Vous êtes sur la page 1sur 48

SOMMAIRE

REMERCIEMENT ............................................................................................................................................... 3
CAHIER DE CHARGE .......................................................................................................................................... 4
INTRODUCTION GENERALE .............................................................................................................................. 5
L’OUTIL MATLAB/SIMULINK ............................................................................................................................. 6
CHAPITRE 1 : GENERALITES SUR L’ENERGIE SOLAIRE ........................................................................................ 7
I. INTRODUCTION ............................................................................................................................................. 7
II. LES DIFFERENTS TYPES D’ENERGIES RENOUVELABLES ........................................................................................ 8
1. L'énergie hydraulique ........................................................................................................................... 8
2. L'énergie éolienne ................................................................................................................................. 8
3. L'énergie solaire .................................................................................................................................... 8
4. L'énergie de la géothermie ................................................................................................................... 8
5. L'énergie de la biomasse ....................................................................................................................... 8
6. Les énergies marines ............................................................................................................................. 8
III. LE CLASSEMENT MONDIAL DES ENERGIES RENOUVELABLES ............................................................................ 8
IV. L’ENERGIE SOLAIRE ................................................................................................................................... 9
V. L’ENERGIE THERMIQUE : .............................................................................................................................. 11
VI. L’UTILISATION DE L’ENERGIE PHOTOVOLTAÏQUE : ....................................................................................... 11
1. Les centrales électriques : ................................................................................................................... 11
2. Pour les bâtiments : ............................................................................................................................ 11
3. Pour les dispositifs autonomes : ......................................................................................................... 11
4. Pour les satellites : .............................................................................................................................. 12
VII. PROJETS NATIONAUX ............................................................................................................................... 12
VIII. CONCLUSION :......................................................................................................................................... 12
CHAPITRE 2 : ETUDE, MODELISATION ET SIMULATION D’UN GPV .................................................................. 13
I. INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 13
II. PRINCIPE DE BASE ....................................................................................................................................... 13
III. LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE ................................................................................................................. 15
1. MATERIAUX DE MISE EN ŒUVRE DE LA CELLULE PV ............................................................................................. 15
2. LES CELLULES DE LA 1ERE GENERATION ............................................................................................................. 16
3. LES CELLULES DE LA 2EME GENERATION ............................................................................................................ 16
4. LES CELLULES DE LA 3EME GENERATION ............................................................................................................ 17
5. LE RENDEMENT DES CELLULES PV .................................................................................................................... 17
IV. PROPRIETES ELECTRIQUES ET MODELISATION D’UNE CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE........................................... 18
V. LES MODULES PHOTOVOLTAÏQUES : ............................................................................................................... 20
1. DEFINITIONS : .............................................................................................................................................. 20
2. ASSOCIATION EN SERIE................................................................................................................................... 20
3. ASSOCIATION EN PARALLELE ........................................................................................................................... 21
4. CONCLUSION ............................................................................................................................................... 22
VI. LE GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE .......................................................................................................... 23
1. MODELISATION D’UN GPV AVEC MATLAB-SIMULINK ....................................................................................... 23
2. SIMULATION DU GENERATEUR PV AVEC COUPLAGE DIRECT .................................................................................. 25
VII. CONCLUSION .......................................................................................................................................... 30
CHAPITRE 3 : ETUDE, MODELISATION ET SIMULATION D’UN CONVERTISSEUR DC/DC ....... 31

1
I. INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 31
II. LE HACHEUR SURVOLTEUR / CONVERTISSEUR DC-DC .................................................................................... 31
III. STRUCTURE DE HACHEUR SURVOLTEUR..................................................................................................... 32
III. FONCTIONNEMENT.................................................................................................................................. 32
1. Phase d’accumulation de l’énergie..................................................................................................... 32
2. Phase de restitution de l’énergie ........................................................................................................ 33
IV. MLI ...................................................................................................................................................... 34
V. IMPLEMANTATION DE CONVERTISEUR DC/DC SOUS «MATLAB/SIMULINK» .................................................... 35
VI. IMPLEMANTATION DE MLI SOUS «MATLAB/SIMULINK» ........................................................................... 35
VII. RESULTAT DE SIMULATION SOUS « MATLAB/SIMULINK » .......................................................................... 35
VIII. CONCLUSION .......................................................................................................................................... 36
CHAPITRE 4 : ETUDE ET SIMULATION DE L’ALGORITHME MPPT ..................................................................... 37
I. INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 37
II. L’APPLICATION AU GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE ........................................................................................ 38
III. TYPES D’ALGORITHMES MPPT ................................................................................................................. 38
1. Approche Perturbe and Observe ........................................................................................................ 38
2. Approche Incremental Conductance .................................................................................................. 39
3. Approche Open- and Short-Circuit ...................................................................................................... 41
IV. IMPLEMENTATION DE L’ALGORITHME MPPT SOUS « MATLAB/SIMULINK »................................................. 41
1. Implémentation du P&O ..................................................................................................................... 41
V. CONCLUSION ............................................................................................................................................... 42
CHAPITRE 5 : SIMULATION DU SYSTEME PHOTOVOLTAÏQUE ......................................................................... 43
I. INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 43
II. IMPLEMENTATION DE SYSTEME GLOBALE SOUS «MATLAB/SIMULINK » ........................................................... 43
III. INTERPRETATION DES RESULTATS ............................................................................................................. 44
CONCLUSION .................................................................................................................................................. 45
TABLES DES FIGURES ...................................................................................................................................... 46
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................................. 48

2
Remerciement
Mes vifs remerciements vont et d’une manière respectueuse et combien
reconnaissante à Monsieur le Professeur ESSADKI AHMED qui a bien voulu et en
dépit de ses multiples engagements tant professionnels que personnels, d’accepter de
diriger et de parrainer ce travail. Qu’il veuille bien me permettre de rendre hommage à
ses qualités exceptionnelles, à son savoir-faire, et à sa contribution bénéfique à la
réalisation de ce travail.

Par la même occasion, je tiens à remercier très chaleureusement, toute personne ayant
contribué à la réalisation de ce mini-projet.

Nous finirions par les remerciements les plus importants qui vont à nos parents,
auxquels nous devons ce que nous sommes, pour exprimer notre profonde gratitude,
notre grand amour et éternelle reconnaissance, pour leurs nobles sacrifices, nous
prions Dieu qu’il leurs procure santé, bonheur et longue vie.

3
CAHIER DE CHARGE
L’objectif de ce travail est de présenter les résultats concernant la caractérisation
électrique et la modélisation dans l’environnement «MATLAB/Simulink » des
générateurs photovoltaïques.
Nous analysons le courant débité par le générateur ainsi que la puissance électrique
fournie par ce générateur en fonction de la tension de sortie du générateur à l’échelle
horaire.
Le modèle électrique utilisé dans cette modélisation est fonction d’une part de la
température de jonction des cellules et d’autre part de l’ensoleillement dans le plan
des panneaux ce qui a nécessité le calcul de l’irradiation globale sur un plan incliné.
Les résultats obtenus montrent que l’outil de simulation «MATLAB/Simulink »
valide les modèles électriques de conversion photovoltaïque d’une part, d’autre part la
possibilité de modéliser d’une manière efficace et rapide un champ photovoltaïque.
Ceci permet de fonctionner les générateurs photovoltaïques dans les conditions
optimales et en conséquences une meilleure exploitation de l’énergie solaire.

4
INTRODUCTION GENERALE
Les énergies renouvelables, il s’agit de sources qui se renouvellent et ne s’épuiseront
donc jamais à l’échelle du temps humain, Les sources non renouvelables sont les
énergies fossiles comme le pétrole, le charbon et le gaz dont les gisements limités
peuvent être épuisés. Les sources renouvelables sont l’énergie solaire, éolienne,
hydraulique, géothermique, marine et la biomasse.
Pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, si nous ne développons pas leur utilisation,
les réserves en énergies fossiles s’épuiseront, puisqu’elles ne sont pas renouvelables !
Ces mêmes sources d’énergie non renouvelables sont responsables de l’effet de serre
à l’origine du réchauffement climatique qui menace notre planète et les générations
futures.

Les énergies renouvelables sont inépuisables, propres et peuvent être utilisés de manière
autogérée (puisqu'elles peuvent être utilisés dans le même lieu où elles sont produites).
Elles présentent en outre l'avantage additionnel de se compléter entre elles. Par exemple,
l'énergie solaire photovoltaïque fournit de l'électricité les jours dégagés (généralement
avec peu de vent), tandis que dans les jours froids et venteux, avec des nuages, ce sont
les aérogénérateurs qui prendront le relais et produiront la majorité de l'énergie
électrique.

