Vous êtes sur la page 1sur 60
Aux sources de l'Europe (2ERBOREE SOMMATIRE PTE Hyperborée, pour quot faire? par Plerre-Emile Biairon a es ‘par Paul Caisaeas 4 Clel de Pierre par Jean Haudey 9 Le projet a'/typerbor La sole de Minvarinble mitfon . pur Pierre-Eniile Biivort 16 Mise au point d°Hyperbonée sur le christiunisme, [a frane-mugann 19 La pérennité de ta forme : coastruiire pout’ reconstruire pair Paul-Geones Sansoneul 4 TERROIRS SECRI Ta féte des tripettes 3 Tarjols 1 sueritice da taurvse pur Picrre-Emile Blairon 1a tragédie vaudoise Fn couverture : tes autets de Ggantiin & Malte, Tore Le Mythe de Pige de André Delaporte 38 Sur le dos d'un buttic de Philippe Dang van Suny. 41 Cinilisations antiédiluviennes le Dominigue Jongbloed Al (On va droit dan le mur par Paul Marcus 42 “par Damien Dulae 45 NOTRE EUROPE Les temples de Malte par Alain Cagnat 49 1a Dene endormie de Maite « Regarbons-nous en face, ous sommes des Hnperbortens ~ nous n'ignorons pas & quel point Véeart. Qi par terre, i mee, ti ne treuueras fe chemin qui mee cbes les Khaper- voila ce que Pindare savait béja be nous, Pav-deld le nerd, la glace, fa mort ~ notre tie, natre Gonkeur.,. Tous avons découvert fe bonheur, nous connaissons le chemin, nous auens nie pour sevtir de millénaires entiers Oe (a ate. Qui Briebrich Metzsche (Promitros lignes ke E'Antér ‘trouuée, a part nows 7» Flammarion.) EDITORIAL én fieetivement, || serait peut-Gire wmps de se poser la question, En Hyperborée, Se neu pss calabro a ml festeraient quelques cats dime ou quelques dautes sur la Légiti . r i des connaissances que nous ont Iéguées nos anciens. En ce sons. nous n’avons pas de mériteA désrire, comme un film que nous connaltrions Par creur, toutes les squences do drume gigantesque qui se déroule sous hos yeux = ? Nous sms di st a lm sant . Mais neus avons le sentiment que notre action n'est pas pergue de fagon {nbs claire par hesmicoup dle ceux qui nous lisent occasionnellement ; ils ont quelques eirconstances atténuantes : Te monde gui Fes entoure, dans legge! ils vivent, diffuse de toutes parts, A tous Tes niveau, dans Tex moindres re» coins, lex substances toxiquer destinges & obscurcit Jeur jugement et & les détucher de leurs racines. Nous scons soul uvee ve numéro préeiser certaines de nos positions qui resteat fargemient incomprises, et nous avons effectwé eetie mise au print sur tin plan tout 2 fall comcret ; em meme temps, cela nous permet de rap peler nos motivations, Cette livraicon d' Hyperborée est done assie sur les troix grands principes qui animent notre équipe-et qui lui donnent sa détermination A poursuivre sa mission, += Les fondations = rien ne se comstrui sans un socle solide: et dBment sone 6. Tus les numéros.d' Ayperberée se sont biltis sur ces bases, + La permanence ; on ne comprend rien aw concept de «Tra: dition primondiale « lorsqu’on parie de-« nostalgie » del’ Age «or, Ge concept est intimement Tid au concept eyelique, Les scemiques qui évoquent T'Age d'or comme an temps révolu ne s¢ sont pus dégngés de l'idéologie linéaire, ils sont dans Vitlosion, celle de la perception immédiate, celle yt prend un bout de-temps oa d'espace, que leur seule imagination ou lears seuls yeux peuvent appréhender, pour ls tofalité. Le bout de "horizon n'est pas la fin du monde. tat Tradition priemordiale est un concer intat He, Gtemel, cosmmique, naturel, augue! nous nows féfrons, auquel nous accétlons pour ¥ puiser tiex informations, nos principes, une conduit, une spiritualité, Ce concept est lk fots temporel : la roue ture autour de ln puisgu'il se situe dans te moyen, - plus l'Age d'or est loimuin, demrigre nous, plus done il est proche puisque: nous y retournonss mais il ext aussi shatial : wus nows mews éoignons du centre de connaissance et plus nous cen apprachons le cosmos fonetionne comme la respiration, et uni nme crs : expansion-coniraction, Nous sommes actuclloment arrives au oul du rayon dé la roue ¥ mous ne saVONS plus 60 en ext fe Conte, Il n'est Nous sommes déboussolés, Mais c'est alors que nous sommes plus visible A nouveau aspires vers lui ; c'est un grand st & I élastique La reconstruction © nous prépurons cette reconstruction avee les 1 riaux qui sont Inissés 8 ncure dispesition, mous les rassemblens-avee cette Blaise originelle que nous ont laisse nos uncéites, que maus allans cher chee dans evs conlies du monde prcservées des folies des hommes, mais pour combien de temps 7 Vous discernerez chcore une fois ees trois concepls esscaticls dans cette nauvelle fiviaison d Myperborde, Ils sont dissémings tout au long de ses pages. Ml Le cetf solaire, | "h dessin d’André Herbouze oH ORIGINES JANUS, le principe primordial ae Reet une certaine fiagon, fe présent articte annonce ba thématique ‘Hyperborée qui sera conse lunus, om pourrait dire qu'il cert dle transition, Mats surtout, i nous remet en mémoire we © dient » qu'on peut appeter plus judiciewsenvent wx « print ‘ape ce.que Sant awsré tows tex autres « afew » dis « patens » :eeb-ct est d'une extrdme importance déx lors que. par son double visage, i spler le plus tuintein passé en méme Lemps possibattté miéme de votr PAaberntion dh futur : te programme anime de ta rovwe Hyporbonte, Qui deme a dit qu'il n'y ervais a viahle qi ta condition: gett eeflote le nillewr du passé ? En sos jours soctété, ta mémoire part en etarpie, Janus doit dans fe panthéon d'une Exrope qui se Hbérenait de bn ante of, cars reprendre p mwondiatisarion Rome, la mafresse du monde méditerramen, plonge ses racines dans TAge d'Qs; cet Age yttiqe qu! Inaite toeyiouca les peuple ex ms Virgie, Ovide s'en firent les échas dans leurs ouvrages respec: ifs L"ingae et Les Fastes, Le monde comain, a tout était symbole ‘spiritualind, baiguait dans la Tradition, Tis oat ainsi grav leurs origines mythiques das les monies, ct nous allons éudicr we des plas illus vues, Wace gravd, « Je n’assigne de borne a leur puissance ni & leur durée ; je leur ai donné unempire sans fin ». (Virgile Enéide, 1 278. 279) Cardo et decumanus traces sur une pierre du sanctuaire salyen de Wiran Revne a én fonalée en halle dans ke Latium Sa fondation ext pour nous non humaine car elle se perd dans Ja ouit des temps peimordioux par union de Mors avec la Vestale Riga Silvia, Sa situation péngraphique add pouretle un mout capical. Rome est en effet stage 2 un important vearetourde deux axcs de communication qui travement I"lalic de part ea Part formant Le Cardo (axe Notd—Sud) et ke decumanus (axe est-ouest), Au unre de ka ville ac trouve ine grosee pierre portant une croix (dont luc branche indighait certaisement les points cardinawe). symbol t rituellement le = conte du monde =, ou emundus, mot dari gene Seusque!, La Rome archique s organise wutauiour etse veut image du ‘cosmos sur teere, un centre spirliuel,reflet du Cemire spree gue deri Rend 4 son aUvrage esserticl intituk’ Le Rot cle Mende 1La population de la cité est constinude d'un peuple autochione, mois qusai dTHirusques, de Feriniers latins et allyins habitants d°Albe La Longue! Cette population se relat néguligrenicat aw marché aux beeuts 7 Haas give move trace tintin ed sae pierre similaive iuhle eacowe aur ke rccher Wiran, Hun des sametwaines salves. cess que Yom pent comsiciver comme des reffes ipa Sit de Cestre supttne » Liss jadi cit saccée dh lanacinme, et Secale image visite de fo nvaeériese Salem se MeSki-Teédek, roi de justice. sans ‘enter La Mec que, 4 de Kona ese yymbeaguewnent sous Fdivitepotaire bere eatenchy Rome, Le rife de cette derniere cide ud particullérement oteres ie das wx prochain naonéro d Hyperbo Sense d aw say? ones ens prop lustorien: AYfott orinne que te Latins sone ver 8 a Cancase par wages Ge Boeaium), sw im mont? dinars Pelatin, le Mons ou siégent, Bs l'origire, Je pouvoir civil ot las grande aristocrates, Le premisr forum de laville fut ain Si i¢, Sabine, Albaine et Etruaquer ce retroue valent pour Schanget par woe, bétail, sel et produits agricoles, Au V* sidcle avant J.-C Jes Romains se servaient ce lingsts de brome coulé cu d'étain mous aun motifs animaux d'élevage (aes rude et as signaturn) pesant pour certain 1 kg 635. Ces monnaies fond Uhistoire, Joan Bubelon, Conservatour des Médailles 8a Biblicthique de Paris} ‘Sour la preston dee guemes contre lee pauples italiquss pour la suprs- matic du Laium (50-270), conflits longe ot coiltaur, les Ramains émettent tours premiras piécas rondbs 3 1a fin.du ‘TWrsiécle avant J.-C. Las monnaies vort ue frappées et non plus coulges, Elles ‘sont copies sur Iss didcachmas des cits ORIGINES car davant "Sgt des puissats patricins, el deverit de sumples alligones Rome ne serail jamais arrivée 2 un tel dagré de pwioamnce 04, ex few d'une ovigine diving elle n’ovail ex que das fixate dipor vas he grarateur ete rar veillexs a (Plutargue, We de Ronis), Cost environ vers 214 avant nove Se que va dhe frappis Dae grad. La monntie en brore porle un des syrabo Jes fordamentaun de la Roms Artiqus, « Jamms bifrons.», dieu plus anoien que Satune, ot au rovers Ja prous d'une birtme,navire de combat dew rangier do rameurs, symbols ron seulement de Varrivée d? Enée on ttalie mais. autout la yenae de Satume dant le Latier. Las Romaine, en éretiant cate monnaie an grands quanfité, 2» rappolaint leur mphique Age originel, alors quils aver ‘Seisnt une crise grave avac Le devaitne rogues de IWalie dusid D'abord Tacs Ungot de bronze coulé grav det re punigue Broveven womze'ete denies Ge quackie. PH de te Byte de Dedphes POSTS gatus)en agent, L'wered’une monde & Pourquoi deux visages ? Rone esttoujours consacré aux dieu, le revers bladimene sian humaine Cette importance du fait religiew dis le dstut du monnayage n'est pas un hasard Pow les peuples trad tiomels, los métaum précieu sont Ins produits des «dieu ohtoniene ot des eapsits soutarraino ot, ainsi, deo oréations etdes possessions divines. La métallurge sera D ulilisation par leshommes de ce que lours affrontlesdious. Aprés los deux guerres punigass (244-146 avant JG), lee portraits divine vort étre lentement nigligés. Cotte dicadence spin fuels s'eaplique par le faitque Les magistrate, avec l'=ppro- hhation du Sénat charg de la mornaie, frappert a1" awers os portraits des consuls enenercice, et aurevers leurs exploits pueriere. Ain lecciewn ds Rome wort pett & petit s’efta- vers let 1000 avamtactiede, C Hacguecrd soatient gels seraient venus purr meagrad.ons success ies dEuoope cenfale, 4 Les septcollinesde Rome sontte Palatin, venti, fe Car— es, 1 Eagan, fo Vera a, Le Quail, de Coiba fet sign se