Vous êtes sur la page 1sur 10

TDI1C, TRI1A, TRI1B

2010/2011

Module : Notions de mathématiques appliquées à


l’Informatique.

Chapitre : Algèbre de BOOLE

Présentation

George Boole est le père fondateur de la logique moderne. L'algèbre de Boole est une algèbre
permettant de traduire des signaux (tout ou rien) en expressions mathématiques en remplaçant
chaque signal élémentaire par des variables logiques et leur traitement par des fonctions
logiques. L'algèbre de Boole nous permettra de résoudre des équations logiques afin de
réaliser des fonctions sur des signaux numériques. Ces fonctions seront appelées fonctions
combinatoires et l'étude de la logique combinatoire nous conduira à réaliser des codeurs, des
transcodeurs et même des circuits arithmétiques. Une fois assemblées, ces fonctions
combinatoires simples donneront naissances à des circuits réalisant des opérations très
complexes utilisées dans l'élaboration des processeurs, DSP, ASIC, FPGA...

L'étude des propriétés de l'algèbre de Boole nous amène à considérer les notions de variable
binaire, variable logique et fonction logique.

Après avoir défini le système binaire, la fonction logique à une variable (OUI, NON), la
fonction logique à deux ou n variables (OU, ET) nous abordons le concept de logique
combinatoire.

Avec l'algèbre de Boole comme outil mathématique nous étudions les principales
combinaisons logiques souvent utilisées à des fins techniques.
Les différentes fonctions logiques de base sont décritent sous cinq formes :
une représentation logique : symbole logique
une représentation arithmétique : table de vérité
une représentation algébrique ou cononique : équation de l'algèbre de boole
une représentation électrique : schéma développé à contacts

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

Sommaire
Sommaire............................................................................................................... 2
Introduction............................................................................................................ 3
Généralités et Définitions.......................................................................................3
Fonction de base : ET, OU, OU exclusif...................................................................4
Logique combinatoire..........................................................................................4
Fonction NON ou "NO".........................................................................................4
Fonction OU ou "OR"...........................................................................................5
Fonction ET ou "AND"..........................................................................................5
Fonction OU EXCLUSIF ou "XOR".........................................................................6
Résumé des propriétés : ........................................................................................6
Théorème de MORGAN...........................................................................................7
Complément d'une somme logique.....................................................................7
Complément d'une somme logique.....................................................................7
FONCTIONS LOGIQUES...........................................................................................7
Table de vérité.................................................................................................... 7
Formes canoniques d'une fonction logique........................................................8
Équivalence entre la table de vérité et forme canonique Table de vérité:..........8
Simplification des fonctions logiques - Tableau de KARNAUGH...........................9
Résolution d’un problème ......................................................................................9

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

Introduction

De nombreux dispositifs électroniques, électromécanique, (mécanique, électrique,


pneumatique, etc....) fonctionnement en TOUT ou RIEN.

Ceci sous-entend qu’ils peuvent prendre 2 états.

Exemple :

• arrêt marche
• ouvert fermé
• enclenché déclenché
• avant arrière
• vrai faux
• conduction blocage

Pour ces raisons, il est beaucoup plus avantageux d'employer un système mathématique
n'utilisant que 2 valeurs numériques (exemple O ou 1) pour étudier les conditions de
fonctionnement de ces dispositifs : C'est le système BINAIRE

L'ensemble des règles mathématiques qui pourront être utilisées avec des variables ne pouvant
prendre que 2 valeurs possibles représente : "L'ALGÈBRE DE BOOLE"

Généralités et Définitions
Variable logique ou variable binaire

La variable logique est une grandeur qui peut prendre 2 valeurs qui sont repérées
habituellement 0 ou 1.

Cette variable binaire se note par une lettre comme en algèbre.

Exemple : a b x

Physiquement, cette variable peut correspondre à l’un des dispositifs cités ci-dessus dont les 2
états représentent les 2 valeurs possibles que peut prendre cette variable.

D'une façon générale, ces 2 états sont repérés H et L et on attribue

 à l'état H (high) la valeur 1

 à l'état L (1ow) la valeur 0

On trouvera parfois cette notation du zéro : Ø pour éviter la confusion avec la lettre O.

