Vous êtes sur la page 1sur 23

Chapitre III: Etudes Dynamiques

Introduction:

Les tremblements de terre ont présenté depuis toujours un des plus graves désastres pour
l’humanité. Leur apparition brusque et surtout imprévue, la violence des forces mises en jeu,
l’énormité des pertes humaines et matérielles ont marqué la mémoire des générations.

Parfois, les dommages sont comparables à un budget national annuel pour un pays, surtout si
ses ressources sont limitées.
Une catastrophe sismique peut engendrer une grave crise économique, ou au moins une
brusque diminution du niveau de vie dans toute une région pendant une longue période.

L’Algérie est un pays où règne une activité sismique très importante. IL est impératif d’effectuer
une analyse rigoureuse afin de s’assurer qu’en cas d’un séisme la structure ne subira pas de
grandes déformations et que les déplacements resteront dans le domaine limite.

Le séisme :

Un séisme est une libération brutale de l’énergie potentielle accumulée dans les roches par le
jeu des mouvements relatifs des différentes parties de l’écorce terrestre. Lorsque les
contraintes dépassent un certain seuil, une rupture d’équilibre se produit et donne naissance
aux ondes sismiques qui se propagent dans toutes les directions et atteignent la surface du sol.
Ces mouvements du sol excitent les ouvrages par déplacement de leurs appuis et sont plus ou
moins amplifiés dans la structure. Le niveau d’amplification dépend essentiellement de la
période de la structure et de la nature du sol.
Les tremblements de terre sont une menace pour l’homme principalement à travers leurs
effets directs sur les ouvrages (tels que la ruine partielle ou totale) et peuvent par ailleurs
provoquer des effets secondaires comme les incendies et les explosions.
Comme ils sont aussi dangereux par leurs effets induits sur les sites naturels tels que les
glissements de terrains et les raz-de-marée (Tsunami).
Les vibrations du sol (horizontales et verticales) provoquées par le passage des ondes
sismiques entraînent les constructions dans leurs mouvements. Les déplacements à la base de
la construction provoqués par ces dernières engendrent des forces d’inertie qui sont
proportionnelles au poids de la construction. De ce fait, plus la construction est lourde et plus
l’action sismique est importante.

44
Chapitre III: Etudes Dynamiques

L’une des questions qui se posent est : Comment limiter les endommagements causés aux
constructions par le séisme ?
Il est donc nécessaire de construire des structures résistant aux séismes en zone sismique.

Présentation des différentes méthodes d’estimation des forces sismiques :

L’étude sismique consiste à évaluer les efforts de l’action accidentelle (séisme) sur notre
structure existant. Pour cela, plusieurs méthodes approchées ont été proposées afin d’évaluer
les efforts internes engendrés à l’intérieur de la structure. Le calcul de ces efforts sismiques
peut être déterminé selon trois méthodes :
 La méthode statique équivalente.
 La méthode d’analyse modale spectrale.
 La méthode d’analyse dynamique par accélérogramme

a- Méthode statique équivalente :

a.1- Principe de la méthode :

Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont remplacées
par un système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents au
mouvement du sol dans une direction quelconque dans le plan horizontal.
Les forces sismiques horizontales équivalentes seront considérées appliquées
successivement suivant deux directions orthogonales caractéristiques choisies à priori par le
projeteur.

a.2- Modélisation :

 Le modèle du bâtiment à utiliser dans chacune des deux directions de calcul est plan
avec les masses concentrées au centre de gravité des planchers et un seul degré de
liberté en translation horizontale par niveau sous réserve que les systèmes de
contreventement dans les deux (2) directions puissent être découplés.

 La rigidité latérale des éléments porteurs du système de contreventement est calculée à


partir des sections non fissurées pour les structures en béton armé ou en maçonnerie.

 Seul le mode fondamental de vibration de la structure est à considérer dans le calcul de


la force sismique totale.

