Vous êtes sur la page 1sur 56

Orthomyxovirus

Dr. ILES FZ
Connue depuis l'antiquité, La grippe fut d'abord considérée comme bactérienne,
puis au cours de la pandémie de 1918-19, la notion de virus a été avancée
La grippe (ou influenza) est une maladie infectieuse fréquente et contagieuse
causée par trois virus à ARN de la famille des Orthomyxoviridae (Myxovirus
influenzae A, B et C).
Ce nom leur vient de leur affinité pour le mucus.
I- Taxonomie:
• Famille des Orthomyxoviridae
• Genre: Influenzavirus
• Types: influenzavirus A, B et C
• Virus de la grippe humaine et des grippes animales
II- Structure:
Le virus de la grippe est un virus à ARN segmenté composé d'ARNs
simples brins de polarité négative (8 segments, 7 pour le type C), à
capside icosaedrique.
La particule virale est entourée d'une enveloppe lipidique hérissée de
spicules formées par les glycoprotéines de surface.
Les virus A et B ont deux glycoprotéines de surface, l'hémagglutinine
(H) et la neuraminidase (N) et une protéine M2 (canal à protons).
• Structure:
Protéines virales

Segment n° Taille (nt) Codant polypeptide Fonction


1 2341 PB2 Transcriptase: fixation coiffe
2 2341 PB1 Transcriptase: élongation
3 2233 PA Transcriptase: activité protéasique
4 1778 HA Hémmaglutinine
5 1565 NP Rôle dans la transcription, liaison
avec l’ARN. Transport noyau/
cytoplasme de l’ARN viral
6 1413 NA (NB) Neuraminidase
7 1027 M1 Protéine de matrice
M2 (BM2) Protéine de membrane, canal ionique

8 890 NS1 Protéine non structurale nucléaire :


rôle dans le transport de l’ARN,
l’épissage et la traduction
NS2 Protéine non structurale : rôle inconnu

* Virus C : 7 segments (HEF= Hémmaglutinine fonctions estérase et fusion )


III-Classification et nomenclature:
• La classification des virus grippaux ne s’applique qu’aux virus
de type A dont certains sont hautement pathogènes pour
l’homme.
• Elle s'appuie sur les propriétés antigéniques de l'hémagglutinine
(H) et de la neuraminidase (N). Il existe 16 sous-types H, et 9
sous-types N.
• Cela peut donner 16 X 9 soit 144 combinaisons possibles.
IV- Cycle de réplication:
Cycle de multiplication

9
Schéma proposé du rôle de M2 comme pompe protonique
pour l’acidification et la pénétration des nucléocapsides dans
le cytoplasme

10
RNP= Ribonucleoproteine
Cycle de multiplication

12
V- Réservoir:
Les virus grippaux de type A :
Infectent nombreuses espèces : les oiseaux et les mammifères
(Homme, porc, cheval, mais aussi baleine, phoque…)
Les oiseaux : le réservoir de virus le plus important.
- 16 sous types d’hémagglutinines (H1, H2, H3, H5, H7, H9
chez l’homme)
- 9 sous types de neuraminidase (2 humaines N1 et N2)
Le porc possède des récepteurs des virus grippaux humains et
aviaires, et il pourrait donc favoriser le réassortiment des virus
humains et aviaires
Ce réassortiment pourrait produire un virus infectieux pour
l'humain possédant des caractéristiques antigéniques contre
lesquelles la population humaine ne possède pas d'immunité.
Le virus de type B
L’homme
Grippe généralement moins sévère

Le virus de type C
L’homme seulement
Cochon en Asie
Sans signes cliniques apparents
VI- Les mécanismes de variations des virus grippaux

Le virus de la grippe : grandes capacités de variations génétiques


• Hémagglutinine (glycoprotéine majoritaire de surface)
• Neuraminidase
Deux grands mécanismes
Grippe
Mécanismes de Variations des virus
grippaux
2 Mécanismes

Glissement Cassure
• Le glissement antigénique ou Drift antigénique
- mutation
- tous les virus à ARN

19
20
C’est l’accumulation des erreurs de copie qui permettent une réinfection de l’organisme,
à cause d’une mauvaise reconnaissance du nouveau virus.
• La cassure antigénique ou Shift antigénique
- réassortiment génétique
- virus ségmenté
- virus grippal A
VII-Epidémiologie:
Définitions:
• Épidémie
Une épidémie désigne l'augmentation rapide de l'incidence d'une
maladie en un lieu donné sur un moment donné

