Vous êtes sur la page 1sur 116

GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

32 PAGES
DE PARTITIONS
TOUS NIVEAUX

PROGRESSEZ À VOTRE RYTHME, VIVEZ VOTRE PASSION ! www.pianiste.fr / Bimestriel mars-avril 2017 n°103

REPORTAGE JOUEZ
Au royaume ET GAGNEZ
des pianos quatre casqu
Phonon SMB es
Bechstein et 4000 !
-02
PAGE 21
NOS TESTS
Trois droits
à 10 000 euros
et deux claviers
simples
d’utilisation
À L’AFFICHE
Jean-Paul
Gasparian

KATIA ET
MARIELLE Belg, Lux. Ital. Grèce. Port. cont. : 8,60 e. Suisse : 15,10 CHF. Can. : 12,50 $ can. Dom-Tom : 8,25 e

LABÈQUE
3’:HIKNQB=VU]^UU:?a@b@a@n@k";
M 03611 - 103 - F: 8,90 E - RD

Le plus
grand duo
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

RD-2000
Une Révolution Scénique
Équipé de deux générateurs de son indépendants, d’un clavier premium et de contrôleurs nouvelle génération,
le RD-2000 de Roland propose des performances sur scène et en studio sans équivalent. Mélangeant des
technologies spécifiques au piano haut de gamme et des possibilités de contrôle étendues, cet instrument de
nouvelle génération se pose en nouveau standard sur le marché des pianos de scène. Le RD-2000 permet
d’atteindre le plus haut niveau de créativité et d’inspiration.

WWW.ROLAND.COM/FR
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

SOMMAIRE NO 103 z MARS-AVRIL 2017

LE MAGAZINE
5 ÉDITORIAL
Par Stéphane Friédérich
6 ACTUALITÉS
Événements, festivals,
salons…
22 À L’AFFICHE
Jean-Paul Gasparian
26 REPORTAGE
Carl Bechstein a reconquis sa couronne
32 EN COUVERTURE
Katia et Marielle Labèque :
comme les deux doigts de la main
60 PIANOS À LA LOUPE
Trois pianos droits autour de 10 000 euros
et deux claviers simples d’utilisation
LACOMBE

32 66 CHRONIQUES DISQUES
Classique et jazz
82 L’INVITÉE DE PIANISTE
Leïla Slimani

LIVRET DE PARTITIONS
32 pages de partitions
annotées
JEAN-BAPTISTE MILLOT
ADELINE NEVEU

LA PÉDAGOGIE
14 22 43 L’ESPOIR DE LA « PATHÉTIQUE »
Par Alexandre Sorel
44 TOUTES LES PIÈCES COMMENTÉES
58 LA LEÇON DE JAZZ d’Antoine Hervé
« In a Sentimental Mood » de Duke Ellington
CATHERINE HELIE/GALLIMARD

 JOUEZ & GAGNEZ


quatre casques Phonon
SMB-02 et 4000
SDP

82 26 voir page 21
mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 3
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Transcendez votre écoute


MSR7 Sound Reality* ATH-MSR7NC ATH-MSR7BK ATH-MSR7GM

Associant une qualité sonore haute-définition à un design moderne, la


série MSR, à la fois sobre et tendance, dotée d’une nouvelle technologie
haute-résolution est le résultat d’années de recherche. Tout un héritage
façonné au contact de célèbres producteurs, musiciens et audiophiles
est aujourd’hui concentré dans un design d’exception.
La série MSR ne fait aucun compromis, pourquoi en feriez-vous ?
*MSR7 reproduction fidèle.
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ÉDITORIAL
PIANISTE EST UNE PUBLICATION BIMESTRIELLE N O 103 z MARS-AVRIL 2017
SOCIÉTÉ ÉDITRICE : L’Express
SA au capital de 47 150 040 euros
SIÈGE SOCIAL : 29, rue de Châteaudun,
75308 Paris Cedex 09
Tél. : 01 75 55 10 00 - Fax : 01 75 55 41 11
RCS 552 018 681 Paris
PRINCIPAL ACTIONNAIRE : SFR PRESSE

Élections 2017
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL : Alain Weill
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Guillaume Dubois
ABONNEMENTS
Pianiste - Service Abonnements
4, route de Mouchy, 60438 Noailles Cedex
Tél. : 01 70 37 31 53 - Fax : 01 55 56 70 91 Nous publions en exclusivité, dans Pianiste, le programme du candidat à l’élection
Depuis l’étranger : (+33) 1 70 37 31 53 présidentielle, Monsieur Jean-Sébastien Chopinaud. Nous espérons, sans trop nous faire
E-mail : abonnements@pianiste.fr
www.pianiste.fr/abonnements d’illusions, que cette profession de foi sera reprise par l’ensemble des médias.
Tarifs abonnements France Métropolitaine
39 euros - 1 an (soit 6 nos + 6 CD) ;
69 euros - 1 an (soit 6 nos + 6 CD + 6 DVD)
RÉDACTION
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION :
Mes chers compatriotes,
Bertrand Dermoncourt Voici, en quelques lignes, les points essentiels de mon projet de société destiné
Tél. : 01 75 55 43 33 (bdermoncourt@lexpress.fr)
RÉDACTEUR EN CHEF : à relever la France.
Stéphane Friédérich Éducation nationale. Moi, président, je mettrai les enseignements artistiques au cœur
Tél. : 01 75 55 41 51 (sfriederich@pianiste.fr)
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : Valérie Jacobs de la pédagogie, de la maternelle au lycée. Chaque école disposera d’au moins
Tél. : 01 75 55 41 53 (vjacobs@pianiste.fr) un piano (accordé deux fois par an) et accueillera plusieurs fois par semaine
ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO : Sylvia
Avrand-Margot, Jérémie Bigorie, Jacques Bonnaure, des musiciens-intervenants en maternelle et en primaire. Des prestations d’artistes
Jany Campello, Jérôme Chatin (photo), Jean-Noël au collège et au lycée feront partie du cursus de chaque élève. Les enseignements
Coucoureux, Bernard Désormières, Michel Fleury,
Elsa Fottorino, Anne-Lise Gastaldi, Romaric Gergorin, artistiques embrassent en effet toutes les autres disciplines du savoir, de la logique
Antoine Hervé (pédagogie), Jean-Pierre Jackson, à la littérature, du calcul à l’histoire. Des matières secondaires telles que
Claire-Marie Le Guay, Michel Le Naour,
Aurélie Moreau, Clément Serrano, Alexandre Sorel, les mathématiques, qui ne révèlent rien de l’intelligence sensible de l’enfant
Véra Tsybakov (pédagogie), André Tubeuf et qui assurent indûment et depuis des années la sélection des individus, deviendraient
DIRECTRICE ARTISTIQUE : Isabelle Gelbwachs
RÉDACTEUR-GRAPHISTE : Sarah Allien facultatives. Des économies substantielles seraient ainsi réalisées.
(sallien@groupe-exp.com) Politique artistique. Moi, président, je lancerai le vaste chantier de la subsidiarité
SERVICE PHOTO : Cyrille Derouineau
Tél. : 01 75 55 44 41 (cderouineau@lexpress.fr) artistique. Si la responsabilité d’une action publique revient à l’entité compétente
PHOTO DE COUVERTURE : SDP la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action, nul doute
MANAGEMENT
DIRECTEURS GÉNÉRAUX DÉLÉGUÉS :
qu’il faille repenser en ce sens toute politique artistique. Pour la musique, par exemple,
François Dieulesaint, Guillaume Dubois nous inciterons à l’organisation de cours à domicile, de concerts à l’échelle municipale,
DIRECTEUR DÉLÉGUÉ PÔLE CULTURE :
Tristan Thomas
de concours aux niveaux départemental et régional, de la revalorisation de la VAE
Tél. : 01 75 55 40 73 (tthomas@groupe-exp.com) (Validation des acquis expressifs) au plan national, etc.
PUBLICITÉ :
Hind Benbirahim (Directrice de clientèle)
Transparence. Moi, président, je formerai un gouvernement dont seul le passé
Tél. : 01 75 55 42 77 ou 06 26 95 86 46 culturel et artistique de ses membres sera pris en compte. Ils devront être exemplaires
Fax : 01 75 55 16 06 (hbenbirahim@er-services.fr)
VENTE AU NUMÉRO RÉSERVÉE
dans les médias, et plus encore sur scène.
AUX DÉPOSITAIRES DE PRESSE Voilà, mes chers compatriotes, le message, certes ambitieux, mais rythmé
Tél. : 0800 42 32 22
ANCIENS NUMÉROS-VPC : que je souhaitais vous adresser. Vive la République, Vive la France !
http://boutique.lexpress.fr Jean-Sébastien Chopinaud
FABRICATION : Pascal Delépine (Directeur
technique), Dominique Savonneau
PRÉPRESSE : Key Graphic
PÔLE GRAND PUBLIC
L’Express, L’Expansion, Classica, Lire,
StudioCinélive, Pianiste PIANISTE ET LA SALLE GAVEAU PRÉSENTENT
Directeur : Christophe Barbier

Au cœur d’une œuvre


GROUPE L’EXPRESS
Diffusion : Alexis Bernard
Directeur des ressources humaines :

Les chefs-d’œuvre du piano


Jules Neutre
Directeur des services informatiques :
Christophe Godin
IMPRIMERIE
Roularta Printing. Imprimé en Belgique
racontés et interprétés
• Distribution : Presstalis • Diffusion en Belgique :
AMP, Rue de la Petite Ile 1 B-1070 Bruxelles
par Claire-Marie Le Guay
Tél : + 32 (0) 252 514 11 - E-mail : info@ampnet.be
N° de commission paritaire : 0917 K 80147
N° ISSN : 1627-0452 • Dépôt légal : 1er trim. 2017 13 mars 2017 à 12 h 30 et 20 h3 0
JÉRÔME CHATIN POUR PIANISTE

Les indications de marques et adresses qui figurent dans les pages rédaction-
nelles sont fournies à titre informatif, sans aucun but publicitaire. Toute repro-
duction de textes, photos, logos, musiques publiés dans ce numéro est rigou-
BRAHMS Sonate no2
reusement interdite sans l’accord express de l’éditeur.
Ce numéro comporte un CD jeté sur l’ensemble de la diffusion, un encart
et Intermezzi opus 117
abonnement sur la totalité de la diffusion kiosque France, un encart Edigroup
sur la diffusion Suisse et Belgique, une enveloppe Classica déposée sur
5 000 abonnés. RENSEIGNEMENTS ET RÉSERVATIONS : Salle Gaveau,
45-47, rue La Boétie, 75008 Paris - Tél. : 01 49 53 05 07.
À partir de 18 euros. www.sallegaveau.com

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 5


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

François-Frédéric Guy.

PHILIPPE CASSARD/FRANÇOIS-FRÉDÉRIC GUY

LE JOUÉ-DIRIGÉ
EN ACCORD PARFAIT

SDP
Être chef et soliste simultanément : n’est-ce pas une gageure ? C’est pourtant le défi que relèvent brillamment
les deux pianistes à l’Orchestre de chambre de Paris, surmontant toutes les difficultés techniques.

O
n peut s’interroger sur à l’Orchestre de chambre de Paris Le niveau individuel des musiciens dirigés du piano, avoue François-
cette curieuse envie de bénéficieront d’une grande mobilité d’orchestre est tellement remar- Frédéric Guy. Le Concerto en ré
diriger en jouant. S’agit- et d’une sonorité plus transparente quable qu’ils réagissent en cham- mineur n°1 est plus difficile que le
il simplement d’une mode, grâce au joué-dirigé. » bristes. « C’est d’autant plus impor- n°2 dans les mouvements extrêmes.
d’un nouveau défi à rele- tant dans les concertos de Mozart. Chez le compositeur allemand, on est
ver ? « C’est d’abord le retour aux sour- Au doigt et à l’œil Les derniers, notamment pour ce qui toujours dans l’alternance. Cela pour-
ces historiques, car Mozart et Beet- Bien des intentions du chef et soliste concerne les pupitres des bois, sont plus rait être une expérience musicale très
hoven dirigeaient du clavier, confie passent dans le regard car ses mains difficiles à apprendre que les premiers intéressante. Je ne pense pas que ce soit
François-Frédéric Guy. Avant d’ajou- sont occupées… de manière contra- de Beethoven », précise François- possible pour les “concertos pour pia-
ter : Cela n’exclut pas des rencontres dictoire, comme le souligne François- Frédéric Guy. Les limites du joué- nistes”, ceux de Tchaïkovski, Rachma-
formidables avec de très grands chefs. Frédéric Guy : « Les gestes du chef dirigé peuvent être repoussées ninov et Prokofiev, car le soliste ne
C’est simplement différent. La par- sont dirigés vers le haut, et ceux du jusqu’à un certain point. « On m’a peut guère relever la tête du clavier. »
tie soliste s’insère dans une démarche pianiste vers le bas, le clavier. C’est proposé les deux concertos de Brahms Stéphane Friédérich
chambriste, tous les musiciens bénéfi- antinomique. Et pourtant toute
ciant d’une autonomie accrue. » Phi- déperdition d’ordre technique est
lippe Cassard est plus catégorique interdite ! » Il n’y a aucune différence PROCHAINS CONCERTS
encore : « Le défi, c’est parfois de jouer de jeu, confirme Philippe Cassard :  Philippe Cassard à Savigny-le-Temple (30 mars), au Cœur d’Essonne
avec un chef d’orchestre ! Il impose « C’est en répétitions, là où j’ai par- Agglomération (31 mars), au Théâtre des Champs-Élysées (4 avril), à
des compromis. Cela étant, j’ai vécu fois davantage le trac, que les choses Mérignac (5 avril) : Concertos pour piano n°14, n°15 et n°16 de Mozart
de grandes expériences de concertos de s’approfondissent et se fixent. Elles se  François-Frédéric Guy au Théâtre des Champs-Élysées (20 avril) :
Mozart sous les baguettes de Jeffrey libèrent en concert. Dans ce moment Rondo pour piano et orchestre K. 382, Concerto n°20 K. 466
Tate, sir Neville Marriner et sir Roger précis, j’aime l’idée de ne pas diriger, et Concerto n°21 K. 467
Norrington. Ceux que je dirigerai mais d’un accompagnement mutuel. »

6 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ANNA FEDOROVA

En plein cœur avec CONCOURS


NATIONAL
Rachmaninov PIANO 4 MAINS

L
a jeune pianiste ukrainienne et La compétition, placée sous
l’Orchestre Lamoureux, mené la présidence d’Eric Sobczyk

MARCO BORGGREVE
par Philippe de Chalendar, se et organisée par Les Amis
produisaient, le 22 janvier dernier, de Brantôme, aura lieu
au Théâtre des Champs-Élysées. du 7 au 9 avril à Montignac et
Beaucoup d’émotions pendant ce questions et réponses, le tout sur un Difficile aussi de ne pas se laisser sub- à Brantôme (24). Elle est ouverte
concert grâce à la prestation du mode décontracté et chaleureux, de merger par un deuxième mouvement à tous les niveaux, d’initiation
Chœur Mikrokosmos, sous la direc- quoi désacraliser l’événement. Puis si sensible. L’auditoire était captivé à celui de perfectionnement,
tion de Loïc Pierre, aux chants a la dimension rituelle d’un grand par l’interprétation de ces pages qui et aux pianistes de toutes
cappella habités par une scénogra- concert fut à nouveau de mise. résonnent dans l’inconscient collectif nationalités. À noter, les 7 et
phie destinée à recréer l’ambiance Pour sa première prestation dans la des mélomanes. Une célébrité à dou- 8 avril, des récitals d’anciens
sacrée des œuvres chantées, notam- salle parisienne, Anna Fedorova a ble tranchant. Si le lyrisme de l’écriture duos lauréats, puis le concert
ment les extraits des Vêpres de Rach- tout donné avec énergie, laissant per- ne peut théoriquement que boule- de remise des prix (le 9)
maninov, au Concerto n°2. cevoir un fort tempérament. Soutenue verser, il est néanmoins risqué de s’y et le cours public de Patrica
En avant-concert, Anna Fedorova et par un ensemble généreux, elle a frotter, tant il existe de magnifiques Montero (le 12). Divers prix
Philippe de Chalendar avaient noué plongé dans ce grand romantisme versions. Pour finir, Shéhérazade de seront offerts aux gagnants.
un lien avec le public venu en nom- sans pathos: un envoûtement de bon Rimski-Korsakov était splendide. amisdebrantome.fr
bre, entre explications, présentation, goût. De quoi chambouler la salle. Sylvia Avrand-Margot

Le livre pour explorer le blues


Découvrez les styles de piano blues, jazz et autres avec Tim Richards

• Explorez en profondeur les styles de blues, boogies et gospel avec


Tim Richards, éducateur et musicien de jazz renommé
• Améliorez votre écoute et compréhension des styles avec le CD
inclus de toutes les pièces
• Commencez à improviser avec les symboles d’accords
• Elargissez votre horizon musical

Blues, Boogie and Gospel Collection


15 Pieces for Solo Piano
ED 13895 • 17,00 €

Blues
Blue
Bl uess Pi
ue Pian
Piano
a
an
2

Blues Piano 1 ED 21512 · 26,50 €


Blues Piano 2 ED 22451 · 26,50 €
Exploring Jazz Piano 1 ED 12708 · 42,00 €
Exploring Jazz Piano 2 ED 12829 · 42,00 €
Exploring Latin Piano ED 13216 · 42,00 €

www.schott-music.com/tim-richards
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

PEDRO WALTER
ARI MAGG
Anne Queffélec. Vikingur Olafsson. Judith Jaurégui.

SDP
FOLLE JOURNÉE DE NANTES

FARANDOLE DE CONCERTS
En février dernier, plusieurs centaines de musiciens, solistes, dont 27 pianistes, ensembles et orchestres,
invités à la 23e édition de la manifestation ont rythmé un ballet de musiques dédiées à la danse.

D
u 1er au 5 février, le cœur Le public se densifie dans une mouvement d’agacement. Une orga- (Schubert, Alkan, Chabrier), puis
de La Cité des Congrès atmosphère festive. Curieux, ces nisation huilée. Tous les concerts Claire Désert seule dans les Davids-
de Nantes a battu au accordéonistes en queue-de-pie qui sont pleins, ou quasi. Il y en a pour bündlertänze de Schumann, inti-
« rythme des peuples », installent leurs pupitres ! Pourra- tous les goûts. Trois jeunes amis mistes et tendres, celles d’Adam
thème de la 23e édition t-on entrer à temps pour écouter fidèles depuis six ans ont préparé Laloum, fraîchement couronné
de la Folle Journée. Ici, on est mati- Anne Queffélec qui nous promè- leur parcours: « Nous arbitrons ensem- soliste instrumental des Victoires de
nal : premiers concerts à 9 h 30 ! nera de Pavane (Ravel, bien sûr !) ble, faisons un choix en fonction de la Musique, étant orchestrales et
Des files se forment déjà à l’entrée en Valse folle (celle de Massenet), nos préférences respectives, chacun contrastées, aux émotions maîtrisées.
des salles Pavlova, Balanchine, Dun- puis dans une succession de minia- faisant découvrir aux deux autres ses On aime aussi la pianiste Judith Jau-
can, Nijinski, baptisées pour l’événe- tures dont elle a le secret ? Mais oui, esthétiques favorites. » régui, méconnue en France, au jeu
ment. Récital à quatre mains d’Hervé à la Folle Journée, dix minutes On entend des artistes tels que le duo si libre et délicat, dans le répertoire
Billaut et de Guillaume Coppola : suffisent pour faire entrer jusqu’à Claire Désert-Emmanuel Strosser inspiré de son pays, l’Espagne.
Valses et Danses hongroises de Brahms, 1 000 personnes, sans le moindre dans un joli programme de marches Un pianiste cette fois venu du Nord,
Divertissement à la hongroise de Vikingur Olafsson, nous étonne
Schubert rondement menés. Où par sa conception très personnelle
donner de la tête et des oreilles ? et intellectuelle d’une partita de Bach
Vingt-sept pianistes participent à et un Philip Glass planant.
la manifestation, rien que ça ! Sans La Folle Journée, c’est aussi la joie
compter les autres musiciens, ensem- des retrouvailles avec le « catering »,
bles et orchestres. L’énergie du cantine animée des musiciens, et des
Renegades Steel Band redouble surprises comme l’inusable Boléro de
depuis le kiosque, la foule grossit. Ravel monté en flashmob ! Plus de
Un clavecin sens dessus dessous se 400 concerts, 1 800 artistes, plus de
fraie un passage. On se presse au 140 000 billets vendus, 94 % de taux
récital de la jeune pianiste Nathalia de fréquentation, la Folle Journée a
Milstein : un jeu d’une touchante La Cité des Congrès
tenu parole. Quant à la prochaine
poésie, une technique sûre dans de Nantes. édition, nous en connaissons déjà
Prokofiev et Ravel. Belle découverte. le thème : ce sera l’exil. Jany Campello
SDP

8 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PIANO À DEUX

Premier Prix coréen


Le duo ShinPark remporte la 4e édition du Concours
de piano à quatre mains de Monaco.

PIANISTE
L
’association Grand Prix Hélène Le premier a flatté le public avec une
et Félix Przedborski s’est donné Deuxième Rhapsodie hongroise de Liszt
la mission de promouvoir le transcrite pour quatre mains et obtenu
MAGASIN DESEVEDAVY
quatre mains, une discipline à part.
Une tâche ardue : pour la 4e édi-
les suffrages du jury grâce à un concerto
de Leopold Kozeluch, un compositeur À NANTES, PIANOS
tion du Concours de piano à qua-
tre mains qui se tient chaque année
tchèque du XVIIIe siècle tombé dans
l’oubli. L’Orchestre philharmonique
ET CLAVIERS PRENNENT
dans la principauté, seuls sept grou-
pes ont répondu présent, contre 12
de Monte-Carlo, dirigé par Philippe
Bender, accompagnait les finalistes
LEURS AISES

D
l’année dernière. D’ailleurs, le duo dans cette partition à l’esprit galant. isposer d’espace, telle devrait être la première des qualités
vainqueur (ShinPark) avait déjà par- Les Coréens se sont distingués par d’un magasin consacré aux instruments de musique. Compte
ticipé au précédent opus, repartant leur solidité et leur projection sonore tenu du prix du mètre carré en agglomération, c’est devenu
« seulement » avec le 2e Prix. et ont devancé le Duo Aurore dans aujourd’hui un luxe. Plus encore, quand il s’agit d’exposer
Le jury, présidé par le compositeur la même œuvre, qui, malgré de très des claviers. Tous les claviers. Quelle solution? Quitter le centre-ville.
Michel Decoust, réunissait notam- belles couleurs et une délicatesse de C’est le choix radical de Vincent Morin-Desevedavy qui a franchi
ment les pianistes Jean-François Heis- toucher, semblait plus fragile. le pas en 2014 lorsqu’il a décidé de quitter le cœur de Nantes
ser et Olivier Gardon. Le programme Sans surprise, le duo ShinPark est pour s’installer à Orvault, en périphérie (l’atelier de restauration
mettait la barre assez haut avec, au pre- reparti cette fois avec le 1er Prix. « Nous de pianos anciens n’a en revanche pas quitté l’adresse historique).
mier tour, un monument du réper- aurions aimé avoir plus de participants, C’est donc un nouveau départ pour une entreprise familiale créée
toire : la Fantaisie de Schubert. Le mais le niveau des finalistes était assez en 1942 par Jules Desevedavy et qui compte aujourd’hui 12 employés.
duo sud-coréen, constitué de Clara- élevé. C’est une initiative qui mérite À l’occasion de la Folle Journée de Nantes, nous avons découvert
Mijung Shin et de Samuel-Sangwook d’être encouragée », glisse Olivier le nouveau site de près de 1 400 m2. En franchissant la porte, on est
Park, et le Duo Aurore, composé des Gardon à l’issue de la compétition. surpris par la luminosité, la clarté et l’agencement des produits.
Brésiliens Diego Munhoz et Renata Espérons que les prochaines éditions Le rez-de-chaussée est réservé aux claviers numériques. Toutes
Bittencourt, se sont succédé dans feront plus d’émules. les marques sont présentes dans toutes les gammes, incluant
l’Auditorium Rainier III pour la finale. Elsa Fottorino les claviers arrangeurs et les pianos de scène. On passe ainsi
d’un instrument à l’autre, juste pour le plaisir de les tester.
Au premier étage, les pianos acoustiques règnent en maître.
Là encore, même principe : une découverte progressive et aérée
des séries, de la plus économique aux modèles prestigieux
de Yamaha, Grotrian-Steinweg… Ils trônent dans une salle qui peut,
le cas échéant, se transformer en auditorium. Une belle idée pour
d’éventuels récitals qui profiteraient des qualités acoustiques du lieu.
Les orgues liturgiques ne sont pas en reste et possèdent leur coin
dédié. Cinq techniciens accordeurs travaillent sur place. Ouvert
NICOLAS COLOMBI

depuis septembre dernier, ce magasin a pour ambition d’être


la référence dans le Grand-Ouest. Tous les atouts semblent réunis. S. F.
Le duo ShinPark.

MA VIGNE EN MUSIQUE 3e OPUS

V
oilà un nom des plus attirant pour une manifestation ! Ma Vigne en Musique-Narbonne Classic Festival propose deux récitals. Le premier,
offrira, le 9 avril, au palais des Archevêques de Narbonne, le programme « Helldunkel » imaginé par Cyril Guillotin. Celui-ci réunira
des œuvres de Mozart, Beethoven, Chopin et Schumann déjà gravées chez Evidence classics et qu’il présentera sur des instruments Érard,
Pleyel et Steinway & Sons. Le second sera consacré à des partitions de Chopin interprétées par Jean-Marc Luisada et se déroulera le 10 avril,
au château Pech-Céleyran. Le pianiste jouera sur un piano Erard de 1894 et un Steinway & Sons récent.
mavigneenmusique.centerblog.net

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 9


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

CLASSE DE MAÎTRE
FRANÇOIS
UN AMÉRICAIN À PARIS DUMONT
Quelques jours avant Noël, le pianiste Stephen Kovacevich faisait escale UN TOUCHER
à l’École normale de musique de Paris pour enseigner à des étudiants SUBTIL

D
l’art de jouer les sonates de Beethoven. e la douceur, une douceur
extrême. De la délicatesse

S
on intégrale des sonates de face à ses partitions ». En clair, oser « L’expression ne doit pas se tromper, et de la finesse, aussi. Voilà
Beethoven gravée en 2003 prendre des risques. Verdict avec conclut-il. Être un artiste, ce n’est pas comment on pourrait qualifier
est devenue une version de Kosuke Kikuchi, le premier étudiant passer un examen. » le toucher du pianiste français.
référence. « Le Beethoven tar- à monter sur la scène de la salle Cor- De son côté, Olof Hansen, un étu- Le récital a débuté par le Caprice
dif est celui que je préfère », nous tot. Ce Japonais de 27 ans interprète diant d’Henri Barda originaire de sur le départ de son frère bien-
confie Stephen Kovacevich, quel- la Sonate « Appassionata ». Un pro- Perpignan, s’attaque à la Sonate aimé de Bach. Le contrepoint
ques instants avant sa classe de maî- gramme glissant, tant sur le plan n°7. Si son jeu est parfois dur – « il magnifiquement maîtrisé lais-
tre. Cet amateur de Stephen King technique que sur celui de l’inter- faut imaginer le clavier comme de la sait l’oreille serpenter dans une
insiste sur le drame sans cesse pré- prétation : ce « tube », comme tous mie de pain », dixit Kovacevich – et polyphonie d’où émergeait la
sent dans l’œuvre du compositeur. les autres du classique, est bien ses tempi trop fluctuants, il pos- plainte du compositeur. Les voix
« Et encore, ce mot est trop superfi- souvent victime de son succès. Ce sède une belle énergie sur scène. entremêlées se détachaient sub-
ciel. Beethoven a eu une vie rugueuse, que Kovacevich ne manque pas de Fin de partie avec le Russe Dmitry tilement dans une ambiance en
instable. C’était un être profondément souligner, en incitant le jeune pia- Sin, pianiste ébouriffé, étudiant de demi-teinte, feutrée. Suivaient
malheureux. Cela se ressent dans sa niste, dont il qualifie le jeu de « trop Rena Shereshevskaya. Certes, on des changements d’atmosphères,
musique. » Ce qu’il attend des élè- léger », à se montrer plus audacieux. attend du drame, de l’ardeur, des moments plus heureux, voire
ves, c’est justement de « saisir cette Ses remarques portent sur le tempo, passions… mais ce dernier se révèle, légers, qui enrichissaient l’inter-
température très élevée. Et surtout de les dynamiques, et surtout sur l’ex- dans la Sonate n°32 qu’il joue à prétation de cette pièce d’un
ne pas être à genoux, trop révérencieux pression. Le résultat est convaincant. toute allure, un brin caricatural. genre unique chez Bach.
Ce que l’on retiendra de ces heures La Sonate en la majeur K. 310
Olof Hansen, un étudiant, d’enseignement ? La volonté de de Mozart laissait entendre un
et Stephen Kovacevich. Kovacevich de mener ces élèves discours élégant. Là encore, les
dans une zone d’inconfort, de les doigts aériens de François Du-
entraîner sur les chemins de traverse, mont s’emparaient des touches.
afin de capter cet instinct sauvage Ces pages à dominante rythmi-
du compositeur. Au mépris d’un jeu que auraient pu se teinter d’un
trop standardisé et des fausses notes, peu plus de drame. Pour clore
« du moment qu’il y a la musique ». la première partie, la Chaconne
Si le niveau entendu n’est certes pas de Bach-Busoni, une œuvre mo-
celui des grandes institutions inter- numentale et virtuose. Aucun
nationales, les classes de maître problème pour le soliste qui a
accompagnent le nouveau souffle de parcouru le clavier avec une
cet établissement resté trop long- facilité évidente. Pourtant, sa
ENMP

temps endormi. E. F. réserve l’a peut-être privé d’un


épanchement qui aurait donné
à cette partition majestueuse
l’emphase attendue.
En seconde partie, le Concerto
CLAIRE-MARIE LE GUAY italien de Bach laissait entrevoir

MASTER CLASS ET CONCERT GRATUIT un autre aspect du compositeur,


plus lyrique, avec, toujours, le

P
our la première fois en France, 21 jeunes pianistes, venus de 21 Conservatoires à rayonnement régional, velouté d’un toucher subtil. Un
participeront à des classes de maître assurées par Claire Désert, Pascal Amoyel et Claire-Marie Le Guay. très beau moment! Pour finir,
Cette dernière dirigera la prochaine session, les 18 et 19 mars, à l’auditorium de l’École de musique la Sonate n°3 de Chopin. À nou-
d’Enghien-les-Bains (95). Les élèves en cycle spécialisé sont choisis par les conservatoires. Cette opération est veau, François Dumont a privilé-
organisée par l’association Piano Master Club, son président Jean-François Mazelier et la pianiste Brigitte Gonin gié l’aspect retenu, intime et raf-
Chanut. Son coût est pris en charge par le mécénat de GFI Informatique, entreprise de services numériques. Claire finé de Chopin, enthousiasmant
Marie Le Guay donnera un concert public gratuit le 8 mars (Bach, Chopin et Brahms). pianomasterclass.fr le public. Superbe. S. A.-M.

10 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

LAURENT BLOSSIER - CLÉMENT SERRANO


SEINE MUSICALE

Pianos arrivés à bon port


E
n février, nous avons assisté à sa sonorité plus ronde, siégera dans
la livraison de quatre pianos à la salle Tutti dédiée à un répertoire
la Seine Musicale (Boulogne- classique, jazz et moderne, tandis que
Billancourt) assurée par les Pianos le Boston sera utilisé en tant qu’ins-
Hanlet. Rappelons que ce vaisseau trument de travail par les chefs invités
amiral a pour vocation de promou- et les solistes. Il rejoint la loge prévue
voir et de diffuser la musique sous à cet effet. Le Steinway trônera, quant
toutes ses formes, qu’elle soit classi- à lui, fièrement dans l’auditorium,
que ou actuelle. Que ce soit le Bos- prêt à se laisser jouer pour les concerts
ton, les Yamaha C6 et C7 ou le piano au grand répertoire. L’inauguration
à queue Steinway, chaque modèle a du bâtiment aura lieu le 22 avril.
été choisi en fonction de sa per- À cette occasion, le public entendra
sonnalité et de sa fonction au sein un programme composé d’œuvres de
du complexe musical, véritable tem- Mozart, Weber, Beethoven et Ber-
ple dédié à un art pluriel. lioz. Bertrand Chamayou sera l’un
Ainsi, le Yamaha C7 servira pour les des solistes de la soirée.
enregistrements, le C6, connu pour Clément Serrano

Printemps des Arts


de Monte-Carlo
C
e festival sera ponctué par plusieurs événements pianistiques. D’abord,
un « double » récital avec Ivo Kahánek (Chopin, Janácek et Martinu)
puis Jean-Efflam Bavouzet (Beethoven, Boulez, Bartók et Ravel)
(24 mars). Le 25, quatre concerts et quatre pianistes : Jean-Efflam Bavou-
zet à nouveau, Bruno Leonardo Gelber, Ivo Kahánek et Jan Michiels,
avec l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo (dir. Jean Deroyer et
Gábor Takács-Nagy), joueront le Concerto de Ligeti, celui de Martinu,
« L’Empereur » de Beethoven et le
Concerto n°19 de Mozart. Bruno Leo-
nardo Gelber donnera deux sonates de
Beethoven (26). Le 5 avril, ce sera au
tour de Josquin Otal (Bach, Ravel et
Liszt) et Hélène Grimaud proposera des
pièces de son dernier album intitulé
« Water » (26).
B EALOVEGA

Jean-Efflam du 17 mars au 8 avril,


Bavouzet.
printempsdesarts.mc
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS ÉVÉNEMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

GRANDS
RENDEZ-VOUS
Geoffroy Couteau
se produira, le 23 avril, au
cinéma-théâtre La Renaissance,
lors du 9e Printemps musical
de Saint-Tropez. Il sera
aux côtés du Quatuor Hermès
dans un programme
de musique de chambre.
Rens.: 04 94 55 90 54

Vincent Larderet offrira


un récital de piano, le 16 mars,
à l’Institut national des jeunes
aveugles de Paris au profit
de la recherche et de la prise
en charge des accidents
vasculaires cérébraux.

SDP
Il mêlera des œuvres
CONCOURS INTERNATIONAL DE PIANO DE LYON de Brahms (Intermezzi
opus 117), Berg (Sonate opus 1),

À LA RECHERCHE D’UN SON Liszt (Après une lecture


du Dante), Ravel (Miroirs)
et de Falla (Fantasia Baetica).
Le pianiste italien Vincenzo Balzani, qui présidera la 9e édition de la compétition France-avc.idf@wanadoo.fr
début juillet, nous livre quelques réflexions utiles aux futurs candidats. Elisabeth Leonskaja
jouera, le 15 mars, à la salle

Q
ue représente pour vous dans la carrière d’un musicien artistes provoquent très souvent Rameau de Lyon, Schubert
cette manifestation ? qu’ils l’étaient autrefois ? des controverses. Regardez Glenn et la Grande Sonate
J’ai été membre du jury de Je vais vous répondre de manière Gould, hier, ou Grigory Sokolov, de Tchaïkovski.
ce concours à deux repri- détournée. Pour un jeune artiste, il est aujourd’hui. pianoalyon.com
ses. Deux aspects méritent d’être devenu très compliqué de trouver La finale-récital du concours
soulignés. Le premier concerne la un bon impresario, quelqu’un qui comporte obligatoirement Pendant le festival Piano
grande liberté de programmes pro- investisse du temps et de l’argent, une œuvre de Scriabine. aux Jacobins, Ismaël Margain
posés. Dans beaucoup d’autres surtout s’il ne remporte pas le premier Que cela vous inspire-t-il ? montera sur la scène
compétitions, les œuvres imposées prix d’un concours. Je ne suis d’ailleurs L’écriture de Scriabine se situe à mi- du Théâtre de l’Athénée, à
sont identiques : pièces de Bach, pas persuadé que tous les agents de chemin entre la fin du romantisme Paris, le 6 mars. Il y reprendra
études de Chopin, sonates de Beet- musiciens connaissent la musique. et une certaine modernité du XXe siè- les deux œuvres qui figurent
hoven, etc. Évidemment, c’est très Aujourd’hui, nous avons des centaines cle. Elle permet toutes les audaces sur le disque qu’il a gravé en
utile pour juger la technique des de pianistes qui jouent les pièces les et la découverte de personnalités hors public pour le label B-Records :
jeunes pianistes. Ce n’est pas le pro- plus difficiles du répertoire. Quand du commun. Klavierstücke D. 946 et Sonate
pos de ce concours de très haut j’ai arrêté ma carrière dans les années Que conseilleriez-vous D. 960 de Schubert.
niveau technique certes, mais qui 1970, peu étaient capables d’inter- aux pianistes qui concourront athenee-theatre.com
cherche d’abord des personnalités préter en récital Gaspard de la nuit de en juillet prochain ?
musicales affirmées. Chacun est Ravel, Petrouchka de Stravinsky ou De choisir avec le plus grand soin les Le 25 avril, Josquin Otal
par conséquent libre de jouer ce les Variations Paganini de Brahms. pièces qui mettront parfaitement en présentera, dans le cadre
dont il a envie. Le second aspect est Avoir la technique est une chose. Pos- lumière leur personnalité. Il ne faut de la saison Blüthner organisée
le temps d’écoute accordé aux can- séder un son en est une autre. surtout pas faire l’erreur de program- à l’Institut Goethe de Paris, des
didats pendant le premier tour. Ils C’est donc ce que vous recherchez mer les partitions les plus virtuoses pièces de Bach (Suite anglaise
ne viennent pas pour jouer seule- avant tout… dans le seul but d’épater le jury. n°2), de Ravel (Scarbo, extrait
ment quinze minutes de musique ! Absolument ! Vous pouvez être un Propos recueillis de Gaspard de la nuit) et de
Pensez-vous que les concours soient grand pianiste en jouant des choses par Stéphane Friédérich Liszt (Sonate en si mineur).
aussi importants aujourd’hui très simples. D’ailleurs, les grands du 2 au 6 juillet, gpipl.fr

12 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Le 10 mars, dans le nouvel


auditorium de Gennevilliers
(92), la pianiste japonaise
Shinobu Tanaka fera
la création du Concerto
pour piano et orchestre
à cordes d’Emmanuel Dandin.
Ce compositeur possède
notamment à son catalogue
un Concertino pour piano
et orchestre. Par ailleurs,
il enseigne l’écriture musicale
par ordinateur à Mantes,
dans les Yvelines, et au
Conservatoire Edgar-Varèse
de Gennevilliers.

