Vous êtes sur la page 1sur 16

Université Aboubekr Belkaïd – Tlemcen

Faculté de Technologie
Département de génie civil

TRAVAUX PRATIQUES
MATERIAUX DE CONSTRUCTION 2
- L3 -

Programme expérimental :

TP1 : Les granulats : Los Angeles


TP2 : Le dosage de saturation des adjuvants
TP3 : Le sable : Equivalent de sable, Masse volumique
TP4 : Le béton : formulation et caractérisation
TP5 : Le béton : caractérisation à l’état durci.

Elaboré par :

TALEB Omar
BELAIDI Amina
BRIXI Abderrahim
KARA SLIMANE Faïza

Année Universitaire 2016 - 2017


TP Matériaux de construction 2

TRAVAUX PRATIQUES
MATERIAUX DE CONSTRUCTION 2

La lecture du cahier de TP est obligatoire avant de se présenter à la séance.


En raison de l’utilisation de produits salissants, la blouse en coton est obligatoire
ainsi que les chaussures de sécurité.

Avant de quitter la salle de TP, chaque groupe devra nettoyer soigneusement son
poste de travail (matériel utilisé et paillasse). Un état des lieux et du matériel est
réalisé en fin de séance. N’oubliez pas que l’utilisation d’un matériel non entretenu
peut être une source d’erreurs dans les mesures.

Afin de maintenir le laboratoire et le matériel dans un état correct de fonctionnement,


suivez les consignes données par l’enseignant (e).

Toute casse de matériel devra être immédiatement signalée et sera sanctionnée.

Il est formellement interdit de vider du ciment, du sable, du mortier, du béton... dans


les éviers. Des poubelles sont à votre disposition.

Toute absence non justifiée sera accompagnée d’une note 0.0 pour la séance
manquée.

A la fin du semestre, chaque groupe de travail rendra un document intitulé « Cahier


de TP MDC2 ». Ce cahier devra être la synthèse des résultats et des observations
que vous aurez obtenues lors des différentes séances. Tout rapport rendu en retard
sera sanctionné par des points en moins (5 points en moins par jour de retard).

L’essentiel de votre travail devra y figurer. Ce document de synthèse comportera


obligatoirement une introduction, un corps (compte rendu de manipulations, analyse
des résultats obtenus...) et une conclusion.

La date limite de remise du document de synthèse sera fixée ultérieurement.

1. PRENEZ SOIN DU MATERIEL ET DES LOCAUX

2. TRAVAILLEZ AVEC RIGUEUR ET APPLICATION


2
TP Matériaux de construction 2

TP N°1 : ESSAI LOS ANGELES


OBJECTIF :
Déterminer la résistance des graviers à la fragmentation par choc.

MATERIELS :
- Banc d’essai du Los Angeles : composée d’un cylindre
et d’un moteur
- Boulets d’acier

MODE OPERATOIRE :
L'essai Los Angeles est utilisé pour déterminer la résistance à la fragmentation d'un échantillon de
granulat (chocs de boulets et frottements réciproques de la machine).
Un échantillon de fraction 16/25 et de masse sèche à 5000 g ± 5 g (M0) est placé dans un
tambour contenant des boulets d’acier normalisés.

Classes granulaires Nombre de boulets


4/6,3 mm 7
6,3/10 mm 9
10/14 mm 11
10/25 mm 11
16/31,5 mm 12
25/50 mm (1000 rotations) 12

Au cours de l’essai, le tambour effectue 500 tours à une vitesse de rotation comprise entre 31 et
33 tours/min.
La friction des granulats entre eux et des granulats contre les boulets et les parois du tambour
provoque leur dégradation plus ou moins accrue.
L’échantillon est ensuite retiré est lavé au dessus d’un tamis avec des mailles de 1,6 mm. On pèse
le refus après séchage (M1).
Le coefficient Los Angeles (LA) est un pourcentage en masse du rapport des éléments passant au
tamis de 1.6 mm séchés après lavage et la masse sèche initiale des granulats intacts.
M − M

L = 100 ∙
M

Plus LA est élevé, moins le matériau est dur.

