Vous êtes sur la page 1sur 6

Composites

Aspects économiques
par Maurice REYNE
Ingénieur ENSAIS
Ingénieur-conseil
Expert auprès du ministère de l’Industrie

1. Structures professionnelles................................................................... AM 5 002 - 2


1.1 Producteurs de renforts ............................................................................... — 2
1.2 Producteurs de polymères ou résines vierges........................................... — 2
1.3 Fabricants de produits intermédiaires........................................................ — 2
1.4 Transformateurs de produits finis............................................................... — 3
2. Marchés ....................................................................................................... — 3
2.1 Ensemble des composites grande diffusion et hautes performances..... — 3
2.2 Composites hautes performances (HP) spécifiquement........................... — 3
3. Coûts des produits et techniques ........................................................ — 4
3.1 Prix des renforts et des matrices................................................................. — 4
3.2 Coûts des produits finis ............................................................................... — 5
3.3 Contenus énergétiques ................................................................................ — 5
4. Évolution prévisible ................................................................................. — 5
5. Recyclage des déchets ............................................................................ — 6
Références bibliographiques .......................................................................... — 6

L es composites de synthèse ne représentent, en masse, que 5 % des plasti-


ques mais de l’ordre de 10 % de ceux-ci en coût (forte valeur ajoutée).
On distingue deux types de composites qui s’adressent à des marchés
différents : grande diffusion (GD), de coûts modérés, et hautes performances
(HP), assez onéreux (tableau A).

Tableau A – Différence entre composites GD et HP


Polymères ¬ courts ¬ Renforts ® longs ® Résines
Composites thermoplastiques (TP) thermodurcissables (TD)
(solides) (liquides)
GD PP + technopolymères Verre E Polyesters
Phénoliques
Polyuréthanes
HP Spécialités TP Verre R Époxydes
Carbone Spécialités TD
Aramide
Structures Petites tailles Grandes dimensions

Le but de cet article est de présenter le marché des composites de synthèse et


son évolution, après avoir précisé les intervenants produisant ces matériaux.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites AM 5 002 - 1
COMPOSITES. ASPECTS ÉCONOMIQUES ____________________________________________________________________________________________________

1. Structures professionnelles durcissables (TD) : polyester et époxy. Il faut aussi inclure dans cette
activité les fabricants d’adhésifs structuraux.

La figure 1 résume la filière de l’activité.


1.3 Fabricants de produits intermédiaires
1.1 Producteurs de renforts
Ils regroupent 3 métiers différents.
Ils réalisent les fibres et leurs dérivés directs : fibres coupées ou Les tisseurs réalisent les armures (tissus, nappes et tresses) [2].
collées (mats), fils pour tissage (retordus).
On rencontre essentiellement sur le marché des groupes qui dis-
posent d’un rayonnement mondial :
— fibres de verre : PPG (USA), Owens Corning (USA), Saint
Gobain - Vetrotex (France). Owens Corning et Vetrotex ont une pro- Producteurs de renforts Producteurs de matrices
duction en France ;
— fibres de carbone : Toray, Toho (dominante japonaise). Il existe
une fabrication en France : SOFICAR (filiale de Toray) ;
— fibres d’aramide : AKZO (Allemagne), et surtout Dupont de Tisseurs Fabricants de semi-produits Formulateurs
Nemours (USA). La France ne produit pas ce type de fibre.
Nota : il faut également mentionner les producteurs de renforts du type « nida » (en nid
d’abeilles).
Transformateurs

Professionnels Intégrés
1.2 Producteurs de polymères
ou résines vierges
Utilisateurs
Ce sont les mêmes firmes que celles réalisant les plastiques
classiques, mais avec une prédominance pour les thermoplastiques
(TP) techniques (ou technoplastiques) et les deux résines thermo- Figure 1 – Filière des matériaux composites

Contact, projection Drapage autoclavé Pressage RTM

a procédés manuels b procédé semi-automatisé

Compression Injection TPR, Injection réaction et RTM


BMC, SMC, TRE injection-transfert

Stratification entre films Pultrusion

Centrifugation Enroulement

c procédés automatisés
RTM : resin transfert molding
TPR : thermoplastique renforcé
Figure 2 – Procédés de transformation

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
AM 5 002 - 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites
___________________________________________________________________________________________________ COMPOSITES. ASPECTS ÉCONOMIQUES

