Vous êtes sur la page 1sur 24

Guide journalistique

Version 2017

www.quartierlibre.ca

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 1
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
TABLE DES MATIÈRES
1. PRÉSENTATION DU JOURNAL 3

2. PARTICIPER 4

3. AVANT LES PREMIERS CONTACTS AVEC LES INTERVENANTS 6

4. RECHERCHE D’INTERVENANTS ET PRISE DE CONTACT 7

5. RÉDACTION ET STRUCTURE DE L’ARTICLE 10


A) ÉCRITURE 10
B) STRUCTURE 13

6. MISE EN PAGE D’ARTICLE 15

7. CANEVAS D’ARTICLE 17

8. REMISE DE L’ARTICLE 20

9. PROCESSUS DE CORRECTION 21
A) DU LUNDI SOIR AU MERCREDI 13 HEURES 21
B) DU MERCREDI 13 HEURES AU VENDREDI SOIR 21
C) DU MERCREDI 13 HEURES AU VENDREDI SOIR 22
D) LE PDF DU LUNDI 22

10. RÉDIGER UN VOX POP 23

11. CONTACT 24

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 2
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
1. Présentation du journal Quartier Libre

Quartier Libre est un organisme à but non lucratif régi par la loi sur les compagnies du
Québec et constitué d’un conseil d’administration, du directeur de publication et de
l’équipe de rédaction.
Celle-ci est constituée d’un rédacteur en chef, de trois chefs de pupitre, un pour
chaque section (campus, société et culture).

Quartier Libre est un bimensuel qui publie 16 numéros durant les sessions d'automne et
d'hiver. Sa ligne éditoriale traite de tous les sujets qui concernent le campus de l’UdeM
et ses étudiants. Elle couvre aussi la culture émergente québécoise. Il est divisé en trois
sections : Campus, Société et Culture.

Les journalistes pigistes sont à la base de tout le processus de fonctionnement du


journal. C’est pour cela qu’il est important de respecter tous les délais imposés par
l’équipe de rédaction :

▪ Date de tombée des articles le lundi à 23 heures


▪ Date de tombée des corrections le mercredi à 13 heures
▪ Dernières vérifications des articles sur PDF le lundi suivant dans la soirée

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 3
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
2. Participer

• Réunion de production :

Pour participer au Quartier Libre, il suffit de se présenter aux réunions de production lors
desquelles sont présentés et distribués les articles en campus, société et culture. Chaque
réunion est programmée tous les deux mercredi à 17h, jour de parution du journal.

Le nombre de sujets disponibles est assez constant (dépendant du nombre de pages


de la publication à venir de 20 pages). Les sujets se répartissent entre les collaborateurs
présents.

S’il vous est impossible d’assister aux réunions de production, mais que vous désirez
participer, envoyez un courriel à redac@quartierlibre.ca pour être inscrit à la liste de
diffusion des sujets non distribués en réunion.

Les collaborateurs présents lors de la réunion ont priorité sur les absents. Ces derniers
doivent attendre la fin de la réunion pour communiquer avec le chef de pupitre et
récupérer d’éventuels sujets qui n’auraient pas trouvé preneur.

• Proposer un sujet :

La proposition d’un sujet peut se faire à tout moment, par écrit ou en personne, au chef
de pupitre concerné ou au rédacteur en chef. Le moyen utilisé est le synopsis. Il doit
comporter les éléments suivants :

o Présenter en quelques lignes le sujet et l’angle de traitement choisis.


o Répondre à la question : Pourquoi les étudiants de l’UdeM seront-ils
intéressés ?
o Avancer le type d’intervenants avec lesquels vous prévoyez de
communiquer.

Comme tout bon professionnel, l’étudiant journaliste doit se préparer à «vendre» son
idée. Proposer un synopsis demande un minimum de préparation (notamment vérifier
l’originalité du sujet et/ou de l’angle).

