à dégager de la chaleur (Q). Pour déterminer le travail W
fait par la balle, nous pourrions calculer ces deux quantités et les additionner :
Kbloc = 1/2 M V2
Q = (Énergie initiale de la balle) - (Énergie finale du bloc et de la balle)
Q = 1/2 m u 2 - 1/2 M V2 - 1/2 m v2
Nous voyons donc que :
W = Kbloc + Q
= 1/2 m u 2 - 1/2 m v2 (1)
5
5
= 0,5 x 0,010 x (400)2 - 0,5 x 0,010 x (100)2
= 750 J
Nous aurions pu prévoir plus simplement ce résultat en nous basant sur le
théorème de l'énergie cinétique et sur la troisième loi de Newton. En effet, la
force exercée par la balle sur le bloc est égale, en grandeur, à celle exercée par
le bloc sur la balle. Donc le travail fait par le bloc est de même grandeur que
celui fait par la balle. Or le travail fait par le bloc sur la balle est égal à la
variation de l'énergie cinétique de la balle : c'est ce que l'équation (1) exprime, à
part le signe.

E.9.30 8,00 N

E.9.33 Entre l'instant où le premier pendule est lâché et l'instant où il frappe le second,
il y a conservation de l'énergie mécanique de la masse m. Ceci nous permet de
trouver la vitesse de cette masse juste avant l'impact. En supposant que
l'énergie potentielle U est nulle au point le plus bas, nous avons donc (voir
figure):
U (en haut) = K (en bas)
mgH = 1/2 m u12
d'où :
u1 = 2 gH
Cette vitesse est horizontale.

L
L L L L
m
y
H u1 x v v2 H2
H! H1
m 2m 3m v1 m 2m
Avant le choc après un choc après un choc
parfaitement inélastique élastique
a) Si le choc est parfaitement inélastique, la vitesse v (suivant x) de la masse
globale (3m) immédiatement après la collision peut être trouvée par la
conservation de la quantité de mouvement suivant x :
m u1 = 3m v
d'où :
2 gH
v = u1 / 3 =
3
La hauteur H' à laquelle l'ensemble va monter peut être calculée par la
conservation de l'énergie mécanique après l'impact :
K (en bas) = U (en haut)
5
6
1/ (3m) v 2 = (3m) g H'
2
v2 2gH H
H' = = =
2 g 9 x2 g 9

b) Si la collision est parfaitement


r élastique, immédiatement après
r la collision la
masse m possède une vitesse v 1, et la masse 2m une vitesse v 2 . Ces vitesses
r
sont suivant x, mais nous ne connaissons pas le sens de v 1, Trouvons ces
vitesses en appliquant le principe de conservation de la quantité de mouvement
suivant x :
m u1 = m v1x + (2m) v2x
u1 = v1x + 2 v2x (1)

Puisque nous avons deux inconnues (v1x et v2x), nous devons aussi utiliser le
fait que l'énergie cinétique est conservée au cours de l'impact (collision
élastique) ; donc :
1/ m u 2 = 1/ m v 2 + 1/ (2m) v 2
2 1 2 1x 2 2x
2 2
u1 = v1x + 2 v2x 2 (2)

De (1) nous tirons : v1x = u1 - 2 v2x (3)


et en remplaçant dans (2) :
u12 = (u1 - 2 v2x)2 + 2 v2x2
u12 = u12 - 4 u1 v2x + 4 v2x2 + 2 v2x2
0 = - 4 u1 v2x + 6 v2x2
0 = - 2 v2x (2 u1 - 3 v2x)
d'où :
v2x = 0 ou 2 u1 - 3 v2x = 0 ⇒ v2x = 2 u1 / 3

La première solution est évidemmment inacceptable car le pendule qui se fait


frapper bouge nécessairement par la suite. Donc :
2u 2 2gH
v2 = 1 =
3 3
En revenant à (3) nous avons :
4u u 2gH
v 1x = u1 ! 2 v2 x = u1 ! 1 = ! 1 = !
3 3 3
Le moins indique que le premier pendule rebondit lors du choc.
Les hauteurs auxquelles les pendules montent se trouvent en appliquant le
principe de conservation de l'énergie pour chaque pendule après le choc. Pour
m nous avons donc :
v 12 2 gH H
1/ m v 2 = m g H
2 1 1 ⇒ H1 = = =
2g 9 x2g 9
5
7
et pour 2m :
v2 2 4 x2gH 4H
1/
2
2
(2m) v2 = (2m) g H2 ⇒ H2 = = =
2g 9x2g 9

