Vous êtes sur la page 1sur 55

(O.

Granier)

Le champ magnétique
La loi de Biot et Savart

Olivier GRANIER
I – Présentation du champ magnétique

1 - Introduction :
L’électrostatique est l’étude des interactions entre particules chargées
immobiles.
La magnétostatique est l’étude des interactions entre particules chargées
en mouvement (en régime indépendant du temps).

Certains corps aimantés (comme la magnétite, Fe3O4) attire le fer.


L’acier, par frottement contre un aimant naturel, acquiert des propriétés
équivalentes.
Des conducteurs parcourus par des courants sont également sources de
champs magnétiques.

Olivier GRANIER
Les interactions électriques et magnétiques
sont étroitement liées (exemple :
phénomène d’induction).
Elles représentent deux aspects différents
d’une seule propriété de la matière : sa
charge électrique.
Le magnétisme est une manifestation des
charges électriques en mouvement.

(Ci-contre : lignes du champ magnétique


créé par un barreau aimanté)

Olivier GRANIER
Lignes de champ magnétique, pôle nord, pôle sud :

Olivier GRANIER
Champ magnétique terrestre :
Il ressemble à celui d’un barreau
aimanté incliné.
Une aiguille de boussole s’aligne
dans la direction du champ,
approximativement vers le pôle nord
géographique, qui n’est pas très loin
du pôle magnétique sud de la Terre.
Ce champ s’étend jusqu’à des
milliers de kilomètres dans l’espace
et possède la symétrie de révolution
autour de l’axe du barreau aimanté
fictif.

Olivier GRANIER
Dipôles magnétiques :

N S Les fragments d’un barreau aimanté


ont toujours deux pôles (un pôle
nord et un pôle sud).
Un aimant se comporte comme s’il
N S N S était composé de petites unités
bipolaires, appelées dipôles
magnétiques.

N S N S N S N S
Il n’existe pas de monopôles
magnétiques (équivalents des
charges électriques ponctuelles).
N S

N S

Olivier GRANIER
N N

S S

Olivier GRANIER
2 – Définition du champ magnétique :
On considère une particule ponctuelle q placée au point M. Au voisinage
d’un aimant ou d’un conducteur parcouru par un courant, elle est soumise à
la force magnétique :
r r r
f =qv∧B
Cette force permet de définir le champ B (par l’intermédiaire de la charge
test q, de la même manière qu’en électrostatique).

Unités du champ magnétique :


Dans le SI : le Tesla (T)
Le Gauss : 1 G = 10 −4 T
Olivier GRANIER
Olivier GRANIER
II – Les sources du champ magnétique

Le but de ce chapitre est d’étudier les champs magnétiques créés par


des conducteurs parcourus par des courants.
Ces courants peuvent être volumiques, surfaciques ou linéiques.
1 – Répartition volumique de courant :
On considère un ensemble de particules de charge q, de densité
particulaire n et ayant un mouvement d’ensemble à la vitesse v.
On notera dans la suite :
ρ m = nq
la densité de charges mobiles (exprimée en C.m – 3).
Comment définir l’intensité qui traverse une surface dS quelconque ?

Olivier GRANIER
La quantité de charges électriques
r dq qui traverse la surface
r v élémentaire dS pendant l’intervalle
v de temps dt est :
θ r
M (q) dq = n dτ q
n
Soit :

dS dq = nq v cos θ dS dt
r Or :
v dt rr
v cos θ dS = v .n dS dt
D’où :
Volume dτ = (vdt )(dS ) cos θ r r
dq = (nqv ).n dS dt

Olivier GRANIER
r
j L’intensité électrique di qui traverse la surface
dS est ainsi :
θ r dq r r
n di = = (nqv ).n dS
dt
On voit que l’intensité s’interprète comme étant
dS le flux du vecteur :
r r r
j = nq v = ρ m v
à travers la surface dS orientée. Le vecteur j est appelé vecteur densité
volumique de courant électrique.
A travers une surface « finie » (S), on écrira (flux total du vecteur j à
travers la surface totale S) :
rr
i= ∫∫(S )
j .n dS
Olivier GRANIER
Flux de j et conservation de la charge :
r
n r On considère un volume V délimité par une
j surface fermée S (fixe dans le référentiel
d’étude).
Soit ρm la densité volumique de charges
dS ρm
mobiles dans le milieu. La charge totale
Q(t) comprise dans le volume à l’instant t
Volume V vaut :