Il faut garder en tête la ligne éditoriale du journal. S’il vous est difficile de trouver un
angle de traitement original ou lié à l’UdeM, vous pouvez toujours contacter le

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 4
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
rédacteur en chef ou le chef de pupitre concerné qui vous aidera à le faire. Comme
dans toute rédaction, l’équipe de rédaction se réserve le droit d’accepter le sujet.

DANS TOUS LES CAS :

Ne vous lancez pas en pleine rédaction sans vous être clairement entendu avec le chef
de pupitre sur le sujet ET son angle de traitement. Il faut aussi avoir défini avec lui le
délai accordé pour accomplir le travail.

À partir du moment où un sujet est attribué, le collaborateur a du mercredi soir au lundi


à 23 heures pour contacter les intervenants, rédiger l’article et le remettre à son pupitre.

• Il est très important de signaler au chef de pupitre TOUT PROBLEME qui pourrait
retarder l’arrivée du texte le lundi soir pour que l’équipe de rédaction s’organise:

Un intervenant n’est pas disponible avant le lundi


Les intervenants ne veulent pas s’exprimer sur le sujet
Le collaborateur est en déplacement
Le collaborateur a des problèmes de rédaction
Ou autres…

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 5
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
3. Avant les premiers contacts avec les intervenants

Il est indispensable de vous informer sur le sujet que vous avez choisi en réunion de
production avant d’effectuer les entrevues. Vous devez alors constater tout ce qui a
été écrit et dit (ou presque) sur le sujet que vous allez traiter. Vous devez devenir un
spécialiste capable de questionner pertinemment des intervenants et de rebondir sur
leurs réponses.

Cette phase de lecture et de documentation doit absolument être commencée avant


la recherche d’intervenants. Il est primordial de l’entamer dès que vous avez le feu vert
du chef de pupitre le mercredi soir.

Où chercher?

Si la documentation via Google et Wikipédia peut vous orienter sur des réflexions
intéressantes, gardez en tête qu’elle n’est ni sûre ni suffisante. En ce qui concerne
Wikipédia, un bon réflexe est de consulter la liste de sources et références qui se trouve
à la fin des articles encyclopédiques.

Quelques exemples de ressources incontournables auxquelles penser :

• Eureka (banque d’archives de journaux francophones et anglophones


accessibles gratuitement pour les étudiants de l’UdeM).
http://www.bib.umontreal.ca/ss/ressources/bdd.htm
• La bibliothèque (nationale ou universitaire)
• La mémoire (la vôtre et celle de vos proches). N’hésitez pas à parler de votre
sujet à votre famille et vos amis, ils ont souvent des idées extrêmement précieuses
à vous partager !

Que faire de toute l’information recueillie ?

Ces informations vous permettront de mettre le sujet de l’article en contexte.


De plus, votre chef de pupitre pourrait vous demander, au dernier moment, de préciser
certains points, d’explorer une autre piste ou de justifier certaines informations
avancées. Ayez sous la main les preuves de tout ce que vous avancez.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 6
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
4. Recherche d’intervenants, prise de contact et gestion de
l’information

Plus tôt vous aurez commencé vos lectures, plus tôt vous pourrez entrer en contact
avec les intervenants qui émergent de vos recherches. Pour un article récupéré le
mercredi soir, il faut commencer à téléphoner dès le jeudi.

Entrer en contact

Certains intervenants sont moins disponibles et accessibles que d’autres, surtout sur le
campus de l’UdeM (ces contacts ne sont pas joignables les fins de semaines).
L’important est de ne pas se décourager. Ainsi, n’attendez pas trop longtemps un retour
d’appel ou une réponse à un courriel. Après une journée, prenez les devants, relancez,
persévérez, n’hésitez pas à vous présenter en personne.

Combien d’intervenants ?

Le nombre minimum d’intervenants requis par article dépend du sujet et de l’angle


choisis. En général, sauf pour les portraits, il faut compter au moins trois intervenants par
article, question de présenter le mieux possible le panorama de points de vue
concernant le sujet abordé. Soit 1 spécialiste et 2 témoins ou 1 spécialiste avec chaque
fois au moins 2 ÉTUDIANTS.

