Vous êtes sur la page 1sur 3

Compte rendu de TP : FAO

FAO : Fabrication Assistée par Ordinateur

I) PRESENTATION DE LA FAO
Tout au long des séances de TP nous avons pu rencontrer plusieurs type d’usinage tels le tournage et le fraisage.

Le tournage permet l’usinage de pièces cylindriques pour lequel on définit ce qu’on appelle des passes
d’usinages successives.
Deux opérations caractérisent le tournage : l’opération de chariotage (pour les diamètres) et l’opération de
dressage (pour la longueur).

Au cours de ces opérations d’usinages, différents paramètres entrent en jeu, notamment ceux qui définissent
les conditions de coupe :

- La fréquence de rotation N (en tour/min) :

D : le diamètre que l’on usine en m


Vc : vitesse de coupe en m/mn (dépend de la matière de la pièce et de la matière de l’outil)

- La vitesse d’avance Vf (en mm/mn)

f : avance par dent par tout en mm/dent/tour


g : nombre de dents
n’ : nombre de tours affichés sur la machine et déduit de n

Remarque : lors du choix de l’outil, il est important de différencier un outil d’ébauche d’un outil de finition.

Tous ces critères conditionnent un temps d’usinage.

Au cours d’un précédent TP, on nous a introduit les machines à Commande Numérique (CN) ; il s’agit de
programmateur et calculateur reliés à un tour ou une fraiseuse.
L’opérateur rentre un programme qui permettra de guider la machine lors de l’usinage de la pièce.
Cette méthode est assez longue car les programmes à rentrer peuvent être complexes.

C’est pourquoi l’idée de se servir de l’informatique à été proposé.


Du bureau des méthodes, qui contient un PC avec un logiciel FAO, on envoie différents programmes (préparés
par informatique) au calculateurs des machines à Commandes Numériques.
Ce système permet de planifier la production comme on le souhaite.

Ainsi le but de la FAO est d’écrire le fichier contenant le programme de pilotage d’une machine à commande
numérique. Ce fichier va décrire précisément les mouvements que doit exécuter la machine pour réaliser la
pièce demandée.
II) USINAGE D’UNE PIECE
1) Système de coordonnée

Tout d’abord rappelons le système de coordonnées, nous avons la pièce suivante cotée suivant les axes x et z :

Les coordonnées de points appartenant à des longueurs circulaires sont données en diamètre

2) Première étape : besoin de fixer un repère

Dans le cas d’une opération de tournage le repère est constitué des axes Ox et Oz, l’axe Oz étant le plus
souvent confondu avec l’axe de rotation de la pièce.
On définit également une origine programme.

3) Deuxième étape : définir la gamme d’usinage = suite logique et chronologique des opérations

L’usinage de la pièce est découpé en plusieurs phases numérotées le plus souvent de 10 en 10 :


Exemple :
- Phase 10 : Dressage
- Phase 20 : ébauche poche 1 (nécessite un déplacement de l’outil)
- Phase 30 : finition

Pour chacune de ces phases il faut définir le point de départ A de l’outil ainsi que sont point d’arrivée,
ensuite il faut également définir le déplacement de l’outil pendant l’usinage ainsi que les conditions de
coupe.
Le choix de l’outil permettra de fixer les valeurs de la fréquence de rotation et de la vitesse d’avance.

Par la suite, les données rentrées sont traitées par « post processor » qui les transforme en un programme
déchiffrable pour la machine CN. Avant toutes opérations, une simulation d’usinage est nécessaire.

III) MANIPULATION FAITES EN TP

Lors de ce TP nous avons utilisé deux logiciels afin de créer notre programme :
- Le logiciel ADC coupe : c’est un logiciel de calcul qui nous aide à déterminer les conditions de coupe.
- Le logiciel WFAO2 : logiciel de FAO qui simule l’usinage après entrés des données calculées par ADC coupe.

1) Travail sur papier

Il s’agit de déterminer les coordonnées de chaque point de passage de l’outil (souvent départ et arrivée d’une
poche) afin de relever son trajet.
Pour chaque poche on relève :
- Le diamètre au départ
- La position sur l’axe Z au départ
- La position sur l’axe Z à l’arrivée
- Le diamètre à l’arrivée
- La position sur l’axe Z à l’arrivée
2) Travail sur ADC coupe

Ce logiciel de calcul permet d’obtenir les données de conditions de coupe.


Il est nécessaire de saisir plusieurs informations avant de lancer le calcul (d’où la nécessité d’un travail sur
papier précédemment).
On choisit d’abord le mode d’usinage (chariotage, perçage, dressage…) puis on précise la matière et la classe de
la pièce à usiner.
Ensuite nous renseignons le logiciel sur différentes données concernant la machine et l’outil et enfin sur les
indications trouvées ultérieurement sur papier).
Après calcul, le logiciel nous fournit le nombre de passe, la profondeur de passe maximum, la vitesse de coupe
la vitesse de rotation de la pièce ainsi que l’avance.

3) Travail sur WFAO2

On divise l’usinage de la pièce en phase puis les phases en poche. Pour chaque phase et pour chaque poche on
renseigne le logiciel en fonction des données calculées précédemment.
Ceci fait, il suffit de lancer le « traitement PostProcessor » qui va permettre de créer un programme
compréhensible par la machine à commande numérique.
Ensuite nous exécutons la simulation d’usinage afin de visualiser la trajectoire des outils tel qu’elle sera réalisée
sur la machine à commande numérique.

IV) CONCLUSION
Le travail sur papier en début de TP était assez difficile au départ mais cependant très intéressant lorsque l’on
comprenait le système de coordonnées. Le seul point négatif que je peux émettre concerne l’usage du logiciel
ADC coupe qui posait quelques difficultés notamment pour l’entrée des données.

Ce TP m’a appris un procédé nouveau : l’usinage en FAO qui permet un gain de temps et une meilleure maitrise
de la production.