Vous êtes sur la page 1sur 9

TIPE

Synthèse et Optimisation d’un bioplastique à partir


d’amidon et de PLA
I Préambule
Il s’agit d’évaluer la faisabilité et l’intérêt de la compatibilisation du TPS (thermoplastic
starch, amidon thermoplastique) et du PLA (polylactic acid), acide polylactique) dans le cadre
du développement durable.

II Introduction
Nous souhaitons synthétiser le glycérol sans utiliser de produits pétroliers. Nous tentons
de l’isoler après sa formation par saponification. Le TPS est synthétisé sans extrudeuse puis
avec. Dans le premier cas, il est synthétisé à l’aide d’un chauffage à reflux et un passage
prolongé à l’étuve. Nous réalisons un mélange TPS-PLA sans utiliser de compatibilisant à l’aide
d’une extrudeuse. Nous déterminons les grandeurs mécaniques usuelles du PLA et du mélange
TPS-PLA.

III Corps principal


III.1. Modalités d’action
Nous isolons grossièrement l’amidon (figure 1) présent dans la pomme de terre
(photographie 1). De l’eau est versée sur l’amidon recouvert par du diiode. Une coloration bleu
nuit apparaît (photographie 2). La présence d’amidon est donc confirmée6.

Figure 1- Amylopectine (à gauche) et amylose (à droite) : constituants de l’amidon

Photographie 2- Mise en évidence de


Photographie 1- Amidon l’amidon
Le glycérol (figure 2) est préparé par chauffage à reflux pendant 20 minutes d’un
mélange de 90 mL d’huile de tournesol, 180 mL d’éthanol et 1,5 g d’hydroxyde de sodium
solide. Il s’agit d’une saponification (figure 3). Nous tentons ensuite d’isoler le glycérol.

Figure 2- Glycérol

Figure 3 – Saponification du trilinoléate de glycérol, triglycéride majoritaire dans l’huile de


tournesol

5,0 g d’APTS sont introduits. Un lavage est effectué. Le savon précipité est éliminé par
filtration. Le liquide est désormais beaucoup plus limpide. Après cette étape, nous disposons
approximativement d’un mélange {huile, glycérol, éthanol}. De l’huile est encore présente ; la
couleur jaune du mélange l’atteste. Nous tentons de séparer le glycérol de l’éthanol et de l’huile
par les deux méthodes ci-dessous.

Nous essayons de réaliser cette opération à l’aide d’un montage de Dean-Stark


(photographie 3). Nous obtenons uniquement un résidu blanc dans le ballon.

Photographie 3- Montage de
Dean-Stark
Une distillation sous pression réduite est par ailleurs effectuée (photographie 4). Une
ou plusieurs espèces carbonisent alors que deux produits de distillation ont été recueillis.

Photographie 4- Montage de distillation


fractionnée sous pression réduite

Le protocole pour synthétiser le TPS sans extrudeuse est le suivant.

- Chauffer à reflux pendant 15 minutes, en agitant régulièrement, un mélange de 25,0 g


d’amidon de maïs, 30 mL d’acide chlorhydrique à 0,1 mol. L-1, 200 mL d’eau et 10 mL
de glycérol7. Le pourcentage en plastifiant est de 50 %.
- Ajouter 30 mL de solution d’hydroxyde de sodium à 1 mol. L-1.7
- Verser le mélange dans des boîtes de pétri en plastique. L’épaisseur initiale du liquide
est fixée à 0,7 cm.
- Faire sécher à l’étuve à 93 °C pendant 4h30 puis à l’air libre pendant quelques jours

Le protocole pour synthétiser le TPS à l’aide d’une extrudeuse est le suivant8. Nous
utilisons une extrudeuse bivis corotative (photographies 5 et 6). Le pourcentage en plastifiant
du mélange amidon-glycérol est de 46 %.

Photographie 6- Extrudeuse
Photographie 5 - Extrudeuse
ouverte
L’amidon et le glycérol sont mélangés dans un bécher manuellement. La durée de passage
dans l’extrudeuse est de 5,00 minutes. Les vis au-dessus de l’extrudeuse sont serrées une fois
le mélange introduit. Lorsque les pressions mesurées par deux capteurs et le moment du moteur
(photographie 7) sont constants, le mélange est homogène.

Photographie 7- Panneau de
contrôle de l’extrudeuse

Le TPS est coupé en morceaux de 0,5 cm de large. Le PLA est présenté sur la figure 4. Le
mélange TPS-PLA est réalisé dans des proportions 50-50 (photographie 8)8. La durée de
passage dans l’extrudeuse est de 5,00 minutes. Sans avoir recours à un compatibilisant, on
obtient le mélange TPS-PLA.

