Vous êtes sur la page 1sur 52
trimestriel n°2. Cte 2006. 8 curos par es femmes) dorigine européenne! Pis pour la bienpensance, d'autres paléontologues, experts de la civilisation de Clovis (du nom d'un village de Touest des Etats-Unis doni le territoire rogorge de pierres tillées préhistoriques), ont rapproché la fabrication et le style de ces silex avec ceux de Ia civilisation solutréeaie qui, & La mméme époque, occupait le Sud-avest de ta France. Par ailleurs, tes outils découverts en Sibérie arctique par Héquipe de Pitulko sapparentent fortement aux productions de Clovis et de Solutré. Comment ces civilisations auraient-elles: pu enirer en contact i} y a 15 000 ans malgré wn oignement péographique inimaginable pour Tepoque’? En cet Age glaciaire, les Soluiréens qui étaient des chasseurs auraient traversé Poodan Atlantique en cabotant le long de la banquise, subsistant de la péche et de la chasse, se protégeant des tcmpétes polaires ot du blizzard, ef Se mettant sous leurs canots. Stinspirant de Texemple des Inuits, Phypothése Savére plausible. ‘Connaissant tes conditions climatiques glaciales, om peut méme estimer probable que des tribus soluiréennes se sont disséminges vers d'autres continents i partir de Amérique. Cette migration seraitelle te fait dune recherche de contrées plus favorables ou bien de territoires giboyeux plus abondants? En 1997, un quotidien du soir, organe de la pensée officielle (qui, Le Monde), mentionnait que le Dr Rupert Housley de "Université de Glasgow "a suivi tes migrations des populations du nord vers te suc, puis cu sud vers te nord, & Vere glaciaire, grace a Vérude du carbone 14 dans tes outils en ox ow en corne de homme prikistorique. Le Dr Brian Sykes, cle "stout de médecine moléculaire d'Oxford, s'est penché sur le patrimoine génétique européen a travers Heramen de spécimen GDN... Aprés avoir étudié 871 échantilions d'ADN mitochondrial. prélewés sur des populations contemporaines dans dowe ondroits différents, le professeur Sykes estime qu'ils proviendraient pour la plupart par lignage maternel d'un ancetre commun ow pluiét Pune période commune, le Paléolithique supérieur, soit it y a environ 20 000 ans,” Ces deux’ scientifiques: ponsent quau début de Fére glaciaire, il y a 23 000 ans, les populations de Grande-Bretagne quittérent la contrée en raison de In détérioration du climat pour ‘installer dans fe Midi de Europe. Ensuite, ils remontérent vers leur viewx foyer par le Rhin, les Ardennes, In Belgique et les Pays-Bas. "Nace cancétre commun, quill soit anglais ow francais, aurait done essaimé & partir clu Midi", éevit Patrice de Beor, avant de reprendre le chemin de son home britannique, taisxant derritre lui dex cousins en France, en Suisse, en Allemagne et dans te Bénélu. Mais pas en ialie car, curiewsenient, le professeur Housley n'a trowé ni dans ta Bowe ni sur ta Céte d'Azur des tro de sex ancttres (16)". Le territoire européen a tres certainement subi des migrations mais, n'en déplaise a l'idéologie mondialiste, et donc antieuropéenne, les migrants en question devaient éire des Boréens. Le point noir de Vhypothése présentée ext quion sa fi que reporter plus en amont la question de Ja Tradition primordiale, La nature, le cosmos, les dicux, le hasard, la Providence... ne donneraient-ils chaque ensemble ethnique original une “Tradition primordiale" dont féclat diminwerait avec In ente dissolution de leurs n‘avons-nous as bur Sie tooe misdre ot toute joke F » (19). Grimié efi miséreux st mimant la démence, ‘Tristan se joue des barons de Mare et, en riant, leur déclare : « fe wiel plus que faire ces, risque ma chame mi ‘ervoie cna loin priparer kar ‘maison claire (..) ka maisan de cristal » (20). Lorsque ‘Tristan sera sépard d'Iseult par Phorizon marin, il découvrira un endroit sauvage, repaire d'un geant féroce, Vaincu par Je preux, le géant se mettra & som service et ‘Tristan, prenant possession du repaire, te transformera en un fieu consacré an souvenir ("lseult, Mais ta disposition de antre du Gant mérite altention. It s'agit du fertre Herd entouré d'un fossé circulaire (..) Le ‘monticle était Surmonté d'un —rocher parfaitement aerondi, dans lequel avait été crensées phisicurs chambres voiiées avec la plus parfaie habiieté » (21). Notwns dejt Maspect extéricur : il s'agit d°un tertre et, dans Ja tadition istandaise, certains tertres, lors de ly Samii (fa fete dv 1" novembee), s’owrveent comme des portes sur I’ Ailleurs of demeure le peuple de Dana, Certes, dans le récit, les salles sereusdes dans le ro ne sont point des « sas » de FAillcars mais, par Tristan qui les destine & son amoureuse révorie, elles apparaissent commie une sorte de réveptacle oit prend forme Midéalisation d'une Iseut transfigurée, car persue comme ségnant déja au pays des Viv Lenarde ¢..) donnait lumiire & ame ‘premtire pidce barlougue d'environ dix toises de langue et large de mole De 48, une porte domnait acees dans ume seconde salle grande du double de ta premiére, éclairde vers Ie haw par une baie ‘qu Taissait voir le ciel et lex étoiles et par ait Peau de pluie descendait jusque das vne citerne. Aue miliew de la volte se dronevait wa are de pierre... » (22). Si la premiére salle est «barlongue », deux fois plus longoe que large. et que la suivante se présente comme le «double de la premiére», le traté de cette seconde salle no peut étre que carré. Dans ces conditions, ouverture « vers fe haut » domine exaclement le centre de la salle, A cela Sajouie le fait que le plafond est voité at renfireé par «un arc de pierre ». Puisque le sommet di tertre est « un rocher parfaitement arrondi », ouverture constiue done «cil du dime», disposition —architecturale ‘symbolisant la communication entre la terre et le monde ouranien des immuables Puissances divines (23). Traditionsellement, la wrre st représenée par le carré, tandis qu'un cercle (remplacé ici par la rondeur du rocher) figure le ciel (ouverture au: centre - c'estoi-dine au sommet — aly dome rochews vers les étoiles (et dane les Constellations manifestant Mordre osmique) permet a eau de pluie de pénéerer dans ba salle o@ elle recucillie par une eiteree, Mais Pourquoi cela ? S'agit-il d'un simple dispositit pratique, destin A alimenter en cau ce dispositif sowterrain? Voila qui semble fort aléatoire, car bien pew d'eau recucillernit la citene alors qu’une rivigre coule & proximité. On songerait davaniage & tne sorte de concrétisation du symbole de la pluie. Lean du ciel, tombant verticalement, repnésente ce que l'ancien monde nommait ia Force vitale, force jaillissant des hauteurs owranicescs of demeurent les