Vous êtes sur la page 1sur 100

Octobre—2019 HS N°10

our 5O O
p é r os
num
NOUVEAU MASTER HAUTE DÉFINITION
Pour la toute première fois en HD

En edition
®
Steelbook r
Collecto

Bonus Exclusif de 52 min


La Nuit des juges : 9 hommes en colère par le journaliste Philippe Guedj
RETROUVEZ NOS ÉDITIONS COLLECTORS STEELBOOK®
sur notre site www.latelierdimages.fr
UX
NOUVEA
AVEC DE D ,
SH
MASTER ILLÉS,
ISUE LS RETRAVA
DES V LU SIFS
US E X C
DES BON D ITIONS
ES É
POUR D
TION !
D’EXCEP

ANP JUGE.indd 1 17/09/2019 11:01


ÉDITO
ILLUSTRATION DE COUVERTURE ÉMILIEN GUILLON
Pour joindre la rédaction composer le 01 70 39 53
suivi du n° de poste de votre correspondant

LES 500 FILMS DE


GAËL GOLHEN Rédacteur en chef (90) – ggolhen@premiere.fr
THIERRY CHEZE Rédacteur en chef magazine – tcheze@premiere.fr
CHRISTELLE DEVESA Rédactrice en chef adjointe (Internet) (95) – cdevesa@premiere.fr
CHRISTOPHE NARBONNE Chef de rubrique (84) – cnarbonne@premiere.fr
FRÉDÉRIC FOUBERT Rédacteur (News) (89) – ffoubert@premiere.fr
SYLVESTRE PICARD Rédacteur (Vidéo) (94) – spicard@premiere.fr

PREMIERE
THOMAS BAUREZ Rédacteur – tbaurez@premiere.fr
SOPHIE BENAMON Rédactrice – sbenamon@premiere.fr
ÉLODIE BARDINET Rédactrice (87) – ebardinet@premiere.fr
NICOLAS BELLET Chef de rubrique (92) – nbellet@premiere.fr
FRANCOIS LÉGER Rédacteur – fleger@premiere.fr
CHARLES MARTIN Rédacteur – cmartin@premiere.fr
ÉDOUARD OROZCO Social media editor (83) – eorozco@premiere.fr

COLLABORATIONS
DIRECTEUR ARTISTIQUE : ÉMILIEN GUILLON
RÉDACTRICE GRAPHISTE : VIRGINIE GERVAIS

P
PHOTO : VIRGINIE GERVAIS (86) – vgervais@premiere.fr
1ERE SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : ESTELLE RUET (88) – eruet@premiere.fr
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : ISABELLE CALMETS
TEXTES : JOANNA MUTTON, FRANÇOIS RIEUX

SITE INTERNET
DAVID CAPELLE : Digital manager
our son centième numéro, en juillet 1985, la rédac-
DIRECTION, ÉDITION tion du magazine avait listé «  les 100 films de
REGINALD DE GUILLEBON : Directeur de la publication
LAURENT COTILLON : Directeur exécutif
FRÉDÉRIC TEXIER : Responsable financier
Première ». 100 films pour 100 numéros, tous dé-
CATHERINE LEBORGNE : Comptable fendus et aimés dans nos colonnes. Ça allait d’Affreux, sales
FABRICATION
CREATOPRINT - ISABELLE DUBUC – 06 71 72 43 16
SUPPLÉANTE : Sandrine Bourgeois
et méchants à Raging Bull en passant par Alien, Brazil,
MARKETING Dossier 51 ou Tchao Pantin. Une certitude : la cinéphilie de
PAULINE PARNIÈRE : Directrice marketing – 01 70 36 09 98
pauline.parniere@lefilmfrancais.com Première était éclectique et avait une sacrée gueule. Trente-
ADELINE KUYTEN : Chef de projet junior – 01 70 36 09 99
PUBLICITÉ quatre ans plus tard, on a eu envie de refaire une liste. Pas
MEDIAOBS – 44 rue Notre-Dame des Victoires – 75002 Paris - Tél : 01.44.88.97.70
– Fax : 01.44.88.97.79 – mail pnom@mediaobs.com. Pour joindre par téléphone votre de 100 films, mais de 500, histoire de fêter dignement notre
correspondant, composez le 01 44 88 suivi des 4 chiffres entre parenthèses
DIRECTRICE GÉNÉRALE : Corinne Rougé (93 70)
DIRECTRICE COMMERCIALE : Sandrine Kirchthaler (89 22)
numéro 500 (toujours disponible en kiosque). Des films qui
DIRECTEUR DE PUBLICITÉ : Arnaud Depoisier (97 52)
DIRECTEUR DE PUBLICITÉ : Romain Provost (89 27)
raconteraient à la fois l’histoire du cinéma de 1976 à 2019,
CHEF DE PUBLICITÉ DIGITAL : Tony M’hamed (97 79)
STUDIO : Brune Provost (89 13) mais dessineraient aussi le portrait du magazine. Les films
COMMANDE ANCIENS NUMÉROS
Tél. : 03 88 66 28 63
aimés, défendus, mais aussi ceux qu’on a ratés ou snobés
ABONNEMENT et qui des années plus tard font partie de notre culture et
Tarif standard 1 an France métropolitaine : 49,99 € pour 11 parutions
Tarif avec Hors-séries 1 an France métropolitaine : 64,99 € pour 11 parutions du numéro régulier
+ 3 hors-séries. Tarifs autres destinations sur demande auprès du service abonnements.
définissent ce journal. Ce fut l’occasion de se replonger dans
SERVICE ABONNEMENTS : les archives, de faire (parfois) amende honorable ou de voir
Gérez vos abonnements, abonnez-vous, réabonnez-vous ou posez vos questions :
Par internet : www.premiere.fr (rubrique « Abonnez-vous ») qu’on ne s’était pas forcément trompés. L’occasion aussi de
Par téléphone : 03 88 66 28 63 (France) – (00 33) 3 88 66 28 63 (étranger)
Ouvert du lundi au jeudi de 9 h à 12 h et de 13 h à 18 h, le vendredi de 9h à 12h et de 13h à 16h.
Par email : premiere@abopress.fr
constater qu’on a su prendre le pouls des époques : on a vu
Par courrier : Première abonnements – 19, rue de l’Industrie – BP 90053 -
67402 ILLKIRCH CEDEX
émerger le cinéma asiatique, on a su accompagner le grand
Abonnements Suisse : 1 an (11n°) : 68 CHF. EDIGROUP – Rue Peillonnex 39 – cinéma populaire des années 80, comme le grand cinéma
1225 Chêne-Bourg
Tél. : 022 860 84 01 abonne@edigroup.ch américain des années 90. Dont acte.
Abonnements Belgique : 1 an (11N°) : 60 €. EDIGROUP – Bastion Tower Étage 20 –
Pl. du Champs de Mars 5 – 1050 Bruxelles. Tél. : 070/ 233 304 – www.edigroup.be –
abonne@edigroup.be
Une précision d’importance : comme tous les cinéphiles, on
Abonnements Canada : EXPRESS MAG, 8275 Avenue Marco Polo, Montréal,
QC H1E 7K1, Canada adore les classements. En 1985, la rédaction avait choisi un
Tél. : (514) 355-3333 ou (1) 800 363-1310 (français) ; (1) 877 363-1310 (anglais).
Fax : (514) 355-3332. Prix : 1 an 59,99 $, USA. Prix : 1 an 59,99 $, Canada (TPS et TVQ non classement alphabétique. Mais sur 500 films, ça aurait été
incluses). « Première » ISSN 2553-8039, is published monthly (11 times per year,
except August) by Première SAS, c/o Distribution Grid, 600 Meadowlands Parkway, Unit 14,
Secaucus, NJ 07094 USA Periodicals Postage paid at Secaucus, NJ. Postmaster :
un peu trop monotone. Nous n’avons donc pas hiérarchisé.
Send address changes to “Première”, c/o Express Mag, PO Box 2769,
Plattsburgh, NY, 12901-0239.
Et puis, comment décréter que Mad Max : Fury Road est
VENTE DÉPOSITAIRE meilleur qu’Apocalypse Now ou Fanny et Alexandre? Si on a
ISSN 2553-8039. Tous droits de reproduction textes et photos réservés
pour tous pays sous quelque procédé que ce soit. Commission paritaire :
n° 0923 K 82451. Imprimé en Belgique par Renny-Roto sa, Rue de Rochefort 211,
mis quelques films en avant, c’est parce qu’ils étaient très
5570 Beauraing. Dépôt légal : octobre 2019 – Distribution Presstalis.
signifiants ou qu’ils revenaient sans cesse dans nos conver-
DIFFUSION
PAGURE PRESSE : XAVIER FOUCARD, ÉRIC BOSCHER, VALENTIN MOREAU sations. Mais on a surtout voulu respecter notre histoire,
ADRESSE
105, rue La Fayette, 75010 Paris. rappeler que notre passion du cinéma est ouverte, joue au
IMPRIMÉ PAR ARTIGRAFICHE BOCCIA SPA - SALERNO
Ce magazine est édité par : Première Média SARL,
grand écart et, surtout, reste en construction. Alors, ren-
au capital de 10 000 €, 105, rue La Fayette,
75010 Paris, RCS Paris 820 201 689. dez-vous au prochain anniversaire!
Provenance papier : Italie Verzuolo.
Qualité : Unoweb White Bulk 65 g.
Taux de fibre recyclé : 0%.
Eutrophisation : 0,011 kg/TO de papier. LA RÉDACTION

Octobre 2019 3

P003_PREMIERE_HS10_edito.indd 3 18/09/19 18:23


DANSE AVEC LES LOUPS 72 KRAMER CONTRE KRAMER 26
DARK WATER 48 L.627 47
DE BATTRE MON CŒUR S’EST ARRÊTÉ 21 L’ANNÉE DES MÉDUSES 27
DEAD MAN 45 L’ANNÉE DU DRAGON 72
FILMS PAGE DES HOMMES ET DES DIEUX
DEUX EN UN
42
11
L’APOLLONIDE
L’ARMÉE DES 12 SINGES
19
63
12 JOURS 69
120 BATTEMENTS PAR MINUTE 52 DIABOLO MENTHE 28 L’AS DES AS 34
3 HOMMES À ABATTRE 37 DIDIER 45 L’ASSASSINAT DE JESSE JAMES... 61
37°2 LE MATIN 87 DIRTY DANCING  14 L’ÉCHELLE DE JACOB 13
4 MOIS, 3 SEMAINES, 2 JOURS 6 DISTRICT 9 74 L’ÉCHINE DU DIABLE 46
40 ANS, TOUJOURS PUCEAU 31 DO THE RIGHT THING 48 L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE 60
(500) JOURS ENSEMBLE 60 DONNIE DARKO 81 L’ENFER DU DIMANCHE 24
7 H 58 CE SAMEDI-LÀ 71 DOSSIER 51 35 L’ÉTÉ EN PENTE DOUCE 37
9 MOIS FERME 21 DOUBLE IMPACT 18 L’ÉTÉ MEURTRIER 56
À BOUT DE COURSE 7 DOWN BY LAW 61 L’ÉTOFFE DES HÉROS 71
A GHOST STORY 35 DRAGONS (DREAMWORKS) 7 L’EXERCICE DE L'ÉTAT 7
A HISTORY OF VIOLENCE 13 DRIVE 71 L’HOMME DE FER 58
À LA POURSUITE D’OCTOBRE ROUGE 28 EAUX PROFONDES 36 L’ÎLE AUX CHIENS 55
À NOS AMOURS 77 EDWARD AUX MAINS D'ARGENT 82 L’INCONNU DU LAC 6
AFFREUX, SALES ET MÉCHANTS 79 ELECTION 2 24 LA 25E HEURE 74
AGORA 22 ELEPHANT MAN 64 LA BOUM 85
AKIRA 52 ELLE 66 LA CÉRÉMONIE 15
ALADDIN 73 ENTER THE VOID 47 LA CHAMBRE DES OFFICIERS 15
ALIEN, LE 8E PASSAGER 87 ENTRE LES MURS 10 LA CHÈVRE 85
ALL THAT JAZZ 26 ET AU MILIEU COULE UNE RIVIÈRE 46 LA CITÉ DE DIEU 67
AMADEUS 81 ET VOGUE LE NAVIRE 65 LA CITÉ DE LA PEUR 74
AMERICAN BEAUTY 78 ETERNAL SUNSHINE… 84 LA CITÉ DES ENFANTS PERDUS 39
AMERICAN HISTORY X 45 ÊTRE ET AVOIR 21 LA CONFIDENTIAL 20
AMERICAN PSYCHO 43 EVIL DEAD 50 LA COUR DE BABEL 6
APOCALYPSE NOW 98 EXCALIBUR 32 LA DISCRÈTE 30
AQUARIUS 19 EYES WIDE SHUT 58 LA FAMILLE TENNENBAUM 38
ARGO 26 FAME 28 LA FEMME D'À CÔTÉ 83
ARIZONA DREAM 41 FANNY ET ALEXANDRE 79 LA FIÈVRE DU SAMEDI SOIR 13
ARIZONA JUNIOR 40 FANTÔMES CONTRE FANTÔMES 7 LA FOLLE JOURNEE 67
(PETER JACKSON) DE FUERIS BUELLER
ASTÉRIX ET OBÉLIX : MISSION 62
CLÉOPÂTRE FAUTE D'AMOUR 72 LA FORÊT D’ÉMERAUDE 34
AU NOM DU PÈRE 68 FESTEN 46 LA GRANDE AVENTURE LEGO 55
AU REVOIR LES ENFANTS 45 FIGHT CLUB 89 LA GRANDE BELLEZZA 72
AUSTIN POWERS 43 FORREST GUMP 79 LA GUERRE EST DÉCLARÉE 16
AUX FRONTIÈRES DE L’AUBE 38 FOXCATCHER 32 LA HAINE 94
AUX TRAVERS DES OLIVIERS 14 FRANCES HA 22 LA LA LAND 81
AVATAR 67 FRANGINS MALGRE EUX 75 LA LEÇON DE PIANO 85
AVENGERS 73 FRANTIC 71 LA LIGNE VERTE 14
BANDITS, BANDITS 42 FULL METAL JACKET 51 LA LISTE DE SCHINDLER 56
BATMAN : LE DÉFI 75 FUNNY GAMES 53 LA LOI DU MARCHÉ 22
BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN 9 FURYO 35 LA MÉMOIRE DANS LA PEAU 12
BIENVENUE À GATTACA 57 GARDE À VUE 80 LA MÔME 85
BIENVENUE À ZOMBIELAND 26 GEORGIA 35 LA MOUCHE 52
BIRDMAN 70 GET OUT 81 LA NUIT NOUS APPARTIENT 78
BIRDY 55 GHOST IN THE SHELL 18 LA PASSANTE DU SANS-SOUCI 27
BLADE RUNNER 95 GLADIATOR 17 LA PETITE SIRÈNE 20
BLUE VALENTINE 56 GLORIA 26 LA PETITE VOLEUSE 78
BORAT 43 GOLDENEYE 59 LA PORTE DU PARADIS 23
BOUGE PAS MEURS RESSUSCITE 25 GOOD TIMES 28 LA REINE MARGOT 46
BOWLING FOR COLOMBINE 34 GRÂCE À DIEU 76 LA ROSE ET LA FLÈCHE 44
BOYHOOD 38 HAPPINESS THERAPY 11 LA TAUPE 38
BRAVEHEART 20 HARRY POTTER ET LE PRISONNIER… 71 LA TERRASSE 36
BRAZIL 65 HARRY POTTER ET LES RELIQUES… 66 LA VIE D'ADÈLE 76
BREAKFAST CLUB 46 HARRY, UN AMI QUI VOUS VEUT DU BIEN 21 LA VIE DES AUTRES 12
BREAKING THE WAVES 53 HEAT 88 LA VIE EST BELLE 37
BUENA VISTA SOCIAL CLUB 63 HEDWIG AND THE ANGRY INCH 6 LA VIE EST UN LONG FLEUVE 23
HENRY, PORTRAIT OF A SERIAL KILLER 18 TRANQUILLE
BUFFALO 66 42
HIGHLANDER 67 LA VIE ET RIEN D'AUTRE 80
BUFFET FROID 84
HÔTEL DES AMÉRIQUES 80 LA VIE RÊVÉE DES ANGES 7
BURNING 44
I LOVE YOU PHILIP MORRIS 53 LE BOSSU 34
CALME BLANC 28
IDA 24 LE CERCLE DES POÈTES DISPARUS 49
CAMILLE CLAUDEL 69
IL ÉTAIT UNE FOIS EN AMÉRIQUE 96 LE CINQUIÈME ÉLÉMENT 39
CANICULE 31
IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN 57 LE CONVOYEUR 63
CAROL 50
IMPITOYABLE 88 LE CRABE TAMBOUR 16
CASINO 70
INCEPTION 70 LE CRÉATEUR 47
CASINO ROYALE 77
INDEPENDENCE DAY 27 LE DERNIER EMPEREUR 76
CET OBSCUR OBJET DU DÉSIR 15
INDOCHINE 26 LE DERNIER MÉTRO 70
CHICKEN RUN 33
INFERNAL AFFAIRS 16 LE DINER DE CONS 46
CHUNGKING EXPRESS 43
INTOUCHABLES 41 LE DISCOURS D'UN ROI 10
CINEMA PARADISO 68
ITINÉRAIRE D'UN ENFANT GÂTÉ 87 LE FABULEUX DESTIN D’AMÉLIE POULAIN 91
CITY OF LIFE AND DEATH 21
JACKIE BROWN 70 LE FACTEUR SONNE TOUJOURS 2 FOIS 33
CLEAN 24
JEAN DE FLORETTE 83 LE FILS PRÉFÉRÉ 15
CLERKS 14
JERRY MAGUIRE 22 LE FLIC DE BEVERLY HILLS 64
CLOUD ATLAS 49
JOHN RAMBO 34 LE FUGITIF 70
COMMENT JE ME SUIS DISPUTÉ... 48
JOURNAL INTIME 45 LE GÉANT DE FER 61
CONTE D’ÉTÉ 16
JUNO 26 LE GOÛT DES AUTRES 24
COUP DE TÊTE 49
JURASSIC PARK 91 LE GRAND BLEU 68
COUP DE TORCHON 14
JUSQU À LA GARDE 40 LE GRAND EMBOUTEILLAGE 37
COURS, LOLA, COURS 12
KIDS 41 LE HAVRE 6
CYRANO DE BERGERAC 92
KILL BILL VOLUME 1 50 LE JUGE FAYARD DIT LE SHÉRIFF 54
DANGER IMMÉDIAT 66

4 Octobre 2019

P004-005_PREMIEREHS10-INDEX.indd 4 19/09/19 10:29


LE LABYRINTHE DE PAN 81 MINA TANNENBAUM 33 TAKE SHELTER 31
LE MIRACULÉ 14 MISSING 32 TANDEM 39
LE MONDE DE NEMO 25 MISSION : IMPOSSIBLE 45 TAXI TÉHÉRAN 9
LE NOM DE LA ROSE 81 MOMMY 54 TCHAO PANTIN 59
LE PACTE DES LOUPS 74 MON ONCLE D'AMÉRIQUE 34 TERMINATOR 2 84
LE PAS SUSPENDU DE LA CIGOGNE 30 MON ROI 40 TESS 36
LE PATIENT ANGLAIS 16 MON VOISIN TOTORO 88 THE ARTIST 43
LE PÈRE NOËL EST UNE ORDURE 38 MONSTRES ET CIE 18 THE BIG LEBOWSKI 81
LE PÉRIL JEUNE 74 MOONLIGHT 11 THE BIG SHORT 25
LE PETIT CRIMINEL 22 MORSE 50 THE BLUES BROTHERS 80
LE PETIT PRINCE A DIT 40 MORT D'UN POURRI 38 THE CHASER 16
LE PIANISTE 79 MOULIN ROUGE ! 18 THE DARK KNIGHT 79
LE PROJET BLAIR WITCH 11 NE LE DIS À PERSONNE 74 THE IMMIGRANT 31
LE RETOUR 26 NELLY ET MR. ARNAUD 70 THE IMPOSSIBLE 31
LE RETOUR DE MARTIN GUERRE 32 NIKITA 88 THE KILLER 49
LE ROI ET L’OISEAU 53 NO COUNTRY FOR OLD MEN 58 THE MAGDALENE SISTERS 10
LE ROI LION 72 NOCE BLANCHE 25 THE PLAYER 75
LE SCAPHANDRE ET LE PAPILLON 10 NOUS IRONS TOUS AU PARADIS 41 THE QUEEN 50
LE SECRET DE BROKEBACK MOUNTAIN 59 OLD BOY 80 THE ROVER 36
LE SEIGNEUR DES ANNEAUX 85 ON A VOLÉ LA CUISSE DE JUPITER 33 THE THING 82
LE SILENCE DES AGNEAUX 29 ON CONNAÎT LA CHANSON 63 THE TREE OF LIFE 84
LE SONGE DE LA LUMIÈRE 33 OPENING NIGHT 76 THE VAN 10
LE TAMBOUR 54 OSS 117, LE CAIRE NID D’ESPIONS 75 THE WALL 55
LE TOMBEAU DES LUCIOLES 63 OUT OF AFRICA 73 THELMA ET LOUISE 65
LE VENT SE LÈVE (KEN LOACH) 9 PARASITE 75 THERE WILL BE BLOOD 79
LE VENT SE LÈVE (HAYAO MIYAZAKI) 8 PARIS TEXAS 66 TIGRE ET DRAGON 61
LE VOYAGE DE CHIHIRO 89 PERFECT BLUE 18 TIMBUKTU 10
LES AFFRANCHIS 97 PHILADELPHIA 59 TITANIC 88
LES AMANTS DU CERCLE POLAIRE 8 PIÈGE DE CRISTAL 92 TOMBOY  16
LES APPRENTIS 56 PIRATES DES CARAÏBES 27 TONI ERDMANN 6
LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE 89 PLATOON 56 TONNERRE DE FEU 31
LES BEAUX GOSSES 21 POLICE FÉDÉRALE LOS ANGELES 46 TONNERRE SOUS LES TROPIQUES 54
LES BÊTES DU SUD SAUVAGE 21 POLISSE 47 TOOTSIE 57
LES BRONZÉS FONT DU SKI 82 POUR LE PIRE ET POUR LE MEILLEUR 13 TOP GUN 44
LES CHIENS 36 PRESIDENT’S LAST BANG 21 TOTO LE HÉROS  10
LES COPAINS D'ABORD 35 PRESQUE CÉLÈBRE 28 TOUT FEU TOUT FLAMME 56
LES ÉVADÉS 68 PRETTY WOMAN 77 TOUT SUR MA MÈRE 70
LES FILS DE L’HOMME 91 PRINCESS BRIDE 63 TOY STORY 2 88
LES GARDIENS DE LA GALAXIE 24 PRISONERS 64 TRAÎNÉ SUR LE BITUME 26
LES GOONIES 25 PULP FICTION 94 TRAINING DAY 49
LES INCORRUPTIBLES 82 PUPILLE 6 TRAINSPOTTING 20
LES INDESTRUCTIBLES 19 QUAND HARRY RENCONTRE SALLY 48 TROIS COULEURS : BLEU 27
LES LIAISONS DANGEREUSES 69 QUAND J’ÉTAIS CHANTEUR 22 TROIS FEMMES 34
LES LOIS DE L’ATTRACTION 25 QUI VEUT LA PEAU DE ROGER RABBIT  80 TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE 50
LES NUITS FAUVES 22 RAIN MAN 48 TROP BELLE POUR TOI 64
LES PATRIOTES 78 RAMBO 73 TROUBLE EVERY DAY 28
LES RIPOUX 22 RAN 67 TWO LOVERS 91
LES ROIS DU PATIN 14 RENCONTRES DU 3E TYPE 75 UN CŒUR EN HIVER 82
LES SORCIÈRES D'EASTWICK 36 REQUIEM FOR A DREAM 56 UN FAUTEUIL POUR DEUX 66
LES SOUS-DOUÉS 15 RESERVOIR DOGS 9 UN JOUR DANS LA VIE DE BILLY LYNN 50
LES SPÉCIALISTES 34 RETOUR VERS LE FUTUR 86 UN JOUR SANS FIN 77
LES TRIPLETTES DE BELLEVILLE 20 ROBOCOP 76 UN MONDE PARFAIT 45
LES TROIS FRÈRES 22 ROCK 50 UN MONDE SANS PITIÉ 89
LES UNS ET LES AUTRES 60 ROCKY 57 UN POISSON NOMMÉ WANDA 30
LES VESTIGES DU JOUR 74 RUSTY JAMES 44 UN PROPHÈTE 87
LIBERTÉ-OLÉRON 6 S21, LA MACHINE DE MORT KHMÈRE 10 UNDER THE SILVER LAKE 56
LITTLE MISS SUNSHINE 46 ROUGE UNDERGROUND 69
LOST HIGHWAY 83 SANS SOLEIL 34 UNE AFFAIRE DE FAMILLE 7
LOULOU 65 SANS TOIT NI LOI 52 UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE 35
LOVE ACTUALLY 77 SCARFACE 58 UNE SÉPARATION 67
MA PETITE ENTREPRISE 40 SCREAM 16 USS ALABAMA 28
MA SAISON PRÉFÉRÉE 39 SÉRIE NOIRE 83 USUAL SUSPECTS 59
MAD MAX 56 SEVEN 72 VALSE AVEC BACHIR 12
MAD MAX : FURY ROAD 68 SEXE, MENSONGES ET VIDÉO 25 VAN GOGH 70
MADEMOISELLE (PARK CHAN-WOOK) 32 SHAUN OF THE DEAD 40 VICE-VERSA 52
MAGNOLIA 87 SHINING 89 VIOLETTE NOZIÈRE 63
MAMMUTH 10 SHORT CUTS 63 VIRGIN SUICIDES 44
MAN ON THE MOON 54 SHREK 8 VISAGES VILLAGES 33
MANCHESTER BY THE SEA 41 SICARIO 67 VOLTE/FACE 61
MANHATTAN 78 SIDEWAYS 6 VOLVER 66
MARATHON MAN 64 SIXIÈME SENS 79 VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER 85
MARCHE À L OMBRE 53 SONATINE 40 WALL-E 61
MARIUS ET JEANNETTE 21 S.O.S FANTÔMES 52 WATCHMEN 76
MARTYRS 30 SPEED 83 WATERWORLD 28
MARY À TOUT PRIX 19 SPRINGBREAKERS 46 WENDY & LUCY 14
MASTER AND COMMANDER 79 STALKER 14 WHIPLASH 58
MATRIX 93 STAND BY ME 65 WILL HUNTING 40
MAUVAIS SANG 66 STAR WARS : LES DERNIERS JEDI 60 WINTER SLEEP 9
MEMORIES OF MURDER 52 STARSHIP TROOPERS 38 WINTER’S BONE 12
MEN IN BLACK 64 STILL LIFE  9 X-MEN 2 63
MES MEILLEURS COPAINS 54 SUBWAY 53 Y A-T-IL UN PILOTE DANS L’AVION ? 49
MES MEILLEURES AMIES 8 SUNSHINE 65 YI YI 42
MEURTRE MYSTERIEUX À MANHATTAN 39 SUPERGRAVE 61 ZERO DARK THIRTY 73
MIDSOMMAR 40 SUPERMAN 60 ZODIAC 79
MILOU EN MAI 50 SUZANNE 16 ZOMBIE 42

Octobre 2019 5

P004-005_PREMIEREHS10-INDEX.indd 5 19/09/19 10:29


2013
2011 2007
Le Havre 4 mois, 3 semaines, L’Inconnu
D’ALAIN GUIRAUDIE
du lac
D’AKI KAURISMÄKI 2 jours DE CRISTIAN MUNGIU « Un thriller donc, oui, mais drôle, au
Trois personnages en déshérence. « La claque Mungiu ». C’était le titre soleil et les couilles à l’air. » Dans la
Avec sa ligne claire caractéristique, de notre première interview avec ce critique 3 étoiles, il est aussi question
Aki Kaurismäki signait là un conte cinéaste roumain palmé d’or. Cinéma « d’un extraordinaire travail sur la

© SPITNIK OY / MOBRA FILMS / LES FILMS DU WORSO / FOX SEARCHLIGHT / NEWLINE CINEMA / KOMPLIZEN FILM / PYRAMIDE / WHYNOT PROD.
de fées social à la Chaplin, repeignant coup de poing, en flux tendu, yeux lumière, exclusivement naturelle »,
le port de la Manche d’un sentiment grands ouverts devant l’horreur et le qui donne lieu à des « crépuscules à
d’intranquillité ouatée. Du Tati destin des enfants du totalitarisme : vous brouiller la vue. » Un très bel
moderne, un Ozu du Grand Nord. u GG on ne s’en est toujours pas remis. u GG inconnu, en somme. u TB

2005 2018 2001


Sideways Pupille Hedwig and the
D’ALEXANDER PAYNE
« Mes films ne coûtent pas très cher
DE JEANNE HERRY
Cette plongée dans le monde de
Angry Inch
donc n’ont pas besoin de rapporter l’adoption d’une intensité émotionnelle DE JOHN CAMERON MITCHELL
beaucoup », déclare Alexander Payne inouïe remettait sous les feux des Le Rocky Horror Picture show trouve
dans Première, conquis par son road- projecteurs une renversante Élodie un digne héritier avec ce portrait
movie arrosé et désenchanté qui, tout Bouchez, qui avouait dans Première survitaminé d’un rocker transsexuel.
en cumulant les prix (Golden Globe de qu’après avoir disparu des radars L’adaptation d’une comédie musicale
la meilleure comédie, Oscar du pendant dix ans, elle avait douté de off Broadway par son auteur qui lance
scénario) cartonne en salles. u TC renouer avec les premiers rôles. u TC sa carrière. u TC

2001
2016
Liberté-Oléron
2014 DE BRUNO PODALYDÈS
Toni Erdmann Alors qu’on avait adoré Dieu
DE MAREN ADE La Cour de Babel seul me voit, la rédac de
l’époque s’ennuie ferme
Dimanche 22 mai 2016, Cannes. La DE JULIE BERTUCCELLI
devant Liberté-Oléron, à
presse entière, Première en tête, César du premier film dix ans plus tôt l’instar de son héros qui
attend Toni Erdmann au palmarès du avec Depuis qu’Otar est parti, Julie achète un bateau en
plus grand festival du monde. Las ! Bertuccelli alterne depuis avec vacances pour vaincre
Le jury consensuel de George Miller bonheur fictions et docus, comme cette l’emmerdement. Et s’il
boude totalement ce portrait mal plongée au cœur d’une classe d’accueil s’agissait en fait de la pépite
embouché et réjouissant de working d’un collège parisien dont Première cachée de la filmo des
girl dépressive. u CN salue « la beauté » majuscule. u TC Podalydès ? u SP

6 Octobre 2019

P006-009_PREMIEREHS10-500-476.indd 6 18/09/19 17:00


1988 2011
2018
À bout de course L’Exercice de l’État
DE SIDNEY LUMET DE PIERRE SCHOELLER Une affaire de famille
« Un sujet effleuré. Une mise en scène Triomphe à Cannes et succès public : DE HIROKAZU KORE-EDA
académique. » Par respect, on ne 600 000 spectateurs s’engouffraient Une Palme d’or, un film du mois et une
donnera pas les noms. Certains films, dans les arcanes du pouvoir en interview fleuve. Kore-Eda était sur nos
les très bons, détachés du contexte suivant un ministre (Gourmet) qui radars depuis le début. Mais ce film-là, son
de leurs sorties qui peut aveugler, s’effondre. Schoeller signait un film meilleur, merveille de précision et
résistent. « Try to make the intelligent, incarné, très écrit. Et la d’émotion chorale, on ne pouvait pas le
difference ! » dit à la toute fin le père à faillite d’Un peuple et son roi n’entame louper. Fabuleux, disait-on. Fabuleux,
son fils (le regretté River Phoenix). u TB pas notre volonté de voir la suite. u GG assurément. u GG

1997
Fantômes contre
fantômes DE PETER JACKSON
Peter Jackson ne pensait pas encore
à Tolkien lorsqu’il tentait d’envahir les
USA avec ce grand film fou (en 1997,
on lui proposait déjà de remaker King
Kong). Le flop du film a tout changé.
Et il est parti pour la Terre du Millieu.
Adieu les monstres. u SP

2010
1998 Dragons DE DEAN DEBLOIS
& CHRIS SANDERS
La Vie rêvée des anges D’ERICK ZONCA En 2010, DreamWorks déploie ses
ailes pour s’envoler direction
©DIAPHANA / LORIMAR FILMS / FILMS DU FLEUVE / UNIVERSAL / DREAMWORKS

Un double prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes en Beurk, une ville de Vikings bien
1998 a révélé au monde deux jeunes actrices à fleur de peau, Élodie bourrins harcelés par de
Bouchez et Natacha Régnier. La première a vaincu les réticences du bourru gros lézards attachants.
Jean-Jacques Bernard qui la décrira comme « une môme aux cheveux noirs qui L’amitié improbable entre
n’a fait de moi qu’une “bouchez” ». La seconde s’est peu dévoilée, à l’image de Harold et
son personnage, la sauvage Marie. Le réalisateur, lui, s’est confié sur l’ambiance Crocmou
orageuse du plateau, en particulier ses colères contre les comédiennes : « J’ai enchante
été dur avec Natacha, mais elle a de la résistance. » Sa réputation de Pialat bis le public
dès sa sortie :
le suivra. En tout cas, sur le thème assez rebattu de l’errance des jeunes femmes,
atterrissage
ce premier film d’Erick Zonca, petit cousin de Sans toit, ni loi d’Agnès Varda réussi. u JM
« vous chope pour ne plus vous lâcher », écrivait Première. Le réalisateur a
peiné à concrétiser cet élan initial avec d’autres films. Dommage.
u SOPHIE BENAMON

Octobre 2019 7

P006-009_PREMIEREHS10-500-476.indd 7 18/09/19 14:42


2004
Shrek 2 D’ANDREW ADAMSON, KELLY ASBURY & CONRAD VERNON
En 2001, le succès du premier Shrek avait démontré le héros va devoir reconquérir sa « laide », est même le film du
la capacité de DreamWorks Animation à rivaliser mois de juin 2004. Trash au possible, avec sa galerie de per-
avec Pixar, l’éternel rival. Trois ans plus tard, la suite fai- sonnages marginaux (un personnage transgenre suscita la po-
sait encore mieux en pulvérisant le score du premier – 920 M$ lémique, autre époque...), misant tout sur le décalage potache
de recettes mondiales contre 485, c’est toujours le record du et la parodie, Shrek 2 est emblématique de la première vague
studio. Le saut n’est alors pas seulement quantitatif, il est aussi des films d’animation DreamWorks, soucieux d’aller chercher
qualitatif : visuellement, Shrek 2 n’a rien à envier au Monde de un public plus mature et masculin que celui de Pixar tout en
Nemo, sorti un mois plus tôt – quand Fourmiz ou Shrek pâtis- développant des franchises lucratives ; suivront notamment les
saient encore un peu de la comparaison avec leurs contempo- sagas Madagascar et Kung Fu Panda. Si l’ambitieux Dragons
rains 1001 Pattes et Monstres & Cie. Première, qui avait un (2010) ouvre une nouvelle voie pour le studio, la franchise
peu fait la fine bouche devant Shrek (un 2-étoiles poli...), s’en- Shrek (quatre films auxquels il faut ajouter le spin off Le Chat
thousiasme cette fois carrément devant les exploits de l’ogre Potté), largement en tête des bilans de DreamWorks Anima-
vert pétomane, suppléé par un extraordinaire nouveau person- tion, n’en demeure pas moins le fleuron maison.
nage, le Chat Potté. Shrek 2, comédie de remariage dans lequel u CHRISTOPHE NARBONNE

1999 2011 2014


Les Amants du cercle Mes meilleures Le vent se lève
polaire DE JULIO MEDEM amies DE PAUL FEIG
© DREAMWORKS / SOGETEL / SUTIO GHIBLI

DE HAYAO MIYAZAKI
« On dirait du Lelouch réussi », écrivait Dans la famille Apatow, place aux Ce devait être le dernier film d’Hayao
perfidement Première. Hasards et filles. Kristen Wiig imagine cette Miyazaki (son prochain sort en 2020),
coïncidences dominent en effet l’un histoire de demoiselles d’honneur qui et c’était aussi beau que prévu. Une
des plus troublants et méconnus films se foutent sur la gueule et braque le ode à l’art et à la technique, un rêve
d’amour de la fin du XXe siècle. Le box-office tout en décrochant une contre toutes les guerres et tous
chant du cygne de Medem qui n’a nomination à l’Oscar. Émouvant, trash, les drames. Le sommet magnifique
jamais retrouvé cette grâce. u TC drôle. Un sommet inégalé depuis. u TC d’un maître. u SP

8 Octobre 2019

P006-009_PREMIEREHS10-500-476.indd 8 18/09/19 14:42


2006 2007
Le vent se lève Still Life
DE KEN LOACH DE JIA ZHANGKE 2014
L’Irlande, les années 20 et la guerre
civile. Ken Loach signe un grand film
« Sur le fond comme sur la forme,
Still Life témoigne, au détour Winter Sleep DE NURI BILGE CEYLAN
et décroche la Palme d’or du Festival de chaque scène, d’une inspiration En 2014, la sélection du Festival de Cannes avait
de Cannes 2006. Dans nos pages, unique. » La rédaction porte haut fière allure : Foxcatcher, Mommy, The Homesman,
Alain Corneau, Robert Guédiguian, cette nature morte bien vivante Saint Laurent, Timbuktu… Autant de films aimés et
Lucas Belvaux et Emmanuelle Bercot et participe à la consécration d’un défendus par Première qui ne surpassèrent
déclarent leur flamme au cinéaste cinéaste chinois qui a déjà une solide cependant pas Winter Sleep, Palme d’or méritée et
hussard. u SB filmo derrière lui. u TB validée par la rédaction. u CN

1993
Beaucoup de bruit
pour rien
DE KENNETH BRANAGH
Après l’extraordinaire Henri V, Branagh
continue son compagnonnage heureux
avec Shakespeare via cette comédie
qui lui vaut sa première (et unique à
ce jour) sélection en compétition à
Cannes. Avec un casting « à rendre
jaloux Altman », dixit Première. u SB

1992
Reservoir Dogs
DE QUENTIN TARANTINO
2015
« Ne cherchez pas une explication à ce titre énigmatique, il n’y en a pas.
Taxi Téhéran
© SIXTEEN FILMS / SHANGAI FILMS / MEMENTO / DOG EAT

À moins que ces dogs-là soient la bande de chiens enragés qui va s’entre-tuer dans
un des plus impressionnants carnages jamais montrés au cinéma. » Tout de suite, les
DE JAFAR PANAHI
grands mots ! Et puis hop, trois adjectifs qui claquent et qui feront jolis sur l’affiche :
En bon disciple de Kiarostami, la mise
« Prometteur, efficace et éprouvant. » Dans ce numéro spécial US because festival
en scène de Panahi tient du dispositif
américain de Deauville, les chiens de Quentin décrochent la timbale critique du censé interroger la portée du réel sur
DOG / RENAISSANCE FILMS

« film le plus violent de l’année ». Et, de fait, ce premier fait d’armes pisse le sang la fiction. Assigné à résidence en Iran,
par toutes les mailles de la chemise blanche de Mister Orange. C’est toutefois Mister le cinéaste est soutenu, ça n’empêche
White aka Harvey Keitel qui parle et confesse : « Je me sers de ce que je suis pour pas la rédaction de trouver le geste
jouer, du meilleur comme du pire. Le conflit entre le bien et le mal est un mythe qu’il artistique trop peu « artistique »
ne faudra jamais cesser d’exploiter. » Tarantino a bien retenu la leçon. u THOMAS BAUREZ justement. u TB

Octobre 2019 9

P006-009_PREMIEREHS10-500-476.indd 9 18/09/19 14:42


2014 2008 2010
Timbuktu Entre les murs Mammuth DE GUSTAVE
D’ABDERRAHMANE SISSAKO DE LAURENT CANTET KERVERN & BENOÎT DELÉPINE
Choc du Festival de Cannes 2014 La Palme d’or du Festival de Cannes Succès surprise, Mammuth confirmait
et futur multicésarisé, Timbuktu est, 2008, décernée par un jury présidé l’aura grandissante du duo Kervern-
selon Première « une violente fresque par Sean Penn, est le film du mois. Delépine en général, et dans nos
polyphonique sur les exactions Entre les murs de Laurent Cantet, colonnes en particulier. Emmené
djihadistes au Mali ». Son réalisateur d’après et avec François Bégaudeau, par un Gérard Depardieu des grands
révèle dans le magazine les détours c’est « la classe comme si vous y étiez, jours (inoubliable Serge Pilardosse),
et les réflexions qui ont précédé avec cette envie bouillonnante d’en Mammuth est une ode magnifique
sa création. u SB découdre avec le prof ». u SB aux sans-grade. u CN

1991 2011 1996


Toto le héros Le Discours d’un roi The Van
DE JACO VAN DORMAEL DE TOM HOOPER DE STEPHEN FREARS

© INA / TEMPLE FILMS / PATHÉ - RENN PROD. / FOX SEARCHLIGHT / WEINSTEIN COMP. / PROD PHILIPPE DUSSART / NO MONEY PROD. / HAUT ET COURT / FILMS DU WORSO
Immense homme de théâtre, Michel Biopic bouleversant sur l’accession L’interview s’était mal passée (Frears
Bouquet trouvait l’un de ses plus de George VI au trône d’Angleterre, bougon, éteint, ailleurs), la réception
beaux rôles au cinéma chez ce Belge le film avait « tout de l’anecdote pour cannoise avait été sanglante et la
alors débutant : un adulte geeks aimant les têtes couronnées », critique mitigée (« film mineur »).
s’interrogeant sur la vraie nature comme nous l’écrivions. Mais « l’origi- Coincé entre ses projets américains,
de son enfance. « Une Caméra d’or nalité, l’intelligence et l’humour The Van est pourtant une fable
fascinante », écrivait Première. exceptionnellement stimulants du humaniste, drôle et déchirante. Film
On ne changerait pas un mot. u TC scénario » lui ont offert 5 Oscars. u CM mineur ? Vraiment ? u GG