E.9.59 Nous avons une collision élastique entre deux boules identiques pour lesquelles
u1 = 3,00 m/s, u2 = 0, v1 = 2.00 m/s.

u2 = 0 v1 = 2,00 m/s
u1 = 3,00 m/s
!

m m "

avant après
r r r
Puisque ! Fext = 0 " pcm = ! pi = Constante
Nous aurons
en x mu1 + 0 = mv1 cosθ + mv2 cosφ (1)
en y 0 = mv1 sinθ − mv2 sinφ (2)
et 1/2 mu12 + 0 = 1/2 mv12 + 1/2 mv22
Mais les masses sont identiques.
D'où u12 = v12 + v22 et v22 = u12 - v12 = 9,00 - 4,00 = 5,00 m2 / s2
Doncv2 = 5, 00 m s

De (I) et de (2), nous obtenons les équations suivantes :


u1 ! v1 cos " = v2 cos #
v1 sin " = v2 sin #
Après avoir élevé chacune de ces équations au carré, nous les additionnerons
membre à membre en se rappelant que sin ! + cos ! = 1 .
2 2

u12 ! 2u1 v1 cos " + v12 cos2 " = v22 cos 2 #


v12 sin2 " = v22 sin2 #
Alors, u12 ! 2u1 v1 cos " + v12 = v22
D'où 9,00 - 12,00 cosθ + 4,00 = 5,00 et θ = 48,2°
En remplaçant θ dans l'équation (2), nous obtenons :
2,00 sin 48,2° = 5, 00 sin !
Et φ = 41,8°

À remarquer que l'angle entre les deux orientations des boules est de 90,0°.

P.9.6 a) 44,4 cm b) 18,4 cm

P.9.20 1,59 m
5
8

Chapitre 10

Q.10.12 Le moteur sert à communiquer, par l'intermédiaire de la transmission et une


série d'autres pièces, un mouvement de rotation aux roues motrices. Celles-
ci, en tournant, exercent une force de frottement sur le sol vers l'arrière de la
voiture. Par réaction, d'après la troisième loi de Newton, le sol exerce une
force de frottement sur les roues motrices vers l'avant de la voiture et c'est
cette force de frottement, donc une force extérieure, qui fait avancer la voiture.
D'ailleurs, si la voiture est sur la glace, elle a beau avoir le plus puissant
moteur disponible : elle n'avancera pas.
Remarque pour les mordus de mécanique automobile :
La force de frottement du sol sur les roues non motrices est dans le sens
contraire de celle qui agit sur les roues motrices . À cause de ceci, quelle
différence dans l'usure devrait-on observer sur les semelles des pneus?
Seriez-vous capable de déterminer le sens de rotation d'une roue d'après
l'usure des pneus? De quelle information supplémentaire avez-vous besoin?

E.10.3 Nous avons :


y
m1 = 30 g
m2 = 20 g
80 cm 80 cm 80 cm
m3 = 10 g

m1 m2 m3 x

En supposant que chacune des sections a une densité uniforme, nous


pouvons faire comme si la masse de chacune d'elles était concentrée en son
centre géométrique. Le CM de l'ensemble se trouve alors à
m x + m2x 2 + m3x3
x CM = 1 1
m1 + m2 + m3
30x40+ 20x120 + 10x200
x CM = = 93, 3cm
30 + 20 + 10

Nous avons laissé les masses en grammes dans ce calcul car cette unité se
simplifie. Les longueurs sont exprimées en centimètres.
5
9
E.10.16 À t = 0 nous avons la situation suivante:
y (m) v1
m2
60°
30° m1 = 2 kg v1 = 3 m/s
m1 m2 = 5 kg v2 = 2 m/s
m3 = 3 kg v3 = 1 m/s
v2

x (m)

v3 50°
m3
a) La position du CM à t = 0 est donnée par :
m x + m2x 2 + m3x3
x CM = 1 1
m1 + m2 + m3
2x2 + 5 x(!1)+ 3x2
x CM = = 0, 500m
2+5+3
m y + m2 y 2 + m3 y 3
y CM = 1 1
m1 + m2 + m3
2x2 + 5 x3 + 3 x(!3)
y CM = = 1, 00m
2+5+3

b) La vitesse du CM à t = 0 est donnée par :


