Vous êtes sur la page 1sur 63

République Algérienne Démocratique Et Populaire

Ministère De L’Enseignement Supérieur Et De La Recherche Scientifique

Université de Blida 1
Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie
Département de Biologie et Physiologie Cellulaire

MICROBIOLOGIE
ALIMENTAIRE
Cours Licence-Master

Dr. BOUDJEMA NOUARA

2015-2016
Dr. Nouara BOUDJEMA
Maitre de conférences
(SNV/BPC, Blida1)

Microbiologie Alimentaire
(Cours Licence-Master)

Ce document est destiné aux étudiants de 3ème année licence, 1ère et 2ème
année Master Microbiologie

2015-2016
LISTE DES FIGURES

Figure 1. Pyramide des groupes alimentaires ............................................................................... 2


Figure 2 : Les différentes étapes de l’infection bactérienne ......................................................... 14
Figure 3. Distances phylogénétiques entre les genres principaux constituant les BL basées
sur les séquences des ARNr 16S .................................................................................................. 24
Figure 4. Types de fermentation lactique, homo-fermentation des bactéries lactiques (a)
et hétéro-fermentation (b)............................................................................................................. 27
Figure 5. Facteurs intrinsèque et extrinsèques ............................................................................. 40
Microbiologie Alimentaire/L3 microbiologie Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Sommaire
Introduction ......................................................................................................................... 1

Chapitre 1 : LES GRANDS GROUPES D’ALIMENTS

1. VIANDE-POISSONS-ŒUFS ...................................................................................... 3
1.1. Viandes et produits carnés....................................................................................... 3
1.2. Charcuteries ............................................................................................................. 4
1.3. Poissons ................................................................................................................... 4
1.4. Œufs ........................................................................................................................ 5
2. LAIT ET PRODUITS LAITIERS ................................................................................... 5
2.1. Laits .............................................................................................................................. 5
2.2. Fromages ...................................................................................................................... 6
3. MATIÈRES GRASSES .................................................................................................. 7
3.1. Crème et le beurre ........................................................................................................ 7
3.2. Autres matières grasses d’origine animale ................................................................... 8
3.3. Huiles et margarines ..................................................................................................... 8
4. LÉGUMES ET FRUITS ................................................................................................. 9
4.1.Légumes ........................................................................................................................ 9
4.2.Fruits.............................................................................................................................. 9
5. CÉRÉALES ET DÉRIVÉS – LÉGUMINEUSES .......................................................... 10
5.1. Céréales et Dérivés ....................................................................................................... 10
5.2. Légumineuses ............................................................................................................... 11
6. SUCRES ET PRODUITS SUCRÉS ............................................................................... 11
7. EAU ET BOISSONS ..................................................................................................... 11
7.1. Eaux .............................................................................................................................. 12
7.2. Boissons sucrées ........................................................................................................... 12

Chapitre 2 : MICRO-ORGANISMES ET ALIMENTS

I. Bactéries pathogènes des produits alimentaires ............................................................ 13


I.1. Pouvoir infectieux ......................................................................................................... 13
I.1.1. Mécanismes d'infections ......................................................................................... 14
I.1.2. Etapes de l’infection ................................................................................................ 14
I.1.2.1. Contamination ................................................................................................... 15
I.1.2.2. Pénétration (porte d’entrée) ............................................................................... 15
I.1.2.3. Action ................................................................................................................ 15
I.2. Pouvoir pathogène ....................................................................................................... 15
I.3. Virulence ....................................................................................................................... 16
I.4. Caractères microbiens favorisant la virulence .............................................................. 16
I.4.1.Pouvoir d’adhésion ..................................................................................................... 16
I.4.2. Envahissement .......................................................................................................... 17
I.4.3. Pouvoir pathogène proprement dit ............................................................................. 17
I.5. Modalités du pouvoir toxique ....................................................................................... 18
I.5.1. Intoxications ............................................................................................................... 18
I.5.2. Intoxinations .............................................................................................................. 18
I.5.3. Toxi-infection et toxinogenèse liée à la virulence ..................................................... 18
II. Microbiologie des principaux produits alimentaires ...................................................... 19
II.1. Microbiologie des eaux................................................................................................ 19
Microbiologie Alimentaire/L3 microbiologie Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

II.2. Microbiologie de lait et dérivés ................................................................................... 19


II.3. Microbiologie de la viande .......................................................................................... 20
II.4. Microbiologie des plats cuisinés.................................................................................. 20
II.5.Microbiologie des conserves ........................................................................................ 20
II.6. Microbiologie des beurres et matière grasse ............................................................... 20

Chapitre 3 : LES BACTERIES LACTIQUES

1.Définition ......................................................................................................................... 22
2. Caractères généraux ..................................................................................................... 22
3. Classification et taxonomique ...................................................................................... 23
4. Principaux genres des bactéries lactiques .................................................................... 25
5. Isolement et dénombrement ......................................................................................... 25
6. Voies métaboliques ...................................................................................................... 26
7. Bactéries bénéfiques en agro-alimentaire .................................................................... 28
7.1. Bactéries à fermentation ............................................................................................... 28
7.1.1. Fermentation alcoolique ou éthylique ....................................................................... 28
7.1.2. Fermentation lactique ................................................................................................ 28
7.1.3. Fermentation acétique ............................................................................................... 31
7.2. Production de biomasse ................................................................................................ 31
7.3. Production de métabolites ............................................................................................ 31
7.4. Bioconservations….. …. ............................................................................................... 32
7.5.Production de biocarburants .......................................................................................... 32

Chapitre 4 : LES ALTERATIONS MICROBIENNES DES ALIMENTS ET MOYENS DE


LUTTE

I. ALTERATIONS MICROBIENNES DES ALIMENTS ............................................. 33


I.1. Différents types altérations ........................................................................................... 33
I.1.1. Altération physique .................................................................................................... 34
I.1.2. Altération chimique et biochimique..................................................................... 34
I.1.3. Altération microbienne .............................................................................................. 34
I.2. Incidence sur la qualité d’altération .............................................................................. 35
I.3. Facteurs influençant la flore d’altération des aliments ................................................. 36
I.3.1. Facteurs intrinsèques ................................................................................................. 36
I.3.2. Facteurs extrinsèques ................................................................................................ 38
I.4. Origine et nature de la flore microbienne des aliments ................................................ 39
I.5. Mode de contamination................................................................................................. 40
I.5.1. Contamination par les manipulateurs ......................................................................... 40
I.5.2. Contamination par l’environnement .......................................................................... 41
I.5.3. Contaminants industriels ............................................................................................ 41
I.6. Mécanismes d’altération ............................................................................................... 41
I.6.1. Durée de vie et dégradation alimentaire .................................................................... 41
I.6.2. Dégradation microbienne ........................................................................................... 42

II. MOYENS DE LUTTE ................................................................................................. 43


II.1. Facteurs influençant la destruction microbienne ......................................................... 43
II.1.1. Nature et l’état des micro-organismes ...................................................................... 43
II.1.2. Nature de l’agent antimicrobien ............................................................................... 43
Microbiologie Alimentaire/L3 microbiologie Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

II.1.3. Rôle de l’environnement........................................................................................... 43


II. 2. Moyens Physiques ...................................................................................................... 43
II.2.1. Température (la chaleur)........................................................................................... 44
II.2.1.1. Stérilisation ............................................................................................................ 44
II.2.1.2. Pasteurisation ......................................................................................................... 45
II.2.1.3. Tyndallisation ........................................................................................................ 45
II.2.1.4. Thermisation .......................................................................................................... 46
II.2.1.5. Chaleur sèche ......................................................................................................... 46
II.2.2. Froid (Congélation et Réfrigération) ........................................................................ 46
II.2.3. Radiations ................................................................................................................. 47
II.2.4. Pression ..................................................................................................................... 47
II.2.5. Elimination mécanique ............................................................................................. 47
II.2.5.1.Filtration ................................................................................................................. 47
II.2.5.2. Centrifugation ........................................................................................................ 48
II.3.Moyens Chimiques ...................................................................................................... 48
II.4. Moyens biologiques (Chimio-thérapeutiques) ............................................................ 49
Conclusion ........................................................................................................................... 52
Références bibliographiques ............................................................................................... 53
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Teneur en lipidique et en cholestérol des viandes, poissons et œufs ....................... 3


Tableau 2 : Apports nutritionnels moyens des différents laits/100g ............................................ 6
Tableau 3: Composition de quelques corps gras solides .............................................................. 7
Tableau 4 : Teneur en amidon et en protéine des céréales ........................................................... 11
Tableau 5 : Description des principales bactéries responsables dans toxi-infections
alimentaires collectifs (TIAC) ..................................................................................................... 18
Tableau 6 : Flore origine et d’altération des principaux groupes alimentaire .............................. 20
Tableau 7 : Principaux espèces de bactéries lactiques ................................................................. 25
Tableau 8: Propriétés générales des bactéries lactiques et leurs intérêts dans l’industrie
alimentaire .................................................................................................................................... 29
Tableau 9 : Participation des bactéries lactiques aux autres produits .......................................... 30
Tableau 10 : Exemples d'altérations des denrées par des bactéries psychrotrophes .................... 35
Tableau 11 : Classification des micro-organismes selon leur température optimale
de croissance ................................................................................................................................ 38
Tableau 12 : Agents antimicrobiennes des produits alimentaires, des surfaces et
Matériels ....................................................................................................................................... 48
Tableau 13 : Caractéristiques des substances antibactériennes .................................................... 50
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Introduction

La microbiologie alimentaire est une science qui traite les micro-organismes des
aliments en particulier l’industrie alimentaire. Les aliments sont d’origine végétale et/ou
animale peuvent être le siège de prolifération microbienne, prolifération d’autant plus variée
que le produit est riche en éléments nutritifs et placé dans des conditions favorables à la
croissance microbienne (Nicklin et al., 2000). Afin d’assurer la santé du consommateur, il est
nécessaire de prendre en compte les transformations et les incidentes des accidents d’origine
alimentaire. Pour cela, la maitrise des fabrications est basée sur la qualité marchande et
hygiénique des aliments (Cuq, 2007).

Les micro-organismes sont associés généralement de façon implicite, dans diverses


industries agro-alimentaire dans des buts variés: obtentions des produits fermentés, de culture
microbienne, métabolites utilisables comme additifs alimentaires, etc. (Prescott et al., 2010).
Cependant, certains contaminants (bactéries, champignons et levures) ne présentent aucun
inconvénient, ni pour le produit ni pour le consommateur. En revanche, d'autres sont
susceptibles de nuire gravement à la santé humaine (flore pathogène) ou de mettre en péril la
vie commerciale de la denrée (flore d'altération).

La détérioration des aliments constitue un problème important dans toutes les sociétés.
Elle peut se produire à n’importe qu’elle stade de la production, du transport, du stockage ou
de la préparation. Lors d’une intoxication alimentaire, les micro-organismes se multiplient
dans les aliments et produisent des toxines qui affectent alors la santé du consommateur
(Guiraud, 1998 ; Prescott et al., 2003).

1
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

-Chapitre 1-

LES GRANDS GROUPES D’ALIMENTS

Il est classique de regrouper dans une même catégorie les aliments qui présentent une parenté
biochimique, une composition en nutriments voisine ou des modalités de production
semblables (Desalme et al., 2004). Nous envisagerons donc 7 catégories d’aliments (figure 1):

1- Viandes-poissons-œufs,
2- Produits laitiers,
3- Matières grasses,
4- Légumes et fruits,
5- Céréales et dérivés Ŕ légumineuses,
6- Sucres et produits sucrés,
7- Eau et boissons.

Sucre
et
Produits sucrés

Matière grasse

Viande, poisson et œuf

Lait et produits laitiers

Légumes et fruits

Céréales et dérivés
Eau et boissons

Figure 1. Pyramide des groupes alimentaires

2
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

1. VIANDE-POISSONS-ŒUFS

1.1. Viandes et produits carnés

Sont des produits riches en protéines en graisses et en peu de glucides, d’où le développement
favorable des micro-organismes protéolytiques entrainant une modification de la qualité
organoleptique (l’odeur, la couleur et la texture).

La teneur en protéine est de moyenne de 16 à 20g/100g de viande avant cuisson et 60 à 70%


d’eau à l’état frais (Dupin et al., 1992). Ces protéines sont composées essentiellement de
myosine, myoalbumine et de collagène.

Les viandes sont dépourvues de vitamines liposolubles. Elles sont riches en vitamines du
groupe B. Les abats (principalement le foie) en sont les plus riches et représentent en outre un
apport important de vitamines A et D (Fournaud, 1982 ; Ciqual, 1995).

Les lipides des viandes sont constitués principalement d’acides gras saturés et mono-
insaturés. La teneur en matières grasses des viandes varie selon l’espèce, l’état
d’engraissement de l’animal et le morceau considéré. Compte tenu de ces considérations une
viande peut contenir 2 à 30% de graisses (tableau 1) (Ciqual, 1995). Toutes les viandes,
mêmes maigres sont sources de cholestérol, en particulier les abats. Selon la teneur en lipide,
les viandes sont distinguées en trois types:
-les viandes les plus maigres (< 10%)
-les viandes plus grasses (10 à 30%)
-les viandes maigres (~5%).

Tableau 1 : Teneur en lipidique et en cholestérol des viandes, poissons et œufs (Ciqual, 1995)

Aliments Lipides Aliments Cholestérol


Totaux (%) (mg/100 g)
Agneau 15 Cervelles 2 000 à 2 200
Bœuf 8,5 Rognons 365 à 380
Porc 12 Foie 265 à 555
Cheval 4,6 Cœur 150 à 170
Œuf 10,5 Langue 110 à 140
Oie 17,5 Jaune d’œuf 1 480
Poulet 4 Charcuteries 100 à 380
Dinde 2,9 Viande en général 65 à 80

3
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Thon au naturel 1,6 Viandes de porc 100


Sardine 9 Crustacés (crevettes, 140 à 182
Saumon 10,1 homard)
Hareng 14,6 Œuf de “lump“, caviar 300
Coquillages (moules, 50 à 70
coquille St Jacques)
Poissons 50 à 70

1.2 Charcuteries

A l’origine, la charcuterie est une méthode de conservation de la viande. Toute charcuterie


fait l’objet d’une salaison avec un mélange de sel et de nitrate de potassium, ou de sel et de
nitrite de sodium. Les charcuteries contiennent 10 à 20% de protéines (les jambons cuits ou
secs en sont les plus riches). Elle est caractérisée par sa richesse en lipides : 20 à 35% (les
saucisses, saucissons cuits) et 35 à 40% (les rillettes, saucissons secs et salamis). La teneur en
cholestérol des charcuteries est variable : 100mg/100g dans les saucissons et saucisses, 150 à
260mg/100g dans les pâtés de foie et 60 à 70 mg/100g dans le jambon (Ciqual, 1995, Roberts,
1999).