2007 2003 2003


Le Scaphandre The Magdalene S 21, la machine de
et le Papillon Sisters DE PETER MULLAN mort khmère rouge
DE JULIAN SCHNABEL Avec ce portrait d’une institution DE RITHY PANH
Les critiques s’opposent sur ce récit dédiée au « redressement » de filles Avec ce doc mettant face à face
du calvaire d’un homme après une perdues, Peter Mullan s’imposait bourreaux et victimes, on comprenait
attaque cérébrale. « D’une stimulante comme un cinéaste à suivre, un Ken enfin la machine de mort Khmere
inventivité » pour les uns, trop Loach dénué de dogmatisme qui n’a rouge. C’était surtout le début d’une
« pathos » pour les autres. Mais tous malheureusement jamais transformé œuvre essentielle sur la mémoire liée
s’accordent sur le jeu d’Amalric. u SB ce coup de maître. u CN aux crimes du régime de Pol Pot. u GG

10 Octobre 2019

P010-013_PREMIEREHS10-475-454.indd 10 18/09/19 14:57


2017
Moonlight DE BARRY JENKINS
«  Cette odyssée identitaire cernée par la
misère, le crack, les tabous raciaux et sexuels
serait-elle plus puissante si elle était plus âpre,
plus agressive ? Moonlight a choisi la révolution
de velours. » Ainsi s’exprimait Première peu avant
que, dans un imbroglio invraisemblable d’enveloppes,
cette valse à trois temps sur la vie d’un Afro-Américain
gay de Miami tentant de trouver sa place dans le monde
ne décroche l’Oscar du meilleur film. Alors qu’Obama
vient de laisser les clés de la Maison-Blanche à Trump,
Moonlight est un symbole. Un désir de bousculer à
l’écran les représentations traditionnelles des Noirs,
des gays, des pauvres mais sans cri, ni fureur. Deux ans
plus tard, à la sortie de Si Beale Street pouvait parler,
Jenkins persistait et signait, toujours dans nos co-
lonnes : « Ce n’est pas parce qu’on raconte des histoires
dramatiques qu’il faut avoir peur du beau. » Une marque
de fabrique. u THIERRY CHEZE

2004
Deux en un
DE BOBBY & PETER FARRELLY
« Le meilleur film du duo »
s’enthousiasmait la rédaction.
Les aventures de ces deux frères
siamois aux caractères
©HAXAN / TWENTIETH CENTURY FOX / WEINSTEIN COMP. / PLAN B ENT.

diamétralement opposés, dopées par


2013 un grand numéro d’autoparodie de 1999
Cher, le restent encore aujourd’hui
Happiness Therapy malgré leur insuccès public. u TC Le Projet Blair Witch
DE DAVID O. RUSSELL D’EDUÁRDO SANCHEZ & DANIEL MYRICK
C’était il y a six ans. Une éternité. La critique était double à la sortie :
Jennifer Lawrence n’avait pas encore pour ou contre Blair Witch ? Peur ou
d’Oscar sur sa cheminée, personne ne pas peur ? Les héros sont-ils aussi
prenait Bradley Cooper au sérieux… paumés que nous ou de pauvres
Et soudain, les planètes se sont crétins pas fichus de s’orienter en
alignées. Miracle : même Robert forêt ? Dans tous les cas, un game
De Niro avait l’air concerné. u FF changer qui a lancé le found footage. u SP

Octobre 2019 11

P010-013_PREMIEREHS10-475-454.indd 11 18/09/19 14:57


1999
Cours, Lola, cours
DE TOM TYKWER

2007 Techno brouillonne, montage


épileptique, arborescences
narratives, Berlin underground,
La Vie des autres braquage raté et cheveux rouges… Ce
DE FLORIAN HENCKEL VON DONNERSMARCK Polaroid en mouvement cartoonesque
« Un cinéaste à suivre. » C’est par ces mots que nous concluions notre encapsule parfaitement les 90s.
Dommage qu’on soit passé à côté
critique dithyrambique du premier film de Florian Henckel Von Donners-
de ce joujou foldingue à l’époque. u FR
marck, édifiante chronique de la vie dans l’ex-Allemagne de l’Est, à travers
le regard d’un austère capitaine de la Stasi qui s’ouvre à l’art et aux autres
en espionnant un dramaturge et sa compagne. Couronné d’un Oscar et d’un
César du meilleur film étranger, La Vie des autres fait partie de ces chefs-
d’œuvre instantanés, évidents, qui mettent des carrières en orbite. Ou les
enterrent. Courtisé par Hollywood, Von Donnersmarck s’y brûlera les ailes
en tournant, trois ans plus tard, le désastreux The Tourist avec Johnny Depp
et Angelina Jolie. Le cinéaste allemand est récemment sorti de l’ombre avec
L’Œuvre sans auteur. Quant à Ulrich Mühe, inoubliable interprète d’un mé-
diocre gagné par la rédemption, il décédera en juillet 2007, quelques mois
après la remise de l’Oscar. u CHRISTOPHE NARBONNE 2011
Winter’s Bone
2002 DE DEBRA GRANIK
Pour Thomas Agnelli, Winter’s Bone
La Mémoire dans la peau renvoyait à de vieux classiques des 70s
façon Délivrance. Il mettait en lumière
DE DOUG LIMAN la performance d’une jeune inconnue
« Je voulais un film qui s’intéresse plus à ses personnages qu’à d’alors, une certaine Jennifer
la nécessité de faire exploser des trucs toutes les quatre mi- Lawrence. Dix ans plus tard, celle-ci
nutes… » Quand Première rencontre Matt Damon la veille de la sortie de est une méga-star... Le pif. u FR
La Mémoire dans la peau, l’acteur avait conscience que le film représentait
un pas de côté par rapport aux actioners américains lambda. L’idée de génie
(caster Damon, « tête de chérubin sur corps d’athlète » en tueur amnésique)
permet au film de changer « du tout-venant des films d’espionnage », conclut
la critique du film. C’était en fait bien plus que ça : sorti
deux mois avant Meurs un autre jour, La Mémoire
dans la peau allait ringardiser les James Bond
bourrés de gadgets plus sûrement que tous les Austin
© RAZOR FILMS / ANONYMOUS CONTENT / WDR / UNIVERSALCREADO FILM

Powers du monde. Et ouvrir la voie aux thrillers


paranos post-11  Septembre, secs et vio- 2008
lents. Une redéfinition du blockbuster
US, en attendant Casino Royale
avec Daniel Craig. Sinon, en 2002,
Valse avec Bachir
D’ARI FOLMAN
Damon envisageait de passer der-
rière la caméra. On attend Un ovni stupéfiant, chef-d’œuvre
poétique et expérimental, qui sonde
toujours. u SYLVESTRE PICARD
les souvenirs fragmentaires d’Ari
Folman (et d’Israël) sur le massacre
de Sabra et Chatila. Le grand oublié
du palmarès cannois 2008, mais pas
de Première, qui en fait son film
du mois. u FF

12 Octobre 2019

P010-013_PREMIEREHS10-475-454.indd 12 18/09/19 14:58


1978
La Fièvre du samedi soir
DE JOHN BADHAM
2005 La dernière fois qu’on a eu la
A History of Violence chance de croiser John Tra-
volta, on lui a demandé com-
DE DAVID CRONENBERG
ment il avait fait pour saisir
Après le succès monstre du Seigneur l’air du temps aussi régulière-
des anneaux, Viggo Mortensen ment au cours de sa carrière.
délaisse cape et épée pour casser des
Pour avoir réussi à être Tony Manero,
bouches à coups de cafetière chez
Cronenberg. Une expérience unique Danny Zuko, Vincent Vega. « Quand
pour l’acteur qui faisait les louanges j’étais gosse, je m’intéressais tou-
du cinéaste canadien dans nos jours à ce qui était neuf, au dernier
colonnes. u FR truc à la mode, a-t-il répondu. J’ai-
mais avoir un coup d’avance. » À la
fin des années 70, ce n’est pas seule-
ment un coup d’avance qu’a Travolta.
Il est imbattable, cent coudées devant
la concurrence. La France succombe
à La Fièvre du samedi soir en avril
1978 (4,3 millions de spectateurs), en
léger décalage horaire, donc, le mo-
nument disco de John Badham étant
bien entendu l’un des emblèmes de
1977, l’année pop par excellence –
celle de Star Wars, de la mort d’El-
1998 vis, du Never Mind the Bollocks des
Sex Pistols. Et des Bee Gees, donc.
Pour le pire et pour John Travolta sera la première star
US nouvelle génération dont l’éclo-
le meilleur sion va être synchrone avec la nais-
DE JAMES L. BROOKS sance de Première ; le premier d’une
Jack Nicholson, 61 ans à l’époque, longue lignée de mâles américains
excelle en misanthrope dont la vie est désirables que le magazine adorera
bouleversée par un chien. Une comédie « coveriser », de Mickey Rourke à
grinçante qui vise juste. « Qu’il est joli Robert Pattinson, de Kevin Costner
quand il est bien exécuté, le cinéma de à Ryan Gosling. Cinq mois après Sa-
papa », écrivait-on en 1998. C’est dans turday Night Fever, en septembre,
les vieux pots… u FL c’est –  déjà  – Grease. De nouveau
un musical, de nouveau un triomphe
(5,7  millions d’entrées), une autre
époque (les fifties fantas-
mées plutôt que les seven-
ties en direct live), mais d’un
film à l’autre, une même in-
carnation de la jeunesse
américaine éternelle. En
© PARAMOUNT / CAROLCO PICTURES / TRISTAR / BENDER -SPINK INC.

1977-78, le « dernier truc à


1991 la mode », c’était John Tra-
volta, et personne d’autre.
L’Échelle de Jacob u FRÉDÉRIC FOUBERT

D’ADRIAN LYNE
On s’est un peu bouché le nez en 1991
devant le film, en trouvant cela moins
osé et moins excitant que Flashdance
ou même 9 Semaines ½ du même
Adrian Lyne. Trente ans plus tard,
les cauchemars de Jacob sont
revenus nous hanter. Mea culpa. u SP

Octobre 2019 13

P010-013_PREMIEREHS10-475-454.indd 13 18/09/19 15:01


2007
Les Rois du patin
DE JOSH GORDON & WILL SPECK

1987 2009
Sans le savoir, la comédie
Dirty Dancing Wendy & Lucy américaine nourrie à l’anti-
bushisme vit ses dernières
D’EMILE ARDOLINO DE KELLY REICHARDT
heures de gloire. Et le
Pour Dirty Dancing, le chemin a été « Dans le genre indie, voilà ce qui se fait tandem Will Ferrell-John
long : méprisé par l’intelligentsia en de mieux aujourd’hui. » La phrase Heder (grandiose Napoleon
1987, il lui aura fallu attendre trente- finale de la critique de ce film Dynamite trois ans plus
deux ans pour recevoir la magistralement incarné par Michelle tôt) en patineurs rivaux
consécration : la couverture de Williams n’a pas pris une ride. Et forcés de faire duo offre
Première Classics l’été dernier. Non, Kelly Reichardt n’a jamais cessé de un génial feu d’artifice
non, ne nous remerciez pas, nous mettre en valeur des personnages quasi final. u TC
ne faisons que notre travail. u FF féminins forts et complexes. u TC

2000 1994 1995


La Ligne verte Clerks Au travers des
DE FRANK DARABONT
« Pour nous, cyniques Européens,
DE KEVIN SMITH
« Si vous supportez la scène des
oliviers
cette fable christique s’avère “37 bites” alors vous pourrez aller d’Abbas Kiarostami
longuement ridicule », disait-on en jusqu’au bout », lâche Kevin Smith « Le film dans le film et même un peu
2000. Une fable christique qui a à Première. Le nouveau sale gosse plus », précise Éric Libiot dans nos
pourtant suffisamment convaincu du cinéma US y défendait son colonnes. Et de fait, Kiarostami
et marqué son époque pour figurer premier film : une journée type d’un pratiquait la mise en abîme comme

© MOSFILM / KOALA FILM / FILM DE LA TOUR / FARABI / MIRAMAX / CASTLE ROCK / PARAMOUNT / GLASS EYE PIX / VESTRON PICTURES
aujourd’hui dans ce top 500. Mea slacker, entre punchlines crues et personne pour mieux interroger ce
culpa. u JM glande hédoniste. u FR qu’on appelle un peu vite, le réel. u TB

1981 1987 1980


Coup de torchon Le Miraculé Stalker
DE BERTRAND TAVERNIER DE JEAN-PIERRE MOCKY D’ANDREÏ TARKOVSKY
Après avoir fait la couv sur le Champion des rediffusions à la télé, En direct de la Croisette. « Tout va de
tournage, Philippe Noiret se livre à Le Miraculé n’avait pas eu l’heur de plus en plus mal ! Cela finit presque
Première quand sort cette farce féroce plaire à Première en son temps. Il est par tourner au gag ! Un : il pleut !
librement adaptée de Jim Thompson. pourtant considéré aujourd’hui Deux : la grève de l’EDF chamboule
« Les comédiens sont des gens à part comme l’un des meilleurs Mocky, tous les programmes, annulant une
et j’aime ça », confie-t-il, peu avant de grinçant et provocateur à souhait, bonne moitié des projections dont
s’incliner aux César face au Serrault avec la nouvelle rencontre au sommet celle du film-surprise Stalker. » A-t-il
de Garde à vue. u TC entre Serrault et Poiret. u CN été rattrapé depuis ? u TB

14 Octobre 2019

P014-017_PREMIEREHS10-453-430.indd 14 18/09/19 15:19


2001
La Chambre
des officiers
DE FRANÇOIS DUPEYRON
La critique de l’époque était mesurée,
sensible à la pudeur de la mise en
1977
scène, mais luttant contre la
puissance du pathos. Dix-huit ans plus Cet obscur objet du désir
tard, on est forcés de reconnaître que DE LUIS BUÑUEL
Dupeyron transcende le film de guerre Le dernier film de Luis Buñuel, adaptation toute personnelle de
en récit intimiste et sonde le lien
La Femme et le pantin de Pierre Louÿs par le réalisateur espa-
charnel qui nous lie au monde. u GG
gnol et Jean-Claude Carrière, n’a pas toujours eu bonne presse.
Dans le numéro 10 de Première, nulle trace de critique du film qui figure ce-
pendant dans un tableau des étoiles sans équivoque, avec une moyenne à 1...
Zappé. Exécuté sans un mot. Depuis, le temps a fait son œuvre. Cet obscur
objet du désir, loin d’être le film de trop d’un vieux cinéaste en panne d’ins-
piration, témoigne d’une originalité folle, notamment dans le choix de faire
jouer le même personnage par deux actrices différentes (Carole Bouquet et
Angela Molina), qui tournent la tête du vénérable Fernando Rey. Le surréa-
lisme ironique et cruel de Buñuel s’y déploie avec une sophistication mémo-
rable dont saura se souvenir un certain David Lynch. u CHRISTOPHE NARBONNE
1994
Le Fils préféré
DE NICOLE GARCIA
« Si l’on me demandait de tracer un
portrait psychologique (…) je serais
vraiment embarrassée. Je préfère
parler du teint mat de Lanvin, de son
regard, la manière dont il allume une
cigarette, ce qu’il mange, sa
démarche… » Ainsi se confiait à nous
Nicole Garcia en janvier 1995. u TB

1980
Les Sous-doués
© FILMS 7 / GREENWICH FILM PROD / MK2 / LES FILMS ALAIN SARDE / ARP SELECTION /

DE CLAUDE ZIDI
Avril 1980. Après avoir listé quelques sorties, nous écrivions qu’il
restait à chroniquer « le nouveau film de Claude Zidi, Les Sous-
1995 doués, dont nous ne dirons rien avant de l’avoir vu ». On ouvre le
numéro suivant en tremblant un peu : que dalle, à part un tableau des étoiles
La Cérémonie dans lequel Henry Béhar, Marc Esposito et Dominique Maillet classent le
DE CLAUDE CHABROL film entre « pas terrible » et « pas bon ». Scandale ! Permettons-nous de laver
cet affront fait au flamboyant nanar de Zidi, réponse franco-française aux
Première est passé un petit peu à côté
de ce Chabrol majeur, perçu chez nous
comédies lycéennes qui pullulaient à l’époque aux États-Unis. Sur un scé-
comme le tout-venant de la production nario d’une simplicité biblique (des élèves de terminale, farceurs invétérés,
de ce cinéaste prolifique. Ni meilleur doivent obtenir leur baccalauréat sous peine de finir en prison), Les Sous-
ni moins bien que L’Enfer ou Rien ne va doués enchaîne les scènes gaguesques d’une inventivité sidérante et dresse
plus, les films qui l’encadrent. L’erreur en parallèle le portrait de la jeunesse hexagonale de la fin des années 70, ri-
est humaine. u CN golarde et impétueuse. Un film populaire mais jamais crétin. u FRANÇOIS LÉGER

Octobre 2019 15

P014-017_PREMIEREHS10-453-430.indd 15 18/09/19 15:19


2013 2011 1977
Suzanne La guerre Le Crabe tambour
DE KATELL QUILLÉVÉRÉ
Quasiment dix ans après L’Esquive,
est déclarée DE PIERRE SCHOENDOERFFER
« Un film d’hommes. » « Et que de
Sara Forestier se mue en femme DE VALÉRIE DONZELLI poncifs. » La rédaction avait dézingué
dans ce portrait à fleur de peau Donzelli et Elkaïm ont écrit le récit du le film. Avec le temps, il a gagné ses
d’une mère adolescente, funambule combat contre la maladie qui toucha galons cinématographiques, et ce film
sur une lame de rasoir, tiraillée leur fils de 18 mois. « Ni thérapie, ni barge rappelle que la France a eu son
entre son père adoré et son amant exutoire, cette course folle est un acte Samuel Fuller, Schoendoerffer, qui a
maudit, la maternité imprévue et de résistance au malheur. » Et un beau raconté ses colonies, ses plaies et ses
la liberté incandescente. u FR succès en salles. u SB infamies le temps d’un film. u GG

1997
Scream
DE WES CRAVEN
À la fois film
d’horreur
« classique » et
satire méta où les
1996 1997 personnages sont
conscients de leur
Conte d’été Le Patient anglais sort, Scream est une
D’ÉRIC ROHMER D’ANTHONY MINGHELLA petite révolution qui
marche sur tous les
À Première, les précédents contes « Floraison d’images grandioses », plans. Première
rohmériens avaient laissé de marbre. « un grand beau film comme on n’en s’incline devant la
Heureusement, l’arrivée de l’été et de fait plus »… On est d’accord, c’est bien capacité du film à
Melvil Poupaud en homme à femmes beau, Le Patient anglais. C’était aussi produire du
ravivent la flamme. Certes, l’extrême le premier triomphe de son suspense tout en
pudeur fait sourire les collègues, mais distributeur, un certain Harvey s’en moquant
« mine de rien, les mécanismes du Weinstein, mais ça, à sa sortie, ça ne ouvertement. u FL
marivaudage s’enclenchent. » u FR se voyait pas trop. u SP

2011
Tomboy © MEDIA ASIA FILMS / SILK ROAD / HOLD-UP FILM / DIMENSION FILM / MIRAMAX / FILM DU LOSANE /

DE CÉLINE SCIAMMA
Après sa Naissance des
BELA PRODUCTIONS / WILD BUNCH / MARS FILMS / UNIVERSAL - DREAMWORKS

pieuvres qui établissait


son style, Céline Sciamma
transforme l’essai et frappe
2004
très, très fort avec cette 2009
micro-histoire d’initiation
Infernal Affairs
enfantine qui bouleverse tous
les genres. Depuis, The Chaser D’ANDREW LAU & ALAN MAK
la cinéaste n’a pas changé : DE NA HONG-JIN Deux ans d’écart entre la sortie
un film tous les quatre ans, Fin des années 2000 : pile au moment d’Infernal Affairs en Chine et en
une baffe à chaque fois. u SP
un où on pensait que la nouvelle vague France. Le film, surpuissant duel
coréenne allait s’essouffler, Na Hong- entre deux taupes dans les triades
jin décochait ce sommet de noirceur et hongkongaises, a connu deux suites,
de brutalité. Depuis, il a confirmé avec une parodie et un remake par
le colossal The Strangers. Et on meurt Scorsese. « Il aura fort à faire »,
d’envie de voir la suite. u FF prédisait la critique de Première. u SP

16 Octobre 2019

P014-017_PREMIEREHS10-453-430.indd 16 18/09/19 15:20


2000
Gladiator DE RIDLEY SCOTT dents de scie, les triomphes d’Il faut sauver le
Quand le magazine faisait la liste des évé- soldat Ryan et American Beauty alternent avec
nements cinéma qui allaient faire l’année des bas au box-office comme Le Prince d’Égypte
2000, Gladiator n’avait droit qu’à une toute ou La Route d’Eldorado. Alors, vous pensez,
petite notule, avec une photo tout aussi tourner un péplum à l’aube du XXIe siècle alors
riquiqui, bien plus petite que Vatel avec que tout Hollywood ne jure que par Matrix ?
Depardieu en cuisinier de Louis XIV sur Avec un quasi-inconnu (Russell Crowe) dans le
la même page. Six mois plus tard, Gladiator rôle principal ? Et puis il y a la mort d’Oliver
fait la couverture. Le film deviendra le deuxième Reed, qui joue un rôle clé, en plein tournage à
plus gros carton de l’année dans le monde derrière Mission : Malte après une nuit de beuverie (« Il est mort, un dimanche
Impossible II (le premier X-Men est neuvième) et cinq Oscars matin, dans un bar, devant une chope de bière, ce qui n’est pas
à l’arrivée dont meilleur film et meilleur acteur pour Russell la pire façon de partir », dira Scott). Gladiator aurait pu, aurait
Crowe. En France ? 4,7 millions d’entrées, derrière Dinosaure, dû être un film maudit, un flop magnifique, l’ultime avatar du
Sixième Sens et Taxi 2. Sic transit gloria mundi, comme on dit grand spectacle historico-hollywoodien mort quelque part au
dans Astérix. Et c’était pas gagné. Depuis Thelma et Louise milieu des années 60, ringardisé par les jeunes Turcs d’Easy
(1991), les trois films de Ridley Scott sortis dans les années Rider et compagnie. Et puis Gladiator sort. Tout le monde a
90 avaient été des échecs : le coûteux et ambitieux 1492, l’air d’accord : bon sang, quel film. Première dixit : « Il y a
Christophe Colomb (1992) avec Depardieu, l’aventure ma- dans Gladiator une dimension tragique et un beau souffle
ritime 50s Lame de fond (1996) avec Jeff Bridges, G.I. Jane pompier qui ne sont pas sans rappeler la puissance épique de
(1997) avec Demi Moore. Scott tente de se refaire avec une Titanic, sauf que le romanesque l’emporte ici sur le roman-
adaptation du roman Je suis une légende de Richard tique. » Dimension, souffle, puissance, tout est là. Dès
Matheson où Arnold Schwarzenegger, seul survi- l’ouverture funèbre où le regard de Crowe se perd
vant après l’apocalypse, traque les vampires dans à contempler sa mort prochaine, on savait qu’on
un Los Angeles dévasté. Warner laissera tomber tenait là un grand film. Vingt ans qu’on adore ça.
le film (trop cher) mais les membres de la team Vingt ans qu’on se répète « force et honneur »
Je suis une légende resteront dans l’arène de avant un bouclage ou le départ pour Cannes. Et
Gladiator : le scénariste John Logan, le story voilà que vingt ans plus tard, on parle d’une suite.
-boarder Sylvain Despretz, le chef décorateur Nick Cave a même écrit un script
Arthur Max... Les producteurs de DreamWorks (mis au panier) où Maximus
proposent à Scott de tourner Gladiator en lui revient d’entre les morts
montrant une grande toile du peintre Jean-Léon pour tuer Jésus au nom
Gérôme (1824-1904), Pollice Verso, où un gla- des dieux hellénistiques.
diateur est prêt à donner le coup de grâce. Scott Comme on dit dans
a le coup de foudre et signe aussitôt. Le line-up Astérix : vae victis.
du studio DreamWorks, fondé en 1994, est en u SYLVESTRE PICARD

Octobre 2019
Octobr 17

P014-017_PREMIEREHS10-453-430.indd 17 18/09/19 15:20


2001
Moulin Rouge ! DE BAZ LUHRMANN
«  Le Festival de Cannes a-t-il tué Moulin
Rouge ! ? » se demandait-on dans le magazine en
octobre 2001. « C’était “l’ouverture événement.” 1991
Vingt-quatre heures après, tout le monde s’en foutait », écrit
Christian Jauberty sous sa critique – très positive – du grand
Henry, portrait
musical pop et flamboyant de Baz Luhrmann, tout en faisant d’un serial killer
une mini-revue de presse des reviews cannoises (« connerie DE JOHN MCNAUGHTON
fardée en chanson », aurait écrit Libération) publiées après
Il est sorti en 1985 aux USA, et
un tapis rouge évidemment très remarqué, avec Ewan seulement en 1991 en France, ce qui
McGregor et Nicole Kidman en VRP de luxe sur la Croi- explique pourquoi la critique du film
sette. Dix-huit ans après, on adore toujours autant ce grand salement dérangeant de McNaughton
film, à tel point qu’on l’a élu numéro un des meilleures co- se retrouve dans le numéro avec
médies musicales produites par la Fox (voir notre hors-sé- Un flic à la maternelle en couverture.
rie consacré à l’histoire du studio), devant La Mélodie du Comme un film fantôme surgi
bonheur. Le spectacle continue, sauf pour Luhrmann, qui n’a du passé et devenu culte. u SP
jamais retrouvé son mojo, brûlé entre deux absinthes à Mont-
martre. u SYLVESTRE PICARD
1991

Double impact
DE SHELDON LETTICH
Première vantait en deux lignes
« le karaté et les muscles de Van
Damme », qui réalisait ici le fantasme
ultime de ses admirateurs en jouant
deux frères jumeaux. Du cinéma
d’action 90s pur jus, avec « grosses
castagnes et méninges au repos
garanties ». Le bon vieux temps. u FL

2002
© DISNEY / REX PROD / MANGA ENT. / STONE GROUP / FILMCAT / TWENTIETH CENTURY FOX

Monstre & Cie


1999 DE PETER DOCTER, DAVID
SILVERMAN & LEE UNKRICH
1997 Perfect Blue Pixar s’empare de l’imaginaire du
cauchemar enfantin et signe un chef-
Ghost in the Shell DE SATOSHI KON
À l’été 99, Gérard Delorme invitait
d’œuvre : « Monstres & Cie met en
œuvre davantage de
DE MAMORU OSHII les spectateurs à dépasser créativité et offre plus de
Pourquoi est-ce que la critique de « l’animation rudimentaire » du plaisir que 95 % des
Ghost in the Shell de l’époque n’était film pour se laisser porter par films que vous
qu’à deux étoiles alors que le texte le scénario dément de Perfect pourrez voir cette
soulignait sa « qualité en tous points Blue. Depuis, les choses sont année ». On
exceptionnelle » ? Vingt ans plus tard, claires : Satoshi Kon est un aurait même pu
le mystère reste entier, tout comme génie et Perfect Blue n’était étendre à la
le génie du film de Mamoru Oshii. u SP qu’un premier coup. u SP décennie. u FL

18 Octobre 2019

P018-021_PREMIEREHS10-429-406.indd 18 18/09/19 15:34


2011
2004 2016
L’Apollonide
Les Indestructibles DE BERTRAND BONELLO Aquarius
DE BRAD BIRD Pour Première, Bonello tirait le DE KLEBER MENDONÇA FILHO
« Le meilleur film de superhéros de portrait d’un boudoir « aux antipodes Cannes 2016 : la rédac sort les yeux
l’année », écrivait-on en 2004, l’année d’un quelconque érotisme racoleur » mouillés du deuxième film du
de sortie de Catwoman (et de Spider- avec « un souffle tragique ». C’est Brésilien Kleber Mendonça Filho, avec
Man 2 !). Depuis, on a consacré le chef- également un vivier de jeunes actrices Queen et Taiguara dans la tête et la
d’œuvre de Brad Bird à la fois meilleur qui vont compter dans le paysage, à beauté nostalgique de Sônia Braga
film de Pixar et meilleur film commencer par Adèle Haenel, révélée dans les yeux. Élu direct meilleur film
de superhéros jamais réalisé. u SP en 2007 par Céline Sciamma. u FR de l’année au Noël suivant. u SP

1998
Mary à tout prix DE PETER & BOBBY FARRELLY
Entre Première et les frères Farrelly, c’est toute une contre-culture et du politiquement incorrect. Ils étaient donc
histoire d’amour vache. Pour faire simple, on est fous faits pour Première dont la nouvelle équipe, menée par Alain
des irrévérencieux frangins, capables de coller la langue de Kruger, un enfant de «  l’esprit Canal », avait pris les
Jeff Daniels à la barre d’un télésiège, de coincer le kiki de commandes du journal en 1994, l’année de la sortie de
Ben Stiller dans une braguette, de coller du sperme dans Dumb and Dumber. Symbole de cette proximité, l’interview
© TWENTIETH CENTURY FOX / SBS PROD / DISNEY

les cheveux de Cameron Diaz, de faire dire des répliques donnée dans nos pages en novembre 1998. Peter Farrelly
impossibles à un Jim Carrey bipolaire (« Alors, ma poule, y évoquait en ces termes la relation amoureuse entre Matt
on a la moule qui coule ? », en VF), de fantasmer Gwyneth Dillon et Cameron Diaz en marge du tournage. « Quelqu’un
Paltrow en obèse... Mary à tout prix est sans doute, avec Fous vous a raconté ce qu’on a fait ? Non ? Matt était dans le coup.
d’Irène, leur comédie la plus aboutie, celle qui conjugue avec Un soir, en plein tournage, quand ils habitaient ensemble et
brio leur goût pour le vulgaire le plus douteux, leur amour des que Cameron dormait, Matt est sorti et j’ai pris sa place pour
perdants et leur critique d’une société américaine étranglée faire l’amour avec elle toute la nuit. Vous auriez vu sa tête
par le puritanisme. Les frères Farrelly étaient faits pour les quand elle a compris le matin au réveil ! Je suis un mauvais
années 90, cette décennie marquée par le retour en force de la comique, hein ? » u CHRISTOPHE NARBONNE

Octobre 2019 19

P018-021_PREMIEREHS10-429-406.indd 19 18/09/19 15:35


1990
La Petite Sirène
DE JOHN MUSKERS & RON
CLEMENTS 1996
« Le nouveau chef-d’œuvre de Walt
Disney », résumait-on à la sortie de
La Petite Sirène en rappelant le savoir-
Braveheart
DE MEL GIBSON
faire légendaire du studio, sans
prendre conscience qu’il s’agissait du Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur, c’est « le film
premier jalon du nouvel âge d’or de de la consécration pour Mel Gibson », comme l’écrivait Première.
Mickey sous Eisner/Katzenberg. u SP Une œuvre gigantesque à plus d’un titre, puisqu’elle dure quasiment 4 heures
dans sa version longue, mais aussi parce qu’elle a été filmée en Écosse pen-
dant près de 5 mois, avec 72 millions de dollars de budget et 1 600 figu-
rants, pour reconstituer des scènes de batailles médiévales dantesques. De
véritables chocs visuels, devenus des modèles du genre. Des séquences fil-
mées avec une virtuosité exceptionnelle par la star hollywoodienne, qui a
pourtant eu beaucoup de mal à financer son film à l’époque, et qui a ainsi
été contrainte d’apparaître à l’écran, pour rassurer les investisseurs. Mais
force est de constater que la bestialité de Mel Gibson, conjuguée à la mu-
sique exceptionnelle de James Horner, offre à ce biopic guerrier sur la vie de
1997 William Wallace un souffle épique unique. u CHARLES MARTIN

L.A. Confidential
DE CURTIS HANSON 1996
Une adaptation réussie de James
Ellroy, c’est possible, avec ce grand Trainspotting DE DANNY BOYLE
film noir au rythme harmonieux,
Il y en a eu un paquet de films générationnels dans les années 90,
ponctué de flambées de violence
folles. « Un train fantôme qui parcourt pourtant aucun n’avait pour ambition de nous plonger dans l’uni-
le L.A. fantasmatique des 50s à toute vers de poche d’héroïnomanes édimbourgeois, amateurs de

©FIGMENT FILMS / TWENTIETH CENTURY FOX / WARNER / DISNEY


berzingue et un hommage à trains qui passent et désabusés par la société de consommation.
Hollywood », résume Première. u CM Un bad trip sous acide (un peu) où l’on chasse le dragon (beaucoup) pour
éviter de se prendre en pleine face une réalité rarement souriante. « Le plus
surprenant, c’est qu’on ressort de là en pleine forme », notait Première, qui
faisait de Trainspotting son film du mois. Aux enfants de la chance, qui
n’ont jamais connu les transes des shoots et du shit, Danny Boyle montre à
travers une « réalisation pleine de petits gags, dont les trouvailles ne sont pas
de simples gadgets », « les effets indescriptibles de cette drogue peu cinégé-
nique ». Au-delà du cri de ralliement de la jeunesse laissée pour compte et
de son ambiguïté évidente face au sujet de la drogue, c’est aussi là que réside
le génie du film qui connaîtra une suite en 2017. u FRANÇOIS LÉGER
2003
Les Triplettes
de Belleville
DE SYLVAIN CHOMET
« Le style Chomet tient en trois mots :
poésie, absurde et fantastique »
affirmait-on en 2003. Son travail
d’orfèvre avait conquis dès sa sortie.
En seize ans, rien n’a changé. u JM

20 Octobre 2019

P018-021_PREMIEREHS10-429-406.indd 20 18/09/19 15:34


2010 2009
City of Life and Les Beaux Gosses 2002
DE RIAD SATTOUF
Death DE LU CHUAN
« Un monument de cinéma
« Déjà culte », claironnait-on à
Première il y a dix ans. Difficile Être et avoir DE NICOLAS PHILIBERT
humaniste » lisait-on dans notre de nous donner tort : la comédie « L’œil du maître ». Première jouait avec les mots
numéro d’été. City… est une épopée de Riad Sattouf vieillit comme du bon pour titrer le portrait consacré à cet as du doc qui
incroyable qui raconte le massacre de vin et son portrait aussi tendre que racontait le quotidien d’une classe unique en
Nankin, un récit spielbergien baignant cruel de l’adolescence n’a pas encore Auvergne. Bien avant Les Oubliés de Gauvin Sers,
dans une esthétique de cendres trouvé d’équivalent dans le cinéma le film devient un phénomène de société et
et un formalisme époustouflant. u GG français. u FL totalise 1,6 million d’entrées. u TC

2000 2005
1997
Harry, un ami qui Marius et Jeannette The President’s
vous veut du bien DE ROBERT GUÉDIGUIAN Last Bang D’IM SANG-SOO
DE DOMINIK MOLL C’est avec ce huitième film que Scandale politique, censure,
© CINEREACH / WHYNOT PROD / MANCHESTER FILMSMK PICTURESAGATHE FILMS / DIAPHANA / MAIA FILMS / FILM DES TOURNELLES / MEDIA ASIA FILMS

Le distributeur Diaphana lance dans le grand public s’attache à la bande menaces : en Corée, le film a eu un
la torpeur du mois d’août ce thriller de Guédiguian. On s’enthousiasme retentissement monstre. En France,
paranoïaque frenchy avec Sergi Lopez pour « ce film lumineux entre conte beaucoup moins. Mais si vous êtes à
en invité encombrant et casse la philosophie et théâtre de rue », la recherche de films noirs sud-
baraque : 2 millions d’entrées. l’une des belles surprises françaises coréens depuis que vous avez vu
La rédaction l’avait prédit. u TB de Cannes 97 avec Western. u SB Parasite, commencez par celui-là. u FF

2005 2012
2013 De battre mon Les Bêtes du sud
9 mois ferme cœur s’est arrêté sauvage DE BENH ZEITLIN
D’ALBERT DUPONTEL DE JACQUES AUDIARD Conte fantastique, fable écolo,
« Un génie épuisant » pour Gilliam. On comprend mieux pourquoi Romain aventure postapocalyptique… Ce
« Un grand enfant » pour Dujardin. Duris nous avait cité l’influence de premier long porté pat une sidérante
Renversé par « la tornade salutaire » Pacino dans Un après-midi de chien. gamine de 6 ans nommée aux Oscars
qu’est Dupontel, Première tend le Chez Audiard, l’ex-étudiant babos mêle les genres avec une poésie
micro à ses proches. 9 Mois ferme de Klapisch se mue en un acteur envoûtante. Et donne une furieuse
ravit le public et offre un César à tourmenté et sombre, véritable chien envie de voir le deuxième... qu’on
Sandrine Kiberlain. u SB fou déchaîné. u FR attend toujours sept ans après ! u TC

Octobre 2019 21

P018-021_PREMIEREHS10-429-406.indd 21 18/09/19 15:38


2013 1992 2006
Frances Ha Les Nuits fauves Quand j’étais chanteur
DE NOAH BAUMBACH DE CYRIL COLLARD DE XAVIER GIANNOLI
Deux ans après leur rencontre sur « Une magistrale promesse » Première sélection à Cannes, premier
Greenberg, Noah Baumbach et Greta écrivait-on à sa sortie avant d’offrir sa succès de sa carrière... Xavier Giannoli
Gerwig sont en couple et donnent couverture cinq mois plus tard – en rime avec populaire dans ce portrait
naissance à cette bromance au féminin lieu et place de la Deneuve d’Indochine magnifique d’un chanteur de bal,
« au parfum doux-amer tenace » dixit envisagée – à Cyril Collard, tout juste incarné par un Depardieu époustouflant
Première. Égérie du mouvement brutalement emporté par cette que Première confessait à sa sortie
mumblecore, la comédienne change saloperie de sida et multi-césarisé. pendant 1 h 30 en duo avec son
définitivement de catégorie. u TC Le film d’une génération. u TC réalisateur. u TC

1995
1990 2015
Les Trois Frères
Le Petit Criminel La Loi du marché DE DIDIER BOURDON & BERNARD
DE JACQUES DOILLON DE STÉPHANE BRIZÉ CAMPAN
« Ce film est un joyau. Assurément Longtemps injustement sevré de prix, Triomphe critique et public, et César
l’un des tout meilleurs de l’année qui Vincent Lindon décroche le combo du meilleur premier film pour les
s’achève. » Le magazine donne la Cannes-César pour sa magistrale Inconnus : pour le coup, on ne s’est
parole à l’auteur, réputé taiseux, de interprétation d’un agent de sécurité pas plantés, on a même eu le nez
cette intense dérive éperdue de trois confronté à un dilemme moral, creux et on a mis Les Trois Frères
paumés : il confie « se croire nouvel épisode de sa fructueuse en couverture, à l’époque. Ce que l’on
volontiers plus aimable que ses collaboration avec Brizé. Avec n’a pas fait pour Les Trois Frères, le
films » ! u TC un million d’entrées à la clé ! u TC retour. u SP

© RT FEATURES / FILMS 7 EUROPA CORP / SRA FILM / ARTE FR CINEMA / RENN PROD / TRISTAR / TELECINCO

1984 1997 2010


Les Ripoux Jerry Maguire Agora
DE CLAUDE ZIDI DE CAMERON CROWE D’ALEJANDRO AMENÁBAR
Zidi surprend ceux qui le croyaient Le film qui nous a eus sur son Trois étoiles. Trois petites étoiles.
abonnés aux farces gaguesques avec « bonsoir » ! Une véritable « mise à nu Notre moyenne restait tiède – comme
une comédie sur un duo de flics ripoux de Tom Cruise », dans laquelle l’accueil cannois. On n’avait sans
qui décroche le César du meilleur l’acteur se « transforme en homme doute pas mesuré toute l’ampleur de
film ! Noiret « gé-nial », écrivait qui doute », analysait-on. Un conte ce péplum philosophique qui racontait
Première, assoit son statut en sportif hollywoodien attachant, où la mise à mort d’un esprit libre, la
changeant de registre dans cet « les bons sentiments prétendent à destruction d’Alexandrie et un
irrésistible duo avec Lhermitte. u SB une certaine authenticité ». u CM tournant de notre civilisation. u GG

