Vous êtes sur la page 1sur 59

 01 76 35 02 40

Toggle navigation

Contrat de sous-traitance en BTP : intérêt et particularités

1.
2. Guides
3. Contrats de travail
4. Contrat de sous traitance
5. Contrat de sous-traitance en BTP : intérêt et particularités

Le contrat de sous-traitance en BTP ou contrat de sous-traitance de marché


privé est un élément indispensable afin de garantir le bon déroulement des
relations entre une entreprise principale et un sous-traitant. Pour garantir sa
pertinence et son efficacité, la rédaction de ce document doit être réalisée
minutieusement en y intégrant diverses informations importantes. Pour faciliter la tâche
des professionnels du secteur, les organisations professionnelles du BTP ont mis en
place des modèles de contrat de sous-traitance mis à jour en 2018. Tour d’horizon.

Modèle de contrat de sous-traitance BTP

SOMMAIRE

 Pourquoi avoir recours à un contrat de sous-traitance BTP ?


 Rédiger un contrat de sous-traitance BTP : conditions générales et
particulières
 Comment résilier un contrat de sous-traitance BTP ?
 Exécution du contrat de sous-traitance BPT : attention aux litiges
 Que faire en cas de litige pendant l’exécution du contrat de sous-
traitance BTP ?
 Modèles de contrat de sous-traitance BTP (FFB – FNTP)

POURQUOI AVOIR RECOURS À UN CONTRAT DE SOUS-


TRAITANCE BTP ?
En cas de pic d’activité, une entreprise peut recourir à de la sous-traitance ou de la
prestation de service. Il en est de même lorsque la structure a un besoin ponctuel de
compétences qu’elle ne maîtrise pas. Régie par la loi de 1975, la sous-traitance peut
être appliquée à divers secteurs, notamment celui du BTP.

Désignant une relation tripartite, la sous-traitance fait intervenir trois personnes, à savoir :

 Le maître d’ouvrage qui est le client principal ;


 Le donneur d’ordre qui est l’entreprise principale ;
 Le sous-traitant.

Il faut savoir que le sous-traitant est chargé d’exécuter une partie du contrat de marché
public, ou tout ou une partie du contrat d’entreprise conclu entre le donneur d’ordre et le
maître de l’ouvrage.

En ce qui concerne la prestation de services, celle-ci n’implique que deux personnes et


concerne la réalisation d’un service par un prestataire extérieur à l’entreprise qui en est le
bénéficiaire.

Pourquoi recourir à la sous-traitance en BTP ?

Faire appel à un sous-traitant présente divers avantages pour un entrepreneur :

 Permet de pallier une insuffisance technique du donneur d’ordre.


 Assure une meilleure réactivité face à des offres émises par le maître d’ouvrage,
notamment lorsque le carnet de commande du donneur d’ordre est plein.
 Permet de profiter d’une obligation de résultat. Le sous-traitant s’engage à fournir des
résultats en respectant les délais impartis.
 Apporte une main d’œuvre qualifiée notamment lorsque le donneur d’ordre ne dispose ni
de l’expertise ni des moyens nécessaires pour effectuer les travaux.

Établir un contrat de sous-traitance en BTP : les avantages

Afin d’encadrer les relations entre le donneur d’ordre et le sous-traitant, l’établissement


d’un contrat de sous-traitance est requis. En effet, un contrat de sous-traitance en BTP
permet de définir les règles encadrant les échanges entre les deux parties. Ce
document fixe les droits ainsi que les obligations des contractants en définissant
notamment les prestations à réaliser, les délais ou encore les prix.
Contrairement au contrat de travail, le contrat de sous-traitance se distingue
principalement par l’absence de lien de subordination entre le sous-traitant et l’entreprise
principale.

RÉDIGER UN CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE BTP : CONDITIONS


GÉNÉRALES ET PARTICULIÈRES
Lors de la rédaction d’un contrat de sous-traitance en BTP, il importe d’y insérer des
conditions générales ainsi que des conditions particulières. Il faut savoir que toute
modification susceptible de survenir lors de l’exécution d’un projet peut faire l’objet d’un
avenant au contrat de sous-traitance.

À noter : dans le cas d’un contrat de prestation de service, chaque modification nécessite aussi
un avenant au contrat de prestation de service.

À propos des conditions générales

Les conditions générales désignent des clauses intégrées dans l’ensemble des contrats
de sous-traitance utilisés dans un même secteur. Ce document comprend diverses
informations essentielles permettant une bonne compréhension du contrat portant
notamment sur :

 L’objet du contrat et les pièces contractuelles ;


 L’application des dispositions légales ainsi que contractuelles ;
 Les modalités d’exécution des travaux ;
 Les obligations des contractants ;
 Les dispositions concernant les prix ;
 La garantie de paiement ainsi que sur les modalités de règlement ;
 Les règles relatives aux délais et aux calendriers d’exécution ;
 Les conditions concernant la réception des travaux ;
 La retenue de garantie ;
 Les responsabilités du sous-traitant ;
 Les dispositions relatives aux assurances ;
 Les règles concernant les dépenses communes ;
 La propriété industrielle ;
 Les conditions de résiliation ;
 La réserve de propriété ;
 Les procédures de recours et de contestations en cas de litiges.

À propos des conditions particulières

Généralement plus courtes que les conditions générales, les conditions particulières
sont adaptées au profil et à la situation particulière du sous-traitant. Diverses
informations y sont énoncées, notamment :

 L’identité et autres informations concernant le sous-traitant (adresse, n° SIREN ou


SIRET…) ;
 Les travaux faisant l’objet du contrat ;
 Les conditions d’exécution des travaux ;
 Les tarifs appliqués concernant la réalisation des travaux ainsi que les conditions de
paiement ;
 Les délais et pénalités de retard d’exécution ;
 Les travaux supplémentaires ;
 Les assurances souscrites par le sous-traitant ;

COMMENT RÉSILIER UN CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE BTP ?


La résiliation d’un contrat de sous-traitance en BTP peut survenir suite à diverses
situations, notamment :

 Résiliation du marché principal que le donneur d’ordre ait tort ou non. En cas de faute de
l’entreprise principale, celle-ci est tenue de fournir une indemnité proportionnelle au
préjudice subi par le sous-traitant.
 Défaillance contractuelle du sous-traitant ;
 Le redressement ou la liquidation judiciaire du sous-traitant ;
 Le défaut de paiement (résiliation effectuée par le sous-traitant) ;

Dans le cas où le contrat de sous-traitance est conclu pour une durée indéterminée, un
préavis est nécessaire pour éviter les conséquences préjudiciables. Pour cela, la
rupture doit être annoncée par écrit via une lettre recommandée avec accusé de
réception.

En revanche, pour un contrat de sous-traitance conclu pour une durée déterminée, celui-
ci peut être rompu d’un commun accord entre les parties.

EXÉCUTION DU CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE BPT :


ATTENTION AUX LITIGES
Pour que l’exécution du contrat de sous-traitance en BTP se déroule parfaitement et pour
éviter toute situation pouvant engendrer un litige, il convient de porter une attention
particulière au contenu du contrat. Ainsi, les dispositions prévues dans le document
doivent être complètes, précises et claires.

Par ailleurs, il importe que les règles mentionnées dans le contrat respectent les droits de
chaque contractant. En outre, les obligations de chacun doivent être précisées avec
transparence. D’autres conditions sont à respecter :

 Vérification des qualifications des sous-traitants avant la conclusion d’un contrat


 Mention claire et précise du respect du délai de préparation et d’exécution des travaux ;
 Définition des modalités de paiement par les deux parties et mention dans le contrat de
sous-traitance en BTP.
Il en est de même lors de l’établissement d’autres types de contrat comme un contrat de
prestation de services freelance, un contrat de travail en CDD ou encore un CDI de
chantier.

QUE FAIRE EN CAS DE LITIGE PENDANT L’EXÉCUTION DU


CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE BTP ?
Lors de la réalisation d’un contrat de sous-traitance en BTP, un différend peut survenir
entre le donneur d’ordre et le sous-traitant. Dans ce cas, un règlement à l’amiable est
généralement recommandé. Pour cela, il est possible de recourir à diverses méthodes,
notamment :

 La conciliation qui peut être à l’initiative des parties, des avocats ou des juges.
 L’arbitrage qui constitue une méthode payante faisant intervenir une personne tierce
(l’arbitre) qui règlera le litige en mettant en place les points d’un accord prévus dans
une clause compromissoire .
 La médiation qui fait intervenir un médiateur qui se chargera de réunir les contractants
pour organiser un dialogue afin de les aider à trouver une solution convenant aussi bien à
l’un qu’à l’autre.

Il faut savoir que les organisations professionnelles du BTP peuvent fournir aux
entreprises une ou plusieurs instances de médiation pouvant assurer le rôle de médiateur
en cas de litiges.

MODÈLES DE CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE BTP (FFB – FNTP)


Pour ceux qui recherchent des exemples de contrat de sous-traitance en BTP, il faut
savoir que le modèle de contrat de sous-traitance signé par diverses organisations
professionnelles de ce domaine, notamment la FFB et la FNTP a fait l’objet d’une mise
à jour en 2018.

Il est à noter que cette nouvelle édition comporte deux versions de conditions
particulières, à savoir la version complète et la version simplifiée.

Pour avoir les modèles complets et simplifiés des conditions particulières du contrat de
sous-traitance en BTP, il convient d’envoyer une demande auprès de la Direction des
Affaires Juridiques à l’adresse daj@fntp.fr. À savoir toutefois que l’accès aux modèles de
contrat de sous-traitance en BTP est limité aux entreprises adhérentes en indiquant le
numéro TP.

Oui, beaucoupOuiPas vraimentNonPas du tout

Cet article vous a-t-il été utile ? 





Avis

Contrat de sous traitance

 Faire appel à un auto-entrepreneur pour de la sous-traitance

 Contrat de sous-traitance en BTP : intérêt et particularités

 Contrat de sous-traitance de marché privé - Guide complet

 Contrat de sous-traitance ou contrat de prestation de service

 01 76 35 02 40

 Guides
 CONTACT

 Question pour un avocat


 Nos services
 Sociétés
 Travail
 Propriété Intellectuelle
 Immobilier
 Famille
 Vie quotidienne
A propos

 Équipe
 Recrutement
 Conditions générales
 Mentions légales
 Politique de confidentialité
Liens utiles
 Documents & services juridiques
 Question pour avocat
 Guides juridiques
 F.A.Q
 Charte avocats
Nos services juridiques

 Création d’entreprise
 Création d'association
 Contrats de travail
 Contrats commerciaux
 Contrats de location
Nous contacter
Formulaire de contact

LegalPlace
2 rue Dieu
75010 - Paris
01 76 35 02 40

 Facebook

 Twitter

 Linkedin

2019 © LEGALPLACE SAS


!

Oui, beaucoupOuiPas
vraimentNonPas du tout
Contrat de sous-traitance du BTP :
conditions générales
le 10/01/2014 | Second œuvre, Artisans, Entreprises, Travaux sans tranchée

Ma newsletter personnalisée
Sous-traitance -

Explications et recommandations Fédération Française du Bâtiment (FFB),


Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP), Confédération de l'Artisanat et
des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), Conseil National de la Sous-Traitance
du Bâtiment (CNSTB), Entreprises Générales de France.BTP (EGF BTP), Syndicat
National du Second œuvre (SNSO), Fédération des SCOP du BTP (Fédération scOP
BTP) Édition 2014

L'utilisation de ce document est recommandée par :

• le ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement ;

• le ministère de l'artisanat, du commerce et du tourisme ;

• le ministère de l'économie et des finances ;

• le médiateur des relations interentreprises ;

• le médiateur des marchés publics.

Les marchés de travaux de bâtiment, de travaux publics et de génie civil, qu'ils soient
publics ou privés, impliquent fréquemment le recours à la sous-traitance.

Les conditions générales du contrat de sous-traitance dont le texte suit ont pour objet de
définir dans ce cadre, et conformément aux dispositions de la loi du 31 décembre 1975
relative à la sous-traitance, des relations contractuelles équilibrées et loyales entre
l'entreprise principale et l'entreprise sous-traitante.

Choix des sous-traitants

L'entreprise qui envisage le recours à une sous-traitance procède préalablement à un


examen attentif des compétences techniques des entreprises sous-traitantes candidates.