m v + m2 v2x + m3 v3x
v xCM = 1 1x
m1 + m2 + m3
2x3cos30°+5x(!2 cos60°) + 3x( !1sin 50°)
v xCM = = !0, 210m / s
2 +5+3
m v + m2 v 2y + m3v3 y
v yCM = 1 1y
m1 + m2 + m3
2x3sin30°+5x(!2 sin60°) + 3x(1cos50°)
v yCM = = !0, 373m / s
2+5+3

c) En l'absence de forces extérieures, l'accélération du CM est nulle (et la


vitesse est constante). La position finale (à t = 3 s) est donc :
x = x0 + v0x t = 0,5 + (-0,210)x3 = - 0,130 m
y = y0 + v0y t = 1,0 + (-0,373)x3 = - 0,119 m
6
0
E.10.18 a) xCM = - 3,00 m yCM = 1,57 m
b) vCMx = 1,86 m/s vCMy = -1,43 m/s
r r
r
( )
c) p = 13,0 i ! 10,0 j kgm / s
d) xCM = 0,720 m yCM = -1,29 m

E.10.20 a) xCM = 9,41 m


b) d = 8,82 m

E.10.21 La situation est la suivante :


vo
y
m = 6 kg
53° vo = 50 m/s
m

h = 100 m

m1 CM m2 x
Puisque les forces qui font exploser l'objet sont des forces intérieures, elles ne
modifient pas le mouvement du CM, qui continue donc sur une trajectoire
parabolique. Trouvons à quelle position xCM celui-ci touche le sol.
Nous avons :
xCM = x0 + v0x t + 1/2 ax t2 avec x0 = 0 et ax = 0
xCM = 50 cos 53° t
yCM = y0 + v0y t + 1/2 ay t2 avec y0 = 0 et ay = -9,8 m/s2
yCM = 100 + 50 sin 53° t - 4,9 t2
Lorsque le CM touche le sol, yCM = 0. Alors :
0 = 100 + 50 sin 53° t - 4,9 t2
Par la formule de l'équation quadratique, nous avons :
!50sin 53° ± ( 50sin 53°) + 4 x100x4,9
2

t=
!9, 8
!39, 932± 59, 620
t=
!9,8
t = -2,009 s ou 10,158 s.
La solution acceptable est évidemment la deuxième. La valeur de xCM est
alors :
xCM = 50 cos 53° x 10,158 = 305,66 m
Le fragment qui touche le sol à 200 m du pied de la falaise est donc le
6
1
fragment m1 de la figure. Nous avons donc :
m1 = 4 kg x1=200 m
m2 = 2 kg x2=?
xCM = 305,66 m
En utilisant :
m x + m2 x 2
x CM = 1 1
m1 + m2
nous trouvons :
4 x200 + 2 x2
305,66 =
6
305,66x6 ! 4 x200
x2 = = 517m
2

E.10.22 a) vx = 2,03m/s vy = - 0,0833m/s


b) 8,00 m vers l'Est

E.10.25
y m 1 = 0,8 kg
v1 = 3 m/s
v1 v2
x m 2 = 1,2 kg
m1 m2 v2 = 5 m/s
a) La vitesse du CM est donnée r par : r
r
v CM = 1
r r
m v + m2v 2 0,8x3 i + 1, 2 !5 i
=
( ) r
= !1,80 i m / s
m1 + m2 0,8 + 1,2
b) les vitesses par rapport
r aur CM sontr :
r r r
( )
v 1' = v1 ! vCM = 3 i ! !1,8 i = 4,80 i m / s
r r r
r r r
( )
v 2' = v 2 ! vCM = !5 i ! !1,8 i = !3, 20 i m / s
c) L'énergie cinétique totale est :
K = 1/2 m1 v12 + 1/2 m2 v22 = 0,5 x 0,8 x 32 + 0,5 x 1,2 x 52
K = 18,6 J
d) L'énergie cinétique du CM est :
KCM = 1/2 (m1 + m2) vCM2 = 0,5 x (0,8 + 1,2) x (1,8)2
KCM = 3,24 J
e) L'énergie cinétique par rapport au CM est :
Krel = 1/2 m1 v'12 + 1/2 m2 v'22 = 0,5 x 0,8 x (4,8)2 + 0,5 x 1,2 x (3,2)2
Krel = 15,36 J (ou15,4 J)
Remarquons que KCM + Krel = 3,24 + 15,36 = 18,6 J = K.
6
2
P.10.7 Choisissons un système d'axes fixe par rapport au sol, et avec son origine à
l'endroit où se trouve l'homme initialement. Pour le calcul de la position du CM
du système, on considère le CM de la plate-forme comme se trouvant en son
centre géométrique.
y
mH
4m