Puissances, pos transimetire les c influences cllestes on spirituclles.» (24) et ainsi foconder ta Tere ou, si Ion peéfere, conférer A un espace territorial nettement délimité sa signification de « Terre centrale » Ce théme de la Terre centrale se présente aussi bien dans Ia Chine ancienne, pergue comme « Empire du Milieu » que dans Pantigue Iran mazdéen_ou chez kes Vikings pour qui le noe de « Midgard » (le « Domaine du Milica ») désignait Vespuce dévolu & Phumanité mais ordonné selon la volomé des Puissances divines MW s’agit done d'un territoire of s'établit fa jonction entre Vimmuable des Puissances qu'on les momme «Dicuxn, ou dans fa tradition chréticnne « hidearchie angelique » - et les activités humaines ‘Alors combien significative apparatt Vimage dune citerne recueillant au o¥leste, au centre dune salle carrée, La clteme évoque ici un réeipicat sacré, symboliquement situé « in medio. mundi (25) et dans leguel se déversent les « influences. du Ciel» ; a ln fois celles des astres agissant sur I"humain et par deli tes étoites, celles des Puissances avec ta Force vitale, Procédant & l'aménagement de la salle, ‘Tristan « firctore fa hae par ane vitre faite de werres de iverses couleurs. sertis de pplomb » 26). 1, sous ce vitrail, il dresse une statue ed'fseut la blonde, de grandeur naturelle: les proportions et les couleurs, le visage, te port et la taille étaient rendus avec samt Part (que personne, fa vai, n'aurait pu douter que Ia vie ne fit dams tous sex membres. De sex Hinres, por tan mulcamisme — ingdmlews, Niéchappait une iraleine si dome que son parfum remptissait ta salle ¢...) Son chef: d'at dombaient deer longues tresses Is Blondes, énrit ormé d'un vercle dor ol Senchbssaient des pierres de toutes couleurs Co), De sat main droite, elfe tenais un seeptre lernniné par tes flewrs les plats délicatement ourrdes » (27), La précision du récit permet de Situer trés exactement Ia statue an centre de ta salle et, en conséquence, & emplacement de fa citerne située, on sen souvient, juste sous le vitrail Voila qui s‘avére d'une extréme importance quant 4 In symbalique du lieu. En effet, disposée 1 of tombait la pluie, Peau Eleste manifestant la jonction « vitale » entre ‘imimuable et la terre, cette imnge de la Princesse représente un théme identique Tseult —apparait ainsi comme ate anthropomorphisation de la Force vitale Celle dont le récit suppose une corporéité de soleil et de glace se dresse ici «in medio ‘mundi » et, de la sorte, établit la jonetion entre monde humain et mosde supérieur. Cependant, cette image de la dame tant aimée n'est pas inerte puitque le récit précise qu'un ingénicux —mécanisme —Vanime d'une. respiration continu. Un souftle vital circule donc dans I'idéale eprdsentation de la blonde Beauté, De la sorte, pareille state apparait comme une expéce de double de Mlseult de chair, Un Double qui, ‘occupant Ia place des « influences duu Ciel » ‘CFigurées par Ia pluic), serait wae sublimation T'Tseult, tour aatant que sa présence deja situe dans FAillewes qu'escupe le peuple de Dana, Mais voici plus singulier = l'emplacement de la statue se trouve directement sous le_vitrail constitud, rappelons-te, « de verres de diverses couleurs ». En dehors de cierges que lon suppose disposés dans In salle, la seule source de humigre du jour diffusée en ce few émane du vitrail, Une luenitre qui, waversant les ‘verres colorés, répand sur fscult un faisceau de rayons arc-en-ciel, La pluie j orifice est désormais arrétée par te verre ct Test une gerbe de lumibre multicolore qui Is remplace. Image hauiement significative car, chee tes scandinaves, Marc-en-ciel figure un pont tendu entre le monde: humain et celui des Puissances divines, es Ases, Crest ici qu'il convient de rappeter cette remargue de René [ouis, selon laquette le nom dIscult « dérive dit germnanique ts-Hibd » (28. Précisons que « hild » signifie « combat ». Or i 4e trouve que ee terme est le nom de une des treize valkyries constituant Mescadron des guerriéres ouranienties envoyées sur Terre par Fe maitre des Ases, Odin, afin de choisir kes meilleurs d’entre les guerriees tombes au combat. image de ta valkyrie et celle du pont arcen-ciel se conjoignent pour manifester ta jonction entre Terre ct Ciel, On sait que «hild » intervient également dans le nom de Brynhild, la valkyrie que Sigurd (le Siegfiied di Nidelungentied) éveille de son somieil magique ; et, dans te Cyele d’Helg, lun personinage dit & une valkyrie : Tu as été ‘une Hildr pour nous (29), autremsent dit «as 4é tene combateanie fexemplaires & nas yours Valkyrie et magicienne Dans ta ponsée"fermano-scandinave, si la figure de la valkyrie joue un wile médintour entre dot mondes, iI advient qu'un personnage féminin, un étze de chair et de sang, mais doté de pouvoirs sumaturels, apparaisse comme Mincamation de ce que constitue ta valkyrie, Pour le monde celtique, I'équivalent de Ia guerrigre edleste se présente avec ces fornmes venues de [Ailleurs mugique, surtrement dit appartenant aus pouple de Dana, Femenes dont |'étrangeté semble soulignée par tune exceptionnielle blondewr. Si la trés blonde Iseult-shild est un éte soumis & ['humaine condition, son incomparable beaut, la vivacité de son esprit et Ia sapience qu'elle détiemt en font wn étre part. Sa nature profonde, de méme que pour Tristan, appartient déji. au «pays fortuné des Vivants.». Cependant, fejoindre cet Ailleurs implique le passage par de svéres dpreuves inhérentes aw monde humain. Aussi, les coulears du vitrail, jovant sur la belle statue, tramecrivent une double signifiance, Tout d’abor, ses couleurs, en tant Que manifestations diversifiges. de Ix lumiéere, Pourraiemt correspondre aux pierres procicuses enchassées- dans le cercle d'or pose sur ta blondeur d'Iseult, Selon Alain de Lille, comemporain de ce récit, certaines pierres précieuses sont les projections des sept planétes conmies des anciens, I est done loisible d'imaginer que les forces du ciel éeoile ftransparaissent dans les scintillations des gemmes. De plus, Iseult, semblablement a sa mire magicicnne, posséde ta connaissance dos plantes ainsi que le prouve le passage oii elle wfeint 'Gtre —malade et commande a Brangien », sa servante, «d'aller dans la Ford» (30); passage A mettre on paralldle avec celui of sa mire, la reine d'Irlande. prepara le philtre d'amour « avec des herben et des fleurs qu'elle cueillit elle-méme clans te Jforét et sur les montagnes, & certaines heres du jour et de to muir » (31), Une-conpaissance du pouvoir magique sutant que thérapeutique ~ des herbes, transmises, on Se devine, depuis des iges for anciens et