Q (t ) = ∫∫∫
(V )
ρ m ( M , t ) dτ

La conservation de la charge électrique permet d’écrire :

dQ(t )
= −i (t ) à travers S
dt
Olivier GRANIER
Par conséquent :

d   rr

dt  ∫∫∫ (V )
ρ m ( M , t ) dτ  = −
 ∫∫ (S )
j .n dS

Le volume V étant fixe :

d   ∂ρ m ( M , t )

dt  ∫∫∫(V )
ρ m ( M , t ) dτ  =
 ∫∫∫ (V ) ∂t

Finalement, le principe de conservation de la charge conduit à :

∂ρ m ( M , t ) rr
∫∫∫ (V ) ∂t
dτ = − ∫∫
(S )
j .n dS

Olivier GRANIER
Exemple 1 : (cylindre infini parcouru par un courant volumique)
z
∞r On choisit un vecteur densité de
r courant dirigé selon (Oz), à
j = j (r ) u z symétrie cylindrique (la norme de j
z ne dépend que la distance r à l’axe
(Oz)).
r dS
M Par exemple :
r r r r
O j = j ( r ) u z = j0 u z
y R
θ L’intensité à travers dS est alors :

di = j (r )dS = j (r ) rdr dθ
x R 2π
∞ Et : i= ∫
0 ∫
j (r )rdr dθ
0
Olivier GRANIER
z
∞r Soit :
r
j = j (r ) u z R r2 2πR 2
z i = 2π ∫
0 R
j0 dr =
3
j0
r dS
M Si le vecteur j avait été constant
O (et égal à j0), alors l’intensité à
travers une section quelconque du
y cylindre aurait été :
θ
i = πR 2 j0
x

∞ Olivier GRANIER
Exemple 2 : (Boule chargée en rotation)
Une sphère de rayon R porte une charge Q uniformément répartie en volume
(avec une densité notée ρ). Elle tourne autour de l’un de ses diamètres à la
vitesse angulaire ω constante dans le référentiel du laboratoire.

z
Vecteur densité de courant :
r r 3Q
r < R j=ρv (ρ = 3
)
M 4πR
O r r r
uϕ Avec v = rω sin θ uϕ , il vient :
r r
j = ρ rω sin θ uϕ
r
ω
Olivier GRANIER
2 – Répartition surfacique de courant :
Lorsque la distribution de courants se trouve confinée sur une épaisseur
très faible (par rapport aux deux autres dimensions d’espace), on pourra
utiliser une modélisation surfacique.

modélisation volumique modélisation surfacique

ρm r r r r σm
n j n js
dS
h

dl dl
r r r r
j = ρmv j = σ mv
rr rr r r
di = j .n dS = j .n h dl di = j s .n dl
Olivier GRANIER
3 – Répartition linéique de courant :
Les conducteurs de faible section sont assimilés à des fils.
Le courant « linéique » est alors simplement le courant parcouru par le
fil.

Circuit
filiforme Le courant électrique dépend a
priori du temps et du point M.

i(M 1 , t )
M2

M1

i(M 2 , t )

Olivier GRANIER
III – La loi de Biot et Savart
Cette loi a été énoncée en 1820 par les physiciens Biot et Savart.
Ces physiciens ont notamment déterminé les champs magnétiques créés
par les deux circuits suivants :
∞ ∞
r r
B1 ( A) B2 ( A) a
A a A

a
a a
∞ ∞
I I
µ I 2  µ0 I  π 
B1 ( A) = 0 1 + B2 ( A) = 1 + 
2πa  2  2πa  4 
Olivier GRANIER
1 – Énoncé de la loi de Biot et Savart :
On considère un circuit filiforme fermé (C) parcouru par un courant
d’intensité I constante. r
r B (M )
dB P (M )

r
(C) dl M
I
P r
u P→M
r r r r
r µ 0 Id l ∧ u P → M r µ0 Id l ∧ u P → M
dBP ( M ) =
4π PM 2
B( M ) =
4π ∫(C ) PM 2