CM
DÉBUT mH = 75 kg
CMP
mP = 25 kg
vHP = 2 m/s
x

FIN
CM
a) La position initiale du CM est :
m x + mPxP 75x0 + 25x2
x CM = H H = = 0, 500m
mH + mP 75 + 25

b) Sir l'homme se déplace sur la plate-forme, appelons :


vP la vitesse de la plate-forme par rapport au sol,
r
vH la vitesse de l'homme par rapport au sol,
r
v HP la vitesse de l'homme par rapport à la plate-forme.
Alorsr : r r
v H = v P + v HP
La vitesse dur CM estr donnée par :
r m v + mP vP
v CM = H H
mH + mP
r
Mais v CM = 0, puisque aucune force extérieure nette n'agit et que le CM est
initialement
r aur repos. Alors :
mH vH + mP vP = 0
Suivant x :
mH (vPx + vHP) + mP vPx = 0
!mH vHP 75x2
vPx = =! = !1,50m / s
mH + mP 75 + 25
Donc vP = 1,50 m/s
(le signe - indique que cette vitesse est vers la gauche).
6
3
c) Lorsque l'homme atteint l'autre extrémité de la plate-forme, le CM n'a pas
bougé et nous avons la situation illustrée dans la figure. Alors :
m x 'H + mPx'P
x CM = H où x'H = 2+ x'P (attention : x'P est négatif)
mH + mP
75(x' p + 2) + 25x' P
0,5 =
75 + 25
50 = 75 x'P+ 150 + 25 x'P
100 x'P = - 100
x'P = - 1,00 m
Ce résultat était prévisible sans calcul, en observant la figure.
La plate-forme s'est donc déplacée de :
Δx = x'P - xP = -1 - 2 = -3,00 m
soit 3,00 m vers la gauche.
6
4

Chapitre 11

Q.11.4 Pour une masse donnée le moment d'inertie dépend de l'emplacement de l'axe
de rotation. Par définition le moment d'inertie est I = Σmiri2 où ri est la disance
entre une particule et l'axe de rotation. On peut dire que plus les particules
d'un solide sont éloignées de l'axe de rotation plus le moment d'inertie est
grand. Vous pouvez prendre une feuille de cartable divisée en carrés de 1 cm
de côté, mesurer la distance à l'axe pour chaque petit carré et faire le
calcul...ou faire une prédiction! Entre deux solutions extrêmes faisons un
compromis. Le livre a pour dimensions: a=27 cm (hauteur), b = 22cm
(largeur) et une épaisseur e = 2 cm. Posons sa masse m =1 kg.
1
Par rapport à l'axe A on l'assimile à une tige mince (a>>e) et IA= ma2 = 61
12
1
kg cm2. Par rapport à l'axe B on a aussi une tige mince (b>>e) et IB= mb2 =
12
2
40 kg cm . Par rapport à l'axe C on a une plaque mince (a et b>>e) et dans ce
1
cas IC= m(a2+ b2)= 101 kg cm2.
12
Donc la réponse est IC > IA> IB.

Q.11.5 Soit deux objets de mêmes masses et rayons. Résumons l'analyse de


l'exemple 11.8. En haut les deux objets ont la même énergie potentielle.
Rendu en bas cette énergie est transformée à la fois en énergie cinétique de
translation (la canette avance à vitesse v) et en énergie cinétique de rotation
(la canette roule à vitesse angulaire ω ) selon
1 1
2 Mv + 2 I ω = MgH.
2 2