révélatrice du caractére supérieur de la lignée dont est issue Iseult. Pondée sur Waction des forces mysiéricuses du cosmos dans les provessus de germination, cette sapience confére 4 Fautorité royale un earactére quasi! sacendotal. Cé que révile peut-éire le fait que fa statue d'Isewit tient dans sa dexire «wr scepire terminé par les fleurs les plee\ délicatement owerdes » (32). La force vitale emt présente dans les fleurs, corrélativement aux sept planéies, De plus, les couleurs de ces mémes fleurs, en reflet des gemmes - vouds aux astres - et des vitraux, tout cela semble Féuni en ce sceptre énongant quelle autorité supra-humaine et indissoeiable de l'ordee universe! confére noblesse et royauté Tout ceci incite a croire que Ix versicolore verritre focalise les huminescences: astrales, pour nimber Iscult a jamais en majesté, Comme iriste de fusions d'étoiles, comme ruissclantc de gemmes, Ia dame de morveilleuse beautt, pur ce « Double » idal, inspire ta médiation suivante. Cette tseul, transfigurée par des coulées. d'arc-ca-ciel, apparalt tout it gloire ouranienne, et comme la confluence corporelle de toutes les épreuves et les joies ‘yécues par elle et Tristan. Ainsi, devinons que les vitae feints en rouge ct qu’enflarime La lumiére jette des Iveurs de braster : be supplice Ibdcher augue! Mare I'avait condaninée. fais dot ta tSindrité de Tristan la sauva, Leur Gla cst aussi celui. d'un fer rouge, en Evocation de Vordalie dont elle sortie victoriouse par la force mystérieuse de sa violemte passion. Mais, outre Pévocation dun feu, co rouge andent que répand le vitrail nonce peul-etre Mouranicnne sacralité dun ‘sang isu des blancheurs borgales ov dort un royaume oublié. Un sang par trop miroir il x'eqgéssait ae la driba des Pheres, que Van appelie axjowrdl hui tes Philistins (sutvart la prononciation Kébeatque Pheies du mot Pheres), Le papyrus Wen-Amo (environ ~1095} mous apprend que tex Sakar ow Saksar se fixérent sur ler cate ouest de ta Sowie. Les Deven shistallérent 0 Chypre. amis que les Dori fles Doriens) colomisaiens ta Péloponese, la Créie. Rives et fen ies de Ia mor Exgée. autres enfin demeurérent en Afrique du Nord (lex Berberes ”) Toutes ies descriptions que mous on possddony les représenient comme des hommes de haute tailfe, dla peau blanche, ax cheveur Blonds et aux yeux Bleus. traits « caractéristiques de Ja race nandique », pow reprendre les termex employes par le francais Henri Lhate davws son étude sur fes peintures rupestres découvertes aw Sahara’ («A ta découverte des fresques du Tassili ). es Peuples de ta mer qui avaient été faite oe Libye se sere on Italie et dans Jes régions avoisinames pour y créer lt «elvilisation des Terramares » » Ombriens (Ambrons). Cimbres ct Tentons- cex tribas sont déjée mentionndes en Italie (Hérodate, 94: Pline, 14.12) bien cant les « invasions barbares » qut menacerent Rome 3 partir de TH av. Cn» Mais, selon Kadath n° 58, p.l}: «Lee ‘Hyksos indo-européens s'emparent de delta dit Nil vers -1730. La céramique hyksos avait pow monif dfcoracif principal Jar spirale qui devine vo menif dominant ike Hart égyptien » Aw début du 13™ sidcle, ox Peuples de la mer, les Philistins puis ies Pheniciens s'emparent ies cites Nous savons d'autre part que les dolmens du Golun sont datés do ~2200, « des millices de dalmens parfaitement comparables 4ceux du Dancmark », confirme Deruolle dans son étude tnt documentée « De fa préhistoire 4 VAdanide des méyalithes » (Franco- Empire): qui pone la théxe d'une expansion de la culture mégalithique 4 partir du noed dans fe sud de la France puis vers Ia psninsale ibérique, Ie Maghreb et la Palestine. Les Peuples de la mer a'étiwient done pas les premicrs d'une migration des hommes du Nord vers le Sud, Le razdenarée quia contraint Jes Cimbres a kour demice voyage n’était pas le premier non plus; aussi Join qu'on remonie dans Mhistoire des pouples de ka Mer du Nord cet de bn Baltique, c"est-A-dire aprés la demi grande période froids, vers -9500, it a’est geestion que de pouples fuyant leurs: terres hongenines of revenant. Siti que La mer oH kox sglacex no retinwat. Les Cimbres étaicntils Celtes, Germains, Scandinaves, issas des Peuples de ln Mer, de la mythique Attantide ow de ta non moins mythique Ilyperburée. étaicnt-ibs kes: descendants des peuples qui ont dresé les mégalithes ? Markale a rocensé chez bes autour lating [évocation d'autres noms de chef cn dehors de coun dja cites, c'esdndire Roiorix et Teutobodus, tous d'origine celtique, comme bes dewx pricédents, cc qui Inisse & penser qu'il n'y avait guére de difference catre des Cimbres, des Teutons, des Gaulois, des Geemains ou autres Ambrons qu'on pouvait tous regrouper sous le vocable de Celtes, aussl voksins des Cimbres, peuplant eux aussi lles hors de la mer Raltique, © ont tex wages 1 les coutuomes des Subves mais leur lange se a rapprocke plus du breton Ils aderent fa Mere des Diewx et dex figures de sanglier sont Femblime de cetie religion Alors, quelle ext lorigine des Cimbres ? Question éminemment déticate, si lon veut faire abstraction des considérations de Markale, de Spanuth et de bien d'autres qui se ‘sont sérieusement penchés sur la question, Four un profane, i] est plus difficile de s'y reteouver, La encore, chacun y va de sa théorie; tout concourt 4 Tinévitable confusion : dabord, cette confusion ext entretenue par ceux-li mimes qui sont charges de nous éelniner = = Liabsence de chroniqueurs focaux et ‘comtemporains laisse fe champ libre -cssentiellement aux auteurs Latins. ~ Ces antcurs ont une facilité Gonmame A ‘transcrite dune maniére erronée fos noms, i confordre les uns et les autres, a bousculer fos dates et los Hicux, parce que ga peut Faire plus Joli pour les hesoins se leur narration... = Ty a aussi ceux qui écrivaient pour complaire a pouvoir du moment ; ti parole du vaingucur dent nous parlions plus hau... D'avures dont Pobjectivité: était altente par Je Tail qu’ils conviddraient qu'en dehors da monde roms, il ne pouvait exister aucune culture hi aucun peuple muxquely puinve stintéresser un civilist, sauf a sen servir comme objet de moqueric ; encore Ia parole ju vainguicar, -ll_y a Tattitude fort peu scientifique de nus contsmporains: ta reticence de certains archéolognes en place 4 s¢ contredire cun- imémes, et dose leur propension & mettre sous le bolsseau tute nowvelle découverte qui pourrait infirmer ta théorie qu’ils ont laboricwement échafwatlée et qui se trouve démolie par le moindre texson de bouteille ASCoUvEr! inoppoetuEément. ~ Les peuples eux-mémes concemés qu'un chercheur hoanéte aimerait bien éudier ne Vaident pas