Vous êtes sur la page 1sur 19

PRINCIPE DE LA PROSPECTION TELLURIQUE ET MAGNETOTELLURIQUE

- Prospection par Méthode Tellurique


- Prospection par Méthode Magnétotellurique
- Prospection par Méthode Audio-Magnétotellurique (AFMAG)

By : Djeddi Mabrouk

Ce cours «cours de prospection « Magnétotellurique


et électromagnétique» dispensé en licence et Master de Géophysique au
département de Géophysique de la FHC n'est pas encore entièrement
achevé, il peut également subsister des fautes (erreurs) dans le texte et
des références absentes.

Si vous utilisez des données de ce travail, vous devez citer la référence en


bibliographie de la façon suivante :

Djeddi Mabrouk. Cours de prospection électromagnétique et Magnétotellurique,


Département de Géophysique (FHC), Université M’Hamed Bougara de
Boumerdes. Algérie. Mai, 2015.

1
I- PROSPECTION PAR METHODE TELLURIQUE

La prospection par la méthode tellurique est basée sur la présence des


courants électriques circulant naturellement dans l’écorce terrestre. Il
semble qu’ils furent observés dès le milieu du 19 eme siècle pour la
première fois par un certain Barlow sur les lignes téléphoniques anglaises.
Elles furent utilisées à l’échelle industrielle pour la première fois à partir de
1940.

Origines des courants telluriques

L’étude de l’origine de ces courants a fait l’objet d’abondantes recherches


dès leur mise en évidence .Quant à la provenance de ces courants, de
nombreuses suppositions ont été émises touchant le mécanisme de leur
reproduction.
Mais, si l’on ne sait pas précisément comment se créent ces courants
telluriques, il est certain qu’ils sont en lien étroit avec des manifestations
terrestres et extraterrestres, comme les modifications des composantes du
champ magnétique terrestre etc…
Il est bien connu que les impacts électroniques des vents solaires sur la
magnétosphère terrestre sont la source de ces courants . L’ionosphère
(couche E) est le principal siège favori de ces impacts dans lequel sont
générés des courants électriques intenses qui créent un champ
électromagnétique variable (primaire).Ainsi ,des ondes de choc
électromagnétiques arrivent à la surface de la terre et se réfractent sur le
sol . Ce champ électromagnétique primaire induit dans la croûte terrestre un
champ électromagnétique secondaire.
Ces courants électriques telluriques (fréquence généralement inferieure au
Hz et de périodes allant de 10 à 30 secondes), sont présents à l’échelle du
globe .Ils se modifient continuellement en amplitude et en direction. Les
modifications les plus lentes peuvent être considérées comme des courants
continus dont l'intensité est liée à la conductivité électrique locale des
matériaux.

2
La mesure de la composante électrique (du champ électromagnétique)
tellurique constitue un moyen pour mettre en évidence la conductivité du
sous‐sol.

Prospection par courants telluriques

La gamme des roches sédimentaires composant la croûte terrestre possède


des résistivités électriques très différentes. Toutes les roches, selon leur
nature, laissent passer plus au moins les courants électriques telluriques
selon leurs résistances très distinctes. A leur passage dans les matériaux
terrestres, Il en résultera :

- Des changements de densité de ces courants telluriques : Ceux-ci


s’accumulent généralement dans les zones de moindre résistance.

- Des changements du champ électrique : il est connu que pour une


même densité de courant électrique, le champ électrique est
proportionnel à la résistance électrique de la roche.

Le but Principal de prospection par la méthode tellurique consiste à


mesurer conjointement le champ électrique ⃗𝑬
⃗ total à une station fixe et à
des stations mobiles .L’extrémité du vecteur de ce champ retrace des
ellipses en chacun de ces points et le rapport.

𝐀𝐢𝐫𝐞 𝐝’𝐞𝐥𝐥𝐢𝐩𝐬𝐞/𝐬𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐦𝐨𝐛𝐢𝐥𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐧𝐝𝐮𝐜𝐭𝐚𝐧𝐜𝐞 /𝐬𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐦𝐨𝐛𝐢𝐥𝐞𝐬


=
𝐀𝐢𝐫𝐞 𝐝’𝐞𝐥𝐥𝐢𝐩𝐬𝐞/𝐬𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐟𝐢𝐱𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐝𝐮𝐜𝐭𝐚𝐧𝐜𝐞 /𝐬𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐟𝐢𝐱𝐞

permet de déduire les conductances dans les zones sur les stations
amovibles lorsqu’ on connait la conductance à la station fixe.