Coefficient LOS ANGELES Appréciation


< 15 Très bon à bon
15 à 25 Bon à moyen
25 à 40 Moyen à faible
> 40 Médiocre

TRAVAIL DEMANDE :
- Déterminer le coefficient LA pour des graviers 16/25.
- Commenter les résultats
3
TP Matériaux de construction 2

TP N° 2 : DETERMINATION DU DOSAGE DE SATURATION

OBJECTIF :

Déterminer le dosage de saturation des adjuvants à travers des essais d’affaissement et


d’étalement au mini-cône.

MATERIEL :
- Mini - cône
- Balance
- Becher 250 ml
- Spatule
- Eprouvette graduée 100 ml.

MODE OPERATOIRE :

- Peser 200 g de ciment.


- Peser la quantité appropriée d’eau dans un bécher de 250 ml (E/C = 0,4).
- Peser la quantité de superplastifiant (SUPERFLOW 2000 R) et l’ajouter à la
quantité d’eau précédente.
- Mélanger à la main le ciment et l’eau avec une spatule pendant une minute.
- Placer la plaque de plexiglas sur laquelle l’essai sera fait sur une table et vérifier
qu’elle est bien au niveau.
- Placer le cône au centre de cette plaque et, après 15 secondes de malaxage à la
main pour homogénéiser la pâte remplir le mini-cône avec cette pâte.
- donner 10 coups sur la partie supérieure du mini-cône avant de le soulever
rapidement de telle sorte que la pâte se répande sur la plaque de plexiglas.
- mesurer le diamètre de la pâte sur deux directions perpendiculaires et calculer la
valeur moyenne.
- remettre la pâte dans le bécher, remélanger pendant 5 secondes, puis recouvrir le
bécher d’une feuille de plastique.
- Refaire l’essai avec la même pâte après 10 minutes.
- Nettoyer la plaque de plexiglas et le mini-cône avec de l’eau et les sécher pour
pouvoir procéder à l’essai suivant.

Les dosages de l’adjuvant sont :


0% ; 0,5% ; 1% ; 1,2% , 1,4% et 1,6%.

TRAVAIL DEMANDE :
- Déterminer l’étalement pour chaque dosage en superplastifiant.
- Déterminer le dosage de saturation.
4
TP Matériaux de construction 2

TP N°3 : DETERMINATION DE L’EQUIVALENT DE SABLE


& DE LA MASSE VOLUMIQUE ABSOLUE DU SABLE

OBJECTIF :

Mesurer la propreté du sable en déterminant le pourcentage d’éléments fins contenus


dans le sable (NF P18-598).
Déterminer la masse volumique absolue du sable.
MATERIEL :

Matériel spécifique pour l’essai d’équivalent de sable


- Tamis de 5 mm et fond.
- Eprouvettes en plexiglas avec deux traits repères.
- Entonnoir pour introduction du sable
- Réglette et piston taré
- Réservoir de solution lavante(1)
- Tube laveur métallique plongean.
- Machine d’agitation
- Chronomètre
- Piston taré à masse coulissante de 1 kg

Matériel spécifique pour la détermination de la masse volumique absolue


- Pycnomètre.