MATTHIAS CREUTZIGER/UNITEL
Rens.: 01 40 85 64 71

À l’amphithéâtre de la Cité
de la Musique de Paris,
le 4 mars, Vanessa Wagner
associera des partitions DANIEL BAREMBOIM AU MUSIKVEREIN DE VIENNE cette direction infaillible qui guide
de Mozart et Clementi, la musique et les musiciens de façon
qu’elle interprétera sur
un piano Brodmann de 1814
appartenant à la collection
L’unité dans la diversité indiscutable. Sans oublier l’intimité.
Celle des regards complices, des sou-
rires échangés, toujours inscrits dans

L
du musée de la Musique. e chef israélo-argentin pro- à la profondeur brucknerienne, le le partage de la musique, dans ce tra-
Ce programme fait écho pose, avec la Staatskapelle de maestro nous a fait entrer dans la vail commun sur les œuvres, pour
à son disque paru Berlin, de traverser les siècles complexité de la forme. L’orches- nous donner à nous, auditeurs, d’en-
chez La Dolce Volta. en écoutant en concert l’intégrale tre était majestueux, coloré, puis- tendre et de comprendre. Barenboim
philharmoniedeparis.fr des symphonies de Bruckner asso- sant, détaillé. a les œuvres en lui. Qu’il soit au piano
ciées aux concertos de Mozart dans La complicité de Daniel Barenboim et/ou à la baguette, il parle musique,
Un duo de rêve à deux pianos : les plus grandes salles du monde avec les musiciens était perceptible : il parle l’âme. Son piano est son
Martha Argerich et Stephen entier. Le 11 janvier, au Musik- il lui suffisait d’une inflexion de la orchestre. Son orchestre est son
Kovacevich proposeront, verein de Vienne, il a réuni la Sym- main, d’une courbe du bras pour que piano. Il incarne l’unité.
le 24 avril, à la Halle aux Grains phonie n°3 de Bruckner et le Concerto le son suive cette même inflexion, se Claire-Marie Le Guay
de Toulouse, Mozart, n°22 K. 482 en mi bémol majeur de colore, se transforme, se dessine dans En CD: « Intégrale des symphonies
Debussy (dont le Prélude Mozart, et les a liés, reliés dans leur cette même courbe. Il y avait égale- de Bruckner » par la Staatskapelle de
à l’après-midi d’un faune) diversité. De la lumière mozartienne ment chez lui l’autorité du geste, Berlin, dir. Daniel Barenboim (DG)
et les Danses symphoniques
de Rachmaninov.
grandsinterpretes.com
FESTIVAL VARIATIONS À NANTES
Le 4 mars, Christian
Zacharias dirigera du piano
l’Orchestre de Paris dans
Opus n°1
D
Mozart, avec notamment u 31 mars au 2 avril, Le Lieu expérimentale, impro-
MARTINARGYROGLO

le Concerto pour piano n°25. unique, scène nationale de visées ou traditionnelles.


Le lendemain, il donnera Nantes, mais aussi le Théâtre Le festival a été ima-
deux autres prestations Graslin, la cathédrale et deux autres giné par la scène natio-
dont un récital de musique salles accueillent 24 concerts en trois nale et la Fondation BNP Paribas. Brouk, Michel Legrand, Baptiste
de chambre. Au programme, jours. Trente artistes et formations Les artistes invités témoignent de Trotignon, Chassol, Katia et Marielle
toujours Mozart (Quintette se presseront pour la 1re édition de l’étonnante richesse des claviers : Labèque, le duo de la claveciniste
pour piano et Gran Partita). cette manifestation dédiée aux musi- Chad Lawson, le trio de Louis Violaine Cochard et du pianiste
philharmoniedeparis.fr ques pour piano et claviers : jazz, Sclavis, Nicolas Horvath (dans Édouard Ferlet… Beau programme!
musiques classique, électronique, l’œuvre de Philip Glass), Joanna festival-variations.fr

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 13


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS IDÉES
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

L’ART DE JOUER SELON…

ANNE-LISE
GASTALDI La pianiste du Trio George Sand, qui enseigne
aux Conservatoire national supérieur de Musique
et au Conservatoire à rayonnement régional
de Paris, se passionne pour la littérature
et, tout particulièrement, pour l’œuvre de Marcel
Proust. L’écho des notes se confond dans son texte
à celui des mots dont elle cultive savamment
la lente maturation. Ce temps si indispensable,
pour elle, à toute quête artistique.

pour la rendre plus riche et plus pro- et la concevoir différemment, car


fonde. Il aurait fallu vivre plus long- elle est une matière vivante qui évo-
temps avec elle, pour mieux la faire lue, qui dépend de ce qui précède
mienne et accéder à une sorte d’état et qui donne un sens à ce qui suit.
second au moment de jouer, celui Prendre le temps de savoir appri-
où le texte initial a tellement été voiser une émotion ressentie, c’est-
intégré, a tant infusé en nous, qu’on à-dire en s’appuyant sur le détail
en a créé un autre : le nôtre. Cette pour l’approfondir, la cueillir dans
longue route parcourue avec le texte l’essence qui était la sienne au moment
provoque une alchimie qui est, à où elle s’est déclenchée involontai-
ADELINE NEVEU

mon sens, l’interprétation. rement et la transformer en un phé-


Elle est pour cela passée par le filtre nomène mémorisé. C’est le temps
des contraintes, du labeur et du temps. du travail dont il ne faut surtout pas

«E
nfin il fut devant le rendre ma phrase en elle-même pré- Car rien ne remplace le temps, en avoir honte, même à notre époque
Ver Meer, qu’il se rap- cieuse, comme ce petit pan de mur premier lieu, celui de se poser des où il est habituel de se vanter d’être
pelait plus éclatant, jaune.” Cependant, la gravité de ses questions, de douter, de faire fausse capable de monter une œuvre en
plus différent de tout étourdissements ne lui échappait pas. route et de revenir sur nos pas, de quelques jours : on peut mesurer
ce qu’il connaissait, mais où, grâce à Dans une céleste balance lui appa- chercher ailleurs. Choisir le son les bienfaits du labeur à la patience
l’article du critique, il remarqua pour raissait, chargeant l’un des plateaux, comme le peintre choisit ses pig- de certains compositeurs, peintres
la première fois des petits personnages sa propre vie, tandis que l’autre ments ou le poète ses mots, chercher ou sculpteurs pour accoucher de
en bleu, que le sable était rose et, enfin, contenait le petit pan de mur si bien le geste juste, la liberté de ce geste, leurs chefs-d’œuvre. Si apprendre
la précieuse matière du tout petit pan peint en jaune. Il sentait qu’il avait sa souplesse. Trouver la vérité du un texte rapidement est bien sûr
de mur jaune. Ses étourdissements aug- imprudemment donné la première son, sa poésie, sa texture. En tant une qualité indéniable, parfois même
mentaient ; il attachait son regard, pour le second. » qu’artisan, recommencer une phrase une nécessité, l’interprétation reste
comme un enfant à un papillon jaune Combien de fois, en lisant ce passage
qu’il veut saisir, au précieux petit d’À la recherche du temps perdu, me « CHOISIR LE SON COMME LE PEINTRE CHOISIT
pan de mur. “C’est ainsi que j’aurais suis-je dit, comme le personnage,
dû écrire, disait-il. Mes derniers l’écrivain Bergotte, devant la Vue de
SES PIGMENTS OU LE POÈTE SES MOTS,
livres sont trop secs, il aurait fallu Delft, que mon interprétation aurait CHERCHER LE GESTE JUSTE, LA LIBERTÉ
passer plusieurs couches de couleur, mérité d’y ajouter d’autres couches DE CE GESTE, SA SOUPLESSE. »

14 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

indissociable du temps. La grande transposer une émotion artistique que guide, je m’extasie qu’une jeune sa capacité à intégrer, même très
pianiste qu’était Clara Schumann en une autre. Retrouver le coup de fille douée de 10 ans, qui a appris jeune, des valeurs qui mûriront
ne dit pas autre chose lorsqu’elle pinceau rouge d’un Corot dans une techniquement sans problème une ensuite avec le temps et l’expérience.
écrit ironiquement à Robert : « Qu’il page de Debussy et transformer cette œuvre difficile en quelques jours, Dans notre époque troublée où
est heureux ce Liszt de pouvoir déchif- touche de couleur en couleur sonore. n’en reste pas là, que j’arrive à lui l’immédiat et le court terme sont
frer si facilement, alors que nous autres, Voir les sons, entendre les couleurs. faire trouver ce qu’il y a en elle pour malheureusement des qualités pour
nous trimons pour n’arriver à rien. » Aimer les sons comme on aime les que l’œuvre prenne vie, qu’elle aille beaucoup, plus que quiconque, me
Passer du temps avec l’œuvre, mais mots. Développer ainsi sa sensibilité puiser dans son espace intérieur semble-t-il, le musicien doit laisser
aussi avec LES œuvres: avoir écouté et ses émotions au point de sentir
plusieurs sonates de Beethoven pour le point de contact entre le bout « AVOIR ÉCOUTÉ PLUSIEURS SONATES
mieux comprendre celle qu’on ap- du doigt et la touche du piano,
DE BEETHOVEN POUR MIEUX COMPRENDRE
prend, mais aussi avoir voyagé avec d’accompagner le son jusqu’au bout
les quatuors, les symphonies, s’émer- de la corde et avoir conscience de CELLE QU’ON APPREND, AVOIR VOYAGÉ
veiller de retrouver, comme entre la satisfaction que cela procure. AVEC LES QUATUORS ET LES SYMPHONIES. »
deux membres d’une même famille, Lorsque je passe de mon rôle
les traits ou l’expression de l’un dans d’interprète à celui d’enseignante, ce qui fait que son interpréta- le temps au temps. Sa quête artis-
ceux de l’autre et les faire ressentir je m’émerveille de voir que ce que tion devient unique. Car l’impact tique en dépend. Je laisse le dernier
dans la partition que l’on joue. je cherche pour moi est possible du temps sur l’interprétation ne mot à Michel-Ange : « Le temps ne
Au-delà du temps passé avec les pour chacun, qu’il s’agisse de mes concerne pas seulement les musi- pardonne pas à ce qui a été fait sans lui.
œuvres musicales, en consacrer aux étudiants du CNSMD de Paris ou ciens arrivés à maturité : trop de Ne vous faites pas une gloire de tra-
œuvres littéraires ou picturales et des plus jeunes du CRR. En tant pédagogues sous-estiment l’élève et vailler avec promptitude. »

275 Concert. Un instrument de maître.


h Le grand piano à queue pour les
professionnels. C’est dans la salle de
concerts que se révèlent – structure
sonore d’une richesse infinie – toute
sa remarquable puissance, la finesse
et l’ampleur de ses nuances.
Une élégance qui force l’inspiration,
une qualité exceptionnelle habitent
cette classe, celle des plus hauts-
sommets de la sonorité. ¡

Carl Sauter Pianofortemanufaktur GmbH & Co KG, Max-Planck-Straße 20, D-78549 Spaichingen,
téléphone : 0 74 24/9 48 20, télécopie : 0 74 24/94 82 38, e-mail: info@sauter-pianos.de, Internet: www.sauter-pianos.de

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 15


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS INSTRUMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

NAMM DE LOS ANGELES

LES CLAVIERS NUMÉRIQUES ROULENT


DES MÉCANIQUES
De salon, de scène ou hybrides, les derniers modèles présentés fin janvier 2017
au prestigieux salon américain ont dévoilé leurs nouveaux atours.
par Bernard Désormières

Le N3X est
doté d’une
YAMAHA mécanique de
piano à queue

PIANO HYBRIDE AVANTGRAND N3X


associée à
une technologie
innovante.

L
es pianos hybrides Avant- d’année par le N3X. Si ses caracté- étincelants et des basses profondes sans interférences. Notons la parfaite
Grand de Yamaha sont des ristiques demeurent identiques à avec une très grande puissance, tan- cohérence entre la technique de
claviers numériques haut de celles du N3, il dispose désormais dis que le second possède un son captation du son (en quatre points
gamme équipés de véritables non seulement de la sonorité de chaud, très typé « viennois ». Le au-dessus de la table d’harmonie) et
mécaniques de pianos acoustiques l’excellent et récent grand queue de pianiste peut donc faire son choix celle de sa diffusion par quatre haut-
droits (NU1) ou à queue (N1, N2 et concert Yamaha CFX (à la place de entre ces deux superbes instru- parleurs situés dans des zones simi-
N3). Le modèle le plus performant, l’ancien CF III S), mais également ments. Des nouvelles sorties XLR laires. La technologie utilisée ici
N3, en forme de petit crapaud, de celle du légendaire Bösendorfer permettent au N3X d’être utilisé sur pour l’échantillonnage par Yamaha
vient d’être remplacé en tout début Impérial. Le premier délivre des aigus scène dans les meilleures conditions, reste le VRM (Virtual Resonance
Modeling). Le pédalier, comme le
système de réponse tactile avec la
technologie TRS qui crée de légè-
res vibrations sous les doigts du
pianiste, offre les mêmes sensa-
tions qu’un vrai piano. Le N3X,
présenté en noir laqué, est disponi-
ble depuis janvier 2017 au prix
conseillé de 19 401 euros TTC.
yamaha.fr

16 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

KAWAI

Claviers de salon
CN27 et CN37
D
eux nouveaux modèles de
claviers numériques de salon
signés par Kawai, les CN27
ROLAND et CN37, ont été dévoilés. Ils rem-
placent les CN25 et CN35 et sont
CLAVIER DE d’ores et déjà distribués en France.
SCÈNE RD-2000 S’ils conservent la mécanique « Res-
ponsive Hammer III » et le même Le CN27.

À
l’instar du FP-90 (testé système d’amplification et de dif-
page 64), le RD-2000 est fusion sonore, ils bénéficient de un petit afficheur (16 x 2 caractères, Incontestablement, les versions les
équipé de la robuste mé- conséquentes évolutions, notam- LCD) est apparu sur le CN27 (le plus récentes des claviers numériques
canique hybride PHA-50, avec ment dans les sons proposés, incluant CN25 n’en possédait pas) et celui des firmes comme Kawai apportent
des touches bois/matière plas- désormais les échantillons des grands du CN37 a été déplacé à gauche progressivement des améliorations
tique. Il est doté d’un double pianos à queue de concert Shigeru du clavier et redimensionné (128 x qui correspondent aux attentes des
générateur de sons, le premier Kawai SK-EX et EX et du droit 64 pixels, LCD). Le meuble de ce claviéristes et des pianistes. Elles
pour les pianos acoustiques K-60. Les paramètres de réglages dernier a été légèrement modifié sont mieux adaptées aux pratiques
sans limites de polyphonie (tech- subtils de la fonction Virtual Tech- avec, notamment, des pédales plus liées aux technologies modernes.
nologie du V-Piano), le second nician ont été largement étendus hautes d’1 cm et un pupitre plus large. kawaifr.com
de 128 notes de polyphonie et le mode Smart est à présent
pour les autres sons, notam- disponible.
ment ceux de très nombreux Le Bluetooth, conjugué au Midi,
pianos électriques des années permet aujourd’hui une utilisation
1970 et des RD-100 ou MKS-20 plus large vers les tablettes et les
des années 1980, ainsi que près smartphones, ainsi que de nouvelles
de 1100 sons supplémentaires. capacités d’enregistrement et l’accès
Une toute nouvelle interface pré- à des applications inimaginables
sente une immense gamme de auparavant (Garage Band, Sound
contrôleurs avec mémoires de Museum, Touch Notation, Piano
scène, boutons et curseurs à LEDs, Juke Box, Syntesia). L’écoute au
huit zones internes/externes. casque SHS (Spatial Headphones
La connectique est complète Sound) est adaptable à chaque type
(USB, Audio, Midi) et, en plus de casque. Pour plus de confort,
des sorties stéréo principales en
XLR et jack 1/4 de pouce, il est
possible d’utiliser une sortie
Sub stéréo assignable pour plus
de polyvalence sur scène. Le
RD-2000 offre la capacité de
contrôle la plus complète de la
Boîtier de
gamme RD de la firme japo- commande
naise et des performances en du CN37.
studio et sur scène très haut
de gamme pour les pianistes
modernes. Un stand métallique
KS-G8, parfaitement adapté à
ce clavier, est proposé en option.
Le prix et la date de disponibi-
lité en France ne nous ont pas
encore été communiqués. Boîtier de
rolandce.com commande
du CN27.

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 17


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS INSTRUMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

Chauvin, Eagletone et Bird, sont


dédiées aux instruments d’entrée
de gamme. Ici, il y en a donc vrai-
ment pour tous les goûts et toutes
les bourses.

Du choix et du service
L’offre des produits, comme celle
des accessoires (banquettes, supports
des claviers portables, amplificateurs
de sonorisation des claviers, casques
d’écoute, microphones, câbles, enre-
gistreurs et partitions), est vaste :
plus de 120 000 références, environ
820 marques et 400 000 articles en
stock. En magasin, les appareils
accordeurs « maison » mentionnent
le nom des notes, non en lettres amé-
ricaines (A, B, C…), mais en français
(la, si, do…). Un service unique en
France, baptisé « De Luxe », pro-
pose, sur rendez-vous, dans un appar-
tement, de tester instruments et
matériel audio.
Par ailleurs, pour permettre aux musi-
ciens débutants d’accéder à une cer-
taine forme d’apprentissage instru-

SDP
mental et de répondre ainsi à la
demande, Christophe Chauvin a
WOODBRASS fondé, en 2014, une école de musi-

LA MUSIQUE POUR TOUS


que, la Woodbrass Music School.
Elle accueille déjà près de 400 élèves
de différents niveaux dont une cen-
Avec plus d’un million et demi de visites sur son site par mois et six magasins taine pour les instruments à clavier.
La pédagogie, volontairement ludi-
parisiens, le leader français de la vente d’instruments et d’accessoires audio que, s’appuie sur le mimétisme et
a atteint son objectif : démocratiser la pratique musicale grâce à une politique le plaisir de jouer, avec l’utilisation
de prix compétitifs. Une réussite sans fausse note. de la vidéo comme support. Les musi-
ques actuelles sont largement à l’hon-
neur. Cette école pourra être le révé-

C
elle-ci porte un nom qui du Conservatoire de Paris, offrant permettront d’essayer et de compa- lateur du talent, voire de la vocation
sonne anglais, mais l’entre- en plus conseils et services. Pour rer différents modèles dans les meil- de certains jeunes, qui pourront, s’ils
prise, dont le siège est ins- Christophe Chauvin, musicien pas- leures conditions et de bénéficier le souhaitent, continuer leur forma-
tallé à Nantes, est bien fran- sionné (il joue du hautbois), co- des recommandations de vendeurs tion dans des structures plus tradi-
çaise. Avec une centaine d’employés fondateur en 1999 d’une succursale qualifiés, assure le dirigeant. tionnelles, tels les conservatoires ou
et un chiffre d’affaires de 45 mil- de Woodwind & Brasswind et Chacun des six Woodbrass Stores, les écoles de jazz.
lions d’euros en 2015, Woodbrass PDG de Woodbrass.com depuis d’une superficie totale de 1 500 m2, Enfin, Woodbrass développe la vente
s’est hissé à la première place des 2007, « la musique est à tout le monde. est spécialisé : percussions, instru- de certains instruments comme les
e-commerçants dans le secteur des Rendre accessible la pratique instru- ments à vent, guitares-amplis-effets, guitares produites par des luthiers
instruments et accessoires de musi- mentale au plus grand nombre grâce DJ-Home Studio-sono-éclairage, français et personnalisables (couleurs,
que en France. Les raisons de ce aux prix les plus bas du marché, tout librairie musicale, claviers numé- matériaux, formes). Et il n’est pas
succès ? Une politique de prix super en conservant une qualité de service riques. Dans ce tout dernier espace, impossible que de nouveaux claviers
compétitifs, une gamme très large optimale », telle est sa philosophie. ouvert fin 2016, outre les grands numériques conçus et fabriqués en
de références de qualité commer- Bien que le site Web génère aujour- constructeurs de claviers de salon, France apparaissent prochainement
cialisées en grande partie sur Inter- d’hui la majorité des ventes, les maga- portables ou de scène comme chez Woodbrass, le savoir-faire fran-
net, mais aussi des nouveaux espa- sins deviendront incontournables Yamaha, Kawai, Roland, Korg, çais ayant toujours été à la pointe
ces regroupés en plein cœur de la pour les futurs acquéreurs d’ins- Nord ou Kurzweil, deux marques de l’innovation. B. D.
Cité de la Musique, à proximité truments de musique, car ils leur « maison » lancées par Christophe woodbrass.com

18 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PIANISTE
www.centre-chopin.com

PROJET PÉDAGOGIQUE

Une restauration
Le Centre Chopin & Yamaha Musique France
vous accueillent à la
Grande Halle de La Villette (Paris)
à bonne école
MUSICORA
D
ans ses statuts, Fan d’Érard,
une association européenne
PIANISTE

pour la préservation, la recon- DU 28 AU 30 AVRIL


naissance et la valorisation du piano
historique français, mentionne « une n°58778 a été livré dans l’atelier
démarche culturelle, éducative et péda- de l’établissement scolaire puis, en
gogique ». Une démarche appliquée à décembre, après sa présentation
la lettre avec la magnifique opéra- aux lycéens, des groupes de travail
tion « Un piano dans la cour » portée se sont formés et le planning a été
par l’un de ses responsables, Jean- établi. Une fois l’instrument dépous-
François Tobias. Celle-ci se déroule siéré et nettoyé, trois ateliers ont été
dans le lycée Adam-de-Craponne, mis en place. Le premier se consacre
à Salon-de-Provence, et est menée à la partie meuble : ponçage des an-
en collaboration avec Musique à la ciens vernis, rebouchage des trous
Ferme Production, une autre asso- de placage, bouche des pores et
ciation qui a, elle, pour ambition application d’un vernis gomme
d’amener la musique classique dans laque. Le deuxième est dédié à la
les exploitations agricoles en acti- partie harmonique et gère le chan-
vité. La région a appuyé l’initiative gement des cordes et des chevilles,
dans le cadre d’une Convention de le flipotage de la table d’harmonie
vie lycéenne et apprentie (CVLA). et le resserrage des barres de table.
Sujet de l’exercice pour 15 élèves de Le troisième, lui, s’occupe de la par-
première du lycée d’enseignement tie mécanique avec le démontage
général et technique : restaurer un complet, le nettoyage et le réglage
piano demi-queue Érard de 1883 en du clavier, la vérification et le réglage
six mois, afin de le jouer en concert. des chevalets, le remontage et les
Une aventure en plusieurs étapes. réglages. Ces trois étapes seront
En novembre 2016, le modèle entrecoupées de nombreux exerci-
Centre Chopin
ces, tels que le relevé du plan des
cordes et la fabrication de bouclettes Le plus grand choix
à la française. de pianos acoustiques & numériques
Le 7 mai, L’Érard revivra à nouveau. en exposition permanente.
L’inauguration sera réservée ce jour-
là aux seuls élèves qui pourront jouer
« leur » instrument aux côtés du pia-
niste Jérémie Honnoré. Le piano
restera trois ans dans le lycée et per-
mettra l’organisation de concerts.
PIANISTE

S. F.
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

ACTUALITÉS INSTRUMENTS
Plus d’infos sur www.pianiste.fr

SPÉCIAL PIANOS ACOUSTIQUES


SAUTER

ACCENTO CLASSICO 116


BY PETER MALY

L
e célèbre designer continue
sa collaboration avec l’excel-
lent facteur allemand de pia-
nos Sauter. Construit sur la
base du modèle 116, son Accento
Classico, que nous avons vu au Cen- KAWAI
tre Chopin de Paris, comporte deux
magnifiques consoles métalliques LE ND-21
chromées très fines. Celles-ci amé-
liorent la stabilité de l’instrument,
VERSION NOIRE

H
d’une forme très cubique, et dont la aut de 121 cm, le nou-
largeur conséquente est de 158 cm, veau piano droit Kawai
les oreilles ou les panneaux laté- ND-21, disponible depuis
raux étant très épais, comme si septembre 2016, est proposé à
le piano proprement dit était à un prix très séduisant. Sa fini-
l’intérieur d’un écrin ! chromée facilite l’ouverture du cylin- Dimensions mesurées : tion est particulièrement origi-
Cet instrument est doté de patins dre protège-clavier. L’Accento Clas- 118 (H) x 59 (P) x 158 (L) cm. nale. En effet, la totalité de la
à la place des habituelles roulettes. sico est disponible en noir poli, en Prix : 16 680 euros. 17 100 euros face arrière de l’instrument
Le couvercle supérieur, en une partie frêne noir satiné/front noir poli ou en noir poli. Une version avec le barrage en bois de qua-
et d’un bon poids, peut être entrou- en frêne noir satiné/front blanc poli, sans consoles, Accento, un peu tre poutres verticales, la table
vert grâce à une petite béquille le mat du frêne noir satiné et le bril- moins large, est aussi disponible d’harmonie en épicéa massif
métallique centrale. Une plaque de lant laqué s’associant d’une façon au prix de 16 040 euros. et le cadre métallique sont inté-
métal entoure les orifices des trois parfaitement harmonieuse. Importé par Saico Euroclaviers, gralement de couleur noire,
pédales. Une belle baguette horizontale B. D. euroclaviers.fr l’accastillage argenté « Silver »
ajoutant une touche de moder-
nité. La mécanique Kawai « Ultra
Responsive » n’est pas en ABS
G. BLONDEL Carbon comme sur les modè-

Petits prix, mais grande qualité les de la série K, mais en ABS,


avec des manches de marteaux
en bois.

C
ette marque française est la usine de Bohemia, à Hradec Krá- sélectionné par Wilh. Steinberg, Le ND-21 est un modèle sérieux,
propriété de Pianos Hanlet. lové, ses pianos sont désormais pro- et de têtes de marteaux allemandes permettant l’accès à coût réduit
Après avoir été fabriqués en duits en Chine, sur un site appar- WST. Une série de pianos bien à cette célèbre marque japo-
République tchèque, dans l’ancienne tenant au groupe Parsons, un géant conçus, à prix très attractifs, à décou- naise, dont le toucher plutôt
du secteur, qui conçoit certains vrir d’urgence. B. D. ferme et la sonorité généreuse
modèles de la prestigieuse firme Importé par Pianos Hanlet, d’un 121 cm, hauteur moyenne
allemande Wilh. Steinberg. pianoshanlet.fr souvent idéale pour les pianos
Trois dimensions de pianos droits, droits, devrait attirer de nom-
en noir ou en blanc brillant, breux amateurs et étudiants.
GB 116, GB 121 et GB 123 Sara- B. D.
bande, d’un joli design original Dimensions :
(de 4 500 à 5 800 euros), ainsi qu’un 121 (H) x 58 (P) x 150 (L) cm.
quart-de-queue GB 178 (15 490 eu- Poids : 215 kg.
ros en noir brillant), constituent la Prix recommandé :
nouvelle gamme du facteur. Chacun 5 590 euros.
est doté d’une table d’harmonie Ralentisseur kawai.com.au
de cylindre.
B. D.

en épicéa massif Sitka de l’Alaska,

20 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

JOUEZ&GAGNEZ
DEUX CASQUES PHONON SMB-02
D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 360 €
& DEUX CASQUES PHONON 4000
D’UNE VALEUR UNITAIRE DE 290 €

1ER PRIX : DEUX CASQUES PHONON SMB-02


Configuré avec expertise pour offrir une écoute aussi précise que possible,
voici le casque qui fait s’extasier les professionnels et audiophiles du monde
entier ! Le Phonon SMB-02 Subtonic Monitor Basic Headphones est le fruit
d’une collaboration unique entre un audiophile réputé et Isao Kumano,
ingénieur du son surdoué et charismatique PDG de Phonon.

2EME PRIX : DEUX CASQUES PHONON 4 000


Malgré ses dimensions modestes, le 4000 propose les mêmes transducteurs
de 40 mm que le SMB-02, fruits de l’expertise unique proposée par
Phonon. Alliant définition de la scène sonore et respect des transitoires,
deux caractéristiques de la marque Phonon, le 4000 restitue l’expérience
sonore du SMB-02 dans toute sa plénitude.

UR :
S D ’IN FO RMATIONS S
PLU
h o no n-inc.com/
https :// p ShowRoomAudio
ShowRoomA
oom udio
ICIPER :
POUR PART
iste.fr
www.pian
*Un casque par gagnant.
Jeu-concours du 03/03/2017 au 05/05/2017 inclus – Concours par tirage au sort.
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

À L’AFFICHE

22 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

JEAN-PAUL GASPARIAN de 1960, ndlr]. Le début de l’œuvre


m’avait impressionné avec ses cuivres
et ses rythmes pointés. Plus tard,

UN DIAMANT
lorsque j’ai voulu explorer par moi-
même le répertoire, je me suis orienté
vers d’autres partitions symphoniques
de Bruckner, de Mahler, de la fin

À MULTIPLES
du XIXe et du début du XXe siècle.
J’ai même collectionné des versions
anciennes des années 1940 dirigées
par Furtwängler.
En somme, des partitions

FACETTES
de grandes dimensions…
En effet. Beaucoup d’opéras aussi,
découverts avec mon père, passionné
de Mozart et Verdi, tandis que mes
goûts personnels vont également vers
Wagner. Les opéras mozartiens et
Doctorant, passionné de philosophie, de cinéma et de peinture, italiens ont grandement contribué
à me construire musicalement. D’ail-
le pianiste de 21 ans appartient à cette nouvelle génération leurs, il s’agit là sans doute d’une sen-
de musiciens surdoués. Loin des querelles esthétiques et des écoles, sibilité familiale, car ma grand-mère
paternelle a chanté dans les chœurs
sans aucun a priori et curieux, il s’intéresse à tous les répertoires. de l’Opéra d’Erevan.

V
Un jeune artiste déjà précieux, qui brille dans les festivals. Qu’est-ce qui a déterminé
votre choix du piano ?
La raison en est très simple : mon
père, compositeur, et ma mère, for-
Vous possédez un solide bagage et j’ai obtenu le 1er Prix au Concours Les films des années 1970, les réa- mée à l’Académie Gnessine de Mos-
en matière de littérature et de général. Déjà engagé dans ma carrière lisateurs italiens et français… Anto- cou, m’ont initié à cet instrument,
philosophie. Comment nourrit-il de pianiste, je n’ai pourtant pas voulu nioni, Godard… J’ajouterais aussi que je me suis très rapidement
votre art musical ? m’arrêter là. La philosophie compte la peinture, et surtout la poésie du approprié. La remise en question
J’ai commencé à beaucoup lire dès énormément pour moi. J’ai donc suivi XXe siècle. Je me souviens d’une de ce choix ne s’est jamais posée.
la classe de 3e. À la fin du collège, un certain nombre de séminaires à conférence d’Yves Bonnefoy au Col- Vos parents ont été vos premiers
je me suis intéressé à la philosophie l’École normale supérieure et au Col- lège de France sur les pouvoirs de professeurs, mais ensuite ?
avec une première rencontre: Nietz- lège de France. Récemment, j’ai été la parole chantée. Elle m’avait forte- J’ai très vite étudié avec d’autres
sche. J’ai dévoré en quelques mois admis en doctorat à l’université de ment marqué. La philosophie, quand enseignants, d’abord au Conserva-
son œuvre complète. Au cours des Paris-VIII. bien même et surtout lorsqu’elle ne toire à rayonnement régional de Paris,
années suivantes, mes lectures – par Je suis convaincu que le musicien ne parle pas de musique, approfondit aux côtés de Chantal Fraysse et d’Oli-
exemple, celles des philosophes fran- peut pas se contenter de jouer seu- celle-ci. La médiation de la philo- vier Gardon. Puis je suis entré au
çais contemporains qui ont déployé lement de son instrument. Il doit sophie ouvre le regard et l’ouïe dans Conservatoire national supérieur
son héritage – ont été déterminées nourrir sa pensée musicale en s’inté- le répertoire allemand et la musique de Musique à l’âge de 14 ans. Mes
par ce premier choc. En terminale ressant à d’autres champs de la culture contemporaine. Je pense notamment années passées auprès de Jacques
au lycée Racine, j’ai été encouragé comme la philosophie, mais aussi aux travaux de Gilles Deleuze sur Rouvier ont été décisives, pour ce
par mon professeur de philosophie le cinéma, l’une de mes autres passions. l’œuvre de Pierre Boulez. qu’elles m’ont apporté au niveau du
Revenons au piano. Très jeune, style et du respect du texte musical.
JEAN-PAUL GASPARIAN EN QUELQUES DATES grâce à votre famille, Après son départ, j’ai terminé mon
vous avez baigné dans l’univers master avec Michel Béroff et Lau-
1995 Naissance le 27 août à Paris de la musique et, en particulier, rent Cabasso. Aujourd’hui en 3e cycle,
2010 Entrée au Conservatoire de Paris et Prix de l’Académie de Salzbourg
2013 1er Prix de philosophie du Concours général des lycéens de France
du piano. Vous souvenez-vous je suis l’enseignement de Michel
2014 Victoire au Concours de Brême, lauréat de Piano Campus de votre premier choc musical ? Dalberto et de Claire Désert. Ils sont
et Prix de la Fondation Cziffra Mon souvenir le plus lointain re- issus de l’école française si, toute-
2015 Prix de Master, lauréat du Concours José Iturbi et Prix spécial, monte probablement à la Quatrième fois, ce terme a encore une signi-
demi-finaliste du Concours Géza Anda Symphonie de Tchaïkovski sur vinyle fication de nos jours. Je travaille éga-
2016 Entrée en 3e cycle (DAI) au Conservatoire de Paris, lauréat que j’écoutais avec mon père ; une lement, dans le cadre de classes de
JEAN-BAPTISTE MILLOT

de la Fondation L’Or du Rhin. Artiste en résidence à la Fondation


version du Philharmonique de Lenin- maître, avec des professeurs russes
Singer-Polignac. Doctorat à Paris-VIII (philosophie). CD dans la collection
« Archives de Nohant Festival » : Sonate n°2 de Schumann grad dirigé par Evgeni Mravinski [un comme Tatiana Zelikman et, depuis
enregistrement Deutsche Grammophon un an, régulièrement avec Elisso [

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 23


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

À L’AFFICHE JEAN-PAUL GASPARIAN

[ Virssaladze. Toutes deux ont


pris une place importante dans
ma formation.
Quels sont les grands interprètes
qui vous ont marqué ?
Le choix est délicat. Maurizio Pollini
représente, à mes yeux, une immense
référence. Je suis également très
admiratif d’Ivo Pogorelich, que j’ai
eu la chance d’écouter en récital.
J’ajouterais Grigory Sokolov, si im-
pressionnant, et Arcadi Volodos, qui
m’a ébloui à la Roque d’Anthéron.
Parmi la jeune génération, j’ai assisté
à plusieurs concerts de Daniil Trifo-
nov, un pianiste singulier. Son inter-
prétation est à chaque fois unique
et son engagement émotionnel très
inspirant. Et puis, si l’on revient aux
plus anciens, j’ai beaucoup écouté
Vladimir Sofronitsky pour sa liberté
de ton et son inspiration dans le
répertoire romantique et la musique
russe culminant avec Scriabine, sans
oublier Sviatoslav Richter.
Richter… Pollini… deux univers
aux antipodes !
C’est leur approche universelle du
répertoire qui stupéfie. Richter a tout
joué, ou presque, du Clavier bien tem-
péré à Webern. Il a même interprété
du Boulez comme Pollini ! Quant à
leurs interprétations, elles ne sont
pas, de mon point de vue, si contra-
dictoires : j’y trouve une certaine
proximité, par-delà les époques, dans
la puissance de conviction et la maî-

JEAN-BAPTISTE MILLOT
trise absolue de l’instrument.
Les pianistes de votre génération
citent rarement Pollini.
Certains trouvent de la froideur
dans ses interprétations. « JE JOUE TOUJOURS PAR CŒUR. JE CONSIDÈRE QU’IL EST
Qu’en pensez-vous ? DIFFICILE D’AVOIR LA MÊME LIBERTÉ, LA MÊME INTENSITÉ DANS
C’est vrai qu’on lui colle parfois cette
étiquette, mais il est très loin d’être L’INTERPRÉTATION QUAND L’ŒIL EST REQUIS PAR LE TEXTE. »
un pianiste détaché. À chaque fois
que je l’ai entendu en concert, j’ai été c’est que l’interprétation soit convain- partition par inclination ou affec- romantique, avec Chopin et Liszt,
frappé par son engagement extrême, cante. Pour moi, la sienne l’est tout tion. Ma palette est assez large : bien et qui se poursuivait avec Boulez
la force et l’intensité de son jeu. Ses autant que celle, bien éloignée, d’un entendu, j’interprète des composi- et Prokofiev. Curieuse association…
positions assez tranchées et sa pro- Artur Schnabel. teurs avec lesquels je me sens très à L’an passé, j’ai également proposé
motion de la musique contemporaine Parlez-nous de votre répertoire… l’aise: Beethoven, Chopin, Schumann deux concerts très différents : le pre-
sont probablement à l’origine de cette « Des » répertoires ! Je ne veux pas et la musique russe (Rachmaninov, mier avec la Sonate « Waldstein » de
réputation. Il a apporté de nouvelles me cantonner à un registre particulier Scriabine…). J’ai moins joué Schu- Beethoven, les études symphoniques
visions, notamment chez Chopin et ou à un unique programme par an. bert, Brahms ou Ravel, par exemple. de Schumann et la Première Sonate
Beethoven. Elles ont pu effrayer, en Je choisis les œuvres qui me plaisent Du moins, à ce jour. de Boulez, le second avec les 24 Pré-
tout cas déstabiliser le public. Ce qui et pour lesquelles j’éprouve un désir L’année dernière, vous avez donné ludes de Chopin et les neuf Études
me paraît important, quelle que soit à un moment donné. Je n’ai pas un programme de concert qui opus 39 de Rachmaninov. J’ai toujours
la conception que l’on a d’une œuvre, de stratégie. Je me lance dans une commençait par de la musique eu envie de monter des récitals autour

24 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

de plusieurs pièces fortes, embléma- est assurément consécutif au travail Il faut essayer d’atteindre une sorte retenu, un peu « aristocratique »,
tiques. J’aime les mises en regard his- de chambriste. Une écoute qui n’est d’unité lisse à la main gauche et, et laisser apparaître une fragilité
toriques – cela concerne le pro- pas uniquement centrée sur soi, mais simultanément, une expression la touchante. Rechercher avant tout
gramme que vous évoquez –, comme sur ce que produisent les autres ins- plus suave possible à la main droite. un raffinement sonore composé
s’il s’agissait de construire une sorte truments, comme le vibrato des Une expression qui soit à la fois de subtiles demi-teintes, de clairs-
d’arc, un voyage original entre la cordes, a nécessairement des consé- d’une grande noblesse et d’une grande obscurs. Cette pièce, que je viens
musique romantique et le répertoire quences sur le jeu pianistique. liberté. Il faut donner à l’interpré- d’apprendre, est sublime ! Elle fera
moderne. J’aime que l’auditoire sai- Comment choisit-on tation l’apparence presque d’une partie d’un programme de concert
sisse les corrélations, les connexions, ses partenaires ? improvisation, comme s’il n’y avait avec d’autres nocturnes. D’ailleurs,
les influences. À l’image de Pollini, Par affinité, bien sûr. Nous avons pas de structure rythmique, sans on l’entend dans un James Bond,
quand il faisait côtoyer des œuvres des tempéraments, des sensibilités tomber, bien évidemment, dans un L’espion qui m’aimait !
de Beethoven, Schumann, Schoen- et des visions parfois différentes sur sentimentalisme outrancier et l’excès Propos recueillis
berg et Stockhausen, par exemple. des éléments de répertoire et c’est de rubato. Le jeu doit être légèrement par Jany Campello
Le public vient écouter un soliste, une chance. Cela nous pousse à jus-
mais aussi un programme. Faisons tifier nos propres choix. On tente, À ENTENDRE
preuve d’audace ! on communique, on confronte nos
5 mars Récital au musée de Tessé du Mans: Beethoven, Chopin, Debussy et Liszt
Quelle est la part désaccords, ce qui rend la lecture des
17 mars Récital au Festival Piano en Saintonge à Saintes: Beethoven et Prokofiev
de la musique contemporaine textes d’autant plus passionnante. 16 juin Récital au Centre culturel Alex-Manoogian à Lyon: Rachmaninov,
dans votre répertoire ? L’objectif à atteindre est d’obtenir Scriabine et Prokofiev
Elle représente une part assez faible un son commun. Nous avons travaillé 1er juillet Récital au Festival du Vexin: Beethoven, Scriabine et Rachmaninov
pour le moment, en comparaison dans ce sens avec Claire Désert et 11 et 12 juillet Récitals au Festival de Radio France Montpellier: Chopin,
avec les répertoires classique et roman- le Trio Wanderer. Scriabine, Liszt et Rachmaninov
tique et celui qu’on appelle moderne. Parlez-nous de votre travail 28 octobre 20e Musicales du Causse de Gramat: Concerto BWV 1056
en fa mineur de Bach, Concerto n°14p K. 449 en mi bémol majeur de Mozart
Mais je m’attache à la défendre, quotidien… avec l’Orchestre de chambre de Toulouse, dir. Gilles Colliard
en particulier la musique de Boulez Je travaille environ six heures par jour
et la période créatrice à laquelle à la maison. Je suis plutôt efficace
elle appartient, si souvent critiquée. le matin. Je me mets au piano vers
Celle-ci comporte des pièces majeures dix heures. Je réserve les soirées à
de notre temps. la lecture ou aux sorties. Pendant
En parallèle à votre carrière de nombreuses années, je démar- [ NOUVEL ALBUM ]
de soliste, vous avez aussi créé
le Trio Cantor…
rais ma pratique par des exercices
techniques, des gammes, des arpèges,
Denis Pascal, piano
Le Trio Cantor auquel j’appartiens à l’instar de beaucoup d’autres pia- Schubert – Sonates D 960 & D 784
avec deux amis du Conservatoire de nistes. À quelques exceptions près,
Paris, Shuichi Okada et Gauthier comme pour Incises de Boulez, pièce
Broutin, est né il y a un peu plus d’un que j’ai apprise en deux mois avant
an. Notre première apparition publi- de la donner en public, je joue tou-
que et sur France Musique s’est faite jours par cœur. Je considère qu’il est
aux côtés du Trio Chausson. Cette difficile d’avoir la même liberté,
année, nous donnons un programme la même intensité dans l’interpréta-
Schubert, Brahms et Kurtág. Nous tion quand l’œil est requis par le texte.
avons chacun notre activité de soliste, Quels sont vos futurs projets ?
mais je remarque que, depuis notre Cette année sera marquée par un pro-
expérience de La Roque d’Anthéron jet important : mon premier disque
où nous avons travaillé de façon très pour un grand label français. Il sera
intense pendant une dizaine de jours, sans doute consacré à la musique
l’activité de musique de chambre russe, qui a une signification parti-
enrichit ma propre pratique du piano culière pour moi, non seulement du
en récital, mais aussi avec orchestre. fait de mes origines slaves, mais éga-
« Délicieusement, délicatement,
Lors des répétitions des derniers lement parce que c’est un répertoire
concertos que j’ai joués – le Deuxième que je pratique depuis très longtemps la musique avance, portée
de Rachmaninov avec l’Orchestre et qui me paraît représenter une cer- par un piano fin et limpide.
national d’Île-de-France et le Vingt- taine quintessence du geste pianis- Denis Pascal trouve toujours
Quatrième de Mozart –, je me suis tique et de l’expression romantique. www.lamusica.fr le ton juste. »
rendu compte que j’avais une écoute Un de vos « bis » est le Nocturne CLASSICA | ARNAUD DRILLON
beaucoup plus précise en termes de en ré bémol majeur de Chopin.
recherche d’harmonie et de compli- Que conseilleriez-vous
cité avec les autres instruments. Cela pour travailler ce morceau ?