3
Principe de mesure sur le terrain

La méthode repose sur l’utilisation de deux jeux d’électrodes.

– Le premier jeu d’électrodes est fixe et constitue la station fixe.

– Le deuxième jeu d’électrodes est déplacé sur la surface à explorer et forme


la station de mesure amovible.

– Pour toute nouvelle position de la station mouvante, on accomplit


conjointement une mesure de différence de potentiel aux deux stations (fixe
et mobile) • Ainsi, La différence entre la différence de potentiel de la station
changeante et celle de la station fixe est une mesure de la différence de
potentiel induite par les courants électriques telluriques et affranchie de
leurs changements. Les changements de différence de potentiel enregistrée
résultent donc des modifications de conductivité du sous‐sol.

4
2- PROSPECTION PAR METHODE MAGNETOTELLURIQUE

La MT est connue déjà depuis les années cinquante du siècle dernier (Andreï
Nikolaïevitch Tikhonov 1950 et Louis Cagniard 1953) ; elle consiste à étudier
les propriétés géo- électriques du sous-sol en procédant à la mesure des
variations temporelles du champ magnétique terrestre en même temps que
celles du champ électrique tellurique.
La magnétotellurique est une méthode E.M dont les sources
naturelles (passives) sont dues aux fluctuations naturelles du champ
magnétique terrestre.

Selon la profondeur d’investigation, la MT peut être classée en :

- La radio magnétotellurique (faibles profondeurs - Gamme des HF)


- L’audio magnétotellurique (moyennes profondeurs - Gamme des
- fréquences moyennes)
- L’Hélio magnétotellurique (grandes profondeurs - gamme des
Basses fréquences)

Selon la bande fréquence utilisée, la MT est classée en deux grandes familles

- la première famille correspond aux sources de basses fréquences


inferieures à 10 Hz, elles sont générées par les interactions entre la
magnétosphère et les vents solaires qui créent des courants
ionosphériques de différentes natures et caractéristiques. Ces
courants induisent un champ EM incident à la surface terrestre.fig.1

- la seconde famille correspond aux sources de hautes fréquences


supérieures à l’Hertz. Elles sont générées par les éclairs
atmosphériques (Sferics) piégés par la cavité terre-ionosphère, elles se
diffusent dans le sous- sol et forment le signal MT.

5
Fig. 1 Origine des champs électromagnétiques primaires, d’après so2Media(2009)

La MT permet de mesurer à la surface du sol, en un même endroit et à


plusieurs fréquences les composantes horizontales des champs tellurique et
magnétique. Toutefois son application nécessite le respect de quelques
règles dites « hypothèses de Cagniard 1953 »

- Le courant de déplacement doit être négligeable par rapport au


courant de conduction.

- La nappe tellurique doit être uniforme, ce qui suppose que la source


d’excitation électromagnétique est très lointaine.

Les variations du champ géomagnétique utilisées dans les mesures de la


prospection magnétotellurique sont celles comprises dans la gamme de
fréquences comprises entre 10−3 et 103 Hz. (fig. 2)

6
Fig.2. Spectre modèle de flottement de l’amplitude du champ
électromagnétique naturel (l’amplitude en nT ou gamma).

Principe de base de la MT

On a vu dans le chapitre précédent que les champs électrique et magnétique


en fonction de la profondeur et du temps ont pour expression
respectivement dans le cas d’une variation sinusoïdale :

⃗⃗ 𝒐 𝒆𝒊𝝎𝒕 𝒆−𝒊𝒌𝒛 = 𝑬
⃗⃗ (𝒛, 𝒕) = 𝑬
𝑬 ⃗⃗ 𝒐 𝒆𝒊(𝝎𝒕− 𝒌𝒛) =𝑬
⃗⃗ 𝒐 𝒆𝒊(𝝎𝒕−𝒛/𝜹) 𝒆−𝒛/𝜹

⃗⃗⃗ 𝒐 𝒆𝒊𝝎𝒕 𝒆−𝒊𝒌𝒛 = 𝑯


⃗⃗⃗ (𝒛, 𝒕) = 𝑯
𝑯 ⃗⃗⃗ 𝒐 𝒆𝒊(𝝎𝒕− 𝒌𝒛) =𝑯
⃗⃗⃗ 𝒐 𝒆𝒊(𝝎𝒕− 𝒛/𝜹) 𝒆−𝒛/𝜹

𝒌 étant le nombre d’onde électromagnétique


⃗⃗ 𝒐 𝑒𝑡 𝑯
𝑬 ⃗⃗⃗ 𝒐 : sont respectivement les valeurs du champ magnétique et
électrique à la surface du sol (𝒛 = 𝟎).