• Pandémie
Une pandémie est une épidémie présente sur une large zone
géographique.
Dans le sens courant, elle touche une part particulièrement
importante de la population
Ex: l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH)
qui touche sévèrement l'Afrique subsaharienne.
• Grippe épidémique ou grippe commune
Elle sévit sur un mode épidémique saisonnier essentiellement
autumno-hivernal.
• Grippes pandémiques
Indépendamment des épidémies, des pandémies grippales plus
meurtrières sont susceptibles de survenir plusieurs fois par siècle
lors de l'émergence de souches virales à la fois nouvelles mais
aussi hautement contagieuses d'homme à homme.
20/10/2006 IFSI Sud 32
VII-Transmission:
La grippe saisonnière se propage facilement. Lorsqu’une personne
infectée tousse, elle projette dans l’air des gouttelettes infectées
qu’une autre personne peut respirer et auxquelles elle peut être
exposée.
Le virus peut aussi se propager par les mains.
Pour prévenir la transmission, il convient de se couvrir la bouche
et le nez à l’aide d’un mouchoir lorsque l’on tousse et de se laver
les mains régulièrement.
VIII- Physiopathologie
• Le virus pénètre par le nez et la gorge (inhalation de gouttelettes en suspension)
• Le virus : présent dans le nasopharynx 1 à 2 jours après le début des symptômes
• La NA
- abaisse la viscosité du flux muqueux
- dénude les récepteurs des surfaces cellulaires
- permet la diffusion du liquide infecté aux voies aériennes inférieures

35
• L’inflammation du tractus respiratoire supérieur (TRS) est habituelle.
• La pneumonie est rare mais peut être fatale
- les poumons montrent une inflammation interstitielle avec nécrose des
épithéliums bronchiolaires et alvéolaires
- plus souvent liée à une surinfection bactérienne et survient quelques jours
après le début de la grippe

36
IX- Clinique
• Cliniquement, il existe tous les intermédiaires entre le simple rhume et la
grippe maligne qui entraîne le décès en quelques jours.
• La grippe classique débute brutalement et une des caractéristiques de la
grippe est que, contrairement aux autres infections respiratoires virales
aiguës, les symptômes généraux précèdent les symptômes locaux.
La période d'incubation est courte (1-2 jours). La maladie débute brutalement
par une fièvre supérieure à 38,5 °C avec frissons, asthénie.
À ce tableau s'ajoutent des signes d'atteinte respiratoire
(congestion nasale, rhinorrhée, toux sèche),
Depuis le pharynx, l’infection grippale
gagne de proche en proche l’appareil
respiratoire plus profond. Pendant ce
temps, la fièvre, après s’être maintenue
élevée, baisse transitoirement vers le
quatrième jour pour remonter entre le
cinquième et le sixième jour, pour ensuite diminuer définitivement. La courbe
de température dessine ainsi ce que l’on appelle le V grippal.
Syndrome grippal
• Les symptômes à début brusque:
– Asthénie
– Céphalées
– Frissons
– Douleurs articulaires (arthralgies)
et musculaires (myalgies)
– Fièvre parfois intense (39-40°C)
– accompagné de :
– congestion nasale,
– pharyngite,
– toux.

Évolution courte : disparition symptômes en 3 à 5 jours avec


parfois reprise de la fièvre (V grippal)
• Les risques de complication sont à prendre plus
particulièrement en compte chez les sujets d'âges extrêmes
(nouveau-nés, nourrissons, enfants de moins de cinq ans,
personnes âgées), les femmes enceintes et ceux présentant des
comorbidités (immunodépression, diabète, atteinte cardiaque,
atteinte respiratoire, atteinte rénale chronique).
• Des complications liées à une surinfection bactérienne sont
fréquentes : bronchite, pneumonie bactérienne secondaire,
sinusite chez l'enfant.
• Grippe maligne
• Elle est heureusement rare et dépend très certainement, en
partie, de la virulence de la souche virale. Elle sévit surtout
lors des pandémies. Elle aboutit à une insuffisance respiratoire
aiguë et mortelle en quelques jours (3 ou 4 seulement
quelquefois).
• L’infection grippale provoque un oedème aigu massif diffus et
irréversible.
X- Diagnostic:
• Le diagnostic se fait par l'analyse de prélèvements
respiratoires : écouvillonnage nasal, aspiration naso-
pharyngée. En cas de pneumopathie, notamment chez l'adulte,
un liquide de lavage bronchoalvéolaire peut être prélevé.
Détection directe rapide du virus par une technique immunologique
• Technique d’immunofluorescence (IF) pour les virus A et B