1.3 Poissons

Le poisson et les crustacés représentent un apport en protéines d’aussi bonne qualité que la
viande et peu de glucide. Il contient en outre une quantité plus importante de substances
azotées non protéiques (ammoniaque, urée) qui lui donnent une odeur caractéristique. Les
poissons sont une bonne source de vitamines du groupe B (en particulier B12) et de vitamine
E. Les vitamines A et D sont également abondantes dans les poissons gras (Dupin et al.,
1992).

Le poisson contient en moyenne 18 à 19% de protéine. On a signalé des valeurs variables : le


thon 25 à 35%, les huitres 7 à 10% (Dupin et al., 1992). La teneur en lipides des poissons est
variable (0,5 à 15%). La teneur en cholestérol du poisson est de 50mg à 70mg pour 100g.

Les poissons sont classés généralement en 3 groupes (Ciqual, 1995):

-Poissons maigres (0,5 à 5%) : merlan, sole, dorade, morue,


-Poissons demi-gras (5 à 10%) : maquereau, sardine, saumon, thon,
-Poissons gras (> 10%): anguille,

4
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Il représente une source importante de phosphore, en sélénium et peu de calcium. Les


coquillages et crustacés ont la particularité d’être plus riches en divers minéraux (calcium,
zinc, fer, sodium) (50 à 400mg/ 100g) (Dupin et al., 1992).

1.4. Œufs

Les protéines de l’œuf (l’ovalbumine dans le blanc et ovovi-telline dans le jaune) ont une
excellente valeur biologique. La teneur protéique de l’œuf entier est de 14% (8g) et de 12 à
16% en lipide (Dupin et al., 1992). Les lipides sont contenus uniquement dans le jaune (33,5g
pour 100g de jaune d’œuf soit environ 7g de graisses dans 1 jaune) et comportent une forte
proportion de phospholipides (Desalme et al., 2004). D’autre part le jaune d’œuf est une
source importante de cholestérol (1 500mg environ pour 100g soit 300mg pour 1 jaune). Il est
riche en phosphore et en fer. L’œuf est une bonne source de vitamines du groupe B et pour le
jaune de vitamines A et D, pratiquement pas de glucide et 75% d’eau (Dupin et al., 1992 ;
Ciqual, 1995).

2. LAIT ET PRODUITS LAITIERS

2.1. Lait

C’est un aliment de choix complet, il contient de graisses, du lactose, des protéines, des sels
minéraux, des vitamines et de 87% d’eau; son pH est de 6,7. C’est un substrat très favorable
au développement des micro-organismes. Il est la matière première de plusieurs produits
alimentaires (Ciqual, 1995).

 Un litre de lait de vache, qu’il soit entier ou écrémé apporte 35g de protéines. Il s’agit
principalement de caséine, de lactalbumine et de lactoglobuline. Tous les acides
aminés indispensables sont présents.
 La teneur en lipides du lait est standardisée à un taux minimum de 36g/L de lait entier.
Cette teneur en lipides confère une valeur énergétique importante (700 Kcal soit 2 930
KJ/1L) (tableau 2). Les triglycérides du lait comportent essentiellement des acides
gras saturés (60 à 65%) et monoinsaturés (32%). Il contient également du cholestérol
(lait entier : 140 mg/litre, lait 1/2 écrémé : 90mg/litre).
 Le lait est riche en glucide (50g de lactose dans un litre que ce soit entier ou écrémé),
favorise l’absorption du calcium contenu dans cet aliment.

5
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

 Le lait est une source importante de calcium (1200mg/L). Le calcium du lait est mieux
absorbé que celui de toute autre source grâce à la présence d’éléments favorables
(protéines, graisses et un peu d’acide lactique). Il est mieux utilisé par l’organisme car
le lait apporte en même temps du phosphore. Le lait apporte en outre du chlorure de
sodium, du chlorure de potassium et de faibles quantités de soufre, magnésium et
cuivre. Il ne contient pas de fer (Enjalbert, 1993).
 Le lait entier est une source appréciable de vitamine A et D. Presque toutes les
vitamines du groupe B sont présentes, en particulier la vitamine B12. Les vitamines
liposolubles (A et D) sont absentes dans le lait écrémé (Ciqual, 1995 ; Martin, 2001 ;
OMS, 2011).

Tableau 2 : Apports nutritionnels moyens des différents laits/100g (Ciqual, 1995)


laits Kcal KJ P (g) L (g) G (g) Ca (mg)
Lait entier 63 263 3,2 3,5 4,6 120
Lait 1/2 écrémé 46 195 3,2 1,6 4,6 114
Lait écrémé 34 142 3,3 0,2 4,6 112
Lait en poudre écrémé* 351 1467 35,5 0,8 50 1300
Lait concentré entier non sucré 130 544 6,4 7,5 9,2 255
Lait concentré sucré 325 1358 8,4 9,1 55,8 280
(*) 10g de poudre permet de reconstituer 100ml de lait.

2.2. Fromages

Le fromage est un dérivé du lait, sa fabrication comporte 3 étapes essentielles (La


coagulation, égouttage et maturation lors de l’affinage). La maturation est provoquée par les
enzymes produites par des micro-organismes spécifiques à chaque type de fromage. Il est
habituel de classer les fromages selon leur mode de fabrication (fromages frais, à pâte molle,
persillés, à pâte pressée cuite et non cuite et fromage fondu). Il y eu des différences dans la
composition du fromage par rapport à celle du lait selon le mode de fabrication (Martin, 2001)

 La teneur en protéines est présentée par la caséine, elle est variable selon le type de
fromage : 8 à 10% dans un fromage frais, 20 à 24% dans les fromages à pâte molle et 28
à 30% dans les fromages à pâte pressée.
 La teneur en lipides d’un fromage dépend de sa richesse en eau. Un camembert contient
45% de matières grasses et 40 % pour le fromage blanc. Les fromages les plus riches en
matières grasses sont les fromages à pâte cuite type gruyère (32g de matières grasses pour
100g) (Dupin et al., 1992). Les lipides des fromages sont composés majoritairement
d’acides gras saturés (60 à 65%) et mono-insaturés (30%). Les fromages affinés

6
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

contiennent en moyenne 90 à 100mg de cholestérol pour 100g (Luquet, 1990 ; Ciqual,


1995).
 Le lactose est presque totalement éliminé lors de l’égouttage.
 Les fromages sont plus ou moins riches en chlorure de sodium. Leur teneur dépend de la
quantité de sel ajoutée lors de leur fabrication. L’apport en calcium et en phosphore
dépend du mode de fabrication des fromages. L’emmental (pâte pressée cuite) apporte
environ 1 000 à 1 200mg de calcium pour 100g. Un fromage type pâte molle en contient
200 à 400mg pour 100g et les fromages frais 100mg pour 100g.
 La teneur en vitamine A des fromages est proportionnelle à leur teneur en matières
grasses. Les fromages bleus sont de bonnes sources de vitamines du groupe B (les
moisissures en réalisent la synthèse) (Martin, 2001 ; OMS, 2011).

3. MATIÈRES GRASSES
Les matières grasses regroupent le beurre, la crème (d’origine animale), les huiles et les
margarines (d’origine végétale).

3.1. Crème et le beurre

La crème comporte environ 30 à 35% de lipides et le beurre 82 à 84%. Les acides gras saturés
représentent plus de 60% des acides gras totaux. Le beurre apporte également des acides gras
saturés à chaîne courte ou moyenne (environ 13%) (tableau 3). Ces produits sont pauvres en
acides gras polyinsaturés (2%) et apportent du cholestérol (250mg/100g de beurre). Ces
matières grasses sont une excellente source de vitamine A (teneur variable selon la
provenance du beurre) et contiennent un peu de vitamine D et absence totale de calcium
(Dupin et al., 1992 ; Martin, 2001).

Tableau 3: Composition de quelques corps gras solides (Martin, 2001)

Aliment Lipides Totaux


(saturés) (g/100g)
Beurre 83
Crème 33,5
Saindoux 99
Graisse d’oie 99

Végétaline 100
Margarine tourne-sol 82,5
Margarines maïs 82,5

7
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

3.2. Autres matières grasses d’origine animale

Il s’agit des matières grasses obtenues par fusion des tissus gras des animaux (graisse d’oie ou
de canard). Ces graisses contiennent toutes 90 à 100% de lipides. Les proportions relatives
d’acides gras varient en fonction de l’alimentation qu’a reçue l’animal. Les graisses de
volaille (oie, canard) contiennent en moyenne moins d’acides gras saturés (30%) et nettement
plus d’acides gras mono-insaturés (50 à 60%) et polyinsaturés (11 à 15%). Toutes ces graisses
apportent en outre 100mg de cholestérol pour 100g (Dupin et al., 1992).

3.3. Huiles et margarines

Ce sont les huiles fluides ou concrètes préparées à partir de graines ou de fruits oléagineux.
Les huiles sont généralement liquides à une température ambiante. Ces matières grasses ne
contiennent pas de cholestérol et apportent toutes 100% de lipides. Les huiles se distinguent
les unes des autres par leur composition en acides gras (Martin, 2001).

- L’huile d’olive est une source importante d’acides gras mono-insaturés (70 à 75%), et
une teneur faible en acides gras saturés et polyinsaturés.
- L’huile de colza présente aussi une forte teneur en acides gras mono-insaturés (60 à
65%). Elle est un peu plus riche en acides gras essentiels (30%) et se distingue surtout
par la présence de 8% d’acide linolénique. Les nouvelles variétés de colza ne
contiennent pratiquement plus d’acide érucique.
- L’huile d’arachide comporte 30 à 35% d’acides gras polyinsaturés dont moins de 1%
d’acide linolénique. C’est une bonne source d’acides gras mono-insaturés (45 à 50%).
Les acides gras saturés représentent environ 20%.
- Les huiles de maïs, soja, tournesol, pépin de raisin, et noix représentent les meilleures
sources d’acides gras polyinsaturés (60 à 70% des acides gras totaux). Les huiles de
soja et de noix comportent en outre 7 à 15% d’acide linolénique. Ces huiles sont une
source très importante de vitamine E (Dupin et al., 1992 ; Ciqual, 1995 ; Martin,
2001).

8
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

4. LÉGUMES ET FRUITS

Les végétaux comestibles les oléagineux mis à part, sont habituellement répartis en 2 groupes
(Dupin et al., 1992) :

- Céréales, tubercules, légumes secs ;


- Légumes et fruits
4.1. Légumes

Les légumes frais proviennent de toutes les parties de la plante : racines (carottes, navet),
tubercules (pommes de terre), tiges (céleri branche), feuille (épinard), fleur (chou-fleur), fruit
(tomate, courgette). Ils se contiennent une teneur très importante en eau (90%). La teneur en
glucides est modéré de 1 à 6% pour les parties aériennes des plantes (salades, épinards,
courgettes, tomates) et 9% pour les racines (carottes, céleri) (Martin, 2001).

Les légumes représentent un apport important de potassium et du calcium (surtout dans les
choux), du magnésium, du fer et du cuivre (légumes à feuilles type épinard), du soufre
(choux, oignons, ail, poireaux, navets, radis) et de nombreuses autres matières minérales. Les
légumes sont riches en vitamines hydrosolubles : vitamine C (choux, légumes à feuilles,
tomates), provitamine A ou bêta-carotène (partie colorée des plantes : légumes à feuilles
vertes, carottes) et vitamines du groupe B (Ciqual, 1995).

Les fibres des plantes se composent surtout de cellulose, d’hémicellulose et de matières


pectiques. La pomme de terre se distingue par un apport plus important en amidon (20%) et
un teneur en vitamine C assez faible surtout après quelques mois de conservation (Ciqual,
1995).

4.2.Fruits

La teneur des fruits en glucides est cependant très élevée. Il s’agit le plus souvent de sucres
(de fructose mais aussi de saccharose ou de glucose et plus rarement d’amidon). Elle est peu
importante pour les agrumes, les groseilles, les fraises, les framboises, les mûres, le melon et
la pastèque (5 à 10%). Les fruits les plus riches en sucres sont le raisin et la banane (18 à
20%). Un fruit apporte généralement 15 à 20g de glucides. L’intérêt principal des fruits réside
dans leur richesse en vitamines. Les plus riches en vitamine C sont les fruits acides (agrumes,
groseilles, cassis, fraises), les plus riches en carotène sont les fruits colorés (abricots, pêches,
myrtilles, cassis) (Dupin et al., 1992). Il y a peu d’oligo-éléments dans les fruits. Ils sont tous

9
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

riches en potassium et pauvres en sodium. Les fibres des fruits sont composées à part égale de
cellulose, lignine, hémicellulose et sont riches en matières pectiques.

- Les fruits séchés (raisins, pruneaux, bananes, pommes, poires) renferment en


moyenne 73% de glucides assimilables. Ces fruits constituent une bonne source de
vitamines A et C et une teneur élevée en fibres.

- Les fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes, cacahuètes, noix de cajou) sont
d’aliments très énergétiques. Ils représentent un apport important de lipides (plus de
50%) et de protéines (10 à 15%) (Dupin et al., 1992). Les noix et les noisettes sont
riches en acides gras insaturés (poly ou mono). Les fruits oléagineux représentent par
ailleurs une bonne source de minéraux (calcium, magnésium, fer) et de fibres (Ciqual,
1995).

5. CÉRÉALES ET DÉRIVÉS - LÉGUMINEUSES

5.1. Céréales et Dérivés

Les céréales sont présentées le blé, le riz, et dans une moindre mesure le maïs, l’avoine, le
seigle, le sarrasin et le manioc (tapioca). La consommation des céréales est très élevées dans
nos régions, le blé est le plus consommés dans le monde notamment les pays en voie de
développement entre autres l’Algérie (Doumandji et al., 2003).

Les graines de céréales contiennent 10 à 15% d’eau, 70 à 76% de glucide en particulier en


forme d’amidon, de 8 à 12% de protéine (14% blé dur) (tableau 4). La teneur en lipides est
faible, de 2 à 4% (prestent dans le germe). Les céréales et farines complètes apportent en plus
des fibres.