Matériel commun
- balance avec une précision de 0,1 g

MODE OPERATOIRE :
1) Equivalent de sable
• Le sable est tamisé à 5 mm.
• Remplir les éprouvettes avec la solution lavante jusqu’au premier trait.
• Verser 120 g de sable sec en veillant à éliminer les bulles d’air. Laisser reposer 10
min.
• Boucher les éprouvettes et les agiter avec la machine d’agitation (90 allers et
retours en 30 secondes (effectués de manière automatique par la machine).
• Laver et remplir les éprouvettes avec le tube laveur. Pour cela, rincer le bouchon au
dessus de l’éprouvette, faire descendre le tube laveur en le faisant tourner entre les
doigts : on lave ainsi les parois intérieurs de l’éprouvette. Laver le sable en faisant
descendre et remonter lentement le tube laveur dans la masse du sable pour faire
remonter les particules fines dans la solution supérieure.
• Sortir le tube laveur lorsque le niveau du liquide atteint le trait supérieur. Laisser
reposer pendant 20 minutes en évitant toute vibration.
• Mesurer à vue les hauteurs h1 et h2 (pour déterminer ESV).
1
La solution lavante utilisée permet de séparer les éléments fins argileux. Celle-ci est préparée à partir d’une solution
concentrée dont la composition est la suivante :
• 111 g de chlorure de calcium anhydre,
• 480 g de glycérine à 99% de glycérol,
• 12 à 13 g de solution aqueuse à 40% en volume de formaldéhyde.
3
La solution concentrée est stockée en doses de 125 cm dans des flacons en polyéthylène. La solution lavante, utilisée
5

3
dans l’essai s’obtient en diluant une dose de 125 cm de solution concentrée dans 5 litres d’eau déminéralisée.
TP Matériaux de construction 2

• Faire descendre lentement le piston taré dans le


liquide à travers le floculat jusqu’à ce qu’il se
mobilise au contact du sable. Le manchon prend
appui sur le bord supérieur de l’éprouvette.
Mesurer h’2.


ESV = 100 
 ESV ESP

ESP = 100


ESP Nature et qualité du sable


ESP < 60 Sable argileux : Risque de retrait ou de gonflement
A rejeter pour des bétons de qualité
60 ≤ ESP < 70 Sable légèrement argileux de propreté admissible pour béton de qualité
70 ≤ ESP ≤ 80 Sable propre : Convenant Parfaitement pour les bétons de haute qualité.
ESP > 80 Sable très propre : l'absence presque totale de fines argileuses risque d'entraîner
un défaut de plasticité du béton.

2) Masse volumique absolue


• La masse volumique absolue d’un échantillon de sable est défini comme le rapport
de la masse sèche, (MS), par le volume occupé par la matière solide, VS.
• Le volume occupé par la matière solide est déterminé par le déplacement d’un
volume équivalent d’eau en utilisant le densimètre de la façon suivante :
• Remplir d’eau le densimètre jusqu’à une graduation repérée et peser pour
déterminer la masse totale pycnomètre + eau (MD+E), en s’assurant que la surface
extérieure du pycnomètre est correctement essuyée.
• Vider une grande partie de l’eau du pycnomètre et introduire doucement la masse
MS (300 g) de sable sec en s’assurant de sa dispersion complète dans l’eau.
• Rincer les parois internes du pycnomètre pour faire descendre les grains restant
accrochés et compléter avec de l’eau jusqu’à la graduation repérée en éliminant les
éventuelles bulles d’air.
• Peser à nouveau pour déterminer la nouvelle masse totale (MD+E+S) en s’assurant
que la surface extérieure du pycnomètre est correctement essuyée.
• La masse de l’eau chassée (Me)par le corps est :
Me = (MS+MD+E) – (MD+E+S)
• A la température ambiante, la densité de l’eau étant égale à 1, la masse Me est
égale à son volume Vabs.
• La masse spécifique de l’échantillon est :

ρ =  


TRAVAIL DEMANDE
Mesurer l’équivalent de sable.
Déterminer la masse volumique absolue du sable.
Commenter les résultats obtenus.
6
TP Matériaux de construction 2

TP N°3 : FORMULATION ET CARACTERISATION


D’UN BETON ORDINAIRE (TRADITIONNEL)

OBJECTIF :

