Vous êtes sur la page 1sur 2

études d’Accidentologie

POuR COMPREnDRE lES CAuSES D’un ACCIDEnT

e

Quelle combinaison de facteurs est à l’origine de l’accident ? Quel en a été le scénario ? Jusqu’à quel instant l’accident était-il évitable ? Autant de questions auxquelles répondent les études d’accidentologie.

RENAULT COMMUNICATION
RENAULT COMMUNICATION

l’ESSEnTIEl

l’accidentologie s’appuie notamment sur l’étude détaillée

L’accidentologie intègre ainsi, outre les paramètres physiques du

décision vis-à-vis de la situation d’urgence ou ne parviennent pas

d’accidents. Cette discipline récente

comportement dynamique

à réaliser correctement l’action

a

pour objet d’analyser l’étiologie

du véhicule, le facteur humain.

que l’accident est le plus souvent lié

décidée. 6 % des conducteurs

(science des causes) et les conséquences d’un accident pour les véhicules impliqués, leurs occupants et, plus généralement,

En effet, il se dégage des analyses

à la conjonction de défaillances humaines.

présentent des défaillances généralisées et 15 % ne présentent aucune défaillance. Par ailleurs, lorsque l’accident ne peut être évité,

pour l’ensemble des usagers de

26

% des conducteurs impliqués

la priorité est de protéger les

la

route. Elle privilégie une approche

dans un accident présentent

commettent une erreur de diagnostic,

occupants de la voiture.

pluridisciplinaire qui associe, notamment, des médecins, des

une défaillance de perception, 18 %

C’est le champ de l’accidentologie secondaire, qui vise à comprendre

ingénieurs, des biomécaniciens, des

18

% une erreur de pronostic,

le comportement de la structure

statisticiens, des psychologues, etc.

17

% ne prennent pas la bonne

du véhicule en cas d’impact,

Sécurité

Environnement

Vie à bord

Mobilité

Compétitivité

En RéSuMé

l’OBjECTIF DES éTuDES D’ACCIDEnTOlOGIE EST DE COMPREnDRE l’EnCHAînEMEnT DE SITuATIOnS QuI A COnDuIT à l’ACCIDEnT ET D’éTuDIER QuEllES MESuRES AuRAIEnT PERMIS DE BRISER CETTE CHAînE ET D’éVITER l’ACCIDEnT.

à l’ACCIDEnT ET D’éTuDIER QuEllES MESuRES AuRAIEnT PERMIS DE BRISER CETTE CHAînE ET D’éVITER l’ACCIDEnT.

Décembre 2008

le mécanisme des blessures, et à élaborer de nouveaux dispositifs d’absorption de l’énergie du choc. La vocation de l’accidentologie est donc de permettre l’élaboration de nouveaux systèmes de sécurité et d’assistance à la conduite, grâce à la connaissance de l’enchaînement des incidents

ayant conduit à l’accident et de ses conséquences. Depuis 1969, le Laboratoire d’accidentologie, de biomécanique et d’études du comportement humain (LAB) mène des travaux de recherche sur les causes des accidents, le comportement des véhicules lors d’un choc et ses

répercussions sur le corps humain (cf. fiche). Il a été créé conjointement par Renault et PSA Peugeot Citroën, et sa banque de données, unique au monde, répertorie des informations sur plus de 13 500 véhicules et 26 000 personnes impliquées dans des accidents.

COMMEnT ÇA MARCHE ?

lorsqu’un accident est signalé au lAB, trois enquêteurs sont dépêchés sur les lieux en même temps que les équipes de secours, dans les quinze minutes qui suivent le drame. Un psychologue interroge les témoins «à chaud», un expert examine les véhicules impliqués, tandis que le troisième s’attache à l’étude de l’infrastructure routière

du lieu. L’objet de ces analyses est d’identifier les mécanismes accidentels – puisqu’ils ne se résument généralement pas à un fait unique –, c’est-à-dire de mettre en évidence la combinaison de facteurs qui sont à l’origine de l’accident, leur imbrication et leur chronologie. Grâce au recueil et au recoupement de l’ensemble de

ces informations, l’accident est intégralement reconstitué et modélisé. Lorsqu’un nouveau dispositif sécuritaire est en cours d’étude, la modélisation de l’accident est alors utilisée pour le tester et quantifier dans quelles proportions il est susceptible d’en limiter les conséquences, voire de l’éviter.