Le son de blé se compose principalement d’hémicellulose et de cellulose. Ces protéines sont


pauvres en lysine. Les céréales et leurs dérivés sont pauvres en calcium mais beaucoup de
phosphore sous forme d’acide phytique dans les produits à base de farines complètes.
Absence de vitamine A, C, et D et des teneurs plus élevées en vitamine B (B2 ou riboflavine
et assez riche en B1ou Thiamine) (Dupin et al., 1992 ; Ciqual, 1995).

10
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Tableau 4 : Teneur en amidon et en protéine des céréales (Martin, 2001)


céréale Source d’amidon (%) Protéine(%)
les farines 74 10
pâtes alimentaires et les biscottes 72-73 10
le pain 55 7-8
le riz 80 10

5.2. Légumineuses

Cette catégorie comprend les légumes secs (lentilles, haricots, pois, pois chiches, etc.), le soja
et l’arachide.

- Les légumes secs : Ces aliments sont riches en protéines (24%), éléments minéraux
(phosphore, fer 85% à 90%) et vitamines du groupe B. Ils sont riches en fibres (12 à
25% du poids sec) ce qui rend leur digestibilité parfois difficile et 45% des lipides.
- Le soja et l’arachide : Ces aliments sont comparables aux légumes secs du point de
vue de leur teneur en protéines, vitamines et minéraux. Ils apportent en plus 18% des
lipides (Ciqual, 1995 ; Guéguen et Lemarié, 1996 ; Martin, 2001).

6. SUCRES ET PRODUITS SUCRÉS

L’apport nutritionnel de ce groupe est essentiellement les glucides (saccharose, glucose ou


fructose) et aucun autre élément nutritif sauf dans le chocolat. La dénomination de sucre est
réservé aux mono et disaccharides à l’exclusion des polyols, d’après la réglementation
nationale et communautaire relative à l’étiquetage et à la présentation des denrées
alimentaires.

- Le sucre : sucre de canne ou de betterave ne sont pas différents sur le plan de leur
composition. Tous ces sucres sont composés de 100% de saccharose rapidement assimilé par
l’organisme. Il s’agit d’une source d’énergie rapidement utilisable, intéressante en cas
d’efforts physiques importants.

- Les confiseries : c’est une préparation alimentaire dans laquelle le sucre constitue l’élément
dominant à l’exclusion des confitures, gelées et marmelades.

11
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

- Le miel : le miel est constitué de 3 à 6% de saccharose, 35% de glucose et 35% de fructose.


Les vitamines et les minéraux sont présents à l’état de traces.

- Le chocolat : il est obtenu par le mélange de sucre et de pâte de cacao. Le chocolat apporte
en moyenne 50 à 65% de saccharose, 20 à 30% de lipides (beurre de cacao essentiellement),
6% de protéines, des minéraux et un peu de vitamines (Dupin et al., 1992 ; Martin, 2001).

7. EAU ET BOISSONS

7.1. Eaux

Les eaux de boissons sont classées selon la législation en 4 catégories :


- Les eaux de distribution (eaux potables),
- Les eaux en bouteille,
- Les eaux de source doivent avoir une origine déterminée et être commercialisée telles
qu’elles sortent du sol sans avoir subi de traitement,
- Les eaux minérales.

7.2. Boissons sucrées

Les boissons sucrées sont des limonades, sodas, sirops, coca cola, boissons aux fruits.
- Les boissons aux fruits composées d’eau, de sucre et de 12% seulement d’extraits de
fruits ne doivent pas être confondues avec les jus de fruits. Un litre de ces boissons
apporte 90 à 120g de sucres.
- Le thé, le café : Ces boissons sont très utilisées pour leurs qualités stimulantes
(caféine, théine). Elles ne contiennent aucun élément nutritif assimilable.
- Les jus de fruits : Les jus de fruits contiennent les éléments nutritifs des fruits dont ils
sont issus : minéraux, vitamines et sucres. La teneur en sucres d’un jus de fruit est
variable : le jus de raisin contient environ 200g de sucres/litre, le jus d’orange 90 à
100g/litre (Martin, 2001).

12
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

-Chapitre 2-

MICRO-ORGANISMES ET ALIMENTS

Plusieurs bactéries sont capables de contaminer de nombreux produits alimentaires


provoquant l’altération du produit. Ce qui peut engendrer des maladies graves pour le
consommateur par leur pouvoir pathogène. Par contre d’autres bactéries sont bénéfiques pour
l’homme et sont utilisées dans le domaine agro-alimentaire.

I. Bactéries pathogènes des produits alimentaires

I.1.Pouvoir infectieux

Le pouvoir infectieux est la propriété que peut posséder ou non la bactérie d’envahie les
tissus de l’hôte. Les bactéries introduites avec l’aliment se multiplient et colonisent les
intestins (Guiraud, 1998 ; Prescott et al., 2003). Il n’est pas nécessaire que les bactéries
prolifèrent, mais en général il y a un nombre limite pour provoquer l’infection (le passage par
l’estomac provoque la destruction d’un certain nombre de germes) et fièvre typhoïde
(Salmonella typhi). Il provient d’un ensemble de caractères participant à l’envahissement de
l’organisme et à la prolifération du germe:

- Pouvoir de contamination
- Pouvoir de multiplication et de pénétration
- Activité enzymatiques néfastes
- Utilisation des métabolites de l’hôte
- Libération de toxines (souvent endotoxines)

13
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

I.1.1.Mécanismes d'infections

Les micro-organismes pathogènes peuvent agir selon deux mécanismes lors des
infections alimentaires.

 Infection non invasive : Les micro-organismes infectieux se multiplient à la


surface de l'épithélium, sans pénétrer la muqueuse et produisent des toxines qui
perturbent les fonctions épithéliales (Clostridium perfringens, Vibrio cholera,
Escherichia coli, Giardia lamblia).
 Infection invasive : Les micro-organismes pathogènes (bactéries, virus ou parasite)
dépassent la barrière intestinale et se retrouvent dans le flux circulatoire que peut les
faire migrer jusqu’à des organes distants (Shigella, Salmonella, Campylobacter,
Escherichia coli O157:H7, Listeria monocytogenes, Toxoplasma gondii,
Cryptosporidium parvum et tous les virus).

I.1.2.Etapes de l’infection

Pour que la bactérie provoque une infection, elle doit atteindre un site approprié chez l’hôte
où elle doit surmonter les mécanismes de défense de l’hôte (figure 2). Les propriétés ou les
facteurs qu’une bactérie acquiert pour infecter dépendent de deux facteurs : le mécanisme par
lequel la bactérie pénètre dans l’hôte et la nature du site de la colonisation (muqueuse, tissus)
(Mims et al., 1995 ; Janeway et Travers, 1997 ; Nicklin et al., 2000)

Transmission entre hôtes

Invasion de l’hôte

Croissance et multiplication chez l’hôte

Echappement à la réponse immunitaire

Lésion et production de symptômes

Figure 2 : Les différentes étapes de l’infection bactérienne

14
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

I.1.2.1.Contamination

Pour qu‘il y ait infection, il faut d’abord qu’i y ait eu contamination. On distingue différents
mécanismes (Guiraud, 1998):

- Contamination direct par contact (par des manipulateurs, animal à homme, etc.)
- Contamination par intermédiaire de l’environnement (aérosols respiratoires, eaux de
baignade), intervention direct ou indirect d’un vecteur (insecte),
- Contamination par ingestion d’un produit (le produit lui-même contaminé).

I.1.2.2.Pénétration (porte d’entrée)

La porte d’entrée des bactéries pathogènes diffère d’une bactérie à l’autre, on distingue une
pénétration passive par une plaie sur la peau ou les muqueuses (parfois micro-plaie) ou
pénétration par les voies digestives (Guiraud, 1998).

I.1.2.3.Action

L’action néfaste du micro-organisme infectieux est liée à sa croissance in vivo et aux


conséquences de celle-ci. Il apparait un foyer infectieux qui peut être localisé à la surface d’un
épithélium (Choléra) ou plus au moins à l’intérieur des tissus (Staphylocoques). L’infection
peut parfois se généraliser, donne une septicémie ou bactériémie (fièvre typhoïde), une telle
infection pouvant être une complication ou une évolution d’une infection localisée. Lorsqu’un
tissu est infecté, la croissance a souvent lieu dans le milieu intérieur extracellulaire. La
croissance in vivo est conditionnée par divers facteurs : pH, potentiel oxydo-réducteur,
nutriments par exemple : Brucella abortus trouve des conditions dans le placenta d’où son
action abortive (Guiraud, 1998).

I.2.Pouvoir pathogène

Il s’agit d’une relation indifférente ou bénéfique pour les micro-organismes mais néfaste pour
l’hôte. Les bactéries pathogènes sont capables de provoquer une maladie en infectant leur
hôte. Ce changement, ce manifeste par une série de symptômes, peut être lié aux effets
métabolites microbiens, comme les toxines, ou à la réaction immunitaire de l’hôte activée par
la présence de la bactérie (douleur, fièvre, la rougeur, etc.) (Salyers et Whitt, 1994)

15
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Le pouvoir pathogène est spécifique, la spécificité est liée à l’espèce, parfois à l’individu. Il
faut noter que certains individus sont porteur des germes pathogènes sans ressentir les
troubles, il s’agit d’un porteur sain ou ceux faisant une intoxication inapparente. Par ailleurs
certains germes saprophytes ou commensaux peuvent devenir pathogènes dans certaines
conditions : ce sont des germes opportunistes. Le pouvoir pathogènes peut être exprimé par
différentes façons (Bourgeois et al., 1996 ; Guiraud, 1998 ; Prescott et al., 2003) :

- Multiplication dans des tissus (infection par Mycobacterium tuberculosis)


- Multiplication et libération des toxines (toxi-infection à Salmonella)
- Action d’une toxine qui nécessite la présence de la bactérie (toxi-infection à Vibrio
cholerae), action d’une toxine qui ne nécessite pas la présence de la bactérie
(intoxication à Clostridium botulinum)
- Action toxique de produits de transformation (intoxication par production d’amine par
des coliformes)

I.3.Virulence

Est le degré de pathogénicité d’un germe infectieux. Elle est exprimée par sa toxicité et sa
capacité d’invasion. L’entrée dans les tissus n’est pas obligatoire pour qu’il y ait expression
de la virulence, mais il est nécessaire que germe adhère à l’épithélium : cette adhésion qui
peut être spécifique fait intervenir le glycocalyx, mais aussi les capsules, les membranes
externes (Gram-), les pili et d’autres facteurs de surface (adhésines, agglutinines, couche de
surface S-layers). La toxicité se caractérise par la capacité des micro-organismes produiront
des toxines (Meyer et al., 1984 ; Guiraud, 1998).

La mesure de la virulence peut se faire de plusieurs façons. On détermine la dose infectante


50 (DI 50) et la dose létale 50 (DL50). On peut étudier des actions particulières : dose
émétique, dose diarrhéique, etc. La toxinogenèse ou le pouvoir toxique est lié ou non au
pouvoir infectieux (Meyer et al., 1984 ; Madigan et Martinko, 2007).

I.4.Caractères microbiens favorisant la virulence

I.4.1.Pouvoir d’adhésion

Une lésion de la peau ou de la muqueuse favorise l’adhésion aux cellules épithéliales par
interaction moléculaire entre leurs surfaces (Madigan et Martinko, 2007). Lors de conditions

16
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

environnementales favorables (sucres, acides aminés) chez l’hôte, une colonisation et


croissance du pathogènes aura lieu dans les tissus. Divers vecteurs peuvent intervenir dans le
pouvoir d’adhésion :

- La possession d’adhésion, de glycocalyx, de pili entraine des phénomènes souvent


spécifiques. Les souches pathogènes d’Escherichia coli possèdent un antigène k
(capsule) implique dans l’adhérence à l’épithélium intestinal (contrôle par un
plasmide) : les souches no adhésives ne sont pas pathogènes.
- La possession d’une capsule ou de cires structures qui empêchent la phagocytose,
l’aptitude à la sporulation et la mobilité, protègent le germe et/ou favorisent
l’envahissement (Guiraud, 1984).

I.4.2.Envahissement

La plupart des bactéries développent leur pathogénicité par l’envahissement des tissus
colonisés au niveau de l’apport d’entrée (lésion). L’envahissement est lié à des enzymes
lytiques : collagénases, hyaluronidases, kinases (fibrinolysines : la streptokinase et une
enzyme fibrinolytique qui favorise l’invasion. Des enzymes et substances protectrices vont
aussi intervenir : coagulase (genèse d’un coagulum protecteur), leucocydine (détruisent les
phagocytes en donnant du pus ; germes pyogènes), endotoxines, etc (Meyer et al., 1984 ;
Guiraud, 1998).

I.4.3.Pouvoir pathogène proprement dit

Il dépend de plusieurs mécanismes (ainsi que de facteurs d’envahissement) : action d’enzyme


lytiques (ADNase, phosphatase, hémolysines actives sur les érythrocytes ou globules rouges
et dont certaines sont des lécithinases ou phospholipases), multiplication dans les tissus (elle
est lente et difficile), libération de substances non spécifiques (gaz, histamine et d’autres
amines) et enfin libération de toxines spécifiques perturbant le métabolisme de l’hôte. Ces
dernières peuvent avoir une action pyrogène (fièvre), émétique (vomissement), neuro-
vasculaire (baisse de tension artérielle), inflammatoire (rougeur, tumeur (œdème), chaleur), et
peuvent perturber la perméabilité cellulaire (diarrhée) (Guiraud, 1984 ; Madigan et Martinko,
2007).

17
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

I.5. Modalités du pouvoir toxique

I.5.1.Intoxications

Seules les toxines agissent, les bactéries n’ont pas besoin d’être ingérées. La multiplication
des bactéries pathogènes peuvent produire des substances toxiques spécifiques (toxines,
enzymatiques pouvant favorisant un pouvoir infectieux), mais aussi des catabolites toxiques.
Ceci peut se produire in vivo mais survient-le plus souvent en dehors de l’organisme, par
exemple dans un aliment qui devient toxique. C’est généralement du à une contamination par
manque d’hygiène suivie d’un séjour prolongé à une température ambiante (Staphylococcus
aureus, Bacillus cereus, Escherichia coli) (Meyer et al., 1984 ; Guiraud, 1998).