Contactez toujours un maximum d’intervenants. Mieux vaut en avoir trop que pas assez.
Ce sont les intervenants qui vous permettent d’étoffer le plus possible votre article.

En plus de multiplier les intervenants, vous devez aussi vous assurer de bien balancer
leurs points de vue. Si vous rédigez un article sur le débat concernant la hausse des
droits de scolarité et que vous n’interrogez que des groupes radicaux de gauche, votre
article ne sera pas équilibré, et le lecteur pourrait vous le reprocher. Il faut toujours
présenter les deux côtés de la médaille.

L’objectivité est indispensable et elle n’est atteignable que grâce à cette diversité de
point de vue.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 7
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
Techniques d’entrevue

Mieux vous maîtrisez votre sujet, plus l’entrevue se déroulera de façon optimale.

• Rencontrer l’intervenant en personne est la stratégie à privilégier, d’abord parce


que cela permet de nouer un réel contact et de serrer des mains.
• Contacter l’intervenant par téléphone est une option viable.
• Faire une entrevue par courriel est acceptable seulement lorsqu’il s’agit de la
dernière alternative possible et doit rester très exceptionnel. Évidemment, rien
n’est figé dans le béton. Certains détails techniques peuvent être plus évidents à
obtenir et à comprendre par écrit.

En revanche, si vous avez un portrait à réaliser, il n’existe qu’une seule option. Trouvez un
moment pour rencontrer la personne concernée par votre article. Rencontrer votre
intervenant vous permet de vivre une expérience humaine, de possiblement découvrir
de nouveaux lieux, d’avoir une vraie discussion, et de mener votre entrevue de façon
plus spontanée et naturelle.

S’il vous intimide d’avoir à rencontrer un intervenant, souvenez-vous de ceci : l’être


humain est fait de telle sorte qu’il aime avoir à exprimer ses idées. Vous êtes là pour
transmettre ses idées. Il est donc ravi de pouvoir partager son opinion.

Selon Carole Beaulieu, rédactrice en chef du magazine L’actualité, l’attitude du


journaliste est une « neutralité professionnelle intéressée ». Vous devez être
ouverts aux propos de votre intervenant, ce qui est très différent d’être en quête
d’une information particulière à tout prix (trop chercher le scoop peut générer du
stress chez votre interlocuteur). Il faut laisser s’exprimer l’intervenant s’exprimer en
le redirigeant fermement vers l’angle de votre sujet lorsqu’il s’en éloigne trop et
en l’écoutant attentivement (il faut savoir saisir les perches tendues par
l’interlocuteur qui pourraient vous faire connaître tout un horizon d’information
inattendue!)

Souvenez-vous du proverbe « la parole est d’argent mais le silence est d’or ». Ne


cherchez pas à tout prix à combler les moments de silence, qui permettent à votre
interlocuteur de réfléchir pour formuler clairement ce qu’il veut vous communiquer.

Finalement, apprenez à maîtriser votre langage non-verbal de façon à ce que


transparaisse votre calme, votre ouverture d’esprit et votre désir d’en savoir plus.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 8
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
Prendre des notes ou enregistrer ? Que faire de ce qui est dit ?

TOUT BON JOURNALISTE SAIT QU’IL FAUT À LA FOIS ENREGISTRER SES ENTREVUES ET
PRENDRE DES NOTES.

Si vous ne comprenez pas ce que vous dit votre interlocuteur, n’hésitez pas à le
faire répéter. Il se fera un plaisir de vous expliquer plus clairement et cela vous
évitera les contresens lors de la rédaction de votre article.

Conservez sur votre ordinateur tous vos verbatims (notes et retranscriptions


d’entrevue). Le chef de pupitre pourrait vous demander d’aller chercher une
citation que vous n’aviez pas jugée opportun de placer dans l’article. Il pourrait
aussi vous demander la source d'une information que vous avancez.