La méthode la plus simple pour la production d'énergie solaire est celle de la


conversion photovoltaïque, qui consiste à transformer l'énergie solaire en énergie
électrique au moyen de capteurs solaires. Les cellules sont montées sur les panneaux
ou les modules solaires pour obtenir un voltage adéquat aux applications électriques ;
les panneaux recueillent l'énergie solaire en la transformant directement en énergie
électrique sous forme de courant continu, qu'il sera nécessaire de stocker dans des
accumulateurs, si l'on souhaite, pouvoir l'utiliser la nuit.

5
L’outil Matlab/Simulink

Simulink est un logiciel de modélisation système multiphysique édité par l'entreprise


americain.
Simulink est une plate-forme de simulation multi-domaine et de modélisation de
systèmes dynamiques. Il fournit un environnement graphique et un ensemble de
bibliothèques contenant des blocs de modélisation qui permettent le design précis, la
simulation, l’implémentation et le contrôle de systèmes de communications et de
traitement du signal. Simulink est intégré à MATLAB, fournissant ainsi un accès
immédiat aux nombreux outils de développement algorithmique, de visualisation et
d’analyse de données de MATLAB.
L’environnement Simulink peut modéliser un système, simuler son comportement,
décomposer le design avant son implémentation. Avec Simulink, il est possible de
créer des diagrammes hiérarchiques de blocs pour la modélisation haut niveau d’un
système, comme des Blocs Diagrammes de Fiabilité, de construire des simulations
complètes, d’intégrer des composants comme un signal analogique, des
communications numériques ou des logiques de contrôle.
La simulation permet de s'assurer que le système correspond aux spécifications. La
simulation est paramétrée de manière à optimiser les performances.
Simulink peut modéliser des données simples ou multicanaux, des composants
linéaires ou non. Simulink peut simuler des composants numériques, analogiques ou
mixtes. Il peut modéliser des sources de signaux et les visualiser.

6
Chapitre 1 : Généralités sur l’énergie solaire
I. Introduction
Les énergies renouvelables proviennent de 2 grandes sources naturelles : le Soleil (à
l'origine du cycle de l'eau, des marées, du vent et de la croissance des végétaux) et la
Terre (qui dégage de la chaleur).
Surnommées "énergies propres" ou "énergies vertes", leur exploitation engendre
très peu de déchets et d'émissions polluantes mais leur pouvoir énergétique est
beaucoup plus faible que celui des énergies non renouvelables.

Figure 1.1: Les cinq familles énergies renouvelables

7
II. Les différents types d’énergies renouvelables

Les énergies renouvelables sont divisées en 6 catégories :


1. L'énergie hydraulique
La force de l'eau des chutes retenue par des barrages ou celle qui alimente les
aménagements "au fil de l’eau" fait tourner les turbines des centrales pour produire de
l'électricité.
2. L'énergie éolienne
La force du vent fait tourner des éoliennes qui produisent de l'électricité.
3. L'énergie solaire
Les rayons du soleil chauffent l'eau grâce à des capteurs solaires ou fournissent de
l'électricité grâce à des cellules photovoltaïques ou des centrales solaires.
4. L'énergie de la géothermie
La chaleur du sous-sol chauffe directement l'eau ou fait tourner les turbines des
centrales pour produire de l'électricité.
5. L'énergie de la biomasse
La combustion de la matière organique (plantes, arbres, déchets animaux, agricoles ou
urbains) produit de la chaleur ou de l'électricité.
6. Les énergies marines
Les flux naturels d'énergie des eaux marines et de la matière marine sont utilisés pour
produire de l’électricité. La force des marées fait tourner les turbines des centrales
pour produire de l’électricité.
III. Le classement mondial des énergies renouvelables
La répartition des sources d'énergies renouvelables dans le monde est équitable,
d’autant plus que les énergies renouvelables sont très diversifiées. Cependant,
l’exploitation de ces énergies renouvelables dépend avant tout de la puissance
économique des pays et non de la simple volonté.
En 2006, environ 13 % de la consommation énergétique mondiale provenait des
énergies renouvelables. Par contre, pour la même année, la production électrique des
énergies renouvelables correspondait à 18 % de la production électrique globale. C’est
l’énergie hydraulique qui est la plus utilisée (90 %) suivie par la biomasse (5.5 %),
la géothermie, l’éolien et le solaire.
L'énergie éolienne se développe avec un taux de 30 % par an, pour une capacité
mondiale de 157.900 mégawatts (MW) en 2009. Elle se développe surtout en Europe,
en Asie et aux États-Unis.

8
A la fin de 2009, la capacité mondiale de l'énergie solaire photovoltaïque a dépassé les
21.000 MW. L'exploitation de cette forme d'énergie est très populaire en Allemagne et
en Espagne.
Les geysers de Californie accueillent la plus grande installation d'énergie
géothermique au monde, avec une capacité moyenne de 750MW.
Le Brésil possède l'un des plus importants programmes d'énergies renouvelables dans
le monde, impliquant la production de carburant à l'éthanol de canne à sucre.
L'éthanol fournit en ce moment 18 % du carburant du PAYS. Les Etats-Unis
développent aussi la consommation de biocarburants.
Si la plupart des projets de production d'énergies renouvelables sont souvent à grande
échelle, les technologies renouvelables sont aussi adaptées à de petites applications,
parfois dans des régions rurales et éloignées, où l'énergie est souvent cruciale dans le
développement humain. Le Kenya détient le nombre le plus élevé de ménages qui
utilisent l'énergie solaire dans le monde, avec 30 000 petits systèmes (20-100 watts)
vendus par an.

Le changement climatique, ainsi que les prix élevés du pétrole, le pic pétrolier et le
soutien croissant du gouvernement appuient la législation, les exploitations et la
commercialisation des énergies renouvelables.
Les coûts élevés des énergies classiques et le coût environnemental élevé de ces
mêmes énergies, poussent les PAYS en voie de développement à se tourner vers ces
nouvelles énergies « propres » aux avantages multiples : diminution de la pollution,
protection de l’environnement et liberté économique et politique. En effet, si un pays
devient autonome énergétiquement, il est libre.
IV. L’énergie solaire
L'énergie solaire est une source d'énergie qui dépend du soleil.

Cette énergie permet de fabriquer de l'électricité à partir de panneaux photovoltaïques


ou des centrales solaires thermiques, grâce à la lumière du soleil captée par des
panneaux solaire, ce rayonnement peut etre utlisé en deux manière :
 En utilisant la chaleur produite par le rayonnement : énergie thermique.
 En convertissent l’énergie solaire en électricité : Energie photovoltaïque.
Le rayonnement solaire est composé de plusieurs types de rayonnements
électromagnétiques tels que les rayons cosmiques, GAMMA, X, onde radios, micro-
magnétiques, infrarouge et la lumière visible, ce sont des différents types de
rayonnements magnétiques solaires qui émettent de l’énergie

9
En arrivant sur la surface de la terre. Le flux énergétique dépend de la longueur
d’onde du rayonnement solaire.
Les avantages de l’énergie solaire :

 L’énergie solaire est inépuisable et non polluante


 L’énergie est propre et ne dégage pas de gaz à effet de serre
 L’énergie solaire thermique permet d’assurer une partie des besoins en eau
chaude sanitaire et en chauffage. L’installation des panneaux solaires
thermiques permet de réaliser des économies conséquentes
 Les frais de maintenance et de fonctionnement d’une installation thermique
sont relativement faibles
 Il s’agit d’une source d’énergie électrique totalement silencieuse ce qui n’est
pas le cas, par exemple des installations éoliennes.
 Le rendement énergétique est positif : il faut en moyenne entre 3 et 4 ans pour
que le panneau produise l’énergie nécessaire à sa fabrication et un panneau
solaire produit en moyenne entre 9 à 14 fois l’énergie qu’il a consommé pour
sa fabrication.
Les inconvénients :

 Le coût d’investissement d’une installation solaire thermique est


relativement élevé
 L’énergie solaire est une énergie intermittente. Il faut donc un système de
chauffage d’appoint.
 La production d’énergie solaire n’est possible que lorsqu’il y a du soleil
 Il faut pouvoir stocker la chaleur dans des ballons ou des dalles chauffantes
 Un cycle de vie en question : la durée de vie d’une installation photovoltaïque
n’est pas éternelle mais de l’ordre de 20 à 30 ans. Le rendement des cellules
photovoltaïques diminue avec le temps qui passe. On parle en général pour les
panneaux photovoltaïques, d’une perte de rendement de 1 % par an. De plus,
les panneaux solaires contiennent des déchets toxiques : cuivre, chrome,
silicium, cadmium et tellure.
 Les rendements des panneaux photovoltaïques sont encore faibles et de
l’ordre de 20 % (pour les meilleurs). L’énergie photovoltaïque convient donc
mieux pour des projets à faible besoins, comme une maison unifamiliale, par
exemple.