7
L’application des équations de Maxwell.

⃗⃗
⃗⃗ = − 𝝏𝑩
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑬
𝒓𝒐𝒕 et ⃗⃗ = 𝝁 𝑯
𝑩 ⃗⃗⃗
𝝏𝒕
Permet de déduire Le champ magnétique

𝒌
𝑯𝒚 = 𝑬𝒐 𝒆𝒊(𝝎𝒕− 𝒌𝒛)
𝝎𝝁𝟎

Pour une fréquence donnée 𝝎, l’impédance magnétotellurique resultante


est :

𝑬𝒙 𝑬𝒚 𝝎𝝁𝟎
𝒁= = − =
𝑯𝒚 𝑯𝒙 𝒌

Eant donne que les deux champs sont liés par :

𝝎.𝝁
⃗⃗ 𝒙 =
𝑬 ⃗⃗⃗ 𝒚
𝑯
𝒌
𝝎.𝝁
⃗𝑬
⃗𝒚 =− ⃗𝑯
⃗⃗ 𝒙
𝒌

pour un demi-espace conducteur , le module de l’impedance


electromagnetique est :

𝟏 𝟏 ⃗𝑬
| 𝒁| = √𝝆𝝁𝝎 et 𝝆 = | 𝒁|² = | ⃗⃗⃗ 𝒙 |²
𝝁𝝎 𝝁𝝎 𝑯𝒚

Les champs magnétique et électrique sont dephasés, l’impédance

electromagnetique z est complexe , elle possède un module et une phase.

Lorsqu’on s’interesse à la partie réelle , on obtient pour le champ electrique

⃗⃗ 𝒙 = 𝑬
𝑬 ⃗⃗ 𝒐 𝒆−𝒛/𝜹 [ 𝒄𝒐𝒔 (𝝎𝒕 − 𝒛) + 𝒊 𝒔𝒊𝒏 (𝝎𝒕 − 𝒛 )]
⃗⃗ 𝒐 𝒆𝒊(𝝎𝒕− 𝒛/𝜹) 𝒆−𝒛/𝜹 = 𝑬
𝜹 𝜹

Dont ⃗ 𝒐 𝒆−𝒛/𝜹 𝒄𝒐𝒔 (𝝎𝒕 − 𝒛) est la partie reelle


⃗𝑬
𝜹

8
Cette expression mathématique montre les variations du courant electrique

alternatif en fonction de la profondeur z .Plus la profondeur aumente et plus

la composante ⃗𝑬
⃗ 𝒙 se réduit selon la loi exponentielle .

Comme la profondeur de pénétration 𝜹 a pour expression :

𝟏 √𝝆 𝝆 𝟏 𝝆
𝜹= = =√ 𝟐 = √𝒇
√𝟐𝝅𝝈𝝎 √𝟐𝝅𝝎 𝟒𝝅 𝒇 𝟐𝝅

En surface 𝒛 = 𝟎 soit

⃗𝑬 ⃗ 𝒐 𝒆−𝒛/𝜹 . 𝒄𝒐𝒔 (𝝎𝒕 − 𝒛) = ⃗𝑬


⃗ 𝒙 = ⃗𝑬 ⃗ 𝒐 . 𝒄𝒐𝒔 𝝎𝒕
𝜹

L’application des équations de Maxwell

⃗⃗
𝒓𝒐𝒕 ⃗𝑬
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗ = − 𝝏𝑩 et ⃗𝑩
⃗ = 𝝁 ⃗𝑯
⃗⃗ donne
𝝏𝒕

𝝏
⃗⃗ = − 𝝁
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑬
𝒓𝒐𝒕 ⃗⃗⃗ 𝒐 . 𝒆𝒊(𝝎𝒕) ) = − 𝐢 . 𝝎. 𝝁 . 𝑯
( 𝑯 ⃗⃗⃗
𝝏𝒕