A cet effet, le sous-traitant justifie de ses compétences professionnelles par tout moyen de
son choix. Pour les marchés publics, le sous-traitant peut être amené à produire les mêmes
documents que ceux exigés de l'entrepreneur principal conformément aux textes
réglementaires en vigueur.

La consultation doit s'effectuer dans des délais raisonnables pour que les entreprises
consultées puissent valablement étudier le dossier qui leur est remis par l'entreprise
principale.

L'entreprise principale s'assure lors de la conclusion du contrat que l'entreprise sous-


traitante retenue est dans une situation régulière au regard de ses obligations fiscales et
sociales, et s'engage à respecter toutes les dispositions du code du travail, y compris celles
concernant le travail dissimulé, et les dispositions de la loi du 31 décembre 1975 à l'égard
de ses propres sous-traitants.

L'entreprise principale s'engage à remettre à son ou ses sous-traitant(s) le(s) contrat(s) de


sous-traitance signé(s) au plus tard au démarrage des travaux sous-traités.

L'entreprise sous-traitante s'engage à utiliser le présent contrat-type avec ses propres sous--
traitants.

Le contrat de sous-traitance est conclu avant ou après la conclusion du marché principal par
l'entreprise principale et le maître de l'ouvrage.

Le sous-traitant qui fait un apport technique sous la forme d'un projet spécifique qui serait
utilisé pour la mise au point de l'offre principale, doit bénéficier d'une reconnaissance
conventionnelle des droits afférents à cet apport.

Dans le cas où l'entreprise principale a produit matériellement au maître de l'ouvrage avec


son offre, l'offre d'un sous-traitant :

• si elle devient titulaire du marché, elle s'interdit de remettre ce sous-traitant en


concurrence avec d'autres ;

• si l'offre principale donne lieu à des négociations après la remise de l'offre avec le maître
de l'ouvrage, l'entreprise principale tient obligatoirement informé le sous-traitant qui a toute
latitude pour accepter ou non les conséquences de cette négociation pour ce qui le
concerne.

Loi du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance

Conformément à la loi du 31 décembre 1975, l'entreprise principale fait accepter


l'entreprise sous-traitante et agréer les conditions de paiement du contrat de sous-traitance
par le maître de l'ouvrage au moment de la conclusion et pendant toute la durée du contrat
ou du marché.

Lorsque le maître de l'ouvrage est l'Etat, une collectivité territoriale, un établissement


public ou une entreprise publique (titre II de la loi de 1975), l'entreprise principale doit, lors
de la soumission, indiquer au maître de l'ouvrage la nature et le montant de chacune des
prestations qu'elle envisage de sous-traiter ainsi que les sous-traitants auxquels elle
envisage de faire appel.
En cours d'exécution du marché, l'entreprise principale peut faire appel à de nouveaux
sous-traitants, à la condition de les avoir déclarés préalablement au maître de l'ouvrage.

L'entreprise sous-traitante du titulaire du marché (sous-traitant direct) est payée directement


par le maître de l'ouvrage pour la part du marché dont elle assure l'exécution. Les sous-
traitants indirects doivent bénéficier d'une caution personnelle et solidaire, ou d'une
délégation de paiement. Lorsque le maître de l'ouvrage est privé (titre III de la loi de 1975),
l'entreprise principale garantit le paiement de toutes les sommes dues à l'entreprise sous-
traitante soit en lui fournissant une caution personnelle et solidaire d'un établissement
agréé, soit en lui délégant le maître de l'ouvrage.

En cas de difficultés pour obtenir des cautions, la délivrance de délégations de paiement


doit être favorisée.

Exécution et paiement des travaux

Les relations entre l'entreprise principale et l'entreprise sous-traitante sont fondées sur un
esprit de collaboration qui doit permettre en cas de besoin des rencontres aux plus hauts
niveaux. (1)

Pour la bonne exécution des travaux objet du contrat de sous-traitance, un soin particulier
doit être apporté à la définition et au respect des délais tant de préparation que de
réalisation.

Les parties déterminent les conditions de paiement dans le contrat de sous-traitance.

Si l'entrepreneur principal bénéficie d'un délai de paiement plus court que le délai
maximum de paiement légal ou réglementaire, il répercute ce délai au sous-traitant.

Lorsque le marché principal est révisable, les conditions de paiement du sous-traitant


doivent en tenir compte selon les conditions d'exécution de son contrat.

Lorsque le contrat de sous-traitance prévoit que les acomptes seront amputés d'une retenue
de garantie, l'entreprise sous-traitante pourra y substituer conformément à la loi du 16
juillet 1971 une caution personnelle et solidaire.

L'entreprise principale s'engage à donner un avenant ou un ordre de service préalable pour


tous travaux supplémentaires confiés à l'entreprise sous-traitante. L'entreprise principale
s'attachera, s'agissant de l'augmentation ou de la diminution de ses propres travaux, aux
conséquences qu'elles pourraient entraîner sur les travaux sous-traités et sur le préjudice qui
pourrait en résulter.
L'entreprise principale s'engage à transmettre à l'entreprise sous-traitante dès réception les
comptes rendus de coordination et ceux des rendez-vous de chantier qui la concernent.

Avant l'intervention de l'entreprise sous-traitante sur les supports exécutés par elle-même
ou un autre de ses sous-traitants, l'entreprise principale veille à les faire réceptionner par
l'entreprise sous-traitante intervenante et s'engage à lui permettre de prendre toute
disposition pour constater l'état des ouvrages sur lesquels elle doit intervenir.

L'entreprise principale veillera à n'appliquer ou à ne maintenir des pénalités de retard à


l'entreprise sous-traitante que si du fait de cette dernière, et après réception des travaux et
levée des réserves éventuelles, elle-même ou une autre entreprise sous-traitante a subi des
pénalités ou un préjudice qu'elle peut prouver.

L'entreprise principale s'engage à transmettre à l'entreprise sous-traitante une copie du


procès-verbal de la réception prononcée par le maître de l'ouvrage.

Dans les marchés soumis au CCAG-Travaux 2009 :

Le sous-traitant direct (1er rang) ou indirect (2e rang ou plus) qui sous-traite doit adresser à
son entrepreneur principal, soit la copie de la caution qu'il délivre à son sous-traitant, soit
l'acte de délégation de paiement, aux fins de transmission au maître de l'ouvrage.

Règlement des litiges

L'attention des entreprises est appelée sur le choix qui leur incombe en matière de
règlement des différends : médiation, arbitrage ou tribunaux. A tout moment les entreprises
ont la faculté de régler à l'amiable leurs litiges. A cet effet, elles peuvent désigner d'un
commun accord un médiateur chargé de réunir les parties et de provoquer entre elles un
dialogue permettant de formuler des propositions pour aboutir à une transaction.

Dans cette perspective, les entreprises peuvent demander aux instances professionnelles de
leur proposer une ou plusieurs personnes aptes à assumer la mission de médiateur.

Article 1 Objet du contrat - Pièces contractuelles

1-1 Les travaux faisant l'objet du présent contrat sont définis aux conditions particulières.

1-2 Les travaux sous-traités seront exécutés conformément aux conditions des pièces
contractuelles définies et numérotées aux conditions particulières.
1-3 En cas de contradiction entre deux ou plusieurs documents particuliers ou entre deux
ou plusieurs documents généraux du présent contrat, les indications du document portant le
numéro le moins élevé dans l'énumération priment sur les autres. En cas de contradiction
entre un document général et un document particulier, ce dernier prévaut. La
réglementation en vigueur prévaut sur toute autre pièce.

1-4 Il est expressément stipulé que les conditions générales de vente ou de travaux, ou tous
autres documents similaires, édictés ou habituellement utilisés par l'entrepreneur principal
ou le sous-traitant, ne sont pas applicables au présent contrat.

1-5 Dans le cas de signature du contrat de sous-traitance avant conclusion du marché


principal, l'entrepreneur principal s'engage pour l'exécution des travaux objet du présent
contrat à ne présenter à l'acceptation du maître de l'ouvrage que le seul entrepreneur
désigné comme sous-traitant aux conditions particulières. En ce cas, le présent contrat est
signé sous la condition suspensive expresse que le marché principal comportant le nom et
les conditions de paiement du sous-traitant soit lui-même attribué à l'entrepreneur principal
par le maître de l'ouvrage.

1-6 Comptage des délais

Dans le cadre du présent contrat, tout délai exprimé en jours s'entend en jours calendaires, à
moins qu'il n'en soit disposé autrement dans les conditions particulières.

Article 2 Application des dispositions légales et contractuelles


2-1 Acceptation du sous-traitant et agrément des conditions de paiement

Avant l'exécution des travaux objet du présent contrat, l'entrepreneur principal,


conformément à l'article 3 de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975, doit faire accepter le
sous-traitant et faire agréer ses conditions de paiement par le maître de l'ouvrage. Il informe
le sous-traitant de la décision prise par le maître de l'ouvrage.

Lorsque le sous-traitant n'aura pas été accepté ni les conditions de paiement agréées par le
maître de l'ouvrage, l'entrepreneur principal sera néanmoins tenu envers le sous-traitant
mais ne pourra invoquer le contrat de sous-traitance à l'encontre du sous-traitant.

Le présent contrat est résilié de plein droit en cas de refus d'acceptation du sous-traitant ou
d'agrément de ses conditions de paiement par le maître de l'ouvrage.
2-2 Lors de la conclusion du présent contrat, le sous-traitant doit :

• fournir les documents et attestations en matière de lutte contre le travail illégal


conformément aux obligations du code du travail (un exemple de déclarations est annexé
aux conditions particulières).

• en cas de marché principal soumis au code des marchés publics, justifier la régularité de
sa situation sociale et fiscale et déclarer qu'il ne tombe pas sous le coup d'une interdiction
d'accéder aux marchés publics,

• fournir la justification de ses compétences professionnelles par tout moyen de son choix.
Pour les marchés publics, le sous-traitant peut être amené à produire les mêmes documents
que ceux exigés de l'entrepreneur principal conformément aux textes réglementaires en
vigueur,

• fournir les attestations d'assurances telles que prévues à l'article 11 des présentes
conditions.

Le sous-traitant qui envisage de sous-traiter à son tour doit :

- obtenir l'autorisation de la part de l'entrepreneur principal comme indiqué à l'article 4-32,

- obtenir du maître de l'ouvrage l'acceptation de son sous-traitant et l'agrément de ses


conditions de paiement.

2-3 Hygiène, sécurité, protection de la santé et des conditions de travail

2-31 Obligations générales du sous-traitant

L'entreprise principale informe le sous-traitant des dispositions applicables au chantier en


matière d'hygiène et de sécurité.

Le sous-traitant, pour ce qui le concerne, est tenu de prendre ou de faire prendre toutes
dispositions afin d'assurer la sécurité du chantier, l'hygiène, la santé et la sécurité de ses
travailleurs et la sécurité publique, en répondant à toutes les obligations mises à sa charge
par les textes réglementaires en vigueur.

Le sous-traitant doit procéder ou faire procéder aux épreuves et vérifications


réglementaires du matériel qu'il utilise sur le chantier, en particulier : échafaudages, garde-
corps ou filets, engins de levage, installations électriques.
Le sous-traitant, pour ce qui le concerne, doit exercer une surveillance continue sur le
chantier à l'égard de son personnel et de celui qu'il a sous son autorité pour leur propre
sécurité et celle des tiers du fait des travaux.

Le sous-traitant est responsable de tous les accidents ou dommages causés à toute personne
et résultant d'une faute dans l'exécution de ses travaux ou du fait de ses -travailleurs.

2-32 Travaux soumis à coordination SPS

Lorsque le chantier est soumis aux dispositions de la loi n° 93-1418 du 31 décembre


1993 et des textes pris pour son application, l'entrepreneur principal remet un exemplaire
du Plan Général de Coordination en matière de Sécurité et de Protection de la Santé
(PGCSPS) et, le cas échéant, le projet de Dossier d'Interventions Ultérieures sur l'Ouvrage
(DIUO) et les mesures d'organisation générales qu'il a retenues.

Dans ce cas, le sous-traitant dispose, avant le démarrage de ses travaux, pour établir et
remettre au coordonnateur SPS un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé
(PPSPS) d'un délai de 30 jours (8 jours pour les travaux de second œuvre) après la
réception du contrat de sous-traitance signé par l'entrepreneur principal.