10
V. L’énergie thermique :
L'énergie thermique à flamme dépend de combustibles fossiles (charbon, gaz ou
pétrole), des éléments contenus dans le sous-sol de la Terre.

Elle permet de fabriquer de l'électricité dans les centrales thermiques à flamme


appelées aussi centrales à flamme ou centrales thermiques classiques, grâce à la
chaleur dégagée par la combustion de ces éléments.

Une centrale thermique à flamme est composée de 3 parties :


 La chaudière dans laquelle est brûlé le combustible
 La salle des machines où est produite l'électricité
 Les lignes électriques qui évacuent et transportent l'électricité

En France, ces centrales ont été utilisées comme moyen de production de base de
l'électricité entre 1950 et 1980. Avec le développement de l'énergie nucléaire, elles
sont aujourd'hui utilisées comme moyen pour répondre aux pics de consommation aux
heures de pointe ou lors de périodes de froid.
Le parc thermique à flamme géré par EDF compte 28 unités de puissances différentes
réparties sur 14 sites.
L'énergie thermique à flamme est la plus utilisée dans le monde car le charbon est
abondant, mais elle émet beaucoup de gaz à effet de serre.
VI. L’utilisation de l’énergie photovoltaïque :
1. Les centrales électriques :
En 2009 les principaux parcs solaires produisent aux alentours de 60 MW. Par contre
cela nécessite de très grands espaces et un très grand nombre de panneaux
photovoltaïques qui captent le rayonnement solaire et le transforment en électricité.
2. Pour les bâtiments :
L’installation d’un système photovoltaïque se fait facilement pour les bâtiments. Le
système peut être sur loin ou à proximité du bâtiment. C’est un système attractif pour
les particuliers désireux d’être autonomes énergétiquement ou isoles par rapport au
réseau standard .La plupart du temps les panneaux sont directement montés sur le toit
.certains sont positionnés à proximité des constructions. De plus en plus, les bâtiments
modernes ont des panneaux directement intégrés dans leurs structures.
3. Pour les dispositifs autonomes :
On cite quelques exemples d’applications utilisant l’énergie photovoltaïque :
Les pompes à eau, les téléphones d’urgences, les parcomètres …

11
4. Pour les satellites :
Les études de conception de grandes installations solaires sur des satellites ont été
menées depuis des décennies. L’idée a été proposée par Peter Glaser, Puis D.Little
Inc. La NASA a mené une longue série d’études techniques et de faisabilité
économique dans les années 1970 et a ravivé l’intérêt dans les premières années du
XXI siècle .D’un de vue économique, la question clé pour ces satellites semble être le
cout de lancement.

VII. Projets nationaux


Les projets nationaux de l’énergie solaire :

Objectif : réaliser les objectifs du Royaume en matière de sécurité énergétique, de


création d’emploi et d’exportation d’énergie .5 stations solaires d’une superficie totale
de 10 000 hectares :
 Ouarzazate.
 Boujdour.
 Foum el Oued.
 Sabkhaht Tah, en 2020.
 Ain Beni Mathar.
Ces cinq stations solaires produisent
alors 2000 Mégawatts, soit l’équivalent
de la consommation d’une ville comme Casablanca. Elles couvriront 40% des besoins
électriques du Maroc, permettront de faire une économie annuelle d’un million de
tonnes équivalent pétrole (500 millions de dollars sur la facture énergétique) et
d’éviter l’émission de 3.7 millions de tonnes de Co2 par an. La centrale thermo-
solaire de Ouarzazate constitue le premier projet relevant d’un choix stratégique qui
vise a crédibiliser la vision du Maroc en matière de développement du secteur des
énergies propres.
VIII. Conclusion :
L’énergie solaire est l’énergie renouvelables par excellence .Il est vrai que les grandes
installations destinée à l’alimentation électrique commerciales connaissent quelques
contraintes :
La superficie nécessaire, le cout initial, etc. Cependant, l’énergie solaire pour les
populations rurales est un synonyme de développement et de protection
environnementale.

12
Chapitre 2 : Etude, Modélisation et simulation d’un GPV
I. Introduction
Toute technologie est basée sur un phénomène, la technologie photovoltaïque repose
sur l’émission des semi-conducteurs d’électrons, lorsqu’ils sont soumis à l’action de
la lumière. Ces semi-conducteurs sont les principaux matériaux de fabrication de
cellules. L’association de plusieurs cellules donne naissance au GPV.
II. Principe de base
Un semi-conducteur est un matériau qui a les caractéristiques électriques d'un isolant,
mais pour lequel la probabilité qu'un électron puisse contribuer à un courant
électrique, quoique faible, est suffisamment importante. En d'autres termes, la
conductivité électrique d'un semi-conducteur est intermédiaire entre celle des métaux
et celle des isolants.
Le comportement des semi-conducteurs, comme celui des métaux et des isolants est
décrit via la théorie des bandes. Ce modèle stipule qu'un électron dans un solide ne
peut prendre des valeurs d'énergie comprises dans certains intervalles que l'on nomme
« bandes », plus spécifiquement bandes permises, lesquelles sont séparées par d'autres
« bandes » appelées bandes d'énergie interdites ou bandes interdites. Lorsque la
température du solide tend vers le zéro absolu, deux bandes d'énergie permises jouent
un rôle particulier:
 La dernière bande complètement remplie, appelée « bande de valence»
 La bande d'énergie permise suivante appelée « bande de conduction»

La bande de valence est riche en électrons mais ne participe pas aux phénomènes de
conduction (pour les électrons). La bande de conduction, quant à elle, est soit vide
(comme aux températures proches du zéro absolu dans un semi-conducteur) soit
semir3emplie (comme dans le cas des métaux) d'électrons. Cependant c'est elle qui
permet aux électrons de circuler dans le solide. Dans un semi-conducteur, comme
dans un isolant, ces deux bandes sont séparées par une bande interdite, appelée
couramment par son équivalent anglais plus court « gap ». L'unique différence entre
un semi-conducteur et un isolant est la largeur de cette bande interdite, largeur qui
donne à chacun ses propriétés respectives.

13
Contacts
V
Photon
-
n - type
Charge
p - type

+ I

Figure 2.1 : Parcours des électrons

Pour cela, on s'arrange pour créer un champ électrique permanent au moyen d'une
jonction PN, entre deux couches dopées respectivement P et N :
 La couche supérieure de la cellule est composée de silicium dopé N. Dans cette
couche, il existe une quantité d'électrons libres supérieure à une couche de
silicium pur, d'où l'appellation de dopage N, comme négatif (charge de
l'électron). Le matériau reste électriquement neutre : c'est le réseau cristallin qui
supporte globalement une charge positive.
 La couche inférieure de la cellule est composée de silicium dopé P. Cette
couche possédera donc en moyenne une quantité d'électrons libres inférieure à
une couche de silicium pur, les électrons sont liés au réseau cristallin qui, en
conséquence, est chargé positivement. La conduction électrique est assurée par
des trous, positifs (P).

Au moment de la création de la jonction P-N, les électrons libres de la région N


rentrent dans la couche P et vont se recombiner avec les trous de la région P. Il
existera ainsi, pendant toute la vie de la jonction, une charge positive de la région N
au bord de la jonction (parce que les électrons en sont partis) et une charge négative
dans la région P au bord de la jonction (parce que les trous en ont disparu) ;
l'ensemble forme la Zone de Charge d'Espace (ZCE) et il existe un champ électrique
entre les deux, de N vers P. Ce champ électrique fait de la ZCE une diode, qui ne
permet le passage du courant que dans un sens : les électrons peuvent passer de la
région P vers la région N, mais pas en sens inverse ; inversement les trous ne passent
que de N vers P.

En fonctionnement, quand un photon arrache un électron à la matrice, créant un


électron libre et un trou, sous l'effet de ce champ électrique ils partent chacun à
l'opposé : les électrons s'accumulent dans la région N (qui devient le pôle négatif),
tandis que les trous s'accumulent dans la couche dopée P (qui devient le pôle positif).
Ce phénomène est plus efficace dans la ZCE, où il n'y a pratiquement plus de porteurs

14
de charges (électrons ou trous) puisqu'ils se sont annihilés, ou à proximité immédiate
de la ZCE : lorsqu'un photon y crée une paire électron-trou, ils se séparent et ont peu
de chance de rencontrer leur opposé, alors que si la création a lieu plus loin de la
jonction, l'électron (resp. le trou) nouveau conserve une grande chance de se
recombiner avant d'atteindre la zone N (resp. la zone P). Mais la ZCE est forcément
très mince, aussi n'est-il pas utile de donner une grande épaisseur à la cellule.
En somme, une cellule photovoltaïque est l'équivalent d'un générateur de courant
auquel on a adjoint une diode.
Pour que la cellule fonctionne, et produise le maximum de courant, on ajuste le gap du
semi-conducteur au niveau d'énergie des photons. On peut éventuellement empiler les
jonctions, de façon à exploiter au mieux le spectre d'énergie des photons, ce qui donne
les cellules multi-jonctions.
Photon Charge Photon
négative
- - - -
- - - -n-type
-+
+ + Trou + Electrons +
- - - -
-+
p-type
+ + + + + + + +
Charge

Figure 2.2 : Schéma de principe de la conversion photovoltaïque

III. La cellule photovoltaïque


1. Matériaux de mise en œuvre de la cellule PV

Une cellule photovoltaïque peut être réalisée avec de nombreux matériau semi-
conducteur.