µ 0 : perméabilité du vide ( µ 0 = 4π 10 −7 SI , ε 0 µ 0 c 2 = 1)
Olivier GRANIER
2 – Un 1er exemple de calcul de champ : conducteur rectiligne
On considère un segment AB considéré comme un tronçon d’un circuit
filiforme parcouru par un courantr d’intensité constante I. Le champ
élémentaire créé par l’élément d l (centré en P) au point M est :
z r r
I r µ 0 Id l ∧ u PM r
B
dBP ( M ) = 2
= dBP ( M )uθ
r 4π PM
dl r r r
P r
u P→M
u PM = cos ϕ u r − sin ϕ u z
r r r r r
Id l ∧ u PM = Idz u z ∧ u PM = I cos ϕ dz uθ
r
A uz r
ϕ uθ µ 0 I cos ϕ
I O
r
ur r M dBP ( M ) = 2
dz
4π PM
Olivier GRANIER
z On choisit l’angle ϕ comme variable d’intégration :
I
B r r
r cos ϕ = donc PM =
dl PM cos ϕ
P r
u P→M z rdϕ
tan ϕ = ; z = r tan ϕ et dz =
r r cos 2 ϕ
r B (M )
A uz
ϕ µ0 cos 2 ϕ rdϕ
r dBP ( M ) = I cos ϕ
I O ur r
M 4π r 2 cos 2 ϕ

µ0 I 1
Soit : dBP ( M ) = cos ϕ dϕ
4π r

Olivier GRANIER
z
I µ0 I 1
B
dBP ( M ) = cos ϕ dϕ
4π r
Par intégration :

µ0 I 1 ϕB

A
ϕΒ r
B (M )
B( M ) =
4π r ∫ϕ A
cos ϕ dϕ
ϕΑ
r µ0 I 1
I O ur r
M B( M ) = (sin ϕ B − sin ϕ A )
4π r

Remarque : ce résultat permet de calculer le champ magnétique créé


par des circuits polygonaux.

Olivier GRANIER
Cas du fil infini :
On a alors : π π
ϕA → − et ϕB → +
2 2 Par conséquent :
∞ µ0 I 1
B( M ) =
2π r
Lignes de champ
r µ0 I 1 r
B( M ) = uθ
2π r
r
B : petit bonhomme
d’Ampère

∞ Olivier GRANIER
3 – Propriétés de symétrie du champ magnétique :
On considère une répartition volumique de courants assimilables à des fils
infinis collés les uns aux autres.

Conducteur
Cette répartition de courants possède un
Π+) : aux points P et PS,
plan de symétrie (Π
existent les mêmes éléments de courants
PS
r
P
Id l.
r r
Id l Id l
Π+)

Olivier GRANIER
r
dBPS ( M S )
M
r MS
dBP (M ) P PS
r r
u P→M u PS → M S r
SymΠ + (dBP ( M ))
Π+)

M est un point quelconque de l’espace et MS son symétrique par rapport au
Π+) : M S = symΠ + (M )
plan (Π
r r r r
r µ Id l ∧ u P → M r µ 0 Id l ∧ u PS → M S
dBP ( M ) = 0 ; dBPS ( M S ) =
4π PM 2 4π PS M S 2

Olivier GRANIER
r
B( M S )
M
r MS
B(M ) P PS
r r
u P→M u PS → M S r
SymΠ + ( B ( M ))
r r
Avec : PM = PS M S ; u PS → M S = SymΠ + (u P → M )

Et en utilisant les propriétés du produit vectoriel, on montre que : :


r r
dBPS ( M S ) = − SymΠ + (dBP ( M ))
r r
Par intégration, on déduit : B( M S ) = − SymΠ + ( B( M ))
Olivier GRANIER
Π+), M et MS sont
Si M appartient au plan (Π
confondus.
Par conséquent :
P PS r r r
r r B ( M ) = − SymΠ + ( B( M )) soit B ( M ) ⊥ (Π + )
Id l Id l
+
r
M ∈ (Π ) ⇒ B ( M ) ⊥ (Π + )
M r
B(M )
« C’est le contraire du champ
Plan de électrostatique ! »
symétrie Π+

Olivier GRANIER
On considère une répartition volumique de courants assimilables à des fils
infinis collés les uns aux autres.