Fabriquer un béton répondant aux exigences requises d’ouvrabilité et de résistance


mécanique :
- classe de consistance S4 (NF EN 206 -1)
- résistance à la compression à 28 jours fc28 = 35 MPa.
MATERIEL :
- Balance,
- Matériel de manutention et de nettoyage
(brouette, bacs, pelles, truelles, brosses, chiffons..),
- Bétonnière,
- Cône d’Abrams et une tige de piquage.
- 3 moules cylindriques ∅ 16 x 32 cm,
- 1 moule prismatique 10x10x40 cm,
- Table Vibrante (pour la mise en place du béton),
- Huile de démoulage et pinceaux,
- Aéromètre

MODE OPERATOIRE
Composition du béton :
La formulation du béton a été déterminée par la méthode de Dreux – Gorisse. La
composition pour 1 m3 de béton est :
- Ciment CEM II/A 42.5 : 350 kg
- Sable : 820 kg
- Gravier 4/8 : 153 kg
- Gravier 8/16 : 414 kg
- Gravier 16/25 : 472 kg
- Eau : 200 litres
- Adjuvant : TEK SUPERFLOW 2000 R : 1,2% (de la masse du ciment)
Malaxage et confection des éprouvettes :
Cette opération permet le mélange des différents constituants. Les matériaux (ciment,
sable, gravillons et eau) sont pesés et placés près du malaxeur. Le remplissage du
malaxeur se fait dans l’ordre suivant : graviers – ciment - sable.
- malaxage à sec pendant 1 minute
- introduction du 1/3 de la quantité d’eau puis malaxage pendant 30 secondes.
- introduction du 2/3 de la quantité d’eau avec l’adjuvant puis malaxage pendant 3
minutes.
La mise en place des éprouvettes se fait par piquage (ou une légère vibration). Les
moules sont remplis en trois couches.

TRAVAIL DEMANDE
• Calculer les différentes quantités de matériaux nécessaires pour la confection de 25
litres de béton (trois éprouvettes cylindriques ∅16x32 cm et une éprouvette
prismatique 10x10x40 cm).
• Caractériser l’ouvrabilité du béton avec le cône d’Abrams.
7
TP Matériaux de construction 2

o Humidifier le matériel, puis fixer le cône sur sa base. Remplir le cône en 3


couches (en remplissant chaque fois 1/3 de la hauteur du cône). Chaque
couche subit un piquage de 25 coups avec la tige.
o Démouler le moule avec précaution et soulever le cône verticalement (en 3 à
5 secondes).
o Mesurer l’affaissement.

Mesurer l’air occlus du béton frais.


frais
o La mise en oeuvre du béton frais pour la mesure du
volume d’air occlus à l’aide de l’aéromètre est
effectuée conformément aux prescriptions de la norme
NF EN 12350-7 7 (NA 1946), il consiste à comprimer le
mélange étudié et à mesurer la variation de volume
résultant de l’application d’une pression déterminée.
o Si l’affaissement A du béton est ≥ 10 :
 Introduire le béton dans la cuve en 3 couches de même volume.
 Piquage par 25 coups pour chaque couche (à l’aide de la tige de piquage).
 Suite au piquage de chaque couche, tapoter de 10 à 15 coups secs, avec un
maillet, la cuve de manière à combler les trous de la tige.
o Si l'affaissement A du béton est ≤ 9 :
 Introduire le béton dans la cuve.
 Placer la cuve sur la table vibrante
vibrante et vibrer pendant 15 secondes en
complétant la quantité de béton.
 Araser la surface supérieure à l'aide d'une règle biseautée, avec un
mouvement de sciage.
 Nettoyer les bords de la cuve.
o Adapter et fixer la partie supérieure de l'aéromètre.
o Le robinet de purge d'air étant ouvert, remplir d'eau la partie supérieure de
l'appareil. Ajuster le niveau à 0 en ouvrant le robinet inférieur.
o Tous les orifices étant fermés, appliquer la pression de 0,1 MPa. Lire directement le
pourcentage d'air.
o Décomprimer par ouverture
o du robinet supérieur.
o Réajuster le niveau d'eau s'il y a lieu, et répéter 2 fois la mesure sur le même
échantillon.
o Le pourcentage d'air occlus est la moyenne arithmétique des lectures effectuées
8
TP Matériaux de construction 2

• Déterminer la masse volumique du béton à l’état frais.