Les vecteurs champs electrique et magnétique sont constants dans le plan

horizontal ( 𝑿 − 𝒀) , car les variations ne se font que suivant l’axe vertical z.

fig .3 .Propagation des Champs 𝑬


⃗ 𝒙 et ⃗𝑯
⃗⃗ 𝒚

9

𝝏𝑬 ⃗
𝝏𝑬 ⃗⃗⃗
𝝏𝑯 ⃗⃗⃗
𝝏𝑯
Il en resulte que = = = = ⃗𝟎
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒙 𝝏𝒚

Dans un tel cas , la composante du champ magnetique liée au vecteur

champ électrique se trouve dans un plan horizontal orthogonalement au

vecteur champ electrique ⃗𝑬


⃗𝒙

On obtient alors
𝝏𝑬𝒙
− 𝐢 . 𝝎. 𝝁 . ⃗𝑯
⃗⃗ 𝒚 =
𝝏𝒛
𝟏 𝝏𝑬𝒙
⃗𝑯
⃗⃗ 𝒚 = −
𝒊. 𝝎. 𝝁 𝝏𝒛

Etant donné que ⃗𝑬


⃗ 𝒙 = ⃗𝑬
⃗ 𝒐 𝒆𝒊(𝝎𝒕− 𝒛/𝜹) 𝒆−𝒛/𝜹

𝟏 𝛛𝐄𝐱 𝟏 𝛛
⃗⃗ 𝐲 = −
𝐇 = − ⃗ 𝐨 𝐞𝐢(𝛚𝐭− 𝐳/𝛅) 𝐞−𝐳/𝛅 ]
[𝐄
𝐢.𝛚.𝛍 𝛛𝐳 𝐢.𝛚.𝛍 𝛛𝐳

𝐄𝐱 ⃗ 𝐨 𝐞𝐢(𝛚𝐭− 𝐳/𝛅) 𝐞−𝐳 /𝛅


𝐄 ⃗⃗⃗ 𝐨 𝐞𝐢(𝛚𝐭− 𝐳/𝛅) 𝐞−𝐳 /𝛅
𝐢.𝛚.𝛍.𝐄
⃗⃗ 𝐲
=− 𝐳 𝐳 =− 𝐳 𝐳
𝐇 𝛛 ⃗
[ 𝐄 .𝐞
𝐢(𝛚𝐭− ) −
𝛅 .𝐞 𝛅 ](
𝟏
)
𝛛 ⃗
[ 𝐄 .𝐞
𝐢(𝛚𝐭− ) −
𝛅 .𝐞 𝛅 ]
𝛛𝐳 𝐨 𝐢.𝛚.𝛍 𝛛𝐳 𝐨

⃗⃗⃗ 𝐨 𝐞𝐢(𝛚𝐭− 𝐳/𝛅) 𝐞−𝐳/𝛅


𝐢.𝐩.𝛚.𝛍.𝐄 𝐢.𝛅.𝛚.𝛍
= ⃗ 𝐨 (𝟏+𝐢)𝐞𝐢(𝛚𝐭− 𝐳/𝛅) 𝐞−𝐳/𝛅
=
𝐄 (𝟏+𝐢)

en négligeant 𝝁 ,le module de cette expression donne :

𝛚.𝛅 𝛚.𝛅 𝛚.𝛅 𝐄


= + 𝐢 = (𝟏 + 𝒊) comme |𝐇𝐱 | = √ 𝐑𝟐𝐞 + 𝐈𝐦
𝟐
𝟐 𝟐 𝟐 𝐲

On deduit .
𝑬 𝐢.𝛚.𝛅 𝟏
|𝑯𝒙 | = 𝟏+𝐢
= . 𝛚. 𝜹
𝒚 √𝟐

En substituant
𝟏 𝟏
𝜹= = √𝑻. 𝝆
√𝟐𝝅𝝈𝝎 𝟐𝝅

On obtient

10
𝑬 𝟏 𝟏 𝟏 𝝆
|𝑯𝒙 | = . 𝝎. 𝜹 = . 𝝎.
𝟐𝝅
√𝑻. 𝝆 = √𝟐𝑻
𝒚 √𝟐 √𝟐

Et enfin :
𝑬 𝝆 𝑬
|𝑯𝒙 | ² = d’où 𝝆 = 𝟐𝑻 | 𝒙 | ² en uem CGS .
𝒚 𝟐𝑻 𝑯 𝒚

C’est la relation fondamentale de Cagniard.

