Vous êtes sur la page 1sur 5

TASSEMENTS DE SURFACE

EN CAS D'UTILISATION D'UN TONNELIER


A FRONT PRESSURISÉ
APPROCHE THÉORIQUE ET SEMI-EMPIRIQUE

Frédéric GREZE
I - THÉORIE DU Ingénieur ECL 1.2 - QUELQUES RÉSULTATS
DËCONFINEMENT. Travail effectué au SIGNIFICATIFS ET CONCLUSIONS
ÉTUDE DE QUELQUES SITES Centre d'Etudes des Tunnels
(CETU) à BRON Cette étude, bien que basée sur un
1.1 - ANALYSE DES 4 SITES ÉQUIPÉS nombre limité de sites, permet d'ap-
Prix APTES 1991 porter quelques conclusions.
D'APPAREILS DE MESURE

L'analyse des résultats de 4 sites expérimentaux, supports du Projet National 85-90 a a) Les causes du déconfinement lors
été réalisée à partir de la théorie de déconfînement simulant le creusement du d'un creusement au bouclier
tunnel (figures 1 et 2). - Le soutènement au front. Dans le cas
d'utilisation de boue son efficacité
NAPPE
dépend :
SITE TERRAIN BOUCLIER/REVETEMENT
- du terrain,
Métro de LYON Sable et gravier Pression de boue - de la qualité de la boue,
<t> ext = 6,50 m du RHONE et de + 5m + - de sa pression.
la SAONE Béton extrudé - Le bouclier. Il est responsable de
Métro de LILLE Sable Pression de boue
désordres :
<t> ext = 7,50 m d'OBSTRICOURT + - création de vides (conicité inversée,
limon et sable Oui voussoirs béton surcoupe, guidage mal maîtrisé),
de la DEULE - frottements à l'interface bouclier-sol.
Pression de boue
- La mauvaise injection derrière les
Tunnel du TGV Sable de
de VILLEJUST FONTAINEBLEAU Non + voussoirs. Elle reste souvent la cause
<t> ext = 5 m voussoirs béton majeure de tassements.
- Dans des sols fins, des phénomènes à
Conduite du Argile et sable Oui Air comprimé long terme peuvent se développer
CAUDERAN-NAUJAC de GARONNE + +
BORDEAUX 3m voussoirs fonte
(fig. 3).
<t> ext = 5 m
b) Les remèdes
On s'est intéressé à l'évolution de "\ élastique" = u/ue, où : Une étude a déjà été entamée sur l'ef-
Ue y ZR (1 + v)/Eavec ficacité de la boue, du type de "cake"
qui apparaît, de l'optimisation des
R rayon extérieur du tunnel choix à réaliser pour que ce cake soit
Z profondeur à l'axe le plus efficace possible. Ceci passe,
E module élastique calculé par E = Ep/a non seulement par l'étude en labora-
toire, mais aussi par le relevé systéma-
Ep, a déterminé par un essai pressiométrique
v poids volumique total dans le cas de sols fins pour un calcul à court
terme (K < 10-5 m/s), poids volumique déjaugé dans le cas contraire.

A=O 0<=A<:1
A=1
Fig. 2 - Courbe
convergence-confinement dans le cas
Fig. 1 - Cession de soutènement Gctive au front de taille. d'un sol élasto-plasù'que.

232 TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS — N° 112 —JUILLET/AOUT 1992


H faut, de toute façon, reconnaître que
l'on dispose de peu d'informations
quantifiables sur \ eq. La recherche de
cette valeur ne peut passer que par la
mise au point concertée d'une métho-
dologie et la transmission entre cha-
que chantier de l'ensemble des infor-
mations nécessaires pour réaliser
cette méthodologie. Cette démarche
est en train d'avoir lieu,
n convient d'insister ici sur la nécessité
de détailler leurs conditions d'exécu-
Cauderan-Naujac
tion lors de la publication des résultats
Bordeaux
et de réaliser des mesures :
- en pression et en déplacements,
- en profondeur et en surface,
- en continu.
F/a;. 3 - Evolution de la cuvette de tassement à court et long terme.