2MgH
Avec v = ωR, cela donne v 2 =
M + Ι/R2
Rendu en bas, l'objet le plus rapide est celui dont le moment d'inertie est le
plus petit. On peut comprendre ce résultat. Pour l'objet dont le moment
d'inertie est le plus petit il y a moins d'énergie cinétique de rotation et il reste
plus d'énergie cinétique de translation et il descend plus vite.
Dans la canette de jus gelé tout le contenu est en rotation alors que dans
l'autre une partie du liquide tournera moins vite que le contenant. Donc pour la
canette au contenu liquide l'énergie cinétique de rotation sera plus petite et elle
arrivera plus vite en bas.
Par contre on a négligé les effets dissipatifs liés au brassage du jus d'orange...
6
5
E.11.1 r = 0,15m rayon du disque
ωo = 0 vitesse angulaire initiale à t = 0
tours 2π rad 1 min
ω = 3333 min x tour x 60 s = 349 rad/spour t > 0,02 s
a) ω = ωo + αt
ω - ωo 349 rad/s ! 0
α = t = = 1,745 x 104 rad/s2
0,02 s

b) θ = ? le nombre de tours effectué de t = 0 à t = 0,05 s


1
Soit θ = θo + ωt + 2 αt2
Trouvons Δθ1 = θ - θo le déplacement angulaire effectué de t = 0 à t = 0,02 s
1
Δθ1 = ωot + 2 αt2 = 0 + 1
2
(1,745 ! 10 4 rad/s) (0,02 s) 2 = 3,49 rad
Trouvons Δθ2 le déplacement angulaire effectué de t = 0,02 à t = 0,05 s alors
que la vitesse est constante, donc que l'accélération angulaire α est nulle.
1
Δθ2 = ωt + 2 αt2 = 349 rad/s (0,03 s) + 0 = 10,5 rad
au total θ = Δθ1 + Δθ2 = 3,49 rad + 10,5 rad = 14,0 rad
1 tour
= 14,0 rad x 2π rad = 2,23 tours

c) 200 tours c'est un déplacement angulaire de 400π rad. Nous avons déjà
trouvé que la roue tourne de 3,49 rad pendant 0,02 s. Ensuite elle tourne
pendant
θ2 - θ1 400! " 3,49 rad
t= = = 3,59 s
ω 349 rad/s
Donc au total 3,61 s.

d) À t =0,01 s vous trouverez ω = ωo + αt = 175 rad/s


ar = ω2r = 459 m/s2
at = αr = 263 m/s2

e) À t = 3 s ω = 349 rad/s et α = 0
ar = ω2r = 1,83 x 103 m/s2
at = αr = 0

E.11.12 a) 14 rad/s2 b) 46 rad/s2 c) 17 rad/s


6
6
E.11.13 r = 0,20m rayon de la roue
tours 2π rad 1 min
a) ωο = 120 min x tour x 60 s = 4π rad/s pour t = 0
Δθ = 90 tours = 180π rad jusqu'à t = 60s
1
Δθ = ωοt + 2 αt2
Δθ - ωοt 180π - 4πrad/s(60s)
α=2 t 2 = (60s)2
= -π/30 rad/s2

b) Calculons combien de tours la roue effectuera, depuis t =0, avant de


s'arrêter. Si l'accélération angulaire est constante
ω2 = ωο2 + 2αΔθ
ω2 - ωο2 0 - (4πrad/s)2
Δθ = = = 240π = 120 tours.
2α -2π/30 rad/s2
Donc le nombre de tours supplémentaires depuis t = 60 s est de 30 tours. Soit
une roue de rayon r tournant d'un angle θ autour d'un axe immobile passant
par son centre. La distance parcourue par un point de sa circonférence est la
longueur de l'arc de cercle parcouru s = θ r. Quand la même roue roule sans
glisser sur une surface, le centre de la roue et donc l'automobile avancent de
la même distance. (Pour plus d'information, voir Benson page 210)
2π rad
s = θ r = 30 tours x tour x 0,20 m = 37,7 m

E.11.18 a) 370 rad/s2 b) ar = 1,23 X 104 m/s2 at = 33,3 m/s2

E.11.22 a) 16,0 kg m2 b) 36,0 kg m2 c) 52,0 kg m2

E.11.26
r3 Le moyeu central est un disque plein de
r1 masse m1 = 2 kg et de rayon r1 = 2 m.
L
Son moment d'inertie par rapport à un
axe O passant par le centre de la roue
est
1
I1o = m r 2 = 4,00 kg m2.
O CM 2 11
Les 4 rayons sont des tiges minces de
h
masse m2 = 1 kg et de longueur L = 4
m. Leur moment d'inertie par rapport à
O est trouvé avec le théorème des axes
parallèles.

1 1
I2o = ICM + m2h2 où ICM = m2L2 et h = r1 + L
12 2
6
7
I2o = 17,3 kg m2
Le mince anneau de rayon de masse m3 = 2 kg et de rayon r3 = 6 m a un
moment d'inertie par rapport à O
I3o = m3r32 = 72,00 kg m2.
Pour toute la roue
Io =I1o + 4I2o + I3o = 145 kg m2.