45
Chapitre III: Etudes Dynamiques

a.3- Domaine d’application :

Les conditions d’application de la méthode statique équivalente sont citées dans


l’article 4.1.2 du RPA 99.version 2003.

b- Méthode d’analyse modale spectrale:

b.1- Principe de la méthode :

Par cette méthode, il est recherché pour chaque mode de vibration, le maximum des
effets engendrés dans la structure par les forces sismiques représentées par un spectre de
réponse de calcul. Ces effets sont par la suite combinés pour obtenir la réponse de la structure.
Les modes propres dépendent de la masse de la structure, de l’amortissement et des
forces d’inerties.

b.2- Modélisation :

Le modèle de bâtiment à utiliser doit représenter au mieux les distributions des


rigidités et des masses de façon à prendre en compte tous les modes de déformations
significatifs dans le calcul des forces d’inerties sismiques.

a) Pour les structures régulières en plan comportant des planchers rigides, l’analyse est faite
séparément dans chacune des deux directions principales du bâtiment. Celui-ci est alors
représenté dans chacune des deux directions de calcul par un modèle plan, encastré à la base
et où les masses sont concentrées au niveau des centres de gravité des planchers avec un seul
DDL en translation horizontale.

b) Pour les structures irrégulières en plan, sujettes à la torsion et comportant des planchers
rigides, elles sont représentées par un modèle tridimensionnel, encastré à la base et où les
masses sont concentrées au niveau des centres de gravité des planchers avec trois (03) DDL (2
translations horizontales et une rotation d’axe vertical).

c) Pour les structures régulières ou non comportant des planchers flexibles, elles sont
représentées par des modèles tridimensionnels encastrés à la base et à plusieurs DDL par
plancher.

d) La déformabilité du sol de fondation doit être prise en compte dans le modèle toutes les
fois où la réponse de la structure en dépend de façon significative.

46
Chapitre III: Etudes Dynamiques

e) Le modèle de bâtiment à utiliser doit représenter au mieux les distributions des rigidités
et des masses de façon à prendre en compte tous les modes de déformation significatifs dans
le calcul des forces d’inertie sismiques (ex : contribution des zones nodales et des éléments
non structuraux à la rigidité du bâtiment).

f) Dans le cas des bâtiments en béton armé ou en maçonnerie la rigidité des éléments
porteurs doit être calculée en considérant les sections non fissurées. Si les déplacements sont
critiques particulièrement dans le cas de structures associées à des valeurs élevées du
coefficient de comportement, une estimation plus précise de la rigidité devient nécessaire par
la prise en compte de sections fissurées.
Alors la modélisation se base essentiellement sur quatre critères propres à la structure
et au site d’implantation :
- La régularité en plan.
- La rigidité ou non des planchers.
- Le nombre de degrés de liberté des masses concentrées.
- La déformabilité du sol de fondation.

a-3 Domaine d’application :

La méthode dynamique est une méthode générale et plus particulièrement quand la


méthode statique équivalente ne s’applique pas.

c- Méthode d’analyse dynamique par accélérogramme :

Le même principe que la méthode d’analyse spectrale sauf que pour ce procédé, au
lieu d’utiliser un spectre de réponse de forme universellement admise, on utilise de
accélérogramme réels.
Cette méthode repose sur la détermination des lois de comportement et la méthode
d’interprétation des résultats. Elle s’applique au cas par cas pour les structures stratégiques
(centrales nucléaires par exemple) par un personnel qualifié.

Choix de la méthode de calcul :

Critères de classification par RPA 99 virions 2003 :

47
Chapitre III: Etudes Dynamiques

 Classification des zones sismiques :

Le territoire national est divisé en quatre (04) zones de séismicité croissante, définies
sur la carte des zones de séismicité et le tableau associé qui précise cette répartition par
wilaya et par commune, soit :
 ZONE 0 : sismicité négligeable.
 ZONE I : sismicité faible.
 ZONE IIa et IIb : sismicité moyenne.
 ZONE III : sismicité élevée.

 Classification de l’ouvrage :

La classification des ouvrages se fait sur le critère de l’importance de l’ouvrage


relativement au niveau sécuritaire, économique et social.
 Groupe 1A : ouvrages d’importance vitale.
 Groupe 1B : ouvrages de grande importance.
 Groupe 2 : ouvrages courant ou d’importance moyenne.
 Groupe 3 : ouvrages de faible importance.