Ainsi,la mesure des amplitudes des composantes horizontale 𝑬𝒙 et 𝑯𝒚 des


des champs tellurique et magnetique au meme endroit et suivant deux
directions perpendiculaires 𝑶𝑿 et 𝑶𝒀 , et pour une periode 𝑻 donnée de
l’onde elecromagnetique permet de calculer la valeur de la resistivité
apparente d’une serie de couches.Cette formule montre que les plus les
fréquences sont élevées et plus l’ investigation est proche de la surface et
inversement, plus la fréquence est faible et plus la profondeur est grande.

Comme la magnétotellurique utilise de basses fréquences (𝟎, 𝟎𝟎𝟓 < 𝑻 <


𝟐𝟎𝟎 𝒔𝒆𝒄𝒐𝒏𝒅𝒆𝒔 𝒆𝒏𝒗𝒊𝒓𝒐𝒏 ) des ondes electromagnetiques crées par des
sources naturelles très diverses , il s’en suit qu’elle soit l’unique methode
d’exploration géophysique,a l’exception de la sismologie, qui permet de
fournir des images à des profondeurs importantes atteignant plusieurs
dizaines de kilometres.
Soit

𝟏
𝜹 =
𝟐𝝅
√ 𝟏𝟎. 𝑻. 𝝆 (km, s,Ωm)

Ainsi, avec une periode de 24 heures , il est possible d’obtenir des


informations jusqu’au manteau superieur.

Principe de mesure sur le terrain

Comme toutes les autres méthodes géophysiques, les 3 principales étapes de


la prospection par MT sont l’acquisition (terrain), le traitement (amélioration
du rapport 𝑺/𝑩) et l’interprétation qui consiste à interpréter les données des
paramètres physiques en terme géologique.

L’acquisition sur la surface du terrain comprend la mesure conjointement


des composantes du champ magnétique(𝑯𝒚 , 𝑯𝒙 , 𝑯𝒛 ) et electrique (𝑬𝒙 , 𝑬𝒚 ).

11
L’évalution des rapports 𝑬 /𝑯 consiste a ranger deux lignes telluriques à
angle droit (𝑬𝒙 , 𝑬𝒚 )et trois capteurs magnetiques (𝐻𝑦 , 𝐻𝑥 , 𝐻𝑧 ) fig 4.Sur les
differents enregistrements apparaitra des sinusoides pures isolées de
periode 𝑻 .Le geophysicien determinera pour chaque valeur de 𝑻 , une valeur
𝑬
moyenne du rapport .
𝑯
𝑬𝒙 𝑒𝑡 𝑯𝒚 sont les spectres d’amplitudes des composantes perpendiculaires
des champs électrique et magnetique pour une periode donnée .Au préalable
on doit faire une analyse fréquentielle des signaux magnetotelluriques par
transformée de Fourier.
La conductivité sera exprimée par :

𝟏 𝟏 𝑯𝒚
𝝈= = | |²
𝝆 𝟐𝑻 𝑬𝒙

Le principe des mesures des composantes du champ électrique est le même


que celui de la méthode tellurique mais on effectue simultanément la
mesure des deux ou trois composantes du champ magnétique terrestre.
Le choix des gammes d’enregistrement des signaux en MT est fait en
fonction de l’objectif à atteindre.

Fig. 4 Principe d’acquisition en MT

12
Il est possible d’effectuer les mesures par deux techniques :

-Technique de sondage

Le dispositif de mesure est fixé et on fait modifier la fréquence de mesure


du champ électromagnétique. On obtient une courbe de sondage qui
indique les variations de résistivité apparentes à la verticale d’une station de
mesure MT.

- Technique de profilage

Le dispositif est déplacé en maintenant la fréquence constante. Les


mesures sont exécutées à une fréquence identique le long d’un profil ce qui
permet d’obtenir des informations sur le changement latéral de la résistivité
apparente à la dite fréquence.