Tanicele en soanenir de Fores, 5. Lehnton utlisé eotcemnmtaire,e‘et-i-cive yee! naapéce 1/6 ode Ure, soit 512 p commre 426, Tag abc ans ys t6t Devens ‘rece! ces toxernat ca de siete, (1/2 ce livre soi 27,069), aes sera stabilis ox cova ah He idole avon F.C aer Eilon Semi-cncial jus la fie de Lk vepebigtt, wr Michel Pri, Monnaie vemaze CGF w Lavers de mote monnaie de bronze reprizenie Jams,le dieu le plus ancion du panthdon latin Sa naissance tant anfériguro a1'Age d'Or, ect pertinent dele concic rer comme limeamation de la Tradition primoriala Sur Ts monnaie que nous présertons, on ls voit avec sea deus visages. Pour tien saisir 12 algnifieation de cette pies de mornais, i faut la tenix dans sa mainen étant toumé versle 6. Tea Richer oat ramon Ry Vorip ve de Tomi carn premier civlisution.s dtu Moyen Orient Des moncnnies d'lectiet de Mallosen Clie nous montrent in James afd gui, Brand ssacd es disque, gpminle es dtme dst ce, lemon be aus om cnn. the flee epriniordlal, Piesne Grimal sipnale que la wbigicnt greque avchcegue connniceafta.dype de dees dow vimages ‘ppp su wm corpeseriaue dome nam état Argon, 62 gi rogue la designation dela pls an ciewhe cite dovierive cet selon le mythe, serait pads, en gut be Jas Toisor.d’or, Jason. ‘ej ges compagnens. Le nomit’kygos esd érecateuy de lnecedster Blanche, ce qu Yesvoie i ‘aA pate: Sic tel pesscroage fit rdellement présent dans les cropiaces cxchoigues grecqee, loxs.O vide est Hronmpe' en afar que les Romans étaient Hes seis Aoworey iat sel dieel. En fut, chez divers peuples auto aurcpdens, appaalll mage d un Eire double, gu’ sagicse ds Tulsi donYavdo Thoite dasason De Conmemia.ca encore le Yoo tinridemaen tv Roadie «) Fe oi de UAge oviginel ches les Irenions, sven. les Diosceonsdans univers mpfr grec. ORIGINES nord, Lian des dews profile, figurant un. vieillard, regarde: A gauche, done ¥eis le couchanl. A priori, on pourrait die qui es le crepuscule de Ja vie mais, en reali, il eomtem- ple sereinement le plus Lointain paseé Mest aussile garden des portesdu ciel Le solstice d'Ate, « infered vest Menteée du sione cu Cancer, la porte des bommes, periode nefasie etmaléfigue, L'suire visage adroite, plus jeure et, comme ‘el,tournt era l'avenir, figure I'hiver (qu commence avec Je Capricorne), 1a pone celeste, faste et tenefique’, I est te maftte de I'éooulement du temps et de espace. Il ect Les chante de la mysterie we coterie dee prétres: soldats « Saliens »® débutent ainsi en parlant de Tams | Celut qui oree toutes choses, et, en mEme temps, les pou- vyeme, qu a uni, en les extourant du ciel, d'une part, ee: sence et la nature de Peauct de La terre pesante et tendant toujours a-desvendre, d'autre part, celles du few et de Lai compe leger et s'¢chappant vere Vimmensiié d'en kaw : est Ia puissanie force du ciel qui a unic ces deux Forme contraires ». On croirait emtente un texte alohimique ; 12 Tabula Smaragtina par exemple. « La Gréce n'a pas de divinité semblable a toi. » (Ovide, Les Fastes) aussi le garden di ciel et des enfers 5 c°est pourquai ponte des olafot ow-parfois un croctet ancétre dec clefs Comme tous fea diewx, Jams a sa partshe fésni mune avec La mympbe Cardea qui habitait le bois sacré sur te futur ernplacerment de la ville, Cardea, aprec une joute amoureuse - et tumultuewe |. avec Janus, lui donna Je pouvoir des goads et des portes ; image aocompagnan ~ = ‘ Lacs gravé vers 2400225 celle des clefet Agueant le pourcis d’ouvrie et de feemer Pag Janus La soeiele a la capacite de e"ouvsir au vin en méme terops qu'elle a ferme aux influences diss obvantes dorigines diverses, Hlle fui rent ass comme symbole de se fonction, une branche d'aubepine en feu, temeau magique possédant le pouveir d'écaries tout maléfice des ouvertures de 1a maison? 7. Noud scrones ici en présence d'une notion qui peud paraiire jprraddanole mais qui ne (est pasa rout: ainda ence, ‘fe 'heure enacts abe sodtice hb: Jas sour conime noezet ‘érallonger, le.soled seprend ses droits; c'est exacfemend le ‘corarre lore du solstice a €%é qui rods! la demiration da teanpe solaie. 8: Une clef d'or e salaire » pourte ciel, une dorgenst iedannite » pow fa.torre Aes le chrishanisme, l'qad he Piorne fegritera.deces clef 9. Carole est Mincarnation da card, Vase morc Tous Janus ouvre le cycle du premier mois de l’annse, Jariuatins, apré le solstice diver. C'est ce dieu qui aurait civiliet les premmers habitants du Latuam avant L'arrive de ‘Saturne, | patromnait avec funon ies calendes au debut de chaque mois et await son temple au Quitinal." La féte des Saturnales avait HieuduT au 22.decembre vies distinctions sociales disparaissaient st le maitres servait les esclaves, tappelant ains\ l'égalité des hommes pendant S'Age d'Or Jars avait ausa une Fonction tres importante il etait 1a {ale ow cao mata roran jeigusien par eat axa fe Pte ‘piri Apropos de Voubépine, rappelons gue les omens ‘gfirmaien! que con infusions if emalleie pow fe bonjone- sonunevtly coe ccoie | abien wu Asdart Msorcct alan su Géographie secrtt dels Provence Ediions Chemie. mont 1998) Le terme laine conto renvoie dl image doe wr. as clons dea ious, guelnapportevee (ewernire ue akmeie ? Probatlerentlefaitgue, pow les anciens le car (poset tamecoumrture mre dina. Cf Bere Gama, Sym- bolas fomicmcnioa vl a Sience spare [Cab maard fob: avis, 1962) chapline [UWI 10. Lea greires sos Satie na foraient ces Soalitites char- Here accomplir certains ites pow le salud de 'armée, Lears Crigines coruion?drcquer Signa ns ass les mpd icwses ibs solyemes de Provence. Das opps de Raguezer ‘ace, important sanctuoireseligiie cel ligue (iéperctant tks Salyers), I'wohdcloyue Cerin Ribarta.revcund en 1019 cw £08 am Heras Bicphate Vie sitte J. Simple fnawdcu dchange cultured ? Le moptire revteraiterdier hors le dicouverte de Ferre Ende Blairon qui ouare ie piste roH tuna dane son tine «La. Dione o igne oven oova d nous tn ext le paige de référence ana leprsent rarado ao le tte e Ladance dhe rere » TE Me tearpla le Joms fut ite pena te premtiére punig we était convacrd & la pars eté laguurre, Sites portes da sanc~ ‘waive einntfermess, la palx regmale, mais elles ne ferent clo- sen queperetant ref motsan espace de mle ans. divinité dee puissantes corporations romaines dl! ar ‘tisars du bois et dé la piers, les Collegia Fabeo- Tum. Ce qui sighife que. l'art de construire et Ja fabsication dobjets déyendait - et éma- stud - dune divinite manifestant Vorgine Pour la civilization romaine, il ne pouvait Sire question de créer quni que o# soit qui sé soit pas sélfrentiel 4 ce que repotsente Janus. Leure fétes se situaient raturellement aux deux solsticas d'aig et d'hiver. A poopos dé la venue de Satuene en term ifaliote, Talis ‘Bypla propose une explication de ce mythe. Au ORIGINES hommes ne connaissaisnt pas la swort violente, ils stendormaient doucement aprés une vie longae et hemreuse, Eh oas temge, on se nourisait exclunvernant de fruits et de ldgomes at penonre ne songeait 4 ter Samme intro cist I'urage de Ja faneille pour cundllir es poochits de la term, Les vieilles chao riques racontent que le trone de ce dieu était sur Je futur Capitola, au sain eure forterss: ou dune cité décommé Satur. fia, 4 Feruplacement de la future Rome” Lorsque Saturne devitd Je Chronos, le «temps commencement, Satume souvennait I'Age Medea da Jenas ifr ns dévorant + (@d¢vorant ses enfants, c'esta- Or. Puls, 41s suite de La fatale {evolution ‘oycligue, d fut décha de cette dignité et, sour le nom ce ‘Chronos, devint'aurtére divinité des heures qui s'dcoulent inesorablement. Ise esfugia dans le Latinm 08 Janus lac ‘cuedit Pour Julius Brola le mot Latium est 4 mettre, en rapport avec Ia notion de latence®; antrerent ei, Ie termps asten attente d'unnouvel Age adore. ‘Macrobe apporte use information des plus précieu- aes dans son ouviage consacré am; Satumales | il nous append que Janus comespond 4 Apollon et Diane. Le sebifrons » masquerait cone ie frire et la soeur Ds lors, a nous suivons ce-raiconnement, c'est Apollon aous le visage de Jams qui aceweille Satume los ce sonexd. On pourrait Ajouter que le rom grec de Diane, Attémis, contient celta ire Vespece humaine), i fat détrens par Vande see filx Tupites aid de sa mere Rhéa Une gueme ch dix ane ente Ler dieu: olympiens sour la conduite de. Jupiter fut nécessaire pour vainow, Satume allsé des Titans Jupiter vaingwent, un souvean cycle pouvatt commences La tradition religieue orphique nour raconte qui aprts Te. confit at ute conciliation entre les belligérants, Jupiter at les Olympians ascigntrent Satutre 4 residence dace 1'e. Blanche des Bienheurewx ~ équivalent de I'Hyperborts, - au nord du monde Une Se qu, en quelqne sorte, jone, 1s méme rOle que Je Latium o0, tappelotede, se trowvait lacité d' Albe La Longue dont le om (Alba) proclame Lh blancheur Comme on salt que Ja couleur soire est tradi Honnellanent sssocies 4 Satume, il ext alse de comprencre. « Jadis régnait une simplicité rustique, » (Ovide) de Pours(e), d’ot le rapport avec le ceptentrion off la rmit venue, s montrent lz Grande at la Petite Cure. Cama ‘indiquant lenort, elle se confondrait aver Artémis-Daane, Saturne, le pere de Jupiter Le revers de ote ast nour mone Je navire sur lsquel Satume arrive en Italie, comme Enée le fondateur de ‘Lavinmum, Satume, nommé Kroros dans laseligion greeque (avantd’ Sire Chronos chez lee Romains), este filsd’ Oura- ‘hes le Ciel ot de Gaia la Teere (ou Ops e latin), Test Ie dieu soyal du ciel dons primordial. Il tele la terre.et Ie ciel doret. ca premiar Satume, Je terme n'exists pas puisqu V Aged! Orse camotérise par un dere lprésent, sane pasot ad avenis. A cette (Texte inserit sur la frappe d’une monnaie de 'usurpateur Caurasius, 286-293 aprés J.C.)