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 25


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

REPORTAGE

D
1
2
« D’où venons-nous ? Bonne ques-
tion ! » s’interroge Stefan Freymuth,
président et propriétaire de Bech-

CARL BECHSTEIN
stein, qui nous accueille au Bechstein
Center, dans les étages d’une galerie
marchande huppée de Berlin. « Pour
nous, l’identité de la marque est essentielle.
Elle s’inscrit dans l’histoire d’une sono-

A RECONQUIS
rité spécifique. Ce que l’on retient des
pianos Bechstein, c’est ce que l’on entend.
Difficile de décrire cela avec des mots. »
L’histoire de Bechstein a été semée

SA COURONNE
d’embûches. Le facteur revient de
loin, c’est le moins que l’on puisse
dire. De l’enfer, tout d’abord, comme
toute l’industrie allemande au sortir
de la Seconde Guerre mondiale :
destruction des moyens de produc-
Bechstein… Ce nom, qui a fait rêver des générations de pianistes, a failli tion, période de dénazification et
mise sous tutelle des autorités amé-
disparaître il y a quelques années. Le facteur, aujourd’hui florissant, ricaines. La production redémarre
se développe avec deux usines, l’une en Allemagne, l’autre en Tchéquie. en 1951. Au début des années 1960,
la firme américaine Baldwin acquiert
Quelles ont été les recettes d’une telle renaissance? Rendez-vous est pris la société familiale. Stefan Freymuth
témoigne : « Rien n’a été fait pour le
au showroom de Berlin, à Seifhennersdorf et à Hradec Králové. développement des pianos Bechstein.
En 1986, placée sous la direction de
Texte et photos de Bernard Désormières Karl Schulze, l’entreprise redevient
et Stéphane Friédérich exclusivement allemande. La chute

26 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

du Mur arrive au moment où la pro- d’études. Trois modèles B ont vu enfin


duction mondiale de pianos… s’effon- le jour. Ce fut certes plus simple avec
dre ! En 1992, Bechstein reprend les pianos droits. »
la marque Zimmermann et le site de
Seifhennersdorf, en Saxe, ex-RDA. DIVERSIFICATION
En 1993, l’usine de Langlau dépose DE LA PRODUCTION
son bilan. La société risque de cesser À la fin du XXe siècle, la firme alle-
son activité. En revendant également 5 mande a racheté plusieurs entreprises
son site de Berlin, le groupe évite de comme Hoffmann et Zimmermann.
justesse la faillite. En 2003, le fabricant Sur ces pianos la sonorité si chantante 1. Vue partielle Elle est aujourd’hui présente dans
sud-coréen Samick entre dans le capital. en manquait. Comment répondre à du site de tous les segments du marché du
C. Bechstein
En 2009, année catastrophique, le capi- l’acoustique des salles actuelles et des Europe à Hradec
piano, offrant une gamme étendue
tal est augmenté. Ce sont autant d’éta- orchestres aux sonorités énormes ? Králové, d’instruments, allant du simple piano
pes difficiles pour Bechstein. En vérité, Le jazz et la musique américaine ont en Tchéquie. d’étude à celui du grand piano à
le départ de Berlin fut, pour nous, aussi influencé nos études. Nous avons 2. Quelques queue de prestige. De facto, le groupe
bâtiments de l'usine
une grande chance, à la fois parce que beaucoup travaillé afin de développer allemande de
est le plus important facteur euro-
cela marqua notre indépendance et une nouvelle génération de pianos qui Seifhennersdorf. péen de pianos avec quatre marques:
le début d’une renaissance. » préserve le caractère Bechstein. Nous 3. Pianos à queue C. Bechstein, Bechstein, W. Hoff-
avions besoin de temps, de multiplier C. Bechstein prêts mann et Zimmermann. Quatre mar-
à être sélectionnés
ÉVOLUTION les essais. Si vous comparez les Bechstein (Seifhennersdorf).
ques qui totalisent 41 modèles !
DE LA FACTURE de 1900, par exemple, à ceux d’aujour- 4. Modèle historique Petit rappel. C. Bechstein correspond
« Je ne peux vraiment m’exprimer que d’hui, vous remarquez que même de Franz Liszt aux modèles de prestige dont le seul
sur un Bechstein ! » affirmait Wilhelm la forme de la ceinture a changé. Avant exposé dans le grand piano de concert, le fameux
showroom de Berlin.
Kempff. Quelques décennies plus d’ajouter : Les lois physiques ont une 5. Espace du
D 282, fait figure d’ambassadeur.
tôt, Claude Debussy était tout aussi influence sur la sonorité. Si vous réalisez showroom de Berlin Bechstein, sans le « C », toujours
élogieux en écrivant : « On ne devrait un meuble et un barrage ensemble ou dédié aux pianos très haut de gamme, est destiné à une
écrire de musique de piano que pour de manière séparée, les résultats seront Hoffmann. clientèle exigeante et attachée à la
6. Essais comparatifs
des Bechstein ! » La marque possède différents. Nous sommes par conséquent de modèles
marque, pour des pianos plus abor-
un fort potentiel affectif auprès de partis de la sonorité ancienne et cela C. Bechstein dables dont un trois-quarts-de-queue
nombreux musiciens. Une sonorité nous a demandé dix bonnes années (Seifhennersdorf). B 228. Positionné en milieu et haut
chaude, douce, perlée et caractéris- de gamme, W. Hoffmann comprend
tique du piano allemand. Nous voici trois séries qualitatives ne dépassant
dans le showroom de Berlin, devant pas la taille du demi-queue: Profes-
des modèles de collection, ceux pos- sional, Tradition et Vision. Enfin,
sédés par Liszt, Wagner, Furtwän- les pianos Zimmermann, droits et
gler. En regardant ces instruments, petits quarts-de-queue, produits
on s’aperçoit que la facture Bechstein en Chine, dans l’usine d’Hailun, sous
a sensiblement évolué, privilégiant le contrôle de C. Bechstein, sont
les grands pianos de concert. Un véri- les instruments les plus accessibles.
table dilemme : comment accéder à Au total, ce sont 19 modèles de pianos
la puissance et à la projection sonore, droits et 22 autres de pianos à queue
tout en conservant la richesse en tim- qui sont donc proposés. Tous les pia-
bre si spécifique ? L’ un des dirigeants nos du groupe ont été conçus et conti-
de Bechstein, Leonard Duricic, nous nuent d’être développés en Alle-
donne quelques éléments de réponse. magne par le Centre de recherche et
« Nous avons énormément réfléchi pour 6 de développement situé dans l’usine
augmenter la puissance des instruments. de Seifhennersdorf. Les chiffres [

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 27


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

REPORTAGE BECHSTEIN

[ qu’annonce Stefan Freymuth sont d’un piano et un technicien affirme


éloquents : « À Seifhennersdorf, nous en souriant qu’un Bechstein est
fabriquons par an environ 1500 pianos « comme une fleur qui s’ouvre au bout
droits et 400 pianos à queue, à Hradec de dix ans d’existence ».
Kràlové, 1800 pianos et entre 300 et Le laquage polyester des pianos est
500 pianos à queue. » Deux sites de une action très délicate, notamment
production distants de 140 km tra- en termes d’hygiène et de sécurité.
vaillent en parfaite osmose. Comment 9 L’entreprise a beaucoup investi pour
est-ce possible ? construire dans l’usine tchèque des
espaces adaptés, parfaitement isolés,
UN PARTAGE répondre à la redoutable concurrence et installer les machines les plus
DES COMPÉTENCES asiatique. La répartition entre les modernes et conformes aux normes
La production est répartie entre le deux sites se fait de la manière sui- les plus exigeantes de la législation.
site allemand de Seifhennersdorf, vante : pour tous les pianos, l’usine On note que la laque blanche est
pour les instruments C. Bechstein 7. Stockage allemande est spécialisée dans le réalisée dans des salles indépen-
et Bechstein, et l’usine tchèque bap- du bois stockage et l’usinage du bois, maté- dantes de la laque noire. Les mul-
tisée C. Bechstein Europe, implan- (Seifhennersdorf). riau principal d’un piano. Sa surface tiples et gigantesques machines de
8. Assemblage
tée à Hradec Králové, à 120 km à par collage des
de production s’élève à 18 000 m2. polissage des différentes pièces
l’est de Prague, pour les pianos ceintures interne Nous avons été particulièrement planes laquées du meuble côtoient
W. Hoffmann. Une acquisition qui et externe impressionnés par l’immense hall de les postes de travail où de nombreux
date d’environ huit ans (il s’agit de d’un pianos stockage du bois, soit à l’état brut, tel ouvriers poncent et polissent quasi
C. Bechstein
l’ancienne usine des pianos Bohe- (Seifhennersdorf). que reçu des fournisseurs, soit à l’état manuellement celles aux formes
mia). D’énormes investissements 9. Barrage et semi-ouvré ou prêt à être laqué. arrondies ou complexes qui ne peu-
ont été engagés et ne cessent de l’être ceinture interne « Quelques millions d’euros de stocks vent pas être usinées. Les masques
d'un piano
dans chacun des deux sites pour aug- à queue
de bois », nous glisse un responsa- et tenues de protection sont néces-
menter la capacité de production, C. Bechstein ble de l’usine. Ici, la température et saires lors de toutes ces opérations.
la qualité et la productivité et ainsi (Seifhennersdorf). l’humidité sont les mêmes que dans les pièces terminées sont parfaitement
les ateliers voisins où seront effec-
tuées les opérations d’usinage. Cela
permettra d’obtenir une précision
extrême, proche de celle que l’on peut
obtenir dans l’usinage du métal !
L’usinage du métal et la prépara-
tion des cadres métalliques sont
effectués dans l’usine tchèque,
comme l’ensemble des délicats tra-
vaux de laquage, ponçage et lus-
trage de la laque polyester, finition
la plus courante, et ce pour la totalité
des pianos du groupe (hors Zim-
mermann). La qualité des laques est
essentielle. Devant les machines, on
10 nous précise qu’une laque de mau- 11
vaise qualité peut « fermer » le son

28 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

12 13

10. Préparation machines-outils à commande numé-


des cadres rique parfaitement alignées les unes
métalliques
pour qu'ils soient à côté des autres dans de nouveaux
lisses avant et immenses halls dont la tempéra-
la peinture ture et l’humidité sont parfaitement
(Hradec Králové). contrôlées. Nous sommes passés
11. Polissage
de l'extérieur dans de vastes espaces encore vides
des ceintures et qui seront bientôt dotés de nou-
de pianos velles machines ultramodernes à
à queue
(Hradec Králové).
commande numérique. [

12. Polissage
d'un panneau BECHSTEIN
avant de piano
droit (Hradec
EN QUELQUES DATES
14 Králové). 1826 Naissance de Carl Bechstein
13. Mise en place 1853 Création de l’entreprise
de bande abrasive 1857 Hans von Bülow joue
pour poncer la Sonate de Liszt : « Bechstein
protégées des coups ou rayures pos- HAUT ARTISANAT des panneaux
sibles lors des diverses manutentions. À L’ÈRE NUMÉRIQUE est au piano ce que Stradivarius
ou des couvercles
et Amati sont au violon ! »
Nous passons devant l’espace de Cette spécialisation de chacune plats (Hradec
Králové). 1870 500 pianos sortent
production des têtes de marteaux des deux usines par domaines de de l’usine berlinoise
14. Ce couvercle
qui est assurée, depuis 2016, dans compétences permet de considérer de piano à queue 1885 Ouverture de magasins
l’usine allemande. Un tout nouvel qu’elles n’en font qu’une, malgré va être poncé à Londres puis à Saint-Pétersbourg
atelier lui est dédié. Ces pièces la distance qui les sépare, car les liai- (Hradec Králové). 1912 Sortie du 100 000e piano
primordiales à la sonorité étaient sons par transport routier, en camions 15. Positionnement de l’usine berlinoise
de la tête 1919 1 000 personnes travaillent
auparavant produites par des sous- chauffés, sont quotidiennes. En de marteau pour Bechstein
traitants. Il ne nous a pas été possible outre, celle-ci a entraîné une orga- sur son manche
1930 1er piano électrique
de visiter le lieu, car les procédés de nisation plus rationnelle de la pro- avant le collage
à chaud. au monde, le Néo-Bechstein
fabrication de ces nouveaux mar- duction, un renouvellement des outils 16. Ceinture avant 1945 Destruction totale de l’usine
teaux « made in Bechstein » doivent de production avec, entre autres, le polissage final 1951 Nouveau site berlinois
rester confidentiels. d’immenses et impressionnantes (Hradec Králové). 1964 Rachat de l’usine par
les pianos américains Baldwin
1971 Sortie du EN280 de concert
1986 Karl Schulze rachète
C. Bechstein à Baldwin
1989 Reprise des pianos Euterpe
1992 Reprise de la marque
Zimmermann et de l’usine
de Seifhennersdorf
2003 Investissement du Coréen
Samick dans Bechstein
2006 Acquisition de plus de
la moitié des actions détenues
par Samick par les époux Schulze
2007 Bechstein rachète Bohemia
dont l’usine est située à Hradec
Králové
2017 Stefan Freymuth détient
92 % des actions du groupe
15 16 Bechstein

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 29


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

REPORTAGE BECHSTEIN

17 18

ORGANISATION ET identifié, numéroté et on peut retrou-


CONTRÔLE DE QUALITÉ ver la trace historique de chaque étape
L’organisation de la production, tant de sa construction, ainsi que le nom
pour les opérations sur les machines- des employés qui ont travaillé dessus.
outils que pour les tâches quasi L’engagement est personnel. Entre
manuelles, est particulièrement bien quatre et huit apprentis œuvrent en
pensée. Elle laisse une part impor- permanence dans les ateliers. Ils reçoi-
tante à l’initiative des équipes pour vent l’expérience de leurs aînés ;
une meilleure efficacité et producti- l’objectif étant que ces ouvriers deve-
vité. Des plannings impliquent cha- nus très qualifiés fassent leur carrière
que technicien pour les actions qui dans les usines Bechstein. Les travaux
lui sont attribuées. Le personnel est de finition (réglages, accords, har-
très bien formé, et chacun dispose monisation) sont effectués par des
19
d’un jeu très complet d’outillages pro- spécialistes d’un grand savoir-faire et
pres à son poste de travail. Les manu- dans le calme de salles insonorisées.
tentions, qui n’apportent aucune
[ C’est au sein du Centre de 17. Mise en forme valeur ajoutée, sont minimisées. UNE VUE À LONG TERME
recherche et développement de des queues Le contrôle de la qualité est réalisé L’investissement est fondamental
des têtes
Seifhennersdorf que sont définis de marteaux à tous les stades de la production. Les dans le développement de l’usine,
et préparés les programmes d’usi- de pianos à queue. pianos en cours d’assemblage, leurs comme le précise Leonard Duricic :
nage très sophistiqués destinés 18. Contrôle composants et leurs sous-ensembles « Nous avons l’assurance de la qualité
de la mise en forme
au fonctionnement des multiples des queues des têtes
passent par des points de contrôle des produits qui ont profondément évolué
machines à commande numérique de marteaux obligatoires auxquels ils ne peuvent ces dernières années. Les lois en matière
pour les deux usines. « Nous avons de pianos à queue. échapper. Après un passage à la « ma- d’écologie restreignent considérablement
développé nos propres outils numé- 19. Arrivée de cadres chine à jouer », ils sont ensuite tous l’emploi de tel ou tel matériau. Leur sélec-
métalliques bruts
riques et logiciels en 2D et 3D pour de fonderie repris pour la totalité de leurs réglages. tion est de plus en plus délicate. Nous
les plans de cordes, par exemple. Nous (Hradec Králové). Chaque instrument est parfaitement sommes les seuls à fabriquer nos propres
avons même des systèmes de contrôle
de l’usure des outils, celle-ci étant prise
en compte pour que la qualité demeure
à toutes les étapes de la production
jusqu’aux remplacements de ceux-ci »,
précise Paul Corbin, le seul Français
présent sur le site de Seifhenners-
dorf et l’un des principaux respon-
sables du Centre. « Sans cette tech-
nologie, il nous serait impossible de
reproduire à l’identique une telle qua-
lité. La flexibilité du bois, par exemple,
ne se combine qu’avec l’extrême soli-
dité des assemblages. Chaque milli-
mètre du piano est documenté, tout est
digitalisé dans la précision », ajoute 20 21
le spécialiste.

30 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

22
23

marteaux et nous utilisons le noyer 20. Cadres long terme. C’est pourquoi, dans notre
pour les C. Bechstein. La laine des feutres métalliques venant activité, le temps est la donnée la plus
d'être usinés
de marteaux est produite en Allemagne. sur une machine
précieuse. » Modernisation, mais aussi
Chaque fabricant offre d’ailleurs des à commande retour à la tradition. Depuis peu,
spécificités particulières avec ses petits numérique l’usine de Hradec Kràlové intègre
secrets. Nous envisageons de réaliser (Hradec Králové). une entreprise de restauration de pia-
21. Usinage
bientôt chez nous des mécaniques entières. d'une structure nos anciens. Des passionnés font
C’est indispensable pour notre déve- en bois de piano revivre des instruments dans les règles
loppement et notre indépendance. Cette à queue sur une de l’art. La boucle est bouclée.
immense machine 24
recherche permanente n’est pas nouvelle Les pianos du groupe Bechstein sont distribués
à commande
chez Bechstein. En 1930, la firme fut numérique en France par Saico. bechstein-digital.com
la première à concevoir un piano élec- (Seifhennersdorf).
trique, le Néo-Bechstein, en collabo- 22. Assemblage
par collage
ration avec Siemens. Aujourd’hui, nous du barrage

www.pianoshop.fr
améliorons sans cesse les systèmes silen- avec la ceinture
cieux Vario installés sur les pianos du intérieure.
groupe. La société C. Bechstein Digital 23. Contrôle
du positionnement
Gmbh a conçu et créé un nouveau logi- des agrafes
ciel de piano virtuel, C. Bechstein Digi- sur un cadre
tal Grand, très performant, lancé en de piano droit.
septembre 2016. Nous avons échan- 24. Quelques outils
traditionnels
tillonné le son du D 282 dans les studios pour le réglage
Teldex de Berlin, avec des micros inté- et l'harmonisation.

Le
grant la technologie très sophistiquée 25. Mécanique
de piano droit
M/S. L’histoire technique du piano, avant montage
vous le constatez, n’est jamais achevée. (sans marteaux
Chez Bechstein, tout est pensé sur le ni étouffoirs).

réseau
25
du Piano
mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 31
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

EN COUVERTURE

KATIA ET MARIELLE
LABÈQUE

COMME LES
DEUX DOIGTS
DE LA MAIN
C’est l’un des duos les plus célèbres du monde. Deux sœurs,
quatre mains et presque quarante ans d’harmonie et de virtuosité,
avec la même passion de la musique et de la liberté, la même soif
de nouveautés. Inséparables, elles vivent leur vie au diapason
de leur éblouissante carrière, leur label et leur fondation.
Elles partagent tout, la simplicité et la bienveillance aussi, et si parfois
elles se disputent, c’est toujours l’accord parfait sur scène.
Leur répertoire, comme leurs expériences musicales, est pluriel
et singulier, du baroque au contemporain, en passant par le rock
et le jazz. À l’occasion de la parution de leur nouvel opus baptisé
« Invocations », nous les avons rencontrées. Interview à deux voix.
UMBERTO NICOLETTI

32 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 33


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

EN COUVERTURE KATIA ET MARIELLE LABÈQUE

D UMBERTO NICOLETTI
Deutsche Grammophon sort le Sacre du printemps le Sacre du printemps, nous n’avions pas envie d’une lecture
de Stravinsky et Six Épigraphes antiques de Debussy. desséchée, sans pédales, « clinique ». Nous avons écouté
Il s’agit d’une production de votre label KML toutes les versions. Comment restituer ou suggérer la masse
Recordings. Parlez-nous de ce défi que représentent de l’orchestre avec deux pianos ? Il faut une telle énergie
la création d’un label et ce partenariat… pour jouer cette musique. Nous nous sommes inspirées
Katia : Nous nous sommes jetées à l’eau sans trop bien des couleurs de l’orchestration de Stravinsky en travaillant
savoir nager. Nous avons plongé dans cette aventure parce énormément sur son conducteur, car sa partition pour
que nous voulions réaliser nos productions dans notre piano est nue. Ce furent donc des heures de réflexion
studio et maîtriser toutes les étapes de conception jusqu’à sur chaque note. Quelles indications ajouter, quels élé-
la jaquette du CD. La distribution, qui a tellement changé, ments modifier ? La prise de la Danse sacrale a été gardée
c’est un autre domaine. Ce n’est pas notre métier et c’est presque en entier, d’une traite.
là qu’intervient Deutsche Grammophon. Katia : Chez nous, nous jouons sur nos instruments et
Marielle : La grande force d’un studio comme le nôtre, nous collaborons toujours avec les mêmes preneurs de
qui est installé à Rome, c’est de pouvoir prendre le temps son. Il n’est pas évident de s’habituer à quelqu’un d’autre.
et de restituer l’impression du « live ». Sans stress. David Surtout quand on s’engueule ! Les disputes, cela fait
Chalmin gère le lieu, compose avec les meilleurs maté- partie des rapports entre musiciens, entre sœurs… Alors,
riels possibles, optimisés chaque année. Par exemple, pour on se passe volontiers d’une présence étrangère.
Marielle : À l’époque où nous débutions notre carrière,
notre mère sortait souvent de la pièce où nos répétions
KATIA ET MARIELLE LABÈQUE EN QUELQUES DATES parce qu’elle ne supportait plus la tension.
1950 et 1952 Naissance de Katia puis de Marielle Labèque à Bayonne Katia : Et puis, avouons-le, les labels comme Philips,
1968 Premiers Prix au Conservatoire de Paris EMI et Sony ne connaissaient pas notre répertoire.
1980 CD Rhapsody in Blue de Gershwin (Philips) qui devient « disque d’or »
1998 Acquisition de deux pianofortes, copies de Silberman
Les producteurs n’avaient aucune idée de qui nous étions.
1997 à 2006 Aucune sortie d’albums Ils avaient les partitions, c’est tout. Et même, le jour de
2005 Création de la Fondation Katia et Marielle Labèque à Rome l’enregistrement, ils se trompaient parfois de versions !
2007 Lancement du label KML Recordings. CD Stravinsky/Debussy (KML Recordings) C’était vraiment fatigant.
2008 CD « De Fuego y de Agua » (KML Recordings) Le « live » n’est-il pas préférable au studio ?
2011 Première mondiale du projet « 50 Years of Minimalism » au King’s Place de Londres. Katia : Si vous enregistrez trois ou quatre concerts
Rhapsody in Blue de Gershwin et West Side Story de Bernstein (KML Recordings)
à la suite, pourquoi pas. Mais, avec une prise unique,
2013 CD « Minimalist Dream House » (KML Recordings)
2016 Contrat de licence avec Deutsche Grammophon
c’est-à-dire dans la majorité des cas, l’artiste assure
d’abord avant de se libérer. C’est frustrant.

34 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Marielle : Ou vous disposez de temps. Le 15 janvier, à Depuis 1795


Radio France, lors de la répétition générale, nous avons
joué « à fond » la Sonate de Bartók et le Sacre du printemps
deux heures avant le concert. Franchement, c’était épuisant !
Pourquoi avoir choisi d’installer votre studio à Rome ?
Katia : Pourquoi l’Italie ? Notre mère [la pianiste Ada
Cecchi, ndlr] était italienne. Quand nous habitions à Lon-
dres, elle ne venait jamais nous voir et ne parlait pas
la langue. Je crois qu’elle n’a jamais pardonné Jeanne
d’Arc aux Anglais ! Quelques années plus tard, mon mari,
le chef d’orchestre Semyon Bychkov [qui a été le chef prin-
cipal du Mai musical florentin, ndlr], cherchait un appar-
tement à Florence. Nous y sommes restés durant quelques
années puis nous sommes partis à Rome. Qui sait si
nous ne déménagerons pas de nouveau ? Notre maison,
c’est un refuge après les tribulations entre hôtels et avions.
Malheureusement, Rome est devenue une ville un peu
chaotique. Le nord de l’Italie nous tenterait bien…
Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?
Katia: Le Concerto pour deux pianos de Jan Ladislav Dussek
[compositeur né en République tchèque en 1760 et mort
en France en 1812, ndlr].
Pour quelle raison avez-vous choisi ce compositeur ?
Katia : La programmation de ce Concerto [en si bémol
majeur opus 63, ndlr], avec ses notes dans tous les sens,
est une idée de Reinhard Goebel, le directeur de l’ensemble
baroque Concerto Köln, que nous connaissons depuis
1995. Nous l’avons appris après avoir joué le Double
Concerto pour deux pianos de Philip Glass en Angleterre
[les deux sœurs ont donné la première mondiale de cette œuvre
à Los Angeles, en 2015, sous la direction de Gustavo Dudamel,

« NOS REGARDS SONT DE CONNIVENCE,


MAIS ILS NE SONT PAS NÉCESSAIRES.
ON SE PERÇOIT. EN RÉALITÉ, TOUT VIENT
DU TRAVAIL » KATIA ET MARIELLE
ndlr]. Nous présenterons cette pièce de Dussek sur des
pianos actuels parce que nous serons accompagnées par
l’Orchestre symphonique de Bamberg dont les instruments
sont modernes. Personnellement, j’aurais bien aimé
l’interpréter sur un pianoforte, un Conrad Graf, par exem-
ple. Mais avec Reinhard…
Marielle : Chez lui, Reinhard ne travaille que sur les
microfilms des manuscrits originaux. Dans son appar-
tement, il n’y a que des partitions et un vélo. Avec lui,
je serais prête à participer à n’importe quel projet.
Parlez-nous de votre tout premier disque,
les Visions de l’Amen d’Olivier Messiaen…
Marielle : Le compositeur voulait qu’on enregistre sa
pièce par petits bouts. Il était incroyablement organisé
et précis. À l’époque, le montage représentait vraiment
un travail de collage sur des bandes, avec un côté artisanal
qui paraît incroyable aujourd’hui.
Katia : Tu dis « artisanal » ? Je revendique ma position
d’artisan, celle qui consiste à aller au maximum de [
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

EN COUVERTURE KATIA ET MARIELLE LABÈQUE

[ la recherche artistique. Pour le Sacre du printemps, Quel regard portez-vous sur les œuvres de l’avant-garde
nous avons eu la chance de travailler avec l’accordeur que vous avez jouées et souvent créées ?
de piano qui suit Krystian Zimerman. Imaginez un piano Katia: Le temps fait sa sélection. Je citerais Sinfonia de
qui tienne l’accord après une journée entière de travail Luciano Berio, une œuvre majeure, à mes yeux. Boulez
sur une telle œuvre ! fut un très grand penseur de la musique, mais au risque
Vous êtes un cas unique d’interprètes qui ont débuté de m’attirer les foudres de certains, je suis partagée sur
avec le répertoire contemporain, mélangeant le devenir de son répertoire. En vérité, beaucoup de com-
toutes les esthétiques, de Boulez aux minimalistes positeurs dits de « l’avant-garde » n’ont pas réalisé les espoirs
américains. Une approche guère appréciée en France, que l’on portait en eux. Ils avaient rompu avec le public.
du moins jusqu’à une époque récente… L’arrivée des minimalistes, le retour au rythme et à la
Katia : On peut même parler de détestation des compo- mélodie ont coïncidé avec un ras-le-bol pour les œuvres
siteurs de l’avant-garde, à l’image de ce qu’éprouvait que personne ne comprenait. Nous avions joué par cœur
Boulez à l’égard de Philip Glass. Luciano Berio, qui fut les Structures de Boulez et nous y prenions du plaisir.
en quelque sorte notre mentor, ne comprenait pas notre Mais le public, lui, en ressentait-il ?
attirance pour les minimalistes. Pour lui, la musique Marielle : Idem pour le Concerto pour deux pianos de
de John Cage, dont il admirait l’intelligence, équivalait Berio, que j’adore interpréter. Mais à l’écouter… Nous
à « dessiner des moustaches à la Joconde ». C’est précisément étions jeunes quand nous avons travaillé les deux livres
pour ne pas le heurter que nous sommes venues tardive- des Structures. C’était un défi à relever, déjà pour com-
ment à ces nouveaux courants. Chaque esthétique nous prendre comme cela fonctionnait. Et puis, il y a tant
a permis d’entrer en contact avec d’autres personnalités d’autres compositeurs d’avant-garde que nous apprécions,
comme Bryce Dessner et Nico Muhly. À chaque fois, tels que Magnus Lindberg, Hans Abrahamsen, Thomas
nous avons eu des coups de cœur et demandé à ces com- Adès, Thomas Larcher…
positeurs qu’ils écrivent pour nous. Katia: En revanche, nous connaissons moins les Français.
Nous avions interprété Les Noces de Stravinsky aux côtés
de Thierry Escaich, pianiste et organiste. Tout est ques-

« INVOCATIONS » tion de temps. Nous jouons des répertoires si variés,


du baroque au contemporain…
Précisément, quels sont vos projets d’enregistrements ?
Katia et Marielle Labèque
Stravinsky: Le Sacre du printemps Katia: Nous allons enregistrer un disque consacré de nou-
(version originale pour deux pianos) veau aux compositeurs minimalistes. Des œuvres de David
Debussy: Six Épigraphes antiques Chalmin, Bryce Dessner… Nous avons un autre projet
(version pour deux pianos) autour de la musique basque. À la bibliothèque d’Eresbil
Deutsche Grammophon 4814713. 2016. 49’ [installée non loin de San Sebastian, cette institution créée par
le gouvernement basque collecte le patrimoine musical de la

L
e catalogue discographique comprend à ce jour nombre de versions région, ndlr], nous avons découvert des partitions extra-
pour quatre mains et deux pianos du Sacre du printemps. À deux claviers, ordinaires, de la Renaissance à aujourd’hui. Nous graverons
l’ouverture apparaît une nécessité, comme le précisent les interprètes des partitions pour deux claviers, qu’elles soient originales
dans le livret. Une nécessité musicale, mais aussi un confort acoustique ou à transcrire. Pour certains ouvrages, nous collaborerons
plus qu’appréciable, car la stéréophonie offerte par l’emploi des deux pianos recrée avec le contre-ténor Carlos Mena. Nous travaillons aussi
la sensation des pupitres de l’orchestre. La maîtrise analytique de la partition, avec Alberto Iglesias, le compositeur attitré des musiques
des équilibres rythmiques est, certes, un préalable. Mais il est loin d’être satisfaisant, de film de Pedro Almodóvar. Il nous a écrit une pièce
ainsi que le démontre cette lecture aussi impressionnante que personnalisée. Il faut avoir pour deux pianos et contre-ténor. Dans un autre registre,
une conception de l’œuvre, des « scènes chorégraphiques de la Russie païenne », nous avons été séduites par la musique de Max Richter.
en traduire les forces physiques, la fraîcheur et le lyrisme. Ces pianos expriment Au début, j’étais un peu réticente, mais ce qu’il a réalisé
tout cela, et plus encore : une jouissance de la matière sonore. à l’Opéra Garnier sur les Quatre Saisons, mises en espace
L’immense énergie soulevée par les deux pianos est le fruit d’une vision qui, avec le ballet de Crystal Pite, était inouï.
paradoxalement, met en valeur la beauté des instruments. L’impératif rythmique Marielle: C’est le plus beau ballet que j’ai vu récemment.
assuré – et de quelle manière, avec un approfondissement inouï des respirations En somme, vous aimeriez que le Sacre du printemps…
intérieures –, on entre dans l’émotion d’un drame symphonique. Mystères et ténèbres, Katia : … Soit chorégraphié par Crystal Pite ! Cela n’a
soleils éclatants sont portés par la souplesse et l’élégance des gestes. On prend ainsi jamais été fait avec deux pianos. Danse et musique sont
le temps d’être surpris par des jeux de timbres inattendus qui donnent vie à une partition tellement complémentaires.
antérieure à l’orchestration, et dont les éléments mélodiques composent avec Depuis vos débuts, vous n’avez jamais cessé d’imaginer
des paroxysmes de brutalité. Saisissante prestation et référence moderne, assurément. de nouveaux répertoires. On vous voit d’ailleurs
Répartis à deux claviers, les Six Épigraphes antiques de Debussy furent composés vous exprimer avec conviction dans un petit reportage
pour quatre mains. Là encore, l’élargissement du spectre sonore à deux pianos affine en 1969. Quel souvenir gardez-vous de cette période
considérablement la perception de l’œuvre. Silences, éclats et résonances prennent post-Mai 68 ?
alors une dimension inédite. Magnifique. S. F. Katia : Nous sommes arrivées à Paris et nous y vivions
toutes seules. Marielle avait 11 ans et demi, moi, 13 ans

36 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Saint-Ursanne (Jura | Suisse)


Cloître et collégiale
2-13 août 2017
4 édition

LACOMBE
Christiane Baume-Sanglard David Pia
Giovanni Bellucci Roman Rabinovich
Frédéric Carrière Frédéric Rapin
Christian Chamorel Véronique Rapin
François Chaplin Marco Schiavo
Dana Ciocarlie Igor Tchetuev
Brigitte Fossey
Duruntina Guralumi
Dasol Kim L’Orchestre International
Claire-Marie Le Guay de Genève
Sergio Marchegiani Alexei Ogrintchouk, direction
LACOMBE

et demi. Notre mère venait nous voir chaque week-end. En haut : Katia.
Nous nous sommes senties tout de suite très responsables En bas : Marielle.
et nous voulions être dignes de sa confiance. En mai 1968,
comme elle était très inquiète, elle nous a ramenées sur
la côte basque en 2 CV. L’instinct de protection. À l’époque,
on ne savait pas grand-chose. Alors, retrouver le soleil
et les plages… À titre personnel, ces événements sont
tombés à pic. J’avais tellement travaillé avant les concours
de la fin d’année scolaire que je souffrais d’une tendinite.

