Vous êtes sur la page 1sur 19

Introduction

Mise en situation
I - Base conceptuelle
II - Détermination de l’IR salarial
III- Liquidation
Conclusion
Bibliographie
Application

Introduction
Année universitaire 2015/2016 2
La TVA: 20 % des recettes fiscales (loi de finance 2015)
D’où vient les 80 % restant des recettes fiscales de l’Etat ?
D’autres recettes fiscales autres que la TVA alimentent les caisses de trésor
public.
L’IR : parmi les impôts les plus contributeurs aux recettes du budget de l’Etat.
Types de l’IR :
• Impôt sur les revenus agricoles
• Impôt sur les revenus fonciers
• Impôt sur les revenus professionnels
• Impôt sur les revenus des capitaux mobiliers
• Impôt sur les revenues salariaux

Thème d’aujourd’hui:
L’impôt sur les revenus salariaux et assimilés
Pour ce faire, nous allons commencer par une mise en situation

Année universitaire 2015/2016 3


Mise en situation
Soit la société AZOUL NEGOS, sise à 45 avenue Hassan II à
CASABLANCA, compte 4 salariés. Les éléments de la paie de M. ZIDANE
ANAROUZ pour le mois d’avril 2016 sont les suivants :
Salaire horaire : 30 DH
Heures normales : 208
Heures supplémentaires : 15 heures à 50%
Primes de rendement : 600 DH
Frais de déplacement justifiés : 750 DH
Indemnités de logement : 500 DH
Avantages en nature : 1000 DH
Acompte sur salaire : 1500 DH
L’entreprise adhère à la CIMR au taux de 4,5% à la charge du salarié et
5,85% à la charge de l’entreprise M. ZIDANE est marié et père de 4
enfants. Il est employé par l’entreprise depuis le 01/01/1993.
La question la plus évidente est bel et bien :
Quel est le montant que Zidan doit payer au titre du mois avril 2016 ?

Année universitaire 2015/2016 4


I - Base conceptuelle
1. Notions des revenus salariaux et assimilés:
 Le personnel: est l’ensemble des personnes liées à l’entreprise par un
contrat de travail. Il est donc formé des salariés, ouvriers (ateliers,
chantiers, ….), employés (bureaux…), représentants, cadres et personnel
de direction.
 Le salaire: est le nom par lequel le droit désigne la rémunération versée au
personnel. Il existe plusieurs systèmes de salaire notamment le salaire aux
pièces, le salaire à la tâche, le salaire proportionnel, le salaire au
temps,…..etc.
 IR salarial: est l’impôt sur le revenu dont sont redevable les salariés au
titre de leurs rémunérations.
Sont considérés comme revenus salariaux pour l’application de l’impôt sur le
revenu : (CGI : Article 56)
 les traitements ;
 les salaires ;
 les indemnités et émoluments ;
 les allocations spéciales, remboursements forfaitaires de frais et autres
rémunérations allouées aux dirigeants des sociétés ;
 les pensions ;
 les rentes viagères ;
 les avantages en argent ou en nature accordés en sus des revenus précités.
2. Notion d’exonération:
Exonérer, c'est le fait de décharger une personne ou une organisation
d’une obligation, en totalité ou en partie. Il peut s’agir d’un devoir,
d’impôts ou encore de taxes.
Sont exonérés de l’impôt : (CGI : Article 57)
1°- Les indemnités destinées à couvrir des frais engagés dans l’exercice
de la fonction ou de l’emploi, dans la mesure où elles sont justifiées, qu’elles
soient remboursées sur états ou attribuées forfaitairement.
Toutefois, cette exonération n’est pas applicable en ce qui concerne les
titulaires de revenus salariaux bénéficiant de la déduction des frais
inhérents à la fonction ou à l’emploi, aux taux prévus à l’article 59 CGI
2° -les allocations familiales et d’assistance à la famille ;
3°- les majorations de retraite ou de pension pour charges de famille ;
4°- les pensions d’invalidité servies aux militaires et à leurs ayants cause;
5°- les rentes viagères et allocations temporaires accordées aux victimes
d’accidents du travail ;
6°- les indemnités journalières de maladie, d’accident et de maternité et
les allocations décès servies en application de la législation et de la
réglementation relative à la sécurité sociale ;