benucoup ; ce téménaire va vite Erre débords par lous incroyable propension se multiplier, se dupliquer dans te temps, dans Vrespace, changer leur nom, le donner, le méme, i chacun dex territoires qu’ils traversent, les retraverser on sens inverse et Iaisser 4 nouveau leur nom quelque pew modifié entre temps, le préter ou emprunter 4 d'autres peuples, s'en débarrasser et be récupérer deux Ou trois génsrations apres... Selon Marknle, «si ley Cimbres ont dt confondus crvec tex Colter, x'ils ont été qualifiger de Celto-Seythes, on lesa dpulement, pendant tote Mastmpuaté, pias ow moins comctomment ¢ avec plia om siobns Ad intention erveloppés dmx im vsile de amutére et axsiniles avec let Chaundrlens ‘Or, semble bien que tes ames de U'Aaniquité abcnt pri tes mémes pose ticulurités atex Cimamirnens ot aiee Uyperbordens dont une abordaric likérature now déeris te pays et ows affirme existence, » C'est Diodore dé Sicile qui dit que « e iest de anime peuple qui, dams les temps ancients, a tranernd tril Vani minewre et ame Lan appstast annrefotn tes Cimméerens Au cenars ses temps. te now »"est on pew martiie ot tha pris la forme ce Cimbres » (Bibliotheque historique, V. 22), Toujours selon Markle, il faudrai, pour comprendre l'origine dev Cimbres, cavisager lune Hignes: Cimbres-CirumérienySumeriens ?) Gxt tenth dé Dannaan. (la tribu de Dana) Con dhammices etticat les prertices, en tout cas lex promicre conaus, excupunts de M's Wirlance ct ils out laid ta place mex Gatls, un pouphe claspam I'autre, Mais les Gaile Sat H6 bociens Celie ct kes Tumba dé Danan seruiomt ioe constrecteurs de iniggalithes, curemémes descondanls des Hyperbortens, Lea Coltes et hep yperborgens sernient tone douy branches distinctes, qui ont fini par se contondre, et qui ent Inised lowe cmipeeinite mar V'Eurype puis sar le monde en vagues wovessives, lites way alba climatiques te plas souvent, lex premicrs, Jes plus anciens, ‘laa kes Ilyperboesens. Ht Jean Muirhale cenclut done que «tes Cimbres ne sont ni Celtes, nl Germans mais tea dernlers — deacemdanes des comseructeurs ike dhalmens et ctalides couveries grui, cur alemoure de Man-2000, ont poriem’ UEwope ocvidenate de lew Sirunges monuments ive Haller, serve ate rove mysttipue dex celts, 4'y perdre et prendre dex wisages de diewe et de hiéras », Les Galates qui oseuperuat plus tard MAnatolic seront Moe de ces tibus cettes demeurées célebres ne semuitce que par la meation qu'en fera in Bible; le Grund Larousse tows moonte ain Népopee de ves Cokes qui, avec lewis probables cousins, bes Galiléens, poseront 4 "histoire sacrée |'une de see plus grandes nigmes « Des handes gauloises venues d'Europe, aprés savoir aide Nicoméde I" de Bulante 0 affermie son pouvoir (278 av SC) ravagerent Vase Morenre jusyu ann villes grecgues de ba cote, exigeunt de fowrcs sributs Elles furent Powrtant repowssées pur te rol Antiochas he Syrie aw contre oe fer Buthyerie. C'est hb qme Meagptell bea Crualcctie, doa memme vhe cen Gonalons, hex Galetes. La Goleatie était vise en trois. régions, correspondami aux peuples celles gui Vavaient envabie : Je pave des Toltsiones tt Howett, 018 Jon addoratt la « More dex dieu Je pays des Fectosages, le prays des Trocmes Au milion di 1” sitcle, saint Paul évangelisatt fe Sud dtu pans (epitre ens alates: bear adressée d’Ephise auc chedtions de Galatie par Vapsitre saint Pawll, effravé de tes voir andmevere parm eure de fuckafeamis pra. tout en Jevilitant Je sald des patens incircancis, Contimuaent i catiribewr a la tow gute sve rales abvolue, » Le Larmiee putle de «bumdes gavlones » Copendant, <¢ sont hes mémes qui, quelques sideles plain Ot, aumicnt fondé « kes peincipaux sumetutires gros de Delphos ot de Téfim «, selon Spamiah (p.300) of co dornicr presrearit, ce qui migrinces une émide séricase car Mon est 60 train dTassister 4 wm provessns taverse actictlement aver la Turattie. ce qu serreepund birt Vinversion an manifestations d'une fin de cycle « ta rechoeche eat égualement accord ser ho fait (pies bad Grande’ Mygration a ones fir ob Hovtentalisation du shes europien et de PAxie minewre qui evercatem une pression constants avant Farrivbe des poigples nocduywes. EF cock princypatement jrour da Gréce, «qui semblait ere définitevement perdu pour Veurope ( Priedrich Wirth 1938 (el td fad arrachée (1 /'Urient » (p. 402) Le Peuple des meutirs... Pour résumer, tes Cimbres seraient tes demiess descendants des Hyperbordens, pousses sur les terres cétidres désormais inhospitaligres de In Baltique probablement par les Celtes, disons phiiét une nouvelle vague de Cehtes venue des régions danubicnnes et se dirigeant vers Vouest ‘Qui sant les Hyperbaréens ? Peut-dtre eux-mémes les descendants des Atlantes, qui auraient reconstitué une eivilisution grandiose apres l'engloutissement de I Atlantide. Regarder une mappemonde. Les forids marins sont en blew plus lai entre le continent américain et fe continent ‘européen, yous woyee une sorte de serpent qui descend vers MAffique: c'est I'Atiantide, probableinent submengée aprés la derniére grande glaciation dite de « Wurm », vers - 9500, comme fe eapporic Platon. Il nest pas impossible que la Méditerrange ait été grossie 4 cette époque par une sorte de débordement de Toséan atlsntique emplissant cette zone par le déiroit de Gibraltar; Ia Méditerranée, par un effet de vases communicants eréant ensuite In Mer Noi se débordant par ce Qui est actuellement fe détroit du Bosphore (sotince Biacdes Hremer) Fnire PEspagne et la Norvége, vous woyez ce méme fond bleu clair qui suit et remplit les ‘oBtcs, inclunt Fes Hes britanniques ; Ia Mer du Nord est remplic par ce fond blew clair, ainsi que la Mer Baltique; ccs deux mers wexistaient pas: c'était ['Hyperborée ; ¢"était les hommes dos miéygalithes ; ce fond matin, de VEspagne a Angleterre suit exactement emplacement dex. mégalithes répertoriés et ‘Europe. Les mers se sont eréées & Ia fin de la demiére période froide, 4 la fante des glaciers ; la revue archéologique Kadath 1°28 rapporte que les pécheurs de oete zone engloutic raménent quelquefois dans leurs filets des os de marmouth, Jean Markale a écrit ce livre, «Les Celtes et la civilisation celtique », doh est ‘extraite ceme théoric de la filiation des Cittibres én 1969, pour sa pretidre édition. Lew méthodes de datation ant tien évolut depuis; om constaic que plus ces méthodes s'affinent, et plus il convient de reculer dans le temps ce gu’on croyait si proche de nous ; et fait, on assinte, pour les esprits. lex plus ouverts, sume relativisation du temps qui nous dloigne du schéma simpliste linéaire, D'autres 23 mouvements des anedtres