Les formulateurs (dits compoundeurs) préparent les formules ■ Fibres renforts (tableau 1)
adaptées par mélanges de charges et autres additifs aux résines de
base. Tableau 1 – Statistiques relatives aux renforts (en kt)
Les fabricants de semi-produits spécifiques préparent les
préimprégnés (renforts adaptés + résines formulées), dite Part de la
« méthode sèche ». À savoir : Fibre renfort fibre pour Monde Europe France
— thermoplastiques : granulés renforcés par fibres courtes (quel- composites
que 1/10 mm) ou longues (» 1 cm) et plaques renforcées par des Verre ........................ » 20 % (1) 1 200 400 70
mats (TRE : thermoplastique renforcé estampable), voire par des tis- Carbone ................... > 95 % 9,5 2,8 0,8
sus déformables ;
— thermodurcissables : formulations à base de résines, d’additifs Aramide ................... » 50 % 3
(charges calcaire) et de renforts (fibres ou mats), en mélange brut Autres ...................... » 50 % < 0,5
(BMC : bulk molding compound) ou en bobine (SMC : sheet molding
(1) Une part importante (» 80 %) est utilisée en isolation.
compound).

■ Polymères et résines les plus courants (tableau 2)

1.4 Transformateurs de produits fi nis Tableau 2 – Statistiques relatives aux matrices (en kt)
Part pour
Il s’agit des professionnels et des intégrés. Monde Europe France
composites
Les professionnels travaillent en sous-traitance pour un donneur
Technoplastiques.... » 50 % 1 200 350 65
d’ordre, ils sont majoritaires pour la fabrication des composites de
grande diffusion. Une seule entreprise réalise un CA de 0,5 kF : (dominante : PA)
Mecelec-Inoplast. Polyesters ................ » 90 % 2 400 840 130
Les intégrés réalisent leurs propres produits (aéronautique, cons- Époxydes ................. » 12 % 80
truction navale), ils dominent dans la production des composites de
hautes performances car le droit d’entrée reste élevé. Entreprises ■ Procédés (en 1996, en Europe)
types : Aérospatiale, Dassault. Ils représentent pour :
Les différents procédés de transformation [3], [4], [5] sont présen- — les techniques mécanisées » 75 % ;
tés sur la figure 2. — les techniques manuelles » 25 %.
Leur répartition est :
En France, pour 1996, les chiffres-clés de la profession corres- — injection de TPR ................................ 31 %
pondent aux valeurs moyennes suivantes. — compression SMC-BMC ................... 25 %
● Production : — contact et projection ......................... 22 %
— pondérale » 220 000 t ; — stratification continue (plaques) ...... 7 %
— en valeur » 12 MF. — moulage par RTM et RIM ................. 5 %
● Nombre d’entreprises :
— enroulement + centrifugation .......... 5 %
— matériaux de base (renforts et résines) » 10 ; (structures de révolution)
— semi-produits » 20 à 30 ; — pultrusion........................................... 2 %
— produits finis » 1 500 — divers (dont autoclavé) ..................... 3 %
— (dont 250 seulement de plus de 20 personnes). ■ Grands secteurs utilisateurs (tableau 3 et [1])
● Effectifs » 20 000 personnes.
Tableau 3 – Statistiques concernant les marchés
Europe France
Automobile......................... 25 % Automobile .........................36 %
Électricité + électronique... 19 % Électricité + électronique ...21 %
2. Marchés Bâtiment Matériel industriel
et travaux publics .............. 18 % et agricole ...........................14 %
Mécanique Bâtiment
et chaudronnerie................ 10 % et travaux publics ...............13 %
2.1 Ensemble des composites grande Sports et loisirs .................. 9 % Sports et loisirs................... 9 %
diffusion et hautes performances Construction navale........... 4 % Biens de consommation .... 3 %
Divers.................................. 15 % Divers .................................. 4 %
Avec un taux de croissance estimé de 5 à 6 % pour les 5 prochai-
nes années, ils représentent actuellement :
— Monde » 4 000 000 t ; 2.2 Composites hautes performances
— Europe » 1 400 000 t ;
— France » 220 000 t.
(HP) spécifi quement
■ Matières de base Avec un taux de croissance élevé estimé de 9 à 10 % pour les
— Renfort : dominante fibre de verre > 98 % ; 5 ans à venir, ils représentent actuellement :
— Matrices : — Monde » 26 000 t ;
— TD » 75 %, prédominance polyester (2/3 des résines), — Europe » 5 000 t ;
— TP » 25 %, technoplastiques et PP. — France » 1 800 t.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites AM 5 002 - 3
COMPOSITES. ASPECTS ÉCONOMIQUES ____________________________________________________________________________________________________

Les composites HP correspondent à 0,5 % des composites grande


diffusion (GD) en pondéral, mais à 10 % approximativement en
valeur.