Année universitaire 2015/2016 5


7°- dans la limite fixée par la législation et la réglementation en vigueur
en matière de licenciement :
- l’indemnité de licenciement ;
- l’indemnité de départ volontaire ;
- et toutes indemnités pour dommages et intérêts accordées par les
tribunaux en cas de licenciement.
Toutefois, en cas de recours à la procédure de conciliation, l’indemnité
de licenciement est exonérée dans la limite de ce qui est prévu à l’article 41
(6e alinéa) de la loi n° 65-99 relative au code du travail promulguée par le
dahir n° 1-03-194 du 14 rajeb 1424 (11 septembre 2003) ;
8°- les pensions alimentaires ;
9°- les retraites complémentaires souscrites parallèlement aux régimes
visés à l’article 59-II-A ci-dessus et dont les cotisations n’ont pas été
déduites pour la détermination du revenu net imposable ;
10°-les prestations servies au terme d’un contrat d’assurance sur la vie
ou d’un contrat de capitalisation dont la durée est au moins égale à huit (8)
ans ;
11°-la part patronale des cotisations de retraite et de sécurité sociale ;
12°-la part patronale des primes d’assurances-groupe couvrant les
risques de maladie, maternité, invalidité et décès
13°-le montant des bons représentatifs des frais de nourriture ou
d’alimentation, délivrés par les employeurs à leurs salariés afin de leur
permettre de régler tout ou partie des prix des repas ou des produits
alimentaires et ce, dans la limite de 20 dirhams par salarié et par jour de
travail.
Toutefois, le montant de ces frais ne peut en aucun cas être supérieur à
20% du salaire brut imposable du salarié.
Cette exonération ne peut être cumulée avec les indemnités alimentaires
accordées aux salariés travaillant dans des chantiers éloignés de leur lieu de
résidence ;
14°- l’abondement supporté par la société employeuse dans le cadre de
l’attribution d’options de souscription ou d’achat d’actions par ladite
société à ses salariés décidée par l’assemblée générale extraordinaire.
Par « abondement » il faut entendre la part du prix de l’action supportée
par la société et résultant de la différence entre la valeur de l’action à la
date de l’attribution de l’option et le prix de l’action payé par le salarié.
Toutefois, l’exonération est subordonnée aux deux conditions suivantes :
a) L’abondement ne doit pas dépasser 10 % de la valeur de l’action à la
date de l’attribution de l’option ;
A défaut, la fraction excédant le taux d’abondement tel que fixé ci-dessus
est considérée comme un complément de salaire imposé au taux du barème

Année universitaire 2015/2016 6


fixé au I de l’article 73 ci-dessous et ce, au titre de l’année de la levée de
l’option.
b) les actions acquises doivent revêtir la forme nominative et leur
cession ne doit pas intervenir avant une période d'indisponibilité de trois (3)
ans à compter de la date de la levée de l'option.
Dans ce cas, la différence entre la valeur de l’action à la date de la levée
de l’option et sa valeur à la date d’attribution de l’option sera considérée
comme une plus value d’acquisition imposable au titre des profits de
capitaux mobiliers au moment de la cession des actions.
En cas de cession d’actions avant l’expiration de la période
d’indisponibilité de cinq ans ou du délai de détention des actions de trois
ans précités, l’abondement exonéré et la plus-value d’acquisition précités
seront considérés comme complément de salaire soumis à l’impôt comme il
est indiqué au a) du présent article sans préjudice de l’application de la
pénalité et de la majoration de retard prévues à l’article 208 ci-dessous ;
Toutefois, en cas de décès ou d'invalidité du salarié, il n'est pas tenu
compte du délai précité;
15°- les salaires versés par la Banque Islamique de développement à son
personnel ;
16°- l’indemnité de stage mensuelle brute plafonnée à 6.000 dirhams
pour une période allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2016 versée au
stagiaire, lauréat de l’enseignement supérieur ou de la formation
professionnelle, recruté par les entreprises du secteur privé.
Cette exonération est accordée aux stagiaires pour une période de 24
mois. Lorsque le montant de l’indemnité versée est supérieur au plafond
visé ci-dessus, l’entreprise et le stagiaire perdent le bénéfice de
l’exonération.
L’exonération précitée est accordée dans les conditions suivantes :
a) les stagiaires doivent être inscrits depuis au moins six (6) mois à
l’Agence Nationale de Promotion de l’Emploi et des Compétences
(ANAPEC) régie par la loi n° 51-99 précitée;
b) le même stagiaire ne peut bénéficier deux fois de cette exonération.
c) l'employeur doit s'engager à procéder au recrutement définitif
d'au moins 60% desdits stagiaires;
17°- les bourses d’études.
18°- les prix littéraires et artistiques dont le montant ne dépasse pas
annuellement cent mille (100 000) dirhams.
19°- le montant de l'abondement versé dans le cadre d'un plan d'épargne
entreprise par l'employeur à son salarié, dans la limite de 10% du montant
annuel du revenu salarial imposable.
Toutefois, cette exonération est subordonnée au respect des conditions
prévues à l'article 68-VIII ci-dessous.