Classification de l’ouvrage selon les RPA99 / Version 2003:

Notre ouvrage est implanté dans la wilaya SKIKDA donc en zone II.
Notre bâtiment est à usage D’HABITATION et ADMINISTRATIF donc classé dans le
Groupe 2.
Selon le rapport géotechnique relatif à notre ouvrage, on est en présence d’un sol Meuble de
catégorie S3

La modélisation de la structure :

Dans l’analyse de la structure, la modélisation est une phase importante. Les résultats
obtenus de l’étude d’un modèle choisi ne peuvent être assimilés à ceux de la structure réelle
que si le comportement du modèle choisi reflète d’une manière appréciable le comportement
réel de la structure, c’est dans cette option que nous devons choisir le modèle le plus
approprié.
L’analyse se fera automatiquement par un logiciel de calcul "ROBOT2011" après
discrétisation de la structure en élément fini ; ce logiciel offre la possibilité de faire un calcul

48
Chapitre III: Etudes Dynamiques

plus exacte et plus simple avec la possibilité d'une étude statique et dynamique toutes en
même temps.

Présentation du logiciel Robot :

Le système Robot est un logiciel CAO/DAO destiné à modéliser, analyser et dimensionner les
différents types de structures.
Robot permet de modéliser les structures, les calculer, de vérifier les résultats obtenus, de
dimensionner les éléments spécifiques de la structure.

La dernière étape générée par Robot Millenium est la création de la documentation écrite et
graphique pour la structure calculée.

Caractéristiques principales du logiciel Robot Millenium :

 Définition de la structure réalisée en mode entièrement graphique dans l’éditeur conçu


à cet effet.
 Possibilité de présentation graphique de la structure étudiée et de représentation à
l’écran des différents types de résultats de calcul (efforts internes, déplacements,
travail simultané en plusieurs fenêtres ouvertes etc.).
 Possibilité de calculer une structure et d’en étudier simultanément une autre.
 Possibilité d’effectuer l’analyse statique et dynamique da la structure.
 Possibilité d’affecter et/ou de modifier le type de barres lors de la définition du modèle
de la structure et pendant les simulations de calcul.
 Possibilité de composer librement les impressions (note de calcul, capture d’écran,
composition de l’impression, copier des objets vers d’autres logiciel).
 Possibilité d’application des modules métier qui permettent la définition des métrés et
des plans d’atelier.

Le système Robot Millenium regroupe plusieurs modules spécialisés dans chacune des étapes
de l’étude de la structure.

Principe de fonctionnement du logiciel Robot:

49
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Comme tous les logiciels de calcul de structure robot utilise la méthode des éléments finis, les
méthodes énergétiques et la théorie de l’élasticité pour la détermination des éléments de
réduction (M, N et T) et les déformés des éléments de structure.
1° Etape : Le logiciel nécessite la définition des caractéristiques (préférences) de l’affaire
C’est-à-dire :
- Définition de la langue de travail.
- Définition des caractéristiques des matériaux. (béton, acier, bois, aluminium …)
- Définition des unités et du système métrique utilisés.
- Définition des normes et règlements utilisés.
2° Etape : Le logiciel nécessite la définition de la structure.
- Définition de la grille du système d’axe.
- Définition de l’élément vertical poteaux et voiles de contreventement
- Définition des éléments horizontaux (poutres dalles)
- Définition des points singuliers (particularités et vides éventuels).
- Définition des conditions d’appuis.
3° Etape : Le logiciel nécessite la définition et l’application du chargement de la structure.
- Le logiciel génère automatiquement le poids propre des éléments de structure noté comme
charges permanentes PERM1
- Définition des charges permanents additionnelles (poids des éléments secondaires autre
que le poids propres des éléments telle que, le carrelage, les planchers corps creux etc.….)
comme charge permanentes PERM 2
- Définition des charges d’exploitations.
- Définition des charges ponctuelles éventuelles.
- Définition si nécessaire des tassements ou des déplacements imposés des appuis.
4° Etape : Choix du type d’analyse de structure :
- Analyse sous charges permanentes PERM1 et PERM2

- Analyse sous les surcharges d’exploitation


- Analyse modale : - Nombre de nœuds.
- Nombre d’itérations.
- Valeur de l’amortissement.
- Analyse sismique : - Définition de la zone sismique.
- Définition de du groupe d’usage.
- Définition du site.

50
Chapitre III: Etudes Dynamiques

- Définition du coefficient de comportement.