22 Octobre 2019

P022-025_PREMIEREHS10-405-382.indd 22 18/09/19 15:47


1981
La Porte du paradis
DE MICHAEL CIMINO
En mai 1981, quand La Porte du paradis ar-
rive au Festival de Cannes, puis dans les
salles françaises dans la foulée, son des-
tin semble déjà joué. Objet des rumeurs les plus
catastrophistes et excessives depuis des années (on
raconte que Michael Cimino avait organisé une fête
dantesque le jour où le budget de son film – alors
en cours de tournage – avait dépassé celui d’Apo-
calypse Now), ce western élégiaque sublime a fait
un bide à New York, quelques mois plus tôt, dans sa
version longue de 3 h 40. Il arrive en Europe amputé
et déçoit. « Comment aurait-il pu en être autrement,
d’ailleurs ? s’interroge Henry Béhar dans Première.
Face à l’avalanche de critiques défavorables pro-
voquée par son film, lors de la sortie américaine,
Cimino l’a entièrement remonté et en a réduit
la durée à 2 h 30. Quel film aurait pu supporter 1988
un pareil traitement sans devenir un film tron-
qué, mal construit, bref, peu satisfaisant ? Imagi- La vie est un long fleuve
nez Apocalypse Now, 2001, l’odyssée de l’espace,
Kagemusha et bien d’autres avec trente ou cin- tranquille D’ÉTIENNE CHATILIEZ
quante minutes de moins... Ces films tiendraient-ils Après avoir fait carrière dans la pub, un jeune réali-
encore debout ? Probable que non. Eh bien, La sateur se lance dans le 7e art et dynamite la comédie
Porte du paradis – à l’impossible nul n’est tenu – ne familiale à la française, en signant cette farce jubila-
tient pas debout. » En chapeau de l’article, ces mots, toire. Une pantalonnade aux airs de commedia dell’arte, qui
terribles : « Les “ciministes” se battent à un contre part d’un échange de bébés improbable, pour mieux se mo-
cinq mais Cimino, lui, a déjà perdu... » Le maga- quer des boursouflures de la société française des années 80.
zine donne la parole au cinéaste, qui ne semble « Si vous aimez le manichéisme, les contrastes entre noir et
même plus avoir l’énergie de se battre : « J’espère blanc, gentil et méchant, beau et laid, il faut voir l’édifiant
seulement que les Européens jugeront uniquement spectacle de ces deux familles bien françaises ! », écrivait
le film, qu’ils l’aiment ou ne l’aiment pas. Mais je Première à la sortie du film. « Chez les Groseille, on se fout de
me demande si vous pouvez aujourd’hui voir ce tout et on laisse les enfants vaquer à leurs occupations (sniffer
© UNITED ARTIST / MK2

film en toute innocence... » Il faudra vingt ans pour de la colle en cachette, se péter à la bière...), tandis que chez
que l’Europe redécouvre et comprenne enfin La les Le Quesnoy, on se vouvoie, on met les mains sur la table
Porte du paradis. La réhabilitation américaine, et on n’oublie surtout pas que « le lundi, c’est raviolis !  ».
elle, n’a jamais eu lieu. u FRÉDÉRIC FOUBERT Parce que La vie est un long fleuve tranquille, c’est aussi une
usine à répliques cultes, ressassées à l’envi dans les cours de
récré par toute une génération. Un « mauvais esprit » dont
s’amusait le magazine, jugeant à juste titre que, chez Étienne
Chatillez, l’humour n’est pas une fin en soi : « Son film aurait
pu se contenter d’être un film ironique et pervers sur les petits
riens de deux vies de famille, irrésistiblement caricaturales, et
donc comiques. Mais le rire devient vite narquois, puis grin-
çant et, à l’occasion, émouvant. Une rasade de fous rires sal-
vateurs et une bonne humeur décapante. » À la clé : quatre
César, 4 millions de spectateurs, la révélation d’un tout jeune
talent nommé Benoît Magimel, et la création d’une chanson
tellement drôle, entonnée par tout un pays cette année-là :
« Jésus reviens, Jésus reviens, Jésus reviens parmi les tiens ! »
u CHARLES MARTIN

Octobre 2019 23

P022-025_PREMIEREHS10-405-382.indd 23 18/09/19 15:44


2007
Election 2
DE JOHNNIE TO
To parle des triades chinoises et
explique qu’à Hong Kong, on ne rigole
pas avec ça. La preuve par l’exemple
avec la séquence de la cérémonie
rituelle : « Si jamais les policiers
avaient été sur le tournage, ils ne
l’auraient pas seulement interrompu
mais auraient arrêté tout le monde. »
u TB

2014
Les Gardiens de la galaxie
DE JAMES GUNN
Film d’outsiders (personne, à part les fans, ne connaissait ces per-
sonnages) fait par un outsider (James Gunn était habitué aux films
de genre fauchés), Les Gardiens de la galaxie faisait plonger Marvel
Studios dans le space opera, avec des références assumées aux pro-
2004
duction Amblin des années 80. Un film d’aventures spatiales absolument
détendu et vraiment marrant, dont la sortie et le succès concordaient avec le
Clean
D’OLIVIER ASSAYAS
moment où la firme prenait un vrai tournant dans sa stratégie d’extension de son
À Première, nous sommes quelques-
propre univers, et fixait définitivement sa formule (des superhéros, un soupçon
uns à considérer Clean comme le
de SF, de la grosse déconne et des bastons homériques). On saluait la coolitude meilleur film d’Assayas. Un portrait
du métrage et sa capacité à générer de l’émerveillement : « Ça flingue, ça drague, de femme exemplaire (Maggie
ça vole, ça tape, et c’est bon. Tellement bon qu’on ressent ce frisson typiquement Cheung, primée à Cannes), doux
hollywoodien de l’excitation cinéma, ce plaisir d’avoir filé dix balles pour s’in- et violent à la fois, dans lequel ce
jecter deux heures de pur plaisir à gros budget. » u FRANÇOIS LÉGER mélomane laisse parler sa fibre
punk-rock et romantique. u CN

© MARVEL / MILKY WAY IMAE / THE WORKS / OPUS FILM / WARNER /FILMS A4

2000 2000
2014
L’Enfer du dimanche Le Goût des autres
D’OLIVER STONE Ida DE PAWEL PAWLIKOWSKI D’AGNÈS JAOUI
Un grand film de sport, efficace, 510 494 entrées pour un film polonais, La consécration du duo Bacri-Jaoui,
percutant et « défendu avec au format carré, en noir et blanc, à son apogée, qui brille par
enthousiasme par un Stone au autour d’une nonne dans les sixties son « exactitude extraordinaire
meilleur de ses ambivalences, entre en pleine crise de foi. Fallait le faire et à retranscrire la normalité »,
naïveté indignée, prétention moqueuse surtout y croire. Tout la critique applaudissait le magazine. Un conte
et cynisme alcoolisé », comme s’en germanopratine a suivi. Nous aussi, social couronné de succès : 4 millions
amusait Première. Une claque qui vous célébrant à tout rompre le travail d’une d’entrées en salles, et cinq César,
booste et vous sonne à la fois. u CM actrice « juste et émouvante ». u TB dont celui du meilleur film. u CM

24 Octobre 2019

P022-025_PREMIEREHS10-405-382.indd 24 18/09/19 15:45


1985
Les Goonies
DE RICHARD DONNER l’époque, malgré (ou plutôt à cause) de
son immense succès précoce, Vanessa
L’aventure culte de toute une
génération, la bande à laquelle on
1989 Paradis est la cible de moqueries, quoli-
rêvait tous d’appartenir... sauf notre
critique de l’époque, pour qui cet
Noce blanche bets voire d’agressions physiques dans
la rue. Certains accusent même Bris-
« Indiana Jones pour les moins de DE JEAN- CLAUDE BRISSEAU seau, l’auteur sans concession de De
10 ans », se contentait de « Vanessa Paradis entre au bruit et de fureur, d’un coup média-
« transformer des enfants en cinéma par la grande porte », lit- tique indigne de lui et de son cinéma.
caricatures exaspérantes » ! u CM on dans les quatres pages que Le tournage fut certes mouvementé.
consacre Première à « la nymphette Mais quand le film a surgi, les haters
2003 la plus célèbre du Top 50 qui révèle dans
Noce blanche des qualités que ses fans
n’ont pas pipé mot. Une actrice est née.
On la couvrira de prix. Dans la foulée,
Les Lois de les plus enthousiastes n’imaginaient
alors pas ». On y apprend d’ailleurs
la chanteuse bosse avec Gainsbourg et
devient définitivement aussi admirée
l’attraction que Brisseau a rechigné avant d’ac- qu’elle était raillée. Un game changer.
DE ROGER AVARY cepter de la rencontrer. Il faut dire qu’à u THIERRY CHEZE

« D’un point de vue cinématographique,


c’est absolument brillant. » Pas
mieux : quatre étoiles direct pour 2003
le deuxième long de Roger
Avary. Depuis, le
réalisateur a
Le Monde de Nemo
D’ANDREW STANTON & LEE UNKRICH
traversé l’enfer
(prison, L’épopée marine du petit poisson clown de Pixar
development hell) est devenue plus qu’un film d’animation. C’est
mais son tout simplement un exemple de la « virtuosité
adaptation de Bret technique au service de la créativité
Easton Ellis reste un exceptionnelle », résumait le magazine. Une
chef-d’œuvre. u SP fable drôle et touchante, aux innombrables
niveaux de lecture. u CM
© WARNER / OUTLAW-VIRGIN / FILMS DU LOSANGELENFILM STUDIO / DISNEY / VPARAMOUNT

1990
1989
Bouge pas, meurs, 2015
Sexe, mensonges et ressuscite The Big Short
vidéo DE STEVEN SODERBERGH DE VITALI KANEVSKI D’ADAM MCKAY
Comme l’ensemble de la presse, C’était l’époque de la nouvelle vague Notre éloge se terminait par ces mots
Première s’est enthousiasmé pour le russe (Louguine, Guerman et rageurs : « On en ressort avec une
premier film de Soderbergh, Palme Mikhalkov). Tourné par un inconnu de violente envie de tout faire sauter. »
d’or surprise en mai 1989. Dans 55 ans, ce premier long suivait deux Excessif peut-être. Précisons
un style épuré, laissant s’installer gamins s’échappant d’un camp toutefois que l’on parle ici de la crise
insidieusement le trouble, Sexe, stalinien. Noir et blême primitif – Vigo dite des subprimes qui s’est chargée
mensonges et vidéo annonçait la et Flaherty en tête –, cinéma viscéral elle-même de tout dynamiter. Quand
naissance d’un cinéaste majeur. u CN et lyrique. Inoubliable. u GG notre cœur fait boum ! u TB

Octobre 2019 25

P022-025_PREMIEREHS10-405-382.indd 25 18/09/19 15:45


2008
2009 Juno DE JASON 1978
Bienvenue à REITMAN
En 2008, on découvre Le Retour
Zombieland une adolescente écrasée
par le poids d’une
DE HAL ASHBY
DE RUBEN FLEISCHER grossesse non désirée. Le bourbier vietnamien à peine achevé,
Casting dingue (Woody Harrelson fait Mais le bébé de Reitman les auteurs du Nouvel Hollywood
des étincelles) pour comédie tordante : est d’une légèreté à toute appuient sur les plaies. Avant L’enfer de
Bienvenue à Zombieland n’a pas pris une épreuve et nous emballe : Cimino et l’apocalypse de Coppola, il y a
ride. « Un film qui a l’élégance de ne « Un vrai bonheur qui vous ce Retour d’Ashby, avec Jane Fonda
jamais refuser un plaisir simple à ses laisse avec le sourire béat dont le cœur et le corps balancent entre
spectateurs », disait-on à l’époque. du premier baiser. Pas deux vétérans. u TB
Aussi généreux que malin. u FL moins. » u JM

1980
2012 1992 Que le spectacle
Argo Indochine commence!
DE BEN AFFLECK DE RÉGIS WARGNIER DE BOB FOSSE
La tension extrême de ce thriller « Éblouissante dans Indochine », titre Chef-d’œuvre morbide, autoportrait
politique historique a permis à Argo notre numéro de mai 92 qui offre sa suffocant d’un Bob Fosse prophétisant
de décrocher la statuette ultime aux couverture à Catherine Deneuve et sa propre mort – il mourra
Oscars. La mise en scène électrique consacre 12 pages au film de effectivement d’une crise cardiaque
de Ben Affleck, pour filmer la célèbre Wargnier et ses « 3 heures de rêve ». sept ans plus tard. Allez, tous en
crise des otages en Iran a « défini- Il reste encore aujourd’hui le dernier chœur : « Bye bye life / Bye bye
tivement fait de lui un brillant lauréat français de l’Oscar happiness / Hello loneliness / I think
cinéaste », attestait le magazine. u CM du meilleur film étranger. u TC I’m gonna die. » u FF

FOX SEARCHLIGHT / JAYNE PROD / WARNER / BAC FILM / TWENTIETH CENTURY FOX / COLUMBIA
2019

Traîné sur
le bitume
DE S. CRAIG ZAHLER
D’abord un titre des O’Jays,
Street Corner Felines qui 1980
hante les 2 h 40 du film
resté à l’écart des salles Gloria 1980
obscures : « Trop long
trop violent, trop noir,
DE JOHN CASSAVETES
De Niro / Raging Bull fait la couv. À
Kramer contre
trop gibsonien. » l’intérieur, pas trace de Gloria, Lion Kramer DE ROBERT BENTON
Peut-être. Les d’or à Venise un an plus tôt. On est D’un drame conjugal en apparence
O’Jays ferment le passé à côté de ce classique, fuite en banal, Robert Benton fait un chef-
ban avec Shotgun avant d’une femme et d’un gosse dans d’œuvre qui « vous prend au cœur en
Safari, encore plus New York. La rythmique des pulsions trois temps » – comme on l’écrivait –
© COLUMBIA /

féroce que les Felines prenant le pas sur la raison nous et inspire à Daniel Balavoine sa
du début. u TB aurait-elle désarçonnés ? u GG chanson Mon fils, ma bataille. u SB

26 Octobre 2019

P026-029_PREMIEREHS10-381-358.indd 26 18/09/19 15:57


1993
1982 Trois Couleurs – Bleu
DE KRZYSZTOF KIESLOWSKI
La Passante du Sans-Souci « Le cinéma, c’est du spectacle. Et un visage est
DE JACQUES ROUFFIO aussi expressif, aussi spectaculaire que l’explosion
d’une bombe », explique le Polonais, « cinéaste de
C’est le dernier film de Romy Schneider. Mais aussi son plus per-
l’intimité » précise-t-on en préambule pour ne pas
sonnel. Sur le tournage, la comédienne confie qu’elle est à l’origine du dire autre chose qui pourrait blesser. Le film, en
projet : son goût pour le roman de Kessel, son envie de parler de la guerre et tout cas, parle « aux sens » de la rédaction. u TB
son choix pour le réaliser de Jacques Rouffio... Le tournage doit débuter en
avril 1981. Mais une hospitalisation, puis la mort de son fils vont repousser
le projet dans lequel l’actrice jette toutes ses forces. Le film sort un an plus
tard. Première affiche le visage lumineux de la star en couverture : « Romy
Schneider : la marche triomphale. Dans La Passante du Sans-Souci, son
60e film, elle trouve un (double) rôle à sa démesure... » Un long article est
consacré à sa carrière. Il est titré « Autopsie d’une star ». Le 29 mai 1982,
la comédienne est retrouvée morte à son domicile. La rédaction est boule-
versée. Et lui consacre son numéro de juin. u SOPHIE BENAMON
2003
Pirates des Caraïbes
DE GORE VERBINSKY
Yo ho, film culte à l’horizon ! À bord de
son fidèle Black Pearl, le capitaine
Jack Sparrow séduit les salles de
cinéma. « Les pirates étaient les rock
stars du XVIIIe siècle », affirme Johnny
Depp lors d’une escale chez Première.
On le croit sur parole. u JM

1984
L’Année des méduses
DE CHRISTOPHER FRANK
Difficile aujourd’hui de réaliser l’impact de Valérie Kaprisky dans
© ELEPHANT PROD / TFILMS / MK2 / DISNEY / TWENTIETH CENTURY FOX

le cinéma français. Après quelques petits rôles, la jeune actrice de 20 ans


est choisie par Hollywood pour le remake américain d’À bout de souffle face
à Richard Gere. Sa sensualité et son naturel explosent sur l’écran. Mais c’est 1996
véritablement l’année suivante, en 1984, avec La Femme publique d’Andrzej
Zulawski et le scandale qu’il créa à Cannes, que celle qui faillit interpré-
Independence Day
DE ROLAND EMMERICH
ter L’Été meurtrier révèle tout son potentiel. Pour Première, L’Année des
Qu’on le veuille ou non, ID a marqué
méduses est le film de sa consécration. « La conquérante », titre le magazine l’histoire des blockbusters (et assis le
en couverture : « Elle est bien davantage qu’un sex-symbol. » Ce troisième statut de la star ciné Will Smith). Un
film du coscénariste de L’Important c’est d’aimer, qui adaptait ici son propre spectacle total noté chez nous deux
roman, oppose Kaprisky en ado provocante et souvent dénudée à un autre étoiles : « Y a-t-il un état d’esprit plus
sex-symbol, Bernard Giraudeau. Un duo/duel arbitré par la sensuellissime nocif à la créativité que celui qui
Caroline Cellier. u SOPHIE BENAMON cherche à ne pas déplaire ? » Ouch. u FL

Octobre 2019 27

P026-029_PREMIEREHS10-381-358.indd 27 18/09/19 15:57


1977 1980 1995
Diabolo menthe Fame Waterworld
DE DIANE KURYS D’ALAN PARKER DE KEVIN REYNOLDS
Un premier film tendre comme « Quand on aime le cinéma, quand on On aime d’amour le vanity project de
l’enfance, et entraînant comme la aime le spectacle, quand on aime les Kevin Costner, Mad Max aquatique et
chanson d’Yves Simon en générique. acteurs, comment ne pas aimer Fame affolant. En son temps, ce n’était
Première a un coup de cœur et dresse qui déborde de passion pour tout pourtant pas évident, puisque le film
le portrait de ses deux jeunes cela ? », clame-t-on devant cette était déjà considéré comme le gros
héroïnes, Éléonore Klarwein et Odile évocation des années d’apprentissage naufrage d’une star narcissique. La
Michel, dont l’histoire d’amour avec de jeunes artistes par le réalisateur rédac le qualifiait néanmoins de « très
le cinéma tournera court. u SB de Midnight Express. u SB divertissant ». Encore heureux. u SP

1995 1989
2001
USS Alabama Calme blanc
DE TONY SCOTT DE PHILLIP NOYCE Trouble Every Day
Le film de Tony Scott où se tient le Huis clos marin « à couper le DE CLAIRE DENIS
génial duel entre Denzel Washington souffle », écrit-on alors tout en C’est la Frenchie chouchoute de ses
et Gene Hackman n’obtient qu’une précisant que Phillip Noyce est confrères US (Gray, Jenkins). Dans le
seule étoile (« fort dépourvu d’enjeu un pote de George « Mad Max » Miller siècle naissant, elle s’aventure avec
dramatique »). Alors que Judge Dredd qui office ici en tant que réalisateur superbe dans le « corps à gore »,
avec Stallone, en a deux. « On s’y de deuxième équipe et coproducteur. comme le titre le portfolio d’images
explose la gueule avec une belle On apprend aussi que Welles avait spectaculaires du tournage qu’elle
insouciance. » Scandale ! u SP essayé de filmer cette histoire. u TB commente pour nous. u TC

©FILMS DE L’ALMA / MGM / HOLLYWOOD PICTURES / WARNER / REZO FILMS / DREAMWORKS / ELARA PICTURES / PARAMOUNT

2001 2017 1990

Presque célèbre Good Time À la poursuite


DE CAMERON CROWE DE BEN & JOSH SAFDIE d’Octobre rouge
Ce fou de musique raconte comment « Irresponsable, incontrôlable, DE JOHN MCTIERNAN
il a réalisé son rêve : bosser ado pour immature, monstre de contradictions À l’époque il y avait deux façons
Rolling Stone. Et explique s’être inspiré et de conflits. » Gérard Delorme ne d’aimer Predator et Die Hard : l’axe
de Truffaut « dont les films étaient une parle pas ici de Good Time mais bien Joel Silver (le nôtre) et l’axe McT.
visite guidée de ses souvenirs au de son antihéros scorsesien survolté Aujourd’hui, tout le monde considère
milieu desquels il savait laisser le joué par Robert Pattinson enterrant Octobre rouge comme un classique
spectateur se débrouiller. » u TC définitivement l’époque Twilight. u FR en or massif. u GG

28 Octobre 2019

P026-029_PREMIEREHS10-381-358.indd 28 18/09/19 15:59


1991
Le Silence des agneaux d’agneaux, certes silencieux, mais des agneaux quand même :
« Quand la gorge d’une des victimes renferme le cocon d’un
DE JONATHAN DEMME papillon, c’est la venue d’une tout autre chrysalide dont il est
Jodie Foster est en macaron sur la couv, victime d’un question : le devenir-femme d’un pauvre type qui, pour chan-
Andy Garcia en mode Parrain 3. Très vite un close up ger de peau (attention spoiler) arrache celle des autres. C’est
sur la comédienne déjà oscarisée, qualifiée de « tête cher- fou, non ? » Un peu. Avec le temps on a vu bien pire : Micro-
cheuse ». Nous sommes en page 8. Tous les critiques d’ici et cosmos par exemple. Et Jodie alors ? En page 11, elle répond
un peu d’ailleurs, se pâment pour son « français sans accent ». à celles et ceux qui vantent sa « tête » bien pleine : « Les gens
L’intéressée parle tellement bien la langue de Duras qu’elle n’ont pas peur de vous parce que vous êtes plus intelligente,
attaque bille en tête avec un adverbe imparable pour vanter mais, certains dans le métier ont pensé que je ne pouvais pas
Le Silence des agneaux : « C’est un film vachement bien ! » incarner des filles naïves, innocentes ou stupides. Dieu merci,
So cute Jodie ! Mais encore... Elle raconte qu’elle s’est battue la plupart des réalisateurs ne sont pas assez idiots pour croire
pour avoir le rôle au point de marabouter (c’est une supposi- qu’il vous faut être ce que vous devez paraître pour avoir un
tion) Michelle Pfeiffer qui a décliné l’offre d’interpréter cette rôle. » (Il faut relire pour bien comprendre.) Plus loin encore,
jeune et brillante stagiaire du FBI, à cause de la noirceur du elle redescend vers nous : « Les comédiens, on est des objets,
propos : « Clarice n’est ni une Rambo femelle, ni une version c’est la nature du métier, et, quand on tourne, il faut laisser de
féminine du héros typique, poursuit Jodie Foster. Ce n’est pas côté son ego. » Elle aurait pu dire aussi que chaque rôle est
non plus une femme que l’on voit se promener en petite cu- un cadeau mais elle a un QI bien trop élevé pour ça. Trois ans
lotte à l’écran. Elle est la seule à ne pas maltraiter ce psycho- après celui reçu pour son rôle dans Les Accusés de Jonathan
pathe, la seule à avoir des rapports humains avec lui. » Lui, Kaplan, Foster obtient un second Oscar pour avoir été Clarice,
c’est bien sûr the best villain d’une décade qui débute à peine : une femme que l’on voit courir dans les bois au tout début du
Hannibal Lecter, campé par Anthony Hopkins. Le comédien film, pendant que le loup n’y est pas encore. u THOMAS BAUREZ
a été tellement méchant sur la toile qu’il sera anobli par Eliza-
beth II deux ans plus tard. Lecter, psychiatre-psychopathe et
cannibale, sous les verrous depuis huit ans pour avoir dévoré
au moins quatorze personnes, s’apprête à tromper son monde
pour croquer à nouveau la vie à pleines dents. Un monstre sorti
des romans de Thomas Harris, déjà adapté sur grand écran
par Michael Mann quatre ans plus tôt, avec Brian Cox en Dr
Hannibal Lecktor, avec un « o » pour faire encore plus « por ».
© ORION FILMS

La critique enthousiaste, on s’en doute –  « Terrifiant. Formi-


dable. Courez-y ! », n’en jetez plus ! – décrypte en substance
l’affiche du film qui exhibe un papillon alors que le titre parle

Octobre 2019 29

P026-029_PREMIEREHS10-381-358.indd 29 18/09/19 15:58


1991
Le Pas suspendu 1990 2008
de la cigogne La Discrète Martyrs
DE THÉO ANGELOPOULOS DE CHRISTIAN VINCENT DE PASCAL LAUGIER
La critique partait bien. Ça parlait « Moi, quand j’étais petite je voulais Un film radical, torture porn jusqu’au-
de plans séquences hypnotiques, faire du cinéma pour tourner avec boutiste et sensationnel dans tous les
de la reformation du couple Truffaut ! » dit Judith Henry, 22 ans, sens du terme. Première prédisait que
Mastroianni-Moreau, de la noirceur à qui l’on promet monts et merveilles. Martyrs, « comme tous les partis pris
de l’époque et puis, patatras : « Hélas, Pour l’heure, elle est la Discrète. extrêmes », allait « diviser les
Théo Angelopolous, au lieu de nous Cette comédie romantique ressemble spectateurs (…) entre révolte et

© ZRENA FILM / LAZENNEC PROD / WILD BUNCH / MGM


hypnotiser comme avant, nous endort beaucoup à son actrice, « élégante et acceptation ». On avait évidemment
un chouïa. » BIM ! u TB sensible. » u TB raison. u FL

1989
Un poisson nommé Wanda
DE CHARLES CRICHTON

En février 1989, Première consacre six pages en-


jouées au tournage d’Erik le Viking, le film d’aven-
tures loufoque de Terry Jones, l’un des membres
éminents des Monty Python. En revanche, rien
sur Un poisson nommé Wanda qui sort en salles
ce mois-là (il n’est même pas critiqué...) et qui,
s’il n’est pas réalisé par lui, est le bébé de John
Cleese, l’âme des Monty Python ! Deux poids,
deux mesures, donc. Le moins qu’on puisse dire
c’est que le magazine a misé sur le mauvais che-
val : peu de monde se souvient d’Erik le Viking
alors qu’Un poisson nommé Wanda réunira plus
de 2 millions de spectateurs en France début
1989. Il est à ce titre amusant de voir que, d’un
numéro à l’autre, les notes accordées au film dans
le tableau des étoiles évoluent de façon très po-
sitive. D’une moyenne de 1,2 étoile en février,
on passe à 1,9 en mars. Mieux, l’un des critiques
transforme son zéro pointé en 1 étoile le mois sui-
vant... Parodie des films de braquage, Un poisson
nommé Wanda est devenu culte au fil du temps en
raison de ses personnages complètement cintrés.
Un avocat coincé so british (John Cleese), un
bègue ami des bêtes (Michael Palin, l’autre
Monty Python du film), un usurpateur
de la CIA qui récite Nietzsche (Kevin
Kline), une bombe qui prend son pied
en écoutant parler italien ou russe
(Jamie Lee Curtis)... Si la mise en
scène du vétéran Charles Crichton
n’est pas inoubliable, elle laisse néan-
moins libre cours aux délires burlesques
des comédiens. Kline n’a par exemple ja-
mais été aussi drôle que lorsqu’il interroge
Michael Palin, lui fourrant une frite dans
le nez à chaque mauvaise réponse sur Ainsi
parlait Zarathoustra ! u CHRISTOPHE NARBONNE

30 Octobre 2019

P030-033_PREMIEREHS10-357-337.indd 30 18/09/19 16:15


1984 1983
Canicule
D’YVES BOISSET Tonnerre de feu
Lee Marvin explique qu’il a toujours DE JOHN BADHAM 2012
voulu tourner un film français mais il
est incapable d’en citer un seul en
On avait noté l’essentiel : « la mise en
scène de John Badham inventive, (…) Take Shelter DE JEFF NICHOLS
interview. Non, ce qu’il aime ici c’est sur le vif. » On rajoutera Roy Scheider « Tiens, voilà le psychopathe ! » La légende précède
« tourner en extérieurs » parce qu’il au sommet de sa beauté brute et le bonhomme. Ou plutôt son aura et ses yeux de fou.
peut y avoir « de l’action, des voitures, affûtée et le sous-texte antimilitariste. Michael Shannon, 1,91 m, se débat avec ses démons
des revolvers et des hélicoptères… » Madeleine générationnelle, Tonnerre intérieurs et un orage imminent dans une tragédie
OK ? u TB de feu n’a pas pris une ride. u GG familiale claustro… Et dingo, comme son acteur. u FR

2012
The Impossible
DE JUAN ANTONIO BAYONA
Un grand cinéaste naissait de l’union
entre L’Esprit de la ruche et l’héritage
spielbergien, deux façons de traduire
la puissance poétique du cinéma, sa
faculté à raconter le monde, entre
folklore et mythologie. Avec le thème
de la survie comme malédiction.
Surpuissant. u GG

2005
40 ans, toujours puceau DE JUDD APATOW
« La comédie la plus obscène depuis longtemps », se régale Mathieu
Carratier, qui interroge le cinéaste sur la façon dont une telle gageure 2013
UNIVERSAL PICTURES© UGC / STRANGE MATTER FILMS / APACHE

peut être possible dans un pays toujours prompt à faire assaut de pudi-
bonderie. Apatow lui avoue qu’Universal lui a demandé de tourner deux versions The Immigrant
ENTERTAINMENT / KINGSGATE FILMS / UNIVERSAL

de chaque scène : avec des gros mots et sans ; et confie son soulagement quand
DE JAMES GRAY
« les premiers spectateurs du film nous ont suppliés de ne retirer aucun mot ». Le
studio n’a dès lors exigé aucune coupe. Avec les pérégrinations de ce quadra qui a « Le plus européen des cinéastes
américains deviendra-t-il enfin
un sérieux problème pour conclure, le papa de la géniale série Freaks and Geeks et
prophète en son pays? » questionnions-
l’heureux producteur de Présentateur vedette : La Légende de Ron Burgundy réa- nous. On y croit. Gray aussi! « C’est
lisait son premier long pour le cinéma. La France lui fera un triomphe plus modeste mon film le plus ambitieux et le mieux
que les États-Unis. Mais un acteur s’installe durablement dans le paysage, Steve réalisé. » Deux petits millions de
Carell, qu’on ne cessera alors d’aimer, de Little Miss Sunshine à Vice en passant par dollars de recettes cumulées plus tard,
Foxcatcher. u THIERRY CHEZE la réponse est donc non. u TC

Octobre 2019 31

P030-033_PREMIEREHS10-357-337.indd 31 18/09/19 16:16


1982
Missing (Porté disparu)
DE COSTA-GAVRAS
« Film commercial contre film d’opinion…
Pourquoi l’un doit-il exclure l’autre ? », s’inter-
roge Costa-Gavras en mai 1982 juste avant un palma-
rès cannois qui va le couronner roi. Le cinéaste flirte
pour la première fois avec la grande faucheuse hol-
2015 lywoodienne. Inspiré d’un livre enquête de Thomas

Foxcatcher
Hauser, il raconte le combat d’un père (Jack Lem-
mon) aidé de sa belle-fille (Sissy Spacek) pour re-
DE BENNETT MILLER trouver la trace de son fils (John Shea), un jeune
« Foxcatcher n’est pas vraiment un Américain idéaliste installé au Chili et pris
biopic, ni un film de sport, ni un huis au piège du coup d’État organisé par
clos dramatique. Il est tout cela à la les sbires d’Augusto Pinochet
fois. » Les responsables marketing de en 1973. Dans la lignée des
son distributeur français avaient de grandes fictions politiques
l’or dans les mains. La formule n’a pas qui fleurirent outre-At-
été reprise et le film s’est planté. u TB lantique dans les 70s (Les
Trois Jours du Condor,
Les Hommes du président...),
Costa-Gavras questionne en
creux la lâcheté du gouverne-
ment US. C’est le genre de
film « porté disparu » au-
jourd’hui à Hollywood
où plus rien ne dé-
passe, sinon les bud-
2016 gets. u THOMAS BAUREZ

Mademoiselle
DE PARK CHAN-WOOK
Pour nos 40 ans, Park Chan-wook a
1981
soigné son cadeau : un thriller
envoûtant et féministe sur le désir et
Excalibur DE JOHN BOORMAN
la manipulation, boudé par Cannes. C’était le film préféré de Première à Cannes 1980, loin de-
« Mais Cannes est en mai », écrit-on. vant La Porte du paradis de Cimino, qualifié de « tronqué, mal

© ANNAPURNA PICTURES / ALICEO / DUSSAULT / WARNER


« Et en novembre, on a davantage le construit », à la photo « chichiteuse », bref « indéfendable ». Ça
droit de s’éclater au cinéma. » u TC arrive. Excalibur était la star de la Croisette. Et au micro du magazine, John
Boorman parlait de mythologie, d’inconscient, de Tolkien, de politique, de
civilisation... tout cela à partir d’Excalibur, relecture sexuelle et violente de
la légende arthurienne qui veut raconter toute l’histoire humaine. « C’est
enfin l’histoire de la civilisation », résumait-il. Recroisé en juin 2017, le réa-
lisateur, âgé de 83 ans, s’enflammait toujours pour son grand œuvre : « Tous
les effets d’Excalibur ont été faits devant la caméra. Rien en postproduction.
Aujourd’hui, les effets spéciaux numériques nous rendent cyniques : “Oh,
vous avez fait ça avec un ordinateur.” » u SYLVESTRE PICARD

1982
Le Retour de
Martin Guerre
DE DANIEL VIGNE
C’est le coup de foudre de Première
d’un mois de mai pourtant
embouteillé, Festival de Cannes
oblige. Gégé s’affiche même en couv.
À Cannes, le film n’y est pas, « alors,
étranglez tous ceux qui veulent vous
raconter la fin et oubliez que des
sélectionneurs fantaisistes l’ont
écarté », lit-on. Bigre. u TB

32 Octobre 2019

P030-033_PREMIEREHS10-357-337.indd 32 18/09/19 16:16


1993 1981 1994
Le Songe de la Le facteur sonne Mina Tannenbaum
lumière DE VICTOR ERICE toujours deux fois DE MARTINE DUGOWSON
Le magazine de tous les cinémas. DE BOB RAFELSON « Romane et Elsa, la divine surprise », titre notre
Et donc aussi de merveilles rares, Un beau néo-noir, même si on ne se numéro de mars 94 qui met les miss Bohringer
précieuses, qui dessinent un autre 7e souvient aujourd’hui que de la scène et Zylberstein en couverture d’un mois de folie
art. Victor Erice filme un ami peintre de sexe dans la farine entre Jack (La Liste de Schindler, La Cité de la peur, Philadelphia…)
exécuter la nature morte Nicholson et Jessica Lange. Cela dit, traduisant notre coup de foudre pour cette
d’un cognassier. Le film tient à la fois à l’époque, c’est pour voir cette scène, bouleversante histoire d’amitié. u TC
du suspense artistique et de la quête et elle seule, que les gens se ruaient
existentielle. u GG dans les salles. u FF

2000
Chicken Run
DE PETER LORD & NICK PARK
Plusieurs kilos de pâte à modeler,
l’imagination débordante de Peter
Lord et Nick Park et une bonne dose
d’humour british… Il n’en fallait pas
moins pour recréer ce qu’on appelait,
à sa sortie, « la Grande Évasion de la
basse-cour ». Un film de haut vol. u JM
© MARIA MORENO PC / BRITISH FILM INSTITUTE / FILMS DE L’ETANG / ARDMAN / CINE TAMARIS / FILM ARIANE

1980
On a volé la cuisse de Jupiter DE PHILIPPE DE BROCA
Philippe Noiret pose dans la panoplie parfaite du gentleman farmer
dans la région de Carcassonne où « il s’est constitué un havre de paix
dans une maison tranquille, à l’écart de la ville, en pleine campagne »
dixit Dominique Maillet, alors journaliste, qui le dirigera quinze ans
2017
plus tard dans Le Roi de Paris. Noiret les accueille dans son home sweet home Visages, villages
pour évoquer sa troisième collaboration avec De Broca après Les Caprices de Marie D’AGNÈS VARDA & JR
et surtout Tendre Poulet, dont elle est la suite deux ans après. On n’y change pas
Agnès Varda et JR, deux silhouettes
une équipe qui gagne : sur des dialogues d’Audiard, Noiret y partage de nouveau qui se complètent, deux artistes qui
l’affiche avec Annie Girardot dans les rôles du prof de grec Antoine Lemercier et s’unissent pour le meilleur. Découvert
de la commissaire Tanquerelle, anciens camarades de classe longtemps perdus de à Cannes, au son des riffs de M (qui a
vue qui sont désormais mariés. Leur voyage de noces mouvementé en Grèce nous composé la BO), le docu « réenchante
emballe. « Une histoire à la Tintin et Milou (...) qui allie le spectaculaire à la fantai- la France profonde par le regard
sie. » Le public, encore nombreux, sera du même avis. u THIERRY CHEZE bienveillant des deux amis ». u SB

Octobre 2019 33

P030-033_PREMIEREHS10-357-337.indd 33 18/09/19 16:16


1982
L’As des as
DE GÉRARD OURY
En 1982, Belmondo est le plus
populaire des acteurs français.
Ses retrouvailles
avec Gérard Oury,
2002 quinze ans après

Bowling for 1985 Le Cerveau, sont


très attendues.
Columbine Les Spécialistes Et cette comédie
d’aventures où
DE MICHAEL MOORE DE PATRICE LECONTE Bebel rechausse
Dans ce documentaire à charge, Le roi de la comédie passe en mode les gants de
Michael Moore se mettait en tête de action. Il raconte pourquoi il a accepté sa jeunesse
combattre le lobby des armes à feu et ce film de commande alors que sera un
son patron, Charlton Heston. « Chez pour Marc Esposito, le duo Giraudeau- immense
vous aussi, les médias semblent prêts Lanvin s’inscrit en héritier succès, le 2e
à toutes les surenchères sécuritaires des tandems Belmondo-Delon de l’année
pour séduire l’audimat », nous de Borsalino et Delon-Ventura derrière E.T.
prévenait-il alors. u CN des Aventuriers. u TC u SB

1985 2008 1997


La Forêt John Rambo Le Bossu
d’émeraude DE SYLVESTER STALLONE
Après avoir redonné son nom de famille
DE PHILIPPE DE BROCA
« Auteuil nous botte », c’est par ce jeu
DE JOHN BOORMAN à Rocky (Rocky Balboa, 2006), Sly de mots en référence à Lagardère

© DOG EAT DOG FILMS / FILMS CHRISTIAN FECHNER / GAUMONT / EMBASSY / ROGUE MARVEL / GEMINI / LIONSGATE / ARGOS FILMS / ANDREAS FILMS
Boorman reprend la trame du rendait à Rambo son prénom, dans un qu’on salue la performance de Daniel
western classique pour le déchaînement de violence ahurissant. Auteuil chez de Broca. « Je voulais en
transformer en grand film écolo (le Depuis, on fantasme d’autres épilogues faire un héros de proximité et, en
sujet de notre interview du cinéaste). stalloniens. À quand « Raymond même temps, le mec qui en impose »,
Prophétique et spectaculaire. u GG Tango » ou « Marion Cobretti » ? u FF répond l’acteur. u SB

1983
1977 Sans 1980
soleil Mon oncle
Trois Femmes DE CHRIS
DE ROBERT ALTMAN
MARKER
Sorti en mars 1983 dans une seule
d’Amérique
C’est pour Un mariage que Première salle parisienne, il n’y avait aucune D’ALAIN RESNAIS
interviewera longuement Altman. chance pour que le magazine À Cannes où il sera ovationné et
Mais Trois Femmes avait été défendu s’intéresse à ce docu-journal célébré, l’oncle de Resnais fait valser
dans le magazine par un Lavoignat bouillonnant, où Japon et Afrique la plume et le cœur de Marc Esposito
admiratif qui aimait cette exploration s’entrechoquent. Un film saisissant qui regrette même que la fin du film
de la gémellité bergmanienne, qui garde encore aujourd’hui tout n’arrive beaucoup trop tôt tant il est
épinglant le mythe hollywoodien. u GG son éclat mystérieux. u GG « lumineux et passionnant ». u TB

34 Octobre 2019

P034-037_PREMIEREHS10-336-312.indd 34 18/09/19 16:24


2017 1978
A Ghost Story Une journée
DE DAVID LOWERY
Une histoire de fantômes lo-fi et
particulière 1981
D’ETTORE SCOLA
méditative avec Casey Affleck planqué
sous un drap blanc pendant les trois Splendide confrontation entre Georgia D’ARTHUR PENN
quarts du film. Ça aurait pu être Marcello Mastroianni et Sofia Loren. L’un des plus beaux films sur les sixties, l’un des
affreusement soporifique, c’est en fait Le magazine avait flairé le chef- plus beaux Arthur Penn, pourtant presque oublié,
vertigineux. « Un somptueux tour d’œuvre (« Nous ne sommes pas près jusqu’au retour de hype autour du scénariste Steve
de passe-passe », disait-on dans d’oublier cette journée particulière », Tesich et une récente édition DVD. Comment ça,
nos colonnes. u FL disait Marc Esposito). u GG vous n’avez jamais vu Georgia ? u FF

1983
Furyo
DE NAGISA OSHIMA
En couv « David Bowie, l’avènement ».
À Cannes, il y a eu Les Prédateurs de
Tony Scott et ce Furyo qui lui plaît
plus. « Il faut voir au-delà de l’histoire
d’homosexualité, nous explique Ziggy.
Pour atteindre à la rencontre de deux
cultures, d’où peut naître une
meilleure compréhension du monde. »
Amen. u TB

1984
Les Copains d’abord DE LAWRENCE KASDAN
©UNIVERSAL / CANAFOX/ / FILMWAYS / COLUMBIA / OSHIMA PROD / ELLEE -

« Qui a dit que seuls les films pour les 12-18 ans marchaient aux USA ? » 1978
Une interrogation qui n’a pas vraiment pris une ride mais qui soulignait alors le carton
de ce film de potes, anciens militants de la contre-culture qui, après s’être perdus de
vue, se retrouvent un week-end pour l’enterrement d’un ami commun et confrontent
Dossier 51
DE MICHEL DEVILLE
ce qu’ils sont devenus à ce qu’ils rêvaient de devenir. « C’est souvent drôle, par-
fois très émouvant, toujours excitant », écrit Marc Esposito. Soit la Sainte-Trinité « C’est un film hors catégorie ! »
Disons d’espionnage pour fait court.
parfaite de ce genre de film générationnel. Avec un bonus non négligeable : une
Ce qui le singularise c’est son aspect
bande de comédiens aussi attachants que leurs personnages et à l’époque peu connus « film-dossier sans vedettes, presque
du grand public français. Henry Béhar dresse donc leur fiche signalétique dans sans visage ». Et de fait, Deville signait
nos pages intérieures : Kevin Kline, Glenn Close, Jeff Goldblum, Tom Berenger... là un prototype d’une telle modernité
que l’on attend toujours les nouveaux
DUSSART

ou encore celui qui, selon Esposito, « survole la bande en impuissant speedé » :