Il - TENTATIVE D'APPROCHE
tique de mesures de pression en avant d'utilisation du béton extrudé (par SEMI-EMPIRIQUE DES
du front, afin de connaître la part de la exemple injection en continu d'un PROBLÈMES DE TASSEMENTS
pression de boue qui a été transmise matériau à fort angle de frottement)
aux contraintes effectives du sol. En (cf. fig. 5). Le béton extrudé recom-
effet, dans le cas d'un écoulement dans prime le sol, les tassements surfaci- 2.1 - RAPPELS
un sol très granuleux, il pourrait se ques finaux ont ainsi été limités à
produire une augmentation très forte 1 mm. Les méthodes de Peck-Attewell et de
de la pression interstitielle et donc une Sageseta reposent toutes les deux
diminution des contraintes effectives. sur l'intégration de formules suppo-
Toutefois, il semble aujourd'hui que sées valables pour une perte de sol
le soutènement au front soit correct élémentaire.
(X < 0,3). Ox et Oy sont les axes transversaux et
En ce qui concerne Se bouclier, il faut longitudinaux par rapport à l'avance-
insister sur la nécessité d'un bon gui- ment du tunnel.
dage. D'autre part, l'idéal serait un
bouclier court mais comme ce n'est D'après Peck-Attewell
souvent pas possible, on peut préco-
niser l'utilisation d'une articulation afin W (x, y) = exp (-x2/2i2) x _¥£_x G (y/i)
de faciliter les virages très fréquents •\l2rri
en site urbain. Enfin, l'injection autour où G (a) = 1 /* exp (-4 V2) du
de la virole semble être une solution à Fig. S - Valeurs de A. •\I27T
recommender (fig. 4). Des mesures de arec du béton extrudé. Vs = volume de la cuvette de tasse-
pression autour du bouclier peuvent, ment par unité de longueur.
là encore, permettre de se faire une Quoi qu'il en soit, avant toute autre
idée de l'efficacité de cette boue. démarche, il apparaît utile de réaliser Dans les deux cas, on fait l'hypothèse
Pour l'injection, on doit recommander un calcul élastique à déconfinement que Vs (perte de sol linéique par unité
l'utilisation d'une méthode en continu total qui donne en général la borne d'avancement du tunnel) est indépen-
qui est aujourd'hui presque au point. inférieure de ce qui risque d'arriver, n dant de la distance du front. Or ceci ne
La solution d'avenir est sans doute une s'agit alors de prendre les précautions tient pas compte de la réalité des phé-
technique fondée sur les principes éventuellement nécessaires. nomènes.

LILLE P10z=-ll|
1
0.9 ^ i
A 0.
b^d* \

0.7 „--—
0.6 *• ——•
/ '
0.5
/
•a °'
1 0.3
3 n,
4

/
pL —
V,£i
/
0.1
^'
0
-0.1
-0.2
-0.3
_A A.
-2-10 1 2 3 4 5 6 7 8 S
X/R

Fig. 4 - Comparaison des valeurs de \ avec et sans injection de boue.

__^_______ TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS —N° 112— JUILLET/AOUT 1992 233


On aboutit ainsi à W front = W max/2 - On donne à Vs une valeur variable III - LE TRAVAIL EFFECTUE
rarement constaté in situ avec la distance au front AVEC LE PROGRAMME CÉSAR
On décide d'adopter ici la démarche On représente cette fonction affine POUR LE TUNNEL DE VILLE JUST
suivante par morceaux que l'on classe avec
U/Umax, U étant le déplacement me-
- Vs max est toujours déterminé par suré le plus près possible de la clé fl Introduction
calage sur les mesures expérimen- nous semble en effet logique d'envi-
tales des tassements surfaciques fi- sager un rapport de proportionnalité E Kazanan avait déjà modélisé le
naux. entre Vs et A = wRU max/2 (fig 6) creusement du tunnel TGV de Ville-
just lors de son TFE effectué l'an
dernier, également au CETU, dans le
U max
cadre d'une politique de collaboration
à long terme entre l'équipe B Cambou
1 2 3 4 5 6 X/R du Laboratoire de Mécanique des Sols
_1————!————I————1————S————1_ de l'Ecole Centrale de Lyon et le
CETU (il avait d'ailleurs, lui aussi,
obtenu le prix de rAFTES pour ce
travail)
Les objectifs de cette nouvelle étude
étaient les suivants
—\ cle ) i — fonction affine de calage
y 1) tester l'influence de nouvelles con-
U (clé) ' ditions aux limites (modification du
max
maillage),
2) comparer une loi complexe (la Loi
Fig 6 - Hypothèses de modifications de l'approche Peck-Attewell et Sagesta ECL ou Loi de Cambou) à une loi
simple (l'élasticité linéaire),
3) tester l'influence de certaines modi-
fications dans le cheminement du dé-
2.2 - Résultats et conclusion chargement (modification de A),
4) tester l'influence de certains para-
Etant donné le peu de mesures dispo- * que Vs/A est certainement fonction mètres du terrain
nibles en profondeur, on n'a pu tester * du sol, * le coefficient des terres au repos, Ko
ces modifications que sur 2 sites Lille * de la hauteur de couverture, * quelques paramètres de la Loi EC L.
et Ville] ust * du rayon notamment régissant la cMatance
On peut dire Mais il faudrait disposer de beaucoup Initialement, on souhaitait principale-
- qu'en général une telle approche plus de données pour proposer une ment s'interroger sur les problèmes
simule mieux ce qui se passe près du relation mathématique de largeur de cuvettes de tassements
front mais moins ce qui se passe La figure 7 présente le cas de Lille
ensuite, (dans les sables) L'utilisation du pro-
- que la méthode de Peck-Attewell gramme d'intégration réalisé sur des 3.1 - Modification de maillage
semble mieux traduire la réalité des sites futurs permettra de juger de l'in-
phénomènes, térêt de cette approche Signalons seulement ici qu'il est né-
cessaire d'utiliser un maillage d'exten-
sion latérale suffisante (> 10 D ou
> 3 h) si l'on veut obtenir une estima-
tion de la cuvette de tassement indé-
pendante des conditions aux limites
000 Le maillage suivant a été retenu (fig 8)
La figure 9 présente une comparaison
simulations-mesures à l'équilibre du
distance au front (m)
tunnel