I.5.2.Intoxinations

L’intoxination peut se définir comme étant une maladie liée à l’ingestion d’une ou de
plusieurs toxines bactériennes. Tous les symptômes sont dus à la toxine sans qu’il y ait besoin
d’un développement de l’agent pathogène dans l’organisme. Elles sont provoquées par des
micro-organismes qui sécrètent et libèrent des toxines spécifiques in vivo (diphtérie, tétanos)
ou dans un aliment (toxine botulinique, entérotoxine staphylococcique, mycotoxines) (Meyer
et al., 1984 ; Guiraud, 1998).

I.5.3.Toxi-infection et toxinogenèse liée à la virulence

Principalement d’origine alimentaire, sont des infections par des bactéries qui produisent des
toxines (toxi-infection) les endotoxines libérées après la lyse cellulaire comme réaction de
défense et les exotoxines libérés lors de la multiplication de certaines bactéries Exemples :
Vibriocholerae (Choléra), Vibrio parahemolyticus (fruits de mer), Salmonella typhimurium
(Salmonellose), Shigella sonnei (Shigellose), Campylobacter jejuni (gastro-entérite)
(volailles) (Meyer et al., 1984 ; Guiraud, 1998) . Les principales bactéries responsables dans
toxi-infection alimentaire collectifs (TIAC) sont citées dans le tableau 5:

Tableau 5 : Description des principales bactéries responsables dans toxi-infections


alimentaires collectifs (TIAC) (Prescott et al., 2010)
Bactéries Fréquen Origine de Mode de contamination Aliments à risques
condition ce de bactérie
favorable TIAC
(%)
Salmonella 45 Tube digestif Mains, mauvaise hygiène Volailles, œufs,
des volailles du matériel, plats des produits

18
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

homme contamination avec des de viande, poissons,


porteur sain produits produits manipulés
ou atteint des
troubles
digestifs
Staphylococcus 16 Homme sain Mains, mauvaise hygiène Produits manipulés,
aureus (bouche, nez) du matériel, air, insecte Œufs, laits et plats
7-45°C ou malade les comportant,
(plaie charcuterie (pâtés),
infectée, plats cuisinés
diarrhée, conservés à T°
angine) ambiante
Clostridium 12 sol Mais, légumes mal lavés Sauce, viande en
perfringens sauce, soupe
15-50°C
anaérobie
Listeria 7 Sol et Mains, légumes souillés Fromage,
+2°C végétaux mauvaise hygiène du charcuterie, viande,
matériel (chambre froide) légumes
Clostridium 0,1 Sol (spore) Viande contaminée au -Boites de
botulinum moment de l’abattage, conserves abimées,
(14-17°C stérilisation insuffisante bombées, mal
anaérobie) des conserves stérilisées.
-Charcuterie mal
salée et séchée.

II. Microbiologie des principaux produits alimentaires

Dans cette partie, on traite la flore origines et de contamination des principaux groupes
alimentaire:

II.1. Microbiologie des eaux


Les micro-organismes rencontrés dans l’eau sont très variés. Leur nature dépend aussi de celle
de l’eau à analyser (eau de distribution, eau résiduaire, eau de traitement, etc.). La majorité
des germes rencontrés couramment dans l’eau soit des germes mésophiles peu dangereux
mais aussi des germes pathogènes qui posent un problème sanitaire dans l’eau. L’origine des
micro-organismes dans l’eau soit typiquement aquatiques, telluriques ou de germes de
contamination humaine ou animale (Leclerc et Mossel, 1989 ; Guiraud, 1998).
II.2. Microbiologie de lait et dérivés
Le lait prélevé chez un animal sain contient peu de micro-organismes (< 103UFC/ml), sont
des bactéries saprophytes des canaux galactophores. Le lait est protégé pour une courte durée
(1h) par une substance inhibitrice la lacténine (Guiraud, 1998).

19
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

II.3. Microbiologie de la viande


Les viandes portent une flore originale provenant d’une animaux malades ou au moment de
l’abattage. La viande est un produit très favorable à la prolifération des bactéries dont
l’altération est rapide (Dupin et al., 1992 ; Guiraud, 1998).

II.4. Microbiologie des plats cuisinés


Les plats cuisinés sont fabriqués à partir de divers produits ayant chacun une flore spécifique.
Ils ont subit de nombreuses manipulations, des traitements de préparation et de conservation.
De nombreux micro-organismes peuvent intervenir dans ces produits (Guiraud, 1998).

II.5. Microbiologie des conserves


Sont des denrées alimentaires périssables d’origine animale ou végétale qui ont subi le
conditionnement (T°<55°C) et un traitement par la chaleur ou autre technique autorisée afin
de détruire les enzymes, les spores et les toxines des micro-organismes (Dupin et al., 1992).

II.6.Microbiologie des beurres et matière grasse


On distingue deux type de matière grasse de nature animale et végétale, le beurre n’est pas un
milieu favorable pour la prolifération bactérienne, cependant leur altération est réalisée par les
bactéries lipolytiques et levure et moisissures (Guiraud, 1998).
Il existe au niveau de chaque croupe alimentaire des micro-organismes origines et spécifiques
appartenaient au produits lui-même ainsi que une flore responsable de l’altération du produit.
La flore d’altération s’est installée au cours de la contamination des aliments et ce en fonction
de plusieurs facteurs et des conditions environnementales responsables dans la prolifération
microbienne. Le tableau ci-dessous résume la microbiologie des principaux groupes
alimentaires.

Tableau 6 : Flore origine et d’altération des principaux groupes alimentaire


Produits Flore origine Flore de contamination et d’altération
alimentaires
Eaux -Germes aquatiques : -Bactéries :
Algues microscopiques, Entérobactéries (Escherichia coli,
Bactéries (Vibrion, Pseudomonas, Salmonella, Shigella, Entérocoques),
Spirillum, Achromatobacter, Clostridium perfringens, Vibrio cholerae
Corynebacterium, etc).
-Protozoaires et parasites :
-Germes telluriques : Entomobea, histolytia, kystes de
Bactéries sporulées (Bacillus, Cysticercose, Douve du foie (Fasciola

20
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Clostridium, Stretomyces) et hepatica), œufs d’helminthes, etc.


quelques spores fongiques.
Lait et
dérivés Microcoques, Streptocoques -Fèces et tégument animal : (coliformes,
lactique (Lactococcus), entérocoques, Clostridium, Salmonella,
Lactobacilles Shigella, Yersinia, etc.)
-Sol : Streptomyces, Listeria, spore
fongique, etc.
-Air et eau : Pseudomonas, bactéries
sporulées,
-Manipulateur : Staphylocoques,
-Divers vecteur (insecte)
Viande et -Cestodes : Taenia solium - Bactéries protéolytiques libérant des
dérivés (muscle du porc), Teania composées soufrés avec odeurs
saginata (des bœufs). ammoniacales (formation de
Enchinoccoccus granulosus ou triméthylamine, de mercaptan, de
hydatydose. diméthylsulfure, H2S)
-Nématodes : Trichinilla spiralis, -Pseudomonas, Streptococcus changent la
(maladie trichinose) viscosité des viandes en aérobiose,
-Protozoaire : Toxoplasma gondi - Lactobacillus, Leuconostoc et les levures.
-bactéries à pigments diffusibles
(Photobacterium, Flavobactérium),
verdissement des viandes suite à
l’oxydation.
Plats de -Germes de manipulation :
cuisinés Flore spécifique selon les produits Coliformes, Entérobactéries,
composés Entérocoques, microcoque te
Staphylocoques
-Germes responsables de toxi-infection :
Staphylococcus aureus, Clostridium
perfringens, sBacillus cereus,
-Germes pathogènes à toxine
thermosensible (Clostridium botulinum,
Salmonella).
Conserves Spore thermorésistantes (due aux -Bactéries sporulée mésophiles
boites mal stériles, traduit par (Clostridium butyricum libère H2 et CO2),
bombage et acidification -Bactéries thermophiles et protéolytiques
(Clostridium botulinum, Clostridium
putrefaciens)
-Bactéries non sporogènes (Streptococcus
thermophiilus, Micrococcus,
Lactobacillus)

Beurre et Bacteries lactiques : Lactococcus Coliformes et les entérobactéries, bactéries


matière lactis, Lc. cremoris, parfois lipolytiques, protéolytiques, hydrolyse et
grasses Leuconostoc, oxydation par levure et moisissures.

21
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

-Chapitre 3-

LES BACTERIES LACTIQUES

Les bactéries lactiques (ferments lactiques) occupent une place importante dans
l’alimentation. Elles sont responsables dans la fermentation de produits alimentaires, qu’ils
soient d’origine carnée (saucissons), laitier (yaourt, fromages) et ou végétale (choucroute).
L’utilisation de ces ferments, appelés aussi « cultures starter », permet une meilleure maitrise
de la fermentation (Garry et Guern, 1999). Leurs caractères variés et leurs multiples propriétés
sont largement exploités dans l’agro-alimentaire.

1. Définition

Les bactéries lactiques sont responsables de la fermentation des produits alimentaires, c’est
pourquoi on les appelle aussi ‘ferments lactiques’ ou ‘levains’ ou encore ‘starters’. Il s’agit de
souches de bactéries non pathogènes ou non toxinogène qui sont à la base des fermentations
des produits laitiers et carnés crus (Guiraud, 1998 ; Garry et Guern, 1999).

1. Caractères généraux

Les bactéries lactiques sont des cellules procaryotes organotrophes formant un groupe
hétérogène. La principale fonction métabolique d’une bactérie lactique est d’excréter l’acide
lactique à partir d’un substrat glucidique (lactose, glucose).
Ce sont des firmicutes (Gram positifs), pauvre en CG%, non-sporulantes, immobiles,
catalase-négatives, aéro-anaérobie facultatives ou micro-aérophiles, à métabolisme
fermentaire strict, acido-tolérantes et capables de croître à des températures comprises entre
10°C et 45°C et à des pH allant de 4.0 à 4.5 (Madigan et Martinko, 2007).
Elles sont dépourvues de cytochrome, de ce fait elles sont incapables de respirer mais peuvent
seulement effectuer un métabolisme fermentaire (Yao et al., 2009). Elles ne participent pas à
la phosphorylation oxydative et par conséquent tirent leur énergie uniquement par la
phosphorylation des substrats énergétique. Leur capacité de biosynthèse est très limitée et

22
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

leurs exigences nutritionnelles complexes (auxotrophes) nécessitent des besoins en acides


aminés, en vitamines, en purines et pyrimidines (Luquet, 1990 ; Guiraud, 1998 ; Garry et
Guern, 1999 ; Prescott et al., 2010).

2. Classification et taxonomique

La classification des bactéries lactiques (BL) ne s’est pas basée seulement sur ces propriétés
biochimiques, ces dernières ne sont pas suffisantes pour caractériser correctement la flore
lactique. Le groupe des bactéries lactiques ne peut pas être considéré comme un groupe
phylogénétique. Elles appartiennent toutes au groupe des bactéries à Gram positif, mais si la
plupart d’entre elles appartiennent au groupe des bactéries à Gram positif à bas G+C (phylum
des Firmicutes) (figure 3), le genre Bifidobacterium appartient au groupe des bactéries à Gram
positif richent en G+C (phylum des Actinomycètes) (Holzapfel et al., 2001). Les différents
genres des bactéries lactiques (BL) ont été définis sur la base de leur morphologie, de la
composition en base de leur ADN, de leur phylogénie et de type de métabolisme fermentatif
(William et Wilkins, 1986; Prescott et al., 2010).

23
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Figure 3. Distances phylogénétiques entre les genres principaux constituant les BL basées sur
les séquences des ARNr 16S (Schleifer et Ludwig, 1995).

Les bactéries à bas G+C (en haut) sont phylogénétiquement éloignées des bactéries à haut
G+C (en bas). La barre indique une divergence de séquence estimée de 10% (Schleifer et
Ludwig, 1995).
Les genres Streptococcus et Lactococcus n’ont été séparés qu’en 1985 avec l’apparition du
genre Lactococcus (Schleifer et al., 1985) et sont phylogénétiquement proches. Lactococcus
lactis est une bactérie très utilisée en fermentation fromagère. Le premier génome de BL
disponible a été celui d’une souche de Lactococcus lactis ssp. lactis en 2001 (Bolotin et al.,
2001). Dans le genre Streptococcus, la seule espèce utilisée comme ferment dans l’industrie
alimentaire est Streptococcus thermophilus, notamment pour la production de yaourt avec
Lactobacillus bulgaricus.
Le troisième groupe est formé des genres Oenococcus, Leuconostoc et Weissella. Dans ce
groupe, on retrouve des bactéries très utilisées dans l’industrie agroalimentaire comme
Oenococcus oeni, bactérie importante dans la production de vin pour la fermentation
24
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

malolactique ou Leuconostoc citreum utilisée pour la fermentation de certains légumes et Lc.


mesenteroides ssp. mesenteroides utilisée dans la production de choucroute et de dextrane.
Enfin, le dernier groupe phylogénétique est constitué des genres Lactobacillus et
Pediococcus.

4. Principaux genres des bactéries lactiques

Les espèces bactériennes du groupe lactique répondant à ces propriétés générales


appartiennent aux 5 genres (Lactococcus (Lc.), Streptococcus (Sc.), Leuconostoc (Ln.),
Pediococcus (Pc.), Lactobacillus (Lb.), Enterococcus) (tableau 7).

Les espèces appartenant aux genres Streptococcus, Enterococcus, Lactococcus, Leuconostoc


et Pediococcus ont des pourcentages en bases (%G+C) de leur ADN très proches. De plus, les
variations entre souches sont également très faibles (Prescott et al., 2010).

Tableau 7 : Principaux espèces de bactéries lactiques (Federighi, 2005)


Genres Morphologie Type de Espèces Température
fermenta- de croissance
tion
Streptococcus Sc. thermophilus 40-45°C

Lactococcus Lc. lactis, Lc. cremoris 10- 40°C


Leuconostoc Ln. Mesenteroides 10- 30°C
Cocci en Homo-
Pediococcus tétrades fermentaire Pc. acidilactici 25-35°C

Lactobacillus Bâtonnet en Homo/ Lb. acidophilus, Lb. 45-50°C


chaînette héreto- bulgaricus, Lb. Dembrueki,
fermentaire Lb. lactis
Lb. casei,
Lb. plantarum

5. Isolement et dénombrement

Il existe de nombreux milieux pour l’isolement et le dénombrement des bactéries lactiques,


milieu d’ELLIKER, ensemencement en surface convient bien à la fois pour les Streptococcus
et les Lactobacillus, incubation est faite à 35°C pendant 18 à 48h. Le milieu MRS convient
pour Leuconostoc et Pediococcus (DeVos et al., 2009).