Année universitaire 2015/2016 7


20°- le salaire mensuel brut plafonné à dix mille (10 000) dirhams,
pour une durée de vingt quatre (24) mois à compter de la date de
recrutement du salarié, versé par une entreprise créée durant la période
allant du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2019 dans la limite de cinq (5)
salariés.
Cette exonération est accordée au salarié dans les conditions suivantes:
- le salarié doit être recruté dans le cadre d'un contrat de travail à
durée indéterminée;
- le recrutement doit être effectué dans les deux premières années à
compter de la date de création de l'entreprise.
3. Notion des retenues: (Article 59 du CGI)
Une retenu c'est ce qui est déduit, prélevé sur une somme due :
Retenues sur un salaire

Les retenues sont de caractère :

Année universitaire 2015/2016 8


a- Les retenues à caractère sociale:
 Les taux de cotisations sociales pour les E/ses:

Catégorie de prestation Charges sociales


Prestations familiales -
- Taux de cotisation
-plafond mensuel -
Prestations sociales à court terme 0,52% (1)
-taux de cotisation 6000 Dhs
-plafond mensuel
Prestations sociales à long terme 3,96%
-taux de cotisation 6000 Dhs
-plafond mensuel
Assurance maladie obligatoire 2,26%(2)
-taux de cotisation Sans plafond
-plafond mensuel
Total taux de cotisation 6,74%
(1):dont 0,19% relatif à l’indemnité pour perte d’emploi (IPE)
(2):A partir du 1/1/2016, le taux de l’AMO a passé de 2% à 2,26%

 Pour les marins pêcheurs:


La cotisation au titre du régime général est assise sur les recettes brutes
du bateau de pêche. Les taux de cotisation appliqués sont fixés comme suit:
• Chalutiers : 4,65% du total du produit de la vente du poisson pêché.
• Sardiniers, palangriers, canotiers (pêche artisanale):6% du total du produit
de la vente du poisson pêché.
La cotisation au titre du régime AMO est assise sur les recettes brutes
du bateau de pêche. Les taux de cotisation appliqués sont fixés comme suit:
• Chalutiers : 1,36% du total du produit de la vente du poisson pêché.
• Sardiniers, palangriers, canotiers (pêche artisanale):1,70% du total du
produit de la vente du poisson pêché.
Remarque:
Le taux des cotisations est appliqué à l’ensemble de la rémunération à
l’exception desdites éléments exonérés plafonnée à 6000 Dhs sauf pour la
cotisation à l’AMO qui reste sans plafond.