E.11.33 a) Voir l'exemple 11.5. Refaire la même démarche, les bornes d'intégration
seront modifiées.

E.11.37 En l'absence de forces non conservatives, l'énergie mécanique est conservée


Ei = Ef
Ki + Ui = Kf + Uf
1 1
2 I o ω i
2 + Mgy =
i 2 Ioωf + Mgyf
2 (1)
Initialement la tige est verticale et
L
immobile: son centre de masse est à la 2
hauteur yi = L/2 et sa vitesse angulaire ωi
CM
= 0. Elle tourne autour d'un axe passant yi
L
par son extrémité, le moment d'inertie est 2
1 y f = 0
Io = 3 ML2. v?
Rendu en position horizontale sa vitesse angulaire est ω et la hauteur du
centre de masse yf = 0. L'équation (1) devient
L 1 1
Mg 2 = 2 ( 3 ML2 ) ω2
La vitesse linéaire du bout de la règle est v = ωr = ωL.
On obtient
Pour un exercice semblable, voir le numéro 43.

E.11.39 L'exemple 11.9 est un problème identique

E.11.41 Voir l'exemple 11.8 pour un problème équivalent.

E11.44 M = 1,2 kg masse de la tige


L = 0,60 m longueur de la tige
m = 0,4 kg masse du disque
R = 0,05 m rayon du disque
6
8
a) Le moment d'inertie du pendule autour de son extrémité O est
Io =I1o + I2o
1
I1o = 3 ML2 le moment de la tige mince autour de O
Pour le disque, le théorème des axes parallèles donne
1
I2o = I2CM + mh2 = 2 mR2 + m(L + R)2
Io = 0,314 kg m2

b) En l'absence de forces non


conservatives, l'énergie méca- 0
nique est conservée
Ei = Ef
Lcm L/2
Ki + Ui = Kf + Uf (i) !
L'énergie potentielle gravita-
L
tionnelle du pendule, en fonction
de la hauteur de son centre de
CM
masse, est ycm
U = (M +m)g yCM. R
Ainsi
1 1
2 Ioωi +(M + m)gyiCM = 2 Ioωf
2

2
+ (M + m)gyfCM v?
(ii)
Le centre de masse se trouve
sur l'axe de symétrie du pendule
à une distance LCM de son
extrémité O:
M(L/2) + m(L + R)
LCM= M+m = 0,388 m (iii)
Prenant comme référence la position CM du pendule lorsqu'il est vertical, la
hauteur du CM du pendule lorsqu'il est incliné d'un angle θ est
yCM = LCM ( 1 - cosθ) (iv)
Soit initialement θ = 30° et ωi = 0 (le pendule est au repos) et la position finale
pour θ et yfCM = 0 et ωf= ω.
Si le pendule tourne à vitesse angulaire ω , la vitesse linéaire du bout du
pendule est v = ω (L + 2R) et
v
ω = L + 2R (v)
Avec (iv) et (v), (ii) devient
1 v
(M + m)g LCM ( 1 - cosθ) = 2 Io ( L + 2R )2
6
9

2
v2 = Io (L + 2R) 2 (M + m)g LCM ( 1 - cosθ)
v = 1,59 m/s

E.11.46 τ1=+34,6 Nm τ2= -21,2 Nm τ3= +32,0 Nm

E.11.49 I = 0,03 kg m2 = le moment d'inertie


τe = le moment de force extérieur
τf = le moment de la force de frottement
Pendant la première phase du mouvement le moment de force résultant
produit une accélération angulaire α1 selon
Στ = I α1
τe + τf = I α 1 (i)
La vitesse angulaire augmentant, l'accélération angulaire est du même sens et
nous posons ω et α1 >0 dans le sens antihoraire.
ωo = 0 àt=0
ω1 = 20 rad/s pour t = 5s
ω = ωo + α1t
ω - ωo
α1 = t = 4,00 rad/s2

a) Pendant la deuxième phase du mouvement le moment de la force de


frottement produit une accélération angulaire α2
ω2 - ω1 0 – 20,0 rad/s
α2 = t = 60 s = -0,333 rad/s2
Puisque la roue ralentit l'accélération est opposée à la vitesse,d'où α2<0.
τf = I α2 = 0,03 kg m2 (-0,333 rad/s2) = - 0,01Nm

b) De (i)
τe = I α1 - τf = 0,03 X 4 Nm - ( - 0,01Nm) = 0,13 Nm
7
0
E.11.55
Rotation de la roue autour de O (axe fixe) N "
selon Στ = I α. Le poids et la force
normale ont un moment de force nul. R
Pourquoi? (τ = force x bras de levier) T
O y
1 N
TR = 2 MR2 α (i) T
M m
Mg
La relation entre l'accélération angulaire ! a
de la roue et l'accélération linéaire du bloc
est a = αR. (ii) mg
x