www.crescendo-jura.ch
« LA GRANDE FORCE DE NOTRE STUDIO,
C’EST DE POUVOIR PRENDRE LE TEMPS
ET DE RESTITUER L’IMPRESSION DU “LIVE”. Porrentruy (Jura | Suisse)
SANS STRESS. » MARIELLE Salle de l’Inter
Le report des épreuves à l’année suivante m’a été utile. 21-22-23 avril 2017
Nous avons donc terminé en même temps le Conservatoire. 5 édition
Je crois au travail intense, mais aussi à la chance.
Quelle était votre ambition après le Conservatoire ?
Katia: Rester ensemble et continuer le duo. Nous n’avions
aucune connaissance du répertoire classique. Il a toujours
fallu rattraper notre retard. Nous n’avions pas de « bagage »
Christiane Baume-Sanglard Quintette à cordes du
de notre professeur, Lucette Descaves, ou de sa répétitrice. Dana Ciocarlie Philharmonique de Berlin
Nous avons l’appris par nous-mêmes, et tardivement, Lilit Grigoryan
dans les années 1990. À l’époque, nous étions déjà « disque Hugues Leclère Luiz Filipe Coelho
d’or ». En fait, le Conservatoire ne le faisait pas étudier Daniel Mesguich Wolfgang Talirz
www.nusbaumer.ch

et ne reconnaissait pas les duos. Nous n’y avons travaillé [ Frédéric Rapin Romano Tommasini
Véronique Rapin Tatjana Vassilieva
Louis Schwizgebel Janusz Widzyk
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

EN COUVERTURE KATIA ET MARIELLE LABÈQUE

[ que les œuvres du XIXe siècle : Études de Chopin et de ce que nous sommes. En revanche, je crois dans les
Liszt… Nous éprouvions un véritable écœurement pour rencontres et la capacité des musiciens à s’adapter.
cette musique. C’est pour cela que nous avons joué du Marielle : Nous n’avons pas bénéficié de la transmission
Messiaen grâce auquel nous avons fait la connaissance de d’une école et encore moins de celle de Lucette Descaves.
Berio puis de Boulez, etc. Nous sommes devenues le duo Katia : En revanche, les célèbres duos comme Gold et
« égérie » de la musique contemporaine sans l’avoir désiré. Fizdale, et surtout les Kontarsky, si investis dans le répertoire
Marielle : Ce fut aussi l’époque des rencontres avec des de leur temps, ont été des modèles pour nous. Leur inter-
musiciens tels que les percussionnistes Jean-Pierre Drouet prétation de Mantra de Stockhausen est si impressionnante
et Sylvio Gualda du Domaine musical. que nous n’avons jamais relevé le défi de jouer cette œuvre.
Quelles sont les personnalités qui vous ont fait Marielle: On pourrait aussi citer Georges Pludermacher
découvrir le répertoire « classique », celui qui vous dans Stravinsky, Debussy et Bartók ou le clarinettiste Michel
faisait défaut ? Portal. En vérité, tous ces musiciens nous ont inspirées.
Katia : Je citerais Alfred Brendel qui, en un après-midi, Katia : Sans oublier Pierre Boulez, nous y revenons,
nous a appris plus sur le phrasé, l’articulation et la pédale si bienveillant avec nous. À Londres, il disait, tout en nous
que quatre ans au Conservatoire de Paris. Plus tard, expliquant le Premier Livre des Structures, « qu’il n’y
croyait plus vraiment », alors que nous avions tout de
« AUCUNE ÉCOLE NE FERAIT LA SYNTHÈSE DE même passé trois mois à l’apprendre par cœur. C’était
un poète, il utilisait des images telles que: « Là, vous voyez,
CE QUE NOUS SOMMES. EN REVANCHE, JE CROIS c’est comme une fleur qui s’ouvre… » Seul et en dehors de
DANS LES RENCONTRES ET LA CAPACITÉ son entourage, il était extraordinaire. Quel contraste
avec, par exemple, la violence de ses propos assassins
DES MUSICIENS À S’ADAPTER. » KATIA sur l’establishment. Pour les jeunes artistes un peu pro-
vocantes que nous étions, cette odeur un peu sulfureuse
en 1995 et 1997, nous avons fait des rencontres décisives : était un parfum bien séduisant.
Reinhard Goebel dont nous avons déjà parlé et Giovanni Parlez-nous de votre travail à deux pianos…
Antonini, autre spécialiste du baroque, qui dirige Tout ne passe-t-il pas par le regard ?
l’ensemble Il Giardino Armonico. Ils ont des visions Marielle : Le regard ou l’impression, le ressenti de l’autre.
diamétralement opposées de la musique et ils ont tous En réalité, tout vient du travail. En concert, on retrouve
deux absolument raison ! une certaine liberté, un lâcher prise. C’est ce que nous
Poser à nouveau sur le pupitre des œuvres comme avons gagné depuis nos premiers enregistrements qui
les Concertos pour deux pianos de Bach ou de Mozart étaient brillants, mais également parfois un peu raides.
avec des artistes tels que Reinhard Goebel, cela Nous étions très « métriques ».
implique certains bouleversements, je présume… Katia : Les regards sont de connivence, mais ils ne sont
Katia : En effet, il a tout changé ! Vous n’imaginez pas pas nécessaires. On se perçoit.
à quel point nous avons travaillé certaines pièces, repris Jusqu’où pouvez-vous prendre des risques ?
tous les ornements à partir de livres rédigés en vieil Katia : La grande interrogation ! Cela tient du miracle.
allemand, par exemple… En vérité, nous avons appris à ne plus jouer ensemble.
Marielle: L’ornementation est aussi une question de goût. Vous êtes étonné ? Si vous jouez un accord parfaitement
Nous l’avons abordée, entre autres, avec le pianiste et synchronisé, il devient plat. La musique, c’est cette part
musicologue Robert Levin (voir Pianiste n°96). Un véri- de doute, d’imprévisibilité qui vous émeut quand vous
table érudit qui connaît tous les répertoires, y compris écoutez les enregistrements de Furtwängler.
le jazz ! Nous avons collaboré avec lui sur le projet Bach. Marielle : Le premier qui nous a parlé de cette liberté
Katia: Cela s’est passé de la façon suivante: il donnait une a été Alfred Brendel en nous écoutant dans la Fantaisie
classe de maître à Stuttgart et nous nous y sommes inscrites à quatre mains de Schubert.
sans, évidemment, l’en avertir. Il a été plutôt étonné de Katia : Pour tout dire, le résultat ne tient qu’à un fil. Et
nous voir arriver pour travailler le pianoforte avec lui. on ne sait pas vraiment comment l’expliquer. L’impor-
Vous ne croyez donc pas aux « écoles »… tant, c’est d’intégrer la prise de risques et de se dire que si
Katia : Non, en effet. Aucune école ne ferait la synthèse c’est raté, eh bien, tant pis ! Par exemple, dans la Danse
sacrale du Sacre du printemps, nous devons trouver
une sorte de swing et il faut que la basse rock’n’roll
À VOIR de Marielle nous porte !
The Labèque Way a été réalisé par Félix Cábez. Voilà un film musical Marielle : Rock’n’roll… Une timbale n’est jamais sèche,
original et remarquablement bien filmé, qui nous fait entrer dans elle résonne après une attaque articulée. C’est très difficile
l’univers musical des sœurs Labèque : tournées, déménagements de à obtenir au piano, d’autant que s’ajoutent la problé-
pianos, répétitions et extraits de concerts avec sir Simon Rattle, Semyon matique des instruments qui changent et celle de l’acous-
Bychkov, mais aussi la chanteuse de flamenco Mayte Martin, etc.
Un monde coloré, de Mozart au rock, avec d’excellents bonus: le Concerto
tique, avec ou sans public.
pour deux pianos de Poulenc et Le Carnaval des animaux de Saint-Saëns. Votre expérience est précieuse. Donnez-vous
MILA

des classes de maître ? [

38 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 39


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

EN COUVERTURE KATIA ET MARIELLE LABÈQUE

À LIRE
Une vie à quatre mains:
voilà un bon titre!
Cette biographie ou plutôt
ce carnet de voyages,
composé d’une série
d’entretiens, consacré
à l’un des plus célèbres
duos de la musique
classique, met en scène,
grâce à l’écriture alerte
de son auteur, Renaud
Machart, les « épisodes
de la vie de deux artistes ».
L’allusion au sous-titre
de la Symphonie fantastique
de Berlioz n’est pas fortuite,
tant le mouvement

UMBERTO NICOLETTI
et les changements de cap
animent les passions
de Katia et Marielle
Labèque. Souvent avec
humour, elles évoquent [ Katia : Rarement. Il est risqué de bouleverser des Marielle : Quel stress ! Pas de piano avant d’entrer sur
leur enfance et leurs études,
conceptions si fortement dans un temps si court et de ne scène, vous attendez dans une caravane… Les condi-
des débuts de carrière
aux rencontres qui ont forgé pas poursuivre le travail avec le musicien. Pour en revenir tions sont spartiates.
leur répertoire. Avant-garde au quatre mains, tous les duos que nous avons entendus Katia: Et pourtant nous aimons tellement l’image lorsqu’elle
contemporaine et jazz, jouaient les basses beaucoup trop fortes. D’ailleurs, pour est de qualité. Ces jours-ci sort un documentaire de Félix
rock et musique baroque Alfred Brendel, c’est la partie du haut qui met la pédale. Cábez, The Labèque Way. Il a été produit par EuroArts
se superposent, Boulez Marielle : En effet, si vous placez la pédale sur les basses, et notre label, et est distribué par Warner en France.
et pianoforte font bon elle a tendance à devenir très rythmique. Cela étant, L’équipe du réalisateur nous a suivies pendant presque
ménage. Leur quête
incessante de nouvelles
nous échangeons les pédales comme dans Ma mère l’Oye deux ans. Cela vaut la peine de filmer la musique, à la
sonorités leur interdit de Ravel. Il est essentiel de toujours trouver un com- condition que la qualité du son soit optimale. Il faut faire
de se spécialiser. Nomades promis et de s’écouter. rêver par l’image et le son. Dans la captation d’un concert,
d’esprit, elles créent Comment choisissez-vous les versions d’une œuvre, voir des glottes de chanteurs ou des pianistes transpirer
pourtant leur propre à savoir à quatre mains ou à deux pianos ? en gros plan, je ne suis pas sûre que ce soit l’idéal.
fondation et un label Marielle : C’est la sonorité orchestrale de la pièce qui En 2005, vous créez la Fondation Katia et Marielle
de disque dans une sorte
détermine notre choix. La Fantaisie de Schubert et Labèque. Quelle est votre ambition ?
d’intranquillité saisissante.
Qui sont-elles? S. F. Ma mère l’Oye de Ravel sont des œuvres pour quatre Katia : Nous soutenons des projets et des artistes hors
mains. En revanche, à notre avis, les Épigraphes antiques norme comme la chanteuse américaine Shannon Wright,
Buchet/Chastel, 2016,
de Debussy, que nous avons enregistrés, sont faits pour la chanteuse de flamenco Mayte Martín ou le vidéaste
256 p., 19 euros
deux pianos et ne marchent pas à quatre mains. Tal Rosner. La fondation, sans sponsors, met à disposition
Quittons l’intimité de Schubert pour les grandes le studio. C’est en quelque sorte une résidence et nous
scènes internationales. Vous faites partie de ces rares aidons des artistes plutôt marginaux, le fruit de belles
artistes du classique invités à participer rencontres. C’est comme si cette aide était celle dont
à d’énormes spectacles… nous n’avons pas bénéficié au début de notre carrière.
Katia : En 2005, nous avons participé au concert d’été Comment cela ?
de la Waldbühne, aux côtés du Philharmonique de Katia : Certes, un Steinway ne coûte pas aussi cher
Berlin et de sir Simon Rattle face à 33 000 auditeurs, qu’un Stradivarius, mais il faut une pièce assez grande
puis en mai dernier, nous étions au château de Schön- pour accueillir l’instrument. Au début, nous avions
brunn avec Semyon Bychkov devant 500 000 per- des quarts-de-queue et, pour accéder au second piano,
sonnes… et 1,5 milliard de téléspectateurs ! il fallait se glisser à quatre pattes sous le premier…
Je doute que l’on ne pense pas à ces chiffres Quelle est votre méthode de travail au piano ?
avant de monter sur scène… Katia et Marielle : Nous ne faisons jamais d’exercices,
Katia : Surtout pas ! pas d’échauffement des doigts et nous jouons directement

40 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

le morceau prévu. En revanche, et c’est très important,


nous pratiquons le stretching. C’est beaucoup plus utile
« NOUS PRATIQUONS LE STRETCHING
que de faire des gammes. Nous les avons largement éprou- POUR LE MAINTIEN ET LA SANTÉ DU CORPS,
vées durant notre enfance.
Marielle: Le maintien, la santé du corps par le stretching
C’EST BEAUCOUP PLUS UTILE QUE DE FAIRE
ou la natation est, pour nous, vital. En Autriche, nous DES GAMMES. » KATIA ET MARIELLE
avons même vu des musiciens d’orchestre faire du stret-
ching en groupe le matin avant leur première répétition. chaque phrasé est différent, vos doigts en « petits marteaux »,
Katia: J’avais demandé à Miles Davis comment il choisissait selon une certaine tradition française, sont totalement
ses musiciens. Il m’avait répondu: « À la façon dont ils se contre-productifs.
déplacent, se présentent et saisissent leur instrument. » D’ailleurs, Marielle : Notre métier est aujourd’hui beaucoup plus
pour revenir au début de notre entretien, nous jouons une fatigant qu’il ne l’était: les déplacements plus longs, les low
quantité inouïe de gammes dans le Concerto de Dussek ! cost, les contraintes des bagages… À une époque, nous
Donc, un pianiste amateur aura tout intérêt à les pratiquer, avions des valises en bois, tellement lourdes ! On n’avait
y compris les duos qui abordent des morceaux comme pas les portables avec leurs chargeurs, tous ces objets qui
les Trois Pièces faciles de Stravinsky. Et, de toute façon, nous encombrent. Certaines journées sont épuisantes,
si vous interprétez les études de Liszt ou de Chopin, rien que pour cela. Sans parler de la pollution…
c’est que vous avez déjà vos gammes dans les doigts. Vous envisageriez de quitter Rome ?
Nous partons du principe qu’il faut toujours se faire plaisir Katia et Marielle : Quitter LA ville ! Installer un studio
en jouant et extraire d’une grande œuvre le matériau à la campagne… Respirer… Ne plus subir l’agression
technique pour la travailler. C’est tout de même plus sti- du bruit aussi. Même sur les plages en Italie, le bruit est
mulant que les atroces études de Hanon ou de Longo ! permanent. Tout est fait pour que les gens ne commu-
À ce point… niquent plus entre eux. C’est triste.
Katia: Oh oui ! Après ces exercices et lorsque vous abordez Propos recueillis
le répertoire baroque où, par définition, chaque note, par Stéphane Friédérich

K-300
Un piano exceptionnel
La série K de pianos droits (K-200 à K-800) a été
entièrement repensée et intègre de nombreuses
innovations présentes dans la gamme GX de
pianos à queue.

Avec une sonorité digne des meilleurs pianos


j TXHXH XQH PpFDQLTXH VROLGH HW ÀDEOH XQH
ÀQLWLRQLUUpSURFKDEOHOHVSLDQRV.$:$,GHODVpULH
K demeurent la référence des conservatoires,
écoles de musique, auditoriums et le meilleur
FKRL[GHVSDUWLFXOLHUVH[LJHDQWV

X Mécanique exclusive brevetée ‘‘Millenium III Upright


Action’’ : sROLGLWpGXUDELOLWpÀDELOLWpSXLVVDQFH
X Un toucher optimal : FRQWU{OHSUpFLVLRQH[SUHVVLYLWp
X La perfection du son : WDEOHG·KDUPRQLHHIÀOpH EDVVHV
SOXV FKDOHXUHXVHV  WrWHV GH PDUWHDX[ HQ DFDMRX VRXV
JDUQLWXUHPDUWHDX[ULJLGLWpGHODVWUXFWXUH
X Structure robuste : renforts de supports, équerres de
ULJLGLÀFDWLRQ Modèle : K-300 Noir verni.
X Esthétisme et praticité : large pupitre, system soft-fall,
$XWUHVÀQLWLRQV%ODQFYHUQL1RLUYHUQLVLOYHU
roulettes en laiton, double roulettes avant (sauf K-200).
2SWLRQSLDQRVLOHQFLHX[$7;GLVSRQLEOH
w w w. k a w a i f r. c o m
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

L’espoir de la « Pathétique »
N
ous allons étudier aujourd’hui ma musique sera délivré des malheurs où se d’alto et de ténor. Or, comme dans un quatuor
la célèbre Sonate « Pathétique » traînent les autres hommes. » Abandonnez à cordes, il faut pourtant bien les connaître
de Beethoven. Avant d’aborder donc ce pessimisme à la Cioran du premier et savoir les chanter, y compris pour les
cette partition majeure, rappelons et souvenez-vous plutôt de cette phrase de atténuer. Sentir votre pouce sur sa tranche
que la musique de Beethoven, né Beethoven, passeport pour un vaste espoir. avec un maximum de contact vous aidera
la même année que le philosophe Hegel Le génie de Bonn possède une force à développer cette écoute.
et le poète Hölderlin, exige de nous réflexion titanesque, de la tendresse aussi, comme N’oubliez jamais également qu’il faut
et intelligence. Ainsi, écrivait-il à Bettina l’illustre le cantabile du IIe mouvement toujours dessiner la musique, sculpter
von Arnim en 1812 : « Chez l’homme, de la sonate qui nous apporte le baume les phrases et nuancer, car c’est aussi le moteur
la musique doit faire jaillir le feu de l’esprit. » d’une divine consolation. essentiel de vos doigts. Bien sûr, quelques
Pour jouer la « Pathétique », il est donc Ce faisant, la « Pathétique » comporte conseils ne suffiront jamais pour jouer
fondamental non seulement de dompter nos évidemment de réelles difficultés techniques. la « Pathétique ». Notre ambition sera plutôt
doigts, mais aussi d’embrasser par la pensée Rappelons quelques principes de base pour de vous inculquer certains principes et aussi
l’organisation des thèmes, des tonalités les vaincre. 1. Il faut apprendre à partager de vous inciter à chercher par vous-même.
et des rythmes de ce chef-d’œuvre. Mais cela notre main en deux, afin de faire entendre Enfin, à tous ceux et toutes celles
n’est en rien rébarbatif ! N’existe-t-il pas deux voix dans une même main. Souvent, qui éprouvent parfois des difficultés à jouer
une ivresse dans cet effort de comprendre, nous devons jouer une partie supérieure piano, rappelons cet autre adage
de décrypter la pensée d’un génie ? Cependant, legato, tout en répétant des notes internes de Beethoven : « Ce qui compte dans l’effort,
il faut également ressentir le message que avec le pouce et le 2e doigt. Cela demande c’est avant tout l’action, plutôt que le résultat. »
cette partition adresse à nos sentiments, de l’indépendance des doigts, une vraie Puissions-nous réussir et faire nôtre
comme en témoigne cet autre courrier de volonté pour sentir, écouter, contrôler. la pensée de ce géant qui demeure
Beethoven adressé à Marie Pachler-Koschak : 2. L’énergie du rythme doit être votre pour tous les musiciens un exemple
« Vous voudrez bien me jouer mes Sonates premier objectif à atteindre pour jouer de force et d’intelligence, une lumière,
en fa et en ut mineur [la « Pathétique », ndlr] ? la « Pathétique ». « La bible du musicien devrait un phare dans la nuit…
Je n’ai trouvé encore personne qui exécute s’ouvrir par ces mots : “Au commencement était Alexandre Sorel
mes compositions aussi bien que vous, sans le rythme” »2, affirmait Henrich Neuhaus. 1. La Sonate en ut mineur à laquelle Beethoven
excepter les grands pianistes. Ils n’ont souvent Les syncopes sont très nombreuses dans fait allusion est précisément la « Pathétique ».
que du métier ou de l’affectation. Vous êtes, vous, cette sonate. Or, il faut souligner chacune, 2. Henrich Neuhaus, L’Art du piano, Éditions
Van de Velde, 1971, « Du rythme », p. 62.
la véritable nourrice de mes enfants spirituels. »1 mais sans oublier de se rétablir ensuite
Ressentir la « Pathétique » implique sur la vraie pulsation (ici, sur la basse jouée
sans doute que nous ayons nous-mêmes par le 5e doigt de la main gauche). Contrôler
souffert, car cette pièce atteste des premières chaque pulsation est indispensable, car c’est
intuitions que Beethoven eut de sa surdité votre volonté rythmique qui est le premier
à venir. L’heure est « grave » dès la première « moteur » de vos doigts ; c’est elle qui donne
page. Toutefois, si l’écrivain suédois Stig les ordres, envoie l’influx nerveux venu
Dagerman publia un jour ce sombre petit de votre cerveau, commande aux doigts

JÉRÔME CHATIN
livre intitulé Notre besoin de consolation est d’exécuter leurs mouvements.
impossible à rassasier, Beethoven déclarait 3. Nous négligeons souvent d’apprendre et
au contraire : « Celui qui comprendra d’écouter les parties internes de la musique,

n Félix Le Couppey (1811-1887) : Étude en fa majeur, extrait des 25 Études de l’Alphabet opus 17
n Robert Schumann (1810-1856) : Shéhérazade opus 68 n°32, extrait de l’Album für die Jungend
(Album pour la jeunesse)
n Félix Mendelssohn (1809-1847) : Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6
n Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate en ut mineur opus 13, dite « Pathétique ».
I. Grave, Allegro di molto e con brio. II. Adagio cantabile. III. Rondo, Allegro

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 43


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1

Félix Le Couppey
(1811-1887)
Étude en fa majeur, extrait des 25 Études de l’Alphabet opus 17

1-8

‘ Cette petite étude de Félix Le Couppey est Ensuite, jouez, mais sans jamais émettre deux À SAVOIR
un bon terreau musical pour apprendre à phra- notes avec la même intensité. Rendez cette
ser et à jouer en rythme. mélodie intéressante, car elle bouge, elle vit. En Félix Le Couppey fait partie de
somme, comme le déclarait Chopin : « Chantez ces musiciens français méconnus
MES. 1-4 avec vos doigts. » du XIXe siècle, probablement
D’abord, chantez votre mélodie de la parce qu’il ne mena pas une
main droite. Imaginez que vous la dessinez MES. 5-8 carrière flamboyante de soliste
avec votre voix, comme si vous en traciez Tout en dessinant les nuances de la mélodie, à l’époque des grands virtuoses
les contours avec un crayon sur une feuille de veillez à ne pas perdre le contrôle du itinérants tels que Liszt et Thalberg.
papier. Soyez un(e) artiste : cherchez une jolie rythme. C’est très important. Le temps dans le Pianiste, compositeur et pédagogue,
forme, harmonieuse et belle. Que dessine-t-elle, jeu, c’est un peu comme la feuille pour le dessin. il eut une grande aura au
cette mélodie ? Elle monte jusqu’au Fa puis En effet, la musique se déroule dans le temps, Conservatoire de Paris en tant que
redescend vers le grave (La). Elle enjambe une comme un dessin se fait sur la feuille. Apprenez professeur et plus encore pour
quarte et, enfin, s’achève doucement sur une les notes qui tombent sur chaque pulsation, les divers ouvrages qu’il rédigea
blanche : le Do. Dessinez-la avec vos doigts. sachez leur nom et écoutez leur son. Retenez bien sur le piano. Il publia notamment
Commencez piano, puis « réchauffez » (jouez aussi leurs doigtés. Puis atténuez les notes qui De l’enseignement du piano,
plus intensément) vers le Fa. Le Do-blanche de tombent entre ces pulsations, en relaxant vos livre destiné aux enseignants.
la 2e mesure est la terminaison de la phrase : doigts. Jouez ces notes de pulsation à la même Le Couppey y développa
atténuez-le. Diminuez en laissant se détendre vitesse. C’est ce que l’on nomme le tempo. notamment la notion de plaisir :
votre jointure du poignet. Imaginez des paroles Écoutez-vous. Si vous hésitez, si vous pressez « Instruire en intéressant toujours
comme : « C’est au-jour-d’hui le prin-temps ou ralentissez parce que vous ne connaissez pas et transformer chaque prochain
(Do-Ré-Mi-Fa-La-Ré-Do…). Je-suis a-llé(e) me les notes, alors apprenez-les ! Si vous savez à cours comme une joyeuse
pro-me-ner… (Do-Do-Fa #-Sol-Do-Ré-Do-Do) », etc. la fois nuancer la phrase et contrôler le temps, impatience. » Cécile Chaminade
Cherchez vous-même la suite des paroles ! vous êtes déjà un(e) bon(ne) pianiste ! fut l’une de ses élèves.

44 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

Robert Schumann
(1810-1856)
Shéhérazade opus 68 n°32, extrait de l’Album für die Jungend (Album pour la jeunesse)

1-12

‘ Avec cette petite pièce, Schumann raconte les projeter assez fort, afin que l’oreille de l’audi- soulevez votre poids. Si votre poignet est libre,
une histoire en musique. À nous également de teur perçoive leur son jusqu’au son suivant. Ima- votre main remonte un peu. Le son s’obtient alors
la raconter avec notre jeu, de la rendre aussi pal- ginez que vous suivez du regard une étoile filante par le poids et la hauteur. Il ne vous reste donc
pitante que le récit de Shéhérazade. dans le ciel d’été. Elle brille très fort au début, puis plus qu’à laisser retomber votre poids sur la note
son sillage décroît petit à petit dans un decres- que vous voulez faire sonner. Souvenez-vous
MES. 1-6 cendo de lumière. Jouez vos notes longues en imi- de cette sensation. Atténuez aussi les autres notes
Ce morceau est une sorte d’étude pour les tant les étoiles. Lancez-les et suivez à l’oreille leur en dessous en détendant vos autres doigts.
notes longues. Au piano, le son commence trace sonore. Avant vos notes longues (avant Do,
à s’éteindre dès que nous avons joué la note. Ré), gardez votre doigt dans la touche. Débloquez MES. 7-8
C’est pourquoi il faut lancer les notes longues, votre poignet (il doit être parfaitement libre), puis Reprenez piano après le son long en détendant [

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 45


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

[ le doigt. Après une note longue, il faut musique. Mesure n°9, elle repart sur une inter- À SAVOIR
reprendre piano pour éviter un choc désagréa- rogation, l’harmonie de Mi dominante (Ve degré).
ble à l’oreille qui nous surprendrait. Ici, mesure Sentez votre accord Mi-Sol #-Si comme en attente Schumann écrivit les premières
n°7, nous avons une syncope avec le Ré du d’autre chose. Ne cassez pas votre poignet vers partitions de l’Album
2e temps. Il se prolonge par une liaison et le son le bas, ne tombez pas avec la main, relevez pour la jeunesse opus 68
diminue de lui-même. À la suite du Ré, lors- plutôt un peu vos doigts. pour le septième anniversaire
que survient la fin de phrase, Fa, Mi, Ré, Do, Dans la descente en demi-tons à la main gauche de sa fille, la petite Marie.
reprenez votre Fa très doucement. Détendez (Mi, Ré #, Ré, Do), faites bien attention à ne pas Ces « Petites pièces faciles
votre 5e doigt, afin de le faire sonner moins fort, tomber de la main en jouant Ré #, une touche pour piano », qu’il réunit lui-même
et écoutez-vous. Tout est là dans l’art du piano. noire en hauteur sur le clavier, vers Ré bécarre, en un vrai recueil en 1848, sont
1. Vouloir. 2. Sentir et comprendre. 3. Écou- une touche blanche en bas. Parfois, le relief une sorte de tableau des sensibilités
ter. 4. Corriger. du clavier nous donne envie de tomber et de du monde entier, car le compositeur
nous « asseoir » avec la main. Mais il ne faut pas les avait conçues comme un petit
MES. 9-12 le faire lorsque c’est contraire au caractère « cours d’histoire de la musique ».
Vous ne jouerez jamais bien ce morceau si vous suspensif de l’harmonie. On ne s’assied pas Les 18 premières étaient destinées
n’en sentez pas le parcours harmonique, au moment de partir en voyage. Ressentez bien aux très jeunes pianistes
le voyage de la tonalité. Apprenez les degrés si les harmonies de Schumann « avancent » ou débutants, les autres aux enfants
de la gamme sur lesquels Schumann pose sa si elles ont fini. un peu plus avancés.

MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

Félix Mendelssohn
(1809-1847) Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6

‘ Mendelssohn a écrit plusieurs chansons note de l’arc de phrase, puis allégez sur la fin, la mélodie principale, mais aussi la voix secon-
de gondoliers. Celle-ci, en sol mineur, est parti- en débloquant bien votre poignet et en remon- daire, la partie interne de la main droite2 (voix
culièrement nostalgique. tant la main. d’alto). Savoir chanter chacune des voix est
Main droite. À la main droite également, la condition indispensable pour pouvoir contrô-
MES. 6-17 prenez un peu d’élan par le geste pour phraser ler l’ensemble de votre partition. La plupart
Rythme. Commencez par ressentir le balance- de hauteur avec la main avant la première note des professeurs oublient de rappeler ce principe
ment caractéristique de la mesure ternaire. Ici, de la phrase. Attention, cependant, il faut aussi très simple qui est pourtant la base de tout : si
elle est à 6/8, avec six croches par mesure. Par doser cela subtilement, car votre 1er temps, l’on ne sait pas chanter chaque note, si l’on n’a
opposition au binaire, le rythme ternaire est plus celui qui donne le balancement, ne vient qu’en- pas chaque note dans l’oreille, on ne peut pas
coulant, plus balancé. Voilà qui convient à l’évo- suite sur la basse de la main gauche. C’est elle contrôler ce qui se passe sous nos doigts.
cation d’une gondole sur les canaux de Venise ! qui indiquera le balancement de la mesure : On contrôle les doigts par l’oreille, par le vouloir,
Mais ce morceau est plutôt triste. Nostalgie une, deux trois, quatre cinq, six… une deux, par la pensée.
vénitienne !1 Comptez dans votre tête : « Une, trois, etc. Cherchez le dosage ! Aimez cette Jouez ces doubles notes très ensemble. Lang
deux, trois, quatre, cinq, six. » Le rythme, c’est mélodie nostalgique. Lang le dit lui-même : « Il faut jouer toutes
un balancement, il faut le sentir. Dans la mesure Dessinez toujours les courbes, atténuez les fins les notes ensemble. » Suivons son conseil. Atta-
à 6/8, en principe, la 1re croche, ainsi que la 4e, de phrase en libérant votre poignet et en laissant quez vos doubles notes d’un tout petit geste ver-
doivent avoir un peu plus de poids. Mais, parfois remonter votre main. Attention, il y a un piège : tical, de haut en bas, à la dernière seconde. Nos
aussi, c’est un peu plus subtil. C’est le cas ici. les terminaisons des arcs de cercle tombent ici mains ont tendance à pencher vers le petit doigt.
Main gauche. À partir de la mesure n°7, Men- sur le 2e temps (la deuxième noire pointée à 6/8). Or, cela nous fait parfois jouer un peu trop tôt
delssohn a indiqué un point sur la note de basse. En principe, on souligne un peu chaque temps, les notes des 5e et 4e doigts et, au contraire, trop
Il faut donc la détacher. Cela rend la basse afin que la musique nous « balance » bien. Mais, tard celle du centre. Corrigez. Jouez très ensem-
plus légère et nous aide à souligner davantage ici, justement, ce 2e temps porte aussi la fin de ble, pensez un petit trait vertical au moment
la mélodie. Le compositeur a également écrit la phrase, la terminaison. Il faut donc atténuer. de jouer et écoutez-vous.
un petit arc de cercle qui commence sur les 2e et En fin de phrase, relaxez votre poignet, ôtez Donnez plus de son à la voix du haut.
5e croches de cette main gauche. Ce petit phrasé le poids, laissez votre main remonter d’elle- Voici maintenant un détail très important pour
contredit la mesure. Percevez l’effet poétique même, complètement détendue. la technique. Efforcez-vous d’atténuer la partie
ainsi produit. Cela ressemble à une douce Doubles notes. L’une des difficultés de ce mor- interne, celle qui est jouée par les doigts du centre
plainte, une sorte de gémissement. « Tombez » ceau est de bien jouer les doubles notes. Véri- de la main et, à l’inverse, rendez un peu plus
un peu avec votre poignet dans la première fiez que vous savez chanter non seulement sonore la partie plus aiguë, celle qui est jouée

46 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

6-17

avec le 5e doigt, le 4e ou le 3e. Comment faire ? À SAVOIR


Ne laissez pas votre main s’aplatir vers le 5e.
Si notre main droite tombe du côté du petit doigt, Mendelssohn contribua fortement à la vie musicale de son temps, et c’est
il n’y a plus de hauteur sous la partie aiguë et, du notamment à lui que l’on doit la redécouverte des œuvres de Bach et de Haendel.
coup, le son ne sort pas, les aigus sont comme Le Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6 appartient à son premier cahier (il en a
étouffés. Pour que cela sonne, prenez un peu de publié huit) des Romances sans paroles (Lieder ohne Worte), recueil qui date
hauteur sous le petit doigt (le 5e), tendez vos du voyage que le compositeur effectua à travers l’Europe entre 1830 et 1832.
doigts des aigus, résistez. Au contraire, relaxez Ces partitions parurent à Londres, en 1832, sous le titre d’Original Melodies
vos doigts du milieu de la main afin d’atténuer. for the Pianoforte. Notre 6e Romance fut écrite à Venise, le 16 octobre 1830.
Il n’est pas facile d’acquérir cette indépendance C’est un andante composé dans une mesure à 6/8, très balancée et évocatrice
dans la main. Doigts aigus plus tendus et doigts de la Ville éternelle et de ses canaux. Soulignons au passage qu’il s’agit
du centre plus relaxés, et pourtant il le faut. [ de l’une des toutes premières barcarolles de l’histoire de la musique pour piano.

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 47


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

[ MES. 13-15 n°8 (au 2e temps), la basse joue un Sol, et la main un peu contre cette dissonance. Sentez le pou-
Dissonances. Ce qui fut écrit dans la musique droite, Fa #-La, soit une septième et une neu- voir affectif des dissonances. Apprenez à votre
a pour finalité d’exprimer une émotion. Nous vième. Ces intervalles frottent beaucoup. oreille à ne plus les craindre, alors vos doigts
avons vu que le rythme suggérait ici une sorte de Mesure n°14, Mendelssohn écrit un Sol à la basse, voudront bien les jouer. Si votre oreille a un doute,
plainte. Les nombreuses dissonances contenues puis, au-dessus, Si bémol, Do #, Ré et Do #, Fa comment vos doigts pourraient-ils avancer ?
dans cette pièce soulignent encore davantage bécarre.3 Voilà encore qui est rude pour notre 1. La rupture d’Alfred de Musset et de George Sand eut
ce sentiment de peine, de tristesse. Une disso- pauvre oreille. Nous croyons que notre main a lieu à Venise. Il paraît que ce ne fut pas très joyeux.
2. Vous ferez de même pour la partie haute de la main
nance, cela frotte, c’est moins « doux » à l’oreille du mal à jouer cet accord, mais il n’en est rien. gauche pour le ténor.
qu’une consonance. Ici, au début de la mesure En réalité, c’est bien notre oreille qui se révolte 3. Accord de septième diminuée avec une appoggiature: fa.

SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

Ludwig van Beethoven


(1770-1827) Sonate en ut mineur opus 13, dite « Pathétique ». I. Grave, Allegro di molto e con brio

‘ INTRODUCTION : GRAVE (pouce et 2e doigt) qui sont répétées et doivent rythme. Une syncope est une sorte d’accent
MES. 1-8 donc être au préalable détachées. Liez la partie intempestif, une note attaquée à contretemps (ou
Rythme précis. La première chose que vous du haut avec vos doigts (3e, 4e, 5e, 5e > 4e), en tenant sur un temps faible) et dont le son se prolonge.
devez viser dans toute la Sonate « Pathétique » bien d’une note à l’autre avec le doigt. Néanmoins, pour que ce rythme soit correct,
est de transmettre l’énergie farouche du rythme. Simultanément, répétez bien chaque Sol à la par- il faut aussi que vous sentiez – après la syncope –
Dans son Cours d’interprétation4, Alfred Cortot tie médiane jouée par le pouce : Sol-Sol-Sol. l’endroit où se rétablit la « vraie » pulsation,
donne la recommandation suivante : « La sonate Il faut beaucoup de patience pour acquérir une le « vrai » temps. Si vous ne sentez pas la pulsa-
commence par un thème fatal. C’est le Sort, telle indépendance dans la main. C’est à la fois tion suivante, vous avez simplement décalé
si vous voulez, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus une question d’écoute, de sensation, de volonté l’ensemble. Mesure n°4, après la syncope Lab,
étranger à notre volonté. Mettez autant de fata- et de patience. Exercez-vous soigneusement, retrouvez bien votre appui sur le Si bémol.
lité dans le rythme que dans le son. Que vos vous développerez ainsi le contrôle de vos doigts Sentez votre influx nerveux sous le doigt,
valeurs soient exactes ; votre rythme absolu. et, de manière générale, votre technique. votre énergie de pulsation intérieure. Toutefois,
Mettez plus de concentration que de force dans Syncopes. La Sonate « Pathétique » comporte comme le La bémol ci-dessus, ce Si bémol doit
votre jeu. » Voilà un bon conseil ! Pour jouer beaucoup de rythmes syncopés. Mesure n°4, par être pris en remontant la main, car il est la domi-
ce thème, apprenez d’abord à le subdiviser à la exemple, Beethoven écrit un La bémol accom- nante du ton de Mi bémol majeur qui va venir
croche. Donnez son vrai poids et sa durée exacte pagné d’un sforzando. Alfred Cortot précise : ensuite. Il exprime donc également une question,
à la triple-croche. La plupart des pianistes inex- « Le La sforzando, suivi d’un trait à la 4e mesure, une attente. Prenez-le en remontant légèrement
périmentés commencent à l’émettre trop tard et est un cri douloureux qui se module. » Faites la main, et non en l’aplatissant.
la raccourcissent. Or, si la triple-croche est avalée, sonner ce Lab avec votre 3e doigt à la main La bonne démarche consiste donc à d’abord res-
le caractère « grave » de ce thème disparaît et droite, et ce d’autant plus qu’il s’agit d’une syn- sentir par l’oreille musicale le sens harmonique
laisse place à un motif médiocrement fébrile cope. Henrich Neuhaus précisait : « Las de reve- et rythmique d’un passage, puis à chercher quels
et nerveux, au lieu d’être noble. Comptez : « Un, nir toujours sur le sujet rebattu de la syncope, sont les bonnes sensations et les bons gestes qui
deux, trois, quatre » à l’intérieur de chaque j’ai résumé par une plaisanterie enfantine tout seront adaptés à la musique. Comme l’explique
croche et jouez la triple-croche au bon moment. à fait appropriée : “Madame Syncope est une Gerd Kaemper dans Techniques pianistiques,
Ne la démarrez pas trop tard. Certes, il faut se personne définie ; elle a un visage, une expres- « la technique consiste à adapter le geste au
donner du mal pour cela, mais c’est une ques- sion, un caractère, qu’il est inadmissible de la contenu de la partition ».6 Souvenez-vous de
tion d’énergie intérieure et, justement, vous confondre”. »5 Cependant, ressentez bien aussi cette phrase qui est fort juste.
devez la transmettre à l’auditeur. Par ailleurs, que cette note syncopée doit être jouée « vers Voix médianes, épaisseur. Sentez les direc-
comme le soulignait Alfred Brendel, le temps et le haut », car il s’agit de la septième de la domi- tions des voix de la musique, cela aide énormé-
le son dans le jeu sont toujours intimement liés. nante. Celle-ci exprime donc une « question har- ment à apprendre. Mesure n°5, au 4e temps et
Main partagée en deux : legato et détaché. monique ». Jouez fort, mais ne l’aplatissez pas, début de la mesure n°6 (à la nuance ff), sentez
Apprenez à « partager la main en deux », afin de ne l’écrasez pas ! Au contraire, extrayez-la les mouvements contraires des voix. La ligne
faire entendre deux voix autonomes dans une du piano, touchez ce Lab avec votre doigt puis, de basse descend (Ré-Do-Si bécarre), tandis que
même main. Dans ce motif célèbre de l’introduc- poignet parfaitement libre et débloqué, prenez- la voix d’alto monte (Si bécarre-Do-Ré). En har-
tion, Do-Ré-Mi-Mi---Ré…, Beethoven exige du pia- le en remontant votre main. Sentez que, même monie, cela s’appelle un « échange ». Demandez-
niste qu’il exécute deux voix dans la seule main joué forte, il exprime une interrogation musicale. vous toujours si les voix marchent en mouve-
droite, à savoir la partie du chant qui doit être jouée Rétablir le temps après la syncope. Appuyer ments parallèles ou en mouvements contraires,
legato et les notes internes d’accompagnement la syncope ne suffit pas pour assurer le bon vers le haut, vers le bas… [

48 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

1-8

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 49


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

11-21

[ ALLEGRO DI MOLTO Synchronisation. Jouez ces deux voix parfai- rotation de l’avant-bras sur son axe. Ne levez pas
E CON BRIO tement ensemble avec une synchronisation par- les doigts, n’articulez pas. Jouez au plus près pos-
MES. 11-21 faite. Ne vous permettez jamais le moindre déca- sible des touches sans lever les doigts du clavier.
Montée en doubles notes. Cette figure est le lage. Jouer très ensemble est une condition Assurez de nouveau votre temps fort
germe thématique du Ier mouvement de la Sonate indispensable pour sentir les empreintes des après la syncope. Nous l’avons dit, il est fon-
« Pathétique ». Étudions-la en détail. intervalles dans vos mains. La pédagogue Brigitte damental de savoir exécuter correctement les
1. Main droite. Deux voix. Dans ce motif de Bouthinon-Dumas est l’auteur d’un ouvrage inti- syncopes. Ici, vous devez absolument éviter
la main droite, Beethoven conduit deux voix tulé Mémoire d’empreintes7 : ce titre parle de lui- la crispation due à la répétition des trémolos
qui montent ensemble. Une partie aiguë, jouée même. Jouer très « ensemble » les notes, c’est d’octaves. Or, votre détente sera directement
par les doigts externes de la main (4e, 5e, 3, 4e, aussi développer votre écoute globale. Il faut proportionnelle à votre volonté intérieure du
5e, etc.) et une partie d’alto, confiée aux doigts entendre plusieurs sons à la fois, les percevoir rythme. Plus vous aurez l’énergie intérieure
internes, pouce et 2e doigt. Il est essentiel que en même temps. du rythme, plus vous serez relaxé(e). Moins vous
vous sachiez parfaitement chanter non seule- Ajoutons que, nos mains étant enclines à pencher le sentirez, plus vous serez crispé(e). Pensez
ment la partie aiguë, mais aussi la partie interne. vers l’extérieur, la partie du milieu a tendance à ainsi : appuyez bien chaque syncope. Après
Si vous ne l’entendez pas, vous ne pourrez pas jouer un peu trop en retard par rapport à la partie la syncope, sentez et écoutez le rétablissement
assimiler les espaces entre vos doigts. Toutes aiguë, et celle du chant, un peu trop en avance sur le 2e temps par le 5e doigt de la main gauche.
les mémoires sont nécessaires pour exécuter par rapport à l’alto. Veillez à l’ensemble rigoureux. Cela concerne l’impulsion physique que vous
techniquement ce passage, la « mémoire phy- Tombez verticalement dans ces doubles notes. donnez à vos doigts. Là réside la véritable « clé »
sique » tout autant que la mémoire auditive. Au piano, ce qui est difficile, c’est de faire les deux technique pour exécuter ce passage.
Sensation. Pour aider à l’écoute de ces parties à la fois : bien phraser, nuancer horizontalement, Comptez les carrures de mesures. Il faut
internes, développez le contact de votre pouce mais aussi jouer en même temps verticalement donc sentir chacun de vos temps, leur impulse
avec le clavier. Chacun de nos doigts bénéficie d’un avec autant de perfection. par la basse. Donnez une préférence au temps
plein contact de la pulpe du doigt avec les touches, 2. Main gauche. La main gauche comprend ici fort. Cependant, cela ne suffit pas encore.
sauf le pouce. Ce dernier ne peut jouer que sur sa des trémolos. Si on ne les exécute pas correcte- Apprenez aussi à compter les groupes de mesu-
tranche. De là vient aussi que nous entendons sou- ment, la crispation du bras survient très vite, il y res et à différencier les premiers temps entre
vent moins bien sa partie. Apprenez à sentir votre a grand danger. Voyons comment procéder. eux. Tous les temps forts ne doivent pas avoir
pouce avec le plus grand contact possible. Cela Rotation de l’avant-bras. Fixez l’espace entre le même poids. Voyez la manière dont Beet-
développera votre capacité à mieux entendre ces votre 5e doigt et votre pouce, puis exécutez hoven groupe les mesures. Le grand pianiste
voix d’alto et de ténor et à mieux sentir le clavier. votre trémolo grâce à un petit mouvement de Artur Schnabel ne notait qu’une seule chose sur

50 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

51-68

ses partitions de travail de Beethoven : les car- des premiers temps. Comptez dans votre tête la musique sans faire appel à la fois à votre
rures de mesures en chiffres romains. « Alors les mesures, pas seulement les temps ! connaissance de la musique (solfège, harmonie,
que l’indication de mesure au début d’un mor- formes) et à l’affectivité contenue dans la parti-
ceau nous renseigne sur le nombre de temps MES. 51-68 tion que les notes expriment. Or, du point de vue
par mesure et la place du temps fort, nous Deuxième thème de forme sonate de l’affect, le majeur-mineur est essentiel.
n’avons pas d’informations sur la période Ce deuxième thème possède un caractère triste-
métrique.8 Et d’ajouter : Quand je commence ment jubilatoire, malgré son mode mineur. MES. 91-102
une nouvelle période métrique, je dois savoir Nous le sentons grâce au Sol bémol : une tierce La montée. Ce passage pose quelques pro-
à l’avance combien de temps je vais avoir mineure de l’accord de Mi bémol. Éprouvez blèmes techniques et l’on peut en venir vite à se
à jouer, si cela est pour six, ou huit, ou douze toujours de quelle nature est votre tierce, en crisper le bras. Voici quatre conseils indispen-
mesures. »9 « Respirez » avec les carrures de majeur ou en mineur. La tierce est une note très sables pour le maîtriser.
ce Ier mouvement de la « Pathétique ». Elles sont importante, de même que la note sensible ou 1. Le doigté. Examinez le doigté de la partie
ici de quatre, puis de huit mesures. Faites-les le VIe degré. En effet, elles ont un pouvoir affectif centrale de chaque main. Respectez-le et ne le
sentir à celui qui vous écoute par la différence très fort. De manière générale, n’abordez jamais changez plus. Un doigté prépare la main à [

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 51


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

91-102

[ jouer les notes suivantes. Si vous ne mettez bémol à la main gauche, poussez-la vers cette la main gauche sur l’accord Mi-Sol placé sur le
pas le bon, vous aurez beau répéter indéfiniment touche noire, mais sans relever le poignet. Ana- 2e temps. Il est une autre difficulté du trait. Cer-
le passage, vous vous tromperez. lysez tous ces mouvements de tiroir (pousser– taines « rencontres » entre la main droite et la
2. Le détaché. Tandis que la partie précédente tirer). Exécutez-les sans casser votre poignet, main gauche sont composées de terribles disso-
comportait de longues tenues de notes (des ron- sans remonter vers le haut. Si vous bougez trop nances et notre oreille a du mal à les assimiler.
des), Beethoven indique ici des points de détaché la main de haut en bas, cela fait perdre le contact Voici donc un exercice qui vous étonnera. Jouez
sur les « parties externes » : la basse et la note des pulpes de doigt avec le clavier. Essayez et la main gauche complète, mais à la main droite,
la plus aiguë de la main droite. Respectez-les et vous verrez. ne jouez que les notes des temps. Vous n’en
détachez vraiment. Votre technique en dépend. 4. Ménagez votre crescendo. Il est indispen- croirez pas vos oreilles, tellement c’est dissonant.
En effet, lorsque nos doigts sont écartés du centre sable dans un crescendo de maîtriser l’émotion, Et pourtant c’est bien ce que Beethoven a écrit !
de la main et demeurent en éventail, les muscles de doser l’énergie mentale et physique et de ne Habituez-vous à ces sonorités afin que vos doigts
du bras travaillent trop et se tendent. Au contraire, pas jouer trop fort trop tôt. Ménagez votre son. « acceptent » de les exécuter.
une main ramassée agit sans fatigue. Détachez Contrôlez la tension psychologique et sonore. 4. Alfred Cortot, Cours d’interprétation,
les notes externes aux deux mains. Aussitôt la note Éditions Ressources Paris-Genève, 1979, p. 99.
jouée, ramenez vos doigts vers la paume. MES. 111-118 5. Henrich Neuhaus, L’Art du piano, « Du rythme »,
Éditions Van de Velde, 1971, Paris, p. 61.
3. Mouvements de tiroir touches blanches- Beethoven écrit ici un petit passage gracieux et 6. Gerd Kaemper, Techniques pianistiques, Leduc.
touches noires. Mesure n°95, pour jouer le La mélodique. Appuyez un peu votre syncope : 7. Brigitte Bouthinon-Dumas, Mémoire d’empreintes,
bécarre avec le petit doigt, ne baissez pas la main la blanche, Mi bémol, sur la moitié du 1er temps publication Cité de la Musique, Paris 2003.
8. et 9. Konrad Wolff, Schnabel’s Interprétation
vers cette touche blanche, tirez plutôt vers vous de la mesure n°113. Juste après, rétablissez of Piano Music (en anglais), préface d’Alfred Brendel,
votre main droite. Pour jouer en même temps le Mi la « vraie » pulsation. Sentez un léger appui à Faber Music, London 1972, pp. 58-59 et p. 168.

52 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

111-118

À SAVOIR
Si Beethoven n’a pas utilisé le terme « pathétique » pour qualifier sa sonate, il semble cependant l’avoir admis et même employé.
Il écrivit cette œuvre entre 1798 et 1799, l’âge de 28 ans. Elle fut publiée par un éditeur du nom d’Erder, sous le titre de Grande
sonate pathétique pour le clavecin ou le piano-forte, composée et dédiée à son Altesse Monseigneur le Prince Karl von Lichnowsky.
Cette pièce si célèbre marque le sommet de toute une partie de la production de Beethoven avant l’année 1800. C’est la deuxième
fois que celui-ci se sert du ton d’ut mineur – auparavant, il en avait usé dans la Sonate n°5 opus 10 n°1. Il ne reviendra à cette tonalité
qu’avec l’ultime et majestueuse Sonate opus 111. La Sonate « Pathétique » devint rapidement en son temps une des œuvres
les plus célèbres du compositeur. Quel pianiste amateur ou professionnel ne l’a pas interprétée ? Quant à son caractère musical qui
a assis sa notoriété, Alfred Cortot, dans son Cours d’interprétation, souligne que « si nous cherchons une influence autour de la Sonate
“Pathétique”, c’est celle de la surdité de Beethoven que nous trouvons. De cette époque subsiste une lettre de lui, adressée
à ses frères, dans laquelle il écrit qu’il pressent sa surdité. » Le caractère « grave » noté par Beethoven au début de la sonate
demeure tout au long de la partition. Romain Rolland remarque : « La “Pathétique” est une magnifique parade qui certes mérite
son nom. Car le grand pathos dramatique, au bon et au mauvais sens, s’y déverse à cœur joie. » Le Rondo final pourrait être, par
son tempo et sa forme, assimilé à une badinerie, jouée tantôt liée, tantôt « non ligato » [selon le terme que Beethoven a utilisé lui-même
à propos de l’Opus 111, ndlr]. Cependant, il ne faut pas s’y tromper, ce mouvement a un caractère dramatique, et non léger.

SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

Ludwig van Beethoven


(1770-1827) Sonate en ut mineur opus 13, dite « Pathétique ». II. Adagio cantabile

‘ Ce II mouvement de la Sonate « Pathétique »


e
Cette noble tâche demande du « métier », tout une des rares personnes qui s’en rendent compte
est composé de quatre parties. Il est probable que autant que de l’inspiration ! Dans une lettre qu’il et qui comprennent que, pourvu que l’on sente
Beethoven ait songé à un quatuor vocal ou un qua- écrivit à Andreas Streicher, Beethoven remarque: la musique, on peut aussi faire chanter le piano. »10
tuor à cordes. Apprenez d’abord à chanter avec « Il n’y a pas de doute qu’en ce qui concerne Pourquoi Beethoven écrit-il cela ? En grande partie
votre voix chacune des parties de ce « quatuor ». la manière de jouer, le piano est encore le moins à cause de la spécificité de notre instrument dont
Ensuite, il faudra faire chanter le piano sous vos étudié et le moins développé des instruments. Et les sons longs ont tendance à mourir aussitôt émis.
doigts et vous efforcer d’imiter le chant humain. je suis heureux, mon cher ami, que vous soyez Au piano, le son s’éteint de lui-même, ce qui [

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 53


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

1-14

[ rend difficile de maintenir une ligne musicale en dessous du chant, pour que les sons longs ne Ils sont si importants que je vous cite les propos
tout au long d’une phrase sans couper. Par ailleurs, soient pas « dévorés » par l’intensité des parties d’une grande dame du piano, Brigitte Engerer,
le piano fait partie de la famille des percussions, accompagnantes. En outre, comme nous l’avons que j’ai eu l’honneur de rencontrer : « Le phrasé,
puisque des marteaux frappent sur des cordes. vu pour la pièce de Mendelssohn, n’oubliez pas de pour moi, est ce qu’il y a de plus important en
Tout cela semble bien loin du moelleux linéaire de reprendre doucement le son qui suit une note musique, il est primordial. Les lignes de phrasé
la voix. Mais Beethoven précise bien: « Pourvu que longue, afin d’éviter un choc sonore qui sur- au-dessus des notes expriment la respiration de
l’on sente la musique. » À nous, par conséquent, prendrait l’oreille de l’auditeur. Par exemple, ici, l’œuvre et le langage de chaque compositeur.
animés par l’amour de la musique et notre art mesure n°2, prononcez suffisamment le Mi bémol. Le phrasé est comme notre respiration à nous :
du toucher, de remédier à l’imperfection de notre Écoutez et suivez son sillage sonore. Puis, lorsque inspiration-expiration, inspiration- expiration, etc.
instrument et de faire chanter le piano ! vous reprenez le Ré bémol avec votre 4e doigt, Tout ce qui est vivant respire, l’océan respire,
jouez-le le plus doucement possible, dans la conti- même un arbre respire… si l’œuvre ne respire
MES. 1-8 nuité du Mi bémol qui a beaucoup diminué. pas, s’il n’y a pas cette espèce d’abandon à la fin
Plans sonores. « Chanter » dépend ici beau- Détendez votre 4e doigt. Écoutez-vous. d’un phrasé, tout est perdu… »11
coup d’un bon dosage des plans sonores. Projetez Les respirations, les phrasés. Voici deux élé- Ce thème de Beethoven est construit par huit
le son des « notes longues ». Atténuez les notes ments essentiels pour exécuter ce mouvement. mesures, elles-mêmes divisées en deux fois quatre

54 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

mesures. La mesure n°8 exprime une première elle est coupée par différents phrasés, je ne vais curieux(se) : écoutez ce mouvement de Mozart,
terminaison de l’idée musicale avec retour sur la donc naturellement pas mourir à chaque fois ; enrichissez votre connaissance du répertoire.
tonique. Maintenez le chant de ce thème durant mais il y a un reflux ! »
ces huit mesures. Brigitte Engerer me dit encore: Terminaisons. Voici un autre conseil indispen- MES. 9-14
« Le phrasé est très important dans la technique sable pour bien chanter ce thème. Prenez le temps Votre ligne de basse (partie de violoncelle) est, elle
aussi, car je pense qu’il faut utiliser le bras comme de jouer les terminaisons de votre accompagne- aussi, composée de « notes longues » : les noires,
un archet, c’est-à-dire avec une tension constante ment. Soignez les fins de phrase, en écoutant plus durables que les doubles-croches. Souvent,
pendant la phrase et avec un relâchement à la fin notamment la fin des quatre doubles-croches nous savons que le chant doit prédominer et nous
du phrasé. C’est une question d’intensité sonore, de la partie d’accompagnement à la main droite. nous efforçons d’atténuer les voix d’alto. Mais
legato, physique, et puis aussi de relâchement. Ne les pressez jamais. Souvent, notre attention il nous arrive parfois d’oublier que les notes de
Un jeu où il n’y aurait pas ce paysage vallonné des est happée par le chant et nous en oublions basses peuvent également être traitées comme
phrases, où il n’y aurait pas abandon, puis tension, de contrôler les parties accompagnantes, nous des « notes longues », c’est-à-dire surplomber
puis abandon…, ce jeu-là serait très ennuyeux. » les pressons. Mais cela détruit la régularité du une autre voix dans la main gauche. Projetez cha-
Autant de paroles à ne pas oublier et à méditer. Au tempo. Ne pressez jamais vos fins d’accompa- cune de vos notes de basses jusqu’à la note sui-
milieu de ces huit mesures, donc, sentez la ponc- gnement. Écoutez et sentez chaque note jouée vante, afin de faire entendre la continuité de l’une
tuation. La demi-cadence suspensive (Ve degré) sur par votre pouce. De ce thème de Beethoven se à l’autre. Atténuez les quatre doubles-croches qui
l’accord de Mi bémol, mesure n°4, est comme une dégage une sérénité incompatible avec toute constituent l’accompagnement interne.
sorte de virgule du langage. Brigitte Engerer préci- forme de précipitation. Le pianiste Jörg Demus
sait enfin: « Le relâchement sera moindre évidem- a souligné les affinités de ce IIe mouvement de 10. Lettre de Beethoven à Johann Andreas Streicher,
Vienne 1796, in Lettres de Beethoven – Intégrale
ment s’il est au milieu de la phrase, car ce qui la « Pathétique » avec le thème de l’Adagio de de la correspondance 1787-1827, Actes Sud, 2010, p. 30.
est important, c’est la phrase entière et, parfois, la Sonate en ut mineur K. 457 de Mozart. Soyez 11. Cet entretien a été publié aux Éditions Symétrie.

SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

Ludwig van Beethoven


(1770-1827) Sonate en ut mineur opus 13, dite « Pathétique ». III. Rondo, Allegro

‘ Le thème de ce Rondo possède un caractère le détaché démodé, c’est pourquoi, ici, il fait Ier mouvement, il ne faut pas alourdir une termi-
bien défini. Cela provient de ce qu’il est ni entiè- alterner le non ligato et les arcs de phrasé qui, naison, quelle que soit sa place dans la mesure.
rement lié ni entièrement détaché. par opposition, doivent être joués legato. Reprenons ce que me racontait Brigitte Engerer.
En 1817, Karl, le neveu de Beethoven, prenait À ma remarque, « Chopin fait souvent ses fins
MES. 1-7 des cours de piano avec Czerny. Beethoven de phrase sur les temps forts », elle répondit :
Articulation du thème. Il est fréquent que, écrivit à ce dernier : « Je voudrais qu’il [Karl] se « Bien sûr ! Et c’est le phrasé qui caractérise
dans ses sonates, Beethoven change le toucher, serve de temps en temps de tous les doigts, ainsi un compositeur. À la fin des phrases, c’est là
faisant alterner le legato et une autre forme de que dans les passages suivants [...] où l’on ne qu’il faut relâcher et ne surtout pas s’asseoir.
toucher, qui n’est pas exactement le staccato, peut en quelque sorte glisser. Naturellement, Parfois, je demande cela à mes élèves et ils se
et qu’il appelait lui-même le « non ligato ». les sons produits sont comme on dit “perlés” disent : “Bah ! je n’ai pas eu le temps de remon-
C’est ce terme de « non ligato » (orthographe (joués avec quelques doigts seulement) ou fai- ter ma main en fin de phrase. Tant pis, je la mets
comprise) qu’il emploie notamment dans la Fugue sant la perle, mais il arrive que l’on désire parfois vers le bas.” Mais non ! Moi, je l’entends. C’est
de la Sonate « Hammerklavier » opus 10612. d’autres joyaux. »14 une espèce d’assise inadaptée, même si l’on
Ce mot convient aux premières notes de ce Chaque note est ici un joyau et demande un tou- joue très doux. Il faut que cela se termine
Rondo, Sol-Do-Ré, Mi… (avant la petite liaison). cher précis. Beethoven compte parmi les com- “vers le haut”. Ce n’est même pas la main, c’est
Savoir combien de temps exactement il faut positeurs qui ont fait évoluer le jeu vers un tou- le poignet qui respire. Cela peut être même très
tenir les notes, garder le doigt dans la touche cher plus soutenu et legato, à l’instar de la plupart peu, un demi-centimètre. » Comment illustrer
avant de la lâcher, est un élément important du des compositeurs à partir des années 1800. mieux que par ces propos ce qui se passe ici ?
contrôle technique. Tout passe par nos doigts Cela ne l’empêche pas de revenir de temps à N’asseyez pas votre blanche terminale, Do.
et notre toucher. Du temps de Carl Philipp Ema- autre au toucher non ligato, comme ici. Laissez remonter votre main, poignet complète-
nuel Bach, le jeu non ligato était habituel. Dans Fins de phrase sur temps forts. Dans ce ment libéré, et diminuez.
son École du jeu de piano, le pianiste Daniel Rondo, remarquons tout de suite une chose Parties internes de la main gauche : ne
Gottlob Türk indiquait : « Pour les sons joués importante : la fin du premier motif principal pressez par les dernières notes. Il est fonda-
d’une manière normale (ni staccato ni lié), (Sol, Do, Ré, Mi, Fa, Ré, Mi, Do, etc.) se termine mental, pour l’interprétation, la technique et
le doigt relâche la touche un peu avant la fin de sur le temps fort (1er temps de la mesure n°2). la mémoire, de bien connaître les parties
la durée de la note. »13 Mais Beethoven trouvait Comme nous l’avons déjà souligné dans le internes de la musique. Il faut savoir les [

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 55


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

1-7

[ chanter, les entendre, les sentir. Ici, les par- Ici, mesure n°99, la note la plus aiguë de ce trait comptes faits un des buts principaux de l’art,
ties internes de cette main gauche sont les der- est le La bémol joué avec le 2e doigt. Si vous ne et elle est moins fatigante pour le maître et
nières notes de l’accompagnement. Ne les le jouez pas assez fort, vous ne pourrez pas l’élève. »15 Voilà une remarque très utile et un
pressez jamais. Prenez le temps de finir chaque ensuite descendre la gamme. Versez vers ce La bon conseil pour tous les professeurs de piano.
groupe de croches à votre main gauche, afin de bémol. Affermissez votre 2e doigt. Tombez dans Allusion du thème à la fin. Cela se fait jour
conserver votre tempo et votre contact avec cette note avec un peu de hauteur, doigt ferme. également lorsque l’on voit l’évolution du thème.
le clavier. « Avaler » les dernières croches de Au 2e temps de la même mesure, ne laissez pas À la fin du Rondo, celui-ci se transforme et
la main gauche est fatal pour la technique s’aplatir votre 4e doigt. Passez votre pouce en devient allusif. Charles Rosen, dans son ouvrage
dans ce Rondo. dessous. Votre 4e doigt doit pour cela conserver Les Sonates pour piano de Beethoven16, indique :
un peu de fermeté et de hauteur sous le doigt. « Chaque fois que Beethoven modifie les indica-
MES. 97-106 tions de phrasé au retour d’un thème, il trans-
Pour jouer ce passage, commencez par appren- MES. 201-204 forme le sens de la mélodie. Le thème principal
dre votre chant de main droite en blanches. Vision d’ensemble des thèmes et des du finale de la « Pathétique » opus 13 en est
C’est le moins difficile. Jouez exactement tonalités. Pour jouer la « Pathétique », étudiez un bon exemple. Le Do du début de la deuxième
la liaison et les points de détaché comme indi- en détail, mais sachez aussi développer une mesure est une note très soutenue qui demande
qués par Beethoven. Rythmez cette main droite vision d’ensemble de l’œuvre que vous inter- un certain accent dans le cantabile : c’est pour-
à 2/2 et jouez la deuxième blanche de la mesure prétez. Faites les deux ! Beethoven écrivit à quoi la liaison s’arrête sur la croche qui précède
un peu moins fort que la première. Puis exercez Czerny à propos de Karl : « Pour ce qui est (voir mesure n°2). »
beaucoup votre main gauche à part. Identifiez des exercices de piano avec vous, s’il acquiert Concernant la reprise de notre thème à la fin,
par l’oreille les notes des temps. Apprenez par- suffisamment de doigté, quand il jouera en mesure n°204, Rosen remarque : « Tout à la fin
faitement les doigtés qui exécutent ces notes mesure sans faire trop de fausses notes, alors du mouvement, Beethoven change radicalement
des temps. Exercez-vous à les jouer toutes seules je vous prie de surveiller seulement son interpré- l’accentuation du thème : la première note de
avec leurs doigtés. tation et, s’il est suffisamment avancé, de le lais- la deuxième mesure n’est plus une blanche,
Versez vers le ténor. La plupart du temps, ser jouer sans l’interrompre pour quelques mais une noire suivie d’un silence (voir mesure
il est musical de donner plus d’intensité vers erreurs vénielles, tout en lui faisant remarquer n°204). Elle sera jouée légèrement, sans accent,
les notes aiguës d’une phrase. Si cela concerne à la fin du morceau. Bien que je n’aie guère comme un moment de grâce et de détente avant
à la main droite les 5e et 4e doigts, à la main pratiqué l’enseignement, c’est toujours cette la phase finale. C’est pourquoi la liaison se pro-
gauche, en revanche, cela demande de verser méthode-là que j’ai suivie. Elle forme en très peu longe maintenant jusqu’à la dernière note, qui
le poids vers l’intérieur, c’est-à-dire vers le pouce. de temps des musiciens, ce qui est déjà tous ne doit pas en aucun cas être plus longue que

56 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

97-106

201-204

sa durée écrite. Cela change non seulement les différents poids que vous mettrez dans angoisse, vous ne pourrez pas chanter naturel-
le caractère du motif, mais celui du thème entier. les notes. Cette volonté qui passe dans le phy- lement et vous vous crisperez.
La suppression de l’accent sur la deuxième sique, c’est aussi celle du rythme : il est essentiel Il n’est pas facile de jouer la « Pathétique ».
mesure rend le motif hésitant, fragmentaire, de sentir quel doigt exécute la pulsation. Il ne Il faut à la fois « vouloir » très fort, réfléchir et
et justifie la violence de la cadence finale. » faut en perdre aucune (c’est très important dans être inspiré(e). C’est pourquoi le meilleur conseil
Travailler un chef-d’œuvre comme la « Pathé- le Ier mouvement). C’est à la fois une question que l’on pourrait donner serait peut-être celui
tique » ne peut bien sûr se satisfaire de quelques d’énergie intérieure et physique. Pour « chan- qu’André Gide livrait dans Les Nourritures ter-
conseils. Car il faut penser et sentir comment ter » avec les doigts comme dans le IIe mouve- restres : « Nathanaël, je t’enseignerai la ferveur. »
chaque note doit être jouée. il faut dessiner ment, il faut tendre les doigts de la mélodie,
12. Fugue de l’Opus 106, mesure n°184.
chaque phrase, chercher quelle est la nuance à leur donner un peu de hauteur et assouplir 13. Daniel Gottlob Türk, Klavierschule
employer, le dosage entre les différents plans les doigts internes de la main, ceux qui jouent oder Anwiesung zum Klavierspielen, Leipzig,
1789, traduction anglaise, School of Clavier Playing,
sonores. Si vous êtes préoccupé(e) par la technique, les parties d’alto et de ténor. Imitez un quatuor Nebraska Press, 1982, p. 345.
n’oubliez jamais que c'est votre « volonté musi- à cordes ! Enfin, le rythme, c’est aussi la conduite 14. et 15. Lettre de Beethoven n°878, Vienne 1817,
cale » qui doit déterminer la façon d’utiliser de temps : si, dans le rondo final, vous pressez in Lettres de Beethoven – Intégrale de la correspondance
1787-1827, Actes Sud, 2010, p. 821.
votre corps. Votre « vouloir musical » s’exprime les parties d’accompagnement, et que vous 16. Charles Rosen, Les Sonates pour piano de Beethoven,
notamment à travers la tension de vos doigts, en avalez les terminaisons par nervosité ou Gallimard, Paris, 2007, p. 32.

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 57


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PÉDAGOGIE

JAZZ
LA LEÇON D’ANTOINE HERVÉ
ERIC GARAULT

DUKE ELLINGTON In a Sentimental Mood

V À SAVOIR
oici un arrangement pour piano solo d’« In a Sentimental
Mood », l’une des plus belles ballades de Duke Ellington,
le faiseur de tubes. Né dans une famille de la petite
Pour donner une colonne vertébrale à l’interprétation, il faut bourgeoisie noire de Washington,
bien marquer le rythme et la pulsation. Évitez le côté « mielleux » Edward Kennedy junior Ellington,
et gardez « la tête haute » ! dit Duke Ellington (1899-1974),
Les harmonies sont chatoyantes, riches, et les accords de passages étudie le répertoire classique
chromatiques renforcent les surprises çà et là. Plus les harmonies du piano. Dans les années 1930,
changent vite, plus la mélodie créée lors de l’improvisation il devient l’un des artistes phares
demeure dans un mode stable, qui ne suit pas forcément chaque du Cotton Club de Harlem et
accord harmoniquement. Il est toujours intéressant de dissocier compose de nombreux tubes.
les accords chromatiques de la main gauche du mode utilisé Chef d’orchestre, compositeur
par la main droite. Rechercher la bimodalité, les dissonances et arrangeur, il possède l’art
passagères et les « blues notes » donne un son jazz, humanisé, de transformer les couleurs
bien loin des clichés fades et épurés de la « easy listening en sons et d’adapter son écriture
music ». À ne surtout pas confondre ! en fonction des interprètes.

58 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 59


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PIANOS À LA LOUPE

Acoustiques
Trois pianos droits autour
de 10 000 euros par Bernard Désormières

SAUTER CARUS 112

F
ondée en 1819, la firme alle- épicéa fin des montagnes, bombée
mande Sauter, installée à Spai- selon une technique spécifique à
chingen, dans la Forêt-Noire, Sauter, la « courbure sphérique ».
produit des pianos droits et à queue Le clavier est signé Kluge, et la
de haute qualité. Outre les lignes mécanique, griffée Renner, avec
design de Peter Maly, deux séries barre de centre en bois multiplis fin.
de pianos droits sont proposées : Les marteaux allemands sont fabri-
Classic Line (huit modèles de 112 qués par Abel. Le montage en cordes
à 130 cm) et MeisterKlasse (122 comporte des agrafes dans les basses
et 130 cm). Intéressons-nous ici et le système classique sillet/contre-
au modèle d’entrée de gamme de sillet dans le médium et l’aigu. Le
la première, le Carus 112. solide cadre métallique, dont l’aspect les médiums, chantants, bien colo-
manque un peu de lissé, est peint rés, et les graves, très bien définis Clavier, confort de jeu : toucher
plutôt léger, facile à jouer,
Descriptif d’un très beau vernis brillant doré. et d’une puissance étonnante pour d’une très grande précision.
Ce joli petit piano « 100 % made Le plateau de clavier est parfaite- un si petit modèle. Quelques notes Répétition excellente pour un droit.
in Germany », à consoles effilées vers ment maintenu, car il repose sur un sont un peu atténuées ou courtes Bonne ergonomie
Réponse en pp : aisée
le bas, ne possède pas de roulettes, support métallique mécano-soudé dans le médium aigu, mais une cor-
Puissance : surprenante
mais des patins. Les 62 cm d’espace très rigide, maintenant la précision rection d’harmonisation devrait y Amplitude dynamique : très
libre pour le passage des genoux sous des réglages. On apprécie la trin- remédier. La longueur de son est importante, facile à contrôler
le clavier sont acceptables. Le large glerie des deux pédales, presque importante. Le modérateur est effi- Couleur sonore : riche,
non standard. Motivante
pupitre (95 cm), avec peau, est par- entièrement en bois. La fonction cace et maintient, dans ce type de Aigus : éclatants, bien ouverts
faitement positionné, sans inter- modérateur est assurée ici, non par jeu, une homogénéité sonore entre Médiums : colorés et chantants.
férence qui pourrait gêner le mou- une pédale centrale, mais par une les tessitures. Ouverts, non clinquants. Quelques
vement des mains du pianiste. Le manette, à gauche, sous le clavier, notes avec des petites faiblesses
locales, défaut facilement corrigible
meuble est simple, mais arbore reliée par câble au feutre de sourdine. Conclusion Graves : puissants, bien définis,
toutefois quelques jolis chanfreins Pas de serrure, ni de ralentisseur Voilà un petit piano parfaitement même dans l’extrême grave,
arrondis autour du couvercle et de cylindre sur cet instrument dont conçu et réalisé sans concession dans un peu cuivrés
Pédales : 2 (forte, douce),
quelques « rondeurs » aux oreilles le prix se veut serré. L’extraction la grande tradition allemande, avec bien placées (6 cm), silencieuses.
latérales. Une mini-béquille métal- du panneau inférieur est délicate, des composants allemands de haute Une manette pour le modérateur
lique permet au couvercle, en une sa largeur étant supérieure à la dis- qualité, et qui est proposé à un prix Dimensions : 111 (H) x 145,5 (L)
seule pièce, articulé grâce à trois tance entre les consoles. très accessible. Son toucher facile x 59,5 (P) cm (mesurés)
Poids : 180 kg
charnières (des encoches pour leur et précis, sa sonorité riche, sa puis- Spécificités : patins, table
logement sont prévues dans le haut Toucher et rendu sonore sance surprenante pour un 112 cm d’harmonie à courbure sphérique
du piano, un feutre noir recouvrant On est immédiatement conquis par et sa bonne durabilité pronostiquée Ébénisterie : noir brillant,
frêne noir satiné, noyer satiné
le haut du sommier), de s’entrouvrir. la facilité de jeu, le clavier étant plu- le feront apprécier des amateurs ou
Pronostic de durabilité : très bon
L’arrière du piano fait apparaître tôt léger, par la précision du toucher, des étudiants exigeants et, bien sûr, Usage : amateurs à professionnels,
un très beau barrage de cinq poutres et surtout par le timbre riche de ce des conservatoires et écoles de musi- écoles de musique
verticales, positionnées de façon asy- modèle. La répétition est très hono- que. Sans atteindre les qualités, puis- Origine : Allemagne
métrique, assurant une très bonne rable pour un piano droit. La mon- sance et finesse des modèles plus Prix : 10 290 euros
résistance à la compression et à la tée en dynamique est aisée, facile- haut de gamme Sauter, il nous fait Importé par Saico Euroclaviers
torsion. On découvre également ment contrôlable. Les aigus sont entrer dans le bel univers musical Remerciements à Centre Chopin
la magnifique table d’harmonie en particulièrement éclatants et ouverts, de ce facteur. Une réussite.

60 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

YAMAHA U3

E
n matière de pianos droits, solidité apparente rassurante, dont
l’offre du facteur japonais la surface jaune clair est très lisse en
est très large : 14 dimensions raison du type de fonderie employé
dans six séries qualitatives (b, P, U, (V Process). Le montage en cordes
YUS, SE, SU) ! Seules les lignes, est classique, sans agrafes. Le revê-
U, YUS, SE et SU comportent des tement du clavier est en résine acry-
grands modèles de 131 ou 132 cm, lique pour les touches blanches (pas
tous équipés d’une pédale centrale en Ivorite) et en résine phénolique
tonale sostenuto. Examinons le plus (pas en bois composite) pour les
économique d’entre eux, le U3, noires. Le clavier renferme des tiges
d’une hauteur de 131 cm, dont hautes (réhausses) pour attaquer
la facture (structure harmonique, la mécanique positionnée assez haut, davantage de possibilités expressives.
barres de table, marteaux) ne cesse compte tenu de la hauteur impor- Néanmoins, alors que nous avions Clavier, confort de jeu : bonnes
fermeté et précision. Excellente
d’évoluer par rapport aux précé- tante de ce modèle. Les pianistes trouvé quelques limites, voire une ergonomie. Répétition correcte
dentes versions portant pourtant avancés apprécieront la présence certaine saturation sonore, à certains Réponse en pp : bonne
cette même référence. d’une pédale tonale centrale, à l’ins- U3 plus anciens, le modèle actuel, Puissance : importante
Amplitude dynamique : large, les ff
tar de tous les pianos à queue, mais ayant bénéficié de nombreuses amé- nécessitant une importante articulation
Descriptif qui ne peut être installée que sur liorations, est plus ouvert et permet Couleur sonore : richesse honnête,
Le meuble, pourtant massif, ne pré- les grandes mécaniques des pianos une meilleure réactivité dans la mon- mais sonorité un peu standardisée.
sente pas esthétiquement de lour- droits très hauts. La table d’harmo- tée en dynamique, plus immédiate, Bonne longueur de son. Bel équilibre
Aigus : clairs
deur excessive grâce à ses bonnes nie, quant à elle, peut vibrer plus et plus de facilité dans le jeu poly- Médiums : assez chantants.
proportions (clavier bas), ses conso- librement grâce un récent procédé phonique (ce U3 testé était parti- Ils s’ouvrent bien, au prix d’une
les effilées, son couvercle en deux par- Floating Support breveté par la culièrement bien harmonisé). articulation ou d’un jeu un peu musclé
Graves : profonds et assez puissants
ties, la forme originale de ses oreilles marque. Les tringles de pédales sont
Pédales : 3 (forte, douce et pédale
non arrondies, sa belle robe d’un métalliques. Conclusion centrale tonale). Manette pour
noir laqué très réussi et son accas- Ce grand piano droit, très robuste, sourdine modérateur (sauf Silent)
tillage doré. La finition est très cor- Toucher et rendu sonore une des valeurs sûres de Yamaha Dimensions : 131 (H) x 65 (P)
x 153 (L) cm
recte, avec serrure, ralentisseur de L’ergonomie est excellente, le tou- depuis de nombreuses années, a Poids : 246 kg
cylindre Soft Close similaire à celui cher, sans être trop lourd, d’une fer- l’avantage d’être doté d’une pédale Spécificités : pédale sostenuto.
des pianos à queue, roulettes sim- meté impeccable et d’une très grande tonale. Très peu possèdent cette Étouffoir supplémentaire
ples. On apprécie le très large pupi- précision, idéal pour le travail des fonction. Même si les modèles des au croisement. Serrure. Ralentisseur.
Floating Support pour la table
tre (98 cm), bien placé, non gênant pianistes et la musculation de leurs séries plus nobles (YUS, SE…), Ébénisterie : noir brillant,
pour le débattement des mains. doigts, sans fatigue excessive. Le revê- au timbre plus raffiné et à la puis- blanc brillant et acajou brillant
Le haut des touches blanches du tement des touches est satisfaisant. sance plus affirmée, sont au catalo- Pronostic de durabilité : très bon
Usage : amateurs et étudiants très
clavier est à 74 cm du sol, hauteur Le contrôle du jeu est aisé, même gue de Yamaha dans des dimensions avancés, conservatoires, clubs de jazz
idéale, comme sur la plupart des en pianissimo, et les répétitions sont similaires, le U3 reste financière- Origine : Japon
pianos à queue. très correctes pour un piano droit. ment attractif pour les étudiants
Afin d’assurer la rigidité de l’ensem- La longueur de son est bonne, mais avancés et les professionnels. L’option Prix : 11 611 euros. Option
avec silencieux SH : 13 659 euros
ble harmonique, un robuste barrage la couleur sonore est d’une richesse du silencieux SH est très intéres- Importé par Yamaha Music Europe
en bois de cinq poutres est associé moyenne. Les pianos des séries sante pour les citadins. Un bon choix Remerciements à Centre Chopin
avec un cadre métallique d’une supérieures de Yamaha offriront sans risque.