Année universitaire 2015/2016 9


 La CIMR:(affiliation facultative: retraite complémentaire)
Le taux des cotisations est appliqué à l’ensemble de la rémunération à
l’exception des avantages en nature et des sommes destinés au remboursement
de frais effectifs d’emploi (indemnités justifiés de déplacement, de transport, …)
sans aucun plafond.
Selon la note interne de la CIMR.
 Assurances groupe ou mutuelles:
L’employeur peut souscrire auprès d’une compagnie d’assurance un
contrat d’assurance au profit de l’ensemble de son personnel pour la couverture
des risques (maladie, maternité, invalidité et décès).
Les taux et les bases de calcules sont variables d’un organisme à l’autre
et selon le contrat.
b- Les retenues à caractère individuel:
 Les oppositions sur salaire:
Une partie du salaire peut être saisie entre les mains de l’employeur par
un créancier du salarié. Cette saisie étant pratiquée en vertu d’un jugement
(saisie-arrêt). L’employeur doit alors retenir la somme saisie sur les paiements à
faire au salarié et la verser au créancier.
 Les cessions sur salaire:
Le salarié peut, de son plein gré, accepté qu’une partie de son salaire lui
soit retenue par l’employeur pour être payé directement à ses créanciers. Il s’agit
alors d’une cession du salaire.
 Les avances et acomptes sur salaire:
Une avance ou un acompte consenti à un salarié au cours d’une période
est récupéré sur son salaire à la fin cette période.
c- les retenues à caractère fiscal:
Les frais professionnels inhérents à l’emploi ou à la fonction : 20% du
RBI avec un plafond de 30 000 DH par an (le revenu brut imposable n'inclus
pas les avantages en argent et en nature).
Les remboursements en principal et intérêts des prêts contractés ou du
coût d’acquisition et la rémunération convenue d’avance dans le cadre d’un
contrat «Mourabaha» et « Ijara Montahia Bitamlik », pour l’acquisition d’un
logement social.
Dans les conditions suivantes :
 Ce logement doit être à l’habitat principal du contribuable
 La superficie couverte est comprise entre 50m2 et 80 m2
 Le prix de vente ne dépassant pas 250 000 Dhs HT
 Le remboursement est dans la limite de 10 % du SNI

Année universitaire 2015/2016 10


II - Détermination de l’IR salarial
1. Base d’imposition:
o Le salaire brut global :
 Le salaire de base (SB) :
Salaire de base= Nombre d’heure normale * taux horaire normale
SB = NHN * THN
SB=208 * 30 = 6240 DH
 Les heures supplémentaires :
Horaires Jours ouvrables Jours fériés et de repos
Entre 6H et 21 H 25% 50%
Entre 21 H et 6 H 50% 100%
H. S = NHS*THS
THS = THN*(1+taux de majoration)
HS= (30*(1+0,5))*15 = 675 DH
Calcul du salaire brut pour Mr Zidane:
Salaire brut = salaire de base + HS
= 6240+675= 6915 DH
 Prime d’ancienneté :
PA= (salaire de base +heures supplémentaires+avantages) * taux
PA = (SB + HS + A)*taux
Ancienneté taux
Moins de 2ans 5%
2 ans de 5ans 10%
5 ans de 12ans 15%
12 ans de 20ans 20%
20 ans de 25ans 25%
Calcul de la PA pour Mr Zidane:
PA= (6240+675+1000)*25%
= 1978, 75 DH
 Les indemnités (I): Se sont des sommes d’argent attribué (donné) a un
seul salarié pour compenser certains frais où réparer un dommage subi à
l’occasion de l’exercice de son travail, on distingue :Indemnités de
transport, de déplacement, de licenciement, de logement…
 Les avantages (A) : Se sont des rémunérations accessoires attribuées à
quelques salariés, en argent ou en nature.
On distingue :
 Avantage en nature : logement, voiture de service, téléphone, nourriture,
fournitures scolaires, les jouets des enfants…
 Avantage en argent : le loyer d’un logement, frais de déplacement, frais
médicaux et d'hospitalisation, frais de voyage…
SBG= SB + HS + P+ I+ A

Année universitaire 2015/2016 11


Calcul du salaire brut global pour Mr Zidane:
SBG = 6240+675+1978, 75 +600+750+500+1000
= 11 743, 75 DH

o Le salaire brut imposable :


SBI= SBG – Eléments exonérés
Les éléments exonérés sont des indemnités allouées au salarié pour le
dédommagement de certains frais engagés dans l'exercice de ses fonctions.
Les éléments exonérés sont les éléments susvisés.
Calcul du salaire brut imposable pour Mr Zidan:
SBI = 11 743, 75 – 750
= 10 993, 75 DH
o Le salaire net imposable :