N’OUBLIEZ PAS de toujours vérifier faits, chiffres et allégations énoncés par les
intervenants. Utiliser des guillemets ne vous enlève aucune responsabilité.
Tout conserver est aussi primordial dans le cas où il faille vous défendre
(diffamation…) si vos écrits sont contestés à la suite de leur parution.

Finalement, si le photographe du Quartier Libre n’est pas disponible, n’oubliez


pas de prendre des photos pour illustrer votre article.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 9
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
5. Rédaction et structure de l’article

a. Écriture

Laissez de côté le style académique et l’ordre chronologique. Adieu l’introduction, le


développement et la conclusion. Si votre texte comporte les mots « ensuite », « enfin », «
deuxièmement », « troisièmement », « pour conclure » et tous ces marqueurs, vous faites
fausse route. ATTENTION : cela ne vous décharge pas de fournir un texte qui possède un
fil conducteur, orienté par un angle clair.

On ne le dira jamais assez, évitez le « je » et le « nous ». Le « vous » peut être utilisé mais
avec beaucoup de parcimonie.

Pour un article journalistique, vous devez appliquer le principe de la pyramide inversée.


Les informations les plus marquantes doivent se retrouver à l’avant-plan, dans le
chapeau, dans les premiers paragraphes :

• La règle des cinq W : le premier paragraphe appelé Chapeau doit comprendre


les éléments « qui (who), quoi (what), quand (when), où (where), et pourquoi
(why)? »
• La règle des 2H : Les paragraphes suivants doivent comprendre les éléments «
comment (how) et combien (how much)? »
• Le dernier paragraphe correspond la plupart du temps à un rappel des faits
antérieurs à la nouvelle de l’article

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 10
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
De plus, la fin des articles est souvent coupée par les rédactions, faute de place lors du
bouclage donc l’information à diffuser doit se situer dans la 1ère partie de l’article.

Si vous jugez pertinent de fournir un historique, de détailler des concepts plus


compliqués, gardez ces informations pour la fin de votre article ou faites-en un
encadré. Un article sur une grève à l’UdeM commence par la manifestation de la veille
et se termine par l’historique du mouvement, et non l’inverse.

Ne sombrez jamais vers le côté obscur du journalisme : la subjectivité! À moins


d’indications contraires de votre chef de pupitre (ex. : il vous a demandé de rédiger
une chronique particulière), vous devez donc vous abstenir de faire intervenir votre
jugement personnel. La grande majorité des articles parus dans le Quartier Libre sont
des articles d’analyse et non des textes d’opinion.

Sur la page suivante, vous trouverez une explication de Jean-Benoît Nadeau


concernant la différence entre un sujet, un angle et une approche. L’extrait est tirée de
la Revue Trente de la FPJQ.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 11
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 12
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
b. Structure

Tous les articles sans exception doivent comporter les éléments suivants et ce, dès le
premier envoi au chef de pupitre :

▪ Un surtitre

Descriptif, un peu plus technique, il sert à bien cadrer le thème de l’article, son
contexte.

▪ Plusieurs titres

Un titre doit être efficace, accrocheur et doit bien rendre l’angle de l’article.
Le titrage est un art difficile, d’autant plus que chaque publication développe son
propre style (court, provocateur, avec jeux de mots…). Au QL, la tendance est aux titres
courts, punchés. Si dans les faits, le titrage est souvent effectué par l’équipe de
rédaction, il reste que dans une perspective de formation, vous êtes fortement
encouragés à tenter votre chance et à proposer plusieurs options de titre.

▪ Chapeau (ou chapô ou lead)

Un chapeau ne doit jamais être plus long que 3 ou 4 lignes.

Ces lignes sont parmi les plus importantes de l’article. Consacrez beaucoup de temps à
peaufiner et retravailler cette partie de votre texte. Tout en présentant votre sujet, vous
devez mettre de l’avant la nouveauté de votre article.