Prix (F/kg)
■ Matières de base
— Renforts » 60 % (dont 2/3 pour la fibre de carbone) ;
— Matrices » 40 % (prédominance époxy : pour moitié). 2 000
■ Procédés 1 000
Les procédés sont, du plus utilisé au moins utilisé :
— le drapage autoclavé ;
— le pressage RTM sous vide ; HM
500
— l’enroulement filamentaire.
400
■ Secteurs utilisateurs PEEK
Carbone
Il s’agit des secteurs : 300
— aéronautique » 50 % ; TP thermiques
— sports et loisirs » 20 % ; 200
Aramide HR
— divers » 30 %. 100
Nota : les chiffres donnés correspondent à des ordres de grandeur les plus réalistes PES
Verre R
établis à partir de différentes sources : BIPE, CPC, revue « Kunstoff », revue « Modern
Plastics », revue « PME », documentation M. Reyne (compilation).

50
Époxy TP
techniques
40
Vinylester
3. Coûts des produits 30
Polyurée
TRE
et techniques 20
BMC/SMC Phénolique
Verre E PU
10 Polyester
PP
3.1 Prix des renforts et des matrices matrices HP : coûts renforts >> coûts matrices
renforts GD : coûts renforts = coûts matrices
HM : haut module
Les prix sont naturellement fonction de la nature des produits HR : haute résistance
mais également, pour les renforts, de leur texture. Le diagramme de
la figure 3 donne un ordre de grandeur des prix pratiqués sur le
marché en 1996. Figure 3 – Prix des matières de base

Prix pondéral (F/kg) Prix volumique (F/dm3)

5 000

4 000
HP Drapage
3 000

2 000 HP

1 000 Enroulement
HP
HP Pultrusion Acier
500
Zamak inoxydable
100 GD Enroulement
Pultrusion
Pultrusion Aluminium
80 GD
Compression
60
GD Acier
40 Injection
GD
20

Figure 4 – Prix moyens


des structures en composites

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
AM 5 002 - 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites
___________________________________________________________________________________________________ COMPOSITES. ASPECTS ÉCONOMIQUES

Pour les composites GD, les coûts des renforts et des matrices Le diagramme de la figure 4 résume les prix moyens des structu-
sont assez voisins, alors que pour les composites HP, le coût du ren- res composites en 1995. L’unité de base (en F/kg) permet de faire des
fort est primordial et commande donc celui de la structure. comparaisons entre elles mais pas de les comparer aux métaux, il
faut dans ce cas raisonner en coût volumique (F/dm3). Les marchés
des composites GD et HP sont bien différenciés par les prix, avec
des coûts de 10 à 100 fois plus élevés pour ces derniers.
3.2 Coûts des produits fi nis Naturellement les coûts sont fonction des séries réalisées. Pour
les trois grands procédés classiques de mise en œuvre, ils se posi-
Le prix de revient d’une structure composite résulte de la somma- tionnent approximativement comme indiqué sur la figure 5.
tion des coûts suivants :
— coût matières (renfort + matrice), en tenant compte des chutes
et rebuts, variables pour chaque procédé ;
— coût transformation, qui est fonction du type d’équipement 3.3 Contenus énergétiques
utilisé (machine + moule), du taux de main-d’œuvre et de la cadence
de production ;
Contrairement à une idée très répandue, les composites ne sont
— coût finition, qui peut être importante (ébavurage sur compo-
pas énergétivores. En effet, si l’on compare leurs contenus énergé-
site à matrice TD avec alimentation en moule ouvert par exemple).
tiques par unité de volume à ceux des métaux (car le but de l’indus-
Le coût des composites se situe favorablement vis-à-vis des trie est de produire des pièces et non des masses), on peut voir que
métaux. En effet, l’utilisation de composites permet d’éviter les trai- les composites GD se situent au-dessous de l’acier, et que les
tements thermiques (surtout au voisinage de 1 000 °C), les traite- composites HP sont au-dessus mais à un niveau inférieur à celui de
ments de surface (chromage, peinture), les reprises (usinages, l’aluminium de première fusion (figure 6).
montages), et permet de faire des économies au niveau de la logis-
tique (fonction du poids des produits).