William Hurt. u THIERRY CHEZE modèles. u TB

Octobre 2019 35

P034-037_PREMIEREHS10-336-312.indd 35 18/09/19 17:03


1979
Tess DE ROMAN POLANSKI
« Cherbourg sans les parapluies,
c’est lugubre. Miracle, l’été indien se
prolonge. Tant mieux. Roman Polanski
pourra tourner. » Nous sommes en no-
vembre 1978, la rédaction est sur le pied
de guerre dans le Cotentin pour suivre
l’avancée de Tess d’après le drame vic-
torien de Thomas Hardy. Il y a Roman
Polanski, qui acte définitivement sa
fuite hollywoodienne après l’affaire de
crime sexuel sur mineure qui le poursuit
(mais ça l’article n’en parle pas), mais
aussi Nastassja Kinski – la fille de – qui
s’affichera seins nus dans le mag trois 1987
numéros plus tard pour accompagner la
sortie de ladite fresque. Sur le plateau, Les Sorcières 2014
il y a aussi le chef opérateur Geoffrey d’Eastwick
Unsworth « pas vraiment un manchot,
précise-t-on, il a déjà eu quatre Oscars
DE GEORGE MILLER The Rover
« Une comédie franchement rigolote DE DAVID MICHÔD
et signé, entre autres, l’image de 2001,
qui doit beaucoup au charme de ses Néo-western post-apo à travers
l’odyssée de l’espace ». On parle déjà
interprètes » (Cher, Pfeiffer et l’outback australien, The Rover remixe
d’une image peinte à la Gainsborough, Sarandon). Mais, car il y a un (gros) à la sauce kangourou la fable du lièvre
Millet ou Monet. Le producteur mais : « Pourquoi faut-il que sur un et de la tortue. Course contre la
Claude Berri lui, compte ses sous  : tiers du film, on nous abreuve d’effets monte et tôle froissée… Guy Pearce
cinq milliards de francs « murmurent spéciaux ? » Un regret qui se répétera, et Robert Pattinson tracent la route
certains ». u THOMAS BAUREZ hélas, souvent dans le futur. u TC en frères ennemis. u FR

© WARNER /PORCHLIGHT FILMS / GAUMONT / AJ FILMS / DEAN FILMS / RENN PROD

1979 1980
1981
Les Chiens La Terrasse
Eaux profondes D’ALAIN JESSUA D’ETTORE SCOLA
DE MICHEL DEVILLE Trois ans avant Fuller et son Dressé Première avait rencontré Scola pour
Première a longtemps suivi Deville. pour tuer, Jessua lance des chiens ce film, l’un de ses plus audacieux.
Mais pour cette adaptation vénéneuse racistes sur grand écran. « Certes, Le plus emblématique aussi qui, entre
d’un roman de Patricia Highsmith, Gérard Depardieu, parfait en comédie à sketches et chronique
c’est moins le cinéaste qui nous dresseur, répète bien, à qui veut amère, observe la dérive de
intéressait que Huppert opérant sa l’entendre “qu’il n’y a pas de mauvais personnages revenant sans cesse à
mue. Quarante ans plus tard, le film chiens et qu’il n’y a que des mauvais une terrasse leur servant de points
n’a pas pris une ride. u GG maîtres”. » Certes... u TB de ralliement et de rupture. u GG

36 Octobre 2019

P034-037_PREMIEREHS10-336-312.indd 36 18/09/19 16:25


1979 1987
Le Grand L’Été en pente 1998
Embouteillage douce DE GÉRARD KRAWCZYK La vie est belle
DE LUIGI COMENCINI Pas vu le mois de sa sortie et pas DE ROBERTO BENIGNI
Découvert à Cannes, ce film fut rattrapé le suivant... On est passé à La joie flamboyante du cinéaste italien au Festival
totalement incompris à sa sortie côté du deuxième long de Krawczyk, de Cannes est presque aussi célèbre que sa
(jusque dans nos colonnes). On pourtant porté par un épatant trio peinture unique de la Shoah, entre rires et larmes.
a depuis appris à y voir la radiographie d’acteurs : Bacri, Villeret et Pauline « Combien de comiques, depuis un demi-siècle, ont
d’une société italienne arrivée à un Lafont dans le plus beau rôle d’une mis leur talent au service d’un tel dynamitage des
paroxysme de confusion affolante. u GG carrière trop tôt brisée. u TC consciences ? » disait-on alors. u CM

1980
3 hommes à abattre DE JACQUES DERAY
En 1980, Alain Delon vient d’enchaîner un bide avec leurs propres armes, des tueurs affûtés, le comédien est
(Attention, les enfants regardent) et trois navets parfait : nu sous sa douche ou vêtu d’une veste à chevrons
(Airport 80 Concorde, Le Toubib et Téhéran 43). Jacques bleus ou d’un blouson de cuir XXL, il hypnotise – ce que l’on
Deray est au fond du trou. Au moment où l’on change de dé- disait déjà à l’époque. « Il y a ici Alain Delon, que l’on n’avait
cennie, où le cinéma français cherche de nouvelles formes de pas vu depuis un an : farouche, sauvage, déterminé, inquiet
modernité, le tandem semble appartenir au passé. 3 hommes mais souriant. » Esposito était mesuré dans sa critique (et avait
à abattre va leur donner l’occasion de rebondir. L’intrigue oublié la musique inquiétante de Philippe Sarde tout comme
paranoïaque, épurée (lointainement adaptée d’un roman de le méchant incarné par Pierre Dux). Mais ce que Première
Manchette), permet à Delon de rappeler l’acteur suprême qu’il avait bien vu, c’était l’actrice. Dalila di Lazzaro, chevelure de
sait être. La scène de l’hôpital où il marche dans un couloir de lionne et regard de feu, avait eu droit à un portrait de six pages.
long en large en est un bon exemple. Son attitude physique est Justice après tout : sa décontraction ajoute à l’indifférence du
sidérante : son corps semble en attente d’un danger invisible, personnage qui ne semble rien prendre au sérieux. Même pas
prêt à bondir à la moindre alerte, utilisant l’espace comme une son partenaire... Elle est le diamant noir de ce qui reste sans
cage. Dans ce rôle improbable de joueur de poker qui vainc, doute le dernier grand film de la star Delon. u GAËL GOLHEN

Octobre 2019
Octobr 37

P034-037_PREMIEREHS10-336-312.indd 37 18/09/19 16:25


1988
Aux frontières de
l’aube DE KATHRYN BIGELOW
Pas le premier Bigelow, mais le
premier à être distribué en France. La
rédaction s’enflamme : « Rarement la
1977 nuit fut si bien filmée. » Il y eut ensuite
Point Break, Strange Days, mais c’est à
Mort d’un pourri celui-ci qu’on revient toujours. Pas le
premier Bigelow, mais le meilleur. u FF
DE GEORGES LAUTNER
Jean-Pierre Frimbois rêve de ce que
ce polar aurait donné dans les mains
du Wenders de L’Ami américain. Tout
sauf un coup de foudre. Mais sa star,
Delon, est malgré tout interviewée par
Michel Drucker et évoque l’un de ses
récents sommets, Mr Klein. u TC 2014
Boyhood
DE RICHARD LINKLATER 1982
« Comment réaliser un film sur
douze années ? » Le réalisateur de
Le Père Noël est
la trilogie Before Sunrise détaille les
secrets de fabrication du projet le plus
une ordure
DE JEAN-MARIE POIRÉ
ambitieux de sa carrière à Frédéric Fou-
Évitant le piège du théâtre filmé, Poiré
bert. « Au début, je voulais que le tour-
magnifie le scénario du Splendid
1998 nage soit confidentiel. Au cas où on se et se donne l’espace nécessaire pour
plante. » Mais une fuite contrarie ses explorer la condition humaine entre
Starship Troopers plans. « Le titre du film s’est retrouvé deux éclats de rire. Vingt-sept ans
DE PAUL VERHOEVEN sur IMDb avec une date de sortie en après, les dialogues sont toujours un
2014. Ça m’a rendu parano car je vivais délice. C’est fin, c’est très fin, ça se
Dénoncé aux USA comme un film nazi, mange sans faim. u FL
toute cette aventure comme un scien-
adoré en France comme un pamphlet
antimilitariste, Première n’était pas tifique sur le point de faire une décou-
dupe et soulignait les ambiguïtés de la verte majeure. J’avais vraiment peur
qu’un confrère vole mon idée et publie
2002
charge féroce de SF de Verhoeven.
Tout en prenant un pied monstre, les résultats avant moi! » Mais Linklater La Famille

© ADEL PROD / TOUCHSTONE / PARADIS FILMS / FM / FILMS DU SPLENDID


évidemment. u SP
Tenenbaum
est bien allé au terme de son proces-
sus fou. Chaque année, pendant douze
ans, il réunit ses comédiens et techni- DE WES ANDERSON
ciens pendant trois jours et met en boîte Après Bottle Rocket et Rushmore, Wes
15 minutes de film nourries de dialogues Anderson trouve son premier succès
écrits au jour le jour. « Un projet casse- public en France. « En additionnant
gueule pour un résultat miraculeux » qui le petit, l’apparemment insignifiant,
sera couvert de Golden Globes et offrira Anderson construit ostensiblement
le premier Oscar de sa carrière à Patricia quelque chose de grand », s’enflamme-
Arquette. u THIERRY CHEZE t-on. Une phrase qui résume son cinéma
2012 u TC

La Taupe
DE TOMAS ALFREDSON
Fin 2012, le top des lecteurs Première
couronne Skyfall film de l’année.
La rédaction, elle, sacre La Taupe.
D’un côté, le 007 qui a mis tout le
monde (trop) d’accord, et de l’autre,
une relecture éblouissante de
John Le Carré qui nous refait chialer
à chaque visionnage. u SP

38 Octobre 2019

P038-041_PREMIEREHS10-311-286.indd 38 18/09/19 16:42


1993
Ma saison préférée
D’ANDRÉ TÉCHINÉ
Les visages d’Adjani et Deneuve
s’entremêlent sur la couv de notre
Spécial Cannes. La première pour
Toxic Affair aussi vite vu qu’oublié. La
deuxième pour ce qui reste son plus
beau film avec Téchiné, qui voit les
1997
débuts à l’écran de sa fille Chiara. u TC
Le Cinquième Élément DE LUC BESSON
Bruce Willis en superstar, des costumes estampillés Jean-Paul
Gaultier et des décors et créatures signés Moebius et Mézières,
le film de Besson est sans aucun doute le blockbuster de SF à la
française ultime. D’ailleurs, il était la plus grosse production tricolore à
l’époque, avec un budget de 500 millions de francs. Forcément, à ce prix,
on en a pour notre argent. Un « rock’n’roll movie » pour le magazine, qui
parlait de « jouissance oculaire générée par une débauche de couleurs et de
mouvements de caméra ». Un grand film d’action élaboré avec un soin ma-
1987 nifeste, et qui a su garder une âme, comme on le soulignait : « À Hollywood,
quand on atteint des budgets aussi considérables, le risque est d’enfermer le
Tandem film dans un carcan de règles moralement et commercialement correctes.
DE PATRICE LECONTE Besson, lui, est resté lui-même, avec ses qualités de filmeur hors pair et une
bonne dose d’humour. » u CHARLES MARTIN
Jugnot sans moustache, Rochefort
en Lucien Jeunesse, le Il mio rifugio
de Cocciante en BO… Leconte ouvre
en beauté une période plus noire
1995
et sensible de son cinéma, prélude
à Monsieur Hire et Le Mari de la La Cité des enfants perdus
coiffeuse tout aussi brillants. DE JEAN-PIERRE JEUNET & MARC CARO
Virage réussi. u TC Avec Delicatessen, Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet ont secoué
le cinéma français. Pour leur deuxième film, le duo s’est lancé un défi de
taille : un film de SF dans un univers steampunk où se croisent des clones,
une cervelle, des ogres qui capturent des enfants. Cinq mois de tournage et
sept de postproduction plus tard, Caro et Jeunet dévoilent en ouverture du
Festival de Cannes 1995, et en compétition, « une BD en trois dimensions
lit-on dans Première, aux effets très spéciaux ». « Un monument fabuleux
d’imagination, de travail, de technologie et de précision. » Dans le magazine,
« les deux bricoleurs géniaux » racontent leur complicité et le long chemine-
ment (quatorze ans) pour accoucher de ce dernier film en commun. Vision-
1993
naire, Jeunet annonce le bouleversement que constitue l’arrivée des effets
©FILMS ALAIN SARDE / CINEA / TRISTAR / COLUMBIA - GAUMONT / CANAL +

spéciaux : « Ça risque de devenir troublant dans quelques années, mais ça


Meurtre mystérieux peut renouveler l’écriture cinématographique. » u SOPHIE BENAMON

à Manhattan
DE WOODY ALLEN
Un Woody Allen au charme fou mais
légèrement à part, entre thérapie de
couple et pastiche du genre policier
(dont La Dame de Shanghai) qui nous
embarque dans une histoire de vrai/
faux meurtre où Diane Keaton mène la
danse. « Un grand cru », écrivait-on à
l’époque. u FL

39

P038-041_PREMIEREHS10-311-286.indd 39 18/09/19 16:43


2005 2018
1987
Shaun of the Dead Jusqu’à la garde
Arizona Junior D’EDGAR WRIGHT DE XAVIER LEGRAND
DE JOEL COEN Réalisé par un, alors, quasi-anonyme, Les violences faites aux femmes
La critique ne crédite que Joel à la Shaun of the Dead a réussi à s’imposer traitées avec un réalisme glaçant. Le
réalisation mais exprime souvent les à la fois comme un grand film de (premier !) film de Xavier Legrand
compliments au pluriel, elle vante zombies et « la comédie la plus décroche quatre étoiles bien méritées :
aussi l’action, le fun, le plaisir, inspirée qu’on ait vue depuis belle « On a rarement écrit ce genre de
l’émotion du film et somme in fine le lurette. » Imperméable au temps qui phrases par ici, mais Jusqu’à la garde
lecteur : « Voyez Arizona Junior ; passe, le film continue d’épater à est d’une perfection quasi absolue. »
l’essayer, c’est l’adopter. » u TB chaque visionnage. u FL On ne s’en est toujours pas remis. u FL

2019 1995 1992


Midsommar Sonatine Le Petit Prince a dit
D’ARI ASTER TAKESHI KITANO DE CHRISTINE PASCAL
Pour Frédéric Foubert, Midsommar est Premier film de Kitano à sortir en Comment parler de la maladie d’une
« un film-trip tordu éblouissant » et France, deux ans après le Japon, petite fille sans verser dans la
« l’antithèse absolue d’Hérédité ». où le public était perplexe face aux sensiblerie mais en entraînant son
C’est aussi la confirmation d’un auteur prétentions de l’artiste, bouffon récit vers un conte magique où cette

© CIRCLE FILMS / BIG TALK / FRANCE 3 CINEMA / SHOCHIKU FILMS / ALIA FILMS / LES PRODUCTIONS DU TRESOR / FILMS ALAIN SARDE / MIRAMAX
rongé par ses obsessions les plus télé devenu réalisateur des mélos enfant permet à son biologiste de père
primaires. Un illusionniste arrivant à yakuzas où l’on meurt d’ennui au de retrouver son humanité. Une
foutre les chocottes, même en pleine soleil. Mais un auteur est là, un vrai. réussite « magistrale et pourtant
journée. u FR Son film suivant sera à Venise. u SP légère comme une comptine ». u TC

1999 1998
2015 Ma petite entreprise Will Hunting
DE PIERRE JOLIVET DE GUS VAN SANT
Mon roi DE MAÏWENN Dans une filmo éclectique, aussi riche Matt Damon et Ben Affleck, les deux
Cassel et Bercot s’aiment, s’entre- en sommets (Force majeure…) qu’en BFF les plus cool de Hollywood, font
déchirent, se haïssent, se pardonnent. trous d’air (Victor & Celia…), cette une entrée fracassante dans le 7e art
Maïwenn capture ici l’essence même comédie – labellisée « film du mois avec ce premier film en forme de coup
du couple en dents de scie, l’amour Première » – est celle qui a le plus de maître : un script en or couronné
inconditionnel dans une œuvre roller- marqué les esprits par sa capacité à par l’Oscar du scénario et qui offre à
coaster qui, selon Première à sa sortie, saisir l’humeur sociale de son temps. Robin Williams la seule statuette de
« touche à une vérité intacte ». u FR u TC sa carrière. u CM

40 Octobre 2019

P038-041_PREMIEREHS10-311-286.indd 40 18/09/19 16:43


1993
Arizona Dream
D’EMIR KUSTURICA
Voix gutturale d’Iggy Pop, poisson
flottant dans l’air et Johnny Depp plus
craquant que jamais… Kusturica nous
avait confié que son film était une
« tragi-comédie » : le maelström d’une
romance impossible, d’un drame
2011
familial et du poids de l’héritage. u FR
Intouchables D’ÉRIC TOLEDANO & OLIVIER NAKACHE
En novembre 2011, Intouchables n’était pas le film du mois
(c’était Le Stratège de Bennett Miller) mais Première ne taris-
sait pas d’éloges sur le quatrième film du duo Toledano-Nakache.
« Intouchables est une comédie qui concilie l’inconciliable, le riche et le
pauvre, l’invalide et le bien portant, le placide et le vanneur, l’esthète et le
profane. » Omar Sy, en passe de devenir une star intouchable, répondait
quant à lui à notre « interro surprise » avec bonhomie et décontraction. Il
évoquait notamment un sentiment d’imposture face à François Cluzet ou
l’envie d’une comédie avec Fred Testot, son compère du SAV – comédie
qu’ils n’ont toujours pas faite – et réitérait son admiration pour ses men-
tors, Toledano et Nakache, qui lui offriront un formidable nouveau rôle (le
2016 quatrième), celui d’un travailleur clandestin dans Samba, film du mois de
Première en octobre 2014. u CHRISTOPHE NARBONNE
Manchester by the
Sea DE KENNETH LONERGAN 1977
« Un chef-d’œuvre miniature à
l’envergure inattendue. » Quatre Nous irons tous au paradis D’YVES ROBERT
étoiles couronnent un cinéaste Les Américains ont L’Empire contre-attaque, les Australiens Mad
qu’on croyait perdu après qu’il a été Max 2 – Le Défi, et nous, Nous irons tous au paradis. Le meilleur
dépossédé par la Fox de son « épisode 2 » jamais produit en France – avec Les Bronzés font du ski. Dès
précédent film, Margaret, après cinq l’introduction (la voiture décapotée sous la pluie), on comprend qu’on n’est
ans de bataille judiciaire. Son mélo pas là (que) pour rigoler. C’est la face B d’Un éléphant, ça trompe énormé-
déchirant conduit tout droit Casey
Affleck à l’Oscar. u TC
ment, mais un peu plus Ettore Scola, un peu plus gueule de bois. Simon (Guy
Bedos) apprenant la mort de Mouchi sur un quai de gare, le coming out de
Daniel, humilié devant les copains par le père de son amant... Pathétiques et
tordantes à la fois, les parties de tennis casquées (pour échapper au vrom-
bissement des avions d’Orly) deviendront des images plus iconiques encore
que celles du premier film, la robe rouge d’Anny Duperey ou Jean Rochefort
surplombant Paris en peignoir. Un sommet de mélancolie giscardienne. Le
film de potes rêvé. Comme dirait l’autre : la belle époque. u FRÉDÉRIC FOUBERT

1995
© C FOLGER / MIRAMAX / THIERRY VALLETOUX / GAUMONT

Kids DE LARRY CLARK


Produit par Gus Van Sant, écrit par
Harmony Korine et réalisé par Clark :
jamais un film aura aussi justement
dépeint l’adolescence tourmentée,
New York dans les années 90 et la
culture skate. Une œuvre coup de
poing générationnelle un peu passée
sous nos radars à sa sortie. u FR

Octobre 2019 41

P038-041_PREMIEREHS10-311-286.indd 41 18/09/19 16:43


2000
Yi Yi
D’EDWARD YANG
En marge de la critique dithyrambique 1983
de ce mélo, la rédaction prévient le
spectateur occidental que la plupart
des patronymes du film sont comme Zombie DE GEORGE ROMERO
son titre « bizarrement redondant » Étrangement, pas de trace d’une critique de Zombie dans nos ar-
et convoque un sinologue expliquant chives… Que s’est-il passé ? Aurait-on boudé le film culte de George
qu’il s’agit en fait « d’une marque Romero ? De manière plus réaliste, le texte a dû se perdre dans nos pages
d’affection ». Sympa Première. u TB entre septembre 1978 (sa présentation au festival de Turin) et mai 1983 (sa
sortie dans nos contrées). Zombie a en effet été censuré durant cinq ans en
France, la Commission de contrôle des films cinématographiques jugeant
la philosophie du long métrage « effrayante (...) Cette joie de tuer son sem-
blable, de tuer les sous-hommes » aurait contenu les « racines de l’idéologie
nazie ». Rien que ça. Oublions cette folie : Zombie reste encore et toujours
le mètre étalon du genre, un immense film d’horreur qui fait preuve d’une
créativité débordante dans l’utilisation de son décor. L’imaginaire autour
des zombies n’a jamais vraiment quitté le Monroeville Mall. u FRANÇOIS LÉGER

1982
2010
Bandits, bandits
DE TERRY GILLIAM
C’est le deuxième film de Gilliam en
Des hommes
solo. Il y dynamite les mythes et des dieux
(Napoléon, Agamemnon, Dieu ..) dans DE XAVIER BEAUVOIS
un joyeux capharnaüm. Injustement
méconnu en France, il reste à ce jour L’auditorium Lumière du Festival
son plus gros succès aux États-Unis de Cannes 2010 poussa un râle col-
et annonce la folie Brazil. u SB lectif d’émotion à la vision du der-
nier plan du film de Beauvois. Nous
venions de vivre, comme le décrit si bien
Première, « l’expérience d’une commo-
tion artistique et émotionnelle sous la
forme d’un blockbuster d’auteur aussi
personnel qu’accessible. » En racontant,
avec « une simplicité biblique et des in-
terprètes habités », le drame des moines
français de Tibhirine, le réalisateur était
1999 à son meilleur. Le film repartira avec une
« presque » Palme d’or : le Grand Prix
Buffalo’66 du jury. Quelques mois plus tard, notre
journaliste embarque gare Saint-Lazare
DE VINCENT GALLO
en direction de la Normandie où demeure
Mégalo, voire schizoïde, Vincent Gallo «  le cinéaste énervé, iconoclaste et rentre-
ne fait pas un film à sa démesure.
dedans ». 246 minutes en sa compagnie
Premier long, biopic assumé, celui qui
se disait alors « catastrophé par dévoilent un homme amoureux de la na-
l’interprétation de Vincent Gallo » ture, de la précision et encore hanté par
délivre une œuvre intimiste, balade son sujet. Une rencontre. u SOPHIE BENAMON
triste et bluette adulescente sur fond
de King Crimson. u FR

42 Octobre 2019

P042-045_PREMIEREHS10-285-264.indd 42 18/09/19 16:51


2011
The Artist
DE MICHEL HAZANAVICIUS
En lui remettant le Prix d’inter-
prétation à Cannes, le président du
jury Robert de Niro aurait soufflé à
2006 l’oreille de Jean Dujardin : « Je se-
rais incapable de faire ce que vous
Borat avez accompli dans ce film. » C’est
DE LARRY ce qu’on apprend en lisant l’édito du nu-
CHARLES méro de Première qui salue ce film sans
2006. La dialogues et en noir et blanc racontant
Boratmania la déchéance d’une star du muet. Il faut
(décryptée par Gérard dire depuis que la critique a découvert ce
Delorme dans nos défi fou signé Michel Hazanavicius, on
pages) bat son plein. parie que les facéties de Jean Dujardin,
Personnage de
le charme de Bérénice Bejo et le dernier
journaliste trash inventé
par l’Anglais Sacha
plan « instantanément mythique » feront
Baron Cohen, Borat « vibrer des générations de spectateurs ».

R
WWW.PREMIERE.F
s’attire les foudres de Le réalisateur témoigne, lui, de son ex- 3,50 € N o 411 –
MAI 2011

l’Amérique conservatrice périence américaine où se côtoyaient les Denis


Podalydès
et la sympathie du joies (tourner dans le vrai lit de Mary «Comment
je suis deve
Sarkozy » nu X-MEN
Kazakhstan dont il dope Pickford) et les frustrations (composer Almodovar,
Brad Pitt,
Les sup
confessions er
Bryan Singde
er
le tourisme. u CN
Woody Alle
Tous les n
avec un directeur artistique à côté de événements

cannes
du festival

la plaque). Il ne sait pas encore que


l’Amérique lui réserve un Oscar.
u SOPHIE BENAMON ean
GUS VAN
SANT
dujardin
CÉCILE
DE FRANCE démonte
KAD MERAD les marches
Very Bad Trip
2

3:HIKMTA=WUXZU^:?a@o@b@b@k;
L’interview
sans modérat

F: 3,50 E
ion

M 02902 - 411 -
© ATOM FILMS / HANDMADE FILMS / LIONSGATE FILMS / LAUREL GROUP / WHY NOT PROD / EVERYMAN PICTURES / MUSE PROD / NEWLINE / LA PETITE REINE / JET TONE PROD

2000
American Psycho
DE MARY HARRON
Adaptation tiédasse du best-seller
hardcore de Bret Easton Ellis, le film
permet surtout à Christian Bale de
partir en vrille, s’autorisant à peu près
tout dans la peau du serial-killer
Patrick Bateman. La matrice de ses
futures perfs over the top, le sang sur
les murs en plus. u FR

1997 1995

Austin Chungking Express


DE WONG KAR-WAI
Powers Diastème assassine un cinéaste, gonflé qu’on le lui survende
DE JAY ROACH comme « le nouveau Kurosawa-Godard-Cassavetes-Leone ».
Gros succès en VHS aux USA « Beaucoup de bruit pour rien » assure-t-il, contredit par son collègue de
(la franchise ne deviendra bureau, Gilles Verdiani, qui loue un « évident plaisir de filmer » tout en as-
blockbuster qu’avec la surant que les « historiettes » que dénonce son camarade sont « racontées
suite, L’Espion qui m’a
avec le mélange de conviction et de détachement qui sied au romantisme
tirée), la parodie
bondienne Austin
sec d’aujourd’hui ». Tout est dit. Wong Kar-Wai est pile dans son époque et
Powers provoque un l’esthétisme de son cinéma sera, au fil des années, copié mais jamais égalé
certain effet envers par le monde de la pub. La France découvre ce cinéaste avec ce quatrième
notre Gérard Delorme long (les trois premiers, tournés en 1988 et 1994, sortiront dans la foulée)
national : « Bizarrement, plus et le consacre définitivement avec In the Mood for Love, César du meilleur
c’est con, plus on rit. » u SP film étranger en 2001. u THIERRY CHEZE

Octobre 2019 43

P042-045_PREMIEREHS10-285-264.indd 43 18/09/19 16:51


1984
Rusty James
1986 DE FRANCIS FORD COPPOLA
Dans cette chronique d’une jeunesse
Top Gun DE TONY SCOTT américaine désœuvrée qui
s’emmerde, Mickey Rourke trimballe
Jeune star de Hollywood en herbe, après le succès de Risky Bu- ses yeux de Droopy et sa voix
siness, Tom Cruise passe dans la catégorie supérieure, celle des nonchalante sur sa bécane. Il est le
superstars capables de porter un blockbuster, avec cet hymne Motorcycle Boy, un James Dean
spectaculaire à l’armée américaine, dans les dernières années spectral dont la mélancolie brute
embrume ce « petit » Coppola. u FR
de la Guerre Froide. « Ce film est le meilleur spot publicitaire dont pour-
rait rêver la Navy », écrivait-on d’ailleurs à l’époque de la sortie. Même si
« l’intrigue ne pèse pas bien lourd », le triomphe de Top Gun réside surtout
dans «  l’extraordinaire virtuosité avec laquelle sont filmées toutes les scènes
d’avion ». Le regretté Tony Scott démontre alors tout son savoir-faire pour si-
gner des films d’action à couper le souffle, sans pour autant sacrifier « l’am-
biance du film, qui dégage un charme fou ». Et soudain, toute une génération
a eu envie de devenir pilote de chasse ! u CHARLES MARTIN

2000
1977
Vi i Suicides
Virgin S i id DE SOFIA COPPOLA
Dans la famille Coppola, voici la fille. Aperçue à son corps défendant
La Rose et la Flèche
DE RICHARD LESTER
(elle a souvent expliqué avoir souffert de cette expérience et des critiques
Première serait-il passé à côté
violentes sur sa prestation) devant la caméra de son père dans Le Parrain 3
de ce film magnifique (ah ! la musique
en remplacement de Winona Ryder, la voilà donc pour la première fois de John Barry) où Sean Connery
derrière. Mais quand le film débarque à la Quinzaine des réalisateurs, et Audrey Hepburn jouent Robin
il est déjà fini depuis deux ans. Nulle trace de triomphalisme m’as-tu-vu et Marianne au crépuscule de leur
chez la jeune réalisatrice. Pas vraiment le genre de la maison d’ailleurs ! Et légende ? En tout cas, pas de trace
cette discrétion participe à l’accueil enthousiaste reçu par Virgin Suicides. du film dans nos premiers numéros.
« Avec sa maîtrise hors pair de la mise en scène, elle peut tout s’autoriser. Damn ! u SP
Et Virgin Suicides impose sa noirceur morbide dans la mécanique du film
teenager », s’enflamme Olivier De Bruyn. Voici lancée une carrière où
admirateurs et détracteurs s’affronteront régulièrement mais qui lui a déjà
valu un Oscar (Lost in Translation), un Lion d’or (Somewhere) et un prix
de la Mise en scène à Cannes (Les Proies). u THIERRY CHEZE

2018
Burning DE LEE CHANG-DONG
© AMERICAN ZOETROPE / PARAMOUNT /COLUMBIA

Quatre étoiles pour ce qui tient à la


fois de « la fable existentielle, la quête
initiatique, la réflexion sur l’art, le tout
avec des accents de thriller criminel ».
Le cinéaste sud-coréen prend la
parole pour expliquer qu’il s’est ici
placé « à la frontière entre le réel
et le fantasme ». u TB

44 Octobre 2019

P042-045_PREMIEREHS10-285-264.indd 44 18/09/19 16:52


1997
1994
Didier
Journal intime D’ALAIN CHABAT 1993
DE NANNI MORETTI
Structuré en trois mouvements (le
« Je suis chien, de 58. Je suis chien
dans l’horoscope chinois, j’étais chien
Un monde parfait
cinéma, la société, l’intime), Journal dans une vie antérieure et je suis DE CLINT EASTWOOD
Intime racontait à la première chien dans le film. » La grosse En plein mois de janvier, le beau Kevin est pieds nus
personne les tribulations de l’auteur interview de février 1997 avec Chabat en couverture – injustice californienne. Pour appâter
et son regard sur l’Italie 90s. Léger, pour Didier regorge évidemment de le chaland le titre dit : « Premier rôle de “méchant”
précis, brillant, le film avait une botte punchlines aussi marrantes que son pour Kevin Costner ». Bigre! Ceux qui ont vu le film
secrète, « sa drôlerie ». u GG premier long. Ouaf. u SP d’Eastwood savent qu’il n’en est rien. u TB

1987
Au revoir les enfants
DE LOUIS MALLE
Dès son tournage –  auquel Première
accorde six pages  –  ce film est un
événement. D’abord parce qu’il s’agit du 1999
retour en France, après dix ans d’absence,
du réalisateur d’Ascenseur pour l’échafaud,
poussé à s’expatrier aux USA après la vio-
American History X
DE TONY KAYE
lente polémique qui avait entouré Lacombe
Lucien. Mais aussi et surtout parce qu’Au Peut-on prétendre à la rédemption
quand on a été néonazi ? Le Mal est-il
revoir les enfants ranime les vieux fantômes
transmissible ? American History X
sinistres de l’Occupation d’une manière on faisait comprendre à toute une
ne peut plus intime chez Malle qui s’inspire génération que la bête ne mourra
d’un drame vécu dans son enfance et jamais jamais. On lui donnait poliment trois
oublié. Et la forte attente qui entoure cette étoiles, accusant une « mise en scène
histoire d’amitié entre deux enfants, l’un assez tape-à-l’œil ». Dur. u FL
juif l’autre catholique, dans un pensionnat
religieux au cœur de l’hiver 43 tient toutes
ses promesses. « Un film bouleversant de
sobriété. Une leçon de cinéma », s’enthou-
siasme Jean- Claude Loiseau. Avec 3,6 mil-
lions d’entrées, Malle signe le plus gros
succès de toute sa carrière avant d’être cou-
ronné de sept César, dont ceux des meilleurs
film et réalisateur. Magistral. u THIERRY CHEZE

1996
1996 Dead Man Mission : Impossible
© CHEZ WAN / SACHER FILM / MIRAMAX / MK2 /

DE JIM JARMUSCH DE BRIAN DE PALMA


« Ce n’est pas tant une leçon d’histoire On vous parle d’un temps où Cruise
WARNER / NEWLINE / PARAMOUNT

qu’une simple histoire », nous précisait avait la même gueule que maintenant,
Jim Jarmusch en 1996. Au menu : où Kubrick s’apprêtait à le diriger, où
l’Amérique, des Indiens, des réflexions la scientologie n’avait pas encore
philosophiques sur la vie et la mort, transformé Ethan Hunt en homme-
des images oniriques… Et des blagues, sandwich et où De Palma pouvait être
avec ou sans tabac. u JM à la tête d’un gros machin. u TB

Octobre 2019 45

P042-045_PREMIEREHS10-285-264.indd 45 18/09/19 16:52


2006
1994 2013
Little Miss Sunshine
La Reine Margot Spring Breakers DE JONATHAN DAYTON & VALERIE
DE PATRICE CHÉREAU DE HARMONY KORINE FARIS
Sur tous les fronts : ici, un récit du Dans cette teuf printanière et Couronné de deux Oscars et un César,
tournage, là, une leçon d’histoire, orgiaque sous néons, entre rails de ce road-movie irrésistiblement
photos du film à l’appui et, pour finir, coke et bronzette en bikini, l’ex-Kids attachant mettant en scène une famille
une critique à… 2 étoiles! Le soufflé Korine fait muter les princesses de dysfonctionnelle cartonne à travers
retombe un peu, beaucoup, Disney Channel en naïades fanas de le monde et impose définitivement
passionnément et « Margot s’en va vers dubstep et as de la gâchette. Ça valait celui qui, dans nos colonnes, confie
son destin et nous, nous retrouvons bien un cahier supplément dans « n’avoir jamais imaginé être en haut
aussi démunis qu’elle ». u TB Première. u FR de l’affiche » : Steve Carell. u TC

RENN PRODUCTIONS - DEGETO - NEF / MUSE PRODUCTIONS - RADAR PICTURES / BONA FIDE / EL DESEO S.A. / GAUMONT / NEW CENTURY PRODUCTIONS / NIMBUS FILM / ALLIED FILMMAKERS / UNIVERSAL / DR
1998 1986
2002
Le Dîner de cons Police fédérale, Los
L’Échine du diable
DE GUILLERMO DEL TORO
DE FRANCIS VEBER
Juste Leblanc a marqué l’histoire de
Angeles DE WILLIAM FRIEDKIN
Guillermo del Toro donne des frissons la comédie française, avec ce pur Un petit shoot eighties, signé Jean-Paul
dans le dos avec ses orphelins perdus cinéma de boulevard, qui maîtrise Chaillet en mai 1986 : « Le film capte
dans un désert espagnol. En bonus, comme rarement le comique de très bien la nervosité sensuelle et
un obus datant de la guerre civile qui situation. « Avec Lhermitte, Prévost, féline du célèbre feuilleton US Miami
n’a jamais détoné… et le fantôme d’un Huster et Villeret, vingt ans de Vice qui va débarquer bientôt sur
garçon. Comme on disait déjà à sa comiques français défilent à l’arrière- nos petits écrans. » Rendez-vous
sortie, « c’est de la bombe ». u JM plan du film », applaudissait-on. u CM sur Antenne 2 à la rentrée! u FF

1998 1993 1985


Festen Et au milieu coule Breakfast Club
DE THOMAS VINTERBERG
Starter du Dogme95, cette (dé)fête
une rivière DE JOHN HUGHES
Été 2009, mort de John Hughes : « Si
de famille reste un sommet du genre : DE ROBERT REDFORD vous avez grandi dans les années 80,
une critique acerbe et violente de la Redford cinéaste est à l’affût des écrit Mathieu Carratier, la nouvelle
bourgeoisie danoise à coups de rythmes et des modèles de la vie vous a peut-être fait le même effet qu’à
révélations glauques entre le fromage américaine. Une histoire familiale qui nous : celui, étrange, d’avoir perdu
et le dessert. Aucun repas court sur plusieurs générations. Une le dernier lien qui vous reliait à
d’anniversaire ne vous semblera merveille élégiaque qui navigue entre l’adolescence. » Don’t you forget about
festif après celui-ci. u FR l’anticonformisme et la tradition. u GG him… u FF

46 Octobre 2019

P046-051_PREMIEREHS10-263-230.indd 46 19/09/19 10:40


2011
Polisse DE MAÏWENN
Maïwenn a toujours été soutenue par Première. danger. Et parfois même, on rit. Devant l’écran, les acteurs
Depuis l’autobiographique Pardonnez-moi, le magazine suit sont vrais. Marina Foïs, Jérémie Elkaïm, Karin Viard, JoeyS-
attentivement le parcours de la comédienne qui aime filmer tarr, Naidra Ayadi, Nicolas Duvauchelle, Frédéric Pierrot et
(et parler) cash. En 2011, avec Polisse, son troisième film qui les autres, forment une brigade aussi cabossée qu’efficace.
suit le quotidien d’une brigade de protection des mineurs, elle Maïwenn se confie sur sa méthode de travail : « Je demande
franchit une étape. « Haut la main », titre le magazine. Il faut toujours aux acteurs de ne pas apprendre leur texte. Je préfère
dire qu’elle vient de recevoir le prix du Jury des mains de qu’ils le lisent plusieurs fois et qu’ils jouent la scène telle qu’ils
Robert De Niro et de son jury. « Avec sa descente de Polisse s’en souviennent. » Elle se rappelle aussi les obstacles sur sa
LES PRODUCTIONS DU TRÉSOR - MARS FILMS - CHAOCORP - ARTE / REZO FILMS / ALAIN SARDE / LES FILMS DE LA ZONE - WILD BUNCH - FIDÉLITÉ FILMS / DR

à Cannes, Maïwenn a mis tout le monde par terre. » La ci- route comme la difficulté pour obtenir les autorisations de la
néaste y montre « la routine du sordide » où des mères épui- Ddass. Mais Polisse, c’est encore JoeyStarr, formidable en
sées masturbent leurs fils pour les endormir, où des teenagers « flic grande gueule avec le cœur sur la gâchette », qui en parle
échangent des pipes contre des portables... On en sort à la le mieux : « C’est grâce à des instants pareils que je me sens
fois glacés et secoués. Mais aussi plein d’espoir devant ces à ma place dans le cinéma. » Le rappeur comédien a trouvé là
hommes et ces femmes qui dédient leur vie à l’enfance en un de ses meilleurs rôles. u SOPHIE BENAMON

1992 2010
1999
L.627 Enter the Void
Le Créateur DE BERTRAND TAVERNIER DE GASPAR NOÉ
D’ALBERT DUPONTEL De la poésie vintage pour Noé a mis quinze ans à concrétiser
Il y a eu le choc Bernie. Il y aura le commencer : « Film-vinaigre qui vient puis dégrossir cette adaptation sous
carton de 9 mois ferme et la pluie de relever la sauce tiédasse de notre DMT du Livre tibétain des morts.
César d’Au revoir là-haut. Mais le cinéma-mironton ! » Tavernier, lui, Résultat : un trip halluciné et
meilleur Dupontel reste cette « farce parle et constate un peu plus loin : « Il hallucinant taxé d’opportuniste pro-
impitoyable dont la cohérence autorise y a ainsi plein de flics qui abandonnent Dalaï Lama par Première à l’époque.
toutes les outrances égocentriques ». (…) ou alors c’est l’alcoolisme et les Il s’agirait de rétablir cette œuvre
Pourtant, son seul échec public… u TC bavures dues à l’alcool… » Santé ! u TB jusqu’au-bouddhiste. u FR

Octobre 2019 47

P046-051_PREMIEREHS10-263-230.indd 47 19/09/19 10:40


1989
Quand Harry
rencontre Sally
DE ROB REINER
« I’ll have what she had! » (« Donnez- 1989
moi ce qu’elle a pris »). La réplique est
culte, l’orgasme feint et les allers- Rain Man DE BARRY LEVINSON
retours amoureux de Harry et Sally
aussi. Trente ans plus tard, le film de Dustin Hoffman, c’est l’acteur des années 1980 avec un grand A.
Rob Reiner reste toujours le maître Avec Rain Man, il atteint le sommet de sa carrière. Il y interprète un autiste,
étalon de la comédie romantique. u SB doublé d’un génie des maths. Tout le monde loue cette performance et « l’ex-
traordinaire précision avec laquelle Hoffman compose son personnage insai-
sissable, replié sur ses chimères, buté, fermé sur d’indicibles souffrances. »
Le comédien explique dans un entretien s’être battu pour interpréter ce
rôle-là alors qu’on lui proposait l’autre, celui d’un escroc tchatcheur déshé-
rité par son père au profit d’un frère handicapé qu’il ne connaît pas. Pendant
quatre ans, il va monter au front pour faire exister ce film au sujet ô combien
tabou à l’époque. Quatre années pendant lesquelles il verra défiler huit pro-
ducteurs, deux directeurs de la photo et quatre réalisateurs (dont Spielberg
et Pollack !). Finalement, Levinson relève le gant et lui associe Tom Cruise,
2003 pour le succès que l’on sait. Et un Oscar ! u SOPHIE BENAMON

Dark Water
DE HIDEO NAKATA
Nakata convoque Jacques Tourneur
pour ce mélodrame déchirant et
suggestif où le fantastique n’est que le
reflet des tourments de l’héroïne. Un
film d’horreur réaliste majuscule dont
le cinéaste ne se relèvera pas. On ne
regarde plus les dégâts des eaux de la
même façon depuis. u CN