Monocristallin
Cristallin
Silicium Poly cristallin
Amorphe
Cellules PV
Monocristallin
Composite
Poly cristallin

Figure 2.3 : Arborescence de matériaux pour la fabrication de cellules PV

15
Généralement on distingue des cellules photovoltaïques en fonction des
développements technologiques.
2. Les cellules de la 1ère génération

Les cellules de première génération sont basées sur une seule jonction P-N et utilisent
généralement le silicium sous forme cristalline comme matériau semi-conducteur. Le
silicium est fondu puis refroidi afin d’obtenir un cristal qui sera découpé en fines
tranches (les wafers) pour obtenir la cellule photovoltaïque. Cette méthode de
production est très énergivore et donc très chère. Elle nécessite par ailleurs un silicium
de grande pureté. On différencie les cellules en silicium monocristallin et en silicium
poly cristallin.
Les cellules de la 1èr génération
Les cellules en silicium monocristallin : Les cellules en silicium poly cristallin :
Avantages Inconvénient Avantages Inconvénient
+ Très bon rendement + - Coût élevé + Bon rendement (moins bon que - Forte sensibilité à la
Sensibilité accrue aux les cellules monocristallines + Coût température
rayonnements directs moins élevé que pour les cellules
monocristallines + Sensibilité
accrue aux rayonnements directs
Tableau -1 Comparaison entre les cellules en silicium monocristallin et ceux en silicium poly cristallin

3. Les cellules de la 2ème génération

Les couches minces constituent la seconde génération de technologie photovoltaïque.


Dans cette génération, on distingue le silicium amorphe (a-Si), le disélénium de cuivre
indium (CIS), le tellure de cadnium (cdTE), entre autres,…
Dans le cas de couches minces, la couche de semi-conducteur est directement déposée
sur un substrat (ex : verre, plastique,…). La production de ce type de cellules est
moins couteuse que celle de 1ère génération puisqu’elles consomment moins de
matériaux semi-conducteur et ne nécessite pas de passer par l’étape de transformation
en « wafers ».
Les cellules de la 2ème génération
Avantages Inconvénients
+ Sensibilité accrue aux rayonnements diffus - Certains éléments très polluants lors de
la fabrication (cadnium)
+ Moins sensible à l’ombrage dû à la forme
longitudinale des cellules
- Performance diminuant dans le temps
+ Moins de matériau de base pour la fabrication
+ Moins sensible aux fortes températures - Rendement moindre que les cellules de
ère
1 génération
+ permet la fabrication de panneaux souples et
flexibles
Tableau -2 Avantages et inconvénients des cellules de la 2ème génération

16
Notons que le disélénium de cuivre qui est au stade de la production industrielle et
offre un rendement de 10 à 12% pour les modules commerciaux ne présente pas les
problèmes de toxicité du cadnium. Les réductions de coûts attendus à moyen terme
pour cette technologie sont donc très promoteurs.
4. Les cellules de la 3ème génération

La troisième génération vise à passer la limite maximale de rendement des cellules


actuelles, qui est d’environ 30%. Plusieurs concepts sont envisagés pour atteindre cet
objectif :
 Superposition de multiples cellules (utilisant des bandes d’énergie différentes)
 Cellules à concentration
 Utilisation de photons à basse énergie qui ne sont habituellement pas abordé
par la cellule
 Cellules à électrons chauds produisant plus de pairs d’électron/trou pour des
énergies supérieures à la bande d’énergie
 Conversion des photons pour ajuster le spectre de la lumière solaire aux
caractéristiques du semi-conducteur
5. Le rendement des cellules PV

Le rendement d’une cellule est le ratio entre l’énergie lumineuse reçue à la surface de
la cellule et l’énergie électrique produite par cette même cellule.
Le rendement d’une cellule photovoltaïque serait d’environ 85% si chaque photon
pouvait transférer toute son énergie à un électron. Cependant, ceci n’est pas le cas vu
que le transfert d’énergie peut se faire uniquement si la bande d’énergie propre à
chaque semi-conducteur. Ainsi, les photons avec une énergie inférieure à cette valeur
type ne pourront participer à l’effet photovoltaïque (leur énergie sera convertie en
chaleur) et les photons avec une énergie supérieure à cette valeur type ne pourront
transmettre que l’énergie propre au semi-conducteur (tout excès est alors perdu). Dans
les cellules actuelles, ces deux effets limitent le rendement théorique des cellules à
50%.
On reviendra par la suite à cette notion de rendement.

Type Cellule Niveau Module Niveau développement


(Laboratoire) (Laboratoire) (Commercial)
1ère génération

Silicium
24,70% 22,70% 12-20% Production industrielle
monocristallin
Silicium
20,30% 16,20% 11-15% Production industrielle
polycritallin

17
2ème génération

Silicium
13,40% 10,40% 5-9% Production industrielle
amorphe
Silicium cristallin
9,40% 7% Production industrielle
en couche mince
CIS 19,30% 13,50% 9-11% Production industrielle
CdTe 16,70% 6-9% Prêt pour la production
ème
3 génération

Cellule organique
5,70% Au stade de la recherche

Cellule de Grätzel
11% 8,40% Au stade de la recherche

Cellule Au stade de la
multijonctions recherche, production
39% 25-30%
exclusivement
applications spatiales
Tableau -3 Comparaison entre différents matériaux

IV. Propriétés électriques et Modélisation d’une cellule photovoltaïque


En polarisant électriquement une jonction PN classique à base de silicium, nous
obtenons les caractéristiques statiques d'une diode. La particularité du Si est que
lorsque la jonction PN est éclairée, un courant proportionnel à l'éclairement apparaît.
C'est cette particularité qui est employée dans les générateurs solaires
photovoltaïques.
Une cellule photovoltaïque soumise à un éclairement, présente à ces bornes une
différence de potentiel mesurable. Cette tension en circuit ouvert (𝑉𝑜𝑐) est d’environ
0.5 à 0.8V. Les cellules se branchent alors en série, ce qui permet aux électrons
générés par une cellule d’être récupérés par la suivante, ceci pour atteindre des
différences de potentiel de l’ordre des dizaines de voltes.
Le comportement statique de la jonction PN s’exprime par l’équation suivante :

 𝑉𝑇 = 𝑞𝑇𝑘 est la potentielle thermodynamique


 𝐼𝑠𝑎𝑡 est le courant de saturation
 est la constante de Boltzmann 1,381 10−23𝐽/𝐾
 est la température effective des cellules (°K)
 est la charge de l’électron
 est le facteur d’idéalité de la jonction

18
 𝐼𝑃𝑉 est le courant fournie par la cellule en fonctionnement générateur (A)
 𝑉𝑃𝑉 est la tension aux bornes de la cellule (V)
 𝐼𝑐𝑐 est le photo-courant de la cellule (dépend de l’éclairement et de la
température de la cellule c’est le courant de court-circuit)
 𝑅𝑠ℎ est la résistance shunt caractérisant les courants de fuite de la jonction (Ω)
 𝑅𝑆 est la résistance série caractérisant les résistances de contacts et de
connexions (Ω)
Une cellule PV peut ainsi être modélisée par le schéma électrique suivant :

Figure 2.4: Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque

Le photo-courant dépend de l’irradiation solaire λ (w/m²) et de Tc :


𝐼𝑃𝐻 = [𝐼𝑆𝐶 + 𝐾1(𝑇𝑐 − 𝑇𝑅𝑒𝑓)]𝜆

𝐾1 est le coefficient de température de courant de court-circuit, 𝐼𝑠𝑐 est le courant de


court-circuit à 25°𝐶 et 1000𝑊/𝑚² (STC) et Is est le courant de saturation de la cellule:

𝐼𝑅𝑆 est le courant de saturation inverse dans les conditions standards, 𝐸𝑔 est l’énergie
de Gap du semi-conducteur utilisé (pour le silicium : 1.2 eV), est le facteur
d’idéalité qui dépend de la technologie photovoltaïque, Dans notre cas, c’est un Si-
Mono donc 𝐴 = 1.3

Les résistances 𝑅𝑠 et 𝑅𝑠ℎ permettent de tenir compte des pertes liées aux défauts
de fabrication. 𝑅𝑠 représente les diverses résistances de contact et de connexion
tandis que 𝑅𝑠ℎ caractérise les courants de fuites dus à la diode et aux effets de
bord de la jonction.

