Vous êtes sur la page 1sur 1

Dès l’arrivée de Khomeyni en pouvoir en 1979, la relation entre l’Arabie et

l’Iran devenait de plus en plus compliquée. En effet, en 1980, un rapport de la


CIA explique qu’Iran commence à offrir de l’aide pour des groupes à majorité
chiite dans les pays suivants : Iraq, Afghanistan et les pays de golf pour se
révolter contre les gouvernements. Pour remédier à cette menace iranienne,
l’Arabie saoudite a renforcé son alliance avec les états unis et a constitué le
groupe GCC. Ensuite, l’Iraq avec son président Sadam Houssain a lancé une
guerre contre l’Iran. Il s’est avéré que c’est l’Iran qui va le remporter, cela a fait
que l’Arabie Saoudite craignait cette montée en pouvoir de l’Iran et il a pris des
actions pour que l’Iran ne gagne pas en influence sur la zone du Moyen-Orient,
alors ils ont supporté l’Iraq dans cette guerre par des fonds, des armes et de la
logistique. Cela a permis à l’Iraq de tenir contre l’Iran jusqu’à 1988 avant que
cette guerre ne prenne fin avec environ 1 million de décès. L’invasion de l’Iraq
en 2003 par les États-Unis et l’élimination de Sadam Houssain fut l’élément
déclencheur des grandes crises de la région, sans un remplaçant pour Sadam
l’Iraq n’a pas pu retrouver sa stabilité, cette absence d’un état stable entre
l’Arabie saoudite et l’Iran a poussé les deux à s’investir dans le gain de pouvoir
sur le territoire de l’Iraq, l’Iran supportait des milices chiites, alors que l’Arabie
Saoudite faisait pareil pour des milices sunnites toujours en Iraq. L’autre
événement majeur est le printemps arabe qui faisait craindre l’Arabie saoudite,
parce que cette vague de manifestation pour la démocratie pourrait se
propager jusqu’à leur pays, par contre Iran est plus intéressé par un
bouleversement dans la zone. L’Arabie Saoudite a essayé alors de garantir la
stabilité des régimes, par exemple : en Tunisie, l’Arabie Saoudite aidait Zine El-
Abidine Ben Ali, même chose pour Bahrain. Il reste les zones qui ont connu les
conflits les plus importants, on parle du Yémen où l’Arabie Saoudite s’est
engagée dans des actions militaires avec une alliance avec d’autres pays arabes
sunnites contre les forces Houthis qui sont soutenues par l’Iran, dernièrement
les choses sont devenues plus graves lorsque les Houthis ont attaqué des
objectifs sur le territoire Saoudi notamment la société ARAMCO. La situation
est inversée en Syrie où l’Iran a engagé ces forces pour maintenir Bachar Al
Assad en pouvoir à côté de Hezbollah alors que l’Arabie Saoudite supportait la
révolution syrienne.