BANC D’ESSAI Durabilité de l’instrument. Les contacts que nous


entretenons régulièrement avec les professionnels
progressé dans les instruments d’entrée de gamme,
notamment d’origine chinoise ou indonésienne.
mode d’emploi du piano (facteurs, techniciens, accordeurs, régleurs On peut acquérir de bons pianos à des prix par-
DR

ou responsables de l’entretien) nous permettent fois agréablement surprenants. Méfions-nous


Lieux des tests. Ils sont effectués dans les magasins, d’avoir une idée assez précise de la qualité intrin- des a priori négatifs tout en restant vigilants.
chez les fabricants, agents distributeurs ou impor- sèque de l’instrument, et notamment de sa capacité Pianos numériques. Nous les testons avec les
tateurs. Dans certains cas, nous testons des pianos à durer dans le temps. mêmes casques stéréo dynamiques, de type fermé.
sans les dernières mises au point avant la livraison Rapport qualité-prix. Les pianos de très haut Les caractéristiques et descriptifs techniques
de l’instrument au client. Nous tenons compte de de gamme restent très chers, mais leur prix est des claviers sont ceux annoncés par les fabricants.
tous ces paramètres dans notre appréciation finale. toujours justifié. Le niveau de qualité a énormément Enfin, tous les prix sont donnés à titre indicatif.

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 61


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PIANOS À LA LOUPE

WILH. STEINBERG Clavier, confort de jeu : bonne


fermeté du clavier, revêtement
des touches agréable. Position
NOMOS N 118 CHROME du pupitre un peu gênante
pour le débattement vertical
des mains. Répétition correcte

L
pour un droit
’entreprise allemande Wilh. Réponse en pp : assez délicate,
Steinberg a été créée en 1877. voire difficile à contrôler
Aujourd’hui, sous cette mar- Puissance : bonne pour un 118 cm
que, sont disponibles trois gammes Amplitude dynamique : grande,
belle réactivité aux changements
de pianos droits ou à queue : Signa- de nuances
ture (facture 100 % allemande), Couleur sonore : globalement
Nomos (assemblage en Allemagne, claire, mais d’une richesse moyenne,
manquant un peu de rondeur, timbre
avec des composants européens et assez standard. La bonne longueur
asiatiques) et Univers P (série plus de son facilite l’apparition de subtils
économique, production chinoise, mélanges sonores
avec quelques composants alle- Aigus : ouverts et éclatants
pour certaines notes de l’extrême
mands). Trois modèles de pianos aigu ! Manque d’homogénéité
droits constituent la ligne Nomos Au dos du piano, un barrage de deux, maîtriser. Néanmoins, la longueur Médiums : clairs et manquant
(118, 123 et 128 cm). Regardons plus trois poutres en bois (de section de son est bonne, et la réponse en un peu de rondeur. Quelques notes
un peu éteintes ou « courtes »
de plus près le Nomos N 118 dans 60 x 90 mm), assure une partie de dynamique, satisfaisante. Le contrôle
dans le haut-médium
sa finition chrome. la rigidité de l’instrument. La table de la progression des nuances du sur le modèle testé
d’harmonie en épicéa massif porte piano au fortissimo est assez simple. Graves : assez bien définis,
Descriptif la mention rassurante « Fully tropi- Assez bien équilibré, malgré un croi- puissants, un peu cuivrés
Pédales : 3, bien placées,
Le meuble, très élégant, à consoles calized ». Le cadre métallique est sement moyen, quelques notes cour- d’une forme arrondie originale.
effilées et petites roulettes doubles, revêtu d’une peinture dorée martelée, tes ou plates dans le haut-médium Fonctionnement précis et silencieux.
est d’une très belle finition appa- mais le médaillon en relief des armes et des notes de l’extrême aigu un peu Pédale centrale de modérateur
rente. Le nom de la firme est apposé du facteur est quelque peu émoussé. éclatantes, ce piano de taille moyenne à blocage latéral, belle tringlerie
en bois massif
en lettres majuscules à l’intérieur Son nom est rappelé en grosses lettres offre une puissance potentielle impor- Dimensions : 117 (H) x 145,5 (L)
et au centre du cylindre. Le logo majuscules en relief. Le montage tante, aisément disponible. Le pupitre x 58,5 (P) cm (mesurés)
« Nomos » surmonte la mention en cordes est classique, sans agrafes. est assez gênant pour le débattement Poids : NC
Spécificités : accastillage
« Made in Germany » à droite de la La mécanique, de provenance non vertical des mains. Le feutre de sour- chromé sur le modèle noir testé
barre de dièses. Les deux pilastres précisée, fixée en trois points avec dine, facilement extractible, est effi- (mais ni serrure ni ralentisseur)
encadrant le panneau avant supé- des supports métalliques de couleur cace et permet un jeu homogène. Ébénisterie : noir brillant,
rieur sont surmontés d’un élégant kaki, dispose d’une barre de centre blanc brillant. Option chrome
Pronostic de durabilité : de correct
petit chapeau métallique chromé. en profilé d’alliage léger. Les têtes Conclusion à bon
Le pupitre, avec peau antiglisse, est de marteaux, à sous-garniture vio- Ce beau piano droit, bien fini, sans Usage : amateurs, étudiants
d’une bonne largeur (90 cm). Le lette, sont signées Louis Renner Gär- artifices ou accessoires superflus, avancés, particuliers désirant
un beau meuble. Écoles
couvercle a été conçu en deux par- tringen. Le plateau de clavier repose à prix bien étudié, séduira les par-
de musique
ties, avec une petite béquille métal- sur un berceau métallique. L’extraction ticuliers désirant un joli meuble et Origine : Allemagne, « Made
lique pour maintenir son ouverture. du panneau avant inférieur est aisée. les pianistes allant du débutant à in Germany », mais avec certains
Les pédales sont d’une très belle l’amateur avancé. Assez puissant composants asiatiques
forme originale arrondie. Par souci Toucher et rendu sonore et clair, au timbre un peu standard Prix : 9 885 euros (noir),
d’économie, ce piano ne comporte Le clavier est d’une assez bonne fer- et manquant un peu de rondeur, 10 875 euros (blanc).
ni serrure, ni amortisseur de fer- meté, et le revêtement des touches, il sera peu adapté pour un jeu très Supplément chrome : 310 euros.
meture du cylindre. Cependant, agréable. Si les répétitions sont très intimiste. Un choix raisonnable mal- Option silencieux Genio Basic :
1 296 euros
les tringleries des trois pédales sont correctes pour un piano droit, il n’en gré tout pour cet instrument alle- Importé par Pianos Hanlet
en bois massif, finition rare dans est pas du tout de même pour le jeu mand intelligemment pensé, incluant Remerciements à Pianos Hanlet
cette catégorie d’instruments. en pianissimo, qui est difficile à quelques éléments asiatiques.
B. D.

B. D.

B. D.

B. D.

62 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Numériques Clavier mécanique: GH3 Graded


Hammer à 3 capteurs, avec revêtement

Deux claviers simples


en ivoire synthétique
Pédales: 3. Forte (avec effet
demi-pédale), douce, sostenuto
(sans effet subtil de résonance)

d’utilisation
Genérateur sonore: Pure CF Engine
(sons du piano CF IIIS)
Polyphonie: 192 notes
par Bernard Désormières Sensibilité au toucher: oui
(3 niveaux, plus fixe)
Amplification: 2 x 20 W.
2 HP ovales (12 x 6 cm)
Sons internes: 10 (dont Piano CF IIIS,
2 pianos électriques, 1 clavecin,
1 orgue, etc.)
YAMAHA ARIUS YDP-163 mais les commandes, simples, se font
sur un petit panneau latéral de sept
Démo: 10 (demo songs)
et 50 morceaux de piano (avec livret)
boutons pour la sélection des sono- Modes clavier: Normal,

Y
amaha, l’inventeur du Cla- la GH3, à trois capteurs, et non plus rités (10 dont celle de l’ancien queue Dual/Mode Duo
Effets et fonctions: 4 réverbs,
vinova, continue de dévelop- la GH (Graded Hammer). Cette de concert Yamaha CF IIIS) et Intelligent Acoustic Control (IAC),
per Arius YDP, sa série éco- mécanique est identique à celle équi- l’accès aux différentes fonctions de transposition, accord fin, Auto Power Off
nomique de claviers numériques pant le clavier d’entrée de gamme réglage de la réponse en dynamique, Afficheur: aucun
Enregistrement: interne (1 morceau,
de salon compacts destinée plus CLP-525 de la ligne plus noble d’accords, de transposition, de réverbs
2 pistes, 11 000 notes au standard
particulièrement aux débutants. CLP-500. Le troisième capteur élec- (quatre) et de métronome. Il faut Midi File) et externe par clé USB
Les modèles apparus en 2013, tronique, dit « capteur d’étouffoir », enfoncer conjointement la touche de Métronome: oui (BPM non affiché)
le YDP-142 (Pianiste n°91) et le offrirait, selon Yamaha, « le confort fonction et une des notes du clavier Connectique: 2 casques en gros jack,
USB to Host (sous le clavier)
YDP-162 (Pianiste n°83), ont été de jeu du double échappement, en per- sélectionnée parmi ses 88 touches Alimentation: 16 V DC
remplacés l’année dernière par le mettant une répétition rapide des notes pour obtenir le résultat souhaité. par adaptateur PA-300C
YDP-143 et le YDP-163, que optimale, même en cas de jeu rapide ou Un tableau explicatif très clair dans Spécificités: couvre-clavier
nous présentons ici. de relâchement des notes ». Les autres la notice permet de comprendre coulissant, application Digital Piano
Controller pour iPhone et iPad
caractéristiques du YDP-163 restent facilement ces opérations. Finitions: « R » bois de rose foncé,
Descriptif en tout point similaires, à savoir une « B » noir satiné, « WA » frêne clair,
Presque rien ne différencie extérieu- puissance de 2 x 20 W qui alimente Toucher et rendu sonore « WH » blanc mat
Dimensions: 84,9 (H) x 135,7 (L)
rement le YDP-163 du YDP-162, deux haut-parleurs ovales (12 x 6 cm) Le clavier, d’un contact tactile très x 42,2 (P) cm
la version antérieure. La forme du placés sous le clavier. La connectique agréable, est d’une fermeté très accep- Poids: 42 kg
meuble est la même, ainsi que les est très sommaire : ni entrée ligne, table, les graves étant légèrement
dimensions et le poids. Cet instru- ni sortie ligne, ni Midi, mais deux plus lourds que les aigus (Graded Prix: 1 099 euros. Option
adaptateur USB Midi Bluetooth
ment de 85 cm de haut, pesant 42 kg, prises casque, et surtout une prise Hammer). Les sensations sont UD-BT 01 à 50 euros
demeure d’une esthétique classique. USB to Host assurant la connexion bonnes et font effectivement penser Importé par Yamaha Music Europe
La différence notable se situe dans avec une clé USB. Ce modèle éco- au toucher d’un piano à queue, à Marne-la-Vallée
Remerciements au Centre Chopin
la mécanique clavier qui est désormais nomique n’a toujours pas d’afficheur, la répétition étant particulièrement
aisée: une réussite ! Par ailleurs, nous
préférons jouer avec le réglage de la deçà qualitativement de ce que l’on
réponse en dynamique dans la posi- pouvait espérer en écoute avec un
tion Hard, plus progressive, deman- casque de qualité.
dant une articulation proche de celle
d’un vrai piano. La longueur de son Conclusion
est très moyenne et les créations Ce clavier de salon compact, simple
d’harmoniques sont encore un peu d’utilisation, offre un toucher crédi-
trop timides lorsque l’on compare ble, mais avec un rendu sonore ampli-
le son d’une note jouée avec ou fié encore très modeste. Néanmoins,
sans la pédale forte. La pédale cen- avec un bon casque, il est assez sédui-
trale sostenuto ne génère aucun har- sant. Malgré une connectique très
monique, ce qui est pourtant sa fonc- limitée, la prise USB et l’adaptateur
tion. Le rendu sonore au casque optionnel Bluetooth permettront un
est fidèle et l’amplification inté- usage étendu. Les applications telles
grée, associée à deux simples haut- que Digital Piano Controller facili-
parleurs, est suffisamment puissante teront les réglages de façon ludique.
dans une petite pièce, mais manque Un modèle sérieux pour débutants,
vraiment de réalisme et est très en sans gadgets superflus, à un petit prix.

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 63


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PIANOS À LA LOUPE

boutons, bien regroupés par fonc-


tion, peuvent s’allumer lorsqu’ils Clavier mécanique : PHA-50,
structure hybride bois/plastique,
sont sélectionnés. On apprécie
échappement, Ebony/Ivory Feel
beaucoup l’arrivée d’un équaliseur Pédales : Damper, DP-10 fournie,
trois bandes, à la gauche de l’ins- à détection continue, option
trument, qui optimise l’équilibre bloc 3 pédales RPU-3
Genérateur sonore : SuperNatural
entre les registres de chaque timbre Piano Modeling (modélisation)
et adapte le son aux pièces d’acous- Polyphonie : sans limites
tiques différentes. pour les 4 sons de pianos, 384 notes
pour les autres sons
Sensibilité au toucher: 100 niveaux,
Toucher et rendu plus fixe, Hammer Response
sonore Amplification : bi-amplification
Le toucher de ce portable est précis 2 x (20 W + 5 W). HP : 2 x (8 x 12 cm)
avec petits caissons + 2 tweeters
et d’une bonne fermeté, et le revê- dôme de 2,5 cm
tement des touches, agréable sous Sons internes : 15 pianos,
les doigts. Le réglage à 100 niveaux 16 électriques, 15 orgues, 11 cordes,
de la réponse en dynamique permet 15 pads, plus 278 sons divers
dont 8 Drum Sets
une personnalisation. La diffu- Démo : oui
Modèle avec sion sonore des sons de pianos est Modes clavier : Normal, Dual,
piétement KSC 90 de belle qualité, ce qui est rare sur Split (avec point ajustable)
et pédale DP-10. Effets et fonctions : Headphone
un portable. Le rendu sonore peut
Ambiance 3D. Ambiance, équaliseur
être optimisé grâce aux réglages fins 3 bandes, Piano Designer complet

ROLAND FP-90 de Piano Designer, et surtout par


le nouveau et confortable équaliseur
pour les sons de pianos, effets Rotary
pour orgue et Modulation Speed
pour pianos électriques, accords fins
trois bandes. La longueur de son est Afficheur : oui, graphique LCD,

A
nnoncé dans Pianiste n°101, hybride bois/plastique moulé. Le bonne et les harmoniques subtils 132 x 32 dots
le FP-90, le nouveau che- générateur sonore, SuperNatural sont désormais plus que perceptibles. Enregistrement : interne,
val de bataille des claviers Piano, permet d’infinies possibili- 10 sons, (70 000 notes), externe
en Wav vers clé USB
numériques portables de Roland, tés de réglages des sons de pianos : Conclusion Métronome : oui, complet
est commercialisé depuis fin 2016. c’est le haut de gamme du fabri- D’une utilisation simple et intuitive, Connectique : à l’arrière, 3 pédales,
Il succède au FP-80 (Maestro, Pia- cant japonais. le FP-90, très complet, parfaitement Output en gros jack, Input stéréo
en minijack, Midi (In et Out), USB
niste n°85), apparu en 2013, et béné- Ce nouvel instrument est parfaite- au goût du jour avec le Bluetooth, computer, USB Memory. Entrée micro
ficie des évolutions technologi- ment au goût du jour avec ses deux bénéficie d’un toucher en progrès avec réglage du gain. Bouton
ques les plus récentes de la marque prises USB, sa connexion Blue- sensible, d’une diffusion sonore de d’interruption des HP. En face avant,
concernant le clavier, le Bluetooth tooth, l’application Piano Partner 2, très bonne qualité et d’une puissance deux casques (gros et minijack)
Alimentation : DC 24 V
et la diffusion sonore. téléchargeable sur smartphone ou conséquente pour un portable, évi- par adaptateur AC
tablette, favorisant une certaine créa- tant des amplifications externes Spécificités : Bluetooth, équaliseur,
Descriptif tivité (par exemple, accompagne- complémentaires dans des petites boîte à rythmes avec harmonisation,
application téléchargeable Piano
Ce clavier portable amplifié de ments rythmiques dans différents salles. Les nombreux sons de pianos
Partner 2 pour smartphone ou tablette
23,6 kg n’est pas fait pour être facile- styles, accords, etc.), sans oublier sont crédibles et les possibilités Finitions : noir (BK) ou blanc (WH)
ment transporté. Il peut être posé les prises Midi, loin d’être obsolètes. d’accompagnement combinées aux Dimensions : 134 (L) x 39 (P)
sur un stand métallique, comme le La connectique est très complète, multiples sonorités disponibles per- x 13,6 (H) cm (sans piétement)
Poids : 23,6 kg, 37,8 kg avec
KS-G8 B ou le KS-18Z de Roland, comportant entrées et sorties (en mettront un usage ludique. Il séduira piétement complet et bloc 3 pédales
ou recevoir un piétement en bois gros et minijack), deux prises casque les claviéristes exigeants et curieux,
dédié (KSC-90, plus KDP-90). (en gros et minijack), entrée micro- ainsi que les pianistes de tout niveau Prix : 1 799 euros. Options : stand
Il devient alors un élégant clavier phone avec réglage du niveau de désirant un second instrument. On dédié KSC 90 (179 euros), support
KDP 90 (129 euros), bloc 3 pédales
de salon compact de 37,8 kg. Un gain. Un bouton Speaker (On-Off) l’utilisera aussi comme clavier de RPU-3 (135 euros)
léger pupitre, transparent et amo- supprime la diffusion sonore inté- scène, malgré l’absence de prises Importé par Roland Europe
vible, s’encastre aisément dans deux grée, en cas d’amplification externe. XLR. Un excellent produit pour Remerciements au Centre Chopin
trous au fond de l’instrument. Livré La diffusion sonore est musclée un prix très raisonnable.
nu avec une pédale Sustain digne pour un portable : bi-amplification
de ce nom, DP-10, à détection (2 x 20 W + 2 x 5 W) avec deux
continue, stable au sol. Ce modèle paires de haut-parleurs placées dans
peut accueillir, en option, un très inté- deux mini-caissons. Le contrôle
ressant bloc trois pédales RPU-3. des multiples réglages et les choix
La mécanique PHA-50 est celle de sonorités sont facilités par
des meilleurs claviers de salon de un grand afficheur central LCD
Roland, avec la nouvelle structure 132 x 32 dots. Les nombreux

64 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

LE GRAND
RENDEZ-VOUS
DE LA MUSIQUE
ET DES MUSICIENS
28 / 29 / 30 GRANDE HALLE
AVRIL 2017 DE LA VILLETTE
PARIS
www.musicora.com
# musicora17

labels et maisons de disques,


applications et plateformes
de musique en ligne,
conservatoires et écoles de musique,
formations professionnelles,
organisations professionnelles…

80 ateliers d’éveil musical


et de découverte des instruments
pour les enfants et les adultes.

30 conférences et rencontres
pour les professionnels
et le grand public.

20 concerts

1 seul billet d’entrée


dolenc.fr | Crédits photos : Shutterstock

donne accès à tout :


zone d’exposition,
concerts, conférences,
essai d’instruments,
Plus d’informations et billetterie sur www.musicora.com ateliers et dédicaces.
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

Classique et jazz
Cette rubrique présente une sélection des disques et DVD récemment parus.
Les « maestros » de Pianiste distinguent tout particulièrement ceux qui, selon nous,
ont marqué ou marqueront la discographie.

la fluidité du phrasé, cette le coffret ou disponible sépa- Du flou où s’attendent le lisse


JEAN-SÉBASTIEN eau impossible à retenir et rément. Il réunit quelques FRÉDÉRIC et le sculpté. Et, aussitôt,
BACH qui coule des doigts (Varia- « bis » de ses récitals et des CHOPIN la turbulence, qui ira jusqu’à
(1685-1750) tions n°13 et n°20), mais aussi « Encores after Beethoven » (1810-1849) se traduire par tel contraste
un humour à peine déguisé qui enrichissent le cycle grâce brusqué, tel accord plaqué.
(Variation n°17). Les basses à des pages de Bach, Haydn, De bout en bout et culminant
chaleureuses et toniques Mozart et Schubert. dans sa Polonaise-Fantaisie
répondent à des aigus velou- La simplicité est le premier centrale, le cœur qui bat dans
tés (Variations n°14, n°23 et atout de ces interprétations ce Chopin n‘est pas un cœur
n°28). La projection sonore au son direct, délié et dyna- rêveur, mais dramaturge,
s’affirme (soutenue par une mique. Le souvenir du piano- déchiré, avec des chutes.
prise de son parfaitement forte s’impose avec la puis- Sculpter, galber n’est pas son
ajustée), chaque reprise offrant sance du piano moderne. fort, ni faire dans le joli son :
un nouvel angle d’écoute Schiff transpose astucieuse- mais laisser affleurer, partout
Variations Goldberg (Variations n°19 et n°26). ment les qualités expérimen- « The Chopin Album » où il peut, le drame latent.
BWV 988 Aussi éloignée soit-elle du tales du premier dans le luxe David Fray (piano) L’oiseau bleu montre sa bles-
Béatrice Rana (piano) clavecin, la version de Bea- sonore du second. Il pense Erato 0190295896478. 2016. sure, la note bleue grince.
Warner Classics 0190295880187. trice Rana renoue paradoxa- chaque sonate dans sa di- 1 h 01’ C’est un Chopin non pas
2016. 1 h 17’ lement avec l’esprit baroque. mension organique et la res- n David Fray ne serait pas noir, ni glauque, Dieu merci,
n Avec ses Variations Gold- En effet, intellectuellement titue dans un pianisme à la David Fray s’il ne prenait pas mais trouble et surtout trou-
berg, Beatrice Rana confirme, irréprochable, elle nourrit son fois dense et épuré de toute l’auditeur à contre-pied de blé ; étonnamment libre et
de disque en disque, des qua- temple sonore d’une inépui- diaprure. Le résultat est son attente. Son dernier dis- moderne, comme si le pia-
lités musicales exception- sable fantaisie. Quel piano ! impérial dans les sonates que, la redoutable Sol majeur niste osait, se faisant lui-
nelles : ses concertos de Stéphane Friédérich de la période médiane. de Schubert, l’a montré même Chopin, dire le fond
Prokofiev et Tchaïkovski, Toutes les émotions sont comme hypnotiquement de sa pensée, que la perfec-
récemment publiés par War- LUDWIG VAN contenues au maximum avec lisse et régulier de conduite tion de la forme et la simple
ner, méritent aussi d’être en- des tempi alertes. et de tenue, là où on pouvait beauté du son, chez lui, trop
tendus. Cette interprétation BEETHOVEN L’envers de la médaille est craindre fluctuation ryth- souvent occultent. Ensemble
s’ouvre par une aria propice (1770-1827) une relative uniformisation mique et sonore. Ce tout hardi, un rien dérangeant
à la sérénité, comme si la pia- des couleurs. Ce Beethoven neuf ensemble Chopin, quant à nos habitudes. Mais
niste nous conviait à partager classique, articulé avec énergie certes, n’est pas de beau ciel se plaindra-t-on que Cho-
un voyage initiatique. Avec (« La Chasse »), est d’une belle nocturne et de salon : met- pin, aussi, nous secoue ? Et
des moyens techniques et sophistication. De fait, les tant, au contraire, très en évi- nous vivifie ?
une qualité de toucher sidé- grands conflits polyphoniques dence la turbulence d’humeur André Tubeuf
rants, elle joue en ayant assi- ne jaillissent pas avec leurs et d’âme, les à-coups, sur-
milé tous les paramètres de tourments (« Pathétique », « La sauts et spasmes d’une sen-
l’écriture, libérant ainsi le son Tempête »). Craindre par- sibilité (celle de Chopin) tout
dans un phrasé d’une plasti- dessus tout la moindre sur- sauf vouée à modeler de beaux
que envoûtante (Variations dose de subjectivité, qui serait camées. Le camée pourrait
n°5 et n°11). Intégrale des sonates jugée comme une pollution (et sans doute devrait) être
« Italianità »… Le mot est pour piano de l’Urtext, finit par gêner. le Nocturne opus 9 n°2 sur
certes facile, mais il semble András Schiff (piano) Les trois dernières sonates, lequel s’ouvre l’album, peut-
correspondre parfaitement à ECM New Series 11 CD 4812908. interprétées avec éloquence, être le plus célèbre, et le plus
la clarté des couleurs, à la 2004 à 2007. 11 h 48’ mais dans un son bien peu camée : Fray y laisse enten-
souplesse du jeu, à la variété n András Schiff a enregistré creusé dans les basses, se pri- dre d’entrée de jeu (d’entrée Préludes opus 28.
des effets, tant en dyna- cette intégrale des sonates vent des zones d’ombre et de de son, pourrait-on dire) Sonate pour piano
miques qu’en timbres, de en concert, essentiellement lumière propres à l’écriture une sorte d’inquiétude, ou n°2 opus 5
cette lecture tout entière in- à la Tonhalle de Zurich, en beethovénienne. Point de incertitude, ou indécision, Julien Brocal (piano)
clinée vers le chant. Rien ne quatre ans. À cette somme, philosophie dans ces lectures en ce qui concerne le poids Rubicon RCD1001. 2016. 1 h 04’
vient toutefois altérer l’archi- l’éditeur a ajouté un recueil davantage dédiées au com- et le galbe du son, la ligne, n Après ses études à l’École
tecture de l’œuvre. Écoutez de pièces inédites inclus dans mun des mortels. S. F. et même le rubato. normale de musique de

66 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Paris, Julien Brocal travaille


avec Maria João Pires à la
Chapelle musicale Reine
Elisabeth. Pour avoir observé
l’interprète en récital, on est
frappé par la décontraction
naturelle de son jeu qui
demeure (est-ce un hasard ?)
l’une des préoccupations de
la pianiste portugaise. Cette
décontraction jaillit à l’écoute « Late Works »
du disque. Elle favorise la Barcarolle.
part heureusement impro- Polonaise-Fantaisie.
visée et imprévisible de l’in- Mazurkas opus 59,
terprétation des Préludes. Ils opus 63 et opus
sont liés par une même ten- posthume 68 n°4.
sion et pourtant évoluent Nocturnes opus 62.
dans leur univers propre, 3 Valses opus 64
parfois comme des haïkus. Maurizio Pollini (piano)
L’impeccable virtuosité tour- Deutsche Grammophon 479 6127.
noyante, la rondeur du tou- 2015-2016. 54’
cher contiennent les envo- n Depuis sa victoire en 1960
lées, à l’instar des chants au Concours Chopin de Var-
plaintifs de tel ou tel pré- sovie, Maurizio Pollini n’a
lude. C’est un piano ima- jamais cessé de remettre sur
ginatif, affûté (n°3 et n°8), le métier l’œuvre du compo-
mobile dans les courbes in- siteur. Pierre après pierre, il a
ternes des phrases (n°5, n°13 construit un modèle d’inter-
et n°14), raffiné, mais peu prétation fait de pure intelli-
enclin à l’effet (n°9, n°15 et gence pianistique, taillant
n°21). La simplicité est un chaque page tel un diaman-
art que Julien Brocal manie taire. Son refus de tout pa-
visiblement aussi bien que thos, l’équilibre suprême qu’il
l’expression de la légende entretient entre clarté poly-
épique (n°16 et n°24), ne phonique et élan émotionnel
perdant pas le flux, la pré- donnent tout son sens à un
cision et la légèreté du chant discours d’une lecture quin-
trop souvent « oublié » de tessenciée entre fougue, rigueur
la main gauche. et sobriété de la diction. Ces
La Deuxième Sonate est tout qualités se retrouvent dans
aussi remarquable, plus « cal- cet enregistrement des der-
culée » peut-être, mais d’une niers numéros d’opus de
hauteur de vue et d’une so- Chopin où s’ouvrent des hori-
briété qui suscitent l’admi- zons et des perspectives infinis
ration. Ce piano chante, dont Debussy fera son miel.
remplit l’acoustique naturelle Plus préoccupé par la forme
de la salle Colonne avec une que la couleur et la sensualité,
prise de son particulièrement le soliste fournit une lecture
bien équilibrée. Le Scherzo d’une perfection souveraine,
comme la Marche funèbre mais sans concession, comme
sont parfaitement maîtrisés : dans les années 1990 (la Bar-
la « cérémonie » de la Marche carolle et la Polonaise-Fantaisie
se construit avec une grande reprises ici).
justesse de ton. Le finale est Plus dramatique que dans sa
un cran en dessous, trop bridé précédente version, sa concep-
peut-être, sans force démo- tion de la Barcarolle multi-
niaque et avec une mécanique plie les éclairages, dégage la
de pédale audible. Au final, richesse harmonique et la
un disque de très haute tenue, magie scintillante de cette
qui révèle un artiste dont on œuvre à l’atmosphère si mys-
attend impatiemment le térieuse. Dans les Mazurkas
prochain disque. opus 59 et opus 63, son jeu affi-
S. F. che une sobriété de ton, [
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ mais sait délivrer une mé-


lancolie contenue (Opus pos-
thume 68 n°4) ; les trois Valses
opus 64 possèdent un élan,
une discipline rythmique sai-
sissants, et les deux Nocturnes
opus 62 alternent belcanto et
mélodies fiévreuses avec une
main gauche subtilement arti-
culée. Quant à la Polonaise-
Fantaisie d’une admirable
rhétorique, décantée et à la
pulsation intérieure dominée,
elle déploie tout un éventail
de nuances dans une progres-
sion quasi théâtrale. La vision
de Pollini continue de fasciner
par l’alchimie supérieure avec
laquelle il parvient à maîtriser
les éléments. Du grand art !
ENTRETIEN AVEC… Michel Le Naour

JEAN-PHILIPPE COLLARD GABRIEL

BERNARD MARTINEZ
FAURÉ
SCHUMANN À VIF (1845-1924)

APRÈS UN PREMIER ALBUM CONSACRÉ À CHOPIN, LE PIANISTE FRANÇAIS


PROPOSE, CHEZ LA DOLCE VOLTA, UN NOUVEAU JALON DU RÉPERTOIRE
ROMANTIQUE: LE PLUS ENGAGÉ QUI SOIT, RÉUNISSANT LES KREISLERIANA
ET LA FANTAISIE EN UT DE SCHUMANN. UNE RENCONTRE AU SOMMET.

V
ous revenez à Schumann dont L’implication physique et mentale schumannien était Yves Nat.
vous aviez enregistré plusieurs est telle que l’on n’en sort pas tout J’avoue que je me suis bien gardé Pavane. Barcarolles n°5,
œuvres dans le passé… à fait « vivant » ! d’écouter d’autres témoignages n°6 et n°7. Après un rêve.
En effet. Il s’agissait des Études Comment cela ? avant de graver l’album. On ne partage Suite de Pelléas et
symphoniques et de la Troisième On ne peut pas jouer la Fantaisie pas quand on aime trop ! Mélisande. Nocturnes n°4
Sonate, entre autres, il y a longtemps… sans être en osmose totale avec ce que L’impact littéraire et les et n°6. 9 Préludes
Je ne pense pas être le seul musicien Schumann ressentait. Il faut se mettre correspondances avec les autres Louis Lortie (piano)
à agir ainsi, mais je n’écoute jamais dans un état second. L’exaltation, arts peuvent-ils aider l’interprète Chandos CHAN 10915. 2016.1h15’
mes disques. Peut-être parce que le déchirement dans le premier à habiter la Fantaisie ? n Louis Lortie a choisi d’illus-
je les ai portés durant des mois mouvement, les difficultés techniques Les liens auxquels vous faites allusion trer divers aspects de la musi-
– c’est le cas avec Schumann – et que notables du mouvement suivant m’auraient porté vers des directions que de Fauré en mêlant œuvres
l’enregistrement est l’aboutissement et jusqu’à la folie… On ne sait plus que je n’aurais pas maîtrisées. originales et transcriptions.
d’une lente maturation : la Fantaisie très bien où se raccrocher dans Trop intellectualiser cette musique, Ce faisant, il met aussi en
jouée quotidiennement ces trois les dernières mesures de ce dernier. c’est prendre le risque de se perdre. lumière le paradoxe fauréen,
dernières années, les Kreisleriana Cette musique au pianisme complexe On peut aussi évoquer celui d’un compositeur tour
données en concert voilà vingt ans. bouleverse et nous met en danger. dans ce Schumann les influences à tour grand public, auteur
Lequel de ces deux monuments Elle place l’interprète au bord de Beethoven, notamment… de jolis morceaux d’un style
de l’histoire du piano romantique du précipice. Dans mon cas, il y a En effet. Je rejoue Chopin depuis trois un peu convenu, comme le
demeure le plus difficile à interpréter ? un « avant » et un « après » ans alors que j’avais retiré sa musique Nocturne n°4, Après un rêve
Je ne considère pas que les Kreisleriana l’enregistrement. Il restitue la « vérité » de mon répertoire. Il en allait ou la Pavane, et exigeant au
sont une œuvre très difficile, tant de l’instant et l’absence de tout artifice. de même avec Schumann. Ces deux possible, avec la Barcarolle n°7
sur le plan technique que dans Une forme de pureté magnifiée pièces ne m’attirent-elles pas ou certains préludes qui ne
l’engagement qu’elle réclame. dans les dernières notes de l’œuvre. irrésistiblement vers les dernières s’adressent pas aux oreilles
L’écriture est claire avec une alternance Avez-vous été marqué par des grands sonates de Beethoven ? C’est probable. communes. Pour un tel flo-
d’émotions. Chaque interprète peut interprètes du passé ? Propos recueillis par Stéphane Friédérich rilège, il était également
y investir sa propre personnalité. Lorsque j’étais étudiant au Conservatoire Lire la chronique du CD nécessaire de présenter des
En revanche, la Fantaisie est terrible ! de Paris, le modèle dans le répertoire dans le prochain numéro de Pianiste. chefs-d’œuvre tels que la Bar-
carolle n°5 ou le Nocturne n°6,

68 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

pierres d’angle du piano d’aller à l’essentiel, de respecter d’Obermann. Consolations On retrouve la tendresse infimes trouvent, sous les
fauréen qui montrent, bien la pureté des lignes mélo- Béatrice Berrut (piano) nimbant le chant d’amour doigts de la pianiste suisse,
loin de l’image salonnarde diques et l’originalité de l’écri- Aparté AP137. 2016. 1 h 13’ de Paolo et Francesca dans une plénitude à leur mesure.
et décadente que l’on a parfois ture polyphonique – parti- n Face à ces trois massifs du la trop délaissée Ballade n°1, Qu’importe alors si les
attachée à Fauré, un créateur culièrement dans certains piano lisztien, on qualifierait d’une fraîcheur rappelant Consolations manquent un
solaire et grandiose. préludes. En outre, sobriété le programme de lourd s’il Weber et Mendelssohn. peu de cette évanescence
Une partie du programme n’est pas sécheresse et Louis n’était devenu monnaie cou- L’oppression des rumina- chopinienne, Béatrice Ber-
est composée de transcrip- Lortie fait preuve d’un raf- rante chez les jeunes pianis- tions chromatiques de la rut nous a offert l’un des
tions : Après un rêve, d’abord finement délicat dans les tes. Mais, dès les premières Ballade n°2 découle d’un récitals Liszt les plus remar-
une mélodie pour voix et dégradés et les effets de mesures d’Après une lecture du savant dosage de la pédale. quables de ces dernières
piano, est donné dans la ver- fluidité. Jacques Bonnaure Dante, on comprend qu’une On perçoit d’autant mieux années. Jérémie Bigorie
sion de Percy Grainger ; la véritable artiste est à l’œuvre. la transfiguration du thème
Pavane, à l’origine pour chœur FRANZ L’instrument ? Un grand dans le finale puissant et WOLFGANG AMADEUS
et orchestre, dans celle de Bösendorfer dont les basses déclamatoire, là où d’autres
Lortie lui-même ; la musique LISZT d’outre-tombe inaugurant le n’évitent pas la vulgarité. MOZART
de scène de Pelléas et Méli- (1811-1886) sommet de la Deuxième année Les sonorités du Bösendor- (1756-1791)
sande dans la version originale de pèlerinage offrent un bel fer font aussi merveille dans
du compositeur (son orches- aperçu des ressources tim- la Vallée d’Obermann: le thème
tration fut réalisée pour sa plus briques. Reste à construire principal ? Un violoncelle
grande partie par Kœchlin). le discours: Béatrice Berrut d’une intensité plombée ; le
Le Fauré de Lortie est déli- sait où elle va, et si ses tem- chant épanoui en mi majeur
bérément dépourvu de sua- pos semblent parfois frôler avec sa batterie de doubles
vités mondaines. Même dans l’asphyxie par la tension triolets ? Une véritable orches-
les pièces les plus mélodique- qu’elle insuffle (17’30) et les tration cuivrée, que l’artiste
ment complaisantes comme phrasés en longues périodes s’octroie la licence de pro-
la Pavane, il choisit l’extrême qu’elle adopte, ils servent longer à la dernière mesure
sobriété et la retenue. Un tel Après une lecture du Dante. une architecture cohérente et par l’ajout d’un bref trémolo. Concertos pour piano
parti pris présente l’avantage Ballades n°1 et n°2. Vallée mûrement pensée. Même les vibrations les plus n°17 et n°18. [