La variable binaire est aussi appelée variable booléenne.

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

Fonction de base : ET, OU, OU exclusif

Une fonction logique est le résultat de la combinaison (logique combinatoire) d'une ou


plusieurs variables logiques reliées entre elles par des opérations mathématiques
BOOLEENNES bien définies :

la valeur résultante de cette fonction dépend de la valeur des variables logiques, mais de toute
façon cette résultante ne peut être que O ou 1.

Une fonction logique possède donc une ou des variables logiques d'entrée et une variable
logique de sortie.

Cette fonction logique se note par une lettre comme en algèbre.

Logique combinatoire

La logique combinatoire, à l'aide de fonctions logiques, permet la construction d'un système


combinatoire.

Un système est dit combinatoire quand il est de type boucle ouverte, c'est à dire qu'aucune des
sorties n'est bouclée en tant qu'entrée.

A chaque combinaison d'entrée correspond une seule sortie. Les systèmes combinatoires sont
les plus simples et peuvent se représenter par une table de vérité indiquant pour chaque état
d'entrée quel est l'état de sortie correspondant.

Fonction NON ou "NO"


La fonction NON est obtenue avec une seule variable.

Table de vérité

La valeur de la fonction est toujours la valeur inverse (complémentaire) de celle de la


variable.
Nous l'écrivons : X = /a et nous lisons : X égale a barre.
Cette fonction est aussi appelée :

Fonction Inversion,
Fonction complémentation.

Nous disons également que a est la valeur complémentaire de a et x la valeur complémentaire


de x.

Symbolisation

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

Fonction OU ou "OR"
On obtient la fonction OU avec un minimum de deux variables.
Elle correspond à V7 du tableau des 16 fonctions à 2 variables.

Table de vérité

La fonction X prend la valeur 1 quand l'une ou l'autre ou les 2 variables sont à 1.


Nous l'écrivons : X = a + b ==> addition ou somme logique
Nous lirons X égale a ou b.

Propriétés particulières :
a+1=1
a+0=a
a+a=a
a+a=1

Symbolisation

Fonction ET ou "AND"
Cette fonction est obtenue avec au moins deux variables.
Elle correspond à V1 du tableau des 16 fonctions à 2 variables.

Table de vérité

La fonction X prend la valeur 1 quand l'une et l'autre variables sont à 1.

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

Nous l'écrivons : X = a . b ==> produit logique


Nous lirons X égale a et b.

Propriétés particulières
a.1=a
a.0=0
a.a=a
a.a=0

Symbolisation

Fonction OU EXCLUSIF ou "XOR"


Le OU EXCLUSIF est une fonction obtenue avec un minimum de deux variables.

Table de vérité

Considération 1 :

La fonction X prend une valeur égale à 1 quand l'une OU l'autre des variables,
à l'EXCLUSION des 2 à la fois, prennent une valeur égale à 1.

Nous l'écrivons : X = a b.

Nous lirons : X égale a XOR b ; X égale a OU EXCLUSIF b.


Expression du Ou exclusif

Propriétés particulières :

a 1=a
a 0=a
a a=0
a a=1

Résumé des propriétés :

P1 : Involution :

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

P2 : Idempotence :
P3 : Commutativité :
P4 : Associativité :
P5 : Complémentarité :
P6 : Elément neutre :
P7 : Distributivité :
P8 : Absorption :

Théorème de MORGAN

Complément d'une somme logique


Complétons le tableau suivant et comparons les valeurs des fonctions Y1 et Y2.

Conclusion

Complément d'une somme logique


De la même manière on peut prouver que

FONCTIONS LOGIQUES

Table de vérité
La relation entrée-sortie d'un système logique peut être mise sous forme d'un tableau que l'on
nomme table de vérité. Une table de vérité comporte 2 lignes où n est les nombre de variable
d'entrées. Elle comporte toutes les combinaisons possibles de variables.

Soit un système logique à deux variables A et B.