Pour calculer le salaire net imposable, on doit déduire les éléments


déductibles susvisés :
SNI= SBI – Eléments déductibles
 Eléments déductibles:
 Frais professionnels :
FP= (SBI – Avantages) * 20% Plafond, Inferieur ou égale à 2 500 dh/M
 Cotisations à la CNSS :
Cette cotisation est prélevée par l’employeur et versé à la CNSS, il est
calculé ainsi :
Prestations sociales :
P S = (SBI * 4,29%) Plafond = 257 dh / mois
Indemnité pour perte d'emploi :
IPE= (SBI * 0,19%) Plafond = 11,4 dh / mois
Total à verser à la CNSS = 4,29 % + 0,19 %
= 4,48 % SBI Plafond = 268,8 dh / mois
 Cotisation à l'AMO :
AMO= (SBI * 2,26%) sans Plafond
 Cotisation aux organismes sociaux (CIMR, Assurance, Mutuelle…) :
CIMR, Assurance, Mutuelle = (SBI * taux) sans Plafond
 Les intérêts :
Remboursement de crédit de logement obtenu pour la construction,
ou l’acquisition d’un logement :
S’il s’agit d’un logement économique dépassant 100m2 et 250000 dh
(HT):Il faut déduire la mensualité (principale +intérêt)
S’il s’agit d’un logement non économique dépassant 100m2 et 250000 dh
(HT):Il faut déduire les intérêts dans la limite de 10% du salaire net imposable
avant déduction des intérêts.

Année universitaire 2015/2016 12


Calcul du salaire net imposable de M Zidane :
SNI= SBI – Eléments déductibles

= 10 993, 75 –
(FP= (10 993, 75-1000)*20%= 1998, 75 dh
+
CNSS=10 993, 75 * 4,48%= 492,52 DH (à déduire 268,8 DH)
+
AMO=10 993, 75 * 2,26%= 248,56 DH
+
CIMR=10 993, 75 * 4,5% = 494, 72

SNI= 8 972,36 DH
2. L’IR brut :
Calcul d’impôt sur le revenu (IR) :
IR= {(SNI * taux) – somme à déduire} – charges de famille
Le montant des charges de famille est de 30DH/mois et par personne à
charge et ce dont la limite de 6 personnes (épouse et enfants)
Le taux et la somme à déduire sont déterminés selon le barème suivant :
Tranche de salaire mensuel Taux% Somme à déduire en DH
0-2500 0% 0
2501-4166,66 10% 250
4166,67-5000 20% 666,67
5001-6666,67 30% 1166,67
6666,68-15000 34% 1433,33
Au-delà de15000 38% 2033,33
Démonstration du calcul de la somme à déduire :
1- 0 * 0% =0
2- 2500 * (10% -0%) =250
3- 4166,66*(20%-10%) + 250=666,67
4- 5000*(30%-20%) + 666,67=1166,67
5- 6666,67*(34%-30%) + 1166,67=1433,33
6- 15000*(38%-34%) + 1433,33=2033,33
Calcul de l’IR pour Mr Zidane :
IR= (8 972,36 * 34%) - 1433,33 – (5*30)
= 1467, 27 DH
Donc le salaire net à payer pour M Zidane est :
Salaire net à payer= SBG (-) 11 743, 75
Avantages en nature (AEN) - 1000
CNSS prestations sociales et AMO - (268,8+248,56)
CIMR - 494, 72
Assurance groupe - 0
IR - 1467, 27
Avance/ salaire - 1500
Opposition/ salaire -0
Remboursement crédit logement (mensualité) - 0 = 9764, 4 DH