CN 37 NOUVEAUTÉ

Un toucher authentique
Une sonorité remarquable
Des fonctions exaltantes

w w w. k a w a i f r. c o m
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

[ Divertimento K. 137 malgré l’engagement de piano de Sylviane Deferne ne peut que correspondre enseigne au Conservatoire
Jean-Efflam Bavouzet (piano), la soliste, faisant regretter et des teintes mordorées aux canons du compositeur, royal de Bruxelles et à la
Manchester Camerata, la fougue d’Olivier Cavé avec du jeune Quatuor Ernest fixés notamment par Aldo Chapelle Reine Elisabeth.
dir. Gábor Takács-Nagy Rinaldo Alessandrini (Al- fusionnent parfaitement. Ciccolini : clarté souveraine, Cette personnalité très peu
Chandos CHAN 10929. 2016. pha). Cette approche intro- Nul besoin d’appuyer, de souplesse et vigueur, énergie, médiatisée en France mérite
1 h 14’ spective se retrouve dans les marquer trop les contrastes. maestria constante. d’être (re)découverte. Les
Andante joués avec profon- Nous sommes ici dans un Ludmilla Guilmault et Jean- pièces ultimes de Schubert
deur, rappelant le jeu de salon et les cinq musiciens Noël Dubois s’y essaient avec réunies sont en effet inter-
Geza Anda (Deutsche Gram- genevois s’amusent à la lueur un certain bonheur, notam- prétées avec une force peu
mophon). En conclusion, de leurs bougies, sans cher- ment dans les Gnossiennes commune. Tout d’abord,
s’il est très difficile de dépar- cher à faire « ancien » ou très incarnées, mais on reste le premier des Impromptus
tager les solistes, tous deux « moderne ». Ils respirent parfois sur sa faim, comme se construit dans une atmo-
éminents mozartiens, en cette musique avec naturel dans les Embryons desséchés, sphère qui juxtapose une
revanche, les musiciens de et élégance. Une belle décou- trop mesurés, quand ces puissance incantatoire à un
Manchester surclassent ceux verte, exemplaire en ce sens pages sont redoutablement calme serein. Ambivalence
de Cleveland par leur énergie que de bons amateurs peu- virulentes dans le sarcasme des expressions, dualité entre
Concertos pour et la précision des dialogues vent relever le défi de jouer pré-dadaïste. Néanmoins, virilité et féminité…
piano n°17 et n°25 entre les pupitres, qualités ces diamants de la musique ces deux jeunes pianistes pré- Ce Schubert d’airain, mené
Orchestre de Cleveland, que renforcent une prise de de chambre. Une excellent sentent une intéressante lec- avec certitude et une technique
Mitsuko Uchida (piano et dir.) son remarquable. disque. ture de la littérature pour impeccable, impressionne.
Decca 483 0716. 2016. 1 h 07’ Jean-Noël Coucoureux S. F. piano du maître d’Arcueil, Le toucher se fait aussi chan-
n La composition de concer- généreuse et rigoureuse, et tant dans l’Impromptu n°2,
tos pour piano occupa une ERIK excellent surtout dans ses fluide et sans absence. D’un
place essentielle dans la vie premières œuvres, Valse, impromptu à l’autre, les par-
créatrice de Mozart, notam- SATIE Fantaisie-Valse et Gymnopé- titions offrent des pâtes sono-
ment pour s’imposer sur (1866-1925) dies. Ce programme donne res totalement individualisées.
la scène viennoise, comme envie de mieux les connaître Ce sont des mondes remplis
l’illustrent les trois numéros dans un autre répertoire. Et, de confidences. Nul excès
regroupés sur ces deux enre- Satie, sphinx inexpugnable, dans ces lectures qui n’ont rien
gistrements. En parfaite continue à mettre à nu ses de spontané ou d’austère :
connivence avec un orchestre interprètes en préservant elles semblent mesurer le
aux sonorités précises et Concertos pour sa propre énigme poétique, temps (celui qui reste à vivre
colorées, Jean-Efflam Bavou- piano n°11 à n°14 ce qui fait toute son insolente au compositeur qui se sait
zet propose des lectures Sylviane Deferne (piano), grandeur. condamné) avec élégance,
impétueuses et élégantes. Quatuor à cordes Ernest Romaric Gergorin comme dans l’Opus en la bémol
Avec un plaisir raffiné, il Doron 2 CD DRC3075/6. 2016. majeur, porté par d’infimes
communique à ces partitions 1 h 46’ Œuvres pour piano FRANZ respirations. C’est finalement
une franche bonne humeur, n Quel joli disque ! Quatre à deux et quatre mains cette rigueur et l’absence de
jamais simpliste dans le pro- concertos de Mozart sont Ludmilla Guilmault SCHUBERT maniérisme qui donnent l’illu-
pos, notamment dans les réunis dans leur version pour et Jean-Noël Dubois (piano) (1797-1828) sion de la simplicité.
mouvements lents, empreints piano et quatuor à cordes de Triton TRI331209. 2016. L’amertume des premières
d’onirisme et de tendre la main même du composi- 1 h 03’ mesures de la Sonate en si
mélancolie. Les textures teur. C’est ce que l’on appela n Erik Satie suscite toujours bémol majeur place l’auditeur
sont aérées, les lignes mélo- au XIXe siècle de la Haus- de nouveaux enregistre- dans un espace d’une magni-
diques ciselées avec une lisi- musik, un art raffiné et ments. La variété d’inter- fique hauteur de vue. Pas de
bilité proche de l’épure. Un d’agrément destiné à des prétation que laisse cette dramatisme inutile, mais
Mozart dont l’espiègle- exécutions familiales. Mozart œuvre ouverte, sans vérita- un resserrement progressif
rie éclate dans les cadences composait lorsqu’il le pou- bles indications de jeu et des tensions. La ligne de
audacieuses au langage ana- vait pour lui-même, et plus parfois sans barres de mesu- chant n’est jamais en rupture
chronique composées par encore pour la commande. res, permet de vérifier qu’elle dans l’Andante sostenuto qui
le pianiste français. Voilà le simple plaisir vien- reste toujours fraîche, trans- Impromptus opus 90 annonce, ici, les dernières
Par comparaison, les lectures nois du divertissement. Mais parente dans son mystère. D. 899. Sonate en si bémol pages de Schubert. Ce tes-
de Mitsuko Uchida appa- quel divertissement ! Le plus Mais, à étudier toutes les majeur D. 960 tament musical s’ouvre pro-
raissent plus classiques, intelligent qui soit, com- versions, on finit par assi- Jean-Claude Vanden Eynden gressivement à la lumière.
comme en témoignent les préhensible pour tous les miler Satie à Ravel dont les (piano) Jean-Claude Vanden Eyn-
premières mesures du Concerto publics, dirait-on aujourd’hui. pièces ne pourraient être Le Palais des Dégustateurs den s’est approprié cet uni-
n°17, jouées sur un tempo Pourtant, il ressort de cet bien interprétées que par PDD009. 2015. 1 h 16’ vers sans en trahir l’émotion
plus retenu par un ensemble enregistrement intimiste et Ravel, contrairement à Beet- n Disciple d’Eduardo del originelle. Après cet excel-
aux sonorités moins fran- d’une grande vérité sonore hoven qui laisse libres les Pueyo, Jean-Claude Vanden lent Schubert, espérons
ches. Les mouvements rapi- des pages d’une étonnante musiciens. Curieusement, Eynden fut à seize ans, en entendre bientôt le même
des du Concerto n°25 souf- gravité, à l’instar du Concerto le répertoire de Satie, musi- 1964, l’un des plus jeunes interprète dans d’autres
frent quelque peu de cette en la majeur. Le parfait équi- que de l’enfance comme celle lauréats du Concours Reine répertoires classi ques ou
excessive retenue orchestrale, libre des couleurs perlées du de Ravel, pour être bien joué, Elisabeth. Aujourd’hui, il romantiques. S. F. [

70 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

OFFRE EXCLUSIVE D’ABONNEMENT

1AN6 numéros
avec partitions

+ 6 CD AUDIO, pour vous aider et vous


guider dans la lecture et l’interprétation des
partitions (cahier de 32 pages) incluses
dans le magazine.

+ 6 DVD PÉDAGOGIQUES,
contenant une leçon particulière tout
en images avec un grand pianiste.
Edition DVD disponible

+
uniquement par abonnement

69€
Votre cadeau
Le DVD
Les variations Goldberg
par Glenn Gould SEULEMENT
Découvrez une plongée passionnante au cœur
de l’œuvre de Bach, exécutée par Glenn Gould. au lieu de 119,40 €
Ce chef-d’œuvre de la musique baroque est
indispensable à tout amateur de piano, et une
source d’inspiration ainsi que de progrès pour 42%
les pianistes. dÕŽconomie

BULLETIN DÕABONNEMENT
AG17119

Ë complŽterÀ et ˆ envoyer
renvoyer sous enveloppe
accompagné affranchie
de votre réglementˆ àPIANISTE - Service
PIANISTE - Serviceabonnements
abonnements- -17 route
4 rue dedes Boulangers
Mouchy - 78926 Cedex
60438 Noailles Yvelines Cedex 9
PiPA103
OUI,jejem’abonne
OUI, m’abonne ààPianiste pour
Pianiste 1 an 1etan
pour je et
recevrai, en cadeau,en cadeau
et je recevrai Je joins mon règlement par :
le DVD “ Les variations Goldberg
le coffret Rubinstein joue CHOPIN.” par Glenn Gould. Chèque à l’ordre de Groupe L’Express
Je choisis : Carte bancaire
Je choisis DVD,
❏ L’édition l’offre d’abonnement
réservée aux abonnés : 6 N + 6:CD + 6 DVD pour 69€
suivante
❏ 6soit
N 42%
+ 6 CD + 6 DVD pour
d’économie (Pour69 soit 39%
les Dom-Tom 99 €). (Pour les Dom-Tom et l’étranger 99 €).
d’économie
et l’étranger
N° qqqf qqqf qqqf qqqf

❏6L’édition
N + 6 CD CDau: 6tarif
N de+ 639
CDsoit 39€ soit 27%
18%ded’économie
au tarif les Dom-Tom et l’étranger 49 €).
(Pourd’économie Expire le : qqqf qqf
(Pour les Dom-Tom et l’étranger 49 €). Clé*
Nom ............................................................................................................................................................................................................ * Les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire
Nom ............................................................................................................................................................................................................ Clé* (pour sécuriser votre paiement).
Prénom ..................................................................................................................................................................................................... * Les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire (pour sécuriser votre paiement).
Prénom ..................................................................................................................................................................................................... Date et signature obligatoires
Adresse complète ............................................................................................................................................................................
Adresse complète ............................................................................................................................................................................
Code postal .............................................................. Ville ..........................................................................................................
Code postal .............................................................. Ville ..........................................................................................................
Pour recevoir la confirmation de mon abonnement et les informations liées à mon compte Offre valable en France métropolitaine jusqu’au 30/04/2017 et dans la limite des stocks
Pour recevoir
client, j’indiquelamon confiadresse rmatione-mail de mon (enabonnement
majuscules)et les informations liées à mon compte disponibles. Vous pouvez acquérir séparément chaque numéro de PIANISTE au tarif de 8,90 €, et
chaque DVD au prix de 11 €. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous
client, j’indique mon adresse e-mail (en majuscules)
E-mail : qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf Offredisposez
valable d’un droit d’accès
en France et de rectifijusqu’au
métropolitaine cation des28/02/2015
données que et vous
dansavez transmises,
la limite en adressant
des stocks dispo-
E-mail : qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf
un Vous
nibles. courrier à PIANISTE.
pouvez acquérir Les informations
séparément requises
chaque numérosontdenécessaires
PIANISTE au à PIANISTE pour
tarif de 7,95 la mise
€, et en
chaque
qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf place de votre abonnement. Elles pourront être cédées à des organismes extérieurs sauf si vous
DVD au prix de 11 €. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous dispo-
cochez la case ci-contre. ❏ Conformément à l’article L221618 du code de la consommation, vous
qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf sez d’un
bénéfi droit
ciezd’accès et de
d’un délai de rectifi cation de
rétractation des14données
jours à que vousde
compter avez transmises,
la réception du en adressant
premier un
numéro
J’accepte de recevoir les informations de PIANISTE ❑ oui ❑ non
AG21277

courrier à PIANISTE. Les


de l’abonnement. Pourinformations
faire jouer cerequises sont nécessaires
droit, vous à PIANISTE
pouvez télécharger pour la mise
le formulaire en place
sur notre site
J’accepte
et de recevoir❑les
de ses partenaires ouiinformations
❑ non de PIANISTE ❑ oui ❑ non de votre abonnement. Elles pourrontetêtre
boutique.lexpress.fr/formulaire cédées
nous à desà organismes
l’envoyer extérieurs
: Pianiste Service sauf si vous4,cochez
Abonnements rue de
et de ses partenaires ❑ oui ❑ non Mouchy
la case ❏ Noailles Cedex
60438
ci-contre.
GROUPE EXPRESS-ROULARTA SA AU CAPITAL DE 47 150 040 € - SIÈGE SOCIAL : 29, RUE DE CHÂTEAUDUN 75308 PARIS CEDEX 09 - RCS 552 018 681 PARIS
GROUPE L’EXPRESS SA AU CAPITAL DE 47 150 040 € - SIÈGE SOCIAL : 29, RUE DE CHÂTEAUDUN 75308 PARIS CEDEX 09 - RCS 552 018 681 PARIS
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

UN DIALOGUE ENTRE GÉNÉRATIONS


« ARCHIVES DU FESTIVAL DE NOHANT »

L
’image est émouvante: un vieux Le second volume ranime
sage, au soir de sa vie, croise la mémoire d’un autre disparu,
la route d’espoirs du piano. Youri Egorov (1954-1988) dont
Juxtaposer ainsi les Scènes d’enfants la discographie ne cesse de s’enrichir
sous les doigts d’Aldo Ciccolini, par la parution de captations de
99 ans, et celles de Jérémie Moreau, concerts. Ce récital à Nohant en 1982
15 ans, donne le vertige. Dommage offre une des plus belles versions
que la prise de son du second soit de la Sonate en do mineur D. 958
un peu terne. Le jeune pianiste entre de Schubert, intense, passionnée,
progressivement dans l’intensité parfois violente et toujours
de ces pièces qui ne sont nullement expressive. L’introduction titanesque
destinées aux enfants. Il joue aux accords beethoveniens montre
impeccablement à l’adulte, un pianiste aux doigts d’acier. Puis,
quand Ciccolini retrouve le parfum lorsqu’arrive le thème tendre,
des souvenirs de l’enfance. Sous dans sa première exposition, Egorov
les doigts de Ciccolini, la Sonate donne une couleur et un timbre
de Grieg raconte sans forcer à chaque note, qui témoignent de
les dynamiques. Il nous mène la parfaite indépendance de chaque
dans les arcanes d’une pensée doigt. Il exécute ce deuxième thème
encore sous l’emprise de Schumann. avec une utilisation de la pédale
C’est du grand piano romantique minimaliste et parvient à éclairer
d’un charme fou, presque latin chaque voix. Le pianiste respecte à
dans le mouvement Alla minuetto la lettre les nuances et les inflexions
ma poco piu lento. indiquées par Schubert, conservant
Le cœur du programme demeure le « sempre legato » de l’Adagio
toutefois la Sonate en si bémol comme dans les subtiles gradations
majeur de Schubert. Une immense du menuet. Dans l’impétueuse
tristesse teintée de résignation porte tarentelle finale, frénétique,
le début de l’œuvre. Sans artifice, il impressionne par sa capacité
l’Andante est glaçant de vérité à jouer les notes répétées avec
et d’une émotion contenue. Comme une telle précision à un tel tempo.
pressant, le Scherzo joué avec Preuve que Youri Egorov
le minimum de pédale est suivi était un technicien hors pair.
d’un finale qui traduit exactement Deuxième grand moment de
une irrépressible angoisse. L’Andante ce récital : les redoutables Études
Spianato de Chopin et l’Étude pour opus 10 de Chopin. On note
CLAUDE-OLIVIER DARRÉ

les arpèges composés de Debussy l’élasticité de la main droite


par Nariya Nogi, Premier Prix Alfred dans la première étude, la ligne
Cortot, sont impeccables, mais le jeu, mélodique ininterrompue
d’une grande lisibilité, manque dans la troisième, l’égalité des deux
un peu de personnalité. On perçoit mains dans la quatrième, la fluidité
VOL. I plus de tempérament dans l’Andante dans la neuvième et la tempête
Aldo Ciccolini : Schumann, Grieg, Schubert de la Sonate pour violoncelle désespérée de la douzième.
et Granados Nariya Nogi : Chopin, Debussy et piano de Rachmaninov. Le second disque est consacré
Bruno Philippe, Tanguy de Williencourt : Une parfaite complicité et liberté au pianiste russe Sergueï Redkin
Rachmaninov Jean-Paul Gasparian : Schumann de ton entre Bruno Philippe et au Polonais Szczepan Konczal.
Jérémie Moreau : Schumann et Tanguy de Williencourt. Une belle Simplicité dans le Prokofiev du
surprise nous attend aussi à l’écoute premier et élégance dans les Chopin
VOL. II de la Sonate n°2 de Schumann du second : deux jeunes talents
Youri Egorov : Beethoven, Schubert, Chopin par Jean-Paul Gasparian, au jeu à suivre assurément. À suivre
et Debussy Sergueï Redkin, Szczepan Konczal : étincelant et construit à la fois : aussi cette série très prometteuse.
Prokofiev et Chopin une prise de risques incessante, Un récital Gilels est annoncé.
Soupir Éditions/Festival de Nohant 2 x 2 CD S238, 239. un piano qui a du son. On en oublie Stéphane Friédérich
1982-2015. 1 h 20’ et 58’, 1 h 15’ et 57’ le souffle (!) intrusif de la captation. et Aurélie Moreau

72 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

schumannienne prolonge assume les contrastes les plus des destructions massives. La contre-amiral de profession
[ ROBERT
en quelque sorte ce voyage extrêmes, aux limites de la musique fait office de com- et compositeur de nature,
SCHUMANN musical. Anderszewski est caricature. Le finale langsam mentaire. Un témoignage apparaît plus que charmante.
(1810-1856) inspiré par une forme extrê- getragen est paradoxalement étonnant dont il paraît vain Ce poète des sons, passionné
mement élaborée, la fantai- comme diffus, impression- de vouloir justifier la présence des contrées lointaines, fut
sie. Dans le cas de Mozart niste déjà, enfoui dans la aux côtés du disque. S. F. surnommé le « Pierre Loti
et de Schumann, elle expé- pédale. Le deuxième thème de la musique ». Dans cette
rimente de saisissantes auda- jaillit de la brume, presque œuvre des vingt premières
ces harmoniques. hurlé. Cette raideur du trait RARETÉS années du XXe siècle, on res-
Les Mozart se situent aux plus frénétique qu’exaltée sent le temps qui s’écoule,
antipodes des lectures « his- déroute. Quelles sont les JEAN une immensité souvent triste
toriquement informées ». limites interprétatives d’une et sans but qui se déploie.
La Fantaisie surgit, gigan- telle œuvre qui changea plu- CRAS Par exemple, Recueillement,
tesque, jouée sur le piano sieurs fois de titre ? Sous (1879-1932) extrait des Poèmes intimes,
Fantaisie opus 17. qu’on attend dans Brahms les doigts d’Anderszewski, joue de modulations subtiles,
Geistervariationen et pensée avec les respira- les Variations « des esprits » de climats épurés. Jean Cras,
WoO 24 + Mozart tions de l’orchestre beetho- ont l’allure d’un hymne funè- au contraire de Gabriel
Fantaisie K. 475. vénien. La Sonate en ut bre, gorgé d’harmoniques. Fauré, celui des premières
Sonate n°14 K. 457 mineur – tonalité identique On songe à la Rhapsodie pour pièces, ne cherche pas à
Piotr Anderszewski (piano) à la Fantaisie – « submerge » alto de Brahms ! séduire. Il compose d’abord
Warner Classics 0190295888558. le clavier, devenant une sorte En bonus, le pianiste propose pour lui-même, parfois avec
2013, 2016. 1 h 19’ + 1 DVD de messe (celle en ut mineur un film dont il est le réalisa- cette décantation du Gibet
n En 2010, le pianiste polo- de Mozart), négligeant les teur. Je m’appelle Varsovie offre ravélien. Il sait trop le prix
nais enregistrait, chez Virgin, dialogues savoureux de l’opéra un voyage nostalgique au cœur de la guerre, lui qui l’a vécue
une Humoresque, des Études mozartien qui irriguent pour- d’une ville dont la moder- Œuvres pour piano seul aux premières loges.
et des Chants de l’aube ma- tant cette musique. nité n’a pu effacer la finesse Jean-Pierre Ferey (piano) C’est au-delà de la mélodie
gnifiques. Le couplage des Avec Schumann, la Fantaisie du classicisme, ni la vio- Skarbo DVS1153. 2015. 1 h 10’ que se situe son univers, dans
fantaisies mozartienne et devient orchestrale. Le soliste lence des occupations ou n La musique de Jean Cras, la décomposition de la [

Dévoile un nouvel univers musical

O P U S 1 02

Un piano de concert de 3 mètres


cordes parallèles
clavier à 102 touches

Les modèles 190, 220 et droit seront disponibles prochainement


Conçus et fabriqués en France Stephen Paulello - Opus 102
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

OFFRE RÉSERVÉE À NOS LECTEURS


“ Un virtuose transcendant, capable
des plus audacieuses prouesses...”
A travers ces 5 concertos mythiques,
découvrez tout le génie de Claudio
ARRAU, l’un des pianistes les plus
marquants du xxe siècle, égal
d’Horowitz.
Un coffret de la collection

CD 1

Concerto pour piano n°1 en ut majeur op. 15


Concerto pour piano n°2 en si bémol op. 19
CD2

Concerto pour piano n°3 en ut mineur op. 37


Concerto pour piano n°4 en sol majeur op. 58
CD3

18,90 avec
Concerto pour piano n°5 en mi bémol majeur
op. 73 « L’Empereur »
SEULEMENT Sonate pour piano n°14 en ut dièse mineur
op. 27 n°2 « Clair de lune »

Claudio Arrau, piano


Philarmonia Orchestra
Direction : Alceo Galliera

Plus simple et plus rapide, commandez directement sur www.lexpress.fr/beethoven

B ON D E C OM MAN DE
A renvoyer accompagné de votre règlement sous enveloppe à l’adresse suivante : L’EXPRESS BOUTIQUE, 4 rue de Mouchy 60438 Noailles Cedex

MA COMMANDE MES COORDONNÉES


Prix Prix
Nom du produit Référence unitaire Quantité Total Nom : .............................................................................................
Les 5 concertos de Beethoven BEET17Z1 18,90 € €
Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Frais de port 3,50 €
TOTAL À PAYER € Adresse : .........................................................................................

MON RÈGLEMENT ........................................................................................................


Ci-joint mon règlement de .............€ par :
Code postal :
❏ chèque à l’ordre de Groupe L’Express
❏ carte bancaire N° Ville : ...............................................................................................
* Les 3 derniers chiffres figurant
Expire fin : Clé* au dos de votre carte bancaire.
Tél.: ................................................................................................

Date et signature obligatoires : E-mail : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . @ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


J’accepte de recevoir les informations de L’Express Boutique ❏ Oui ❏ Non
et de ses partenaires ❏ Oui ❏ Non
AG21268

Offre valable jusqu’au 30/04/2017, dans la limite des stocks disponibles. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données que vous avez
transmises, en adressant un courrier à Groupe L’Express. Elles pourront être cédées à des organismes extérieurs sauf si vous cochez la case ci-contre ❒

GROUPE L’EXPRESS, AU CAPITAL DE 47 150 040 € - SIÈGE SOCIAL : 29, RUE DE CHATEAUDUN 75308 PARIS CEDEX 09 - RCS 552 018 681 PARIS
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

[ forme musicale. Finale- récemment rééditée par (Iberia, livre 2) creusé avec beaucoup de qui ne manque pas de charme,
ment, cette musique de cli- Warner. Le piano est puis- Cruz-Guevara : Sonando finesse. Elle équilibre le per- sans pathos ni raideur. Elle
mats et de confessions est sant et profond, chargé de Maria Magdalena petuum mobile entre ironie traduit la simplicité néces-
plus proche des mots d’Henri couleurs pré-brahmsiennes, Grieg : Sonate et rage, et sait questionner saire de l’exécution et peu
Duparc, le seul maître de avec un velouté et une défi- pour piano opus 7 cette étonnante pièce avec d’interprètes ont défendu
Jean Cras. Jean-Pierre Ferey nition remarquables. Le carac- Anastasia Rizikov (piano) caractère et une technique cette œuvre avec autant de
joue avec pudeur, sans déta- tère général ne laisse guère Naxos 8.573725. 2015. bien affûtée. sensibilité (on songe dans les
chement, perlant son jeu, de place à la résignation. Ce 1 h 02’ Tout aussi aboutie, la Sonate références modernes à Leif
s’éloignant autant qu’il le Schubert combat un tragique n Âgée de 17 ans seulement, en mi mineur de Grieg séduit Ove Andsnes).
peut des rivages de la scène. pressentiment. Au lieu de Anastasia Rizikov, une pia- par la clarté de l’interpréta- Deux compléments de pro-
Cette musique n’est pas s’assécher, de prendre ses dis- niste canadienne d’origine tion. L’absence de brutalité gramme sont astucieusement
de celles que l’on partage. tances, le regard de Leons- ukrainienne, a déjà remporté et la mise en espace limpide proposés. Tout d’abord,
Elle se respire sans auditeurs. kaja s’embue de larmes (mou- plusieurs prix dont celui du sont au service du lyrisme de Triana, extrait du second
Juste pour soi. C’est pour vements lents des Sonates Concours de Jaén, en Espa- cette page. De la belle éner- livre d’Iberia d’Albéniz. Une
cela qu’elle touche. S. F. D. 959 et D. 960). La ron- gne. Un prix qui lui a permis gie, du tempérament et du lecture sanguine et brillante
deur et la densité du son, d’enregistrer son premier goût aussi, contiennent la de fraîcheur. Il y manque
l’utilisation millimétrée de CD dans la « Laureate pâte germanique de cette certainement la patine du
RÉCITALS chaque résonance, le sens Series » de Naxos. œuvre de jeunesse (Grieg est métier. La pièce de Juan
du mouvement permanent Le récital s’ouvre par une alors âgé de 22 ans). L’écri- Cruz-Guevara (né en 1972)
appartiennent à une forme excellente Sonate « La Tem- ture de Schumann est en fili- repose sur un thème popu-
« ÉDITION DU 70e d’expressivité propre aux pête ». L’interprète en pos- grane, mais c’est surtout laire suivi de variations. Tona-
ANNIVERSAIRE » interprètes russes : on songe sède une idée précise, de la dimension juvénile que lité et atonalité se croisent
ici à Richter et à Gilels. même qu’un sens aigu de la l’on retient sous des doigts dans un maelström qu’Anas-
Leonskaja resserre souvent construction, qu’elle resti- en quête permanente du tasia Rizikov organise avec
le phrasé, créant sans dureté tue de manière organique. chant, comme dans l’Alla beaucoup de cohérence. Une
une dramatisation de la Le finale, Allegretto, est ainsi menuetto. Voilà une lecture artiste à suivre. S. F. [
phrase. Ce jeu, que l’on pour-
rait qualifier de féminin
(quels finales rayonnants !),
semble consoler les peurs du
compositeur-narrateur.
Le DVD présente trois sona-
Schubert : les huit tes (K. 283, K. 533/494, et
dernières sonates K. 545), ainsi que la Fantai-
+ DVD Mozart avec sie K. 478 de Mozart, dans
Sviatoslav Richter leur version pour deux pianos
Elisabeth Leonskaja (piano) réalisée par Grieg. La ren-
Easonus EAS29300 4 CD + 1 DVD. contre passionnante de ces
2015, 1993. 4 h 53’ (CD). 1 h 22’ deux personnalités (Leonskaja/
(DVD) Richer, la première assurant
n Afin de célébrer le 70e anni- la partie du premier piano)
versaire d’Elisabeth Leons- nous fait oublier l’incongruité
kaja, le label allemand Easo- des arrangements et la relative
nus a réuni dans un coffret précarité de la captation.
de grand format (28 x S. F.
28 cm) les huit dernières
sonates de Schubert, ainsi que ANASTASIA
le concert Mozart en vidéo
qu’elle donna, le 26 juillet RIZIKOV
1993, à Moscou, avec Svia-
toslav Richter. Cet ensemble
livre-disques présente, en
anglais et en allemand, le par-
cours de la pianiste, accom-
pagné d’interviews et d’une
belle iconographie.
L’œuvre de Schubert est au
cœur du répertoire de la pia-
niste russe et les huit sonates
spécialement gravées pour Beethoven : Sonate
l’occasion font écho à son pour piano n°17 opus 31
anthologie réalisée pour Tel- n°2 « La Tempête »
dec entre 1988 et 1996, Albéniz : Triana

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n 75


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

CHRONIQUES DISQUES, DVD


RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC LE MAGAZINE

s’anime, souffre et s’exalte manifester une telle maîtrise par deux musiciens améri-
[ DVD à la fois, puise dans la vio- du clavier, une telle maturité cains de haute stature, Matt MAL
lence d’une Russie païenne dans le traitement des expo- Penman, contrebasse, et le WALDRON
« DENIS MATSUEV et abreuve sa soif d’expres- sitions (voyez en particulier formidable Obed Calvaire
sions dans un orchestre « Criss Cross ») et de l’impro- à la batterie, il signe, avec
AU ROYAL imaginaire. Nous sommes visation, d’autant qu’il est ce cinquième album en tant
CONCERTGEBOUW » à l’opposé de la vélocité également arrangeur et com- que leader, une belle réussite
sidérante d’une Yuja Wang, positeur de trois des neuf qui, on le souhaite, fera
mais dans une autre vérité, thèmes proposés ? Il repré- enfin reconnaître la place
finalement plus… sensuelle. sente, à coup sûr, un défi à qui lui revient dans la gala-
La pulsation de la musi- tout blindfold test, tant son xie peu fréquentée de ceux
que, le caractère percussif professionnalisme et sa musi- qui jamais ne déçoivent et
de l’instrument servent calité exempte de toute toujours enchantent le plus
avant tout le chant, et non démonstration technique blasé des mélomanes.
les doigts. ostentatoire démentent son J.-P. J. « Soul Note/Black Saint,
Après ce programme, les profil adolescent. Le piano volume 2 »
« bis » se succèdent : anodine classique ne manque pas de BENEDIKT 11 CD CamJazz BXS 1043.
Tabatière à musique de Lia- jeunes prodiges, mais il est 10 h 47’
dov, inutile Méditation de très rare qu’ils soient por- JAHNEL n Il fut dans les années 1950,
Tchaïkovski, ici redondante, teurs d’un univers personnel, excusez du peu, accompa-
mais passionnante Étude d’une conception originale gnateur de Billie Holiday,
Œuvres de opus 76 n°2 de Sibelius de leur musique comme l’est John Coltrane, Éric Dolphy,
Tchaïkovski, (oubliée dans le listing du Joey Alexander. C’est dire Charlie Mingus, Abbey
Schumann, Stravinsky DVD), explosive Étude d’une part qu’à l’évidence Lincoln et de tout ce que
EuroArts 3075408. 2015. 1 h 44’ opus 8 n°12 de Scriabine. l’avenir lui appartient, d’autre le jazz pouvait aligner de
n Notons tout d’abord la Et, pour clore le tout, une part que rien n’est pourtant brillants solistes, notamment
grande qualité de la réalisa- improvisation jazz aux mul- joué : qui se souvient du pour le label Prestige. Les
tion vidéo : de magnifiques tiples réminiscences. Les jeune Roberto Benzi ? 11 albums regroupés dans
images (fondues dans la doigts de Matsuev saturent Jean-Pierre Jackson ce deuxième coffret, qui les
prise de son) qui tournoient le clavier : quand les moyens « The Invariant » présente sous forme de mini-
autour du piano, au cœur techniques servent la pen- VINCENT ECM 5712837. 46’ LP reproduisant la pochette
d’un public qui encercle le sée musicale. n Compositeur des huit thè- originale, datent des années
soliste dans l’acoustique S. F. BOURGEYX mes figurant sur ce disque, 1980 et 1990, enregistrés
exceptionnelle de la salle du concepteur de leur présen- pour les labels Soul Note et
Concertgebouw d’Amster- tation et de leur dévelop- Black Saint.
dam. Le récital s’ouvre sur JAZZ pement, Benedikt Jahnel Mal Waldron côtoie, entre
Les Saisons de Tchaïkovski surprend. Par ailleurs, cher- autres, Steve Lacy, Ed Thig-
dont chaque pièce est res- JOEY cheur en mathématiques, pen, Enrico Rava, Chico
tituée dans son caractère, ce trentenaire allemand Freeman pour illustrer majo-
qu’il soit dansant, nostal- ALEXANDER livre ici un quatrième opus ritairement, depuis son cla-
gique, purement mélodique en trio confirmant l’exi- vier profond qui privilégie
ou symphonique – tout cela gence janséniste de sa musi- souvent le registre grave,
avec une touche d’inspira- que, qu’il parvient assez ses thèmes personnels (il en
tion populaire, volubile, « Short Trip » miraculeusement à allier à composa près de 500) et, de
voire enivrante ; le chef- Fresh Sound FSNT-516. un sens très articulé de la façon plus générale, son uni-
d’œuvre prend congé de 1 h 13’ belle note. vers musical où les rencon-
l’auditoire dans la délicatesse n Après une dizaine d’années Il prête heureusement autant tres tiennent bien sûr une
fuyante de Décembre. Sous à New York et un retour en d’attention à ce qu’il ne faut place royale.
les doigts de Matsuev, cette France depuis quinze ans, pas jouer qu’à ce qu’impose Devenus très rares et soi-
partition redevient un chef- Vincent Bourgeyx fait partie le discours musi cal dans gneusement réédités, ces
d’œuvre, et nullement le « Countdown » de ces pianistes qui ne dé- sa progression. Cela confère disques ne font pas leur âge :
« bibelot » que certains Motema 234279. fraient ni n’envahissent la au disque, au-delà d’une Mal Waldron n’appartint
croient parfois. 1 h 02’ chronique. C’est pourtant haute musicalité, une dignité en réalité à aucune école, ne
Les Kreisleriana représen- n Ce musicien né à Bali, qui un musicien délicat, d’une musicienne partagée par se résolut jamais à laisser
tent la partie la moins vit à New York, aura 14 ans grande élégance de toucher ses compagnons, Antonio courir les doigts sur le clavier,
convaincante du récital, car au mois de juin prochain. et de conception (« For All Miguel, bassiste espagnol, sans qu’une forme d’esprit,
l’interprétation, comme in- Ce deuxième album en We Know »), un excellent et Owen Howard, batteur le sien, les habite, sans que
décise, alterne entre carrure compagnie de Larry Gre- accompagnateur (voyez canadien, prouvant ainsi sa musique y trouve un par-
germanique et opulence nadier (qui fut le bassiste de « I’ve Grown Accustomed que la rigueur et l’émotion fum de révolte ou, plus fré-
slave. En revanche, la lec- Brad Mehldau) et de l’excel- to His Face » derrière la peuvent ne point se contre- quemment, de poésie, sans
ture de Petrouchka est l’une lent batteur Ulysse Owens superbe Sara Lazarus), bref, dire, mais universellement que la beauté, convulsive ou
des plus belles qui soient. Jr. renouvelle le mystère : un pianiste accompli et un se partager. apaisée, s’y love.
La pantomime de Matsuev comment peut-on si jeune mélodiste raffiné. Soutenu J.-P. J J.-P. J

76 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

SAISON 2016/2017
LES RÉCITALS DE PIANO

• 22 MAI 20h00 JÉRÔME GRANJON . BEETHOVEN


• 29 MAI 20h00 FANNY AZZURO . RAVEL . DEBUSSY . ALBENIZ

94 Bvd. AUGUSTE BLANQUI 75013 PARIS RETROUVEZ TOUS LES CONCERTS SUR
+33 (0)1 43 37 36 35 SALLECOLONNE.FR
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

PETITES ANNONCES

PIANOS : À vendre piano PIANOS : À vendre piano Schimmel COURS/STAGES : Prof de conservatoire
1/4 queue Boston 193 noir N°111494 n°125000 Modèle Vendôme 1m74 - organise stage été piano adulte
- Année 1996 - peu utilisé Vernis noir - accordé 3 fois par an - comprenant pension, cours, détente et
- Prix : 11 500,00 € expertisé le 15/09/2016 - Prix : 10 000 € concert La Roque d'Anthéron et Chorégies
- Tél. 06 80 57 92 37 - Tél. 01 45 80 50 52 d'Orange - Rens. 06 76 67 00 29

STAGES-COURS POUR PASSER


de piano pour UN MODULE SUR
adultes tous niveaux
Région lyonnaise

Contactez :
Hind Benbirahim
par téléphone
au 01 75 55 42 77
ou par e-mail :
hbenbirahim@
alticemediapub.fr
Prochain Pianiste :
daté mai/juin
2017
 Parution
Natalia Sibileva
diplomée et premier prix le 5 mai
du Conservatoire Supérieur
de Saint Petersbourg  Réservation
Cours individuels avant le 20 mars
Pension complète  Remise
Toute l’année
Tél.: 06 08 61 62 96
technique avant
www.sibileva-piano.com Courriel:guz.verlegh@gmail.com le 3 avril

Les tarifs
3 lignes..................................................................................40 € TTC Forfait 2 parutions :...............................................................70 € TTC
Ligne supplémentaire :..........................................................10 € TTC Lignage : une ligne correspond à 42 signes et espaces.

VOUS SOUHAITEZ PASSER UNE ANNONCE


MERCI DE NOUS RETOURNER CE COUPON AINSI QUE VOTRE RÈGLEMENT À L’ADRESSE SUIVANTE :
PIANISTE-PA, 23-29, rue de Châteaudun, 75308 Paris Cedex 09, ou par courriel : pa@pianiste.fr (en précisant votre région).