Le délai de 30 jours (ou de 8 jours) peut être abrégé si le sous-traitant remet un PPSPS
satisfaisant et que le coordonnateur l'accepte et autorise le début des travaux.

Les dispositifs de sécurité mis en place par une entreprise ne peuvent être déplacés ou
enlevés par les autres entreprises sans son accord exprès.

Le sous-traitant, dans la mesure où il est concerné, doit participer au Collège


Interentreprises de Sécurité et de Santé et des Conditions de Travail (CISSCT) lorsque
cette instance existe sur le chantier.

2-4 Evacuation et traitement des déchets

Le sous-traitant est responsable de l'évacuation et du traitement des déchets de ses travaux.


Il procède à l'évacuation et à l'élimination de ses déchets selon les préconisations de
l'entrepreneur principal, qui doit fournir toutes les informations à ce sujet provenant du
maître de l'ouvrage. Le sous-traitant doit estimer et intégrer dans son offre le coût des
prestations correspondantes.

Dans la mesure où le maître de l'ouvrage ou son représentant doit établir un diagnostic


préalable et un recensement des filières d'élimination des déchets, les préconisations sont
transmises au sous-traitant qui les fera siennes.
L'entrepreneur principal doit prévoir de donner au sous-traitant les moyens en terme
d'organisation et de délai lui permettant de gérer ses déchets en respectant la législation
relative à la protection de l'environnement.

Article 3 Exécution des travaux

3-1 Le sous-traitant agit en tant qu'entrepreneur et assume de ce fait toutes les charges
occasionnées par les travaux sous-traités, notamment : recrutement de la main d'œuvre,
versement des salaires et des charges y afférentes, établissement des plans d'exécution et
notes de calcul, fourniture et mise en oeuvre des matériaux et matériels, paiement des
taxes, impôts, primes d'assurances..., la présente énumération n'étant pas limitative. Les
prestations et fournitures éventuelles à la charge de l'entrepreneur principal sont précisées
aux conditions particulières.

3-2 Le sous-traitant doit respecter les règles de l'art, les dispositions légales et
réglementaires et les prescriptions prévues aux conditions particulières.

3-3Le sous-traitant accepte les augmentations et les diminutions résultant d'un changement
de la masse des travaux ou de la nature des ouvrages prévus au devis descriptif dans les
limites fixées aux conditions particulières du présent contrat, ou à défaut dans le marché
conclu par l'entreprise principale avec le maître de l'ouvrage. En cas d'augmentation ou de
diminution excédant les limites prévues, le présent contrat peut être résilié par l'une ou
l'autre des parties ; dans ce cas, la résiliation intervient par lettre recommandée avec
demande d'avis de réception et en cas de diminution le sous-traitant a droit au
remboursement des dépenses engagées pour l'exécution des travaux.

3-4 Les travaux supplémentaires ou en diminution et les travaux modificatifs sont évalués
et réglés comme il est dit aux conditions particulières, ou par voie d'avenant au présent
contrat.

3-5 Réservations - scellements - raccords

A défaut de stipulation différente prévue dans les conditions particulières, les dispositions
ci-après sont applicables :

3-51 Réservations prévues à l'avance

Le sous-traitant indique sur plans à l'entrepreneur principal, dans les délais raisonnables
que celui-ci lui a impartis, les passages et réservations divers à prévoir dans les matériels
ou les ouvrages, pour les besoins des travaux du lot sous-traité.
L'entrepreneur principal fait son affaire et assume les frais nécessités par ces réservations.

Le sous-traitant doit la fourniture et la pose des fourreaux et pièces de scellement.

Le bouchage des trémies d'intérêt commun incombe à l'entrepreneur principal. Si, du fait
d'indications erronées ou insuffisantes du sous-traitant, des réservations ne sont pas aux
emplacements convenables, l'entrepreneur principal ne peut en être tenu pour responsable
et il facture au sous-traitant la valeur des bouchages et l'exécution des nouvelles -
réservations.

Par contre, l'entrepreneur principal ou l'entrepreneur chargé de l'exécution des travaux est
responsable des erreurs qui lui seraient -imputables.

3-52 Réservations et trémies, par suite d'une insuffisance et/ou d'absence de


renseignements imputable au sous-traitant

L'entrepreneur principal fait son affaire de l'exécution de ces réservations et trémies, aux
frais du sous-traitant, à l'emplacement et aux dimensions qui lui sont indiqués, dans la
mesure où ces percements ne risquent pas de compromettre la stabilité des ouvrages.

Il est précisé que seul l'entrepreneur principal est habilité à exécuter ou à faire exécuter par
l'entrepreneur spécialiste les percements dans les ouvrages en maçonnerie, en béton armé
ou en charpente métallique et en règle générale dans tous les éléments porteurs ou
concourant à la stabilité de l'ouvrage.

3-53 Scellements

Le sous-traitant exécute à ses frais et conformément aux règles de l'art, les scellements
nécessaires aux travaux de son corps d'état.

Toutefois, si des scellements normalement inclus dans les travaux du sous-traitant sont
exécutés par l'entrepreneur principal ou par un autre entrepreneur, ils sont indiqués dans les
conditions particulières, qui précisent en outre aux frais de qui ils sont effectués.

Les frais résultant des scellements non prévus sont supportés par l'entrepreneur dont les
travaux ont nécessité l'exécution de ces scellements et éventuellement par l'entrepreneur
principal s'ils sont la conséquence de modifications ordonnées par ce dernier.

3-54 Raccords après exécution de scellements non prévus, de modifications ou de


remplacements
L'entrepreneur principal fait exécuter ces raccords par le ou les entrepreneurs spécialisés.
Les frais qui en résultent sont supportés par l'entrepreneur dont les travaux ont nécessité
l'exécution de ces raccords et éventuellement par l'entrepreneur principal s'ils sont la
conséquence de scellements, modifications ou remplacements ordonnés par ce dernier.

Article 4 Liaisons et coordination

4-1 Les transmissions par lettre recommandée avec demande d'avis de réception prévues
dans le présent contrat peuvent être remplacées, sauf dispositions légales contraires, par
tout autre moyen faisant preuve précisé aux conditions particulières.

4-2 Obligations de l'entrepreneur principal

4-21 L'entrepreneur principal s'engage à fournir au sous-traitant en temps utile, tous les
plans et documents précisés aux conditions particulières.

4-22 L'entrepreneur principal, ou la personne qu'il désigne, établit en accord avec le sous-
traitant un calendrier prévisionnel des travaux à l'aide des éléments fournis par ce dernier,
en conformité avec le délai global d'exécution du marché principal, donné à titre indicatif
aux conditions particulières.

4-23 L'entrepreneur principal s'engage à transmettre dès réception au sous-traitant les


comptes rendus de coordination et ceux des rendez-vous de chantier qui le concernent. En
cas de besoin technique, l'entrepreneur principal pourra faire participer le représentant du
sous-traitant aux constats et aux réunions le concernant, ainsi qu'aux opérations préalables
à la réception des travaux conduites par le maître de l'ouvrage. Les dispositions consignées
dans les comptes rendus transmis au sous-traitant ont force contractuelle dans la mesure où
elles n'ont pas été contestées par le sous-traitant dans les formes et délais précisés aux
conditions particulières.

4-3 Obligations du sous-traitant

4-31 Le sous-traitant doit mener à bonne fin l'exécution de ses travaux et, à cet effet, il doit
notamment :

4-311 fournir en temps utile à l'entrepreneur principal les pièces énumérées aux conditions
particulières ;

4-312 faire toutes les observations qui lui apparaissent opportunes au regard des règles de
son art sur les études de conception ou d'exécution qui lui sont communiquées ; rendre
compte de toutes les sujétions intéressant l'organisation du chantier et l'exécution des
travaux ;

4-313 si le présent contrat est signé avant le marché principal, donner à l'entrepreneur
principal tous éléments et informations permettant de traiter le marché principal et relevant
de sa compétence professionnelle ;

4-314 aviser immédiatement par écrit l'entrepreneur principal des observations ou


réclamations qui lui seraient directement adressées et s'interdire de remettre au maître de
l'ouvrage des prix concernant des travaux modificatifs et d'exécuter tout ordre qui lui serait
donné directement par tout autre intervenant que l'entrepreneur principal ;

4-315 à peine de forclusion, signaler par écrit à l'entrepreneur principal dans un délai
maximum de 10 jours à compter de leur constatation par le sous-traitant tous les faits qui
peuvent justifier une demande ou une réclamation ;

4-316 déléguer un représentant habilité à prendre toutes dispositions relatives à la marche


des travaux aux réunions de coordination des travaux qui réunissent les entrepreneurs
concernés, et, sur demande de l'entrepreneur principal, aux rendez-vous de chantier qui
réunissent le maître de l'ouvrage ou son représentant et les entrepreneurs. En cas de
nécessité de déléguer un nouveau représentant, le sous-traitant avertit préalablement
l'entrepreneur principal de ce remplacement.

4-317 faire diligence aux contrôles rendus nécessaires pour la bonne exécution des travaux
;

4-318 à la demande de l'entrepreneur principal, le sous-traitant s'engage à l'assister dans ses


réclamations le concernant auprès du maître de l'ouvrage ;

4-319 dans les deux mois suivant la réception fournir le dossier de récolement accompagné
des notices techniques de fonctionnement.

4-32 Sauf disposition contraire précisée aux conditions particulières, le sous-traitant ne


peut céder, faire apport ou sous-traiter tout ou partie des travaux faisant l'objet du présent
contrat, sans l'autorisation préalable et écrite de l'entrepreneur principal.

Si le sous-traitant ne respecte pas l'obligation qui lui est faite, l'entrepreneur principal peut
exiger l'exécution complète des travaux par le sous-traitant ou, à défaut d'exécution,
prononcer la résiliation du présent contrat par application de l'article 14-2 ci-après.
Cependant, le sous-traitant dispose légalement du droit de céder à un établissement
financier tout ou partie de la créance qu'il détient au titre du présent contrat.

4-33Afin de satisfaire aux exigences d'assurance qualité éventuellement définies aux


conditions particulières, le sous-traitant fournit à l'entreprise principale les éléments, tels
que extraits de son manuel qualité, plan d'assurance qualité, permettant à l'entrepreneur
principal :

• soit de satisfaire, suivant les modalités définies aux conditions particulières, aux
dispositions prises par le maître de l'ouvrage, figurant dans le marché principal et relatives
à la mise en place du système qualité de l'opération, par exemple mise en place d'un
schéma directeur de la qualité ;

• soit de vérifier que les dispositions prises par le sous-traitant, suivant les modalités
définies aux conditions particulières, répondent aux exigences du système d'assurance
qualité que l'entrepreneur principal a pris l'initiative de mettre en oeuvre et dont, par
conséquent, il s'engage à s'appliquer à lui-même les exigences correspondantes.

Article 5 Prix

5-1 Les prix fixés aux conditions particulières s'entendent pour l'exécution et la parfaite
finition de tous les travaux faisant l'objet du sous-traité, tels qu'ils sont décrits et définis
dans les pièces contractuelles répertoriées aux conditions particulières.

Ils sont réputés tenir compte de toutes les circonstances de l'implantation, des spécificités
du contrat de sous-traitance et des délais, et rémunèrent le sous-traitant de tous ses débours,
charges et obligations normalement prévisibles.

5-2 Pour les marchés à prix global et forfaitaire les parties ne peuvent invoquer le devis
quantitatif-estimatif pour contester le caractère ainsi attribué à ce prix.

5-3 Les modalités d'actualisation et de révision des prix sont fixées aux conditions
particulières.

5-4 Les travaux supplémentaires confiés au sous-traitant par l'entrepreneur principal font
l'objet d'un ordre écrit ou d'un avenant au présent contrat préalable aux travaux.

5-5 Le sous-traitant bénéficie, s'il en remplit les conditions pour ses propres travaux, des
mesures de sauvegarde ou d'indemnisation qui seraient décidées par les pouvoirs publics et
accordées à l'entrepreneur principal, pour tenir compte d'une variation de caractère
exceptionnel et imprévisible d'un ou plusieurs éléments du prix de revient de ces travaux.
Article 6 Paiements

6-1 Le marché principal est conclu avec l'Etat, les collectivités territoriales, les
établissements ou entreprises publics (Titre II de la loi de 1975) :

6-11 Conformément à l'article 6 de la loi du 31 décembre 1975, le sous-traitant direct du


titulaire du marché bénéficie du paiement direct par le maître de l'ouvrage pour la part du
marché dont il assure l'exécution.