25
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

6. Voies métaboliques

En évaluant la quantité d’acide lactique produite par rapport à la quantité de substrat dégradé,
ce qui revient à considérer les voies métaboliques empruntées pour cette excrétion (Cuq,
2007 ; Madigan et Martinko, 2007):

•Homofermentaire (voie d’Embden Meyerhof Parnas) : l’acide lactique est le principal


produit du métabolisme, très majoritaire, excrété à partir du substrat glucidique.

1Glucose → 2 acide lactique + 2ATP

•Hétérofermentaire (voie des pentoses) : conduisant à l’acide lactique en mélange avec


d’autres produits d’excrétion : dioxyde de carbone (CO2), éthanol ou l’acide acétique
ainsi que de l’acide lactate selon les souches considérées (Leveau et al., 1991).

1Glucose → 1Acide lactique +1 éthanol (acétate) + 1CO2+1ATP

Les différences observées dans ces deux types de fermentation résultent principalement de la
présence, ou non, d’une aldolase qui doit être considérée comme une enzyme clé de la
glycolyse. En effet, les bactéries hétérofermentaires, du fait l’absence de cette aldolase, ne
peuvent dégrader le fructose biphosphatase en triose-phosphatase ; en contre partie elles
oxydent le glucose 6-phosphogluconate qui est par la suite décarboxylé en pentose-phosphate,
lui-même transformé en trios-phosphate et acétyl-phosphate grâce à une phosphocétolase
(figure 4).

Ce triose-phosphate, chez les bactéries hétérofermentaires, est en définitif, transformé en


acide lactique, avec la production d’une mole d’ATP. Cependant, pour équilibrer la balance,
l’acétyl-phosphate produit doit accepter des électrons provenant du NADH généré au cours de
la production du pentose-phosphate, se transformant ainsi en éthanol ; cette réaction se réalise
sans production d’ATP (Madigan et Martinko, 2007).

La voie hétérofermentaire qui permet d’en libérer deux ; de plus, du fait de la


décarboxylation du 6-phosphogluconate par les bactéries hétérofermentaire, celles produisent
du gaz carbonique ; au contraire, les bactéries homofermentaires n’en produisent pas, ou très
peu. Par conséquent, une méthode simple pour détecter les bactéries hétérofermentaires et de
mettre en évidence, en laboratoire, la production de gaz carbonique (Mensah et al., 1990 ;
Kimmons et al., 1990).

26
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

a) Homofermentation b) Héterofermentation

Glucose Glucose
ATP ATP

ADP
ADP

Glucose-6-phosphate
Glucose-6-phosphate
2NAD+
2NADH
fructose-6-phosphate acide-6-phosphate

ATP 2NAD+
CO2
ADP 2NADH

fructose-1,6-biophosphate Rabulose 5-phosphate

Déhydroxylase Glyceraldehyde-
Xylulose 5-phosphate
phosphate 3-phosphate

2NAD+ P

2NADH Glyceraldehyde- Acetyl phosphate


21,3-biophosphoglycerate 3-phosphate
2ADP 2NADH
2ADP

2ATP
2ATP 2NAD+ Acetyl-coA
2 3-phosphoglycerate Pyruvate
2NADH
2NADH
H2O 2NAD+
2NAD+ Acetyldéhyde
2 Phosphoenolpyruvate
Lactate
2NADH
2ADP

2ATP 2NAD+
2 Pyruvate Ethanol

2NAD+
2 Lactate

Figure 4. Types de fermentation lactique, homo-fermentation des bactéries lactiques (a) et


hétéro-fermentation (b) (Prescotte et al., 2010)

27
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

7. Bactéries bénéfiques en agro-alimentaire

A cotés des bactéries lactiques, on distingue d’autres bactéries bénéfiques pour l’homme
utilisés pour divers intérêt médical, industriel et environnemental. Plusieurs micro-organismes
sont utilisés notamment dans l’industrie alimentaire, dans des buts variés :

7.1. Bactéries à fermentation


Ce sont des bactéries capables de transformer le produit initial en produits finals et d’autres
métabolites secondaires portants des propriétés plus efficaces pour améliorer la valeur
alimentaire (Cuq, 2007). La qualité organoleptique peut être modifiée pour améliorer le gout
ou l’odeur dans un sens favorable, selon la nature des substances produites au cours de la
fermentation, on distingue :
-Fermentation alcoolique
-Fermentation lactique
-Fermentation acétique

7.1.1. Fermentation alcoolique ou éthylique

Cette fermentation est une réaction biochimique qui produit de l’éthanol et une grande
quantité du CO2 à partir d’un substrat contenant de sucre. Il y a aussi la formation d’acides
gras, d’esters, d’aldéhydes et de cétones. C’est une fermentation qui est exploitée pour la
fabrication du vin, cidre, de la bière et de diverses boissons fermentées. L’agent responsable
de cette réaction est essentiellement des levures en particulier Saccharomyces cerevisiae est
utilisée en boulangerie (levure de bière), Saccharomyces ellipsoideus (vin), Saccharomyces
fragilis (champagne). Certaines bactéries sont également de bonnes productrices d'éthanol par
des voies différentes, mais elles sont peu utilisées à cette fin par l'industrie alimentaire
(Guiraud, 1998).

7.1.2. Fermentation lactique

Les bactéries lactiques sont largement utilisées dans l’industrie alimentaire, en tant que
starters dans les procédés industriels de fermentations afin de répondre aux exigences de
croissantes des consommateurs en produits alimentaires.

28
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

- La fermentation lactique est utilisée pour la fabrication de plusieurs produits fermentés


(fromages, yaourts, de nombreux produits végétaux fermentés et la charcuterie) en y
développant certaines caractéristiques organoleptiques, sans altérer le goût ni l’odeur,
et en augmentant leur durée de conservation. Leur apports bénéfiques consistent à
l’améliorer la qualité des produits fermentés.
- L’action des bactéries lactiques au cours de la fermentation a été associée tout d’abord
à l’élaboration de l’arôme et de la texture du produit final mais aussi au maintien
d’une bonne sécurité alimentaire grâce aux acides organiques produits sont souvent
rapportées.
- Les propriétés probiotiques des BL et l’inhibition des bactéries pathogènes sont
particulièrement importantes, dès lors qu’il a été signalé que les aliments fermentés
contribuaient à réduire la durée et la sévérité des diarrhées infantiles. Les bactéries les
plus fréquemment utilisées comme probiotique sont des Lactobacillus et des
Bifidobacterium.
- Plusieurs métabolites ayant une activité antimicrobienne tels que les acides
organiques, le peroxyde d’hydrogène, le dioxyde de carbone, la reutérine, le diacétyle
et les bactériocines (Laurent et al., 1998).
- Certaines bactériocines peuvent éventuellement être utiles pour limiter les
contaminations alimentaires par des pathogènes comme Listeria monocytogenes ou
Clostridium botulinum (Ross et al., 2002)

Les principaux caractéristiques des bactéries lactiques et leurs avantages dans l’industrie
alimentaires sont résumés dans le tableau suivant.

Tableau 8: Propriétés générales des bactéries lactiques et leurs intérêts dans l’industrie
alimentaire.
Genres Caractéristiques Intérêt dans la fabrication
Streptococcus environnements très variés -fabrication des ensilages
et représentant une agricoles
importance pour l’homme -productions laitières et autres
du fait de leurs activités aliments fermentés
métaboliques.
certaines espèces sont
associées à la formation
des caries dentaires.

29
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Lactobacillus Forme bâtonnet, longues - Produits fermentés


et minces, d’autres plus (Lactobacillus delbrueckiis sp).
courts et courbés. - yogourt (bulagaricus),
-résistent aux conditions - la production de laits fermentés
acide et peuvent se associées à des productions
développer à des pH telles que les ensilages de
proches de 4 végétaux destinés à
l’alimentation animale (L.
acidophilus) les choucroutes et
les produits saumurés.
-les lactobacilles sont
responsables de dernières étapes
des fermentations lactiques
Pediococcus -micro-aerophiles, - dégradation en brasserie (P.
acidophiless et cerevisia) la bière est rendue
osmophiles, saphrophytes visqueuse par accumulation de
et contaminent les matériel polysaccharidique
végétaux. extracellulaire
-Leur développement Ils sont parfois utilisés comme
nécessite la présence de levains lactiues pour les
divers facteurs de charcuteries
croissance.
Leuconostoc -anaérobies, facultatifs et - fermentation malolactique des
exigeants au point de vue vins (L. oenos).
nutritionnel. Ils se Fabrication de certains fromages
développent entre 20 et (bleu) avec production de CO2.
30°C pas à 45°C, -les ensilages (L. mesenteroides)
généralementcapsulés sont et les végétaux fermentés, olives,
pas hémolytiques ni choucroute, aussi cacao et café.
pathogènes.

Dans l’industrie alimentaire, les bactéries lactiques sont impliquées dans la fermentation et
bioconservation des déférents aliments, les souches Lactobacillus bulgaricus, Streptococcus
thermophilus sont utilisées pour la production du yaourt, des fromages et des laits fermentés,
Le vin, les poissons, les viandes, les charcuteries, le pain au levain entre autres sont aussi des
produits de fermentation par des bactéries lactiques. D’autres activités principales des
bactéries lactiques sont résumées dans le tableau suivant.

Tableau 9 : Participation des bactéries lactiques aux autres produits fermentés (Prescott et al.,
2010)
Produits Bactéries lactiques Principales activités
Produits carnés : Lb.sakei Acidification
Saucisson, saucisses Lb.curvatus aromes
Lb. plantarum,

30
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Pediococcus
Levains de Lb. plantarum Acidification
panification Lb. brevis (A lactique acétique)
P. damnosus
Vinification Oencoccus oeni Fermentation
Cidrerie Lactobacillus malolactique*
Pediococcus
Choucroute Lb. brevis Acidification, arômes
Et légumes fermentes Lb. Plantarum
P.pentosaceus

(*) La fermentation malolactique (FML) consiste en une décarboxylation enzymatique de


l’acide L-malique en acide L-lactique par les bactéries lactiques, principalement Oenococcus
oeni (O. oeni). Ceci se traduit par une diminution de l’acidité du vin qui conduit à un net
assouplissement gustatif.

7.1.3. Fermentation acétique

Cette fermentation intervient dans la fabrication du vinaigre par la formation de l’acide


acétique en présence de la bactérie Acetobacter et d’une grande quantité d’oxygène. Les
bactéries acétiques n’interviennent que si la teneur en éthanol est faible. L’action est favorisée
par l’intervention des levures qui oxydent l’éthanol pour baisser sa concentration (Guiraud,
1998).

7.2. Production de biomasse

La fabrication de la biomasse est dans le but soit dans la consommation alimentaire directe
soit comme sources de métabolites après lyse et extraction. Les principales productions sont
celle de levure diététique, de ferment de régénération de la flore intestinale, de nourriture pour
l’aquaculture (algues), et d’autres micro-organismes sont utilisés une lutte biologique contre
les insectes (Guiraud, 1998).

7.3. Production de métabolites

Divers métabolites issus par la fermentation bactérienne sont utilisés comme additifs
alimentaires tels que :

31
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

- les acides aminés (Lysine, acide aspartique) et le glutamate comme agent de sapidité.
L’acide L-glutamique est un acide aminé produit en grande quantité essentiellement par
Corynebacterium glutamicum (Laurent et al., 1998).
- La fermentation d’acides gras permet d’obtenir des huiles essentielles, des arômes et des
parfums (terpènes par Penicillium sp et Fusarium sp)
- Les acides organiques (citrique, fumarique, gluconique, acétique) sont utilisés comme
agents d’acidification pour la conservation. La fermentation de mélasses est exploitée pour
la production d’acides organiques qui sont beaucoup employés dans l’industrie alimentaire
(acide citrique par Aspergillus niger et acide fumarique par Rhizopus sp).
- Production des protéines à partir des bactéries (Pseudomonas, Methylophylus, et de
moisissures (Penicillium, Aspergillus) ou d’algues (Spirulina).
- Certains antibiotiques sont utilisés comme des conservateurs alimentaires (nisine, subtiline,
etc.). Des enzymes sont aussi utilisées pour la fabrication et le traitement des denrées
alimentaires (protéases, lipases, amylases sont utilisées pour éliminer le glucose de
nombreuses préparations alimentaires) (Laurent et al., 1998).
- La fermentation de glucides permet la production de matières plastiques biodégradables
par des bactéries. Alcaligenes eutrophus génère des polyhydroxybutyrates à partir du
glucose. D’autres écoplastiques à base d'acide lactique sont obtenus à partir d'amidon de
pomme de terre et de lactosérum (Federighi, 2005).

7.4. Bioconservations
Les bactéries lactiques sont les bactéries les plus intéressantes pour la biopréservation.
Certaines bactéries lactiques peuvent se développer rapidement dans les produits réfrigérés et
emballés sous vide ou sous atmosphère modifiée. Certaines souches produisent des composés
antimicrobiens (acides organiques, peroxyde d'hydrogène, diacétyle et bactériocines) et elles
sont généralement reconnues sans risques dans l'alimentation (Rodgers, 2001). .

7.5. Production de biocarburants


La fermentation acétone-butylique réalisée par Clostridium acetobutylicum donne naissance à
l'acétone et au butanol. Elle peut servir à la valorisation de produits agricoles par la
production de biocarburants (Prescott et al., 2010).

32
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

-Chapitre 4-

LES ALTERATIONS MICROBIENNES DES ALIMENTS ET


MOYENS DE LUTTE

Les aliments sont d’excellents milieux pour la croissance des micro-organismes. De ce fait,
tous les produits alimentaires transformés ou non peuvent être contaminés par des
micro-organismes. Ce qui provoque une altération des produits alimentaires, en lui faisant
perdre ses caractéristiques organoleptiques et ou commerciales et parfois la cause
d’intoxications ou toxi-infections graves. Les denrées alimentaires peuvent subir plusieurs
dégradations de nature physique, chimique, enzymatique et/ou microbiologique. L’altération
microbienne des alimentaire dépend de plusieurs facteurs environnementaux, de la nature de
l’aliment et des micro-organismes responsables (Dupin et al., 1992).