Le chapeau ne doit pas être simplement une synthèse de votre article. Il doit être un
court texte très punché qui introduit l’aspect le plus intéressant de votre article.
Évitez encore une fois de trop utiliser la forme interrogative. Une question peut être
posée à l’occasion, mais il ne faut pas y recourir systématiquement.

▪ Intertitres

Incluez de deux à quatre intertitres dans votre article, selon la longueur de celui-ci.
Courts et punchés encore une fois, ils servent autant à annoncer une section
particulière de l’article qu’à dynamiser la lecture.

▪ Terminez votre texte par le symbole journalistique de fin d’article : -30-

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 13
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
▪ Exergues

L’exergue est la porte d’entrée de votre article. Sous le -30-, vous écrivez trois phrases
préalablement extraites de votre texte qui pourront être utilisées comme exergues.
Choisissez deux phrases qui s’agencent bien avec le titre et qui ont du «punch». Dites-
vous que le lecteur lira le surtitre, le titre puis l’exergue avant même d’aborder une
seule ligne de votre texte.
Un exergue peut être une citation d’un intervenant, une statistique particulièrement
frappante ou un passage vraiment accrocheur de votre texte.

▪ Encadrés

Si vous devez fournir un encadré d’informations supplémentaires, mentionnez


simplement à la fin de votre article : Encadré : ‘’Les détails du projet de loi » (exemple
de titre d’encadré). Ne tentez pas de dessiner vous-même un encadré. L’infographiste
s’en chargera à votre place.

Mentionnez la source de vos informations.

Ajoutez les coordonnées de vos intervenants en bas de page (nom, prénom, titre,
programme d’étude, métier, âge…). Le rédacteur en chef peut à tout moment vérifier la
véracité des propos que vous avancez en contactant vos intervenants.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 14
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
6. Mise en page d’article

Tous les fichiers doivent être remis en format Microsoft Word (.doc)

La seule mise en page permise consiste à mettre des titres en gras et des citations en
italique. Aucun souligné, encadré, bordure, ligne, cadre, entête, bas de page, macro…
Remettez seulement votre contenu, fourni en Times New Roman 12 points. Remettez le
texte à interligne un et demi.
Si vous jugez pertinent de remettre des graphiques, dessins, photos ou autre matériel
visuel, placez-les en pièces jointes dans votre courriel.

Intitulez le fichier ainsi : section_sujet_Vx


V correspond au numéro de version (la version change à chaque correction)
Exemple : campus_outremont_v1

o Règles de citations :

Les citations doivent être en italiques, y compris les guillemets. Toujours utiliser les
guillemets français (« »), sauf lorsque vous avez des guillemets à l’intérieur des guillemets,
où vous devez alors utiliser les guillemets anglais (“”).Par exemple, voici la forme
correcte : « Un jour j’ai dit “non”. »

• Il y a un espace avant deux-points. Par exemple, voici la forme à suivre. « Ma


déclaration a été simple : je n’étais pas au courant. »

• Il y a un espace avant un point-virgule, un point d’exclamation et un point


d’interrogation. S’il est configuré en français, Microsoft Word les met par défaut. Il
faut également un espace après.

• Vérifiez que vous ne mettez aucun double espace dans votre texte.

Les nombres à un chiffre sont écrits en toutes lettres et les nombres à deux chiffres, en
numéro (neuf et 10 par exemple). Les nombres à plus de trois chiffres prennent un
espace insécable (c’est-à-dire que le nombre ne peut être coupé au bout d’une ligne)
à chaque trois chiffres (23 998 897 $ par exemple).
On met également un espace insécable entre le nombre et son signe d’unité (de
monnaie, de mesure, etc.) ou le signe de pourcentage. On écrira ainsi « 12,42 % ».

Les années s’écrivent au complet. Ainsi, on écrira les années 1940 et non pas les années
40.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 15
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
Les titres d'album de musique s'écrivent en italique. Exemple : Neon Bible

Les titres de chansons ne s'écrivent pas en italique, mais se mettent entre guillemets.
Exemple : « My Way ».

