Vous êtes sur la page 1sur 29

La Concurrence

imparfaite
Réalisé par:
Encadré par: ET-TAHRI Fatima
Mr BENTAHAR Abdellah HAKIM Safaa
AMARIR Khadija
Amine ZAAIT
Plan :
Introduction

I- De la concurrence parfaite à la concurrence imparfaite

A- Conditions de la concurrence pure et parfaite (Rappel)

B- Les différentes situations de la concurrence imparfaite

II- L’équilibre des marchés imparfaitement concurrentiels

A- Le monopole

B- L’oligopole

C- La concurrence monopolistique

Conclusion
Introduction:
La concurrence imparfaite désigne les situations où les
conditions de la concurrence parfaite ne sont pas
respectées. La conséquence est que des entreprises ont le
pouvoir de modifier sensiblement les conditions
d'équilibre du Marché. La concurrence pure et parfaite
repose sur plusieurs conditions : l’atomicité du marché,
l’homogénéité du produit, l’information parfaite, le libre
accès au marché et la libre circulation des facteurs de
production. Selon cette forme de concurrence, le marché
est automatiquement réglementé afin de rester constamment
à une situation d’équilibre du marché qui permet à la fois
le profit du producteur et la meilleure satisfaction pour
le consommateur. Mais le cadre de la CPP est un modèle que
l’on retrouve rarement dans la réalité.
Dès qu’une des conditions de la CPP n’est pas respectée,
la concurrence devient imparfaite et la plupart des
marchés ont des structures différentes comme le monopole
et l’oligopole.En effet, dans la réalité les produits
sont différenciés chaque concurrent cherche à convaincre
de l’originalité exceptionnelle de son produit,chacun
cherche son intérêt individuel ce qui conduit à des
imperfections du marché tel que la non transparence et
les asymétries d’information qui peuvent aboutir à une
sélection adverse ou à un aléa moral où le marché
devient imparfaite, alors la problématique qui se pose:

“Comment les marchés imparfaits fonctionnent-ils ? ”


Axe 1 : De la concurrence parfaite à la concurrence
imparfaite

A- Conditions de la concurrence pure et parfaite (Rappel)


Concurrence pure et parfaite

Atomicité Homogénéité La libre entrée et Transparence Mobilité des facteurs de


du des produits sortie sur le du marché production
marché marché

Dans ce modèle de CPP,l’entreprise est un “ preneuse de prix ” ou “ price-


taker ” c’est à dire le prix est une donnée exogène et les entreprises ne
peuvent pas fixer le prix de leurs produits mais elles doivent s’adapter au
prix du marché.
Si les entreprises veulent maximiser leur profit, elles doivent réduire
leurs coûts.Elles produisent jusqu’à que leurs coût marginal et moyen
égalisent le prix de vente sur le marché.La demande des consommateurs est
représentée par une droite horizontale qui est inélastique par rapport au
prix .
B- Les différentes situation de la concurrence imparfaite

Le monopole

une seule entreprise face à un grand nombre de demandeurs

L’entreprise qui
impose son prix de
vente aux acheteurs
Exemple:

Sur le monopole l’entreprise fixe un prix supérieur au prix


d’équilibre ce qui signifie que l'hypothèse de l’atomicité est remise
en cause.

Atomicité
L’oligopole :

Un petit nombre d’offreurs face à un grand nombre de demandeurs


Exemple :

La téléphonie mobile au Maroc

Dans la théorie économique, l’oligopole est une situation de marché


imparfaite . En effet, dans le cadre de la CPP, les offreurs doivent être
indépendants, mais ce n’est pas le cas d’un oligopole où le profit d’un
vendeur dépend de l’attitude des autres offreurs.
La concurrence monopolistique :

Une situation de marché dans laquelle un producteur parvient à


différencier son produit de ceux de ses concurrents. les produits sont
parfaitement substituables les uns des autres .

• Aucune barrière à l’entrée ou à la sortie – Profits attirent les concurrents. – Pertes font
sortir des entreprises.
Dans le cadre de la concurrence monopolistique le bien de
chaque producteur est unique, mais il y a des substituts
proches.

La concurrence monopolistique est un cas central de


concurrence imparfaite . Il s’agit d’une remise en cause
de la condition d’homogénéité des produits : les produits
sont imparfaitement substituables.