6-12 Les conditions particulières précisent les modalités de règlement (acomptes, solde et
éventuellement avances). Le sous-traitant s'engage à fournir à l'entrepreneur principal dans
les délais prévus aux conditions particulières toutes les pièces justificatives permettant le
règlement des travaux qu'il a exécutés, ainsi que sa demande de paiement libellé au nom du
maître de l'ouvrage. Le délai global de paiement du sous-traitant payé directement est
identique à celui prévu au marché pour le paiement du titulaire. Il est précisé aux
conditions particulières.

Le dépassement du délai global de paiement fait courir de plein droit à l'encontre du maître
de l'ouvrage au bénéfice du sous-traitant des intérêts moratoires au taux réglementaire en
vigueur.

6-13 Le montant de la situation du sous-traitant est éventuellement corrigé du montant des


pénalités prévues à l'article 7-5, dont il est redevable envers l'entrepreneur principal au titre
du présent contrat.

Selon l'article 8 de la loi, l'entrepreneur principal dispose d'un délai de quinze jours,
comptés à partir de la réception des pièces justificatives servant de base au paiement direct,
pour les revêtir de son acceptation ou pour signifier au sous-traitant son refus motivé par
lettre recommandée avec accusé de réception. Copie de la demande de paiement corrigée
sera alors adressée au sous-traitant. Passé ce délai, l'entrepreneur principal est réputé avoir
accepté celles des pièces justificatives ou des parties de pièces justificatives qu'il n'a pas
expressément acceptées ou refusées.

Selon l'article 116 du code des marchés publics (2), la procédure suivante doit être
respectée :

1. Le sous-traitant direct adresse au titulaire du marché, sous pli recommandé avec accusé
de réception ou dépose contre récépissé, les pièces suivantes :

- ses factures libellées au nom du titulaire,


- sa « demande de paiement » libellée au nom du pouvoir adjudicateur.

2. dès réception de l'accusé de réception ou du récépissé émanant du titulaire, le sous-


traitant adresse au pouvoir adjudicateur ou à la personne désignée dans le marché par le
pouvoir adjudicateur (maître d'œuvre) dont les coordonnées sont indiquées aux conditions
particulières du présent contrat :

- la copie de la « demande de paiement » libellée au nom du pouvoir adjudicateur,

- la copie des factures

- et l'accusé de réception ou le récépissé attestant que le titulaire a bien reçu ces documents
ou l'avis postal attestant que le pli a été refusé ou n'a pas été réclamé.

3. Le titulaire dispose d'un délai de 15 jours à compter de la signature de l'accusé de


réception ou du récépissé pour donner son accord ou notifier un refus, d'une part au sous-
traitant et d'autre part, au pouvoir adjudicateur et au maître d'œuvre.

Passé ce délai, le titulaire est réputé avoir accepté celles des pièces justificatives qu'il n'a
pas expressément acceptées ou refusées.

Dans ce cas, le pouvoir adjudicateur règle directement les sommes demandées par le sous-
traitant.

6-14 Si des difficultés surviennent quant aux comptes entre l'entrepreneur principal et le
sous-traitant, il appartient à la partie signataire du présent contrat la plus diligente de
solliciter, en référé, auprès de la juridiction compétente la nomination d'un expert chargé de
donner son avis sur les comptes entre les parties et de désigner un séquestre chargé de
recevoir du maître de l'ouvrage les sommes litigieuses entre l'entrepreneur principal et le
sous-traitant, de placer les fonds qu'il reçoit en un compte bloqué portant intérêt au profit
de qui il appartiendra.

6-15 Le sous-traitant qui sous-traite à son tour est tenu de délivrer à son sous-traitant la
garantie de paiement visée à l'article 6-21. Selon le CCAG-Travaux de 2009, le sous-
traitant direct ou indirect qui sous-traite doit adresser à son entrepreneur principal, soit la
copie de la caution qu'il délivre à son propre sous-traitant, soit l'acte de délégation de
paiement, aux fins de transmission au maître de l'ouvrage.

6-2 Le marché principal est conclu avec un maître de l'ouvrage autre que l'Etat, les
collectivités territoriales, les établissements ou entreprises publics (Titre III de la loi de
1975) :
6-21 Conformément à l'article 14 de la loi du 31 décembre 1975, l'entrepreneur principal
fournit au sous-traitant la garantie de paiement prévue à cet article pour toutes les sommes
dues au sous-traitant au titre de son contrat et de ses avenants éventuels. Celle-ci prend
obligatoirement la forme d'une caution d'un organisme financier, ou d'une délégation du
maître de l'ouvrage s'engageant à payer le montant des prestations exécutées par le sous-
traitant.

6-22 Les conditions particulières précisent :

• les modalités de règlement (acomptes mensuels, solde, éventuellement avances, délais de


paiement, etc.) ;

• les modalités particulières de règlement des prestations que l'entrepreneur principal


reconnaît être à sa charge personnelle. Sauf dispositions contraires figurant aux conditions
particulières, le délai de paiement des sommes dues est fixé au 30e jour suivant chaque
demande de paiement.

Les conditions particulières peuvent fixer un délai de paiement supérieur à 30 jours sans
dépasser 45 jours fin de mois ou 60 jours à compter de l'émission de chaque facture.

Dans le cas où les sommes dues au sous-traitant sont réglées après la date de règlement
figurant sur la demande de paiement, des intérêts de retard sont exigibles le jour suivant
cette date jusqu'à la date de paiement effectif. Les intérêts de retard de paiement sont
calculés, sans qu'un rappel soit nécessaire, au taux prévu par les dispositions législatives en
vigueur.

6-23 Le sous-traitant s'engage à fournir dans les délais prévus aux conditions particulières
tous les documents permettant le règlement des travaux qu'il a exécutés.

6-24 L'entrepreneur principal s'engage à revêtir de son acceptation, dans les 15 jours de
leur réception, les pièces que doit produire le sous-traitant à l'appui de sa demande de
paiement.

En cas de rejet ou de modification des pièces ci-dessus, l'entrepreneur principal est tenu
d'en faire connaître les motifs au sous-traitant. Copie de la demande de paiement corrigée
sera alors adressée au sous-traitant.

6-3 Le versement direct par l'établissement de crédit prévu à l'article 1799-1 alinéa 2 du
code civil est applicable au sous-traitant qui remplit les conditions édictées à l'article 12 de
la loi de 1975.
Article 7 Délais et calendrier d'exécution

7-1 La période de préparation d'une part, le délai d'exécution global ou les délais
d'exécution partiels d'autre part, les phases, dates et durée d'intervention qui peuvent se
situer à l'intérieur de ce ou ces délais en troisième lieu, sont définis ou modifiés dans les
conditions du présent article.

7-2 Période de préparation

7-21 La période de préparation, si elle est prévue aux conditions particulières, a pour objet
de permettre dans la mesure nécessaire au démarrage des travaux, notamment :

• l'exécution d'études,

• l'établissement d'un calendrier prévisionnel des travaux,

• les approvisionnements, installations et mises en place des matériels,

• la définition des mesures, installations et dispositifs de protection d'hygiène et de sécurité


sur le chantier.

7-22 Le point de départ et la durée de la période de préparation sont fixés par les conditions
particulières.

7-23 Sauf stipulations contraires aux conditions particulières le délai d'exécution comprend
la période de préparation. La durée de celle-ci doit être précisée aux conditions
particulières.

7-3 Calendriers d'exécution

7-31 Les travaux faisant l'objet du présent contrat doivent être exécutés dans le ou les
délais fixés aux conditions particulières ou par -avenant.

Le calendrier prévisionnel des travaux établi par l'entrepreneur principal en accord avec le
sous-traitant pendant la période de préparation, ou à défaut de celle-ci en temps utile, fixe,
en conformité avec les délais prévus aux conditions particulières, les dates, tâches et durées
d'intervention qui deviendront contractuelles. Ensuite, à la date fixée par l'entrepreneur
principal, le sous-traitant soumet à son approbation un calendrier d'exécution détaillé qui
devient contractuel après accord de ce dernier ; il est mis à jour dans les mêmes conditions.
En fonction du dernier calendrier établi, l'entrepreneur principal donne par écrit l'ordre de
commencer les travaux.

7-32 Des visites de contrôles préalables à la réception, en présence du sous-traitant,


peuvent être prévues au calendrier d'exécution détaillé.

7-4 Prolongation du délai d'exécution

Le ou les délais ne sont prolongés que dans les cas prévus aux conditions particulières. Dès
qu'il en a connaissance, l'entrepreneur principal doit informer le sous-traitant des retards
non imputables à ce dernier susceptibles d'affecter son délai d'exécution. Il doit établir un
nouveau calendrier d'exécution reprenant le délai d'exécution initialement convenu, sauf
accord entre les parties sur une modification dudit délai.

Le sous-traitant doit sous peine de forclusion signaler à l'entrepreneur principal, par lettre
recommandée avec demande d'avis de réception, dans un délai de quatre jours ouvrables à
dater du premier jour de leur manifestation, les faits susceptibles de donner lieu à
prolongation de délai. Une décision de prolongation sera alors notifiée par l'entrepreneur
principal.

7-5 Retards du sous-traitant - Pénalités

L'entreprise principale demeure personnellement responsable de l'exécution de toutes les


obligations du marché principal.

7-51 Retards sur délais d'exécution globaux

Dans le cas où une ou des dates ou durées d'exécution fixées par le calendrier d'exécution
visé en 7-3 - ou à défaut par les conditions particulières - ne sont pas respectées par le sous-
traitant, des pénalités sont appliquées par l'entreprise principale après envoi d'une lettre
recommandée avec demande d'avis de réception. Sauf stipulation différente précisée aux
conditions particulières, le taux de ces pénalités est celui du CCAG Travaux en vigueur
lorsque le marché principal est un marché public, ou celui de la norme Afnor NF P 03-
001 en vigueur lorsque le marché principal est un marché privé. Le montant des pénalités
doit faire l'objet d'un plafonnement dont le pourcentage est fixé aux conditions
particulières. A défaut d'indication dans les conditions particulières du pourcentage de ce
plafonnement, celui-ci est de 5 % du montant du contrat de sous-traitance.

7-52 Retards sur délais d'exécution partiels


En outre, les conditions particulières peuvent prévoir des pénalités pour retards en cours de
travaux, appréciés à la date d'établissement des situations de travaux d'après le calendrier
d'exécution détaillé que le sous-traitant n'a pas respecté. Ces pénalités pour des retards
imputables au sous-traitant sont déduites des situations de travaux correspondantes.

Le nombre de jours de retard est constaté contradictoirement. En cas de désaccord, le sous-


traitant formule ses réserves motivées sur ce constat dans un délai de quinze jours. Toute
retenue abusive donne lieu à réparation.

Dans le cas où le sous-traitant ainsi sanctionné rattrape son retard sans qu'il en résulte un -
décalage ou des dépenses supplémentaires dans les travaux des autres corps d'état, le
montant des retenues appliquées lui est remboursé sur la situation suivante. Dans le cas
contraire, ce montant est à valoir sur celui des pénalités.

Lorsqu'un retard du sous-traitant, même s'il est rattrapé à l'achèvement, entraîne un


préjudice constaté et prouvé par l'entrepreneur principal ou ses autres sous-traitants,
l'intéressé en doit réparation.

7-53 L'entrepreneur principal avise le sous-traitant par lettre recommandée avec demande
d'avis de réception dès que celui-ci dépasse les délais contractuels.

7-6 Retards de l'entrepreneur principal

Un retard d'exécution des travaux de l'entrepreneur principal donne au sous-traitant droit à


la modification de son calendrier d'exécution détaillé, s'il est affecté par ce retard. Si un
retard de l'entrepreneur principal dans les travaux qu'il exécute entraîne un préjudice
constaté et prouvé pour le sous-traitant, celui-ci peut en exiger réparation auprès de
l'entrepreneur principal.

