Vous êtes sur la page 1sur 3

Solutions électrolytiques

Solides ioniques cristallins


Structure
Certains composés solides présentent des formes régulières tels que le chlorure de sodium ou le sucre.

C’est René-Just Haüy qui fut le premier à penser que la régularité des formes du cristal était la conséquence
d’un arrangement des composants du cristal (atomes, ions ou molécules).

Un solide ionique est un solide composé d’ions dans un solide ionique cristallin (cristal ionique), les
anions et les cations sont disposés de façon ordonnée dans l’espace.

On peut représenter le cristal ionique sous différente manières : le modèle compact, le modèle éclaté et le
modèle macroscopique.

Modèle compact Modèle éclaté Modèle macroscopique

Cohésion du cristal ionique


Dans un solide ionique, les ions présents exercent les uns sur les autres des forces d’interaction électrostatique
(interaction coulombienne). Si les deux charges sont de même signe alors elles vont se repousser et si les
charges sont de signes contraires alors les charges vont s’attirer. La valeur de la force d’attraction/répulsion
est plus forte (respectivement plus faible) si les ions sont plus proches (respectivement plus éloignés).
L’ensemble des interactions coulombiennes entretient la cohésion des ions dans le solide ionique.

Polarité d’une molécule


Notion d’électronégativité
Une liaison covalente entre deux atomes est la mise en commun d’un électron de chaque atome.
Les atomes qui sont engagés dans la liaison covalente n’attirent pas les électrons de la liaison covalente avec
la même force.

Plus un atome est électronégatif, plus il aura tendance à attirer les électrons de la liaison covalente
dans laquelle il est engagé.

En regardant le tableau périodique, l’électronégativité augmente de bas en haut et de gauche à droite.

Exemple : Chlorure d’hydrogène dont la liaison covalente est attirée par l’ion chlorure :

Fiche issue de http://www.ilephysique.net 1


Molécule diatomique
On attribue une charge partielle δ à l’atome le moins électronégatif et une charge partielle δ à l’atome le
plus électronégatif.

La molécule est polaire, c’est un dipôle.


Dans le cas où les 2 atomes sont les mêmes (ex : dihydrogène), la molécule est apolaire.

Molécule polyatomique
On cherche le barycentre de G de toutes les charges δ et le barycentre G de toutes les charges négatives
δ.
Si G et G sont confondus alors la molécule est apolaire.
Si G et G ne sont pas confondus alors la molécule est polaire.
Attention : La polarité d’une molécule est aussi due à sa géométrie (si la molécule est coudée ou linéaire etc.).

Les solutions aqueuses électrolytiques


Une solution est par définition, obtenue par dissolution d’un soluté dans un solvant.

Une solution électrolytique contient des ions et conduit le courant électrique.

La dissolution d’un électrolyte dans l’eau se déroule en 3 étapes :

1. La dissociation
Les molécules d’eau affaiblissent les interactions entre les ions du cristal ionique qui se désagrège.

2. La solvatation
Les ions s’entourent de molécules d’eau. Quand un ion est hydraté, on lui rajoute (aq) à la fin de la formule.

3. La dispersion
Les ions hydratés se dispersent dans la solution qui devient homogène.

Saturation
La quantité maximale de soluté que l’on peut dissoudre dans un solvant est appelée solubilité de ce soluté.
Celle-ci dépend du solvant et de la température.

Quand on dépasse la limite maximale, la solution est dite saturée.

Exemple : La solubilité du NaCl est de 36g par 100g d’eau.

Cas du proton
L’ion hydrogène est constitué d’un proton. On l’appelle couramment proton.
Une molécule d’eau peut former une liaison covalente avec le proton pour former le cation oxonium H3 O .

Équation chimique de la dissolution


La dissolution d’un électrolyte est une transformation chimique qui se modélise par l’équation de la
réaction chimique.
Exemples :
N aClpsq ÝÑ N apaqq Clpaqq
HClpsq ÝÑ Hpaqq Clpaqq
H2 SO4 plq ÝÑ 2Hpaqq SO42 paqq

Concentrations

Fiche issue de http://www.ilephysique.net 2


Concentration de soluté apporté
La concentration molaire de soluté apporté est définie par la relation suivante :
$ c en mol.L
& 1

c
n
V
avec
% nV enen mol
L
Concentrations des espèces présentes en solution
$
La concentration d’une espèce X présente en solution est donnée par la relation suivante :
npX q &rX s en mol.L1
rX s  V avec npX q en mol
%V en L
Dilution
Quand on effectue une dilution, on peut utiliser cette relation (vu en seconde) :
c1 V1  c2 V2
Cette relation peut aussi s’écrire, grâce aux concentrations en espèces dissoutes :
rX s1 .V1  rX s2 .V2

Fiche issue de http://www.ilephysique.net 3