• Confectionner les trois éprouvettes cylindriques ∅16x32 cm et une éprouvette
prismatique 10x10x40 cm.
• Comparer les caractéristiques du béton frais avec les exigences requises
(affaissement, masse volumique du béton frais…).
• Déterminer la résistance en compression du béton à 28 jours en utilisant la formule
de Bolomey :
C
R  = G ∙ F" ∙ # − 0,5*
E + V&'

En considérant : G = 0,5 (granulats de qualité courante)


FCE = 48 MPa
• Après 24 heures, procéder au démoulage et conserver les éprouvettes dans l’eau à
température ambiante.

9
TP Matériaux de construction 2

TP N°5 : CARACTERISATION DES BETONS


A L’ETAT DURCI
PARTIE 1 : ESSAIS NON DESTRUCTIFS

OBJECTIF
- Estimer la résistance du béton à l’état durci par des essais non destructifs.
MATERIEL
- balance,
- matériel de nettoyage (brosses, chiffons..),
- Scléromètre
- Ultrason
MODE OPERATOIRE
1. Scléromètre :
Le scléromètre est un appareil qui mesure
la " dureté au choc " du béton au voisinage
de la surface (Indice sclérométrique). Cet
indice, reporté sur un abaque, permet de
déduire la résistance à la compression du
béton testé.
Le scléromètre comporte sur sa face
cylindrique :
• Une règle de mesure avec index.
• Un bouton poussoir à l’opposé de
la règle de mesure.
• Un abaque permettant le calcul de
la résistance du béton à partir de
l’indice sclérométrique.
 Libérer la sonde sclérométrique en
pressant dessus
 Placer la sonde à l’endroit de la mesure
 Presser l’appareil jusqu’à
déclanchement de la projection de la
masselotte.
 Presser le bouton poussoir.
 Tout en maintenant le bouton poussoir enfoncé, relâcher la pression exercée sur la
sonde (La sonde reste bloquée et on peut relâcher le bouton poussoir).
Lors du relâchement, la masselotte rebondit depuis la tête, toujours en contact avec la
surface du béton et la distance qu’elle parcourt, exprimée en pourcentage de l’extension
initiale du ressort est appelée l’indice de rebondissement. Cet indice est indiqué par un
curseur qui se déplace le long d’une règle graduée.

Les mesures doivent être effectuées sur des surfaces nettes ne présentant pas :
10

• de nids de gravier,
TP Matériaux de construction 2

• des écaillages,
• de texture grossière,
• de porosité élevée ou des armatures affleurantes.
La préparation de la surface consiste à éliminer tout enduit ou peinture adhérant ou
poncer si cette surface est constituée d’une couche superficielle friable. Toute trace d’eau
sur la surface doit être essuyée.

Il convient de ne pas effectuer l’essai à moins de 3 à 4 cm des bords de l’élément


testé.

Il est nécessaire de faire une série de 27 mesures sur chaque zone d'essai.

Pour une surface :

Pour une éprouvette :

La lecture :
La lecture de l’indice sclérométrique reportée sur l'abaque, qui tient compte de la position
de l'appareil, donne les valeurs de la résistance à la compression du béton.
-45°
11
TP Matériaux de construction 2

2. Essai d’auscultation dynamique :

Le principe de la méthode consiste à mesurer le temps mis par une onde à parcourir une
distance donnée, déterminer la vitesse de sa propagation et évaluer la résistance à partir
de cette vitesse.