Fig 8 - Evolution du maillage

3.2 - Comparaison Loi E.C.L. -


élasticité linéaire
tassement (mm) Rappel : La Loi EC L s'inscrit dans le
cadre général des modèles élastiques
à 2 surfaces de charge Le lecteur dési-
Fig 7 - Application de la formulation modifiée rant plus d'informations est appelé à se

234 TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS — N° 112 — JUILLET/AOUT 1992


rapporter aux publications de B. Cam- absence d'eau, bouclier "lourd"). pas de méthode de détermination réel-
bou sur celle-là dont il est le concep- X haut, varie donc de 0 à 1 alors que, lement satisfaisante.
teur, dans le même temps, A. bas varie de 0 La formule K = V/( 1 -v) n'est pas vala-
n apparaît : à 1/3. ble dans la mesure où elle ne prend
- qu'une approche élastique est tota- Contrairement au cas d'un comporte- pas en compte l'histoire du soL Dans la
lement insuffisante (le tassement sur- ment élastique, les conséquences de pratique, on retient Ko = 0,5 à 0,7. Avec
facique pour un déconfinement élas- ces modifications sont assez faibles en la Loi ECL., il n'apparaît quasiment
tique total reste 3 fois inférieur à celui surface (fig. 10). n semble donc que aucune modification des résultats en
mesuré), lors du percement d'un tunnel, dans un déplacement lorsque Ko passe de 0,5
sable, les phénomènes en surface à 0,7 et au-delà de 0,7 des écarts signi-
- qu'en élasticité linéaire le soulève- soient quasi uniquement gouvernés ficatifs apparaissent dans le sens d'une
ment du radier est sensiblement égal par ce qui se passe en haut de la sec- diminution.
au tassement en clé (légèrement su- tion (du moins à grande profondeur).
périeur car les contraintes augmen-
tent avec la profondeur) alors que Les mécanismes de déformations plas- 3.5 - Modification du paramètre Rc
pour la Loi EC.L, il est beaucoup plus tiques de cisaillement sont tout de (paramètre de dilatance)
faible (environ 30 %), même très différents autour du tunnel
- l'amortissement est beaucoup faible On rappelle que plus Rc est petit, plus
pour la Loi EC.L, celle-ci apparaît tôt. Le sable de Fon-
3.2.2 - Influences d'un déconfinement tainebleau étant connu comme extrê-
- pour la Loi ECL. : différent pour les contraintes mement dilatant, nous avons réalisé
- aux reins : le déconfinement provo- tangentielles et les contraintes radiâtes une simulation avec Rc = 0,01 au lieu
quant un relâchement de la contrainte de 0,22 (en gardant les autres paramè-
principale mineure, on a une augmen- La modification de l'utilitaire Lambda tres du 1er jeu). On induit ainsi un com-
tation de déviateur donc un phéno- associé à César 204 a permis de réali- portement complètement différent du
mène de charge qui engendre des ser le déchargement suivant : sol ; 0 y a soulèvement en surface
déformations plastiques importantes. \ (r) = 1. Déconfinement total des (fig. 12). Les perturbations du sol sont
- en clé et en radier : le déconfinement contraintes de cisaillement. extrêmement localisées autour du tun-
provoque un relâchement de la con- À (a) = varie de 0 à 1 par pas de 0,02. nel
trainte principale majeure, on a donc Déconfinement progressif des contrain- Le cas Rc = 0,01 est un cas d'école ; il
une diminution du déviateur et on est tes radiales. y a une phase de contractance non
en décharge. Les phénomènes plasti- n s'agit, là encore, d'un cas extrême négligeable même dans le sable de
ques autour des reins expliquent que mais il est difficilement envisageable Fontainebleau. On a seulement voulu
V (clé) > V (radier), (le calcul "intè- que de la boue (à fortiori de l'air com- mettre en évidence l'influence pré-
gre" tous les déplacements depuis la primé) puisse reprendre des efforts pondérante de ce phénomène sur les
cote O). tangentiels (au front de taille). tassements de surface.
Les résultats sont présentés fig. 11 ; il
apparaît là encore que la Loi EC.L est 3.6 - Conclusions
3.2.1 - Influence d'un déconfinement assez peu sensible à cette modifica-
non uniforme sur la périphérie tion. La plasticité permet au matériau II est difficile de tirer des conclusions
de s'adapter localement. sur l'étude d'un seul site. Il convient,
On a appliqué un déconfinement 3 fois avant tout, de rappeler ici que le tun-
plus important dans le quart supérieur nel de Villejust présentait, certes, un
de la section par rapport au reste de 3.4 - Influence de la variation sol à priori parfaitement adapté à une
celle-ci. Cette situation correspond à du coefficient des terres au repos description par la Loi EC.L, mais que
un cas extrême mais un déconfine- les phénomènes qui se sont produits
ment non uniforme peut être envisagé Le coefficient Ko est un paramètre du lors du creusement (écoulement du
sous certaines réserves (notamment sol pour lequel il n'existe actuellement sol au-dessus du tunnel) ne peuvent