._ jour PAge d'Or da Satume d'avant Chronos’ sereit retour pour toujours, Aw pire moment de ta crise que t versa Rome au [IF sitcle de notre ere, |'Empereur Probus (232-282) n'beésits pas a-déelarer qu'un jour viendeit © ois les soldats n'suraiemt plus leurs raisons d’étre, que IA, °Or reviendrait pour toujours ' », On songe ici 8 fa notion de peux profinider caractérisant une sénénité émanant de la imaitrise des passions et non pas ~ la prdeision s impose ! le pacifisme bélant dont font profession de foi nas actuels responsables intemationaux incapables de metire fin aux -affrontements sanglants qui se multiplient sur ta planéte, Aujourd’hui, alors que les. peuples européens traversent des temps sombyes, image de Janus au double visage ~ En Provence, le site de Roquepertuse ott a été découvert Te «Janus» Janus, le dieu issu des éléments ‘Avant Jamas ly avait la déesse des crgines: cele qui iegne sur lesterires aucdessus des eaux marécapeuses, ene a tene-et a mer, des eau lisse & la suface mais groullantes de germes, coin qui annoncent la natsance d'un nouveau monde. Avant Janus ily eval aus element minéral, tout aussi archuique, ‘ou plutét primordial, que l'element aquatique ; la piere, L’an- fire du chea Hermés st une pieme que Von placait au bord des chemins en sane de protection j cette piene s'anoelat «hormal «pus une tee humaine até placée cut 'une- de cox planes ;etle deu Hermés ext né Comme quoi, ce sont bien les hommes, ne sermentce que de simples cantonnien, oul crbent les dieu. = Prere-Ennvle Blairon, LaDang en sane bling, Edhtions Crusoe. contemplant |'Age d'Or qui fut et celui qui, obli ment, doit (revenir— s'impose comme une référence fi amientale de notre identit¢ européenne: bibliographie \Géeprapie xacnée dans lemonade main, Re cbr, Feiions Tre Pais, WS) ‘Guide romain anesgue, G, Hacquard, Euions Classique Hastie (Paris 1952), Ovid were cme pb tons T Daibochet 1 compas Le& Saturnales, Macros, Es livres (Paes, 1997), sos I rection oe. Nis, Fal pais IRA) os lettres, collection La rue rapbenesy tean Yess, Ea this Fults et Docu Reve homme (Gitomagny illus Evo, Batons wien, 5, Guide pratigae di eeitectionmenr seta Gra et Mitel Aman. Res igs, HS NT 207 on Pu (Bas 1968), du cin Jaen, Jeu Fale Bianchi, Faliions Yee clair Lees Mist ‘yenle sur ores, collection Larval Selim et Michel = Prieur, Fatitionw Complair Ginéral Finance (Par Le Janus découvert & Roquepertuse (6 sidele avant notre ére) ORIGINES a h- Le ciel dans la pierre et Cc iel la cosmologie néolithique 4.1 La théorie d’Ina Mahistedt : a de pierre °"""" ["universaliié du mégalithisme, révélde au coments he Mannheisn en 1992 Hl est apparu que les mézalithes, Suite et fin particulerement nomoreux danstesrglonsallantiques (eEurope, cvims, dolmens, cercles de pierres, mano hes, hypogaées. soit représeniée dns lex cultures nie lithiques du monde entier : au Proche-Orient, ils foat place 8 des dditices de porte A la fn de la prods me ere ar ihique = cipgourais de Sumner. pyramids «ype Les mégalithes portent souvent des coupelles, des aneaux graves. Lewr caractéve sacral, Jour rapport a la fEcondité, au renouvelilememt de ta vie, ala fires vitals, & onergie du Changement ext 1é por la persistance cle Jeur utilisation au comes des milléanices dans les pratiques magiques. en par culier celles qui ont pour objet obtenir un enfant ‘autour nécuse finierprétatiom comment aati des piemex levées commie xépuliurex, Iie qu'on y trouve partis des ossements. ea falsant observer (p34) = qu'on ne quite pas ds sépulrare ta cathe rake de Cologne, méme si dex €véques el des Tois ‘mares leur deraiane deaseure, » [a justification de ‘ce pliinoaréne universe] ne peut éure rouvée gue dans Jos conditions de la vie des populations ngolithiques. Le passage pragressif' de économie a préation des chasseuss cueitiewrs nosnackes chu puiléolitiquue & économie de production des cultivateurs et éleveus sedontanisés do néolithique Instaure ke nouveau rap- ports & he nanure, ow socré, et prowaqyue apparition de comunautés lies & leur sol. donc xSpantes des ‘uwes communautés (p.38) : « Les palssances qui dis. nt désormais Gare hosorses 1a ot cet on plus dans ta nature, X00 rotivitt Selon La salsa, » Ta rnbiité des pe fumades fait place & la Exité des producteurs sédew- tniros Sommnis ab rythinke iminiuable de 1a Wigéation et A obligation ds constituer des réserves pour Ii tat vvaise saison. Comme les cliverses cultures més scat ts €loignges les unes des autres dans le te alithisme qui leur est Ulé me peut s'expliquer que Dar les conditions de vie qui leur sont communes, ot cee conditions sont entiques dans le monde enticr, ce qui exclut interprctatlon par un paxtnomdnc de Aix-en-Provence : le pavillon Vendéme, un attante ORIGINES - diffusion (p.4l) : « Comune lex sepetsentations: ecligiou sex névultent des conditions de vie et comme ley tnythes S¢ rapportemt aux hesains dhe existence, leurs # veritas » levaient apssi Gtre les memes, Elles s"identitiem partont oi Fon commence & travailler la terre, of Fon s'Stablit poor produir: dé la noumiture, méme: si Mhabillage mythiques diffore, La strocture culuretie et religicuss de Valignement sur la terre, te rythme du ciel et des périndes de la ves est fondamentialement Mentique purtout. » Ce qui rend simnilitudes obserwées entre les mégalithes coe ilexiste deux formes principales : kes tins son! couverty, es dkécouverts ; une ditferenee surlaquctl: Fauteur ating: attention. Pour en comprendre la signification, fame par tir des problems économiques, techaiques et logistiques des dbots de la sédentarité dans les comtrées o@ les condi- tions étaient mins favorables 4 Magricubune quan Prvcho- ‘Orient of ke processus de néolithisation s'est maniliesté er premier gréce 4 Valternance des crues et des décrues des ‘grands fleuves. Par exemple, c*est ke paubléime de la com vation des céréales et cs aotres dcnrsce alimicmaincs qui conduit & saeraliser kes granges, cornme i! reson alu eulte letton de Jumis (pS), Avec La sekktarisatbon, la soci se compleni- fis et Te Me ee Te eee oe) probldsmes of’ onganisation sociale et de eépanition du trail se poscat. La dSpendance par rupport au eycle de saison conduit @ Tobservation du ciel. qui a'était ni possible, mi péeessnire aux chasseurs cucilleury nomades dis Pulgoti thique, puis & la détemnination des points cardinaux. et & la saevalisation de ces connaissances, ef des lleux d'obser vation, en particulier des reptres utlisés, qui peuvent etre des picrres Jevées ou d’autres constructions de plemres, La découvene et Minteeprétation du disque de Nebra (Meller O04 appotent une éclatante caniemation be 1s coBcep- ots, et téimoignent de leur survie dans ta période suivante 1'dige du bronze. jms ck la wie des marries ty N que. iLest possible d'inféror leurs conceptions religieuses, 4 peincipaux mythes ont trait A la force vitae de Ia terre, ancycle des plantes, aux puissanceseachées qui y président, an myaiire de la mort et de Ia renaissance de la végétation, Leu se fonde sur son eyele annuel et ses tos prt estimates sont la Terre, le Ciel et fa Vie ; la Terre nowrri- cire, soms Papparenee de la Grande Mitre git préside 2 la fois & a vie ct 8 la mort. Le Ciel est principe d'ardre et ke puissance procrdatriee, cause de alternance du jour et de a nuit, des sisons, de T'abondanoe et de Ta peémurie, he a wie ete mort + {est Spous divin de fa ‘Terre qu’ll feonde par Ja pluie : on ke repnésente souvent sous: La forme «un (auteat., Ciel et ‘Terre constituent done un couple dont on bee union (hiémgarnic), Un pouvoir ceéatcur est attri bug 4 ta mort: Ia vépélation meurt ct rena, et ce moxie estdtcndu au monde qui ne connait mi commencement, ni fin, mais seulement wn éternel retour, C'est ainsi que la mon erée la vie. Entre mont et renaissance, la Vie se comerve dans la pierne. La pierre manifeste ta puissance eréatrice. alors que s8 nature symbolise Ja mon et ke agin, De la proviennent les kes des de: nalsvance 3 partir d'une pierre comene ck: Mitra petrgeae, ef eles de eux ie une pen Jupiter Lapis (ci dessus § 3.6) Pre ailleurs, Pidée que kx mort dons nas sance a la vie a condunt 2 Ia fais & in pratique du saccifice ssanglant et 8. conception de l'autre monde: commie sousce de vie, mots aussi domaine duu néant, de-Wénebress dans bes squelles se perd Pindividualilé, of le mort devienl ancétre eft se réunit a Mancétee fondatenr, Les Views ale culte sont eux 08 s'ablit le contact aver L'autke monde = losmégalithes sont arcknatrement situés dans lune région sauvage et dlésoide qui figure Je domaine du néant enéateuc. Un exem ple on est le cairn de Newerange, situé dans le comté de Meath, en iviande, et dé du troisitane millénalte ; c'est ua ling couloir de: pierres tevées mens Aun eapace abscur qui est Selainé par Je soleil (rois jouse par an, au sobs- tive dhiver (p79) : « Le sancinaine de Newgrange n'est ps une sepulture, ‘nals aul eontraice un Tew de naissance de La vie. » Pour Phomme ei Névlithique dont 1a conception eyclique ds existence se anole sur Ie cyele se Ja vegetation, Ls quand i Sagit de siemne (p81) = -« Avoe la dispantion des individus views et attr bha, peul se reneuvelere| rajeunir(...)A sa mort, Pomme s"in- tere A Vimage mythique de Vansétre 4...) qui ss-campoac ‘on une Repétition intemporelie des vice des: membres da ‘elin dont [action sinscrit dans lx mémpire de Ls commu~ nats (...). [individu se défimit a partir de aa généalogie. si bien gue les aetes de ses ancitrey constituent une part de son identité. Asa ment, iI prond place dans In chaina Sills fin des ameeties. + TL aesvont dhe momiius exemples mis O ehverses cultures, Hxtreme-Onient, Polynése, Alta ‘Brelagne, que le monolithe esl fe licu ait concrélise celle ‘continutte onfre morts et vivants, Pour denies la sttuation des anc@tres mons par rapport 2 leurs descendants vivanis, Tranteur utilise. & piusicurs reprises: un comple do. termes MmOYeR-INMUENS. eXpriinaNL Uews wolIENS empewatées aM ‘mazdsisme, celles de anexog « spirituet 3, « virtucl » et do getig « corporel »,-« récl » + dan la pierre of) ils ont perdu Ietr individual, Les mews scint a.farene: Spisitael le, ‘virtuelle des vivancs 8 maitre, Liétude se wemine par 'ic0- snognaphic néolithiquc. Tres varige duns le style et duns les formes (idles, slaluetles, gravures sur ple’ ou sur pam rocheuse. décoration objets culivels, de poteries. peiatune sur murs erépis ou sur parnis do caverne), elle est umitairo dns 80 stumification. On y meleve des syimisokes de at is sance vitale ; terre, femme, vulve : des symboles de retour de li vie + coin, hich ou mnrteat de vie = amor, puissance ensatnice supreme holes de fn puissance mentifére : ion, pier a Le disque de Nebra, 4 ‘ort et ne puissance eréarnee. MEMS éenyrert en 1909, en Adlomagae i Tems concemne dircetement Ye Hien ORIGINES symboles de 1a métamoxphose | angles, losanges, aigaags j un symbole de Porigine de la vie : les formes circulaies ‘ol sphériques, ensemble pour lequel auteur propose le néologisme Splitora ; le symbole du passage parte ngant la double Sphdonir: des symboles de V'Gterne! rlour: lex es | des aymholes de Vordee spatial et tempore: Ta croix of Je cane; La Liaison symbolique conf sat ta vie + Ia grille, Cos diverses wpeésentations portent In trace de contacts rithels destinés A activer les puissances qu’elles symbo. seni