- Définition du facteur de qualité.
- Définition des directions du séisme.
5° Etape : Définition des combinaisons de calcul et des coefficients de pondération.
6° Etape : Lancement du calcul.
7° Etape : Affichage et édition éventuelle des résultats.

Spectre de réponse de calcul :

L’action sismique est représentée par le spectre de réponse de calcul donné dans
L’article 4.3.3 du RPA99/version2003

A : coefficient d’accélération de zone (tableau 4.1 de RPA99/version2003)

Groupe Zone
D’usage
I IIa IIb III
1A 0,15 0.25 0.30 0.40
1B 0.12 0.20 0.25 0.30
2 0.10 0.15 0.20 0.25
3 0.07 0.10 0.14 0.18

A = 0.15

η : facteur de correction d’amortissement (quand l’amortissement est différent de 5%)

ζ : pourcentage d’amortissement critique. (Tableau 4.2 de RPA99/version2003).


Portiques Voiles ou murs
Remplissage Béton armé Acier Béton armé/ maçonnerie

51
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Léger 6 4
Dense 7 5 10

Dans notre cas


ζ = 7%. Donc :
η=
√ 7
2+7
=0 . 88≥0. 7

T1, T2 : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site (tableau 4.7 de


RPA99/version2003).

Site S1 S2 S3 S4
T1 0.15 0.15 0.15 0.15
T2 0,30 0.40 0.50 0.70

T1 = 0.15 sec.
T2 = 0.50 sec.

Q : facteur de qualité (tableau 4.4 de RPA99/version2003).

P.q.
Critère “q” Observé N/observé
1. conditions minimales sur les files de contreventement 0 0.05
2. Redondance en plan 0 0.05
3. Régularité en plan 0 0.05
4. Régularité en élévation 0 0.05
5. contrôle de la qualité des matériaux 0 0.05
6. contrôle de la qualité de l’exécution 0 0.10

Q = 1.10
R : coefficient de comportement de la structure (tableau 4.3 de RPA99/version2003).
R =5 (structure mixte assuré par voile).

Nombre de mode à considérer :

Le RPA99/version2003 (article 4.3.4 -a) préconise de prendre en considération ce qui suit:


a) Pour les structures représentées par des modèles plans dans deux directions orthogonales, le
nombre de modes de vibration à retenir dans chacune des deux directions l’excitation doit être
tel que :

52
Chapitre III: Etudes Dynamiques

- la somme des masses modales effectives pour les modes retenus soit égale à 90% au moins
de la masse totale de la structure.
- où que tous les modes ayant une masse modale effective supérieure à 5% de la masse totale
de la structure soient retenus pour la détermination de la réponse totale de la structure.
Le minimum de modes à retenir est de trois dans chaque direction considérée.
b) Dan le cas où les conditions décrites ci-dessus ne peuvent pas être satisfaites à cause de
l’influence importante des modes de torsion, les nombres minimal de modes K à retenir doit
être tel que :
K ≥ 3√N et TK ≤ 0.20 sec
Ou : N est le nombre de niveaux au dessus du sol et TK la période du mode K.
K =8 modes T=0.08 s < 0.20s condition vérifiée
Q T 2 23
2 .5 η( 1 .25 A )()( ) T 2≤T ≤3 . 0 sec
R T
2
1 . 10 0. 50 3
2. 5 ×0 .88 (1 . 25×1 .15 )(
5
)× (
0. 55 )
T 2≤T ≤ 3 . 0 sec
Sa
=0 . 65
g
Sa
=¿ { ¿ } { ¿ } ¿{}
g

Résultat des calculs :


1) Périodes et facteurs de participation modaux :
Les périodes propres et les formes propres de la structure proposée sont résumés dans le
tableau ci-après :
Tableau .1 : périodes et facteurs de participation modaux
Mode fréquence Période Masse Masse Masses Masses
modale modale Cumulées UX Cumulées UY
Ux(%) Uy(%) [%] [%]
1 1,41 0,71 0,03 71,98 0,03 71,98
2 1,66 0,60 72,82 0,06 72,85 72,04
3 2,14 0,47 0,50 0,85 73,34 72,89
4 5,05 0,20 0,01 14,74 73,35 87,63
5 5,72 0,17 15,11 0,01 88,46 87,64
6 7,78 0,13 0,04 0,14 88,50 87,78
7 10,72 0,09 0,01 6,22 88,50 94,00
8 11,70 0,09 6,00 0,01 94,50 94,00

53
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Mode 1 de vibration translation par y-y (Vue 3d et en plan.) (T1=0,71sec).