I. ALTERATIONS MICROBIENNES DES ALIMENTS

La contamination des denrées alimentaires peut être à l’origine d’une altération du produit,
traduit par une modification de ses caractéristiques organoleptiques et de sa qualité
sanitaire (Cuq, 2007). Les activités bactériennes ont une grande incidence sur la qualité
intrinsèque et donc commerciale des produits qui peut être améliorée ou abaissée sur la
qualité hygiénique.

I.1. Différents types altérations

De nombreux types d’altérations des denrées alimentaires dues à l’action des bactéries et
d’autres facteurs. Selon les cas, la nature et la composition de l’aliment, la consistance, la
couleur, l’aspect, l’odeur et la saveur du produit peut être affectée. Il existe en effet plusieurs
types d’altérations (Guiraud, 1998).

33
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

I.1.1. Altération physique


Chocs, blessures, changements d’état, variation de la teneur en eau, changement de
couleur. Les modifications de la consistance du produit, notamment par production
d’exopolysaccharides à l’origine par exemple d’une consistance filante des laits décrite avec
les genres Micrococcus et Alcaligenes (Guiraud, 1998).

I.1.2. Altération chimique et biochimique


Oxydation (rancissement) par les enzymes (brunissement enzymatique, lyses,
destruction des vitamines et de certains nutriments). Cette altération engendre
l’apparition de colorations, d'odeurs et de saveurs anormales. Il existe aussi une altération par
protéolyse et lipolyse.

- La protéolyse conduit à la formation d’acides aminés libres et volatiles puis de


produits de leur décarboxylation ou de leur désamination qui sont à l’origine d’odeurs
et de saveurs désagréables (Pseudomonas, Shewanella, Alcaligenes, Acinetobacter,
Flavobacterium, Lactobacillus, Micrococcus, Bacillus et les entérobactéries) (Cuq,
2007).

- La lipolyse conduit à la libération d’acides gras libres. Elle modifie les propriétés
technologiques et gustatives des graisses, avec apparition du goût de rance. Presque
toutes les bactéries protéolytiques possèdent cette activité mise à part les lactobacilles
(Joffin et Joffin, 2003).

I.1.3. Altération microbienne


Les phénomènes d’acidification, par fermentation des sucres, activité caractéristique du
groupe des bactéries lactiques, soit les genres Lactobacillus, Carnobacterium, Pediococcus,
Leuconostoc et Lactococcus. Lors de processus hétérofermentaire, la formation de gaz,
d’aldéhydes et de cétones est à l’origine de modifications du goût et de l’odeur du produit
(tableau 10).

34
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Tableau 10 : Exemples d'altérations des denrées par des bactéries psychrotrophes (Bornert,
2000).
Produit concerné Modification constatée Agent

Lait Coloration bleue Pseudomonas aeruginosa


Beurre Couleur verte Pseudomonas fluorescens
Toutes denrées Amertume Pseudomonas fluorescens
Enterococcus faecalis
Toutes denrées Goût fruité (de fraise) Pseudomonas fragi

I.2. Incidence sur la qualité d’altération

La modification microbienne des aliments est variée et affecte les caractères


physicochimiques, nutritifs et organoleptiques d’un produit. Ceci se traduit par un attrait ou
une répugnance par les consommateurs. Tous nos aliments peuvent être le siège de
prolifération microbienne en entrainant des modifications le plus souvent défavorables
d’aspect (couleur, limon), de texture, de flaveur (odeur et saveur). Les micro-organismes les
plus souvent rencontrés appartiennent aux genres Pseudomonas, Acinetobacter, Moraxella,
Alcaligenes, Aspergillus, Rhizopus, Clostridium sporogones et Flavobacterium (Guiraud,
1998).
La prolifération non contrôlée de micro-organismes dans un aliment peut poser des problèmes
au niveau industriel, mais aussi au niveau sanitaire (qualité marchande) (Cuq, 2007). Les
risques encourus varient en fonction de l’évolution et le comportement de la flore et de
nombreux paramètres :

-Nature du micro-organisme ;
-Niveau de contamination (dose infectante) ;
-Nature et composition de l’aliment (teneur en glucide, protéine) ;
-L’état physiologique du consommateur.
- Les conditions de l’environnement (pH, T°, aération) ;
- Les traitements technologiques

Au plan macroscopique, le type d’altération observé varie, d’un produit à un autre, en


fonction de la nature et de l’importance de la contamination microbiologique initiale et des
conditions écologiques offertes à cette flore, du fait de la composition de la denrée : activité
de l'eau, nature des principaux constituants, pH, potentiel d'oxydoréduction (Bourgeois et
Larpent, 1996 ; Guiraud, 1998).

35
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

I.3. Facteurs influençant la flore d’altération des aliments

On peut classer les facteurs d’altération des aliments selon leur caractère intrinsèque ou
extrinsèque. Les premiers sont relatifs à l’aliment et les seconds proviennent de
l’environnement où l’aliment est stocké (Bourgeois et Larpent, 1996 ; Prescott et al., 2010).

I.3.1. Facteurs intrinsèques

Plusieurs facteurs intrinsèques participent dans l’altération des aliments tels que le pH,
humidité, activité ou disponibilité de l’eau, potentiel d’oxydoréduction, structure physique
de l’aliment et présence d’agents antimicrobiens naturels.

 pH

La majorité des micro-organismes se développent sur des milieux dont le pH se situe voisine
de 7. Dans la détérioration et la putréfaction des aliments de pH neutre ou alcalin, comme les
viandes, ce sont les bactéries qui prédominent et quand le pH d’un aliment est faible, il
favorise le développement des levures et moisissures (Prescott et al., 2010).

 Activité de l’eau (aw)

La plupart des aliments que nous consommons contiennent 20 à 90% d’eau et ne sont à l’abri
des détériorations biochimiques enzymatiques et microbiennes La disponibilité en eau est
mesurée en terme d’activité de l’eau (aw), qui représente le rapport entre l’humidité relative de
l’air au dessus d’une solution test et celle de l’eau distillée (Laurent et François, 2011). La
présence et la disponibilité de l’eau affectent aussi la capacité de micro-organismes de
coloniser les aliments. On peut contrôler ou éviter sa détérioration par le séchage de l’aliment,
en rendant l’eau moins disponible, même si elle est présente, par l’ajoute des solutés comme
le sucre et le sel. Les conditions hypertoniques rendent la multiplication des micro-
organismes difficile en leur provoquant une déshydratation (Prescott et al., 2010). Les
Pseudomonas sont très exigeantes en eau libre et ne se développent bien que si l’activité de
l'eau (aw) est supérieure à 0,98. Cependant, Listeria monocytogenes résiste à des conditions
hostiles (Bourgeois et al., 1996). Elle tolère jusqu’à 10 % de chlorure de sodium et son aw
limite de croissance est de 0,86 (Larpent, 1995). Selon la teneur en aw, on cite :
- Micro-organismes osmophiles: (du grec osmos, poussée et philien, aimer), se
développent mieux dans des milieux dont la pression osmotique est élevée.

36
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

- Micro-organismes xérophiles : (du grec xéros, sec et philien, aimer) préfèrent un


environnement où (aw) est faible et peuvent ne pas se développer si (aw) est élevée.

 Potentiel d’oxydo-réduction

Le potentiel d’oxydo-réduction d’un aliment influence aussi la détérioration. Après cuisson,


les produits carnés, particulièrement les boillons, ont souvent des potentiels d’oxydo-
réduction plus faibles. C'est-à-dire qu’ils représentent un milieu réducteur pour la croissance
microbienne. Ces produits, avec leurs acides aminés, leurs peptides et leurs facteurs de
croissances facilement disponibles, sont des milieux idéaux pour le développement
d’anaérobies, dont Clostridium (Laurent et François, 2011).

 Composition de l’aliment

La composition d’un aliment est un facteur intrinsèque crucial qui influence la croissance
microbienne.

- Si un aliment consiste surtout en hydrates de carbone, c’est la croissance de


champignons, plutôt que de bactéries, qui prédominera et la détérioration ne produira
pas beaucoup d’odeurs. Des aliments comme les pains, les confitures et certains fruits,
gâtent d’abord sous l’action des champignons.
- Par contre, lorsque l’aliment contient de grandes quantités de protéines et/ou de
graisses (viande et le beurre), la croissance bactérienne peut produire toute une variété
d’odeurs infectes. (Œufs pourris). Cette dégradation anaérobie de protéine donne des
composées aminés nauséabonds c’est la putréfaction. Une source importante d’odeur
est l’amine organique, cadavérine.
- La production, à partir des lipides d’acide gras de courtes chaines rend le beurre rance
d’odeur désagréable (rancissement) (Guiraud, 1998).

 Structure physique d’un aliment

La structure physique d’un aliment affecte également le déroulement et l’étendue de la


détérioration. Broyer et mélanger des aliments, comme pour les saucisses et les hamburgers,
non seulement augmente la surface de la nourriture, mais y disperse aussi les micro-
organismes contaminants. Cela peut provoquer une détérioration rapide, si ces aliments sont
mal conservés. Les légumes et les fruits ont des enveloppes externes qui les protègent d’une

37
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

altération. Les micro-organismes détériorant possèdent des enzymes spécialisée qui les aident
à affaiblir et à pénétrer les pelures et les écorces protectrices, surtout lorsque les fruits et les
légumes ont été blessés (Guiraud, 1998 ; Cuq, 2007).

 Présence d’agents antimicrobiens naturels

Dans plusieurs aliments, on trouve des agents antimicrobiens naturels. Ceux-ci inhibent la
croissance de certains microorganismes. Les herbes et les épices contiennent souvent des
substances antimicrobiennes importantes ; les champignons y sont généralement plus
sensibles que la plupart des bactéries. La sauge et le romarin sont deux des épices les plus
antimicrobiennes. La coumarine, une enzyme présente dans les fruits et légumes, agit aussi
comme un antimicrobien. Le lait de vache et les œufs contiennent également des inhibiteurs
de ce genre (Dupin et al., 1992 ; Guiraud, 1998).

1.3.2. Facteurs extrinsèques

Température et humidité relative sont des facteurs extrinsèques importants pour déterminer si
un aliment va se détériorer. Dans une humidité relative élevée, la croissance microbienne
commence plus rapidement, même à baisse température ; quand des aliments secs sont placés
dans les endroits humides, ils absorbent l’eau condensée à leur surface, ce qui permet une
croissance microbienne.

 Température
La température est en relation avec la vitesse de croissance d’une souche bactérienne. La
vitesse de croissance est maximale pour une valeur de la température qualifiée de température
optimale de croissance (tableau 11) (Robert, 1999). De part et d’autre de cet optimum,
l’activité métabolique ralentit, jusqu’à être totalement inhibée au delà des températures
minimale et maximale de croissance. Il est possible de classer les bactéries en différents
groupes, selon la valeur de la température optimale de croissance. On distingue ainsi les
bactéries thermophiles, mésophiles et psychrophiles (Fourneaud, 1982 ; Catteau, 1999).

Tableau 11 : Classification des micro-organismes selon leur température optimale de


croissance (Catteau, 1999)
Thermophiles Mésophiles Psychrophiles
Valeurs de la température
optimale de croissance +40°C et +55°C +20°C et +40°C +5°C et +20°C

38
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

 Atmosphère (présence de gaz)

L’atmosphère dans laquelle la nourriture est conservée est également importante, les aliments
emballés sous film plastique, ces derniers permettent une diffusion de l’oxygène, ce qui a
pour résultat une meilleure croissance des micro-organismes. Un excès de CO2 peut réduire le
pH de la solution et inhibe le développement microbien. La conservation de la viande dans
une atmosphère riche en CO2 inhibe les bactéries Gram-négatifs et donne une population
dominée par les lactobacilles (Guiraud, 1998).

I.4. Origine et nature de la flore microbienne des aliments

La présence des micro-organismes dans les aliments n’ayant pas subi de traitement
antimicrobien est tout à fait normale. La matière alimentaire brute est d’origine végétale ou
animale et la flore qui lui est associée est donc respectivement celle naturellement présente
sur les plantes et les animaux. La charge microbienne initiale peut être relativement élevée, de
l’ordre de 102 à 106/UFC. Par ailleurs de nombreux apports en oxygènes peuvent accroitre la
charge microbienne (Prescott et al., 2003).

Divers facteurs intrinsèques et extrinsèques peuvent influencer la croissance microbienne


dans les aliments. La communauté microbienne et les aliments subissent des modifications
qui se succèdent dans le temps (figure 5)

39
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Etat 1 : Produit alimentaire

Facteur intrinsèques Facteurs extrinsèques

(Composition, aw, état physique et (T°C, gaz, micro-organismes, etc.)


biologique, etc.)

Micro-organismes présents

Changement en fonction du temps

Communauté microbienne modifiée

Facteur intrinsèques et extrinsèques


modifiés (humidité, pH)

Etat 2 : Détérioration ou
fermentation des aliments

Figure 5. Facteurs intrinsèque et extrinsèques (Prescott et al., 2010).

I.5. Mode de contamination

Les micro-organismes peuvent contaminer les produits alimentaires par plusieurs modes de
contamination.

I.5.1.Contamination par les manipulateurs

C’est une contamination de contact direct et essentiellement par les mains (contamination
fécale), dont les germes incriminés (Staphylococcus, Streptococcus, Salmonella, etc.) aussi
par les vêtements. Cette flore est surtout véhiculée par la peau saine ou par des plaies, abcès

40
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

ou furoncles. Les flores commensales et pathogènes de l’homme sont proches de celles des
animaux (Guiraud, 1998).

I.5.2.Contamination par l’environnement

Contaminations par aérosols (toux, éternuement, respiratoire). L’air et le sol sont riches en
bactéries, l’air contient des poussières chargées de spores (Bacillus) et des formes
bactériennes non sporulées (microcoques). Le sol contient un très grand nombre d’espèces
(Bacillus, Clostridium, Streptomyces, Corynebacterium, spore Penicillium, Aspergilus,
Mucor, Fusarium). L’eau est utilisée abondamment dans l’industrie alimentaire, cette eau
peut contenir des micro-organismes variés et être à l’origine de contaminations (Salmonella,
Shigella, Yersinia, Vibrio, Listeria, entérobactéries, virus, protozoaires, etc.) (Meyer et al.,
1984 ; Prescott et al., 2003).

I.5.3.Contaminants industriels

Le matériel industriel est une source de contamination, en particulier les surfaces poreuses
(plan de travail), les outils et les machines etc. Lors de la préparation de produits à partir des
matières premières diverses, certaines de celles-ci constituent un apport privilégie de micro-
organismes. Les traitements technologiques peuvent induire ou favoriser la dispersion de la
flore de contamination. Les déchets industriels sont aussi une source potentielle de
contamination (Guiraud, 1998).