La vitesse est le rapport entre la distance séparant les transducteurs (émetteur et


récepteur) et le temps de propagation de l’onde.
d
V=
t

Vitesse Qualité du béton


2500 m/s ≤ V < 3200 m/s béton de faible résistance
3200 m/s ≤ V < 3700 m/s béton de moyenne résistance
3700 m/s ≤ V < 4200 m/s béton à haute résistance
V ≥ 4200 m/s béton à très haute résistance

Le module d'élasticité sépara dynamique peut être déterminé par l'équation :


V  ρ.1 + ν/.1 − 2ν/
E- =
.1 − ν/

ρ : masse volumique du béton [Kg/m3]


12

Où :
TP Matériaux de construction 2

ν : coefficient de Poisson du béton (on prend 0,2)


(0,15 pour un béton da haute résistance et 0,3 pour un béton de faible résistance) ;
V : vitesse du son [km/s]
Ed : module d’élasticité dynamique, exprimé en MPa.
Pour les bétons courants, on admet que la résistance et le module d’élasticité
dynamique sont liés par la relation:
Fc = 1,67 exp."-/
9/

TRAVAIL DEMANDE

Déterminer la résistance d’une éprouvette de béton en utilisant le scléromètre et l’ultrason.


Commenter les résultats.

13
TP Matériaux de construction 2

TP N°5 : CARACTERISATION DES BETONS


A L’ETAT DURCI
PARTIE 2 : ESSAIS DESTRUCTIFS

OBJECTIF
Déterminer la résistance à la compression des éprouvettes de béton de forme cylindrique
(16x32) cm (EN 12390-3).
Déterminer la résistance en flexion des éprouvettes de béton de forme prismatique
(10x10x40) cm (NF EN 12390-5)

MATERIEL
- balance,
- matériel de nettoyage (brosses, chiffons..),
- Presse mécanique
- Didactique

MODE OPERATOIRE
1. Essai de Compression
• Surfacer les éprouvettes
• Essuyer toute humidité excessive de la surface de l'éprouvette avant de la
positionner dans la machine d'essai (Tous les plateaux de la machine d'essai
doivent être essuyés et toutes particules ou corps étrangers retirés des surfaces de
l'éprouvette qui seront en contact avec eux).
• Positionner les éprouvettes cylindriques de façon que le chargement s'effectue
perpendiculairement au sens de coulage.
• Centrer l'éprouvette sur le plateau inférieur
• Sélectionner une vitesse constante de chargement dans la plage 0,2 MPa/s à
1,0MPa/s (en moyenne 0,5 MPa/s).
• Appliquer la charge sans choc et l'accroître de façon continue à la vitesse constante
sélectionnée jusqu'à la rupture de l'éprouvette.

• La charge maximale (F) et la contrainte de compression (fc) obtenues doit être


enregistrée.
• Nettoyer les abords de la presse à la fin de la manipulation.

F
fc =
S
Avec
F : Charge de rupture (MN)
S : La section (m2).
fc : la contrainte de compression (MPa).
14
TP Matériaux de construction 2

Mode de rupture :

2. Essai de flexion :
Cet essai permet de déterminer la résistance en flexion des éprouvettes de béton durci. Il
s’applique uniquement aux éprouvettes prismatiques.

La charge doit être appliquée de manière continue et sans choc avec une vitesse
constante dans la plage 0,04 MPa/s à 0,06 MPa/s.

La résistance en flexion est donnée par l’équation suivante :


F. l
f;< =
d
∙ d
Avec :

fcf : est la résistance en flexion, en mégapascals (newtons par millimètre carré)


F : est la charge maximale, en newtons ;
l : est l’écartement entre les rouleaux d’appui, en millimètres ;
d1 et d2 sont les dimensions latérales de l’éprouvette, en millimètres ;
15
TP Matériaux de construction 2

TRAVAIL DEMANDE :
Déterminer la résistance à la compression du béton.
Evaluer le type de rupture.
Comparer les résultats obtenus avec ceux des essais non destructifs.
Déterminer la résistance à flexion du béton.
Commenter les résultats.

16