40 ACRES & A MULE PRODUCTIONS / UNITED ARTISTS / WHY NOT PROD. / STUDIOCANAL / CASTLE ROCK-COLUMBIA / DR
1989
Do the right thing DE SPIKE LEE
1996 « Salué par la critique, oublié au palmarès », Do the right thing
fait partie de la longue liste des trous d’air des palmarès cannois.
Comment je me Qu’importe, la rédaction laisse Spike Lee ouvrir et fermer les guillemets
pour commenter ce film incandescent : « Un film sur les Noirs, pour les
suis disputé... Noirs » dit-il, même si les Blancs, les Jaunes et les Violets sont aussi invités
à aimer. Les mots clés de l’article dessinent le climat du film : « Casting »,
D’ARNAUD DESPLECHIN
« Musique », « Souplesse », « Brooklyn », « Confrontation » et « Combat ».
« Une ampleur rare malgré l’étroitesse
Et qui voit-on de profil caressant un 33 t de Public Enemy siglé Def Jam ?
présumée de son sujet : les réflexions
plus ou moins profondes d’un étudiant « Lui, c’est Mister Señor Love Daddy qu’interprète mon pote Sam Jackson,
attardé qui se demande avec quelle un acteur que j’ai rencontré pendant le montage d’un de mes courts métrages
fille il va sortir. » Notre critique hésite et que j’ai fait ensuite tourner dans ma comédie musicale, School Daze. Ici,
mais finit en saluant un digne héritier je lui ai donné le rôle du DJ. » C’est bon de se rappeler que Samuel L. vient
de Truffaut et Eustache. u TC de là. u THOMAS BAUREZ

48 Octobre 2019

P046-051_PREMIEREHS10-263-230.indd 48 19/09/19 10:40


1980 1990
Y a-t-il un pilote Le Cercle des
dans l’avion? DE DAVID poètes disparus 2013
ZUCKER, JIM ABRAHAMS & JERRY
ZUCKER
DE PETER WEIR
« Ô Capitaine, mon capitaine. » À
Cloud Atlas
L’humour des « Zaz » à son l’écran, les élèves du professeur DE LANA ET LILLY WACHOWSKI & TOM TYKWER
paroxysme. Dans la grande tradition Keating montent sur les tables pour Première faisait la fine bouche devant cet envoûtant
de la comédie slapstick, cette parodie rendre hommage à ses méthodes tour de passe-passe humaniste qui résume tout le
du film catastrophe Airport assume iconoclastes. Dans les salles, les cinéma des Wachowski : « L’idée prend le pas sur
son humour potache et surréaliste, et Français transforment ce film porté l’affect, nous laissant à distance de ce fascinant
envoie Leslie Nielsen directement au par « un sidérant Robin Williams » puzzle. » Trois petites étoiles. Que voulez-vous, on a
panthéon du comique loufdingue. u CM en phénomène. u TC aussi le droit de se tromper… u FL

2001
Training Day
D’ANTOINE FUQUA
Si ce thriller est passé à la postérité,
c’est largement grâce à la prestation
« intense de Denzel Washington dans
son premier rôle de salaud intégral »,
selon la rédaction de l’époque. Une
performance sulfureuse, qui lui
offrira son seul Oscar du meilleur
acteur. u CM

1979
PARAMOUNT / DR TOUCHSTONE / GAUMONT / WARNER BROS / FILM WORKSHOP / DR

Coup de tête DE JEAN-JACQUES ANNAUD


« Une grande, une très grande comédie. (...) 1 h 30 de vrai plaisir, sans 1989
un temps mort. » Tout est dit dès les premières lignes de la critique de Philippe
de l’Estang dans un journal dont Patrick Dewaere est l’un des chouchous. Dewaere
dont Marc Esposito salue le retour, après un an sans tourner depuis Préparez vos
The Killer
DE JOHN WOO
mouchoirs, avec « une détermination et une ambition nouvelles ». Tout en rappe-
C’est grâce à Gérard Delorme que
lant que le métier avait cru que la Gaumont, productrice de Coup de tête, allait lui
Première découvrit le cinéma d’Asie
faire payer son refus de tourner La Carapate malgré son contrat signé. Ce qui fut au moment où il devenait un lieu de
d’ailleurs en partie le cas, car Alain Poiré ne voulait pas entendre parler de lui et réjuvénation esthétique. C’est lui qui
souhaitait Depardieu dans ce rôle de footballeur au caractère bien trempé d’une ramena Kitano, Tsui Hark dans nos
petite ville de province. Mais Annaud a su se montrer aussi insistant que persuasif. pages. Et John Woo. Mélancolique,
Et après l’échec de La Victoire en chantant, pourtant oscarisé, il connaît le premier lyrique et violent, The Killer reste son
d’une longue série de succès publics. u THIERRY CHEZE film essentiel. u GG

Octobre 2019 49

P046-051_PREMIEREHS10-263-230.indd 49 19/09/19 10:41


2006
The Queen

FILM4 - KILLER FILMS - NUMBER 9 FILMS / SONY - BONA FILM GROUP - FILM4 - THE INK FACTORY - MARC PLATT PROD. - STUDIO 8 - TRISTAR / MIRAMAX - A BAND APART / HOLLYWOOD PICTURES / DR / ÊRENAISSANCE PICTURES / EFTI / J.C. LOTHER - WHY NOT PRODUCTIONS / NOUVELLES EDITIONS DU FILM / PATHE /
DE STEPHEN FREARS 1990 2015
« En Angleterre, la monarchie reste
taboue. Allez savoir… Peut-être Milou en mai Trois Souvenirs
serai-je pendu demain? », nous
déclarait Stephen Frears, lors de la
DE LOUIS MALLE
Premier rôle au cinéma de Valérie
de ma jeunesse
sortie de The Queen. Son portrait D’ARNAUD DESPLECHIN
Lemercier et ultime apparition de
de la reine au moment de la mort
Bruno Carette, « cette comédie de Avec ce prequel de Comment je me suis
de Lady Di a offert à Helen Mirren
mœurs enlevée est un bonheur. Et le disputé, Desplechin – pourtant recalé
l’Oscar de la meilleure actrice. u SB
talent de Malle est d’avoir su faire de la compétition cannoise pour la
partager le sien », salue notre critique première fois – confirme son génie de
emballé par la « magistrale humanité la direction d’acteurs en révélant une
chaleureuse de Piccoli ». u TC bande de néophytes incroyables. u TC

2009
Morse
DE TOMAS ALFREDSON 1983 1996
Aussi glacial qu’exaltant, Morse ranime
le genre vampirique sans aucun Evil Dead Rock
dédain, en se focalisant sur la love DE SAM RAIMI DE MICHAEL BAY
story entre deux gamins. « Croyez- Été 96. Les blockbusters débarquent
nous quand on vous dit que l’on a « L’intérêt premier d’Evil Dead – et le
seul – c’est qu’il a été réalisé par un dans les salles françaises. Le dossier
rarement entendu le pouls de vampires du magazine évoque Twister, Mission :
battre aussi fort. Mordez suédois », jeune Américain de 21 ans, Samuel
Raimi. Ça excuse beaucoup de choses, Impossible, ID4 et… Rock, réalisé par
conseillait-on. u FL un cinéaste qualifié de pubard. Le film
et on comprend mieux la naïveté,
la grandiloquence et le manque est devenu un mini classique, et Bay
de maîtrise. » Tout le monde peut se un artificier en chef qui divise et
tromper. u GG passionne. u GG

2003 2017
2016
Kill Bill volume 1 Un jour dans la vie Carol
DE QUENTIN TARANTINO de Billy Lynn D’ANG LEE DE TODD HAYNES
« Viens prendre ta claque chez Sorti en catimini début 2017, le film Première salue « un aboutissement
Tarantino », s’amuse la couv rouge sera analysé et réévalué dans notre esthétique » mais regrette
sang de Première, pour célébrer le numéro d’été pour la sortie vidéo. « l’incapacité de Haynes à passer du
come-back de QT, six longues années Notre journaliste revient sur le destin sublime à l’intime ». Ça se discute…
après Jackie Brown. Mais les six mois contrarié d’un film, appelé, de par sa La composition sublime des deux
passés à attendre le volume 2 vont nature technique novatrice, à ne interprètes de cette histoire d’amour
sembler plus interminables encore… jamais être diffusé en 120 images/ déchirante – Cate Blanchett et Rooney
u FF seconde. u CN Mara – non. u TC

50 Octobre 2019

P046-051_PREMIEREHS10-263-230.indd 50 19/09/19 10:41


1987
Full Metal Jacket
DE STANLEY KUBRICK
On a écrit des pages et des pages sur Full Metal
Jacket. Mais plus de trente ans après, il faut imaginer la stu-
peur et l’excitation des journalistes de l’époque. Découvrir
un nouveau Kubrick ? Après sept ans de silence ? Et surtout
pour un drôle de film, labyrinthique, mystérieux, dense et
touffu comme la jungle ? Malgré les apparences, Full Metal
Jacket n’était pas un viet movie de plus. Ce n’était pas non
plus le film définitif sur le Vietnam que certains fantasmaient.
Comme si Kubrick, grand mégalo devant l’éternel, avait voulu
signifier à Coppola, Cimino et Stone que c’était lui le taulier ! avait réussi à l’époque l’impossible : s’entretenir avec Kubrick.
Non : en refaisant un vrai film de guerre trente ans après Les Longuement. Il avait fallu plus d’un an à Michelle Halberstadt
Sentiers de la gloire, il ne faisait que creuser un peu plus le pour décrocher cette interview à Pinewood, dans une salle
thème principal qui parcourait sa filmo : qu’est-ce qu’un pro- de conférence anonyme. On imagine son excitation, mais
cessus de déshumanisation ? Comment la machine de mort elle décrit surtout l’angoisse à l’idée de rencontrer l’homme-
qui sommeille sous le vernis de la civilisation se remet-elle cinéma (« Comment interviewe-t-on Kubrick ? » « Des pas
en marche ? On connaît aujourd’hui la structure du film par dans le couloir. Que dois-je faire ? Me lever ? M’asseoir ? »)
cœur : une première partie au point de vue quasi documen- et l’anxiété de se retrouver face au sphinx. L’interview du-
taire qui montre de manière clinique l’entraînement des futurs rera trois heures. Il sera beaucoup question du film, de sa mé-
Marines. La tonte des cheveux, la perte d’identité, les injures thode, mais aussi de sa vie. Dans cette interview collector qui
du sergent instructeur : l’individu écrasé au profit du groupe. reste l’un des sommets du journalisme Première, Halberstadt
C’est avec « Baleine », le plus faible, que le traitement marche aura réussi à percer quelques mystères de Full Metal Jacket,
le mieux et, à la fin du mécanisme d’annihilation, son regard mais elle aura également réussi à laisser apparaître l’homme
PROD DB © NATANT - WARNER BROS / DR

est le même que celui de Nicholson dans Shining. Et puis le derrière le mythe. « La légende avait tout faux, comme d’ha-
Vietnam. Trois palmiers, un hélico et le tour est joué. Ce n’est bitude, et en plus, elle oubliait l’essentiel : l’ermite Kubrick
pas la jungle mais un univers de ruines et de gravats. Et pro- n’existe pas. Mais Kubrick, le cinéaste, amoureux de son mé-
gressivement, le chaos s’installe ; les travellings au cordeau tier, curieux de tout, avide de connaissance et doté de la plus
se transforment en zigzags déréglés. Au bout de la peur, la totale des courtoisies, ce Kubrick-là, je l’ai rencontré : c’est
rencontre de l’Autre, la femme et l’ennemi. Et une chanson un homme remarquable... » Un conseil personnel : relisez ce
de Mickey. C’était évidemment un événement. Et Première texte. C’est une tuerie. u GAËL GOLHEN

Octobre 2019 51

P046-051_PREMIEREHS10-263-230.indd 51 19/09/19 10:41


2015
Vice-versa
DE PETE DOCTER
Pixar dans toute sa splendeur.
1991 Un film d’une infinie poésie et d’une
Akira DE KATSUHIRO ÔTOMO intelligence folle. Première a pris
« une claque émotionnelle et
Dystopie cyberpunk nihiliste dans un conceptuelle » avec cette ode à
Tokyo futuriste, rarement un film l’humanité tellement originale. C’était
d’animation aura placé la barre aussi aussi « le plus beau film sur le
haut, s’imposant comme une matrice passage à l’adolescence qu’on n’ait
éternelle du cinéma d’anticipation. jamais vu ». u CM
Quid de l’hypothétique remake dans
les tuyaux signé Taika Waititi ? u FR
1987
La Mouche
DE DAVID CRONENBERG
Première avait le Baygon pour
La Mouche et publiait un focus
consacré à David Cronenberg,
immense cinéaste de la matière orga- 1985
nique alors à son zénith (il venait d’en-
2004 chaîner Scanners, Videodrome et The Sans toit ni loi
Memories of Murder Dead Zone). Mais notre critique mettait
étrangement sous le tapis le conte moral
D’AGNÈS VARDA
DE BONG JOON-HO ainsi que les questionnements autour de Ça aurait pu être l’effrontée Charlotte

COLUMBIA / DR / COLUMBIA PICTURES / BROOKSFILMS / C. NIESZAWER - LES FILMS DE PIERRE / CJ ENTERTAINMENT - SIDUS PICTURES /NAKAMURA PRODUCTION /
Gainsbourg en couverture du numéro
Dans la campagne de la Corée du la dégradation du corps et de la bestia-
de décembre 1985. C’est finalement
Sud, un tueur s’en prend aux femmes lité de l’être humain. Autant de thèmes l’écorchée Sandrine Bonnaire qui fut
les nuits de pluie. Deux enquêteurs fascinants qui se planquaient derrière choisie, en hommage à Mona, cette
sont mis sur le coup pour l’arrêter. cette histoire de scientifique fusionnant vagabonde fière et indépendante
Jusqu’à sa dernière image, crève- avec une mouche. On préférait alors ré- qu’elle incarne dans le chef-d’œuvre
cœur, ce polar balade le spectateur sumer le film comme « La Belle et la d’Agnès Varda. u CN
impuissant face aux atrocités de
Bête à l’envers  » et se concentrer sur
l’âme humaine.u FR
l’horreur et les images « terrifiantes ».
En fin de papier, nous chantions tout de
même les louanges de Jeff Goldblum,
découvert quatre ans plus tôt dans Les
Copains d’abord de Lawrence Kasdan,
qui prouvait ici sa capacité à « être beau
à faire peur et sincère dans toutes les si-
tuations, même les plus déroutantes ».
Là-dessus, l’avenir allait nous donner
2017
raison. u FRANÇOIS LÉGER 1984
120 battements par S.O.S. Fantômes
D’IVAN REITMAN
minute DE ROBIN CAMPILLO Première n’avait pas prédit
« 120 Battements par minute, la vraie le phénomène de pop culture que
Palme d’or ? », s’interrogeait-on en deviendrait S.O.S. Fantômes, mais
couverture, en juillet-août 2017. Nous nous parlions de la « meilleure
étions un peu de mauvaise foi car nous comédie de l’année » et d’un « humour
le préférions 120 fois à The Square qui moderne, efficace ». Bill Murray était,
remporta la récompense suprême lui, qualifié de « révélation
cette année-là. u CN sexy-comique ». Quel homme. u FL

52 Octobre 2019

P052-055_PREMIEREHS10-229-207.indd 52 19/09/19 11:04


1985 1998 1980
Subway DE LUC BESSON Funny Games Le Roi et l’Oiseau
Un mois après que Besson se soit DE MICHAEL HANEKE DE PAUL GRIMAULT
livré sur les coulisses de ce film Où Wenders en compet à Cannes avec Pour une raison qui nous échappe, le
qui va le propulser au firmament son The End of Violence se justifie chef-d’œuvre de Paul Grimault, ne fut
de la notoriété, Marc Esposito en loue d’être sorti pendant la projo du film pas traité dans Première. Tout juste
la nouveauté et parie que ce jeune autrichien : « Quand j’ai fait un Jean-Pierre Lavoignat y fit-il allusion
homme de 26 ans « ne devrait pas cauchemar, je me lève parce que je au détour d’une page : « On vient de
tarder à nous donner de vrais grands sais que si je me rendors, je vais voir, avec grand plaisir, Le Roi et
films ». u TC retomber dans le cauchemar. » u TB l’Oiseau. » Maigre. u CN

2010
I love you Philip
Morris
DE GLENN FICARRA & JOHN REQUA
FILMS CHRISTIAN FECHNER / DR ARGUS FILM PROD. / ZENTROPA / EUROPA CORP. - MAD CHANCE / WEGA FILM / GAUMONT - FILMS DU LOUP / PROD / FILMS GIBŽ /

Inspirée de la vie dingue de Steven


Russell (arnaqueur et professionnel
de l’évasion), une love story entre
mélodrame et comédie hilarante.
Dans notre critique quatre étoiles,
on louait la « force romanesque
d’un récit qui justifie les actes les plus
désespérés du héros ». u FL

1984
Marche à l’ombre DE MICHEL BLANC
1996 « La belle équipe », tel est le titre du portrait que Jean-Pierre Lavoignat
consacre au tandem Blanc-Lanvin à l’occasion de ce qui deviendra le
Breaking the Waves plus gros succès de l’année (6,1 millions d’entrées) devant Les Ripoux,
Indiana Jones et le temple maudit et Amadeus ! Et si, ce mois-là, la page du
DE LARS VON TRIER
film « coup de foudre» est réservée à Greystoke, Marc Esposito écrit son bonheur
En s’aventurant chez Dreyer, en y devant la découverte du premier long métrage réalisé par Michel Blanc. Du début
mêlant la perversité de Buñuel
(« Dès les premières images, on est frappé par un fait tout bête mais très inhabituel
et les couleurs du mélo hollywoodien,
Lars von Trier réussissait à fondre dans une comédie qu’elle soit française ou américaine : c’est beau ») à la fin (« On sort
miracle et mirage, cinéma de la de là avec l’envie d’embrasser Michel Blanc et Gérard Lanvin sur les deux joues »).
révélation et de la cruauté et signait Dans l’interview qui accompagne cette critique enthousiaste, Blanc annonce qu’il
son chef-d’œuvre. On allait désormais n’en restera pas là. Il mettra pourtant dix ans avant de s’y remettre avec Grosse
suivre sa route sinueuse... u GG Fatigue, qui repartira de Cannes avec un prix du Scénario. u THIERRY CHEZE

Octobre 2019 53

P052-055_PREMIEREHS10-229-207.indd 53 19/09/19 14:40


1977 1979
2000
Le Juge Fayard dit Le Tambour
Man on the Moon le shériff D’YVES BOISSET DE VOLKER SCHLONDÖRFF
DE MILOS FORMAN Première ne serait pas Première sans « Cette fresque ample constitue une
Jim (Carrey) est Andy (Kaufman), Dewaere, vrai compagnon de route. étape cinématographique prioritaire
comique cintré et génie dadaïste, dans Il n’a pas encore la couv du numéro 3 de cet automne », écrivait-on face
ce film-vertige définitif sur l’empire (c’est Delon), mais six pages à cette brillante adaptation du best-
du faux et la société du spectacle. d’interview où il évoque ses passions seller de Günter Grass, Palme d’or
Dans Première, Milos Forman révèle et ce thriller nerveux, signé Boisset, 1979, qui suit la montée du nazisme
le nom de ses jumeaux, nés pendant qui fait le portrait d’un juge idéaliste. à travers le regard d’un enfant
le tournage : Jim et Andy… u FF Il y est magistral. u GG refusant de grandir. u SB

2008

S. LAVERDIERE - METAFILMS / ALPILLES - AMIGO - CHRISTIAN FECHNER / RED HOUR FILMS - DREAMWORKS SKG - PROD DB © UNIVERSAL / ACTION FILMS / JADRAN - ARGOS - BIOSKOP - FILM POLSKI
Tonnerre sous les
tropiques DE BEN STILLER
On l’a souvent réduit à une parodie
de films sur le Vietnam, mais le film
de Ben Stiller est une immense
comédie qui étrille tout le système
hollywoodien. « Certaines séquences
recèlent une vraie cruauté qui va
au-delà de la provocation pure
r
www.premiere.f

3,50 € N o 452 – OCTOBr


e 2014

et simple », notait Première. u FL


Sam ba
Com mentieux
faireucmhables
qu’Into
tt
Brad Pi
en
repart
guerre

oire
L’ hiestde s Emma
secrèt ar Stone
Star W Pierce
nan
Brosbert
Ro Jr.
ey
Down bert
vs Ro vall
Du
Sigo urney
Wea ver e
racont
Alien
la saga
ux ionnel
ambitie
obsesiss

2014
queoi
narcisrquxavier
poure
on ado

Mommy DE XAVIER DOLAN


M 02902 - 452 - F:
3,50 E - RD

3’3’::HHIKMTA=W
IKMTA=WUXZU^:
UXZU^:??a@a@ee@@pp@@cc@@kk";";

1989 « On pourra toujours trouver un talent d’imposteur à Dolan mais pas la
moindre trace d’originalité dans cette compilation poseuse et affectée. »
Mes meilleurs En 2011, Alex Masson passe au lance-flammes J’ai tué ma mère, le premier long
copains DE JEAN-MARIE POIRÉ du Québécois qui avait pourtant provoqué une grosse frénésie à la Quinzaine des
réalisateurs. « À 20 ans, on a encore l’âge de retourner faire ses devoirs. » Gros re-
L’un des gros échecs du réalisateur
virement en 2010 avec Les Amours imaginaires (salué par trois étoiles et un « Ce
des Visiteurs est aussi son plus beau
film. Une comédie tendre et ironique
cinéma n’est pas jeune, il EST la jeunesse »), puis Laurence Anyways. Jusqu’à ce
sur la nostalgie de l’après-68. « Le Mommy qui nous emballe, tout comme Cannes. « On sort de la salle en lambeaux
portrait d’une génération qui a hurlé mais contents, convaincus que si la mélancolie est un doux mélange de joie et de
“No rain, no rain” à Woodstock et s’est tristesse, alors oui, Mommy rend heureux. » Il rate son rêve de devenir le plus jeune
pris un énorme orage sur la gueule », palmé de l’histoire, mais livre un discours resté dans les mémoires. Ses films sui-
résume Christian Clavier. u TC vants ont divisé. Mais c’est là son talent : ne jamais laisser indifférent. u THIERRY CHEZE

54 Octobre 2019

P052-055_PREMIEREHS10-229-207.indd 54 19/09/19 11:05


2018
L’Île aux chiens DE WES ANDERSON
C’est ce qu’on appelle un retour de flamme. La critique de Robert Aldrich incarnés par les canidés tragiques de The
du deuxième long métrage d’animation de Wes Anderson Plague Dogs, mais version kawai et en 3D, et mis en relief par
s’ouvre en effet par un aveu : « Toutes brillantes soient-elles, les profondeurs de champ d’Akira Kurosawa dans un Japon
les maisons de poupées “mélancomiques” de ce cinéaste ne rétrofuturiste et bilingue. » Bref, à nos yeux, Wes Anderson
nous surprennent plus vraiment depuis Fantastic Mr. Fox. » donne un coup de guidon décisif qui réveille son cinéma.
Puis précise sa pensée quelques lignes plus tard : « Ce ciné- Alors forcément on a eu envie de renouer la discussion avec
ma-là, aussi plastiquement virtuose soit-il, sentait le renfermé. le « plus dandy des Robinson Crusoé ». Et celui-ci nous reçoit
Son inventivité formelle s’étalait dans un romanesque sous dans ses bureaux parisiens de Montparnasse, où il explique
cloche, presque aseptisé, telle une fleur exotique cultivée en que malgré sa maniaquerie de l’organisation, « il y a toujours
serre. » Soit « les signes avant-coureurs d’une décadence ar- une part de chaos quand il travaille ». Et décrit l’écosystème
20TH CENTURY FOX - AMERICAN EMPIRICAL PICTURES - INDIAN PAINTBRUSH - SCOTT RUDIN PRODUCTIONS - STUDIO BABELSBERG © TRISTAR / DR

tistique à la Tim Burton ». Et puis L’Île aux chiens est arrivé. de ses productions, toujours en marge de Hollywood. On at-
Récompensé de l’Ours d’argent à Berlin, on s’emballe pour tend donc avec une impatience retrouvée son nouveau film,
ce retour gagnant à la stop motion, cette fable d’anticipation The French Dispatch, tourné une fois encore bien loin de L.A,
MGM - GOLDCREST FILMS LTD / DR WARNER BROS. - LEGO SYSTEMS A/S - DON BLUTH PRODUCTIONS - DREAMWORKS STUDIOS

canine en terre nippone. « Imaginez Les Douze Salopards à Angoulême. u THIERRY CHEZE

1985 1982 2014


Birdy Pink Floyd – The Wall La Grande Aventure
D’ALAN PARKER
Le cinéaste disait à l’époque, dans nos
D’ALAN PARKER
« Vous aurez l’impression de vous
LEGO DE PHIL LORD &
colonnes, que Matthew Modine et faire passer sur le corps par un train CHRISTOPHER MILLER
Nicolas Cage étaient proches de leurs pendant une heure et demie », nous Pas vu dans les temps pour le
personnages. Deux vétérans du déclarait Alan Parker. Ressortie magazine papier, on se rattrape sur
Vietnam abîmés par la guerre, au groggy de la projection cannoise, la le site et on s’emballe pour « ce film
cœur d’un « film magnifique, de ceux rédaction a eu le coup de foudre pour pour enfants entre Toy Story, Matrix
dont on a envie qu’ils soient vus par cet ovni qui épouse l’album iconique et Guy Debord. » Rien que ça ? Oui
tout le monde », saluait Première. u CM de Pink Floyd. u SB et on persiste et signe. u TC

Octobre 2019 55

P052-055_PREMIEREHS10-229-207.indd 55 19/09/19 11:10


1982 1983
2018
Mad Max L’Été meurtrier Under the Silver
DE GEORGE MILLER DE JEAN BECKER
Le western futuriste sort du À sa date de sortie originelle retardée Lake DE DAVID ROBERT MITCHELL
purgatoire où la censure le faisait ensuite par sa sélection cannoise, Incompréhensiblement boudé par la
croupir depuis deux ans pour Lavoignat s’enflamme pour Isabelle critique américaine à sa projection
« apologie de la violence ». « Bonne Adjani, « la force d’un film… dont cannoise, nous avons encensé le film :
nouvelle » crie-t-on dans nos l’histoire ressemble parfois à « Encore un LA noir ? Non, mieux que
colonnes où le cuir ne fait pas peur. un roman de gare ». Un mois après, ça : le dernier des LA noir. David R.
« Vous allez voir : ça, c’est du cinéma. Esposito corrige : « Un film Mitchell entend enterrer le genre dans
Le reste n’est que tartuferie. » u TB magnifique. » Sans réserve. u TC un film mausolée enivrant. » u FL

UNIVERSAL - AMBLIN/ FILMS PELLEAS - GLEM PRODUCTION / HUNTING LANE FILMS - SILVERWOOD FILMS / ARTISAN / CINEMA 86 / HEMDALE FILM CORP. / GOOD FEAR FILM + MANAGEMENT - MICHAEL DE LUCA SNC / CROSSROADS /
1982 2001
1987
Tout feu tout flamme Requiem for a
Platoon D’OLIVER STONE DE JEAN-PAUL RAPPENEAU Dream DE DARREN ARONOFSKY
C’est le coup de foudre d’un mois qui Yves Montand, papa fanfaron, On a toujours cherché à sentir le pouls
affiche pourtant les yeux de Newman. et Isabelle Adjani, polytechnicienne de notre époque. On a parfois été à
Ceux de Tom Berenger sont en double pète-sec. Le film auquel a été côté de la plaque, mais souvent pile où
page à l’intérieur. L’article prévient : biberonnée toute une génération il fallait. Défendre Requiem, c’était
« Attention ceci n’est pas un épisode de cinéastes français, de Pierre défendre le choc majeur de 2001, le
de plus sur le Vietnam. » Et pour Salvadori à Valérie Donzelli. sommet d’une esthétique clippesque
cause, Stone était dans le bourbier ! Des vannes, du drame, du rythme, et sensorielle qui avait su ne pas
u TB des stars : tout ce qu’on aime. u FF laisser tomber ses personnages. u GG

2011 1995 1994


Blue Valentine Les Apprentis La Liste de Schindler
DE DEREK CIANFRANCE DE PIERRE SALVADORI DE STEVEN SPIELBERG
La vie et la mort d’un couple raconté Deux ans après l’attachant Cible Loin des dinos et des extraterrestres,
avec une majesté romanesque rare. émouvante et avant Hors de prix et Spielberg signe un biopic bouleversant.
Où, face à un Ryan Gosling déchirant, En liberté !, Pierre Salvadori confirme « Un film coup de poing, au réalisme
Michelle Williams, l’ado révélée qu’il est une voix singulière qui glaçant inspiré de Shoah de Claude
par Dawson, complète av+ec superbe compte dans le petit monde de la Lanzmann, notamment pour l’emploi
une métamorphose entamée par Le comédie française. Et permet à d’un noir et blanc intemporel. » Le seul
Secret de Brokeback Mountain, Wendy Guillaume Depardieu de décrocher Oscar du meilleur film glané par le
& Lucy et Shutter Island. u TC son seul César. u TC cinéaste. u CM

56 Octobre 2019

P056-059_PREMIEREHS10-206-184.indd 56 19/09/19 11:20


1977
Rocky DE JOHN G. AVILDSEN
Le bébé de Sylvester Stallone, le miroir de son pour voir le film, « dans un cinéma de Broadway, près de la
propre rêve américain, celui d’un pauvre gars 42e rue ». Il ne verra pas la fin, avouant carrément dans son
venu de nulle part et qui finira sur le toit du monde. article avoir « quitté la salle au moment où la Bête s’entraîne
Après avoir cachetonné pendant quelques années, apparais- contre un bœuf sanguinolent ». Non, Rocky n’était pas dans
COLUMBIA / AMBLIN - PARAMOUNT - DREAMWORKS / COLUMBIA / DR

sant dans un Kojak et payant même son loyer avec un film nos petits papiers, au jour de sa sortie, puisqu’on le décri-
érotique devenu mythique, l’acteur se mue en scénariste et vait ainsi : « Cette histoire de boxeur ringard pèse quinze
écrit sa propre légende, au soir d’un combat épique entre tonnes. Sylvester Stallone, auteur et interprète du film, res-
Mohamed Ali et Chuck Wepner... Un an plus tard, il réussit semble à Paul McCartney qui, se voyant grossir, aurait dé-
à donner vie à son Rocky, filmé en 28 jours avec un budget cidé de faire du culturisme... Je partais pourtant avec un bon
ne dépassant même pas le million de dollars. La suite est préjugé, impressionné par ses dix citations aux Oscars... »
dans les livres d’histoire du 7e art. Un conte de fées made in L’académie aura visiblement eu plus de nez, puisqu’elle
USA que Hollywood adore... mais nettement moins que le offrira trois statuettes à Sly (dont celle du meilleur film).
critique de Première à l’époque. Jean-Pierre Frimbois, qui Rocky n’a d’ailleurs toujours pas raccroché ses gants, qua-
venait tout juste de fonder le magazine, était à New York rante ans plus tard, après sept suites ! u CHARLES MARTIN

1998
1998
Il faut sauver
1983 le soldat Ryan Bienvenue à
DE STEVEN SPIELBERG Gattaca D’ANDREW NICCOL
Tootsie DE SYDNEY POLLACK En couverture, le général Spielberg Une magnifique ode de science-fiction
Un acteur au chômage se fait s’apprête à lancer ses GI dans l’enfer sur la société de demain, sans les
comédienne pour décrocher un rôle de Normandie. Le cinéma de guerre effets spéciaux « inhérents à un genre
dans une sitcom. « Plus qu’un superbe (et la vision même de la guerre) va en proie à la surenchère », écrivait
film, plus qu’une excellente comédie, changer à jamais. L’œuvre du Christophe Carrière dans nos
Tootsie est une leçon. » Dustin réalisateur aussi. « En fait, la majeure colonnes, parlant d’un film « bleu
Hoffman, le perfectionniste, est enfin partie de ma carrière tend vers Ryan », comme l’enfer, froid comme la mort,
porté aux nues. u SB souligne Steven. u SP mais pas chiant comme la pluie ». u CM

Octobre 2019 57

P056-059_PREMIEREHS10-206-184.indd 57 19/09/19 11:20


1981
L’Homme de fer
D’ANDRZEJ WAJDA
Wajda pratiquait un cinéma fiévreux,
qui voulait tout embrasser : la 1984
politique, l’illusion, le romantisme
slave et le patriotisme blessé. Tourné Scarface DE BRIAN DE PALMA
dans les conditions du cinéma direct
C’est l’un des films de gangsters les plus emblématiques. Une
en plein milieu des grèves de Gdansk,
ce film condense tout cela. Résultat :
œuvre baroque, souvent ultraviolente, parfois kitsch, qui a survécu à l’éro-
une Palme et un dossier Première. u GG sion du temps. Parodié jusqu’à plus soif, cité à foison, Scarface, remake im-
périal et cubano du classique de Howard Hawks, était passé au crible dans
Première n° 84. On y apprenait notamment qu’Al Pacino est un acteur dis-
cret, voire silencieux hors plateau. Belle ironie lorsque l’on connaît sa per-
formance dans le costard à 7 000 $ de Tony Montana : la définition même de
l’outrance jusqu’à l’auto-parodie. Scarface dépeint le faste des années disco
et coco, pattes d’eph et MAC-10, notamment dans sa séquence où Tony et
ses hommes brassent les billets sur le tubesque Push it to the limit. Le rêve
américain à l’état pur, ascenseur social vers un empire éphémère car « le
ciel est la limite ». En un peu plus de trois minutes, le film, lui, entre dans la
légende. u FRANÇOIS RIEUX
1999
Eyes Wide Shut
DE STANLEY KUBRICK
Ah, l’été 99… Ce délicieux compte à
rebours avant la sortie du nouveau
Kubrick. Un gros dossier de Première,
« Mister K. », à lire sur la plage pour
patienter. Puis le film : un labyrinthe.
Vingt ans après, on continue de
l’arpenter, les yeux grands fermés. u FF

2008
No Country for Old Men D’ETHAN & JOEL COEN
UNIVERSAL / D. MCFADDEN - BLUMHOUSE PRODUCTIONS - BOLD FILMS - / WARNER/

2014 « Do you know Mireille Mathieu ? » demande vaillamment Stéphanie


Lamome à Javier Bardem dans le n° 372, rapport à la coupe au bol gro-
Whiplash tesque d’Anton Chigurh, le Terminator texan du néo-western des frères
HOBBY FILMS/POLE STAR / FILM POLSKY FILM AGENCY / DR

Coen. « Mireille qui ? », rigole l’acteur ibère. En Espagne, on me cite sou-


DE DAMIEN CHAZELLE
vent Mafalda ! » Il théorise ensuite sur son récent passage chez le coiffeur :
« Un grand film sur la filiation « Cette coupe est à l’image du personnage : structurée, méthodique à
contrariée et la transmission. »
faire peur, pas un cheveu qui dépasse. » Quelques pages plus loin, Gérard
Première succombe avec gourmandise
à la Chazellemania née à Sundance
Delorme, lui, jubile : « Fidèle au livre et à eux-mêmes, les Coen réalisent leur
puis passée par Cannes et Deauville film le plus sobre et le plus maîtrisé. (…) L’humour noir, dosé avec parcimo-
avant de terminer son épopée nie, sert beaucoup plus de révélateur que d’expédient frivole. Lorsqu’on rit,
aux Oscars avec notamment J. K. on se demande pourquoi aussitôt après. Plus le film avance et plus on réalise,
Simmons. La « naissance » d’un avec Tommy Lee Jones, que quelque chose d’incroyablement ténébreux est
phénomène. u TC en train de nous submerger. Bienvenue en enfer ! » u FRÉDÉRIC FOUBERT

58 Octobre 2019

P056-059_PREMIEREHS10-206-184.indd 58 19/09/19 11:20


1995
GoldenEye
DE MARTIN CAMPBELL
Le premier James Bond post-guerre
froide marque le retour de 007 après
six ans d’absence, avec un nouveau
visage, celui de Pierce Brosnan. Mais
il fait surtout « rentrer l’agent
britannique dans les années 90 »,
c’est-à-dire le cinéma moderne, nous
confiait la productrice à l’époque. u CM 1995
Usual Suspects DE BRYAN SINGER
La révélation de Keyser Söze est sans aucun doute l’un des grands
moments du 7e art. Mais on n’en dira pas trop car, comme on le conseillait
au moment de la sortie, mieux vaut « se coudre la bouche », pour éviter de
gâcher le film. Un piège haletant qui se referme sur nous au moment de « la
scène du dénouement, qui n’est pas sans rappeler les meilleurs De Palma ».
Car le scénario de Christopher McQuarrie, pas encore aux commandes de la
franchise Mission : Impossible, est une merveille de thriller. « Un ébourif-
2006
fant Cluedo grandeur nature », dans lequel « contrairement à Colombo, ici,
on ne sait rien d’entrée de jeu », s’amusait le magazine. Ce jeu de piste nous
Le Secret de perd, nous embrouille et finit par nous mettre sur le cul, grâce à une évidente
« virtuosité narrative », boostée par « la maîtrise dont fait preuve ce jeune
Brokeback réalisateur »... un certain Bryan Singer. u CHARLES MARTIN

Mountain D’ANG LEE


Stéphanie Lamome prévient
d’emblée. Cette love story impossible
transcende la question de
l’homosexualité pour donner
naissance à un mélo inoubliable
adapté d’une nouvelle d’Annie Proulx,
RENN PRODUCTIONS / BLUE PARROT - POLYGRAM - ROSCO FILMS /EMBASSY PICTURES / PARAMOUNT PICTURES / EON - DANJAQ/ MIRAMAX FILMS / DR

que Gus van Sant avait dû renoncer à


réaliser en 1999, faute de comédiens
bankables intéressés ! u TC

1983
Tchao Pantin DE CLAUDE BERRI
« L’année cinéma 1983 s’achève sur une sacrée surprise » écrit
1994 Marc Esposito. Double dans son cas. D’abord celle de Claude Berri dont
il avoue « qu’il ne savait plus quoi penser comme metteur en scène entre le
Philadelphia lumineux Je vous aime et la bluette insipide Le Maître d’école », mais qui
signe là « son film le plus personnel », bien qu’adapté du roman d’Alain Page.
DE JONATHAN DEMME
Et puis celle de Coluche « qui lève le masque sur un aspect de sa personna-
Schisme au sein de la rédaction ! lité qu’il avait soigneusement caché jusqu’alors : ses ambitions d’acteur ».
Les uns vantent « un mélodrame
Coluche à qui Berri a offert en 1981 un contrat alors mirobolant de 8 millions
classique doublé d’une démonstration
convaincante sur un sujet encore de francs pour quatre films « alors que tout le métier criait au fou » ! Coluche
largement ignoré ou tabou ». Les qui, écrit Martine Mariconi dans le même numéro, « rend au centuple sa
autres : « Vite exaspérant ! Très roué pièce à Raimu ». Coluche qui décrochera le César du meilleur acteur et fera
sur la forme, Demme tente un film à rentrer dans le langage commun l’expression « faire son Tchao Pantin » dès
émotion obligatoire. » u TB lors qu’un comique s’essaie au drame. u THIERRY CHEZE

Octobre 2019 59

P056-059_PREMIEREHS10-206-184.indd 59 19/09/19 16:32


1979
1981
Superman
Les Uns et les autres DE RICHARD DONNER
DE CLAUDE LELOUCH Signe des temps,
Claude Lelouch signe un film-somme entre une couv avec
qui suit le destin d’artistes de 1940 à un Warren Beatty per-
1980. Descendu par les uns, adoré par manenté pour la sortie du
les autres. « Ce qui compte, tranche Ciel peut attendre et celle de
Première, c’est l’aptitude de Lelouch Catherine Deneuve à la cheve-
à nous émouvoir, avec des images lure tout aussi épaisse pour l’ou-
et seulement avec elles. » u SB blié Écoute voir, surgit Superman. Le
poing levé, en collants et une petite bouclette
faussement rebelle sur le front, Christopher
Reeves enterre tout doucement les seventies.
Les années 80, bientôt reaganiennes, gorgées
de fric et d’excès, arrivent. Sur ladite couver-
ture, Superman est carrément vendu comme
« le film du siècle ». À l’intérieur, la rédac-
tion est autant éblouie qu’inquiète face à ce
qui s’annonce comme une reconfiguration
2009 des règles hollywoodiennes. D’autant que
des représentants d’un certain âge d’or ont
(500) jours ensemble été obligés de se déguiser : Marlon Brando,
Glenn Ford, Terence Stamp et Gene Hack-
DE MARC WEBB
man. En juin 2017, nous classions le film
Les 500 jours d’une love story qui va de Richard Donner troisième meilleur
forcément mal finir. Le sleeper
film de superhéros de tous les temps.
américain de 2009 fut cette comédie
u THOMAS BAUREZ
romantique indé écrite au cordeau et
portée par l’alchimie du duo Joseph
Gordon- Levitt/ Zooey Deschanel
craquant à souhait. La France est
passée à côté. Tant pis pour elle. u TC

2017

1980 LUCASFILM / SALKIND-DC COMICS / FACES / FOX SEARCHLIGHT /PICTURES / FILMS 13 / DR

L’Empire contre-attaque D’IRVIN KERSHNER


Star Wars Le moins que l’on puisse dire, c’est que Première a été visionnaire
– Les Derniers Jedi sur ce coup. Alors que le deuxième opus de la « galaxie très très lointaine »
de George Lucas venait tout juste de sortir en salles, on annonçait : « Épi-
DE RIAN JOHNSON sode 5 ? C’est ce qu’indique le générique de cette nouvelle Guerre des étoiles.
Une couverture et un entretien avec Mark En effet, le premier Star Wars était l’Épisode 4 et l’Épisode 6 sera tourné
Hamill. Si les récents Star Wars avaient dans dix-huit mois. Puis, George Lucas mettra en chantier l’Épisode 1, 2 et
laissé les spectateurs divisés, pour 3 de la série où nous verrons Luke enfant. Ensuite, ce sera au tour des Épi-
Les Derniers Jedi ce fut une bataille sodes 7, 8 et 9. Les derniers. Ouf ! Parti comme il est, George Lucas en a au
rangée. Notre critique, sur le site, avait
moins pour vingt ans ! » Quarante ans en fait, puisque la saga se poursuit
clairement choisi son camp : « Dans
des dizaines d’années, on se dira que
cette année. Mais aujourd’hui encore, c’est bien cet Empire contre-attaque
Les Derniers Jedi était peut-être le plus qui est régulièrement cité comme le meilleur volet de la franchise. « Un film
grand des Star Wars. » u GG qui vit et respire mieux que le premier, avec une alternance de temps forts et
de moments de réflexion... », analysait le magazine. u CHARLES MARTIN

60 Octobre 2019

P060-063_PREMIEREHS10-183-162.indd 60 19/09/19 11:28


2007
L’Assassinat de 2007
Jesse James par le
lâche Robert Ford SuperGrave
DE GREG MOTTOLA
D’ANDREW DOMINIK « Cru, cul, vulgaire, sincère » Mathieu
Que reste-t-il du mythe américain Carratier résume en quatre mots
après la disparition de ses icônes ? parfaitement choisis cette « version
Première offrait trois étoiles au film pré- pubère d’After Hours » par Greg
d’Andrew Dominik, notant « la Mottola, futur réalisateur du délicieux
succession de plans vertigineux » Adventureland. Un sommet de teen
et évidemment le talent de Brad Pitt movie souvent copié, jamais égalé. u TC
dans l’un « de ses plus beaux rôles
depuis Fight Club ». u FL

1997
Volte/face DE JOHN WOO
Après deux essais américains
–  Chasse à l’homme et Broken
Arrow – difficiles à digérer pour
les fans de The Killer, John Woo 1986
retrouvait enfin la verve de ses
2008 débuts hongkongais avec Volte/ Down by Law
face. Le réalisateur chinois opérait DE JIM JARMUSCH
Wall – E D’ANDREW STANTON un braquage saisissant sur le thriller
d’action US, choisissant d’en démonter
Pour : « À force de filmer de manière
Une heure sans un seul dialogue, dans aussi magique la vie qui consume ses
un film d’animation grand public, c’est toutes les pièces avant de les assembler personnages, Jarmusch nous donne
l’exploit de cette somptueuse à sa sauce, dans une confrontation aussi l’agréable sentiment que le cinéma
symphonie écologique. Du « cinéma improbable que jubilatoire entre un ter- c’est vraiment facile. » Contre : «… Un
pur », écrivait-on, « un équilibre idéal roriste (Nicolas Cage) et un agent de pedigree branchi-brancha qui oblitère
entre l’image, le mouvement et le son la CIA (John Travolta) forcés d’échan- chacune des images. » La balle au
pour un résultat beau, émouvant et ger leurs visages. «  Un film d’action centre. u TB
compréhensible par tous ». u CM qui avance vite et qui donne à deux co-
EDKO - UNITED CHINA VISION - COLUMBIA ASIA / BLACK SNAKES - ISLAND PICTURES / WARNER BROS / WARNER BROS. /

médiens l’occasion d’être superbes, ce


qu’ils sont », assurait dans nos colonnes
Éric Libiot, pour qui Woo s’interro-
geait sur « la frontière entre le juste et
le crime ». Stylisé et plein comme un
œuf (il refuse obstinément le temps
mort), Volte/face est un pur produit
des années 90, flirtant en permanence
avec le ridicule sans jamais s’y vau-
trer. On appelle ça un coup de maître.
2000
1999 u FRANÇOIS LÉGER
Tigre et Dragon
Le Géant de fer D’ANG LEE
Apparue dans les années 80, la
DE BRAD BIRD fascination des cinéphiles occidentaux
Classique absolu (on ne le dira jamais pour le wu xia pian a dû attendre
assez), Le Géant de fer marquait la le succès de Tigre et Dragon pour
naissance d’un immense réalisateur, toucher le grand public. En
cinq ans avant Les Indestructibles : mélangeant les codes hongkongais
« Le résultat est une grande réussite, avec une narration et des moyens
avec un style en parfait accord avec hollywoodiens, Ang Lee signait une
le contenu », résumait-on. u FL merveille et un triomphe. u GG

Octobre 2019 61

P060-063_PREMIEREHS10-183-162.indd 61 19/09/19 11:28


2002: RÊVE, BASTON, ÉMOTION, TOUT CE QU’IL NE FAUT PAS MANQUER
FRANCE MÉTROPOLITAINE 2,90 € / DOM 4,12 € / BELG. 3,22 € / CH 5 FS / A 4,36 € / ALG 225 DA / AND 2,90 € / CDN $ 4,95 / D 3,83 € / ESP 3,01 € / G.-B. 2,60 £ / GR 3,02 € / ITA 3,10 € / LUX 3,22 € / MAR 35 DH / MAY 4,12 € / NL 3,86 € / PORT cont 3,04 € / TOM 900 F CFP / TUN 3 500 DT.