NOTE : Si vous accompagnez votre article d’une ou de plusieurs photos, c’est très bien.
L’idéal, c’est de prendre des photos vous-même. Prenez des photos bien cadrées, avec
profondeur de champ et contexte, des photos animées et attrayantes. L’idéal est qu’il y
ait une présence humaine dans la photo. Il est toujours préférable de prendre les
individus en action. Ne soyez surtout pas tentés de les faire poser.

Intitulez votre photo ainsi : titredelarticle_créditphoto

N’accompagnez jamais votre article de photos prises d’un site web. La photographie
est un art soumis aux droits d’auteur et il faut ABSOLUMENT obtenir l’autorisation du
photographe pour publier sa photo dans le journal.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 16
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
7. Canevas d’article

Section: Campus

Surtitre : Campus d'Outremont


Titre (3 suggestions) : Parc-Extension aux barricades de l'UdeM / L’UdeM se
gentrifie / Autre suggestion

Nous sommes en 2020 sur le campus de l'UdeM à Outremont. Un étudiant, au


dixième étage d'un pavillon tout neuf, jette un regard au nord sur un quartier
bruyant et engorgé d'automobiles. En bas, un homme fixe un mur de béton en
regrettant les loyers modiques et la tranquillité d'autrefois. Une vision pessimiste
que veulent éviter certains résidents du quartier Parc-Extension.

Gabriel Laurier (Nom après le chapeau)

Densément peuplé et enclavé, Parc-Extension est une terre d'accueil pour les
immigrants (voir encadré). Le quartier vit une situation complexe. C’est que la
gare de triage est présentement une cicatrice dans la topographie locale qui
divise l’arrondissement d’Outremont de Parc-Extension. Les plans du futur
campus Outremont de l’UdeM prévoient que des bâtiments de 8 à 11 étages
vont venir ceinturer la frontière des deux quartiers.

« Nous ne sommes pas contre le projet, explique Marc Lalonde, résident du


quartier. Nous avons la chance de créer une ouverture qui permettra de
revitaliser le quartier et de mieux intégrer les nouveaux arrivants. C'est pourquoi
nous devons être inclus dans le plan d'urbanisme afin d'en profiter aussi. »
(Guillemets français avec espaces, citations en italiques, guillemets compris)

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 17
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
Dénonciation (Intertitre)
Lors d’une rencontre tenue le 5 février dernier, des citoyens de Parc-Extension
ont dénoncé leur exclusion du processus d'élaboration des plans du futur
campus. « On n’a pas mentionné le nom de Parc-Extension dans les études de
terrains, explique Giuliana Fumagalli, porte-parole du Comité citoyen de Parc-
Extension. L’arrondissement d’Outremont, la Ville de Montréal et l'UdeM nous
tournent le dos ».

L’UdeM rejette cette affirmation. « Depuis 2007, des recommandations de la


population ont été intégrées dans les plans, rétorque Sophie Langlois, directrice
des communications de l'UdeM. Elle rappelle que la concertation avec les
quartiers en périphérie du campus est la responsabilité de la Ville de Montréal.

Les critiques viennent aussi de certains professeurs de l’UdeM. « L'Université est


une institution phare dans la société et on refuse de s'intégrer dans la trame
urbaine, comme si c'était quelque chose d'impur, dénonce Jean-Claude
Marsan, professeur titulaire de la Faculté de l'aménagement de l’UdeM. Il y a
une espèce de refus idéologique : nous, on est pur, et il faut absolument un
campus avec des clôtures autour. »

Gentrification
Les plans actuels du campus d'Outremont prévoient 1300 logements. Pas assez
selon M. Marsan, pour qui il faudrait planifier un plus grand nombre de
résidences étudiantes. « Il faut éviter que des étudiants et les professeurs
s'approprient le quartier, plaide-t-il. Ça va faire augmenter le coût des loyers et
des propriétés. Il y a toute une classe qui va se faire pousser dehors. C’est ce
qu’on appelle de la gentrification. »

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 18
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
Tout de même, le plan d'aménagement du campus a remporté en 2007 un prix
d'excellence dans la catégorie « design urbain » de l'Institut Canadien des
urbanistes. « Ça veut seulement dire que le projet est beau et à Parc-Extension,
on ne profitera pas du “beau” », fulmine Mme Fumagalli.