7-7 Défaillance du sous-traitant

7-71 Concertation

Si au cours des travaux, il apparaît que le calendrier d'exécution n'est pas respecté du fait
du sous-traitant, l'entrepreneur principal doit le convoquer pour examiner avec lui les
mesures à prendre. Les mesures convenues sont notifiées au sous-traitant par lettre
recommandée avec demande d'avis de réception valant mise en demeure.

7-72 Mesures définitives


Si le sous-traitant ne défère pas à la convocation prévue au 7-71, ou si, huit jours après la
date de présentation de l'avis de réception également visé au 7-71, le sous-traitant n'a pas
donné bonne suite aux décisions le concernant, l'entrepreneur principal peut user de la
faculté de résiliation prévue à l'article 14.

Article 8 Réception

8-1 La réception des travaux est simultanée pour toutes les entreprises et coïncide avec la
réception prononcée par le maître de l'ouvrage à l'égard de l'entrepreneur principal. Dès
qu'il obtient le procès-verbal de réception, l'entrepreneur principal en transmet une copie au
sous-traitant.

8-2 Le sous-traitant doit procéder aux travaux nécessaires à la levée des réserves qui
relèvent de sa prestation dans les délais fixés aux conditions particulières. A défaut,
l'entrepreneur principal peut, après mise en demeure adressée en recommandé avec accusé
de réception, restée infructueuse plus de dix jours, faire exécuter les travaux par une autre
entreprise aux frais du sous-traitant sans que celui-ci puisse s'y opposer.

8-3 Les conditions particulières peuvent prévoir le transfert de la garde des ouvrages
exécutés par le sous-traitant avant la réception par le maître de l'ouvrage. Dans cette
hypothèse, un relevé contradictoire des travaux est effectué en présence de l'entrepreneur
principal et du sous-traitant dûment convoqué.

Article 9 Retenue de garantie

Conformément à la loi n° 71-584 du 16 juillet 1971, si les conditions particulières le


prévoient, une retenue de garantie d'un maximum de 5 % du montant du présent contrat est
appliquée au paiement des acomptes. Cette retenue de garantie est consignée ou remplacée,
au gré du sous-traitant, par une caution personnelle et solidaire d'un établissement
financier. La retenue est restituée ou la caution est libérée un an après la réception des
travaux prononcée avec ou sans réserves, sauf opposition motivée par l'inexécution des
obligations du sous-traitant.

Article 10 Responsabilités

10-1 Le sous-traitant est responsable des dommages causés à autrui à l'occasion de


l'exécution des obligations résultant du présent contrat et garantit l'entrepreneur principal
contre tous recours et actions exercés contre ce dernier de ce chef, et ce aussi longtemps
que la responsabilité de l'entrepreneur principal peut être recherchée.
10-2 Jusqu'à la réception, le sous-traitant doit assumer tous remplacements et réparations,
concernant ses travaux, matériaux, équipements, indépendamment de toutes assurances,
quitte à exercer les recours qu'il juge utiles. Toutefois, en cas de constat d'achèvement des
travaux sous-traités avant la réception du maître de l'ouvrage, la garde des travaux exécutés
par le sous-traitant peut être transférée à l'entrepreneur principal comme indiqué à l'article
8-3.

10-3 Durant la période de garantie dite de parfait achèvement d'un an à partir de la


réception, le sous-traitant est tenu de procéder à la réparation des désordres visés à l'article
1792-6 du code civil, dans les conditions et modalités stipulées audit article.

10-4 Indépendamment des obligations visées ci-dessus, le sous-traitant est tenu de garantir
l'entrepreneur principal pour ses travaux contre tous recours et actions exercés contre ce
dernier en vertu des articles 1792 et suivants du code civil

10-5 Pour l'application des articles 10-1 relatif à la responsabilité civile et 10-4 relatif à la
garantie de bon fonctionnement et à la responsabilité décennale ci-dessus, il est précisé que
tous règlements amiables et transactions effectués par l'entrepreneur principal ou ses
assureurs, sans l'accord du sous-traitant sont inopposables à ce dernier.

En outre l'entrepreneur principal avise immédiatement le sous-traitant de toute demande


amiable ou judiciaire qui lui serait signifiée.

Article 11 Assurances

11-1 Le sous-traitant est tenu de s'assurer avant le début des travaux comme il est stipulé
aux conditions particulières. Il s'engage à fournir toutes justifications utiles à l'entrepreneur
principal sur simple demande de celui-ci.

11-2 Pour les chantiers de construction relevant du domaine de l'assurance décennale


obligatoire (art. L.243-1-1 du code des assurances), le sous-traitant devra disposer et
justifier d'une assurance couvrant la responsabilité décennale du sous-traitant valide pour le
chantier concerné, couvrant l'activité exercée dans le cadre du contrat de sous-traitance et
conforme aux conditions posées par l'article L 242-1 du code des assurances et ses textes
d'application.

11-3 Le sous-traitant devra justifier d'un montant pour cette garantie au minimum égal :

- pour les ouvrages d'habitation, au coût des travaux de réparation des dommages matériels
de nature décennale causés à l'ouvrage ;
- pour les ouvrages autres que d'habitation, au coût total de la construction indiqué par
l'entrepreneur principal aux conditions particulières, dans la limite de 150 millions d'euros.

Lorsque le coût total du chantier tel que défini aux conditions particulières est supérieur à
15 millions d'euros, un contrat collectif de responsabilité décennale (CCRD) peut être mise
en place pour venir compléter les montants de garantie plafonnée des assurances
décennales individuelles des intervenants à la construction.

L'entrepreneur principal devra indiquer au sous-traitant dans les conditions particulières :

- si un CCRD a été mis en place pour le chantier ;

- et si le CCRD comporte une clause de renonciation à recours de l'assureur contre le sous-


traitant et son assureur, au-delà du montant de garantie de première ligne imposé au
constructeur lié au maître d'ouvrage pour les travaux objets du présent contrat.

En cas de CCRD ne comportant pas de clause de renonciation à recours contre le sous-


traitant, ce dernier, pour les travaux qu'il doit exécuter, ne peut être tenu au-delà du
montant de garantie auquel les constructeurs sont eux-mêmes tenus en première ligne, en
fonction du corps d'état sous-traité.

Article 12 Dépenses communes

Les dépenses éventuelles d'intérêt commun sont définies et prises en charge comme il est
précisé aux conditions particulières.

Article 13 Propriété industrielle

Le sous-traitant s'engage à ne pas communiquer à des tiers étrangers aux travaux objet du
présent contrat, les plans, éléments de calcul, pièces écrites et d'une manière générale tous
documents et informations qui lui sont remis pour lui permettre de réaliser son étude ou ses
travaux.

Il s'engage également à ne pas les utiliser pour d'autres opérations. Plus généralement, il
s'engage à respecter la propriété industrielle des procédés dont la mise en œuvre lui est
confiée.

L'entrepreneur principal a les mêmes obligations envers le sous-traitant.

Le sous-traitant garantit l'entreprise principale contre tout recours en cas d'utilisation par lui
d'un procédé breveté et s'engage à faire son affaire de toute indemnisation du titulaire du
brevet de façon à ce que l'entreprise principale ne puisse être recherchée, ni les travaux
retardés ou interrompus.

Dans le cas où le présent contrat serait résilié au bénéfice de l'entrepreneur principal, le


sous-traitant s'engage dès à présent, moyennant indemnisation, à permettre l'utilisation
immédiate des procédés particuliers brevetés ou non dont il est titulaire ou utilisateur et qui
sont nécessaires pour l'achèvement des travaux.

Article 14 Résiliation

14-1 Le présent contrat est résilié de plein droit et sans accomplissement d'aucune formalité
judiciaire :

• Lorsque le marché principal est lui-même résilié sans qu'il y ait faute de l'entrepreneur
principal. Dans ce cas, aucune indemnité n'est due de part ni d'autre. Toutefois, dans le cas
où une indemnité est versée par le maître de l'ouvrage à l'entrepreneur principal, celui-ci est
tenu de répartir entre les sous-traitants concernés, en proportion du préjudice qu'ils ont
subi, la part d'indemnité correspondant au préjudice retenu par le maître de l'ouvrage pour
les travaux sous-traités.

• Lorsque le marché principal est résilié aux torts de l'entrepreneur principal. Dans ce cas, -
l'entrepreneur principal doit réparer le préjudice éventuellement subi par le sous-traitant.

• Lorsque le maître de l'ouvrage refuse d'accepter le sous-traitant et d'agréer ses conditions


de paiement, conformément au dernier alinéa de l'article 2-1.

14-2 La défaillance contractuelle dûment établie du sous-traitant peut entraîner de plein


droit la résiliation du contrat après mise en demeure adressée par lettre recommandée avec
AR Cette mise en demeure comporte :

• l'indication des manquements auxquels il doit être mis fin,

• la référence aux dispositions du présent article,

• éventuellement, les dispositions qui doivent être mises en oeuvre par le sous-traitant.

Lorsque la mise en demeure est restée infructueuse à l'expiration d'un délai de huit jours,
l'entreprise principale peut résilier le contrat dans sa totalité ou pour les seules obligations
dont la carence du sous-traitant est établie.
L'entreprise principale notifie au sous-traitant par lettre recommandée avec AR, la décision
de résiliation et la date à laquelle il sera procédé à un constat contradictoire d'état des lieux
et d'avancement des travaux. En l'absence d'un représentant du sous-traitant, le constat
d'état des lieux et d'avancement de travaux est réputé contradictoire et opposable au sous-
traitant.

Cette résiliation s'effectue sans préjudice de la mise à la charge du sous-traitant de tous les
coûts, retards et conséquences dommageables dus à sa défaillance.

En cas de résiliation complète ou partielle du contrat, l'entreprise principale peut procéder


au remplacement du sous-traitant. Les charges supplémentaires, y compris les incidences
du retard résultant de ce remplacement, sont à la charge du sous-traitant.

Les matériaux en usine et sur chantier affectés à l'objet du contrat, et non encore propriété
de l'entreprise principale, deviennent, si celle-ci en fait la demande, sa propriété, à charge
pour elle d'en intégrer le droit à paiement dans le cadre du décompte définitif.

Le matériel indispensable à la poursuite des travaux est laissé ou mis à disposition de


l'entreprise principale jusqu'au bon achèvement de l'ouvrage.

14-3 Sauvegarde ou redressement ou liquidation judiciaire du sous-traitant

En cas de sauvegarde ou de redressement judiciaire du sous-traitant, l'entrepreneur


principal dès qu'il a connaissance de cette procédure, met en demeure par lettre
recommandée avec AR celui qui dispose du droit d'exiger l'exécution des contrats en cours
de lui faire connaître dans un délai d'un mois (sauf délai différent imparti par le juge-
commissaire) s'il entend exiger la poursuite de l'exécution du présent contrat.

La personne qui dispose du droit d'exiger l'exécution des contrats en cours est :

- soit l'administrateur judiciaire qui décide seul,

- soit le débiteur, s'il n'a pas été nommé d'administrateur judiciaire. Dans ce cas, le débiteur
doit obtenir l'accord du mandataire judiciaire.

Le présent contrat est résilié si l'administrateur (ou le débiteur) a exprimé la volonté de ne


pas en poursuivre l'exécution ou n'a pas pris parti dans le délai légal ou imparti par le juge-
commissaire.
En cas de liquidation judiciaire du sous-traitant, l'administrateur ou à défaut le liquidateur,
a la faculté d'exiger l'exécution du contrat en cours dans les mêmes conditions qu'en cas de
redressement judiciaire.

En cas de résiliation, il est établi contradictoirement un état des travaux exécutés par le
sous-traitant défaillant, de ses approvisionnements, installations et matériels, des acomptes
payés et des conséquences de sa défaillance dont il restera contractuellement responsable
envers l'entrepreneur principal.

14-4 Le présent contrat peut être résilié au bénéfice du sous-traitant après une mise en
demeure restée infructueuse pendant un délai d'un mois, pour défaut de règlement des
demandes de paiement acceptées et dues par l'entrepreneur principal et qui ne seraient pas
réglées conformément aux dispositions de l'article 6-2, sans préjudice des dommages et
intérêts qui, dans cette hypothèse, seraient dus au sous-traitant par l'entrepreneur principal.