19
V. Les modules photovoltaïques :
1. Définitions :

Un module photovoltaïque est un ensemble de cellules photovoltaïques mises en


série puis encapsulées entre une plaque de verre à l’avant et un autre matériau
étanche à l’arrière.
Les cellules photovoltaïques sont ainsi protégées de l’humidité et des chocs .Une
cellule produit une tension d’environ 0.5 Volts. C’est pour cela elles sont mises en
module qui permet alors de fournir une tension et une puissance satisfaisantes.
2. Association en série

Une association de NS cellules en série permet d’augmenter la tension du


générateur photovoltaïque GPV. Les cellules sont traversées par le même
courant, la tension résultant est obtenu par addition des tensions élémentaires
de chaque cellule. Cette association est communément utilisée pour les GPV du
commerce.

Figure 2.5: Schéma synoptique de l'association en série

L’association série permet ainsi d’augmenter la tension de l’ensemble et donc


d’accroître la puissance de l’ensemble. Les générateurs commercialisés de la 1er
génération sont constitués de 36 cellules en séries : 0,6*36 = 21,6V. Afin
d’obtenir Une tension optimale proche de celle d’une tension de batterie de
12V.

20
1 cellule Ns cellules

Figure 2.6 : Caractéristiques résultant de l'association de Ns cellules en série

3. Association en parallèle

Une association parallèle de Np cellules permet d’accroître le courant de sortie


du générateur ainsi crée. Dans un groupement de cellules identiques connectées
en parallèles, les cellules sont soumises à la même tension et la caractéristique
résultant du groupement est obtenue par addition des courants.

Figure 2.7 : Schéma synoptique de l'association en parallèle et la caractéristique résultante

Si l’on désire avoir un GPV ayant un courant de sortie plus intense, on peut soit
faire appel à des cellules PV de plus grande surface et de meilleur rendement,
soir associer en parallèle plusieurs modules PV de caractéristiques similaires.
Pour qu’un GPV ainsi constitué puisse fonctionner de façon optimale, il faut que
les (Ns,Np) cellules se comportent toutes de façon identique. Elles doivent pour
cela être issues de la même technologie, du même lot de fabrication et qu’elles

21
soient soumises aux mêmes conditions de fonctionnement (éclairement,
température et vieillissement).
La puissance du GPV sera optimale si chaque cellule fonctionne à sa puissance
maximale notée Pmax. Cette puissance est le maximum de la caractéristique
du GPV, et correspond au produit d’une tension optimale et d’un
courant optimal .
Pour réduire les disfonctionnements, les fabricants ont choisi de ne pas
commercialiser des cellules PV seules. Ainsi, les GPV se trouvent souvent sous
forme de modules pré-câblés, constitués de plusieurs cellules, aussi appelées par
abus de langage panneaux PV. Chaque référence de module a ses propres
caractéristiques électriques garanties à ±10% selon le lot de fabrication.
Le passage d’un module à un panneau se fait par l’ajout de diodes de protection,
une en série pour éviter les courants inverses et une en parallèle, dite diode by-
pass, qui n’intervient qu’en cas de déséquilibre d’un ensemble de cellules pour
limiter la tension inverse aux bornes de cet ensemble et minimiser le perte de
production associée.
4. Conclusion

En somme, la technologie photovoltaïque repose sur l’effet photovoltaïque qui


rend une cellule PV proche à une jonction PN ce qui a permis sa modélisation par
un circuit abordable. Une cellule PV est fabriquée par divers matériaux. La
modélisation permet d’en déduire l’équation mathématique qui à son tour
permet de tracer l’allure de la courbe qui est non linéaire. De part
l’allure de la courbe présente un point de puissance maximal (PPM)
caractérisé par un courant optimal et une tension optimale . L’étude mène
à résumé que le courant de court-circuit évolue principalement avec
l’éclairement et la tension à vide avec la température.

22
VI. Le Générateur photovoltaïque
Le générateur photovoltaïque GPV n’est autre qu’une association de plusieurs
cellules photovoltaïques avec des diodes protègent le circuit contre le retour de
courant, visant ainsi à obtenir une grande puissance. Les cellules sont connectées
entre elle par de fin ruban métallique. Deux types de regroupement sont à
distinguer selon les besoins en courant et en tension de l’application visée. Les
caractéristiques et restent identique à celle d’une cellule
PV surtout si le rayonnement est uniforme.
1. Modélisation d’un GPV avec MATLAB-Simulink

On présente le schéma du circuit électrique suivant :

Figure 2.8 : schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque

Le photo-courant dépend de l’irradiation solaire λ (w/m²) et de Tc.


Donc on peut présenter ce schéma électrique par un schéma bloc qui comporte
comme paramètre d’entrée l’irradiation solaire λ (w/m²) et de Tc (La
température), Et deux paramètre de sortie fourni par le « GPV » :
Ipv : courant fourni par le GPV
Vpv : tension aux bornes du GPV

23
Figure 2.9 : Schéma bloc du générateur photovoltaïque

Concernant la simulation d’un générateur photovoltaïque plusieurs modèles ont


été proposés, Ces modèles se différencient par la méthode de calcul et le nombre
des paramètres intervenants dans la caractéristique courant-tension.
Pour cela dans le cadre de notre mini-projet on a choisi un modèle simple ne
nécessitant que les paramètres donnés par le fabriquant, la caractéristique I-V de
ce modèle est donnée par :

Dont Ipv et Vpv représentent le courant et la tension de sortie du GPV,


Iph est le Photo-courant en ampère, Isat Courant dans la diode en ampère, Rs est
la résistance série en ohm, Rh est la résistance shunt en ohm, q est la charge de
l’électron q=1.602.10 -19 coulomb, k est la constante de Boltzmann k=1.381.10-
23 J/K, n est le facteur de qualité de la diode, normalement compris entre 1 et 2.
Pour minimiser cet expression, on suppose que Rp et Infinie, alors on obtient :

24
On peut calculer la résistance série dans le point Vco

La résistance série influe largement sur la pente de la courbe des caractéristique


(I-V) au voisinage de Vco.
Elle peut être calculée par la formule suivante :

Les équations précédentes ne sont valables que pour un mode de


fonctionnement optimal. Pour généraliser notre calcul pour différentes
éclairements et températures, nous utilisons le modèle qui déplace la courbe de
référence à de nouveaux emplacements.
2. Simulation du générateur PV avec couplage direct

Dans le cas de connexion directe le point de fonctionnement d’un GPV dépend de


l’impédance de la charge à laquelle il est connecté. En effet, le point de
fonctionnement correspond au point d’intersection entre les caractéristiques
électriques de la charge et du GPV.
Actuellement, l’application la plus simple que l’on peut concevoir se compose
d’un champ PV connecté à une charge. Ce choix est principalement lié à la
simplicité de l’opération et le très haut degré de fiabilité, dû fondamentalement à
l’absence d’électronique, sans parler du faible coût de conception. La figure 2.15
montre ce cas. La présence de la diode anti retour est indispensable pour
empêcher la circulation d’un courant négatif vers le module PV.

Figure 2.10 : Connexion direct d’un GPV et une charge

25
Pour réaliser implémentation, nous avons choisi le NU 183E1 comme GPV. Cette
série fournit une puissance photovoltaïque rentable destinée à un usage général
par exploitation directe des charges à courant continu. Le générateur choisi est
composé de 48 modules connectés en série et 1module connecté en parallèle.

Tableau 4 Caractéristiques électriques du NU 183E1

Le schéma de générateur photovoltaïque en l’environnement Matlab-Simulink


est représenté par :

Figure1 2.11 : Schéma de générateur PV en MATLAB-SIMULINK

Les fonctions FCN sont les suivantes :

Tableau 5 Expression des EMBEDES Function MATLAB du GPV NU 183E1

26
Les paramètres choisis pour faire la simulation sont :

Tableau 6 Les paramètres de la simulation

Les résultats de simulation du générateur photovoltaïque représentent par les


figures (2.12) à (2.15). Ces figures représentent les caractéristiques Courant-
Tension et Puissance-Tension pour différents températures et différents
éclairements.
Les figures (2.12) et (2.13) ci-dessous montrent que la tension à vide d'un
module photovoltaïque (une cellule solaire) diminue avec l’augmentation de la
température du module PV (de la cellule). Le courant de court-circuit, par contre,
augmente légèrement avec la température du module PV (de la cellule solaire).
Ces figures montrent clairement la baisse du rendement causée par
l’augmentation de la chaleur sur la cellule. On peut remarquer sur la figure (2.12)
que l’augmentation de la température se traduit aussi par une diminution de la
puissance maximale disponible.
Les figures (2.13) et (2.14) montrent l’influence de l’éclairement sur les
caractéristiques courant-tension et puissance-tension. A une température
constante, on constate que le courant subit une variation importante, mais par
contre la tension varie légèrement. Car le courant de court-circuit est une
fonction linéaire de l’éclairement alors que la tension de circuit ouvert est une
fonction logarithmique.