Votre annonce n PIANOS n CLAVECINS n ORGUES n COURS n HI-FI n DISQUES n CONTACTS n PARTITIONS n DIVERS

NOM : .................................................................................................................. PRÉNOM : .................................................................................................


ADRESSE : ........................................................................................................... CODE POSTAL : .......................................................................................
VILLE : ................................................................TÉL. : ....................................... E-MAIL : .....................................................................................................
MOIS DE PARUTION SOUHAITÉ(S) : ................................................................. CI-JOINT UN CHÈQUE DE : .....................................................................
Les annonces à la ligne doivent être accompagnées du règlement correspondant libellé à l’ordre de Groupe Altice Media.
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Retrouvez les DVD et les anciens numéros de PIANISTE


7€
le DVD
La leçon de piano en DVD
Ce DVD vous explique et vous montre en 45 minutes de leçon
privée comment travailler toutes les partitions du magazine.
Toutes les clés, en images, pour surmonter les difficultés
techniques, et progresser pas à pas dans votre apprentissage
du piano (position des mains et doigtés, travail sur la pédale,
nuances de jeu et détails d’interprétation).
DVD N°77 DVD N°78 DVD N°79 DVD N°80 DVD N°81 DVD N°82
(Pianiste n°77) (Pianiste n°78) (Pianiste n°79) (Pianiste n°80) (Pianiste n°81) (Pianiste n°82)
Réf.: DPIO77Z1 Réf.: DPIO78Z1 Réf.: DPIO79Z1 Réf.: DPIO80Z1 Réf.: DPIO81Z1 Réf.: DPIO82Z1

DVD N°83 DVD N°84 DVD N°85 DVD N°86 DVD N°87 DVD N°88 DVD N°89 DVD N°90 DVD N°91 DVD N°92
(Pianiste n°83) (Pianiste n°84) (Pianiste n°85) (Pianiste n°86) (Pianiste n°87) (Pianiste n°88 (Pianiste n°89) (Pianiste n°90) (Pianiste n°91) (Pianiste n°92)
Réf.: DPIO83Z1 Réf.: DPIO84Z1 Réf.: DPIO85Z1 Réf.: DPIO86Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO88Z1 Réf.: DPIO89Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO87Z1 Réf.: DPIO92Z1

DVD N°93 DVD N°94 DVD N°95 DVD N°96 DVD N°97 DVD N°98 DVD N°99 DVD N°100 DVD N°101 DVD N°102
(Pianiste n°93) (Pianiste n°94) (Pianiste n°95) (Pianiste n°96) (Pianiste n°97) (Pianiste n°98 (Pianiste n°99) (Pianiste n°100) (Pianiste n°101) (Pianiste n°102)
Réf.: DPIO93Z1 Réf.: DPIO94Z1 Réf.: DPIO95Z1 Réf.: DPIO96Z1 Réf.: DPIO97Z1 Réf.: DPIO98Z1 Réf.: DPIO99Z1 Réf.: DPIO100Z1 Réf.: DPIO101Z1 Réf.: DPIO102Z1

POUR COMMANDER
Renvoyez votre bon de commande avec votre règlement au 01 55 56 71 45
à : L’Express Boutique - 4 rue de Mouchy 60438 Noailles cedex (Paiement par CB uniquement) www.pianiste.fr/boutique

à renvoyer sous enveloppe affranchie à l’adresse suivante :


BON DE COMMANDE L’Express Boutique - 4 rue des Mouchy -60438 Noailles Cedex SHL/PCIPI103
LIBELLÉ RÉFÉRENCE PRIX UNITAIRE QUANTITÉ PRIX TOTAL

Exemple : DVD N°92 (Pianiste n° n°92) réf. : DPI092Z1 7,00 €


7,00 €
7,00 €
7,00 €

Exemple : Pianiste n°92 réf. : PI092Z1 8,90 €


8,90 €
8,90 €
8,90 €
8,90 €
Total de ma commande
Participation aux frais d’envoi 3,50 €
TOTAL À RÉGLER

Nom ............................................................................................................................................ Je joins mon règlement par :


Prénom ....................................................................................................................................... ❒ Chèque bancaire ou postal à l’ordre de Groupe L’Express
Adresse complète ......................................................................................................................
❒ Carte bancaire
.....................................................................................................................................................
N° qqqf qqqf qqqf qqqf
Code postal qqqqf Ville.........................................................................................
AG21271

Pays............................................ Tél. .......................................................................................... Expire le qqqf Clé* qqf Signature obligatoire


* Les 3 derniers chiffres
e-mail qqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqqf figurant au dos de votre
carte bancaire (pour
J’accepte de recevoir les informations de la Boutique Pianiste ❒ OUI ❒ NON et de ses partenaires ❒ OUI ❒ NON sécuriser le paiement)

GROUPE L’EXPRESS, SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 47 150 040 Ð - 29 RUE DE CHÂTEAUDUN – 75308 PARIS CEDEX 09 – RCS 552 018 681 PARIS
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

COMMANDEZ ET FAITES LE PLEIN DE PARTITIONS !


Liste des partitions classiques déjà parues Classées par compositeur et par niveau (D : débutant, M : Moyen, S : Supérieur, E : Excellence )

M Bagatelle op.126 n°5 25 Hob.XVI.35 27


Numéro de piaNiste D Chanson populaire russe
D Contredanse WoO 14 n°2
77
45
S Pièce pittoresque n°4 “Sous bois” 23 DM Allegro 74 S Allegro con brio de la Sonate n°48 Hob.
XVI.35 86
à commaNder D Danses villageoises 38 D Ariette 27
D Écossaise 28 S Ballade n° 3 op. 47 60 S Humoresque op.101 n°7 82 S Concerto Hob. XXXI: c:17b 46
D Écossaise militaire WoO 23 45 S Barcarolle en fa dièse majeur op. 60 77 S Quintette op.81 «Dumka» 19 D Danse allemande 26
D Ländler WoO 11 n°2 48 E Étude op.12 (Révolutionnaire) 95 D Danse allemande Hob. IX: 22/2 67
M España op.165 “Capricho catalan” 37 M Prière op.48 n°1 35 S Étude en fa mineur op.25 n°2 84 M Divertimento Hob XVI 9 22
M España op.165, “Prélude” 79 S Etude op.10 n°5 en sol bémol 69 E 6 nocturne en ré bémol majeur opus 63 97
MS Sonate n°1 en fa mineur op.2 (1 Mvt) 90 S Nocturne n°4 en si bémol majeur op.36 87 M Divertimento Hob XVI 11 37
M España op.165 n°2, “Prélude” 50 MS Sonate n°1 en fa mineur op.2 (2 Mvt) 90 S Fantaisie Impromptu op.66 (Version Fontana) 66 DM Finale, extr. de la Sonate Hob.XVI : 8 71
M España op.165 n°2 “Tango en ré majeur” 35 S Grande Valse brillante opus 42 en la bémol M Pièce brève opus 84 n°5 “Improvisation” 78
S Sonate n°1 en fa mineur op.2 (4 Mvt) 90 D Menuet Hob.IX:8 n° 8 58
S Granada, extrait de la Suite espagnole S Sonate n°5 op.10 n°1 (1 Mvt) 80 majeur 102 M Menuet Hob.IX :11 n° 12 58
op.47 74 S Sonate n°5 op.10 n°1, 2 mvt
S Impromptu n°1 en la bémol majeur op.29 89
S Sonate en Mib majeur Hob. XVI :52
S Nocturne n°2 17
S Iberia “el puerto” 40 adagio molto 84 M Mazurka op. 6 n° 1 60 (1 mvt) 58
M Pequeñosvalses n°2 op.25 45 M Mazurka op. 7 n° 2 60 S Nocturne n°5 19
S Sonate op.6 (rondo) 18 M Sonatine en sol majeur (allegro) 15
S Rumorez de la Caleta, Malaguena 87 M Sonate op.10 n°3 (2 Mvt) 50 M Mazurka op.7 n°5 39 M Sonatine Hob XIV:4 9
MS Tango op.165 n°2 (Espana) 89 S Sonate op.13 n° 8 «Pathétique» 45 MS Mazurka en mi mineur opus 17 n°2 100 D Les plaintes d’une poupée 67 M Variations en fa Hob. XVII:6 (extrait) 48
M Sonate op.49 n°2 (1 Mvt) 50 M Mazurka op.67 n°2 67 S Prélude (Prélude, Choral et Fugue) 79
M Sonate op.49 n°2 (1 Mvt) 70 MS Mazurka op.67 n°4 en la mineur 93 M Premières compositions n°3 34
M Barcarolle op.65 n°6 (3 Recueil S Mazurka op.63 n°3 en ut dièse mineur 93 M Avalanche op.45 n°2 81
de chants) 45 S Sonate op.81a «Les adieux»(1 Mvt) 50 M Sonate pour piano et violon en
D Sonatine n° 1 anh. 5 (romance) 25 E Nocturne op.9 n°3 75 la majeur (3 Mvt) 37 DM Chants d’automne 69
M Sonatine en fa majeur 21 MS Nocturne op.15 n°1 21 DM Etude, allegro en sol mineur 100
M Sonatine en fa majeur Anh.5 – Allegro 85 M Nocturne opus posthume KK IVa n°16 25
D Petit Livre d’Anna Magdalena Bach : Marche 79 M Nocturne op.55 n° 1 60 D Chère petite sœur op.32 n°14 80
M Sonatine en fa majeur Anh.5 – Rondo 85
M Sonatine en sol op.posthume 17 S Nocturne en fa majeur opus 15 n°1 99 D Douce consolation op.47 n°11 80 D Mélodie op.77 n°5 82
M Valse romantique 100 D Variations sur un air Suisse WoO 6 36 DM Petite Polonaise en sol mineur 87 D Le soir 82
M Variations sur un air Suisse WoO 64 39 D Prélude op. 28 n° 4 60
S Prélude op. 28 n° 6 79 M Allegro 73
S Rondo de la Sonate op. 49 n°1 71 S Oraison d’aurore, pièce n°1
M Wiegenlied 29 S Rondo pour un sou perdu op. 129 S Prélude op.28 n°17 36 du recueil Au pays bleu 100
(2 partie) 59 S Prélude op.45 en ut dièse mineur 46 MS Prélude n°2 en ut dièse mineur 102
E Première ballade op.23 91
M Dance Sonatina 28 M Valse op.34 n°2 42 D Exubérance en sol majeur 37
D Sonatine en sol majeur 94 D Allegro en sol majeur 100 M Valse op. Posth. 69 n° 2 60 DM Mazurka 69
S Valse en ré bémol op.64 n°1 81 D Polka 72
M Valse sans opus KK IVb n°11 19 D Polka russe 19 M Allegro op.52 38
DM Allegro 85 D Prélude en fa majeur 98 Dialogue taquin 23
M Valse de l’adieu 24 D
D Écossaise op.52 36
Andante 77 D Histoire gaie (Petits contes) 18 D Écossaise op.52 n°5 70
M D Chant des montagnes 37 D L’heure tranquille 21 M Air d’Orfeo 23
D Aria BWV 509 34
S Concerto BWV 1057 (2 Mvt) 30 D Chanson berçante, extr. des Pièces
S Concerto italien 971 (1 Mvt) 78 M Jeu d’enfants op.22 - Petite Marie, D Tarentelle 75 D Tarentelle 38 pour enfants 78
S Concerto italien 971 (2 Mvt) 78 petite femme ! (4 mains) 38 D Valse (extr. de Faust) 20 D Conte de fée, extr. des Pièces
SE Fantaisie chromatique BWV 903 93 M L’Arlésienne, suite n°2 15 pour enfants 78
SE Fugue BWV 903 93 M La Poupée – Berceuse (4 mains) 33 M Sonatine op.36 n°2 (3 Mvt) 26 D Petite Valse chantante, extr. des Pièces
SE Fugue en ré mineur (analyse) 88 M Sonatine op.36 n°3 (2 Mvt) 30 S Andaluza op.37 n°5, extrait des pour enfants 78
SE Fugue en ré mineur (interprétation) 88 DM Sonatine op.36 n°4 (1 Mvt) 67 Danses espagnoles 70 D Papillons gris, extr. des Pièces
M Invention à 2 voix BWV 775 76 Moderato molto legato 18 M Sonatine op. 36 n° 6 76 M Danse de la rose (Escenas poeticas) 85 pour enfants 78
M Invention à 2 voix en la mineur BWV 784 84 MS Epilogo, extrait des Escenas Romanticas 97
M Invention à 2 voix n°14 M Allemande 83 D Rondalla Aragonesa 40
en si bémol maj. BWV 785 35 D Sarabande 86 M Souvenirs de l’enfance (Contes de jeunesse) 18 D Les petits jumeaux 17
D Menuet 40 D Petite chanson op.27 n°1 26
D Menuet BWV Anh. 116 26 M Mazurka en ré bémol majeur extraite
D Menuet BWV Anh. 115 33 D L’epineuse, Extraite du VI Ordre 74 D Bourrée en ré mineur 85
de la Petite Suite 72 M La pastourelle 31 MS Etude opus 20 n°3 100
D Menuet en do majeur 22
D Menuet en mi bémol majeur 31 M Les coucous bénévoles 36
M Le Petit Rien 22 MS La Danse des elfes, extr. des Pièces
D Menuet en ut “La Pott” 92 M Ballade op.10 n°1 48 lyriques op. n°4 77 D Solitude 27
D Musette BWV Anh. 126 25 S Ballade op.118 n°3 48 M Pièces lyriques op. 12 n° 2, valse 59
D Musette BWV Anh. 126 75 S Intermezzo op. 76 n° 3 55 DM Simple Confession op.20 n°1 72 S Pièce lyrique op.54 n°4 27
M Petit prélude bwv 924 18 18 S Intermezzo op.116 n°2 30 S Au temps de Holberg op.40 10 D Cradle Song 76
D Petit prélude bwv 939 36 S Intermezzo op.116 n°6 33 S Concerto op.16 (2e Mvt) 20
M Petit prélude en ré mineur BWV 926 81 S Intermezzo op.117 n°1 11 M École de la vélocité : 2 études 29 S Élégie op.38 34
D Petit prélude en ut mineur BWV 934 87 Étude n°1 (extrait des 25 études) 23 D Balade insouciante 29
S Intermezzo op.117 n°2 38 M M Feuillet d’album 30
D Petit prélude, en ut mineur BWV 999 87 S Intermezzo op.118 n°2 25 D Étude, extr. des Cinq Doigts op.777 71 M Pièce lyrique op.71 n°7, souvenirs 46
M Petit prélude pour commençants S Intermezzo op.119 n°1 80 M Schmetterling op.43 n°1 (suite lyrique) 89 D Rigaudon 18
en ré majeur BWV 936 97 S Intermezzo op.119 n°2 80 D Volksweise, chanson populaire
DM Petite étude 91 Klavierstück op. 118 n°1 92 M Gavotte en rondeau 19
S op.12 n° 3 88
M Prélude en do mineur 27 E Rhapsodie en sol mineur op.79 71 M Wächterlied op.12 n°3, extrait D Bourrée 34
SE Prélude en ré mineur S Sonate pour violon et piano n°3 op.108 des Pièces lyriques 70 D Menuet en do majeur 30
(livre II du clavier bien tempéré) 88 S Clair de lune (Suite bergamasque) 30
en ré mineur (3 Mvt) 23 S Fantaisie pour piano et orchestre D Menuet en sol majeur 32
M Prélude BWV 999 38 S Thème et variations op.18 25
S Prélude n°3 BWV 848 15 (1 partie 2 Mvt) 27
S Valse en la bémol majeur op 39 n°15 78 S Fantaisie pour piano et orchestre D Accents nordiques op. 101 n° 4 58
D Rondeau en la mineur “La Gleim” 92 S Valse op.39 n°1 9 (2 partie 2 Mvt) 28 D Berceuse op.62 80 D Écossaise 45
M Solfeggietto 74 M Valses op.39 nos1, 2 et 3 45 M Golliwogg’s Cakewalk 92 D Das Schaukelpferd (le cheval à bascule) 99 D Praeludium 31
D Thème de la cantate d’anniversaire 19 M Valse op.39 n°5 en mi majeur (quatre mains) 35 M Gradus ad parnassum (Children’s Corner) 76 D Feuillet d’album op.101 45 M Sonatine opus 55 n°4 102
D Allegro en sol majeur 50 S Valse op.39 n°6 en ut dièse majeur E Jardins sous la pluie, extraits des Estampes 70 D Histoire romantique 24 M Variations en sol majeur 36
S Concerto italien BWV 971 (Finale) 79 (quatre mains) 35 S La Fille aux cheveux de lin D Novelette 73
S Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ M Valse op. 39 n° 7 (quatre mains) 59 (Préludes, Livre I, n°8) 79 D Petites fleurs op.205 83
(cantate BWV 177) 82 Valse op. 39 n° 9 (quatre mains) 59 Salutation du matin op.130 n° 1 D Petite pièce 84
D M Le petit berger 82 D
M La complaisante 17 M Valse op.39 n°9 37 S Le petit nègre 40 (Petites Etudes) 65
M Valse op. 39 n° 15 (quatre mains) 55 M Le petit nègre 96 M Danse espagnole 24
M Variations et fugue sur un thème S Petite suite : en bâteau (4 mains) 40
M Mazurka 72 de Haendel 19 M Courante, Suite n°2 HWV 427 71
S Première Arabesque 81
S Sarabande, extrait de la suite D Gavotte 26 DM Allegretto de la Sonatine n°2 100
D Mélodie 32 pour le piano 99 M Gavotte 32
M Arabesque 40 S Valse romantique 73 D Largo 35
D Arabesque 77 S Voiles n°2 (prélude) 31 M Menuet 27
D Consolation op. 100 n° 13 59 D Air tendre 18
D Air tyrolien op. 107 n° 1 59 D Menuet en la mineur 23
D La Candeur op.100 45 D Rigaudan 67
D Allemande WoO 8 n° 1 45 La Pastorale op. 100 n° 3 94
Allegretto WoO 53 100
M D Bagatelle 28 D Sarabande en ré mineur HWV 437
S
D Innocence opus 100 96 M Sonatine en sol majeur (Allegro) 96 (4 suite) 89 D Étude op.37 n°3 25
M Bagatelle op. 33 n° 2 59 D Étude op.37 n°26 93
M Bagatelle op.33 n°3 45 M Sonatine en sol majeur (Rondo) 96 S Suite pour clavier n°6 (gigue) 20
M Bagatelle op.119 n°3 33 D Sarabrande, extrait de la Suite
M Bagatelle op.119 n°9 50 en mi mineur 102 D Sonatine 34 M Adagio de la sonate n°48 en ut majeur M Prélude op.40 n°3 40

Plus simple et plus rapide, commandez sur : www.pianiste.fr/anciensnumeros


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Liste des partitions classiques déjà parues Classées par compositeur et par niveau (D : débutant, M : Moyen, S : Supérieur, E : Excellence )

D Menuet en sol K.1 33 M Sonate en ré mineur “Gavotte” 10 D Petite sonate (menuet) 39


D Auf dem Spielplatz (Sur le terrain de jeux) 99 D Menuet en sol majeur 36 S Sonate en sol majeur 40 S Étude op.2 n°1 26
D Menuet et trio en sol majeur k.1 80 S Sonate en sol majeur K.146 91 S Étude en ut dièse mineur op.2 n°1 90
Menuet 73 S Feuillet d’album op.45 n°1 37 Jazz - ChanSonS
E Au bord d’une source, D Pièce K. 15K 40 S Mazurka op.3 n°6 17
extrait des années de pèlerinage 100 D Pièce en fa majeur K. 15H 37 DM Prélude en ré mineur SSW 576 98 S Prélude op.22 n°3 72 La bohème 22
D Carrousel de Madame PN 24 MS Première Sonatine viennoise KV 439b 95 S Prélude op.11 n°2 32 Vienne 33
S Consolation N°2 75 SE Presto de la Sonate en la mineur K.310 98 M Prélude op.37 n°1 63
S Les Cloches de Genève (1 année M Adagio en sol majeur D.178 99
M Rondo - 2 Sonatine viennoise K.439b 70 DM Cinq valses 75 S Sonate op.30 n°4 (1 Mvt) 46 Un homme et une femme 23
de Pèlerinage, Suisse) 73 S Sonate K. 457 (3 Mvt) 39 S Valse en ré bémol 22
E La Leggierezza 85 M Cotillon D.976 28
M Sonate K 545 (1 Mvt) 20 D Danse allemande n°2 D.420 35 For No One 24
S Nocturne n°3 “Rêve d’amour” 92 S Sonate en la mineur K.310 (1 Mvt) 96
D Rhapsodie Hongroise n°2 10 D Danse allemande n°5 D.420 39 M Invocation à Schumann, pièce n°1 Get Back 30
S Sonate en si bémol majeur K.333 (1 mvt) 82 D Danse n°11 en si majeur 102
S Un sospiro, Grande Etude de concert N°3 67 S Sonate en si bémol majeur K.333 (3 mvt) 83 de la suite En vacances 77 How Deep Is Your Love 28
S Divertissement à la hongroise D.818 S La fontaine de Chopin 88 Johnny B. Goode 31
(andante ) 4 mains 24 M Valse romantique 77
D Chant Polonais op.7 4 n°2, Le printemps 46 Chacone 21 D Écossaise n°8 D.299 46
M
S Impromptu en sol bémol majeur op 90 Wake Up Little Susie 31
D Fugue 10 n°3 D.988 69 Parlez-moi d’amour S7
SE Impromptu en mi bémol majeur
D Menuet en ut majeur n°16 79 S Impromptu en la bémol majeur op.142 opus 90 D 899 n°2 100 Valentine 24
S Transcription de l’Ave Verum 19 D Prélude op.8 n°1 81 n°2 D.935 83 Ma préférence 44
S Impromptu n° 4 op. 92 D.899 76 Femmes, je vous aime 44
D Ländler D.679 23 S Sonate en ré n° 84 – Allegro 85
M Ständchen D. 957 (Chant du cygne) 46 DM Presto 77 M Marche pour enfants en sol maj.
S Transcription de Trockne Blumen 21 D.928 (4 mains) 36 I’ve Got You Under My Skin 34
M Menuet D.334 34 D Aria 30 She 27
D Procession solennelle 21 M Menuet n°1 D.41 30 D Gavotte 33
S Isolde’s Liebestod (Tristan et Isolde) 46 M Menuet n°17 D.41 32 Fanny Ardant et moi 26
M Moment musical n°2 op. 94 D. 780 55 D Romance sans paroles 33
D La Mélancolique 97 S Moment musical n°4 op.94 D.780 40 The Girl From Ipanema 26
D Menuet en ré mineur 78 D Chanson sans paroles 82
S Moment musical op.94 n°2 D.780 89
D Danse allemande 32 D Premier chagrin 81 Gentleman cambrioleur 32
M Sung Outside a Prince’s Door 81 M Quatre Ländler D.814 31 D Adagio 76 Hotel California 37
M To A Wild Rose 19 M Scherzo en réb majeur D.593 51 Blues In Thirds 22
D Pour une rose sauvage 71 D Air 20 M Sonate L.97 en sib majeur 46
D Rondo 100 S Sonate n°13 op.120 D.664 (andante) 10 D La vie d’artiste (adaptation) 17
M Sonate n°15 op.120 D.664 (1 Mvt, Caravan 32
D Suite en sol majeur Z.600
D Berceuse 72 (prélude et menuet) 35 allegro moderato) 94 Don’t Get Around Much Anymore 40
D Petit Conte 72 S Sonate n°15 op.120 D.664 DM Mazurka 74 I’m BeginningTo See the Light 35
D Au jardin 78 (2 Mvt, andante) 94 Satin Doll 9
D Etude 78 E Prélude en sol mineur op.23 n°5 72 S Sonate n°15 op.120 D.664 Solitude 27
D Air et burlesque 40
D Matin calme 90 (3 Mvt, allegro) 94 M Choral «Valter unser im himmelreich»
S Sonate op.120 D.664 (1 Mvt) 45 I Can Give You Anything But Love 30
M La boîteuse 29 tww 31 17
S “Trockne Blumen” 21 D Danse galante, extr. De la Suite Grazioso 71
Misty 15
DM Les feuilles d’automne 98 D Le lardon, menuet en fa majeur 37 M Valse D.844 26
M 2 Gigue en rondeau (Pièces de D Fantaisie en do majeur TWV 33:14 102
clavecin de 1724) 73 M Valse D.980 n°1 20 M Gavotte en rondeau 33 That Ole Devil Called Love 33
M Élégie op.10 n°5 34 S Le rappel des oiseaux (2 recueil D Prélude en ré majeur 50
de pièces pour clavecin) 24 D Albumblätter op.99 n°4 39 D Rigaudon 15 C’est si bon 23
D Menuet (Pièces de clavecin de 1724) 73 M Album pour la jeunesse, pièce n° 26 74
M Andante sostenuto op. 72 n°2 92 M Rigaudon 18 Blue Eyes 38
M Chant du gondolier op. 30 n°6 71 D Chanson du moissonneur
D Rondino 21 D Ancienne chanson française Can You Feel Love Tonight 50
(Album pour la jeunesse op. 68) 84 (Album pour enfants op.39) 46
S Concerto pour piano n°1 op.25 10 M Chanson nordique n°17 D .41 32 Your Song 26
M Pièce pour enfants op.72 n°2 48 D Chanson italienne op.39 n°15 81
Allegro 39 S Chopin (extr. du Carnaval op.9) 87 S Concerto n°1 op.23 (2 Mvt) 11 Mapple Leaf Rag 17
S Prélude op.35 n°4 50 D
S Étude symphonique n°2 op.13 39 Palm Leaf Rag 36
M Romance 82 M Feuillet d’album op.19 n°3 80
S Étude symphonique n°5 op.13 8 D La nouvelle poupée
Peacherine Rag 48
MS Romance sans paroles op. 62 n° 1 86 M Étude symphonique op.13 Fig leaf 59
S Romance sans paroles op.102 n°4 35 M Maria Wiegenlied op.76 n°52 17 (album pour enfants op.39) 84
(Var. n°4 op. posth.) 33 D La poupée malade 22 Singing In The Rain 19
M Variations sérieuses op.54 S Fantasiestücke op. 12 (Des Abends) 95
(thème et var.14) 32 M Les saisons, mars : Chant de l’alouette 50 Can’t Help Lovin’dat Man 45
D Menuet 34 M Fantasiestücke op. 14 (Warum) 27 S Les saisons, juin : Barcarolle 40
M Variations sérieuses op.54 (var.10) 40 D Promenade 40 S L’enfant s’endort, Scènes
Love Story 27
d’enfants Op.15 n°12 73 M Octobre-Chant d’automne op.37 bis n°10 86 Great Balls Of Fire 15
S Novembre (Troïka) op.37 n°11, Stand By Me 19
S Etude n°62, extrait des Pièces S Intermezzo (Carnaval de Vienne op.26) 18 extr. des Saisons 72
romantiques 96 D Chanson op.183 83 D La danse de l’ours 94 Tutti Frutti 17
D Prière du matin,
D Élégie 20 D Le cavalier farouche op. 68 n°8 extr. de l’Album pour enfants op.39 76 Don’t Cry For Me Argentina 35
D Élégie op.183 n°2 70 (Album pour la jeunesse 77 M Rêverie 69 La Panthère rose 58
DM La montagnarde 95 D Gavotte 95 M Mélodie (Album pour la jeunesse op.68) 9 MS Romance, extrait des 6 pièces
D Menuet en do majeur 24 M Mignon (Album pour la jeunesse op.68) 22 Mon homme 25
pour le piano op.51 99 Alfie 51
D Pastorale op.183 83 M Papillons (Intro et 3 premières pièces) 10 M Trio en la mineur op.50 (thème du 2 Mvt) 36
D Allegro K.3 25 D Rondino pastorale 30 D Petite mélodie (Album pour la jeunesse) 69 Misterioso 36
DM Andante de la Sonate en ut majeur K.545 86 M Valse op.39 n°8 (Album pour les enfants) 79
D Petite étude, extrait de l’album pour Well, You Needn’t 23
S Andante cantabile de la Sonate en
la mineur K.310 98 la jeunesse opus 68 n°14 100
DM Romance op.15 n°2 93 D Petite pièce (Album pour la jeunesse op.68) 29 D Deux petites pièces 31 I Wanna Be Loved By You 20
D Andante en si bémol majeur KV15ii 89
D Ariette en fa majeur 69 DM Phantasietanz op.124 n°5 91 D Trois petites pièces 28
S Pièces dans un ton populaire n°1 Cécile, ma fille 29
D Cahier de musique pour Nannerl
n°11 - menuet 23 M Ouverture de «Guillaume Tell» 10 op.102 avec violoncelle 34
Concerto n°13 K.415 (andante) 22 S Pièces dans un ton populaire op.102 D Sonatine 97
S
avec violon 17 La vie en rose 21
S Concerto n°27 K.597 (2 Mvt) 15 S Préambule du Carnaval op.9 86 Libertango 28
M Fantaisie K.396 en ré mineur 28 D Bourrée 91
D Premier chagrin (Album pour D Di provenza (La Traviata) 10
S Fantaisie K.397 (Andante & Adagio) 40 la jeunesse op.68) 24 M Marche de Aïda 58 Smoke Gets In Your Eyes 39
M Fantaisie en ré mineur K.397 78 M Le cygne 32 M Ronde, extrait de l’album pour M Rigoletto (adaptation) 40
Marche Turque (allegretto de la Sonate Lettre à France 46
M la jeunesse opus 68 n°22 97
en la majeur K.331) 24 S Scènes d’enfants op.15 n°1 40 Sous les ponts de Paris 22
D Menuet extrait du petit livre pour M Gymnopédie n°1 71 S Scènes d’enfants op.15 n°1 (4 mains) 48 D Petite Pièce 74 Heartbreak Hotel 29
Maria Anna 27 D Scènes d’enfants op.15 n°7 (4 mains) 50 Just A Gigo 15
M Menuet K.5 en fa majeur 34 M Je te veux 88
M Première Gymnopédie 88 S Sonate op.105 n°1 pour violon et piano
D Menuet K.6 40 (2 Mvt) 25 E L’Invitation à la valse op. 65 74 Climb Ev’ry Mountain 31
D Menuet K.15C (Londoner Skizzenbuch) 61 M Valse (Albumblätter op.124 n°4) 38
D Menuet en do majeur 32 M Variation n°4 op. Posth. 33
D Menuet en fa majeur 38 D Folia «Folies d’Espagne» 17 MS Polka “ Minuit ” 75 King Porter Stomp 20
M «Folies d’Espagne» 95 M Valse op.124 n°4 38 Le parrain 32
D Menuet en fa majeur (Petit Livre pour M Variation Abegg op.1 (thème) 39
Maria Anna n° 8) 55 DM Gigue 75
M Larghetto 39 M Wiegenliedchen op.124 n°6 36 D Andante con variazione op.3 37
D Menuet en fa majeur K.33B 48 My Way 25
D Menuet en la (Petit livre pour MS Sonate en mi majeur K.531 98 DM Scherzo 70 Strangers In The Night 28
Maria Anna n°9) 45 D Sonate en do majeur 29
D Menuet en ré majeur (Petit livre pour S Sonate en mi majeur K.380 91 S Romance op.21 n°3 48
MS Soirées musicales op.6 n° 3, Mazurka 58 D Petite sonate (moderato) 38 Londonderry Air 29
Anna Maria) 51 S Sonate en mi majeur K.162 83

Pour commander une partition, il vous suffit d’indiquer la référence du numéro de Pianiste
de la façon suivante : Pianiste n°103 - Réf. : PI0103Z1
Merci de reporter cette référence sur le bon de commande que vous trouverez en page précédente.

Plus simple et plus rapide, commandez sur : www.pianiste.fr/anciensnumeros


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

L’INVITÉE DE PIANISTE

La solitude, c’est presque ce que


je préfère dans l’écriture. Parfois,
je me demande si je ne suis pas
devenue écrivain pour être seule,
plutôt que l’inverse. Quand je ter-
mine un livre, je m’isole. Je pars pen-
dant une semaine ou deux afin d’être
complètement avec le personnage.
Je me plonge dans un état d’extrême
concentration qui me fait perdre
le rapport au réel. J’adore cet isole-
ment. C’est cela qui modèle l’écriture.
J’ignore comment font les auteurs
qui mènent une vie mondaine.
Justement, vous avez renoncé
à un travail à plein temps au sein
d’une rédaction…
Peut-être que je n’avais pas la force
de travail pour exercer dans une
rédaction. Je ne me voyais pas ren-
trer chez moi après une journée de
bureau m’occuper de mon fils et me

CATHERINE HELIE/GALLIMARD
mettre à écrire à dix heures du soir.
J’avais le sentiment que c’était une
activité à laquelle je devais m’adonner
LEÏLA SLIMANI d’une manière totale. Depuis que
j’ai obtenu le Prix Goncourt, mon
emploi du temps s’est resserré, mais

SES CHANSONS DOUCES j’espère qu’il reprendra très rapide-


ment sa forme normale. Contraire-
ment à d’autres écrivains, je n’écris
pas tout le temps. Certains sont assis
À seulement 35 ans, la romancière franco-marocaine est lauréate tous les matins à leur table. Ils font
du Prix Goncourt. Elle nous confie ses coups de cœur musicaux. leurs gammes en quelque sorte. Entre
deux romans, il y a des moments où

Q
je n’écris pas. Pendant plusieurs
uel lien entretenez-vous La musique classique faisait-elle musique une grande mélancolie, semaines, voire quelques mois, je vais
avec le piano ? partie de votre culture ? mais elle n’est jamais larmoyante au cinéma, je me promène, je lis
C’est l’instrument auquel On connaît ses classiques, mais ça ni sirupeuse. Il y a du panache dans des magazines, je mûris une idée et
je suis le plus sensible, que s’arrête là. Les petites filles appren- sa tristesse. Ma grand-mère, une cela repart d’un coup. Je n’ai pas
je trouve le plus proche de nent souvent le piano. J’en ai fait, Alsacienne née en Allemagne, donc un rapport technique à l’écriture.
moi. Et il se marie très bien avec ainsi que du chant, mais j’ai arrêté de culture germanophone, écoutait Propos recueillis
l’écriture. Lorsque j’écris, j’écoute par la suite, ce que je regrette. beaucoup Bach et Mozart. par Elsa Fottorino
de la musique. Chacun de mes livres Curieusement, j’ai beaucoup aimé Comment intériorisez-vous
est associé à un morceau qui m’ac- le solfège. J’ai une grande fascination ces différentes cultures ?
compagne pendant sa rédaction. pour la composition musicale. Je ne La musique classique me reste À LIRE
Pour Chanson douce, je me repassais sais pas trop pourquoi, mais à la un peu étrangère. Elle n’appartient > Chanson
sans cesse le Concerto pour piano n°2 mort de mon père, j’ai complète- pas à ma culture au sens charnel. douce est
de Rachmaninov. La tristesse et la ment arrêté d’écouter de la musique. J’éprouve des sentiments plus forts le deuxième
roman de Leïla
mélancolie de cette partition me Ma mère m’a confié qu’elle avait en écoutant de la musique arabo- Slimani.
permettait d’entrer dans la person- fait pareil. Nous n’avons pas réussi andalouse. Ce qui n’est pas vrai Il raconte
nalité de Louise, dans sa solitude. à nous l’expliquer. pour la littérature : par exemple, le parcours
Pour mon premier roman, Dans le Quels ont été vos chocs je peux me sentir très proche d’un d’une nounou
jardin de l’ogre, je mettais Mozart, esthétiques ? roman russe. qui tue les deux
enfants dont
Beethoven et les Variations Goldberg À l’âge de 15 ans, j’ai été marquée Il existe un point commun
elle est en charge. Le 3 novembre 2016,
de Bach. par les Nocturnes de Chopin. Puis entre les pianistes et les écrivains : le livre a obtenu le Prix Goncourt
Vous êtes issue d’une famille ce fut Schubert, le compositeur qui la solitude. Comment gérez-vous dès le premier tour.
marocaine bourgeoise. m’atteint le plus. Il existe dans sa cet aspect du métier ? Gallimard, 240 pages, 12,99 euros

82 n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

LE PLUS GRAND MAGASIN SPÉCIALISÉ


Pianos neufs et occasion, acoustiques
et numériques. Retrouvez-nou
s
Salon
au
Musicora
du 28 au
30 avril 2017

9-11 avenue Louis Breguet 78140 Vélizy Villacoublay. Tél. 01 34 65 75 75. Site web : www.pianoshanlet
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Le piano le plus
innovant du monde est arrivé

à découvrir au Salon Musicora


LE GRAND RENDEZ-VOUS
DE LA MUSIQUE ET DES MUSICIENS 28, 29 et 30 avril 2017
LES PARTITIONS n°103
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Félix Le Couppey Étude en fa majeur, extrait des 25 Études de l’Alphabet opus 17 ........................................................................................I
Robert Schumann Shéhérazade opus 68 n°32, extrait de l’Album für die Jungend (Album pour la jeunesse) ................................................II
Félix Mendelssohn Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6 .........................................................................................................................IV
Ludwig van Beethoven Sonate en ut mineur opus 13, dite « Pathétique » : I. Grave, Allegro di molto e con brio..........................................VI
II. Adagio cantabile ............................................................................................................................................................................................XIX
III. Rondo, Allegro .............................................................................................................................................................................................XXIII
Avec l’aimable participation des éditions Henry Lemoine.

Le Couppey Étude en fa majeur, extrait des 25 Études de l’Alphabet opus 17 DÉBUTANT SUR LE CD PLAGE 1
GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Schumann Shéhérazade opus 68 n°32, extrait de l’Album pour la jeunesse DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

II n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Schumann Shéhérazade opus 68 n°32, extrait de l’Album pour la jeunesse DÉBUTANT-MOYEN SUR LE CD PLAGE 2

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n III


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Mendelssohn Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6 MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

IV n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Mendelssohn Chant du gondolier vénitien opus 19 n°6 MOYEN SUR LE CD PLAGE 3

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n V


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

VI n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n VII


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

VIII n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n IX


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

X n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XI


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

XII n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XIII


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

XIV n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XV


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

XVI n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XVII


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: I. Grave, Allegro di molto e con brio SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 4

XVIII n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: II. Adagio cantabile SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XIX


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: II. Adagio cantabile SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XX n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: II. Adagio cantabile SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XXI


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: II. Adagio cantabile SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 5

XXII n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XXIII


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXIV n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XXV


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXVI n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XXVII


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXVIII n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XXIX


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXX n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

mars-avril 2017 n PIANISTE n°103 n XXXI


GER - EXEMPLAIRE NUMERIQUE

Beethoven Sonate en ut mineur opus 13: III. Rondo, Allegro SUPÉRIEUR SUR LE CD PLAGE 6

XXXII n PIANISTE n°103 n mars-avril 2017