4. Évolution prévisible
Coût de revient (F/kg)

100
90 On peut supposer que l’on observera dans l’avenir :
80 Contact et projection — un effort pour une meilleure adaptation des renforts aux solli-
70 citations exercées : fibres longues ou continues pour composites
60 GD, renforts multidimensionnels pour les composites HP ;
50
— une poussée des composites à matrice thermoplastique et
40
30 Pressage RTM
fibres longues ou continues (tableau 4). En effet, les TP pallient les
20 nombreux inconvénients des TD en offrant les avantages suivants :
Compression SMC masse volumique réduite, formulation simple (prêt à l’emploi), stoc-
10
1 2 3 5 10 20 30 50 100 kage et consommation illimités, cycle de transformation plus rapide
Séries (milliers) et absence d’ébavurage, recyclabilité (réduction de la pollution), pas
de réaction chimique ni d’émission de vapeur lors de la transforma-
tion, tenues au choc et à l’impact améliorées ;
— le passage systématique de la mise en œuvre semi-manuelle à
Figure 5 – Coût en fonction des modes de transformation
l’industrialisation pour tous les procédés ;
— un effet d’entraînement de l’automobile (pour les composites
de grande diffusion) et celui de l’aéronautique (pour les composites
de hautes performances).
Contenu énergétique (kWh/dm3)

150
125 Tableau 4 – Évolution probable des matrices
100 pour composites
75
50 Plastiques Composites
25 Évolution
0 2005
1950 1990 1990
à 2010
Plastiques grande diffusion

Technoplastiques

Moulage aluminium recyclé


BMC-SMC

Verre-polyester

Verre-époxy

Carbone-époxy

Tôle acier

Tôle aluminium

Thermoplastiques (TP) ...... 20 % 80 % 20 % 60 à 80 %


Thermodurcissables (TD).. 80 % 20 % 80 % 20 à 40 %

On peut résumer le développement en cours des composites


par le diagramme résistance spécifique/cadences de production
(figure 7).
Polymères Composites Métaux
On sait, avec l’injection des TPR, produire vite, mais pour des peti-
tes pièces dont les caractéristiques sont réduites. Ou bien, au
contraire, par drapage à l’autoclave, obtenir des performances éle-
Figure 6 – Consommations énergétiques comparées vées, mais, aux dépens des cadences de fabrication. Les procédés

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites AM 5 002 - 5
COMPOSITES. ASPECTS ÉCONOMIQUES ____________________________________________________________________________________________________

de compression BMC et SMC ont apporté un bon compromis caden-


ces/caractéristiques, mais il faut encore aller au-delà. Les voies
d’approches sont connues : utiliser des fibres longues avec des

Résistance spécifique
TP
matrices thermoplastiques, mais aussi développer et améliorer les
Drapage Idéal à
autoclavé Drapage procédés RTM, TRE, et R ou S-RIM.
atteindre
pressé
Enroulement TP
pultrusion
Pressage BP-RTM

Compression
Injection transfert 5. Recyclage des déchets
Moulage par réaction R ou S-RIM
BMC-SMC Estampage TRE
Les composites à matrice TP ne posent pas de gros problèmes :
Fibres longues on peut les rebroyer, les reformuler et les réutiliser soit par remou-
Injection TPR lage direct, soit par addition avec du polymère vierge.
Il n’en est pas de même pour ceux à matrice TD dont la transfor-
Cadences mation est, par essence, irréversible (et la mise en décharge de plus
BP-RTM : basse pression-resin transfert molding en plus onéreuse, voire à terme interdite). On a bien pensé égale-
R-RIM : renforced-reaction injection molding ment à les rebroyer et à utiliser les produits résultants comme char-
S-RIM : structural-reaction injection molding ges mais ce système conduit à sa propre limite et le faible prix des
charges classiques rentabilise mal l’opération. Il est néanmoins tou-
jours possible de les éliminer par combustion, la résine rend alors
Figure 7 – Résistances spécifiques des composites en fonction une partie de son énergie de constitution (expérience faite dans des
des cadences de réalisation fours de cimenterie).

Références bibliographiques

[1] REYNE (M.). – Technologie des composites. Plastiques Modernes et Élastomères (en français) cédé RTM. A 3 728 (1991). Traité Plastiques et
Éditions Hermès. Kunstoff (en allemand) Composites, volume AM 5.
Modern Plastics (en anglais) [4] BERBAIN (F.), CHEVALIER (A.) et CHOUDIN
Organismes (C.). – Mise en œuvre des composites. A 3 720
Bureau d’information et de prévisions économiques Dans les Techniques de l’Ingénieur (1997). Traité Plastiques et Composites,
BIPE [2] HAGEGE (R.). – Fibres, fils et tissus textiles. volume AM 5.
Centre de promotion des composites CPC A 3 980 (1993). Traité Plastiques et Composi- [5] BINSE (P.). – Fabrication de profilés en
tes, volume AM 5. composites par pultrusion. A 3 730 (1995).
Revues [3] BOINOT (F.) et GURLIAT (A.). – Moulage par Traité Plastiques et Composites, volume
Caoutchoucs et Plastiques (en français) injection de résine à basse pression ou pro- AM 5.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
AM 5 002 - 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites