Vous êtes sur la page 1sur 2
Sainte-Addle, 15 juilve' 1965+ Ma chére Julte, Ge n'est pas sans éprouver 4! énotion que je relis votre lettre du 10 juillet dernier. Bn effet, M. Bruno Paradis m'avait appris cette nouvelle qui n'est point faite pour rajeunir mes 71 ans. Votre réle de JULIE que vous jouiez avec une sincérité bouloversante, un naturel désarmant, une autorité @e grande comédienne pour votre Sge, je l'avais eréé, souble-t- il expressénent pour vous. Et pourtan’ Je ne vous avais jamis vues je ne vous connaissais pas.C'ost 12 réalisateur quia vous a choisie. Une fois encore il ne se trompait pas. D8s votre premigre présence dans les BELLES HISTOIRES DES PAYS D'EN FAUT vous avez saisi votre auditeire au coeur et vous ne l'avez plus 1Sché. Cette jeune paysanne si fatelligente, naive, aux gestes précis, vous plus pure que le plus pur natin d'un mai en fleurs, vous avez incamé ce réle Sinsi que je 1e souhaitais. Tl arrive qu'on yous offre de tourner un film en Pranee. Je comprends votre joie, vos réves et ne vous blfme nullement e ccurir cette aventure merveilleuse. On vous offre 2a gloire,L'avenir ouvre sous vos pas ses portes Gtor. Vous seriez folle de n'y pas entrer ainsi qu'une princes se des MILLE ET UME NUITSJ,I1 ntompéche qu'au cours de 1a saison 1965-66, JULIE aurait accompli des belles choses, ces grandes choses dans mon roman-fevilleton. Nei aussi je fais Ges réves. Il est permis 2 un auteur de préparer l'avenir de ses personages. test 2 quoi je m'applique depuis toujours.Vous comprenéres que L'absence de JULIE pendant un an me plonge dans un céserroi absolu.Jtai grande peineyméne si je me réjouis du sort qui vous tombe du ciel e a! votre talent. Je porte tout de néme 4 votre attention que j'ai terminé d'écrire les BELLES HISTOIRES le 6 avril 1965. Dée le 27 avril j'ai recommencé 2 érire pour le saison 1965766. 4 Ya dato dtenjourdthai jtal OME gpl sodes de als au net, termings ot accoptés par 1a Société Radio-Canada et jren aurai QUATORZE lorscue le programme reviendra 2 1'effiche le 6 septembre prochain. leur de moi-méne, Depuis tant d'anhées qu'il dure ctest toute ma vie. Permettez: noi de croire que le grand public y trouve encore quelque plai- sir et un divertissenent honnéte. Je travaille avec méthode, avec passion et une ponctualité qui devient presque une manic. Ctest 12 mon seul mérite. I1 entre aussi dans la politique de le Société Radio~Canaia que les auteurs aient plusdfurs épiso- des dtécrits 2 ltavance, ce qui facilite dtautant le travail ardu, compliqué du réalisatour, des comédiens, des techniciens et do 1'administration méme de ladite Société. Qui lten blémerait Or, JULIE spparaft dans les épisodes Gu 20 septembre, des 18’ et 25 octobre et du ler novembre 1965 et ces textes sont écrits et imprimés depuis prés de TROIS mois. Vous comprendrez que Je ne peux pas les rocommencer. Jtai bien dit au réalisateur qu'il me faut absclument une JULIE dans mon roman et que, par conséquent , vous serez remplagée. Hul doute que vous saisisses tris bien mon point de vue et Ba situstion Gtauteur, situation qui est vrainent dranatique celle-1a. A votre retour dans un an ct si les BEILES HISTOIRES sont encore 2 1*horeire il nous appartiendra de Gécider qui jouera JULIE. Si le métior d'écrivain est passionnant 41 impose aussi exicences, ses déceptions et ses regret: Jten ai le coeur navré, croyet-moi. Tl me reste, chére Genevidve, 2 vous souhaiter du fond du coeur la réalisation de vos beaux réves de jeune fille,grance conédienne que vous étes, sachant bien que vous ferez honneur 2 votre pays. Vous provoqueres de jton suis pune deuxiame découverte du Canada. Cela son importance au niveau international. Agréez, je vous prie, de votre vieux lion (Claude-lionri Grignon). Copie 2 m, Bruno Paradis Raymond Davia Claude Gagnon