ΣFx = max
mg sinθ - T = ma. A l'aide de (ii) on obtient
T= mg sinθ - mαR (iii)
(iii) dans (i)
1
mgRsinθ - mαR2 = 2 MR2 α
1
mgsinθ = 2 MR α + mαR
2mgsinθ
α = R(M+2m) = 7,83 rad/s2 pour m=2kg , M = 4kg ,θ= 53° et R =0,5m

b) a = αR = 3,91 m/s2
v2 = vo2 + 2a Δx = 0 + 2 (3,91 m/s2) 1m
v = 2,80 m/s

1
E.11.58 ICM = 2 MR2 moment d'inertie d'un cylindre plein par rapport au CM
a) Rotation du cylindre autour du point de y
contact avec le sol P : N
!+
Στp= Ip α
Στp= FR F aCM
Le sens de α (horaire ) est choisi > 0 (les CM x
moment de force par rapport à P de N, fs fs
et Mg sont nuls). P
1 3
Ip = ICM +Mh2 = 2 MR2 + MR2 = 2 MR2 Mg
(Théorème des axes parallèles)

aCM
α= R La roue ne glisse pas: l'accélération tangentielle d'un point de la
7
1
surface de la roue est égale à l'accélération linéaire du CM. De plus les
accélérations angulaires autour de P et autour du CM sont égales.
3 aCM 2F
FR = 2 MR2 R on cherche aCM = 3M (i)

b) Translation du CM du cylindre selon la deuxième loi de Newton


ΣFx= MaCMx
F - fs = M aCM substituant (i) on obtient
F
fs = 3
Note: en a) on peut aussi choisir comme axe de rotation le CM, essayez-le!

E.11.59 Voir l'exemple 11.14 pour un problème !+ y N


équivalent (sphère au lieu d'un cylindre).
Suggestion: refaire la même démarche ou fs
la modifier en choisissant comme axe de
rotation instantané le point de contact P CM
avec le plan incliné. P " aCM

Mg x

P.11.2 Grâce à la force de frottement statique la bille roule sans glisser. Toutefois
l'énergie mécanique de la bille est conservée: Ki + Ui = Kf + Uf.
1 1
Kf = 2 mvCM 2 + 2 ICM ω 2 vCM = ωr
Considérer la bille comme une sphère pleine.
Puisque r <<H et r <<R, on approxime Ui = mgH et Uf = mg2R
À vous de continuer... Que se passe-t-il au sommet du cercle? Faites un
v2
diagramme des forces et appliquer ΣFy= may = m R (voir sect. 6.2 )
Réponse: H = 2,7 R

P.11.16 a) 2,5 tr b) 16 Nm c) 160N d) 6,4 Nm e) 201 W


f) 11m/s g) 18,3 N
7
2

Chapitre 12

E.12.5 Puisque les crochets sont fixés à égales distances de part et d'autre du CG de
l'enseigne, ils supportent chacun la moitié du poids de celle-ci, soit Mg/2. Les
forces
r sur la tige sont donc les suivantes :
Prm le poids de la tige
P1 la moitié du poids de l'enseigne
r
Pr2 l'autre moitié
Tr la tension dans la corde
RV la force verticale exercée par le pivot
r
RH la force horizontale exercée par le pivot.