Ces observations ns sent pas entire dient neues | a en trouve de} ne bonne puttis dans le Frailé 'hie- teire des relizioas de Mircea Hliads (Blinde 1966 : 188 et suiv.), qui les tent dé ses somress, par exempke Ta nauon dé peta gealirix + peste qui ie» (p.208, bibl), Mais apport essentiel d'Ina Mahislecl est leur mise en et avec los dette do Vagrientture & la periods o¥oliihique, ef surtout, pour oe bi entre ciel (soleil) et pierre, 4,2 Ciel de pierre ou ciel dans la pierre ? Une stude doer gem est ua préalable nécossaire, mais non suffisaal, pour ke comprebersion du rappom observe enlte pcre et cicl dans le monde indo-curapéen ancien, Les Indlo-Européens ~ es loculenrs de-Tindo-curopéea recon it — som! dabord des hommecs du Neolithigus ; tout ce gui est commun & 2e niveau d'évalution les conceme diree tement. Mais on ne pent #*en fonir Ta, ear Tes Conceptions universes bok mécessaunement pis uae Forte spxeitique en stintegrant a leur traditien, De fait, I'auteur de Féaade (Mahlstedt 2004: 65 ef suiv.) a mis seaeonclusions.en tla- Si aves: ly ufition indko-wuropéenne, mais-en acon la conception di» ciel de-piene » de Reichelt, avec sa mytho logic, qui est mise en iapport avec Weanograplie nelle uhigue (haches et marteaux eensés dlestinés a bnscr Ie el de pierne) en dépit des objections pentinentes des nuteurs préeités (ci-desams § 2.2). Teamvient done de reprondie Ta Gestion, compte tent: de [étude de cet abandon, de ce renoagemonl. ue A cette risignatton ot se dunment ratte fi mca & Penneni, comm: un heme: perils clams fe eldsort cep ba ‘commune une etivrance Lage d'or va succéder AT Age de Ker, oa Age ‘du Loup, selon les anciens scancimves, ke Kali-Youa. Cet Age d'Or n'est pan une: satopie, ("est tout simple- meat ke retour au boo sens, Mharmomie, 2 Ja mesure, au respect des lols naturel- place de homme dans: le monde, et cha- que homie 3 sa place. ‘Les forces qui endkent mete re en place un ppeocessus d'uni- formisation du monde, i Wen écrit par Aldous Huxley dans les, Le Meillewr des mondes, \entent d'ancindre te noyau, te tmoyeu de Ia rowe afin de bloguer fe processus cyctique. aklés en cela par une Coajonetion qui régroupe plusieurs fins ce eyetes impertantes (ainsi ta tin du christianisme qui svcst confondu avec I"Occidcnt). L'humanisme ct scx ava- tars visear A metre homme at-dessus de tus les regncs: pour remplacer dicw et mettre en auvre cen wiopie éyali- {aire qui supprimera kes differences ot La diversité, afin que Joa promoteurs de ecto wlopie puissent mieux manipeiler ces masses informes. Ils s‘efTorvent de déraciner les pew- pics ; um homme déracine est un fu de paille, qui "caval anvec town es vents. Ils ¥attacheroat dase A nous emnpecher dle traverser le gué, de passer ave nos haguges —Fessemticl — d'un cycle & laume, Désigner ot rassembler ces bags ges of, craaits, len préserver, will he but de notre cesnibut (Crest ce que nous mous efforcons de faire au sein de 1a revue Hyperborée. Mais nous somes encore loin de notre bur. ct de notre nythmec de cttisidre, Les ouvrages que nous: Sohtons neprensen! ks mémes hemes et forgem los arms de mos rallies, Notre eommbul est spi- itwel, Mest celui de I commaisomer cxmine Vignorance. Développerte, vous aussi. par ‘vos mevues, vos discours, vos livres, vos actions, votre préscace cn oc monde. sans cm Ein’ dupes. Comme autant de yt emt cham kes mies he solstice ('hiver: Nous pemomy que foul fis neal, mal os epab se ac tcroche & ce monde, comune wth oyé qui se ticat fermemeat stl hatcaa qui coule, tout Je reste est du Lemps: peru, des vies perulnes, des espoirs WBSgus, de énergie gasp, prées et de la gesticu- ___ DOSSIER / pourquoi Hyperborée ? Mise au point d’‘Hyperborée sur Guénon, le christianisme, la franc-maconnerie et islam par Paul-Georges Sansonetti pour la rédaction d’ ct ee, de ficou a menuer, d'une part, Pinaniné de Pant ealiame of de TathSiame militant (ans les années 1920} d'un nombee refativement ‘important de Magons Evin en longucer et, pa comstguent, quant xa forme Kap Javeraie. te ariangie devient te sromion ca temple grec. Bar fe noaire de deands ya'll comport, Mangle de certains frontons comporte un message. Ainsi, celui de temple Artemis (sear 'Apolion) @ Confow est de 144 degrés. Carré de 12, le nomtve 144 ext prevent de facom exhaustive dans UApecatypie de Joan puisgu if confine sex proportions a a cit pacfate. He Thame dja érogude dans cette revue & propor des travian de Jean Richer, Guy-René Dowmeyrow et Pierre-Emile Miairoa DOSSIER / pourquoi Hyperborée ? ___ ment dit, ce que keprésentent le Poke vt |'archange (om, ‘comportint arkhé)-a pouvoir de l'emporter su les forces -maléfiques: C'est une thématiqque semblable que reprend | RR Tolkien lorsque, dans Le reiorr di Roi, il est que ‘tion de Minas Thirith, la « cité blanche » parcille & ume montagne en pointe, qu'assiége 'ameée des ténebres eo poste de eréstures monstreeunes arborant leur me un privilege, La eaméra de Pex fait revivre de fogon mayistrale col spiscdke héroique de ha tilogis: Dun territoire an autre, divers fiewx que person nafisait leur apparence furent, de ta sorts, les relais 'un processus recondiuisant 4 la compltude que connaissait [etre origineL C'est enecla que les ancieas se seraicat bien andes de construire n’iunporte quoi w'importe 0, Depuis, on a vu les bulklozers s"acharner sur des sites of siegeait le mysiére. Exit, par exemple, exploit d'un heros ou dwn suit Bice 2 un manstre et place 2 implantation de Lottsse- Une autre signification de I'¢querre et du compas... angle pitcédent n? d’Hyperborée, une ilusvation médiévale montrat, suidint le so, le conceppleur de la cathéclale qui venait I"Squerre et fe compas. Pour nombre de personnes, le raprochemem de cea deux outils ¢voque immédiatement ls Fianc-Maconnetie. Une pideision s'impose done. Créée en 717, ohne tarcivement, cette organisation ne ft que ‘eprendte tout un ensemble de symboles sppartenant au compagnonnage (luiméme essantielement dit des collagia fabrowum romaing) et3.ce que Guénon dénomnsir« le symbalisme construct». Nous reproduisons ici quelques ceuvtes fmontant la présence de Téquene (oar laquelle on bace be cané symbolsant is terre) et ch compas (dont la rtation figure le ciel). Pari ces images, le saint pation des macons et des achitectes, Tapéire Thomas sculpture de la cathédrale d’Aien Provence, Le croisement de ['équerre et du compas figure-donc-le passage inifistiaue de l’éhe temestre (el en conséquence, motel) & 2 dimen- sion supérieuie, céleste (immortelle): C'est ce méme.symballame qu’exprime le clebre personage de Léonard: de Vinei inserivant simultangment son corps dans le caré ef fe cere, Parallzlement 2 ce que nous venons de dite, proposons une seconde explication direciement en rapport avec nome article. L'ouverture du compas est uaditionnellement de 60°, C'est ‘angle aui confére ses proportions au tangle ¢quilatéral. Oy, nous le savons, ce viangle symbolce- en la sysar- la monvegne polave, Pour cui sat le vol, le compas selae clone directement Bvocateut du Pale, Ce qu raméne la premitre exalication putique létalle polite occune le cenve de ls 1oue odleste. Qusnt a léquene, lle gpa url crt esa sph ci Ea ie Sati il po al le gb be René Guénon, « d'eprés les anciens ntuels de Maconnene opératve » (clesta-due des consirucheurs de cathécrales qu'il ne fout Sustoul ois contends michel aU gcins spbcoliuly + ujipaiceal Xena siecle) On Wk plants inptnaléd uae bepstsentlion de etoile polaire «tombe dite ctement au centre dun swastika trace sur plancher, et quireprésente ainsi le pSle teresne «!. Dans une sume tude, notre auteur compare Fequeme a la latte grecques gamma et itil, ~ fasremblage de quume places d angles droits ler uns par rapport aum autres forme le sveastiba +, II suff done de remplaces les quatre par des Aquemes pour retrouver ce mame symbole, Ce que confrme un auire ntuel (oit du» Ree Ecossais Pirnitl » ef concemant, on s'en doute, les operatfs), Guénon a moniré que le awastla est: pat excellence, un sirable polare fet non pas soba comme on fe cre génézalemen’). Chccultant le wast Véquene est donc parlatement 4 s2 place en se joignant au compos dont ouverture fait seloe Gainey leseyitia represent «42 er peciie dautl He moqcle 2-at aso altnl ake ebtiascare cate ses Veauene se dit norma dont détive « norme » et « normal». La notmelté vinsent-cfoutant plus dans équene que, cusckunlement Bostbohte ar deceiver Gi wud & aby au Pola tle lsc a suaderer la wan Seaestyy okt olga! arifete Facto du palaces: Por |'équene etle compas, Fort de conse — et de se (rejeanstuire — televe dusymbolsme polare et, conséquemment, de \s Tradition prmordiale, On comprendiuit alors cette phrase énismanque de Rend Guénon : Cheiean TERROIRS SECRETS péluel mouvement, celle qui provoque les dgluges, en ho détivrani de I"énorme serpent qui agile = veile délivrance est opéese par deux heeufs que Hu-Gadarn va emchalaer & Ja quene du serpent ; les breuf’, fous Tes deus, Tun apres ‘Yrautre meurent d'épuisernent en tirant le Hourd sexpent. s€ socrifiant pour mettre au: monde certs pax des Gléments, ls assurent aussi, ec faisant, Ia transition entce Le monde des. ‘commencements, celui de la mer, ct le monde des hommes, celui de fa Were. Ainsi, Le culte dy bout a Barjols est un rappel de ce mythe marin mais aussi se double «l'un rite agresié dé (écondation, les beeufs étant les arinaue Qui trent la charrue et encusent le sillom qui permettra au paysan de semer, de faire son fandin - Gadam-garden-Gardanne Pour en revenir & cette histoive de tripettes, elle n'en veut pas une. Elles sont en tout eas tres mal fleelées. ‘Ea viewx francais, sniper veut dite sauter, ot n’adone awcun, rapport avec Jes tripes du taureau, Ce viewx frangais 0 dong trip, ex anglais, um « petit voyage » mais aussi = un faux pas », « courir Kigtrement », Ainsi, ce gui « ne var pas tripette » ne fait pars référence aun abstts de besa, mais la distance, & un petit voyage, Ca we vaxt pus tripette signitie = pane vaur pas te détour. Le rriper désigne une danse sautillante, « endiablée », dit Varchéologue Fomand Reno, Ie granel speciatiste de la Provence. «: Fandiaaige | ‘ce n'est pas tres chrdtien.,. et Fernand Benoit poursuit ; «suns doute la féte doitelle A cette pieuse supercherie comme celle de la petouso, d’avoir subsisté sous te cont- vert de ke religion. Fn Espagne, tes courses de saureaux Wenient-siles pon 6i€ mises sous le patronage de Saint Mare tle die Mars), comme fe sont augjourd hes les corri« day sees celui dew “fetes ele