Photographie 8- PLA sous forme Figure 4 – Acide polylactique


de billes III.2.
Restitution des résultats
Nous présentons le TPS fabriqué sans extrudeuse sur les photographies 9, 10 et 11.
Les propriétés mécaniques sont meilleures pour un contenant en plastique plutôt qu’en verre.
Photographie 9- TPS passé à l’étuve dans une
boite de pétri en plastique. Les durées de passage
à l’étuve sont indiquées sur les boîtes.
Les morceaux de
plastique sont de plus en plus gros à mesure que le temps de cuisson augmente. Le plastique

ayant passé 4h30min à l’étuve est d’un seul tenant, soit un disque de 9,5 cm de diamètre et de

Photographie 10 – TPS passé à l’étuve dans une Photographie 11 – TPS passé à l’étuve dans
boite de pétri en verre (1). Les durées de passage une boîte de pétri en verre (2). Les durées de
à l’étuve sont indiquées sur les boîtes. passage à l’étuve sont indiquées sur les boîtes.
(40 ± 12) µm d’épaisseur.

Le TPS synthétisé à l’aide de l’extrudeuse et le mélange TPS-PLA sont respectivement


présentés sur les photographies 12 et 13.

Photographie 12- TPS sortant de Photographie 13- TPS-PLA


l’extrudeuse synthétisé à l’aide de l’extrudeuse
Nous expliquons ci-après comment nous obtenons un ordre de grandeur des propriétés
mécaniques du PLA et du mélange TPS-PLA8. Une presse hydraulique (photographie 14)
permet d’obtenir des films. Le PLA puis le mélange TPS-PLA sont disposés entre deux feuilles
de Téflon® (photographie 15). L’ensemble est placé entre deux plaques, portées à 175°C, sous
une pression de 200 bars pendant une minute.

Photographie 14- Presse


Photographie 15- Téflon®
hydraulique

Les éprouvettes en forme d’haltère sont obtenues à l’aide de la machine visible sur la
photographie 16.

Une machine de Photographie 16- Emporte-pièce traction (photographie


17) mesure le module permettant de fabriquer les d’Young, la contrainte
maximale et éprouvettes en forme d’haltères l’allongement à la
rupture. Les extrémités de l’éprouvette sont
serrées manuellement entre deux étaux (photographie 18). Les résultats des mesures sont
présentés sur le tableau 1.
Photographie 17- Machine de
Photographie 18- Gros plan sur la
traction
machine de traction

Tableau 1 – Mesures du module d’Young, de la


contrainte maximale et de l’allongement à la rupture
d’éprouvettes de PLA, du mélange TPS-PLA et de TPS
provenant d’amidon de maïs ou de pomme de terre

III.3. Analyse – Exploitation – Discussion


Le module d’Young et la contraint maximale sont nettement meilleurs pour le PLA que
pour le mélange TPS-PLA. Ces grandeurs sont pour ce dernier nettement meilleures que pour
le TPS. Néanmoins, le TPS coûte 2,50 €/kg contre 5,00€/kg pour le PLA7. Pour des applications
ne nécessitant pas de résistance à la rupture particulière, comme des sacs de course, le mélange
TPS-PLA est préférable au PLA.

IV Conclusion générale
Il est difficile d’obtenir du glycérol pur lorsque celui-ci est obtenu par saponification. Pour la
synthèse du TPS sans extrudeuse, un contenant en plastique est largement préférable à un
contenant en verre. Dans une perspective industrielle, la synthèse du TPS à l’aide d’une
extrudeuse est préférable à la méthode sans extrudeuse. Le PLA a de meilleures propriétés
mécaniques que le mélange TPS-PLA. Cependant, pour beaucoup d’applications, le mélange
TPS-PLA est plus intéressant que le PLA.

V Références bibliographiques et contacts


[1] Schwach Emanuelle: Etude de systèmes multiphasésbiodégradables à base d'amidon de
blé

plastifié relations structure-propriétés approché de la compatibilisation: Thèse de doctorat :

chimie des matériaux. Reims : université de Reims, 2004, 266 p.

[2] Monnet Damien : Etude de l'évolution des propriétés mécaniques de matériaux amylacés
par

sélection et/ou modifications structurales dirigées : Thèse de doctorat : chimie. Reims :


université

de Reims, 2008, 182 p.

[3] Teyssandier Fabien : Formulation et morphologie de mélanges de polymères


thermoplastiques

à base d'amidon : Thèse de doctorat : matériaux polymères et composites. Lyon : institut


national

des sciences appliquées de Lyon, 2011, 214 p.

[4] Dutkiewicz S., Grochowska-Lapienis D., Tomaszewski W. : Synthesisof Poly(L(+) Lactic

Acid) by PolycondensationMethod in Solution : Institute of Chemical FIbres, 2003

[5] SavioliLopes M., Jardini A., MacielFilho R. : Synthesis and characterizations of poly
(lactic

acid) by ring-opening polymerization for biomedical applications : Chemical Engineering

Transactions, 38, 331-336 DOI : 10.3303/CET1438056, 2014


[6] Meunier Arnaud : Le projet méhari [en ligne]. Disponible sur :http://arnaud.meunier.chez-
alice.fr/im/glo/traction.gif(consultée le 25/5/17)

[7] Antoine ROUILLY, maître de conférences, INRA et ENSIACET, 24 mars 2016

[8] Haroutioun ASKANIAN, enseignant, Sigma Clermont Pôle Matériaux Hautes


Performances, 12 janvier 2017