des Peuples de tn Mer se sont faits par l'Est et oat ainsi exseré la Méstiterrange orientale, aprés ane escale Matte oii les vestiges sont prodigicux. C'est Ge qu'avance Dervelle quia sous-titré son ouvrage = Lex lecons de rachiocarbowe. ‘Les megalithes de Ile de Malte datent de 3600; «la premiére culture mataixe précéda Egypte et Sumer». La revue belge Kadath 1°33 doi est extraite cette phrase, date de juillet 1979; avec humour, I revue nous révile que Marchéologie officietle, recommaissant que la datation au carbone 14 Femet toute sa chronologic en cause, ne modifi en rien V'ancienne dstation lorsqu’il Jui arrive de faire une néédition, wn pew comme les Francais qui ont continué & parler en anciens franes, 30 ans aprés fe changement do ‘monnaig en 1962. vet des dolmens ‘Les premiéres datations ut carbone 14 on été effectudes en 1949 ‘Cela a permis de remontet &—4500 la pynimide bretonne de Bamenes ainsi que Ie dolmen de Kercado 4 Camac (le Carnak breton) « ducun cherchew sincire ne peut plus soutenir désormais Vorigine orientale de Vide isegallehigue Cente culrure ext spécifiquement européenne ef authentiquement originale» (Kadath, 8°28) et Spanuth renchérit : « Nous avons, jilsqu"d present, une quantité d"indices qui ‘montrent que fa culture mégalithique nest pas Venue, comme on ke suipposait. généralement, du Proche Oriemt ow de "Egypte vers “Ouest et fe Nord de U Europe. Bien au contraire, elle s'est dtondue & rartir dia Nord et cle {Ouest vers fe bassin méditerranéer accidental et oriental, ‘Lex maitres d'cewwre des maruments mégatithiques dans le nord ef Vouest de FBxwrope avaiet déja édifié lewrs monuments de pierre & Wépogue ole tes Exyptions badtissaient encore avec des matériaux pew durables comme le bois ot te torchis, Ox ne sauroit coutinuer ay déconsialéver plus donuugtemprs tes haitisseurs mégalishiqures en les tenant pour de analadroits Imitatewrs des hautes civilisations dis bossin oédtterranéen ecoidental Hs avaient edd leur cutture propre. —parfaitement — originale et indépenctame, longtemps avant qu ‘extsteassent les hautes cules égyptiennes ate mesopotaniennes ». Nows powvons méme rajouter, avec Guénon, que ce sont les premiers qui ont initié les « havtes cultures » des seconds. « semis dowile fardea-t-il, xi Mor voulait rechercher les conditions dany fesquelles s'opéea cette jonction, donner tune importance particuliére i ta Celtide et a ta Chaldée dont ke tom, qui ext te méme, désignalt Peut-an cw conclure que les Sumcricns sont tout simplement des Cimmérsens, c"est-a-dine tos ancétwes des Cimbres évidemment, la phonétique pllaide pour ectte filintion. Mais la phonétique ne nous laisse pas a Mabei des surprises; ainsi, ce sont kes Ambrons. qui, les premiers, se font décimer par les troupes Fomaines a Roquefavour; les Ambrons ? done, phonétiquement, cenx qui vivent du cominerce de Tainbre? HE bien, now, Ce serait un peuple qui vivait en Suisse avant de hw des Fors d’une précédente migration en fulie: ces Ambeons seraient originaires de ta Mer du Nord, selon Platarque. (Op ci Dome, retour & la case depart. si Von peut dire Mais tien vest encore définitif. Pendant Fongtemps encore, ces mouvements de reconstitution ne cesseront de bouger avant de se stabiliser, tout comme les mouvements des Plagues tectonigues qui les ont Fait naitre Les Hyperboréens ont terminé leur eycte il y a deux mitle ans, A Roquefavour ; ceux qui ont apporté Ia Connaissance a Vensemble des prouples de la Terre devatent céier Ia place 4 d'autres initiaicurs qui allaient porter V'évolution du mande sur les fonts baptismaux. Les monothéismes - lex religions du Livre ~ allaient impaser leurs dogmes i la plinéte et marquer ainsi de leur empreinte PAge de Fer. Pierre-Fmile flairon Nous avions di¢ interpellés par cette affiche d’un groupe musical (nous ne ssurions en dire plus) qui prisenialt La particularité d'avoir édité une affiche originale oitles trois religions du Livre réunissent leurs « logos 2 comme pour symboliser un aecuménisme ‘que certains appellent de leurs varus, encore que cet cecurnénisme, désireux a Torigine de rassembler lex Eglises chrétiennes, ne fusionne que les religions monoibéistes. Nous avons voulti en savoir plus sur site « main de Fatma » qui semble cristallisee sur son emibléme des revendi ons communautaristes, Selon Alain Cagnat, notre historien, lorigine de ba main de Fatma est rechercher dans les péripeties des combats qui ant abouti A la chute de Constantinople en 1453). Le sultan turc Mehmet II stempare de la ville avec 40 000 hommes qui exterminent les $000 soldats byzantins et les 2000 Grees et Génois qui La défendaient, Puls le sultan « livre fa ville-au pillerze de ses hommespendant troés jours et ois muits, Luioméme pénitre d cheval dans la cathddrale Suime-Sophie ait des mulliers de femmes etd enfants se soni réfagies. Le massacre dure des heures, Bure de mevrire, Je sultan plague sa main ensangianée sur U'awel | ce symbole deviendra © la main de Fatma», porte-bonhew des ferames misulmanes, et qu'arborent avec fier certaines jeunes filles ch étinnes 'aujourd hui san en connaiire l'origine, » (voir aussi le site de Marie- Puule d°Atchicourr) Sur le net, nous trouvons fe pire et Je meilleur ; nous ne retiendrons que fe meilleur, sur le site Aminour « certaines sciences traditionneites sors compléterment ctrangéres & nos mentalités modernes : soit elles sont ignorées, soit elles sont réutilisées par des. ignorants comme « aris divinatoires » totalemeat dépourves de valeur doctrinale ; leur manipulation, en tant que résidus, ouvre la porte & toutes les influences les plus nigatives et s*avére donc étre une pratique dangercuse Symbolisme La main de Fatm | et prohibée. Parmi ces sciences authentiquement waditionnelles qui fleurissaient en Islam (que les faussairesonteéduit hune vulgalrecttroubleleturedes lignes de la main) qui trate de lascience physiologique et de son fondement spirituel ratuuché directement 4 la science des noms divins et des nombres. C'est ainsi que, come tova ce qui compose Ia création, fn main n'est pas un hasard. Les doigts sont composts de 14 phalanges, 28 pour les deus, comespondant aux 28 letires de I'alphabet ; “la disposition des lignes ‘principales voce dans fa mala gauche le nombre BT et dans ia main droite le nombre 18, sait au total 99, te sombre dex roms divins Sa forme est une représentation du nom Allatt auriculaire correspond a lif, annulaire au premier lam, fe majeur et "index au second lam, qui est double, le pouce au H qui, réguliérement, doit étre tracé sous sa forme « ouverte: ». Et c'est la raison principale de Vusage de