Charité”! La diaave des “tr pettes” endiutée alana Véilise de Busjols, fa veilte de dar Suinedrtaine, patron des culivatenrs et des bextieu. ext ceurwctérisée parr le sewatilfement sur la plante dev pieds. en cralence, e| avait ame yeewn mugiqne ». Nous voici done bien loin des « tripes » du taureau, et en piésence une tres ellie coutume, qui a perduté a travers. Jes sigcles, un site qui répate le mythe des comumencesnents: du wsonde: Mais aussi celui de Rome, si "on admet que Rome devien- dra & fe monde ». On sait qu’a ts fondation de Rome, Tes. pétres qui Eiaient chargés de perpétuer les cultes élabo- 1€3 par Numa Pornpilius, le second roi de Rome, étaient appelés les « Saliems » ou Rex sacrorum, roi des choses. sacrées. C'éiait un College de 12 membres. On dit que tes. prétres saliens portaient ce nom parce qu’ its s¢ déplagatemt cen sauillans, De « salio». LL nanque un bout de caciae, Nos Salyens, antique peuple prvengal qui régnail aussi sur Rarjols. étaient paludiers, extrayaient le sel, suf, de Vétane de Berre, La « danse des tripeties » estune danse magique, pratiquée aussi par les saliens romains. IL fant done se poser Ta question ; Les Saliens étaient-ils es Salyens ? ‘ermand Renott, La Provence et fe Comizat venaissin, er mnaditions popilaives. éditions Aubanel, p, 220 et La tragédie vaudoise | taut comtempler Lourmatin de Ja terrasse du chitesu . un senti« nent pai harmonic, de see fit’ nous rempllt alors qus nous admirons Jo « village aux tevin clochees = + celui dis temple protes Ante pals coll des | eptise catholigues et fe beffroi am sommst ds village. Le Lsberon evunpte: pas smnins de cing « play beaux villages de France » : Ansouis, Gordes, Miénerbes, Roussillon et Louris, Mais c'est sans doute plus: Lourmain qu'une sorte de magic s'opéae entre Ie visiteur et He Tieu, comme $i mous Tal sions ieruption dans un paradis qui se donne A.colui qui oat capable een dice ler es plus simples manifestations Nows pourions presque catendre, an Le chitteru de Lourmarin: TERROIRS SECRETS Join, ce autre ef de la Duran, kes totes de pani qui parcourent les wes du village de Ta Roque d'Anthéna, s'échappaunt de 1a vodie det platuncs sdculaires du chitsan de Flora, (Oui, Lourinarin est désoemnals ce haves de paisod Albert Cumuret Heart Boseo, font chaist des ‘endonmix pour toujours Pourtani, Ge Luberon qu'on silnne few yous ComeevelIhs partant de bean fe ecru ct lex poumons onvers 4 cet subUMiS de Vale qul oat shirmure que nous sommes dss privikigiss, Luberon fur ke théitre du massucm dey Vausdois perpeiré au XVP sibcRe pat hes Inouye di barn Maynicr o Opec Lox fimes dex Vaudeis survolent-clles lieu Bénin ke Dit ? Ont= ion oe a ‘Origine du nom Vaudois ‘On croit quelquelos que les hhéittiques vaudors sont ainsi appelés parce mu'ils sont of: ‘anares de Suisse, du canton de Vaud. Eo lets ai be phe worde communsuié veudoive dctuelle est auiourd hui établie «en Suitses c'ext apres lex ment -eutions qu'elle eut & subir que ses membnes chositent ck pave four vy réfgien lb od dan déa éuble quelques Vaudois ‘aul let-yavilent precede mais pes nécessairement ... dors le anton de Vaud ! En fats les Voudos tirent leur nom du bor- cdeteur oe leur Exige, le Lyon ‘vais Pieme Valdo. TERROIRS SECRETS _ Luberon ou Lubéron ? Le mot Luberon vient da pro- al Luberoun s in'y a por ‘qccent en provencal, sur ler ibys comme en erpagno! ou Les trois clochers du village de Lourmaria: temple protestant, campanile laic de I'hatel de ville et église catholiqne pals au nom de amour che ‘Quand on voit ees trois elochers runs dang cette magnifique arr it qu’efies veillene encone aur oe Lathe: ton pour efficer las traces de ces hoe reurs passes Cost un riche amacchand Iyonmais, Vierve: Vales, qui es1 A'srigine, aw XIU sidcle, de cette Sglise vuudoise: (ot Je nom de eene demaitre) ; Valdes tt cweew de pauvreté ot préeba be eewur h observance de> paroles Cransliquies e petche ke iit auwitdt eh sitmation m8 ctiscipken ffurent chawsés de Lyon et se fixdnent en oft Suiasc, ea Halle dus Nowdl et Laberon 5 kes Waadois vivaient che scrupuleusement honnétes * de ce fait, lis patent attiner quelques Jakwsies autres motifs, aussi bien eoligioux que politiques, amentremt Franks 1° Aprende un dit cone La comer nnauié hérétique alin dela Laine abjuice Crest done Maynicr d’Oppide, magis tat uixois et premier président ds Par Jement d°Aix, qui fur chargé, on 1545, de cette hesogne dont il s"acquitta avec 20le. Des villages entiers sore mis & sae, hommes, femmes, enfants, massacres foribiés dams kes granges oD ils s"étaient néfugids, auparavant viok’s: Wes villages sont pillés ct bills, disparaissant. de la arte * Mérindol et Cabrieres : Lourma 4 Roque Amhéron, Ménerbes, autres villages ob soutlle maintenant Vespeit, sont conroniés & Phorrur. Quelques Vaudois ont pu entuir vers Ja Sune, Canines oni Schapps au mas- sete et ontensuite adhiiné &la Rforme, imposam ici et 1 leur lieu de culte pro tesant, comme i Lourmarin ou & La Roque i Antheron. lexis encore actwetlement une Pglise vaudoise. & Venise, ou en Suisse, qui se distingue peu des églises prutestan- ws OU, VU, ENTENDU LE MYTHE DE L‘AGE D‘OR André Delaporte, éditions Pardes, 330 pages, 33 euros. André Delaporte est uni- versitaire, spécialiste du AWE sftele ct de Mhis- toire des idées, de histoire maritime et navale ainsi que des relations franco-allemandes. Cet éclectisme, confirmé par Pédition d'une quinzaine d’ouvrages qu’André Delaporte a signés sur des sujets tres sériews le pré- disposait & faire paraitre cet ouvrage intitulé : Le Mythe de Page d’ur, sous-titré ; Estats, histuire(s) t géographie(s) de Page d'or, parv aux Editions Pardis en juin 2008, ‘On cherchera yainement, en pareourant en tous Sens cet ouyrage, @ ne pas le qualilier d*exhausti ‘écrit dans une langue Elégante et souvent enjouce, cel ouvrage déniche chaque page une manifes- tation anelenne ou contemporaine de Mige d'or. Nous avons interregé sur cs sujets qui occupent ‘habituellement nos colonnes. Ses réponses sitment Fampicur des connaissances qu’André Delaporte a développées dams cet ouyrage de 330 pages. A lire absnlument. J Le darwinisme aureit-il été ne tentative denier la doc- deine des cycles — ot, damc, des quatre Ages — pour quc da notion WAge d'Or soit reléguée danx le registre dex w réveries »d'un monde idéal, ou utopique ? ‘Oui. Vous a¥e7 raison de dire « fe dansinisme » ear Char Jes Darwin lui-méme sorait sans doute éé surpris, voire shogud. par les conclusions que d'anires tirtiemi de ses ‘hypotheses. Elles furent d'embiée ikgelogiquement réci- pénées, netsanment par Karl Marx qui ¥ vit Marme décisive contre Is religion. En fair darwinise et €velutionnisme, ‘gui sent trop souvent confondus conime le seat ee dernier tle transfermisme, stmt aujounl*bui devenuy quasi une seligict — ume pseudo nefizion = il West que de wr Mespece ake raze hystérique que déclenche chez. ses trurieraires fa moindre cemise en cause, yoire ke moindre doute, si timt= ement expeiné soil- Le plus aflligeant est de constarer ‘que | évelutivonisme & uouvé reluze — le lemie « asile © serait plos appropri t — dans des Tiewx off Ton ne sation trait vraiment pas Sle dénicher. Récemment, st cours d'un débal public avec unt brave curé: saintongeats. Iaudnioite ut fa supose de cmstaier qu'au ond celui-et me cruyait ni au jandin dTiden, ti a la névéialion printitive dex arigi- ves (pourtant article jadis enseigns dans les cokéchistres au tapas jusqu’a ladeunitmie guerre ucadiate), Ei de citer le RP. Telia de Chemkn dest cm pet aujound” hui line avec amusement que. ut ajmulait Foi... & invention (Cans tous Jes sens du terme #) dr pseudo-homene de Pitsorwa, ce pré- fendy « chainon manquaat » entre tes primates ct homme. résaltant d'une des plus fabuleuses falsfications eaarchta- logie puéiisiceique ! Les = Jeodemains qui chaxteat » apes Je-« Grated Soir » d'un cite : le « Point Onnéga » de lauize se rejeinent elect Pour placer dares un fear = ute pique » (w. les pr es) une version Laiciste de T'dee Wer, nom pas restaun’, wais instauné au terme du lent proots de ratte . de congusie scieatilignse el ike doaninadan sur bt sé par un « Hornme » aulo-diviniss, Les termes dont usait le RL, Teillxard dans svn oeuvre - qua la limite om pourrai: schématiser comme uur évolutiuoussine j€sui~ Hyoenenl aspen? a eau hapeisarcal: ~ sont 4 nel Gguml es significant 2. Liévahetionnisme ct le progressisme Eradiquent VAge Or, en bart quee srnonvine de «Grand Commencement » d'un cycle, et le projettent vers ua kypothétique, mais unt- que et définitif, futur, un début-une fin, sefon le schéma Pan temps linéaire. Ce serait Page d'Or Pane hame- ‘nite gourcenée par la science et a raisan et non plus ta manifestation récarreate de Mige premier apres la fia d'un Manvantara (ow cycle} par te vouloir divin. Ce qu disent les spiritualités antiques de PInde, de fa Perse, de fa Grtee, de la Scandinavie (Ragnarok signifie + destin voulue par les puisseiees divines) mais aussi l’Apocalypse de Jean. Cette antinowie fait-elic apparaitre une sorte de « chute » du principe divin en prineipe humairr, comme if peut éire de regle en fin de eycte Assurdment, et je creis avoir démontré dans mes iff seats avaus. Ce que vous dites sur l"histoire cycligue est bel et hom. Quant & I'histoire luntave, je pedeserass qu’eu peut Venviseger comme un « art » W'histoire eyelique (Ge mime que Ia Higne d’horizon, gui paraft usite, est en fait incursée...). Si les drames. mardéen, judo-chrétien, masulmad se dirigent bien vers use fin Ges temps oo dicait aujourd'hui poe fin de Mhistoire — avec, dans la Tra ition cheétienne. retour i I" Prentité gui avail € offerte par Yaveh-Hinhim 4 Adam et 8 ta femme en Eden, rn comsinie gue Vhisicice eyclique. 