Mode 2 de vibration translation par x-x (Vue 3d et en plan.) (T2=0,61sec).

54
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Mode 3 de vibration torsion (Vue 3d et en plan.) (T3=0,47sec).

55
Chapitre III: Etudes Dynamiques

2) L’effort tranchant sismique de l’étage :

Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur:


Les résultats sont donnés dans les tableaux pour les deux directions principales.
Tableau .2. La résultante des forces sismiques selon la hauteur :

-Sens longitudinal :

Etage Fx (kN) Fx sur les Fx sur les voiles


(Total) poteaux
RDC 1461,24 458,26 1002,98
1 1467,73 856,75 610,98
2 1480,80 611,31 869,50
3 1529,60 687,50 842,10
4 1316,03 655,74 660,29
5 1117,83 588,71 529,12
6 839,38 496,21 343,17
7 583,72 475,14 108,58

Sens transversal :

Etage Fy (kn) Fy sur les Fy sur les voiles


(Total) poteaux
RDC 1294,25 337,06 957,19
1 1232,98 600,60 632,39
2 1207,24 435,20 772,04
3 1209,04 497,89 711,14
4 1130,66 473,20 657,46
5 967,98 439,37 528,61
6 719,06 370,99 348,07
7 482,45 361,93 120,52

56
Chapitre III: Etudes Dynamiques

La hauteur: Effort
de tranchant par
bâtiment niveau

Vérifications: selon RPA 99 version 2003 (art 3.4.4.a) p 19


Que les portiques doivent reprendre au moins 25% de l'effort tranchant de l'étage.
Fxpoteau 458 . 26
= =31 . 36 ≻¿
Fxtotal 1461,24
¿ 25%........ Vérifié
Fypoteau 337 .06
= =26 . 04 ≻¿
Fytotal 1294 .25
¿ 25%......... Vérifié
Vérifications: selon RPA 99 version 2003 (art 3.4.4.a) p 19
Que les voiles de contreventement doivent reprendre au plus 20% des sollicitations dues aux
charges verticales (.de logiciel ROBOT).
 Les sollicitations verticales totales de la structure : 1982.94 KN
 Les sollicitations verticales reprises par les voiles : 16280,53KN

1982. 94
=12. 17 ≺20 %
16280. 53 Condition vérifiée

.3) Vérification de la résultante des forces sismiques par rapport à la méthode statique
équivalente :

Selon RPA99/version2003 (art 4.3.6):

La résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par combinaison des valeurs modales
ne doit pas être inférieure à 80% de la résultante des forces sismique déterminée par la
méthode statique équivalent V pour une valeur de la période fondamentale donnée par la
formule empirique appropriée.
Si Vt ≤ 0,80 V, il faudra augmenter tous les paramètres de la réponse (forces, déplacements,
moments, …) dans le rapport 0.8V/Vt.

57
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Hn : hauteur mesurée en mètre de la base de la structure jusqu’au dernier étage Hn=24.82 m


Contreventement assuré partiellement par voiles en béton armé CT = 0.05
Tableau .3. Le poids total de structure

Calcul Automatique
ROBOT
Niveau W étage (t)
Le poids total de structure W =
RDC 359,64
2294,86
1er 345,58
La formule empirique donnant la période
2ème 316,65
fondamentale est 3ème 316,77 donnée par la formule
suivante : 4ème 316,65
T=CT*Hn3/4 5ème 318,66
6ème 316,65
D’où : T = 0,05 x 24.820.75 = 0.55 sec
7eme 336,91
D’autre part : Somme 2294,86

D=
T X= { 0 .09×h N
√D } TY = { 0 . 09×h N
√D }
23.4m
D =8.9 m
Tx = 0.46 sec.
Ty = 0.74 sec.
D’après l’article (4.2.4) de RPA99/version2003 :
Il y a lieu de retenir dans chaque direction considérée la plus petite des deux valeurs,
D’ou :

