Vous êtes sur la page 1sur 3

Dans une pompe centrifuge, le mouvement du fluide est induit par un moment

commandé par des organes mécaniques pivotants (habituellement appelés


«turbines»).

Celle-ci exploite l’effet centrifuge de la turbine pour déplacer le fluide, transformant


l’énergie mécanique (provenant d’un moteur qui est, dans la plupart des cas,
électrique) d’abord en énergie cinétique, puis en pression.

COMPOSANTS D’UNE POMPE CENTRIFUGE


Les principaux composants d’une pompe centrifuge sont:

 Partie mobile, appelée turbine, qui transmet l’énergie


 Corps de la pompe, la volute qui canalise le flux d’abord en aspiration puis en
refoulement
 Arbre, sur lequel est fixée la turbine, habituellement raccordée au moteur
 Moteur, qui peut être électrique ou à combustion interne

Il existe bien évidemment d’autres types de pompes centrifuges, comme les pompes
magnétiques où le mouvement de la turbine est donné par la force magnétique et
non par un arbre pivotant.

TYPE DE TURBINES
Les principaux types de turbines sont:

 Ouvertes, habituellement utilisées lorsque le fluide est plus sale


 Fermées, lorsque l’on privilégie une meilleure efficacité au détriment de la
polyvalence

Le mouvement de la turbine détermine une dépression dans le tube d’aspiration et le


fluide, poussé par la pression atmosphérique, parcourt le tube et entre dans la
pompe.
La turbine, après avoir aspiré le liquide, le projette à la périphérie du corps de la
pompe, grâce à la force centrifuge produite par la vitesse de la turbine.

La turbine est dotée d’une série de palettes courbes qui forment des canaux à
section croissante du centre vers la périphérie.

Le fluide sort de la turbine à une vitesse Vt, encore dotée de l’énergie cinétique, et
entre dans la volute.

Le corps de la pompe, la volute, est construit à section croissante, de sorte que le


reste de l’énergie cinétique se transforme en énergie de pression, augmentant ainsi
la hauteur manométrique.

PERFORMANCES

Exemple illustré: pompe centrifuge Debem MB140.

Les caractéristiques d’une pompe sont décrites par la courbe qui signale l’évolution
de la hauteur manométrique fournie par la pompe en fonction du débit qu’elle est en
mesure de fournir.

Celles-ci varient en fonction de la dimension de la turbine.

L’on fournit par la suite les courbes du NPSH et de la puissance absorbée, toujours
en fonction du débit et, parfois, du rendement.
CLASSIFICATION ET INSTALLATION
Selon le positionnement de l’arbre et du moteur, on distingue:

 Pompes horizontales, externes aux citernes


 Pompes verticales, partiellement immergées dans le liquide

Les pompes horizontales peuvent ensuite être divisées en:

 Pompes montées en aspiration, sur lesquelles la distance entre pompe et


surface libre du fluide en aspiration est positive, encline à des risques de
cavitation.
 Pompes montées en charge, sur lesquelles la distance entre pompe et surface
libre du fluide en aspiration est négative, et où les risques de cavitation sont
plus rares.