4 Mingar de "histone lingsine, est ENTENDU sll aussi, pooryue de sens. bla fois entamt que direction cl en tnt que signification, Rien ne serait plus faux, & miom avis, que &"imaginer histoire cyctique comme wne sorte de: tou pic animée follement de quelque incobércnt mouvement brownien, Dans tes eux cas, bistoire linéaire et hisiofre cyclique, la Prov dence. ou le Destin, ou la Divinité EMe-méme mais en wocun cas te hasan, A mains de ke diviniser en quelque sorle comme I'ont {uit les athées Evolutionnistes ~ vellle sur Be bein ordonnancement du monde et y intervie directement pair ss avutan-s, ses Lncarnut- ions, sev meweagerte)s, ac prophets, Dane id n’y a pas lieu, ce me semble, de fencer ta difference eatre histoire lingaire et histoire ccyelique au point de 4 pousscr jusqu’’ I" op- postition cn Glaberuml une nouvelle vulgute tout aussi ermonde que celle gui, il y a pris de ‘Weate am, animait lex diners en ville au Pau ‘pourg Saint Germain of fl était de bon ton de over au Monn/Poly : os Hew cumungn oppo sant monothéisine et palythéisme (cenime st Ja pluralité ne présupposait pas le préalable ‘de Tuniné primondiaie 1) paralt aujourt"bo Paalant plus désisvire lorsyo’on wuit dame ‘Glens adeples fnéndtigques dtm poy dts fallacieusemeat paré de toutes les vertus (toktrance, raison. sagesse cte,). se mllict de Femme agi (apres Ia fascirati des totes, ccoliv des habouches | Ries & voir, heureu. semedit, avec Ia WEmarche tout inteectueLe un René Gagnon * ) A la forme ta plus ra vealo ¢ la plus fumatlque dune forme borne «de monothgisme que Michel Houellebecq a foet bien su définur de ta formule lapidage que Ton sait. En histoire cyelique, selon Ia Tra dition indienne (hindowe, boudkhiste, jal), Tige or dun hat de eyete (carmryupa) est sestauré — en simplifiant ~ au début da eycle suivant au terme func apocatastase ; 1a ve lution ~ au sens sratitionned dle retour 8 un point de dépant apres I'accomplissemen d'un cycle -est done suivie dune restauration, En histoire linéaire chrctteane, Arte dle Vie de Ja Jérusalem eéleste, wu terme des tribulations starées pars Jean duns son Apocalypse. ren vole A1'Artwe de Vie (1 ne pas confonklre avec MArbre de la Connaissance du Bien et du Mal) plant? au centre da Jardin Eiken symbole, un comme Pautre — & moins qu'il nie s'agisse du méme -, f'eteenitd, Et aw cen. tue du draume chnétien, purtageant histoire en deux sepinents, la Croix, symbole de I" Arbre de Vie portant le stcrifice ge I"Homime-Diew réclempteur ; toutes choses égales par ailleurs = ar on ne peut confondre tout et n"imparie quoi - , seimblable mytieme se metrouve dans autres traditions, notamment ¥Sdique le sacrifice et le déptcement du Purssa, le Mucranthrope cosmique), égypticnne (Ost iy sis-em pidoes cf rations fle vie grfice & Isis), elldnique (le Dionysos-Zagreus de Torphisme. dépeeé par les Titans et ressus ltd), gormanique «'auto-pendaison Posionner aver Tui Voyage a travers le mur de Planck Ba transe médiiationnelle d'une enirée dans sa propre Inmnigte ttgricure, Pintormation peut alors apparaites aver vn oowil permettant Wouyrir cette porte dans le mur de doit alors trouver sa propre clef. La clef plienns pout permettre avee un eertain niveat de consciewoe et de vibration en fréquence. Pour en nessor ir, pos besoin de code, seul le Asie suftit. Au-deta de ce ‘mur apparait un heu de lumitre, sans espace ni temps mais, {toujours en conscicmee. Paralléle avec la cellule << Ce qui est em haut étant comme ce qui est em fas », la membrane de la cellule montre aujourd'het études de Bruce Liptom) que toute vie est activée par la Conscience et thon par les gnes qui servent a eréer les cellules, les ghar des et les organes. [environnement Ii les plans de I'ADN puis les exécute 1 ADN ne contrdle pas les fonctions biologiques. et lintel ligence-de la cellule se situs bien dans fa membrane. Nous pouvoms sinsi faire um paralléle entre ta cellule interne, s¢ membrane et l'extériewr. De méme pour le Mur de Planck qui sépare la fonction information et énergie dans Funivers. Comme Taiome n’a ‘pas de stroctme physique (quanta et V énergie et fa matigre 3'équivalent), fa biologie classi- ue étudlie les résetions bio-chimiques les unes apes tes amines, La biologic quantique considére I'univers comme hologra- phique. C'est un ensemble de champs énergie mnterde- pendant asec surimposition des corps subvils: imterkipon- dans e€ intereommunicants esprit peut contriler le comps ( placebos par exempie)par la pensée vers la guérison, de méme « f'uni- ‘erg peasant sinformalif peut donner accés @ la connaise sauce profonde et univecselle, La théoris des champs merphigues a montré que dans eha- que pays~ visit » par des pensées venues dun autre pays, Vintolligenee faisait un bond vers ame nouvelle marche de consciences plus dlovée. Alors, vibrer. encore vibrer, @ des fréquences de plus on plus levées permet biemtét d'atteindre le Mur de Pianct, de le traverser et découvrir univers uuguel nous sommes religs. LU, VU, ENTENDU ‘Cortains Stres, peut dire vousméme, weary de © voir tunty information vraks, guns © Fesenitit » sur votre peau leffet du Prana (pbotoos sion fotale de mutre dre profi, puverneniet de sa quantilé de mouremeal, comme si Hh —- Nous coMuMcogoNs 3 peine A comprendre ce conceps et ses. pluie nom: mowilide yous touchait. est wneffer permettam applications core davantage de découvrir Timpact de ces nouvelles Ube des premitres conséquences est que nous sommes pas: éneepies vicues désoemais das fa conscience és de la endtevine actuelle, chimique. physique et sytnp- Wwmatgus & tris capkisment, une médecine boistique shale des corps subtils, ct causale ct nows cntroms dnc inauidre tes accékéeée (entrée dans Je nuage des photons) tum une mésdocine spirituelle ot supea-lumimcue, clk Une nouvelle ere Ke Gell prot ctelapic res. ke 21° sera cotol de ta ham ‘Chacua #'eaive vous ya ainsi moater en cooscience, de plus cen plus haut. de pt en plus vite. ‘Gone com propomionncile & Vamplinade de ta fséqueace de vibratiog. d'un coellicient de Ja coumposaote du sysitme. dun facteur de puixance de Piuormation fecuc et oun fackur dinisriérencs qui, tui asa ke nivean de conscience, fo n'cntrcral pas das rade com plete de Féquathon et de la sepebsentaioa graphique le alourctiant. As paps ki ns que PONE le Mur de Pigw& cot une indme gai conduit pat cxemple att « guérisans miracalce set >, Nous assisnas de mime A des expériences de 1. portation quantique La eréation pur be pense, désonnuis prnaible ot visible giice 3 bs comprehension des ellets du Mur ge Planck. per- ct Wemehomar des dScouvurles: ot des néalisatie plictasne nouvelles ct houlbversinies am scms propre du rene Nous eotroos dans une wouvelte tre, ce bref exposé n’éeant yur Mowverteas de chuimp dex poailes guc chacun poul othe comet: Cone Sy 1 mnétanfsomiitre » dans I’ univers Aust. chacun de nous Gan! au univers & past caicre, WOU pouvenealicr on nows, were 1p mimic Wher cle Bane. pa cutiver cr mokssonne All gisceme de pro- pour yar Commas disait + Lihomme ext on Jota», Achacum de wm ber Ve pjol ania maui Dow voyage. . Amore et mule ey Uleereee Ingres ceca, YOR Fern pele ee avant pee bese et kes utiles cetaumenes de nitreay Suber Liveede Cocanonme, ventiges, cclumaves, uate matin. gy) bes bet |Snvverubee 2008, et!) artic RB Row de cote svce Ve prodigicts clvithatiean at Dispombie on cootactant Pasteur se exch Uecluppica op Des hemes tached nigucobe ho org forcanclers, ¥ cerrpl, Nee wi, Hype bode. Lommort Sbiterope mer ke come poetenacer purtbke déteniit se Varco ae de clap e. $44 las decent Pemcttyenses, vis Swi wwe kes Koper E> bein. oees ae Sark a chefences ar des déooareries alles Bes cunrn eh va te: delbscura ot (elle ve Kisame, IP pro dint ev an ligystey de> Mts Vaventurler du passé uavet 2 Cuba. {lop pov quz oven va nielad cu oid weil cn vege ee ee 00 on de recheaches, aux ditions — Dewbtcwe Jongiicod a ews: éalind AWM, c'est fe te ue om live yut um fl, Atle. J scite rape es Peak cag anor ere INFOS ARCHEO ST Archéologie du futur Jusqu’au 28 fevrier Pt a Nice Mata has Pie s Seas ROM em cdi Fae at ue al Pore ete a iL aaa Bc aa een a a Pett sauces ns aU ch Petar oa ce re ee eu a 3 " CET aaa Pin ea cet em Ld CL uy ee er a edn ie Perera ue ua fealty ia ke eee (eco tial enc a ea ehanbedt Pest eae Pe peer ae ca car lesa eet ON cay far reas) 9 an eet ae Pats Pee ee a iu Pesan Las eee ae Pie ay et al era taaa ee Vase sacré Le Haut-Donon des Celtes on loin 4’Obernal, en Alsace mais ala frontiére de la Lor- ralne , se dresse majestweu et mystérleucle sommet-du Haut-Donon. idoit soa nom au topanyme cette dun qui signifi Forteresse, promontoire et par extension monta- fine (C'est le dunon goulolt,te durum gallosromain, te dun gadlique, te din breton et gallcis, qui est aussi utilisé dans la mytholagie celtique pour désigner la résidence de dieux ou de heros). En celiau donc dela commune de Grandfontalne qui culmine aplus de 1000 métres, les hommes ant depuis B nuit des temps honor leurs dleux, Dés 3000 avant notre ére, les premiers habitants dela réaisn ont conféed au site un caractére sacré dont témolgnent divers cbets retrouvés par les archéol agues. Plus tard. lige du fer ils y ont edifie nposte d’observation et un sanctualre que les Gaulois réinterprete- rent avec leur propre panthéon vers 300 avant }-C. ‘Au carrefour des tertitoires des Leuques, Médiomatri que et Tribo= ques, |e Haut-Donon va progressivement accuelllir des assemblées von ave sles Iiider prises war ce que yous youl? wansinwetre, yous scxa + te? Lire pariager voumexpérience pralessionnelle 2 ussite, rate yam maaan che Wong x ‘Yous jroposone nine aids réaction, ote ut, pastiolle ou totale, veino-un tive denamothens sous cere de questairt pores 2, La eéalisation du liver : years awe tormind (fichier werd ex vknple teat, aus hows he confi ates que os eemnuels documents a photos destings & [ldres, nous Je metions ex: foeme, dioenit classe 15 x 27 Am, Oks rai oars scans le lara ss etre coho graphique. syriaxique et typorraphicjae, rote ras la che votre ourrage, en foot we vies bent Par Ce ag cou) Esp gla lhe Hapa adlfaed cre ee 23 Wmypresst cu five £3 grrr oh nso py impeieniny votre cana sar ds marl inmwant Canon de haute qualité graphique nuritelqae et sur Un papier ets ot Fespselioses de Fenvicanniemen : #0, asee blanc PEEC out off a ci a bs amg haa je pour Fes quire pags che 6 coll hada eon 4, Védidon 3c spy fhe eho « ay mare» ds Lak may ek Viena Crusce, avec référencerent NAC. se fale fuer vate ‘uv ge shine ee cee eal lnctine aug pu pablo Seatac gore oe mah vara hn ei paresis préscnts sa inert ca vor bes fchiorseticmns Crm Faisens d'édtlons De préieance A Faut-publiation te label etme maicon dishtion revcace wie cxeliblees ape 1h ple acugae cns iymsat eail falta, nical en professionnel tes pre que no at is ie wena bile EES pega ge cence, (Qual partir sho 400 ¢ Mum, nous vous propesons impression pour les prestations unepahes de cana (MWe, Ce SAN HA Ink otis ete Ferns ike pt woney jie tire de yotro lume qockques wibstantics bénctices parla wont ar sauseriptlon padaluble: ou jar ventes pogpessives de w onrerages aera qa Coker en rROVENNE T2 eRe OTA Jie autor chs 20 ouecnh, Pan de prise de risque, ke seul plaisir d'éerire, de faire partager votre vision du monde et 8tre élite, ‘Conant Exh non Pte 36. av