Année universitaire 2015/2016 13


III- Recouvrement et obligations :
1- Modes d’imposition :
Le mode de retenue à la source:
Selon (l’article 174), Le cas général en matière d’imposition des revenus
salariaux est celui de la retenue à la source opérée par les employeurs ou les
débirentiers établis au Maroc pour le compte du percepteur du lieu du domicile
de la personne ou de l’établissement qui les a effectuées.
Ces retenus à la source correspondants aux paiements versées par
l’employeur doivent être versées dans le mois qui suit.
Remarque :
En cas de transfert de domicile ou d’établissement hors du ressort de la
perception, ainsi que dans le cas de cession ou de cessation d’entreprise, les
retenues effectuées doivent être versées dans le mois qui suit le transfert, la
cession ou la cessation.
En cas de décès de l’employeur ou du débirentier, les retenues opérées
doivent être versées par les héritiers ou les ayants droit dans les trois mois qui
suivent celui du décès.
La liquidation par voie de rôle :
L'impôt est perçu par voie de rôle dans deux cas :
• Des revenus de source étrangère.
• Des employés des ambassades et consulats étrangers
Des revenus de source étrangère : (Article 175)
Lorsqu’ils sont domiciliés au Maroc et reçoivent des employeurs ou
débirentiers publics ou privés, domiciliés, établis ou ayant leur siège hors du
Maroc, des revenus salariaux et assimilés tels qu’ils sont défini par (l’article 56)
de CGI.
Des employés des ambassades et consulats étrangers : (Article 175)
Lorsqu’ils sont domiciliés au Maroc et employés par les organismes
internationaux et les missions diplomatiques ou consulaires accrédités au Maroc.
2-Régime particulier d’imposition :
Le législateur marocain prévoit des taux spécifiques pour les personnes
autres que celles permanentes, des établissements publics et privés qui sont
taxées par voie de la retenue à la source opérée sur les indemnités qu’ils
perçoivent de leurs employeurs. Selon (Article 73).
Nous avons des taux spécifique :
 17 % pour les rémunérations et indemnités versées par les établissements
publics ou privés d’enseignement ou de formation professionnelle à des
enseignants ne faisant pas partie de leur personnel permanent.
Les voyageur, représentant et placier lié à un seul employeur peut demander à
être imposé suivant le barème prévu selon l’article (I) 73.

Année universitaire 2015/2016 14


Le barème de calcul de l’impôt sur le revenu est fixé comme suit : (Article I;73)
La tranche du revenu allant jusqu’à 30 000 dirhams est exonérée ;
 10% pour la tranche du revenu allant de 30.001 à 50.000 dirhams ;
 20% pour la tranche du revenu allant de 50.001 à 60.000 dirhams ;
 30% pour la tranche du revenu allant de 60.001 à 80.000 dirhams ;
 34% pour la tranche du revenu allant de 80.001 à 180.000 dirhams ;
 38% pour le surplus.
3- Obligation de l’employeur et débirentiers :
L'employeur ou le débirentier, qui joue le rôle d'auxiliaires du trésor, est
tenus d'effectuer et de verser pour le compte de celui-ci, la retenue à la source
sur les rémunérations versées à leurs salariés et assimilés.

a- L’obligation de versement de l'impôt retenu à la source : (Article 171)


Les employeurs et débirentiers doivent opérer la retenue de l’impôt, pour le
compte du trésor, sur chaque paiement effectué.
Les retenues effectuées par les employeurs et les débirentiers doivent être
versées dans le mois qui suit celui du paiement des rémunérations et de la
retenue.
Ces retenues sont versées à la caisse du percepteur du lieu du domicile de
la personne ou de l'établissement qui les a opérées.
Chaque versement est accompagné d’un Bordereau-avis conforme à
l’imprimé-modèle établi par l’administration, daté et signé par la partie versante
ce bordereau doit indiquer :
La période au cours de laquelle ont été payées les rémunérations qui ont
donné lieu aux retenues.
La désignation, l’adresse et la profession de la personne, société ou
organisme qui a opéré les retenues.
Son numéro d'identification fiscale.
Le montant total des paiements effectués et celui des retenues
correspondantes.

Année universitaire 2015/2016 15


b- Les obligations d'ordre comptable :
b-1-Tenue d'un livre de paie, fichiers ou tout autre document spécial:
Ce livre de paie doit être coté et paraphé par l'inspecteur du travail du lieu
de situation de l’entreprise.
Les documents cités doivent comporter, pour chaque paiement et pour
chaque bénéficiaire, toutes les indications permettant le contrôle de la
déclaration relative aux traitements et salaires, surtout :
- Nom, prénom et adresse du bénéficiaire, numéro de la carte d’identité
nationale et de sécurité sociale. La situation de famille. Le nombre
d’enfants à charge.
- La date, la nature et le montant du paiement ainsi que la période à
laquelle il se rapporte. Le montant de la retenue opérée.
b-2 - Conservation des documents:
En matière de retenues sur salaires, le droit de réparation de
l'administration s'exerce durant les quatre années qui suivent celle au titre de
laquelle la retenue devait être versée au trésor,
Résultat :
Tous les documents de nature à permettre la vérification des retenues
effectuées au cours d'une année, doivent être conservés au moins pendant les
quatre années qui suivent l'année considérée
b- 3. Communication des documents:
Les documents doivent être communiqués, durant la période de leur
conversation obligatoire :
A toute réquisition des agents des impôts en vue du contrôle et de la
vérification des déclarations souscrites par les employeurs au titre des
rémunérations qu'ils servent aux personnes imposables et de justifier de leur
exactitude.
c- Les obligations déclaratives:
Les employeurs privés ainsi que les administrations et autres personnes
morales de droit public sont tenu de remettre dans le courant du mois février de
chaque année à l'inspecteur des impôts du lieu de leur domicile;
Une déclaration présentant, pour chacun des bénéficiaires des revenus
salariaux versées durant l'année précédente
Cette déclaration doit comporter les indications suivantes citées dans
(Article 79)
Pour l’employeur déclarant :
 Nom et prénom ou raison sociale.
 La profession, l’adresse et la forme juridique …
Pour chacun des bénéficiaires des revenus salariaux :
 Nom, prénom, adresse, N° CIN et numéro d’immatriculation à la CNSS.
 Montant brut des traitements, salaires et émoluments.
 Montant brut d’indemnités payées en argent ou en nature…