Cette répartition de courants possède un


Π-) : aux points P et
plan d’anti-symétrie (Π
Conducteur
PS, existent des éléments de courants de
sens opposés.

P PS On montre alors que, pour M S = symΠ − (M ) :


r r
Id l − Id l r r
B( M S ) = SymΠ − ( B( M ))

Π− )

Olivier GRANIER
Π-), M et MS sont
Si M appartient au plan (Π
confondus.
Par conséquent :
P PS r r r
r r B ( M ) = SymΠ − ( B( M )) soit B ( M ) ⊥ (Π − )
Id l Id l
r −
r
B(M ) M ∈ (Π ) ⇒ B ( M ) ∈ (Π − )
M

« C’est le contraire du champ


Plan de électrostatique ! »
symétrie Π-

Olivier GRANIER
IV – Calculs classiques de champs magnétiques
1 – Spire circulaire :
z Une spire circulaire (C) de rayon R
r est parcourue par un courant
B(z ) constant d’intensité I.
M(z) On souhaite calculer le champ
magnétique en un point M situé sur
l’axe (Oz) de la spire.
A R O B
Étude des symétries :
y
r Tous les plans contenant l’axe (Oz)
B (− z ) sont des plans d’anti-symétrie, par
x M(-z) conséquent :
r r
B( z ) = B( z ) u z
Le plan (Oxy) est un
r plan de r symétrie pour la répartition de courants,
par conséquent : B( − z ) = B( z )
Olivier GRANIER
Lignes de champ dans le
plan (Oyz)
(1 bobine)

Les lignes de champ sont des


lignes fermées.
Les lignes de champ ne
divergent pas à partir de leurs
A B
sources (les courants) mais
tourbillonnent autour de
celles-ci.
La règle de la main droite
donne l’orientation des lignes
de champ.
Animation Java
Olivier GRANIER
Lignes de champ dans le
plan (Oyz)
(2 bobines)

Animation Java

Olivier GRANIER
Lignes de champ dans le
plan (Oyz)
(4 bobines)

Animation Java

Olivier GRANIER
Calcul du champ sur l’axe : Le champ élémentaire créé par l’élément
r
z r de longueur d l au point P vaut :
dBP (M ) r r
r µ0 Id l ∧ u P → M
r dB P ( M ) = 2
B (z ) 4π PM
M(z) r
z dBP (M )
r
α M(z) uα
O y
r
u P→M r
dl α
P
x

r r
Figure dans le plan u P→M dl
méridien (OPM)
O P
Olivier GRANIER
r r
Les vecteurs d l et u P→M sont
z r perpendiculaires
r et le champ élémentaire
dBP (M ) est porté par uα :
r r
B (z ) µ 0 Id l r
dB P ( M ) = 2

M(z) 4π PM
En projection sur l’axe (Oz) :
α y
O
r µ 0 Id l r r
u P→M r dB P , z ( M ) = 2
u α .u z
dl 4π PM
P
x
µ 0 Id l π  µ 0 Id l
dB P , z ( M ) = 2
cos  − α = 2
sin α
4π PM 2  4π PM

Olivier GRANIER
Soit, en intégrant sur le périmètre de la spire (avec PM = cste) :

µ 0 I ( 2π R )
B(M ) = 2
sin α
4π PM
R
Avec sin α = , il vient :
PM
r µ0I 3 r
B(M ) = sin α u z
2R
R
Ou encore, avec sin α = :
2 2
R +z

r µ0I R3 r
B(M ) = uz
2R R 2 + z 2 ( )3/ 2

Olivier GRANIER
µ0I
Le champ au centre de la spire est : B ( O ) =
2R
La courbe suivante trace l’allure de :