Tx = min (0,55.
T =min C T h 3/
{
N ;
4 0 . 09×h N
√ LX .Y }
0,46) = 0,46sec
Ty = min (0,55. 0.74) = 0.55 sec
Période fondamentale :
RPA99/Versions 2003 préconise (Art 4.2.4.4), qu'il faut que la valeur de Tdyn calculé par la
méthode numérique (ROBOT), ne dépasse pas la valeur Te estimée par les méthodes empiriques
appropriées de plus de 30 %.
L’analyse dynamique de la structure nous a permis d'obtenir la valeur de la période fondamentale
Tdyn,y = 0.71 sec

58
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Tdyn,x = 0,61 sec


Une période empirique :
Ty = 0.55 sec.
Tx = 0.46sec.
Nous avons:
1.3 × Ty = 0.71 ≥ T dyn,y = 0.71 sec. Condition vérifiée.
1.3 × Tx = 0.60 ≥ T dyn,x = 0.61 sec.
Le facteur d’amplification dynamique moyen est donné par :

Dx = 2.5 η (T2/T) 2/3 = 2.32


Dx = 2.5 η (T2/T) 2/3 = 2.06
W : poids de la structure qui est égal à la somme des poids Wi calculés à chaque niveau (i) par
la formule:
W = Wi avec Wi = WGi + βWQi
WGi : poids dû aux charges permanentes
WQi : la charge d’exploitation
β: coefficient de pondération donné par le tableau 4.5 (RPA)
Pour un bâtiment d'habitation β= 0.20.
W(t) = 2294,86.
L’effort tranchant à la base donné par la méthode statique équivalente vaut alors :
Effort tranchant a la base dans le sens x : Vx (stat) = A.D.Q.W/R =175.69 t
Effort tranchant a la base dans le sens y : Vy (stat) = A.D.Q.W/R = 156 t

Tableau .4. L’effort tranchant à la base donnée par la méthode statique équivalente

sens A D R Q W(t) V stat 0 ,8 V stat


longitudinal 0,15 2.32 5 1,10 2294,86 175.69 140.55

transversal 0,15 2.06 5 1,10 2294,86 156 124.80

Tableau .5. L’effort tranchant à la base donnée par la méthode dynamique spectrale

59
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Sens longitudinal VX = 172.58 t


Sens transversal VY = 156.17 t
Tableau .6. Vérification de la résultante des forces sismiques par rapport à la méthode
statique équivalente :

Vt (t) V stat 80% V stat 0.8 V stat < Vt


Sens- X 172,85 175.69 140.55 vérifie
Sens-Y 156.15 156 124.80 vérifie

4) Caractéristiques géométriques et massiques de la structure :

Détermination de centre de gravité des masses et le centre des rigidités

a- Centre de gravité des masses :

La détermination du centre de gravité des masses est basée sur le calcul des centres des
masses de chaque élément de la structure (acrotère, poteaux, poutres, plancher, voiles, …etc.),
Les coordonnées du centre de gravité des masses et données par :

Avec :
Mi : la masse de l’élément i.
Xi, Yi : les coordonné du centre de gravité de l’élément i par rapport à un repère global.
b- Centre de gravité des rigidités :
Les coordonnés du centre des rigidités peut être déterminé par les formules ci-après Avec :

∑ I Xi×X i ∑ I Xi×Y i
XC = ∑ I Xi YC = ∑ I Xi
Iyi : Inertie de l’élément i dans le sens y.
Xi : Abscisse de l’élément Iyi.
Ixi : Inertie de l’élément i dans le sens x.
Yi : Ordonnée de l’élément Ixi.
Le tableau ci-après résume les résultats des différents centres de gravité et de rigidité.

Tableau .7. Les résultats statiques de niveau :

60
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Etage Masse [t] Ix [tm2] Iy [tm2] Iz [tm2]

RDC 359,64 4338,15 24005,84 27979,98


1 345,58 4094,11 22756,41 26577,14
2 316,65 3705,41 20890,50 24370,91
3 316,77 3705,36 20884,23 24364,37
4 316,65 3705,32 20890,53 24370,85
5 318,66 3721,28 20995,11 24490,72
6 316,65 3705,32 20890,53 24370,85
7 336,91 3892,45 21293,68 24958,74

Tableau .8. Caractéristiques géométriques et massiques de la structure :