27
Figure2.12 : Influence de la température sur la caractéristique Ipv=f(Vpv)

Figure 2.13 : Influence de l'éclairement sur la caractéristique Ppv=f(Vpv)

28
Figure 2.14 : Caractéristiques Ivp (𝑉vp) selon l'ensoleillement à 25°C

Figure 2.15 : Caractéristiques (𝑉pv) selon l'ensoleillement à 25°C

29
VII. Conclusion
D’après ce travail on remarque selon les courbes qu’une baisse de
l'ensoleillement provoque une diminution de la création de paires électron-trou.
Le courant du panneau étant égal à la soustraction du photo-courant et du
courant de diode à l'obscurité, il y a une baisse du courant solaire 𝐼𝑐𝑐
proportionnelle à la variation de l'ensoleillement accompagnée d'une très légère
diminution de la tension 𝑉𝑐𝑜.
Comme le montre le graphique, le courant de court-circuit (𝐼𝑐𝑐) croît
proportionnellement avec l’éclairement, alors que la tension à vide (𝑉𝑐𝑜) varie
très peu (environ 0,5𝑉). (Influence de l’éclairement)
On remarque aussi que La température a une influence énorme sur le
comportement de la cellule et son rendement. Cette influence se traduit
principalement par une diminution de la tension générée (et une très légère
augmentation du courant).
Pour régler ce problème de pertes d’énergie on doit introduire un convertisseur
statique jouant le rôle d’adaptateur source-charge avec un rapport cyclique
commandé par un algorithme de maximisation de point de puissance.

30
Chapitre 3 : Etude, Modélisation et simulation d’un convertisseur DC/DC
I. Introduction

Visant à extraire à chaque instant le maximum de puissance du GPV et de la transférer


à la charge, la technique utilisée est d’introduire un étage d’adaptation entre le GPV et
la charge.

Figure 3.1 : Etage d’adaptation entre un GPV et une charge.

Cet étage assure à travers une action de contrôle, un fonctionnement le plus proche
possible du PPM, constitué par un convertisseur DC-DC commandé par un algorithme
approprié.
Cet étage joue le rôle d’interface entre les deux éléments en assurant à travers une
action de contrôle, un fonctionnement du générateur le plus proche possible du PPM.
Dans les étapes suivants nous étudierons cet étage d’adaptation constitué par un
convertisseur DC-DC commandé successivement par un algorithme MPPT.
II. Le Hacheur Survolteur / Convertisseur DC-DC
Le convertisseur continu-continu est un hacheur à transistor de type parallèle donc
élévateur de tension.
Il est dimensionné pour une puissance de 3kW correspondant aux valeurs nominales
I=60A, V=48V, coté BTS, et I=172A et V=17.4V, coté générateur.
Son rapport de transformation est, en appelant α le rapport cyclique (rapport du temps
pendant lequel le transistor est fermé, à la période de hachage) :

Pour une puissance incidente, la puissance optimale transférée à la charge ne pourrait


être maximale que pour un rapport cyclique bien défini.
Ce modèle de hacheur Boost ou Hacheur survolteur, est utilisé pour augmenter la
tension de sortie, par rapport à la source.

31
III. Structure de Hacheur Survolteur
Sa forme la plus simple est présentée comme suit :

Figure 3.2 : Schéma d'un hacheur

Le hacheur élévateur est constitué d'un semi-conducteur alimenté sous la tension


Ue délivrée par la source, qui se comporte en interrupteur commandé à l'amorçage
(transistor bipolaire, MOS, IGBT...) et une diode (amorçage et blocage spontanés) de
manière périodique, avec un angle de commande á compté à partir de 0.
· L'inductance L permet de lisser le courant appelé sur la source. Elle stocke de
l'énergie électrique puis la restitue pour créer la surtension.
· Le condensateur C permet de limiter l'ondulation de tension de sortie.
· Les composants semi-conducteurs utilisés dans le hacheur survolteur seront
considérés comme parfaits (chute de tension nulle à l'état passant et courant nul à l'état
bloqué).
III. Fonctionnement
1. Phase d’accumulation de l’énergie
De 0 <t < ton :

Figure 3.3 : Schéma équivalent d'un hacheur BOOST 0<t<ton

L'interrupteur commandé est fermé (passant). Cette fois, la source et la charge ne sont
pas en contact durant cette phase. La diode est alors bloquée. Cela entraîne
l’augmentation du courant dans l’inductance emmagasiné ainsi une quantité d’énergie
sous forma magnétique.
Ce qui donne :

32
Im : Le courant à l’instant t=0.
A la fin de l’état passant t=ton, le courant i(t) a augmenté de :
𝑽𝒆
IM = i(ton) = Im + .ton
𝑳
𝐕𝐞
∆𝐢 = 𝐈𝐌 − 𝐈𝐦 = .ton
𝐋
2. Phase de restitution de l’énergie
De ton <t < T:

Figure 3.4 : Schéma équivalent d’un hacheur BOOST ton<t<T

A l’instant, l’interrupteur est ouvert, la diode conduit seule donc l’inductance se


trouve alors en série avec le générateur. Sa force électromotrice s’additionne à celle de
l’entrée (effet survolteur). Le courant traversant l’inductance traverse ensuite la diode
D, le condensateur C et la charge.
En impliquant la loi des mailles :

Avec :

Alors :

𝐕𝐞 − 𝐕𝐬
𝐢(𝐭) = . (𝐭 − 𝐭𝐨𝐧) + 𝐈𝐌
𝐋
A l’instant t=T avec ton=𝜶𝑻 le courant dans l’inductance retrouve sa valeur min :

33
𝐕𝐞 − 𝐕𝐬
∆𝐢 = 𝐈𝐌 − 𝐈𝐦 = −( (𝟏 − 𝛂). 𝐓)
𝐋
En mettant à égale les deux expressions de l’ondulation t=T :
𝐕𝐞 − 𝐕𝐬 𝐕𝐞
∆𝐢 = ( (𝟏 − 𝛂). 𝐓) = − 𝛂𝐓
𝐋 𝐋
𝐕𝐞 𝐕𝐞 𝐕𝐬 𝐕𝐬 𝐕𝐞
− 𝛂− + 𝛂=− 𝛂
𝐋 𝐋 𝐋 𝐋 𝐋
−𝐕𝐬(𝟏 − 𝛂) = −𝐕𝐞
𝐕𝐞
𝐕𝐬 = > 𝐕𝐞
(𝟏 − 𝛂)
La tension de sortie du hacheur ne dépend que de la tension d’entrée et du rapport
cyclique 𝜶. Et du moment que 0<𝜶<1 le convertisseur est toujours élévateur de la
tension.
En pratique ce qui est présenté ici par un interrupteur est un transistor dans
l’amorçage et le blocage semble le plus évident est la modulation de largeur
d'impulsion (MLI) à fréquence fixe et rapport cyclique 𝜶 variable.
IV. MLI
Dans les convertisseurs DC-DC, la tension de sortie doit être régulée constamment
pour être égale une tension de référence, du fait que la tension d’alimentation peut
varier.
La méthode de Modulation de Largeur d’Impulsion (MLI) ou Pulse With
Modulation (PWM) consiste à faire varier la largeur des impulsions de commande
d’interrupteur.
Le signale de contrôle de l’interrupteur devra être généré par une comparaison entre
une tension Vref et une tension en dents de scie.

 Si α > Vref le transistor est passant (Interrupteur ferme)


 Si α < Vref le transistor est bloque (Interrupteur ouvert)

34
Les variations de la tension V𝑟𝑒𝑓 induisent, pour un éclairement et une température
donnes, le déplacement du point de fonctionnement sur la caractéristique 𝐼𝑝𝑣 = 𝑓(𝑃𝑝𝑣 ).

V. Implemantation de convertiseur DC/DC sous «MATLAB/Simulink»


On a implémenté le hacheur BOOST montré dans la figure 3.5 sous Matlab/Simulink,
grâce aux éléments et composants électroniques appartenant à la librairie Simscape.

Figure 3.5 : Schéma block d’un convertisseur survolteur sous « Matlab/Simulink »

VI. Implemantation de MLI sous «MATLAB/Simulink»

Figure 3.6 : commande MLI sous « Matlab/Simulink ».

VII. Résultat de Simulation sous « MATLAB/simulink »


Les résultats de simulation du convertisseur survolteur représentent par la figure 3.7.
La figure représente les tensions d’entrée et de sortie d’hacheur survolteur ainsi le
courant de sortie du hacheur. Ces résultats montrent que la tension de sortie Du hacheur
survolteur est supérieure à celle d’entrée. Donc le hacheur survolteur effectue
correctement son rôle.