En choisissant le sens anti-horaire comme positif, la somme des moments par


rapport à O nous donne :
# ! = "Pm L / 2 " P1d " P2 (d + b ) + TL cos 60° +0 + 0 = 0
PmL / 2 + P1d + P2 (d + b )
d'où : T=
L cos 60°
PM
or P1 = P2 = 2
PmL + PM d + PM (d + b )
et T=
2L cos 60°
Nous avons Pm = mg = 2 x 9,8 = 19,6 N
PM = Mg = 3 x 9,8 = 29,4 N
d = L - b - a = 1,2 - 0,72 - 0,20 = 0,28 m
19,6 x1,2 + 29,4 x0,28 + 29, 4(0,28 + 0, 72)
donc T= = 51,0 N
2 x1, 2 xcos 60°
7
3

Les conditions de l'équilibre de translation nous donnent :


! Fx = RH " T sin 60° = 0
d'où : RH = T sin 60° = 51,0 xsin 60° = 44,1N

!F y = RV " P1 " P2 " Pm + T cos 60° = 0


d'où :
RV = P1 + P2 + Pm ! T cos 60° = PM + Pm ! T cos 60°
RV = 29,4 + 19,6 ! 51,0 cos 60° = 23,5 N

E.12.16 Les
r forces s'exerçant sur le diable combiné à la caisse sont :
PC le poids de la caisse agissant en son CG
r
F la force horizontale appliquée sur la poignée

Vdrla force verticale appliquée sur le diable par les roues (l'essieu)

Hdrla force horizontale appliquée sur le diable par les roues (l'essieu)


fcdrla force de frottement cinétique appliquée sur le diable par les roues (l'essieu)
Les sens des forces de frottement indiquées sur les schémas sont ceux qui
correspondent à un déplacement du diable vers la gauche.
F

N !
! fcrd
Hrd

!
N
!
V
M rs rd
!
V dr !
fs

! Pc
! H
fcdr dr
7
4
Les forces s'exerçant sur la roue sont

Vrdla force verticale appliquée sur les roues par le diable

Hrdla force horizontale appliquée sur les roues par le diable

fs la force de frottement appliquée sur les roues par le sol

Nrsla normale appliquée sur les roues par le sol

fcrdla force de frottement appliquée sur les roues (l'essieu) par le diable

Nous négligeons le poids du diable lui-même.

L'objet important, ici, est le PC = Mg = 200 N


diable. Puisqu'il est en équilibre a = 0,4 m
de rotation, la somme des b = 1,0 m
h = 1,1 m
moments appliqués sur lui est ! = 30°
nulle.
Prenons l'essieu comme point b
de référence pour l'évaluation h a
des moments de force sur le
! M
diable. En considérant positif le
sens anti-horaire et en r
"
négligeant le moment de la force
de frottement fc (car celle-ci agit !
tout près du centre de la roue,
donc son bras de levier est très
faible), nous avons
! " = #PC r cos ($ + % ) + Fh cos $ = 0
P r cos ( ! + " )
d'où : F = C
h cos !
a / 2 a 0, 4m
Mais tg! = = = = 0,4 " ! = 21,8°
b/2 b 1m
! a #2 ! b #2
et r =
"2$
+
" 2$
= (0,2 )2 + (0,5 )2 = 0,5385 m

donc
200! 0,5385cos(30+ 21,8)°
F =
1,1cos 30°
F = 69, 9 N
7
5
P.12.4 a) Au moment où la caisse est sur le
point de basculer , la normale et le b b = 0,70 m
frottement agissent uniquement à h = 1,2 m
l'avant de la caisse (point A). Les h
forces
r sur la caisse sont alors:
P le poids de la caisse agissant au
CGr N
N
r la normale
"
f le frottement.
! f
A
! P
Puisque la caisse est surr le point de basculer, mais encore en équilibre, la
ligne d'action de la force P doit passer par le point A pour que le moment de
force total par rapport à A soit nul. Or, le CG se trouve à un angle φ par
rapport au plan incliné tel que:
h 1,2
tg φ = b = 0,7 = 1,714 ⇒ φ = 59,7°
alors : θ = 90° - φ = 30,3° r
Si θ dépasse cette valeur, la ligne d'action de P dépasse le point A et la
caisse bascule.

b) Nous avons vu, dans le chapitre 6, qu'un objet placé sur un plan incliné
commence à glisser lorsque
tg θ = µS

c) Si µS = 0,2, l'angle nécessaire pour commencer à glisser est donné par


tg θ = 0,2 ⇒ θ = 11,3°
Cette valeur est inférieure à celle trouvée en a). Donc, en augmentant θ la
caisse commence à glisser avant de basculer.

d) Si µS = 0,7, l'angle nécessaire pour commencer à glisser est donné par


tg θ = 0,7 ⇒ θ = 35,0°
Ceci dépasse la valeur trouvée en a, donc la caisse bascule avant de
commencer à glisser.

P.12.8 D'une distance égale à 0,733 L = 2,20 m.