B(M)/B(O)
B(M ) R3 1
= =
B (O ) (
R2 + z2 )3/2
(1 + u )
2 3/ 2

z
( Avec u = )
R

u
Olivier GRANIER
2 – Bobines de Helmholtz :

Face z R
Nord Deux spires identiques, de
rayons R et d’axe (Oz) sont
distantes de R.
I r Elles sont parcourues, dans le
B même sens, par le même courant
O R d’intensité I.
y

I
x Animation Java
Face Sud

Olivier GRANIER
Lignes de champ :

Animation Java

Les lignes de champ sont fermées et tourbillonnent autour des sources.


Entre les deux spires, les lignes de champ sont parallèles.
Olivier GRANIER
Valeur algébrique du champ magnétique le long de l’axe des bobines de
Helmholtz :

Les bobines de
Helmholtz produisent
un champ quasi-
uniforme dans la
région intérieure du
dispositif.

u=z/a
Olivier GRANIER
Animation Java

Olivier GRANIER
Animation Java

Olivier GRANIER
3 – Solénoïde fini et infini (à section circulaire) :
Un solénoïde est un circuit constitué de spires jointives enroulées sur un
cylindre dont la section est ici supposée circulaire.
On note L sa longueur, R le rayon de sa section circulaire et N le nombre
total de spires.
L

I I

M z

N spires

On calcule le champ en un point M quelconque de l’axe (Oz) (intérieur ou


extérieur au solénoïde).
Olivier GRANIER
Tout plan contenant l’axe (Oz) est un plan d’anti-symétrie. Par conséquent :
r r
B( M ) = B( M ) u z
La spire centrée sur O’ crée au point M le champ : :

r µ0I 3 r
BO ' ( M ) = sin α u z
2R

I I
α
z
M (z = 0) O’

dz Olivier GRANIER
Dans l’élément de longueur dz, il y a (N/L)dz spires. Le champ créé par
l’élément dz du solénoïde est ainsi :
r N  µ0I 3 r µ 0 nI 3 r
d B ( M ) =  dz  sin α u z = sin α dz u z
 L  2R 2R
Où n = N/L est le nombre de spires par unité de longueur.

I I
α

M (z = 0) O’ z

dz
Olivier GRANIER
On choisit α comme variable d’intégration :
R R
z = MO ' ; tan α = ; z = R cot an α ; dz = − 2

z sin α
r µ 0 nI r
dB ( M ) = − sin α d α u z
2

I α1 α I
α2

M (z = 0) O’ z

dz
Olivier GRANIER
En intégrant entre les valeurs extrêmes α1 et α2 :
r µ 0 nI α 2 r
B(M ) = −
2 α1 ∫ sin α d α u z

r µ nI r
B ( M ) = 0 (cos α 2 − cos α 1 ) u z
2

I α1 α I
α2

M (z = 0) O’ z

dz
Olivier GRANIER
Pour un solénoïde infini (à section circulaire) :

α1 → π et α2 → 0
r r
B ( M ) = µ 0 nI u z (Champ uniforme)

I α1 α I
α2

M (z = 0) O’ z

dz
Olivier GRANIER
Animation Java

Olivier GRANIER
Animation Java

Olivier GRANIER
Animation Java

Olivier GRANIER
Animation Java

Olivier GRANIER
4 – Disque de Rowland :
On note O le centre du disque (de rayon a), initialement chargé
uniformément en surface avec une densité surfacique σ. Le disque
tourne autour de l’axe (Oz) perpendiculaire au plan du disque, à la
vitesse angulaire constante ω.
z r r
ω = ω uz Déterminer le champ magnétique
B(P) créé par le disque en un
P (z) point P(z) de l’axe (Oz).

Boussole r
uz
Solution (pdf)
O
a
σ

Olivier GRANIER

Vous aimerez peut-être aussi