Position du centre Position du centre de
Etage Masse [t] de gravité rigidités ex0 [m] ey0 [m]
G (x,y,z) [m] R (x,y,z) [m]
RDC 359,64 11,70 4,37 2,65 11,70 4,45 2,65 0 0,08
1 345,58 11,70 4,37 5,83 11,70 4,45 5,83 0 0,08
2 316,65 11,70 4,36 8,98 11,70 4,45 8,98 0 0,09
3 316,77 11,70 4,36 12,04 11,70 4,49 12,04 0 0,13
4 316,65 11,70 4,36 15,10 11,70 4,45 15,10 0 0,09
5 318,66 11,75 4,36 18,16 11,70 4,45 18,16 0,05 0,09
6 316,65 11,70 4,36 21,22 11,70 4,45 21,22 0 0,09
7 336,91 11,70 4,46 24,30 11,70 4,45 24,30 0 0,01
ex0 : excentricité théorique suivent x.

ey0 : excentricité théorique suivent y.

5) Excentricité accidentelle :

L’article 4.3.7 du RPA99/version2003 impose dans le cas où il est procédé a une analyse
tridimensionnelle, en plus de l’excentricité théorique calculé, une excentricité accidentelle
(additionnelle) égale a ±0.05L (L étant la dimension de plancher perpendiculaire à la direction de
d’action sismique) doit être appliquée au niveau du plancher considéré et suivant chaque direction.
Nous aurons alors :
Ex totale = ex théorique ± 5% Lx = Xg – Xc ± 5% Lx
Ey totale = ey théorique ± 5% Ly = Yg – Yc ± 5% Ly
L’excentricité accidentelle est fixée par RPA99/version2003 à 5%, d’où :

61
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Ex (acc) = 0,05Lx avec Lx = 23.4m → Ex (acc) = 1,17m


Ey (acc) = 0,05Ly avec Ly = 8.9m → Ey (acc) = 0,45m

Tableau .9. : Excentricité accidentelle

NIVEAU LX (m) LY (m) EX (m) EY (m)

RDC 23,40 8,90 1,17 0,45

1 23,40 8,90 1,17 0,45

2 23,40 8,90 1,17 0,45

3 23,40 8,90 1,17 0,45

4 23,40 8,90 1,17 0,45

5 23,40 8,90 1,17 0,45

6 23,40 8,90 1,17 0,45

7 23,40 8,90 1,17 0,45

6) Calcul des déplacements relatifs horizontaux :

L’article 4.4.3 du RPA99/version2003 :

Le déplacement absolu horizontal a chaque niveau. k. de la structure est calculé comme


suit: δk = R δek
Avec :
δek : déplacement du aux forces sismique Fi (y compris l’effort de torsion).
R : coefficient de comportement.
Le déplacement relatif au niveau .k . Par rapport au niveau. k-1 .est égal à : Δk = δk - δk-1
L’article 5.10 du RPA99/version2003
Préconise que les déplacements relatifs inter étages ne doivent pas dépasser 1% de la hauteur

de l’étage considéré, il faut vérifier alors que : hi.


Avec : Hi étant la hauteur de l’étage considéré.
Les différents résultats sont résumés dans les tableaux :
Tableau .10. Déplacements absolus pour les deux directions principales
Sens longitudinal :

62
Chapitre III: Etudes Dynamiques

étage Max Ux Min Ux dr Ux


(cm) (cm) (cm)
RDC 0,1 0,0 0,1
1 0,2 0,1 0,1
2 0,4 0,2 0,2
3 0,6 0,4 0,2
4 0,7 0,5 0,2
5 0,9 0,7 0,2
6 1,1 0,8 0,1
7 1,2 1,0 0,1

Sens transversal
étage Max Uy Min Uy dr Uy
(cm) (cm) (cm)
RDC 0,1 0,0 0,1
1 0,3 0,1 0,2
2 0,5 0,2 0,2
3 0,8 0,4 0,2
4 1,0 0,6 0,2
5 1,2 0,7 0,2
6 1,4 0,9 0,2
7 1,6 1,1 0,1

7) Justification de l’effet P-Δ :

L’effet du second ordre (ou effet de P-Δ) peut être négligé lorsque la condition suivante est
satisfaire à tous les niveaux :
p K∗Δ K
θ= ≤0,1
L’article 5.9 du RPA99/version2003 Avec : V K∗h k

Pk : poids total de la structure et des charges d’exploitation associée au dessus de niveau k :

Vk : effort tranchant d’étage au niveau k.