35
Figure 3.7 : Simulation d’un convertisseur survolteur sous « Matlab/Simulink »

VIII. Conclusion
Dans cette partie, nous avons étudié et présenter brièvement quelques topologies de
base des alimentations à découpage, qui ne sont rien d’autres que des convertisseurs
DC/DC. Comme BOOST.
Nous avons aussi expliqué le principe de MLI qui consiste à modifier le rapport
cyclique d’un signal rectangulaire afin de créer une tension moyenne variable est appelé
la Modulation de Largeur d’Impulsion, soit M.L.I. en abrégé (Pulse Width Modulation
en anglais, soit P.W.M. en abrégé).

36
Chapitre 4 : Etude et simulation de L’algorithme MPPT
I. Introduction
Un Maximum Power Point Tracking (abrégé MPPT, litt. dispositif de poursuite du point
de puissance maximale), régulateur MPP ou un tracker MPP est un principe permettant
de suivre, comme son nom l'indique, le point de puissance maximale d'un générateur
électrique non linéaire. Les systèmes MPPT sont généralement associés avec les GPV
ou encore avec les générateurs éoliens.
Afin de simplifier la compréhension, l'explication qui suit est appliquée à un système de
panneau photovoltaïque. Un système MPPT est un ensemble de composants incluant
des onduleurs, des chargeurs de batteries, et des panneaux solaires. L'objectif est
d'obtenir la puissance maximale possible depuis un (ou plusieurs) panneau
photovoltaïque, typiquement un panneau solaire. L'énergie délivrée par les cellules
photovoltaïques dépend d'une équation complexe mettant en relation le rayonnement
solaire, la température, et la résistance totale du circuit, ce qui conduit à une puissance
de sortie non linéaire. Cette puissance peut être analysée dans un graphique I=f(U) à
double entrée, en comparant l'intensité I de sortie en fonction d'une tension U (aussi
appelée V dans le graphique). Le principe de fonctionnement du système est d'analyser
en permanence la sortie du panneau solaire, afin d'appliquer la résistance la plus
appropriée pour un environnement et des conditions donnés. Typiquement, les systèmes
MPPT sont intégrés dans les convertisseurs électriques qui incluent la conversion de
l'intensité I ou du voltage U, le filtrage, et la régulation pour les adapter aux différentes
charges, comme des grilles électriques, des batteries ou des moteurs.

Figure 4.1 : Courbes caractéristiques d'une cellule photovoltaïque pour différents ensoleillements.

37
II. l’Application au générateur photovoltaïque

Un générateur photovoltaïque est un générateur dont la caractéristique I=f(U) est


fortement non linéaire. En conséquence, pour un même éclairement, la puissance
délivrée sera différente selon la charge. Un contrôleur MPPT permet donc de piloter le
convertisseur statique reliant la charge (une batterie par exemple) et le panneau
photovoltaïque de manière à fournir en permanence le maximum de puissance à la
charge (la batterie).

Figure 4.2 : Système PV avec la commande MPPT

Plusieurs méthodes d’extraction de puissance maximale d’un GPV existent, qui diffère
entre elles par leur robustesse, rapidité et simplicité d’implémentation.
III. Types d’algorithmes MPPT
1. Approche Perturbe and Observe
Algorithme le plus répandu, Perturbe and Observe (P&O) repose sur la perturbation
(une augmentation ou une diminution) de la tension Vref, ou du courant Iref, et
l’observation de la conséquence de cette perturbation sur la puissance mesurée (P=VI).
Explication en utilisant la perturbation de Vref :
 Si ∆P=PK -PK−1 <0 et si ∆Vref=VrefK -VrefK−1 <0, on augmente Vref .
 Si ∆Vref>0, on diminue Vref.
 Si ∆P>0 et si ∆Vref<0, on diminue Vref .
 Si ∆Vref>0, on augmente Vref.

38
Figure 4.3 : Schéma explicatif de l'algorithme Perturb and Observ (P&O)

Facile à utiliser et à implanter dans un système de contrôle d’un panneau


photovoltaïque, P&O présente toutefois des inconvénients. En effet, il arrive que P&O
ne permette pas d’atteindre le maximum de puissance en cas de fluctuation très rapide
de l’ensoleillement. Même en cas de conditions d’exploitation constantes, on observe
des variations de V et de I (donc nécessairement de P par la même occasion).
2. Approche Incremental Conductance
Le principe de cet algorithme est basé sur la connaissance de la valeur de la
conductance G=I/V et l’incrément de la conductance (dG) pour en déduire la position
du point de fonctionnement par rapport PMP. Si l’incrément de conductance (dG) est
supérieur à l’opposé de la conductance (-G), on diminue le rapport cyclique. Par
contre, si l’incrément de conductance est inférieur à l’opposé de la conductance, on
augmente le rapport cyclique. Ce processus est répété jusqu’à atteindre le PMP.

D’autre part, l’évolution de la puissance du module Ppv par rapport à la tension Vpv
Donne la position du point de fonctionnement par rapport au PMP. Lorsque la dérivée
de puissance est nulle, cela signifie que l’on est sur le PPM, si elle est positive le point
d’opération se trouve à gauche du maximum, lorsqu’elle est négative on se situe à
droite.
La figure 4.4 permet d’écrire les conditions suivantes :

39
Figure 4.4 : les cas possible dans InCond

∆𝑃𝑝𝑣
 Si > 0 : le point de fonctionnement est à gauche du PMP.
∆𝑉𝑝𝑣

∆𝑃𝑝𝑣
 Si = 0 : le point de fonctionnement est sur du PMP.
∆𝑉𝑝𝑣

∆𝑃𝑝𝑣
 Si = 0 : le point de fonctionnement est à droite du PMP.
∆𝑉𝑝𝑣

Figure 4.5 : Organigramme de l’algorithme INC

40
3. Approche Open- and Short-Circuit

Cette méthode de détermination du MPP (Maximum Power Point) est basée sur la
mesure en temps réel du courant de court-circuit (short-circuit current) ou de la tension
de circuit ouvert (open circuit voltage) ainsi que sur l’utilisation de courbes Courant-
Tension prédéfinies. C’est sur ces dernières qu’est lue la valeur optimale pour la
tension ou le courant. Cette méthode présente deux avantages : la rapidité de la
réponse aux fluctuations et l’absence de variations (même infimes) en état stationnaire.
Cependant, ces points forts ne peuvent cacher le défaut intrinsèque de l’algorithme a
savoir l’utilisation de courbes prédéfinies que ne sauraient refléter parfaitement les
variations des conditions d’exploitations et donc permettre de toujours atteindre le
maximum de puissance.
IV. Implémentation de l’algorithme MPPT sous « MATLAB/Simulink »

Dans notre projet nous allons mettre en exergue la technique de recherche de point de
puissance maximale (MPPT), qu’il s’agit de l’algorithme le plus répondu, dit P&O
(Perturbation et Observation en anglais Perturbe and Observe).
1. Implémentation du P&O

Figure 4.6 : Implémentation de l’algorithme P&O sous MATLAB/Simulink

Les deux blocs Integer Delay sont utilisés pour retarder l’entrée par un laps de temps
spécifie, ce qui permet de calculer la variation de la puissance(t) = P (t) - P (t-1) et la
variation de la tension ..V(t) = V (t) - V (t-1).
Le bloc MATLAB Function sert pour reformuler le principe de fonctionnement de la
technique P&O sous forme d’équations dans le bloc éditeur comme suit :

41
Figure 4.7 : Code source de la fonction MATLAB Function.

V. Conclusion
Ce chapitre a abordé l’intérêt de contrôler le rapport cyclique variable de CS par un
mécanisme de commande MPPT. Pour rechercher le point où la puissance du générateur
photovoltaïque est maximale, sous différentes conditions de fonctionnement. On a
étudié quelques méthodes MPPT basées sur contre réaction de puissance, comme
méthode de perturbation et observation.

42
Chapitre 5 : Simulation du système photovoltaïque
I. Introduction
La procédure de simulation crée le pont entre les deux principales parties de la
conception d’un système, à savoir, l’étude théorique et la réalisation d’un prototype. Vu
que des changements dans la conception peuvent facilement être faits à l’étape de la
simulation, il est possible d’expérimenter avec un large ensemble de variations des
conditions de fonctionnement afin d’aboutir à une solution optimale.
Ce chapitre vise à implémenter sous MATLAB/Simulink, tout le système (GPV,
BOOST, MLI, MPPT choisis) et d’interpréter les résultats obtenus.