Année universitaire 2015/2016 16


Conclusion

Tendance actuelle:

Télé déclaration
Télé paiement

Ouverture :

Peut-on dire qu’il est temps de réfléchir sur une


réforme fiscale visant la simplification de la
liquidation ?

Bibliographie

 Code général des impôts


 Site officiel de la CNSS
 NMILI M., « Les impôts au Maroc techniques et procédures »
édition 2015

Année universitaire 2015/2016 17


Application
Soit les informations du mois de juin relatives aux salaires des salariés suivants :
Eléments NASSER SABRI
Salaire .base 5 500 2600
Heures supplémentaires 600 270
Prime d’ancienneté 480 655
Indemnité .déplacement justifié 400 -
Avantages en natures - 500
Autres informations :
 NASSER est marié ayant deux enfants à charge et SABRI est célibataire
 Les deux salariés cotisent à la CIMR au taux de 4 %, à la mutuelle au taux de 3 % et à
l'assurance groupe au taux de 2 %.
 NASSER rembourse une mensualité de crédit logement non économique de 1400 dh dont
450 dh d'intérêt
 SABRI rembourse une mensualité de crédit logement économique de 700 dh
 Nasser a bénéficié d'une avance de 200 dh
 SABRI est frappé d'une opposition sur salaire de 200 dh
 Le patron cotise à la CIMR au taux de 6 %, à la mutuelle au taux de 4 % et à l'assurance
groupe au taux de 4 %.
 Les taux de la CNSS et le taux de L'IR sont des taux en vigueur
T.A.F:
1. Calculer le salaire net imposable des deux salariés
2. Calculer L'IR dû par les deux salariés
3. Calculer le salaire net à payer des deux salariés
Solution de l'exercice :
1. Calcul de SNI
Eléments Nasser Sabri
Salaire .base 5 500 2600
Heures supplémentaires 600 270
Prime d’ancienneté 480 655
Indemnité .déplacement justifié 400 -
Avantages en natures - 500

SBG 6 980 4 025


Indemnité déplacement justifié 400 -
SBI 6 580 4 025
Frais professionnels:20% (SBI-AVT) / 2500 1 316 705
Prestation sociales : 4,48% (SBI)/-6000 268,8 180,32
AMO: 2,26% (SBI) 148,7 90,96
CIMR: taux (SBI) 4% 263,2 161
Mutuelle: 3%(SBI) 197,4 120,75
Assurance groupe: (SBI) 2% 131,6 80,5
Remboursement crédit logement 427,14 700
SNI 3 827,16 1 986,47
Pour NASSER : IR= {(3 827,16*10%) – 250 - (2*30)= 72,716 dh
Pour SABRI : IR = 0 car il est exonéré

Année universitaire 2015/2016 18


2. Salaire net à payer :
Eléments Nasser Sabri
SBG 6 980 4 025
- - -
A.E.N - 500
CNSS 417,3 271,28
CIMR 263,2 161
Mutuelle 197,4 120,75
Assurance groupe 131,6 80,5
IR 74,426 -
Remboursement crédit logement 1400 700
Avance/ salaire 200 -
Opposition/ salaire - 200
Salaire net à payer 4 296,074 1 991,47

Année universitaire 2015/2016 19

Vous aimerez peut-être aussi