-30- (Le –30- indique la fin du corps du texte de l’article)

Exergues (2 ou 3 exergues de longueur variable, et bien nommer l’intervenant


avec son titre)
« L'Université est une institution phare dans la société et on refuse de s'intégrer
dans la trame urbaine, comme si c'était quelque chose d'impur, dénonce Jean-
Claude Marsan, professeur titulaire de la Faculté de l'aménagement ».

Encadrés (avec titres)


1. Parc-Extension
Le quartier est situé dans la région centre-nord de l'île de Montréal et partage sa
frontière Sud avec l'arrondissement Outremont. Avec une population d'environ
35 000 personnes répartie sur 1,6 km2, il est l'un des territoires plus densément
peuplés du Canada. Près de 79 % de sa population de plus de 15 ans est
immigrante de première génération.

2. Le futur campus d'Outremont


En 2006, l'UdeM achète le terrain de la gare de triage d'Outremont pour
construire son nouveau campus à la limite du quartier Parc-Extension. Il
comportera 25 édifices fréquentés par 10 000 étudiants et entre 1000 et 2000
employés et enseignants. La décontamination des sols débutera au printemps
prochain. La fin des constructions est prévue pour 2022.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 19
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
Remise de l’article

Avant de remettre un article au chef de pupitre, relisez-vous. Cela peut sembler évident
mais les collaborateurs l'oublient souvent. Il peut même être avantageux, si vous en
avez la possibilité, de faire relire votre travail par un proche qui ne dispose pas des
mêmes connaissances du sujet que vous.

Ne remettez pas votre article en retard. Si vous avez un empêchement important, dites-
le sans tarder au chef de pupitre car un retard de dernière minute retarde tout le
processus de production et peut devenir problématique lors de l’élaboration de la
maquette du journal.

Ne dépassez pas la longueur de l’article. Lorsque le chef de pupitre vous donne une
longueur d’article à respecter, vous devez la respecter. Si votre texte s’avère trop long
et que le remanier comporte trop de travail, le chef de pupitre vous le renverra. En
revanche, le journal est flexible et s’adapte à l’évolution d’un article. Si vos recherches
vous emmènent sur de nouvelles pistes, que vous découvrez le scoop de l’année ou
encore que votre sujet est particulièrement complexe, vous pouvez dépasser la
longueur de l’article mais, seulement avec l’accord préalable de votre chef de pupitre.
Et ceci est valable dans l’autre sens. Faute de matière, l’article peut devenir une brève.

Dans tous les cas, si la rédaction de Quartier Libre juge qu’une information ne sert pas
l’angle de l’article, cette dernière sera retirée.

Aussi de l’affectation jusqu’à la parution, n’hésitez pas à contacter régulièrement votre


chef de pupitre. Discutez avec lui de vos démarches, de vos entrevues réalisées. Faites
le point ensemble sur les résultats, les choses apprises : prenez le temps de spécifier très
clairement avec lui l’angle à privilégier.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 20
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
8. Processus de correction
a. Du lundi soir au mercredi 13 heures

Vn, Vn+1, Vn+2…  PUPITRE/PIGISTE  VFinale1

La première étape est un échange entre les pigistes et le chef de pupitre. À partir du
moment où la Version1 de l’article est rendue, il faut s’attendre à recevoir autant de Vn+1
nécessaire pour arriver à une Version Finale. La VF doit être obtenue le plus rapidement
possible et au plus tard le mercredi à 13 h.