WWW.PREMIERE.FR

LE PREMIER MAGAZINE CINÉMA - JANVIER 2002 - 2,90 €

ASTÉRIX
2002
CÉSAR DU RIRE
CHABAT/JAMEL L’INTERVIEW DÉLIRE

Astérix et Obélix :
PHOTOS LES INÉDITS DU TOURNAGE
jusqu’alors réalisateur du seul Didier, l’homme idéal pour re-
ARDANT, BÉART, DENEUVE, HUPPERT, LEDOYEN…
donner un coup de fouet aux personnages iconiques d’Uderzo
Mission Cléopâtre
8 FEMMES MISES À NU

PHOTO PATRICK SWIRC POUR “PREMIÈRE”


et Goscinny par son humour et sa capacité à s’entourer
D’ALAIN CHABAT d’un aréopage d’acteurs aussi étincelants qu’uniques. Qua-
À voir Jamel Debbouze et Alain Chabat mimer les torze millions de spectateurs plus tard, Berri et Chabat ont
Égyptiens, en costumes noirs assortis, on sent que gagné haut la main leur pari. La première qualité du film, c’est
ces deux-là étaient faits pour s’amuser ensemble. une mécanique bien huilée, une BD (Astérix et Cléopâtre)
Pourtant, la couverture du numéro 299 qui célèbre le nouvel mise à plat et explosée façon puzzle. On résume, pour ceux
Astérix inventé par Chabat a été aussi difficile à réaliser que qui n’auraient pas vu : Astérix, Obélix et Panoramix viennent
les pyramides d’Égypte ! Pour Première, le cinéaste et l’acteur à la rescousse de Numérobis, un architecte égyptien qui a
donnent une interview croisée, ou plutôt un délire croisé où promis à Cléopâtre de construire un palais en trois mois...
chacun rebondit sur les vannes de l’autre jusqu’à friser le non- Il y a un souci du détail quasiment névrotique chez Chabat
sens. Le premier avait une demi-heure d’avance. Le second est dont chaque plan est truffé de gags parfois imperceptibles à
arrivé avec trois quarts d’heure de retard. Ensemble, ils dé- la première vision. Il a même été jusqu’à cacher un Charlie 
taillent le tournage, répondent aux critiques (le duo Depardieu dans une scène où Amonbofis, l’architecte jaloux, espionne
– Clavier effacé au profit des guest-stars) et se marrent. Avec le chantier pour que l’on joue au jeu du « Où est Charlie ? ». Il
le recul, ce qu’on retiendra du film c’est d’abord le génie du a aussi truffé le scénario de références, de clins d’œil, d’ana-
producteur Claude Berri, qui après avoir lancé avec Claude chronismes et de jeux de mots. En cela, c’est le réalisateur
Zidi l’adaptation de la BD d’Astérix le plus fidèle à l’esprit de Goscinny et Uderzo. Après
la plus culte de l’Hexa- 28 semaines de préparation, un tournage marathon a débuté
gone, trouve en Alain entre le Maroc et Malte, perturbé par des tempêtes de sable
Chabat, interminables. Alain Chabat a particulièrement soigné aussi
les effets spéciaux made in France (par Duboi) garants de la
crédibilité de certains gags. Au finish, Asterix et Obélix :Mis-
sion Cléopâtre est le budget le plus cher du cinéma français
jusqu’alors (50,3 M€) sur lequel la presse va beaucoup gloser.
RENN PRODUCTIONS - STUDIO CANAL +

Mais ce qui rend le film profondément atypique et inégalé,


c’est la richesse de sa distribution. Parfaite de A à Z. Édouard
Baer et son monologue d’Otis, Gérard Darmon et ses regards
jaloux, Alain Chabat et Monica Bellucci en couple fatal. Et
surtout Jamel Debbouze qui donne à Numérobis toute sa folie,
toute sa verve, son sens du rythme et de la repartie, et quelques
vannes de son invention tout en restant dans le personnage. Il
n’a jamais été meilleur. u SOPHIE BENAMON

P060-063_PREMIEREHS10-183-162.indd 62 19/09/19 11:28


2004 1989 2003
Le Convoyeur Princess Bride
DE NICOLAS BOUKHRIEF DE ROB REINER X-Men 2 DE BRYAN SINGER
« Western urbain, thriller paranoïaque « On a tout de même quelque mal à Après avoir inventé le film de superhéros moderne,
et drame social, Le Convoyeur reconnaître dans Princess Bride le Bryan Singer fait définitivement de Wolverine une
surprend par sa capacité à synthétiser metteur en scène grave de Stand by icône de la pop culture. Cinq étoiles dans Première :
des genres épars pour devenir un Me », racontait la critique, mais « on « On pourrait sans doute vanter les mérites de
objet unique et salutaire au sein du ne s’ennuie pas une seconde »… X-Men 2 sur plusieurs pages, mais le meilleur
cinéma national. » écrivait-on au Prévoir le statut cultissime du film argument est le film lui-même. » u FL
moment de la sortie. Rien à ajouter. de Rob Reiner était évidemment, à
u GG l’époque, inconcevable. u SP

1994 1999 1997


Short Cuts Buena Vista Social On connaît la
FILMEL - CINEVIDEO / UNIVERSAL / STUDIO GHIBLI /ARENA / ROAS MOVIES FINE LINE FEATURES / MARVEL-DONNER/SCHULER-20TH CENTURY FOX / BUTTERCUP FILM / ESKWAD / DR

DE ROBERT ALTMAN Club DE WIM WENDERS chanson D’ALAIN RESNAIS


Le cinéaste nous parle de géométrie Les années 90 furent cruelles pour Quand sort le numéro, le film est déjà
hollywoodienne : « Ce sont des Wenders, lui qui avait si bien su capter un tube. Logiquement, la rédaction
commerçants qui vendent des assiettes l’essence des 80s. Sept fictions, autant demande aux Jabac : « Vous n’en avez
rondes, et si, un jour quelqu’un arrive de naufrages. Et puis ce Buena Vista pas marre ? » Pas tant que ça ! Agnès
avec une assiette carrée, ils ne vont Social Club : en 1999, il suit une troupe avoue n’avoir jamais vu Hiroshima, mon
pas l’acheter parce qu’elle sera trop de papys musiciens. Le son, l’humeur, amour, et JP se souvient s’être fait
difficile à vendre. » u TB l’énergie. Une renaissance. u GG « chier comme un rat mort ». u TB

1988 1996 1978


Le Tombeau des L’Armée des Violette Nozière
lucioles D’ISAO TAKAHATA 12 singes DE TERRY GILLIAM DE CLAUDE CHABROL
Resté dans l’ombre du génie Miyazaki, Terry Gilliam remake La Jetée et signe Huppert et passe. Un an après
Takahata était la part austère, son chef-d’œuvre. L’Armée des La Dentellière, Cannes couronne
réaliste et radicale de Ghibli. Son 12 singes n’est même pas film du mois l’actrice. « Une confirmation fait moins
premier long racontait la survie de dans Première en février 96, mais il de bruit qu’une révélation », écrit-on.
deux enfants dans un Japon en feu. faut dire que l’agenda était chargé : De là à exclure la lauréate du portfolio
Beauté du dessin, humanité Babe et Heat sont aussi de sortie. « Cannes au féminin » ! Au contraire de
déchirante : l’autre chef-d’œuvre Victoire par KO du cochon devenu sa colauréate Jill Clayburgh. Mais qui
du studio d’animation. u GG berger. u FF s’en souvient? u TB

Octobre 2019 63

P060-063_PREMIEREHS10-183-162.indd 63 19/09/19 11:30


1989
Trop belle pour toi
DE BERTRAND BLIER
Dans une longue interview accordée à
Michèle Halberstadt, Bertrand Blier
confiait que Trop belle pour toi était son
« premier film libéré du texte ». De
fait, la mise en scène est première
dans cette nouvelle histoire de trio
amoureux insolite, porté par trois
acteurs au sommet de leur art. u CN

1997
Men in Black
DE BARRY SONNENFELD
Après avoir dépoussiéré la série La Famille Addams et surfé sur la
vague du néo-noir façon Pulp Fiction avec Get Shorty, l’espiègle Barry
Sonnenfeld s’attaque à ce qui reste son œuvre la plus mémorable : Men
in Black. Il confie à Will Smith et Tommy Lee Jones les rôles de deux agents spé-
ciaux chargés de surveiller les agissements d’extraterrestres intégrés sur la Terre, 2013
à l’insu des humains. Adaptation des comics de Lowell Cunningham, ce MIB re-
visité s’éloigne assez considérablement du matériau d’origine, plus dark et ultra-
violent – sans compter que l’agent J est blanc dans la bande dessinée. Le résultat est
Prisoners
DE DENIS VILLENEUVE
spectaculaire : les effets visuels de Industrial Light & Magic impressionnent et le
Avec ce polar viscéral, froid et
duo Smith-Jones, le tchatcheur et le grincheux, fonctionne au-delà des espérances.
désespéré, Denis Villeneuve frappe un
Sonnenfeld déclarait dans nos colonnes qu’il avait dit à Spielberg, producteur, que grand coup en s’imposant comme le
MIB serait « une comédie avec des scènes d’action plutôt qu’un film d’action co- digne héritier de David Fincher époque

BROOKSFILMS / DR/ PARAMOUNT PICTURES /ALCON ENTERTAINMENT - 8:38 PRODUCTIONS /DD PRODUCTION /COLUMBIA - AMBLIN
mique. » Pari tenu. u CHRISTOPHE NARBONNE Se7en. Dans Première, Gérard Delorme
relevait alors un « sens de la retenue
diabolique ». Dans le mille. u FR
1985
Le Flic de
Beverly Hills
DE MARTIN BREST
Tout juste sorti du SNL
et de ses stand-up
tonitruants, Eddie 1980
Murphy déboulait 1976
dans le cinéma Elephant man
d’action et allait
tout exploser DE DAVID LYNCH Marathon Man
avec sa franchise « Quelle jouissance. » Ainsi s’ouvre DE JOHN SCHLESINGER
Beverly Hills. Michelle la critique emballante du deuxième Fin 76, première couv pour Dustin
Halberstadt avait tout long métrage du réalisateur Hoffman, alors en plein rush (Les
dit : « Il est le plus d’Eraserhead auquel on consacre Hommes du Président est sorti trois
grand comique de son cinq pages. « L’émotion et l’horreur mois plus tôt). Un sommet de trouille
pays » et grâce à son enfin réconciliées. » Le premier film seventies, dont la tagline minimaliste
abattage « le miracle produit par Mel Brooks cartonne rappelle les vertus de l’épure :
fonctionne ». u GG avec 2,4 millions d’entrées. u TC « Un thriller. » Rien à ajouter. u FF

64

P064-067_PREMIEREHS10-151-136.indd 64 19/09/19 11:36


1984
1991
Et vogue le navire
Thelma et Louise DE FEDERICO FELLINI
1987
DE RIDLEY SCOTT
Malgré ses « images parfois trop
Entre des portraits d’actrices court
vêtues et des rencontres de stars
Stand by Me
léchées pour effets esthétisants bankables, Première avait décidé de DE ROB REINER
inutiles », Thelma et Louise est très suivre tous les (derniers) films L’été, un groupe d’enfants en
aimé, la critique appréciant que ses du maestro. Pour cette croisière expédition, une musique entraînante.
héroïnes ne soient pas des caricatures funéraire à l’aube de la Première « Une belle leçon de vie et de cinéma
ou des porte-drapeaux, ni des Guerre mondiale, ode au cinéma qui prouve que les souvenirs
« martyres du féminisme ou des artisanal à la beauté mélancolique, d’enfance sont indélébiles », a-t-on
salopes castratrices ». C’est si loin on avait rencontré Fellini pour une écrit à l’époque. Ce film aussi a
que ça, 1991? u SP interview décoiffante. u GG laissé un souvenir indélébile. u JM

1980
Loulou DE MAURICE PIALAT
Si la trame est « vieille comme le
monde », le cinéaste « réussit à faire
un film complètement original » et
« personnel ». Tant d’enthousiasme
méritait sûrement plus qu’un
entrefilet, mais ce mois-là, il y avait
aussi Le Dernier Métro et Cruising.
u JM

1985
Brazil DE TERRY GILLIAM
Les déboires répétés de Terry Gilliam pour monter ses films, l’espoir
que chacun de ses projets suscite (avant de retomber) ont peu à peu 2007
DNA / GAUMONT / COLUMBIA / UNIVERSAL / DR /MGM - PATHE

rangé l’ex-membre des Monty Python dans la catégorie des cinéastes


maudits, impossibles, incontrôlables, mais surtout de moins en moins attendus et Sunshine
intéressants. Au point qu’on a un peu oublié qu’entre 1985 et 1998, Gilliam a signé DE DANNY BOYLE
quelques œuvres marquantes (The Fisher King, L’Armée des 12 singes, Las Vegas
Étrangement sous-estimé, Sunshine
Parano), manifestations de son imagination débordante et de ses fulgurances vi- est un sommet de SF métaphysique
suelles. Brazil, son troisième long métrage en solo, reste cependant son film sémi- pour lequel Gérard Delorme s’était
nal ; une histoire d’amour impossible dans un monde concentrationnaire peuplé de emballé, le qualifiant de « film de
ENTERTAINMENT /

créatures bizzaroïdes issues du cerveau malade d’un fonctionnaire soudain tenté science-fiction de l’année. On peut
de s’émanciper. « C’est comme si Frank Capra rencontrait Franz Kafka », résumait même affirmer qu’on n’a rien vu de plus
Gilliam dans nos pages. u CHRISTOPHE NARBONNE novateur depuis Alien. » Amen. u FL

Octobre 2019 65

P064-067_PREMIEREHS10-151-136.indd 65 19/09/19 11:36


1994
Danger immédiat
DE PHILLIP NOYCE
Le 3e opus de la saga Jack Ryan offre
à Harrison Ford, « au sommet de
sa forme timido-farouche, avec son
2006
inégalable regard d’enfant perdu »,
le poste de chef de la CIA par intérim, Volver DE PEDRO ALMODÓVAR
avec ce mantra qui amusait le « Penélope et Pedro, tout sur le
magazine : « Votre seul chef, c’est le couple. » Pas besoin de patronymes,
peuple des États-Unis! » u CM leurs visages langoureux en gros plan
et noir et blanc parlent pour eux. Où
l’on apprend que Cruz a vu Attache-
moi ! à 13 ans et que sa vocation est
née aussitôt. C’est ce qu’on appelle
1984 réussir sa vie. u TB

Paris, Texas
DE WIM WENDERS

C’est Bertrand Tavernier qui ré-


2010 alise l’interview de Harry Dean
Harry Potter et les Stanton. Les deux hommes ont tourné
ensemble La Mort en direct. Nous
reliques de la mort sommes à la terrasse du Grand Hôtel

– Partie 1 DE DAVID YATES


de Cannes. « On ne savait pas encore 2016
que Paris, Texas serait Palme d’or »
Le début de la fin, pour l’énorme précise-t-on. Ça parle forcément du Elle
franchise de Warner Bros., qui réussit bon vieux temps. Il y a même des didas- DE PAUL VERHOEVEN
à lancer l’ultime volet avec brio, calies. Tavernier : « Tu te souviens de
tout en livrant quelques scènes La plupart des observateurs ont salué
Romy (Schneider) ? », Stanton : « Oui... le retour en force et en forme de Paul
mémorables. « Le triomphe de Yates (Un temps.) Elle était remarquable.
et le succès du trio, pour une œuvre Verhoeven, le « Hollandais violent »,
(Un temps. Il paraît ému.) Elle aussi avec ce vénéneux portrait de femme,
qui nage en eaux troubles »,
allait puiser dans son inconscient. »

SOPROFILMS / DR/ / EL DESEO /ARGOS FILMS / ARGOS FILMS / DR / PARAMOUNT / DR /WARNER BROS. - HEYDAY FILMS / PARAMOUNT / DR
incarné avec sa folie et sa froideur
soulignait-on. u CM
Tavernier évoque Paris, Texas du bout légendaires par Isabelle Huppert. Ça
des lèvres et, quand il le fait, c’est pour valait bien un César… et une couv. u CN
1983 chercher des noises : « Tu m’avais dit
avoir eu des problèmes avec le côté
Un fauteuil poétique des dialogues écrits par Sam

pour deux
Shepard ? », Stanton fait un mea culpa.
À l’autre bout de la Croisette, notre di-
DE JOHN LANDIS recteur de la rédaction, lui, n’en revient
Eddie Murphy pas : « Wenders recordman de l’émo-
et Dan Aykroyd tion, filmant un fabuleux mélo en longs
jouent aux gros plans, à mi-chemin entre Lelouch
chaises musicales
dans cette « farce
et Bergman, on aura vraiment tout
vu ! » u THOMAS BAUREZ
1986
des temps
modernes »,
Mauvais Sang
aujourd’hui DE LEOS CARAX
emblématique de la « Longtemps qu’on n’avait pas eu à se
comédie 80s, que nous mettre sous l’œil autant d’inventions
avions adorée grâce visuelles, de trouvailles esthétiques et
« au classicisme de la de chocs émotionnels. » Trente-trois
mise en scène qui ans après, le travelling latéral sur
sert le propos. On Denis Lavant sautillant à perdre haleine
pense à Molière, et sur les accords saccadés du Modern
même à Chaplin ! » u CM Love de Bowie hante encore. u TB

66

P064-067_PREMIEREHS10-151-136.indd 66 19/09/19 11:36


2015 1985
Sicario Ran D’AKIRA KUROSAWA
DE DENIS VILLENEUVE « Kurosawa, par sa magie, sa fougue, son souffle et
Coup de cœur de la rédaction depuis son sens de la beauté, nous emporte dans l’œil du
sa présentation à Cannes 2015, Sicario cyclone », écrit-on de la version du Roi Lear signée
fait la couverture de notre magazine du légendaire cinéaste nippon. « Son “Chaos” est un
en octobre de la même année. grand choc. Très grand. » Pas mieux. u SP
« Meilleur film de Denis Villeneuve,
meilleures tongs de l’histoire
du cinéma américain, meilleure
scène de frontière jamais vue. »
Convaincus ? u CN 1986
Highlander
DE RUSSEL MULCAHY
Trois jours d’entretien dans la cam-
pagne écossaise, vingt pages d’in-
terview et la couv la plus vendue de
l’histoire de Première jusqu’alors, ti-
2011
trée (modestement!) « Confessions d’un
enfant du siècle : Christophe Lambert ».
Une séparation
2009 Depuis Greystoke, le jeune acteur est une D’ASGHAR FARHADI
Première accompagne la montée en
star internationale ; il mène une carrière
Avatar DE JAMES CAMERON des deux côtés de l’Atlantique et la ré- puissance de l’Iranien révélé deux ans
plus tôt avec À propos d’Elly en
PARAMOUNT / ASGHAR FARHADI / GREENWHICH FILMS / EMI - 20TH CENTURY FOX / © VIDEOFILMES / DR / TWENTIETH CENTURY-FOX FILM CORPORATION - GIANT

daction l’aime. Il se raconte avec chaleur


Deux couv pour Avatar, comme à consacrant cet Ours d’or à Berlin
l’époque de Matrix. En interview,
et abondance, évoque son admiration film du mois de juin. Avant qu’il
James Cameron est formel : « Je ne pour Michel Bouquet, les dix semaines ne décroche le premier de ses deux
vais pas encore passer douze ans pendant lesquelles Hugh Hudson ne Oscars. Le second sera pour Le Client
à monter un nouveau film. » Douze lui a pas adressé la parole, sa fraternité en 2017. u TC
ans… Soit la durée exacte qu’on aura avec Luc Besson, sa vision du métier.
passé à attendre Avatar 2, quand il Dans Highlander, il interprète l’immor-
sortira en 2021. u FF tel Connor Mac Leod, portant kilt et
épée comme personne. Pour Première,
il a, dans ce film, « une présence évi-
dente, une aura qui transforme pratique-
ment chacun de ses rôles en personnage
mythique, un talent qui doit beaucoup
à l’instinct, à l’innocence, mais aussi
à un art consommé de la séduction ».
« Acteur, c’est... être. Un point, c’est
1986
tout. On ne joue pas », répond la star.
La Folle Journée
STUDIOS / BLACK LABEL MEDIA - THUNDER ROAD PICTURES / DR

2003 u SOPHIE BENAMON


de Ferris Bueller
La Cité de Dieu DE DE JOHN HUGHES
FERNANDO MEIRELLES & KÁTIA LUND « Si vous ratez ce film, ne vous
Dans la moiteur des favelas, la étonnez plus de suffoquer dans
synthèse ultime du cinéma des les salles de cinéma. Car voici votre
années 2000, entre doc et clip, entre bolée annuelle d’air frais », exhorte
épopée et intimisme, entre violence Stella Molitor. Hélas, seuls 265 000
et passion. Le premier diamant brut aficionados de John Hughes se ruent
de la décennie. Un choc Première, à cet après-Breakfast Club. Le culte
salué à sa juste mesure. u GG viendra plus tard. u TC

Octobre 2019 67

P064-067_PREMIEREHS10-151-136.indd 67 19/09/19 11:37


1995
Les Évadés
DE FRANK DARABONT
En ce temps-là, le film ne faisait pas
1988 encore la nique au Parrain sur IMDb
comme meilleur film de l’univers. Tim
Le Grand Bleu DE LUC BESSON Robbins pouvait donc regarder la chose
avec un brin de légèreté. À la question :
C’est ce qu’on appelle le flair. « La star de Cannes est un dauphin », « Les Évadés, pour le plaisir ou pour
titre notre numéro de mai avec ledit cétacé en couverture. Besson l’argent ? », réponse : « Les deux ! » u TB
y détaille toutes les étapes de ce film qu’il cache avant sa projection sur la
Croisette. « Quand il dit non, Luc Besson est inébranlable. Ce n’est pas de
l’aplomb. Juste la tranquille assurance de quelqu’un qui sait ce qu’il veut,
pourquoi il le veut et comment l’obtenir », explique Michèle Halberstadt (qui
bossera ensuite avec lui comme productrice sur les Taxi). Personne ne devine
alors le culte que ce film va engendrer, ni avant cela, le rejet violent dont il
sera victime à Cannes. « La vie, l’amour l’amitié, la mort... Ce qui choque les
détracteurs du Grand Bleu est qu’on puisse parler de choses essentielles au
premier degré. Comme s’il existait des paliers à la sensibilité. Or ce qui fait sa
force, c’est précisément sa totale sincérité, ce sentiment de pureté qu’il dégage 1989
», analyse en juin Halberstadt, une fois le film vu. Et adoré. u THIERRY CHEZE
Cinema Paradiso
DE GIUSEPPE TORNATORE
« Un cinéma romanesque sentimental
où l’on rit, on pleure et on rêve sans
2015 arrière-pensée. Comme autrefois »,
écrit Jean-Claude Loiseau. De la
Mad Max : Fury Road nostalgie enveloppante autour de
l’âge d’or du cinéma italien que
DE GEORGE MILLER
Berlusconi et sa chaîne Canale 5 tuent
Mai 2015. Un bruit de moteur. Un lézard à petit feu depuis huit ans. u TC

© UNIVERSAL -HELLS KITCHEN / FILMS ARIANE / CASTEL ROCK ENTERTAINMENT / WARNERBROS / PHOTOGRAMME GAUMONT
à deux têtes gobé par un homme sans
nom. Une poursuite en bagnole interrompue
dans le fracas et le froissement de tôle. Une
course épileptique à travers des boyaux qui se
termine au bord d’une falaise... En quelques
minutes, le cinéma vient de changer d’ère. Mad
Max : Fury Road déboule dans le paysage
aseptisé du blockbuster comme un chien dans
un jeu de quilles. Une anomalie pure et simple
en regard de sa folie conceptuelle et de ses
acrobaties art et essai. La bombe thermonu-
1994
cléaire de George Miller est une tabula rasa.

3 € No 457 – MARS 2015


Une vraie : papy George remet au cœur des
films SFX la suprématie du langage cinéma
Au nom du père
DE JIM SHERIDAN
WWW.PREMIERE.FR

et la personnalité du créateur. Le cinéma ne


Le Los
nouvelle
formule s’en remettra pas. Première non plus : une cou- Avec cette plongée au cœur de la
Angeles
de Paul
3€
guerre civile irlandaise, Daniel Day
Thomas
verture avec Tom Hardy, une interview fleuve
Lewis retrouve son réalisateur de My
Anderson De Wallace
& Gromit
à Shaun
Aardman
Le
talentueux
Mr Niney
met la main
à la pâte de Miller, un numéro  1 dans le top de fin Left Foot, qui lui avait valu son premier
PORTFOLIO
Les 40 ans
du SNL
d’année... Mad Max : Fury Road vrombit Oscar avant There will be blood et
MICHAEL
MANN
MARJANE
toujours aussi fort. L’un des films essentiels de la Lincoln. Le recordman de la catégorie
SATRAPI
JOAQUIN
PHOENIX décennie et même des quarante  dernières a, depuis, pris sa retraite avec
années. u GAËL GOLHEN Phantom Thread. Définitivement ? u TC
Le nouveau

MAD MAX
Entretien définitif avec le créateur de la saga

68

P068-071_PREMIEREHS10-113-135.indd 68 19/09/19 12:00


1988
Camille Claudel
DE BRUNO NUYTTEN
La couv de notre dernier numéro de
1988 annonce la couleur : «  Adjani
géniale » écrit en lettres majuscules.
Et dès son édito, Michèle Halberstadt donne
le la : « Autant vous le dire tout de suite :
vous allez avoir un choc. Camille Claudel,
c’est encore mieux que tout ce que vous
espérez.  » Dans sa critique, elle enfonce
le clou : « Ce qu’Isabelle Adjani donne à
Camille Claudel est absolu et indescrip-
tible. Un film en état de grâce. » Puis, du-
rant vingt pages, elle donne la parole au duo
Nuytten-Adjani pour raconter l’épopée d’un
projet fou, né dans la tête de la star dès la
découverte d’un livre sur la sculptrice en
1983. Pour son retour au cinéma (hormis
la parenthèse Ishtar) après trois ans d’ab-
sence, Isabelle Adjani déplace les foules
(2,7  millions d’entrées) et triomphe aux
César où le premier long de Nuytten dé-
croche celui du meilleur film. Elle échoue
cependant aux Oscars devant Jessica Tandy
pour Miss Daisy et son chauffeur. Injuste,
forcément injuste. u THIERRY CHEZE
© FILMS CHRISTIAN FECHNER / WARNERBROS / PALMERAIE ET DESERT / PANDORA

1989
2017 1995
Les Liaisons
dangereuses 12 jours Underground
DE STEPHEN FREARS DE RAYMOND DEPARDON D’EMIR KUSTURICA
Frears a coiffé Forman et son Valmont Avec Claude Lanzmann et Frederick La Palme d’or de Cannes 1995 est une
au poteau. Pourquoi le roman de Laclos Wiseman, Depardon a été l’un comédie noire, déjantée et musicale sur
écrit en 1782 refait doublement surface des documentaristes essentiels la Yougoslavie d’avant. « Un Kusturica
deux siècles plus tard? Qu’importe, la des années Première en scrutant que nous adorons, pour sa démesure, sa
« story » du Frears s’étale sur six pages notamment avec une acuité à nulle fantaisie, son énergie », rugit Première
illustrées de photos forcément très autre pareille les mondes paysan qui orchestre une rencontre Kassovitz-
aguicheuses. u TB ou, comme ici, judiciaire. u TC Kusturica mémorable. u SB

Octobre 2019 69

P068-071_PREMIEREHS10-113-135.indd 69 19/09/19 12:00


1998
1991 Jackie
Van Gogh Brown
DE QUENTIN TARANTINO
DE MAURICE PIALAT
Évidemment le film du
Van Gogh parle de Pialat, Dutronc
aussi : « J’adore être avec lui parce
2015 mois, mais noté avec un
timide trois étoiles
qu’il suffit de dire un mot sur quelque
chose, et il part dessus. C’est
formidable ce qu’il dit. Avec une
Birdman (depuis, on s’est mis
d’accord sur le fait qu’il
D’ALEJANDRO GONZÁLEZ IÑÁRRITU s’agit du meilleur film
vérité ! Comme un boxeur qui voit que « Birdman > Batman. » C’est ainsi que de QT) : « Tarantino
l’arcade de l’autre est abîmée, allez nous vendions le chef-d’œuvre manifeste un sens
hop, il tape là-dedans… » u TB d’Iñárritu, par ailleurs film du mois du rythme
en février 2015, et récompensé de impeccable,
quatre Oscars dans la foulée. Ce récit particulièrement
d’un come-back théâtral est aussi dans son utilisation
celui de Michael Keaton, qui n’a pas de la musique
arrêté depuis. u CN (soul). » u FL

1996
Casino
DE MARTIN SCORSESE
Un portrait de Bob De Niro, un
entretien avec Michael Mann (Heat 1980
est sorti deux semaines avant) et des 2010
extraits du journal du tournage de Le Dernier Métro
Casino par Marty himself où le géant Inception DE FRANÇOIS TRUFFAUT

© FILMS ALAIN SARDE / EL DESEO / WARNERBROS / PHOTOGRAME LES FILMS DU CAROSSE / UNIVERSAL / MIRAMAX / FOX PICTURES / PHOTOGRAMME ERATO FILMS
confie : « J’ai oublié à quel point c’est DE CHRISTOPHER NOLAN Un papier en mai 80 sur le tournage
difficile de traverser un plateau, les Le cinéaste s’offre une parenthèse pour faire monter la sauce, Catherine
gens sont plus grands que moi. » u TB enchantée dans sa trilogie Batman, Deneuve en couverture du numéro de
avec ce « film de casse mental », porté septembre : Première ne s’est pas
1993 par « une intrigue complètement
dingue dans son fond comme dans sa
loupé sur Le Dernier Métro, qui
marquait le retour en force de

Le Fugitif D’ANDREW DAVIS forme », écrivait-on. Alors, la toupie


a-t-elle arrêté de tourner ? u CM
Truffaut. Son plus gros succès après
Les Quatre Cents Coups. u CN
Ils se font face dans le cahier critique
du n°198, un spécial USA aux couleurs
de la bannière étoilée : à gauche, Dans
la ligne de mire ; à droite, Le Fugitif.
Deux emblèmes d’un néoclassicisme
yankee alors triomphant. De là à dire
qu’on n’en fait plus des comme ça…
u FF

1999 1995
Tout sur ma mère Nelly et Mr. Arnaud
DE PEDRO ALMODÓVAR DE CLAUDE SAUTET
« C’est juste, c’est beau, mais c’est Notre critique loue « une mise en
fatigant » disait Première sans états scène qui devient un modèle de
d’âme en 1999. Vingt ans plus tard, fluidité » mais regrette un scénario
l’amour amer aux mères et aux « qui flirte avec le balladurisme
femmes signé Almodóvar mérite esthétique ». Première rate donc son
amplement sa place dans ce ultime rendez-vous avec Sautet mais
numéro 500… C’est juste, c’est beau. interview l’immense Serrault avant
Et c’est suffisant. u JM son troisième César. u TC

70 Octobre 2019

P068-071_PREMIEREHS10-113-135.indd 70 19/09/19 12:00


ATON
AU PHOTOM
PASSENT
-3€
- JUIN 2004
CINÉMA
MAGAZINE

DE CANNES
LE PREMIER

LES STARS

DT
/ TUN 4 000
000 F CFP
€ / TOM 1
cont 3, 20
ER
ARY POTT

€ / PORT
4 € / NL 4
S C

35 DH / MAY
3,20 € / MAR
4,80 € / LUX
+ NOIR

3,20 € / IRL
+ ADORT

3,20 € / ITA
+ FO

2,60 £ / GR
3,20 € / G.-B.
/ ESP
$ /D4€
CDN 3,95
AND 3 € /
225 DA /
/ A 4 € / ALG
€ / CH 5 FS
CE QUG I

/ BELG. 3,20
CHAN E

/ DOM 4 €
ENRTD’AZKABAN”

AINE 3 €
A IM

FRANCE MÉTROPOLIT
VR PRISONNIE
FICHES
S “LE

+ 8 AF
DAN

;
ES
1988

3:HIKMTA=WUXUUY:?a@d@m@s@a
EXCLUSIV LS
OCKENFE2004

- F: 3,00 E
PHOTO FRANK
WARNER
BROS.