Matériel de mise en œuvre

Une campagne de prospection MT comprend le matériel suivant :

- Capteurs magnétiques

Il est utilisé 3 capteurs magnétiques (magnétomètres).02 capteurs


magnétiques horizontaux perpendiculaires et un capteur magnétique vertical
pour mesurer les composantes 𝑯𝒙 , 𝑯𝒚 𝑒𝑡 𝑯𝒛 ou un magnétomètre triaxial . La
disposition des composantes se feront comme suit : 𝑯𝒙 (N-S) et 𝑯𝒚 (E-W)
Les capteurs magnétiques servent à l’enregistrement des variations du
champ magnétique terrestre. Le choix du type de magnétomètre dépendra de
l’objectif et notamment de la gamme des périodes courtes ou longues de
variation du champ magnétique terrestre, de la profondeur des structures
géo- électriques.

- Capteurs telluriques

Les capteurs telluriques sont généralement des électrodes impolarisables. Ils


servent à enregistrer les composantes du champ tellurique à l’aide de 4
électrodes impolarisables selon deux directions perpendiculaires (𝑬𝒙 : N-S) et

13
( 𝑬𝒚 : E-W).Il est utilisé également une cinquième électrode reliée à la
masse.

Le matériel terrain comprend également

- Un coffret d’électronique comprenant un circuit d’amplification pour


amplifier le signal brut et augmenter son gain par filtrage.

- Des câbles conducteurs pour relier les différents éléments sus


mentionnés au PC

Procédure d’acquisition sur le terrain

Les mesures sur le terrain doivent être loin de toute source de bruits (lignes
HT, zones industrielles, voies de communications etc…). L’acquisition
dépend du problème à résoudre.
Ainsi, pour une étude structurale, il faut connaitre tout d’abord la direction
structurale principale de la région d’étude. Le dispositif composé des
magnétomètres et les électrodes sont disposés de sorte qu’ils soient
perpendiculaires et parallèles à la direction structurale principale.
L’opérateur mesure par exemple :

- les composantes horizontale électrique 𝑬𝒙 (en 𝑚𝑉/𝐾𝑚) et magnétique


𝑯𝒙 (en 𝑛𝑇) dans la direction parallèle à la direction structurale
principale

- les composantes horizontales électrique 𝑬𝒚 et magnétique 𝑯𝒚 dans


la direction perpendiculaire à la direction structurale principale.

La chaine d’acquisition

Les chaines d’acquisition des données magnétotelluriques différent selon


les objectifs. Néanmoins, leurs caractéristiques communes sont
l’amplification du signal brut enregistré sur le terrain, le taux
d’échantillonnage, la résolution numérique du signal électromagnétique et
l’aptitude de stockage des données.

14
Le traitement des données MT

L’objectif final du traitement des données MT enregistrées est la


détermination du tenseur d’impédance. Les Signaux électromagnétiques sont
généralement enregistrés dans le domaine temporel .Une première étape
comporterait leur conversion dans le domaine fréquentiel.

L’Interprétation des données

C’est l’étape finale qui consiste à déterminer à partir de la coupe géo-


électrique le modèle géologique ressemblant au sous-sol de la zone
explorée.

15
3- AUDIO MAGNETOTELLURIQUE (AFMAG)

L’Audio magnétotellurique (AMT) ou Audio Frequency magnetic Fields


(AFMAG) est une méthode qui utilise la même théorie que la
magnétotellurique pour estimer la résistivité électrique du sol et dont l’étude
détaillée de ces champs a été examinée plus haut

La source d’énergie primaire électromagnétique peut être naturelle ou


artificielle,
- Lorsque la source est naturelle ,l’AMT(NSAMT) est dite semi-passive
car l’opérateur ne manœuvre que les récepteurs étant donné que le
champ E.M primaire est causé surtout par l’effet des orages
tropicaux et sub- tropicaux de gamme de fréquences allant de 1 à
10.000Hz (périodes plus courtes que la seconde). Grâce au phénomène
de l’effet pelliculaire (skin effect), les courants induits par les orages
magnétiques pénètrent dans le sous-sol. Plus leurs fréquences sont
basses et plus ils pénètrent plus profondément.

- Quand la source d’énergie est artificielle (sources contrôlées-CSAMT),


le champ électromagnétique peut être généré à l’aide de dipôles
électriques terrestres (générateur de fréquence) soit à l’aide de
dipôles magnétiques horizontales.