Δk : déplacement relatif du niveau k par rapport au niveau k-1.
hk : hauteur de l’étage k.
Sens longitudinal :
Résume l’ensemble des résultats dans le sens longitudinal (sens x-x)

63
Chapitre III: Etudes Dynamiques

Tableau.11. vérification de l’effet P-Δ pour le sens longitudinal


Niveau Wi (T) pk (T)  k (m) Vx hk (m) Ɵ ˂0.1
RDC 359,64 359,64 0,001 147,18 3.40 0.0071 vérifie
1 345,58 705.22 0,001 147,88 3.06 0.0155 vérifie
2 316,657 1022.30 0,002 149,33 3.06 0.0447 vérifie
3 316,779 1342.90 0,002 153,64 3.06 0.0571 vérifie
4 316,657 1659.55 0,002 131,61 3.06 0.0824 vérifie
5 318,662 1978.21 0,002 111,93 3.06 0.0115 vérifie
6 316,65 2294.86 0,001 84,05 3.06 0.0892 vérifie
7 336,91 2631.77 0,001 57,75 3.06 0.0148 vérifie

Tableau .12. Vérification de l’effet P-Δ pour le sens transversale.


-Sens transversal :
Résume l’ensemble des résultats dans le sens transversal (ses y - y)
Niveau Wi (T) pk (T)  k (m) Vy hk (m) Ɵ ˂0.1
RDC 359,64 359,64 0,001 129,67 3.40 0.0081 vérifie
1 345,58 705.22 0,002 123,55 3.06 0.0373 vérifie
2 316,65 1022.30 0,002 120,97 3.06 0.0552 vérifie
3 316,77 1342.90 0,002 121,19 3.06 0.0724 vérifie
4 316,65 1659.55 0,002 113,13 3.06 0.0958 vérifie

64
Chapitre III: Etudes Dynamiques

5 318,66 1978.21 0,002 96,86 3.06 0.0133 vérifie


6 316,65 2294.86 0,002 71,95 3.06 0.0208 vérifie

336,91 2631.77 0,001 48,27 3.06 0.0178 vérifie

-Donc:
- 1, 2,……… RDC sont inférieurs à adm=1%(h) = 1%(3.40) = 0,0340m=3.40cm.
- 1, 2,……… RDC sont inférieurs à adm=1%(h) = 1%(3,06) = 0,0306m=3.06cm.
Remarque :
Puisque tous les coefficients θk sont inférieurs à 0.10, donc l’effet P-Δ peut être négligé pour
les deux sens.
8) Justification vis-à-vis de l’équilibre d’ensemble
La vérification se fera pour les deux sens (longitudinal est transversal) avec la relation
suivante : Ms / Mr ≥ 1,5
Mr : moment de renversement provoqué par les charges horizontales.
Ms : moment stabilisateur provoqué par les charges verticales.
Ms = W x L/2
W : le poids total de la structure

Tableau .13. Justification vis-à-vis de l’équilibre d’ensemble


Sens longitudinal :
Ms = 307917.90KN.m

Niveau Fi (KN) hi (m) Fi×hi (KN.m)

RDC 1461,24 3.40 5004.42


1 1467,73 3.06 4525.40
2 1480,80 3.06 4569.55
3 1529,60 3.06 4701.47
4 1316,03 3.06 4027.35
5 1117,83 3.06 3425.18

65
Chapitre III: Etudes Dynamiques

6 839,38 3.06 2572.14


7 583,72 3.06 1767.42
MRx 30592.93

-Vérifications:

Ms/MRx= 10.06 ˃ 1.5……….vérifie

-Sens transversal :
Ms =234227.53K N.m

Niveau Fi (KN) hi (m) Fi×hi (KN.m)


RDC 1294,25 3.40 4408.78
1 1232,98 3.06 3780.78
2 1207,24 3.06 3701.77
3 1209,04 3.06 3708.53
4 1130,66 3.06 3461.90
5 967,98 3.06 2964.09
6 719,06 3.06 2201.82
482,45 3.06 1477.18
MRy 25704.85
Vérifications:

Ms/MRy= 9.11 ˃1.5……….vérifie

.La stabilité au renversement est alors vérifiée pour les deux sens

66