Article 15 Réserve de propriété

Les conditions particulières peuvent prévoir que le sous-traitant se réserve, jusqu'à leur
complet paiement, la propriété des fournitures éligibles à la revendication prévue par
l'article L. 624-16 du code de commerce.

Article 16 Réglement des contestations

Les conditions particulières déterminent si les différends découlant du présent contrat sont
soumis à l'arbitrage, ou aux tribunaux compétents. Par défaut, les tribunaux du lieu
d'exécution de la prestation seront compétents pour connaître du différend. Cependant, à
tout moment les entreprises ont la faculté de régler à l'amiable leurs litiges, notamment par
la médiation.

Le droit applicable au présent contrat est le droit français et les tribunaux compétents sont
les tribunaux français.

COMMENTAIRE

Élaboré par sept organisations professionnelles du secteur du BTP et recommandé par


trois ministères, le document ci-dessous constitue un contrat type destiné à régir les
relations entre l'entrepreneur principal et son sous-traitant, conformément aux dispositions
de la loi du 31 décembre 1975. Ces conditions générales peuvent être utilisées dans le
cadre de marchés de travaux de bâtiment, de travaux publics ou de génie civil, qu'ils soient
publics ou privés. Y sont détaillées les obligations des cocontractants lors de la conclusion
du contrat et durant son exécution, ainsi que les règles relatives aux paiements, aux délais
et à la responsabilité, notamment.
En introduction, des explications et recommandations rappellent le cadre légal et mettent
en exergue les points à passer en revue avant la conclusion du contrat.

(1) Conformément aux dispositions de la loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la


sous-traitance, dans les marchés passés par l'Etat, les collectivités locales, les
établissements et entreprises publics, une procédure de paiement direct est organisée, sous
certaines conditions, en faveur du sous-traitant direct du titulaire du marché. Pour les
autres marchés, le sous-traitant doit bénéficier d'une caution bancaire ou d'une délégation
de paiement. (2) Cet article ne s'applique qu'aux marchés soumis au code des marchés
publics.

Formations

E-LEARNING | Les fondamentaux du BIM
1-29 FÉVRIER 2020
| E-Learning


E-LEARNING | Élaborer une convention BIM
1-29 FÉVRIER 2020
| E-Learning

Réussir votre projet de dématérialisation des marchés publics
24-25 MARS 2020
| Paris

 Toutes nos formations

Evénements

TROPHÉE TRAJECTOIRES BTP
4 DÉCEMBRE 2019 | Paris


Congrès Cross Canal
10 DÉCEMBRE 2019 | Paris


BIMside
12 DÉCEMBRE 2019 | Paris

 Tous les événements

Dernières offres d'emploi


ROXIM PROMOTION
Développeur foncier (H/F)
MONTPELLIER
| 21 octobre 2019

SER ETANCH
CHARGE D'AFFAIRES RAVALEMENT (H/F)
LE MESNIL ST DENIS
| 03 décembre 2019

CALIMA
NEGOCIATEUR VEFA - COMMERCIAL H/F
AVIGNON
| 26 novembre 2019

 Toutes les offres d’emploi

LES NOUVEAUTÉS PRODUITS

Rangement à bouteilles en terre cuite simple ou triple module | Casiers à bouteilles CASIERS À
BOUTEILLES

VOIR LE PRODUIT

Ligne de meubles en carton recyclable | Ecopan Design ECOPAN DESIGN


VOIR LE PRODUIT

Bac de rétention pour le stockage de fût ou de cuves | MRP BI MRP BI


VOIR LE PRODUIT
Rangement à bouteilles en terre cuite simple ou triple module | Casiers à bouteilles CASIERS À
BOUTEILLES

VOIR LE PRODUIT

Ligne de meubles en carton recyclable | Ecopan Design ECOPAN DESIGN


VOIR LE PRODUIT

Accéder à tous les produits

En partenariat avec

Éditions du Moniteur

Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction


Date de parution : 11/2019
Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine


Date de parution : 12/2019
Voir

Construire avec le bois


Date de parution : 12/2019
Voir
Propriétés et caractéristiques des matériaux de construction
Date de parution : 11/2019
Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine


Date de parution : 12/2019
Voir

Accéder à la Boutique

LES BONNES RAISONS DE S’ABONNERAu Moniteur


 La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
 L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
 La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
 Les services indices-index
JE M’ABONNE




Une marque du groupe


 Tout savoir sur le Moniteur
 Contacts
 Mentions légales
 RGPD
Contrat de sous-traitance en BTP : intérêt et particularités
Le contrat de sous-traitance en BTP ou contrat de sous-traitance de marché
privé est un élément indispensable afin de garantir le bon déroulement des
relations entre une entreprise principale et un sous-traitant. Pour garantir sa
pertinence et son efficacité, la rédaction de ce document doit être réalisée
minutieusement en y intégrant diverses informations importantes. Pour faciliter la tâche
des professionnels du secteur, les organisations professionnelles du BTP ont mis en
place des modèles de contrat de sous-traitance mis à jour en 2018. Tour d’horizon.

Modèle de contrat de sous-traitance BTP


sommaire

 Pourquoi avoir recours à un contrat de sous-traitance BTP ?


 Rédiger un contrat de sous-traitance BTP : conditions générales et particulières
 Comment résilier un contrat de sous-traitance BTP ?
 Exécution du contrat de sous-traitance BPT : attention aux litiges
 Que faire en cas de litige pendant l’exécution du contrat de sous-traitance BTP ?
 Modèles de contrat de sous-traitance BTP (FFB – FNTP)

Pourquoi avoir recours à un contrat de sous-


traitance BTP ?
En cas de pic d’activité, une entreprise peut recourir à de la sous-traitance ou de la
prestation de service. Il en est de même lorsque la structure a un besoin ponctuel de
compétences qu’elle ne maîtrise pas. Régie par la loi de 1975, la sous-traitance peut
être appliquée à divers secteurs, notamment celui du BTP.

Désignant une relation tripartite, la sous-traitance fait intervenir trois personnes, à


savoir :

 Le maître d’ouvrage qui est le client principal ;


 Le donneur d’ordre qui est l’entreprise principale ;
 Le sous-traitant.

Il faut savoir que le sous-traitant est chargé d’exécuter une partie du contrat de marché
public, ou tout ou une partie du contrat d’entreprise conclu entre le donneur d’ordre et le
maître de l’ouvrage.

En ce qui concerne la prestation de services, celle-ci n’implique que deux personnes et


concerne la réalisation d’un service par un prestataire extérieur à l’entreprise qui en est
le bénéficiaire.
Pourquoi recourir à la sous-traitance en BTP ?
Faire appel à un sous-traitant présente divers avantages pour un entrepreneur :

 Permet de pallier une insuffisance technique du donneur d’ordre.


 Assure une meilleure réactivité face à des offres émises par le maître d’ouvrage,
notamment lorsque le carnet de commande du donneur d’ordre est plein.
 Permet de profiter d’une obligation de résultat. Le sous-traitant s’engage à fournir
des résultats en respectant les délais impartis.
 Apporte une main d’œuvre qualifiée notamment lorsque le donneur d’ordre ne
dispose ni de l’expertise ni des moyens nécessaires pour effectuer les travaux.

Établir un contrat de sous-traitance en BTP : les


avantages
Afin d’encadrer les relations entre le donneur d’ordre et le sous-traitant, l’établissement
d’un contrat de sous-traitance est requis. En effet, un contrat de sous-traitance en BTP
permet de définir les règles encadrant les échanges entre les deux parties. Ce
document fixe les droits ainsi que les obligations des contractants en définissant
notamment les prestations à réaliser, les délais ou encore les prix.

Contrairement au contrat de travail, le contrat de sous-traitance se distingue


principalement par l’absence de lien de subordination entre le sous-traitant et l’entreprise
principale.

Rédiger un contrat de sous-traitance BTP :


conditions générales et particulières
Lors de la rédaction d’un contrat de sous-traitance en BTP, il importe d’y insérer des
conditions générales ainsi que des conditions particulières. Il faut savoir que toute
modification susceptible de survenir lors de l’exécution d’un projet peut faire l’objet d’un
avenant au contrat de sous-traitance.

À noter : dans le cas d’un contrat de prestation de service, chaque modification nécessite
aussi un avenant au contrat de prestation de service.

À propos des conditions générales


Les conditions générales désignent des clauses intégrées dans l’ensemble des contrats
de sous-traitance utilisés dans un même secteur. Ce document comprend diverses
informations essentielles permettant une bonne compréhension du contrat portant
notamment sur :

 L’objet du contrat et les pièces contractuelles ;


 L’application des dispositions légales ainsi que contractuelles ;
 Les modalités d’exécution des travaux ;
 Les obligations des contractants ;
 Les dispositions concernant les prix ;
 La garantie de paiement ainsi que sur les modalités de règlement ;
 Les règles relatives aux délais et aux calendriers d’exécution ;
 Les conditions concernant la réception des travaux ;
 La retenue de garantie ;
 Les responsabilités du sous-traitant ;
 Les dispositions relatives aux assurances ;
 Les règles concernant les dépenses communes ;
 La propriété industrielle ;
 Les conditions de résiliation ;
 La réserve de propriété ;
 Les procédures de recours et de contestations en cas de litiges.

À propos des conditions particulières


Généralement plus courtes que les conditions générales, les conditions particulières
sont adaptées au profil et à la situation particulière du sous-traitant. Diverses
informations y sont énoncées, notamment :

 L’identité et autres informations concernant le sous-traitant (adresse, n° SIREN ou


SIRET…) ;
 Les travaux faisant l’objet du contrat ;
 Les conditions d’exécution des travaux ;
 Les tarifs appliqués concernant la réalisation des travaux ainsi que les conditions de
paiement ;
 Les délais et pénalités de retard d’exécution ;
 Les travaux supplémentaires ;
 Les assurances souscrites par le sous-traitant ;

Comment résilier un contrat de sous-traitance


BTP ?
La résiliation d’un contrat de sous-traitance en BTP peut survenir suite à diverses
situations, notamment :

 Résiliation du marché principal que le donneur d’ordre ait tort ou non. En cas de faute
de l’entreprise principale, celle-ci est tenue de fournir une indemnité proportionnelle
au préjudice subi par le sous-traitant.
 Défaillance contractuelle du sous-traitant ;
 Le redressement ou la liquidation judiciaire du sous-traitant ;
 Le défaut de paiement (résiliation effectuée par le sous-traitant) ;
Dans le cas où le contrat de sous-traitance est conclu pour une durée indéterminée, un
préavis est nécessaire pour éviter les conséquences préjudiciables. Pour cela, la
rupture doit être annoncée par écrit via une lettre recommandée avec accusé de
réception.

En revanche, pour un contrat de sous-traitance conclu pour une durée déterminée, celui-
ci peut être rompu d’un commun accord entre les parties.

Exécution du contrat de sous-traitance BPT :


attention aux litiges
Pour que l’exécution du contrat de sous-traitance en BTP se déroule parfaitement et
pour éviter toute situation pouvant engendrer un litige, il convient de porter une
attention particulière au contenu du contrat. Ainsi, les dispositions prévues dans le
document doivent être complètes, précises et claires.

Par ailleurs, il importe que les règles mentionnées dans le contrat respectent les droits
de chaque contractant. En outre, les obligations de chacun doivent être précisées
avec transparence. D’autres conditions sont à respecter :

 Vérification des qualifications des sous-traitants avant la conclusion d’un contrat


 Mention claire et précise du respect du délai de préparation et d’exécution des
travaux ;
 Définition des modalités de paiement par les deux parties et mention dans le contrat
de sous-traitance en BTP.

Il en est de même lors de l’établissement d’autres types de contrat comme un contrat de


prestation de services freelance, un contrat de travail en CDD ou encore un CDI de
chantier.

Que faire en cas de litige pendant l’exécution du


contrat de sous-traitance BTP ?
Lors de la réalisation d’un contrat de sous-traitance en BTP, un différend peut survenir
entre le donneur d’ordre et le sous-traitant. Dans ce cas, un règlement à l’amiable est
généralement recommandé. Pour cela, il est possible de recourir à diverses méthodes,
notamment :

 La conciliation qui peut être à l’initiative des parties, des avocats ou des juges.
 L’arbitrage qui constitue une méthode payante faisant intervenir une personne tierce
(l’arbitre) qui règlera le litige en mettant en place les points d’un accord prévus dans
une clause compromissoire .
 La médiation qui fait intervenir un médiateur qui se chargera de réunir les
contractants pour organiser un dialogue afin de les aider à trouver une solution
convenant aussi bien à l’un qu’à l’autre.