M 02902 - 328
Frantic
DE ROMAN POLANSKI 2004
Avec ce succès artistique, critique et
public, Roman Polanski « effaçait »
l’échec de Pirates, « une très
Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban
mauvaise expérience du début à la D’ALFONSO CUARÓN
fin », s’épanchait-il dans nos Et tout à coup, la saga changea de dimension. Après deux opus enfantins
colonnes. Nous évoquions aussi le relativement neutres, Harry Potter se trouve une âme grâce à un jeune
« virage » pris par Harrison Ford avec cinéaste mexicain, qui « fait le choix de la noirceur, des doutes et des peurs liés à
ce thriller hitchcockien. u CN l’adolescence », analysait le magazine. Un « rite de passage vers l’âge adulte » pour Da-
niel Radcliffe, Emma Watson et Rupert Grint qui quittent leurs gentilles culottes courtes
pour des atermoiements plus pragmatiques, plus sombres aussi. Alors, la franchise « se
métamorphose avec ses acteurs, elle devient plus rebelle, plus torturée ». À partir de ce
troisième volet, elle conquiert le cœur de la critique, comme on s’en félicitait à l’époque
: « Ce n’est plus seulement pour les petits, c’est aussi pour nous ! » Souvent considéré
comme le meilleur des huit films, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban est aussi,
paradoxalement, celui qui a rapporté le moins au box-office... u CHARLES MARTIN

2007
7h58 ce samedi-là
DE SIDNEY LUMET
On ne le sait pas encore mais c’est le
dernier Lumet, alors on ne prend pas
trop de pincettes avec celui que la
critique n’a jamais traité en maître :
« Sa mécanique voyante accentue
certaines concessions faites au récit
et une lassitude s’installe. » Nostra
culpa. u TB

1984
L’Étoffe des héros DE PHILIP KAUFMAN
Un pedigree, faut que ça claque. Voici celui de Kaufman que le
lecteur – d’hier et d’aujourd’hui – connaît finalement assez peu :
« Pour le réalisateur franciscanais des Seigneurs et du remake de L’Invasion
2011 des profanateurs de sépultures, auteur du scénario de Josey Wales de Clint
Eastwood et d’une première mouture des Aventuriers de l’arche perdue,
Drive DE NICOLAS WINDING REFN
© WARNER / UNITED PROD / BOLD FILMS / THE

c’est la tâche la plus monumentale qui lui ait jamais été confiée. » Quand on
en est à écrire « une première mouture des Aventuriers de l’arche perdue »,
Ryan Gosling oscille entre douceur
c’est que l’on cherche vraiment à faire son intéressant pour faire chavirer le
et violence extrême dans le drame
de Winding Refn, sur fond de musique cœur de l’abonné prépubère. Kaufman justement, il en dit quoi de sa fresque
80s. Il est cascadeur de jour et pilote faussement patriotique sur le mur du son et la conquête spatiale ? Il est plutôt
la nuit, amoureux transi et tueur satisfait : « Le film correspond bien à celui que je voulais faire. Une aven-
LADD COMP.

bourrin... Comme on disait à la sortie ture, une épopée, mais aussi une comédie absurde, folle, ridicule et vraie. »
du film, c’est « glamour à mort ». u JM La maison accepte aussi les chèques et les espèces. u THOMAS BAUREZ

Octobre 2019 71
1985
L’Année du dragon
DE MICHAEL CIMINO
Rourke exhibe sa gueule gominée
de « magnetic star », bien content de
retrouver Cimino après La Porte du
paradis. Mais comme un petit tacle
ne fait jamais de mal, il balance mine
de rien : « Visiblement, il y a en lui
une humilité qui n’était pas présente
auparavant. » u TB

1991
Danse avec les loups DE KEVIN COSTNER
Quand on prononce les mots « Danse avec les loups », le monde se divise
instantanément en deux catégories, quasi irréconciliables. Il y a ceux qui 2017
font mine d’avoir un haut-le-cœur, se pincent le nez et ricanent devant la prétendue
naïveté boy-scout du western de Kevin Costner. Puis les autres, qui frissonnent en
repensant à l’ampleur de la vision déployée ici, au souffle à la David Lean qui agite
Faute d’amour
D’ANDREÏ ZVIAGUINTSEV

©TIG - MAJESTIC / MGM / ARTE FRANCE / NEW LINE CINEMA / INDIGO FILMS / WALT DISNEY
cette fresque, au courage qu’il fallait à Costner pour proposer une épopée de 3 h
Un couple et un pays en crise. Et un
rappelant au grand public américain, dix ans après le four de La Porte du paradis,
enfant qui disparaît. Faute d’amour
que l’Amérique avait été bâtie sur des massacres. À l’époque, on se demandait si la était la nouvelle bombe d’Andreï
star des Incorruptibles entamait là une carrière de cinéaste à la Eastwood. Ce ne fut Zviaguintsev, un drame intime à la
malheureusement pas le cas, mais il reste ce film, magique et précieux. Quand on noirceur extraordinaire qui réussissait
prononce les mots « Danse avec les loups », le monde se divise en deux catégories. à éviter la caricature et rappelait
Inutile de préciser à laquelle on appartient. u FRÉDÉRIC FOUBERT la grandeur (formelle et narrative)
du grand cinéma russe. u GG

1996
1994
Seven
DE DAVID FINCHER Le Roi
C’est avec ce film que
l’histoire d’amour
Lion
entre le magazine et DE ROB MINKOFF
David Fincher a 2013 & ROGER ALLERS
commencé. Modèle Évidemment, l’original,
de thriller poisseux
et profondément
La Grande Bellezza le sublime dessin animé
de Disney, exalté par les
sombre, Seven DE PAOLO SORRENTINO chansons d’Elton John qui
(rebaptisé Se7en Ce cinéaste incandescent divise résonnent encore dans nos
dans nos pages) fait critiques et spectateurs mais Première têtes. « Un Hamlet dans la
partie de ces films a choisi d’aimer. D’adorer même, son savane », pour Première,
qui ont fait bouger style outrancier, sa mélancolie, son qui parlait alors d’une
les lignes sens du cadre. Et c’est avec La Grande « impressionnante démonstration
esthétiques dans Bellezza qu’on a commencé à vraiment technique » et d’une « expérience
les 90s. u CN le défendre. Paolo forever. u GG inoubliable ». u CM

72
1983
Rambo DE TED KOTCHEFF
2013 Première avait eu du mal avec Rocky. Pour Rambo,
ce fut aussi compliqué. Une étoile de moyenne, et,
Zero Dark Thirty DE KATHRYN BIGELOW si la critique se finissait par un « Osez ! », quelque
chose n’allait pas… En face, Starfix allait s’approprier
L’enquête inaboutie, l’autopsie clinique, le thriller à la Bourne,
ce cinéma d’action musclé. On a appris à aimer
l’actioner bourrin : Kathryn Bigelow synthétise dix ans de cinéma Stallone, mais il allait falloir un peu de temps… u GG
post-11 Septembre en 2 h 30. 2 h 30 de tortures, d’impasses mentales
sans héroïsme cocardier, et surtout portées par une femme (Jessica Chas-
© UNIVERSAL / MARVEL STUDIOS / CAROLCO / WALT DISNEY

tain, impériale). Mais plus qu’un film guerrier du zeitgeist, Zero Dark Thirty
décidait d’être une œuvre mélancolique, un film sur la guerre, peignant les
Américains non pas comme des gagneurs professionnels, mais comme un
peuple sonné et prêt à tout pour assouvir sa vengeance. Un film d’art et dur
qui racontait le pacte faustien de l’Amérique avec ses propres agents, dont
les péripéties aboutissent à une méditation lente sur la quête et la perte de
soi, la fin des idéaux politiques, et le climat de violence inouï des Yankees.
Avec cette odyssée de l’échec, Bigelow rejoignait un panthéon où trônent le
Fincher de Zodiac ou le Antonioni de Profession : Reporter. u GAËL GOLHEN 1993
Aladdin DE RON CLEMENTS
& JOHN MUSKER
Saviez-vous qu’Aladdin était sorti chez
nous un an après sa sortie américaine?
Autre temps. Première adore, mais
précise tout de même que le son est
parfois trop élevé en salles. « N’hésitez
pas à demander à l’opérateur une petite
mise au point. » u SP

1986
Out of Africa
DE SYDNEY POLLACK
2012 Meryl Streep, « brûlante de passion
et maîtresse d’elle-même jusqu’au
Avengers DE JOSS WHEDON moindre cil », comme s’extasiait notre
critique, est la pierre angulaire de
Qu’est-ce que c’est loin, 2012 ! À la sortie d’Avengers, le Marvel cette romance romanesque, « pour
Cinematic Universe ne comptait que cinq épisodes (deux Iron Man, un les amateurs de grands et beaux
Hulk, un Thor et un Captain America). Le film est le triomphe du système conçu espaces, de grands et beaux
par Avi Arad et son bras droit Kevin Feige – faire une série de films de super sentiments, de grands et beaux
héros interconnectés pour reproduire l’univers des comics – mais, du point acteurs ». u CM
de vue du cinéma, c’est l’apothéose de l’art de Joss Whedon : le créateur de
Buffy contre les vampires conçoit son blockbuster comme un season finale
dingo, bourré de vignettes pop, carburant à son sens de l’écriture affolant.
Un triomphe. Plus gros succès de tous les temps depuis Avatar. Depuis,
17 films du MCU sont sortis en salles dont Avengers Endgame (qui a battu
Avatar). Whedon, lui, s’est brûlé les ailes dans l’épuisant L’Ère d’Ultron (et
les reshoots de Justice League) et est sorti de l’échiquier MCU. Il prépare dé-
sormais une série télé sur HBO sur des superhéroïnes victoriennes. Avengers
était son triomphe. Qu’est-ce que c’est loin, 2012. u SYLVESTRE PICARD
2009
District 9 2003
DE NEILL BLOMKAMP
L’apartheid avec des extraterrestres
La 25e Heure
en mode documentaire. Une DE SPIKE LEE
révolution : « District 9 provoque C’est probablement la meilleure
le sentiment assez rare de découvrir œuvre de son auteur mais également
un possible cinéaste majeur (…) la moins citée. L’histoire d’un dealer
La révélation de la rentrée », trahi passant sa dernière journée
promettait-on dans une critique cinq en liberté avant la case prison.
étoiles. On attend toujours Une histoire déchirante d’amitiés
sa prochaine grande œuvre. u FL gâchées et d’amour perdu sur fond
de 11 Septembre. u FR

1995
Le Péril jeune
DE CÉDRIC KLAPISCH
L’enthousiasme de Première
pour le deuxième film de Cédric
Klapisch fut, disons, modéré. La
2001 faute, sans doute, au statut bâtard du
Péril jeune, commande de la Sept/Arte 1994
Le Pacte des loups pour sa grille de programmation, gon-
DE CHRISTOPHE GANS flée en 35 mm pour une sortie en salles Les Vestiges du jour
Une couv pour Samuel Le Bihan : on après sa diffusion télé. À l’époque, ça DE JAMES IVORY
misait gros sur Le Pacte des loups. On a ne se faisait pas trop –  même si Les « On est submergé d’émotion par
eu raison. 5,1 millions d’entrées en Roseaux sauvages d’André Téchiné des personnages qui ne parviennent
salles l’année d’Amélie Poulain. Mais le avait essuyé les plâtres l’année précé- pas à exprimer les leurs ». Première
vent de liberté que le kung-fu au
dente. Chacun chez soi et les moutons consacre film du mois le sommet
Gévaudan de Gans faisait souffler dans
le cinéma français n’aura
seront bien gardés, semblait dire Dias- de la carrière du réalisateur de Retour
tème dans sa critique du film, dont on à Howards End et célèbre son duo
malheureusement pas de lendemain.
sentait confusément qu’il le trouvait d’interprètes Anthony Hopkins-Emma
Neuf mois plus tard sortait Vidocq… u SP
Thompson. u TC
cool mais décidément pas à sa place.
« Initialement tourné pour la Sept/Arte,
2006 le film finit par lasser avec ses images
moches et granuleuses qui viennent ter-

© KEY CREATIVE / DAVIS FILMS / PROD DU TRESOR / VERTIGO FILMS / TOUCHSTONE / COLUMBIA / TELEMA
Ne le dis à personne nir un ensemble qui ne force la sympa-
DE GUILLAUME CANET thie qu’en nous rappelant sans cesse son
Le triomphe de Canet (à qui notre mag label initial. » Nous le réhabiliterons
a souvent offert sa couv jusqu’à Nous dans le numéro de mai-juin 2017 via
finirons ensemble) réalisateur, sacré une Oral Story avec des intervenants
aux César tout en réunissant pas rancuniers. u CHRISTOPHE NARBONNE
3 millions d’entrées pour son 1994
deuxième long, polar « efficace à la
mise en scène nerveuse » adapté de
Harlan Coben. u CM
La Cité de la peur
D’ALAIN BERBÉRIAN
Si vous vous demandez si l’on peut
tromper mille fois une personne, alors
c’est que vous vous êtes marrés
comme des baleines devant le film
de Les Nuls. Et il faut l’avouer, le
critique de Première aussi : « Il faut
aller voir La Cité de la peur pour une
bonne raison : moi, j’ai ri » ! u CM

74
1992
Batman : Le Défi DE TIM BURTON
Visiblement, on n’avait rien pigé au produit de
contrebande que réalisait Burton : « Batman : Le Défi
est trop long, trop noir, pas assez manichéen, trop…
On est partagé entre l’admiration et la lassitude.
Attendons Batman 3, puis 4, puis 5, puis… »
Pardonnez-nous, on ne savait pas. u FL

2019
Parasite DE BONG JOON-HO 2006
On peut l’avouer. Il y a prescription... On a eu la chance de découvrir le
film du retour de Bong Joon-ho en Corée après ses aventures en langue 0SS 117 : Le Caire
anglaise (Snowpiercer – Le Transperceneige et Okja) quelques semaines avant
sa présentation dans la compétition cannoise. Et en en sortant, épatés parce qu’on
nid d’espions
DE MICHEL HAZANAVICIUS
venait de voir, on se demandait qui allait bien pouvoir devancer « cette satire po-
litique et sociale imparable, drôle, violente, baroque et maîtrisée » (comme l’écrit Pour célébrer la sortie de cette
comédie aussi inespérée que
Gaël Golhen) dans la course à la Palme. Pourtant, l’édition cannoise 2019 fut un
sophistiquée, Jean Dujardin nous
millésime exceptionnel. Almodóvar aurait pu conquérir pour la première fois le livrait son bloc-notes de l’année
Graal avec Douleur et Gloire, Tarantino aurait pu doubler la mise avec Once upon a écoulée. Il estimait notamment
time... in Hollywood. Mais le jury d’Iñárritu a bel et bien consacré Parasite et servi qu’OSS 117 : Le Caire nid d’espions
ainsi de tremplin à son incroyable succès public dans les salles françaises, toujours était « l’un des meilleurs films
en cours. Qui a dit qu’une Palme d’or ne pouvait plus être populaire ? u THIERRY CHEZE de sa petite filmo ». Pas tort. u CN
© WARNER / MANDARIN FILMS / COLUMBIA APATOW PROD / SPELLING ENTERTAINMENT

1978
Rencontres du 2008 1992
troisième type
DE STEVEN SPIELBERG Frangins malgré eux The Player
Juste après le triomphe des Dents de D’ADAM MCKAY DE ROBERT ALTMAN
la mer, Steven Spielberg offrait ce Cette « version dégénérée de Tanguy » « Alors que Hollywood le considérait
film-là, sans doute celui qui le résume tutoie les plus hauts sommets de la comme un has been, le réalisateur de
le mieux, entre soif d’aventures et comédie US qui ne cessera de décliner M.A.S.H. fait un fracassant retour »,
extase mystique. Les Dents de la mer après le départ de Bush. Le duo écrit avec justesse Christine Haas.
+ Rencontres ? Sans doute le plus beau Ferrell-Reilly y joue les crétins Son pamphlet virtuose sur l’industrie
one-two punch de l’histoire du cinéma. congénitaux avec une gourmandise à rêve hollywoodienne est couronné
u FF enfantine qui touche au génie. u TC de deux prix cannois. u TC

Octobre 2019 75
1988
Robocop
DE PAUL VERHOEVEN
Une accroche de couv : « Robocop :
L’événement d’Avoriaz », une critique
qui dit sans détour que ce cyborg-là
est « plus malin que Terminator » et
une longue « story » où le Hollandais

WWW.PREMIERE.FR
3,50 € No 439 – SEPTEMB
RE 2013

quoi
de explique: « À Hollywood, j’explore mon
neuf ?
De Gravity
au Loup
de Wall Street
les
côté enfant. » Un enfant aux idées
25
films
événements
quand même très noires… u TB
de la Deneuve
rentrée comme vous
ne l’ave
jamais luez

l’interview
cash
VIN DIESEL
BENICIO
DEL TORO
RON
HOWARD
léa
seydoux et adè JASON
SUDEIKIS
exarchopo le
révèlent les ulos

2013
dessous de
la vie Hunger
d’adèle Games 2
Les photos
exclusives

La Vie d’Adèle D’ABDELLATIF KECHICHE


M 02902 - 439 - F:
3,50 E - RD
3’:HIKMTA=WUXZU^:?a@e@d@t@k";

Quatre mois après l’électrochoc cannois provoqué par un Steven


Spielberg décernant la Palme d’or à Abdellatif Kechiche, Adèle 2009
Exarchopoulos et Léa Seydoux, ces deux dernières posent lascivement
en une. La seconde n’est pas encore fâchée avec son metteur en scène. « J’adore
son cinéma mais, jusque-là, je m’étais toujours dit qu’il ne me ferait jamais tourner
Watchmen
DE ZACK SNYDER
puisqu’il prend systématiquement de jeunes actrices émergentes, pas des petites
bourgeoises comme moi ! » Où l’on apprend aussi que Kechiche filmait Adèle entre Il semblait presque impossible de
rendre justice au comics démentiel
les prises, en train de dormir, de manger, de faire pipi et même de vomir... Tout ce
d’Alan Moore. Et pourtant, « le
qu’on lui reprochera six ans plus tard, le fameux « male gaze », ce regard masculin résultat est une grosse claque », se
intrusif, est là, décrit, analysé, un peu critiqué – mais pas trop. Dans la foulée de réjouissait le magazine à l’époque.
cette interview, réalisée en août 2013, les deux actrices se montreront plus sévères Notamment grâce à l’esthétique si
envers leur mentor en répondant aux questions d’un site américain, engendrant le particulière de Zack Snyder, en
début d’une polémique sans fin. u CHRISTOPHE NARBONNE maîtrise totale de son art. u CN

© WILD BUNCH / ORION / WARNER / ARTISTS ASSOCIÉS / FACE DISTRIBUTING CORP.

2019 1987 1977


Grâce à dieu Le Dernier Empereur Opening Night
DE FRANÇOIS OZON DE BERNARDO BERTOLUCCI DE JOHN CASSAVETES
Si Brie Larson en Captain Marvel Kimono noir et lunettes rondes en C’est Patrick Dewaere tout sourire sur
s’affiche en couverture, l’un des chocs couverture. Le film est « un défi fond rouge qui ouvre l’année 1978.
majeurs du mois est sans conteste spectaculaire. Bertolucci raconte… », Le film de Cassavetes qui a eu la
ce Spotlight à la française où le y lit-on. Critique « coup de cœur » à mauvaise idée de sortir deux jours
réalisateur de Sous le sable signe l’intérieur. Le cinéaste, lui, avoue se avant la dinde de Noël n’a pas fait
une œuvre magistrale en mêlant languir de la Chine : « J’ai envie d’y évènement. Dommage, la lionne Gena
mélo, thriller et film-enquête avec repartir pour y tourner La Condition Rowlands aurait pu rugir en
une virtuosité imparable. u TC humaine. » u TB couverture. u TB

76 Octobre 2019
1993
Un jour sans fin
2006 DE HAROLD RAMIS
Bill Murray revit la même journée encore, et
Casino Royale encore… « Il y a une telle bonne humeur dans le jeu
des comédiens, le scénario et la réalisation que ça
DE MARTIN CAMPBELL pourrait durer encore longtemps sans qu’on s’en
« Moins de scènes d’action extravagantes, gadgets quasiment lasse. » La comédie de Ramis est peut-être le feel-
inexistants : sur la forme et sur le fond, l’intrigue joue la carte good movie ultime. u FL
du “réalisme” quitte à traîner un peu en longueurs », explique
Christophe Narbonne au sujet de Casino Royale, la première apparition
de Daniel Craig en 007. Enfin un Bond pas comme les autres qui sort de
la routine et des exercices imposés. Enfin un Bond qui fait la part belle à
un personnage féminin consistant, Vesper Lynd, convoitée par le tout Hol-
lywood, de Jennifer Connelly à Michelle Pfeiffer mais conquis de haute
lutte par la frenchie Eva Green, envoûtante de la première à la dernière
image. Depuis, elle a régénéré le cinéma de Burton en devenant une de
ses égéries mais n’a toujours pas réalisé un des rêves qu’elle nous confiait.
© MGM / TOUCHSTONE / COLUMBIA / UNVERSAL PHOTOGRAMME GAUMONT

« Je recherche plutôt des choses denses, viscérales. Travailler avec quelqu’un 2003
comme Audiard me comblerait. » S’il nous lit... u THIERRY CHEZE
Love Actually
DE RICHARD CURTIS
1990 « La crème (anglaise) de la crème de

Pretty Woman
la comédie romantique. » Une
véritable institution que nos voisins
DE GARRY MARSHALL d’Outre-Manche redégustent avec la
même gourmandise chaque Noël
Passé dans le camp d’en face, depuis près de quinze ans, et dont son
Marc Esposito, totalement sous auteur confiait dans nos pages les
le charme, consacre pendant des secrets de sa méthode imparable. u TC
mois la moitié de ses éditos de
Studio Magazine (qu’il a créé
en quittant Première) à Julia
Roberts. Mais son autre « bébé » n’est
pas en reste : Première offre la une de
son dernier numéro de l’année 1990 à la
révélation de Pretty Woman. « Une star
est née » affirme Christine Haas à qui la
suite a largement donné raison. « Elle en-
voûte la caméra, hypnotise et fait léviter 1983
le mâle hagard dans les béatitudes oua-
tées de l’admiration sublimée », ajoute
Laurent Bachet dans sa critique. Et ce
À nos amours
DE MAURICE PIALAT
pour un rôle d’escort-girl refusé avant
Pialat rend à Bonnaire ce qui
qu’il ne lui échoie par Michelle Pfeiffer
appartient à Sandrine : « On répétera
ou encore Daryl Hannah qui le jugeaient, à la sortie que je suis un Pygmalion,
sur le papier, dégradant. À elle la suite que j’ai trouvé cette fille, que je l’ai
a donné largement tort. Cette « réussite créée, façonnée, que je lui ai tout
imparable » comme l’écrivait Bachet appris. Eh bien non ! C’est juste
a conquis la planète sans susciter la l’inverse. » Et après on ose dire que
moindre polémique. u THIERRY CHEZE Pialat était méchant ! u TB

Octobre 2019 77
1994
Les Patriotes D’ÉRIC ROCHANT
Prévues pour sortir début 94, les aven-
tures de ce Juif français qui choisit de
s’engager dans les services d’espion-
nage israéliens séduisent les journa- 1979
listes qui le découvrent. Ce buzz met la puce
à l’oreille au grand manitou de Cannes, Gilles
Jacob qui le sélectionne. Les Patriotes se positionne
Manhattan
alors en juin et les critiques rengainent leurs dithy- DE WOODY ALLEN
rambes pour mieux les dégainer au moment du Festival. « L’événement cinématographique n° 1
À l’image de Jean-Jacques Bernard : « Une des propositions de décembre. » C’est ainsi que nous
d’histoires les plus denses et captivantes que le cinéma français présentions la sortie de Manhattan en
France pour laquelle Woody Allen est
nous ait donnée depuis longtemps. » La projection officielle est un triomphe
interviewé avec une certaine
et on voit mal le jury d’Eastwood passer à côté. Mais les critiques du lende- déférence. L’acteur-cinéaste répond,
main se font moroses, le film repart bredouille et se contente de 321 000 en- lui, avec humilité et sérieux. u CN
trées. Rochant mettra des années à s’en remettre et reviendra sur le devant de
la scène grâce à la télé via Mafiosa puis Le Bureau des légendes. Une boucle
s’est bouclée et le film aujourd’hui réhabilité à son juste niveau. u THIERRY CHEZE

1988
La Petite Voleuse DE CLAUDE MILLER
« Vivement Charlotte ! », affiche fièrement Première en couver-
ture à côté de l’exquis profil juvénile de la comédienne de 17 ans.
Entre Charlotte Gainsbourg et le magazine, c’est une belle histoire. Avec
La Petite Voleuse, elle retrouve le réalisateur de L’Effrontée, Claude Miller, 2007
qui reprend un synopsis signé François Truffaut. On y suit le parcours dans
la France d’après-guerre d’une jeune fille sans parents qui apprend l’amour
et la vie entre les maisons de redressement. Pudique et rageur, suranné et
La nuit nous
furieusement féministe, La Petite Voleuse est entièrement sublimé par la appartient DE JAMES GRAY
prestation à fleur de peau de son interprète. « L’adolescente surdouée est Il est allé dans l’espace et dans la
devenue une actrice dont le travail, s’il n’a pas un instant perdu en fraîcheur, jungle, mais c’est à New York qu’on
a gagné en profondeur, lisait-on dans le magazine. Il y a forcément, dans préfère Gray. Avec le dilemme d’un
une telle présence, la promesse d’une magnifique carrière. » En entretien, gérant de night-club coincé entre les
Claude Miller confie : « Elle est comédienne dans le sang, comme le petit trafiquants russes et sa famille de
Mozart était pianiste. » u SOPHIE BENAMON flics, il signait un film « terriblement
émouvant ». « Gray a peu tourné (…)
mais à chaque fois, il a tourné juste,
profond et admirable. » u GG

© GAUMONT - LAZENNEC / RENN PROD. / UNITED ARTIST / 2929 PROD. / DREAMWORKS

2000
American Beauty
DE SAM MENDES
Troublante comédie grinçante en
forme de drame psychologique sur
la crise de la quarantaine, American
Beauty n’avait pas totalement emballé
Première, qui louait son « acidité »
mais lui reprochait son manque
d’originalité. Trois étoiles tout de
même. u FL

78 Octobre 2019
2008 2007 2000
The Dark Knight Zodiac Sixième Sens
DE CHRISTOPHER NOLAN DE DAVID FINCHER
DE M. NIGHT SHYAMALAN
Très certainement le meilleur volet de Un Fincher faussement lo-fi, thriller
la trilogie de Nolan. Une ode à Batman psychologique implacable sur le doute Shyamalan est-il le nouveau Spielberg ?
incroyablement noire et perturbante et les obsessions. « Zodiac est un film La question était sur toutes les lèvres en janvier
pour un blockbuster grand public. d’investigation adulte (...) fascinant de 2000 et dans tous les articles sur le nouveau
Grâce à un « Heath Ledger absolument la première à la dernière minute (...) phénomène du cinéma américain. Dans le nôtre,
monumental en Joker déjanté », Le premier grand film américain de on apprenait que le « M. » valait pour Manoj et que
s’enthousiasmait Première. u CM 2007. » Grand film tout court. u FL son assistant l’appelait « Night ». Essentiel. u CN

1982 2008 1976


Fanny et Alexandre There will be blood Affreux, sales et
D’INGMAR BERGMAN DE PAUL THOMAS ANDERSON méchants D’ETTORE SCOLA
À côté des Américains et du cinéma Un classique américain, immédiat, Cette farce tragique dépeint avec
popu, il restait de la place pour les évident, et accueilli comme tel à férocité la misère italienne des
auteurs. Kubrick, Fellini et… Bergman l’époque. Hier conspués, les films années 70. Dominé par un désespoir
furent loués ici même. Fanny et de Paul Thomas Anderson seront ricanant, le film avait obtenu le prix du
Alexandre, film-testament mélangeant désormais systématiquement adorés Jury à Cannes. Quarante ans plus
théâtre, autobiographie et lyrisme par les générations successives de tard, les images ont un peu vieilli,
« est l’un des plus beaux qu’il a rédacteurs de Première. Et PTA devint mais cet énorme éclat de rire jaune
réalisés », clame Marc Esposito. u GG grand… u FF résonne toujours aussi fort. u GG
© WARNER - DC COMICS / PARAMOUNT / HOLLYWOOD / GAUMONT / CHAMPION / TWENTIETH CENTURY FOX / ALAIN SARDE

2003
Master and
Commander
DE PETER WEIR
« Peter Weir est au gouvernail et ce
n’est pas le dernier des
Michael Bay ! » On adore
Master and Commander à
1994 sa sortie, mais il est un
2002
peu éclipsé par le
Forrest Gump premier Kill Bill qui Le Pianiste
DE ROBERT ZEMECKIS dégaine le même DE ROMAN POLANSKI
« La vie, c’est comme une boîte de mois. Aujourd’hui, En 2002, Roman Polanski recevait
chocolats », disait-il à juste titre. Tom les choses sont une Palme d’or méritée pour cette
Hanks ne savait pas qu’il allait tomber claires : c’est grandiose fresque sur le ghetto de
sur le rôle de sa vie, et remporter son un des plus Varsovie qui résonnait avec sa
deuxième Oscar d’affilée (après grands films propre enfance. On le consacre
Philadephia), grâce à ce mélo du siècle. film du mois de septembre, avant
bouleversant « sur la légende dorée Sérieux. qu’il décroche l’année suivante
de l’Amérique d’après-guerre ». u CM u SP sept César et trois Oscars. u CN

Octobre 2019 79
1989
La Vie et rien d’autre
DE BERTRAND TAVERNIER
« Ce film d’une mordante ironie, dense
et poignant sur les horreurs de la
guerre » marque en beauté l’ultime
collaboration entre Philippe Noiret et
le cinéaste qu’il accompagne depuis
son premier long, L’Horloger de Saint-
Paul. « Tavernier m’a deviné avant de
me connaître » dit-il joliment. u TC

1988
Qui veut la peau de Roger Rabbit
DE ROBERT ZEMECKIS

« Mais qui est donc Roger Rabbit ? » titre en août Première sur sa couv.
Le nouveau film du réalisateur de Retour vers le futur ne sort qu’en octobre mais
Michèle Halberstadt n’a pas pu attendre pour en parler, comme elle l’explique dans
son édito. « Ça s’appelle un coup de foudre : bouche bée devant l’écran, j’étais durant
la projection de Roger Rabbit comme un môme devant son premier feu d’artifice. » 2004
Les huit pages qui suivent détaillent les coulisses de la fabrication d’un film « unique
en son genre qui allie polar et dessin animé, et l’acteur Bob Hoskins à un drôle de Old Boy DE PARK CHAN-WOOK
lapin ». Deux mois plus tard, « ce mariage du siècle entre Disney et Spielberg » Il y a de quoi péter les plombs quand
suscite le même enthousiasme dans nos colonnes. « Affirmer que Roger Rabbit on est enfermé pendant quinze ans
est une date dans l’histoire du cinéma n’est qu’une évidence : les personnages de sans explication. Entre fourmis
géantes et coups de marteau dans la
dessin animé y ont une âme. » Il en est aussi une dans l’histoire de Zemeckis qui
tête, le spectateur plonge au cœur
n’a jamais réuni autant de spectateurs en France : près de 6 millions ! u THIERRY CHEZE d’une vengeance malsaine, sacrée
Grand Prix du jury à Cannes et (mal)
remakée par Spike Lee. u JM
1980
© AMBLIN-TOUCHSTONE / LITLE BEAR / SHOW EAST / SARA FILM / UNIVERSAL / FILMS ARIANE

1981 1981
Hôtel des Amériques The Blues Brothers Garde à vue
D’ANDRÉ TÉCHINÉ DE JOHN LANDIS DE CLAUDE MILLER
En décembre 1981, il est difficile En 1980, on disait déjà : « Les Blues Pour Marc Esposito, « Garde à vue
d’affirmer qu’on tient là le plus beau Brothers ou quand le rire, les gags, et n’est qu’un très bon suspense. C’est
film français des 80s. Alors on met même les cascades de voitures ont déjà beaucoup. Mais de Miller, on
des « peut-être » ou des « à coup l’accent du rhythm and blues et du espérait encore plus. Pas mieux :
sûr », puis on se lâche : « Je n’ai pas le rock... » Même en 2019, on n’a pas fini plus. » La sentence est un peu sèche
souvenir d’avoir jamais vu un plus de chantonner en repensant au duo et pour ce très grand film auquel le
beau film d’amour que celui-ci. » u TB à leurs acolytes frappadingues. u JM temps a fini par rendre justice. u CN

80 Octobre 2019
1986 2002
Le Nom de la rose Donnie Darko
DE JEAN-JACQUES ANNAUD DE RICHARD KELLY
Le chef-d’œuvre d’Umberto Eco Comme c’est un premier film, on
prend vie dans cette adaptation aussi décore le sapin. Et voici Darko sosie
belle que ténébreuse. Un policier de, au choix : Twin Peaks, American
médiéval captivant et troublant, porté Beauty, Ouvre les yeux et surtout
par un Sean Connery « magnifique » Magnolia qui revient lourdement.
selon Première, et la révélation Le temps d’une mini-interview, Kelly,
1998 d’un jeune talent de 17 ans nommé
Christian Slater. u CM
26 ans, se défend comme il peut :
« J’ai écrit mon script avant… » u TB

The Big Lebowski


DE JOEL & ETHAN COEN
Qu’on était bien en avril 1998. La
France ne savait pas encore qu’elle al-
lait prochainement gagner sa première
Coupe du monde mais Première met-
tait en couverture Julianne Moore
et Jeff Bridges, nouveaux héros coe-
niens. Film du mois (évidemment) noté 2006 2017
© POLYGRAM / NEW CONSTANTIN FLOWER FILMS / WARNER / SAUL ZAENTZ / UNIVERSAL / GILBERT FILMS

quatre étoiles (avec le recul, on aurait


dû en mettre cinq), The Big Lebowski
était décrit par Diastème comme « à la
Le Labyrinthe de Pan Get Out DE JORDAN PEELE
DE GUILLERMO DEL TORO « Et si l’horreur, la vraie, c’était
croisée des chemins jusque-là parcou-
C’était le numéro des 30 ans, alors, d’être un Noir en Amérique ? »,
rus par la surdouée paire. Il y en a pour
forcément, il n’a pas eu la place qu’on interrogeait-on nos lecteurs au
chaque camp ici : la rigueur et la fan- lui aurait normalement accordée. moment de la sortie de Get Out,
taisie, l’hommage et la création, la bi- Mais tout de même, film du mois et grande satire politico-horrifique
ture et le chonchon ». On ne sait pas si le interview de del Toro pour dire que de l’ère Trump. La reconversion
film a depuis réconcilié les deux clans derrière la formidable enluminure se de Jordan Peele en cinéaste (il était
des fans des Coen (« les conservateurs cachait une bouleversante réflexion humoriste et acteur) est à peine
versus les progressistes »), mais l’impact sur l’histoire. u GG croyable. u FL
de son personnage principal, « adipeux,
bubar, pétard au bec, verre à la main et
méduses aux pieds », dans l’imaginaire
collectif a quelque peu dépassé ses créa-
teurs. « Ce film continue à fasciner du-
rablement les gens, bien plus que nous »,
lâchait Joel en 2009. Well, that’s just
like, your opinion, man. u FRANÇOIS LÉGER

1984 2018
Amadeus La La Land
DE MILOS FORMAN DE DAMIEN CHAZELLE
Pour son numéro 100, Première avait « Le meilleur film de l’année », disait
listé les 100 meilleurs films de son la citation de Première sur l’affiche de
histoire et Amadeus était 3e. Avec son La La Land en… janvier 2018 !
mélange d’intelligence, de brio et de Beaucoup de gens se sont foutus de
charme populaire, ce biopic de Mozart notre gueule. Sans doute à juste titre.
correspondait idéalement à l’ADN du Bon, cela dit, c’était vraiment le
mag : grand public et exigeant. u GG meilleur film de 2018. Non ? u FF

Octobre 2019 81
1991
Edward 1987
aux mains
d’argent Les Incorruptibles
DE BRIAN DE PALMA
DE TIM BURTON
« Entrez dans la légende, vous ne le
Intercalé entre Batman et regretterez pas ! » jubilions-nous.
Batman : Le Défi et inspiré La traque de Capone par Eliot Ness
par un personnage qu’il a offre l’un des plus beaux films de
dessiné dans son adolescence, mafia, une fresque « foisonnant de
le quatrième Burton est tout à la scènes d’anthologie ». À commencer
fois une dernière et une première. Le dernier film par cette batte maniée avec tant de
d’un acteur culte, Vincent Price, la voix de basse du clip violence par De Niro... u CM
Thriller. Et la première collaboration entre le cinéaste
et son alter ego de l’immense majorité de ses films à
venir, Johnny Depp... après que Tom Cruise, Tom Hanks,
Jim Carrey, Gary Oldman, Robert Downey Jr. et même
Michael Jackson ont été envisagés. Face à cette concur-
rence, Depp, qui cherche à casser son image d’idole des
ados accros à 21 Jump Street, ne croit pas à sa chance.
Et non content de décrocher le rôle, il partage le haut de
l’affiche du plus beau film d’amour des années 90 avec sa
girlfriend de l’époque, l’irrésistible Winona Ryder. « La 1982
Belle et la Bête de Cocteau version rock. Un futur clas-
sique », écrit Patrick Fabre. Rien à rajouter. u THIERRY CHEZE
The Thing
DE JOHN CARPENTER
Deux pages sur ce classique de
Carpenter nous apprennent que Kurt
Russell « mourait d’envie de tourner
un film de monstres » et qu’il
« s’amusait follement à voir les
techniciens éponger les différents
liquides qui maculaient le plateau
après chaque prise nécessitant des
effets spéciaux. » u CN

© TWENTIETH CENTURY FOX / PHOTOGRAMME FILM PAR FILM / PARAMOUNT / UNIVERSAL / TRINACRA
1992
Un cœur en hiver DE CLAUDE SAUTET
En 1983, la mauvaise réception de Garçon ! avait brisé la dynamique
Sautet, comme en 1969 quand l’échec de L’Arme à gauche l’avait conduit à 1979
changer de style avec Les Choses de la vie, cinq ans plus tard. Cinq ans, c’est
aussi le délai entre Garçon ! et Quelques jours avec moi, le film de sa deu- Les Bronzés font
xième « renaissance » et sa rencontre décisive avec Daniel Auteuil. Les deux
hommes se retrouvent pour ce Cœur en hiver, titré Femme de cœur et valet
du ski DE PATRICE LECONTE
de pique quand Éric Libiot se glissait sur son tournage où « Sautet adore Le premier épisode avait été
mollement accueilli par la rédaction
filmer un regard, un geste et les non-dits plus que le feu d’artifice des senti-
en 1978 mais avait largement converti
ments ou les effets de mise en scène ». C’est cette petite musique « Sautet » le public à son humour vache. Autant
que loue Première quand sort cette histoire remuante où un restaurateur dire que les aventures montagnardes
de violons solitaire se consume d’amour pour une virtuose. Le couple des Bronzés ont davantage suscité
Auteuil-Béart s’y retrouve six ans après Manon des sources. Et Sautet y dé- l’attention du magazine, qui ne pouvait
croche le tout premier César de sa carrière. u THIERRY CHEZE plus ignorer le phénomène. u CN

82 Octobre 2019
1979 1994

Série noire D’ALAIN CORNEAU Speed DE JAN DE BONT


Quatre étoiles à Speed : une de plus que Regarde
En avril, Patrick Dewaere avait les honneurs d’un… « poster-in-
les hommes tomber, son voisin du cahier Critiques
terview » ! Et le mois suivant, Première crie son amour devant cette adap- de septembre 1994. Et une critique qui dissèque
tation d’un roman de Jim Thompson. « La critique française usant et abusant le film pour le transformer en théorie du film
régulièrement des superlatifs les plus élogieux, on est contraint de s’interro- d’action. Une première pour Première ? u SP
ger sur le vocabulaire à employer quand, vraiment, on a le sentiment d’avoir
vu un film superbe et sublime, un film comme rarement le cinéma a su en
produire. » Et alors que Série noire s’apprête à être présenté à Cannes, Marc
Esposito parie sur un prix d’interprétation pour Dewaere qui sera finalement
battu par Jack Lemmon pour Le Syndrome chinois. Comme il le sera de ma-
nière assez stupéfiante par le Claude Brasseur de La Guerre des polices aux
César. Dewaere ne sera jamais césarisé et en ressentira une profonde bles-
sure. Alain Corneau, quant à lui, attendra 1992 et Tous les matins du monde
pour y être enfin consacré à sa juste mesure. u THIERRY CHEZE
1986
Jean de Florette
DE CLAUDE BERRI
« Le souffle Depardieu ». La star se
livre dans un entretien fleuve sur sa
carrière et ce « film événement »
tourné en neuf mois, avec sa suite,
Manon des sources, où Claude Berri
transcende Pagnol. La révélation d’un
Daniel Auteuil inédit. Une moisson de
César. u SB
©GAUMONT / OCTOBER FILMS / TWENTIETH CENTURY FOX / RENN PRODUCTION / PHOTORAMME FILMS DU CAROSSE

1997
Lost Highway DE DAVID LYNCH
En 2001, le triomphe artistique et critique de Mulholland Drive a
jeté une sorte d’ombre rétrospective sur Lost Highway, qui appa-
raissait soudain, dans le corpus lynchien, comme un brouillon du 1981
grand œuvre à venir. Tout Mulholland y était déjà, à l’état d’esquisse :
le film scindé en deux, le protagoniste schizo, le LA parano, l’érotisme de
la peur... Mais depuis deux ans, c’est Twin Peaks : The Return, et non plus
La Femme d’à côté
DE FRANÇOIS TRUFFAUT
Mulholland Drive, qui symbolise dans le cœur des fans le sommet de l’art
de David Lynch. On peut donc revenir se balader sur l’« autoroute perdue » Après le triomphe du Dernier Métro,
Truffaut enchaîne avec un « petit »
et constater que la patine du temps (c’est un film des nineties, ça se voit) joue
film sur deux amants qui se
superbement en sa faveur. Lost Highway est brutal et timbré (« deranged », retrouvent. Première se rend sur
comme dit Bowie en intro), aussi free que le jazz qui fait s’époumoner Bill le tournage et témoigne d’un
Pullman, sexy à mort, vénéneux au dernier degré. Attendez, attendez... et réalisateur heureux et d’une belle
si le véritable opus magnum de Lynch, le chef-d’œuvre des chefs-d’œuvre, complicité entre Gérard Depardieu
c’était celui-ci ? u FRÉDÉRIC FOUBERT et Fanny Ardant. u SB

Octobre 2019 83
1992
Terminator 2 : Le Jugement dernier DE JAMES CAMERON
Juliette Binoche est – encore – en couverture mais du film en précisant qu’il aurait coûté « cinq cents millions de
Arnold Schwarzenegger cause, un peu à la façon de francs » (chauvinisme, quand tu nous tiens) avec une analyse
son personnage dans Last Action Hero (pas encore précise des effets révolutionnaires de métal liquide du T-1000.
tourné). Il parle de lui à la troisième personne (« tout lui réussit, « Tenter d’expliquer une partie des effets spéciaux de Termi-
non seulement dans sa vie professionnelle mais aussi dans sa nator 2 ne parvient pas, cependant, à gâcher l’effet de surprise
vie privée »), fait de la retape pour sa chaîne de restos Planet à la vision du film », conclut l’article. « C’est ça, la magie du
Hollywood ouverte avec Bruce Willis et Sylvester Stallone, cinéma ! » Rien qui ne puisse en effet gâcher Terminator 2,
et rappelle le conseil que lui a donné Eastwood : « Less is qui, depuis une génération, continue d’être une référence en
more. » La critique du film dans ce numéro est d’ailleurs un matière de « suite meilleure que l’original ». Tandis qu’Arnold
poil condescendante envers l’acteur : « Schwarzie, pour la pre- Schwarzenegger a continué son american dream en devenant
mière fois, a du texte à réciter. Comme disait mon instituteur : gouverneur de Californie (il vient cependant d’enfiler à nou-
“Il est en net progrès.” » Ceci dit, du point de vue du cinéma, veau son costume de cyborg en jurant que c’était la dernière),
Première sait ce qu’il voit : « Le cinéma de demain. » Ce qui Cameron, lui, persévère dans son désir de repousser les limites
nous permet de consacrer une double page aux effets spéciaux du cinéma. u SYLVESTRE PICARD

©STUDIOCANAL / COTTONWOOD PICTURES / FOCUS FEATURES / SARA FILMS

2004 1979
2011
Eternal Sunshine Buffet froid
The Tree of Life of the Spotless DE BERTRAND BLIER
DE TERRENCE MALICK
Un monolithe de cinéma, qui fait Mind DE MICHEL GONDRY Le chef-d’œuvre de Bertrand Blier
n’a pas été traité par Première. Raison
s’écharper les critiques. Thomas Jim Carrey était le « héros du mois » invoquée ? « Film pas vu à temps »
Agnelli parle de « boursouflure », et se livrait au cours d’un entretien mais « rire corrosif assuré », nous
Philippe Rouyer, d’« un film qui ne vérité où il racontait qu’il avait dû assurait-on alors. Bizarre qu’il n’ait
ressemble à aucun autre ». Le débat « rouvrir ses plaies » pour le rôle. pas été rattrapé le mois suivant
continue encore aujourd’hui. Et l’écho Et le film de Gondry ? « Une comédie d’autant que Depardieu était le
du film, lui, n’a pas fini de retentir. u FF romantique à fendre le cœur. » u FL chouchou de la rédaction. u CN

84 Octobre 2019
2007
La Môme D’OLIVIER DAHAN
En incarnant Piaf, le destin de Marion
Cotillard bascule. César, BAFTA,
Oscar… rien ne lui échappera ! Et
depuis, sa filmo – Audiard, Allen,
les Dardenne, Nolan, Gray, Dolan,
Soderbergh… et bientôt Carax – n’a
aucun équivalent chez ses contemporaines,
quel que soit leur âge. u TC

1980
1993
La Boum DE CLAUDE PINOTEAU
« En route pour le rêve », titre Première à l’occasion de la rencontre La Leçon de piano
avec Sophie Marceau, qui donnait là une de ses premières interviews. DE JANE CAMPION
La rédaction a très vite flairé le potentiel de la jeune comédienne. Dès le tournage, Elle reste encore un cas unique en
elle est mise en avant comme « une nouvelle venue de 13 ans au charme trouble » et son genre. La seule femme Palme d’or
on lui promet « le succès et la gloire » comme « une autre toute jeune fille brune » à ce jour (trophée qu’elle a partagé
révélée par Pinoteau grâce à La Gifle, Isabelle Adjani. La Boum, où Sophie Marceau avec Adieu ma concubine), pour son
fait face à un couple de parents (Claude Brasseur et Brigitte Fossey) en proie à des plus beau film et « cette façon de
difficultés sentimentales, va la propulser encore plus loin que prévu ! En inventant réapprendre la passion et le
le teen movie à la française – avec sa coscénariste Danièle Thompson –, Pinoteau romanesque comme s’ils foulaient
va lancer un modèle. Mille fois copié, jamais égalé. u SOPHIE BENAMON l’un et l’autre une terre vierge ». u TC
©GAUMONT / LEGENDE / NEW SOUTH WALES FILM / UNIVERSAL / NEW LINE