déplacements verticaux

0,0 0,1 0.2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0
100m
distance à l'axe du tunnel Lambda haut

b) à l'équilibre A=0,36
Fig. 10 - Influence d'un déconfinement variable
Fig. 9 - Comparaison simulation-mesures. sur la section.

TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS — N° 112 —JUILLET/AOUT 1992 238


0,0 0,1 0,2 0,3 0.4 0,5 0,6 0.7 0,8 0.9 t.O
0,0 0,1 0,2 0,3 0.4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1,0

Lambda
Lambda
———— sable contractant/dilatant
_ _ _ _ sable dilatant

Fig. 11 - Influence d'un déconfmement total fïg. 12 - Influence de Rc (dilatance)


des effectifs tangentiels. Rc = 0,22 Rc = 0,01.

pas être modélisés par une loi de ble sur la périphérie de l'excavation - Enfin, et c'est un point extrêmement
comportement continu. est faible en surface, étant donné la intéressant, on ne constate quasiment
Bien que conscient des limites de profondeur de l'ouvrage. aucune modification notable des tas-
l'approche convergence-confinement, - L'influence d'un déconfinement initial sements lorsque Ko reste dans les
il nous a semblé important de tester un total des contraintes tangentielles est limites usuellement considères com-
certain nombre de points pouvant in- relativement limité en surface. Toute- me raisonnables (0,5 à 0,7). On pourra
fluer significatîvement sur les résultats fois, dans le cas du tunnel de Villejust, donc prendre Ko = 0,5.
d'une simulation. un tel déconfinement provoque des En conclusion, il se confirme que la Loi
Pour un sol suivant la Loi E.C.L. dans le tassements en surface d'amplitude EC.L peut permettre une bonne ap-
cas d'un tunnel à grande profondeur : égale à celle mesurée in situ lors du proche des problèmes de creusement
passage du front. des tunnels, n est maintenant néces-
-1 est nécessaire de réaliser un mail- saire de réaliser des simulations sur
lage d'extension latérale supérieure à E paraît raisonnable de faire varier X d'autres sites instrumentés à des pro-
trois fois la profondeur ou dix fois le (r) de 0 à 1 lorsque X (a) varie de 0 à fondeurs plus faibles et où l'injection
diamètre, si l'on veut avoir des infor- 0,3 et de le maintenir à 1 pour des derrière les voussoirs sera réalisée en
mations en terme de largeur de cu- valeurs supérieures de X (a). continu, limitant ainsi les phénomènes
vette. - Rc, paramètre de dilatance est déter- parasites qui rendent les interpréta-
- L'influence d'un déconfinement varia- minant pour le calcul des tassements. tions difficiles.

PHOENIX
ETANCHEITE, AMORTISSEMENT DES VIBRATIONS, ...
Quelques références :
- Joints/cadres d'étanchéité en Elastomère pour tunnels à voussoirs béton : tunnel TGV Atlantique de Villejust. etc.
- Profilés caoutchouc de drainage pour tunnels maçonnés : notre profil PRT pour travaux neufs et rénovations
de tunnels SNCF et routiers.
- Tapis Elastomère anti-vibratile (pose sous ballast LGV et autres).
- Tunnel sous la Manche : joints/cadres d'étanchéité et chaussons élastomère pour voie sans ballast.
PHOENIX INDUSTRIES ÇA Paris-Nord - B.P. 321 - 93153 LE BLANC MESNIL Cedex
Tél. (1) 48.67.44.44 - Télex Phoend 231782 F - Télécopie : (1) 48.67.92.35

236 TUNNELS ET OUVRAGES SOUTERRAINS —N° 112— JUILLET/AOUT 1992