Figure 5.1 : schéma global de system PV

II. Implémentation de système globale sous «MATLAB/Simulink »


C’est la partie la plus important car elle permet d’assembler toutes les parties pour avoir
le système de conversion photovoltaïque.
En reliant les différents blocs pour avoir le schéma suivant :

43
Figure 5.2 : implémentation de montage global

III. Interprétation des résultats

Figure5.3:la visualisation de de la puissance avec un éclairement variable une température 25℃

Figure5.4:la visualisation de de la puissance avec une température variable un éclairement 1000 𝑾/𝒎𝟐

44
Conclusion
L’objectif de ce projet étant de concevoir et de simuler un système
photovoltaïque à base de la commande MPPT qui va nous permettre de mettre
en exergue l’ensemble des connaissances théoriques et pratiques acquises tout
au lent de cette année, Nous nous sommes focalisés sur le principe de la
conversion photovoltaïque qui est le phénomène de base des systèmes
photovoltaïques. Par la suite nous avons étalé les différentes matières de mise en
œuvre d’une cellule PV.
L’association de cellules donne naissance à un générateur photovoltaïque (GPV).
L’association en série permet d’augmenter la tension, celle en parallèle permet
d’augmenter le courant.
Nous avons trouvé différents algorithmes de poursuite du point de puissance
maximale dans la littérature, nous nous sommes contentés de : la commande
perturber et observer (P&O).
Ce qui a été laborieux dans ce travail, était la simulation, puisque
l’environnement MATLAB/Simulink nous ait nouveau. Quoique, nous sommes
parvenus à implémenter le système et de voir la réaction du système aux
changements climatiques. Et vraiment Ce projet a été un vrai défi vu une
pléthore de contraintes rencontrées.

45
Tables des figures
FIGURE 1.1: LES CINQ FAMILLES ENERGIES RENOUVELABLES ........................................................................... 7
FIGURE 2.1 : PARCOURS DES ELECTRONS ....................................................................................................... 14
FIGURE 2.2 : SCHEMA DE PRINCIPE DE LA CONVERSION PHOTOVOLTAÏQUE .................................................. 15
FIGURE 2.3 : ARBORESCENCE DE MATERIAUX POUR LA FABRICATION DE CELLULES PV ................................. 15
TABLEAU -1 COMPARAISON ENTRE LES CELLULES EN SILICIUM MONOCRISTALLIN ET CEUX EN SILICIUM POLY
CRISTALLIN ..................................................................................................................................................... 16
TABLEAU -2 AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES CELLULES DE LA 2EME GENERATION ................................ 16
TABLEAU -3 COMPARAISON ENTRE DIFFERENTS MATERIAUX ........................................................................ 18
FIGURE 2.4: SCHEMA EQUIVALENT D’UNE CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE ......................................................... 19
FIGURE 2.5: SCHEMA SYNOPTIQUE DE L'ASSOCIATION EN SERIE.................................................................... 20
FIGURE 2.6 : CARACTERISTIQUES RESULTANT DE L'ASSOCIATION DE NS CELLULES EN SERIE .......................... 21
FIGURE 2.7 : SCHEMA SYNOPTIQUE DE L'ASSOCIATION EN PARALLELE ET LA CARACTERISTIQUE RESULTANTE
....................................................................................................................................................................... 21
FIGURE 2.8 : SCHEMA EQUIVALENT D’UNE CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE ........................................................ 23
FIGURE 2.9 : SCHEMA BLOC DU GENERATEUR PHOTOVOLTAÏQUE ................................................................ 24
FIGURE 2.10 : CONNEXION DIRECT D’UN GPV ET UNE CHARGE ...................................................................... 25
TABLEAU 4 CARACTERISTIQUES ELECTRIQUES DU NU 183E1 .......................................................................... 26
FIGURE1 2.11 : SCHEMA DE GENERATEUR PV EN MATLAB-SIMULINK ............................................................ 26
TABLEAU 5 EXPRESSION DES EMBEDES FUNCTION MATLAB DU GPV NU 183E1 ............................................. 26
TABLEAU 6 LES PARAMETRES DE LA SIMULATION .......................................................................................... 27
FIGURE2.12 : INFLUENCE DE LA TEMPERATURE SUR LA CARACTERISTIQUE IPV=F(VPV) ................................. 28
FIGURE 2.13 : INFLUENCE DE L'ECLAIREMENT SUR LA CARACTERISTIQUE PPV=F(VPV) ................................... 28
FIGURE 2.14 : CARACTERISTIQUES IVP (𝑉VP) SELON L'ENSOLEILLEMENT A 25°C ............................................ 29
FIGURE 2.15 : CARACTERISTIQUES (𝑉PV) SELON L'ENSOLEILLEMENT A 25°C................................................... 29
FIGURE 3.1 : ETAGE D’ADAPTATION ENTRE UN GPV ET UNE CHARGE. ........................................................... 31
FIGURE 3.2 : SCHEMA D'UN HACHEUR............................................................................................................ 32
FIGURE 3.3 : SCHEMA EQUIVALENT D'UN HACHEUR BOOST 0<T<TON ........................................................... 32
FIGURE 3.4 : SCHEMA EQUIVALENT D’UN HACHEUR BOOST TON<T<T ........................................................... 33
FIGURE 3.5 : SCHEMA BLOCK D’UN CONVERTISSEUR SURVOLTEUR SOUS « MATLAB/SIMULINK »................. 35
FIGURE 3.6 : COMMANDE MLI SOUS « MATLAB/SIMULINK »......................................................................... 35
FIGURE 3.7 : SIMULATION D’UN CONVERTISSEUR SURVOLTEUR SOUS « MATLAB/SIMULINK » ..................... 36
FIGURE 4.1 : COURBES CARACTERISTIQUES D'UNE CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE POUR
DIFFERENTS ENSOLEILLEMENTS. .................................................................................................................... 37
FIGURE 4.2 : SYSTEME PV AVEC LA COMMANDE MPPT .................................................................................. 38
FIGURE 4.3 : SCHEMA EXPLICATIF DE L'ALGORITHME PERTURB AND OBSERV (P&O) ..................................... 39

46
FIGURE 4.4 : LES CAS POSSIBLE DANS INCOND ............................................................................................... 40
FIGURE 4.5 : ORGANIGRAMME DE L’ALGORITHME INC .................................................................................. 40
FIGURE 4.6 : IMPLEMENTATION DE L’ALGORITHME P&O SOUS MATLAB/SIMULINK ..................................... 41
FIGURE 4.7 : CODE SOURCE DE LA FONCTION MATLAB FUNCTION. ................................................................ 42
FIGURE 5.1 : SCHEMA GLOBAL DE SYSTEM PV ................................................................................................ 43
FIGURE 5.2 : IMPLEMENTATION DE MONTAGE GLOBAL ................................................................................. 44
FIGURE5.3:LA VISUALISATION DE DE LA PUISSANCE AVEC UN ECLAIREMENT VARIABLE UNE TEMPERATURE
25℃ ............................................................................................................................................................... 44
FIGURE5.4:LA VISUALISATION DE DE LA PUISSANCE AVEC UNE TEMPERATURE VARIABLE UN ECLAIREMENT
1000 𝑾/𝒎𝟐 ................................................................................................................................................... 44

47
Bibliographie
Modélisation d’un générateur photovoltaïque dans l’environnement « Matlab ». D.Saheb-Koussa
Centre of development of renewable energies,Algeria.

Etude comparative de cinq algorithmes de commande MPPT pour un système photovoltaïque,


Laboratory of Sciences and Techniques of Automatic control & computer engineering (Lab-STA)
National School of Engineering of Sfax, University of Sfax, PO Box: 1173,3038 Sfax Tunisia.

Panneau photovoltaïque et algorithme MPPT. Céline BERNARD, Carolina SEBRAO – OLIVEIRA,


Bernard LAVAL, Clément VAUDOUER .Automne 2009 -Responsable UV : Fabrice LOCMENT.

Mémoire de Projet de Fin d’Etudes « Développement du micro-onduleur pour le


Photovoltaïque ». Effectué à: MAScIR: Moroccan foundation for Advanced Science, Innovation
and Research.

PFA 3ème IAII 2012/2013 de CHEMOU Youssef & IDICHOU Marouan « Modélisation et simulation
d’un système photovoltaïque adapté par une commande MPPT »
www.photovoltaique.info

http://www.energies-renouvelables.org/

http://www.energiedouce.com/content/23-conseils-faq-tout-savoir-sur-les-regulateurs-mppt

http://physique.vije.net/BTS/index2.php?page=hacheur_p2

http://electronique1.blogspot.com/2011/01/hacheurs-survolteurs.html

http://www.ef4.be/fr/photovoltaique/aspects-techniques/modules-photovoltaiques.html

http://sitesfinal.uclouvain.be/elee/FR/realisations/EnergiesRenouvelables/FiliereSolaire/PanneauxPh
otovoltaiques/Cellule/Modele.htm

http://www.quelleenergie.fr/economies-energie/panneaux-solaires-photovoltaiques/

48