I.6. Mécanismes d’altération

Les propriétés intrinsèques des aliments et les facteurs extrinsèques appliqués aux
aliments influenceront les mécanismes d’altération microbiens, chimiques, biochimiques et
physiques des aliments qui résulteront en une perte de la qualité organoleptique. Les aliments
vivent, vieillissent et meurent selon des cycles biologiques naturels (Guiraud, 1998).

a) Durée de vie et dégradation alimentaire ;


b) La dégradation microbienne.

I.6.1.Durée de vie et dégradation alimentaire

Le terme vie est assez souvent employé pour désigner la période pendant laquelle des
denrées conservent les propriétés compatibles avec l'usage qui leur est destiné. Ainsi en

41
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

parlant de vie commerciale d'une denrée il est indiqué par là qu'à partir d'une certaine
date elle n'offrira plus toutes les qualités requises pour être vendue. Parfois cette date
d'ultime utilisation est indiquée sur le conditionnement. Les durées de conservations des
produits sont indiquées par La Date Limite de Consommation (DLC) et Date Limite
d'Utilisation Optimale (DLUO) (Mayer et al., 1984 ; Guiraud, 1998) :

- DLC : Signifie qu'à partir du jour figurant sur son conditionnement l'aliment est mort,
qu'il ne peut plus être consommé car le niveau du risque pour le consommateur n'est
plus négligeable; Le danger est de nature microbienne.
- DLUO : Indique que l'aliment a vieilli et ne présente plus forcément les
caractères organoleptiques (couleur, texture, consistance, odeur, goût, saveur, etc.)
qui en composent la qualité recherchée.

Le terme vieillissement des aliments, il s'agit d'évolution favorable ou plus souvent


défavorable ne pouvant entraîner aucune conséquence sur la santé du consommateur. Le
produit peut être altéré mais non toxique. Le vieillissement est une altération plus ou moins
marquée qui dégrade l’aliment.

I.6.2. Dégradation microbienne

Les micro-organismes ne se contentent pas de décolorer la nourriture, de la dégrader


ou de la rendre très désagréable à sentir et à manger; ils peuvent également représenter
de sérieux dangers pour la sante publique. Les micro-organismes présents dans un produit
alimentaire proviennent soit des matériaux crus, des ingrédients utilisés, sinon d’une
contamination. Les moyens par lesquels ces micro-organismes contaminent les aliments sont
variés et dépendent à la fois des organismes présents et du produit alimentaire qui leur sert de
support. La capacité de ces organismes à se développer et à causer des dommages dépend des
propriétés intrinsèques de la nourriture et de facteurs extrinsèques appliqués à la nourriture.
Les dégradations visibles d’origine microbienne peuvent prendre différentes formes
parmi les quelles la décoloration, la pigmentation, l’épaississement de la surface, un aspect
trouble ou la décomposition ( Guiraud, 1998 ; Prescotte et al., 2003).

42
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

II. MOYENS DE LUTTE

Le rôle des agents antimicrobiens est d’inhiber la croissance des micro-organismes ou de les
détruire. Il existe de nombreux moyens de lutte de nature physique, chimique ou biologique.
Les principaux traitements sont classés en traitement d’élimination, de destruction
(bactériostatique) et de stabilisation (produit agit sur le développement) (Meyer et al., 1984).

II.1. Facteurs influençant la destruction microbienne

Les moyens de lutte sont nombreux et variés, ils doivent tenir compte du micro-organisme
lui-même et de son environnement ainsi que de l’intensité de l’action souhaitée. Il existe des
facteurs intervient dans la destruction microbienne (Guiraud, 1998) :

II.1.1.Nature et l’état des micro-organismes

Les bactéries n’ont pas la même sensibilité aux agents de destructions, l’état physiologique de
la bactérie joue aussi un grand rôle, les bactéries en phase exponentielle sont plus sensibles
qu’en phase stationnaire, la forme sporulée est beaucoup plus résistante que la forme
végétative, la charge initiale de bactérie (nombre de cellule) d’autant plus important, le temps
nécessaire pour les éliminer sera long (Guiraud, 1998).

II.1.2.Nature de l’agent antimicrobien

Les différents agents que ce soit physique ou chimique n’agit pas ni de la même façon ni avec
les même dose sur l’activité microbienne (Cuq, 2007).

II.1.3.Rôle de l’environnement

Les conditions de l’environnement peuvent influencer considérablement sur l’efficacité de la


destruction microbienne (pH du milieu, teneur en eau, turbidité, etc.)

II.2. Moyens Physiques

En raison de leur faible spécificité, la plupart des agents physiques antimicrobiens sont
efficaces sur l’ensemble des micro-organismes, en affectant les acides nucléiques ou les
protéines (Guiraud, 1998).
43
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

II.2.1. Température (la chaleur)

L’action de la température dépend de l’environnement, de l’état physico-chimique des


cellules et de leur nombre. Les formes végétatives des bactéries sont en général inactivées par
un chauffage de 50 à 60°C durant 30 minutes. Les formes sporulées sont au contraire et par
nature extrêmement thermorésistantes. Il existe deux types de chaleur humide et sèche.

L’utilisation de la chaleur est un procédé très efficace de destruction des micro-organismes.


Les traitements thermiques sont à la base de la conservation de nombreux aliments mais ils ne
sont pas adaptés au traitement industriel de l’eau. L’exposition à l’eau à 100°C pendant 10
minutes est suffisante pour détruire les cellules végétatives et les spores eucaryotes. La durée
thermique mortelle (DTM) est la période de temps la plus courte requise pour tuer tous les
micro-organismes à une T° spécifique. Le temps de réduction décimal est le temps requis
pour tuer 90% des micro-organismes à une T° spécifique (Meyer et al., 1984 ; Guiraud,
1998).

II.2.1.1. Stérilisation

Technique par chaleur correspond à un traitement permettant d’éliminer tous les micro-
organismes (y compris sous forme sporulée). Les paramètres du traitement sont supérieurs à
ceux de la pasteurisation et il varie selon le produit entre 10 minutes à 115°C et 30 minutes à
121°C. La vapeur est réalisée dans un autoclave à 121°C pendant 15 minutes. Elle provoque
la dégradation des acides nucléiques et la dénaturation des enzymes et autres protéines
(Guiraud, 1998 ; Meyer et al., 1984; Prescott et al., 2010).

La chaleur agit au niveau de l’agitation moléculaire. Elle provoque une augmentation de la


vitesse des réactions métaboliques et de la vitesse de croissance, puis rapidement la
dénaturation des composés microbiens et en particulier des protéines enzymatiques. On
observe alors une diminution puis un arrêt de la croissance, quand le niveau de modification
devient important et irréversible, la mort.

La constante de vitesse K de la dénaturation thermique dépend de la température selon la loi


d’Arrhénius :

K= A e- Ea/RT

44
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

On voit que si la température augmente, cela réduit le temps de traitement. (Ea) énergie
d’activation différente, les réactions de destruction de bactéries ou de vitamines ne se font pas
à la même vitesse aux différentes températures (Guiraud, 1998).

II.2.1.2. Pasteurisation

On l’applique à certains produits naturels (lait, la bière, le vin, les jus de fruits) dont on veut
assurer momentanément la conservation sans en altérer les caractères organoleptiques
(couleur, odeur, saveur). La pasteurisation entraine la destruction des formes végétatives, en
particulier de celles des micro-organismes pathogènes ou responsables d’altérations
organoleptiques, à l’exclusion de la plupart des formes sporulées bactériennes. Elle est obtenu
par différents couples temps-température : la pasteurisation haute, le lait est porté à 90°C
durant 30 secondes, puis brusquement refroidi à +10°C. La pasteurisation basse, le lait est
soumis à une température de 60 à 70°C pendant un temps plus long (quelques minutes). La
pasteurisation UTH (Ultra-haute-température), c’est un procédé appliqué surtout au lait et
certains jus de fruits pour obtenir une longue conservation. On applique une température à
140°C pendant quelque secondes puis on refroidit brutalement (Bornet, 2000).

L’ébullition peut être considérée comme une forme de pasteurisation haute permettant de
détruire le maximum de germes ; on utilise quotidiennement au cours de la cuisson des
aliments. En outre, la cuisson ou la pasteurisation des aliments ne détruise pas en particulier
les spores. Par contre, Yersinia enterocolitica est très thermosensible (Cuq, 2007).

II.2.1.3. Tyndallisation

Est un traitement thermique équivalent à des pasteurisations répétées, séparées par des
intervalles de 12 à 24h à des températures de 30 à 40°C. Au cours de la pasteurisation, seules
les formes végétatives sont inactivées tandis que dans les intervalles, la plus part des spores
thermorésistantes germent et sont sensibles à la pasteurisation suivante. Ce procédé est utilisé
pour les milieux de culture fragiles. Cette opération, consiste à chauffer le milieu 60°C ou
70°C durant 30 minutes ou 1 heure, trois fois consécutives, en ménageant un intervalle de 24
heures entre chaque chauffage (Prescott et al., 2010).

45
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

II.2.1.4. Thermisation

C’est une forme amoindrie de pasteurisation. Son objectif principal est la destruction des
bactéries pathogènes qui pourraient se trouver dans le produit, sans modifier autant ses
caractéristiques technologiques. La thermisation est un traitement thermique appliqué au lait
cru. Ce dernier devra être porté à une température d'au moins 63ºC pendant 16 secondes (Cuq,
2007).

II.2.1.5. Chaleur sèche

Le matériel à stériliser est placé dans un four électrique ou à gaz (fours P ASTEUR, POUPINEL) à
180°C pendant 1 heure où de 160°C durant 2 à 3 heures. Il y a oxydation des constituants
cellulaires et dénaturation des protéines. Elle ne corrode pas les verreries, les instruments
métaux chirurgicaux et permet la stérilisation des poudres et huiles (Meyer et al., 1984).

II.2.2. Froid (Congélation et Réfrigération)

Le froid entraine le ralentissement de la croissance et des transformations microbiennes


(réactions qui suivent aussi la loi d’Arrhénius).
 La réfrigération qui utilise la température proche de 0 à 4°C empêche la multiplication
de nombreux germes mais pas celles des germes psychrophiles. A cette température
(0°C) les micro-organismes subissent des désordres métaboliques et des lésions
cellulaires pouvant être importants. Cet état physiologique de "stress froid" est
principalement la conséquence d'une fragilisation des liaisons hydrophobes, induite
par la réfrigération (Druesne, 1996). Il en résulte une perte de fonctionnalité des
protéines enzymatiques, par modification de leur conformation dans l’espace. Une
dissociation des complexes polymériques est apparue. L’assemblage des ribosomes est
inhibé, ce qui provoque une diminution des synthèses protéiques. La fluidité des
membranes est réduite et l’ensemble des fonctions membranaires telles que le
transport des ions ou des nutriments s’en trouve affecté (Gounot, 1991).
 La congélation à -18°C et la surgélation (-40°C et même -80°C) permettent une
stabilisation totale vis-à vis des micro-organismes et entraîne une mortalité plus au
moins importante selon la nature des germes et la vitesse de refroidissement.

46
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

II.2.3. Radiations

Les radiations ionisantes sont appliquées aux aliments dont le but d’améliorer leur
conservabilité et pour les locaux et le matériel. Les aliments ayant subi un traitement aux
radiations ionisantes sont dites irradiés. Ils ne sont nullement radioactifs. Un rayonnement
solaire ou plus précisément les radiations ultraviolettes et les rayonnements
électromagnétiques couvrent une très large gamme de longueur d’onde. On peut distinguer :
les rayonnements infrarouges (> 800 nm), les visibles (800 à 400 nm), les ultra-violets (400
à10 nm), les rayons X (10 à 0,1 nm), les rayons γ (0,1 à 0,001 nm), les rayons cosmiques (<
0,001nm). Les UV proches de 260 microns sont utilisés pour stériliser l’air, l’eau. Les
radiations ioniques pénètrent en profondeur les objets. Les radiations gamma stérilisent à
froid les ATB, hormones, objets en plastique (Meyer et al., 1984).

II.2.4. Pression
Pour la conservation de certains aliments comme les confitures et les salaisons, on a recours à
la pression osmotique. L’effet antimicrobien est obtenu par l’augmentation de la pression
osmotique par addition de sucre ou de sel ; les espèces sont capables de se développer aux
concentrations choisies (osmophiles ou halophiles) sont en peu nombreuses. Le séchage des
aliments est aussi un procédé de conservation fondé sur l’augmentation de la pression
osmotique (Meyer et al., 1984). On cite plusieurs types :

- Réduction de l’aw par déshydratation/ou par l’ajout d’agents dépresseurs (NaCl)


- Réduction du pH (acidification, fermentation)
- Maitrise du potentiel d’oxydo-réduction

II.2.5. Elimination mécanique

Deux procédés mécaniques permettant d’éliminer les micro-organismes d’un milieu liquide :
la filtration et la centrifugation.

II.2.5.1. Filtration

Cette technique est utilisée pour stériliser les solutions renfermant des substances
thermolabiles, telles que les protéines qui ne supportent pas de températures inférieures à
100°C (sérum, liquide d’ascite, etc.) Elle permet de réduire la population microbienne jusqu’à
la stérilisation. Les membranes filtrantes sont soit aux filtres de verre fritté, constitués d’un

47
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

mélange de deux poudre de verre de granulométrie différente, soit aux filtre d’amiante très
fine, soit aux filtres de diatomées (filtre BERKEFELD), soit enfin aux membranes filtrantes
d’acétate de cellulose (filtre moléculaire), et de porosité graduée. Ces filtres servent à
stériliser les produits pharmacologiques, les ATB, l’air.

II.2.5.2. Centrifugation

Cette technique est capable de séparer les particules en suspension dans un milieu liquide.
Elle s’applique habituellement à de faibles quantités de liquide et ne permet pas une
élimination totale des micro-organismes. Une parfaite application est faite dans certains
industries laitières pour le traitement du lait avant sa pasteurisation ; bactofugation qui
consiste à centrifuger le lait pour éliminer la plus grande partie des micro-organismes (Meyer
et al., 1984).

II.3.Moyens Chimiques

Tous les agents antibactériens chimiques sont beaucoup utilisés comme un désinfectant ou
comme antiseptiques des surfaces et matériels ainsi que dans les produits alimentaires. Le
choix de ces agents dépendra de l’usage que l’on veut faire (Meyer et al., 1984). Certains sont
très actifs mais toxiques (tableau 12).