Dans les deux cas, l’énergie primaire électromagnétique pénètre dans le sol
et produit de ce fait un champ secondaire électrique et magnétique.
L’ AMT est appliquée dans l’éventail de fréquences audibles ou proches,
c’est à-dire elle mesure les modifications du champ électromagnétique pour
des fréquences comprises entre 1 et 1000 Hz. La mesure de ces champs
dans cette gamme de fréquences et dans certaines conditions permet
d’obtenir les résistivités apparentes des terrains sous -jacents jusqu’à des
profondeurs de l’ordre du kilomètre
La résistivité apparente peut être estimée alors à travers l’impédance
𝑬𝒙
électromagnétique, la quantité tensorielle définie par le rapport | | des
𝑯𝒚
champs électromagnétiques transposés et mesurés à la surface de la terre

16
Mise en œuvre sur le terrain et Appareillage

Principe de mesure sur le terrain

Le dispositif de mesure comprend :

-deux bobines ou trois bobines d’induction qui sont disposées


perpendiculairement l’une par rapport à l’autre. Elles permettent de mesurer
les composantes du champ magnétique. Les bobines sont placées
horizontalement sur le sol et perpendiculairement à l'allongement de la ligne
tellurique. Fig4

- Deux paires d’électrodes métalliques sont reliées par un câble isolé.


Ces électrodes non-polarisables contenant de l’eau salée à l’intérieur
et partiellement enfoncées permettent de mesurer les composantes du
champ électrique .Les électrodes peuvent être implantées dans une
couche d’argile légèrement mouillée avec de l’eau salée pour faciliter
la propagation dans le sous- sol et espacées l’une de l’autre de
plusieurs dizaines de mètres pour obtenir un signal important .

Mesures du champ magnétique

Les capteurs magnétiques et les lignes telluriques sont précisément


disposées de préférence en fonction des axes de la géologie de la zone
d’étude, sans quoi en direction Nord -sud et Est-ouest

Mesures du champ tellurique

Elles s’accomplissent à l'aide d'un résistivimètre. Les fréquences


modifiables au gré du client s'étalent de 1 à jusqu' à quelques milliers de
Hz. Le courant résultant de la différence de potentiel mesurée par le
résistivimètre est enregistré.

Les mesures permettent d’enregistrer les deux composantes horizontales


des deux champs (E et H). Ces signaux enregistrés subissent un traitement
au préalable qui comprend :
- Une amplification.

17
- Un filtrage par des filtres passe- haut et un filtre passe- bas.
- Un Enregistrement sur un micro –ordinateur.
- Une transformation de ces enregistrements dans le domaine fréquentiel
par la FFT.

- Une interprétation en termes de résistivité et de phase. Selon les formules

𝟏 𝟏 ⃗ 𝒚 (𝒇)
𝑬
𝝆𝒂,𝒚𝒙 (𝒇) = | 𝒁𝒚𝒙 (𝒇)|² = | ⃗⃗⃗ |²
𝝁𝝎 𝝁𝝎 𝑯𝒙 (𝒇)

𝑰𝒎 𝒁𝒚𝒙(𝒇)
𝝋𝒚𝒙 (𝒇) = 𝐭𝐚𝐧−𝟏
𝑹𝒆 𝒁𝒚𝒙(𝒇)

𝟏 𝟏 ⃗𝑬 (𝒇)
𝝆𝒂,𝒙𝒚 (𝒇) = | 𝒁𝒙𝒚 (𝒇)|² = | ⃗⃗⃗ 𝒙 |²
𝝁𝝎 𝝁𝝎 𝑯𝒚 (𝒇)

𝑰𝒎 𝒁𝒙𝒚 (𝒇)
𝝋𝒙𝒚 (𝒇) = 𝐭𝐚𝐧−𝟏
𝑹𝒆 𝒁𝒙𝒚 (𝒇)

Les valeurs de la résistivité issues de l’interprétation représentent des


valeurs de résistivité apparente en raison de l'hétérogénéité et de
l'anisotropie des sous-sols réels.

Ainsi, la mesure en surface du champ électromagnétique 𝑬 et 𝑯 permet de


calculer pour un sol homogène et isotrope une résistivité apparente
correspondant à une période donnée (𝑻 = 𝟏/𝒇) selon l’expression:

𝝆 = 𝟎. 𝟐 . 𝑻 (𝑬/𝑯) ²
avec
𝑻: en sec,
𝑬: en mV/km
𝑯: en nT
La méthode AFMAG est employée en prospection magnétotellurique
terrestre et aéroportée selon technique de profilage.

Les références bibliographiques se trouvent dans le dernier chapitre

18
19