Ia main comme symbole si répandu en Islam. pmo Hisham iquementincorrect blogspot, Semone ssaqudlienne-wadjiha-al. html Loup:/blogtemariepauledarehicour. hautetforl com ‘eyocations IML http:/faminowsr unblog.fritag/representations.../ faemain/ Joveguies Hers Chute et mort de Constantinople 12081453 Jacques Heers, Chute et mart de Cansiatinaple, Pes Teinpuns arutgue wt e René Guénon, Apereu mur Fécotériame saotime, Gallimard ‘est au cour de ce paysnge de profonde Provence, fut de champs d'aliviers, de roches bilanches brillant au sofeil et de cypres dresses git et la, comme des sentinclles, que se trouve fe plus ancien sanctuaire de ta Gaule; nous sommes sur Ix commune de Mouriés, & la limite de Manssane. Tongeant le golf de Servanes « Situd au Heweait fox « Caitses de Servanes », sur un plateau « encaissé » comme son nom Findique, sur te flanc méridional des Alpilles mats prowgé de ta plane par une barriéro rocheuse, c'est probablement te plus ancien sanctuaire de la Gawie. Avant de dominer ta ville galfosromaine de Terician qui occupera fa plane au nord de Mourids. af sert de nécropole aux populations de la fin de Fralistadt ou dw début dela Tene. » (dear Paul Cidbert, Haucs lieu de lo Provence antique ) Un groupe d'amis passionnés. d°histoire ancicnne m’avait ¢lemandé «le leur organiser tiie visite de ce Liew Je pensais qu'il. me suffisait, apeés Ia lecture du livre de Clébert, de me rendre & \'Office de tourisme de ce village oléicole fort prisé en été afin do menquénr de I"iinéraire. La demoisetle qui m’aocueillit comnaissait Mendroit par on-dit, parce «qu'il était réputé pour étre wt Tiew Fentrainement & Vescaladen, Elle savait vaguement que des. fouilles y avaient été effcctuées mais ne disposait d'aucune information. Je la temerciai done poliment et allait boire un verre au bistrot du coin ; la, évidemnment, je demandai a tn patronne si elle avait entendu parler de ces cnisses-la « Oui, ch me dit quelque chose, mais je ne suis pas Mouriés depuis ts longtemps. Vous devriez, deitinnder & la marchande de légumes, & ebte Je n’avais pas 4 bouger de ma chaise; elle Fangeait ses tomates & poriée de main, ct de win, encore d'autres caisses ; plutit des engoots. Les Caisses de Servanes ? j'y suis allé avee Mécole quand j'etnis petite. Ml faut grimper, helt. Mais nous, on appelle ga les « Caisses de Jean-Jean », Vous prenex derrigre le gol en direction d'Eygaliénes- Mais le siom, les cnisses de Jenn-Jemn », gi vient d'oi? Ah, ga, je ne stis pas; peut-the um ancien qui habitais le coin... » En entrant chez moi, jai eu Vidée de consulter louvrage de Falque de Bezaure « Sur fex onaces des Templiers des Alpidles fex Tempticrs suraient oceupé un lieu dénommé « Servius », Servane, en 1285, grice 4 une donation de I'nrchevéque d” Arles Selon Falgue, le fiew serait plus ancien que tes fouilies ne l'ont démontré, occupé par des Celtibéres. Et il monire ta photo d'un Jamas bifrons. «1 fiat snows au 19 sicle aux Calsses de Servanes (eallection privée) » Mais c'est bon sang bien sir t Le Janus i deux titer, les deux directions, fe passé, Maver, les deux solstices, d’hiver et d'éte, toute une xymbolique reprise par fe christianitme avec les deux Saint Jean, 'Evangttiste ct le Baptiste Lex deur Jean. ° Jeansiean Voila ce qu'on sppelle une tradition populaire qui perdure, Voili aussi un bel exemple occultation, consciente ou non, de leur propre patrimoine de la part des « mutorités » Si vous vous iniéressex i larchéologie provengale, allez done plusit voir la ‘marchande de légumes ow le boocher du coin, ils ea sauront plus qu’st I'Office du Tourisme Ludovic Dorant Paysage de la Vallée des Haux, appellation olkivale d'origine comtrdiée, Les Baus de Provence, Maussane et Mouris sont es trols firincipnus centres de production de cette excellent huile dative. Canicules, La photo de couverture de ce deuxiéme numéro dHyperborde est sans doute rafraichissante. Elle me fait que rappelee comme th immense linceul © déposé podiquement sur des trésors enfouis, les contours des anciens territoires de nos primes ancétres. Rappel douloureux et en méme femps exaltan! ; douloureux ear ce sont ces laces qui ont marqué Ia fin de I'Age d'Or et le débst de la grande migration des Hyperboréens ; exaltant car la grande aventure de Europe alla! alos conumencer. Estor a dire que, par un effet de retournement, notte cycle qui a commence par lemprise des places va s'achever par fn brilante-victoire da Soleil? Les conicules dont nous subissons les riguewrs estivales année uprés année, sont-elles le résultat de In folie des hommes, de cet « effet de serve» dont om nous rebattait les oreilles Sans que nous poissions en vérifer, jusqu'a Vhécatomnbe sénife de 2003, les effets Gésasreux ? Rappelons Morigine de ce terme canicule ; oa Vemtend bien, pour les Remains, il avait quelque chose & voir avec un chien, canis, Camicule, chien légendaire dont Iésile Sirius, la plus brillante de Ia constellation du Grand Chien, regut le vom, Cene Goile avait une paricularité connue des Egyptiens et. bien avant eux, des Chaldéens : le solstice dété coincidait avec le lever héliague de I'étoile Héiaque, d'Hélios, pour dire que le lever de \'éoile cotncidait aussi avec le lever du soleil La pénode caniculaire comespend done ‘exactement 6 cette conjonction. La précession des équinoxes a détruit cette belle escapade commune da Soleil et de Sirius Il ne news reste done que Ia canicule et nos inilliersde mores La fonte des glaces s'accdlére en Arctigue. Mais revenons ii In fraichear wrctique: Ce réchauffement climatique a bien autres. effets redowtables, notamment sur la calote glacisire: Is glace fond. La glace arctique a diminné de 20% depuis 1979 (1,3 million de km*), L'Arctique est un océan de 12 millions de km?, mnis, & cette vitesse, il ne restera plus de glace en 2070 ! Et voili qui arrange bien nos _prédateurs technoctates qui pensent a ouvrir de nouvelles voles maritimes. Fini le canal de Sues! Pour joindre Asie a Europe, actueltement fire 21 000 kin ; il nen fiaudra plus que 13 000, IT n’ ym pas que ga. L.Arctique recéle en soussol i peu prés 10% des réserves mondiales @"hydrocarbures, Fini la protection naturelle dont béndficiait le berceau de notre civilisation! Fini ta réserwe protégde de Alaska ! Fini aussi Jes réserves halieutiques que lex huit pays riverains (Danemark, Notvége, Finlunde, Suede, Islande, Canada Etats-Unis, Russie) me vont pas manquer exploiter. Biocarburants, cc v'est pas demain qu'on va remplacer les vignes arrachées par du tournesol. Nos paysans ne sont pas aa bout de leur peine Selon une directive curopéeane, nous devrions incorporer 2% de carburants. verts (éthamol et Diester) dans les carburants fossifes en 2005 et 5,75% en 2010, La France devrait fournir, & Mborizon 2010, 700 000 tonnes de Diester produit 4 panir Chutes vogétales: cols, tournesol soja, pale et 250 000 tonnes d’éthanol produit. & partir de plasies sucrigres : canne a sucte et betterave et de cértales : blé ot mais (source cite-sciences fr). L’intérét de ces carburants Geant qu'ils sont wois fois moins nocifs que les carburants fossiles en ce qui conceme leur impact sur I'effet de serre, Cependant, le gouvernement freine leur production parce qu'il = besoin d'argent : pas question de mettre en place une défiscalisation. Aprés nous, le déluge | Crest le Brésil qui ext leader en production d'éthanol & base de canne a sucre: 30 O00 stations Services! 