Tableau12 : Agents antimicrobiennes des produits alimentaires, des surfaces et matériels


Agents Nature Nature de produit et mode d’Action
Destruction microbienne des surfaces, matériels
Eau oxygénée solution aqueuse (3%) des plaies

Chlore forme de gaz ou de diverses eaux de boisson (provoque une


Oxydants

et dérivés combinaisons chimiques oxydation des constituants cellulaires)

Iode la solution aqueuse de Lugo -désinfection la peau et des plaies


superficielles. hôpitaux (locaux)
Composés grâce à leur fonction phénol Laboratoire, et hôpitaux (dénaturation
phénoliques des protéines et altération des
membranes cellulaires)

détergents sels sodiques ou potassiques Peau, locaux, (Les détergents mouillants


synthétiques d’acides gras (acide oléique, et d’émulsifiants grâce à leurs extrémités
linoléique), hydrophiles et hydrophobes)

48
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Colorants Cristal violet, vert brillant, vert Utilisation locale des bactéries à Gram+
malachite
Gaz stérilisants Germicide et sporicide (oxyde -Stériliser de nombreux objets
fiormal d’éhyde) d’éthylène) thermosensibles,

Produits alimentaires

Antioxydants -molécules protègent les - huiles végétales et à la margarine


aliments contre les réactions (empêcher de rancir et pour préserver
d'oxydation et le vieillissement leur goût)
-groupe des gallates (E 310-
312)
Gaz (Ozone, azote) maîtrise du potentiel Ozone : Stérilisation de l’eau de
d’oxydoréduction d’un produit distribution (se fixant sur les protéines
cellulaires)
Azote : conservation des pommes,
poires, céréales, etc
Alcools Bactéricide et fongicide no Conservation des produits alimentaire
sporicide (méthanol, butanol, (fruits et l’eau de vie)
éthanol)

Conservateurs Agents garde la stabilité de -Salaison des viandes, sucre (confiture),


alimentaires l’aliments (Sel, sucre, acide l’acide lactique (yaourt, choucroute),
cétrique, l’anhydride sulfereux, l’acide acétique (fruits, légumes),
etc.), E200 à E297 ; fumage des poissons et des viandes.
L’anhydride sulfureux (vin) d’acide
sulfureux ou de bisulfite de sodium (jus
de fruits).

II.4. Moyens biologique (Chimio-thérapeutiques)

Les agents biologiques sont généralement représentés par des produits biologiques naturels ou
synthétisés par les micro-organismes. Les chimio-thérapeutiques détruisent les micro-
organismes pathogènes en inhibant leur développement à des concentrations suffisamment

49
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

faibles pour éviter d’occasionner des dommages chez l’hôte. L’agent chimio thérapeutique
doit avoir une toxicité sélective (Meyer et al., 1984 ; Cuq, 2007).

Beaucoup d’ATB sont à spectre étroit, c'est-à-dire que leur efficacité est limitée à une variété
restreinte de micro-organismes. Ils sont synthétisés par les micro-organismes ou par méthode
chimiques (tableau 13).

Tableau 13 : Caractéristiques des substances antibactériennes


Substance Caractéristiques
antibactérienne
Sulfamides -Rentre en compétition avec l’acide p-aminobenzoïque qui participe à
la synthèse de l’acide folique
- Il se fixe sur le site actif de l’enzyme et fait baisser la concentration
en acide folique (purine et pyimides) (base d’ADN et ARN)
-Arrêt de la croissance ou la mort de la bactérie
Quinolones - Inhibent l’ADN gyrase bactérienne qui facilite la séparation des
chaines
- Elles perturbent la réplication, la transcription et la réparation de
l’ADN
Pénicillines -la pénicillinase hydrolyse la lésion amide et détruit l’activité de la
pénicilline
-caractérisée par le cycle Béta lactame - inhibent l’enzyme catalysant
la réaction de transpeptidation, ce qui bloque la synthèse du
peptidoglycane et conduit à une lyse osmotique
Céphalosporines Possèdent un cycle Béta lactame comme les pénicillines produit par
les mycètes céphalosporium. Ils agissent comme les pénicillines.

Tétracyclines 4 cycles sur lesquels sont fixées des chaines latérales. Elles inhibent la
snthèse protéique en se fixant sur la sous unité 30S du ribosome et
inhibe la fixation des aminoacyleARNt.

Aminoglycosides La steptomicine, la canamicine, la néomicine sont synthétisées par


streptomycès, se fixant sur la petite sous unité ribosomale et interfère
avec la synthèse protéique. Elle provoque des erreurs de lecture de

50
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

l’ARNm.

Erythromycine Macrolides qui se fixent sur l’ARN ribosomal 23S pour inhiber
l’élongation de la chaine peptidique en croissance.

Chloramphénicol Inhibe la peptidyltransférase en se fixant sue l’ARN ribosomal.

51
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

Conclusion

Il est nécessaire de donner l’importance à la microbiologie alimentaire, c’est une science qui a
prouvé beaucoup d’avantages pour faciliter la vie de l’homme (antibiotique, produits
fermentés, production des fromages, yaourts, etc.). Un intérêt industriel tout particulier a été
porté pour les bactéries lactiques, avec les nouvelles techniques de conservation des produits
alimentaires.

L’étude des micro-organismes et les différents groupes alimentaires ainsi que les interactions
existantes entre eux, nous a mené à mettre en premier lieu la sécurité des aliments et enfoncer
des efforts continus et importants pour améliorer la maîtrise de leurs produits comme
fondement de la sécurité du consommateur.

La qualité microbiologique des aliments est une composante essentielle, représente un enjeu
considérable qui permettrait de garantir des approvisionnements alimentaires sains et nutritifs.
L’étude des micro-organismes nous a fait comprendre beaucoup de réactions biochimiques
qui ont servit à améliorer la production de divers produits alimentaires avec une valeur
nutritionnelle meilleure. Ainsi que la recherche et la sélection des micro-organismes ont un
grand intérêt dans le développement des industries agro-alimentaires.

52
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1- BOLOTIN, A., WINCKER, P., MAUGER, S., JAILLON, O., MALARME, K.,
WEISSENBACH, J., EHRLICH, S. D. and SOROKIN, A. (2001). The complete
genome sequence of the lactic acid bacterium Lactococcus lactis ssp. Lactis IL1403.
Genome Res 11, 731-753.
2- BORNERT G. (2000). Importance des bactéries psychrotrophes en hygiène des
denrées alimentaires. Synthèse scientifique, Service Central d'Études et de
Réalisations du Commissariat de l'Armée de Terre, B.P. 309, 00447 Armées. Revue
Méd. Vét. 151, (11): 1003-1010.
3- BOURGEOIS C. M. et LARPENT J.P. (1996). Microbiologie alimentaire T2;
Aliments fermentes et fermentations alimentaire. Ed. Technique et documentation,
pp523.
4- BOURGEOIS C.M., J.F. MESCLE et ZUCCA J. (1996). Microbiologie alimentaire
Tome 1, Aspect microbiologique de la sécurité et de la qualité des aliments, Tec &
Doc., pp 672.
5- CATTEAU M. (1999). Pathogènes rencontrés lors de la conservation par le froid. In
: La microbiologie prévisionnelle appliquée à la conservation des aliments réfrigérés,
Office des publications officielles des Communautés européennes Editeur,
Luxembourg, pp 333.
6- CHRISTIANE JOFFIN et JEAN-NOËL JOFFIN. (2010). Microbiologie alimentaire,
édition n°6, SCÉRÉN-CRDP Aquitaine, pp 344
7- CIQUAL. (1995). Répertoire général des aliments, INRA, 1. Table de composition
des corps gras (1987), 2. Table de composition des produits laitiers (1987) 3. Table de
Composition Générale, 2e éd.,. Éditions Lavoisier- Tec & Doc, Paris.
8- CUQ J.L. (2007). Microbiologie alimentaire. Cours de Microbiologie Université
Montpellier II Sciences et Techniques du Languedoc. Polytech Montpellier STIA4.
pp134.
9- DEVOS P., GARRITY G. M., JONES D., KRIEG N. R., LUDWING W., RAINEY
F. A., SCHLEIFER K.H. and WHITEMAN W. B. (2009). Bergey’s Manual of
Systematic Bacteriology: The firmicutes. Springer. Dordrecht. Heidelberg. London,
New York: pp 117-123.

53
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

10- DOUMANDJI A., DOUMANDJI S. et DOUMANDJI-MITICHE B. (2003).


Technologie de transformations des blés et problèmes dus aux insectes au stock.
Cours de technologie des céréales. OPU. Alger. pp67.
11- DRUESNE A. (1996). Le stress bactérien; conséquences sur l’efficacité des
traitements thermiques. 2ème partie : le stress bactérien. Bull. Liaison CTSCCV, 6,
(2) : 71-81.
12- DUPIN H. DUPIN H., CUQ J.L., MALEWIAK M.I., LEYNAUD-ROUAUD C. et
BERTHIER A.M. (1992). Alimentation et nutrition humaines. Paris : ESF éditeur. pp
1533
13- ENJALBERT F. (1993). Alimentation et composition du lait de vache. Point vet, 25
(156): 769-778
14- FEDERIGHI M. (2005). Bactériologie alimentaire compendium d'hygiène des
aliments. 2ed. Economica. Paris, pp 224-233.
15- FOURNAUD J. (1982). Type de germes rencontrés aux différents stades de la filière.
In : Hygiène et technologie de la viande fraîche. Centre national de la recherche
scientifique Editeur, Paris, pp 353.
16- GARRY P. et LE GUERN L. (1999) Les bactéries lactiques. Bull. Liaison. CTSCCV,
9, (6): 423-429.
17- GOUNOT A.M. (1991). Bacterial life at low temperature; physiological aspects and
biotechnological implications. J. Applied Bacteriol. (71): 386-397.
18- GUEGUEN J. ET LEMARIE J. (1996). Composition, structure et propriétés
physicochimiques des protéines de légumineuses et d’oléagineux. In : B. Godon
(Ed.), Protéines végétales. Lavoisier. pp 80-119
19- GUIRAUD J.P. (1998). Microbiologie alimentaire. Dunod, Paris, pp 652
20- HOLZAPFEL, W. H., HABERER, P., GEISEN, R., BJORKROTH, J. and
SCHILLINGER, U. (2001). Taxonomy and important features of probiotic
microorganisms in food and nutrition. Am J Clin Nutr (73 ): 365S-373S.
21- JANEWAY C.A. and RAVERS P. (1997). Immunobiology: the immune system in
Health and disease, 3rd EDn. Garland Publishing, New York.
22- LAURENT BAZINET et FRANCOIS CASTAIGNE. (2011). Concepts de génie
alimentaire. Procédé associés et applications à la conservation des aliments.
Université LAVAL. Ed. Tec & Doc, Lavoisier, Paris. ISBN, pp 571.
23- LECLERC H., MOSSEL D.A.A. (1989). Microbiologie : le tube digestif, l'eau et les
aliments, Doin Editeur, Paris, pp 529.

54
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

24- LEVEAU J.Y., BOUIXMRIELLE et DE-ROISSART H. (1991). La flore lactique In


Technique d’analyse et de contrôle dans les industries agroalimentaire. Bourgeois
C.M., Leveau JY. Tec & Doc, Lavoisier, 52-186.
25- LUQUET F.M. (1990). Laits et produits laitiers: vache, brebis, chèvre. volumes2,
transformation et technologie (2ed). , technique et documentation, Lavoisier. Paris,
pp664.
26- MARTIN A. (2001). Apports nutritionnels conseillés pour la population française, 3e
éd., Tec & Doc, Lavoisier, Paris, pp660
27- MEYER A., J. DEIANA et H. LECLERC. (1984). Cours de microbiologie
alimentaire. Doin éditeur. Paris, pp 307.
28- MICHAEL MADIGAN et JOHN MARTINKO. (2007). Biologie des micro-
organismes. Person Education France.11 edition, Paris, pp 1047.
29- MIMS C., DIMMOCK N., NASH A. and STEPHEN J. (1995). Mims’ pathogenesis
of infectious disease, 4thEdn. Academic Press, London.
30- NICKLIN J., K. GRAEME-COOK, T. PAGET et R. KILLINGTON. (2000).
L’essentiel en Microbiologie. Edition, Port Royal Livres, 2000, Paris. pp 362
31- OMS. (2011). Lait et produits laitiers, codex alimentaire, 2ed FAO et OMS, Rome.
pp 226
32- PRESCOTT L.M., J.P. HARLEY et KLEIN D. (2003). Microbiologie. 2eme édition
française, Groupe de Boeck. Paris, pp 1163.
33- PRESCOTT L.M., J.P. HARLEY, D. KLEIN, J.M.WILEY, L.M. SHERWOOD et
C.J. WOOLVERTON. (2010). Microbiologie. 3em édition, Groupe de Boeck s.a.
Bruxelles.
34- ROBERTS T.A. (1999). Predictive microbiology applied to chilled food preservation.
In: La microbiologie prévisionnelle appliquée à la conservation des aliments
réfrigérés, Office des publications officielles des Communautés européennes Editeur,
Luxembourg, pp 333.
35- RODGERS S. (2001).Preserving non-fermented refrigerated foods with microbial
cultures: a review. Trends in Food Science and Technology: (12): 276-284.
36- ROSS R. P., MORGAN S. and HILL C. (2002). Preservation and fermentation: past,
present and future. Int J Food Microbiol, 79 : 3-16.
37- SALYERS A. and WHITT D.D. (1994). Bacterial pathogenesis: A molecular
Approach. American society for microbiology, Washington, DC.

55
Microbiologie Alimentaire Dr. BOUDJEMA Nouara /Université de Blida 1

38- SCHLEIFER, K. H. and LUDWIG, W. (1995). Phylogeny of the genus Lactobacillus


and related genera. System Appl Microbiol 18, 461-467.
39- WILLIAM and WILKINS. (1986). Bergey’s Manuel of Systematic Bacteriology.
éditeur, Baltimore, Vol. 1, pp 964.
40- YAO A.A., EGOUNLETY M., KOUAME L.P. et THONART PH. (2009). Les
bactéries lactiques dans les aliments ou boissons amylacées et fermentées de
l’Afrique de l’Ouest: leur utilisation actuelle. Am.Méd.Vét., (153) : 54-65.

56