Au delà de cette limite, nous nous réservons le droit de modifier les textes en prévenant
mais sans attendre une réponse de la part du pigiste.

b. Du mercredi 13 heures au vendredi soir

VFinale  REDAC CHEF vFinale à revoir

Les pupitres envoient les Vf au rédacteur en chef qui y apporte ses propres
commentaires et modifications. Le rédacteur en chef renvoie une Vf à revoir au pupitre qui
complète ou modifie l’article.

• Si besoin de modifications par pigiste

vFinale à revoir PIGISTE vFinale n+1PUPITRE vFinale revue


• Si tout est okay

VFinale à revoir PUPITRE  vFinale revue


L’équipe modifie les textes pour valoriser l’article et dans l’unique but de le rendre
meilleur. Dans la plupart des cas, nous vous informerons de tous changements apportés
au texte.

1
Il est important que la VF soit obtenue au plus tard le mercredi à 13 heures, à partir de là le pupitre modifie (en
prévenant le pigiste) lui même la Vn+1.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 21
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
c. Du mercredi 13 heures au vendredi soir

VFinale revue  REDAC CHEF vFinale à corriger CORRECTEUR vFinale corrigée

Une fois tous les échanges effectués entre les pigistes et les pupitres, les dernières
Vf revues sont envoyées au rédacteur en chef. Ces versions deviennent des Vf à
corriger et sont envoyées aux correcteurs. Ils corrigent toute la grammaire et la
syntaxe.

vFinale corrigée  PUPITRE VFF


Les Vf corrigées sont renvoyées aux pupitres qui produisent la Vfinale finale de l’article.
Soit celle qui sera montée dans le journal par le graphiste durant la fin de
semaine.
Les échanges avec les pigistes se terminent le vendredi soir.

La dernière étape pour faire part de corrections mineures est le lundi soir lorsque
le PDF du Lundi est envoyé.

d. Le PDF du lundi

Les pigistes reçoivent le PDF du lundi partiellement complet vers 18 heures. Il est
important de relire son texte (et les autres articles si possible) pour nous signaler
toute erreur ou faute (coquilles, orthographe, noms des intervenants) pour que
les pupitres puissent les corriger le mardi matin.

Ce lundi soir est l’ultime Dead Line pour apporter des changements mineurs.

ATTENTION: le PDF du lundi vous est envoyé dans le but de faire les dernières
modifications superficielles. Il n’est plus possible, à ce stade, de changer des
phrases, des paragraphes ou même l’ordre des informations puisque les textes
montés et placés dans la maquette sont les VF que vous avez auparavant
modifié avec le pupitre et validée par le rédacteur en chef.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 22
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
9. Rédiger un vox pop

Un bon vox pop se fait à l’aide d’une question simple, directe et pertinente à
laquelle diverses réponses sont possibles.
Il faut fournir :

▪ un minimum de 5 interventions synthétisées de 3-4 lignes maximum.


▪ Le NOM, le PRENOM et le domaine d’étude de votre intervenant
▪ Une façon de les recontacter
▪ Une photo correcte pour chacun d’eux

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 23
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.
10. Nous contacter

En personne :

• Vous pouvez vous déplacer au journal, du lundi au vendredi de 13 heures


à 17 heures.

Par téléphone :

• Au (514) 343-7630

Par courriel :

• Vous pouvez nous joindre en tout temps par courriel :

Rédacteur en chef redac@quartierlibre.ca


Chef de pupitre campus campus@quartierlibre.ca
Chef de pupitre société societe@quartierlibre.ca
Chef de pupitre culture culture@quartierlibre.ca

Un dernier mot…

N’ayez pas peur d’apprendre. Quartier Libre est aussi (et surtout) une école de
journalisme.

Tous ceux qui y passent voient leurs textes retravaillés, reportés dans un souci
constant de rigueur journalistique.

N’hésitez pas à poser des questions ou de faire part de commentaires : l’équipe


est là pour ça.

Le présent document est la propriété des Publications du Quartier Libre. Il ne peut en aucun cas être diffusé ou 24
publié sans le consentement préalable de l’équipe de direction.

Vous aimerez peut-être aussi