Homogénéité
Axe 2 : L’équilibre des marchés imparfaitement
concurrentiels

A- Le monopole :

● Le monopole simple:

La courbe de demande du monopole correspond à sa courbe de revenu moyen


puisqu’il est le seul offreur sur le marché. Cette courbe de demande est
décroissante avec le prix donc la courbe de revenu marginal est forcément
située au niveau inférieur.Cette demande peut être notée Q = f (P) avec Q la
quantité demandée en fonction du prix P. Lorsque la demande est continue et
strictement décroissante, on peut Définir la fonction P = f −1(Q)= F(Q) qui
est la fonction inverse de la demande.

Le revenu ou la recette totale est égal à R = PQ = Q F(Q)

La recette moyenne est égale à RM = P = F (Q)

Le revenu marginal peut s’exprimer de la manière suivante


Profit = recettes totales – coûts totaux

Il cherche donc la quantité Q qui maximise :

Π (Q) = P(Q)Q – CT(Q)

Les conditions de premier et de second ordre :


● Le monopole discriminant :

On parle dans ce cas de discrimination par les prix quand il s’agit de la vente d’un
produit à deux ou plusieurs marché différents en appliquant des prix différents.

Discrimination : application de prix différents pour le même produit.

✓ Une seule entreprise


✓ Un seul produit
✓ Deux ou plusieurs prix
✓ Deux ou plusieurs clientèles
L’entreprise vise un profit dans le cas de discrimination est supérieur au profit
sans discrimination

La discrimination nécessite deux ou plusieurs catégories de client (sous


marchés)

✓ Si (e1) : Élasticité de la demande de clientèle 1


✓ Si (e2) : Élasticité de la demande de la clientèle 2
Donc:

e1= (ΔQ1/ΔP1) x (P1/Q1) = Q’1 X (P1/Q1)

e2= (ΔQ2/ΔP2) x (P2/Q2) = Q’2 X (P2/Q2)


B- L’oligopole:

Sur l’oligopole la décision d’une entreprise à des conséquences sur les


autres. Les entreprises peuvent adopter un comportement selon les
analyses de Cournot ou de Stackelberg

Elles peuvent se livrer à une guerre des prix pour conquérir le marché ou
s’entendre entre elles et former un Cartel .Lorsque les entreprises ne
coopèrent pas les décisions permettent rarement de parvenir à une
situation optimale c’est tout l'intérêt de l’apport de la théorie de jeux
Il existe deux types d’oligopole :

1- Oligopole coopératif:

Les entreprises coopèrent et coordonnent en matière de quantité et de prix. Ces


entreprises s’engagent dans des accords de coopération appelés collusion. Il
existe deux types:

- Le Cartel : pour éviter une concurrence qui peut se révéler néfaste pour tous,
les producteurs en situation d'oligopole coopèrent entre eux pour limiter la
concurrence . La forme la plus aboutit de l’entente est le Cartel. Dans ce cas les
entreprises passe un accord explicite qui définit le niveau de production et donc,
par voie de conséquence, le prix des produits.

L’accord peut aussi porter sur le partage du marché, le Cartel attribue ainsi à
chaque entreprise, pourtant juridiquement indépendantes, des quotas de
production
Le Cartel maximise son profit en produisant la quantité qui égalise la Rm avec
Cm. Mais le cartel n’est pas durable parce que dans la plupart des cas les
entreprises trichent lorsqu'elles vendent avec un prix moins cher et
s’approprient une part de marché plus élevée.

● Entreprise dominante :

Il s’agit d’une entente tacite (informelle) passée entre un groupe d’entreprises


en vertu de laquelle une entreprise est désignée pour coordonner les décisions
en matière de prix . Cette entreprise est appelée dominante. C’est
généralement celle qui a le plus pouvoir sur le marché. cette entreprise
dominante fixe le niveau de production. fixe les prix comme un monopole est
ensuite elle permet aux autres de vendre tout ce qu’elles produisent avec le
prix fixé par elle.
2- Oligopole non coopératif :
Les entreprises choisissent de ne pas coopérer et donc de faire recours à une
stratégie concurrentielles, soit, par des stratégies relatives aux quantités ou des
stratégies relatives aux prix. L’oligopole non coopératif est analysé par :