Il faut savoir que les organisations professionnelles du BTP peuvent fournir aux
entreprises une ou plusieurs instances de médiation pouvant assurer le rôle de
médiateur en cas de litiges.

Modèles de contrat de sous-traitance BTP (FFB –


FNTP)
Pour ceux qui recherchent des exemples de contrat de sous-traitance en BTP, il faut
savoir que le modèle de contrat de sous-traitance signé par diverses organisations
professionnelles de ce domaine, notamment la FFB et la FNTP a fait l’objet d’une mise
à jour en 2018.

Il est à noter que cette nouvelle édition comporte deux versions de conditions
particulières, à savoir la version complète et la version simplifiée.

Pour avoir les modèles complets et simplifiés des conditions particulières du contrat de
sous-traitance en BTP, il convient d’envoyer une demande auprès de la Direction des
Affaires Juridiques à l’adresse daj@fntp.fr. À savoir toutefois que l’accès aux modèles de
contrat de sous-traitance en BTP est limité aux entreprises adhérentes en indiquant le
numéro TP.

Modèle de contrat de sous traitance

Le contrat de sous-traitance : fonctionnement, clauses et rédaction


Publié dans la thématique : Les contrats commerciaux - Date de dernière mise à jour du contenu : 27 novembre 2019

Une entreprise peut être amenée pour plusieurs raisons à travailler en sous-traitance avec une
autre entreprise : incapacité à honorer seule toutes les commandes, besoin d’une compétence
particulière, choix stratégique pour une activité…

Pour cadrer et sécuriser leurs relations commerciales, les parties doivent établir un contrat de
sous-traitance.
Définition et intérêt du contrat de sous-traitance

La sous-traitance est une opération par laquelle une entreprise (le donneur d’ordre) confie à une
autre entreprise (le sous-traitant) le soin d’exécuter pour elle une partie des actes de production
et de services dont elle conserve la responsabilité.

Généralement, le donneur d’ordre confie au sous-traitant une partie des travaux qui lui ont été
préalablement confiés par une autre entreprise, appelée maître d’ouvrage.

Le contrat de sous-traitance est un contrat d’entreprise qui permet de cadrer et de sécuriser


les relations entre le sous-traitant et le donneur d’ordre.

Clauses du contrat de sous-traitance

Voici les principales clauses que l’on retrouve dans un contrat de sous-traitance.

Les parties au contrat de sous-traitance

Le contrat de sous-traitance est conclu entre deux parties :

 le sous-traitant, qui s’engage à exécuter les tâches qui lui sont confiées,
 et le donneur d’ordre, qui confie des tâches au sous-traitant.
Pour chacune des parties, il convient de renseigner les informations suivantes : nom de
l’entreprise, forme juridique, montant du capital social (si société), adresse du siège social,
inscription au RCS et identification du représentant légal.

L’objet du contrat de sous-traitance

Le contrat de sous-traitance doit préciser de manière détaillée l’ensemble des travaux qui sont
confiés par le donneur d’ordre au sous-traitant.

La durée du contrat de sous-traitance

Le contrat de sous-traitance peut être conclu pour une durée déterminée ou indéterminée.
Le choix en matière de durée a notamment un impact sur les possibilités de rupture du contrat.

Les modalités d’exécution

Le contrat de sous-traitance doit prévoir les modalités d’exécution des travaux qui sont confiés au
sous-traitant, notamment le calendrier de réalisation des travaux.

Le prix proposé au sous-traitant et le règlement

Comme dans tout contrat d’entreprise, le contrat de sous-traitance doit prévoir le prix convenu
entre les parties pour la réalisation des travaux qui y sont décrits.

Les modalités de règlement doivent également être prévues : acompte prévu, délais de règlement,
clause éventuelle de révision de prix…

Les obligations du sous-traitant et du donneur d’ordre

En concluant le contrat de sous-traitance, le donneur d’ordre et le sous-traitant s’engagent à


respecter des obligations.

Nous étudierons ce point en détail dans le paragraphe 3.

Les modalités de rupture du contrat de sous-traitance

Comme tout contrat d’entreprise, le contrat de sous-traitance doit prévoir ses modalités de
rupture :

 En cas de contrat à durée déterminée, il prend fin à son terme ou par commun accord.
Une clause de tacite reconduction est souvent insérée, c’est-à-dire que le contrat est
reconduit pour la même durée sauf si une des deux parties le dénonce avant son terme
;
 En cas de contrat à durée indéterminée, chaque partie a la possibilité de demander la
rupture du contrat unilatéralement. Il convient alors d’en fixer les conditions.

Les modalités de résiliation du contrat de sous-traitance

Le contrat de sous-traitance doit également prévoir les conditions de résiliation. Deux principaux
motifs de résiliation sont indiqués :

 La résiliation de plein droit lorsque l’une des deux parties ne respecte pas ses
obligations,
 La résiliation lorsque le contrat de sous-traitance est lié à un autre contrat (dit contrat
principal) liant le donneur d’ordre à un maître d’ouvrage et que ce dernier prend fin.
Dans ce dernier cas, lorsque le contrat principal prend fin suite à une faute du donneur d’ordre, le
sous-traitant peut obtenir une indemnisation en réparation du préjudice subi.

Il convient aussi de préciser les modalités de la résiliation (comment faut-il procéder ? les délais…)
et les sanctions éventuelles.
La gestion des litiges

Les procédures à suivre en cas de litige entre le sous-traitant et le donneur d’ordre doivent être
prévues dans le contrat. On y précise notamment le tribunal compétent.

Notre partenaire de confiance peut se charger de la rédaction de votre contrat de sous-traitance


:

Les obligations des parties au contrat

Obligations du sous-traitant

Le sous-traitant s’engage à réaliser les travaux qui lui sont confiés en respectant le calendrier
d’exécution des tâches prévu et les règles de l’art de sa profession.

Il est également tenu d’informer le donneur d’ordre sur les éventuelles difficultés rencontrées
dans le cadre de ses travaux.

Enfin, le sous-traitant a une obligation de conseil envers le donneur d’ordre et il peut dans certains
cas être tenu d’une obligation de résultat.

Obligations du donneur d’ordre

Le donneur d’ordre s’engage tout d’abord à payer le sous-traitant en application du contrat établi
et en respectant les conditions de paiement qui y figure.

Il est également tenu de tout mettre en œuvre pour que le sous-traitant puisse exécuter
correctement les travaux sous-traités.

Ensuite, le donneur d’ordre est responsable envers le maître d’ouvrage des fautes commises par
le sous-traitant pendant la réalisation des travaux qui lui sont confiés.

Par ailleurs, pour tout contrat supérieur ou égal à 5 000 euros hors taxes, le donneur d’ordre a
une obligation de vigilance : il est tenu de vérifier que le sous-traitant s’acquitte bien de ses
obligations en matière de déclaration et de paiement des cotisations sociales.

Pour plus d’informations sur ce dernier point : les vérifications du donneur d’ordre.
Clauses spécifiques du contrat de sous-traitance

Nous allons présenter ici trois éléments spécifiques au contrat de sous-traitance.

L’agrément du sous-traitant

Sauf dans le cadre de la sous-traitance industrielle, le contrat de sous-traitance porte sur la


réalisation d’une partie des travaux qui ont préalablement été confiés aux donneurs d’ordre par
un maître d’ouvrage.

Le maître d’ouvrage peut prévoir dans le contrat qui le lie au donneur d’ordre qu’en cas de recours
à la sous-traitance, le sous-traitant choisi doit être obligatoirement agréé par le maître d’ouvrage.

Dans ce cas, le contrat de sous-traitance doit prévoir une clause suspensive liée à
l’agrément du sous-traitant : si le sous-traitant n’est pas agréé par le maître d’ouvrage, le contrat
de sous-traitance est caduc de plein droit.

La clause de contrôle et de réception des travaux

Le contrat de sous-traitance doit prévoir les conditions de suivi des travaux réalisés par le sous-
traitant et les conditions de réception des travaux réalisés par le sous-traitant.

Parfois, les parties indiquent dans une clause spécifique du contrat de sous-traitance :

 que le donneur d’ordre s’engage à réceptionner les travaux auprès du maître d’ouvrage
dans les meilleurs délais,
 et que la réception des travaux par le maître d’ouvrage au donneur d’ordre vaut
réception des travaux par le donneur d’ordre au sous-traitant.

La clause de secret

Un contrat de sous-traitance peut prévoir une clause de secret, à travers laquelle le sous-traitant
s’interdit de divulguer les informations qu’il recevra dans le cadre de sa collaboration avec le
donneur d’ordre.

Rédiger et formaliser le contrat de sous-traitance

Le contrat de sous-traitance fait l’objet d’un écrit sous seing privé et un projet de contrat est
généralement établi durant les négociations.

Le projet de contrat doit être analysé avec précaution par les parties, notamment par le sous-
traitant qui se voit proposer un volume d’activité important pour son entreprise.

L’analyse du contenu du projet de contrat de sous-traitance par un professionnel, idéalement


un avocat ou un expert-comptable, est conseillé avant de s’engager définitivement.

Le contrat de sous-traitance définitif doit être paraphé et signé par chacune des parties. Un
exemplaire au moins est remis à chaque partie au contrat.

A lire également sur Le Coin des Entrepreneurs :


 Le contrat de prestation de services
 Rédiger ses conditions générales de vente
 Faire une facture dans les règles

Pierre Facon
Fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs. Dirigeant d'une société spécialisée dans l'édition et la gestion de sites
internet sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise. Conseiller et expert en création d’entreprise.

2 commentaires sur “Le contrat de sous-traitance : fonctionnement, clauses et


rédaction”

1. Garcia dit :
2 août 2014 à 14 h 43 min
Bonjour Pierre, Tout d’abord, je vous remercie pour cette excellent article. Actuellement, jai plusieurs chantiers
à sous-traiter et jai besoin de modèle de contrat de-sous traitance. J’ai trouvé ce site (LIEN SUPPRIME) qui en
propose gratuitement au téléchargement mais ils ne sont pas adapté à ma situation. Auriez vous d’autre piste à
me proposer ?
Cordialement,
Jean
Répondre
 Pierre F. dit :
19 août 2014 à 12 h 51 min
Malheureusement non, pour ce type de contrat et devant l’importance qu’il a pour l’activité de
l’entreprise, je privilégie de recourir aux services d’un avocat pour l’établir.

Poster un commentaire
Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la
rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter
Prénom (obligatoire)
Mail (non affiché) (obligatoire)
Avertissez-moi de la publication de nouveaux commentaires par mail. Vous pouvez également souscrire sans
laisser de commentaire.

 Nos guides pour entrepreneurs


o Création d’entreprise, les étapes clés
o Faire son business plan
o Le guide de l’entreprise individuelle
o Le guide de l’EURL
o Le guide de la SARL
o Le guide de la SASU
o Le guide de la SAS
o Le choix du statut juridique
o Immatriculer une société

 Notre livre gratuit à télécharger
 Sélection création d’entreprise
o Les formalités de création d’entreprise
o L’étude de marché
o Les comptes prévisionnels
o Créer une EURL : Comment faire ?
o Créer une SASU : Comment faire ?
o Créer une SARL : Comment faire ?
o Créer une SAS : Comment faire ?
o La SAS unipersonnelle
o La SARL unipersonnelle
o SARL ou SAS ? Nos conseils
o Tableau comparatif des statuts juridiques
o EURL : constitution et immatriculation
o SASU : constitution et immatriculation
o SARL : constitution et immatriculation
o SAS : constitution et immatriculation

 Nos guides par activité


o Agent général d’assurance
o Agent immobilier indépendant
o Consultant / conseiller indépendant
o Consultant informatique indépendant
o Développeur web indépendant
o Freelance indépendant
o Chauffeur VTC
o Le E-commerce
o Les services à la personne
o Ouvrir une auto-école
o Ouvrir un cabinet d’architecte
o Ouvrir un cabinet de consultant
o Ouvrir une entreprise de bâtiment
o Ouvrir un restaurant
o Ouvrir un Food Truck
o Ouvrir une salle de sport
o Ouvrir une boulangerie
o Ouvrir une brasserie
o Ouvrir un hôtel
o Ouvrir une pharmacie
o Transport routier de marchandises

Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque
déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs

Nous utilisons des cookies pour vous

5 étapes clés pour encadrer la sous-


traitance de main d'oeuvre
Écrit par Anne-Sophie Tétreault le 20 décembre 2016

 Gestion de la sous-traitance
Le recours à la sous-traitance implique que vous devez fournir de l’encadrement aux
travailleurs de l’entreprise à qui vous sous-traitez du travail. Pourquoi devez-vous
encadrer la sous-traitance de main-d’œuvre? Pour deux raisons, en particulier.