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

A
B SYSTEME LOGIQUE Y

Formes canoniques d'une fonction logique


Première forme canonique (Forme Disjonctive)

Elle correspond à une somme des produits logiques.


Si chacun des produits contient toutes les variables d'entrée sous une forme directe ou
complémentée, alors la forme est appelée « première forme canonique » ou « forme
canonique disjonctive ».Chacun des produits est alors appelé minterme.

Exemple :

Deuxième forme canonique (Forme Conjonctive)

Elle fait référence à un produit de sommes logiques.


Si chacune des sommes contient toutes les variables d'entrée sous une forme directe ou
complémentée, alors la forme est appelée « deuxième forme canonique » ou « forme
canonique conjonctive ». Chacune des sommes est alors appelée maxterme.

Exemple:

Équivalence entre la table de vérité et forme canonique Table de vérité:

A B C Y
0 0 0 1
0 0 1 1
0 1 0 0
0 1 1 1
1 0 0 0
1 0 1 1
1 1 0 0
1 1 1 0

Pour écrire l'équation de Y en fonction des 3 variables il faut dire :


Y=1 si A=0 ET B=0 ET C=0
OU A=0 ET B=0 ET C=1
OU A=0 ET B=1 ET C=1
OU A=1 ET B=0 ET C=1
Ce qui donne une écriture "algébrique" en notant :
La variable par sa lettre si elle vaut 1 (ex : si A vaut 1 nous écrirons A) la variable par sa lettre
surlignée si elle vaut 0. (Si A vaut 0 nous écrirons A et nous lirons A barre)

Pour la table de vérité ci-dessus, cela nous donne :

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

Simplification des fonctions logiques - Tableau de KARNAUGH


On a pu s'apercevoir que la méthode de simplification d'équations consistant à effectuer des
mises en facteur successives devenait vite très longue et fastidieuse dès que le nombre de
variables devenait important.
La méthode du tableau de Karnaugh va nous permettre d'effectuer des simplifications
beaucoup plus rapidement sans avoir à écrire de longues équations.
Tableau de Karnaugh.
C'est un tableau de 2 ; cases, n étant le nombre de variables.
Sur les lignes et colonnes, on place l'état des variables d'entrée codées en binaire réfléchi
(code Gray)
Dans chacune des cases, on place l'état de la sortie pour les combinaisons d'entrée
correspondante.
Exemple : Dans l'exemple ci-contre, le nombre de variable est de 4
Puisque le Tableau contient 24 = 16 cases.

Simplification d'équations à partir du tableau de Karnaugh


La méthode consiste à mettre en évidence, par un procédé graphique, tous les termes d'une
fonction logique qui ne diffèrent que par l'état d'une seule variable (termes dits adjacents). Si
une fonction logique dépend de N variables d'entrée, on aura
2N produits possibles (principe de la table de vérité).
Pour cela on réalise des groupements de cases adjacentes. Ces
groupements de cases doivent être de taille maximale (nombre
de cases max.) et égale à un multiple de 2".

Remarque :
Une ou plusieurs cases peuvent être communes à plusieurs groupements
Pour extraire l’équation de la fonction logique, on ne retient que les fonctions dont l’état ne
change pas à l’intérieur d’un groupement et on effectue la somme logique (ou logique) de
toutes les expressions trouvées.
Le regroupement de 6 cases est impossible.

Résolution d’un problème


Pour résoudre un problème il faut :

 Poser le problème correctement en envisageant tous les cas possibles, ce qui revient
généralement à mettre l’énoncé sous la forme d’une table de vérité en faisant
apparaître toutes les variables indépendantes d’entrées. L’énoncé peut ne pas préciser
l’état de sortie pour certaines combinaisons des variables, en raison des impossibilités
technologiques par exemples.
 Etablir le tableau de karnaugh correspondant. Certaines cases peuvent ne pas
correspondre ni à l’état 1, ni à l’état 0 de la grandeur de sortie.

Formatrice : Imane BOUROUS


TDI1C, TRI1A, TRI1B
2010/2011

 Lire la fonction à partir du tableau


 Etablir le schéma

Formatrice : Imane BOUROUS

Vous aimerez peut-être aussi