● la théorie de jeux:

dans le cas d’oligopole un nombre limité d’entreprise est présent sur le marché.
chaque décision de chaque entreprise a une influence sur les autres entreprises;
elles doivent donc adopter un comportement d’un type stratégique. elle
montrent comment les individus rationnels maximisant la satisfaction et
pourquoi cette maximisation individuelle ne conduit pas toujours à l’optimum
collectif

la théorie de jeux étudie la prise de décision et les effets de comportement


stratégique
● le duopole de Cournot

ce modèle repose sur 4 hypothèses

- le produit vendu par les deux entreprises est identiques


- le prix du produit est une fonction de la quantité totale vendue par les deux
entreprises
- la variable stratégique dans ce modèle est la quantité
- chaque entreprise cherche à maximiser son profit
sur le duopole de Cournot on parle à la fonction de réaction qui est une
relation qui montre comment une entreprise choisit son volume de
production afin de maximiser son profit sachant que l’autre entreprise
produit une quantité donnée de ce bien

supposons l’entreprise A et l’entreprise B produisent Q1 et Q2


simultanément, pour que l’entreprise maximise son profit il faut que : d Π 1/
dq1 = 0 et dΠ2/dq2= 0
● Duopole de Stackelberg:
Dans le modèle de Stackelberg (1934), les entreprises entreprises fixent la production
production mais une d’elles prend sa décision avant les autres. L’entreprise leader choisit son
niveau de production, puis les autres entreprises ayant pris connaissance de la quantité produite
par le leader,sont libres de fixer leur quantité optimale de production.
Supposons l’entreprise A est le leader qui décide de produire q1 et l’entreprise B qui est le
suiveur et qui doit observer ensuite décider de produire q2, la fonction de la demande inverse
est:

P(q)=80 + 4q et CT =20q

π2 = RT-CT = (P.q2) - CT
=[(80-4*(q1 +q2) )* q2)] - 20 q2
=[(80 -4q1- 4q2 ) * q2 ] - 20 q2
=(80 q2 - 4q1q2 -4q2²) - 20 q2

π2 = -60q2 - 4 q1q2 - 4q2²


dπ1 / dq2 = 0
dπ1 / dq2 = 0
60 - 4q1 - 8 q2 = 0
30 q1 - 2q1² = 0
-8q2 = 60 - 4q1
q1 = 30/4 = 7,5
q2 = 7,5 - 0,5q1
Donc: q2 = 7,5 -0,5 q1= 3,75
π1 = (P*Q) - CT

=( 80-(4*(q1 + (7,5 - 0,5 q1) * q1 ) -


CT

=( 80 -(4q1 - 30 + 2q1) * q1) - CT

=60 q1- 4q1² - 30 q1 + 2 q1²


π1 = 30 q1 - 2q1²
● La concurrence monopolistique:

La concurrence monopolistique à court terme :

Dans la compétition monopolistique, chaque firme agit comme si elle était en situation de monopole.
Chaque firme produit un bien différencié, c’est pourquoi chacun des firmes fait face à une courbe de
demande décroissante.

Lorsque les firmes réalisent des profits économiques, de nouvelles firmes sont incitées à entrer sur le
marché. Comme il n’y a pas de barrières à l’entré, l’entreprise qui voit qu’il y a une potentialité de
profit va donc entrer sur le marché. Ceci provoque:

• Augmente le nombre de produits (variétés) offerts

• Réduit la demande qui s’adresse à chaque firme déjà présente sur le marché → déplacement vers la
gauche de la courbe de demande des firmes en place.

• Réduit le profit des firmes en place.


Lorsque les firmes font des pertes économiques, elles sont incitées à sortir du marché. Ceci:

• Diminue le nombre de produits (variétés) offerts.

• Accroît la demande pour les biens des firmes restant sur le marché → déplace vers la droite la
courbe de demande qui s’adresse aux firmes restantes.

• Augmente le profit des firmes restantes.

La concurrence monopolistique à long terme : Ce processus d’entrée et de sortie continue jusqu’à ce


que les firmes sur le marché réalisent un profit économique égal à zéro.

Deux caractéristiques de l’équilibre de long terme :

1- Comme en monopole, le prix est supérieur au coût marginal. a) La condition nécessaire à la


maximisation du profit est l’égalité entre le revenu marginal et le coût marginal. b) La courbe de
demande (résiduelle) décroissante engendre un revenu marginal plus faible que le prix.

2. Comme sur un marché de concurrence parfaite, le prix est égal au coût moyen en raison de la libre
entrée et sortie qui engendre un profit économique nul.
Conclusion :

Après avoir traiter les situations de la concurrence


imparfaite on peut conclure que ; En concurrence
imparfaite le marché est dans une situation de la non
transparence. les entreprises peuvent imposer des prix
différents de celui de la concurrence pure et parfaite.
Les structures de ce marché représentent la réalité
économique, l’atomicité de la concurrence pure et
parfaite n’est pas respectée; chaque entreprise peut
élaborer des stratégies en tenir compte de la présence
de ses concurrents.
Bibliographie

● Microéconomie modèles de marchés et équilibre économique


général – cours et exercices;
● Wikipédia;
● Mémoire online;
● fr.slideshare.net.

Vous aimerez peut-être aussi