35% du parc gutomobile i Au commencement, la langue des des hommes, car, att les dieux, ¢°était aussi commencement, comme hommes jeux le, bien sir, de notre cy celui dont noes vivons avec effirement les touts demiers instants, Aut diewx. Les druides les homes eétoyaieat Jes ‘ransimettaicat Venseignement de ces « Gtres supéicurs oralement. Ts concevaient I'écrinure, qu’ils commnaissaient bi regression une ficilité qui ne pouvait pas convenir fi la rade école qui fornaicat les conus vaillants et la pensee juste Ancicn-Europésns, nous: enorgueillir da fait que ce sont bicn sos ancétres dn. comme Ppaurrions, en tant qu’béritiers des Avcun film, dane Mhisteire du cinéma, w ‘encore dale « 2001, Pedynste de Tespace » de Stanley Kubrick, pour illustrer aussi parfaitenient ot avee auiaat de génie ce que snows feaiaus de dire & propos du symbole ct De la langue des dicux a l’écriture des hommes Vorigine de Iéeriture. Comme d"habitude, pensée officielle s"inpénie ( cest [A oi ris tout som « pénie ») A masquer importance des Gécouvertes, incontestables et de plus en plus nombreuses, qui démeatent 'anteriorité de la thése orie En vérité, il my a pas de quoi due C'est ad partir du moment of nows avons voulu étre compris de tout le monde nous avons inventé Ia con ation notre déclin a commencé. C'est dés lors que Venseignement est devenu information — que Ia Cotinaissance a circulé dans les deux sens gu’élle s"est dégrad ands eysles commiques comticanent les petits historiques, idéologiques ou religieux - comme des poupées russes qui-dansent en tournant i la fagon des Soutis. chute quand «les biens et ies personnes ont circu librestent Le déchi scception : Europe! ion mame QR us les coins da globe com de FOccident, selon mérique, a commence & nd les Européen ont sine, Laquetle se an SWE agonisunt qui agite sex tentacules. par ubresauts, alors que la we est déjé mc ais les soubresauts font du dépit. Les dicux americains sont tombés sur ta tele des Alors, est quelque chose A prand-chose que la langue des d vee Iécriture ? Nom, pas Pour prew une autre forme de a n'y a qu cadence. quan de en religion, ¢'e spiritualité s'est dey quand elle its) hommes Qu’ont-ils et i ( ssscoir leur pou grand L. Les ois monothéismes sont des religions du Livre. Ce qui veut dire qu’ils reverent littéralement le Livre, objet concret deveny dieu. C’ewt-i-lire ume pseudlo- connaissance délivrée (7), révélée ( ?) par de Prcudo-diewx ; en fait, un seul dew qui serait le méme pour tout be monde mais qu’aucune des trois Fsligions du Livre m'accepte comme leméme. Allez comprendre.. En véité (Je vous te dis), lex diewe continucat @ parler sus hommes. La langues et Vréstiture sont dows choses différentes, Nows recevons tous les jours une multitude informations venant des dieux. Nous sommes, collectivement et individueilement, bombardés de signes par lesquels les dicux S‘adressent aux hommes, Mais qui les voit? Les dicux s'adressett aux hommes par signes et pw sjmholes ‘Le sigae eit la manifestation des dicux quand ils s‘adressent a individu; oe sont, par exemple, les coincidences, C'est Jung qui a labore sur le sujet un Corpus informatif qu'il a dénommé syncironicité La synchranicité cst la rencontre de deus événements, rencontre qui testerait une coincidence fortuite si elle me reévelait, ne rmetiat au monde, une signification logique. C'estidire qu'il n'y @ aucune raison Pour que cette rencontre He produise mais elle © produit ; dans ce cas, c'est un « hasard », lune coincidence ; mais it faut accéder a un palier supplémentsire pour pouvoir parler de synchronicité : nous entrons dans te domaine dc la magic quand cette coincidence est significative, ou quand elle detic, par exemple, les lois de la suaistique. Ainsi, si, dans ta mime journée, en eitculant dans la rue, vous vous heurter deux fois a une personne que Vous navez pas vue depuis des annécs, il convient de vous poser des questions. Les dieu sadressent a vous: clot un avertissement, une explication a posteriori, am méme une suggestion. Le symbole, comme la synchronicité, est porteur d'une signification. fl est la rencontre 4'au moins deux Clements, ow événemtents, sur tun eu ou en um moment, qui marque cette Fencomtre en produisam, on révélant, un signe commun awe deux éléments, ou événcments, 2 de cette rencontre Le symbole, quand il concerne un lieu, ‘est un signe pérene, et non ponciuel comme reat la synchronicité lt canceme done te nnivean cosmique, collectif, communautaire. Le «dictionnaire des symboles », de Chevalier et Gherbrant (collection ‘ « C'est fichu, nous ne pouvons plus revenir ea wrriére ». Oui, oui, nous pouvons...; un tour de roue n'est rien d’autre qu'une revolution. [4 ‘une révolution se donne kes moyens d’en étre une. Nous annongons des lendemains qui déchantcnt, volt bica, méne Pierre-Emile Blairoo Les manuscrits « Oera Linda » Voici plus de ue ans paraissait. Nouvelle Ecole n° 24 (hiver 1973-74) un anicle du professcur Frans J. Los eoncernant la publication, en juin 1871, 4 Leotiwanden bef-lieu de la province néerlandaise de Prise} Wun manaserit doat la dalation allait soulewer de vives polémiques, Nous dirony: comme a chaque fois qu'une découverte archéologique est faite en Europe, quelle Lurope, rappelonsle pour n¢ conformer au dogme, est apparus ex nihil 1 ur La polémique senté & tar Ligue frisonne par le Or Qttema, recteur adjoiut aw tyede claxsig la ville, cet ensemble de Tes comstituct le point de dspart d'une polémique d'une wewr ef d'une durée extraondinatres: qui, sit opposer andais et allemands et entrainer la publication de plusteurs centaines . sas ailleurs que ta question Jit vérwablement tranchée » Le Dr Onema ant plus de cinqucnte ans , al tes savante livres et d'articte avait Iui-méme regu te manuserit dun marin, Comelis over de Linden, qui