joan Monnst cde Bcetitro «1:6E10 Lambose | sexposud@twanadoo fr ww waeepaonadk fi NOTRE EUROPE vici quelques centaines de milliers d’an- Les plus vieux as Nik sd deer est rattachde 4 la Sicile, clle-méme partic temples du monde: inigrante dn continent eurupéen, Malte en constitue alors Pestrés anéridio- nale, en face des cites d’Afvique. Cul-de-sac, elle prend au pitge toutes kes migrations animales qui descendent du Septentrion, principalement pour des raisons wliques. La dernitre période gla- ciaire remote & 17 000 ans, Le niveau de la mer se situe alors 120 métres plus bas qu’aujourd "hui glaciers couyrent ume grande partie de PTial 7X (G a et le Sahara est couvert d'une immense forét, tout mL comme Malte vent ours, certs et sangliers, Cotte bre glaciaire prend fin vers 12 600 ans avant notre ére, prevequant Ia submersion des terres bas- ses. La Sicile et Malte deviennent des ies. Test probable que ler liews alent até habités dbs Te Palvolithique (comme en Sicile ot de nombreux ver- Yigee ont cut miy 8 jour), maiz aucune preuve. peo: bante 1a pu encone-€ue apporige dune telle présence burmine sur Malte, en dehors de la découverte de NOTRE EUROPE peintures rupestres dans la grotte de Ghar Hassan, La premitre trace avénée d'une telle occupation remonte au ngolithique, I y a 7200 ans (- 5280), dee envais scurs arrivent de Sicile par batcau, [ls apportent une poteti identique 4 celle de Stentinetio, un petit village de ta ségion de Syracuse, Ts pratiquent Véevage (bre- bis, chévres, bovins, pores), ainsi que agriculture, -coitime le prouvent lessemences carbonisées de bis, de lentilles et Worge, trouvées dans certains sites, Loc cupation humaine boule verse le paysage maltais : ces deux activits iransfornient progressivemen| les forets en déserts de pierres, tandis que les animaux sauvages dixparaissent totalement, Vers - 4100, se produit une ‘nouvelle vague d’immigration, dont les poteries s’ap- parentent A celles de San Cuno et Piano, Cette popu tion, plus novatrice, s"épanouit dans un riche contexte culture! : on note les premitres manifestations artisti- ques collectif, est A cote époque que les premiers temples méga- lithigques sont érigés sur I'Mle, The préeddent done ‘onstruction d¢ la premire pyramide, celle de Gizeh, de plus de mille ans : méme Stonehenge, qui date de 2004) ans. avant notte tre ne peut rivaliser avee CuK les temples mahtais sont les plus anciens de Ia plantte | lis sont l'auvre d'une sociént évoluge et structunte, disposant d'une technologie avancée, apte a tailler et ‘wansporterd’énomes blocs de pierre. a légende mal- raise aftieme cependant que c'est la géante Sunsana qui les aurait transporsés sur si tte depuis les fal ses de Ta’Cene... Ils sont construits de deux maté- Fiaux : un caicaire corallien tres dur pour les encein- ‘es, et pour les temples eux-mémes. 1s globigérine, un calcaire beaucoup plus nendre largement employe, encore aujourd'hui, dans le paysage makais, leur construction s’étale du néolithique 4 Mage du cuivee, mais comme tn datation au carbone 14 est ick cace, les périodes incriminges sont approximatives et font d'ailleurs lobjet de controverses, (On compee aujourd'hui 25 temples sur Marchipel maltais, sans que ce nombre puisse étre considen? comme exhaustit, pont la plupart oriemés nord-ovest/sad-est, La phase Ghar Dalam (- 5200 / - 4500) La grotie de Ghar Dalam mesure 145 murs de long, 18 de large ct de 3.46 de hauicur. Son originalit’ réside dans 1a présence de squeleties fossilisés Jani mava mains. Hs sont arrivés 200 000 ans avant notre Sr, 4 F'Gpoque ob Malle Glait encore comtingntale, Apres la transformation de Malic en fe, les races se somt peu & peu accli- mates aux nouvelles conditions dexistence en devenant de plus cn plus petites, La couche la plus ancieane (125 000 cans) conticat des 1s tes hippopotames et d’eképhants nains, oiseaux ot de chauves-sou- ris, La strate intermédiaire (18 000° ans) recite ments d‘autres formes naines de cerfs rouges Wes osse- Divinités jumettes (Brochtoffy — csiiioux NOTRE EUROPE ea ee ae ou d’ours, ot 'especes variges de renands, de loups, de fortes ct damphibicns, Quant aux couches les plus récentes, qui conticnnent des sestes d'animaun domestiques ot de poterics, elles allestent d'une prc sence humaine qui remonic a plus dc 7000 ans. La grolle constitue cflectivement un refuge de choia, de par sex dimensions, ct elle fut habitée jusqu’en 1911 ! La phase Skorba (- 4500 /- 4100) Le sile de Skorba n'est pax un temple, mais un lic U'babiudion dont Origine est portéricure & Ghar Dalam. Des hommes (éméraircs. oxen|_¥'aveniurer hors de lu groue et s'installer dans Ja plaine. A pre- mire vue, eest un las de diflicilement Séchiftrible, mais A Fétude, il Sait de constructions. som- mires, faites de Picrres siches repostin sur des fondations, Des vestiges de feux ont penis une datation pre ‘cise aut earhone NOTRE EUROPE Autels Ggantifa 14: 4850 ! L’occupation humaine en tint qu’batbitat y est aussi démonteée par dé nombreux os animaux, domestiques, des graines d'orge et de blé, ainsi que des éclats de poteries. Ces demitres ont ailleurs permis de dater plusieurs époques d'occupation, ct on parle de « Skorba gris » (- 4500 / - 4:40), of les céra- miques sont d'un gris terne, ct de « Skorba eouge » (- 44001 ~ 4100), oit les poteries sont recouvertes dune patine rouge et rappellent celles de Diana et Lipari, en Sicile, qui leur sont ccontemporaines. > formes angulaires caractéristiques, lobes e en come... Il est en effet évident_quc, pendant tout le néolithique, Siciliens et Maltais entretiennent des liens €troits, Les outils bi vés A Malte proviennent de Pile voisine, notamment lobsidicnne issue des vol- cans de Lipari. Ces premiers wes en « M > ow aigriculleurs commencent 4 habiter duns des hutles de hone séchée, recouvertes de paille. On relove a Skorta les traces d"une premiére religiosité : un petit autel, quelques staruettes de pierre ou de terre cute aux caractéristiques seauelles féminines trés prononcées, La phase Zebbug (- 4100 / - 3800) Crest sous cette phase dite de Zebbug qu'apparait une nou velle warielé de céramiques : amphores en forme de poire, aux decorations peintes ou gravées dans un argile som- bre aux bigarrures jaune cha. mois. Zebbug est le premier site oit on a découvert des sépultures collectives dans des tombes uttificielles crew sées dans In roche : on a ainsi retrouvé les ossements de $4 Batoanets de Chaman (Brochtorff) adultes ct 11 enfants, ainsi que de nombreux objets & vocation rituelle ou symbolique = haches, lames, pen- demtifs, boutons, petites perles... faits de pierre cal- caine, de céramique, de jade, d’obsidienne, de calcé- doine ou de coquillages, La la plus intéressante ‘esl tine petite statue de 17 cm de haut, qui représente une figure humaine, trés différente de la représer tion de la décsse-mére : oc dewait Gtre la gardicnne de la nécropole, Celle-ci a été utilise pendant plusieurs sibcles, les ossements les plus anciens étamt soigneuse- ment rangés au fond de la tombe, puis recouverts par d'autres plus récents, Une autre sépulture contenait les Testes de plus de 100 personnes et d'une grande quan- tite d'animaux (grote de Bur Mghez). La phase primitive des temples (- 3800 / - 3500) ‘Cette période est marquée par un développement des phénomines culturels. Unc organisation sociale s"ins- talke et on construit des temples monumentaux, dart la conceptualisation. puis Ia réalisation, sont névélatri- ces d'une grande soif religieuse capable de déplacer des mégalithes. Parallélement, se développent archi- tecture, sculpture, modelage et sans doute art pictn mais il ne reste aucun vestige de ce derni Les tout premiers temples ont une forme tres simple, en hatricol. Leur construction débute vers ~ 3800 / - choses, hormis des céramiques qui montrent une évo- lution vers des formes plus simples et moins variées Laméme architecture se retrouve dans les temples pri- imitif’ de Mnajdra ou de Tarsien. NOTRE EUROPE ae es La phase intermédiaire (- 3500 / - 3000) Le plan des temples devient plus élaboré et com- porte trois absides, comme & Kordin, Mais I'exemple le plus significati de cette période est constimé par les temples 2 et 3 de Mnajdra, Situé au flane d'une rag an NOTRE EUROPE falaise do amt la mer, le double site de Mnajdra! ‘Hagar Qim, est resié préservé au fil des sideles de toule construction parusite, contrairement & certains sanctuaires comme Tarxicn ou Hef Sullieni, qui ont subi des dépnédations importantes ct sont aujourd"bui ‘noyés dans an tissu urban, ce qub pollue évidemment \oul travail d' investigation. ‘Les temples 2 et 3 de Mnajdrt, comprennent chacon deux paires d’ absides, aux murs hauts de trois me (On remarque une lerasse précédant be temp! Je spare de la cour centrale et est constimde de petites alvéoles. Les & hintoriems supposent que cuit La Jequanier des prémes. A l'iméricur, se Inouvent un ancl ct quelques sculptures. Le temple 3 est un des micux conservés de lite. avet fie pore moaumentale surmonige dun linteau imposant. Passé colle-cl, on découvre plusieurs niches aux parois: seulpiées Maajdra 3 est, sur le plan astronomique, un intérét capital. On a remargué que lors du solstice d'éud, Je soleil levant traverse le trilithe monumental de len- tnse puis frappe un mégalithe dressé aut fond de la premitre abside. A gauche de Taxe central : au solstice d’hiver. te méme soleil evant éclaire de maniére symétrique un mégalithe situe a droite de Vaxe central du temple ; et lors des deux ¢quinoxes de printemps et dautomne, le premier rayon du soleil aneint Mausel situs tour au fond de la seconde abside, dans Maxe central, Ce phgnomine. unique au monde, dure depuis prs de 3004) ans !Ce temple de Mnajdra recble égate- ment une sculpture que certains archéalogues pensent tre un-calendrier astronomique. La phase achevée (- 3000 / - 2500) Dans une troisiéme Epoque, les temples comportent cing absides (Ggantija, Tarxien Sud). Certains voient dans ce dernier plan la forme de la déesse-mére, I'en~ ine du site neprésentant son vagin, 1°Me de Matte reetle méme un temple & six absides, celui de Tarxien Centre, ot un autre de plan complexe, Hagar Qim, utti~ mes développements de cette architecture, Les tem- piles de cette phase sont les plus élabonts, sur le plan Technique comime esthétique, Lee mégatithes sont taillés avec plus de précision et mienx décorés, Cer- taing sont orngs de hasereliots, ke thame de ta spirale est déclin€ dans de multiples variantes et les repatsen- tations J’animaux