42
Méthode immuno-enzymatique (EIA) par immunocapture à l’aide d’un
anticorps monoclonal (anti-NP du virus A)
- Son efficacité est au moins équivalente à celle de l’isolement viral
Détection du génome viral
• RT-PCR et Real Time PCR
- Efficace pour l’identification des virus grippaux
- Paires d’amorces spécifiques des gènes codant HA des virus en circulation
A/H1, A/H3, A/H5, AH9, A/N1 et B (centres collaborateurs OMS)
- Les résultats sont disponibles en quelques heures
- Prélèvements cliniques ou des cellules infectées

44
Isolement du virus : souvent limité
• Isolement sur embryon de poulet
- œuf de poule embryonné âgé de 8 à 9 jours
- inoculé dans la cavité amniotique (voie la plus sensible)
- incubation de 3 jours à 33°C
- récolte environ 1,5 ml du liquide
- un second passage, par voie allantoique sur embryon de 11 jours
 méthode plus aisée : permet de récolter 6-10 ml de liquide
- technique considérée longtemps comme méthode de référence pour
l’isolement des virus A et B.

45
46
Isolement du virus
• Les cellules MDCK (Madin-Darby canine kidney)
- méthode de référence actuellement
- ECP apparaît dans les 10 jours

48
Identification des virus grippaux par IHA
• Anticorps spécifiques de la souche virale
• L’IHA est la méthode de référence
- détermination du type
- détermination du sous-type
- détermination du variant.
• Son utilisation
- nécessite une bonne connaissance de la situation épidémiologique
- le choix des anticorps employés doit correspondre aux souches circulantes.
• IF indirecte : Anti-Acs de souris marqués

49
• Traitement
• Des antiviraux contre la grippe sont disponibles dans certains pays et peuvent
éviter des complications sévères et des décès. Dans l’idéal, ils doivent être
administrés dès le début de la maladie (dans les 48 heures suivant l’apparition
des symptômes). Il existe deux classes d’antiviraux:
• les adamantanes (amantadine et rémantadine);
- agissent au niveau de la protéine M2 , inhibant ainsi l’action de la pompe à
protons
- l'absence de protéine M2 sur le virus B explique sa non-activité sur ce virus
• les inhibiteurs de la neuraminidase grippale (l’oseltamivir et le zanamivir, )
• Actifs à la fois sur le virus A et le virus B
• La molécule mime le substrat de l’enzyme et la bloque de façon irréversible
• Gêne la pénétration du virus
• Empêche le détachement des virions néosynthétisés de la surface de la cellule
• Compromet leur dissémination : les nouveaux virus ne peuvent plus être libérés
et donc ne peuvent plus aller infecter d’autres cellules de l’organisme
52
• Prévention
• Le moyen le plus efficace de se prémunir de la maladie ou d’une issue grave
est la VACCINATION
• Des vaccins sûrs et efficaces existent et sont utilisés depuis plus de 60 ans.
• L’Organisation mondiale de la santé (OMS) édite chaque année une
recommandation sur la composition des vaccins,
• les vaccins contre la grippe saisonnière sont trivalents et dirigés contre deux
souches de virus influenza A [A(H1N1) et A(H3N2)] et une souche de virus
influenza B.
• La composition du vaccin contre la grippe est actualisée chaque année en
fonction des souches qui ont circulé majoritairement durant l’hiver
précédent et qui sont les plus susceptibles d’être présentes lors de l’hiver
suivant.
• Chez les adultes en bonne santé, le vaccin
antigrippal peut induire une protection satisfaisante.
• Les personnes les plus visées par les campagnes de vaccination saisonnière
contre la grippe sont :
• Les jeunes enfants entre 6 et 23 mois, car leur système immunitaire est
fonctionnel mais encore immature
• Les personnes atteintes de maladies chroniques (des maladies
nécessitant un suivi médical), comme les maladies cardiaques, l'asthme,
l'emphysème, etc.,
• Les femmes enceintes en étant à leur deuxième ou troisième trimestre de
grossesse, car la grippe pourrait avoir des conséquences néfastes sur le
développement ou la santé du fœtus en plus d'être plus dommageable pour
la mère,
• Les femmes enceintes souffrant de maladies chroniques quel que soit le
stade d'avancement de leur grossesse,
• Les personnes âgées de plus de 65 ans,
• De plus, la vaccination est fortement recommandée pour les personnes
dans l'entourage d'un bébé de moins de 6 mois, car leur système
immunitaire est encore immature, l'entourage d'une personne
immunodéprimée car ces derniers ont un système immunitaire affaibli qui
serait incapable de s'opposer à une infection virale.
• Mesures d'hygiène:
• l'hygiène est la première forme de prévention de la contagion en
période épidémique ; surtout après tout contact physique direct avec
une personne potentiellement infectée ou s'occupant d'un malade, ou
avec des surfaces potentiellement contaminées par le virus.

• Se protéger et protéger les autres des projections (buccales ou


nasales) ;
MERCI