Vavait hérité d'une tante et avait confié pour traduction au dit docteur, Le semblait rédigé en Irisonne tés ancienne et comportait plus Pages d'une écriture inconaue, d’apparenee funtiquie. » Tout comme cela s’etait Fradin, V'agriculteur qui, ew dans son champ Kes tablet mi passé pour Em 24, avait déterré s de Glorel, te ¢ d'avoir fabriqué le Mais on voit mal aurait pur mener & bien siderable, mi dans gull fntertion it aurait pris la double peine ie reconstiteer une langwe plas archaigue qo celle ess am travail aussi co vies micenuscries frésons et fimemer une écriture inconnue » fait jusiement remarquer le professeur Lo: Nous pouvons effectivement faire te paralléle avec Paffaire Glozel, qui méritera un article dans ane future parution d’Hyperboree puisque c"est exactement ta méme accusation quia &é pone contre Tagricultcur et sem docteur Ontema», lequel docteur s‘appetait en Noccurrence Morlet. Rappelons que plus de 100 pices. ont été exhumees par ta famille Fradin ; le d M mW icteur Morlet a relevd exacten pes de signes composant 'écrimre magique de Glaze U1 fallait vraiment que notre paysin dispose de beaucoup de temps et soit-an une wrwnde et € pe Pi fui "1 relire de poser des fhux on éeriture qui rent que des insuites et des enim vient, au sujet de Muffaire ( Fouvrage du ménve revue d'arche (Nicole Torchet Patrick Ferrin, Jac ssart), édite en 197% par Copernic Dans le cas qui nous oxcupe, Comet et le docteur Ottem tree, I d' origin curent, dans les années sseur With, qui re + dw Dr. Oliemma de dirations d'ardve — iddéel i particulice d'avotr éié influences par le de de TEx oriente lux II semble, A encore de Glozel, que plusie neemnées p La premi ¢ les tab riodes 5 mt nu manuscrit yetion des manuserits en cor la rédact 871, comprenait pas moins 44 400u ePT ere on 3 Bs S 9 Emde de Vécritwre employe dans tes manuscrits par te Dr. Otiewa Les manaserits, dates initialement pour la pénode ta plus ancienre 4 2193 avant notre ere, sont contredatés par le professeur Los 1000 ans plus tard Il semble cependant quee le profencur veuille se rapprocher de la chronologic du Spanuth qui sitwe Fenglovtissement do Atlamtide a cette Epoque... ct an meme endroit. Voila: que nous revenons vers nos Cimbres sans pour autant que ceux-ci soient cités par ke professeur Los. (Voir Farticle, «la fin tragique des Hyperborgens », dans se méme numéro) Car Viniérét majeur des manuscrits Oera Linda eat d'evoquer, aver les mots mémes de noire Epoque, ou avee ccux de Platon, comme pour souligner sa permanence, ta fiabuleuse Aulantide. Le manuscrit commence par deux édicaces. Voici In premigre wOkke, mom fils? vous dever gander ces livres aver votre corps et votre Gime. ls comtiennent Vhisteire de metre peuple tout entier et celle de nas aleus, L'année dernibre, eles ai sauves de Vea, en meme temps que ‘ta mére et que tol Mais its avaient é1é mouitlés et, d cawse de cela, its ont commence di se giéter, Pour me pas tes perdre, je les ai recopiés sur du papier de Uétranger, Le jour ‘oir tt en hériteras, we les copieras i ton tour. Tes enfants ferant de méme, pour que jamais lis me périssent. Kerit @ Liuwert, em la i447™ année apres Vengtoutivsement de I'Adtant. Hiddo, dis Oera Linda. Weilter, » Un autre texte daté plus tardivement, est famaché aw manuscrit initial: « Chers hecitiers. Au nom de mas diewx bien-aimés et de notre bier-aimné Hiberté, fe vous prie anille fis he me jamais laisser des yeux de moines porcourir cex derits. x parlent avec dex mors sicrés mais, sans qu'on y prewne garde, Hs Corrompent fourt ce rei mons touche, mows adres Frisons, Pour gagner de riches pribendes, ils xe raltient bassement aux camps des roix étrangers. Cewr-ci savent que mows sommes leurs plus grands ennemis, car nows ‘ums parter é leurs gens de liberté, de justice et des devoirs ides princes, C'est powr cela quills font détruire tou ce qui provient de nox Peres et qui a survey de nos ancienmes rmmeurs. Ab, mies bicn-simds ! Je suis allé chez ex, Jew cour : si Wralde te permetters ef me ras damecit pts La force, ils hows perdraient tauy ensemble. Eorit a Lhubwert, en lan 801 selon der conviction, cher chrétiems. Lik, ait a Ovira Linda Les manuscrits Oera Linda incluent un texte qui semble apparent’ & un mythe de Fondation qui rappellc ce que Plaion disait des rois de V'Aslantide. Le professeur Low nen fait pas la remarque dans son article: «Le plus important texte = historique » dex manwscrien Oera Linda est ie « Livre des partisans Adela»... H ext question dans ce Livre de Uhistoire des Fryas, c"esteddire des « enfants dhe la dese Freya », S'il fans en croire des auteurs du maniserit, te royaume des Fryas sétendait & Vorigine, non seulement sur fe lerritaire angla-frison historique. de I'Escaut Jusqu’an Jutland, mais encore sur les. ites danoies et le Schonland c'esteardire ta Scandinevie méridionate. It était gowverné par des roils étus pour trois ans, et par des fonctionnaires, également élus. Cependans, Tauorité supréme évait détenue par ine « Mere du peuple », éue & vie Eile résidait dans une forteresse de Vite de Texel, powrvue d'un donjon oit des vierges veillaient, telles des —vestales, sue in few Bridant érernellement, » Sax Ave wien rar oo mur Gavmnaar bere saingenegieorng yess fm npeninn kum wy formant Atan Aawa did ie Ine wramncansar ko \-eonke wr fe ink dvan at 0. aIsantioae es oe | Une page a mamurerit Nouvelte Ecole a illustré cet article par la photo du fronton d'une maison de Frise of une toe solaire est entourée par deux cygnes . Nous avons ich in marque de THiyperbonte, de ln Tradition primordial Tout comme nous Mavens & Glozet, dant Fécriture est composés de I | types de signes, le nombre de Hyperborée. Pierre-Emile Blairon Mort de la béte du Gévaudan (gravure d’époque) Triade divine ‘Une fille trouvée morte du e6se de Saim Alban va permettre & nos amis de faire ta ‘connaissance du chef dex malandrins rossés par Mani, le capitiine Duhamel vemu de sa garison de Langogne avec la ferme intention d’éliminer le loup. La réception qui sert de prétexte & Gans pour présenicr et confronter les principaux acteurs du drame est une dex plus bolles. sckines du genre. Mademoiselle de Morangins, fraiche et pure fleur gévaudanaise, ex régoire et on fin de compte fers du chevalier savant un chevalier servant. L'évéque de Mende, puis ke de Mentand, le duc de Morangias, sa femme la comtesise, Jean-Frangois de Morangias leur fils et frére de Marianne, Sardis le curé de Saint- Alban et Maxime des Faréts semblent constitucr élite provinciale locale A ce déjeuner, ‘Grégoire se dévoile : hon Vaniteu, nist mais loufoque i révéle