se généralisent, Ggantija : i ‘agit Cun double tem- ple. le temple Nord, & quaune absie des, Ie plus ancien, ete temple Sud, & cing absides, ensemble ayant DE une cnvergure de 25 moures, Leur consirvction so situe 4 Ja chamitre des deux phases ct a duné plusieurs siteles, Les blocs monumentaux, ‘en calcain corallien, qui consti- tuent Mencvinie altcignent 6 metres de hauteur et ptsent $0 tonnes | que seuls des géanis avaient pu construire de telles. structures, f d’od Ie nom donné au temple de Goro, Le temple Sud ext ke plus les cing salles d’indgales dimen sions, quelques laches: résidvel- les laisseni supposes que toutes Jes parvis €tient rocouveries de couleur rouge. Plusieurs trous pritiguds dans ke sol devaient Autet d’Hagar Qin Aire affeetés aux libations et aus offrandes divines, colles-ci Gtant contirmées par la présence d'un autel, On aeodde aux deux demitres Salles par un passage monumental quia la particularitd d’éire pereg che trows circulaires : ceux-ci reeevaient des poutres berlzonta- les desti nterdire Vaects & celles-ci, sans doute Téservdes aux prétres, Tarsien ; il s'agit d'un ensemble de trois temples, loves suocessivement, Le plus ancien, le wmple Sud (- 2000}, recelail d’éiranges piemes randes, comme des ballons de football. Cette décau verte a per- mis d'éclairer 1a manitre dont les uégalithes étalemt Iransponte’s = en se servant de ees pienes comme de Toulements & billes, La premiére salle du temple Sud est pavée de grandes dalles et décorge d'onnan- stalwes. La plus dtrange représente sans doute ke dgesse de la Kertlité ; elle devait meswver trois metres fe haul, mais i n'en reste plus que Ta jupe el. les jam- bes, Les blocs qué l'emtourent portem des trises, cent ceriaines rappellent les runes celtiques ; d'autres por- tent des sculptures d'animaux, Les deux autres tem- ples soat légérement postérieurs. Le wuple Central, le seul de Malte & compter six absides, a une envergure. environ 25 motes. Au milieu trone un autel dont les expertises ont moaté qu'il seryait a briller eneens et herbes aromatiques. Tei des frises portent des spirales ou. des bas-reliefs représentaat des taureaus, Quamt au woisiéme édifice, le lemple Tst, de taille plus petite Hagar Qin, facade NOTRE EUROPE Praca mace {quatre abides), il est gravement endonumagé et ne présente plus eudre dimtsee Hagar Qim ; datant de 2800 § 2600 avant notre ore, done Ie plus réeent, le temple d°Hagar Qim a une forme complexe et vest le seul & disposer de deus, enirdes opposées qui ouyrent une perspective qui tnt verse lout Fédifice, De forme concave, &T identique du temple Sud cle Tarxien, la facade est composée i posants blocs inoaolithiques. Fait unique, l'entrée est constituge par une porte perede en plein milieu dun mégalithe monumental, Celte-ct franchic, on tombe sur un vestibule sur lequel ouvrent deux salles aux dimensions réduites, La base des parais est perage de NOTRE EUROPE Plan de Mnajdra petites ouvertures, les seules des murs, par lesquelles les prétres, semble-til, reaseignaient les dignitaires et les populations dex oracles divins. Puls en déhouche sur une grande salle qui passédait un accés direct awee Nextérieur et donnait sur une autre salle heaucoup plus petite, peroge d’an trou A hauieur des jambes. Cest probablement ici que se tenait oracle. A loppnsé, tune autre salle comporte deux angels creusés dans lt pierre, Hagar Qim ext riche de bas-reliets taillés dans la pierre. [Les recherches nfcentes semblent accréditer la présence d'un tolt, constitué de bois et de. végstmnx, ‘Cestici qu'on a découvert fa « Wénus de Malte », une petite stamette d'une vingtaine de cemimétes, qul contrairement & ba déesse de la Fertilitg, ext dotée de seins lourds et de hunches étro Tout comme Mnajdra, Hagar Qim montre des aligne- ments tout & fait remarquables. ILors du solstice dé, le xoveil Levant s’insinue par te « trou de Vor forme un disque lumineux sur une dalle situge & 1"in- iérigur 5 le méme jour, le soleil couchant franchit de mime manidre une encoche en forme de V apparem- ment destinge Ace seul effet, Lhypogée de Hal Saflieni et le cercle de Brochtortt Mais Je monumentle plus spectaculaire et ke plus Inié- Texsant de cette période est san conteste "Hypagde de Hal Saflieni. Lhypogée est un temple souterrain : cebu de Hal Saflieni fut découvert en 1902 par des ouvriers qui creusaient un puits, II fut constmit entre 3400 et 2400 avant notre tre. On y a retrouvé les restes de plus de 7000 personnes, ainsi qu'une multitude d'ob- jets moruaires Pendant plusieurs si¢cles, des hommes: ‘ont creusé dans le roe, 0 I'aide de silex et d'outils en obsidienne sur trais niveaux répartis sur une grande surface, Au début, il ne s’agissait que de forer un sim- ple puits pour y déposer les morts, puis de proche en proche, des salles furent ercusées & partir de ce noyan central. Le niveau supérieur, le plus ancien, semble ire la cavité d'origine, tombe taillée dans le roc, Le niveau inermédiaire, constitué de nombreuses pidces cet aledves, rappelle de maniére frappante les temples mégalithiques de surface, Le niveau le plus bas, et done le plus récent, semble avoir servi pour entreposer du grain et une trappe sceréte y pi¢geait les pillards. Une antichambre servait aussi de lieu de réunion. On NOTRE EUROPE y trouve surtout une chambre sacrée (« sancta sancto- num ») i fagade seulptée. Le plus étonnant est qu’ au final, I"hypogée souterrain reproduit & I'identique les caractéristiques des temples aérieas (trilithes, struc- tures d'autel & niche aveugle, disposition en console des murs). La perfection atteinte dans les lignes et les proportions est impressionnante, surtout quand on sait que ces batisseurs ne connaissaient pas les outils de metal ! Beaucoup de statuettes, amuletes, vases-et figurines ¥ ont é1€ découverts, dont « la Dame endormie », une réplique exacte de la statue monumentale de Tarxien Les dessins qui couvrent encore paniellement les parois sont d'une structure tres complexe : spirates, sic. Ainsi, simple vimetitve & l'origine, l'hypogde acquiert progressivement des fonctions rituelles. et devient liew de culte, sacré et mystérieux, ob des pré NOTRE EUROPE es pcan tres ct des oractes manipulent sans dowte une populi- tion enédule (présence d'un « trou de oracle» oi Ia voix musculine est amplitige ct Jéformés cn. se wiper ‘culant sur les paras), ‘Voici pour ee qu'on peut appeler Ie grand lige: de stpuliure de Pile de Malic, On ne trouve: pas Tifqui- valent sur Vile de Gozo, ob i semble que bes ments Staion ensevelis (out pres de Ggantija, av ewur Tun grand cercle de piemes de 120 mbines de diambire, Ie «cere: Brochioril ». Celui-ci est constitu! de picrres Tevées, dont les plus grandes aticignem une haviour dc doux mitres, ct qui recouvrent un compleac de galeries ot de groves naturel fes en cenainy points, Deux statveties de grande valeur archéologigue ¥y ont éié d&couvertes : les « Baonnets du Chaman », soit neuf petites figurines aux motifs géométriques, les « Divinités jumelles », repnéscntant la déesse mitre assise, l'une tenant un enfant ctl" autre un récipiont, ‘Dans les deux sites funéraires, on emploic les mémes aithodes. Aprts décomposition naturelle, les cadi- vies sont soigncusement d¢sarticulés ct les ossements rangés sur les niveaux les plus bas, puis necouverts pur des squeloties plus nécenis, L'Giude de ovs ossuaires montre que pendant toute cette période, qui s'étend sur des centaines cl mime des millicrs d’amnges, lex habitants de Malte sont sains ¢t bien nourris. Micux, ‘on ne releve aucune trace de waumutisne physique 0 A des fits de gue que conforte l'absence de toute fortification ou de toute arme sur ors ies, A ce moment-Ia. Conclusion De manitre tout aussi mystérieuse qu’ils sont appa: tus, les teruples maltais cessent d'tire Inéquentés vers = 20000, sans qu'on en connaisse les raisons exactes : ¢pidémie, famine, invasion... II semble gu’au contact de nouveaux migrants, qui proviemnent du [ioral européen de In Méditerranée, ceue civilisation des mégalithes se soit peu & peu éime, soit de manibre hnutale (les envahisseurs connaissaient Je bronze et utifisaient done des armes redouables pour eux), so de manitre diffuse par absorption progressive. Hn plus des alignements solaires remarquables, rele vwés lors des deux équinoxes et des deux solstices, qu'on trouve également dans d’autres sites mégalithi ques d'Europe (Stonehenge) et d'ailleurs, i esta noter une autre: similimde étrange avee eeux-ci. Musieurs chercheurs comme Gerald Hormosa ow le professeur Alexander Thom, d’Oxford, ont démontré la fré quence répéide de ce qu’ ils appellent le « megalithic yard », soit 2.72 pieds (un peu plus de 89 em), dans nombre de mesures de mégalithes, de diagonales om de ponalls de plerre de Malte (Mnajdra, Hagar Qim), mesure-¢talon qu'on a aussi idemtifige dans des sites mégalithiques de "Europe occidentale. Ceci laisse & Penser que ces hitisseurs de temples, dispersés sur des territoires aussi éloignés les uns des autres, n’agis- sient pas par hasard, mais qu’its étaient issus dune méme cuttare d‘origine, « Par sa position, Matic répond pleinement 2 ke défiition de Vomphalos » (Myriam Philiber). C explique pourquoi on ne trouve pas de sites mégatith ques sur ta Sicile, toute proche, et auuant sur ces trois rochers pentus au milieu de la Méditerrange : Malte avait évidemment une fonction sucrée, Ex bien qu'il n'y en ait pas de semblables ailleurs, tes temples mal- tais ne doivent pas éire sépards du comexte général de la culture mégalithique européenne. Qui ctaient ces. hommes trés évolués, d’o2 vensient-ils, pourquoi ont- ils fait de Malte ce sunctuaire sacré ? Autant de ques: tions sans réponse, La présence de frises en forme de spirale nous conforte dans idée qu’ ils appantenaient a ¢ hyperborden, matrice de toutes les civili- il n'y a que prés du pale Nord que le Solei écrit. une trajectoire spiralée au cours de son cycle anal, i construction de la pyramide de Khéops)... Sex pierres élevées et travailléex forment 4'saltes circulaires d ciel ouvert, Adie pan csi ie chauaron Ree es) ais Gunde strup Complétez votre collection | Commande des revues & l'unité, frais d’envoi gratuits. Hyperborée magazin une revue de garde, comme le bon vii DOM TOM, soutien : 50 euros Cl Abonnement mititant : 100euros |b Ayperburte et participe & ta diffusion de votre vishon du monde stypeboe ON OND OND UNG ONS ON viplaies). aM. Mme Mite Ville Ve Coumnel Chinges wnlguement andre de CRUNOK «tai errata waive eoram wee es sonck dso bles. x