 Parce qu’il s’agit d’une obligation légale. En effet, selon la loi, vous avez le devoir de
déployer tous les moyens nécessaires pour préserver au meilleur de votre capacité la
santé et la sécurité des ouvriers sur leur lieu de travail. C’est la loi.
 Par conscience morale, parce qu’il serait immoral que les travailleurs de l’entreprise
sous-traitante soient plus à risque que vos propres employés.

Alors, maintenant qu’il a été établi que vous avez un devoir à la fois légal et moral,
voyons comment vous en acquitter au mieux?
Lorsque votre entreprise fait appel à des sous-traitants, elle invite sur son lieu de travail
des personnes présumées compétentes et autonomes, ce qui ne signifie pas pour autant
qu’elles peuvent être laissées à elles-mêmes. En effet, même s’il s’agit d’ouvriers
professionnels, il reste qu’à leur arrivée sur les lieux, ils sont étrangers à vos façons de
faire, à votre matériel et à vos installations, ce qui augmente invariablement les risques
qu’ils courent… et que vous courez aussi, par ricochet.

C’est pourquoi vous devez les prendre en charge et harmoniser les pratiques des sous-
traitants avec les vôtres : vous serez alors en mesure de surveiller et superviser
adéquatement le travail sur votre chantier.

Pour aider les entreprises à mieux encadrer la sous-traitance de la main-d’œuvre,


le Centre patronal de santé et sécurité du travail du Québec a établi un processus de
gestion en cinq étapes. Il s’agit d’un processus à la fois simple et complet que tout
donneur d’ordre aurait avantage à suivre pour mieux gérer les risques que présente le
recours à la sous-traitance de main-d’œuvre.

En voici les détails.

1. Planification
Avant tout, l’entreprise doit procéder à la phase de planification. Pour ce faire, elle doit
évaluer tous les aspects importants du projet, notamment :

 Définir les responsabilités


 Détailler les travaux à effectuer
 Préciser l’étendue des activités
 Déterminer si des permis particuliers sont nécessaires et se les procurer
 Déterminer si des formations particulières sont nécessaires et vérifier que tous les
intervenants les ont reçues ou les prodiguer, au besoin
 Identifier, évaluer, communiquer et contrôler les risques propres au secteur d’activité

2. Préqualification
L’étape de la préqualification est l’une des étapes les plus importantes, car elle oriente le
choix de votre partenaire. Au-delà des coûts, vous devez chercher à savoir si votre futur
partenaire possède les qualifications et la capacité technique pour bien s’acquitter de
ses tâches, tout en examinant sa performance en santé-sécurité.

Voici quelques-uns des éléments à prendre en compte dans l’analyse de vos activités de
sous-traitance de main-d’œuvre :

Expérience du sous-traitant : elle doit être pertinente et liée à votre secteur d’activité
Politique en santé-sécurité du travail (SST) : l’entreprise doit en posséder une (écrite
et documentée) et son dossier doit être irréprochable

Supervision : le sous-traitant doit expliquer comment il entend superviser le travail, qui


en est responsable et comment il communiquera en cas d’incident ou d’accident

3. Octroi du contrat et accueil du personnel sous-traitant


Après avoir arrêté votre choix sur une entreprise et avoir signé le contrat (dans lequel
apparaissent vos exigences en matière de SST), veillez à organiser une première réunion
qui rassemble le personnel de l’entreprise sous-traitante et votre chargé de projet. Ce
dernier doit posséder l’autorité et les compétences nécessaires, à la fois sur le plan
humain, technique et de la SST et agir comme personne-ressource pour la durée du
projet.

Durant cette rencontre, profitez-en pour discuter :

 Des attentes relativement à la présence et à la qualité du travail


 Des aspects relatifs à la sécurité (mesures d’urgence, local des premiers soins, aires
interdites)
 Des règles d’entrée et de sortie

4. Supervision des travaux en cours


Cette étape est cruciale pour vous assurer que les travaux sont réalisés selon la portée
du projet définie au départ et que les risques d’incident et d’accident sont tenus à l’écart.
Il vous revient de mettre en place des mécanismes de suivis fréquents et de contrôle
pour mesurer le progrès et la performance de votre sous-traitant.

Et en cas de problèmes qui surviendraient en cours de route, réagissez promptement en


mettant en place des mesures correctives qui pallient les risques ou les dangers repérés.

5. Audit
Une fois les travaux terminés et le personnel rentré chez lui, il vous reste une dernière
étape à réaliser. Vous devez maintenant évaluer la qualité des travaux et la performance
globale du sous-traitant.

Voici certains points à noter :

 Qualité globale de l’ouvrage : supérieure, inférieure ou conforme aux attentes


 Respect de l’échéancier
 Respect des normes, règles et procédures de SST
 Incidents/accidents survenus
 Tenue des lieux durant les travaux
L’analyse des résultats vous permettra d’attribuer une cote à l’entreprise sous-traitante
qui vous permettra de déterminer si oui ou non vous souhaitez faire de nouveau appel à
ses services dans le cadre d’un prochain appel d’offres.

La mise en place d’un système de gestion de la sous-traitance de main-d’œuvre est non


seulement une bonne pratique sur le plan légal et moral, mais elle présente aussi de
nombreux avantages pour votre entreprise : diminution des risques d’accident,
amélioration de la satisfaction du donneur d’ordres, économies de temps et d’argent,
préservation de la réputation et prévention des poursuites pénales.

Pour vous aider à implanter et à respecter assidûment vos processus de gestion, il existe
différentes solutions, notamment des logiciels infonuagiques performants. Jetez un oeil
aux principaux facteurs à considérer lors du choix d'un logiciel de gestion de la sous-
traitance, qui vous aidera à choisir un outil adapté à vos besoins.

Le contrat de sous-traitance: comment ça marche ?


Expert Comptable Valoxy

3 ans ago

Dans le cadre de son activité, une entreprise peut être amenée à effectuer
de la sous-traitance. Cette pratique, très courante dans certains secteurs
d’activité, doit néanmoins faire l’objet d’une attention particulière lors de
la rédaction du contrat.

Valoxy, cabinet d’expertise comptable dans les Hauts de France, revient


sur les points principaux de cette forme de travail.
La sous-traitance : principe juridique
Un contrat de sous-traitance permet à un entrepreneur de confier la
réalisation d’une mission (de prestation de service ou de production) à
un tiers, appelé « sous-traitant ». L’entrepreneur conserve la
responsabilité propre à l’exécution de la mission. La personne
physique ou morale pour le compte de laquelle est réalisée la prestation
est appelé le « maître d’ouvrage ».

Le contrat de sous-traitance impliquant la participation d’un tiers, il ne


peut exister si la prestation a été conclue sur le principe de l’intuitu-
personae. Dans ce cas, seul le contractant d’origine pourra
réaliser la prestation.

Un contrat est qualifié « d’intuitu-personae » lorsque que la personne


avec qui le contrat est conclu est un élément déterminant du contrat.
(« Ce devait être lui et pas un autre »).

En cas de recours à la sous-


traitance, le maître d’ouvrage doit être informé et doit accepter le recours
à la sous-traitance ainsi que les conditions de paiement du contrat. De
plus, le maître d’ouvrage peut demander librement la communication du
ou des contrats de sous-traitance. Dans ce cas, l’entrepreneur est obligé
de les lui transmettre.
Les obligations des parties.
Dans un contrat de sous-traitance, le sous-traitant s’engage à réaliser les
missions qui lui ont été confiées , et à en respecter les délais. Il est en
outre tenu à une obligation de conseils et d’information sur l’avancement
de sa mission.

En cas de non-paiement, le sous-traitant peut ne pas livrer la prestation


ayant fait l’objet du contrat en application du droit de rétention.

L’entrepreneur s’engage à payer le sous-traitant selon les modalités


prévues au contrat. Il est responsable devant le maître d’ouvrage de la
réalisation des travaux qui lui ont été confiés.

Pour les contrats de sous-


traitance portant sur un montant supérieur à 5 000 €
HT, l’entrepreneur est tenu à une obligation de vigilance. Elle se traduit
par une attestation qui doit permettre à l’entrepreneur de s’assurer que
le sous-traitant respecte ses obligations en matières sociales (il ne doit
pas recourir au « travail au noir » notamment). L’attestation de
vigilance est délivrée par l’URSSAF.
La rédaction du contrat
Le contrat de sous-traitance n’est pas soumis à un formalisme particulier.

Il doit néanmoins respecter les conditions générales de validité des


contrats (Capacité, Consentement, Cause, Objet).

Cependant, compte tenu des implications du contrat de sous-traitance


(« les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les
ont faites » Art. 1134 du Code Civil), les parties doivent être
particulièrement attentives à la rédaction de celui-ci.

Les points suivant dans la rédaction du contrat de sous-traitance doivent


faire l’objet d’une attention particulière :

 Le prix payé et les


modalités de paiement.
 La prestation à réaliser et les modalités pour l’accomplir.
 La résiliation du contrat et la gestion des litiges.
 Le contrôle des travaux lors de leur réception.

La responsabilité des parties et l’action directe


En cas de dommage entre le maître d’ouvrage et le donneur d’ordre, ou
de dommage entre l’entrepreneur et le sous-traitant, la
responsabilité est qualifiée de contractuelle, et elle est fondée sur
l’existence d’un contrat mal ou non exécuté. C’est donc le contrat qui est
déterminant pour fixer le montant de l’indemnisation.
En cas de litige entre le maître
d’ouvrage et le sous-traitant, c’est dans ce cas la responsabilité civile
contractuelle qui est engagée. Il conviendra alors de prouver
l’existence d’un dommage, d’une faute et d’un lien de causalité entre
les deux.

L’action directe permet au sous-traitant (en cas de défaillance de


l’entrepreneur) d’agir directement contre le maître d’ouvrage pour
obtenir le paiement de sa prestation. Cette action n’est cependant
possible que si le sous-traitant a été agréé par le donneur d’ordre.
Conclusion
Le contrat de sous-traitance est un contrat à part entière.

Il lie les deux parties contractantes et les engage l’une envers l’autre. Il
est donc important de respecter les clauses du contrat sous peine de litige
entre les deux parties.

Pour plus d’informations sur le contrat de sous traitance, et la


responsabilité des parties, retrouvez nos articles sur le blog de Valoxy :

 Sous-traitance dans le
GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE

LA GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE
Optim’BTP permet de générer des prestations de sous-traitance, soit à partir d'une sélection
d'éléments de l'étude d'exécution, soit en saisie directe.
La gestion du contrat de sous-traitance s'effectue en plusieurs étapes :

 La prestation et son budget sont renseignés.


 Le sous-traitant est sélectionné, et son offre est renseignée.
 Une demande d'établissement de contrat est envoyée par le responsable travaux au
service administratif.
 Le service administratif complète les informations nécessaires et édite les documents
contractuels.
 Un suivi des documents à fournir est effectué.
 Le tableau de bord de suivi des marchés de sous-traitance en lien avec la facturation est
automatiquement mis à jour.

 ADMINISTRATIF
 RESPONSABLE TRAVAUX
 DIRIGEANT

Une gestion administrative assistée


A partir d'un écran de saisie simple, l'édition des documents administratifs (Contrat complet ou
simplifié, DC4, Attestation de travail illégal, courrier d'envoi) est automatisée. Le suivi des
pièces à fournir permet de vérifier d'un seul coup d'oeil la situation des différents contrats en
cours d'établissement. L'établissement de la commande de sous-traitance et l'enregistrement des
factures sont prises en compte pas le module afin de garantir une cohérence de l'ensemble. Les
procédures administratives sont respectées et la productivité du service est accrue.