1981 1979 2001


La Chèvre Voyage au bout Le Seigneur des
DE FRANCIS VEBER de l’enfer DE MICHAEL CIMINO anneaux DE PETER JACKSON
« Un curieux film, pas totalement Cimino et Walken défendaient dans « Le film le plus attendu depuis
réussi mais attachant. On a parfois nos colonnes ce film attaqué aux La Guerre des étoiles », c’est ainsi que
l’impression que Veber s’est endormi États-Unis et vu comme un hymne Première présente La Communauté
sur sa page ! » Là, Première s’est réactionnaire. Aujourd’hui, il n’y a plus de l’anneau, premier film de la saga
planté. Heureusement, le duo de débat : cette chronique de d’heroic fantasy adaptée de Tolkien.
Depardieu–Richard a conquis le public l’Amérique prolo qui bascule dans Elijah Wood le Hobbit a les honneurs
et donné lieu à deux autres films, la folie est perçue comme l’un de la couv et se confie sur un tournage
Les Compères et Les Fugitifs. u SB des derniers chefs-d’œuvre 70s. u GG long de dix-huit mois. u SB

Octobre 2019 85
1985

Retour vers le futur


DE ROBERT ZEMECKIS
Le chapeau du papier présente les choses ainsi  :
« Le nouveau film d’un poulain surdoué de l’écurie
Spielberg.  » Le compliment va plutôt bien à Robert
Zemeckis, 33 ans en 1985, qui outre le succès d’À la pour-
suite du diamant vert – ersatz d’Indiana Jones avec le duo
Michael Douglas-Kathleen Turner – n’est pas encore un top
player de l’entertainment. À l’heure où paraît ce numéro 104,
en novembre 1985, son Retour vers le futur casse toutefois la pour les uns, « trop dur » pour Disney. Et au-dessus du lot,
baraque à domicile. L’article nous apprend ainsi avec une once le messie Steven Spielberg of course, qui a immédiatement
de plaisir dans la plume que Marty McFly et le Doc viennent flairé la bonne affaire dans cette histoire d’espace-temps
de dépasser au box-office Rambo, deuxième du nom, qui re- chamboulé. Alors, quand le vent a tourné, Zemeckis n’a pas
fait pourtant la guerre du Vietnam à lui tout seul sans remonter hésité : « Après le succès d’À la poursuite du diamant vert,
dans le temps. Zemeckis, ce sera bientôt Qui veut la peau de tout le monde voulait évidemment faire Retour vers le futur.
Roger Rabbit et dans une décennie, Forrest Gump. En no- Mais je trouvais que comme Spielberg avait été le seul à
vembre 1985, pour l’arrivée sur les écrans de ce qui s’annonce m’encourager, c’était normal que je fasse ce film avec lui. »
déjà comme une saga par l’intéressé, une double page suffit. Sympa Zemeckis qui, du coup, sort la brosse à reluire. Alors
D’autant que si le film fait saliver, il ne semble pas avoir été Spielberg, il est comment au boulot ? « Formidable, car il est
encore vu par la rédaction. La « double » est coincée entre un cinéaste avant d’être producteur. Il ne vous fait jamais ressentir
reportage sur le tournage de Cayenne Palace d’Alain Maline la moindre panique, puisqu’il sait comment fonctionnent les
(qui s’en souvient ?) et un sujet avec Gérard Lanvin en Mar- choses. » Il est aussi question de Michael J. Fox, inconnu chez
cel au volant d’une jeep accompagné d’une certaine Jennifer nous et populaire dans les foyers nord-américains grâce à la
qui, apprend-on partagerait sa vie. Le film en question a pour série Sacrée Famille que La Cinq finira par diffuser dans la
petit nom : Moi vouloir toi de Patrick Dewolf (qui s’en sou- foulée du succès de Retour vers le futur. Enfin, puisqu’on
vient ?) Zemeckis la joue donc discret. En petit médaillon en parle du temps qui passe et qui vient, on évoque forcément le
bas de page, le cinéaste a tout du geek endimanché : visage coup d’après. Une suite est-elle prévue ? Oui, mais « pas avant
poupin, grosses lunettes, épaisse chevelure bouclée et cos- trois ans, et, cette fois, nous irons découvrir comment sont les
tard bleu-gris qui s’accorde avec la liquette. Il ne regarde pas propres enfants de Marty et quelle vision ces derniers ont de
©UNIVERSAL

l’objectif. Il raconte les années de galère pour vendre aux stu- lui ! Je pense que l’action se situera en l’an 2000... » Ah l’an
dios son scénario de Retour vers le futur, jugé « trop gentil » 2000 ! Si loin, si proche. u THOMAS BAUREZ

86 Octobre 2019
1986
37°2 le matin DE JEAN-JACQUES BEINEIX 2009
C’est le Michel Blanc métamorphosé de Tenue de soirée qui fait la
une d’avril 1986 où on s’enthousiasme aussi pour Absolute Begin-
Un prophète DE JACQUES AUDIARD
ners, Le Lieu du crime et… le troisième long de Beineix « à l’enjeu En août 2009, Brad Pitt était en couverture pour
particulièrement excitant », souligne Marc Esposito. « Après avoir Inglourious Basterds mais c’était Un prophète
notre film du mois. Tahar Rahim magnétisait
gagné la première manche avec éclat (Diva) et perdu la deuxième avec fra-
la rubrique « Presque célèbre » et Audiard
cas (La Lune dans le caniveau), voici la belle... » Et son jugement ne souffre se détachait quant à lui d’un dossier « Spécial
d’aucune ambiguïté : « 37°2 le matin est un pur mélodrame et Beineix l’a réalisateurs » Bah, et la couv alors ? u CN
réussi. (...) Il nous raconte une belle histoire, on y croit, on aime ses person-
nages, on rit avec eux, on s’émeut pour eux, on sort dans la rue tout triste et
le lendemain, on y pense encore. C’est bon... » Ces mots traduisent comment
les spectateurs vont s’emparer de cette histoire d’amour impossible, au son 1979
de la BO de Gabriel Yared. Interrogé sur dix pages, Beineix évoque évidem-
ment celle, encore inconnue, qu’il va propulser au rang de star : Béatrice
Dalle, « la nature, la bombe et le don à l’état pur ». u THIERRY CHEZE
Alien, le 8e
passager
DE RIDLEY SCOTT
« Vraiment le
très grand film
d’un très grand
cinéaste ! » Pas de
souci, on
s’enthousiasmait
comme il faut pour
le deuxième film de
Sir Ridley dès sa sortie.
Pour info, Les
Duellistes, son premier
long sorti un an avant,
avait eu droit à une
double page. u SP

1988
© CARGO FILM / LES FILMS 13 / WHY NOT PRODUCION / TWENTIETH CENTURY FOX / NEW LINE

Itinéraire d’un enfant gâté DE CLAUDE LELOUCH


L’après-Les Uns et les autres a été chaotique pour Lelouch qui a
enchaîné Edith et Marcel, Viva la vie, Partir, revenir et une suite
d’Un homme et une femme qu’il reniera au moment de la sortie 2000
de la « vraie suite », Les Plus Belles Années d’une vie. Attention
bandits ! avait amorcé un léger mieux mais son rapport avec la critique s’est
tendue. La preuve ? On n’avait pas pu voir dans les temps cet Itinéraire d’un
Magnolia
DE PAUL THOMAS ANDERSON
enfant gâté au moment de sa sortie. Et notre critique le mois suivant sera
mi-figue mi-raisin. « Un film agaçant quand Lelouch donne dans l’abra- Vu d’ici, Magnolia a tout du « film
Première » : virtuose, musical,
cadabrant », regrette Laurent Bachet qui ajoute cependant « combien il est
flamboyant. En fait, pas du tout :
attachant quand il filme ce qui l’intéresse : les sentiments, les acteurs ». À Christophe Narbonne dézinguait
commencer par Belmondo qui sort d’un an sur scène avec Keane. « Ce type à l’époque « l’esthétisme pompier
est vraiment épatant. En pleine forme, il amorce la troisième partie de sa et le discours émollient ».
carrière. » Sans savoir alors que ce sera son dernier grand rôle, couronné du Rétrospectivement, un motif
seul César de sa carrière. u THIERRY CHEZE de désabonnement. u FF

Octobre 2019 87
1996 2000
1999 Toy
Heat
Mon voison Totoro DE MICHAEL MANN Story 2
DE HAYAO MIYAZAKI Mars 1996. Il a fallu faire un choix. DE JOHN LASSETER
Onze ans après sa sortie japonaise et De Niro est en une pour une double On n’en avait pas eu assez, Pixar
six ans après sa présentation à actualité : Casino et Heat. Mais avec nous a régalés. En 2000, Woody et
Annecy, voilà enfin (décembre 1999) quel film couvrir ? Ce sera Casino. ses amis réussissent leur retour
Totoro dans notre beau pays, et Mais Heat, le plus grand thriller des sur grand écran, tandis que Lasseter
Miyazaki est aussitôt qualifié de « plus 90s, a une place de choix (longue nous assure : « Pour moi, un film
grand réalisateur de dessin animé interview de Michael Mann par d’animation est un film, c’est du
actuel ». Princesse Mononoké sortira François Guérif – géniale). On ne cinéma. » On n’en doute pas une seule
un mois plus tard. u SP pouvait pas le louper… u GG seconde. u JM

1990
Nikita
DE LUC BESSON
« La bombe Nikita » titre en couv
Première, qui poursuit son histoire
d’amour avec Besson. Méfiant
envers la presse, il se confie pourtant
dans nos colonnes, tout comme sa
stupéfiante interprète Anne Parillaud
qui (re)naît à l’écran avant de
décrocher un César. u TC

1998

1992
Titanic DE JAMES CAMERON
« Si les producteurs ne sont pas sûrs de récupérer leur investissement,
© STUDIOS GHIBLI / WARNER / DISNEY - PIXAR / PHOTOGRAMME

Impitoyable nous, on en a pour notre argent. » Notre critique ne pouvait pas savoir, dans
ce numéro spécial de janvier 1998, que le film allait tout simplement devenir le
DE CLINT EASTWOOD
plus gros succès de l’histoire du cinéma (doublé depuis par Avatar). L’œuvre de la
Impitoyable rebattait les cartes du démesure, la plus chère jamais produite au XXe siècle, qui égala le record absolu de
western selon Eastwood avec son
GAUMONT / TWENTIETH CENTURY FOX

onze Oscars (dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur). « C’est un film


héros confronté à des dilemmes
unique à plus d’un titre. Un film que je voulais faire à tout prix. Même si ça défie
moraux. « Dans le cas où Impitoyable
serait mon dernier western, il résume la raison », confiait James Cameron à l’époque, dans une interview exclusive. Le
parfaitement mon approche sur ce cinéaste a réussi son immense défi « en virtuose, explorant son navire du sommet
thème », confiait-il à notre de ses cheminées aux boutons de portes de ses coursives ». Et au passage, il a fait
correspondant Jean-Paul Chaillet. du jeune DiCaprio, tout juste révélé par Roméo + Juliette, l’une des plus grandes
Toujours d’actualité, donc. u CN superstars du grand écran. u CHARLES MARTIN

88 Octobre 2019
1989
Un monde sans pitié
D’ÉRIC ROCHANT
Un monde sans pitié a été une épo-
pée à produire et à tourner. Quand
les sous venaient à manquer, l’amour,
l’eau fraîche et les menaces ont permis
de continuer. Une fois terminé, le buzz
a débuté. Sur le Lido tout d’abord. La
presse s’emballe dans la foulée, surtout 1981
Première qui affiche en couv un por-
trait de Clint Eastwood et ajoute in ex- Les Aventuriers de l’arche
tremis un bandeau pour déclarer sa
flamme au film de Rochant. La direc- perdue DE STEVEN SPIELBERG
trice de la rédaction de l’époque, Michèle C’est un Spielberg épuisé par le tournage du premier
Halberstadt, se fend alors d’un édito pas- Indiana Jones qui nous reçoit en septembre 1981. « Le
sionné : « J’ai toute cette page pour vous cinéma ne va pas durer longtemps : il y aura d’autres
formes de distraction d’ici cent ans », prophétise-t-il.
parler d’un film dont nous sommes tom-
En attendant, son film a la meilleure note du mois de
bés amoureux fous et je ne sais pas com- sa sortie. « On en veut encore ! » u SP
ment m’y prendre parce qu’à part notre
enthousiasme et notre bonne foi je n’ai
rien d’autre à vous vendre. » Et la jour-
naliste de décliner l’identité d’un film à
l’intrigue pas franchement excitante. Du
moins sur le papier. Elle conclut par ces
mots : « Un film qui ressuscite la séduc-
tion et l’art de séduire. » u THOMAS BAUREZ

1980
Shining DE STANLEY KUBRICK
Grosse déception devant le nouveau
Kubrick : Marc Esposito n’a « pas
eu peur une seule seconde ». Un gros
sujet magazine se charge tout de
même d’écrire la légende, avec
interview de Shelley Duvall : « Stanley
me poussait, me poussait, et ça faisait
mal. » u FF

1999 2002
Fight Club DE DAVID FINCHER Le Voyage
Le film coup de poing par excellence. Le voyage brutal proposé par de Chihiro
Tyler Durden est un choc absolu, une représentation cinglante d’un certain DE HAYAO MIYAZAKI
© LAZENNEC PROD / FOX 2000 / LUCAS FILMS / WANER / STUDIOS GHIBLI

désenchantement de la fin des années 90, marquée par cette réplique tel- Chihiro, sale gosse
lement emblématique : « La société nous ment en nous faisant croire que attachante que
nous serons tous un jour des rock stars ou des millionnaires », lance, au Miyazaki se plaît à
terme d’une tirade fabuleuse, un Brad Pitt plus charismatique que jamais. plonger dans un conte
Face à lui, Edward Norton livre une performance hallucinante dont cette sé- initiatique aux nombreuses
quence d’anthologie où le personnage se bat avec lui-même dans le bureau de références mythologiques,
nous a séduits dès ses
son patron. Leur duo, effrayant, hilarant, impressionnant, porte Fight Club
débuts : « Un film
jusqu’au twist final, celui qui vous oblige à repenser entièrement les deux tellement dense qu’il
heures écoulées. « Fight Club est un film facho. Fight Club est un film li- demande à être vu
bertaire. Fight Club se termine mal. Fight Club se termine bien. Et, surtout, plusieurs fois. » Et on
il débouche sur une impasse », lâchait un Première déboussolé à la sortie. ne s’en lasse pas.
u CHARLES MARTIN u JM

Octobre 2019 89
2006 2001
Les Fils de l’homme D’ALFONSO CUARÓN Le
Les états de service d’Alfonso Cuarón étaient, à l’époque, Fabuleux
déroutants. Venu de la télé, passé par Hollywood, il se révélait
avec Et... ta mère aussi !, avant de prendre les commandes d’un
Destin
blockbuster gringo, Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban. Les d’Amélie
Fils de l’homme s’impose dès son ouverture comme un classique SF.
L’humanité entière est en voie d’extinction. Un employé de bureau Poulain
se voit confier le dernier espoir du genre humain : une jeune femme DE JEAN-PIERRE
enceinte, traquée à la fois par le gouvernement et des terroristes. Les JEUNET
thèmes sont forts, mais c’est la virtuosité et la précision de la mise « Cette fille va changer
en scène qui explosent tout. Cuarón adopte un style proche du ci- votre vie » titre Première
néma guerilla et s’appuie sur de très longs plans-séquences – dont sur sa couv d’avril, antici-
quelques-uns sont des tours de force sidérants. Sous sa caméra, pant le phénomène qu’Amélie al-
l’anticipation se transforme en expérience métaphysique, en ride lait devenir dans la société française,
halluciné et terrassant. On allait oublier Clive Owen : le mais aussi les bouleversements qu’il allait
meilleur acteur britannique depuis Richard Burton engendrer chez son réalisateur et sa comé-
et Michael Caine. u GAËL GOLHEN dienne Audrey Tautou. Les deux sont en inter-
view chez nous. Jeunet joue au J’aime (La Leçon
de piano, Les Vestiges du jour) / J’aime pas (Dan-
cer in the Dark, Billy Elliot) sans langue de bois et
raconte en détails les différentes étapes de la fabrication de son
film. À commencer par son écriture avec, en tête, Emily Watson
qui a renoncé, car enceinte. Audrey Tautou, elle, a cette phrase
qui détonne dans l’euphorie ambiante : « Je n’ai pas envie d’être
un objet médiatisé, de prendre feu et de me consumer en un rien
de temps. » Le tourbillon Amélie ne fera que renforcer ce besoin
d’effacement. Vingt ans après, elle se fait de plus en plus rare au
cinéma. Par choix plus que par manque de propositions. Un par-
cours singulier. u THIERRY CHEZE

1993
Jurassic Park DE STEVEN SPIELBERG
En quinze minutes d’écran seulement (sur plus de
deux heures de film), les dinos de Jurassic Park ont
révolutionné le cinéma. « Côté effets spéciaux, la boîte
de George Lucas (Industrial Light & Magic) assure un max.
On y croit dur comme fer. Et on brûle même un gros cierge
au dieu “software”... », écrivait Première, qui voyait déjà ce
long métrage comme « symbolique du cinéma du futur ». Pas 2008
faux : en 2019, le T-rex est toujours là et les vélociraptors, dont
personne n’avait entendu parler avant les 90s, sont devenus des Two Lovers DE JAMES GRAY
stars adorées par tous les enfants de 5 ans. Spielberg signe un Dans un numéro qui bombe ouvertement le torse
classique à la démesure absolue (la marque de fabrique du ci- avec ce blason « 100 % mec » en couverture, Two
néaste), non sans déclencher un certain malaise au sein du ma- Lovers est assurément le film du mois et l’on donne
gazine, qui redoutait alors que le 7e art « ne s’engouffre dans même trois raisons d’y aller en bonus : 1- Une scène de
© UNIVERSAL / 2929 PROD UNIVERSAL / PHOTOGRAMME VICTOIRE PROD

cette brèche d’appauvrissement émotionnel et dramatique... » discothèque démente dans laquelle Joaquin Phoenix « break-
u CHARLES MARTIN dance » sur du Moby  ; 2- Une histoire d’amour(s) filmée
comme un polar, on n’avait a priori jamais vu ça ; et 3- Isabella
Rossellini, fantastique dans le rôle de la mère qui arrive à tout
dire sans parler. Mais la raison la plus percutante n’est pas
répertoriée dans l’encadré mais en conclusion de la critique :
« On dit que la réussite d’une comédie est proportionnelle au
volume de rire qu’elle provoque. Si une romance se juge à
l’état dans lequel elle laisse cet organe chargé d’irriguer le
corps humain, Two Lovers ressemble vachement à un chef-
d’œuvre. » Avec le recul, on peut même préciser qu’il s’agit du
chef-d’œuvre number 1 de son auteur. u THOMAS BAUREZ

Octobre 2019 91
1990
Cyrano de Bergerac
CyranodeBergerac
DE JEAN-PAUL RAPPENEAU
« Un sujet monumental. Un met-
teur en scène au sommet de encore : « Il voit tout, il comprend tout.
son art. Le Cyrano de Jean-Paul Il a une sensibilité inouïe. » Ce rôle est
Rappeneau avec Gérard Depardieu est un tournant dans la vie de la star. Le co-
un film en état de grâce. » On ne pouvait médien s’y révèle plus qu’on ne le pense,
mieux résumer la sensation à la vision en psalmodiant les vers de cet amoureux
de ce film, véritable défi au temps et à fou qui ne s’aime pas, de ce rustre épris
la langue, adaptation d’un « Himalaya
« Himalaya de littérature. « Il faut courir embras-
du théâtre universel » que Rappeneau ser Depardieu sur ce nez qui dépassera
a su rendre à la fois moderne et puis- à jamais de toute sa carrière, passée et à
sant. Le film est un coup de foudre venir », pressent Première dans sa cri-
pour Première. Dans un entretien, le tique. C’est le rôle pour lequel l’acteur
cinéaste se confie sur le travail d’adap- a reçu le plus de récompenses. Cela a
tation et sur l’écriture en vers :
vers : « Pour
« Pour commencé par le prix d’interprétation
moi, un film doit swinguer. »
swinguer. » Voilà un au Festival de Cannes 1990, où le film
abrégé de la méthode Rappeneau, le ré- concourait en compétition un mois et
alisateur du Sauvage et de Tout feu tout demi après sa sortie française. Cela
flamme, baptisé cinéaste du mouve- s’est terminé par un César (parmi les
ment. Et puis, il y a Depardieu, énorme dix reçus par le film) et une nomina-
d’audace et de tendresse. « Qui
« Qui d’autre tion à l’Oscar du meilleur acteur. C’est
que Depardieu pouvait être Cyrano ? à cause de ce Cyrano que Depardieu est
dit Rappeneau. Les pieds sur terre, la devenu, encore un peu plus, un symbole
tête dans les étoiles, il est ailleurs. »
ailleurs. » Ou français. u

1989
Piège de cristal
DE JOHN MCTIERNAN

© HACHETTE PREMIERE / TWENTIETH CENTURY FOX / SILVER PICTURES


À peine une moitié de page. Piège de cristal
n’a pas créé l’événement dans notre numéro
d’octobre. Et on comprend vite pourquoi en lisant
la critique : « Il était temps que McTiernan, après
deux navets boursouflés (Nomads et Predator)
passe au rythme supérieur. » Bref, Première n’at-
tend plus rien de ce réalisateur et ne se fend même
pas du récit de la fabrication d’un film né d’une
suite avortée de Commando et du choix de son in-
terprète principal où, après que Sinatra (!), Pacino
ou Gere ont été évoqués, le héros de Clair de lune
(Bruce Willis) s’impose sur ceux de Deux Flics à
Miami (Don Johnson) et MacGyver (Richard
Dean Anderson). Jean-Paul Chaillet salue sa
prestation mais sans enthousiasme dans un
film « d’une redoutable efficacité » mais
«  à l’originalité peu débordante  ». Tout
s’améliore avec 58 minutes pour vivre en
1990. Patrick Fabre pointe « des invrai-
semblances  », mais s’enflamme pour
Willis « qui a fait de McLane un des plus
beaux héros cinématographiques de ces
dernières années ». Le climax est atteint
en août 95 quand Bruce Willis décroche la
couv pour Une journée en enfer qui, au-delà
de son aspect spectaculaire (la plus impor-
tante scène d’explosion jamais tournée à New

92
1999
Matrix DE LANA & LILLY WACHOWSKI
« Matrix piraté sur l’Internet ! L’incroyable vient de se pro-
duire », écrit-on en juin 1999. Un malfaisant a en effet filmé
dans la salle le film des Wacho, avant de le mettre à disposition
sur des forums de discussion. « Si le téléchargement est gratuit,
il nécessite cependant une connexion ultrarapide et beaucoup de
patience car le fichier pèse plus de 2 gigas (il vous faudra plu-
sieurs jours pour le télécharger en totalité). » L’autre événement
du mois – la sortie américaine de l’Épisode I de Star Wars, qui
sera lui aussi piraté – passe au second plan face à la révolution Matrix.
Un film jamais vu. Mais alors jamais, jamais vu. Ou plutôt qui parve-
nait à fusionner toutes ses influences pour en faire le film-somme par-
fait, réunissant les films d’arts martiaux hongkongais, la technologie
cyberpunk, les références SF allant de Ghost in the Shell à Terminator,
York), est applaudi pour « offrir au spectateur ma- les flingues crachant des tonnes de balles comme chez
tière à une amusante réflexion sur le film d’action ». John Woo... Normal que l’on sacrifie sa connexion
L’épisode 4, Retour en enfer, séduit la rédaction : internet pour tenter de télécharger le film avant
« un aller-simple pour le bonheur. » Mais l’histoire sa sortie. Normal que tous les ados de l’époque
d’amour mal entamée avec cette saga se termine achètent des manteaux noirs (le film fut ac-
dans le sang et les larmes avec Belle Journée pour cusé d’avoir une mauvaise influence sur les
mourir en 2007. Tout en réévaluant à la forte baisse tueurs de Columbine, qui a eu lieu un mois
le 4 (« Pour les fans de McClane, il ressemblait à après sa sortie en salles US). Normal d’ins-
un cauchemar  »), Gaël Golhen passe à la sulfa- taller un économiseur d’écran «  Matrix  »
teuse le 5 : « Ça ressemble à de la bouffe pour bébé. sur le PC familial. Un choc tel que le film
Bourrées de faux raccords, filmées piteusement et fera deux fois de suite la couverture de Pre-
(mal) rattrapées en postprod, les scènes d’action mière. Revolutions et Reloaded seront aussi
sont illisibles et les idées (?) de mise en scène atter- en une. Vingt ans après, Keanu Reeves et Car-
rantes. » Au revoir et merci. u THIERRY CHEZE rie-Anne Moss seront de retour dans Matrix 4
réalisé par une seule des deux sœurs Wachowski.
Le film sera beau-
coup plus rapide
à télécharger.
u SYLVESTRE
PICARD

Octobre 2019 93
1994
Pulp Fiction
DE QUENTIN TARANTINO
Le numéro Pulp Fiction d’oc-
tobre 94 donne bien sûr la parole
en long, en large et en travers
à Quentin Tarantino. Il y débriefe
sa Palme d’or, chante les louanges de
Godard, commente ses scènes d’action
préférées de tous les temps (de L’Année
du dragon à Indiana Jones et le temple
maudit, en passant par Apocalypse Now
et Guet-apens) et se pose en chef de file
d’une nouvelle génération de cinéastes,
qui inclut Roger Avary,
Avary Roberto Rodrí-
guez, John Dahl, Takeshi Kitano, Luc
Besson et la bande de C’est arrivé près
de chez vous : « Tous ces réalisateurs ont
en commun de faire un cinéma couillu,
osé, référentiel, et qui s’amuse de sa
propre audace, de son propre machisme
et de sa propre cinéphilie. » Pourtant, le
plus éloquent, pour une fois, n’est pas
le cinéphage au débit mitraillette, mais
la star du film, un John Travolta mira-
1995 culeusement ressuscité, qui livre cette
confession sublime : « Je suis une an-
La Haine cienne idole ! Je devrais être mort. Les
DE MATHIEU KASSOVITZ
40  ans. Elles deviennent des souve-
Une bombe générationnelle. Et La Haine » : en plus de la critique (dithy- nirs figés à l’époque de leur splendeur
un moment marquant de l’his- rambique), on lira dans le magazine un
toire de Première qui nous vaudra gros sujet donnant la parole à tous les
une brouille durable avec Mathieu participants de l’aventure, des têtes d’af-
Kassovitz. En cause ? La couverture fiche aux figurants d’un jour, en passant
du numéro de juin 1995, titrée «  At- par les techniciens et les copains. Ils
tention Kassovitz !  », censée marquer sont donc une trentaine à débarquer au
l’acmé d’un phénomène né à Cannes le journal pour les interviews et la séance
mois précédent et qui surexcite les mé- photo. Mais sur la couv, pourtant, on ne
dias français. En quelques semaines, voit que Kassovitz... « Dans ma tête, je
l’uppercut de cinoche est devenu un pensais qu’on ferait une photo de groupe,
phénomène de société. « Kasso » n’est nous expliquera plus tard l’intéressé.
pas seulement le nouveau wonderboy Moi, les comédiens, les techniciens, le
du ciné tricolore mais a également été producteur Christophe Rossignon, la
bombardé porte-parole des banlieues. bande, quoi ! Et le rédacteur en chef de
Le magazine veut bien faire les choses l’époque m’avait donné son accord. Et
et déroule le tapis rouge aux « enfants de puis, ils ont sorti cette photo en gros plan
de moi. C’était le contraire de ce qu’on
recherchait et, surtout, le contraire de
l’esprit du film. Je me suis battu pendant
toute la promo pour faire passer le sujet
avant les stars et là, c’était ma gueule.
J’étais super en colère contre Première
et, plus généralement, contre la presse.
C’est en partie pour ça que j’ai fait
Assassin(s). » Depuis, la hache de guerre
a été enterrée. Le film est devenu un
classique français. Les enfants de La
Haine prospèrent (allez voir Les Misé-
rables !). Et cette couv, alors ? La photo
noir et blanc de Claudio Carpi, l’attitude
de Kasso, la super titraille... Franche-
ment, elle défonce. u FRÉDÉRIC FOUBERT

94 Octobre 2019
dont on dit : “Dommage qu’il soit mort
en pleine gloire !” Une nuit, pendant le
tournage, j’ai fait un rêve étrange  : je
venais de terminer la fameuse scène de
la compétition de twist, et Quentin di-
sait  : “Coupez !” Uma Thurman quit-
tait le plateau, suivie de Quentin et de
toute l’équipe. Je me retrouvais seul, en-
touré de toutes les idoles évoquées dans
le film. Et, soudain, je réalisais que
Quentin avait tourné le film uniquement
pour me faire entrer dans cette boîte à
idoles. Et que, désormais, j’allais vivre
avec Marilyn, Elvis, Buddy Holly, James 1982
Dean et tous les autres. Parce qu’au-delà
de 40 ans, c’est là que nous nous retrou- Blade Runner DE RIDLEY SCOTT
vions tous. Et Quentin, qui est un ami
et un fan, n’avait pas osé me le dire... » Septembre 1982 : la rédaction À chaque recyclage s’ajoute un élé-
– « Qu’est-ce que vous avez fait quand plane devant Mad Max 2 : Le Défi et ment. De réflexion, de jeu, de régur-
vous vous êtes réveillé ? », lui demande Pink Floyd – The Wall, en compa- gitation. Pareil pour la musique, pour
l’intervieweuse, Christine Haas. Tra- raison desquels Blade Runner ne la peinture, pour l’architecture. Pous-
volta : « J’ai pleuré pendant une heure. » suscite qu’un enthousiasme poli. sez l’escalade plus avant et vous pou-
u La star de ce numéro, de toute façon, vez concevoir une interpénétration des

© LAZENNEC PROD / MIRAMAX / WARNER


c’est Nastassja Kinski, à l’affiche de La modes. » Blade Runner fait un flop cri-
Féline de Paul Schrader et de Coup de tique et public, et rares sont ceux qui
cœur de Francis Ford Coppola. Ce qui auraient pu prévoir à quel point le film
n’empêche pas Première d’aller inter- allait être recyclé pendant les trente an-
viewer Harrison Ford, qu’on devine un nées qui allaient suivre. Les synthés de
peu grognon : l’acteur concède que la Vangelis, les néons sous la pluie, l’es-
relation avec Ridley Scott a été un peu thétique néo-noir... Toute une généra-
difficile, qu’il y a eu des « discussions, tion allait faire des films « à la Blade
puis un accord sur la conception du per- Runner », et ça continue. En 2017, le
sonnage et sa place dans l’ensemble du magnifique Blade Runner 2049, signé
film ». Plus disert, Ridley Scott explique Denis Villeneuve (héritier direct de
le look de son Los Angeles de 2019, ins- Scott désormais au boulot sur Dune,
piré du Chinatown de San Francisco, projet avorté de Sir Ridley) est lui aussi
pourquoi il y pleut tout le temps et pour- fraîchement accueilli par les foules.
quoi il s’y trouve un tel mélange d’ar- Quand vous lirez ce hors-série, nous se-
chitectures : « C’est dans la logique des rons bientôt en novembre 2019, à la date
choses. Les modes sont recyclées, et où se déroule le premier Blade Runner.
elles le sont de plus en plus vite. “Re- On n’est jamais sortis de Blade Runner.
cyclées ”, j’insiste, pas « reprises ». (...) u SYLVESTRE PICARD

95
sur son travail est incroyable. Leone est maître absolu de sa
création, dans tous ses aspects. L’article se termine par une
phrase anodine : « Pour Leone, début du deuxième acte : le
montage. » Le journaliste pressent que réduire les 37 heures
de pellicule va s’avérer une tâche ardue. Il n’imagine pas le
combat homérique que va devoir livrer le cinéaste : onze mois
de conflits avec la Warner pour, au final, présenter le 23 mai
1984, une version de 3 h 40, hors compétition au Festival de
Cannes et sur les écrans français. Première est sous le choc.
La vision de Leone, la musique d’Ennio Morricone, l’interpré-
tation habitée de Robert De Niro font de ce film-somme une
fable d’un lyrisme absolu sur l’Amérique. Mais à l’époque, le
mensuel était parfois seul à voir l’aboutissement que représen-
tait ce film que d’aucuns présentaient comme « confus » (pour
Le Parisien), « enflé » (pour L’Express), ou « un peu vide, un
peu vain » (pour Les Nouvelles Littéraires). Il était une fois
1984 en Amérique est le parangon de la cinéphilie telle qu’aime la
défendre Première : du cinéma populaire ambitieux, une vé-
Il était une fois en Amérique ritable œuvre d’auteur, un cri d’amour à l’art. u SOPHIE BENAMON
DE SERGIO LEONE
Douze ans ! Douze ans que le réalisateur d’Il était une
fois dans l’Ouest n’a rien filmé. L’attente est à son comble
quand démarre enfin le tournage d’Il était une fois en Amé-
rique le 14 juin 1982. Il faut dire que depuis quelques années,
Sergio Leone ne rêve, ne parle, ne respire que ce projet tita-
nesque. « Dès le départ, confie-il à Première, je rêvais d’un
triptyque. Le premier épisode, Il était une fois dans l’Ouest,
relatait la conquête de nouvelles frontières. En gros, 1887-
1888. Il était une fois la révolution, c’était en 1910, Pancho
Villa et le Mexique. Il me manquait le troisième volet, celui
de la prohibition, de la Grande Dépression, du gangstérisme.
Cette Amérique qui m’a toujours fait rêver au cinéma et en lit-
térature, celle que décrivent Dos Passos, Chandler, Hammett,
Hemingway, Fitzgerald... » Un an plus tard, entre Rome,
Miami, Hong Kong, New York, Paris et Montréal, le cinéaste
a terminé les prises de vues de ce qui s’annonce comme une
grande fresque sur l’amitié de deux petits gangsters, Noodles
et Max. Partout, le plateau était fermé, alimentant ainsi les
rumeurs les plus folles. Pourtant, Première a réussi à percer
le secret. Scoop, en août 1983 (n° 77), le magazine publie le
reportage exclusif du photographe Georges Beutter. On y voit
Sergio Leone, « perfectionniste méticuleux, obsédé quasi
maladif du détail » (ce sont les mots en légende !) choisir les
armes pour les figurants, interprétés par d’authentiques po-
liciers, sélectionner l’étoffe pour les tissus des costumes des
© WARNER

truands qu’il fait refaire, inspecter une voiture de collection et


même ajouter de l’hémoglobine sur un corps. Le témoignage

96 Octobre 2019
1990
Les Affranchis DE MARTIN SCORSESE
Septembre 1990. Robert De Niro fait la couverture apportée par Pesci en personne. « La même histoire lui était
du numéro 162 de Première à qui, notre correspondant arrivée étant jeune. On a rajouté la scène dans le film. » Les
Jean-Paul Chaillet le répète à l’envi, la star américaine la plus Affranchis, c’est l’anti-Parrain, en somme, une saga mafieuse
secrète de l’époque (avec, peut-être, Marlon Brando) accorde au ras des pâquerettes, drôle, vulgaire, commune et d’une
l’une de ses rares interviews. « Il porte une chemise verte sur violence inouïe. « Sa vision (à Coppola) correspond à celle de
un pantalon bleu marine et on sent d’emblée qu’il n’est pas très Mario Puzo et elle est plus romantique. Ses personnages sont
à l’aise avec un inconnu », écrit le journaliste. Les réponses des héros, les miens sont plus réalistes. » Plus loin, il affirme
sont laconiques, un peu convenues, souvent les deux à la fois que « ce sont les sociologues et les écrivains qui ont inventé
(« C’est parfois dur de devoir refuser le film de quelqu’un ces mots (“mafia”, “parrain”). Personne ne les dit jamais
qui est sincère et qui croit à ce qu’il fait »), à l’image d’un ac- dans le Milieu. Ils utilisent des généralités comme “eux” par
teur qui a construit sa légende sur un charisme supérieur à la rapport à “nous”. Ils parlent de “chef de famille”, jamais de
moyenne et qui se refuse à l’anecdote ou à la trivialité. James “parrain”. » Avec Les Affranchis, Scorsese s’impose enfin
Conway, son personnage dans Les Affranchis, lui ressemble : un peu plus comme le grand styliste de son temps, devant
on donnerait le Bon Dieu sans confession à ce dangereux son ami Brian De Palma – Coppola a déjà rendu les armes.
et séduisant individu auprès duquel Henry Hill (Ray Liotta) « J’ai voulu utiliser toutes les possibilités de la grammaire
grandit et apprend son métier de mafieux. Henry Hill, un vé- cinématographique : mouvements de caméra, montage ra-
ritable repenti dont la confession a nourri Wise Guy, le roman pide, voix off, musique, titres, afin de faire une fresque de la
foisonnant de Nicholas Pileggi qui en a coécrit l’adaptation mafia qui soit à la fois condensée et sophistiquée. Je voulais,
avec Martin Scorsese. « Ce qui compte dans sa confession, par ailleurs, que chaque scène soit très riche, très “pleine”,
c’est la description des comportements des gens qu’il fré- avec beaucoup de choses à voir. Et puis, j’ai joué sur le mou-
quente, comment ils vivent, leurs rapports avec leurs amis, vement pour montrer l’agitation constante qui règne chez ces
leur famille... La grande qualité du livre, c’était son aspect gens et accentuer la sensation de danger permanent. » En
documentaire », raconte le cinéaste à Christine Haas dans le septembre 1990, Les Affranchis ouvrait en beauté la porte
même numéro. Avant de lui préciser que la fameuse scène où aux Coen, à Tarantino et à Fincher. Elle ne s’est pas refermée.
Joe Pesci terrorise Ray Liotta (qui l’a trouvé drôle) lui a été u CHRISTOPHE NARBONNE

97
1979
Apocalypse Now
DE FRANCIS FORD COPPOLA
De quel Apocalypse Now parle-t-on ici ? De la version
Redux de 2001, avec la plantation française et la scène
de sexe chez les Playboy Bunnies? Ou de la Final Cut sor-
tie l’été dernier, avec la plantation française, mais sans les Bun-
nies ? Ni l’une ni l’autre. On parle d’Apocalypse Now, le seul, le
vrai, l’unique, celui de 1979, sans la plantation française, sans
les Bunnies, mais avec l’essentiel : les Doors, Brando, le surf, est le génie en chef du Nouvel Hollywood, c’est parce qu’il
Wagner, les Walkyries, les hélicos, la chaleur de Saïgon, la a su mieux qu’aucun autre conceptualiser et promouvoir le
voix off hallucinée de Willard et « l’odeur du napalm au petit rêve romantique qui les animait tous. Apocalypse Now n’est
matin ». Apocalypse Now n’avait pas besoin que Coppola le re- pas seulement un accomplissement personnel, c’est la concré-
mette indéfiniment sur le métier – il était très bien comme ça. tisation de l’idéal d’une génération. « Tu as redéfini l’image
On sait que les versions longues sont un des péchés mignons héroïque du metteur en scène, a dit un jour John Milius à
du cinéaste (Outsiders, Cotton Club, même les Parrain ont eu Coppola. Après Apocalypse Now, un réalisateur se devait
droit à des montages extended), mais que cherche exactement d’investir tout son argent dans son film, tout ce qu’il possé-
Coppola en triturant ainsi ad lib l’un de ses films les plus fa- dait, aller dans un endroit terrifiant, d’où la possibilité de ne
meux ? Il renvoie moins l’image d’un alchimiste à la recherche pas sortir vivant était très élevée, où il pouvait attraper la ma-
de la pierre philosophale que celle d’un vieux rocker sixties laria et perdre sa santé mentale... Sinon, ça voulait dire qu’il
repartant en tournée, incapable de débrancher, rejouant ses ne faisait pas son travail correctement. » Avec ses versions
hits pour la millième fois. Mais on ne lui en veut pas : c’est sa Redux et Final Cut, Coppola sort Apocalypse Now du musée
manière à lui de faire perdurer le mythe. Le plus allumé des et fait en sorte qu’il reste vivant – un idéal à atteindre pour
Vietnam war movies a toujours été un film pour cinéastes, un les cinéastes contemporains. Agissant ainsi comme un géné-
carburant créatif pour les autres réalisateurs. Il a fait naître ral des armées qui veut galvaniser ses troupes. Alors, sur la
bien des vocations. Tarantino et Michael Mann y voient un scène du festival de Tribeca en avril dernier, ou au festival
des plus grands films de tous les temps. Steven Soderbergh le Lumière de Lyon, il raconte les vieilles histoires. Le tournage
regarde une fois par an. Iñárritu l’a en tête lorsqu’il part tourner fleuve, la crise cardiaque de Martin Sheen, l’équipe qui de-
© ZOETROPE STUDIOS

The Revenant au fin fond du Canada. James Gray le consi- vient dingue, Brando, trop gros, finissant par lire Conrad et
dère comme « l’Enéide de la civilisation américaine ». On peut décidant soudain de se raser le crâne... Pas de risque qu’on s’en
préférer le lyrisme de Cimino, la passion de Scorsese, la gé- lasse. Ici, on se fera toujours un plaisir d’imprimer la légende.
nérosité de Spielberg, la folie de Friedkin, mais, si Coppola u FRÉDÉRIC FOUBERT

98 Octobre 2019
LA PETITE HISTOIRE
DES GRANDS FILMS

INCLUS :
Les mythiques
fiches films !

ACTUELLEMENT EN KIOSQUE
Un festival de cinéma pour tous !

FESTIVAL
12/20 OCTOBRE 2019

Rendez-vous à Lyon en octobre !

Francis Ford Coppola


Prix Lumière 2019
© Christian Simonpietri / Getty Images

festival-lumiere.org